Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de
Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble,
son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 réalisme et substance ; le modèle allemand en perspective à Fontenay ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Libellule

Libellule

Messages : 15053
Date d'inscription : 23/01/2012

Réalisme - réalisme et substance ; le modèle allemand en perspective à Fontenay ? Empty
MessageSujet: réalisme et substance ; le modèle allemand en perspective à Fontenay ?   Réalisme - réalisme et substance ; le modèle allemand en perspective à Fontenay ? EmptyDim 7 Avr - 13:08

Revenir en haut Aller en bas
papy Mougeot



Messages : 2280
Date d'inscription : 09/12/2010

Réalisme - réalisme et substance ; le modèle allemand en perspective à Fontenay ? Empty
MessageSujet: Re: réalisme et substance ; le modèle allemand en perspective à Fontenay ?   Réalisme - réalisme et substance ; le modèle allemand en perspective à Fontenay ? EmptyLun 8 Avr - 3:53

Si nous prenons le modèle allemand il y a un certain nombre de nos ministres qui vont souffrir...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15053
Date d'inscription : 23/01/2012

Réalisme - réalisme et substance ; le modèle allemand en perspective à Fontenay ? Empty
MessageSujet: Re: réalisme et substance ; le modèle allemand en perspective à Fontenay ?   Réalisme - réalisme et substance ; le modèle allemand en perspective à Fontenay ? EmptyMar 16 Avr - 11:20

je me permets d'extraire un passage du pdf pour que chacun puisse le lire;

La modernisation de l’Etat social ne peut donc signifier sa régression. Au contraire, des succès substantiels ne peuvent être engrangés dans la lutte contre le chômage que si les systèmes de solidarité tiennent compte de ces nouvelles situations de risque.

La persistance d’un chômage important n’est pas la conséquence d’un excès de protection sociale. Elle est aussi la conséquence du manque de protection ou d’une protection sociale inadaptée à certains types de situations.

Nous devons décider non seulement que certains risques qui étaient assumés jusqu’ici collectivement seront à l’avenir couverts par les individus. Nous devons également choisir les risques individuels qui devront être davantage soutenus.

Jusqu’à présent, les systèmes de protection sociale ont été orientés en fonction du maintien du standard de vie. Cet objectif a été juste tant que le recours aux prestations sociales était considéré comme une exception à la règle de l’emploi à vie.

La garantie de maintien de ce standard de vie, qui suppose qu’il y ait un accès réel au marché du travail, se transforme en injustice lorsqu’il devient un privilège impayable pour une minorité et lorsqu’il empêche l’accès de beaucoup d’autres.

Une distribution juste des chances d’accès au marché du travail n’est possible que si les systèmes sociaux prennent moins de responsabilité dans la garantie du standard de vie et soutiennent davantage l’individu dans la prise en charge du risque d’une exclusion durable du marché du travail et de la protection sociale.

Les Verts ont mis en place deux dispositifs cruciaux pour rencontrer cette problématique : l’assurance citoyenne et l’assurance sociale de base. Nous devons constamment affiner ces propositions si nous voulons amener notre monde à plus de justice.

Pour nous, les partis ne sont pas des groupes d’intérêt, mais ils ont pour tâche de transformer les intérêts particuliers en fonction de la justice et de l’équité. Cette transformation n’est pas seulement la pondération d’intérêts différents mais la prise en
compte de l’exigence fondatrice du politique de produire la justice et l’équité.

C’est la raison pour laquelle les nombreuses commissions, conseils et cercles de consensus sont à tout le moins problématiques, dans la mesure où ils risquent de priver la politique de
la conscience de sa mission spécifique.

Même si ce n’est pas toujours le cas dans la réalité, les partis ne doivent pas considérer
les conflits qui les animent comme des oppositions entre groupes d’intérêts différents dont ils seraient les obligés, mais comme des confrontations entre différentes conceptions de la justice et du bien commun. Il y a sur ce plan des différences importantes et il serait important de les exposer.

Une des tâches les plus décisives et peut-être la plus décisive, c’est de mettre à jour et de soutenir es intérêts qui n’ont pas de lobby. Le parti pris pour les plus faibles constitue probablement la raison la plus profonde de notre énergie politique et de notre idéalisme politique. Celui qui ne peut se relier à une problématique sociale particulière est purement et simplement exclu des débats sur la justice.

Orientation pour les plus faibles : c’est le coeur du nouveau programme des Verts qui a trouvé un précurseur dans la personne du philosophe John Rawls. Les Verts ont sur ce plan un rôle particulier à jouer parce que leur politique s’adresse précisément à ces groupes.

Eu égard à cette mission de l’Etat et du politique, l’appel à bon marché pour le « moins
d’Etat » et pour la « dérégulation » est inacceptable. Bien plus, ce qui s’impose, c’est une nouvelle description des tâches de l’Etat qui tienne compte d’une situation complètement changée : révolution démographique, globalisation, migration, individualisation, digitalisation… Il ne s’agit pas en l’occurrence de décider s’il faut plus ou moins d’Etat mais de définir de nouveaux équilibres et de nouveaux arrangements.

Il est évident que les deux grandes réformes menées par le gouvernement rouge-vert
sur le plan social, la réforme Riester et la réforme Hartz2, renforcent la flexibilité et la responsabilité individuelle mais augmentent également de manière importante les
moyens publics affectés à ces politiques.

L’émancipation des citoyens implique unE tat puissant et actif. Mais nous refusons tout autant que le slogan « plus de responsabilité individuelle» soit utilisé pour reporter sur les individus la réforme de l'emploi.
Revenir en haut Aller en bas
papy Mougeot



Messages : 2280
Date d'inscription : 09/12/2010

Réalisme - réalisme et substance ; le modèle allemand en perspective à Fontenay ? Empty
MessageSujet: Re: réalisme et substance ; le modèle allemand en perspective à Fontenay ?   Réalisme - réalisme et substance ; le modèle allemand en perspective à Fontenay ? EmptyMar 16 Avr - 14:34

Allemagne 1 président, 1 chancelier et 9 ministres...

En France 1 président 1 premier ministre et 38 ministres ou secrétaires d'état

Revenir en haut Aller en bas
l'imprecateur



Messages : 200
Date d'inscription : 05/02/2013

Réalisme - réalisme et substance ; le modèle allemand en perspective à Fontenay ? Empty
MessageSujet: Re: réalisme et substance ; le modèle allemand en perspective à Fontenay ?   Réalisme - réalisme et substance ; le modèle allemand en perspective à Fontenay ? EmptyMar 16 Avr - 14:57

En fait pour être plus exacte 1 président, 1 chancelière, 15 ministres, 3 ministres adjoints et sans compter les secrétaires d'état ou ministres d'etat. Le ministre de l'intérieur qui fait partie des 15 précités s'en voit déjà rattaché 2......
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Réalisme - réalisme et substance ; le modèle allemand en perspective à Fontenay ? Empty
MessageSujet: Re: réalisme et substance ; le modèle allemand en perspective à Fontenay ?   Réalisme - réalisme et substance ; le modèle allemand en perspective à Fontenay ? Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
réalisme et substance ; le modèle allemand en perspective à Fontenay ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne locale :: Tribune libre-
Sauter vers: