Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Mar 02 Juil 2013, 22:58

Six chômeurs en lutte vont porter plainte conte Pôle emploi qui selon eux ne rempli pas son rôle...

Rappelons qu'une récente mission parlementaire recommandait une reforme de Pôle emploi avec pour chaque chômeur un second entretien dans un délai de quatre mois après son inscription...

En 2014, UN CHOMEUR, UNE VOIX...

Pour s'inscrire sur les listes électorales:    http://www.fontenay-sous-bois.fr/etat-civil-numerique/teleservices/inscription-listes-electorales/index.html


Citation :
01/07/2013 à 19:26
Six chômeurs réclament jusqu'à 300.000 euros chacun à Pôle emploi

Une demi-douzaine de chômeurs déposeront vendredi auprès de Pôle emploi des demandes de dommages et intérêts pouvant aller jusqu'à 300.000 euros, reprochant à l'opérateur public un "défaut d'accompagnement", a-t-on appris lundi auprès de la CGT-chômeurs et de leur avocat.

"Après avoir été déboutés en octobre dernier sur une procédure d'urgence (référé liberté) par le Conseil d'Etat, nous utilisons désormais la voie judiciaire normale, avec un recours en indemnisation devant Pôle emploi", a expliqué à l'AFP Me Florent Hennequin, l'un des avocats des six chômeurs.

"En cas de refus ou d'absence de réponse, nous saisirons le tribunal administratif", a-t-il ajouté.

Selon l'avocat, c'est la première fois qu'une telle procédure sera menée. Elle vise à faire reconnaître le non-respect par Pôle emploi de son obligation de suivi des chômeurs (accompagnement dans la recherche d'emploi, de formation...). Selon lui, cette entorse à cette obligation "a déjà été reconnue dans le cadre de la première procédure en référé".

Les dommages et intérêts réclamés, "dont le chiffrage n'est pas terminé", "pourront atteindre 300.000 euros par dossier", a précisé Me Hennequin.

Une délégation de la CGT-chômeurs, partie prenante dans la procédure, se rendra vendredi à 10H00 au siège parisien de Pôle emploi accompagnée de ses avocats pour déposer les dossiers de demandes d'indemnisation.

En septembre 2012, le tribunal administratif de Paris, saisi dans le cadre d'une procédure d'urgence (référé liberté), avait ordonné à Pôle emploi de respecter ses obligations envers un chômeur de 54 ans qui s'estimait insuffisamment accompagné. Il lui avait notamment ordonné de recevoir ce demandeur d'emploi dans les huit jours et de le rencontrer de manière régulière.

Cette ordonnance avait été annulée en octobre par le Conseil d?État, qui avait jugé que "la condition d'urgence" n'était pas remplie.

Ce chômeur, inscrit à Pôle emploi en février 2009, et dépendant de l'agence d'Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), n'avait "bénéficié que de trois rendez-vous en agence, en dépit de ses demandes réitérées" et n'avait reçu aucune offre d'emploi, selon Me Hennequin.

Il fait partie des six chômeurs qui réclameront vendredi des dommages et intérêts à Pôle emploi. "Cet ex-cadre livre désormais des journaux à temps partiel", précise son avocat.
Source: http://actu.orange.fr/france/six-chomeurs-reclament-jusqu-a-300-000-euros-chacun-a-pole-emploi-afp_2437438.html


Dernière édition par a.nonymous le Jeu 02 Juil 2015, 23:10, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
kermor



Messages : 415
Date d'inscription : 20/07/2011

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Mer 10 Juil 2013, 09:15

On pourrait s'attendre a un vrai plan formation pour les chômeurs comme les autres pays voisins l'ont fait. Au lieu de çà nos dirigeants vont diminuer le plan formation des salariés...

Pour la main d'oeuvre qualifiée c'est plus simple de répondre aux souhaits du Medef que d'être audacieux. On continue de piller les pays pauvres et la jeunesse Française en marge on la laisse sans travail.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Mer 24 Juil 2013, 23:07

Assez loin des discours des politiciens qui promettent la lune pour dans dix ans, les chômeurs se font entendre de plus en plus, ici et maintenant, en portant plainte contre Pôle Emploi qui ne remplit pas son rôle.... Alors qu'il y a plus de 3.5 millions de chômeurs on peut espérer que ce mouvement va aller en s'amplifiant...

En attendant, en 2014 aux municipales et aux européennes, aucun quitus à François Hollande et à son gouvernement !  

AFP a écrit:

Les chômeurs plus nombreux à affronter Pôle emploi en justice

Par Sarah BRETHES | AFP – il y a 1 heure 54 minutes

Radiation, refus d'indemnisation, trop-perçus, manque d'accompagnement : défendus par des associations et des avocats de plus en plus aguerris, les chômeurs osent davantage affronter Pôle emploi et les contentieux se multiplient devant certains tribunaux.

Evoquant "une nouveauté constatée en 2012", le médiateur national de Pôle emploi, Jean-Louis Walter, est de plus en plus saisi par des avocats et des cabinets de conseil, une "judiciarisation" qu'il "surveille comme le lait sur le feu".

Dans certains tribunaux administratifs, le nombre des affaires impliquant Pôle emploi grimpe en flèche. A Paris, plus de 110 dossiers ont été enregistrés durant les six premiers mois de 2013, presque autant que pour l'ensemble de l'année 2012 (moins de 130).

A Nantes, comme à Marseille, la "tendance de fond" est aussi "à la hausse", mais dans une moindre mesure, observe-t-on au greffe du tribunal.

Mais au-delà de l'aspect quantitatif, difficile à évaluer en raison des nombreuses juridictions concernées - tribunaux administratifs et de grande instance - et faute d'informations délivrées par Pôle emploi, sollicité par l'AFP, c'est la diversité des sujets de litiges qui frappe.

Me Emilie Videcoq, qui défend plusieurs demandeurs d'emploi, dit avoir "l'impression d'une montée en puissance du contentieux sur les radiations et les trop-perçus", ces sommes versées à tort aux chômeurs, plus de 800 millions d'euros en 2012. Le contentieux se diversifie aussi, relève-t-elle, "puisqu'on attaque depuis peu sur le manque d'accompagnement et les refus de formation".

En 2012, deux décisions rendues contre Pôle emploi ont eu un fort écho et ouvert la voie à de nouvelles procédures. En février, la Cour de cassation rendait définitive la condamnation de l'opérateur public pour défaut d'information d'une chômeuse qui n'avait pas bénéficié de l'indemnisation la plus avantageuse.

En septembre, c'est le tribunal administratif de Paris qui épinglait Pôle emploi pour avoir insuffisamment accompagné un ex-cadre, une première. L'ordonnance a été annulée en octobre par le Conseil d'État, mais une nouvelle procédure impulsée par la CGT-chômeurs, collective cette fois, devrait arriver devant ce même tribunal à la rentrée.


"On devient pointus"

"Avant, les gens se disaient +Oh la la, c'est le pot de terre contre le pot de fer+, maintenant ils sont moins réticents à aller en justice car ils savent qu'ils peuvent avoir gain de cause", estime Rose-Marie Péchallat, ex-salariée de l'ANPE aux commandes de l'association Recours radiation.

Evoquant une récente condamnation de l'établissement relative au portage salarial, Mme Péchallat estime même que les tribunaux "encouragent Pôle emploi à modifier ses pratiques".

Autre évolution: "Jusqu'à récemment, les avocats n'avaient pas envie de se confronter à la délicate règlementation de l'assurance chômage, il n'y avait pas de spécialistes. Cela commence doucement", selon le médiateur Jean-Louis Walter.

"On devient pointus, on a une meilleure connaissance des voies de droit. Et les associations de chômeurs, comme les magistrats, sont de plus en plus sensibilisés", affirme Me Florent Hennequin, membre de la commission "droits des chômeurs" qui vient d'être créée au sein du Syndicat des avocats de France (SAF).

"Aller en justice n'est pas la priorité des chômeurs, mais ils ont désormais conscience de la possibilité d'obtenir gain de cause" face à une institution qui a "des pratiques de plus en plus déviantes", juge-t-il.

Redoine, 48 ans, fait partie d'un collectif de cinq demandeurs d'emploi, constitué avec l'aide de la CGT-chômeurs, qui réclament chacun entre 50 et 300.000 euros à Pôle emploi, notamment pour avoir été insuffisamment accompagnés.

Au chômage depuis 2001, cet ingénieur réseaux qui vit du RSA a contacté des avocats après avoir appris par la presse que Pôle emploi avait été condamné pour une histoire ressemblant à la sienne. "Je demande juste à l'institution de faire son travail de service public, l'argent ne remplacera pas les années perdues", affirme-t-il.

"Pôle emploi ne respecte pas les demandeurs d'emploi, donc la tension monte. Je garde mon sang-froid, mais on n'a pas tous la même capacité de résistance face à ce type de situation, certains s'immolent par le feu ou prennent des agents en otage", dit-il.
Source: http://fr.news.yahoo.com/ch%C3%B4meurs-nombreux-%C3%A0-affronter-p%C3%B4le-emploi-justice-072549853.html
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14288
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Mer 24 Juil 2013, 23:54

Dans ce collectif sauf erreur de ma part, j'ai cru voir lors d'une émission à la télé un interviewé pouvant avoir ayant des points communs avec ceux que l'on cite.

N'y a t il pas une personne en recherche d'emploi (présentant bien, s'exprimant bien...) qui attend un job depuis 12 ans ?...

Pas de commentaire de ma part. Est elle parmi les gens qui ont été mal accompagnés ?
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Dim 22 Sep 2013, 15:36

Un article intéressant et bien documenté dans le Monde sur les inégalités territoriales des chômeurs face à Pôle emploi..

On notera à propos de l'Ile de France:

"L'Ile-de-France a la particularité de compter à la fois des agences parmi les plus chargées du pays et celles parmi les mieux dotées. La géographie des inégalités franciliennes respecte presque parfaitement celle des différences économiques. Les agences de Saint-Denis, Tremblay-en-France, Sevran, Bobigny, La Courneuve, situées en zones urbaines sensibles en Seine-Saint-Denis, affichent toutes plus de 160 chômeurs par conseiller. La Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne se classent d'ailleurs parmi les vingt départements les moins pourvus.

A l'opposé, dans six agences situées dans des arrondissements parisiens favorisés et des villes aisées comme Versailles ou Rambouillet, les conseillers n'ont pas plus de 80 chômeurs à suivre, soit deux fois moins ! Paris affiche le 10e meilleur chiffre national. Si quelques territoires en difficulté, comme Les Ulis ou Trappes, font partie des agences favorisées, il apparaît globalement que la logique de Pôle emploi qui est "de faire plus pour ceux qui en ont le plus besoin" est loin d'être applicable en Ile-de-france.
"

et aussi:

"Le reste des chômeurs, normalement les plus autonomes, peuvent être suivis par des conseillers qui encadrent jusqu'à 350 chômeurs"

On le voit et quoi qu'en disent certains, dans certains cas parler de "crever à Pôle emploi" traduit presque une réalité...


Le Monde a écrit:
La grande inégalité des chômeurs face à Pôle emploi

LE MONDE | 21.09.2013 à 09h55 • Mis à jour le 21.09.2013 à 17h24 | Par Jérémie Baruch, Jean-Baptiste Chastand et Alexandre Léchenet

Que vous soyez chômeur à L'Ile-Rousse, en Haute-Corse, ou à Douai, dans le Nord, vous ne serez pas reçu de la même manière à Pôle emploi. Les données locales détaillées, publiées pour la première fois par l'organisme le vendredi 20 septembre, faisant suite à la demande du Monde, montrent à quel point le nombre de conseillers est inéquitablement réparti sur le territoire.

Au 1er septembre, à Douai, chaque conseiller suivait en moyenne 192 chômeurs, contre seulement 32 à L'Ile-Rousse.

La moyenne nationale est de 116 chômeurs par conseiller, mais l'écart varie de un à sept selon les agences. Ces chiffres ne comprennent que les chômeurs qui font l'objet d'un suivi effectif. Ils ne tiennent pas non plus compte d'éventuels conseillers en temps partiel, Pôle emploi n'ayant pas souhaité fournir de données ajustées. Mais ils n'en restent pas moins un bon indicateur de la charge de travail des 1 000 agences que compte la France.




   De considérables différences régionales

Les disparités entre régions vont du simple au double. En Picardie, la moyenne est ainsi de 150,2 chômeurs par conseiller, contre 66 en Corse. Le Nord-Pas-de-Calais et la Lorraine, malgré leurs taux de chômage élevés, affichent respectivement 136,4 et 127 chômeurs par conseiller. A l'opposé, en Basse-Normandie et en Midi-Pyrénées, deux régions au taux de chômage inférieur à la moyenne nationale, chaque conseiller suit moins de 100 chômeurs.

Selon les données fournies par Pôle emploi, la région qui dispose du moins de moyens par chômeur est La Réunion. Mais comme l'organisme n'a pas été en mesure de donner des chiffres pour la Guadeloupe et la Martinique, nous avons décidé de nous concentrer sur la métropole. Les départements les moins bien lotis sont alors l'Aisne, la Creuse et la Somme. Les mieux dotés sont les deux départements corses et l'Orne.

Les cinquante agences qui disposent du moins de moyens sont situées dans des communes du quart nord de la France (Picardie et Nord-Pas-de-Calais) ou des territoires en difficulté, comme Marseille, Beauvais, Cambrai ou Vierzon. Des agences situées en zones urbaines sensibles comme à Cenon, dans l'agglomération de Bordeaux, ou à Bron, près de Lyon, affichent aussi un nombre de chômeurs par conseiller qui grimpe au-delà des 150. A l'inverse, plusieurs agences en Corse, ou en centre-ville de grandes agglomérations comme Toulouse, Lyon ou Nantes, font partie des agences avec le moins de chômeurs par conseiller.



   L'Ile-de-France très inégalitaire

L'Ile-de-France a la particularité de compter à la fois des agences parmi les plus chargées du pays et celles parmi les mieux dotées. La géographie des inégalités franciliennes respecte presque parfaitement celle des différences économiques. Les agences de Saint-Denis, Tremblay-en-France, Sevran, Bobigny, La Courneuve, situées en zones urbaines sensibles en Seine-Saint-Denis, affichent toutes plus de 160 chômeurs par conseiller. La Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne se classent d'ailleurs parmi les vingt départements les moins pourvus.

A l'opposé, dans six agences situées dans des arrondissements parisiens favorisés et des villes aisées comme Versailles ou Rambouillet, les conseillers n'ont pas plus de 80 chômeurs à suivre, soit deux fois moins ! Paris affiche le 10e meilleur chiffre national. Si quelques territoires en difficulté, comme Les Ulis ou Trappes, font partie des agences favorisées, il apparaît globalement que la logique de Pôle emploi qui est "de faire plus pour ceux qui en ont le plus besoin" est loin d'être applicable en Ile-de-france.


   Des inégalités en voie de correction

L'organisme ne nie pas les disparités territoriales et promet que les 2 000 CDI supplémentaires attribués au printemps par le gouvernement permettront justement de les résorber. "Par exemple, la Picardie, qui représente 3,5 % des demandeurs d'emploi en portefeuille, a bénéficié de 5,5 % des renforts", affirme Pôle emploi.

L'agence de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), parmi les moins favorisées, devrait bientôt profiter de 5 postes supplémentaires. Pour l'instant, seuls 35 % des 2 000 renforts sont opérationnels. Par ailleurs, la convention collective empêche quasiment toute mobilité forcée. Comme pour tous les organismes publics, il est plus facile de trouver des agents volontaires pour travailler dans le Sud-Est que dans le Nord ou dans les quartiers difficiles.

   6 % des chômeurs en "suivi renforcé"

Pôle emploi a par ailleurs publié des chiffres sur les modalités de suivi des chômeurs. Depuis janvier, l'organisme a choisi de différencier son suivi en fonction des difficultés des demandeurs d'emploi. Ces derniers sont désormais classés en trois catégories, selon leur éloignement du marché du travail. Pôle emploi affirme qu'un peu plus de 130 000 chômeurs, soit 6 % de ceux suivis par l'organisme, bénéficient d'un suivi renforcé, avec des conseillers qui ne s'occupent pas de plus de 70 chômeurs. 55 % des chômeurs ont un suivi guidé avec en moyenne 105 demandeurs d'emploi par conseiller. Le reste des chômeurs, normalement les plus autonomes, peuvent être suivis par des conseillers qui encadrent jusqu'à 350 chômeurs.

Mais ces chiffres sont fondés sur les seuls chômeurs "en portefeuille", soit 2371000 personnes, près d'un million de personnes en moins que les chiffres officiels du chômage. En tout, Pôle emploi a exclu de cette étude près de 2,3 millions de personnes inscrites dans ses listes, mais actuellement en formation, en contrat aidé ou inscrites depuis moins de quatre mois [ quatre mois c'est actuellement le délai pour les chômeurs fonetanysiens entre leur inscription et leur premier rendez-vous de suivi ]. En incluant ces chômeurs, la moyenne de demandeurs d'emploi par conseiller grimpe à 230 et il n'est pas rare de voir sur le terrain des conseillers avec plus de 500 chômeurs à suivre.
Source: http://www.lemonde.fr/emploi/article/2013/09/21/pole-emploi-des-moyens-tres-mal-repartis_3482198_1698637.html
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Dim 22 Sep 2013, 19:18

Ces articles sont toujours très intéressants

Les candidats aux municipales évoquent l'emploi dans leur programme.
Mais il ne développent pas.
Comment, selon vous, le futur maire peut il agir pour effectivement développer l'emploi -productif de préférence- dans notre commune?
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Lun 23 Sep 2013, 08:52

EOLE a écrit:
Les candidats aux municipales évoquent l'emploi dans leur programme.
Mais il ne développent pas.
Comment, selon vous, le futur maire peut il agir pour effectivement développer l'emploi -productif de préférence- dans notre commune?
.
A l'heure où certains fulminent contre restrictions budgétaires et austérité au prétexte que les dépenses publiques seraient créatrices de croissance et donc d'emploi dans notre pays il s'agit d'une excellente question...

Ce qui serait prioritaire c'est que l'argent public profite d'abord à notre économie et non à l'économie d'autres pays ce qui n'est pas évident dans le cadre des directives européennes...

Le problème vient du fait que les donneurs d'ordres publics doivent se conformer au code national des marchés publics dans lequel sont transposées des directives européennes  qui imposent qu'au dessus d'un certain montant les appels d'offre soient organisés non pas au seul niveau national mais au niveau européen, mettant ainsi en concurrence entreprises nationales et entreprises européennes....

Dans le cadre de ces appels d'offres, si une entreprise roumaine ou polonaise répond avec une offre mieux-disante que celle d'une entreprise locale, l'acheteur public doit retenir cette offre mieux-disante même si il y a des chômeurs à ne plus savoir qu'en faire au niveau local:

http://www.actu-marches-publics.com a écrit:
Les entreprises locales peuvent-elles être favorisées?
04 mars 2013 à 15h00 par Benjamin Delibiot - DoubleTrade

La réponse est ... NON. C'est ce qu'a récemment rappelé le MINEFE suite à une question ministérielle.
Le "localisme" est strictement interdit par la réglementation française.
Une telle mesure serait contraire à tous les principes communautaires de la commande publique.
Les Administrations françaises ont donc l'interdiction de privilégier les entreprises locales.

La Cour de Justice de l'Union Européenne l’a affirmé depuis 1992, dans un arrêt qui fonde l’interdiction du critère géographique : "le fait que l’article 2, paragraphe 1, de la loi n° 80/87 réserve une partie des travaux aux seuls sous-traitants ayant leur siège social dans la région où les travaux sont exécutés constitue une discrimination à l’encontre des entreprises établies dans les autres États membres".

En France, le Conseil d'Etat a aussi jugé que le souci de favoriser l'emploi local ne peut pas être pris en compte dans le choix de l'entreprise dans la mesure où cette considération est sans rapport avec la réglementation des marchés publics (CE, 29 juillet 1994, "Commune de Ventenac-en-Minervois", n° 131562).
Source: http://www.actu-marches-publics.com/blog/2013/03/04/les-entreprises-locales-peuvent-elles-etre-favorisees.html

On le voit, au niveau des dépenses publiques, une municipalité ne peut théoriquement "légalement" rien faire ce qui signifie que les dépenses publiques qui coutent à l'économie nationale, il faut bien les financer, ne sont pas nécessairement un apport pour cette économie...

Il est hélas à craindre que les dépenses qui seront engagées dans le cadre de la transition énergétique ne profitent pas plus à l'économie française...

En revanche, les municipalités peuvent, d'une part, utiliser les dispositifs comme les "emplois d'avenir" et, d'autre part, se battre politiquement pour que des dispositifs comme les "emplois francs" ou la "garantie jeunes" s'appliquent à leur population...

Qu'en est-il à Fontenay ?

Mis à part les "rendez vous emploi jeunes-entreprises" initiés par Murielle  Michon quelles sont les autres initiatives municipales en faveur de l'emploi ? Je ne parle bien sûr pas de  certaines familles de la Nomenklatura qui occupent dit-on un bureau sur trois à la mairie...

Ce sont est effectivement des sujets sur lesquels on aimerait  entendre les candidats...


Dernière édition par a.nonymous le Lun 23 Sep 2013, 09:09, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Lun 23 Sep 2013, 09:00

EOLE a écrit:

Les candidats aux municipales évoquent l'emploi dans leur programme.
Mais il ne développent pas.
Comment, selon vous, le futur maire peut il agir pour effectivement développer l'emploi -productif de préférence- dans notre commune?
On attend toujours la réponse des candidats ou de leur représentant...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Mer 09 Oct 2013, 21:53

Crever à Pôle emploi suite...

"Le Val-de-Marne se classe parmi les vingt départements les moins pourvus en conseillers par rapport au nombre de demandeurs d’emploi. Avec une moyenne de 125, le nombre de demandeurs d’emploi par agent y est plus élevé qu’en France (116) et qu’en Ile-de-France (109)"

A quand des interventions concertées du maire PCF Jean-François Voguet, des conseillers généraux PCF Gilles Saint-Gal et Liliane Pierre et de la député EELV Laurence Abeille pour demander un renforcement des moyens pour l'agence de Fontenay ?

Aujourd'hui un chômeur qui s'inscrit à Fontenay rencontre son conseiller une première fois quatre mois après son inscription... Le rendez vous suivant est cinq mois plus trad, neuf mois après l'inscription... Entre ces rendez-vous c'est le chômage 2.0 sans autre contact avec Pôle emploi que l'actualisation par Internet tous les mois... Désocialisation garantie pour certains...


Le Parisien a écrit:
Un conseiller Pôle emploi pour 125 chômeurs

La moyenne du nombre de demandeurs d’emploi par conseiller est plus élevée dans le Val-de-Marne qu’en Ile-de-France et en France.

Fanny Delporte | Publié le 8 oct. 2013, 07h00



Les moyens de Pôle emploi sont mal répartis. Le Val-de-Marne se classe parmi les vingt départements les moins pourvus en conseillers par rapport au nombre de demandeurs d’emploi. Avec une moyenne de 125, le nombre de demandeurs d’emploi par agent y est plus élevé qu’en France (116) et qu’en Ile-de-France (109).

Voilà ce que montrent les données publiées par la direction de Pôle emploi le 20 septembre, concernant la répartition de ses conseillers sur le territoire. Comme toutes les agences de France, les 17 que compte le Val-de-Marne ont été « disséquées » (voir infographie ci-contre). La direction distingue les chômeurs « suivis par conseillers », ceux qui sont suivis à 100% par les conseillers Pôle emploi; et les « chômeurs par conseillers », c’est-à-dire ceux suivis également par des prestataires ou opérateurs privés de placement avec lesquels Pôle Emploi collabore.

C’est l’agence de Chennevières-sur-Marne qui se classe en tête en prenant en compte ce dernier calcul (voir ci-dessous) : ses 10 conseillers s’occupent chacun en moyenne de 309 demandeurs d’emploi.

« Ces chiffres sont frappants, mais ils sont loin de refléter la réalité de la charge de travail des conseillers, estime Philippe Valéry, délégué syndical Force ouvrière en Ile-de-France. Ils ne montrent pas le turnover phénoménal que subissent les conseillers d’Ile-de-France. Mais cette publication est une excellente chose. » Serge Vinet, de la CGT du Val-de-Marne et membre du comité de liaison Pôle emploi, se réjouit de cette publication que le syndicat « réclame depuis des années. Connaître le nombre moyen de demandeurs d’emploi par conseiller est un premier pas. C’est très parlant en termes d’inégalités territoriales! Mais il faut un questionnement plus poussé sur l’efficacité de Pôle emploi ».

Ces données « correspondent à la réalité de notre activité en termes de suivi et d’accompagnement », affirme Thierry Bouillon, directeur régional adjoint Pôle emploi pour l’Ile-de-France. « Un recrutement est en cours pour renforcer les départements qui en ont le plus besoin. Le Val-de-Marne en fait partie. »

Une trentaine de personnes devraient ainsi y être embauchées avant la fin de l’année. Début 2014, les données sur le nombre de demandeurs d’emploi par agent seront à nouveau rendues publiques. Pôle emploi s’est engagé à les communiquer tous les six mois.
Source: http://www.leparisien.fr/espace-premium/val-de-marne-94/un-conseiller-pole-emploi-pour-125-chomeurs-08-10-2013-3205373.php
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14288
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Mer 09 Oct 2013, 22:00

Finalement même à Pôle emploi Vincennes se débrouille mieux que Fontenay pour aider ses chomistes...
Ne parlons pas de St Maur où ils les bichonnent !
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Sam 19 Oct 2013, 01:36

Voici une nouvelle procédure initiée par des chômeurs qui ne supportent plus de crever à Pole emploi sans accompagnement....

"Article 23 de la Déclaration universelle des droits de l'homme:

1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage.
"


AFP a écrit:
18/10/2013 à 07:48
Trop peu suivis par Pôle emploi, des chômeurs réclament réparation en justice

Cinq chômeurs s'estimant insuffisamment suivis par Pôle emploi déposeront vendredi une requête devant le tribunal administratif de Paris pour obtenir des indemnisations allant de 50.000 à 300.000 euros, a-t-on appris jeudi auprès d'un de leurs avocats.

Début juillet, ces demandeurs d'emploi, soutenus par la CGT-chômeurs, avaient réclamé les mêmes sommes dans un recours préalable auprès de Pôle emploi, "qui l'a refusé", a indiqué à l'AFP Me Emilie Videcoq.

"En conséquence, nous demanderons vendredi au tribunal administratif des indemnisations allant de 50.000 à 300.000 euros en réparation du préjudice subi en raison d'une absence d'accompagnement de Pôle emploi, qui a manqué à ses obligations de service public", a-t-elle expliqué. Selon l'avocate, cette démarche est "totalement inédite".

Les avocats s'appuient sur le code du travail, qui définit les missions du service public de l'emploi, et sur le principe de "droit à l'emploi" qui figure dans de nombreux textes, parmi lesquels la déclaration universelle des droits de l'homme et du citoyen.

"Confiante", Me Videcoq estime que cette démarche a "de grandes chances d'aboutir", car "les dysfonctionnements" sont à son sens "incontestables".

Sollicité par l'AFP, Pôle emploi n'a pas réagi dans l'immédiat.

Ces cinq demandeurs d'emploi, chômeurs de longue durée pour la plupart, estiment n'avoir pas été accompagnés par Pôle emploi dans leurs démarches de recherche. Certains reprochent aussi à l'opérateur public des refus de financement de formation.

Pour leurs avocats, "l'entorse à cette obligation" de suivi a déjà été reconnue dans le cadre d'une première procédure en référé, en septembre 2012.

Saisi dans le cadre d'une procédure d'urgence (référé liberté), le tribunal administratif de Paris avait alors ordonné à Pôle emploi de respecter ses obligations envers un chômeur de 54 ans.

Ce chômeur n'avait "bénéficié que de trois rendez-vous en agence" en trois ans et n'avait reçu aucune offre d'emploi, selon son avocat. Il figure parmi les cinq demandeurs d'emploi qui déposeront une requête devant le tribunal vendredi.

L'ordonnance avait été ensuite été annulée en octobre par le Conseil d'État, qui avait jugé que "la condition d'urgence" exigée pour ce type de procédure n'était pas remplie.

Pour la CGT-chômeurs, la décision de septembre 2012, "qui a connu un écho important auprès des demandeurs d'emploi dans le pays, n'est qu'un début". "La porte est désormais ouverte" à de nouveaux recours, écrit vendredi le collectif dans un communiqué.

Depuis début 2013, Pôle emploi a mis en place un "suivi différencié" des demandeurs d'emploi en fonction de leur capacité à retrouver un emploi. Objectif: alléger le "portefeuille" des conseillers chargés d'accompagner ceux qui en ont le plus besoin.

Auparavant, le "suivi mensuel personnalisé", prévoyant un rendez-vous mensuel par demandeur d'emploi, n'avait jamais été effectif.

Au 1er septembre, 2,3 millions de chômeurs étaient suivis par 20.433 conseillers, soit en moyenne 116 chômeurs par conseiller. Mais leur charge varie du simple au double d'une région à l'autre.
Source: http://actu.orange.fr/france/trop-peu-suivis-par-pole-emploi-des-chomeurs-reclament-reparation-en-justice-afp_2622848.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Ven 25 Oct 2013, 02:23

Une assez bonne synthèse de ce à quoi ont droit les chômeurs en fin de droits...

On appréciera particulièrement:

"Yves Razzoli [ membre du bureau de la CFTC ] défend toutefois le rôle d'amortisseur social du système français : "Contrairement à ce qu'on a pu voir en Espagne, le RSA permet de survivre à peu près décemment."

Comme si on pouvait prétendre vivre décemment avec le RSA qui s'élève à 492,90 Euros pour une personne seule et 739,35 Euros pour un couple..

Mais aussi:

"Au Comité national CGT des Privés d'emploi, le nombre de demandes d'aide et de conseil augmente régulièrement depuis quatre ans. Alain Florin, chômeur lui-même, tente de porter la parole de cette foule d'anonymes qui ne poussent la porte du comité qu'en dernier recours. Il s'inquiète : "Les gens sont résignés mais jusqu'où ? Ils ont tout perdu mais pas le droit de vote. On entend de plus en plus le discours du 'on a tout essayé et ça n'a rien changé. On a tout essayé, sauf…' Pour eux, la seule traduction c'est Brignoles. Les politiques ne se rendent pas compte de ce qui est en train de se passer."



Nouvel Obs a écrit:

Chiffres du chômage : et les fins de droits dans tout ça ?

Publié le 24-10-2013 à 11h20

Par Louis Morice

Le Mouvement national des chômeurs et précaires s'inquiète d'une possible montée du nombre de "fins de droits". Mais derrière cette expression se cachent des réalités différentes.

Avec ses 50.000 demandeurs d'emploi en moins, la baisse du mois d'août était trop belle pour être vraie : le fameux bug de SFR a fait "disparaître" quelque 28.000 inscrits des listes de Pôle emploi, qui devraient au moins pour partie "réapparaître" dans les chiffres du mois de septembre publiés jeudi, comme l'a d'ores et déjà laissé entendre le ministre du Travail, Michel Sapin.  

"Mais le bug n'explique pas tout" de la baisse observée en août, estime Pierre-Edouard Magnan du Mouvement national des chômeurs et précaires (MNCP). Le délégué fédéral avance une autre explication : "Ce qui remonte chez nous, c'est que, pour l'essentiel, il s'agit de fins de droits."

La cessation d'inscription suivie de la radiation de chômeurs n'est pas un phénomène nouveau : la mort en février d'un homme qui s'est immolé par le feu devant une agence Pôle emploi à Nantes est venue rappeler qu'elle engendre des drames. Mais ce qui change ces derniers mois, c'est l'ampleur que semble prendre le phénomène.


Quelque 90.000 personnes par mois

"Quand il n'y a plus la carotte de l'indemnisation, les chômeurs ne voient plus l'intérêt de rester inscrits alors que l'emploi est complètement bouché", observe Pierre-Edouard Magnan. Dans les faits, il existe peu de statistiques sur les fins de droits. En moyenne, près de 90.000 personnes arriveraient chaque mois en fin de droits. "Sur un an, cela fait donc autour de un million de personnes. C'est énorme", s'inquiète-t-on au MNCP. Le Comité national CGT des Privés d'emploi va plus loin : "Le RSA et l'ASS en France, c'est 8 millions de personnes", rappelle l'un de ses membres, Alain Florin.

Surtout, le nombre de chômeurs en fins de droits a augmenté de 15% entre 2009 et 2012. C'est beaucoup. Mais Pierre Cavard, directeur des études et analyses de l'Unédic, relativise cette progression, précisant que les départs en retraite et les retours à l'emploi ont augmenté dans la même proportion (14%) sur la même période. A ce jour explique-t-il, le nombre de fins de droits représente entre 39% et 42% des sorties d'indemnisation, une proportion stable depuis trois ans et égale à celle des personnes qui retrouvent un emploi.


Une population très hétérogène

Ces chiffres sont toutefois à prendre avec des pincettes. Pour Yves Razzoli, membre du bureau de la CFTC, les sorties des fichiers ne sont pas toujours simples à prendre en compte : "Un grand nombre de personnes glissent sur la retraite mais, avec l'évolution actuelle des conditions de retraite, on n'a plus d'état prévisionnel. C'est une vraie inconnue." Tout comme il est difficile d'obtenir le nombre de chômeurs en fin de droits qui tentent l'expérience d'auto-entrepreneur. Sans compter ceux qui ont retrouvé un emploi mais n'ont pas pris le temps d'actualiser leur situation auprès de Pôle emploi...

Et même au sein des "fins de droit" au sens strict, les situations varient : "Une personne en fin de droits au bout de quatre mois et qui enchaîne des contrats courts n'est pas dans la même situation que celle qui est allée au bout de ses 36 mois d'allocations et n'a toujours rien trouvé", insiste Pierre Cavard pour qui "il n'est pas facile de tirer de généralités autour d'une population aussi hétérogène."


A quoi ont droit les fins de droit ?

Dans une période où la conjoncture n'aide pas à la reprise de l'emploi, le gouvernement avait bien tenté, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, de mettre en place un plan "Rebond pour l'emploi". Lancé en 2010, il était doté de 705 millions d'euros et devait bénéficier à 325.000 personnes. Avec 55.600 formations rémunérées, 79.000 contrats aidés et 13.200 aides exceptionnelles (plafonnées à 460 euros pour une durée maximum de six mois), il n'a finalement concerné que... 147.000 personnes ! "Ça n'a pas fonctionné", juge Yves Razzoli. "On proposait plus de contraintes pour un accompagnement plus long. Les chômeurs savaient ce qu'ils avaient, pas ce qu'ils allaient avoir…"

Aujourd'hui, lorsque l'allocation chômage se termine, les demandeurs d'emploi peuvent recevoir un revenu minimum, soit le RSA (revenu de solidarité active), soit l'ASS (allocation de solidarité spécifique). Avec d'autres mesures comme l'allocation transitoire, ces aides sont versées sous conditions de ressources. Mais beaucoup de personnes en fin de droits ne demandent rien. Le taux de non-recours avoisine les 40% pour le RSA-socle, ancien RMI. Pourquoi ? "Le système est vécu comme intrusif et stigmatisant", explique Pierre-Edouard Magnan. "Et il est compliqué. Si un tiers des bénéficiaires potentiels le refusent, c'est que ça ne marche pas. Il faut autre chose."


Améliorer l'accompagnement

Yves Razzoli défend toutefois le rôle d'amortisseur social du système français : "Contrairement à ce qu'on a pu voir en Espagne, le RSA permet de survivre à peu près décemment." Des négociations en vue d'améliorer l'accompagnement des personnes en fin de droit doivent démarrer début janvier entre les partenaires sociaux qui gèrent l'Unédic, organisme chargé de s'occuper de l'assurance chômage. Pas sûr pour autant que ce soit l'objectif des représentants des employeurs, qui souhaitent pouvoir payer moins de charges pour relancer l'emploi.

"Tout dépendra de la réalité de la croissance", prévient Yves Razzoli. "Si elle reste positive, conformément aux prévisions, cela arrivera très vite au niveau de l'Unédic, dont l'objectif premier est de réduire le nombre de demandeurs d'emplois. Moins on en a, plus on a d'argent pour remplir notre mission première : indemniser."

Au Comité national CGT des Privés d'emploi, le nombre de demandes d'aide et de conseil augmente régulièrement depuis quatre ans. Alain Florin, chômeur lui-même, tente de porter la parole de cette foule d'anonymes qui ne poussent la porte du comité qu'en dernier recours. Il s'inquiète : "Les gens sont résignés mais jusqu'où ? Ils ont tout perdu mais pas le droit de vote. On entend de plus en plus le discours du 'on a tout essayé et ça n'a rien changé. On a tout essayé, sauf…' Pour eux, la seule traduction c'est Brignoles. Les politiques ne se rendent pas compte de ce qui est en train de se passer."

Louis Morice - Le Nouvel Observateur
SOurce: http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20131022.OBS2114/chiffres-du-chomage-et-les-fins-de-droits-dans-tout-ca.html


Exigeons haut et fort avant qu'il ne soit trop tard:

- une harmonisation salariale, sociale et fiscale au niveau de l'Union avec un salaire minimum pour un nombre d'heures maximum
- un moratoire sur la libre circulation des salariés des pays "low cost" tant que les conditions ci-dessus ne sont pas remplies
- le droit d'insérer une clause de "préférence nationale" dans tous les appels d'offres financés par des fonds publics tant que les conditions ci-dessus ne sont pas remplies
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Dim 27 Oct 2013, 20:42

Pour éviter la dispersion des sujets, je réponds ici à ce message original: http://www.plateaufontenay.net/t1350p150-expulsion-de-leonarda#41951

roselavy a écrit:
---/---
Donc, je répète simplement: une personne âgée qui réside légalement sur le territoire français si elle n'a pas cotisé suffisamment pour toucher une retraite peut demander le minimum vieillesse, qu'elle soit ou non française. Ce n'est pas énorme, ça permet juste de ne pas crever la gueule ouverte. si vous avez des propositions alternatives à ce dispositif, n'hésitez pas.
---/---
On serait tenter de dire que c'est très bien sauf que....

Un salarié qui a travaillé de 20 à 55 ans et qui a donc cotisé sans interruption 35 ans ou plus a droit à l'ARE - Aide au Retour à l'Emploi (allocation chômage) - pendant 1095 jours maximum ce qui l'emmène à 58 ans sachant pertinemment que dans la situation actuelle un chômeur senior comme on dit n'a quasiment aucune chance de retrouver un emploi...

A cet âge de 58 ans, cette personne qui n'a pas eu la chance de travailler dans une administration ouvrant droit à un "régime spécial", .... n'a pas encore le droit de liquider sa retraite et elle doit patienter jusqu'à 60 ou 62 ans pour ce faire....

Pendant cette période d'attente, cette personne qui, je le rappelle, a cotisé sans interruption pendant plus de 35 ans, n'aura droit qu'à l'ASS - Allocation de Solidarité Spécifique (en non pas au RSA comme je l'ai écrit précédemment, le RSA étant pour les personnes ne pouvant justifier de 5 années d'activités au cours des 10 dernières années et ne pouvant donc bénéficier de l'ASS)...

Cette ASS s'élève à 477 Euros pour un mois de 30 jours pour une personne seule... Dans le cas d'un couple, l'ASS n'est versée que si les revenus du couple sont inférieurs à 1 749 Euros...

Je le répète, là on est dans le factuel, pas dans les statistiques de Hollande, Ayrault ou Sapin,... il suffit de regarder cette page: http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F12484.xhtml


Maintenant quelques chiffres sur le chômage des plus de 50 ans dans le Val de Marne pour donner une idée d'ampleur du problème présent et à venir:

Chômeurs de plus de 50 ans
Septembre 2012: 12970
Septembre 2013: 14940 (+ 15.2 %)

Chômeurs hommes de plus de 50 ans
Septembre 2012: 7160
Septembre 2013: 8320 (+  16.2 %)

Chômeuses femmes de plus de 50 ans
Septembre 2012: 5810
Septembre 2013: 6620 (+ 13.9 %)

Source: http://94.citoyens.com/files/2013/10/Chiffres-Chomage-Val-de-Marne-Septembre-2013.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 3134
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Dim 27 Oct 2013, 22:12

Il y avait une allocation pour faire le joint entre le chomage et la retraite, allocation supprimée il y a quelques années (2011?)
D'après l'article ci-dessous, cette allocation a été rétablie - qu'en pense a.nonymous ?
http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/01/24/ayrault-retablit-l-allocation-equivalent-retraite-pour-les-seniors-au-chomage_1822262_823448.html
Citation :
Jean-Marc Ayrault a annoncé, jeudi 24 janvier, au Sénat, le rétablissement, par une prestation d'un même montant, de l'allocation équivalent retraite (AER), qui permet aux chômeurs âgés de faire la jonction entre la fin du chômage et la retraite, et qui avait été supprimée en 2011.

Le premier ministre a précisé lors de la séance des questions d'actualité au Sénat qu'un "décret simple" serait prochainement publié pour que cette nouvelle prestation entre en vigueur le 1er mars. Le rétablissement de l'AER était réclamé par toutes les organisations syndicales.

Cette allocation avait été supprimée au nom de la rigueur – son coût atteignant près de 500 millions d'euros par an –, mais aussi pour encourager les seniors à travailler, avant d'être partiellement rétablie à la fin de 2011 sous le nom d'"allocation transitoire de solidarité" (ATS). Sa suppression a plongé des milliers de seniors dans une situation financière difficile, accrue également par le recul de l'âge de la retraite depuis la réforme votée en 2010 (..)
D'après la suite de l'article, cette mesure ne toucherait certes qu'une partie des chômeurs seniors, et il faut vérifier que l'annonce a été suivie d'effet.
Au moins, est reconnue au plus haut niveau la situation difficile des chômeurs agés en fin de droits, mais trop 'jeunes' pour être retraités. Reste à agir ?
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14288
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Dim 27 Oct 2013, 22:27

l'action...est ce le point fort de flambi et de la "dream team" sauf pour inventer des impôts et des taxes ?
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Dim 27 Oct 2013, 23:26

salamandre a écrit:
Il y avait une allocation pour faire le joint entre le chomage et la retraite, allocation supprimée il y a quelques années (2011?)
D'après l'article ci-dessous, cette allocation a été rétablie - qu'en pense a.nonymous ?
Il suffit de lire la première ligne du décret n° 2013-187 du 4 mars 2013 "instituant à titre exceptionnel une allocation transitoire de solidarité pour certains demandeurs d'emploi" pour mesurer la portée effective de cette annonce du premier ministre:

http://legifrance.gouv.fr a écrit:
Publics concernés : demandeurs d'emploi nés entre le 1er janvier 1952 et le 31 décembre 1953.
Source: http://legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000027138175

A lire les explication sur le site de la CFDT: http://www.cfdt-retraités.fr/Allocation-avant-retraite


Aujourd'hui ce qui compte pour beaucoup de chômeurs c'est l'accord Unedic et en particulier:

Unedic a écrit:
Des dispositions particulières permettent le maintien des droits jusqu’à l’obtention d’une retraite à taux plein pour les personnes en cours d’indemnisation à 61 ans.
Source: http://www.unedic.org/article/allocation-d-aide-au-retour-l-emploi-are-50-ans-et-plus

Cet accord pose deux problèmes:

- si le chômeur arrive en fin de droits avant ses 61 ans il n'a droit qu'à ASS (voir ci-dessus)

- cet accord est renouvelé d'année en année et la mouture actuelle 2013 se termine le 31 décembre 2013 mais la négociation du nouvel accord 2014 entre partenaires sociaux qui devait démarrer en octobre 2013 a été repoussée....  En conséquence les seniors chômeurs appartenant à la fameuse "Génération Mitterand" devenue aujourd'hui "Génération Pôle emploi",  ne savent pas comment ils vont "être mangés" dans le futur... Quand j'utilise l'expression "crever à Pôle emploi sans avenir" ce n'est pas hélas qu'une formule de rhétorique...

Il faut être conscient que ce manque de vision d'avenir pèse  sur la vie politique du pays... Au delà de seniors chômeurs qui sont directement concernés, les parents, enfants, petits enfants de ceux-ci interprètent et jugent eux aussi cette situation.... Dans un message précédent dans cette discussion je citait un article de presse dans lequel on pouvait lire:

"Au Comité national CGT des Privés d'emploi, le nombre de demandes d'aide et de conseil augmente régulièrement depuis quatre ans. Alain Florin, chômeur lui-même, tente de porter la parole de cette foule d'anonymes qui ne poussent la porte du comité qu'en dernier recours. Il s'inquiète : "Les gens sont résignés mais jusqu'où ? Ils ont tout perdu mais pas le droit de vote. On entend de plus en plus le discours du 'on a tout essayé et ça n'a rien changé. On a tout essayé, sauf…' Pour eux, la seule traduction c'est Brignoles. Les politiques ne se rendent pas compte de ce qui est en train de se passer.""

Il faut vraiment que les politiques prennent pleinement conscience de la situation et du danger réel qu'elle présente...


Le Monde a écrit:
Le petit coup de pouce de l'Unedic à certains seniors au chômage

Le Monde.fr | 25.01.2013 à 18h58 • Mis à jour le 25.01.2013 à 18h58 | Par Nathalie Cheysson-Kaplan

Comme dans la plupart des pays européens, le taux d'activité des 55-64 ans a désormais tendance à progresser en France. Revers de la médaille ? La présence plus importante des seniors sur le marché du travail se traduit par une forte augmentation de la proportion des plus âgés parmi les chômeurs : fin 2011, 9,1 % des chômeurs avait 55 ans et plus, contre 5 % en 2000.

Or si leur taux de chômage est plus faible que la moyenne, les seniors peinent davantage que les autres à en sortir et se retrouvent plus souvent en situation de chômage de longue durée.

Afin de tenir compte de ces difficultés, les chômeurs âgés peuvent prétendre à une durée d'indemnisation plus longue que les moins de 50 ans : 36 mois maximum contre 24 mois.


CONVENTION FAVORABLE

En principe, une fois ces 36 mois épuisés, le versement des allocations cesse. Il peut aussi s'arrêter avant, s'ils ont atteint l'âge minimum de la retraite applicable à leur génération (60 ans, progressivement porté à 62 ans) et justifient de la durée d'assurance requise pour faire liquider leurs pensions à taux plein. Dans ce cas, le versement de leur retraite prend immédiatement le relais.

A l'opposé, la convention d'assurance chômage en vigueur jusqu'au 31 décembre 2013 prévoit que cette durée de 36 mois peut être prolongée pour les chômeurs qui sont toujours en cours d'indemnisation à 61 ans (ou après) s'ils ne peuvent pas prétendre à une retraite à taux plein à cet âge.

Ils pourront alors percevoir leurs allocations jusqu'à l'âge auquel ils auront le nombre de trimestres requis pour faire liquider leurs pensions à taux plein, ou à défaut jusqu'à l'âge du taux plein applicable à leur génération.

Pour bénéficier de ce maintien aux allocations, ils doivent répondre aux conditions suivantes : être indemnisés depuis au moins 1 an, justifier d'au moins 100 trimestres validés par l'assurance vieillesse et de 12 années d'emploi salarié, dont au moins un an continu ou 2 ans discontinus dans les 5 années précédant la fin du dernier contrat de travail.


SITUATION DÉLICATE

Concrètement, cela signifie qu'une personne née en 1952 qui s'est retrouvée au chômage à 58 ans et qui est toujours en cours d'indemnisation, cette année, à 61 ans, peut continuer à être indemnisée par le Pôle emploi jusqu'à l'âge auquel elle aura les 164 trimestres requis pour bénéficier de ses pensions à taux plein, ou à défaut jusqu'à 65 ans et 9 mois (âge du taux plein applicable à sa génération).

En revanche, la situation est plus délicate pour ceux qui ont épuisé leurs droits aux allocations avant 61 ans, c'est-à-dire ceux qui se sont retrouvés au chômage avant 58 ans.

Sous certaines conditions assez restrictives, ils peuvent prétendre à certaines allocations spécifiques, comme l'allocation transitoire de solidarité (34,33 euros par jour), la nouvelle allocation qui devrait prendre le relais de l'allocation équivalent retraite à compter du 1er mars (34,33 euros par jour également) ou à défaut l'allocation de solidarité spécifique (15,90 euros par jour).
Source: http://www.lemonde.fr/argent/article/2013/01/25/le-petit-coup-de-pouce-de-l-unedic-a-certains-seniors-au-chomage_1822707_1657007.html

La Tribune a écrit:
La (délicate) négociation sur l'assurance chômage renvoyée à la fin décembre

Jean-Christophe Chanut | 10/09/2013, 17:41 - 757 mots

Patronat et syndicats vont informer le ministre du Travail que la négociation sur le renouvèlement de la convention d'assurance chômage ne débutera en octobre mais plutôt en décembre (voire début janvier 2014). En cause, l'embouteillage des dossiers sociaux... mais surtout le besoin de déminer le terrain alors que le Medef veut rétablir la dégressivité des allocations.

Pour éviter l'embouteillage, la négociation sur le renouvellement  de la convention d'assurance chômage, qui fixe les conditions d'indemnisation des demandeurs d'emploi, attendra un peu. Ce n'est pas encore officiel, mais patronat et syndicats ce sont mis d'accord sur ce report et vont très prochainement en informer le ministre du Travail Michel Sapin, selon une source syndicale. Normalement, cette négociation entre les organisations patronales et syndicales, gestionnaires de l'Unedic qui gère l'assurance chômage, aurait dû démarrer en octobre afin que la nouvelle convention s'applique dès le 1er janvier 2014. La précédente, applicable depuis 2011, arrivant à expiration. Finalement, la négociation ne s'ouvrirait que fin décembre, voire début janvier 2014, et l'actuelle convention serait alors prorogée d'au moins trois mois.


Embouteillage des dossiers sociaux

De fait, patronat et syndicats ne sont pas prêts. Trop de dossiers sociaux se bousculent depuis le début de l'année. Il y a d'abord eu l'accord national sur l'emploi du 11 janvier puis sa traduction législative qui a pas mal mobilisé les énergies. Ce fût ensuite la réforme des retraites, toujours en cours, puisque la discussion parlementaire ne débutera pas avant octobre. Enfin, il y a la négociation sur la réforme de la formation professionnelle souhaitée par François Hollande. Les partenaires sociaux doivent débuter les discussions fin septembre avec la mission d'aboutir pour la fin décembre.

Sans compter que les changements intervenus à la tête de différentes organisations syndicales et patronales ont quelque peu désorganisé le travail interne. C'est surtout le cas à la CGT et au Medef, moins à la CFDT.


Le Medef veut rétablir la dégressivité des allocations

Mais il y a d'autres motifs à ce retard, moins avoués mais tout aussi réels. On sait que le Medef veut rétablir la dégressivité des allocations. Et ce pour deux raisons. D'abord, il s'agirait de soulager les finances de l'assurance chômage alors que le déficit cumulé du régime devrait atteindre 18,4 milliards d'euros cette année. Une donnée qui sera actualisée lors du prochain bureau de l'Unedic le 26 septembre. Avec la montée du chômage, le déficit de l 'Unedic s'accroit d'environ 5 milliards d'euros par an. Heureusement que l'organisme bénéfice de la garantie de l'Etat pour pouvoir emprunter sur le marché obligataire à des taux intéressants !! mais si la croissance tarde à revenir, cette politique deviendra intenable. D'où le souhait de l'organisation patronale de parvenir à des économies. L'autre raison, classique, avancée parle Medef : le système français serait trop généreux en prévoyant jusqu'à 24 mois d'indemnisation (36 mois pour les chômeurs de plus de 50 ans) et n'inciterait donc pas à la reprise d'un emploi.

Côté syndical, unanimement, on est sur la ligne inverse : pas question de rogner sur les indemnités chômage, alors que le nombre des chômeurs est si élevé. Pour des milliers de personnes, les indemnités constituent ainsi le dernier filet de sécurité. Bref, patronat et syndicats ne sont pas du tout sur la même longueur d'ondes, dans ces conditions il faut mieux temporiser… pour déminer.

Le ministre du Travail ne semble d'ailleurs pas voir l'initiative patronale de rétablir la dégressivité des allocation d'un très bon œil. Non seulement parce qu'il voit également dans les indemnités chômage un « stabilisateur social » mais aussi en pensant aux finances de l'Etat. De fait, principe des vases communicants, si l'Assurance chômage réduit la durée de versement des indemnités, c'est le régime de solidarité nationale, géré lui par l'Etat, qui devra prendre en charge l'indemnisation des chômeurs privés de l'allocation Unedic, via le versement de l'allocation spécifique de solidarité (ASS). En ces périodes de vaches maigres budgétaires, le ministre du Travail voudrait bien éviter de ce retrouver avec ce fardeau…


Seuls 50% des demandeurs d'emploi perçoivent une indemnisation

Déjà, selon les dernières statistiques connues, fin juin, seuls 41,3% des demandeurs d'emploi inscrits à Pôle Emploi en catégories A,B,C,D,E sont indemnisés par l'assurance chômage et 8,1% par le régime de solidarité nationale. Ce qui signifie, concrètement, que 50% des chômeurs ne perçoivent aucune indemnités, soit parce qu'ils sont trop jeunes et n'ont pas assez cotisé, soit parce qu'ils n'y ont plus droit (il perçoivent alors le RSA).

D'autres données méritent d'être connues pour bien cerner le débat avant que ne s'ouvre la négociation en fin d'année. Selon des chiffres fournis par l'Unedic, au 31 décembre 2012, le montant brut moyen de l'allocation mensuelle s'élevait à 1.108 euros. Et 95% des allocataires perçoivent moins de 2.070 euros (toujours en brut). Seuls 1.400 allocataires, soit 0,06% du total, touche le fameux montant maximum (6.959 euros par mois) qui fait tant polémique.

On comprend pourquoi les discussions vont être houleuses… Surtout si la question des intermittents du spectacle est mise sur la table.  
Source: http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20130910trib000784206/la-delicate-negociation-sur-l-assurance-chomage-renvoyee-a-la-fin-decembre.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Jeu 31 Oct 2013, 11:31

Alors que plus de 5 millions de chômeurs crèvent à Pôle emploi et que cet organisme n'a pas encore fini de digérer la difficile fusion entre les ASSEDIC et l'ANPE, voici une recommandation de la commission des finances du Sénat qui a du sens....

Les effectifs surchargés de Pôle emploi devraient en effet d'abord répondre aux besoins des personnes qui ont contribué au système social plutôt que de traiter les dossiers de demandeurs d'asile n'ayant jamais contribué et de plus majoritairement allophones ce qui complexifie la gestion des dossiers et donc le temps passé sur chacun d'eux...

Après, au delà de cet aspect de la meilleure gestion des ressources de Pôle emploi, on peut aussi s'étonner du pourcentage et du montant des indus versés par cet organisme aux demandeurs d'asile:

"Selon le rapport présenté par Roger Karoutchi (UMP), rapporteur de la mission "Immigration, asile et intégration", les versements indus de l'Ata par Pôle emploi, à qui la gestion de l'aide a été confiée, représentent environ 20% du total, soit 30 millions d'euros."



AFP a écrit:
31/10/2013 à 00:08
Asile: un rapport recommande de retirer à Pôle emploi l'allocation d'attente

L'allocation temporaire d'attente (Ata), versée aux demandeurs d'asile qui ne peuvent pas être hébergés dans un centre d'accueil, ne doit plus être gérée par Pôle emploi en raison de dysfonctionnements, recommande un rapport publié mercredi par la commission des Finances du Sénat alors que la demande de protection a "explosé", a admis le ministère de l'Intérieur.

L'Ata, qui s'élève à 336 euros mensuels, est versée aux demandeurs d'asile qui n'ont pas pu bénéficier d'une des 21.410 places en Centre d'accueil pour les demandeurs d'asile (Cada) dans l'attente des suites données à leur dossier.

En 2012, 36.450 personnes ont bénéficié de cette allocation, sur plus de 60.000 demandeurs d'asile. Au total, 150 millions d'euros ont été distribués, montant en forte progression ces dernières années en raison de la hausse des demandes d'asile et de l'allongement de la durée d'instruction des dossiers.

Fin 2013, le nombre de demandeurs d'asile va atteindre les 70.000, "un chiffre qui se situe au-delà de toutes les projections imaginées", s'est alarmé mercredi le député UMP Eric Ciotti, rapporteur du budget de l?asile à l?Assemblée, cité par Le Figaro.

"Ce chiffre est envisageable et la situation est extrêmement difficile", a admis le Cabinet de Manuel Valls auprès de l'AFP en soulignant cependant que "le problème ne date pas de 2012 et de l'arrivée de la gauche au pouvoir mais de 2007".

"Nous sommes face à un problème structurel qui n' a pas été tranché par la majorité précédente", ajoute Beauvau en rappelant que le Manuel Valls a lancé une concertation sur le sujet qui doit s'achever fin novembre. "La vision du ministre est qu'il faut construire sur ce sujet un consensus national ou au moins aussi large que possible", insiste-t-on.

Selon le rapport présenté par Roger Karoutchi (UMP), rapporteur de la mission "Immigration, asile et intégration", les versements indus de l'Ata par Pôle emploi, à qui la gestion de l'aide a été confiée, représentent environ 20% du total, soit 30 millions d'euros.

"Il y a beaucoup d'indus bénéficiaires", a admis le ministère.

Le rapport de M. Karoutchi critique "le manque de qualification des agents de Pôle emploi" sur ces questions et l'absence de liens entre la structure et les autres organismes publics en charge des demandes d'asile.

Il propose "à court terme" de confier la gestion de l'Ata à l'Office français de l'intégration et de l'immigration (Ofii), responsable de l'accueil des migrants, et "à moyen terme" de fusionner l'Ofii et l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), afin de créer "un grand opérateur de l'asile et de l'immigration".

Le rapport insiste également sur la nécessité de réduire le montant versé aux demandeurs isolés mais de tenir compte, à l'inverse, de la présence d'enfants à charge.

"L'Ata est l'allocation la plus basique et la moins intelligente que je connaisse", a résumé Roger Karoutchi, dénonçant un droit d'asile français "à bout de souffle".

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a confirmé le 23 octobre son intention de présenter rapidement une réforme du droit d'asile, pour diviser par deux le délai de traitement des dossiers.

Il a confié en juillet le pilotage des concertations à deux parlementaires, qui doivent rendre leurs conclusions mi-novembre.

Le projet de loi sur l'immigration, prévu après l'été 2013, avait été reporté à la fin de l'année ou au début 2014 pour y adjoindre un volet asile
Source: http://actu.orange.fr/france/asile-un-rapport-recommande-de-retirer-a-pole-emploi-l-allocation-d-attente-afp_2644442.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Jeu 07 Nov 2013, 05:41

Alors que Pôle emploi est incapable de remplir son rôle en aidant les chômeurs qui sont réellement à la recherche d'un emploi, cet organisme veut durcir les règles contre l'absentéisme ou plus exactement en cas de rendez-vous manqué...

Ce changement visant à rabaisser encore d'avantage les chômeurs qui ont déjà perdu toute vision de leur avenir, à les infantiliser comme de simples collégiens,  est juste humiliante et inacceptable !

Aux municipales et aux européennes, les chômeurs, première force politique du pays avec plus de 5 millions de personnes,  devront absolument faire entendre haut et fort leur saine colère !


Le Parisien a écrit:
Chômage : Pôle Emploi veut durcir les règles contre l'absentéisme

Publié le 06.11.2013, 10h38 | Mise à jour : 11h15

Est-ce une manière de dissuader les chômeurs de négliger un rendez-vous à Pôle Emploi ou une volonté masquée de faciliter les radiations ? Une nouvelle note interne fait déjà bondir les syndicats de Pôle Emploi. 'organisme voudrait en effet systématiser la demande de justificatifs en cas d'absence a un rendez-vous, selon une circulaire à l'étude qu'a consultée RTL.

Ce projet prévoit de lister les motifs d'absence possibles, avec le justificatif correspondant à présenter obligatoirement. Ainsi, la perte d'un proche devra être prouvée par un certificat de décès ; une panne de voiture ou d'ordinateur par une facture de réparation. Une douzaine de raisons et justifications possibles sont mentionnées noir sur blanc dans la note.

Un inventaire qui indigne déjà les associations de précaires. «Cette note est inquiétante : elle parle d'assiduité, de bonne conduite, de récidive... les chômeurs sont assimilés à des mineurs délinquants», dénonce ainsi Virginie Gorson-Tanguy, du Mouvement national des chômeurs et précaires [ http://mncp.fr ], au micro de RTL.

Les conseillers garderont toutefois leur pouvoir d'appréciation, mais la sanction pourra être lourde en cas de non justification précise à une absence: deux mois de radiation, sans indemnités de chômage.

LeParisien.fr
Source: http://www.leparisien.fr/economie/chomage-pole-emploi-veut-durcir-les-regles-contre-l-absenteisme-06-11-2013-3291813.php


http://mncp.fr
http://www.ac.eu.org/
http://www.apeis.org/
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Dim 12 Jan 2014, 03:13

Ne dites pas à cette chômeuse poursuivi par Pôle emploi pour un trop perçu de 433 Euros que l'Allocation Temporaire d'Attente - ATA - perçue par les réfugiés n'ayant jamais contribué au système social de notre pays s'élève à 340,50 € par mois, elle ne comprendrait pas...


AFP a écrit:
11/01/2014 à 12:43
Pôle emploi: six mois de cauchemar pour un "trop percu" de 433 euros

Harcelée par un huissier pour un "trop perçu" d'allocation chômage de 433 euros, Amélie Choppe, 27 ans, se réveille tout juste d'un "cauchemar" de six mois. Elle dénonce les "règles absurdes" de l'assurance chômage, qui pénalisent, selon elle, "ceux qui préfèrent ne pas rester inactifs".

Après le suicide par immolation en février 2012, à Nantes, d'un demandeur d'emploi en fin de droits, redevable de quelques centaines d'euros, les associations de chômeurs avaient réclamé un "moratoire" sur ces "trop perçus".

L'année dernière, 812 millions d?euros ont ainsi été versés à tort par Pôle emploi. Dans deux tiers des cas, ces trop perçus concernent des chômeurs qui complètent un petit salaire (CDD, temps partiel, intérim) avec une partie de leur allocation. C'est le cas d'Amélie Choppe.

Conçu dans les années 1980 pour quelques dizaines de milliers de personnes, ce dispositif de cumul, destiné à aider les chômeurs à remettre le pied à l'étrier, concerne aujourd'hui près d'1,2 million de personnes. Sa refonte sera un des enjeux majeurs de la nouvelle négociation Unédic, qui s'ouvre le 17 janvier.

Le "cauchemar" de la jeune femme commence en avril 2013. Luthier de formation, au chômage depuis plus d'un an, elle garde des enfants 16 heures par semaine pour 300 à 400 euros par mois et reçoit un complément de Pôle emploi qui amène ses revenus autour de 900 euros. A peine assez pour payer le loyer et les charges de son appartement du Val-de-Marne (800 euros).

Un premier courrier de Pôle emploi l'informe qu'il ne lui reste plus que trois mois d'allocation: elle découvre alors que la réglementation permet d'additionner salaire et allocation chômage pendant seulement 15 mois. Pour les chômeurs sans aucune activité, la durée maximale de l'indemnisation est de 24 mois.

"C'est quand même complétement fou, en fait j'aurais mieux fait de ne pas travailler du tout!", s'étonne-t-elle. Paniquée, elle quitte à regret son employeur et décroche un contrat de 30 heures hebdomadaires: caissière chez Carrefour, pour 900 euros mensuels.


'Incompréhensible'

Trois mois plus tard, deuxième mauvaise surprise: une seconde lettre lui annonce une dette envers Pôle emploi de 433,28 euros. En cause, un mois de l'été 2012 où l'absence des enfant gardés l'avait contrainte à un congé sans solde. Elle avait donc eu droit à un mois complet d'allocation.

"Pour la machine, on ne peut pas être sous contrat et ne pas être rémunéré, elle vous réclame donc de rembourser", se contente de lui indiquer un agent de Pôle emploi.

Arrivent ensuite les SMS et les appels de l'huissier, "plusieurs par jour". "Je ne dormais plus, je pleurais tous les soirs au téléphone avec ma mère, qui vit en Franche-Comté. J'imaginais qu'on allait me saisir mes meubles", raconte-t-elle. "Même étalée sur dix mois, cette somme je ne l'ai pas dans mon porte-monnaie".

Pour celle qui "respecte les règles à la lettre", "être traitée comme une fraudeuse, qui plus est quand on n'a pas fait de faute", c'est "incompréhensible".

Grâce à l'aide d'une militante du Mouvement national des chômeurs et précaires (MNCP), "sans qui on ne l'aurait pas écoutée", et d'une directrice d'agence Pôle emploi "fort sympathique", Amélie Choppe a réussi, le 20 décembre dernier, à faire annuler sa dette par une "instance paritaire régionale". Au prix d'innombrables courriers et démarches, de six mois d'insomnie et de "kilos pris à cause du stress".

"Je n'ai toujours pas compris ce trop perçu et je ne cherche plus à comprendre. Je me dis juste que si on a annulé ma dette, c'est que je devais avoir raison, confie-t-elle. Mais j'ai toujours cette peur au ventre: que Pôle emploi me réclame à nouveau de l'argent".
Source: http://actu.orange.fr/france/pole-emploi-six-mois-de-cauchemar-pour-un-trop-percu-de-433-euros-afp_2770800.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Dim 16 Fév 2014, 21:00

Il serait peut être temps de se pencher sur Pôle emploi et sur le résultat de la fusion entre ANPE et ASSEDIC décidé fin 2008 par Nicolas Sarkozy...


"Le faible niveau de confiance exprimé par les Français sur l'ensemble des missions de Pôle Emploi, est assez unanime, quel que soit l'âge, l'activité ou le lieu de résidence, relève l'Ifop.

Mais les chômeurs, "les plus susceptibles d'avoir besoin de Pôle Emploi, se montrent les plus défiants": seuls 6% d'entre eux déclarent avoir confiance en Pôle Emploi pour leur trouver un travail (contre 12% des salariés du privé).
"




AFP a écrit:
15/02/2014 à 19:53
Chômage : 10% des Français font confiance à Pôle emploi pour trouver un travail

Seulement 10% des Français font confiance à Pôle emploi pour trouver un travail, selon un sondage.

A peine 10% des Français font confiance à Pôle emploi pour leur trouver du travail, et un tiers pour les informer sur les possibilités d'emploi, selon un sondage Ifop dimanche.

A la question, "auriez ou avez vous confiance dans Pôle Emploi pour vous procurer un travail ?", 10% des sondés répondent "oui", 77% "non", et 13% "ne savent pas", selon le sondage à paraître dans Sud Ouest Dimanche, qui trace un parallèle avec un sondage similaire en 1975 sur les missions de ce qui était alors l'ANPE (Agence nationale pour l'Emploi). Dans une enquête réalisée par l'Ifop en 1975, deux ans après le premier choc pétrolier, 67% des Français faisaient alors confiance à l'ANPE pour leur procurer un travail, soit 57 points de plus qu'actuellement, rappelle l'institut.

L'aspect sur lequel Pôle Emploi conserve un crédit relatif auprès des Français est son aptitude à "les informer sur les possibilités d'emploi": 32% des personnes interrogées disent aujourd'hui lui faire confiance sur ce point (contre 55% qui ne lui font pas confiance).

Mais là encore, le recul est important, comparé aux 78% qui faisaient confiance à l'ANPE en 1975 sur cette mission d'information.

Enfin, un maigre 21% des Français font aujourd'hui confiance à Pôle Emploi pour les "conseiller dans leur orientation professionnelle" (contre 65% qui ne lui font pas confiance, et 14% qui ne savent pas). En 1975, les Français étaient 51% à faire confiance à l'orientation à l'ANPE sur l'orientation.

Le faible niveau de confiance exprimé par les Français sur l'ensemble des missions de Pôle Emploi, est assez unanime, quel que soit l'âge, l'activité ou le lieu de résidence, relève l'Ifop.

Mais les chômeurs, "les plus susceptibles d'avoir besoin de Pôle Emploi, se montrent les plus défiants": seuls 6% d'entre eux déclarent avoir confiance en Pôle Emploi pour leur trouver un travail (contre 12% des salariés du privé).

Le sondage a été réalisé du 12 au 14 février par questionnaire en ligne, sur un échantillon de 1.011 personnes, représentatif de la population de 18 ans, selon la méthode des quotas.
http://actu.orange.fr/france/chomage-10-des-francais-font-confiance-a-pole-emploi-pour-trouver-un-travail-afp-s_2833138.html
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14288
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Dim 16 Fév 2014, 21:37

15/02/2014 à 11:01
20% des Bulgares en âge de travailler souhaitent émigrer

20% des Bulgares en âge de travailler veulent profiter de l'ouverture du marché du travail de l'Union européenne au 1er janvier 2014. Ils sont 480.000, âgés de 15 à 65 ans, potentiels migrants. Leur nombre est de 32% supérieur par rapport à 2007, année d'adhésion de ce pays le plus pauvre de l'Union européenne, constate une étude de l'Institut d'économie auprès de l'Académie bulgare des sciences.

L'Allemagne est l'objectif de 29% des migrants bulgares potentiels, suivie du Royaume Uni (18%). L'Espagne et la Grèce voisine qui étaient les destinations préférées en 2007, n'attirent que 7,8% et 15,5%, en raison de la crise.

Le chef de l'étude, Dotcho Mihaïlov, constate "une migration circulaire": les migrants restent en moyenne 18 mois à l'étranger. Mais puisqu'ils ne trouvent pas d'emploi à leur retour en Bulgarie, la plupart repartent. Ils travaillent principalement dans l'agriculture, la construction et la restauration.

Les travailleurs bulgares à l'étranger ont envoyé en Bulgarie 1,742 milliard d'euros en 2013, un montant supérieur de 41% aux investissements étrangers directs qui se chiffrent à 1,229 milliards d'euros.

Le 1er janvier 2014, neuf pays européens dont l'Allemagne et le Royaume Uni ont levé toute restriction de l'accès au marché du travail aux Bulgares et aux Roumains dont cinq millions au total, selon des estimations, avaient d'ores et déjà travaillé dans l'UE.

-----------------------------

Nul doute que cela va améliorer la situation de l'emploi chez nous...

ON perd nos entreprises et on récupère de la main d'œuvre et une hémorragie de devises.
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Lun 17 Fév 2014, 11:10

Hé oui, l'U.E. c'est la liberté de circulation et d'installation pour les citoyens et c'est une très bonne chose !
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Lun 17 Fév 2014, 12:21

Loïc a écrit:
Hé oui, l'U.E. c'est la liberté de circulation et d'installation pour les citoyens et c'est une très bonne chose !

Si vous n'étiez pas fonctionnaire bénéficiant de la garantie de l'emploi et si comme les salariés du privé vous risqueriez de perdre votre emploi à cause de cette liberté de circulation et d'installation vous tiendriez sans doute d'autres propos...

Il faut qu'en même savoir que l'Union qui s'est faite sans harmonisation salariale, sociale, fiscale, environnementale profitent aujourd'hui aux multinationales et fait le malheur de millions de salariés du privé confrontés à la dureté du chômage...

Dire que la "liberté de circulation et d'installation pour les citoyens est une très bonne chose" c'est quelque part insulter tous ceux qui crève sans avenir à Pôle emploi...

Pour information le salaire minimum mensuel en Bulgarie était de 158,97 EUR en juillet 2013 !
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Lun 17 Fév 2014, 12:30

Non, ce n'ets pas à cause de la liberté de circulation que les gens perdent leur emploi, c'est du fait de la rapacité des patrons qui veulent s'en mettre toujours plus dans les poches sans se soucier des dégâts sociaux que cette course à la rentabilité, encouragée par le capitalisme financier provoque.
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Lun 17 Fév 2014, 12:36

Loïc a écrit:
Non, ce n'ets pas à cause de la liberté de circulation que les gens perdent leur emploi, c'est du fait de la rapacité des patrons qui veulent s'en mettre toujours plus dans les poches sans se soucier des dégâts sociaux que cette course à la rentabilité, encouragée par le capitalisme financier provoque.


Peut-être faudrait-il que les emplois du privé bénéficient de la même protection que les emplois de fonctionnaires ?

http://www.fonction-publique.gouv.fr a écrit:
Condition de nationalité :

Vous devez être ressortissant d’un État membre de l’Union européenne ou d’un État partie à l’accord sur l’Espace économique européen

Enfin, il convient de noter que trois autres Etats bénéficient de ces mêmes dispositions pour leurs ressortissants :

- la Confédération suisse, qui a signé un accord de libre circulation avec l’UE le 21 juin 1999. La loi n° 2001-1117 du 28 novembre 2001 autorisant la ratification de l’accord entre la Communauté européenne et ses Etatsmembres, d’une part, et la Confédération suisse, d’autre part, sur la libre circulation des personnes a permis l’entrée en vigueur de cet accord en droit interne. Celui-ci est pleinement applicable depuis le 1er juin 2002.

- la principauté de Monaco a, quant à elle, cosigné avec la France, le 8 novembre 2005, une « convention destinée à adapter et à approfondir la coopération administrative entre la République française et la Principauté de Monaco » qui a été ratifiée par la loi n° 2008-572 du 19 juin 2008. Cette convention étend le bénéfice des règles de droit commun applicables aux ressortissants communautaires aux ressortissantsmonégasques.

- La principauté d’Andorre bénéficie pour sa part de l’application du principe d’ouverture prévu par le statut général des fonctionnaires depuis 1994, conformément aux dispositions de l’article 26 de la loi n° 94-628 du 25 juillet 1994.

Mais un certain nombre d’emplois auxquels conduisent les concours sont réservés aux seuls ressortissants français. Ces emplois sont ceux qui présentent des prérogatives de puissance publique.

A l’inverse, les emplois de chercheurs des établissements de recherche, les emplois de professeurs de l’enseignement supérieur et les emplois de médecins des établissements hospitaliers sont ouverts aux ressortissants de toutes nationalités.
Source: http://www.fonction-publique.gouv.fr/score/concours/conditions-generales
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14288
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Lun 17 Fév 2014, 18:02

Les Suisses venant travailler en France, les riches Suisse passant leur fric chez nous pour le mettre en banque et les Monégasque demandant la nationalité française... tous ces gens abandonnant leurs systèmes de santé respectifs pour la sécurité sociale française... normalement on devrait leur dérouler le tapis rouge.

Généralement s'ils insistent on leur demande de consulter un médecin.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14288
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Lun 17 Fév 2014, 18:13

Le chômage ne se résorbera pas en modifiant l'ANPE ou popol emploi... pas plus qu'en mettant en place des emplois bidons mais parce que nous aurons des entreprises ayant besoin de monde et des gens investissant chez nous.

Investissements en 2013 : moins 77%

http://lexpansion.lexpress.fr/economie/les-investisseurs-etrangers-ont-deserte-la-france-en-2013_426021.html

Signe évident de confiance dans ceux qui nous gouvernent...
Revenir en haut Aller en bas
hilarian



Messages : 258
Date d'inscription : 15/06/2010

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Mar 18 Fév 2014, 05:34

Loïc, pour cette cause soyez positif, proposez  des solutions viables,  arrêtez de critiquer le gouvernement que vous avez élu , soutenez le, ne prenez pas les mêmes positions que le FN ,évidement  ce problème de manque d'emploi ne vous concerne pas , vous êtes protégé et occupez vous uniquement d'histoire locale   !!!
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Mer 19 Fév 2014, 04:38

Loïc a écrit:
Hé oui, l'U.E. c'est la liberté de circulation et d'installation pour les citoyens et c'est une très bonne chose !

Visiblement on a là encore une raison de divergence entre communistes et socialistes...

Alors que le porte-parole du maire-sortant communiste trouve que la libre circulation est "une très bonne chose", les députés socialistes discutent d'une proposition de loi visant à limiter les ravages causés au niveau de l'emploi par les travailleurs détachés low cost...

Voir: http://www.plateaufontenay.net/t909-envoye-special-les-nouveaux-forcats-du-btp#52529
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14288
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Mer 19 Fév 2014, 07:45

Pas du tout la gauche est unie autour du maire de Fontenay  ! votez pour Voguet il s'occupera du reste : Tout pour les larris et le couscous communautaire à volonté pour tout le monde.
Animation municipale garantie par le staff communiste !

C'est la nouvelle politique locale !

Pour les questions d'emploi ce n'est pas grave du moment que l'on est élu... si en plus la ville doit prendre des mesures significatives profitables aux ennemis de classe à savoir la droite et la gauche rebelle... surtout pas !

Si le pédalo ne coule pas assez vite ils seront là pour percer quelques trous supplémentaires.

Si le FN faisait cela on lui tomberait dessus mais lui au moins n'a pas fait élire flambi... avec de tels alliés il n'est pas nécessaire d'avoir des ennemis.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Mar 25 Mar 2014, 11:39

Ca s'est passé à cinq kilomètres de Fontenay....


AFP a écrit:
24/03/2014 à 19:14
Un chômeur tente de s'immoler dans une agence Pôle emploi

Un homme a tenté de s'immoler par le feu lundi à la mi-journée dans les locaux de l'agence Pôle emploi de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), avant d'être maîtrisé par des salariés de l'agence, a-t-on appris de source policière.

Le chômeur, "en conflit avec un salarié de l'agence", s'est aspergé d'essence peu avant 16h00, avant de tenter de mettre le feu à ses vêtements avec ses briquets, a raconté cette source.

"Il a été rapidement maîtrisé" par des salariés et n'a pas été blessé, a-t-on ajouté.

Plusieurs chômeurs ont tenté de s'immoler par le feu ces dernières années dans des agences Pôle emploi. En février 2013, un chômeur en fin de droits avait succombé à ses blessures après s'être fait brûler dans une agence Pôle emploi à Nantes.
Source: http://actu.orange.fr/faits-divers/un-chomeur-tente-de-s-immoler-dans-une-agence-pole-emploi-afp_2897244.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Mer 26 Mar 2014, 12:53

a.nonymous le Dim 27 Oct 2013 à 12:26 a écrit:
Aujourd'hui ce qui compte pour beaucoup de chômeurs c'est l'accord Unedic et en particulier:

Unedic a écrit:
Des dispositions particulières permettent le maintien des droits jusqu’à l’obtention d’une retraite à taux plein pour les personnes en cours d’indemnisation à 61 ans.
Source: http://www.unedic.org/article/allocation-d-aide-au-retour-l-emploi-are-50-ans-et-plus

Cet accord pose deux problèmes:

- si le chômeur arrive en fin de droits avant ses 61 ans il n'a droit qu'à ASS (voir ci-dessus)

- cet accord est renouvelé d'année en année et la mouture actuelle 2013 se termine le 31 décembre 2013 mais la négociation du nouvel accord 2014 entre partenaires sociaux qui devait démarrer en octobre 2013 a été repoussée....  En conséquence les seniors chômeurs appartenant à la fameuse "Génération Mitterand" devenue aujourd'hui "Génération Pôle emploi",  ne savent pas comment ils vont "être mangés" dans le futur... Quand j'utilise l'expression "crever à Pôle emploi sans avenir" ce n'est pas hélas qu'une formule de rhétorique...


Comme je l'ai écrit il y a quelques mois, la poursuite de l'indemnisation des chômeurs seniors arrivant en fin de droit passé leurs 61 ans reposait sur un accord UNEDIC renouvelé régulièrement entre UNEDIC et partenaires sociaux, MEDEF et syndicats de salariés....

Le renouvellement de cet accord qui devait normalement avoir lieu fin 2013 a été repoussé et il a eu lieu seulement la semaine dernière dans la nuit de vendredi à samedi, à la veille des municipales...  A la  lecture de la nouvelle version de cet accord, on découvre que cet âge de 61 ans a été simplement repoussé à 62 ans ce qui va donc conduire nombre de chômeurs seniors, dont aucune entreprise ne veut, à passer par la case RSA quand ils arriveront en fin de droit...

Une telle mesure est  juste inacceptable et les chômeurs seniors devraient désormais se faire entendre qui pour cela à recourir à l'agitation sociale comme les autres catégories socio-professionnelles !


"Les seniors les plus éloignés de l’emploi devront attendre 62 ans pour obtenir le maintient de  leurs allocations jusqu’à leur départ en retraite. Ceux de plus de 65 ans, exonérés jusqu’alors de leurs cotisations, vont devoir contribuer au financement de l’Unedic."


mncp a écrit:
Convention UNEDIC 2014 : une nouvelle attaque contre les droits des chômeurs !
Samedi, 22 Mars 2014 12:26 MNCP Nos communiqués

Vendredi 21 mars, dans la nuit, une majorité de partenaires sociaux sont finalement parvenus à un accord sur l’assurance-chômage, qui signifie pour l’ensemble des chômeurs un recul de leurs droits, contrairement aux promesses de certains syndicats et du gouvernement. Le Mouvement National des Chômeurs et Précaires demande au gouvernement de refuser son agrément à ce nouveau recul des droits des chômeurs, obtenu une nouvelle fois sans les consulter.

Obsédés par le déficit de l’UNEDIC, dû largement au chômage de masse et aux baisses de cotisations accordées depuis des années aux entreprises, certains partenaires sociaux ont signé l’accord, se félicitant d’une économie de 400 millions d’euros : trop peu pour résorber le déficit de l’UNEDIC, mais satisfaisant pour le patronat qui n’a concédé aucune nouvelle contribution. En brandissant la menace de supprimer le régime spécifique des intermittents, toujours menacé, le MEDEF n’a que mieux détourné l’attention médiatique pour s’en prendre au régime général, et faire porter le poids du déficit de l’Unedic sur les plus fragiles, seniors, licenciés, chômeurs indemnisés et travailleurs précaires.

Les nouvelles règles d’assurance chômage sont inacceptables et les reculs ne sauraient être occultés par la mise en place des droits rechargeables et la simplification des règles de cumul chômage/activité réduite.

Tous les chômeurs verront leur plafond d’indemnisation baisser de 57,4% à 57% du brut, coup de rabot inacceptable !

L’augmentation du délai de carence pour l’obtention des droits à l’assurance-chômage, à 180 jours (actuellement 75 jours) représente une atteinte inadmissible aux salariés qui luttent pour leurs droits aux Prud’hommes.

Les intérimaires vont devoir réintégrer en partie le régime général et sont privés de leurs maigres contreparties à l’extrême flexibilité de leur travail et l’irrégularité de leurs revenus.

Les seniors les plus éloignés de l’emploi devront attendre 62 ans pour obtenir le maintient de  leurs allocations jusqu’à leur départ en retraite. Ceux de plus de 65 ans, exonérés jusqu’alors de leurs cotisations, vont devoir contribuer au financement de l’Unedic.

Les intermittents conserveront leur régime, mais avec un plafonnement de leur allocation mensuelle. Jusqu’à quand les annexes 8 et 10 seront préservées des attaques du Medef ? Une nouvelle remise à plat est prévue pour fin 2014!

Les chômeurs, précaires et intermittents continueront à se mobiliser pour empêcher l’entrée en vigueur de cette nouvelle convention, prévue en juillet. Des actions coup de poing sont prévues dès la semaine prochaine.
Source: http://mncp.fr/Accueil/Nos-communiques/
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14288
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Mer 26 Mar 2014, 18:11

La présidence de HOLLANDE me révolte !

Se présenter en Mr Propre qui va tel un chevalier blanc supprimer les prébendes, les avantages et s'occuper des plus nécessiteux pour déboucher sur le spectacle que l'on nous inflige.

Pour le chômage on ne fait rien en profondeur mais on a peur de s'attaquer aux z'intermitents de boulot :
Un intermittent du spectacle est en France un artiste ou technicien qui travaille par intermittence (alternance de périodes d'emploi et de chômage) pour des entreprises du spectacle vivant, du cinéma, et de l'audiovisuel et qui bénéficie, suivant des critères de nombres d'heures travaillées et de métiers exercés, d'allocations chômages plus favorables que le régime général. Il y avait 9 060 allocataires en 1984, 41 038 en 19911, et 106 000 en 20132. Le déficit structurel de ce régime spécifique à la France est facteur de tensions entre partenaires sociaux3.

On augmente les impôts, on invente des taxes mais on accorde un régime fiscal spécial et avantageux aux journalistes :
http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/la-niche-fiscale-des-journalistes-etrillee-par-la-cour-des-comptes_1324787.html

Avec une ministre comme Barjot Bécassine porte parole du gouvernement qui non contente de soutenir la "théorie du genre" n'a que comme argument pour contrer le FN de tenter de mobiliser les musulmans en affirmant que dans les villes FN (s'il y en a) on obligerait les enfants à manger du porc...
Cette même évaporée oubliant que les musulmans sont opposés au mariage homo qu'elle a soutenu

Ajoutons quelques idées lumineuses des cocologistes qui compliquent avec volupté la vie des Français et ensuite on s'étonne des votes contestataire, des votes FN et de l'abstention...

Pour le chômage, c'est assez simple lorsque les mesures internationales et franco françaises auront mis l'économie totalement par terre, que nous ne pourrons plus emprunter pour financer nos systèmes sociaux et bien il faudra dire la vérité aux Français... gare aux éclaboussures !
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Mer 26 Mar 2014, 22:07

tonton christobal a écrit:
La présidence de HOLLANDE me révolte !

Elle révolte hélas beaucoup  de monde à commencer par ceux qui comme moi l'ont élu !

Vous avez dit cocu ?


Dernière édition par a.nonymous le Jeu 27 Mar 2014, 02:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Mer 26 Mar 2014, 23:25

Le texte du nouvel accord UNEDIC signé en fin de semaine dernière est disponible ici: http://www.unedic.org/sites/default/files/ani_rac_du_22_mars_2014_final.pdf

Cet accord qui pénalise les chômeurs seniors en reculant l'âge auquel ceux-ci peuvent prétendre à un maintient de leur droit jusqu'à leur retraite doit encore être approuvé par les instances dirigeantes des partenaires sociaux et agréé par le gouvernement...

Si tel est le cas, si le gouvernement accepte cet accord, il y a fort à parier que le PS découvrira à l'occasion des européennes le 25 mai ce que l'on appelle le double effet Kiss Cool...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14288
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Jeu 27 Mar 2014, 02:13

a.nonymous a écrit:
tonton christobal a écrit:
La présidence de HOLLANDE me révolte !

Elle révolte hélas beaucoup  de monde à commencer par ceux qui comme moi l'on élu !

Vous avez dit cocu ?

Même si je ne partage pas vos options politiques, il y a des réalités qui s'imposent.

Lorsque l'on est honnête on ne peut cautionner des comportements contestables sauf si on est un ... chacun finira à sa guise la phrase.

Je préfère un homme de gauche compétent et fiable à une planche pourrie de droite et inversement... ce n'est malheureusement pas le cas de nos dirigeants pour qui une carte politique et les jeux d'alliance prennent le pas sur le sens du service public. Nous serons comptables de ces dérives dont beaucoup sont les complices.

Tout est possible du moment que je conserve mes prébendes... la suite sous peu lors du remaniement ministériel.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Jeu 27 Mar 2014, 02:57

tonton christobal a écrit:
Même si je ne partage pas vos options politiques, il y a des réalités qui s'imposent.

Toutes les options politiques, dès lors qu'elles ne sont pas extrémistes, méritent le respect et peuvent faire l'objet de discussion entre personnes censées et tolérantes...
Revenir en haut Aller en bas
matmut

avatar

Messages : 2089
Date d'inscription : 11/07/2010

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Jeu 27 Mar 2014, 04:36

a.nonymous écrit:
Citation :
Le texte du nouvel accord UNEDIC signé en fin de semaine dernière est disponible ici: http://www.unedic.org/sites/default/files/ani_rac_du_22_mars_2014_final.pdf

Cet accord qui pénalise les chômeurs seniors en reculant l'âge auquel ceux-ci peuvent prétendre à un maintient de leur droit jusqu'à leur retraite doit encore être approuvé par les instances dirigeantes des partenaires sociaux et agréé par le gouvernement...

Si tel est le cas, si le gouvernement accepte cet accord, il y a fort à parier que le PS découvrira à l'occasion des européennes le 25 mai ce que l'on appelle le double effet Kis

Vous êtes la caricature du français type qui réclame des réformes à tout va mais qui n'en accepte aucune qui pourrait l'atteindre. C'est vrai qu'avec des gens comme vous nous ne sommes pas près de s'en sortir, rien de constructif tout dans le rejet de tout ce qui bouge.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Jeu 27 Mar 2014, 05:17

matmut a écrit:
Vous êtes la caricature du français type  qui réclame des réformes à tout va mais qui n'en accepte aucune qui pourrait l'atteindre. C'est vrai qu'avec des gens comme vous nous ne sommes pas près de s'en sortir, rien de constructif tout dans le rejet de tout ce qui bouge.

Aujourd'hui si il existe une caricature c'est bien celle d'un gouvernement social-démocrate à l'Elysée...

En quelques jours et par deux fois, entre l'accord avec l'AGIRC et l'ARRCO gelant les retraites complémentaires et l'accord UNEDIC reculant l'âge auquel les chômeurs peuvent prétendre percevoir leurs indemnités chômage jusqu'à leur retraite, les partenaires sociaux s'en sont pris aux séniors, catégorie sociale qui ne descend jamais dans la rue...

Si les effets de l'accord AGIRC-ARRCO vont se limiter à une baisse du pouvoir d'achat pour les retraités, l'accord UNEDIC risque lui de précipiter des milliers de seniors en fin de droit vers le RSA et ça c'est juste inadmissible pour des personnes qui ont cotisé de nombreuses années au système social...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Jeu 27 Mar 2014, 05:40

Un chômeur= une voix?

Le nombre de demandeurs d'emploi sans activité a bondi en février, avec 31.500 nouveaux inscrits en métropole (+0,9%), pour atteindre le niveau record de 3,34 millions, a annoncé mercredi le ministère du Travail.

En incluant les demandeurs d'emploi exerçant une petite activité, la hausse est plus faible (+7.900 soit +0,2%), mais porte toutefois le total dans ces deux catégories à un autre plus haut historique: 4,93 millions. Dans un communiqué, le ministère du Travail a admis "une progression marquée" et appelé à "amplifier encore" la mobilisation.

© 2014 AFP
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14288
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Jeu 27 Mar 2014, 06:24

Ne vous plaignez pas les étrangers en situation irrégulière ont de tarif de faveur sur les transports en communs, sont soignés gratuitement, les réfugiés politiques sont pris en charge... les étrangers âgés qui n'ont jamais cotisé en France reçoivent plus qu'un agriculteur en retraite donc tout va bien...

Dommage que le FN progresse ! mais on ne peut pas tout avoir...

PS : Léonarda et sa famille vous font leurs amitiés...
Revenir en haut Aller en bas
matmut

avatar

Messages : 2089
Date d'inscription : 11/07/2010

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Jeu 27 Mar 2014, 19:57

a.nonymous écrit:
Citation :
Le texte du nouvel accord UNEDIC signé en fin de semaine dernière est disponible ici: http://www.unedic.org/sites/default/files/ani_rac_du_22_mars_2014_final.pdf

Cet accord qui pénalise les chômeurs seniors en reculant l'âge auquel ceux-ci peuvent prétendre à un maintient de leur droit jusqu'à leur retraite doit encore être approuvé par les instances dirigeantes des partenaires sociaux et agréé par le gouvernement...
Si tel est le cas, si le gouvernement accepte cet accord, il y a fort à parier que le PS découvrira à l'occasion des européennes le 25 mai ce que l'on appelle le double effet Kiss Cool...
Il ne vous a pas échappé, a.nonymous, que l'Unedic est gérée par les syndicats qui pour certains d'entre eux savent se montrer responsables. Alors vous le démocrate hors paire vous souhaitez que le gouvernement refuse cet accord paritaire, je rêve alors que chacun demande plus de démocratie participative.
Et maintenant que vous avez trouvé le Kiss cool que vous nous servez dans toutes les rubriques vous êtes déja plein pot dans les élections européennes. Les clowns que vous vous complaisez à désigner ne sont peut être pas la ou vous le pensez, c'est l'effet réflex.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Jeu 27 Mar 2014, 23:15

matmut a écrit:
Il ne vous a pas échappé, a.nonymous, que l'Unedic est gérée par les syndicats qui pour certains d'entre eux savent se montrer responsables. Alors vous le démocrate hors paire vous souhaitez que le gouvernement refuse cet accord paritaire, je rêve alors que chacun demande plus de démocratie participative.


Comme l'a déjà fait un porte-parole socialiste sur ce forum à propos de l'accord AGIRC-ARRCO  qui gèle les pensions de retraite, vous vous défausser donc sur les syndicats...

Il se trouve hélas que ceux-ci sont composés essentiellement de salariés en activité, voir même pour certains essentiellement de salariés du public à l'abri du chômage, pour qui la situation des chômeurs, que ceux-ci soient séniors en fin de droit ou autres, n'est guère une priorité...  La contribution des actifs à l'assurance chômage est plus importante dans la négociation que l'indemnisation de ceux qui n'ont plus d'emploi...

Il faudra sans doute un jour se poser, comme pour les retraites, la question de la répartition versus la capitalisation pour l'assurance chômage puisque aujourd'hui un salarié qui a contribué pendant des décennies peut hélas finir à l'ASS au ou RSA voir sans rien en fonction des revenus de son conjoint...

Dans la France de François Hollande, on peut avoir travaillé légalement en cotisant au système social pendant 40 ans et se retrouver sans aucun revenu entre la fin de ses droits aux indemnités chômage et l'ouverture de ses droits à la retraite !


matmut a écrit:
Et maintenant que vous avez trouvé le Kiss cool que vous nous servez dans toutes les rubriques vous êtes déja plein pot dans les élections européennes. Les clowns que vous vous complaisez à désigner ne sont peut être pas la ou vous le pensez, c'est l'effet réflex.

Il faut être conscients que dans cette Union qui s'est faite sans harmonisation salariale, sociale, fiscal, environnementale, .... les élections européennes revêtent désormais autant d'importance que les élections nationales...
Revenir en haut Aller en bas
matmut

avatar

Messages : 2089
Date d'inscription : 11/07/2010

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Ven 28 Mar 2014, 01:43

Citation :
les élections européennes revêtent désormais autant d'importance que les élections nationales...
Alors pour le coups vous avancez une opinion personnelle originale. Il est notoirement connu en France que les élections européennes sont celles qui retiennent le moins l'attention des français, elles restent et resteront je pense pendant encore un certain temps championnes de France de l'abstention.A ça plusieurs raisons, que par respect pour ceux qui sont encore en lutte pour le second tour à Fontenay, je pourrais exposer plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Ven 28 Mar 2014, 02:23

matmut a écrit:
Citation :
les élections européennes revêtent désormais autant d'importance que les élections nationales...
Alors pour le coups vous avancez une opinion personnelle originale. Il est notoirement connu en France que les élections européennes sont celles qui retiennent le moins l'attention des français, elles restent et resteront je pense pendant encore un certain temps championnes de France de l'abstention.A ça plusieurs raisons, que par respect pour ceux qui sont encore en lutte pour le second tour à Fontenay, je pourrais exposer plus tard.

Le fait que les élections européennes ne mobilisent pas les électeurs n'enlève rien à leur importance car alors que les députés français "transposent" les directives, les députés européens eux "votent" celles-ci... Dès lors que ces directives régissent désormais nombre de domaines, il y a lieu d'envoyer à Bruxelles des députés à même de défendre aux mieux nos intérêts...
Revenir en haut Aller en bas
kermor



Messages : 415
Date d'inscription : 20/07/2011

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Sam 29 Mar 2014, 05:38

a.nonymous a écrit:
matmut a écrit:
Citation :
les élections européennes revêtent désormais autant d'importance que les élections nationales...
Alors pour le coups vous avancez une opinion personnelle originale. Il est notoirement connu en France que les élections européennes sont celles qui retiennent le moins l'attention des français, elles restent et resteront je pense pendant encore un certain temps championnes de France de l'abstention.A ça plusieurs raisons, que par respect pour ceux qui sont encore en lutte pour le second tour à Fontenay, je pourrais exposer plus tard.

Le fait que les élections européennes ne mobilisent pas les électeurs n'enlève rien à leur importance car alors que les députés français "transposent" les directives, les députés européens eux "votent" celles-ci...  Dès lors que ces directives régissent désormais nombre de domaines, il y a lieu d'envoyer à Bruxelles des députés à même de défendre aux mieux nos intérêts...


Effectivement les Français n'ont toujours pas compris l'importance capitale que revêtaient ces élections : l'immense majorité de notre droit est issu des institutions européenne!

Il serait temps que tous se réveillent et prennent conscience des enjeux de ces élections !
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Sam 29 Mar 2014, 06:57

kermor a écrit:
Effectivement les Français n'ont toujours pas compris l'importance capitale que revêtaient ces élections : l'immense majorité de notre droit est issu des institutions européenne!

Il serait temps que tous se réveillent et prennent conscience des enjeux de ces élections !

Nous sommes bien d'accord et c'est pour cela qu'il faut se mobiliser pour ces élections habituellement boudées par les citoyens...

Si dans notre ville au premier tour des municipales 2014 l'abstention était de 47.89 %, lors des Européennes de 2009 elle était de 57.71%....

Pourtant si quelques choses doit bouger au niveau de l'Union: harmonisation salariale, sociale, fiscale, environnementale, salaire minimum européen, directive services, .... les députés européens auront bel et bien à voter...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Sam 12 Avr 2014, 02:15

Une véritable évolution pour les millions d'usagers de Pôle emploi mais au fait, ça va servir à quoi ?

Visiblement pour les politiques, le chômage ça reste avant tout une statistique...


AFP a écrit:
11/04/2014 à 15:54
Chômage: les chiffres de Pôle emploi obtiennent le label "statistique publique"

Les chiffres de Pôle emploi, qui focalisent chaque mois l'attention mais sont parfois décriés pour leurs évolutions inexpliquées, ont obtenu le label "statistique publique", gage de leur fiabilité, selon une décision rendue vendredi par l'Autorité de la statistique publique.

"On va pouvoir assurer au public que les statistiques de Pôle emploi sont bien faites et diffusées selon des normes européennes", a déclaré à l'AFP Paul Champsaur, président de l'organisme public, créé en 2008 afin de contrôler la statistique publique, qui doit répondre aux canons européens.

"Il y a quelques années, elles n'auraient pas été labellisées car leur production était trop opaque, il y a manifestement eu des progrès", a-t-il ajouté.

Les chiffres de Pôle emploi, qui connaissent parfois des évolutions erratiques liées à leur gestion administrative (radiations notamment), sont maniés avec des pincettes par les économistes. Ils peuvent aussi connaître des incidents ponctuels, comme en août 2013 où "le bug SFR" avait fortement amplifié la baisse du nombre d'inscrits, qui avait été compensée le mois suivant.

Avant de décider de cette labellisation, l'Autorité de la statistique publique avait demandé à trois inspections générales (des Finances, de la Statistiques et des études économiques et des Affaires sociales) de mener une enquête. Dans leur rapport, les inspecteurs, qui assurent "avoir fait en sorte d'éviter tout conflit d'intérêt" en se penchant sur le cas de l'opérateur public, constatent "que de nettes améliorations ont eu lieu depuis près de deux ans" et jugent les statistiques de Pôle emploi rigoureuses et indépendantes, dissipant ainsi les soupçons de manipulation politique.

Ils relèvent toutefois que les procédures de gestion administrative "génèrent une variabilité dans le temps et dans l'espace sur les statistiques des flux d'entrées et de sortie d'un mois sur l'autre".

Pour pallier cet écueil, le rapport adressé à l'Autorité de la statistique préconise d'orienter la publication mensuelle "vers un commentaire privilégiant la tendance des derniers mois", en publiant une moyenne sur trois mois.

Il recommande aussi de publier "un avertissement attirant l'attention des lecteurs sur la faible signification de la variation d'un mois sur l'autre, en dessous d'un certain seuil". "Des variations mensuelles inférieures à 25.000 (chômeurs en plus ou en moins, ndlr), ne veulent pas dire grand chose", estime Paul Champsaur.

"Le chômage reste toutefois difficile à mesurer", estime le président de l'Autorité de la statistique. Il rappelle que les chiffres de Pôle emploi n'évaluent pas le chômage selon les normes internationales du Bureau international du travail (BIT), comme le fait l'Insee.

Ces derniers mois, les deux "thermomètres" du chômage, qui ne le mesurent pas selon la même méthode et les mêmes critères, ont révélé des tendances contradictoires.

Pour l'Insee, le chômage s'est stabilisé et a même légèrement décru à la fin de l'année dernière, preuve pour le gouvernement que l'engagement de François Hollande d'inverser la courbe du chômage a été "respecté".

A l'opposé, le nombre des inscrits à Pôle emploi a continué à grimper : 3,34 millions de demandeurs d'emploi sans activité étaient recensés fin février, un record.
Source: http://actu.orange.fr/economie/chomage-les-chiffres-de-pole-emploi-obtiennent-le-label-statistique-publique-afp_2932120.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Ven 18 Avr 2014, 04:37

Ce soir message explicite sur le site de Pôle emploi...



Voilà qui va faire plaisir aux chômeurs qui ont besoin d'accéder à leur dossier puisque pour nombre d'entre eux celui-ci est désormais dématérialiser et accessible uniquement sur ce site....

Après que Pole emploi ne puisse répondre à la demande des chômeurs pas besoin de l'écrire tous le monde le sait...

Là aussi il y aurait sûrement des clowns à sortir...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14288
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité   Ven 18 Avr 2014, 04:43

La solution selon certains c'est de revoter pour les mêmes en 2017...

l'économie mondiale sauvée par les cocologistes... on rêve !
Revenir en haut Aller en bas
 
Pôle emploi - Fonctionnement et efficacité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Pôle Emploi
» MODE D'EMPLOI POUR UNE DEMANDE DE DÉBARQUEMENT
» Régionales - mode d'emploi
» Offre d'emploi: recherche directrice pour faire mon ménage
» auto-entrepreneurs: Mode d'emploi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: