Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Niveau de recrutement des enseignants

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
a.nonymous



Messages : 12541
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 21 Juil 2013, 03:42

Sur le forum municipal Télémaque à mis un lien vers l'article ci-dessous....

Effarant..... On relèvera l'inégalité territoriale inadmissible qui existe entre académies:

"Pour les concours de professeurs des écoles (PE), pour la session extraordinaire de 2014, la barre d'admissibilité est ainsi, selon nos informations, fixée à 4/20 à Créteil, 5/20 à Paris, 4,5/20 à Versailles, et 7/20 à Strasbourg. "

J'aimerais beaucoup qu'un élu ou un militant socialiste nous explique pourquoi pour être enseignant à Fontenay la barre d'admissibilité est à 4/20 alors qu'elle est de  7/20 à Strasbourg...

Ne serait-ce pas justement dans les banlieues des grandes métropoles, là où il y a plus d'enfants issus de familles touchées par la crise ou immigrées qu'il faudrait les enseignants les plus qualifiés ?

En 2014 tous aux urnes et même si c'est nous qui, en tant qu'électeurs, avons fait une erreur de casting, aucun quitus pour François Hollande et le PS...


L'Express a écrit:
Education: 4/20 suffit pour être admissible au concours de professeurs des écoles

Par Marie Caroline Missir, publié le 19/07/2013 à 09:27, mis à jour le 20/07/2013 à 15:51

Difficile de recruter des enseignants? Pour parvenir à pourvoir les postes ouverts, dans certaines académies, les jurys sont contraints d'abaisser jusqu'à 4/20 la barre d'admissibilité aux concours. Plus de profs, mais à quel prix?

En début de semaine,Vincent Peillon, le ministre de l'Education nationale, se fendait d'un communiqué pour se féliciter de "la capacité retrouvée de l'Education nationale à attirer les étudiants". Sur le terrain, la réalité est moins enthousiasmante.

Quel sera en effet le niveau des enseignants recrutés durant le quinquennat? La question se pose au vu des barres d'admissibilité retenues aux concours enseignants cette année. Obligées de recruter d'importants volumes d'enseignants, sans toujours disposer d'un vivier suffisant, les académies ont été contraintes de baisser de 2 à 3 points la barre d'admissibilité aux concours, notamment pour le premier degré.  

Pour les concours de professeurs des écoles (PE), pour la session extraordinaire de 2014, la barre d'admissibilité est ainsi, selon nos informations, fixée à 4/20 à Créteil, 5/20 à Paris, 4,5/20 à Versailles, et 7/20 à Strasbourg.
Des volumes de recrutement trop important

Une situation qui préoccupe les recteurs. "Si la barre était à 10/20, nous ne pourrions recruter que quelques centaines de candidats!", se désole un haut fonctionnaire.

La raison de cette baisse spectaculaire des exigences aux concours tiendrait aux importants volumes de recrutement prévus cette année, conséquence de la promesse présidentielle d'embaucher 60 000 personnels de plus en 5 ans.  

19 413 postes ont ainsi été ouverts aux concours pour la session 2013. Pour la session extraordinaire de 2014, 8 500 postes étaient ouverts dans le premier degré et 10 750 dans le second degré. Joint par L'Express, le ministère concède des difficultés de recrutement dans certaines académies. Mais, pour la session 2014, s'étonne-t-on rue de Grenelle, "il n'y a aucune raison de baisser les barres d'admissibilité puisque l'on compte un tiers de présents en plus aux concours, et que le volume de postes offerts reste stable par rapport à la session 2013". Le ministère assure qu'il ne disposera qu'à l'automne de la remontée des seuils d'admissibilité aux concours, pour la totalité des académies.

Même en baissant la barre d'admissibilité, près de 2000 postes n'ont toutefois pu être pourvus cette année aux concours 2013. De quoi mettre en doute l'opportunité du recrutement de près de 12 000 enseignants par an durant toute la durée du quinquenat. Plus de profs certes, mais à quel prix?
Source: http://www.lexpress.fr/education/education-4-20-suffit-pour-etre-admissible-au-concours-de-professeurs-des-ecoles_1267473.html
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 21 Juil 2013, 04:44

Si je comprends bien, nous continuons avec la devise de l'éducation nationale : "Toujours Plus".
Toujours plus d' enseignants avec un niveau toujours plus bas.
A quand la qualité avant la quantité ?
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 21 Juil 2013, 05:27

+1 et que la crise des vocations se sera arrêtée. Enseigner n'est pas éduquer ni garder des enfants indisciplinés.
La droite s'est trompée, la gauche soit eviter de commettre les mêmes erreurs.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14524
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 21 Juil 2013, 05:33

En matière d'éducation nationale le ministre peut être de droite ou de gauche ce n'est pas lui qui commande.

Ce sont les syndicats (dont les permanents n'ont que de lointains rapports avec le travail de base) et un certain nombre réduit d'intouchables qui n'ont plus enseigné depuis des lustres.

Mais c'est si agréable de mettre un coup de griffe à la droite en passant.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 21 Juil 2013, 05:43

Coup de griffe à ceux qui le méritent. Quant au rôle des syndicats, vous vous trompez, XXXXXXXXXXXXXX intervention du webmaster
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12541
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 21 Juil 2013, 09:30

tonton christobal a écrit:
En matière d'éducation nationale le ministre peut être de droite ou de gauche ce n'est pas lui qui commande.

Ce sont les syndicats (dont les permanents n'ont que de lointains rapports avec le travail de base) et un certain nombre réduit d'intouchables qui n'ont plus enseigné depuis des lustres.

Certes mais le ministre peut à minima veiller à ce que l'égalité inscrite dans notre devise soit respectée entre les territoires...

Nous savons tous qu'il y a une crise des vocations dans l'enseignement, sûrement liée aux salaires et aux conditions de travail, et je suis le premier à admettre que dans de nombres de domaines tels que l'économie et les inégalités territoriales, François Hollande doit gérer l'héritage que lui ont légué les gouvernements qui l'ont précédé depuis quelques décennies...

En envoyant un président socialiste à l'Elysée, on était cependant en droit d'espérer que celui-ci mettrait tout en œuvre pour plus de justice sociale et une réduction des inégalités mais cette géométrie variable dans le recrutement des enseignants en fonction des académies ne va vraiment pas dans ce sens...
Revenir en haut Aller en bas
celine



Messages : 392
Date d'inscription : 20/08/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 21 Juil 2013, 19:27

Même avec un 7/20 je suis sidérée que l'on puisse enseigner !

Je ne devrais toutefois ne pas l'être, j'ai pu constater hélas  certaines défaillances d'une institutrice d'un de mes enfants !

Mais si la droite peut être désignée, la gauche persiste puisque compte tenu du système de notation pour améliorer les performances des résultats des examens des élèves arrivent à avoir plus de 20/20 ?  Idem pour supprimer des épreuves afin  d'accepter une plus large population plutôt que d'agir pour qu'avant ils aient le niveau requit pour l'accès aux grandes écoles. Avec des 4 ou 7/20 les enseignants ne sont pas prêts d'apporter le niveau aux enfants puisqu'eux même ne l'ont pas !

Et arrêtons d'accepter dans une classe des enfants qui ne peuvent pas suivre, il paraît qu'en 6ième l'on trouve des enfants qui ne savent pas encore lire ! Il ne faut pas dans ces conditions s'étonner que des enfants abandonnent les bancs de l'école.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14524
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 21 Juil 2013, 21:07

S'il y a un domaine dont mon environnement proche est riche, c'est bien dans celui des enseignants... quatre en trois génération (entre ma mère et ma fille) dont le niveau va de l'agrégée en lettres classiques à l'institutrice du primaire c'est ainsi qu'à l'époque on nommait les "maitresses d'école" devenue des professeurs ou professeures des écoles (pourquoi pas des professeuses) .

La différence étant que les maitresses d'école avaient des galopins qui au certif maitrisaient la langue, dictée 5 fautes 0 et les accents étaient comptés, connaissaient le calcul et non les maths... et même comble de fascisme chantaient la Marseillaise.
Maintenant nous voyons les résultats... on à une moyenne de 22/20 au bachot, 86%100 de reçus et ils écrivent papa avec 3 P

Alors il est évident que je ne sais pas de quoi je parle !

NB : je n'ai pas l'impression que le milieu de l'éducation nationale soit majoritairement peuplé d'adhérents de l'UMP ou du FN...
Revenir en haut Aller en bas
Robin

avatar

Messages : 1203
Date d'inscription : 13/02/2011

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 21 Juil 2013, 21:43

N'oublions pas des différences fondamentales telles que lorsque je rentrais à la maison avec de mauvaises notes je me prenais une bonne tourlousine et quand la maîtresse me collait une bonne baffe j'en prenais une deuxième de ma Mère et il ne serait jamais venu à l'idée de mon Père d'aller voler dans les plumes de l'instituteur. Alors qu'aujourd'hui ......... les parents .........
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14524
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 21 Juil 2013, 22:26

Robin a écrit:
N'oublions pas des différences fondamentales telles que lorsque je rentrais à la maison avec de mauvaises notes je me prenais une bonne tourlousine et quand la maîtresse me collait une bonne baffe j'en prenais une deuxième de ma Mère et il ne serait jamais venu à l'idée de mon Père d'aller voler dans les plumes de l'instituteur. Alors qu'aujourd'hui ......... les parents .........

Je vais vous réserver une citation : "si vous ne faites pas partie de la solution vous faites partie du problème" ... et bien ça s'applique très bien aux parents.
Dans ma famille comme un certain nombre de membres sont à la fois parents et enseignants le problème est connu, les solutions trouvées mais l'application extérieure ne semble pas comprise par ceux qui devraient être concernés.

Les élèves n'ont pas besoin de l'aide d'adultes pour se friter physiquement (ils sont prudents toute de même) ils menacent souvent mais dégradent les voitures... des profs et c'est la moindre des punitions.

Attendre l'aide des autorités administratives... ne pas trop y compter, il faut que tout soit calme et pas de vagues.
Vous remarquerez d'ailleurs en lisant vos journaux (ceux qui en parlent) que les plus gros problèmes surviennent souvent dans les boites sans histoires (sic) l'étouffoir fonctionne là aussi. De temps en temps on se réveille "surpris" par un énorme scandale... comme celui qui a fait les gros titres dans un procès très récent.

La soupe est bonne, dormez braves gens... le réveil sera rude !
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 21 Juil 2013, 22:39

Pendant qu'on y est on pourrait aussi noter les médecins, les dentistes, les magistrats, les policiers, les élus, et pourquoi pas les parents et les grands parents.

Au contraire, quand un enseignant part en stage, c'est un scandale. Alors que, s'il s'agit d'un employé de banque ou d'un commandant de bord, tout le monde trouve que c'est normal.
On s'étonne après qu'il y ait une crise du recrutement.[/quote]

Réponse erronée, contrairement à ce que vous écrivez, ces professions sont notées.
Un mauvais médecin un mauvais dentiste perd sa clientèle; un mauvais élu ne retrouve pas son siège, quand aux magistrats et aux policiers ils sont eux-même notés et cela influe sur leur carrière.
Qu' un enseignant participe à un stage n'est pas un scandale, qu'il n y est pas de remplaçant oui. Etes vous monté à bord d' un avion sans commandent de bord? Cela n'e se fait pas le contraire serait scandaleux.
S'il y a crise du recrutement il faut plus la chercher dans la rémunération que sur d'autres critères.

Pour en revenir au recrutement, il faut préciser qu'il s' agit d'un concours ouvert à Bac plus 5 soit un master (DESS ou DEA).
A ce niveau là ce n' est pas avec 4/20 (moyenne d' étude) que l'on obtiens ces diplômes. Le recrutement se passe donc sur la place obtenue au concours et lorsque le risque de ne pas avoir le quota recherché, on descend la note éliminatoire pour y arriver.
Par exemple vous recherchez 100 personnes, vous avez 15000 inscrits, vous choisirez les 100 premiers (avec une quasi certitude que les notes obtenues seront au dessus de 12), par contre si vous n' avez que 1000 inscrits la problématique est différente et vous serez obliger de baisser le seuil des notes afin de remplir votre contrat.
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 21 Juil 2013, 22:43

tonton christobal a écrit:
Robin a écrit:
N'oublions pas des différences fondamentales telles que lorsque je rentrais à la maison avec de mauvaises notes je me prenais une bonne tourlousine et quand la maîtresse me collait une bonne baffe j'en prenais une deuxième de ma Mère et il ne serait jamais venu à l'idée de mon Père d'aller voler dans les plumes de l'instituteur. Alors qu'aujourd'hui ......... les parents .........

Je vais vous réserver une citation : "si vous ne faites pas partie de la solution vous faites partie du problème" ... et bien ça s'applique très bien aux parents.
Dans ma famille comme un certain nombre de membres sont à la fois parents et enseignants le problème est connu, les solutions trouvées mais l'application extérieure ne semble pas comprise par ceux qui devraient être concernés.

Les élèves n'ont pas besoin de l'aide d'adultes pour se friter physiquement (ils sont prudents toute de même) ils menacent souvent mais dégradent les voitures... des profs et c'est la moindre des punitions.

Attendre l'aide des autorités administratives... ne pas trop y compter, il faut que tout soit calme et pas de vagues.
Vous remarquerez d'ailleurs en lisant vos journaux (ceux qui en parlent) que les plus gros problèmes surviennent souvent dans les boites sans histoires (sic) l'étouffoir fonctionne là aussi. De temps en temps on se réveille "surpris" par un énorme scandale... comme celui qui a fait les gros titres dans un procès très récent.

La soupe est bonne, dormez braves gens... le réveil sera rude !

Un ami enseignant me disait : "il est souvent plus facile d' enseigner dans un établissement dit difficile que dans les écoles du 16ème", dans le 16ème les plus difficiles sont les parents.
Il faut dire que son physique imposait le respect et qu'il savait intéresser ses élèves à son cour.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14524
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 21 Juil 2013, 23:20

Je vais finir par penser que les enseignants français détachés à Monaco sont des fonctionnaires sacrifiés...
Revenir en haut Aller en bas
Marion Legouy-Desaulle



Messages : 3462
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Lun 22 Juil 2013, 09:55

Bonsoir a.nonymous, pour un marronnier c'est un beau marronnier cet article! Mais bon il rappelle des questions qui méritent d'être re-posées puisqu'elles n'ont toujours pas trouvé de réponses.

ça fait un bail que les recrutements des professeurs des écoles maternelles et primaires et donc les concours d'admission se font par académie. Gérard sûrement pourrait mieux vous décliner l'historique. Le salaire est le même pour tous et la vie est plus chère à Paris qu'à Limoges et il me semble (Gérard?) que si l'on est professeur des écoles et que l'on veut changer d'académie il faut repasser le concours de l'académie de son choix?
.
Alors que pour les collèges et les lycées, le concours est national, et les jeunes recrues sont envoyées derechef dans les académies déficitaires, par contre, en s'armant de patience les professeurs des collèges et lycées peuvent obtenir une mutation dans une autre académie.

Maintenant les moyennes indiquées dans l'article pour l'admissibilité au concours de professeur des écoles, si elles sont vraies, sont alarmantes. On peut connaître les moyennes des années précédentes?

Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Lun 22 Juil 2013, 17:28

Pour compléter mon pst précédent sur le niveau de concours, et pour répondre à Marion le salaire de débutant serai de 1100 euros pour un "professeur des écoles" (si le concours est par académie, le salaire lui est national).
La question est donc peut-on vivre (en région parisienne) avec 1100 euros par mois. La réponse explique à elle seule la raison de la défection à ces concours.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12541
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Lun 22 Juil 2013, 19:28

mamiea a écrit:
Pour compléter mon pst précédent sur le niveau de concours, et pour répondre à Marion le salaire de débutant serai de 1100 euros pour un "professeur des écoles" (si le concours est par académie, le salaire lui est national).
La question est donc peut-on vivre (en région parisienne) avec 1100 euros par mois. La réponse explique à elle seule la raison de la défection à ces concours.

Actuellement le salaire d'un professeur des écoles débutant serait de 2000 Euros brut hors prime.

Voir: http://www.education.gouv.fr/cid1052/professeur-des-ecoles.html

Il serait question de baisser le salaire des stagiaires à 1600 Euros durant leur année de stage.


( Je ne vois pas comment un salaire pourrait légalement être inférieur à 1 430,22 Euros brut sauf si il s'agit d'un temps partiel inférieur à 35 heures: http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?ref_id=NATnon04145 )
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14524
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Lun 22 Juil 2013, 19:30

Les concours du CAPES et celui de l'Agrégation dans les matières scientifiques et les maths offre sur le plan national plus de places qu'il n'y a de candidats inscrits...
C'est ce qui met en colère les enseignants lorsqu'ils entendent des gens au gouvernement ne parlons pas des journalistes supposés spécialisés envisager de recruter des milliers de profs... alors que l'on manque de candidats et non de place ou de vacances budgétaires..

Vous pourriez aussi faire une étude sur le nombre de lieutenant de police qui démissionnent durant leur scolarité à l'école supérieure de police et dans les deux ans qui suivent leur prise de fonction...
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Mar 23 Juil 2013, 01:29

Voici le tableau des rémunération (salaires bruit) :
http://www.education.gouv.fr/cid1052/professeur-des-ecoles.html a écrit:
Tableau de rémunération du professeur des écoles
Données au 10 décembre 2012

Situation Salaire mensuel brut minimum (1) Salaire mensuel brut maximum (1)
Stagiaire 2 000 € 2 000 €


Après 2 ans de carrière 2 060 € 2 121 €
Après 10 ans de carrière 2 292 € 2 459 €
Après 20 ans de carrière 2 834 € 3 047 €
Après 30 ans de carrière 3 218 € 3 626 €

Ce qui fait donc une augmentation de 650 euros (maxi) depuis 2010. Si l'on parle en net (autrement dit ce qui est le vrai revenu) il faut déduire les cotisations (je n' ai pas fait ce calcul).
Donc on est passé de 1100 euros net à environ 1700, et avec une marge de progression fabuleuse. Ma question reste entière peut-on se loger, s' habiller et se nourrir avec ces salaires ? (question qui ne s' arrête pas à cette seule catégorie.
Revenir en haut Aller en bas
celine



Messages : 392
Date d'inscription : 20/08/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Mar 23 Juil 2013, 02:21

Vous avez raison de dire que ce ne sont pas que les enseignants qui ont ces salaires pour beaucoup ce sont des salaires confortables. De plus ils bénéficient de 4 mois de vacances par an loin des 5 ou 6 semaines de la plupart d'entre nous qui ont également de fortes responsabilités. Cela fait quoi de ramener ces chiffres à un taux horaire ?
Au bout de 30 ans, ces enseignements sont pas loin d'atteindre le seuil défini (4000€) par Hollande pour désigner un riche !
Alors revaloriser ces salaires d'accord mais il est indispensable de relever dans ces conditions bien d'autres rémunérations du publique et du privé.

Revenir en haut Aller en bas
danroux



Messages : 123
Date d'inscription : 07/04/2013

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Mar 23 Juil 2013, 03:09

Et les retraites Question 
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Mar 23 Juil 2013, 03:25

danroux a écrit:
Et les retraites Question 

On parle là du recrutement, pour les retraites ils ont 42 ans à attendre.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12541
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Mar 23 Juil 2013, 03:35

mamiea a écrit:
Donc on est passé de 1100 euros net à environ 1700, et avec une marge de progression fabuleuse. Ma question reste entière peut-on se loger, s' habiller et se nourrir avec ces salaires ? (question qui ne s' arrête pas à cette seule catégorie.

C'est une bonne question qui s'applique effectivement à tous, en particulier en Ile-de-France où les prix des logements sont très élevés, mais rappelons quand même que nous sommes dans une Union basée sur une "concurrence libre et non faussée (sic)" et que dans certains pays de cette Union les salaires minimum sont à moins de 200 Euros et les salaires moyens à moins de 400 Euros...

Dès lors et alors que notre pays compte déjà plus de 3.5 millions de chômeurs, relever les salaires minimums ne serait-il pas se pénaliser encore plus  alors que d'autres choix par exemple en terme d'énergie risquent également de nous pénaliser ?

Sentinelle Roumanie a écrit:
Roumanie : Salaire moyen – janvier 2013 en baisse de 8.8 %

Le salaire moyen en Roumanie pour le mois de janvier 2013 a enregistré une baisse (face au mois de décembre 2012) de  8.8% pour atteindre 1 548 ron (356€) mais reste en augmentation de 5.5% face au mois de janvier 2012.

L’observatoire de la  Sentinelle roumaine 07 mars 2013 – Veille économique Roumanie.
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Mar 23 Juil 2013, 03:38

@celine :

Pour ce qui est des vacances, ce sont des congés payés donc peut importe la durée (bien que cet argument m' a été servi par le recteur de l' académie de Créteil pour justifier le salaire des enseignants).
Ce qu'il faut voir, c'est la différence entre un professeur des écoles et de même niveau d'étude un ingénieur aéronautique. Le salaire de départ sera un peu plus élevé pour l' ingénieur mais facilement le double en fin de carrière.
Après et spécifiquement pour l' enseignant, on peut se poser la question sur ses capacités à instruire ses élèves (ce n'est pas donné à tout le monde d' intéresser des enfants et leur inculquer les bases qui leur ouvriront les portes de la connaissance - maîtrise des basiques : calcul, lecture, écriture).
Je suis plus pour la qualité que pour la quantité, et j' apprécie aussi la juste récompense de l'effort.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12541
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Mar 23 Juil 2013, 03:46

Pour replacer les choses dans le contexte d'une Union basée sur une concurrence libre et non faussée...


www.touteleurope.eu a écrit:
Comparatif : le salaire des enseignants en Europe

La Commission européenne a publié le nouveau rapport 2011/2012 sur les salaires des enseignants en Europe. L'étude, réalisée par le réseau "Eurydice", présente les données sur le salaires des enseignants dans l'école primaire et secondaire, tout comme les salaires des diricteurs d'établissements. Touteleurope.eu vous propose un comparatif relatif des salaires des enseignants européens qui travaillent dans l'école primaire.

De Sofia à Luxembourg : les différentes vies des enseignants européens

Les enseignants européens vivent des vies très différentes selon le pays qu'ils habitent. A croire les chiffres publiés par la Commission européen, un maître bulgare gagne 23 fois moins qu'un collègue luxembourgeois : 2 761 euros contre 65 492 euros dans le Grand-duché. En France, un enseignant employé à l'école primaire gagne au moins 23 464 euros par an bruts, à peu près comme un collègue italien, polonais ou anglais, mais deux fois plus qu'un enseignant lituanien, grec ou tchèque.

Il s'agit des salaires minimum des enseignants d'Europe. Des données qui peuvent surprendre mais qui doivent être mis en relation avec le coût de la vie des différents Etats membres pour être mieux compris. On apprend alors que le salaire d'un enseignant représentante en moyenne 90% du PIB national par habitant. Cependant, cela peut varier beaucoup en Europe : le ratio le plus élevé est en Allemagne (141%), en Espagne (136%) et au Portugal (133%). Au contraire, en Lettonie, en Lituanie, en Roumanie et en Slovaquie, le salaire minimum des enseignants est le plus bas si on le confronte à l'économie nationale (moins de 50% du PIB par tête).

Luxembourg 65.492
Danemark 40.545
Allemagne 40.142
Finlande 31.175
Autriche 29.190
Suède 28.971
Belgique 28.372
Espagne 28.051
Chypre 26.539
Royaume-Uni 26.459
France 23.464
Italie 23.048
Pologne 22.010
Portugal 21.261
Slovénie 18.243
Malte 16.994
Grèce 14.104
Lituanie 13.030
République Tchèque 9.858
Estonie 7.298
Hongrie 5.240
Slovaquie 6.102
Lettonie 2.940
Bulgarie 2.761
Roumanie 2.610
Source: http://www.touteleurope.eu/fr/actions/social/education-formation/presentation/comparatif-le-salaire-des-enseignants-en-europe.html
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Mar 23 Juil 2013, 03:50

a.nonymous a écrit:
[quote=

C'est une bonne question qui s'applique effectivement à tous, en particulier en Ile-de-France où les prix des logements sont très élevés, mais rappelons quand même que nous sommes dans une Union basée sur une "concurrence libre et non faussée (sic)" et que dans certains pays de cette Union les salaires minimum sont à moins de 200 Euros et les salaires moyens à moins de 400 Euros...

Dès lors et alors que notre pays compte déjà plus de 3.5 millions de chômeurs, relever les salaires minimums ne serait-il pas se pénaliser encore plus  alors que d'autres choix par exemple en terme d'énergie risquent également de nous pénaliser ?

Mon propos n'est pas de relever les salaires minimum mais de mettre le doigt sur le manque de prétendants aux métiers d'enseignants et sur certaines réformes qu'il serait bon de voir venir.
Votre remarque sur le logement en Ile de France est juste et je crains fort que le "Grand Paris" ne fasse qu’amplifier le problème et amener une plus grande désertification humaine de nos Provinces.
Enfin, celons mes critères, si l'on emploie des enseignants Roumains cela doit être avec les statuts et les règlements Français, mais on en est pas là (j'espère).

Le tableau que vous venez d' ajouter n'est pas bon, pour une juste vision des choses il devrait comporter les salaires net, permettant une réelle comparaison et avec des résultats qui pourraient être étonnants.
C'est exactement comme pour les entreprises où l'on donne le chiffre d'affaire et non les bénéfices (ce qui n' a rien à voir).
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Mar 23 Juil 2013, 04:46

Si le métier d'enseignant est si gâté comment expliquez-vous qu'on recrute si difficilement?
Travailler à Trappes, vous êtes volontaire?
Enseigner la lecture à des non francophones, vous sauriez le faire?
Supporter l'indifférence ou l'agressivité des géniteurs-qui-savent-tout, vous l'accepteriez?
Trouver ce qu'il y a de plus riche et de plus épanouissant dans un enfant, vous pensez que tous les parents en sont capables?

[/quote]

Juste une question : Savez-vous lire ?
Ce que je dis est juste le contraire de votre indignation.

Citation :
Trouver ce qu'il y a de plus riche et de plus épanouissant dans un enfant, vous pensez que tous les parents en sont capables?

Justement croyez vous que tout le monde en soit capable, quand je parle de compétence..............Sad
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Mar 23 Juil 2013, 04:55

Je ne m'adressais pas à vous mamiea, mais aux autres intervenants.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12541
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Mar 23 Juil 2013, 08:06



Je constate que cette discussion abordait au départ le problème des inégalités territoriales avec des niveaux de recrutement différents entre académies et qu'elle se poursuit maintenant sur le niveau de rémunération des enseignants...

Pensez-vous réellement qu'un meilleur salaire suffirait pour estomper les inégalités territoriales et tous les autres points que vous lister fort justement ?
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Mar 23 Juil 2013, 17:39



Je constate que cette discussion abordait au départ le problème des inégalités territoriales avec des niveaux de recrutement différents entre académies et qu'elle se poursuit maintenant sur le niveau de rémunération des enseignants...

Pensez-vous réellement qu'un meilleur salaire suffirait pour estomper les inégalités territoriales et tous les autres points que vous lister fort justement ?[/quote]

Cette inégalité se comprend dans le fait que le nombre de recrutement est différent en fonction des académies (les besoins de l' académie de Clermont Ferrand sont moindre que celle de Créteil donc le niveau du concours peut être plus élevé sans risquer un manque d' admis).
Le salaire ne fait pas tout, loin de là mais il est le plus facile à mettre en oeuvre. Rétablir le respect envers les enseignants c'est déjà une autre histoire mais faisable, le reste est une question de formation et de capacité personnelle (a capter l'attention de l'élève).
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Mar 23 Juil 2013, 21:49

Notation et mouvement sont deux difficultés réelles qu'il conviendrait de surmonter. Cela ne remonte pas d'hier. Sans vouloir trop rentrer dans la technique interne aux rectorats et au décalage réel entre école publique appelée à recevoir tout le monde et école privée plus sélective, je dirais que la crise des vocations n'est pas le problème essentiel. Les règles d'affectation et les modifications perpétuelles des programmes Oui. Trop de technocratie qui à trop longtemps ignoré les problèmes de terrain ont tué la noblesse d'un métier. Et quitte à dater le début de tout cela difficile à dire. Chevènement avait trouve un bon équilibre, là ou d'autres, Bayrou, Jospin Allègre ont plutôt agi à contre sens de ce qu'il fallait faire. Je crains que les dégâts faits avec ka disparition des Iufm ont par ailleurs été importants. Les syndicats ont sonné plusieurs fois l'alerte, avec raison. Et pour ne plus avoir à les écouter u. Président en est venu à envisager à ignorer ces "corps intermédiaires". Ke travail pour rétablir tout cela est peut être en cours. Je dis bien peut être. En attendant les discriminations territoriales, et public, privé persistent. Ce qui est dommageable à toute la profession.
Revenir en haut Aller en bas
Marion Legouy-Desaulle



Messages : 3462
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Mer 24 Juil 2013, 00:14

D'accord avec Libellule
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Mer 24 Juil 2013, 02:14

Libellule a écrit:
Notation et mouvement sont deux difficultés réelles qu'il conviendrait de surmonter. Cela ne remonte pas d'hier. Sans vouloir trop rentrer dans la technique interne aux rectorats et au décalage réel entre école publique appelée à recevoir tout le monde et école privée plus sélective, je dirais que la crise des vocations n'est pas le problème essentiel. Les règles d'affectation et les modifications perpétuelles des programmes Oui. Trop de technocratie qui à trop longtemps ignoré les problèmes de terrain ont tué la noblesse d'un métier. Et quitte à dater le début de tout cela difficile à dire. Chevènement avait trouve un bon équilibre, là ou d'autres, Bayrou, Jospin  Allègre ont plutôt agi à contre sens de ce qu'il fallait faire. Je crains que les dégâts faits avec ka disparition des Iufm ont par ailleurs été importants. Les syndicats ont sonné plusieurs fois l'alerte, avec raison. Et pour ne plus avoir à les écouter u. Président en est venu à envisager à ignorer ces "corps intermédiaires". Ke travail pour rétablir tout cela est peut être en cours. Je dis bien peut être. En attendant les discriminations territoriales, et public, privé persistent. Ce qui est dommageable à toute la profession.

Là on s' éloigne vraiment du sujet, l'on rentre dans le procès de l' Education Nationale où tout un chacun a sa part de responsabilité du haut en bas de l' échelle.
Que se soit par sectarisme, incompétence, gloriole, manque de courage.............. et j'en passe. Vous concluez par :"Ce qui est dommageable à toute la profession." non ce qui est dommageable à toute la nation dirais-je.
Revenir en haut Aller en bas
GUIZMO

avatar

Messages : 294
Date d'inscription : 25/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Mer 24 Juil 2013, 04:29

La crise des vocations pour nos écoles primaires peut se comprendre dans certaines académies difficiles, mais pourquoi avoir retardé de plus en plus le moment de ce fameux concours. Il valait mieux recruter les meilleurs? ET PLUS MOTIVES? plus tôt (bac + 2 ou 3) et bien les former en pédagogie, avec des stages, que d'attendre la concurrence avec d'autres ouvertures professionnelles plus valorisantes (et encore..) à bac + 5 et de brader le recrutement avec des jeunes qui intègrent avec déjà un sentiment de dévalorisation. Tout ça pour offrir une classe et une grille de salaire supérieure mais qui paraît encore plus insuffisante et maintenir encore plus d'étudiants hors du marché du travail!!
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Mer 24 Juil 2013, 05:14

@mamiea. Le sujet du recrutement des enseignants a accompagné l'évolution du métier. Je ne fais certainement le procès de l'E.N., un peu ceux des politiques dans leurs choix technocratiques... En 1950 on accédait au posté d'instit avec un bepc et l'envie de transmettre, puis il a fallu le bac. Puis un bac +2, +3 et maintenant ou va vers une masterisation. Dans le même temps, on a réduit le temps des enseignements de base pour y placer l'anglais de plus en plus tôt, puis l'informatique, au détriment de l'éducation civique, je décris z grands traits pour ne pas faire trop long, puis on a voulu décloisonner les méthodes pédagogiques, donner un droit de regard aux parents. Qui ont réclamé plus de para scolaire.... Tout cela au détriment de la profession disais-je. Je peux rajouter, au détriment des élèves, de l'engagement des parents aux côtés de leurs enfants et Oui, comme vous le dites, au détriment de la nation tout entière, faute d'une réelle acquisition des fondamentaux. Au lieu de défendre un métier, on a défendu des idées fausses années apres années, sauf je le répèteChevenement, de mon humble point de vue. Un professeur des écoles n'aurait jamais du devenir un organisateur du temps de l'enfant, mais rester le garant de ses acquisitions.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14524
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Mer 24 Juil 2013, 05:19

Dans les établissements de certains quartiers la formation devrait surtout porter sur le full contact et le krav maga...
Lorsqu'il y a quelques années la "bravitude" dans son débat de candidate présidente de la république envisageait de faire raccompagner les femmes servant dans la police le soir... des policiers masculins (à propos où est la parité homme/femme ?) , nous aurions donc des policiers pour en protéger d'autres.

Qui va protéger les enseignants ? de leurs élèves, des copains des élèves des frères des élèves et des parents des élèves ?

Sport de combat et tir, dans certains quartiers ce serait peut être nécessaire. Avec des cours de conduite rapide pour semer les attaques en voiture lorsqu'ils sont suivis
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Mer 24 Juil 2013, 07:42

Ce n'est certainement pas avec le ministre actuel qu'une remise à plat va être effectuée. Une fois encore les parents laissent faire, la mobilisation n'existe pas. On va transformer des heures d'apprentissages en heures de club méditerranée, et on s'étonnera après que le niveau baisse.
Les parents ne s'occupent que de la restructuration du temps scolaire mais pas des contenus cognitifs, les élus s'inquiètent du côut et de l'organisation, les syndicats sont complices, les enseignants ne parlent pas d'une vraie refondation de l'école.
Donc que les pleureuses ne viennent pas se plaindre.
Revenir en haut Aller en bas
GUIZMO

avatar

Messages : 294
Date d'inscription : 25/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Jeu 25 Juil 2013, 03:51

Libellule, il y a bien longtemps qu'un bon brevet élémentaire (pour le privé), qu'un bac général pour compléter le recrutement certaines années, ont laissé la place aux excellentes E.N. puis aux IUFM plus contestées. Bien sûr l'évolution du métier, et pas seulement la défense d'une profession, et tout ce que vous écrivez, se comprend bien (refondation, réforme des contenus et du travail pédagogique aussi). Vous ne répondez pas au concours trop tardif, à mon avis, pour intéresser de jeunes étudiants motivés, désirant apprendre rapidement leur métier et entrer dans la vie active. Ce qui est moins le cas d'étudiants plus âgés et qui s'inscrivent après rejet dans d'autres voies...
Mamiea, méfiez vous des amalgames égalitaires (bac+5) institut universitaire d'enseignement, école supérieure d'aéronautique, et pourquoi pas polytechnique. Un seul salaire dans les écoles, comme dans beaucoup de métiers,  rend difficile la vie dans notre région et ça ne s'arrange pas dans un pays en récession.
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Jeu 25 Juil 2013, 04:15

GUIZMO a écrit:

Mamiea, méfiez vous des amalgames égalitaires (bac+5) institut universitaire d'enseignement, école supérieure d'aéronautique, et pourquoi pas polytechnique. Un seul salaire dans les écoles, comme dans beaucoup de métiers,  rend difficile la vie dans notre région et ça ne s'arrange pas dans un pays en récession.

Je n' ai jamais parlé d' égalité mais de niveau (ce qui n' a rien à voir). Un étudiant en étude de l' art ne sera pas capable de concevoir une aile d'avion et le contraire est aussi vrai. Par contre, effectivement, il devient de plus en plus dur de vivre en région Parisienne (coût de la vie, logement, transport) et si la récession n' arrange pas les choses je crains que les dernières mesures (le Grand Paris) ne les aggravent.

Je ne suis pas certain que le métier d' enseignant puisse s' apprendre dans des cours magistraux, mais plutôt "sur le tas" (comme qui dirait en alternance). Un des éléments de base du futur enseignant serait d ' apprendre à parler (comme au théâtre) de recentrer les programmes sur les bases car comme pour une maison, sans fondations solides pas de bonne construction, ne plus lâcher les retardataires car c'est la meilleure façon d' agrandir l' échec scolaire et bien d' autres choses à voir et pas seulement dans l' éducation nationale.
Revenir en haut Aller en bas
celine



Messages : 392
Date d'inscription : 20/08/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Jeu 25 Juil 2013, 19:06

Ne plus lâcher les retardataires, entièrement d'accord, mais quelle solution sans pénaliser ceux qui suivent ?
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3627
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Jeu 25 Juil 2013, 19:27

Tant que l'école restera sur ses schémas de groupe et d'enseignement collectif on aura les mêmes impasses.
Il faudrait sans doute mettre en place une pédagogie beaucoup plus personnalisée appuyée sur des technologies de notre époque.
Les enseignants ont toujours eu cette difficulté d'adapter leur discours à une audience hétérogène. On a pensé aux groupes de niveaux, puis à la suppression du bloc classe, puis à l'interdisciplinarité horizontale et verticale, en gros un enfant allait avec Mme x de 10h10 à 10h30 pour apprendre la différence entre lion et loin, ou chien et client avec ses copains et copines qui rencontrent les mêmes problèmes.
Bien sur cette conception proche des soins du thermalisme ne peut pas physiquement fonctionner ne serait-ce qu'à cause des déplacements d'une salle à une autre, aux surveillances de sécurité et aux pertes de temps.
Revenir en haut Aller en bas
celine



Messages : 392
Date d'inscription : 20/08/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Jeu 25 Juil 2013, 20:15

Il y a quelques décennies dans beaucoup de villes ou villages il n'y avait qu'une seule classe qui emmenait jusqu'au certificat d'étude avec un seul enseignant et les élèves savaient lire et écrire en fin de cycle, connaissait l'histoire de la France, la géographie, de notions de sciences et savaient calculer et résoudre des problèmes que ceux actuellement en 6ième ont du mal a trouver la bonne solution. Il est connu d'ailleurs qu'en 6iéme des élèves ne savent ni lire ni écrire correctement mais on les acceptent, échec assuré quelque soit la qualité des professeurs.
Maintenant un seul enseignant dans le primaire pour un programme et résultat nul pour nombre d'élèves.

Alors il y a bien une grosse faille quelque part ! Discipline, respect des enseignants, implication des parents qui doivent accepter les punitions (les anciens et un peu moins ) comme les lignes idiotes mais d'autant plus pénibles et dissuasives, le piquet, la récitation supplémentaire à apprendre ...
Maintenant il ne faut pas punir, pas exclure, pas redoubler et passer à la classe suivante sans avoir les acquis de la précédente.

Dans un établissement au lieu de créer comme actuellement plusieurs classes de même niveau (ex : 5 classes de cm2) il faudrait réfléchir en fonction des niveaux des enfants d'en affecter une ou deux qui permettent d'atteindre le niveau supérieur en 2 ans par exemple et ensuite l'élève reprend le cycle normal. Mais évidemment certains vont clamer au non respect de l'égalité mais je leur réponds qu'avec les classes d'âges actuelles elle existe déjà, en maternelle et en primaire en enfant née en janvier et un novembre/décembre il y a presque un an de différence et ils sont dans la même classe ! Alors rien de choquant de créer des classes en fonction des possibilités et de la maturité de l'enfant.

Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Ven 26 Juil 2013, 20:21

celine a écrit:
Il y a quelques décennies dans beaucoup de villes ou villages il n'y avait qu'une seule classe qui emmenait jusqu'au certificat d'étude avec un seul enseignant et les élèves savaient lire et écrire en fin de cycle, connaissait l'histoire de la France, la géographie, de notions de sciences et savaient calculer et résoudre des problèmes que ceux actuellement en 6ième ont du mal a trouver la bonne solution.

Effectivement, on n'apprend plus par coeur la liste des départements, préfectures et sous-préfectures. Ma grand-mère qui était à l'école vers 1910 les connaissait et a pu les réciter jusqu'à la fin de sa vie. Elle avait une très belle écriture et ne faisait pas de fautes d'orthographe.

Aujourd'hui les connaissances apportées sont un peu différentes. Mais est-ce que cela veut dire que "le niveau baisse" ? Parce que cette phrase on l'entend depuis Periclès. En géographie par exemple les élèves en savent plus et sans doute mieux. Mais ils ne connaissent pas les noms des 238 sous-préfectures. Ils connaissent une géographie différente, plus humaine et moins administrative. En même temps les besoins de la nation ont changé.

Ainsi sur une classe d'âge quel pourcentage d'élèves maîtrise une langue étrangère à 20 ans ? Bien plus qu'il y a 50 ans c'est évident. Alors peut-on dire que "le niveau baisse" ? Dans ce domaine bien sûr que non.

Qu'il y ait des lacunes, des soucis, c'est certain. Mais le problème est-il scolaire ou plus large ?



celine a écrit:
Discipline, respect des enseignants, implication des parents qui doivent accepter les punitions (les anciens et un peu moins ) comme les lignes idiotes mais d'autant plus pénibles et dissuasives, le piquet, la récitation supplémentaire à apprendre ... Maintenant il ne faut pas punir, pas exclure,

De ce point de vue je vous conseille un essai philosophique qui fait bien le point sur ces questions de façon pertinente et décapante.





celine a écrit:
pas redoubler et passer à la classe suivante sans avoir les acquis de la précédente.

Et oui, on appelle ça l'austérité, couper dans les budgets est devenu un des objectifs prioritaires... Et surtout ne pas réfléchir aux moyens pédagogiques à mettre en oeuvre pour la réussite de tous les élèves.

Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Ven 26 Juil 2013, 22:32

Loïc a écrit:
Effectivement, on n'apprend plus par coeur la liste des départements, préfectures et sous-préfectures. Ma grand-mère qui était à l'école vers 1910 les connaissait et a pu les réciter jusqu'à la fin de sa vie. Elle avait une très belle écriture et ne faisait pas de fautes d'orthographe.
Moi qui suis beaucoup plus jeune, je ne les ai jamais appris, par contre j' ai appris les bases du calcul (pas besoin de machine pour faire les opérations (en plus il n' y en avait pas)), et j' ai connu la plume "sergent major" et le stylo bille. Pour les fautes d' orthographe il y avait des lacunes (moins que les générations suivantes).


Citation :
celine a écrit:
pas redoubler et passer à la classe suivante sans avoir les acquis de la précédente.


Et oui, on appelle ça l'austérité, couper dans les budgets est devenu un des objectifs prioritaires... Et surtout ne pas réfléchir aux moyens pédagogiques à mettre en oeuvre pour la réussite de tous les élèves.

Là c' est vraiment du langage de politicien, mettre sur le dos des autres ses propres erreurs, refuser de voir la vérité en face et se cacher derrière des solutions qui ont déjà fait la preuve de leur échec.
Déjà en 1981 (ne pas y voir un quelconque point politique mais personnel) les élèves ne redoublaient plus et entrez en 6eme avec d' énormes lacunes (non maîtrise des bases du calcul, français approximatif.....) et ce n' était pas la faute à une quelconque austérité mais bien à un certain laxisme post soixante-huitard.
Tant que la société se refusera à ouvrir les yeux ne sera pas capable de faire son autocritique (terme qui doit vous faire plaisir), refusera de reconnaître ses erreurs, rien ne changera nous resterons dans l' angélisme et la négation.
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3627
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Ven 26 Juil 2013, 22:46

@Celine

On a connu les classes de niveaux non officielles, les vraies classes pré-professionelles de niveaux, les classes de perfectionnement, les groupes de rattrapage...
Echecs sur toute la ligne.
Au 21ième siècle il faudrait envisager, selon moi, des méthodes plus individualisées grâce notamment aux technologies de communication et d'apprentissage les plus nouvelles.
Le groupe ou des groupes existeraient pour le lien social, la comparaison des performances, voire pour la compétition, mais le discours professoral essentiel ne serait plus majoritairement collectif (ni discours d'ailleurs).
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Sam 27 Juil 2013, 05:34

Le décloisonnement devait avoir ces vertus.
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Sam 27 Juil 2013, 10:57

mamiea a écrit:
Loïc a écrit:

Et oui, on appelle ça l'austérité, couper dans les budgets est devenu un des objectifs prioritaires... Et surtout ne pas réfléchir aux moyens pédagogiques à mettre en oeuvre pour la réussite de tous les élèves.

Là c' est vraiment du langage de politicien, mettre sur le dos des autres ses propres erreurs, refuser de voir la vérité en face et se cacher derrière des solutions qui ont déjà fait la preuve de leur échec.


La suppression de 60 000 postes dans l'éducation nationale entre 2007 et 2012 je ne sais pas si c'est du langage politicien mais ça a eu des effets c'est évident.

Et sur les élèves le plus en difficulté avec la quasi suppression des RASED. Aujourd'hui les élèves qui ont le plus de lacunes, détectées dès le plus jeune âge, ne sont plus accompagnés par des enseignants spécialisés. Et ça ce n'est pas de nature à les remettre à niveau.

Oui, c'est certain, la suppression des Réseaux d'Aide et de Soutien ne fait que renforcer l'échec scolaire. Il n'y a aucun doute là dessus.


Et encore un mot. Lorsque l'on a des classes de maternelle ou d'élémentaire à 28 ou 29 élèves, il est évident que les enseignants ont moins de temps pour s'occuper individuellement des élèves que lorsque ceux-ci sont 22 ou 23. Cela n'a l'air de rien mais ça a son importance. Et que l'on ne vienne pas me dire qu'avant ils étaient 40 par classe et tout marchait bien ou qu'à Madagascar ils sont 60 par classe. Ce n'est pas entendable...

Bien entendu la question de la pédagogie et des contenus des enseignements se pose aussi. Mais il ne semble pas que ces questions soient au coeur de la réforme "des rythmes scolaire" qui est prévue pour la rentrée de septembre 2014. C'est dommage d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
tonton christobal

avatar

Messages : 14524
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Sam 27 Juil 2013, 15:52

YAKA recruter des enseignants ! si toutefois on trouve des gens qui veulent faire ce métier...

Curieusement il semble que tous les problèmes de l'éducation nationale depuis quelques dizaines d'années relèvent de la période sarko... même en étant pas encore ou plus au gouvernement il était, est ou sera nocif.
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Sam 27 Juil 2013, 18:59

Le fait que sa politique ait supprimé des dizaines et des dizaines de milliers de postes d'enseignants est effectivement très nocif.

Après la problématique "de la pédagogie et des contenus des enseignements se pose aussi. Mais il ne semble pas que ces questions soient au coeur de la réforme "des rythmes scolaire" qui est prévue pour la rentrée de septembre 2014. C'est dommage d'ailleurs".
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
tonton christobal

avatar

Messages : 14524
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Sam 27 Juil 2013, 19:22

On peut croire LOIC et accepter ses écrits comme parole d'évangile ou se renseigner un peu plus. Je rappelle que la cour des comptes est un organisme indépendant et que son actuel président est socialiste...

Les liens ci dessous ne renvoient pas à des publications "facho-réac-sarkosistes". Les lecteurs du forum pourront donc se faire une idée assez objective.

http://www.challenges.fr/economie/20130523.CHA9849/comment-la-cour-des-comptes-reformerait-l-education-nationale-sans-recruter-d-enseignants-supplementaires.html

http://www.lesechos.fr/economie-politique/politique/actu/0202778945586-laurent-bigorgne-la-cour-des-comptes-interroge-d-abord-hollande-sur-le-fleau-de-l-echec-scolaire-568503.php

http://www.lexpress.fr/education/deficit-la-cour-des-comptes-veut-desanctuariser-l-education-nationale_1261628.html

http://www.france24.com/fr/20130522-rapport-cour-comptes-epingle-education-nationale-france-professeurs

Les choses sont remises en perspective et soudain les baudruches se dégonflent.
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Sam 27 Juil 2013, 22:14

Loïc a écrit:
La suppression de 60 000 postes dans l'éducation nationale entre 2007 et 2012 je ne sais pas si c'est du langage politicien mais ça a eu des effets c'est évident.

Encore une fois vous restez sur la partie visible de l' iceberg


Citation :
Et encore un mot. Lorsque l'on a des classes de maternelle ou d'élémentaire à 28 ou 29 élèves, il est évident que les enseignants ont moins de temps pour s'occuper individuellement des élèves que lorsque ceux-ci sont 22 ou 23. Cela n'a l'air de rien mais ça a son importance. Et que l'on ne vienne pas me dire qu'avant ils étaient 40 par classe et tout marchait bien ou qu'à Madagascar ils sont 60 par classe. Ce n'est pas entendable...

Voulez vous dire que c'est faux ? Nous traiteriez vous de menteur, nous qui étions 40 par classe ? Que vous ne vouliez entendre, c' est votre droit mais la vérité est là.
Il serait plus constructif d' en chercher les raisons, ce serait plus constructif.

Un problème à résoudre :
Ma baignoire fuit, dois-je chercher la fuite ou dois-je augmenter le débit du robinet ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Niveau de recrutement des enseignants
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Niveau de recrutement
» recherche personne pour soutien scolaire remise a niveau en CM2 urgent paris
» recrutement statutaire/contractuel
» cabinet de recrutement
» Au niveau CSST............................

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Quartier du Plateau :: Les services publics de votre quartier-
Sauter vers: