Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Niveau de recrutement des enseignants

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
a.nonymous



Messages : 12080
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 21 Juil 2013, 03:42

Rappel du premier message :

Sur le forum municipal Télémaque à mis un lien vers l'article ci-dessous....

Effarant..... On relèvera l'inégalité territoriale inadmissible qui existe entre académies:

"Pour les concours de professeurs des écoles (PE), pour la session extraordinaire de 2014, la barre d'admissibilité est ainsi, selon nos informations, fixée à 4/20 à Créteil, 5/20 à Paris, 4,5/20 à Versailles, et 7/20 à Strasbourg. "

J'aimerais beaucoup qu'un élu ou un militant socialiste nous explique pourquoi pour être enseignant à Fontenay la barre d'admissibilité est à 4/20 alors qu'elle est de  7/20 à Strasbourg...

Ne serait-ce pas justement dans les banlieues des grandes métropoles, là où il y a plus d'enfants issus de familles touchées par la crise ou immigrées qu'il faudrait les enseignants les plus qualifiés ?

En 2014 tous aux urnes et même si c'est nous qui, en tant qu'électeurs, avons fait une erreur de casting, aucun quitus pour François Hollande et le PS...


L'Express a écrit:
Education: 4/20 suffit pour être admissible au concours de professeurs des écoles

Par Marie Caroline Missir, publié le 19/07/2013 à 09:27, mis à jour le 20/07/2013 à 15:51

Difficile de recruter des enseignants? Pour parvenir à pourvoir les postes ouverts, dans certaines académies, les jurys sont contraints d'abaisser jusqu'à 4/20 la barre d'admissibilité aux concours. Plus de profs, mais à quel prix?

En début de semaine,Vincent Peillon, le ministre de l'Education nationale, se fendait d'un communiqué pour se féliciter de "la capacité retrouvée de l'Education nationale à attirer les étudiants". Sur le terrain, la réalité est moins enthousiasmante.

Quel sera en effet le niveau des enseignants recrutés durant le quinquennat? La question se pose au vu des barres d'admissibilité retenues aux concours enseignants cette année. Obligées de recruter d'importants volumes d'enseignants, sans toujours disposer d'un vivier suffisant, les académies ont été contraintes de baisser de 2 à 3 points la barre d'admissibilité aux concours, notamment pour le premier degré.  

Pour les concours de professeurs des écoles (PE), pour la session extraordinaire de 2014, la barre d'admissibilité est ainsi, selon nos informations, fixée à 4/20 à Créteil, 5/20 à Paris, 4,5/20 à Versailles, et 7/20 à Strasbourg.
Des volumes de recrutement trop important

Une situation qui préoccupe les recteurs. "Si la barre était à 10/20, nous ne pourrions recruter que quelques centaines de candidats!", se désole un haut fonctionnaire.

La raison de cette baisse spectaculaire des exigences aux concours tiendrait aux importants volumes de recrutement prévus cette année, conséquence de la promesse présidentielle d'embaucher 60 000 personnels de plus en 5 ans.  

19 413 postes ont ainsi été ouverts aux concours pour la session 2013. Pour la session extraordinaire de 2014, 8 500 postes étaient ouverts dans le premier degré et 10 750 dans le second degré. Joint par L'Express, le ministère concède des difficultés de recrutement dans certaines académies. Mais, pour la session 2014, s'étonne-t-on rue de Grenelle, "il n'y a aucune raison de baisser les barres d'admissibilité puisque l'on compte un tiers de présents en plus aux concours, et que le volume de postes offerts reste stable par rapport à la session 2013". Le ministère assure qu'il ne disposera qu'à l'automne de la remontée des seuils d'admissibilité aux concours, pour la totalité des académies.

Même en baissant la barre d'admissibilité, près de 2000 postes n'ont toutefois pu être pourvus cette année aux concours 2013. De quoi mettre en doute l'opportunité du recrutement de près de 12 000 enseignants par an durant toute la durée du quinquenat. Plus de profs certes, mais à quel prix?
Source: http://www.lexpress.fr/education/education-4-20-suffit-pour-etre-admissible-au-concours-de-professeurs-des-ecoles_1267473.html
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
mamiea



Messages : 4122
Date d'inscription : 11/06/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Sam 27 Juil 2013, 22:14

Loïc a écrit:
La suppression de 60 000 postes dans l'éducation nationale entre 2007 et 2012 je ne sais pas si c'est du langage politicien mais ça a eu des effets c'est évident.

Encore une fois vous restez sur la partie visible de l' iceberg


Citation :
Et encore un mot. Lorsque l'on a des classes de maternelle ou d'élémentaire à 28 ou 29 élèves, il est évident que les enseignants ont moins de temps pour s'occuper individuellement des élèves que lorsque ceux-ci sont 22 ou 23. Cela n'a l'air de rien mais ça a son importance. Et que l'on ne vienne pas me dire qu'avant ils étaient 40 par classe et tout marchait bien ou qu'à Madagascar ils sont 60 par classe. Ce n'est pas entendable...

Voulez vous dire que c'est faux ? Nous traiteriez vous de menteur, nous qui étions 40 par classe ? Que vous ne vouliez entendre, c' est votre droit mais la vérité est là.
Il serait plus constructif d' en chercher les raisons, ce serait plus constructif.

Un problème à résoudre :
Ma baignoire fuit, dois-je chercher la fuite ou dois-je augmenter le débit du robinet ?
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13602
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Sam 27 Juil 2013, 22:38

En 6e en 1956 ou 57 au cours complémentaire rue de la Liberté à Vincennes nous étions 45 par classe
en 5e 35 et en 4e 45 (il y avait 2 sixièmes, 2 cinquièmes et une 4e)
En 3e nous étions 26 ou 28... ça lourdait sec ou on orientait.

On bossait sinon avec l'écrémage nous aurions été flanqués dehors... empoisonner la vie de nos profs... même pas en rêve !

J'ajoute que nous avions un concours d'entrée en 6e et que le fait d'être en 3e et d'avoir le BEPC en poche n'impliquait pas d'être admis en seconde...

Même si ce n'est pas "entendable" (il faut se faire déboucher les oreilles) c'est la stricte vérité et il y a sans doute sur ce forum des gens qui pourront confirmer ce que je viens d'écrire.

A l'école primaire Michelet je ne me souviens pas d'avoir été élève dans des classes de moins de 35 à 40 élèves.
A la fin du cours préparatoire nous savions tous lire. Prodigieux n'est ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 28 Juil 2013, 01:57

tonton christobal a écrit:
En 6e en 1956 ou 57 au cours complémentaire rue de la Liberté à Vincennes nous étions 45 par classe
en 5e 35 et en 4e 45 (il y avait 2 sixièmes, 2 cinquièmes et une 4e)
En 3e nous étions 26 ou 28... ça lourdait sec ou on orientait.

Et donc que se passait-il pour les 18 ou 19 élèves qui avaient disparu entre la 6 et la 3ème ?

Justement aujourd'hui en 3e il y a tous les élèves et c'est justement pour cela que le niveau global des connaissances progresse, parce que la scolarité de tous est plus longue.
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 28 Juil 2013, 02:05

mamiea a écrit:
Loïc a écrit:
La suppression de 60 000 postes dans l'éducation nationale entre 2007 et 2012 je ne sais pas si c'est du langage politicien mais ça a eu des effets c'est évident.

Encore une fois vous restez sur la partie visible de l' iceberg


Citation :
Et encore un mot. Lorsque l'on a des classes de maternelle ou d'élémentaire à 28 ou 29 élèves, il est évident que les enseignants ont moins de temps pour s'occuper individuellement des élèves que lorsque ceux-ci sont 22 ou 23. Cela n'a l'air de rien mais ça a son importance. Et que l'on ne vienne pas me dire qu'avant ils étaient 40 par classe et tout marchait bien ou qu'à Madagascar ils sont 60 par classe. Ce n'est pas entendable...

Voulez vous dire que c'est faux ? Nous traiteriez vous de menteur, nous qui étions 40 par classe ? Que vous ne vouliez entendre, c' est votre droit mais la vérité est là.


Quelle vérité ? Que le suivi individualisé des élèves est plus facile à faire quand ils sont 23 que lorsqu'ils sont 30 ou 35 ? C'est une évidence.

Et c'est une évidence justement pour les élèves qui n'ont pas spécialement de facilité. Ceux qui sont notés entre 7 et 11/20. Ceux-là, sans un accompagnement serré et adapté ont du mal à réussir.

Alors oui vous étiez 40 en classe mais combien réussissaient à s'en sortir et à acquérir une base de connaissances voulue ? C'est une question centrale.

La même question aujourd'hui de savoir comment on fait pour assurer la réussite de tous les élèves. Et lorsque j'écris tous, c'est tous et pas seulement ceux qui peuvent réussir quelles que soient les conditions et quoi que fassent les enseignants. Non, je parle justement de ceux qui ont besoin des enseignants et de la plus value que ceux-ci apportent pour progresser et réussir.
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
vieux-breton

avatar

Messages : 2990
Date d'inscription : 08/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 28 Juil 2013, 02:46

C'est marrant ça, moi aussi je fais parti des ces élèves qui ont connu des classes de 40 et +, quand je lis Loïc on a l'impression de l'on est une génération de personne qui pour apprendre devait être doué, intelligent et que les autres étaient abandonnés. Il oubli aussi de préciser que l'on avait étude après 16h30 jusqu'à 18h00 et que le maitre ou la maitresse s'occupait justement des élèves qui prenaient un peu de retard ou qui n'avaient pas bien compris une leçon pour que justement ils ne prennent pas de retard. Il y avait quand même pas autant d'élèves en échec scolaire, pas comme maintenant ou les parents et les profs ont abandonné toute notion d'éducation.
A notre époque aussi, on avait le respect des professeurs, on les craignaient aussi, pas comme maintenant ou l'on voit des parents d'élèves venir molester des profs sous prétextes qu'ils ont fait des remontrances ou donné une punition pour un mauvais comportement.
Il y a aussi une chose qui me choque quand Loïc écrit qu'il faut encore embaucher des professeurs, mais si simplement on remettait au boulot tous ces profs qui ne donnent pas 1 heure de cours dans l'année parce qu'ils ont, soi des responsabilités politique ou syndicales, ceux là sont comptabilisés dans les effectifs, mais ne sont jamais présents, alors effectivement on veut nous faire croire qu'ils ne sont pas assez nombreux.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13602
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 28 Juil 2013, 03:23

Ceux qui ne suivaient pas au collège sont retournés dans le primaire ou sont partis dans un collège technique où ils ont appris un métier... ils ne se sont pas mis au trafic de stup...

Ils n'ont pas un bac dévalué mais ils vivent plutôt pas mal de leurs connaissances professionnelles.
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 2990
Date d'inscription : 08/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 28 Juil 2013, 03:29

tonton christobal a écrit:
Ceux qui ne suivaient pas au collège sont retournés dans le primaire ou sont partis dans un collège technique où ils ont appris un métier... ils ne se sont pas mis au trafic de stup...

Ils n'ont pas un bac dévalué mais ils vivent plutôt pas mal de leurs connaissances professionnelles.

Et oui c'est bien là, la différence entre on va dire l'école avant 68 et l'après 68, tout n'a pas été positif après ces évènements, on en voit le résultat aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12080
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 28 Juil 2013, 04:33

Loïc a écrit:
---/---
Alors oui vous étiez 40 en classe mais combien réussissaient à s'en sortir et à acquérir une base de connaissances voulue ? C'est une question centrale.  
---/---

C'est quoi une base de connaissances "voulue" ?

Je voudrais que l'on m'explique car pour moi l'objectif serait déjà être d'acquérir une base de connaissance "permettant de trouver sa place dans la société" ?

Après bien sûr si les chemises et les t-shirts sont fabriqués au Bangladesh, les chaussures au Viet-Nam, l'électronique en Chine, les voitures en Roumanie, .... il nous faut donner à chacun de le niveau de connaissances nécessaire pour fabriquer des Airbus ou des TGV. ou pour être trader à la Société Générale...

Si 80% de bacheliers dans une tranche d'âge débouche sur plus de 10% de chômeurs parmi les personnes en âge d'être actives cherchez l'erreur...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13602
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 28 Juil 2013, 05:10

a.nonymous a écrit:
Loïc a écrit:
---/---
Alors oui vous étiez 40 en classe mais combien réussissaient à s'en sortir et à acquérir une base de connaissances voulue ? C'est une question centrale.  
---/---

C'est quoi une base de connaissances "voulue" ?

Je voudrais que l'on m'explique car pour moi l'objectif serait déjà être d'acquérir une base de connaissance "permettant de trouver sa place dans la société" ?

Après bien sûr si les chemises et les t-shirts sont fabriqués au Bangladesh, les chaussures au Viet-Nam, l'électronique en Chine, les voitures en Roumanie, .... il nous faut donner à chacun de le niveau de connaissances nécessaire pour fabriquer des Airbus ou des TGV. ou pour être trader à la Société Générale...

Si 80% de bacheliers dans une tranche d'âge débouche sur plus de 10% de chômeurs parmi les personnes en âge d'être actives cherchez l'erreur...

Mes copains en tout cas ont eu le niveau de "connaissances voulues" (sic) pour trouver un employeur, pour pas mal d'entre eux de monter leur boite, pour fonder une famille... et ont vécu une vie tout à fait convenable.
Lorsqu'il m'arrive d'en rencontrer certains ils ne se plaignent pas de leur sort... ce qui n'est déjà pas mal.

LOIC qui nous donne sans cesse des cours en matière d'enseignement devrait avoir connu Mlle Trioreau (paix à son âme) prénom Simone... sinon je désespère de ma connaissance de la vie fontenaysienne... alors que disait elle ? qu'elle n'avait que des classes de 25 élèves ?

Faut il que je batte le rappel de mes connaissances locales ? C'est qu'il commence à fatiguer grave le LOIC qui sait tout ! et qui nous raconte la vie à Fontenay alors qu'il n'était pas né.

Il va apprendre aux parents à faire des enfants ! LOIC devrait revenir sur terre car il redevient fatigant comme un sale gosse qui fait son "intéressant" comme disait ma grand mère.
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4122
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 28 Juil 2013, 05:13

Loïc a écrit:
Quelle vérité ? Que le suivi individualisé des élèves est plus facile à faire quand ils sont 23 que lorsqu'ils sont 30 ou 35 ? C'est une évidence.
Ne détournez pas les questions que vous le vouliez ou non nous étions 35 à 40 en classe.

Citation :
Et c'est une évidence justement pour les élèves qui n'ont pas spécialement de facilité. Ceux qui sont notés entre 7 et 11/20. Ceux-là, sans un accompagnement serré et adapté ont du mal à réussir.

Et bien il y avait les collèges techniques où on apprenait un métier (certain avec un CAP sont devenus chef d'entreprise) et on ne laissez pas entrer au collèges ceux qui n' avait pas le niveau, les empêchant ainsi de se noyer comme c'est actuellement le cas. Mais que faites vous de ceux qui sont en dessous de 7? Vous les envoyez au collège leur permettant ainsi de passer pour des ignares.

Citation :
Alors oui vous étiez 40 en classe mais combien réussissaient à s'en sortir et à acquérir une base de connaissances voulue ? C'est une question centrale.
Vous en avez la réponse ci- dessus.

Citation :
La même question aujourd'hui de savoir comment on fait pour assurer la réussite de tous les élèves

En analysant en profondeur et en toute honnêteté ce qui va et ce qui ne vas pas dans l' enseignement. La réussite des élèves est un beau projet qu'il faut analyser sans tabou et surtout sans solution préétablie.
Cela s' appelle un  suivi de projet et il existe des méthodes qui ont fait leurs preuves. Qui a trampé dans ce sujet sait qu'il ne faut pas rester entre spécialistes mais aussi aller voir ce qui ont les mains dans le cambouis.
Ce n'est pas une petite affaire, elle ne se résoudra pas en quelques mois avec du saupoudrage comme d 'habitude, ce n' est pas un problème de droite ou de gauche, c' est un problème national et du futur du pays.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13602
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 28 Juil 2013, 05:54

Merci ! je suis content de constater que certains connaissent le Fontenay de mon époque.
A force de lire LOIC je finissais par penser que je n'avais jamais connu Fontenay ses écoles et les collèges au moment où ils n'existaient pas chez nous.

Et bien oui ! tous les jours nous prenions le 118 et allions au cours complémentaire (maintenant collège) rue de la liberté à Vincennes (à proximité de la mairie) nos parents ne nous accompagnaient pas en classe en voiture.

Lorsque nous étions en 4e ou 3e nous avions droit (pas tous)  à des vélos... et personne n'a été estropié car nous faisions gaffe !  

Je me souviens aussi des copains Italiens qui arrivaient en cours d'année à Michelet... vous savez ces situations dont on ne sait plus venir à bout maintenant.

A l'époque lorsque nous avions un Italien qui débarquait en cours d'année, nos maitres d'école (en blouse mais avec cravate qui ne ressemblaient pas à de gratteurs de guitare déjantés faisant la manche à San Francisco) le mettait au milieu de bons élèves avec pour consigne de l'aider et d'aviser le maitre si une difficulté survenait.
En moins de 6 mois ils étaient aussi connaisseurs que nous en matière de "gros mots"  l'intégration était faite !

Il est vrai aussi que les pères venaient voir l'instituteur ou l'institutrice, lui parlaient respectueusement et demandaient à ce que le "petit marche bien"
Je me souviens de ces ouvriers Italiens les mains bouffées par le ciment, la chemise boutonnée jusqu'au dernier bouton même si la cravate était absente, qui ôtaient le chapeau devant le "maitre ou la maitresse" et n'avaient qu'un soucis : vivre tranquilles chez nous, s'assurer que leur enfant (qui bien souvent servait d'interprète soit dans le droit chemin)  et faire en sorte que la famille s'intègre.

Je suis désolé que LOIC n'ait pas connu cette époque et que les dignitaires fontenaysiens si toutefois ils l'ont connue l'aient oubliée.

C'était ça l'intégration à la française !
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 28 Juil 2013, 07:07

tonton christobal a écrit:
Il est vrai aussi que les pères venaient voir l'instituteur ou l'institutrice, lui parlaient respectueusement et demandaient à ce que le "petit marche bien"
Je me souviens de ces ouvriers Italiens les mains bouffées par le ciment, la chemise boutonnée jusqu'au dernier bouton même si la cravate était absente, qui ôtaient le chapeau devant le "maitre ou la maitresse" et n'avaient qu'un soucis : vivre tranquilles chez nous, s'assurer que leur enfant (qui bien souvent servait d'interprète soit dans le droit chemin)  et faire en sorte que la famille s'intègre.


On est bien d'accord mais ces touchants souvenirs, racontés avec brio, ne retirent rien au fait que la suppression des Réseaux d'Aide et de Soutien aux Elèves en Difficultés (RASED) rend plus difficile le suivi et la réussite des élèves qui ont des difficultés importantes.



Et dire que le niveau baisse est je le redis, et là c'est l'enseignant qui parle, un mythe qu'il faut déconstruire.

En 1975 1/4 des élèves interrompait leurs études sans diplôme.

La proportion est bien inférieure de nos jours du fait justement de l'élévation générale du niveau d'études.

http://media.education.gouv.fr/file/2010/81/2/NIMEN1012_152812.pdf


Après 140 000 jeunes qui sortent du système sans diplôme c'est beaucoup trop, mais c'est beaucoup moins (en chiffre et en proportion) qu'il y a 40 ans, cette époque qui n'était pas si bénie que ça pour tous.
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
Robin

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 13/02/2011

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 28 Juil 2013, 07:12

c'est vrai qu'il est bon ce Tonton et ayant vécu aux environ de la même époque dont il parle mais sur Paris, je me retrouve totalement dans son analyse.
Laissons Damiani doux rêveur des années soviétiques dans son monde et discourons entre adultes de ce que les uns et les autres avons vécu et fait notre acquis, et, partageons notre expérience avec la génération d'aujourd'hui qui fait ce qu'elle peut dans un contexte, qu'il faut bien reconnaître plus difficile que ce que nous avons connu malgré la guerre.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13602
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 28 Juil 2013, 08:07

L'enseignant LOIC commence à nous la planter longue ! c'est une expression du sud qui signifie "il gonfle"
Ma mère, mon épouse, ma fille et mon gendre qui ont des peaux d'âne aussi valables que les siennes et ne se posent pas en gourou de Éducation Nationale n'ont pas la même approche professionnelle que lui.

Il est vrai qu'eux sont sans doute au cœur du problème et ne batifolent pas dans des structures parallèles ou politiques pour se faire briller. Ils s'occupent de leurs élèves et cela suffit à meubler leurs journées.
Lorsqu'ils voient le temps que passe LOIC sur le forum (lorsque la coupe déborde, ils sont invités à lire les échanges sur Fontenay Plateau car je ne résiste pas au plaisir de meubler le bêtisier)  ils en déduisent que le travail de professeur ne doit pas trop l'occuper.

Il est évident que si pour parler d'un dossier il était nécessaire de le connaître nos politiques seraient silencieux ! Donc LOIC peut continuer à nous expliquer la vie !

A chacun d'en faire on profit...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14065
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 28 Juil 2013, 09:48


C'est désespérant, mais moi aussi je souscrits. Le monde a changé, ... Finis les uniformes, les sabots, le chauffage au bois ou charbon, ...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13602
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 28 Juil 2013, 15:58

Maintenant c'est mieux !
Comme nous n'avons plus de blouse ce qui entre parenthèse avait le mérite de mettre les enfants sur un pied d'égalité et de supprimer les différences on se fait voler les vêtements de "marque", on peut sécher les cours à volonté, ne rien faire ce qui est un moindre mal, flanquer la pagaille sans risquer de sanction et si le prof est "facho" en voulant tenir sa boutique on lui casse la figure. En plus comble d’autoritarisme il serait interdit de téléphoner en cours ! Où vont-ils s’arrêter ces tyrans ?
Si en plus on mettait des notes ou si on s’avisait de classer les élèves ont « stigmatiserait » donc tout le monde est premier comme à la télé.

Aller dans certains établissements amène des ennuis aux enfants, on conteste la teneur des cours et même la nature des repas à la cantine... dans d’autres établissements scolaires on peut commencer à monter son affaire, certains y font même un peu de business avec les copains

Heureusement de temps en temps on flanque le feu à quelques poubelles, on casse la gueule aux pompiers, on se frictionne avec les flics, on incendie un gymnase, une l'école bref, on fait flamber tout ce qui nous tombe sous la main et le reste on le détruit.
Ce sont en fait les cours de gym nouvelle formule, c'est plus marrant que de faire des tours de stade !

Périodiquement nous avons un ancien copain qui a réussi et roule en belle allemande dont le cursus professionnel croise fortuitement la trajectoire d'une balle de kalash ou de 45, on fait alors une manif de soutien en mémoire de cet accidenté du travail dont la générosité bien connue offrait des emplois convenablement rémunérés aux jeunes du quartier. C'est toujours dommage lorsqu'un bienfaiteur disparait.

Il faut absolument recruter des enseignants qui serviront de punching ball c’est indispensable pour que les petits mignons, leurs grands frères et parfois les parents puissent passer leur nerfs… ne changeons rien nous sommes sur le bon chemin, les résultats au bachot le prouvent 86% des candidats l'ont .
Nos bacheliers sont infoutus de faire une dictée du vieux certif mais ils ont le bac ! tout va bien !
Pour les 100% de reçus il suffit de mettre le bachot en contrôle continue... si un salaud ne flanque pas la moyenne à toute la classe on lui fera changer sa méthode de notation et tout sera dit ! non mais !

Encore quelques profs de plus et la situation sera parfaite.

NB : dans le même ordre d'idées depuis quelques années lorsque l'on passe le permis de conduire on ne vous dit plus que vous êtes reçu ou recalé car les inspecteurs se faisaient parfois rosser. Il est vrai qu'en recaler certains était une initiative aventureuse... donc vous êtes avisé par courrier.
Curieusement il y a aussi un problème de recrutement d'inspecteurs du permis de conduire... des esprits chagrins devraient ils y voir une coïncidence ?
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13602
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 28 Juil 2013, 18:16

Loïc a écrit:
tonton christobal a écrit:
En 6e en 1956 ou 57 au cours complémentaire rue de la Liberté à Vincennes nous étions 45 par classe
en 5e 35 et en 4e 45 (il y avait 2 sixièmes, 2 cinquièmes et une 4e)
En 3e nous étions 26 ou 28... ça lourdait sec ou on orientait.

Et donc que se passait-il pour les 18 ou 19 élèves qui avaient disparu entre la 6 et la 3ème ?

Justement aujourd'hui en 3e il y a tous les élèves et c'est justement pour cela que le niveau global des connaissances progresse, parce que la scolarité de tous est plus longue.

En plus LOIC ne sait pas compter !
Deux classes de 6e de 45 élèves et une classe de 3e à 26 ou 28 mômes ce ne sont pas 18 ou 19 élèves qui "disparaissaient"  
Chez moi 2 fois 45 égal 90
90 moins 28 égal : 62 oui soixante deux et non 18 ou 19 et sans calculette !

Des deux 6e aux deux 5e nous perdions 10 élèves par classe
Des 5e à la seule 4e nous perdions 25 élèves
De la 4e à la 3e nous en perdions plus de 15
Au début de chaque année scolaire le directeur annonçait la règle du jeu aux "petits de 6e" réunis dans le préau.  

Ces "disparus" retournaient à l'école primaire, arrêtaient leur scolarité à 14 ans après le CEP puis apprenaient un métier soit chez un patron (vilain mot patron) soit dans un établissement technique.
D'autres sortant de la filière générale allaient directement dans un collège technique.
Nombre de copains sont allés à Maximilien Perret à Vincennes où ils ont appris la plomberie.
Est il nécessaire de préciser qu'ils ont toujours eu du boulot ?

Pour ce qu'il en est des grandes connaissance de nos actuel diplômés... vous devez être le seul à y croire.
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4122
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 28 Juil 2013, 19:44


C'est désespérant, mais moi aussi je souscrits. Le monde a changé, ... Finis les uniformes, les sabots, le chauffage au bois ou charbon, ...[/quote]

Les uniformes existent toujours (dans un très petit nombre d 'établissements) par contre la blouse avait une utilité indéniable : Les taches d'encres, il est vrai que maintenant on n'utilise plus la plume Sergent Major donc les risques sont moindres (et l'on change plus souvent de vêtements).Quand au chauffage au charbon il était un moyen de cohésion (corvée de poêle organisée par l'instit) surtout pour les "bêtises" que l'on pouvait faire avec, maintenant que peut-on inventer avec le chauffage central?

Les époques changent, les choses et les gens évoluent. Nous n' avions pas grand chose et l' on s' en contentait (une bobine de fil vide, un élastique et un bout de bois et l' on avait un blindé) maintenant on a des consoles de jeu.
Pour ce qui est des sabots (moi qui vient de province) je ne les ai connus qu' en seconde technique et ils avaient une double utilité, en premier lieu l' hiver de tenir nos pieds au sec sans souffrir de la neige et du froid, en second lieu de chaussures de sécurité lorsque nous étions en atelier (forge, machine outils..) plus efficaces que celle que l'on trouve actuellement.

Quand Loïc nous parle des RAZED, ils existaient à notre époque, comme le rappelle tonton, oui c' était les élèves qui l' assurait du fait de l' existence de la solidarité et du respect ( pour moi ce fut plus les enfants des rapatriés d’Algérie et de jeunes algériens).  
L' éducation nationale a eu sa révolution en 68/69, il en est sorti du bon et du mauvais. Il est temps de la refaire en n'occultant rien du passé et en cherchant toutes les solutions afin de permettre de remettre cette institution sur les rails. Je pense que cette révolution n' implique pas la seule éducation nationale mais aussi notre société dans son ensemble. Elle ne peut être laissée à la seule volonté du corps enseignant.
Reprendre les objectifs à la base (on ne construit pas un édifice sur du sable), en définir tous les moyens.
Comme le dit Gérard, y a t il besoin d' "enseignant (tel qu'on le défini actuellement) avec les moyens techniques dont on dispose mais plutôt d' un "animateur" qui aide les élèves?
Qui peut penser qu' un enseignant soit capable de donner des cours de même qualité pour de plus en plus de disciplines? Qui peut penser qu' un élève puisse avoir les bases en lui enseignant de plus en plus de choses et en restant de plus en plus vague? Qui peut penser qu' un enseignant puisse pratiquer son art sans un minimum de discipline?
Qui peut penser que n 'importe quel diplôme (même supérieur) suffit pour intéresser une classe ?
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 28 Juil 2013, 20:24

mamiea a écrit:
Qui peut penser qu' un enseignant soit capable de donner des cours de même qualité pour de plus en plus de disciplines? Qui peut penser qu' un élève puisse avoir les bases en lui enseignant de plus en plus de choses et en restant de plus en plus vague? Qui peut penser qu' un enseignant puisse pratiquer son art sans un minimum de discipline?
Qui peut penser que n 'importe quel diplôme (même supérieur) suffit pour intéresser une classe ?  


Questions pertinentes que normalement les enseignants se posent en préparant leurs cours...

Mais cela n'empêche qu'aujourd'hui il y a encore trop d'élèves qui sortent du système scolaire sans diplôme même s'il y en a beaucoup, beaucoup moins qu'il y a 30, 40 ou 50 ans.

Et le fait que la proportion des collégiens qui entrent au lycée (ceux de Fontenay par exemple) pour y poursuivre leurs études augmente régulièrement. Et c'est une bonne chose.
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
tonton christobal

avatar

Messages : 13602
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 28 Juil 2013, 20:44

Le progrès est en marche : On sort avec des diplômes dévalués donnant la possibilité d'être chômeur au long cours c'est un grand progrès...
Tous les ans on a pulvérisé les states du bac et gare à l'académie à la traine, on remonte les notes !
On va envoyer tous ces gens en fac, il vont se faire étendre en première année dans deux ou trois disciplines, ils recommenceront une ou deux fois (chouette ça n'entre pas dans les states des demandeurs d'emplois) et in fine les bacheliers au rabais de 18 ans seront devenus des bacheliers aigris toujours au rabais de 23 ou 24 ans.
Belle manœuvre !

Peut être serait il préférable de ne pas avoir une "diplomite aïgue" mais des gens bien dans leurs peau en possession d'un métier lucratif qui leur plaise le tout débouchant sur un emploi leur permettant de vivre convenablement.
Pas de diplôme ronflant mais un boulot pour lequel ils étaient qualifiés. A se demander comment ils pouvaient vivre ?

Le programme est moins reluisant, nous ne sommes pas dans le politico grandiloquent cher à nos élus surtout de gauche mais dans l'efficacité... efficacité ce doit être un "gros mot"

PS : l'année prochaine l'actuel score record du bachot avec une moyenne de 22/20 sera pulvérisé : en régime de gauche nous progressons régulièrement.
Ils étaient tartignoles les étudiants des années 60 avec les bons qui arrivaient péniblement à un 16 ou à 17 en philo...
Revenir en haut Aller en bas
Marion Legouy-Desaulle



Messages : 3462
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 28 Juil 2013, 20:56

Je vous prépare une réponse personnelle artiste + prof + socialiste, pas forcément dans les rails.

Juste pour vous donner un avant goût:
à mes élèves, malheureusement pas de ceux qui ont les plus grandes facilités et qui me disent:

"Mais madame de toute façon les arts-plastiques ça sert à rien "

je réponds:

"est-ce que tu crois que dessiner aujourd'hui va t'empêcher de trouver du travail demain?"

"...."
Immanquablement un ange passe hormis les commentaires blagueurs du reste de la classe, j"enchaîne" :-) alors:

"Dessiner et décider ont la même étymologie, la même origine latine," il disegno" est autant le dessein que le dessin et d'ailleurs Léonard de Vinci (excellente fortune critique auprès des collégiens) disait du dessin que c'était "una cosa mentale" et 0 à la fin de l'heure à qui n'a rien fait, aller hop au travail! "

Les arts-plastiques comme l'éducation physique et la musique sont les trois seules matières qui associent le geste à la pensée mais j'y reviendrai...

Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4122
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 28 Juil 2013, 21:21

Marion Legouy-Desaulle a écrit:
Je vous prépare une réponse personnelle artiste + prof + socialiste, pas forcément dans les rails.

Les arts-plastiques comme l'éducation physique et la musique sont les trois seules matières qui associent le geste à la pensée mais j'y reviendrai...


C'est une bonne chose car pour matérialiser les rails faut bien dessiner!
A vos élèves vous pouvez donner quelques exemples : Guy Degrenne, Christian Dior, Marcel Dassault, Philippe Starck, Pininfarina.... Sans le dessin ils n' auraient étés rien.
Revenir en haut Aller en bas
Marion Legouy-Desaulle



Messages : 3462
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 28 Juil 2013, 21:32

Ah oui! et j'oubliais aussi, spécial pour a.nonymous et autres experts en "dynamique" de l'emploi:

+ ex-chômeuse ayant senti le vent du boulet passer pas loin et réussi sa reconversion professionnelle.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13602
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 28 Juil 2013, 22:30

Loïc a écrit:
mamiea a écrit:
Qui peut penser qu' un enseignant soit capable de donner des cours de même qualité pour de plus en plus de disciplines? Qui peut penser qu' un élève puisse avoir les bases en lui enseignant de plus en plus de choses et en restant de plus en plus vague? Qui peut penser qu' un enseignant puisse pratiquer son art sans un minimum de discipline?
Qui peut penser que n 'importe quel diplôme (même supérieur) suffit pour intéresser une classe ?  


Questions pertinentes que normalement les enseignants se posent en préparant leurs cours...

Mais cela n'empêche qu'aujourd'hui il y a encore trop d'élèves qui sortent du système scolaire sans diplôme même s'il y en a beaucoup, beaucoup moins qu'il y a 30, 40 ou 50 ans.

Et le fait que la proportion des collégiens qui entrent au lycée (ceux de Fontenay par exemple) pour y poursuivre leurs études augmente régulièrement. Et c'est une bonne chose.

Les diplômés au rabais, les bacheliers dont nous sommes si fiers ont des voies professionnelles bien ouvertes :
- les caisses du super marché du coin
- le mac do
- le démarchage téléphonique ( spécialité des "écoles de commerce")
- les petits boulots et surtout les emplois jeunes, les emplois d'avenir... là vous avez une mine !
dois je compléter la liste ?

En revanche se salir les pattes de devant avec un métier manuel pas question ! ce ne sont pas des diplômes !
Si vous avez de bonnes adresses d'électriciens, de menuisiers, de plombiers, peintres ou jardiniers... plus tous ceux qui vous viendront à l'esprit s'il s'agit de gens compétents et sérieux, qui sont à l'heure aux rendez-vous s'entend pas des bricolos faites en une liste et mettez la sur le site Forum du Plateau ce sont les diplômés que beaucoup de Fontenaysiens attendent.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14065
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Dim 28 Juil 2013, 22:57

XXXXXXXXXXXX intervention du webmaster
Y-avait-il en 1950 des super marchés, des Mc do, des téléphones partout, faut-il, comme vous dites, continuer la liste. En tout cas Taylorisme et Fordisme prenaient corps.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13602
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Lun 29 Juil 2013, 00:51

En 1950 les bacheliers avaient du travail... car ce diplôme avait une valeur sur le marché.

Ce qui fait la différence avec le problème posé actuellement par les diplômes dévalués et les "études sans débouché" .

XXXXXXXXXXXXXX intervention du webmaster
Revenir en haut Aller en bas
Marion Legouy-Desaulle



Messages : 3462
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Lun 29 Juil 2013, 05:19

Courage Gérard, dans deux jours c'est les vacances le Forum sera en lecture seule.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12080
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Lun 29 Juil 2013, 12:15

Marion Legouy-Desaulle a écrit:
Ah oui! et j'oubliais aussi, spécial pour a.nonymous et autres experts en "dynamique" de l'emploi:

+ ex-chômeuse ayant senti le vent du boulet passer pas loin et réussi sa reconversion professionnelle.

De nombreux chômeurs seraient prêts à se lancer dans une reconversion professionnelle mais nous sommes aujourd'hui pris dans une GUERRE ECONOMIQUE qui touche hélas quasiment tous les secteurs de l'économie...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12080
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Lun 29 Juil 2013, 12:20


Je ne dégomme pas "les enseignants" mais je suis critique sur le "système d'éducation" actuel... Nuance...

Et pour le coup j'ai ouvert cette discussion parce que je trouve anormal que dans un pays dirigé par un social-démocrate le niveau de recrutement  des enseignants ne soit pas identique sur l'ensemble du territoire, cette approche ne faisant que renforcer les inégalités territoriales qui touchent déjà notre pays...
Revenir en haut Aller en bas
Marion Legouy-Desaulle



Messages : 3462
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Lun 29 Juil 2013, 19:01

Affrontement a écrit:
Marion Legouy-Desaulle a écrit:
Courage Gérard, dans deux jours c'est les vacances le Forum sera en lecture seule.

Dommage :cheers:d'un autre côté on va pouvoir lire tout ce qui s'est dit depuis des mois sur ce super forum.
La reprise va être tumultueuse et le webmaster va avoir du boulot scratch

On pourrait faire un mini sondage? C'est clair qu'il pourrait y avoir un effet cocotte minute à la rentrée si le Forum est fermé aux commentaires tout le mois d'août.

On pourrait fermer aux commentaires tous les sujets ouverts avant le 31 juillet. Notre webmaster préféré pourrait, si ce n'est pas trop lui demander, ouvrir quelques grands items tels l'emploi, l'éducation, l'urbanisme, la solidarité et ensuite libre à chacun de relancer ces sujets par le biais local, départemental, régional, national, européen, par le biais de ses convictions personnelles, de son mandat, de son parti....

Pour ce qui est de proposer une fenêtre de dialogue à chaque candidat-e, je pense qu'il serait plus fair-play d'attendre la rentrée vu qu'il n'y a que (I love you ) Patrice Bedouret présent sur le terrain  à la rencontre des Fontenaysiens cet été.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13602
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Lun 29 Juil 2013, 19:37


Revenir en haut Aller en bas
Robin

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 13/02/2011

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Lun 29 Juil 2013, 19:48

@ Marion :

Non, car le Webmaster a droit comme les copains à avoir un mois d'août cool et comme il ne se passe pas de jour sans dérive il vaut mieux que le forum reste lui aussi en vacances !
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13602
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Lun 29 Juil 2013, 20:05

Robin a écrit:
@ Marion :

Non, car le Webmaster a droit comme les copains à avoir un mois d'août cool et comme il ne se passe pas de jour sans dérive il vaut mieux que le forum reste lui  aussi en vacances !


Je crois devoir constater que si les socialistes soutiennent toujours les gens en grève dans les entreprises "capitalistes" ils sont moins tolérants avec les travailleurs bénévoles indépendants qui veulent prendre des vacances méritées. Nous tombons non pas dans le travail forcé mais dans l'astreinte forcée au bénévolat.

Si Mme Legouy Desaulle devient un jour chef d'entreprise ça va craindre pour les employés entre le PC et SUD il y aura du sport.

La gauche pourtant trouve tout à fait normal que régulièrement la SNCF, la RATP et quelques autres compliquent la vie des usagers par des grèves à répétition.
Pendant un mois en l'absence de la piquouse de forum on se retrouve tel le camé en panne de dealer en état de manque ! L'accoutumance au forum tout comme le tabac tue ! Il faut des psychos et des socios bidules pour mettre en place en urgence un soutien psychologique !

Le monde politique local est tout bouversifié...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14065
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Lun 29 Juil 2013, 21:45

Bonnes vacances à notre webmaster. Smile
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4122
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Lun 29 Juil 2013, 23:01

Oui bonne vacances a tous et bonne auto-critique, relevé des copies à la rentrée Razz Razz 
Revenir en haut Aller en bas
Marion Legouy-Desaulle



Messages : 3462
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Mar 30 Juil 2013, 00:22

tonton christobal a écrit:


Si Mme Legouy Desaulle devient un jour chef d'entreprise ça va craindre pour les employés entre le PC et SUD il y aura du sport.

Que nenni si j'en crois mon expérience professionnelle en TPE.

J'espère bien que toute la classe politique, je dis bien toute (non car?) la classe politique fichera la paix à Gérard y compris au niveau de la messagerie  pendant la trêve estivale....

N'est-ce pas Loïc?

Et je vous rappelle que je suis assez fair-play pour tolérer une pause, vu que  Patrice Bédouret est le seul candidat présent cet été sur le terrain .
sunny

Constat que personne ne peut démentir.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13602
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Mar 30 Juil 2013, 16:53

Marion Legouy-Desaulle a écrit:
tonton christobal a écrit:


Si Mme Legouy Desaulle devient un jour chef d'entreprise ça va craindre pour les employés entre le PC et SUD il y aura du sport.

Que nenni si j'en crois mon expérience professionnelle en TPE.

J'espère bien que toute la classe politique, je dis bien toute (non car?) la classe politique fichera la paix à Gérard y compris au niveau de la messagerie  pendant la trêve estivale....

N'est-ce pas Loïc?

Et je vous rappelle que je suis assez fair-play pour tolérer une pause, vu que  Patrice Bédouret est le seul candidat présent cet été sur le terrain .
sunny

Constat que personne ne peut démentir.

En quoi êtes vous "fair play" ? et en quoi avons nous à accepter une tolérance quelconque de votre part ?
J'ai cru comprendre que si le forum cesse de fonctionner pendant quelques semaines ce n'était pas en fonction de votre éventuelle "tolérance" mais par la volonté du maitre des lieux.
D'autre part, chacun organise sa manière d'intervenir à sa convenance sans avoir besoin de votre accord.
Pour ce qu'il en est d'être sur le terrain il est possible que ce soit important mais pour quel résultat ?

Il me semble que le PS était présent au conseil municipal... pourquoi faire ? s'abstenir...

Confondre gesticulation médiatique et efficacité c'est une tare commune à nos politiques de tous bords.

Pour ce qu'il en est de la tolérance je vous propose une définition :




Je suis très tolérant !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Mar 30 Juil 2013, 17:34

Traduction en langage socialiste

C'est quand on découvre les conneries de ses alliés qu'on ne les dénonce pas: on appelle cela la solidarité
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12080
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Jeu 15 Mai 2014, 11:08

Encore un article édifiant sur Rue89....


"Tout cela ne promet rien de très bon pour les élèves de Seine-Saint-Denis, du Val-de-Marne ou de Seine-et-Marne. Trois départements qui comptent déjà, dans certaines villes, pas mal de problèmes par ailleurs."

Je me demande ce que cette dernière phrase de Rue89 sous-entend:  mixité sociale ? mixité culturelle ? locuteurs non francophones ? Peut-être une explication:

"Par ailleurs, la crise des vocations croise la crise des banlieues. Le métier, en zone urbaine, est de plus en plus dur."



Rue89 a écrit:
Cata 13/05/2014 à 19h14
En France, on peut devenir prof des écoles avec 4,17/20 de moyenne

Pascal Riché | Cofondateur Rue89

Dans les académies de Versailles et de Créteil, le seuil d’admission ne dépasse pas 5/20. Signe d’une crise des vocations pour un métier que les pouvoirs publics ne savent pas rendre attrayant.

Dans l’académie de Créteil, au moins un candidat a été reçu au concours externe pour devenir professeur des écoles 2014 avec une note moyenne de 4,17 sur 20.

Vous avez bien lu. Normalement, un élève ayant une note inférieure à 5/20 a droit à une appréciation sévère : « mauvais »... « n’a pas travaillé »... « inadmissible ». Dans l’académie de Créteil, avec la même note, on est non seulement admissible mais aussi admis.

Voici la copie du relevé des notes d’un des candidats admis dans l’académie de Créteil, dont dépend la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne. On voit que pour être admissible, il fallait obtenir 24 points sur 120, soit une moyenne de 4/20. Pour être admis, il fallait atteindre 50,10 points sur 240, soit une moyenne de 4,17/20.



L’an dernier, dans cette même académie de Créteil, le « seuil d’admission » était déjà de 4,1/20. Mais en 2012, il était de 9/20. Tout cela ne promet rien de très bon pour les élèves de Seine-Saint-Denis, du Val-de-Marne ou de Seine-et-Marne. Trois départements qui comptent déjà, dans certaines villes, pas mal de problèmes par ailleurs.

Hallucinant ? Il s’agit d’un concours, donc la note importe peu. L’administration retient, au terme de ce dernier, autant de candidats qu’il y a de postes ouverts, quels que soient leurs résultats, en commençant par les meilleurs.

Si un examinateur est convaincu qu’il faut écarter un candidat qu’il juge incapable d’enseigner à des enfants, sa seule possibilité est de lui coller un zéro à l’oral (français, maths...). Les zéros sont en effet éliminatoires. L’abus de ces zéros, qui volent par centaines, a soulevé une polémique l’an dernier qui se poursuit cette année. Certains candidats recalés à cause d’un zéro se retrouvent en effet parfois avec une moyenne deux fois supérieures au seuil d’admission de leur académie...



Une grande diversité des « seuils d’admission »

Les seuils ne sont pas divulgués par le ministère de l’Education, mais ils sont affichés sur les relevés de note des candidats. Pour les trouver, il faut se rendre sur les forums de discussion des enseignants du primaire.

On constate qu’il existe une grande diversité des « seuils d’admission », en fonction des académies. Il est plus facile d’être reçu dans la région parisienne qu’à Rennes... Voici quelques exemples de seuils d’admission, sur 20, pour le concours externe public :

   Créteil : 4,17
   Versailles : 4,57
   Lille : 7,1
   Grenoble : 7,18
   Poitiers : 7,8
   Amiens : 8
   Rennes : 8,6
   Bordeaux : 8,8
   Toulouse : 9,18
   Lyon : 9,18
   Nantes : 9,5
   Montpellier : 10


Certains candidats qui ont passé le concours dans des académies dans lesquels les seuils sont supérieurs à 8 l’ont un peu mauvaise. Sur un forum de discussion, une enseignante-stagiaire, gg11, admise dans l’académie de Bordeaux, rouspète ainsi :

   « Je comprends la nécessité de recruter, mais [...] Ça m’écœure de lire ça, quand je compare... Maintenant félicitations aux admis, mais quand même ça fait peur un tel niveau (là c’est la maman de trois enfants qui parle). »

Sur le même forum un candidat malchanceux, ccilou, ne comprend pas. Il a été recalé dans l’académie de Bordeaux avec 8,5 de moyenne. Ce n’est pas la première fois qu’il se présente au concours sans succès : en 2009, on lui avait barré la porte d’entrée dans l’Education nationale alors qu’il avait eu 11 de moyenne ! Quand il découvre que des profs sont recrutés en région parisienne avec 4/20 de moyenne, il explose :

   « Franchement, je trouve certains seuils honteux ! Comment peut-on prendre aussi bas ! Même pas 5 de moyenne générale pour aller enseigner aux enfants ? Dire qu’il y a quatre ans je me suis fait recaler avec 11 de moyenne ! C’est scandaleux ! »



A Versailles et Créteil, 87% des candidats réussissent le concours

Voici le tableau des taux de réussite au concours externe, en 2014, par académie. Si vous vous présentiez dans l’académie de Créteil ou dans celle de Versailles, vous aviez cette année près de neuf chances sur dix d’être reçu...





Pourquoi une telle catastrophe dans la région parisienne ?

Les causes de cette situation sont profondes. Le nombre de candidats a chuté depuis dix ans. Dans l’ensemble de la France, ils étaient plus de 60 000 en 2004, ils ne sont plus que 26 000 aujourd’hui. L’exigence d’un master (au lieu d’une licence) a également contribué à réduire le vivier de candidats, mais elle n’explique pas tout.



Malgré le chômage, de plus en plus rares sont ceux qui veulent aujourd’hui devenir instituteurs.

Dans l’académie de Versailles, c’est 1 210 postes qu’il fallait pourvoir et 1 090 dans celle de Créteil. Ces deux académies arrivent loin devant les autres : la troisième académie, Lille, avait 499 postes à pourvoir.

Par ailleurs, la crise des vocations croise la crise des banlieues. Le métier, en zone urbaine, est de plus en plus dur.



« Payez des cacahuètes, vous obtiendrez des singes »

Les candidats reçus en 2014 à Versailles ou Créteil ne sont évidemment pas tous mauvais, beaucoup ont reçu de très bonnes notes au concours des professeurs des écoles. Mais comment accepter que, pour répondre à la pénurie des vocations, l’Education nationale envoie dans des classes des professeurs maitrisant mal le français, ou les maths, ou l’histoire-géo, ou parfois les trois.

Pour contourner le problème, les académies ouvrent moins de postes que prévu. Mais le résultat n’est pas tellement plus brillant, car les écoles manquent alors de profs, de remplaçants, etc. On recourt alors à des vacataires, dont le niveau n’est pas toujours éclatant.

Ainsi, cette année, selon Le Café pédagogique :

   « Les résultats de la session exceptionnelle du concours de professeurs des écoles montre qu’il manque environ 10% des enseignants soit 875 postes non pourvus. Ainsi il manquera 142 professeurs dans l’académie de Créteil, 46 à Amiens, 64 à Lille, 38 à Strasbourg, 47 à Toulouse et 252 à Versailles.

   Alors que les années précédentes on rencontrait des manques locaux, cette année et sur ce concours il y aura des manques d’enseignants dans deux académies sur trois. »

Il existerait bien un moyen simple pour résoudre progressivement le problème, mais je sens qu’il ne va pas plaire au ministre des Finances Michel Sapin : il faudrait mieux payer les profs pour attirer plus de candidats.

Un proverbe américain résume crument les choses : « If you pay peanuts, you get monkeys », si vous payez des cacahuètes, vous recruterez des singes. Cela vaut pour une entreprise privée comme pour une administration.



D’autres pays l’ont compris, qui rémunèrent bien correctement enseignants et les valorisent. Ils misent sur l’avenir, donc sur l’éducation. Mais en France, qu’ils soient de droite ou de gauche, les gouvernements ont le nez sur le court terme (et sur ce totem idiot des 3% de déficit) : ils sont imperméables à l’argument.

Sans sourciller, le Premier ministre Manuel Valls vient d’ailleurs de reconduire le gel du point des fonctionnaires, un gel qui dure depuis déjà depuis quatre ans. Ce n’est pas une bonne nouvelle pour les enseignants, mais là n’est pas le plus grave : ce n’est pas une bonne nouvelle pour les enfants.

Comme dirait Jacques Higelin, alertez les bébés !
Source avec infographies: http://rue89.nouvelobs.com/2014/05/13/france-peut-devenir-prof-ecoles-41720-moyenne-252109
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13602
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Jeu 15 Mai 2014, 19:32

Sachant que la France est l'un si ce n'est le pays dont le budget dévolu à l'éducation nationale est le plus important en ratio fric/lardons des esprits malveillants se demandent où passe l'argent...

Ces mêmes mauvais esprits murmurent que si on manque de profs peut être faut il regarder du coté des enseignants qui n'exercent plus leur métier mais sont employés à d'autres taches.

Des fâcheux envisagent même que l'on pourrait avantageusement tailler dans les emplois administratifs des différentes grandes structures de l'éducation dite nationale qui remplace bien mal l'instruction publique.

Nul doute qu'il s'agisse de réac droitistes à l'image du dégraisseur de pachydermes.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12080
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Jeu 15 Mai 2014, 23:30

A mon sens l'article de Rue89 n'est pas un réquisitoire contre les professeurs des écoles mais bel et bien un réquisitoire contre les politiques successives de droite comme de gauche qui n'ont pas permis de maintenir un service public de l'éducation à la hauteur des enjeux...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13602
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Niveau de recrutement des enseignants    Ven 16 Mai 2014, 02:38

a.nonymous a écrit:
A mon sens l'article de Rue89 n'est pas un réquisitoire contre les professeurs des écoles mais bel et bien un réquisitoire contre les politiques successives de droite comme de gauche qui n'ont pas permis de maintenir un service public de l'éducation à la hauteur des enjeux...

ajoutons aussi les syndicats qui codirigent le ministère de l'éducation nationale... et pas toujours dans le sens le plus favorable pour que le service public fonctionne bien...
Revenir en haut Aller en bas
 
Niveau de recrutement des enseignants
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Niveau de recrutement
» recherche personne pour soutien scolaire remise a niveau en CM2 urgent paris
» recrutement statutaire/contractuel
» cabinet de recrutement
» Au niveau CSST............................

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Quartier du Plateau :: Les services publics de votre quartier-
Sauter vers: