Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
a.nonymous



Messages : 12383
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Ven 25 Oct 2013, 22:10

C'est aujourd'hui qu'est sorti la dernière voiture produite par l'usine Citroën d'Aulnay...

Ayant eu la chance de visiter toute cette usine en 1986 au moment du lancement de la chaine de montage ultra moderne pour l'époque de la Citroën AX cette fermeture ne me laisse pas insensible...

Le sort de cette usine est hélas plié mais au-delà de cette seule fermeture et de l'avenir de ses salariés, on peut aussi s'interroger sur l'avenir de cette ville d'Aulnay, sur celui de la cité des 3000 construite pour accueillir les ouvriers de Citroën, sur l'avenir des enfants des travailleurs immigrés que les recruteurs de Citroën sont allé chercher au Maghreb....

On peut se demander si le groupe PSA va assumer sa responsabilité sociale comme il le devrait ou si il va laisser cette charge à la collectivité...

En tout cas plus que jamais un seul mot d'ordre:

GUERRE POUR L'EMPLOI !!!



AFP a écrit:
25/10/2013 à 10:04
L'ultime voiture est sortie de la chaîne de l'usine PSA d'Aulnay

L'usine PSA Peugeot-Citroën d'Aulnay-sous-Bois a mis la touche finale vendredi matin à sa toute dernière voiture avant une fermeture définitive du site en 2014, mesure la plus emblématique d'un plan de restructuration du constructeur automobile qui supprime au total 8.000 emplois en France, ont indiqué un syndicat et la direction.

Une centaine d'ouvriers ont célébré vers 07H00 ce moment symbolique --quelques voitures patientaient déjà depuis des mois sur la chaîne à l'arrêt de l'usine-- en prenant la pose devant un photographe à côté de la dernière Citroën C3 gris clair, dans l'atelier de montage, selon un journaliste de l'AFP sur place. L'usine de Seine-Saint-Denis, qui employait 3.000 personnes avant l'annonce de la fermeture en juillet 2012, continuera de produire des pièces détachées à effectifs réduits jusqu'en 2014.
Source: http://actu.orange.fr/economie/l-ultime-voiture-est-sortie-de-la-chaine-de-l-usine-psa-d-aulnay-afp_2635030.html


Et un peu d'histoire:

Les Echos a écrit:
PSA : l’adieu des Citroën à Aulnay
19/10 | 10:32

La DS y fut la première voiture assemblée. Les chaînes de montage de PSA-Aulnay assembleront le 25 octobre leur ultime C3, le 14e modèle produit sur le site de Seine-Saint-Denis depuis sa naissance, avant de fermer définitivement en 2014

Louées pour leur modernité à leur démarrage en 1973, à la fin des Trente Glorieuses, les chaînes de montage de PSA-Aulnay, d’où sont sorties des millions de voitures dont la mythique DS, vont s’arrêter après 40 ans de hauts et de bas. Un événement, alors que la dernière fermeture d’usine automobile en France remonte à 1992, et que PSA promet de ne pas fermer de nouvelles usines françaises , d’ici à 2016 au moins.

L’usine assemblera le 25 octobre son ultime C3, le 14e modèle produit à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) depuis sa naissance, avant de fermer définitivement en 2014.

La dernière fermeture d’usine automobile en France remonte donc à 1992  : les chaînes de production Renault à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) s’étaient arrêtées le 27 mars, après l’assemblage d’une dernière « Supercinq » blanche. Quelques jours plus tard, le site ouvert en 1929 fermait définitivement.

Dotée de sa propre centrale électrique, de pistes d’essai et d’un port fluvial, Renault-Billancourt fut la plus grande usine automobile française, employant jusqu’à 35.000 personnes. Mille cent salariés y travaillaient encore à la fermeture du site.

Aujourd’hui, PSA Peugeot-Citroën justifie sa restructuration et la fermeture d’Aulnay par la faiblesse de la demande de voitures et la concurrence internationale.

--------------------------------------------------------

Comment la France se vide de ses usines

---------------------------------------------------------

Citroën s’est installé en Seine-Saint-Denis en 1973, après la délocalisation des usines du quai de Javel, dans l’ouest de Paris. Le nouveau site est réputé pour sa modernité, avec ses 168 hectares bordés des grands axes de transports, ses espaces verts et ses ateliers lumineux.

C’est aussi l’ »une des premières usines où les caisses de voiture pivotent pour que les ouvriers puissent travailler à hauteur d’homme », souligne Jean-Louis Loubet, professeur d’histoire contemporaine à l’université Evry-Val d’Essonne et auteur de « La maison Peugeot ».
De nombreux ouvriers recrutés au Maroc

PSA-Aulnay naît sous les auspices du choc pétrolier de 1973 et la fin des Trente Glorieuses. « L’usine est voulue, imaginée, construite avant le choc pétrolier. Elle commence à produire des véhicules avec un choc économique qui entraîne un effondrement des ventes », note l’historien.

La DS est la première voiture assemblée. Le site est dédié à la fabrication de petits modèles après le rachat de Citroën par son concurrent Peugeot en 1976.

Les lignes de production sont gourmandes en main d’oeuvre. Des émissaires de Citroën recrutent dans un premier temps des travailleurs à l’étranger, notamment au Maroc. A leur arrivée en France, ils logent dans des foyers de travailleurs ou les tours de la toute nouvelle Cité des 3.000.

Les nouveaux arrivants sont incités à adhérer au syndicat maison, la CSL (futur SIA, majoritaire). Il est alors mal vu d’appartenir à un syndicat « rouge » comme la CGT.

Les immigrés ont également intérêt à s’attirer les faveurs de leur supérieur en lui offrant du couscous ou du Ricard, souligne Vincent Gay, auteur d’une thèse d’histoire sur les ouvriers immigrés dans les usines d’Aulnay et Poissy (Yvelines).

Il fallait « rapporter un tapis du Maroc », confirme M. Loubet, qui évoque un « système basé sur le post-colonialisme ».

Alors que 67% des salariés sont d’origine étrangère en 1978, selon Vincent Gay, l’ »encadrement coercitif » est assuré par les contremaîtres, les interprètes et la CSL. Une révolte se déclenche en 1982, avec la première grande grève qui paralyse l’usine du 26 avril au 1er juin. Les ouvriers manifestent pour la « dignité » et la liberté syndicale. Cette période est marquée par des bagarres entre syndicalistes CSL et CGT. Le premier plan social intervient deux ans plus tard, provoquant 800 licenciements.

L’usine produit jusqu’à 400.000 véhicules par an au début des années 2000. De nouvelles grandes grèves éclatent en 2005 et 2007. Cette dernière dure six semaines, entre février et avril, en pleine campagne présidentielle.

Puis le couperet tombe. La CGT révèle en 2011 une note confidentielle prévoyant la fermeture du site en 2014. La fin d’Aulnay est annoncée officiellement un an plus tard.

« Cette usine ne s’est jamais épanouie comme elle aurait pu l’espérer », remarque Jean-Louis Loubet, qui a « l’impression que la greffe n’a jamais vraiment pris ».

Source AFP
Source: http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/auto-transport/actu/0203078081851-psa-l-adieu-des-citroen-a-aulnay-619994.php?xtor=AL-4003-[Choix_de_la_redaction]-[psa_l_adieu_des_citroen_a_aulnay]

A lire pour avoir un autre regard sur Citroën même si ce livre concerne Choisy et non Aulnay:

http://www.amazon.fr/L%C3%A9tabli-Robert-Linhart/dp/2707303291


Dernière édition par a.nonymous le Dim 21 Juin 2015, 21:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Ven 25 Oct 2013, 22:50

Triste fin pour une grande marque.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12383
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Sam 26 Oct 2013, 01:22

MEPHISTO a écrit:
Triste fin pour une grande marque.
Ca donne juste la rage de voir cette usine finir comme ça...

La symbolique de cette fermeture est très forte alors que Renault vient juste d'inaugurer une usine au Maroc et annonce des résultats à deux chiffres avec sa marque roumaine Dacia...

Au delà des ouvriers "low cost" de ces usines étrangères, ce sont bien les politiques de tous bords qui sont coupables d'avoir laisser se mettre en place une situation dans laquelle nos usines et nos entreprises ne sont plus compétitives dans bien des domaines...

GUERRE POUR L'EMPLOI !!!


AFP a écrit:
25/10/2013 à 11:18
PSA: la dernière Citroën est sortie de l'usine d'Aulnay

L'usine PSA Peugeot-Citroën d'Aulnay-sous-Bois a sorti vendredi matin sa toute dernière voiture de la chaîne, une Citroën C3 gris clair, avant une fermeture définitive du site en 2014.

La fermeture de l'usine de Seine-Saint-Denis, ouverte en 1973, était la mesure la plus emblématique du plan de restructuration du groupe automobile annoncé en juillet 2012, qui supprime au total 8.000 emplois en France, dont 3.000 à Aulnay.

"Nous avons sorti la dernière voiture à 07H00", a indiqué la direction du site à l'AFP. "Elle a quitté le montage".

"C'est symbolique car à Aulnay, ça fait des mois qu'on ne fait plus de production. Cette voiture est le symbole de notre savoir-faire", a relevé le syndicat indépendant de l'automobile (SIA, majoritaire à Aulnay), dans un tract distribué aux salaries qui embauchaient, peu après 6H00.

Vers 07H00, le comité d'établissement a conduit la C3 sans enjoliveurs ni plaques au milieu de l'immense atelier où de nombreuses machines ont déjà été démontées, a constaté un journaliste de l'AFP, le seul présent dans l'usine.

Là où le CE organisait par le passé la distribution des cadeaux après les tombolas, une centaine d'ouvriers ont pris la pose, les uns après les autres, devant un photographe, pour immortaliser le moment. Certains y voyaient une façon de se remémorer plus tard "la fierté" du travail accompli, d'autres ont confié à l'AFP être "tristes" de voir ce grand hall vide.

Après ultimes coup de chiffon et contrôles de qualité, la dernière voiture peut être considérée comme terminée, a indiqué à l'AFP Tanja Sussest, délégué du SIA. Baptisée "Citroën C3 Héritage", elle sera achetée par le conservatoire de la marque Citroën, qui devrait rester à Aulnay.

L'usine continuera de produire des pièces détachées à effectifs réduits jusqu'à la fermeture définitive en 2014, dont la direction refuse pour l'heure de préciser la date. Le gouvernement Hollande avait dans un premier temps jugé "inacceptable" le plan qui prévoit aussi 1.400 postes en moins à Rennes, et critiqué violemment la gestion de PSA, mais il n'a pu empêcher que l'usine ferme ses portes, plus de 20 ans après celle de Renault à Boulogne-Billancourt.


Corbillard

"J'aurais dû m'habiller en noir pour suivre le corbillard", plaisantait, mi-figue mi-raisin, Tahar, vendredi dans l'usine. "Ca fait quelque chose au ventre même pour un petit nouveau comme moi avec 11 ans de maison", a-t-il dit, avant de se laisser prendre en photo devant la voiture.

Le site, qui a été paralysé par une grève entre janvier et mai, a rapidement commencé à se vider après la signature du plan social en mai: des salariés sont partis par centaines, reclassés en interne, vers un autre employeur ou avec une prime exceptionnelle de fin de grève.

Selon la direction, neuf salariés sur dix, "c'est-à-dire 2.700 personnes du site, sont reclassés ou en cours de reclassement" et "moins de 300 personnes ne se sont pas encore manifestées". Mais selon les syndicats, un millier de salariés attendent tous les jours encore sur le site de savoir quand et où ils vont pouvoir partir.

La phase de départs volontaires du plan social se termine le 31 décembre. Commencera ensuite une phase contrainte, pendant laquelle la direction doit proposer des reclassements en interne, avant l'envoi des premières lettres de licenciement le 1er avril.

"Nous proposerons une solution à chaque salarié", avait garanti le patron du groupe Philippe Varin.

Sur le site de 170 hectares, PSA a promis de créer 1.500 emplois en implantant d'autres entreprises. Jusqu'ici, seule l'arrivée d'IDLogistics (540 emplois) semblait assurée, mais selon la direction quatre groupes industriels "à haute valeur ajoutée" pourraient également s'implanter, créant un peu plus de mille emplois à horizon 2020.

Au total, le groupe PSA Peugeot-Citroën, qui a enregistré une perte abyssale de 5 milliards d'euros en 2012, veut supprimer 11.200 emplois en deux ans face à l'effondrement des ventes en Europe.

Et comme les perspectives restent déprimantes, un accord de compétitivité, baptisé "nouveau contrat social", a été signé jeudi. PSA s'engage à maintenir ses cinq sites (hors Aulnay) en France d'ici à 2016 et à augmenter sa production en contrepartie d'une modération salariale et d'une plus grande flexibilité dans l'organisation du temps de travail.
Source: http://actu.orange.fr/france/psa-la-derniere-citroen-est-sortie-de-l-usine-d-aulnay-afp_2635186.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12383
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Ven 01 Nov 2013, 04:46

Après la tristesse des employés de PSA, voici venu le temps de la tristesse des employés d'Heuliez...

Combien de ceux-ci ont-ils pourtant, confiants et pleins d'espoir, glissé un bulletin François Hollande dans l'urne lors de la présidentielle ?

Quand je lis les propos d'un salarié qui déclare "J'ai 55 ans, je ne sais pas comment je vais rebondir. Il faut que je me bouge les fesses. J'espère faire une formation grâce à Pôle-Emploi" je n'oserai ouvrir les yeux de celui-ci si j'étais en face de lui...  Sans emploi à 55 ans, il est hélas professionnellement mort et la probabilité qu'il retrouve un jour un emploi stable en CDI alors que notre pays compte plus de 5 millions de chômeurs est voisine de zéro...


AFP a écrit:
31/10/2013 à 17:32
Clap de fin chez Heuliez : les salariés en pleurs

Gorge nouée et larmes au coin de l'oeil, les désormais 283 ex-salariés d'Heuliez SAS à Cerizay (Deux-Sèvres), l'équipementier automobile placé en liquidation judiciaire, ont effectué leur dernier jour de travail dans l'usine presque centenaire, fleuron de l'automobile française qui a compté jusqu'à 3.000 ouvriers.

"Nous avons symboliquement bandé les yeux de la statue représentant Louis Heuliez, le créateur de cette entreprise en 1920, pour ne pas qu'il voie ce gâchis", lance Serge, la gorge serrée, "fier" de dire qu'il a "31 ans et neuf mois d'ancienneté".

Depuis six mois, il avoue qu'il n'y croyait plus. "Ça ne sentait plus l'huile, mais la mort", confesse-t-il avec des sanglots dans la voix. "J'ai 55 ans, je ne sais pas comment je vais rebondir. Il faut que je me bouge les fesses. J'espère faire une formation grâce à Pôle-Emploi", avance-t-il.

Daniel, qui a été embauché la même année, ne retient pas non plus ses larmes. "Dans les années 80, on tournait 24 heures sur 24, à plein régime. On était près de 3.000 à bosser. Jamais je n'aurais imaginé finir comme ça", se désole-t-il.

Les salariés ont symboliquement assisté au dernier coup de presse sur un élément de carrosserie, jeudi, et beaucoup ont immortalisé le moment avec leurs appareils photo.

Richard a souhaité venir avec son fils. "Je voulais qu'il voie pourquoi je partais tôt le matin et rentrais parfois épuisé le soir", dit-il.

Les 283 salariés sont ensuite allés déposer leurs tenues de travail grises sur les grillages ceinturant l'usine. "On veut montrer que c'est vraiment fini" mais "personne n'est intéressé", regrette amèrement Claude Point, délégué CFDT qui a mis cette veste pour la première fois en 1971.

Sur des banderoles, tendues de part et d'autre du site, et visibles depuis la route, on peut lire "Adieu Heuliez". Symboliquement, un cercueil et des chrysanthèmes ont été déposés sur la pelouse, près du parking.

Dans un discours très émouvant, Xavier Cailloux, délégué CFDT, a rappelé qu'en un siècle d'existence, près de 15.000 hommes et femmes ont travaillé chez Heuliez.


Un ultime espoir

Plus de 460.000 véhicules sont sortis des chaines depuis 1985, et Heuliez comptait encore 2.400 salariés en 2004, grâce notamment à la fabrication de l'Opel Tigra.

Claude Point et son homologue de la CFE-CGC, Jean-Emmanuel Vallade, ont salué "le courage" de la présidente de la région Poitou-Charentes, Ségolène Royal, qui disent-ils, les a "toujours soutenus".

Cette dernière a dit à l'AFP qu'elle "partage leur grande tristesse" de voir "la fin d'une épopée industrielle". Mais, avec la décision jeudi du tribunal de commerce de Niort de céder les actifs d'Heuliez SAS à une société d'économie mixte (SEM) dont la région Poitou-Charentes est actionnaire majoritaire, Mme Royal s'est dite "en même temps contente car beaucoup sont soulagés de savoir que l'usine dans laquelle ils ont tant donné ne sera pas dispersée et qu'il y a un petit espoir".

Avec cette SEM, la région espère relancer l'activité dans l'usine avec un hypothétique repreneur. Une quinzaine de salariés seront conservés et assureront l'entretien des machines. "On s'est fixé jusqu?à la fin du mois de janvier en espérant de bonnes choses", a dit Mme Royal, estimant que les contacts noués avec l'entreprise espagnole Cosmos XXI sont en "bonne voie", même si ce repreneur potentiel a conditionné sa reprise à l'ouverture du carnet de commandes.

"Une SEM, portée par une collectivité territoriale et propriétaire de l'outil de travail, c'est une grande première", a souligné Mme Royal, indiquant que les frais engagés par la région "seraient remboursés par le repreneur". Et qu'en cas d'absence de repreneur, la SEM pourra "revendre ses actifs".

Cette fermeture intervient six mois après le placement d'Heuliez en redressement judiciaire. Elle arrive aussi après des années de difficultés, le premier dépôt de bilan de l'équipementier remontant à 2007.

Heuliez était considéré comme un précurseur et un fleuron français de la carrosserie automobile. La 604 limousine du Pape Jean-Paul II, les bus doubles articulés ou la Renault 5 turbo sont sortis des ateliers deux-sévriens.
Source: http://actu.orange.fr/politique/clap-de-fin-chez-heuliez-les-salaries-en-pleurs-afp_2646040.html
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Ven 01 Nov 2013, 05:19

La pire des solutions serait de croire que les partis extrémistes sont la solution. Je compte le PC dans ces formations.
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Ven 01 Nov 2013, 05:29

La meilleure des solutions serait peut-être de limiter la rapacité des actionnaires qui licencient à tout va pour augmenter leurs profits !
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Ven 01 Nov 2013, 05:49

Loïc a écrit:
La meilleure des solutions serait peut-être de limiter la rapacité des actionnaires qui licencient à tout va pour augmenter leurs profits !
Lorsque l'actionnaire principal investit en un an près de deux fois ce qu'il a perçu en 4 ou 5 ans plus les années où il n'a rien perçu, il faut être un peu ignorant en matière financière pour le critiquer...

Mais en économie communiste on ne s'arrête pas à de telles considérations.
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 3125
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Ven 01 Nov 2013, 06:06

a.nonymous a écrit:
ce sont bien les politiques de tous bords qui sont coupables d'avoir laisser se mettre en place une situation dans laquelle nos usines et nos entreprises ne sont plus compétitives dans bien des domaines...
me reviennent en mémoire les propos de tous ces bons esprits qui ont répété, des années durant, qu'il n'y avait pas de problème de coût du travail (impôts et charges sociales) en France.

résultat : les usines ferment.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Ven 01 Nov 2013, 06:54

salamandre a écrit:
a.nonymous a écrit:
ce sont bien les politiques de tous bords qui sont coupables d'avoir laisser se mettre en place une situation dans laquelle nos usines et nos entreprises ne sont plus compétitives dans bien des domaines...
me reviennent en mémoire les propos de tous ces bons esprits qui ont répété, des années durant, qu'il n'y avait pas de problème de coût du travail (impôts et charges sociales) en France.

résultat : les usines ferment.
peut être que bosser 35 heures en étant payé 39... bénéficier de 5 semaines de congés plus les RTT, partir en retraite à 60 ans... en comptant quelques avantages supplémentaires divers... cela serait de mesure à nous rendre moins concurrentiel. Faut il être réac pour le penser !

Pas possible c'est de la faute des actionnaires..

Si ailleurs en Europe à 2 heures d'avion on bosse trois fois plus pour 4 fois moins cher il ne faut pas s'inquiéter. Nos politiciens ont d'ailleurs tout arrangé.

NON au populisme tout va bien flambi maitrise !
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12383
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Ven 01 Nov 2013, 11:25

salamandre a écrit:
me reviennent en mémoire les propos de tous ces bons esprits qui ont répété, des années durant, qu'il n'y avait pas de problème de coût du travail (impôts et charges sociales) en France.

résultat : les usines ferment.
Les usines ferment mais ce n'est hélas pas tout...

Aujourd'hui des secteurs entiers d'activités tertiaires sont délocalisés en Roumanie, en Pologne, en Egypte, en Inde... pour des questions de coût du travail...

Aujourd'hui des équipes entières de salariés de droit étranger viennent travailler "en mission" dans notre pays là aussi pour des questions de coût du travail...
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Ven 01 Nov 2013, 12:00

Question de "coût du travail" ou question de "coût des profits" ?
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
a.nonymous



Messages : 12383
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Ven 01 Nov 2013, 12:29

Loïc a écrit:
Question de "coût du travail" ou question de "coût des profits" ?
Pourquoi les sociétés multinationales se gêneraient-elles d'adopter un tel comportement opportuniste puisque les politiques de tous bords leur en ont donné l'opportunité...

Si il n'est pas très éthique de licencier en France un salarié de droit français pour le remplacer en Roumanie par un salarié de droit roumain payé trois fois moins cher, ça n'en reste pas moins tout à fait légal...

C'est bien pour cela que je répète qu'au niveau de l'Union, c'est hélas impossible au niveau mondial, il faut pour contrecarrer les sociétés exiger haut et fort:  

- une harmonisation salariale, sociale et fiscale au niveau de l'Union avec un salaire minimum pour un nombre d'heures maximum
- un moratoire sur la libre circulation des salariés des pays "low cost" tant que les conditions ci-dessus ne sont pas remplies
- le droit d'insérer une clause de "préférence nationale" dans tous les appels d'offres financés par des fonds publics tant que les conditions ci-dessus ne sont pas remplies

Et ce ne sont que des mesures de bons sens certaines seulement transitoires, pour, je le répète, contrecarrer les sociétés multinationales....
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Ven 01 Nov 2013, 12:46

Harmonisation sociale vers le haut oui... C'est le sens des combats et des votes par exemple des députés de la gauche unitaire européenne au parlement de Strasbourg contre des textes inspirés par la directive Bolkenstein.

Mais pour ce qui est de la remise en cause de la libre circulation des citoyens c'est impensable et irréaliste. Si ces travailleurs bénéficient par exemple du droit social français quand il travaillent ici je ne vois pas où est le problème.

La question justement est de défendre le droit du travail que vos amis et modèles de la CFDT participent à mettre en pièce avec l'accord scélérat sous prétexte de compétitivité. Prétexte qui n'est qu'une foutaise pour donner moins de droits aux travailleurs et plus aux patrons sans contrepartie. Accord favorisant les licenciements dont on voit les effets désastreux tous les jours...
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
a.nonymous



Messages : 12383
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Ven 01 Nov 2013, 12:57

Loïc a écrit:
Mais pour ce qui est de la remise en cause de la libre circulation des citoyens c'est impensable et irréaliste. Si ces travailleurs bénéficient par exemple du droit social français quand il travaillent ici je ne vois pas où est le problème.
Sauf que ce n'est pas le cas...

A lire, le rapport présenté au Sénat par le sénateur communiste  Eric Bocquet sur les travailleurs détachés: http://www.senat.fr/rap/r12-527/r12-5270.html
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Ven 01 Nov 2013, 17:30

Une fois de plus LOIC "ne voit pas où est le problème" de là à penser que c'est justement là le problème : avoir un élu qui ne voit pas où se trouvent les problèmes.

Lorsque l'on ne se pose pas les bonnes questions on ne trouve rarement de bonnes réponses !

Il y a un domaine ou la question ne se pose plus : on vire les sortants ! on ne trouvera pas pire... avec un peu de chance on peut même espérer mieux !
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Ven 01 Nov 2013, 17:53

On voit que les instances européennes sont à la pointe du combat pour protéger notre économie

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-environnement/actu/0203101049693-euroflush-quand-la-commission-europeenne-s-interesse-a-vos-wc-624532.php


Euroflush” : quand la Commission européenne s’intéresse à vos WC
Par Jacques Hubert-Rodier | 31/10 | 12:55 | mis à jour à 20:29 | 20commentaires
Après trois années d’étude, Bruxelles propose dans un rapport de 122 pages de normaliser la contenance des chasses d’eau.

« Pas même la plus petite et la plus privée des pièces de votre appartement ne peut échapper au regard de la Commission européenne ». The Times de Londres a trouvé un nouveau sujet pour ironiser sur les eurocrates avec la proposition de la commission de normaliser à travers toute l’Europe la contenance des réservoirs des chasses d’eau des toilettes et des urinoirs, au nom de la protection de l’environnement.
Après des recherches qui ont duré trois années, la Commission propose ainsi de normaliser cette contenance à cinq litres d’eau pour l’évacuation dans les toilettes et à un litre pour les urinoirs. Trois litres lorsque l’on réduit à la moitié le débit de la chasse d’eau, d’après un projet de document qu’a obtenu le quotidien anglais.
Cette limitation, ajoute le journal, risque de poser un sérieux problème au Royaume car les Britannique utilisent en moyenne plus d’eau que ce qui pourrait être la norme : 6 litres environ. Et dans les maisons anciennes les grands réservoirs sont encore très largement répandus.
En tout cas la Commission de Bruxelles n’a pas hésité sur le débit du budget consacré à la recherche sur ce sujet qui a été déjà surnommé outre-Manche le « euroflush» en utilisant la langue de Shakespeare (l’euro chasse d’eau dans celle de Molière). Au total il s’agit de 89.300 euros.
Conception et comportement
Ce projet de WC standardisé rentre dans le cadre de ce qui doit devenir un « Eco-Label » européen et qui devrait être annoncé dès la semaine prochaine. D’après des experts cités dans le rapport de 122 pages, « deux éléments-clefs apparaissent dans la consommation d’eau des toilettes et des urinoirs : leur conception et le comportement de l’utilisateur ». Conclusion capitale qui a donné lieu à un groupe de travail de la Commission à Bruxelles et à Séville en Andalousie.
En tout cas l’enquête fait quelques révélations importantes sur le comportement à travers l’Europe. Ainsi l’Allemagne est largement en tête pour le nombre de cabinets d’aisance et d’urinoirs (77 millions), devant l’Espagne (49,2 millions), l’Italie (46,5 millions). Avec une perfidie extrême le journal de Rupert Murdoch ne peut s’empêcher de noter que la France a 3,3 millions de WC et d’urinoirs de moins que le Royaume Uni (45,3 millions) … même si la République est plus peuplée…. « La Commission, a déclaré une de ses porte-parole, proposera la semaine prochaine des critères qui permettront aux Etats membres d’accorder des Eco-labels pour certains produits, notamment les toilettes et les urinoirs ». Ces critères d’Eco-Label permettront aux consommateurs, aux entreprises, aux autorités locales, de déterminer quels produits sont les plus respectueux de l’environnement…
Il est vrai que les Anglais aussi sont très intéressés car c’est à la demande de la reine d’Angleterre à la fin du 16ème que le WC moderne, muni d’une chasse d’eau, a été inventé pour éviter à son altesse royale le pot de chambre…

-----------------------------------

Finalement on ne peut traiter convenablement que les dossiers que ce que l'on maitrise.

Vous conclurez par vous même l'Europe est experte pour s'occuper de m...e

Dans la foulée on va être surpris de voir les "partis populistes" critiquer les institutions.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Ven 01 Nov 2013, 20:25

Le paradoxe des EELV à Fontenay
Ils ont refusé on se demande pourquoi d'installer des sanitaires dans le parc des carrières, mais ils en ont installé dans leur nouvelle lubie de cantine sociale ou se réunissent au maximum 10 personnes le jour ou il y a du monde.
Ce campement social est constitué de deux caravanes et d'un Wc en bois, en face de la maternelle Michelet, au milieu des pavillons.
Les EELV ont cette spécialité avec les toilettes publiques, ils nous font ch... Mais on ne sait pas où aller.
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 3125
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Ven 01 Nov 2013, 23:02

Xenon a écrit:

Ce campement social est constitué de deux caravanes et d'un Wc en bois, en face de la maternelle Michelet, au milieu des pavillons.
d'ici à ce que des roms s'y installent : ils ne seraient pas dépaysés par le décor, et y trouveraient amis, table et couverts Shocked
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12383
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Mar 07 Oct 2014, 20:07

Dans le cadre de la grande braderie de notre industrie nationale, c'est l'indien Mahindra qui va prendre le contrôle de la division scooter de PSA...

Il faut dire qu'avec un salaire moyen de moins de 200 USD pour un travailleur qualifié, l'Inde peut produire à des coûts bien inférieurs aux coûts français....



Les Echos a écrit:
PEUGEOT : PSA Peugeot-Citroën: l'indien Mahindra va prendre 51% de la division scooters

07/10/14 à 07:58 - Dow Jones

NEW DELHI (Dow Jones)--Le constructeur automobile indien Mahindra & Mahindra (500520.BY) a annoncé mardi qu'il allait prendre une participation de 51% dans la division scooters de PSA Peugeot-Citroën .

L'offre a été présentée par Mahindra Two Wheelers, une filiale non cotée de Mahindra & Mahindra. Le groupe, basé à Bombay, est le premier constructeur indien de tracteurs et de véhicules tout terrain. Mahindra est entré sur le marché indien des deux roues en 2008 en achetant des actifs de Kinetic Motor (500240.BY).

Dans le cadre de cet accord, Mahindra devrait injecter 15 millions d'euros dans Peugeot Motocycles pour des projets réalisés conjointement par les deux groupes. En outre, PSA devrait vendre des actions Peugeot Motocycles pour permettre à Mahindra de détenir 51% de la division scooters.

Mahindra a précisé que la transaction serait "soumise à la consultation du Comité d'entreprise [européen], dans le cadre du processus de dialogue avec les employés et des lois de la concurrence".

-Santanu Choudhury, Dow Jones Newswires (Version française Emilie Palvadeau)
Source: http://bourse.lesechos.fr/infos-conseils-boursiers/infos-conseils-valeurs/infos/psa-peugeot-citroen-l-indien-mahindra-va-prendre-51-de-la-division-scooters-1004199.php
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Mar 07 Oct 2014, 20:49

Est il utile d'ajouter que nos administrations aident nos industriels...

http://www.moto-net.com/actualites-motos-B4434-Business-Pourquoi-La-Poste-a-prefere-Kymco-a-Peugeot-pour-ses-50-cc.html

Comme d'habitude lorsque l'on superpose les fautes à ne pas commettre par les uns et les autres on gagne la timbale !

Pendant ce temps, les Allemands, les Italiens et les Japonais continuent à fabriquer et à vendre des deux roues... pour les Français, cherchez les.

PS même Harley fait une percée en France...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12383
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Mar 07 Oct 2014, 21:04

Cet article date de décembre 2011 donc de l'époque de Sarkozy mais je ne sais pas si les choses ont beaucoup changé depuis même si Arnaud Montebourg a affirmé alors qu'il était ministre du redressement productif qu'il fallait faire jouer la préférence nationale dans les marchés publics....

Par ailleurs comme indiqué dans l'article et pour répondre aux exigences de l'Union, la Poste n'est désormais plus un établissement public mais une société anonyme donc beaucoup plus libre de ses choix....

Ce qui est sûr c'est que certains pays arrivent au travers de la commande publique et de la préférence nationale à soutenir leurs industries mieux que ne le fait la France...



LE JOURNAL MOTO DU NET a écrit:
Paris, 10/12/2011  
Pourquoi La Poste a préféré Kymco à Peugeot pour ses 50 cc

Auditionné par la Commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale, le PDG de La Poste, Jean-Paul Bailly, s'est expliqué sur l'attribution à Kymco du marché des scooters 50 cc pendant trois ans, au détriment de Peugeot qui conserve toutefois le marché des scooters 125 cc.

Interrogé par plusieurs députés - de droite comme de gauche -, le PDG du groupe La Poste (ancien établissement public devenu société anonyme en 2010) a donné plusieurs justifications à cette "préférence taiwanaise", que nous avons souhaité confronter avec celles de la direction de Peugeot Scooters interrogée par Moto-Net.Com.


Kymco 30% moins cher

"Pour quelques euros d'économies, semble-t-il, vous avez préféré à des scooters Peugeot des scooters taïwanais de marque Kymco, apparemment moins fiables", a d'emblée attaqué Alfred Trassy-Paillogues (député UMP de Seine-Maritime) tandis que Jean-Pierre Nicolas (député UMP de l'Eure) demandait au PDG de La Poste "des précisions sur l'appel d'offres relatif aux scooters".

Encore plus directement touché en raison de sa circonscription, Jean-Michel Villaumé (député PS du Territoire-de-Belfort) remarquait que "la suppression en Franche-Comté et dans le sud de l'Alsace de 300 postes au sein de l'entreprise Peugeot Scooters" avait provoqué "une forte émotion auprès des salariés et dans la presse régionale". Il interrogeait donc directement Jean-Paul Bailly : "ce constructeur n'est-il plus suffisamment compétitif pour répondre aux appels d'offres de votre société ?"


2,9 million d'euros pour les scooters 50

"Le marché pour les scooters a été passé en juin 2010 et les scooters sont livrés depuis le début de l'année 2011, il ne s'agit donc plus d'une question d'actualité", leur a tout d'abord fait remarquer le PDG du groupe La Poste, confirmant ce que nous indiquait cet été le directeur commercial de Kymco Lux (lire notre Bilan du marché moto et scooter au permier semestre 2011).

Il a ensuite précisé aux députés que "ce marché comportait deux lots : l'un pour des scooters à moteurs de 50 cc (3000 unités, NDLR) et l'autre pour des scooters à moteurs de 125 cc (700 unités, NDLR). Si le lot des scooters de 125 cc, d'un montant de 1,8 million d'euros, a été attribué à Peugeot, tel n'a pas été le cas de celui des 50 cc, de 2,9 millions d'euros".


"L'écart de prix semble excessif"

Sur les raisons du choix, Jean-Paul Bailly a naturellement évoqué les tarifs, expliquant que "les écarts de prix, sur lesquels nous avons alerté à de nombreuses reprises Peugeot, étaient de 30%".

Interrogée par Moto-Net.Com, la direction de Peugeot Scooters s'est montrée surprise par une telle différence : "nous nous étonnons de l'écart de prix auquel vous faites référence tant il semble excessif", nous a fait savoir le constructeur franc-comtois, tout en soulignant qu'il lui avait été impossible de s'aligner après le lancement de la procédure : "lors d'un appel, chacun a pour objectif de rendre la meilleure copie au commanditaire à une date donnée. Au-delà, il n'est plus possible de la modifier, c'est le principe même d'un appel d'offres. S'aligner n'était donc pas envisageable".


Problèmes de sécurité et de fiabilité ?

Plus surprenant, le Kymco Agility 50 cc se serait montré plus fiable et plus sûr que son concurrent Ludix, assure le PDG de La Poste. "Toutes les études que nous avons réalisées ont montré que les scooters que nous avons achetés étaient - notamment du fait de leur moteur - plus fiables que les autres", a-t-il expliqué aux députés, ajoutant que le scooter Peugeot n'avait "pas réussi les tests de sécurité, pour des raisons de qualité des freins".

Rappelant au passage que "le moteur de 50 cc de Peugeot est chinois" et que le scooter 50 cc de Peugeot n'est donc "pas si français qu'on pourrait le croire", Jean-Paul Bailly a enfin précisé que la procédure d'achat, à l'issue d'appels d'offres "ouverts à tous" et qui précisent "les critères de décision", avait été validée par "une commission indépendante présidée par un membre de la Cour des comptes".


Produit en Chine, conçu et assemblé en France

Interrogée par Moto-Net.Com, la direction de Peugeot Scooters nous a rappelé que "les Ludix sont conçus et assemblés en France" et qu'ils sont "équipés d'un système de freinage européen (AJP), le même qui équipe la flotte déjà acquise par La Poste". En outre, le suivi "Qualité" de Peugeot Scooters n'aurait relevé "aucun problème à ce sujet" sur ses scooters 50 cc "depuis dix ans", assure la marque au Lion.

Côté fiabilité, "les tests de validation pour nos scooters professionnels sont aussi stricts que pour ceux destinés au grand public", poursuit Peugeot Scooters : "les moteurs dont on parle ont subi des tests de validation drastiques avec près de 3500 heures sur banc moteur et 250 000 kilomètres sur route. Si Ludix est resté plusieurs années la meilleure vente européenne et Peugeot n°2 du scooter 50 en Europe, ce n'est certainement pas le fruit du hasard", note encore le constructeur.


Les salariés de Dannemarie "relocalisés" à Sochaux et Mulhouse

En ce qui concerne l'avenir des salariés de Dannemarie (lire MNC du 25 novembre 2011 : Peugeot Scooters ferme son usine de Dannemarie), la direction de Peugeot Scooters nous a confirmé que "la situation délicate du marché européen" (lire notamment nos Bilans mensuels du marché moto et scooter) lui avait imposé "une réorganisation de notre outil industriel dont fait partie le site de Dannemarie, pour lequel nous avons d'ores et déjà engagé un projet de revitalisation avec les élus locaux".

Elle nous a en revanche assuré qu'elle allait mettre en place "des mesures d'accompagnement pour proposer à chacun de nos salariés un poste sur le bassin d'emplois de Sochaux et Mulhouse". A suivre sur Moto-Net.Com : restez connectés !
LE JOURNAL MOTO DU NET © WWW.MOTO-NET.COM
Source: http://www.moto-net.com/actualites-motos-B4434-Business-Pourquoi-La-Poste-a-prefere-Kymco-a-Peugeot-pour-ses-50-cc.html
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Mar 07 Oct 2014, 21:25

Avec saint flambi au manche la police nationale qui n'est à ce jour pas encore privatisée est elle revenue aux véhicules nationaux ?
Constatation valable pour d'autres administrations...

On pourrait aussi s'interroger sur les raisons qui font qu'en France nous ne produisons plus de motos, plus de matériel photo presque plus de textiles, plus d'optiques grand public, plus ou très peu de chaussures... et s'interroger sur les raisons de cette désertification industrielle en mettant de coté les aspects politicards de la question.

Comme simultanément la haute technologie fout le camp, on devrait se demander si la question fondamentale est : sarko ou flambi (avec tout sauf...) et si les raisons du marasme ne sont pas à rechercher ailleurs... peut être qu'en élargissant le champ de réflexion et en impliquant "large"

Chez nous, la question majeur lors de la disparition d'une boite n'est pas comment la conserver en état de marche et sauvegarder les jobs mais de quel montant seront les indemnités que chacun va percevoir, nous ne sommes pas dans une réflexion à l'allemande.
Constatation valable à tous les niveaux de responsabilité.

Il est vrai que comme la motivation principale est la conservation de "ses avantages" et la préservation des "droits acquis" on raisonne tel Louis XV : "après moi le déluge" ou voire "encore un instant monsieur le bourreau"
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14519
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Mar 07 Oct 2014, 23:28

Louis XV... bourreau... Instruction civique (un peu d'histoire, comme dit a.nonymous)

La faillite de Law: Des finances dans le rouge à la mort de Louis XIV

Lorsque Louis XIV meurt en 1715 les finances du pays sont dans le rouge. La France est alors endettée à hauteur de 3 milliards de livres. Pour l'époque c'est une somme énorme qui pose alors problème. C'est en fait les nombreuses campagnes militaires du roi qui ont provoqué un endettement très élevé. Le nouveau roi Louis XV n'a alors que 5 ans et n'est pas en âge de régner.

Le succès de John Law le financier

C'est donc Philippe d'Orléans qui sert de régent et gouverne par conséquent le royaume, jusqu'à ce que le roi arrive à majorité. Ce dernier utilise alors les services de John Law, un aventurier, économiste et banquier écossais, afin de relever les finances du pays. John Law met alors en place le "Système de Law". En 1716, il décide de créer une banque d'Etat, alors appelée Banque Générale. Il remplace alors la monnaie du moment (pièce d'or et d'argent) par des papiers qui servent alors de monnaie. On peut donc dire qu'il créer l'ancêtre de nos billets actuels. La banque distribue ces papier-monnaies en l'échange d'or et d'argent. On est alors en plein dans le mercantilisme. La facilité d'échange de cette nouvelle monnaie donne au départ à Law un certain succès. En effet, ces nouveaux billets arrivent peu à peu à une valeur supérieure à celle des métaux précieux !

En 1718, John Law décide de créer la Compagnie d'occident, qui devient, après plusieurs acquisitions, la compagnie perpétuelle des Indes (mieux connue sous le nom de compagnie des Indes). De plus, la banque générale prend le nom de banque royale.

L'effondrement du système de John law

La gloire de John Law parvient à son apogée en 1720, lorsque la banque royale et sa société des Indes fusionnent. De plus, il est nommé contrôleur général des finances puis surintendant général des finances. Les ennemies fortunés de John Law ont alors pour projet de mener son système à la faillite. Ils manipulent les cours en les faisant passer de 500 à 20 000 (cours d'échange entre la monnaie papier et les métaux précieux) en une seule année. Les gros investisseurs prennent alors leurs bénéfices, ce qui entraînent une panique sur le marché. La banque n'a alors pas assez de métaux pour rembourser tous les investisseurs et c'est la banqueroute.

Alors que son système s'est montré florissant pendant quelques années, il a finalement conduit la population française à l'appauvrissement ainsi que de nombreux investisseurs.


Où l'on comprend que c'est bien Louis XIV qui laissa la France en piteux état et non Louis XV.
Une excellente illustration du titre : Le dernier qui part éteint la lumière...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Mar 07 Oct 2014, 23:55

Pour la leçon d'histoire c'est loupé ...

La personne qui demandait au bourreau quelques minutes de grâce est Mme du Barry ce qui n'a rien à voir avec LAW et Louis XIV

Wikimachin : La certitude d'une erreur ou d'une trahison peuvent expliquer ses sentiments de panique et de désespoir. On dut la traîner jusqu'à l'échafaud. Elle se débattait, pleurait, implorait… Ses derniers mots - sans doute apocryphes - auraient été : Encore un instant, Monsieur le bourreau


Parfaire illustration de la politique menée par nos actuels dirigeants pour qui l'échéance importante est la date des prochaines élections afin de conserver sa position.

En ce qui concerne la vision à long terme c'est une autre histoire...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14519
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Mer 08 Oct 2014, 00:23

Droit de réponse

Louis XV >>>> Law ( on raisonne tel Louis XV)

Bourreau : je n'ai pas développé.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Mer 08 Oct 2014, 00:47

pas de réponse : on ne discute pas avec libellule !
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12383
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Lun 10 Nov 2014, 22:11

Non, non, PSA ne délocalise pas certaines de ses activités dans un pays low cost....

PSA externalise certaines activités à Altran et il se trouve que le centre de R&D d'Altran est dans un pays low cost...

Et pendant ce temps la marmotte elle met le chocolat dans le papier d'alu.... Si, si....




Le Monde a écrit:
Comment PSA sous-traite une partie de sa R&D au Maroc

Le Monde.fr | 05.11.2014 à 18h02 • Mis à jour le 05.11.2014 à 18h12 | Par Philippe Jacqué

Une délocalisation de PSA Peugeot Citroën ? C’est en tout cas ce qu’assure Reuters mercredi 5 novembre. Selon l’agence de presse, le spécialiste de l’ingénierie « Altran va créer un centre de recherche et développement au Maroc pour le compte de PSA dans le cadre de la stratégie d’économies du constructeur automobile. Le site, fraîchement inauguré à Casablanca, emploiera d’ici deux ans environ 1 500 personnes ».

Le spécialiste français du conseil en ingénierie avancée, déjà prestataire de services pour PSA, a remporté en février l’appel d’offres lancé par le groupe, qui ne disposait pas jusqu’ici d’implantation technique low cost en périphérie de l’Europe. PSA et Altran confirment l’existence d’un contrat de prestation d’ingénierie qui sera réalisé au Maroc.

« Cependant, nous n’ouvrons pas un centre de recherche et développement pour PSA au Maroc, nuance-t-on chez Altran. Nous disposons depuis 2012 d’un centre que nous avions ouvert pour accompagner un client dans le ferroviaire. Aujourd’hui, nous disposons de 250 ingénieurs sur place pour servir plusieurs clients, dont PSA, et nous souhaitons atteindre dans les cinq ans, un effectif de 500 personnes pour accompagner, plusieurs clients en Europe ou au Maroc. Mais l’objectif de 1500 personnes sous deux ans n’a jamais été évoqué. »

Afin de contenir ses coûts, PSA a décidé de sous-traiter « des prestations à faible valeur ajoutée » dans des pays à bas coût. Le site de Casablanca doit ainsi réaliser des prestations de conception assistée par ordinateur, de calcul scientifique, de documentation technique et de conduite de projets sur des éléments de futurs véhicules du constructeur, assure Reuters.




UN INVESTISSEMENT AU MAROC N’EST PAS À L’ORDRE DU JOUR

De fait, pour Anne Valleron, secrétaire générale du syndicat CFE-CGC de PSA et par ailleurs membre du conseil de surveillance de PSA, « confier cette prestation à des ingénieurs d’Altran est une non nouvelle pour nous ». En mai, le projet avait été présenté en comité central d’entreprise, assure la syndicaliste. « Cela doit se faire dans la limite que nous avions posée dans le contrat social signé en 2013 : 75 % des activités de recherche et développement doivent être conservées en France et la sous-traitance doit être limitée à 20 % de notre activité d’ici à 2016. Nous entendons bien que PSA respecte cet engagement. » En 2013, PSA employait 14 500 chercheurs et ingénieurs en France.

En recourant à ce prestataire installé dans un pays à bas coût, PSA préparerait en fait son retour industriel au Maroc, affirme Reuters. Comme Renault, qui produit dans son usine de Tanger et dans l’usine Somaca à Casablanca, PSA réfléchirait à ouvrir une usine sur le sol du royaume chérifien, assure Reuters.

« Un investissement au Maroc n’est pas à l’ordre du jour, dément-on chez PSA. Tant que nos usines européennes ne sont pas saturées, nous n’avons pas besoin d’ouvrir un autre site en périphérie de l’Europe ». Même si ce site serait à très bas coût, relève-t-on chez le constructeur français.

« Si nous voulions ouvrir une usine au Maroc, cela voudrait dire que nous avons tout d’un coup trouvé plusieurs milliards d’euros… », relève pour sa part Anne Valleron. Pourtant, depuis plusieurs mois, revient régulièrement la rumeur d’une usine au Maroc pour PSA. « Pour préparer les contrats de sous-traitance notamment dans l’ingénierie, des experts de PSA ont été envoyés en mission au Maroc. Cela a pu être surinterprété », croit savoir un cadre.
Source: http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/11/05/comment-psa-sous-traite-une-partie-de-sa-r-d-au-maroc_4518847_3234.html


Dernière édition par a.nonymous le Lun 10 Nov 2014, 23:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Lun 10 Nov 2014, 23:16

ça alors et nos grosses têtes qui pensaient que l'étude, la conception et les travaux nobles resteraient en France... se seraient ils foutus le doigt dans l'œil ?

Pas grave nos énarques ont une relève... tous les ans il y a une nouvelle promo formatée sur le même modèle.

Maintenant si vous attendez qu'ils comprennent vos difficultés n'y comptez pas, vous n'êtes pas sur la même planète.

Savez vous ce qui ressemble le plus à un énarque de gauche ?










Un ENARQUE de DROITE !

ça marche aussi avec les énarques femelles... rassurez vous la parité est respectée.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12383
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Jeu 20 Nov 2014, 08:26

Alors qu'il y a déjà 3,5 millions de chômeurs, alors que l'extrême-droite est déjà à 25%, le jeux de massacre continue...


"Le projet, qui représenterait environ 6% des effectifs actuels du groupe dans l'automobile en France, sera discuté lundi prochain avec les représentants syndicaux du groupe. Selon les sources, jusqu'à 1.500 personnes pourraient bénéficier d'un aménagement de fin de carrière l'an prochain, après 2.100 congés senior - deux fois plus que prévu - en 2014."


Sortez le clown !




Reuters a écrit:
PSA se prépare à supprimer 3.450 postes en France en 2015

Par par Gilles Guillaume et Nicholas Vinocur | Reuters – il y a 4 heures

PARIS (Reuters) - PSA Peugeot Citroën se prépare à supprimer l'an prochain 3.450 postes en France, notamment via une dispense d'activité pour ses salariés les plus âgés, afin de continuer à gagner en compétitivité, a-t-on appris de trois sources proches du dossier.

Le projet, qui représenterait environ 6% des effectifs actuels du groupe dans l'automobile en France, sera discuté lundi prochain avec les représentants syndicaux du groupe. Selon les sources, jusqu'à 1.500 personnes pourraient bénéficier d'un aménagement de fin de carrière l'an prochain, après 2.100 congés senior - deux fois plus que prévu - en 2014.

D'après deux des sources, la version 2015 du Dispositif d'adéquation des emplois et des compétences (DAEC) conclu en juin prévoirait également 550 départs dans le cadre d'une "mobilité externe sécurisée" et 1.400 reclassements internes.

Un porte-parole de PSA a confirmé la tenue lundi après-midi d'un comité central d'entreprise sur "le projet d'application pour 2015 des mesures emploi et compétence conclues avec l'ensemble des organisations syndicales en juin 2014, à la suite du Nouveau Contrat social", sans plus de précision sur les points qui seront abordés ce jour-là.

Grâce au congé senior, un salarié peut essayer un autre travail hors de l'entreprise pendant la période qui le sépare de l'âge de la retraite, avec pour garantie de rester inscrit à l'effectif de PSA. Pour la société, la mesure est économique car elle ne verse que 70% du salaire.

En échange des aménagements de fin de carrière, PSA a promis d'embaucher environ 2.000 jeunes en alternance l'an prochain, après 1.300 cette année.

"C'est un engagement fort en faveur des jeunes alors que l'entreprise poursuit ses efforts de redressement", a déclaré à Reuters un porte-parole de PSA, citant le directeur des ressources humaines du groupe Philippe Dorge.

Xavier Lelasseux, représentant CFDT chez PSA, craint toutefois qu'entre le départ de salariés en CDI et l'arrivée de jeunes en alternance, le compte n'y soit pas. D'autant que lors du dernier observatoire des métiers du groupe, 29% des postes ont été répertoriés en métier sensible, c'est-à-dire "dont les perspectives d'évolution vont entraîner une baisse probable des effectifs", contre près d'un quart dans l'observatoire précédent.

"Si l'on soustrait les 14% de métiers en tension, où tous les postes ne sont pas pourvus, cela veut dire que le groupe constate encore aujourd'hui un sureffectif structurel de 15%, soit environ près de 9.000 personnes pour lesquelles je suis inquiet", dit-il.

Dans le cadre de son plan stratégique "Back in the race", PSA veut ramener d'ici la fin 2016 ses coûts salariaux totaux à moins de 12,5% de son chiffre d'affaires. La France, qui représentait fin 2013 plus de 40% des effectifs mondiaux du groupe, vient en première ligne dans cette quête de productivité.

L'année 2012 a été marquée par un vaste plan social à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), où PSA a fermé son usine, ainsi qu'à Rennes, et par un plan de départs volontaires à travers tout le groupe. En 2013 et 2014, le constructeur a continué de réduire ses effectifs, ramenés le mois dernier autour de 60.000 personnes pour le coeur de l'activité automobile en France.

(Edité par Dominique Rodriguez)
Source: https://fr.news.yahoo.com/psa-se-pr%C3%A9pare-%C3%A0-supprimer-3-450-postes-160049481--sector.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12383
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Mer 31 Déc 2014, 01:04

Encore une délocalisation discrète ne concernant que quelques salariés mais le résultat est quand même là, des salariés de droit polonais vont récupérer les emplois précédemment occupés par des salariés de droit français....



« Lors du comité central d’établissement, (…) il nous a été présenté que l’entreprise PSA posait comme exigence, pour que Valeo reste son partenaire, que les démarreurs soient fabriqués en totalité sur son bassin de “sourcing”, de facto le site polonais de Valeo à Czechowice »



L'Humanité a écrit:
Délocalisation sur commande

Jeudi, 11 Décembre, 2014
L'Humanité

Valeo s’apprêterait à transférer une partie de sa production en Pologne sur ordre de PSA.

Dans moins d’un mois, une bonne partie de leur production est censée partir en Pologne. 155 000 démarreurs par mois, soit environ 30 % des commandes du site de Valeo à Saint-Quentin-Fallavier (Isère), d’après la CGT, qui n’a été informée de ce transfert effectif au 1er janvier que le 1er décembre. Une délocalisation de plus pour l’équipementier automobile ? Oui, sauf que celle-ci se ferait sur ordre direct de PSA, pour qui Valeo produit ces pièces, rapporte le syndicat, qui dénonce une pratique illégale. « Lors du comité central d’établissement, (…) il nous a été présenté que l’entreprise PSA posait comme exigence, pour que Valeo reste son partenaire, que les démarreurs soient fabriqués en totalité sur son bassin de “sourcing”, de facto le site polonais de Valeo à Czechowice », s’indigne le délégué syndical CGT de l’usine Pierre Carmona, dans un courrier adressé à la députée PS de l’Isère Joëlle Huillier. D’après la direction, cette décision entraînerait 27 suppressions d’emplois sans qu’il soit besoin de procéder à des licenciements. « En vérité, on craint que le nombre de postes impactés soit beaucoup plus important, les équipes du samedi-dimanche et de nuit vont être à l’arrêt », affirme Pierre Carmona, qui s’alarme du fait que l’usine de Saint-Quentin-Fallavier ne dépendrait plus que d’un seul constructeur, Volkswagen, qui avait déjà tenté de rompre son partenariat avec Valeo récemment pour des problèmes de qualité. À terme, la CGT craint que cette stratégie du constructeur automobile ne se généralise à l’ensemble des pièces produites par Valeo pour PSA, impactant l’ensemble des sites de l’équipementier. Loan Nguyen
Source: http://www.humanite.fr/delocalisation-sur-commande-560002
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Mer 31 Déc 2014, 01:32

si seulement le ministre en marinière était là pour faire la leçon à nos industriels... et aux industriels étrangers dans la foulée.

Il parait qu'en ce moment il est fort occupé à traiter des dossiers "personnels"

Ce n'est pas le théâtre de Fontenay mais le Vaudeville national.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12383
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Dim 21 Juin 2015, 21:35

Alors que depuis que le maire de Tulle devenu président par accident est arrivé aux affaires le nombre de chômeurs de catégorie A est passé de 2,5 millions en mai 2012 à 3,6 millions en mai 2015, PSA qui a fermé son usine d'Aulnay en ouvre une au Maroc....

Rappelons qu'en France le salaire horaire minimum 2015 est de 9,61 euros brut soit 8 fois le salaire minimum marocain...


"Cette base industrielle se veut très compétitive. Outre les exonérations fiscales de la zone franche, l’usine s’appuiera sur une main-d’œuvre locale très bon marché - le salaire minimum horaire est de 13,4 dirhams, soit 1,2 euro - qui explique le nombre élevé de salariés (4.500) et le faible taux d’automatisation."



http://www.lesechos.fr a écrit:
Le Maroc, future base industrielle stratégique de PSA

Maxime Amiot / Journaliste | Le 20/06 à 10:07

D’une capacité de 200.000 véhicules à terme, cette usine devra soutenir la croissance de PSA en Afrique-Moyen Orient. C’est aussi une implantation industrielle à bas coûts aux portes de l’Europe.

Coup double. En annonçant, vendredi, l’implantation prochaine de sa première usine au Maroc , PSA passe non seulement à l’offensive sur la zone Afrique-Moyen-Orient, mais se dote aussi d’une base industrielle à faible coûts, qui pourrait s’avérer stratégique sur le long terme. Le site, implanté dans la région de Kénitra, au nord-est de Rabat, assemblera dès 2019 des véhicules de segment B et C (citadines et berlines), pour une capacité de 90.000 moteurs et véhicules. Mais il atteindra une production de 200.000 unités à l’horizon 2023, précisent les autorités marocaines. Montant de l’investissement : 557 millions d’euros, dont 95% supportés par PSA, le solde par la caisse de dépôt et de gestion marocaine.

Le constructeur insiste : l’usine devra servir les marchés marocain, d’Afrique du Nord (Tunisie, Egypte…), de Turquie et d’autres pays du Moyen-Orient dont la Turquie. «C’est un premier jalon vers notre prochain plan stratégique, qui sera axé sur la croissance rentable, ce qui passe par une diversification de notre présence régionale», indique Carlos Tavares, président du directoire de PSA, préparant les esprits au lancement d’une nouvelle feuille de route, après le plan «Back in the Race». Du fait de l’effondrement de la Russie et de l’Amérique latine , l’Afrique-Moyen Orient constitue le troisième débouché du constructeur français derrière l’Europe et la Chine. Le groupe compte y vendre 200.000 voitures en 2015, et vise 1 million en 2025, misant sur sa bonne image de marque (notamment de Peugeot) et d’autres implantations (lire encadré). Reste à imaginer les bons véhicules. Le groupe compte déployer à Kénitra sa future base technique CMP, pour y produire de tout nouveaux véhicules à prix serrés, qui devront faire mieux que les actuelles C-Elysée et Peugeot 301. «On est un petit peu rentable sur ces modèles», glisse Carlos Tavares, sans enthousiasme.



Avantage de compétitivité

Cette base industrielle se veut très compétitive. Outre les exonérations fiscales de la zone franche, l’usine s’appuiera sur une main-d’œuvre locale très bon marché - le salaire minimum horaire est de 13,4 dirhams, soit 1,2 euro - qui explique le nombre élevé de salariés (4.500) et le faible taux d’automatisation. La production sur place des moteurs et le recours aux fournisseurs locaux doivent permettre de limiter au maximum les importations et d’atteindre un taux d’intégration locale de 60%, et de 80% à terme. Tout comme le recours à 1.500 ingénieurs et techniciens supérieurs, dont une bonne part sera externalisée, via le recours à des prestataires comme Altran, pour des tâches de support. Enfin, PSA mise sur sa plateforme CMP, qui affiche des coûts de développement de 20% inférieur à la plateforme actuelle grâce à une réutilisation de certains composants déjà amortis (éléments de ferrage…).

En France, la plupart des syndicats saluent le projet, nécessaire au développement international de PSA. Mais d’autres ne cachent pas leur inquiétude. «Il y a dix ans, Renault clamait que son usine roumaine et la Logan étaient dédiés aux pays émergents. Au final, on a vu le résultat, qui a fragilisé les usines françaises», lance Ricard Madeira, de la CFDT. A terme, la base marocaine pourrait afficher de solides atouts pour produire et exporter vers l’Europe une citadine de type 208 ou un futur petit cross-over. Carlos Tavares réfute tout projet en ce sens. Tout en rappelant que les voitures de segment B n’ont plus vocation à être produite en Europe occidentale, et qu’une décision de ce type ne fragiliserait donc pas directement le site France... «Cette usine marocaine suscite peu de polémique, alors qu’il y a trois ans, elle aurait provoqué un tollé. Cela montre l’évolution des mentalités en France», juge un spécialiste du secteur. Entre temps, PSA est passé près de la faillite, les syndicats français ont eu des garanties concernant la charge des usines françaises, et l’Etat français, devenu premier actionnaire de PSA, est devenu bien plus pragmatique que lorsqu’il n’était pas au capital…


D’autres implantations en vue

Cap au soleil. Outre le Maroc, PSA étudie une autre implantation industrielle, plus modeste, en Algérie, et attend toujours un accord diplomatique pour monter une usine en Iran avec son partenaire local Kodhro. Un marché stratégique. Malgré le retrait du constructeur français en 2012, il s’est vendu 350.000 voitures sous la marque Peugeot l’année passée via le partenaire Khodro qui a repris par ses propres moyens la production de vieilles 405 et 206, sans toutefois verser de royalties à PSA. «Il faut regagner leur confiance, car il peut y avoir sur place le sentiment qu’on les a abandonné. Quand vous lisez la presse locale, il peut y avoir des commentaires très agressifs», indique Carlos Tavares.
Source: http://www.lesechos.fr/industrie-services/automobile/021151409709-le-maroc-future-base-industrielle-strategique-de-psa-1130057.php?O7veJZO5cSjzFx24.99
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12383
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Mer 02 Déc 2015, 18:25


Cette discussion "PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière...." va bientôt s'éteindre elle aussi car la fin est proche...



http://www.leparisien.fr/aulnay-sous-bois-93600/les-dernieres-ames-de-psa-aulnay-01-12-2015-5330005.php a écrit:
Aulnay: les dernières âmes de l'usine PSA

Gwenael Bourdon | 01 Déc. 2015, 15h52 | MAJ : 01 Déc. 2015, 15h57

Le rituel semble ubuesque, mais immuable. Tous les matins, à 6h46, franchir le tourniquet de l’usine. Puis en ressortir à 14h37. Des horaires calqués sur ceux de l’ancienne équipe du matin, à l’époque où les ateliers de PSA Aulnay tournaient encore. L’usine automobile est officiellement fermée depuis décembre 2013. L’un des trois ateliers a été démoli. Mais les derniers salariés concernés par le plan social continuent à pointer.



«On a vidé les bureaux, trié les documents»

Ils sont encore huit. Sept hommes et une femme, reconnus handicapés. C’est à ce titre qu’ils ont pu rester jusqu’à deux ans de plus dans les effectifs de PSA. Le dispositif s’achève fin décembre et ils devront quitter l’usine. Du lundi au vendredi, ils entrent dans un bâtiment administratif du site. S’installent dans une salle, équipée de quelques ordinateurs et d’une connexion Internet. Deux encadrants sont là aussi, ainsi qu’un préventeur sécurité, et un employé chargé de la paie. «Au début, on avait des activités, se souvient l’un d’eux. On a vidé les bureaux, trié les documents, déplacé les voitures sur les parkings...»

Au début, c’était en juin 2013. Dans le cadre du plan social, PSA a proposé à ses salariés dits «fragiles» d’intégrer une «équipe multi-activités». 89 ont accepté. Alors que le couperet du licenciement devait tomber début 2014, ils ont pu rester à Aulnay, pour bénéficier d’un «suivi individualisé». Avec l’espoir d’obtenir une mutation au sein du groupe, ou de trouver un nouvel emploi à l’extérieur (lire ci-contre).



Au fil du temps, les collègues sont partis

Au fil du temps, les collègues sont partis. Mutation, congé «senior», ou départ dit volontaire. Des formations ou des remises à niveau ont eu lieu : français, maths, informatique... Une session «soins et beauté» de trois jours. Serge, 50 ans, ancien responsable d’unité, a pu passer son permis car. Puis les activités se sont raréfiées. Le temps paraît long aux derniers d’Aulnay.

Aujourd’hui, seule Elena a encore de quoi s’occuper : «Je scanne des documents pour les archives de l’usine de Poissy», indique cette blonde de 43 ans, au regard fatigué. Lundi, elle a fondu en larmes en découvrant la lettre recommandée de PSA : «Ils me proposent un poste à Poissy, c’est le même que celui que j’ai refusé il y a quelques mois. Il n’est pas adapté à mon handicap. Et je n’ai pas de moyen de transport pour y aller de chez moi, à Bobigny», affirme-t-elle. Elena n’a qu’un voeu : rester au sein du groupe automobile. «C’est ce qu’on veut tous. Comment on pourrait retrouver du travail ailleurs alors que les gens en bonne santé n’y arrivent pas ?», argumente Aziz, 43 ans et le dos abîmé après 23 ans à l’usine.



La direction assure poursuivre «le travail de reclassement»

Un porte-parole de PSA indique que l’entreprise poursuit «le travail individuel de reclassement (...) pour faire des propositions de postes adaptées aux restrictions médicales de chacun en tenant compte de leur lieu d’habitation». Parmi les derniers d’Aulnay, certains viennent effectivement de recevoir une offre. A Poissy, Saint-Ouen... ou Valenciennes, pour Serge. «A deux heures de chez moi», commente cet ancien responsable d’unité. Patrick et Bruno, la cinquantaine, 20 et 28 ans d’ancienneté, attendent toujours. En dehors d’une mission en Esat (établissement pour travailleurs handicapés) de quelques semaines, ils affirment encore n’avoir reçu «aucune proposition» de mutation.

Le tribunal des prud’hommes de Bobigny, saisi par 161 anciens salariés de PSA Aulnay, devait rendre sa décision ce mardi. Ce ne sera finalement que le 15 décembre. Les magistrats doivent se prononcer sur la régularité de leur licenciement, en 2013. Une seconde audience, portant sur 200 dossiers, doit avoir lieu le 8 décembre.

Citation :
En juillet 2012, l’usine comptait 3 000 salariés

L’équipe multi-activités, pour les travailleurs fragiles, était l’une des mesures du plan social accompagnant la fermeture de l’usine PSA, annoncée en juillet 2012. Le site comptait alors 3 000 personnes. Selon les derniers chiffres de bilan, 1 118 personnes ont été mutées au sein du groupe, près de 1 300 l’ont quitté (mobilités externes, reclassement, licenciements), 270 sont partis à la retraite ou en congé senior.

Les travailleurs fragiles devaient bénéficier d’un « reclassement professionnel interne ou externe ». Selon PSA, 57 ont été reclassés en interne. Selon les salariés restants, ce chiffre comprendrait toutefois les congés « senior » (les salariés sont rattachés à un site, mais n’y occupent aucun poste). A plusieurs reprises, des inspecteurs du travail et un psychologue se sont adressés à la DRH de PSA, pour attirer son attention sur la fragilité des derniers occupants de l’usine, et la nécessité de leur offrir les mêmes chances qu’au reste du personnel. « La direction s’est engagée à trouver une solution pour tout le monde. Elle devra respecter ses engagements », souligne Brahim Loujahdi, délégué CFTC.

G.B.
Source: http://www.leparisien.fr/aulnay-sous-bois-93600/les-dernieres-ames-de-psa-aulnay-01-12-2015-5330005.php
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12383
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Mer 16 Déc 2015, 01:39

Un jugement qui montre qu'il vaut parfois mieux une bonne transaction individuelle plutôt qu'une action syndicale collective pour faire valoir le droit du travail...

"les cent un ex-salariés verront leur licenciement économique requalifié en « licenciement sans cause réelle ni sérieuse »
---/---
le groupe PSA Peugeot Citroën est condamné à verser une nouvelle indemnité de licenciement à ses anciens ouvriers. Mais ceux-ci devront au préalable lui rembourser les sommes, plus élevées, qu’ils ont perçues lors de leur départ dans le cadre de transactions individuelles. En conséquence, les cent un ex-salariés, gagnants symboliquement, seront perdants financièrement.
"


http://www.lemonde.fr/entreprises/article/2015/12/15/psa-aulnay-101-ex-salaries-obtiennent-gain-de-cause-devant-les-prud-hommes_4832554_1656994.html a écrit:
PSA Aulnay : 101 ex-salariés obtiennent gain de cause devant les prud’hommes

Le Monde.fr avec AFP | 15.12.2015 à 14h06

Le conseil des prud’hommes de Bobigny a donné raison, mardi 15 décembre, à cent un ex-salariés de l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), sur cent cinquante qui contestaient le motif économique de leur licenciement, en mai 2013.

Selon le prononcé, consulté par un journaliste de l’AFP, les cent un ex-salariés verront leur licenciement économique requalifié en « licenciement sans cause réelle ni sérieuse ». Leur avocat, Fiodor Rilov, a salué « une victoire de principe », qui « condamne Peugeot pour la fermeture d’Aulnay ». « On a gagné ! », s’est-il félicité sous les vivats d’une cinquantaine d’anciens d’Aulnay, la plupart adhérents au syndicat SUD, réunis devant le conseil des prud’hommes de Bobigny.

Concrètement, le groupe PSA Peugeot Citroën est condamné à verser une nouvelle indemnité de licenciement à ses anciens ouvriers. Mais ceux-ci devront au préalable lui rembourser les sommes, plus élevées, qu’ils ont perçues lors de leur départ dans le cadre de transactions individuelles. En conséquence, les cent un ex-salariés, gagnants symboliquement, seront perdants financièrement.



« La bataille ne fait que commencer »

« Ce qui est déterminant, c’est le jugement sur l’invalidité des licenciements, la bataille ne fait que commencer », a lancé Me Rilov, qui entend faire appel. « On va obtenir confirmation de cette victoire sur le principe et une amélioration sur les indemnisations », a-t-il espéré. Les quarante-neuf autres ex-PSA ont été déboutés par les prud’hommes.

Les condamnations prononcées « ne paraissent pas remettre en cause ni le motif économique, ni la qualité intrinsèque du plan de sauvegarde de l’emploi, ni même le processus de reclassement dont ont bénéficié les salariés », a réagi la direction de PSA Peugeot Citroën, sollicitée par l’AFP. « Le groupe étudiera les suites à donner à cette décision quand les motifs lui auront été communiqués », en fin de journée.

Arguant d’un problème de compétitivité et de surcapacité, PSA avait annoncé en juillet 2012 la fermeture de cette usine au nord de Paris, qui employait trois mille personnes. Plus d’un tiers avaient retrouvé un emploi au sein du groupe, mais, à l’exception de ceux partis dans le cadre d’un départ volontaire en retraite ou d’un « congé senior », beaucoup d’autres pointent aujourd’hui au Pôle emploi, selon les syndicats. Cette décision est de bon augure pour deux cents ex-salariés CGT qui ont saisi les prud’hommes de Bobigny pour le même motif. Ils seront fixés sur leur sort le 8 mars.
Source: http://www.lemonde.fr/entreprises/article/2015/12/15/psa-aulnay-101-ex-salaries-obtiennent-gain-de-cause-devant-les-prud-hommes_4832554_1656994.html



Une occasion de rappeler comment en  2012 François Hollande fraîchement élu président de la République avait changé d'avis sur cette fermeture d'Aulnay et sur le plan social l'accompagnant...

http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/09/10/psa-francois-hollande-a-baisse-d-un-ton_1757841_823448.html a écrit:
Comment François Hollande a changé de position sur le dossier PSA

Le Monde.fr | 10.09.2012 à 15h15 • Mis à jour le 13.09.2012 à 17h58 | Par Alexandre Lemarié

Il a baissé d'un ton. Concernant le plan social annoncé chez le constructeur automobile PSA, François Hollande a tenu, dimanche 9 septembre sur TF1, des propos plus modérés que ceux prononcés près de deux mois auparavant.

Lors de son intervention télévisée du 14 juillet, le chef de l'Etat avait assuré qu'il refusait le plan de fermeture du site d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) tel qu'annoncé par la direction du groupe. Interrogé sur les propos de Lionel Jospin, qui avait affirmé "L'Etat en peut pas tout" (à propos de Michelin, en 1999), M. Hollande avait répondu : "L'Etat ne laissera pas faire", deux jours après que le premier constructeur automobile français eut annoncé la suppression de 8 000 emplois et la fermeture dès 2014 de l'usine d'Aulnay, où travaillent plus de 3 000 salariés.



"IL DOIT ÊTRE RENÉGOCIÉ"

Dans la foulée des déclarations très offensives du ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg, qui avait assuré que le gouvernement n'acceptait pas "en l'état" le plan de PSA, le chef de l'Etat avait engagé un bras de fer avec la direction du groupe automobile. "Le plan en l'état n'est pas acceptable. Il doit être renégocié", avait-il lancé, laissant entendre que le plan social pourrait être revu ou largement amoindri. "Nous pouvons faire en sorte qu'Aulnay reste un site industriel", avait-il ajouté, après avoir accusé la direction de "mensonge", celle-ci étant soupçonnée d'avoir repoussé son plan social après la présidentielle.

Mais M. Hollande ne parle désormais plus de la possibilité d'empêcher la fermeture du site d'Aulnay. Dimanche soir sur TF1, il a seulement précisé que l'Etat "accompagnera" le mouvement de reconversion des salariés concernés par le plan social, laissant aux partenaires sociaux le soin de négocier.



AUX "PARTENAIRES SOCIAUX" DE NÉGOCIER

"Lorsque les plans sociaux sont engagés, ce sont les partenaires sociaux qui doivent les négocier", a-t-il déclaré sur TF1. Ces derniers n'ayant toujours pas trouvé d'accord, M. Hollande a estimé qu'"ils doivent trouver des compromis pour qu'il y ait moins d'emplois supprimés et plus de reconversions". "L'Etat accompagnera ce mouvement de reconversion", a-t-il promis, avant de passer à un autre sujet.

En creux, M. Hollande laisse donc désormais entendre que l'Etat est impuissant face à la volonté de PSA de fermer le site d'Aulnay. Malgré son plan global de soutien au secteur automobile, le gouvernement semble disposer de moyens limités pour faire plier le constructeur, comme le soulignait déjà Le Monde le 13 juillet.



CHANGEMENT DE POSITION EN MOINS DE DEUX MOIS

Mardi 11 septembre, le verdict est tombé : le gouvernement a entériné le principe du plan social annoncé par le constructeur, selon le rapport Sartorius, qui met en cause la politique d'investissement et de rachat d'actions menée par le groupe.

Ce qui était "inacceptable" pour François Hollande le 14 juillet est donc devenu presque normal. Même Arnaud Montebourg, qui s'était déchaîné avant l'été contre PSA, juge aujourd'hui que "des mesures de redressement sont indispensables". En moins de deux mois, l'exécutif a ainsi complètement revu sa position.
Source: http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/09/10/psa-francois-hollande-a-baisse-d-un-ton_1757841_823448.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12383
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Mar 29 Mar 2016, 20:29

Souvenez-vous du discours de campagne tenu par le candidat François Hollande le 22 janvier 2012 au Bourget....

« … Mais avant d’évoquer mon projet, je vais vous confier une chose. Dans cette bataille qui s’engage, je vais vous dire qui est mon adversaire, mon véritable adversaire. Il n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc pas élu, et pourtant il gouverne. Cet adversaire, c’est le monde de la finance. Sous nos yeux, en vingt ans, la finance a pris le contrôle de l’économie, de la société et même de nos vies. ... »

Souvenez-vous aussi de ses propos comme quoi il ne laisserait pas fermer l'usine PSA d'Aulnay avant en finale de laisser faire....



http://www.lemonde.fr/automobile/article/2016/03/29/le-patron-de-psa-a-gagne-5-24-millions-d-euros-en-2015_4891580_1654940.html a écrit:
Le patron de PSA a gagné 5,24 millions d’euros en 2015

Le Monde.fr avec AFP | 29.03.2016 à 09h49 • Mis à jour le 29.03.2016 à 10h21

« Indécent », « pas légitime » ou récompense de « la réussite » ? La révélation de la rémunération du patron de PSA Peugeot Citroën en 2015 a suscité de nombreuses réactions, lundi 29 mars.

Carlos Tavares a touché 5,24 millions d’euros au titre de l’exercice 2015, 1,93 million d’euros de part variable et 1,3 million de part fixe selon des documents publiés vendredi par le groupe automobile. Un doublement de sa rémunération par rapport à 2014 (il avait alors touché 2,75 millions d’euros) justifié par le conseil de surveillance de PSA par le fait que son patron « avait rempli ses objectifs à hauteur de 99 % ».



Des primes de 2 200 euros pour les salariés

Le constructeur automobile a renoué en 2015 avec un bénéfice net après quatre années de pertes et a atteint en avance tous les objectifs de son plan de redressement économique, désormais achevé. Après cette bonne année, le groupe avait annoncé qu’il verserait à ses salariés une prime de 2 000 euros en moyenne au titre de l’exercice 2015.

En décembre, le constructeur avait complètement revu son système de retraite chapeau après les polémiques déclenchées par les 21 millions d’euros accordés à son ancien président, Philippe Varin. PSA devrait ainsi économiser 34 millions d’euros, une somme qui sera redistribuée aux salariés. Ceux-ci toucheront 400 euros en moyenne en 2016, à quoi devrait s’ajouter une prime d’intéressement de 1 800 euros compte tenu des résultats exceptionnels attendus par le groupe.

« Il faut savoir récompenser la réussite », a défendu, lundi matin, Pierre Gattaz, président du Medef au micro de France Info, estimant qu’il fallait « féliciter Carlos Tavares du redressement exceptionnel qu’il a fait de PSA ».

Pour Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, une telle hausse de sa rémunération n’est « pas légitime ». « Evidemment PSA se redresse, tant mieux. Evidemment en partie grâce à ses dirigeants, mais c’est aussi grandement grâce aux efforts des salariés et à la richesse créée par les salariés », a-t-il fait valoir sur BFM-TV, ajoutant : « Ce style de salaire fait beaucoup de mal à la cohésion sociale. » Julien Bayou, porte-parole d’Europe Ecologie-Les Verts a, lui, jugé cette augmentation « indécente » sur i-Télé.

« C’est dommageable, chacun le voit bien », a estimé, pour sa part, Michel Sapin, ministre de l’économie, sur France Inter, précisant que les représentants de l’Etat au conseil de surveillance du groupe ont voté contre cette hausse. « On est à un moment où l’effort est nécessaire, il faut qu’il soit à peu près partagé », a-t-il ajouté.
Source: http://www.lemonde.fr/automobile/article/2016/03/29/le-patron-de-psa-a-gagne-5-24-millions-d-euros-en-2015_4891580_1654940.html
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Mar 29 Mar 2016, 22:42

UN patron super payé.... qui redresse la boutique... à qui il faut casser la rondelle... qui donne tout de même aux employés un peu d'argent.

Une tapée d'élus ... pas trop mal payés avec au bout du compte le coulage de la boite "maison FRANCE" mais retraite non  négligeable, qui se gobergent pendant des années avec l'argent public, nous foutent des impôts déraisonnables, conduisent la maison en faillite et nous expliquent la vie... ça fait réfléchir !
Il faut choisir ! on vire le boss de Peugeot et on met Montebourg et la playmate aux manettes ?

Tout ira pour le Mieux dans un monde socialiste idéal...

PS Lorsque l'on fait le compte du pognon perdu par les socialistes... le salaire du guignol de chez Peugeot (qui redresse la boite) c'est peanuts !

Moralité : un connard (ils sont nombreux) qui fait perdre de l'argent au pays en se faisant une rente de situation tout picorant durant une vie dans les finances publiques est préférable à un gugusse super payé qui sauve une boite et parfois ses employés...

et on pense que la supercherie va perdurer ? pourquoi pas : dans la foulée THEVENOUD l'homme qui ne déclare pas ses impôts, ne paye pas son loyer, ne paye pas le kiné des ses enfants, se fout des factures de l'EDF... va se représenter avec l'étiquette socialiste et donnera des leçons de morale... et si nous parlions des secrétaires généraux du PS ?
POurtant ce sont les valeurs de référence pour l'action gouvernementale...

Nous avons bien une élue marseillaise qui siège à l'assemblée avec son bracelet... heureusement on moralise la police, la gendarmerie.... et ce sont ces plaisantins qui seront en charge de dire ce qui est bien ou non... le code pénal pourrait se charger de définir ce qui doit leur être imputé...
Un procès que l'on aurait l'idée stupide de faire serait une profonde jouissance.
Comment dans un état dit de droit peut on en arrive là ?

et ce sont les parlementaire par définition irréprochables qui seront les gardiens de la bonne marche des institutions.

Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12383
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Lun 17 Oct 2016, 22:42

http://www.francetvinfo.fr a écrit:
INFO FRANCEINFO. Le groupe PSA va supprimer plus de 2 000 postes l'an prochain en France

Le constructeur automobile français ne prévoit pas de licenciements secs. Il s'agira de départs volontaires non-remplacés, de préretraites ainsi que de congés longue durée.

Le groupe PSA compte supprimer 2 133 postes en 2017 dans ses usines françaises, selon des documents internes consultés par Isabelle Raymond de franceinfo, lundi 17 octobre. Le groupe ne prévoit pas de licenciements secs. Dans le détail, 1 025 départs volontaires ne seront pas remplacés, auxquels il faut ajouter 983 congés seniors (des préretraites pour les ouvriers les plus âgés), ainsi que 125 congés longue durée.

Un comité central d'entreprise extraordinaire doit se réunir lundi après-midi. La direction de PSA a contesté, dans la matinée, l'interprétation des informations que nous révélons. "Il s'agit d'un non sujet", selon un porte-parole du groupe, qui met en avant une "politique de l'emploi responsable du constructeur qui anticipe avant tout les transformations majeures du groupe".



Des ventes en hausse

Depuis début 2013 et la fermeture du site d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), le constructeur automobile a supprimé 17 000 postes au total. Le contexte est pourtant bien moins morose aujourd'hui : PSA, qui était au bord du dépôt de bilan il y a quatre ans, se porte beaucoup mieux, avec des ventes en hausse de plus de 7% en Europe au premier semestre 2016.
---/---
Source: http://www.francetvinfo.fr/economie/entreprises/info-franceinfo-le-groupe-psa-va-supprimer-plus-de-2-000-postes-l-an-prochain-en-france_1876199.html
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3575
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Lun 17 Oct 2016, 23:17

Ils finiront bien par tuer l'industrie automobile française!
Pourtant au salon les ventes ont bien fonctionné, on n'aurait pas autant de succès avec l'achat de vélos.

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Lun 17 Oct 2016, 23:23

mieux vaut fabriquer des vélos en perdant de l'argent, le tout avec des subventions payées par vos impôts que de vendre des bagnoles qui assurent des emplois et rapportent de l'argent.

la logique gaucho écolo prête pour mes prochaines élections.
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 707
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Mar 18 Oct 2016, 00:12

Gérard a écrit:
Ils finiront bien par tuer l'industrie automobile française!
Pourtant au salon les ventes ont bien fonctionné, on n'aurait pas autant de succès avec l'achat de vélos.

On vend, on vend, mais des véhicules faits à l’étranger
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12383
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Mar 18 Oct 2016, 01:01

thierry a écrit:
On vend, on vend, mais des véhicules faits à l’étranger

D'une manière générale consommation nationale et production nationale sont aujourd'hui complètement décorrélées et c'est bien pour cela qu'une diminution du chômage par l'augmentation du pouvoir d'achat tient de l'utopie....
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14519
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Mar 18 Oct 2016, 02:27

PSA compte-t-il (vraiment) supprimer près de 2.000 postes ?

- Le constructeur automobile PSA a prévu de continuer de réduire la voilure en 2017.

PSA va bien supprimer des postes. Dans un épais document interne qui sert de document de travail pour le Comité central d’entreprise organisé ce lundi, la direction prévoit effectivement des suppressions de postes. Mais ce terme n’est pas officiellement employé puisque le groupe automobile va recourir à des méthodes indirectes : le "congé senior" et la "mobilité externe sécurisée". Dans le détail, 983 employés devraient bénéficier du premier dispositif – un départ en préretraite -  et 1.025 du second dispositif – des départs volontaires. Au total, ce sont donc 2.008 employés qui devraient quitter l’entreprise au cours de l’année 2017, auxquels s’ajoutent 125 salariés bénéficiant de "congés de longue durée".

Des suppressions de postes prévues et acceptées. L’annonce de ce nouveau plan n’est pas une surprise : il avait déjà été annoncé en juillet et, surtout, il a reçu l’accord de tous les syndicats, à l’exception de la CGT. L’entreprise a en effet prévu des conditions de départ très favorables et souligne qu’elle s’est engagé à 1.000 embauches en CDI d’ici 2019 et qu’elle va continuer à prendre 2.000 jeunes en alternance ou en stage. Sur le papier, les arrivées compenseraient donc à peu près les départs, argumente la direction. Ce renouvellement des effectifs permet à la fois de compenser le départ des baby-boomers et l’acquisition de nouvelles compétences.

Les conditions dans lesquelles ces 2.000 suppressions de postes sont prévues expliquent pourquoi le ton est mesuré parmi les syndicats mais aussi du côté de l’Etat, actionnaire à hauteur de 14%. Ce n'est "pas un nouveau plan social", simplement des "départs sur la base du volontariat" comme convenu dans l'accord social triennal conclu en juillet avec les syndicats majoritaires, a ainsi rappelé Franck Don pour la CFTC. Force Ouvrière souligne, de son côté, les engagements de PSA vis-à-vis des plus jeunes. Au final, seule la CGT, qui n’a jamais accepté cette feuille de route, est montée au créneau lundi pour dénoncer un plan "inacceptable et totalement injustifié". Un cri d’alarme qui, hasard du calendrier, intervient le jour même où François Hollande revient à Florange pour vanter l’action de l’Etat dans le dossier ArcelorMittal.

Sur le moyen terme, PSA réduit bien la voilure. Au-delà de la polémique actuelle, la tendance est néanmoins claire : le groupe automobile a sensiblement réduit ses effectifs au cours des dernières années, après être passé pas loin du gouffre et avoir été sauvé par l’Etat français et le constructeur chinois Dongfeng.  Ainsi, alors que le groupe automobile employait près de 100.000 personnes en 2005, ce nombre est passé à un peu plus de 65.000 en 2015, soit une baisse de 33% en une décennie. Donc pas depuis hier.

Sinon http://www.largus.fr/actualite-automobile/psa-developpera-son-pick-up-avec-dongfeng-8189387.html


Dernière édition par Libellule le Mar 18 Oct 2016, 04:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12383
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Mar 18 Oct 2016, 02:53

J'aime ces écologistes décomplexés  toujours prêts à justifier des suppressions de postes dès lors qu'elles sont dans le secteur automobile....

Ce que je retiens de l'article cité c'est "alors que le groupe automobile employait près de 100.000 personnes en 2005, ce nombre est passé à un peu plus de 65.000 en 2015, soit une baisse de 33% en une décennie."...

Cela fait autant d'emplois en moins pas nécessairement remplacés par d'autres pour les jeunes arrivant sur le marché du travail, jeunes en concurrence pour ces emplois avec les migrants arrivant sur le territoire national....
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14519
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Mar 18 Oct 2016, 03:35

Je donne des infos complètes. Quand j'ai le sentiment que l'histoire est partiellement tronquée, je complète.

Ce côté "tout arrive aujourd'hui, ç'est la faute aux migrants et au pouvoir actuel" me paraît malsain.

Surcapacités industrielles sur un marché européen en crise, perte de compétitivité globale des sites français, localisation de la production à l'international... Les sites français ont pâti d'une série de facteurs connus, qui sont les mêmes du côté de Renault. Si le constructeur au Losange avait débuté ses restructurations plus tôt que PSA, il a tout de même réduit de 36 % ses effectifs français, soit 27.633 postes en moins sur la même décennie. Et le groupe est encore en pleine suppression de 8.200 postes, prévus dans le cadre de l'accord de compétitivité signé en 2013. Un processus qui s'étale jusqu'en 2016. Renault et Peugeot font partie de ces groupes invités à reporter des annonces ne nouvelles pertes d'emplois par l'EX-président. Rlisrz vos propres analyses.

Au global, ce sont donc plus de 70.000 postes que les constructeurs ont supprimé sur dix ans. Si dans le même temps, les effectifs à l'international ont progressé (57 % des effectifs groupe PSA sont à l'international, contre 40 % il y a dix ans, tandis que le ratio est passé de 42 à 60 % chez Renault), le bilan de la décennie est impressionnant.

J'ai parlé des raisons de ce désastre de nos deux constructeurs clefs sur ce forum voici quelques tps. Avoir fait de Renault un concepteur et non un constructeur de voitures le fit couler. Le choix du tout diesel de Peugoet l'a pénalisé. Les liens existent sur ce forum même. Le retard sur le développement des hybrides est là.

Pour éviter de disparaître ils ont du s'allier avec Nissan et avec Dongfeng, entre autres. Heureusement sinon les compteurs en terme d'effectifs seraient à un double zéro. Triste, pas glorieux mais les faits ont la vie dure, et la vie industrielle doit être regardée sur des durées longues.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12383
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Mar 18 Oct 2016, 05:19

Libellule a écrit:
Je donne des infos complètes. Quand j'ai le sentiment que l'histoire est partiellement tronquée, je complète.

Ce côté "tout arrive aujourd'hui, ç'est la faute aux migrants et au pouvoir actuel" me paraît malsain.


Je n'ai pas dit que c'était la faute aux migrants mais:

"Cela fait autant d'emplois en moins pas nécessairement remplacés par d'autres pour les jeunes arrivant sur le marché du travail, jeunes en concurrence pour ces emplois avec les migrants arrivant sur le territoire national...."


En ce qui concerne le pouvoir actuel, quand le tocard fossoyeur du PS est arrivé aux affaires il y avait 2,9 millions de chômeurs de catégorie A et il en a aujourd'hui 3,5...

C'est une réalité et tous les "sans dents" en puissance qui crèvent aujourd'hui à Pôle emploi le savent...
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 707
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Mar 18 Oct 2016, 05:26

Juste un rappel pour libellule:On n élit pas un gouvernement pour gérer les affaires courantes et aggraver la situation. On élit un président et une majorité pour améliorer les choses.

Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14519
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Mar 18 Oct 2016, 05:35

Votre rappel est inutile. Smile j'ai les pieds sur terre. Toutes les critiques sont recevables. Je rappelle des faits qui couvrent deux quinquennats. J'aurais pu remonter cinq ou dix ans de plus, voire vingt, trente ans, concernant le devissage industriel automobile francais. Qui se souvient de la signification originelle du S de PSA. Les marques mises au placard depuis Talbot sont nombreuses. Cordialement.

rendeer rendeer https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Talbot
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 3019
Date d'inscription : 08/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Mar 18 Oct 2016, 06:07

PSA = Peugeot Société Anonyme.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Mar 18 Oct 2016, 06:40

Pour ce qui concerne les "migrants" qui travaillent... il semble que l'affaire se complique.




ils semblent plus disposés à "fraterniser" avec la population autochtone féminine.

De là à penser qu'à terme l'affaire mirifique d'Angie la teutonne se complique...

http://lesobservateurs.ch/2016/08/17/allemagne-des-migrants-refusent-de-travailler-nous-sommes-les-invites-de-merkel/
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....   Mar 18 Oct 2016, 08:03

thierry a écrit:
Juste un rappel pour libellule:On n élit pas un gouvernement pour gérer les affaires courantes et aggraver la situation. On élit un président et une majorité pour améliorer les choses.


désolé, nous n'avons pas un président mais un fonctionnaire bon élève et manipulateur qui a passé avec succès l'examen de président... ce sont les propos d'un élu socialiste bien connu.

Chirac qui avait souvent des propos "directs" affirmait : un chef c'est fait pour "cheffer" avec flanbi c'est là que se trouve le problème. Il ne sait pas faire il a atteint et pulvérisé depuis longtemps son seuil d'incompétence.

Les uns devrait mettre un cierge à Ste Rita patronne des cas désespérés lui devrait faire un pèlerinage à New York.
Revenir en haut Aller en bas
 
PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» PSA Aulnay - Le dernier qui part éteint la lumière....
» Le dernier départ
» [Campagne Madagascar - Divers] Départ du dernier marin français de l'Ambassade à Diégo
» Fond de teint Select vs. Studio fix fluide
» Base de teint matifiante

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: