Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de
Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble,
son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez
 

 Prostitution - Pénalisation des clients

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
a.nonymous



Messages : 14587
Date d'inscription : 30/05/2011

Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 Empty
MessageSujet: Prostitution - Pénalisation des clients   Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 EmptyMer 20 Nov 2013, 03:02

Rappel du premier message :

Alors que le sujet de la prostitution, sans doute un nouveau rideau de fumée, va faire l'objet d'un débat parlementaire avec à la clé une volonté de pénaliser les clients, voici une approche intéressante d'une femme, Elisabeth Badinter, philosophe et épouse de  Robert Badinter, ministre de la justice de François Mitterrand à l'origine de l'abolition de la peine de mort...


"Je regrette qu'on n'entende pas davantage les prostituées. Elles seules sont habilitées à parler. Mais quand l'une affirme: +je le fais librement+, on dit qu'elle ment et qu'elle couvre son proxénète. Ce sont les seuls êtres humains qui n'ont pas le droit à la parole", déplore Mme Badinter.

Pour les prostituées victimes de réseaux, "la lutte contre l'esclavage des femmes doit être sans merci", ajoute-t-elle. Il faut "que les femmes prostituées puissent dénoncer leur proxénète à la justice sans craindre pour leur vie. Elles doivent être assurées de leur sécurité, d'avoir des papiers et d'être aidées
".

Peut-être n'a-t-elle pas tord quand elle déclare aussi:

"Jugeant que la volonté de punir les clients est "une déclaration de haine à la sexualité masculine", elle explique que "ces femmes qui veulent pénaliser le pénis décrivent la sexualité masculine comme dominatrice et violente. Elles ont une vision stéréotypée très négative et moralisante que je récuse". "

Et enfin, quand elle déclare "l'Etat n'a pas à légiférer sur l'activité sexuelle des individus" ne reprend-elle pas à quelque chose près l'argument utilisé par les défenseurs du "mariage pour tous" dont certains mais surtout certaines se trouvent être aujourd'hui des partisan-ne-s de la pénalisation des clients ?

Il va être intéressant de suivre les débats où l'on risque fort de retrouver un même groupe défendant à la fois le "mariage pour tous", la PMA pour les couples de lesbiennes et la pénalisation des clients des prostituées...


AFP a écrit:
19/11/2013 à 12:59
E. Badinter: "l'Etat n'a pas à légiférer sur l'activité sexuelle des individus"

Elisabeth Badinter, opposée à l'idée de pénaliser les clients de prostituées, estime dans un entretien au Monde publié mardi que "l'Etat n'a pas à légiférer sur l'activité sexuelle des individus", et "regrette qu'on n'entende pas davantage les prostituées" dans ce débat.

Pour la philosophe, la pénalisation des clients, "c'est la prohibition. Je préfère parler de prohibition plutôt que d'abolitionnisme, car c'est l'objectif des auteurs de la proposition de loi", affirme-t-elle.

"Sous prétexte de lutter contre les réseaux, c'est la prostitution qu'on veut anéantir. L'Etat n'a pas à légiférer sur l'activité sexuelle des individus, à dire ce qui est bien ou mal", insiste-t-elle.

Mme Badinter "n'arrive pas à trouver normal qu'on autorise les femmes à se prostituer, mais qu'on interdise aux hommes de faire appel à elles. Ce n'est pas cohérent et c'est injuste".

Jugeant que la volonté de punir les clients est "une déclaration de haine à la sexualité masculine", elle explique que "ces femmes qui veulent pénaliser le pénis décrivent la sexualité masculine comme dominatrice et violente. Elles ont une vision stéréotypée très négative et moralisante que je récuse".

Selon elle, la proposition de loi ne va pas mettre fin à la prostitution: "Je ne connais aucune prohibition qui fonctionne. Elle démultiplie le pouvoir des mafieux".

"Favorable à la pédagogie sur la prostitution et les séquelles qui peuvent en résulter", la philosophe souligne que "dans certaines conditions, la prostitution est difficile à vivre, mais il y a des femmes pour lesquelles ce n'est pas aussi destructeur qu'on le dit".

"Je regrette qu'on n'entende pas davantage les prostituées. Elles seules sont habilitées à parler. Mais quand l'une affirme: +je le fais librement+, on dit qu'elle ment et qu'elle couvre son proxénète. Ce sont les seuls êtres humains qui n'ont pas le droit à la parole", déplore Mme Badinter.

Pour les prostituées victimes de réseaux, "la lutte contre l'esclavage des femmes doit être sans merci", ajoute-t-elle. Il faut "que les femmes prostituées puissent dénoncer leur proxénète à la justice sans craindre pour leur vie. Elles doivent être assurées de leur sécurité, d'avoir des papiers et d'être aidées".

"La loi contient des dispositions en ce sens, mais qui me paraissent vagues. Quel est le budget? Comment le prévoir quand on ne connaît même pas le nombre de prostituées ? Est-ce que la lutte contre les réseaux sera une priorité pour la police? Je n'ai pas le sentiment que cela soit le cas", fait-elle remarquer.
Source: http://actu.orange.fr/societe/e-badinter-l-etat-n-a-pas-a-legiferer-sur-l-activite-sexuelle-des-individus-afp_2677566.html


Dernière édition par a.nonymous le Sam 02 Juil 2016, 02:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
a.nonymous



Messages : 14587
Date d'inscription : 30/05/2011

Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prostitution - Pénalisation des clients   Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 EmptyLun 19 Juin 2017, 14:58

Alors que le précédent gouvernement avait ciblé les clients...

http://www.leparisien.fr a écrit:
Agressions de prostituées russes : 12 membres de la mafia arménienne arrêtés
Julien Constant|19 juin 2017

Coup de filet dans le milieu de la mafia arménienne. Ultra-violents et organisés de manière pyramidale, douze malfaiteurs, âgés de 25 à 30 ans, ont été mis en examen, jeudi et vendredi derniers à Rennes (Ille-et-Vilaine). Parmi eux, onze ont été écroués. Ces proxénètes sont soupçonnés d’avoir depuis dix-huit mois, agressé au moins une trentaine de prostituées russes ---/---, dans le but de les faire travailler pour eux. « C’est une première, souligne une source proche de l’affaire, on savait que cette organisation criminelle était spécialisée dans les agressions et les cambriolages. Mais, elle ne se livrait pas à l’exploitation sexuelle des femmes.»
---/---
Les enquêteurs spécialisés ciblent le groupe criminel grâce à une empreinte papillaire et suivent leurs activités. Ils comprennent que cette bande travaille en cheville avec deux agences d’Escort girls Russes qui gèrent des sites Internet de prostitution haut de gamme et envoient des filles en France.
---/---


Des bénéfices évalués de 650000 à un million d'euros

En échange, ces agences reversaient mensuellement un somme forfaitaire, de 3000 à 5000 € . Les bénéfices globaux du groupe criminel sont évalués de 650 000 € à plus d’1 million d’€. Les mafieux versaient « l’obshak » preuve de leur affiliation à la mafia russe. Il s’agit d’un prélèvement de 15 % sur leur butin. Cette somme permet le financement des avocats, l’aide aux détenus et à leurs familles. Mais aussi l’intervention ou encore le règlement des conflits par des figures criminelles.

Mais, ils ont décidé d’étendre leurs activités en braquant d’autres prostituées russes pour les obliger à travailler pour eux. « Après leur avoir administré une bonne correction et leur avoir volé la recette du jour, ajoute une autre source. Il leur disait : on repasse dans huit jours et tu devras travailler pour nous », révèle une source proche du dossier.

Au total, les proxénètes avaient la mainmise sur une quarantaine de filles. Elles demandaient environ un millier d'euros à leurs clients et devaient en reverser une partie à leurs souteneurs. L’argent, récolté localement, était remis à un lieutenant de la mafia puis immédiatement transféré physiquement aux chefs de l’organisation arménienne à l’étranger.
---/---
« Ces hommes sont tous tatoués, comme le sont les mafieux d’Europe de l’Est, explique une spécialiste. Ils ont posé leur valise dans l’hexagone depuis longtemps et sont connus des archives de la police pour des vols avec violence et refus d’obtempérer ». Ils ont tous préféré se réfugier derrière le droit au silence.
Source: http://www.leparisien.fr/faits-divers/agressions-de-prostituees-russes-12-membres-de-la-mafia-armenienne-arretes-19-06-2017-7066938.php
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4544
Date d'inscription : 08/01/2012

Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prostitution - Pénalisation des clients   Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 EmptyVen 23 Juin 2017, 07:59

Grave question : le mariage est-il une prostitution à client(e) unique ? (Voire plus si affinités). Car il y a des mariages d'argent...
L'éclairage de Victor Hugo (spécialiste des faits... nous rappelait Gérard), utilement rapporté par ailleurs et par Libellule :

"Celui que vous n'aimez pas, vous êtes sa prostituée, celui que vous aimez vous êtes sa femme. Dans l'union des sexes, le coeur est la loi."
Aimez et pensez librement. -

Hugo toujours : Atmosphère Citation
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14587
Date d'inscription : 30/05/2011

Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prostitution - Pénalisation des clients   Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 EmptyMar 27 Juin 2017, 09:21

Citation :
Paris : un réseau de prostitution russe démantelé, sept personnes mises en examen
Julien Constant|27 juin 2017

Un réseau piloté de Russie a été démantelé. Il visait la clientèle parisienne aisée.

Avec trente-cinq escort-girls russes et ukrainiennes qui travaillaient dans les beaux quartiers de la capitale, c'est un réseau international de haut niveau qui vient d'être démantelé par les enquêteurs de la police judiciaire parisienne. Sept hommes et femmes, âgés de 23 à 53 ans, ont été mis en examen en fin de semaine dernière par un juge de la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Paris.

L'affaire commence il y a environ deux ans lorsque les policiers de la brigade de répression du proxénétisme recueillent un renseignement sur ce groupe qui exploite de jeunes femmes slaves. Elles officient dans des appartements dits chics des VIIe et XVIe arrondissements, pour 250 € de l'heure ou 1 000 € la nuit.

Les fonctionnaires découvrent que ces femmes sont exposées sur deux sites Internet : Amour russe et Charme russe. Les réservations des passes se font par un simple SMS. Les investigations mènent les techniciens de la police jusqu'à des serveurs informatiques installés à Chypre et en Israël. «Les fonctionnaires estiment qu'un millier de messages y transitaient quotidiennement, ce qui donne une idée du vertigineux chiffre d'affaires de cette entreprise», explique une source proche du dossier.


Un collecteur venu de Saint-Pétersbourg pour rapatrier les gains

Les candidates à la prostitution sont recrutées dans leur pays d'origine par les patrons de l'organisation criminelle. Arrivées en France, avec un visa en bonne et due forme, elles sont prises en charge par les lieutenants de l'organisation. Trois couples, parmi lesquels se trouve une ancienne prostituée, assurent la gestion d'une vingtaine d'appartements. Ils s'occupent aussi de la logistique, du nettoyage des appartements, du transport des escort-girls, de leur surveillance et de la collecte de l'argent. «Les prostituées restaient environ deux mois à Paris, avant de regagner leur pays de départ», ajoute une autre source.

Un lieutenant de l'organisation, âgé de 31 ans, est chargé de remettre l'argent à un homme originaire de Saint-Pétersbourg qui vient tout spécialement de son pays pour rapatrier les gains. «Ce collecteur ne se donnait même pas la peine de sortir de l'aéroport de Roissy. Il récupérait son dû dans l'enceinte et remontait dans un avion durant la même journée», confie une source proche de l'affaire.

Au total, les enquêteurs ont interpellé neuf personnes mardi dernier à Paris. Lors des perquisitions, ils ont mis la main sur 115 000 €, des ordinateurs portables, des téléphones mobiles et une machine à détecter les faux billets.
Source: http://www.leparisien.fr/faits-divers/paris-un-reseau-de-prostitution-russe-demantele-sept-personnes-mises-en-examen-27-06-2017-7090056.php
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prostitution - Pénalisation des clients   Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 EmptyMar 27 Juin 2017, 09:59

Cette communication va-t-elle avoir une influence sur la législation française?

Les démantèlement de réseau sont foisons en France (Limoges, Nantes, Bordeaux ces derniers temps, Strasbourg... Etc)

Reste que des questions intéressantes continuent d'être posées http://m.leparisien.fr/seine-et-marne-77/croyez-vous-en-l-efficacite-de-stages-de-sensibilisation-des-clients-pour-lutter-contre-la-prostitution-25-06-2017-7085643.php
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

mamiea

Messages : 4283
Date d'inscription : 10/06/2010
Age : 71
Localisation : Fontenay sous Bois

Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prostitution - Pénalisation des clients   Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 EmptyMar 27 Juin 2017, 10:10

Libellule a écrit:
Cette communication va-t-elle avoir une influence sur la législation française?

Les démantèlement de réseau sont foisons en France (Limoges, Nantes, Bordeaux ces derniers temps, Strasbourg... Etc)

Reste que des questions intéressantes continuent d'être posées http://m.leparisien.fr/seine-et-marne-77/croyez-vous-en-l-efficacite-de-stages-de-sensibilisation-des-clients-pour-lutter-contre-la-prostitution-25-06-2017-7085643.php

Non, tout comme la loi n' empêchera pas la prostitution. Sujet très délicat, la solution est complexe et délicate (si toute fois elle existe).
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prostitution - Pénalisation des clients   Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 EmptyMar 27 Juin 2017, 10:12

Revenir en haut Aller en bas
mamiea

mamiea

Messages : 4283
Date d'inscription : 10/06/2010
Age : 71
Localisation : Fontenay sous Bois

Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prostitution - Pénalisation des clients   Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 EmptyMar 27 Juin 2017, 10:19

Libellule a écrit:
Pour en savoir plus sur l'expérimentation de Melun
http://m.leparisien.fr/fontainebleau-77300/melun-fontainebleau-un-stage-un-peu-moraliste-pour-les-clients-de-prostituees-26-06-2017-7089576.php

Après les stage de récupération des points du permis de conduire, voila les stages pour clients de prostituées.
Le risque, c' est l' utilisation du stage afin d' éviter les amendes, mais sans réelle utilité.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14587
Date d'inscription : 30/05/2011

Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prostitution - Pénalisation des clients   Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 EmptyMar 27 Juin 2017, 14:21

mamiea a écrit:
Non, tout comme la loi n' empêchera pas la prostitution. Sujet très délicat, la solution est complexe et délicate (si toute fois elle existe).


On parle juste du "plus vieux métier du Monde".....

Je doute donc qu'il soit possible de faire disparaitre la prostitution et l'on peut même penser comme le fait Elisabeth Badinter que "l'Etat n'a pas à légiférer sur l'activité sexuelle des individus"...

En revanche il faut, d'une part, faire en sorte qu'aucune femme ou aucun homme, il y a en a aussi, n'ait que la prostitution comme solution et, d'autre part, lutter contre les proxénètes qui obligent des femmes ou des hommes à se prostituer contre leur gré....
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14587
Date d'inscription : 30/05/2011

Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prostitution - Pénalisation des clients   Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 EmptySam 02 Déc 2017, 17:41

Ce contre quoi il faut réellement lutter !

Ce n'est pas le premier article où il est écrit que dans certains cas la police traine les pieds et qui parle de proxénètes femmes du même âge que les victimes...


Citation :
« Si je dis quelque chose, il va me tuer ! » : le calvaire des esclaves sexuelles en France

A l’occasion de la Journée internationale pour l’abolition de l’esclavage, « Le Monde » a recueilli le témoignage de jeunes femmes prises dans des réseaux de prostitution.

LE MONDE | 01.12.2017 à 17h44 • Mis à jour le 02.12.2017 à 16h50 | Par Jeanne Cavelier

« C’est comme si votre vie leur appartenait. » Anna*, 34 ans, a réussi à échapper à son proxénète, qui la séquestrait dans une chambre d’hôtel. C’était en 2013, à Paris. Plusieurs clients défilaient tous les jours, lui restait devant la porte, encaissant les clients. « Je ne pouvais même pas passer une tête dans le couloir », raconte la jeune femme, posément.

Malienne, Anna a été mariée à 25 ans à un inconnu, un mariage arrangé par sa famille. Mais ce mari, décrétant qu’elle devait « l’aider pour les dépenses », a décidé de l’enfermer et de vendre son corps à des « amis ». Un jour, l’un d’eux, qui travaillait pour une agence de voyages, fait mine de s’intéresser au sort de la jeune femme. Il lui promet de l’aider en l’envoyant en France.

Délivrée du joug de son époux, le même calvaire l’attend pourtant. La personne qui l’accueille à l’aéroport lui prend son passeport, la conduit « pour quelques jours » dans un hôtel, avant de lui annoncer « qu’il faut payer le voyage, parce que cela avait coûté beaucoup d’argent ». C’est la femme de ménage de l’hôtel, Malienne comme elle, qui finit par la délivrer.

« Je suis fière de moi », se félicite Anna. Epaulée par plusieurs associations, elle a réussi à trouver un travail de garde d’enfants et s’est payée une formation d’esthéticienne. Faute de papiers, en attente de pouvoir régulariser sa situation, elle a cependant dû l’interrompre. Des cauchemars la hantent toujours la nuit. Et sa famille, au Mali, refuse de lui parler : « Pour mon père, je suis comme morte. J’ai désobéi, j’ai fui mon mari. »

La prostitution demeure la forme de traite des êtres humains la plus répandue en France, souligne la Fondation Scelles, qui lutte contre l’exploitation sexuelle et recense des données sur le phénomène. Parmi les victimes identifiées au cours des procédures de proxénétisme, proxénétisme aggravé et traite des êtres humains, 29 % sont françaises, 18 % chinoises, 10 % nigérianes et 9 % roumaines.
---/---


Dernière édition par a.nonymous le Sam 02 Déc 2017, 17:54, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14587
Date d'inscription : 30/05/2011

Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prostitution - Pénalisation des clients   Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 EmptySam 02 Déc 2017, 17:44

Citation :
---/---
La fondation signale également une forte hausse d’une prostitution dite « des dealers de filles », des jeunes délinquants de cités qui diversifient leurs activités en forçant à la prostitution des jeunes femmes fragiles psychologiquement, souvent en rupture familiale ou désocialisées.

Selon une source, la police aurait comptabilisé 156 victimes en 2016, dont plus de la moitié mineures. Mais pour l’association Agir contre la prostitution des enfants (ACPE), les autorités politiques et judiciaires seraient extrêmement réticentes à reconnaître la réalité de la situation. L’ACPE estime entre cinq mille et huit mille le nombre de mineurs prostitués en France.

Chloé* en fait partie. Elle a commencé à se prostituer à l’âge de 16 ans. « En lycée professionnel, ma fille s’est mise à sortir avec une copine – une “recruteuse” – et à manquer les cours, sans justifier où elle était. Au début, j’ai cru à une crise d’adolescence », témoigne sa mère, Sonia*. En manque de réponses, elle fouille son cartable : cannabis, lingerie, escarpins, maquillage… Inquiète, Sonia se tourne d’abord vers une éducatrice, qui ne décèle aucun problème.

Ses déclarations de fugue répétées au commissariat restent sans suite. Un week-end, désespérée après une disparition de quarante-huit heures, Sonia reçoit un appel : Chloé s’est réfugiée dans un foyer pour adolescentes, à Paris. Les policiers refusent d’en donner les raisons. Plus tard, elle apprend qu’une lettre a été envoyée au juge, précisant que Chloé était prostituée et se sentait menacée, elle et sa famille.

« J’étais démunie », affirme Sonia. Un jour, en rentrant du travail, elle aperçoit plusieurs « jeunes gens de la cité » autour de sa fille : « Elle était en pleurs, ils ont menacé de la violer. Elle m’a dit : “Il vient de sortir de prison, si je dis quelque chose, il va me tuer !” » Tétanisée, Chloé replonge et refuse de porter plainte. Elle rentre parfois avec des bleus sur les jambes. « Au commissariat, on ne cessait de me répéter qu’elle était en majorité sexuelle et qu’elle avait le droit de faire ce qu’elle voulait », fulmine-t-elle.

« J’ai compris qu’elle leur “devait” de l’argent pour du cannabis », raconte Sonia, qui décide d’installer un mouchard sur son téléphone. Récoltant des preuves – plaques d’immatriculation, SMS –, elle essuie de nouveau un refus de la police. Dans un second commissariat, elle arrive à ses fins en insistant et en menaçant de porter plainte : « En une semaine, la proxénète a été arrêtée », puis jugée.

Malgré une – courte – phase d’espoir, Chloé se trouve toujours sous emprise, à 19 ans. Pour Sonia, plusieurs réseaux se partagent les filles. « On profite de la naïveté de nos enfants, qu’on vient chercher à la sortie de l’école. Ce déni total des autorités, c’est une honte », s’emporte Sonia, impuissante et exaspérée.
---/---
http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/12/01/le-calvaire-des-esclaves-sexuelles-en-france-votre-vie-leur-appartient_5223397_3224.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14587
Date d'inscription : 30/05/2011

Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prostitution - Pénalisation des clients   Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 EmptyJeu 05 Avr 2018, 14:45

Citation :
Jean-Vincent Placé en garde à vue pour outrage et insulte

M6info 5 avril 2018

L’ancien secrétaire d’Etat a été placé cette nuit en garde à vue après une altercation à la sortie d’un bar dans le VIe arrondissement de Paris.

Selon nos informations, Jean-Vincent Placé a été interpellé vers 02h du matin ce jeudi à Paris dans le VIe arrondissement. En état d’ébriété, il est soupçonné d’avoir proféré des insultes en direction de plusieurs personnes puis de fonctionnaires de police. Il est toujours en garde à vue ce matin.

RTL a pu contacter le portier du bar dans lequel Jean-Vincent Placé passait la soirée. Il raconte : “Jean-Vincent Placé était accompagné d’un sénateur. Ils étaient un peu ivres et ils ont pris à partie trois jeunes filles de 19, 18 et 17 ans je crois. L’ex-secrétaire d’État à proposer des services à la jeune fille de 18 ans pour savoir si c’était possible de danser avec son ami et qu’il acceptait de la payer”. (…) “ La petite elle était choquée. Elle m’a dit, “il m’a pris pour une pute lui ou quoi”.

Toujours selon son récit, Jean-Vincent Placé aurait ensuite violemment insulté la jeune fille. le videur décide alors de faire sortir l’homme politique : “Et là, le mec, quand je suis intervenu, il a dit ‘on n’est pas au Maghreb ici, je vais t’envoyer à Ougadougou dès le premier vol’.

Enfin, lors de son interpellation, Jean-Vincent Placé aurait également été injurieux avec les fonctionnaires de police. Selon nos informations, l’homme politique avait un taux d’alcoolémie mesuré à 1,16 mg/L. Il a été placé en garde à vue pour outrage sur personne dépositaire de l’autorité publique, insulte à caractère raciale et violence sans incapacité commise sur l’emprise de l’ivresse.

Jean-Vincent Placé a été secrétaire d’État à la Réforme de l’État et à la Simplification et sénateur de l’Essonne.
https://m6info.yahoo.com/info-m6-jean-vincent-place-en-garde-vue-055716722.html
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

Gérard

Messages : 4189
Date d'inscription : 08/07/2010

Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prostitution - Pénalisation des clients   Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 EmptyJeu 05 Avr 2018, 16:50

1.16mg/l d'alcool dans le sang: un VERT de trop

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14587
Date d'inscription : 30/05/2011

Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prostitution - Pénalisation des clients   Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 EmptyJeu 12 Avr 2018, 22:45

Une fausse bonne idée ?

Qu'importe, ceux et celles qui étaient à la manœuvre pour faire voter cette loi se sont retirés de la vie politique....



Citation :
Bilan sévère des effets de la loi de 2016 sur la prostitution

LE MONDE | 12.04.2018 à 10h02 • Mis à jour le 12.04.2018 à 10h57 | Par Gaëlle Dupont

Le constat est cinglant : « La loi sur la prostitution met en difficulté les personnes qu’elle était censée protéger mieux », résume Hélène Le Bail, chercheuse au CNRS et au Centre de recherches internationales de sciences (CERI). Cette dernière a effectué, depuis le vote de la loi le 13 avril 2016 et pour le compte d’une douzaine d’associations, une enquête fouillée auprès des personnes prostituées, rendue publique jeudi 12 avril.

Ces associations – parmi lesquelles Médecins du monde, les Amis du bus des femmes, le planning familial, le Syndicat des travailleurs du sexe (Strass) – ont toujours été opposées au texte, en particulier à la pénalisation des clients, redoutant ses conséquences. « Nous sommes partis sur des hypothèses d’impacts négatifs de la loi sur la santé et la sécurité des personnes, rapporte Hélène Le Bail, elle-même bénévole à Médecins du monde. Ces hypothèses se sont malheureusement confirmées. La réalité va même au-delà. »

Au total, soixante-dix entretiens individuels ont été menés, trente-huit personnes supplémentaires ont été interrogées au cours de réunions ciblées, une enquête quantitative a permis de recueillir l’opinion de 583 personnes prostituées et vingt-cinq associations ont été interrogées. Un échantillon non représentatif, mais significatif, en particulier pour une population qu’il n’est pas facile de contacter.

L’un des principaux enseignements de l’enquête est que les clients, visés par une amende d’un montant maximal de 1 500 euros, sont moins nombreux – cela en dépit du faible nombre de verbalisations, puisqu’un peu plus de deux mille ont été sanctionnés. C’était l’objectif de la loi : lutter contre la prostitution en décourageant la demande.

Cependant, l’effet est moins net sur la prostitution qui passe par les annonces en ligne. En outre, la diminution de cette clientèle de rue s’accompagne d’une dégradation importante des conditions de vie, déjà très précaires des prostituées (des femmes dans 85 % des cas) : revenus en baisse, difficultés à se loger, voire à se nourrir, etc., selon l’enquête.

Des problèmes que confirment les témoignages rapportés, comme celui de Yacine*, un travesti algérien. « Il demande : “Combien c’est ?” Je lui dis : “30 euros”. Il me dit : “Ah non je n’ai que 10.” Moi, avant, je n’acceptais pas. Même mes copines n’acceptaient pas 10 euros. Mais maintenant je l’accepte. » Ou celui de la Nigériane Grace : « C’est différent parce qu’ils savent qu’il n’y a pas beaucoup de clients. Ils prennent des risques en venant me voir, donc ils veulent que je baisse les prix. » Certaines prostituées font beaucoup plus d’heures et les demandes de rapports sans préservatif sont plus nombreuses et plus acceptées pour tenter de combler la perte de revenus dans la rue.

Les « bons clients », qui respectent les règles établies au départ, se raréfient. « On n’a pas d’argent, donc si on rencontre des mauvais clients, on prend quand même le risque », témoigne Min, une Chinoise. La Française Marie a réfléchi à « peut-être accepter à nouveau des gens de [s] a black list ». Afin de rassurer leurs clients, les prostituées interrogées attendent dans des lieux plus isolés, plus sombres, ce qui augmente les risques de violence.

L’abrogation du délit de racolage, qui faisait partie de la loi, n’a pas amélioré la situation. Beaucoup restent inquiétées par la police, soit parce qu’elles n’ont pas de papiers (la grande majorité est étrangère), soit parce que les municipalités où elles travaillent ont pris des arrêtés antiprostitution.

Dernier volet de la loi, les parcours de sortie de la prostitution, qui permettent d’octroyer une indemnité et un titre de séjour temporaire si la personne arrête son activité, ont mis longtemps à démarrer. Ils apparaissent pour l’heure peu attractifs pour la majorité des personnes interrogées, notamment en raison du faible montant de l’indemnité (330 euros par mois). Seule une cinquantaine de procédures ont été lancées ; certains dossiers ont été refusés en raison de réticences à délivrer des titres de séjour.

Les associations favorables au texte (Mouvement du nid, collectif Abolition 2012) continuent à défendre sa philosophie, et ont prévu des rassemblements jeudi pour réclamer « son application pleine et entière ».

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2018/04/12/un-bilan-severe-des-effets-de-la-loi-de-2016-sur-la-prostitution_5284325_3224.html#rAJiEVsT4gdcp2fp.99
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14587
Date d'inscription : 30/05/2011

Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prostitution - Pénalisation des clients   Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 EmptyDim 15 Avr 2018, 13:32

"Loi #Prostitution : la volonté l'emporte sur la fatalité. Nous pouvons dire à nos enfants que la Liberté des femmes n’a pas de prix.     — Najat Belkacem (@najatvb) 6 avril 2016

Des siècles de violence pour les femmes.10 ans de combat pour moi. Très émue de l'adoption de la loi #prostitution.Une grande loi.#DirectAN     — laurence rossignol (@laurossignol) 6 avril 2016"




Citation :
Prostitution : manifestation à Paris contre la loi pénalisant les clients

Orange avec AFP, publié le samedi 14 avril 2018 à 22h00

Les travailleurs du sexe ont demandé l'abrogation de la loi, jugée "préjudiciable" par les manifestants, votée voici deux ans.

Quelque 200 personnes, dont plusieurs dizaines de prostituées, ont manifesté samedi 14 avril à Paris pour demander l'abrogation de la loi pénalisant les clients votée il y a deux ans. La préfecture de police a comptabilisé 150 manifestants. "On demande l'abrogation de la loi" et "le droit commun : le travail du sexe est légal, je déclare mes impôts, j'ai le droit de proposer mes services et des personnes ont le droit de les acheter", a déclaré Christine, 53 ans.

Les manifestants, travailleurs du sexe et sympathisants, se sont réunis place Pigalle, quartier historique de la prostitution parisienne, à l'appel du Syndicat du travail sexuel (Strass). Sur les banderoles brandies, on pouvait lire "Putes - trans - migrantes, libre disposition de nos existences" ou "Arrêtez nos agresseurs, pas nos clients". Parmi les slogans: "On veut des clients, devenez délinquants!"

La mesure la plus marquante de la loi entrée en vigueur le 13 avril 2016 concerne les clients de prostituées qui risquent une amende de 1.500 euros, voire 3.750 euros en cas de récidive.

Selon une enquête publiée jeudi et réalisée auprès de plus de 600 prostituées par des associations et des ONG, les travailleuses du sexe jugent "préjudiciable" cette loi et lui imputent une baisse de leurs revenus et une hausse des violences dont elles peuvent être victimes.

Les agressions sont devenues "plus fréquentes", "les putes sont rabaissées", il reste "les mauvais clients, ceux qui marchandent les prix ou veulent des rapports non protégés", a lancé à la tribune Françoise Gil, présidente des "Amis du bus des femmes".

"95% de la planète pénalise le tapin, l'offre, la demande ou les deux, et pourtant ça n'a pas disparu", a fait valoir "Mylène Juste" (un pseudo), secrétaire générale du Strass, "dans la rue depuis 16 ans", visage masqué et pin's "Je suis une putain de féministe".
https://actu.orange.fr/france/prostitution-manifestation-a-paris-contre-la-loi-penalisant-les-clients-CNT0000011qqEi.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14587
Date d'inscription : 30/05/2011

Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prostitution - Pénalisation des clients   Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 EmptyMar 13 Nov 2018, 22:40

Et cinq ans après le début des discussions...

De là à penser qu'un avis négatif du Conseil constitutionnel permettrait de revenir sur une loi très critiquée par les personnes concernées et nombre d'associations...

Citation :
Le Conseil constitutionnel appelé à se prononcer sur la conformité de la loi sur la prostitution

Par Solène Cordier Publié hier à 17h03, mis à jour hier à 17h04

Le Conseil d’Etat a décidé, lundi 12 novembre, de transmettre au Conseil constitutionnel la question prioritaire de constitutionnalité (QPC) posée une semaine plus tôt par un collectif d’associations et cinq travailleurs du sexe contre la loi du 13 avril 2016 sur la prostitution.

Médecins du monde (MDM) et les huit associations requérantes considèrent que la loi de 2016 a précarisé davantage le quotidien des prostituées, en les contraignant à baisser leurs tarifs, à accepter des rapports non protégés et à exercer dans des endroits plus isolés. Ils s’appuient, pour développer leur argumentaire, sur les résultats d’une étude coordonnée par MDM et parue au printemps [ Voir ci-dessus http://www.plateaufontenay.net/t1414p100-prostitution-penalisation-des-clients#103781 ].

La pénalisation des clients contrevient-elle aux droits et libertés garantis par la Constitution, comme le soutiennent notamment Médecins du monde et le Syndicat du travail sexuel (Strass) ? Lundi 5 novembre, dans une salle aux murs rouge et or du Conseil d’Etat, la rapporteuse publique, qui rappelle les règles de droit et rend un avis le plus souvent suivi, s’était prononcée pour la transmission au Conseil constitutionnel de cette « épineuse question ». Les membres de l’institution disposent désormais de trois mois pour y répondre, et observer la conformité de la loi avec le droit au respect à la vie privée, à la liberté d’entreprendre et au principe de nécessité et de proportionnalité des peines.

« C’est une vraie victoire d’étape puisque le Conseil constitutionnel va être amené à se prononcer sur la conformité du texte avec la Constitution, et va pouvoir abroger un texte qui est encore très controversé », s’est réjoui auprès du Monde Patrice Spinosi, l’avocat des requérants, à l’annonce de la transmission.

A l’inverse, Grégoire Théry, porte-parole du Mouvement du Nid [ mouvement catholique ], qui accompagne des prostituées et milite en faveur de l’abolition de la prostitution, « prend la mesure de la gravité de la séquence qui s’ouvre ». « Si le Conseil constitutionnel se prononçait pour l’abrogation de la pénalisation des clients, au nom d’une liberté d’entreprendre érigée en principe suprême, cela aurait des conséquences très graves », s’inquiète-t-il, évoquant des répercussions y compris sur la lutte contre la culture du viol et pour l’égalité entre les femmes et les hommes.

La loi sur la prostitution, promesse de campagne du candidat François Hollande, avait suscité deux ans et demi de vifs débats à l’Assemblée. Outre l’instauration pour les clients d’une amende pouvant aller jusqu’à 1 500 euros (3 750 en cas de récidive), son adoption avait entraîné la fin du délit de racolage, et la création d’un accompagnement social pour les prostituées souhaitant cesser leur activité, assorti d’un titre de séjour temporaire pour les étrangères.

Solène Cordier
https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/11/12/le-conseil-constitutionnel-appele-a-se-prononcer-sur-la-conformite-de-la-loi-sur-la-prostitution_5382517_3224.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14587
Date d'inscription : 30/05/2011

Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prostitution - Pénalisation des clients   Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 EmptyLun 19 Nov 2018, 12:44

Pénalisation des clients ? Sans-papiers ? Migrants ? Il y a l’embarras du choix pour où mettre cet article !

Ceci étant il est évident que les migrants sans-papiers doivent trouver des sources de revenus....
 

Citation :
Meurtre de Vanesa Campos au bois de Boulogne : ce que révèle l’enquête
Jérémie Pham-Lê| 18 novembre 2018

« Todas ! Todas ! Todas ! » Une voix désespérée surgit de la pénombre du bois de Boulogne (XVIe arrondissement de Paris), à la lisière de la route du Pré-Catelan. Il est aux alentours de 23 heures, en cette chaude soirée du 16 août, lorsque Vanesa Campos hurle ce message codé : « Toutes (todas) » les prostituées sud-américaines des alentours sont appelées au secours ! Le temps que celles-ci arrivent, six détonations illuminent le stand bâché où la jeune transsexuelle vend ses charmes. Le corps dénudé de Vanesa, née Victor Elias au Pérou, gît sur les feuilles, une balle dans le thorax.

Qui a tué la prostituée de 36 ans, décrite comme « bonne camarade » et « très aimante » ? Après trois mois d’enquête, neuf suspects dont trois mineurs, âgés de 15 à 30 ans, sont désormais mis en examen pour meurtre en bande organisée et écroués. A l’exception de l’un d’eux qui se dit syrien, tous sont des sans-papiers égyptiens, connus de la police sous des dizaines d’alias différents. Les investigations, dont nous avons pris connaissance, révèlent un mobile crapuleux : une expédition punitive qui aurait dégénéré. Elles jettent une lumière crue sur les conditions précaires des travailleuses du sexe, poussées à l’autodéfense et à la clandestinité. « A cause de la pénalisation du client depuis 2016, personne ne parle à la police », a déploré un prostitué au cours de l’enquête.

Dès le soir du meurtre, entourés par les proches de Vanesa qui se filment près du corps pour s’indigner sur Facebook et Snapchat, les policiers de la brigade criminelle de Paris recueillent de précieux tuyaux. Les prostituées sud-américaines racontent avoir aperçu un groupe de « huit à dix individus », connu pour agresser leurs clients et piller les véhicules durant les passes. L’un d’eux est surnommé « El nano » en raison de sa petite taille. « Il lui est arrivé de gazer des clients, détaille une prostituée aux enquêteurs. Il nous faisait des gestes menaçants, comme s’il allait nous égorger, parce qu’on ne le laissait pas voler. » Une autre raconte avoir été violée par un membre de la bande, sans qu’elle n’ait osé porter plainte.

Toutes les habituées du bois s’accordent à dire que Vanesa n’était pas menacée plus qu’une autre. « Elle était du genre à se défendre », glisse cependant une amie. En enquêtant, des prostituées dénichent sur Facebook les photos de quatre des suspects. « Partagez cette photo. Égyptiens. Quatre du groupe qui ont tué Vanesa », relayent-elles, en espagnol, sur le réseau social. Dans le même temps, un témoin anonyme se présente à la « Crim’» pour livrer un renseignement décisif : un certain « Borsaidi » (NDLR : surnom pour la ville égyptienne de Port-Saïd) serait le chef des voleurs égyptiens.

En exploitant la ligne téléphonique de ce suspect, qui se révélera être l’aîné de la bande, les policiers relèvent dix numéros ayant « borné » au bois de Boulogne au moment du meurtre. Grâce aux images de la RATP, les enquêteurs découvrent que les agresseurs ont fui en prenant le métro porte Dauphine. Placé sur écoutes, l’un des Égyptiens se trahit en confiant avoir « un gros problème » à une amie. « Tu as tué quelqu’un ? » lui demande-t-elle. Réponse : « J’aurais souhaité que ça soit juste des coups. » Et l’homme de raccrocher, paniqué…

Le 21 août à l’aube, les policiers prennent position près de plusieurs squats de Pantin (Seine-Saint-Denis), où logerait la bande. Ils activent des « Imsi Catcher », ces valises qui aspirent les données téléphoniques environnantes, d’ordinaire dévolues à la lutte antiterroriste. Cinq suspects, dont « Borsaidi », « El Nano » et deux frères, sont géolocalisés en temps réel et interpellés. Ils seront mis en examen et écroués 48 heures plus tard. Quatre autres - dont un Syrien déclaré - suivront : deux le 7 et le 14 septembre, les derniers le 11 octobre.

Entre insultes, mensonges et peur de représailles, les gardes à vue sont chaotiques. On y découvre de jeunes migrants à l’identité incertaine et au casier judiciaire souvent chargé, arrivés en France par bateau. Plusieurs finissent par passer aux aveux : le soir du meurtre, l’un des membres de la bande, intimidant, aurait convoqué les autres pour régler « un problème ». Celui-ci aurait voulu en découdre… non pas avec Vanesa Campos mais avec « les protecteurs » engagés par les prostituées sud-américaines pour éloigner les voleurs. Des « Blacks » payés 50 € la soirée, dont l’un lui aurait infligé une rouste deux jours plus tôt. « Le problème, c’était pas avec les prostituées », tranche un suspect devant les enquêteurs. « Ces Blacks empêchaient les autres de travailler, c’est-à-dire de voler dans les véhicules des clients. La pression est montée entre les Égyptiens et les Blacks », appuie un autre.

Le 16 août, les Égyptiens se seraient alors réunis dans les bois avec des couteaux, gazeuses, matraques, pistolets à impulsions électriques et autres branches. Là, ils auraient frappé l’un des protecteurs. Entendu, ce dernier confirme : « J’ai reçu un bâton sur la nuque et un coup m’a été porté. J’ai eu peur et j’ai fui. » Les suspects peinent à expliquer la suite. Selon l’un, le plus belliqueux du groupe aurait sorti un pistolet, volé à un policier, et armé la culasse. Il aurait ensuite tiré sur Vanesa Campos, lorsque celle-ci s’est mise à crier, puis en l’air. « Avec ses grands gestes, j’ai eu peur qu’il [le tireur] nous touche, il était comme un fou, décrit un participant. C’est le premier tir qui a tué le travelo (sic). » Tir impulsif ou réelle volonté de tuer, l’enquête doit encore le déterminer.

Un dixième suspect, aperçu sur des caméras, est recherché. Les enquêteurs ont retrouvé une photo de lui, posant en « selfie » avec une arme à feu similaire à celle du meurtre, sur les téléphones des suspects arrêtés…
http://www.leparisien.fr/faits-divers/meurtre-de-vanesa-campos-au-bois-de-boulogne-ce-que-revele-l-enquete-18-11-2018-7945854.php
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prostitution - Pénalisation des clients   Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 EmptyLun 19 Nov 2018, 13:31

Mince alors aurions nous été trompés sur la nature réelle de nos pauvres migrants qu'il convenait de recevoir, de soigner, de prendre en charge et de répartir à travers l'Europenet dont nous avons des spécimens chez nous ?

Nul ne doute qu'avec les dispositifs sérieux mis en place à la frontière la tranquillité publique est assurée.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14587
Date d'inscription : 30/05/2011

Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prostitution - Pénalisation des clients   Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 EmptyLun 19 Nov 2018, 13:42

tonton christobal a écrit:
Mince alors aurions nous été trompés sur la nature réelle de nos pauvres migrants qu'il convenait de recevoir, de soigner, de prendre en charge et de répartir ?

C'est quand même une histoire triste...

"Il était une fois" des professeurs, avocats, médecins, ingénieurs, .... qui ont pris tous les risques pour fuir leur pays...

Pour vivre en exil ils se retrouvent obligés d'agresser les clients de prostitués la nuit au coin d'un bois...
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4544
Date d'inscription : 08/01/2012

Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prostitution - Pénalisation des clients   Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 EmptyLun 19 Nov 2018, 13:46

« A cause de la pénalisation du client depuis 2016, personne ne parle à la police »
On entend de grandes consciences féministes de gauche se féliciter de la loi de 2016. Ont-elles pris la peine de demander l'avis des prostitué(e)s ? Surement pas.
Il existe un équivalent à droite, pour l'interdiction de l'IVG, au nom des grands principes. Toujours dans le plus complet mépris pour l'avis des principales intéressées.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prostitution - Pénalisation des clients   Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 EmptyLun 19 Nov 2018, 14:04

Lorsque la vie et les hasards de votre profession vous ont permis de connaitre le dessous des cartes, restent trois possibilités :

- se suicider ce qui ne résout rien
- trucider les imbéciles et les malfaisants, mais c'est interdit et peut vous causer des ennuis d'autant que l'ampleur de la mission la rend impossible
- appliquer la vertu cardinale qui consiste a se retirer du jeu et de traiter l'affaire avec la dérision qui convient.

Le problème étant que comme les maladroits font du dégat nul n'est à l'abri des ennuis...

J'ai tenté de résumer en quelques mots la pensée d'un feu un homme de grande valeur que j'ai eu la chance de connaitre...

Dans l'affaire des migrants entre la connerie abyssale environnementale, les intérêts politico économiques supra nationaux à défendre, l'imbécillité crasse des doctrinaires et l'action des médias dont le but n'est plus d'informer objectivement mais de satisfaire les commanditaires la convergence de l'action ne pouvait que déboucher sur des ennuis gigantesques... et ce n'est que le début !

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prostitution - Pénalisation des clients   Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 EmptyLun 19 Nov 2018, 14:09

Salamandre a écrit:
« A cause de la pénalisation du client depuis 2016, personne ne parle à la police »
On entend de grandes consciences féministes de gauche se féliciter de la loi de 2016. Ont-elles pris la peine de demander l'avis des prostitué(e)s ? Surement pas.
Il existe un équivalent à droite, pour l'interdiction de l'IVG, au nom des grands principes. Toujours dans le plus complet mépris pour l'avis des principales intéressées.

Pour ce qui concerne l'IVG aux dernières nouvelles elle fonctionne toujours chez nous.
Mais il faut trouver une cause à défendre pour tenter d'équilibrer le débat.

En l'espèce la question n'est pas la prostitution que seuls des idiots peuvent envisager sérieusement d'éradiquer mais le fait que des tueurs en bande organisée prennent en main des pans entiers de notre pays...

Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14587
Date d'inscription : 30/05/2011

Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prostitution - Pénalisation des clients   Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 EmptySam 04 Mai 2019, 19:14

2019

Comme dans de nombreux cas, il faudrait informer les candidates au voyage dans leur pays d'origine sur ce qui les attend une fois arrivé en Europe...


Citation :
Trahies, battues, violées: l'enfer des prostituées nigérianes en France

AFP, publié le vendredi 03 mai 2019 à 11h32

"Je croyais qu'une fois en France, j'allais étudier, que l'enfer allait s'arrêter", raconte Joy, forcée à se prostituer pour payer son exil. Comme elle, des centaines de jeunes Nigérianes en quête d'une vie meilleure, finissent, après un voyage traumatisant, sous la coupe d'un réseau de prostitution.

Dans les rues des grandes villes de France, elles sont aujourd'hui les plus nombreuses, devant les filles de l'Est ou les Chinoises, selon les autorités, et pratiquent les tarifs les plus bas, à partir de 10 euros la passe.

La plupart arrivent d'Italie, où elles ont passé jusqu'à plusieurs années. "Les réseaux nigérians se déplacent vers la France en provenance d'Italie", confirme Didier Leschi, directeur général de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii). La lutte contre les mafias nigérianes engagée par le gouvernement italien a forcé ces réseaux à se déplacer vers le Sud-Est de l'Hexagone.

A Marseille, où la part des prostituées nigérianes a nettement augmenté ces dernières années, Michel Martinez, chef de la brigade de répression du proxénétisme (BRP), a appris à connaître ces réseaux "très organisés": "Au pays, les filles sont recrutées par une +madame+, souvent une ancienne prostituée, qui les surveille et les met au travail, tandis que les hommes s'occupent du passage, de la logistique, de récupérer l'argent".

Leur parcours --Niger, Libye puis Italie en général-- dure 2-3 mois "pendant lesquels elles sont privées de nourriture, violées, et elles commencent à travailler car elles n'ont pas d'argent pour payer le voyage". Le prix de l'exode: 50.000 euros en moyenne, qu'elles doivent rembourser en se prostituant.

Happy, qui a aujourd'hui refait sa vie à Marseille, a par exemple laissé derrière elle deux enfants au Nigeria pour fuir un mari violent. Forcée à se prostituer par ses passeurs pour payer son voyage vers l'Europe, elle finit par fuir l'Italie, où elle était "persécutée par la police, les hommes", raconte-t-elle à l'AFP, et traverse les Alpes, enceinte de 8 mois. "C'était terrible", décrit-elle en anglais, "j'ai dû grimper, sauter, courir avec mon gros ventre, mais j'y suis arrivée et j'ai sauvé mon bébé".

Les proxénètes sont très difficiles à "coincer", pointe aussi Michel Martinez: "Ce sont des personnes très peu visibles: elles n'utilisent pas le téléphone, sont très mobiles, changent de perruque, d'adresse, de numéro... Parfois les +madames+ s'échangent même les filles pour brouiller les pistes".

Pour faire tomber les réseaux, la police s'appuie sur les associations, qui peuvent convaincre les filles de porter plainte. Une démarche "extrêmement délicate" selon Lionel Arsiquaud, éducateur spécialisé de l'Amicale du Nid à Marseille, qui a vu "exploser" les arrivées de Nigérianes, qui représentent maintenant 80% de son public. "C'est d'autant plus difficile qu'elles ne se sentent pas victimes de traite humaine", développe ce travailleur social.

"Elles ont peur de tout, ce sont des invisibles", renchérit Elisabeth Moiron-Braud, secrétaire générale de la Mission interministérielle pour la protection des femmes contre les violences et la lutte contre la traite des êtres humains (Miprof). "Quand elles arrivent en France, elles ont un lourd passif, elles ont été traitées comme du bétail en Libye".

Joy, à qui on avait fait miroiter des études en France, a été recrutée à Benin City, plaque tournante de trafics en tous genres. "Dans mon pays, on ne parle pas de prostitution, on dit qu'on va +se faire sponsoriser le voyage+", souligne-t-elle. Il y a 10 ans, cette coiffeuse "très pauvre", qui peine à manger chaque jour, fait confiance à un homme qui dit vouloir l'aider.

Dans ses bagages, elle emmène tous les livres qu'elle possède pour ses futures études. Le voyage dure un an, durant lequel son "sponsor", qui l'avait recrutée, la force à se prostituer. "Je couchais avec des hommes arabes, souvent armés, j'étais tellement battue et violée que je ne pouvais plus marcher ni m'asseoir, mais j'étais sûre qu'en France tout s'arrangerait", raconte la jeune femme aux longs cheveux bouclés. Quand elle raconte à ses compagnes d'infortune qu'elle va étudier, "elles se moquent" d'elle.

Arrivée en France, elle comprend que son calvaire ne fait que commencer: "La +madame+ du réseau m'a dit que je lui devais 40.000 euros et que pour ça je devais aller sur le trottoir".
---/---


Dernière édition par a.nonymous le Sam 04 Mai 2019, 19:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14587
Date d'inscription : 30/05/2011

Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prostitution - Pénalisation des clients   Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 EmptySam 04 Mai 2019, 19:14

Citation :
---/---
Pour Lionel Arsiquaud, les réseaux ont d'autant moins de mal à tenir les filles sous leur coupe qu'il s'agit de personnes "conditionnées, dans leur pays, à être esclaves de maison ou dans les champs, à ne pas toujours être payées pour leur travail".

Des jeunes filles, parfois mineures, issues de familles "malveillantes et maltraitantes, qui parfois les vendent aux passeurs et à la +madame+". En général, explique Célia Mistre, directrice de l'Amicale du Nid 13, "elles souhaitent arrêter parce qu'elles sont enceintes ou à cause des violences, pas tant à cause de la prostitution qu'elles ont intégrée psychologiquement comme un poids à porter".

Un fardeau sanctuarisé par le rituel du "juju", un rituel vaudou qui lie les filles jusqu'à la mort à leur "madame". Joy se souvient d'une cérémonie "effrayante, où je devais donner du sang, des cheveux, une dent même". Quand elle trouve la force de quitter le réseau en 2015, sa "madame" appelle ses parents au Nigeria pour les menacer d'activer le "juju" contre eux.

Aujourd'hui maman de deux petites filles nées à Marseille, Joy tente d'obtenir des papiers pour travailler légalement en France. Depuis qu'elle a porté plainte contre ses proxénètes, la trentenaire se sent "comme entre parenthèses", dans l'attente d'une nouvelle vie.
https://actu.orange.fr/france/trahies-battues-violees-l-enfer-des-prostituees-nigerianes-en-france-CNT000001fngr9/photos/des-centaines-de-jeunes-nigerianes-en-quete-d-une-vie-meilleure-finissent-apres-un-voyage-traumatisant-sous-la-coupe-d-un-reseau-de-prostitution-29d94a61381dd3514688886276257686.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14587
Date d'inscription : 30/05/2011

Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prostitution - Pénalisation des clients   Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 EmptyVen 14 Juin 2019, 21:38

Citation :
Les proxénètes roumains envoyaient des filles sur les trottoirs de Nantes et Rennes
Vincent Gautronneau (@VGautronneau)| 14 juin 2019

Une affaire d’une ampleur exceptionnelle, avec des ramifications en Europe de l’Est. Un vaste réseau de prostitution vient d’être démantelé au terme d’une enquête de plus de six mois, conduite par les sections de recherches (SR) de Rennes et Nantes.

Quinze interpellations ont eu lieu en début de semaine en France, en Roumanie, en Italie ou en Allemagne. Âgés d’une petite trentaine d’années, tous les interpellés devraient être poursuivis en France pour proxénétisme aggravé, traite d’êtres humains et blanchiment d’argent.

Il y a un peu moins de six mois, en travaillant sur des vols dans des habitations de la banlieue rennaise, les enquêteurs de la SR de Rennes repèrent un drôle de manège sur un parking. Lors d’une surveillance sur l’équipe suspectée de ces vols, les gendarmes sont intrigués par la présence de jeunes filles. L’enquête prend alors un tour nouveau, et s’oriente vers un réseau de prostitution.

Sans grande surprise, les filles sont retrouvées quelques jours plus tard sur les trottoirs de Rennes et de Nantes (Loire-Atlantique), racolant ainsi en pleine rue pour quelques dizaines d’euros. « Elles étaient toutes les nuits sur les boulevards rennais et nantais, souligne une source proche du dossier. Le matin, elles repartaient toutes ensemble et vivaient sous la surveillance de « mères maquerelles. » L’enquête permet rapidement d’établir que toutes ces jeunes filles ont été attirées en France après avoir été séduites par des proxénètes en Roumanie.

Les gendarmes rennais ont donc très vite la conviction d’avoir face à eux un réseau structuré et international. Des écoutes téléphoniques ou des surveillances orientent les enquêteurs vers la Roumanie. Les autorités locales – qui connaissent le clan en question sans parvenir à le faire tomber – et françaises vont donc collaborer au sein d’un groupe d’enquête commun créé le 7 mars dernier. « Les échanges ont été très prolifiques, confie un proche du dossier. Cela a vraiment permis d’identifier les têtes du réseau, ce qui est toujours très difficile dans les enquêtes sur la prostitution. D’autant que les victimes, sous emprise ou terrifiées, ne veulent pas parler. »

Grâce aux policiers roumains, les gendarmes identifient leurs cibles. Des hommes qui vivent dans l’opulence et conduisent des berlines de luxe. Des investigations financières menées par Europol estiment que les proxénètes ont ainsi pu recevoir, en quelques mois, au moins 1 M€ en provenance de la France. Des flux financiers qui vont permettre aux enquêteurs de confondre les donneurs d’ordre. « En réalité, tout l’argent gagné par les filles était envoyé en Roumanie, souligne une source proche de l’enquête. Elles n’avaient que le minimum pour vivre et étaient vraiment réduites en esclavage. Elles se prostituaient pendant des heures alors qu’eux se faisaient construire de véritables palaces en Roumanie… »

Mardi matin, sous l’autorité de la JIRS de Rennes, une opération européenne est déclenchée. À Rennes et à Nantes, les enquêteurs de la SR passent à l’action et interpellent dix personnes. Un proxénète, deux mères maquerelles et de nombreux intermédiaires. Deux jeunes prostituées ont par ailleurs été mises à l’abri. Dans le même temps, les enquêteurs roumains interpellent les trois patrons du réseau dans leurs luxueuses villas. Un proxénète est aussi interpellé en Allemagne. Un autre qui avait pris la fuite quand ces complices ont été arrêtés a été retrouvé jeudi en Italie. Tous devraient très prochainement être transférés en France.

« Il y a eu un vrai travail européen dans cette affaire, se félicite une source proche de l’enquête. Sans cette collaboration, nous n’aurions jamais pu remonter si haut dans le réseau. » En Roumanie, les enquêteurs ont saisi plusieurs véhicules de luxe. Le volet financier concernant les biens acquis par les proxénètes fait l’objet d’une enquête en Roumanie.
http://www.leparisien.fr/faits-divers/les-proxenetes-roumains-envoyaient-des-filles-sur-les-trottoirs-de-nantes-et-rennes-14-06-2019-8093070.php
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prostitution - Pénalisation des clients   Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 EmptySam 15 Juin 2019, 06:07

Peut on penser que ce type de dossier sera traité a administrant des amendes aux clients des prostituées ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prostitution - Pénalisation des clients   Prostitution - Pénalisation des clients - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Prostitution - Pénalisation des clients
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Faits de société. Débats. Sondages.-
Sauter vers: