Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 La crise économique est une guerre comme les autres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
a.nonymous



Messages : 12051
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: La crise économique est une guerre comme les autres   Ven 20 Déc 2013, 02:55

Une tribune pleine bon sens de Jacques Attali...


"On rêve donc aujourd’hui de voir reconnaître que nous sommes en guerre économique, des ministres unis, formant un véritable état major de crise autour de lui, agissant sans sourciller, autour d’un président déterminé."


Jacques Attali a écrit:
La crise économique est une guerre comme les autres

le 16 décembre 2013 16H24 | par Jacques Attali

Partout dans le monde développé, et en France en particulier, les  crises économiques et les guerres sont gérées très  différemment :
Les guerres sont gérées simplement et efficacement : un but de guerre, un chef de guerre, un consensus national, une analyse des forces ennemies, une stratégie, des tactiques,  des moyens. Et on voit alors  les chefs d’état les plus indécis se transformer, au contact de leurs généraux, en stratège décidé. Les crises économiques, au contraire,  sont gérées, la plus part du temps en démocratie.

Sans but clair,  sans consensus national, sans analyse des forces hostiles, sans stratégie, et avec des chefs indécis, multiples et contradictoires. En conséquence, l’histoire récente à montré que même ceux qui savent gagner les guerres de mouvement les plus difficiles  s’enlisent dans des conflits économiques et sociaux sans fin. De fait, les dirigeants en arrivent même à préférer entrer dans des conflits militaires plutôt que de faire des choix économiques. De plus, par définition, les ennemis dans un conflit international ne sont pas des électeurs; aussi  le pouvoir politique n’a aucune raison de les ménager. A la différence de tous ceux qui, dans le pays, ont quelque  chose  à perdre dans toute reforme économique globalement  salutaire. On a plus de chance d’être populaire en se lançant dans un conflit que dans des réformes. Et, dans certaines circonstances historiques particulièrement tragiques, les peuples  finissent même parfois  par confier la gestion de la crise économique  à des militaires.

En France,  ce raisonnement s’applique parfaitement aujourd’hui : le président actuel de la République, comme son prédécesseur,  semble plus à l’aise dans la gestion de  crises  militaires  que dans celle de la  crise économique. Dans un cas,  il décide avec lucidité et détermination  de  déclencher l’action d’une excellente armée, unie sous un même  commandement, pour gagner une guerre avec  l’approbation d’une majorité du pays. Ainsi fut fait récemment en Lybie , au Mali, en RCA. Dans un autre, l’un comme l’autre n’ont pas osé  trancher, réformer, avancer autant que nécessaire de peur de mécontenter tel ou tel groupe. Si un chef de guerre cherchait à être le barycentre  des forces de ses lieutenants, il serait certain de perdre toutes les batailles. Il  en va de même pour  la guerre économiques. L’histoire nous apprend donc qu’un grand pays ne peut conduire de grandes réformes, pour juguler une crise économiques, que s’il emploie les mêmes moyens que ceux qu’il emploie pour mener un conflit armé :
Une analyse claire des forces en présence, un chef déterminé , un but de guerre clairement énoncé,  la construction d’un consensus national aussi large que possible, sur ce but de guerre. Et l’analyse lucide des pertes tolérables. On rêve donc aujourd’hui  de voir reconnaître que nous sommes en guerre économique,  des ministres unis, formant un véritable état major de crise autour de lui,  agissant sans sourciller, autour d’un président déterminé. Et qu’on ne dise pas que la gestion d’une crise économique est plus complexe que celle d’une guerre : Dans les deux cas, on met en jeu la vie d’hommes et de femmes, en affrontant des péripéties parfois dramatiques et changeantes. Il  faudrait donc  apprendre combattre la crise avec la même détermination, la même absence de recherche de popularité, avec le  même décorum, la même mise en scène, le même vocabulaire que le combat contre un ennemi de l’extérieur. Dans les deux cas, la patrie est en danger.

j@attali.com
Source: http://blogs.lexpress.fr/attali/2013/12/16/la-crise-economique-est-une-guerre-comme-les-autres-2/
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 13992
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: La crise économique est une guerre comme les autres   Ven 20 Déc 2013, 03:39

Et malheureusement une guerre ne se fait pas sans victimes.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13537
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: La crise économique est une guerre comme les autres   Ven 20 Déc 2013, 08:35

Les guerres ne se font pas sans victimes... Il faut le dire à flambi . En un an et demi c'est la seconde...

Au Mali l'opération était courte et devait durer au maximum deux mois... ça continue de plus belle. Maintenant nous sommes repartis pour la RCA.

Je croyais que la françafrique était du passé, une résurgence du colonialisme... Tel que c'est engagé dans quelques mois nous serons responsables d'un génocide africain.
Revenir en haut Aller en bas
 
La crise économique est une guerre comme les autres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DES W.C PAS COMME LES AUTRES...
» un jour comme les autres apres tout...
» Crise économique au ... Vatican
» Laurent Beauvais et la crise économique.
» Une fille comme les autres…ou presque !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Les faits de société. Débats. Sondages.-
Sauter vers: