Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de
Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble,
son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Réponses de M.Jean-François VOGUET aux 10 questions de l'Association du Plateau

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin

Messages : 649
Date d'inscription : 27/05/2010

Réponses de M.Jean-François VOGUET aux 10 questions de l'Association du Plateau Empty
MessageSujet: Réponses de M.Jean-François VOGUET aux 10 questions de l'Association du Plateau   Réponses de M.Jean-François VOGUET aux 10 questions de l'Association du Plateau EmptyLun 24 Fév 2014, 21:18

24.02.2014
Réponses de la liste FONTENAY POUR TOUS conduite par Monsieur Jean-François VOGUETà 10 questions posées par l'Association du Plateau le 14 février. Ces réponses sont parvenues dans les délais convenus et n'ont donc pu s'inspirer de celles des autres candidats. Merci à leur auteur.

vos commentaires concernant ces éléments de programme se déposent sur la page suivante

http://www.plateaufontenay.net/t1641-vos-commentaires-sur-les-reponses-de-mjean-francois-voguet

___________

1 - La sécurité :

Notre commune connait, comme beaucoup d’autres, une recrudescence inquiétante des atteintes aux personnes et aux biens. En tant que candidat au poste de maire que prévoyez-vous dans votre programme pour assurer une meilleure sécurité dans notre ville, notamment que pensez-vous de la pose de caméras de vidéosurveillance et de l’installation d’une véritable police municipale ?


J’ai toujours considéré que la sécurité relevait du domaine régalien de l’Etat. C’est pour cette raison que je ne me suis jamais résigné à la baisse des effectifs de fonctionnaires au commissariat due à l’ancienne RGPP (Réduction Générale des Politiques Publiques). Mon obstination a permis de regagner 8 policiers supplémentaires.  

Je poursuis ce combat et j’espère des effectifs supplémentaires dans les mois qui viennent.

Alors pourquoi cet attachement à une police nationale ?
D’abord parce qu’une police dévouée au maire c’est potentiellement prendre le risque dé dérapages et il y a des exemples précis à Nice ou à Levallois-Perret. Ensuite parce que seul l’Etat peut garantir un traitement équitable en matière de sécurité : tous les transferts de charge ont introduit des inégalités selon que l’on vive dans une commune riche ou une commune pauvre. Enfin, parce que la plupart des atteinte aux biens (les cambriolages par exemple ou les trafics de stupéfiants) et aux personnes ne sont résolus que grâce à des enquêtes menées par la police judiciaire…ce qui n’est pas dans les prérogatives d’une police municipale.

Reste la dissuasion : la vidéo-protection n’est qu’un élément. Je me permets de vous faire noter que la ville la plus équipée en caméras est Nice et la délinquance y est au plus haut. Ceci étant elle existe à Fontenay, dans les gares, les centres commerciaux, les équipements publics et dans certains parkings (propriété des bailleurs sociaux).

Pour autant, la commune ne peut-elle rien faire ? bien sûr que si ! Nous proposons dans le cadre du Contrat Local de Prévention de la Délinquance de continuer à assumer des missions en lieu et place de l’Etat à condition que celui-ci respecte ses propres engagements notamment sur l’ilotage. Par ailleurs nous allons étendre l’expérience avec les habitants, de mise en place de cellules de veille comme dans le quartier Jean Zay. Nous renforcerons l’accueil des victimes au point d’accès au droit. Enfin, en lien avec le Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD) où peut se construire un partenariat entre les différents acteurs, nous mènerons une action d’aménagement urbain visant à limiter les nuisances, les incivilités ou les trafics, nous améliorerons l’éclairage public, si nécessaire.

Enfin si nous obtenons les financements à travers le Fond interministériel de Prévention de la Délinquance, nous pourrions créer des équipes de médiateurs visant à résoudre les conflits de voisinage. Je propose l’élaboration du schéma local de la tranquillité publique : dès le début du mandat, A l’occasion d’une large concertation dans la ville, je veux que cette démarche nous permette de poser sans tabous toutes les questions liées à la sécurité et d’examiner les dispositifs que nous pouvons déployer au niveau local.

2 - La place de la voiture

La place de la voiture a été déclarée comme indésirable dans notre ville, pour diverses raisons, par la municipalité sortante. Le commerce local, entre autres, souffre, de l’absence de parkings en différents points de la commune contrairement à ce qui existe dans les villes voisines de Vincennes, Nogent, le Perreux ou Rosny.


Contrairement à ce que vous écrivez, nous n’avons pas déclaré indésirable la place de la voiture, et d’ailleurs personne n’est en mesure de le faire. Je sais qu’elle reste un mode de déplacement indispensable pour nombre de Fontenaysiens ; mais il convient aujourd’hui de rééquilibrer ses usages, afin notamment de mieux partager l’espace public entre ses différents utilisateurs.
Toutes les villes, à commencer par Paris et les communes de la petite couronne, sont concernées par les problématiques de circulation et de stationnement car elles ont été construites avant l’arrivée de la voiture. Aujourd’hui de nombreux immeubles ne disposent pas de parking, à l’image des immeubles de l’Avenue de la République, alors même que le nombre de voitures par ménage est en constante augmentation. J’ai conscience que ce manque de parkings pose des difficultés aux ménages pour se garer. C’est pourquoi nous nous engageons à maintenir le stationnement gratuit et à l’encadrer davantage en continuant de développer des zones bleues : celles-ci ont déjà bien fluidifié le stationnement dans les zones commerçantes. Je reste fermement opposé au stationnement payant, car je considère que les citoyens payent déjà de nombreux impôts. Le stationnement payant ne règle pas les difficultés.
Toujours afin de faciliter le stationnement, nous examinons la possibilité de partager les parkings des entreprises et du centre commercial Auchan afin de les mettre à disposition des habitants la nuit et le weekend. Nous souhaiterions également créer des parkings publics aux abords des gares de RER, accessibles aux détenteurs d’un titre de transport. Enfin nous souhaitons œuvrer au développement du covoiturage et de l’auto-partage, qui sont des modes alternatifs de l’usage de la voiture. Nous installerons Auto- lib.
Parallèlement la municipalité agit depuis des années pour développer et faciliter les transports en commun, ce qui a permis une plus grande fluidité du trafic automobile. Nous avons la chance d’être dans une ville bien desservie et sachez que nous travaillons à améliorer toujours plus la desserte, comme en témoignent les projets de transports que nous souhaitons faire aboutir au plus vite (ligne 15, prolongement du T1 et de la ligne 1 du métro jusqu’à Val de Fontenay). Nous avons de plus mis en place il y a  plusieurs années une navette en partenariat avec la RATP et j’espère pouvoir rendre son accès gratuit lors du prochain mandat. Nous souhaitons également continuer à favoriser les déplacements en vélos, qui ne cessent d’augmenter dans notre ville, avec la mise en place de pistes cyclables et de parkings à vélos, notamment autour des gares. A l’heure d’une nécessaire transition écologique, il ne s’agit pas d’interdire la voiture mais de développer des déplacements alternatifs.
Enfin, dans votre courrier vous dénoncez l’absence de parkings à Fontenay-sous-Bois. Si je reconnais que des progrès restent à faire, je ne suis pas d’accord avec cette affirmation. On trouve de nombreux parkings dans notre commune : parkings de Val de Fontenay, de l’Hôtel de Ville, de Moreau David, de Mot, de Jean-Jacques Rousseau, d’Eugène Martin… Au cours du mandat, deux nouveaux parkings ont également vu le jour : celui de Monoprix et celui de l’opération Barbe (50 places). Est-ce suffisant ? Non, mais nous allons continuer  à en créer.

3 - L’axe de Verdun

L’axe de Verdun qui assure à la fois la liaison entre les deux versants de la ville et relie Montreuil à Nogent avec 10000 véhicules par jour devait être « revitalisé », embelli, modernisé et aménagé pour une circulation plus fluide.
Ce projet non réalisé fait-il partie de votre programme, sous quelles formes et sous quels délais ?


L’Axe de Verdun, voie importante reliant notre ville à d’autres communes, fait partie de nos préoccupations et je souhaite qu’au cours du prochain mandat nous retravaillons le paysage urbain afin de l’embellir et de le dynamiser. Nous pensons notamment à moderniser le matériel urbain et continuer à favoriser le fleurissement pour embellir le paysage. Guidé par cette motivation d’amélioration du paysage urbain, cela va nous conduire à réaliser l’îlot Michelet en respectant notre politique d’urbanisme, qui ne s’inscrit pas dans une logique de densification. De plus, notre projet de requalification de la Redoute vise à mieux intégrer ce quartier au boulevard de Verdun avec la création d’un nouveau théâtre comprenant une cafétéria et une salle d’exposition. Nous sommes également attentifs au devenir du marché qui reste un élément essentiel pour revitaliser les commerces de proximité. Le boulevard de Verdun fait partie de ces axes qui ont vocation à avoir une forte vocation commerciale au sein de notre ville, qui je vous le rappelle à la particularité, de part son histoire, de ne pas avoir de centre-ville.

4 - Le déclin du commerce de proximité du Plateau

Le quartier du Plateau assiste au déclin de son commerce de proximité. Chaque année de nombreuses boutiques fontenaysiennes ferment ou se transforment en lieux de restauration rapide ou exotique. Les marchés forains eux-mêmes deviennent plus des friperies que des lieux attrayants pour la qualité et la diversité des commerces alimentaires.
Pensez-vous pouvoir remédier à cette décadence et comment ?


Le commerce repose sur l’initiative privée. Il est vrai que le commerce de proximité décline mais il faut reconnaître que ce déclin est malheureusement un phénomène de société. Comme chacun sait, le fonctionnement et la vitalité d’un commerce sont en très grande partie liés au pouvoir d’achat des clients : ainsi en ces temps de crise, marquée par une consommation affectée par la hausse du chômage, des impôts et la baisse des pensions des retraités, et stagnation des salaires, on ne peut guère s’étonner de la baisse du chiffre d’affaires des commerces. Fontenay n’est pas épargnée. L’évolution des habitudes de consommation, avec le développement de commerces dans les gares et stations de métros, ne favorise pas la croissance des petits commerces de proximité. Ces derniers tout comme les marchés forains doivent aussi faire face à la concurrence des centres commerciaux tels que celui de Val de Fontenay, ou encore de moyennes surfaces qui ont tendance à se développer.  
Mais tout cela ne veut pas dire qu’il ne faut rien faire pour redynamiser le commerce de proximité. On peut citer les concours de vitrines, le travail en partenariat avec les chambres de commerce, la médiatisation des petits commerces dans la presse locale, les animations commerciales…
Nous avons appliqué le droit de préemption sur les locaux de commerciaux, ce qui a empêché la fermeture d’une librairie qui aurait sinon été transformée en bazar. Certes, certains commerces ont fermé mais d’autres ont ouvert : Ratatouille a été installée à la place d’une station service désaffectée. Ce n’est pas assez mais je partage vos préoccupations. Nous travaillons au développement des animations de rue avec les fêtes de commerçants et je citerais également l’initiative sur le parking de la crèche des Moulins dans votre quartier.

5 - La gestion du temps scolaire et des activités périscolaires et la laïcité

Nous lisons sur les éléments de programmes fournis par chacun d’entre vous, des projets « locaux » concernant, la gestion du temps scolaire et des activités périscolaires.
Pouvez-vous préciser vos intentions sur ces points et rappeler par la même occasion votre attachement à la laïcité ?


Je tiens tout d’abord à préciser notre opposition à la réforme sur les rythmes scolaires. Non seulement elle a été construite sans concertation avec les acteurs locaux, elle favorise le transfert aux collectivités territoriales de compétences de l’Éducation nationale sans compensation financière alors que les dotations de l’Etat diminuent. Elle bouleverse l’organisation de la vie des enfants, des enseignants et des parents et ne corrige pas les effets de la réforme Darcos.  

Je reste bien sûr favorable à une réforme en profondeur de l’enseignement afin de lutter contre l’échec scolaire. Ceci étant, je ne pense pas que cet objectif sera atteint en modifiant les horaires de la semaine. Une vraie réforme demande beaucoup plus d’investissement, en termes de personnels, de programmes, de moyens, de pédagogies, de formations…

Ainsi je partage la position de nombreux enseignants et parents, qui demandent le retrait de cette réforme. Plus particulièrement, je soutiens la demande unanime des syndicats d’enseignants et des associations de parents de surseoir à l’application du décret.

Néanmoins, nous nous engageons à poursuivre le travail avec tous les acteurs concernés pour mettre en application, à la rentrée prochaine, l’extension à deux heures de la pause méridienne. Nous avons organisé un processus de concertation sur la réforme ces derniers mois et plus récemment une consultation sur les rythmes scolaires du 3 au 7 février où les enseignants, les parents ainsi que le personnel communal des écoles ont donné leur avis sur la réforme (horaires de classe et choix de la demi-journée de classe supplémentaire). La consultation a été marquée par une participation de 47% et a fait émerger une préférence pour le mercredi (76% des votants). De plus la majorité des votants (44%) a choisi l’hypothèse n°1 concernant l’organisation journalière du temps scolaire (9h-12h, 14h-16h30 et école deux mercredis sur trois).

Nous serons prêts à mettre en œuvre cette hypothèse si la ville est contrainte d’appliquer le décret. Des réunions de travail vont bientôt se mettre en place dans chaque groupe scolaire, et seront pilotées par un cadre de la collectivité avec les directeurs d’école concernés, le directeur de centre de loisirs, le chef d’équipe (Atsem et personnels de service), et les représentants de parents d’élèves. Ces réunions commenceront dès le retour des vacances de février et viseront à faire un état des lieux tout en définissant la mise en œuvre concrète du projet.

En tous les cas notre processus de concertation a fait émerger des points de friction et a mis en évidence la nécessité de mettre en place un véritable débat sur les questions d’éducation.

Pour ce qui est notre attachement à la laïcité, je crois que mon engagement citoyen peut en témoigner. Je pense que le strict respect de la loi 1905 et des obligations légales fixées par le ministère de l’Education Nationale ainsi que les institutions de notre République en sont les meilleurs garants. Les Maires doivent veiller à son respect et s’en tenir à ces obligations, c’est tout le sens de mon action.  

6 - L’écoparc des Carrières

L’écoparc des Carrières après avoir donné satisfaction à une attente populaire presque aussi longue que celle du prolongement de l’hypothétique ligne de métro n°1, déçoit ses utilisateurs. Sécurité non assurée, entretien négligé, absence de point d’eau, de toilettes, et de stationnement pour cet équipement financé pour 2/3 par la Région et le département.
Quels sont vos projets sur l’évolution de ce bel espace ?


Je peux comprendre que l’Ecoparc des Carrières puisse déconcerter certains, dans la mesure où il repose sur une nouvelle conception des parcs plus écologique et naturelle. Il permet notamment une réintroduction de la faune (en particulier les oiseaux). L’objectif de ce parc est de donner aux usagers un espace convivial, de détente, de relaxation, dans un lieu naturel.
Vos plaintes sur l’insécurité du parc me paraissent toutefois injustifiées. Nous avons travaillé préventivement avec le commissariat de police pour faire l’expertise des difficultés qui pourraient naître autour du parc. Depuis, nous faisons régulièrement le point avec le commissariat, qui a en outre renforcé les patrouilles en soirée. Dès le printemps prochain, nous allons continuer en ce sens et assurer une présence en uniformes dissuasive.
Je note un trait d’humour dans votre comparaison entre le Parc des Carrières et le délai de mise en place du prolongement de la ligne 1 du métro. Je souhaite vous rappeler que le parc a déjà été inauguré contrairement à la ligne de métro, dont le prolongement est certes programmé, mais pas encore réalisé. La réalisation de l’Ecoparc des Carrières a été longue car, dans un premier temps, ce projet a nécessité l’achat à hauteur 1,3 millions d’euros des parcelles. Ce qui c’est fait au fur et à mesure.
De plus il fallu trouver une solution technique pour sécuriser le sol et éviter les accidents liés aux carrières. La technique de la géogrille a rendu possible ce projet. Nous avons également obtenu le financement de la part de la région et du département, la Commune finançant le reste. Ce subventionnement est une démonstration de la pertinence des financements croisés au moment où ils sont remis en cause dans le cadre de la loi sur la métropole.
Concernant l’aménagement du parc, sachez que nous avons pris la décision en 2014 d’installer des toilettes sèches et un point d’eau.
Ce parc est un équipement de proximité et nous souhaitons qu’il conserve ce caractère. Cela nous semble donc incompatible avec l’installation d’un parking. A terme je souhaite un agrandissement conséquent du parc en liaison avec la coulée verte et l’utilisation des talus.

7 - Attrait et réputation de Fontenay

Notre ville est désignée souvent sous des termes peu flatteurs comme « la belle endormie », ou « Fontenay la grise ».
Envisagez-vous de redonner de l’attrait et une meilleure réputation à Fontenay ? Comment ?


Vous utilisez l’expression « la belle endormie ». Je me permets un petit rappel historique : c’est dans les années 1970 que Robert André Vivien, député UNR et candidat aux municipales contre mon ami et regretté Louis BAYEURTE, a largement utilisé cette expression. Dans « belle endormie » il y a « belle », et l’attrait de notre ville sur ce point ne peut être négligé. De plus, je considère que le terme « endormie » fait moins référence à un manque de dynamisme de Fontenay qu’à son caractère pavillonnaire paisible, calme, caractère qui lui aussi contribue à l’attrait de notre ville que je souhaite protéger.
Beaucoup d’autres communes souhaiteraient avoir le même dynamisme et la même attractivité que Fontenay en termes de développement économique. C’est d’ailleurs ce qui nous vaut la présence de grands groupes nationaux tels que la Société Générale, la RATP, Axa… Un autre indicateur est le coût du foncier, qui a augmenté de façon considérable ces dernières années, ce qui n’est pas sans poser problème pour les couples et ménages aux revenus moyens pour acheter ou louer. De même, les nombreuses personnalités résidant à Fontenay auraient-elles choisi notre ville si elle était aussi peu attrayante que vous le suggérez ? Comme l’ont choisit des centaines de familles venant tous les ans de Paris et des communes avoisinantes s’installées dans notre collectivité. De nombreux ménages louent le service public ainsi que l’attrait culturel, sportif et écologique de Fontenay, tout comme notre politique en direction de l’enfance et la déserte en transport en commun.

8 - La métropole

D’ici quelques mois Fontenay va devoir fusionner en bassin de villes d’environ 300000 habitants avec des communes voisines. Lesquelles ?
L’intégration au sein de Paris Métropole à partir du 1er janvier 2016 devrait avoir, selon vous, quelles conséquences pour notre ville, son urbanisme, la préservation des zones pavillonnaires, le logement social qui représente actuellement 37% du parc risque-t-il d’augmenter, sur la fiscalité, sur les pouvoirs des maires?
Quelle place accorderez-vous à la concertation démocratique sur ces points comme pour l’ensemble de votre gouvernance?



A Fontenay, nous avons une pratique déjà ancienne de l’intercommunalité de projet. Je pense à l’Association des Collectivités de l’Est Parisien (ACTEP), qui pourrait préfigurer le « conseil de territoire » dans lequel nous devrons nous rassembler au 1er janvier 2016. Avec certaines villes voisines, nous avons même développé des relations plus étroites encore : je pense à Nogent-sur-Marne, Rosny-sous-Bois, Vincennes, Saint-Mandé, Le Perreux-sur-Marne, Bry-sur-Marne et Champigny. Nous avons aussi, créé une société publique locale Intercommunale qui nous permet de conduire des études et des opérations d’aménagement.

Si j’ai toujours défendu l’intercommunalité sur la base d’intérêts et de projets partagés, je considère que la loi sur la Métropole du Grand Paris constitue un véritable « hold-up » démocratique puisque, sans aucun débat public à ce sujet, elle prévoit de priver les communes d’une grande partie de leurs compétences, notamment en matière d’aménagement et de logement. En effet, en cela, elle ouvre la porte à une densification non maîtrisée, notamment des zones pavillonnaires, que nous avons toujours cherché à préserver. Elle risque également de remettre en cause notre conception de la mixité, qui repose sur une part équilibrée de logements sociaux.

C’est pourquoi, dès le début du mandat, nous engagerons la révision du Plan local de l’urbanisme, afin de susciter des échanges publics – et pourquoi pas contradictoires – sur l’avenir que les Fontenaysien-ne-s souhaitent pour leur ville. Une fois élaboré, je soumettrai ce Plan local à l’approbation des Fontenaysien-ne-s, par la voie du référendum local. Ainsi, nous disposerons d’arguments solides vis-à-vis de la Métropole.

9 - Le théâtre

Prévoyez- vous parmi les éléments structurants de votre programme de mettre en œuvre la construction d’un théâtre de 300 places dont le cout initial a été estimé il y a deux ans à 15,5 Millions d’euros ?


Je pense très sincèrement que le développement de la culture, menacé par les baisses de dépenses publiques, est un élément essentiel du vivre ensemble. Victor Hugo n’a-t-il pas dit par exemple qu’une pièce de théâtre « c'est une voix qui parle, c'est un esprit qui éclaire, c'est une conscience qui avertit » ? C’est pourquoi je suis déterminé à mettre en place un théâtre dans notre commune, qui selon moi viendra consolider l’image de Fontenay en tant que ville culturelle et démocratiser davantage l’accès à la culture dans notre ville. Aller au théâtre ne devrait pas être considéré comme une activité élitiste. La mise en place de cet espace culturel à Fontenay devrait permettre au plus grand nombre de voir des pièces à moindre coût.

Je souhaite que le nouveau théâtre soit ouvert aux écoles, collèges et lycées de la ville afin de renforcer l’éducation culturelle des jeunes.

En ces temps d’austérité, je comprends parfaitement les craintes relatives au coût de cet établissement. Sachez que nous ne construirons ce théâtre que si nous en avons les moyens. Le coût de 15,5 millions d’euros me paraît toutefois surestimé : nous allons nous battre pour obtenir des financements croisés du Ministère de la culture, de la région, du Conseil Général et de la DRAC afin de réduire au maximum le coût assumé par la commune

10 -  Préservation des quartiers pavillonnaires

Quels sont vos projets concernant la préservation des quartiers pavillonnaires, leur aspect visuel (Complexe Zola, le centre de voirie, le stockage des poubelles, Bulles de vie, 1000 Plateaux), leur convivialité urbanistique par la création de places, de liaisons, de lieux de vie ?


Je tiens à réaffirmer ma détermination à défendre et protéger de façon absolue le caractère pavillonnaire de Fontenay. En effet j’ai toujours eu à cœur de préserver les quartiers pavillonnaires et je suis loin de sous-estimer l’apport de ce secteur à l’identité de notre ville. Les combats de mon prédécesseur tout comme les miens témoignent de notre engagement à préserver le calme et la quiétude de Fontenay, et ce à quelques kilomètres de Paris.

Cela étant dit, concernant le Complexe Zola, je rappellerais qu’il s’agit d’une opération privée s’inscrivant dans le cadre du droit à construire, dont peuvent bénéficier les citoyens qui le souhaitent.

Quant au centre de voirie, j’espère un déménagement des locaux au cours du prochain mandat, dans un lieu favorisant le développement et la modernisation de ce centre mais aussi permettant au personnel d’avoir de meilleures conditions de travail. Le centre de voirie actuel sera remplacé par des logements, prenant en compte le caractère pavillonnaire du quartier. Nous nous engageons à atténuer les nuisances (sonores, visuelles…) pour réduire efficacement la gêne des riverains, comme nous l’avons déjà fait pour le stockage des poubelles.

Pour ce qui est de Bulles de vie et 1000 Plateaux, je vous rappelle qu’il s’agit de deux associations promouvant une nouvelle forme de commerce local (économie sociale et solidaire) et qui sont fort utiles à de nombreux Fontenaysiens. Elles ont vocation à s’intégrer de façon durable à des projets qui correspondent à leur développement, telles que l’îlot Michelet.

vos commentaires concernant ces éléments de programme se déposent sur la page suivante

http://www.plateaufontenay.net/t1641-vos-commentaires-sur-les-reponses-de-mjean-francois-voguet
Revenir en haut Aller en bas
http://www.plateaufontenay.net
 
Réponses de M.Jean-François VOGUET aux 10 questions de l'Association du Plateau
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» mes MANOURY de l'Orne (61)
» LFLL Lyon-Saint Exupéry
» Fauville-en-Caux
» Les françaises font beaucoup d'enfants, mais de plus en plus
» Bon anniversaire J.F.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne locale :: Les élections à Fontenay, passées et à venir. Promesses, satisfactions, déceptions, attentes...-
Sauter vers: