Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de
Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble,
son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Chômage: un nouvel espoir

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyLun 31 Mar 2014, 19:57

Cette nouvelle discussion fait suite à la longue discussion:

http://www.plateaufontenay.net/t1152-chomage-une-deception-a-la-hauteur-des-espoirs



Le Monde a écrit:
François Hollande demande à Manuel Valls de succéder à Jean-Marc Ayrault

Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 31.03.2014 à 17h09 • Mis à jour le 31.03.2014 à 18h59

Au lendemain de la cuisante défaite de la gauche aux élections municipales, François Hollande a demandé à l'actuel ministre de l'intérieur, Manuel Valls, de former un nouveau gouvernement, en remplacement de Jean-Marc Ayrault, selon les informations obtenues à Matignon par Le Monde.
Jean-Marc Ayrault a présenté lundi après-midi à François Hollande sa démission et celle de son gouvernement, a annoncé Matignon dans un communiqué.

Le chef de l'Etat, très impopulaire, était sous pression ces dernières semaines jusque dans son camp pour changer de gouvernement et de politique. Pour la gauche, la débâcle est en effet sans précédent : perte de 151 villes de plus de 10 000 habitants ; basculement à droite de métropoles de plus de 100 000 habitants, comme Toulouse, Reims, Saint-Etienne, Angers ou Amiens ; chute de bastions historiques, comme Limoges…

Selon l'entourage de Claude Bartolone, le président de l'Assemblée nationale, Jean-Jacques Urvoas, député socialiste du Finistère, pourrait succéder à Manuel Valls au ministère de l'intérieur. Toujours selon la même source, Cécile Duflot ne retrouverait pas de portefeuille dans le nouveau gouvernement.

La journée de lundi a été rythmée par les rumeurs sur le sort qui pourrait être réservé à l'actuel premier ministre. MM Hollande et Ayrault se sont longuement entretenus à la mi-journée. Rien n'a fuité sur la teneur de leurs discussions.

C'est d'abord le nom de Jean-Yves Le Drian, ministre de la défense, qui est revenu en force dans les premières heures de la matinée. Selon i-Télé, François Hollande a proposé Matignon à Jean-Yves Le Drian, lequel a refusé et a soutenu Manuel Valls.

Dimanche soir, Jean-Marc Ayrault avait déclaré que la responsabilité des mauvais résultats de la gauche était « collective » et qu'il y prenait « toute [s]a part ».

« Je pense que nous n'avons pas assez expliqué que l'action de redressement engagée depuis 2012 était essentielle pour notre pays », avait-t-il déclaré à Matignon, ajoutant « que la situation de nos finances publiques, de nos entreprises, et notamment de notre industrie, était particulièrement dégradée et exigeait beaucoup d'efforts sous peine de voir la politique de la France dictée par les marchés financiers ».
Source: http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/03/31/francois-hollande-s-adressera-aux-francais-a-20-heures_4393110_823448.html
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

vieux-breton

Messages : 3091
Date d'inscription : 07/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyLun 31 Mar 2014, 20:02

Je ne sais pas si c'est un nouvel espoir pour le chômage ou les chômeurs, mais une chose est sure, c'est qu'il n'y aura plus de ministre EELV au gouvernement et ça c'est vraiment une très bonne nouvelle.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyJeu 03 Avr 2014, 12:59

On nous annonce des ministères de COMBAT pour mener la GUERRE ECONOMIQUE qui a déjà fait 5 millions de VICTIMES dans notre pays...

On veut y croire....


NouvelObs a écrit:
Rebsamen à la tête du "ministère du combat pour l’emploi"

Publié le 03-04-2014 à 12h26

Michel Sapin a confié les clés de la rue de Grenelle au nouveau ministre du Travail, François Rebsamen.

Du pain sur la planche. Le nouveau ministre du Travail, de l'Emploi et du dialogue social, François Rebsamen, prend à sa charge le dossier prioritaire du gouvernement : inverser (enfin) une courbe du chômage toujours à la hausse. Sur les marches de l’Hôtel Rothelin-Charolais, rue de Grenelle, Michel Sapin ne cache pas son émotion lors de la passation de pouvoir au nouveau locataire jeudi 3 avril.

Dans son discours d’investiture, le ministre fraîchement nommé reprend à son compte le nouveau leitmotiv d'un gouvernement, qui se veut donner une image toujours plus combative face aux difficultés conjoncturelles :
C’est le ministère du combat pour l’emploi, et toutes les réformes menées (par Michel Sapin) vont porter leurs fruits."

"Bataille pour l’emploi", "lutte contre le chômage", depuis le début du mandat présidentiel, les formules empruntées au registre guerrier se sont accumulées parmi les éléments de langage des ministres pour convaincre les Français que le problème du chômage est la priorité du gouvernement.

Rien de surprenant donc, à voir le nouveau ministre du Travail reprendre la dernière "formule choc" du gouvernement, initiées par François Hollande lors de son allocution au Français annonçant le remaniement à venir, lundi 31 mars.

L'expression avait d’ailleurs déjà été utilisée par Jean-Marc Ayrault l’année dernière, lorsqu'il affirmait, dans une interview sur le plateau du JT de France 3, qu’il était "le chef d'un gouvernement de combat pour l'emploi".

Moins d'une heure après la passation de pouvoir entre Michel Sapin et François Rebsamen, à Bercy, Arnaud Montebourg a lui aussi repris la formule, pour caractériser son ministère du Redressement productif ... "un ministère de combat", ajoutant (au cas où le message n'était pas encore passé) que "le redressement productif est un sport de combat"

Elena Brunet - Le Nouvel Observateur
Source: http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20140403.OBS2546/rebsamen-a-la-tete-du-ministere-du-combat-pour-l-emploi.html
Revenir en haut Aller en bas
matmut

matmut

Messages : 2080
Date d'inscription : 10/07/2010

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyJeu 03 Avr 2014, 14:17

Pour le modèle des gouvernements conservateurs en Europe,L'Espagne, Il ne semble pas que les recettes de la droite décomplexée ne
soient pas plus efficaces que les notre.
Citation :
Avec un taux de chômage de 26,03 % au dernier trimestre 2013, après deux trimestres de baisse, l'Espagne affiche l'un des taux les plus élevés parmi les pays industrialisés.

Le chômage demeure le principal point noir de l'économie du pays qui vient de renouer avec une faible croissance. A la fin décembre 2013, l'Espagne a enregistré 5 896 300 chômeurs, soit 8 400 de moins qu'au trimestre précédent, la population active ayant elle aussi baissé, à 22 654 500 personnes, selon les chiffres publiés jeudi par l'Institut national de la statistique (INE).

TIMIDE REPRISE DE LA CROISSANCE

Au trimestre précédent, le taux de chômage en Espagne se situait à 25,98 % des actifs. La crise sociale reste profonde au moment où le pays, frappé doublement en 2008 par l'éclatement de la bulle immobilière et le début de la crise financière internationale, vient de sortir timidement de deux années de récession.

Au troisième trimestre 2013, l'Espagne a retrouvé une croissance de 0,1 % et son économie devrait avoir progressé de 0,3 % au quatrième trimestre, selon les prévisions du gouvernement conservateur, des résultats insuffisants selon l'ensemble des analystes pour permettre le retour à la création d'emploi. Le gouvernement attendait à la fin 2013 un taux de chômage de 26,6 %, puis de 25,9 % à la fin 2014.


Dernière édition par matmut le Jeu 03 Avr 2014, 18:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyJeu 03 Avr 2014, 14:31

@ Matmut

Cet article du monde a un an mais la situation n'a guère du évoluer depuis....


"la solidarité familiale empêche de nombreuses personnes de se retrouver à la rue ; et, surtout, l'économie souterraine joue les amortisseurs, représentant, selon les estimations, entre 20 % et 25 % du produit intérieur (PIB) brut espagnol."


Le Monde a écrit:
En Espagne, "sans l’économie souterraine, il y aurait déjà eu une révolution"

LE MONDE | 25.04.2013 à 12h06 • Mis à jour le 12.05.2013 à 23h23 | Sandrine Morel

Comment l'Espagne n'implose-t-elle pas avec un taux de 27,16 % de sa population active au chômage au premier trimestre ? Chaque fois que paraissent les chiffres relatifs aux demandeurs d'emploi, la même question revient. Et la même réponse est faite par les sociologues, économistes et politiques : la solidarité familiale empêche de nombreuses personnes de se retrouver à la rue ; et, surtout, l'économie souterraine joue les amortisseurs, représentant, selon les estimations, entre 20 % et 25 % du produit intérieur (PIB) brut espagnol.

Selon l'enquête de population active, publiée jeudi 25 avril par l'Institut national de statistiques, 6,2 millions d'Espagnols, sans emploi, cherchent un travail. Et 1,9 million de familles comptent tous leurs membres au chômage. Mais combien d'entre eux ont un travail non déclaré ? La question est taboue en Espagne, comme si en parler revenait à nier le drame, bien réel, d'un chômage massif.

Et pourtant l'emploi au noir s'affiche au grand jour. "Sur les lampadaires ou sous les abris de bus", a rappelé récemment le président de l'Association des travailleurs autonomes (ATA), Lorenzo Amor, se plaignant de la "compétition déloyale" que ces travailleurs non déclarés infligent aux autres.


OFFRES DE SERVICES

Partout dans la rue, des petits bouts de papier collés sur les murs ou le mobilier urbain interpellent le passant à coups d'offres de services – "Travaux d'intérieur, peintures, parquet," "Ménage à domicile", "Cours d'anglais", "Taxi à l'aéroport" – suivies d'un numéro de téléphone portable.

Et, à Madrid, par exemple, quand les chefs d'entreprise de construction ont besoin d'un travailleur docile, qui ne demandera pas de papiers ni de protection sociale, ils n'ont qu'à se rendre le matin, à partir de 7 heures, sur la place Eliptica, dans le quartier populaire de Carabanchel.

Des dizaines de travailleurs, presque tous d'origine étrangère, attendent, debout, qu'il pleuve ou qu'il vente, qu'une fourgonnette s'approche et leur offre un petit boulot de quelques heures, quelques jours, voire, pour les plus chanceux, quelques mois.

Ils acceptent de donner leur prénom. Pas plus. Tous regardent du coin de l'œil une voiture de police stationnée non loin, plus intéressée à traquer les sans-papiers qu'à arrêter ce trafic de salariés.


"TOUT LE MONDE PROFITE DE LA SITUATION"

"Il faut s'armer de patience", souligne Dagoberto, un Colombien de 47 ans installé depuis sept ans en Espagne. Pendant quatre ans, il a travaillé comme peintre sur des chantiers, "déclaré, avec des papiers". Mais cela fait deux ans et demi qu'il est au chômage et qu'il vient place Eliptica tous les matins.

"En ce moment, il n'y a pas grand-chose, mais, en 2012, j'ai bossé presque toute l'année pour une grosse boîte. On était une vingtaine au noir. Je touchais presque 1 400 euros, plus les indemnités de chômage, de 950 euros. C'était bien", avoue-t-il.

Alberto, jeune homme de 30 ans, originaire de Bolivie, n'est pas aussi positif. "Depuis le début de l'année, j'ai travaillé seulement vingt jours, payés entre 20 et 30 euros, dit-il. Heureusement je touche encore le chômage : 800 euros."

Alex, 37 ans, charpentier ukrainien, intervient : "Ici tout le monde profite de la situation : les patrons et les chômeurs." Lui a perdu son emploi stable dans une entreprise de construction il y a trois ans mais n'a jamais touché le chômage. Et pour cause. "Je n'ai jamais été déclaré", dit-il.

Non loin, Camara, un Malien de 39 ans, originaire de Bamako, pense repartir dans son pays. Il travaille dans un hôtel quatre heures par jour. "On me paie 500 euros. Ce n'est pas assez pour nourrir ma famille. Alors je cherche un petit complément comme plombier, mon premier métier."

Dans la cafétéria de la place Eliptica, Vicente, serveur depuis quinze ans, a toujours vu des travailleurs au noir "attendre les fourgonnettes". "Avant il en passait cinquante par jour. Maintenant, il y a en a trois ou quatre par semaine", raconte-t-il.


LUTTE CONTRE LA FRAUDE

Accoudé au comptoir, Juan Sanchez prend un café. Il possède une petite entreprise de construction mais nie embaucher au noir. Pendant qu'il raconte comment certains travailleurs ont essayé de monter dans sa fourgonnette pour travailler "gratuitement, en échange d'un repas", il compte les billets de 50 euros d'une liasse que lui a donnée un "collègue". "Ce n'est pas parce qu'on me paie en liquide que c'est du noir. Jusqu'à 2 500 euros, c'est légal", précise-t-il avec un sourire ironique.

La construction n'est pas l'unique secteur à employer des travailleurs au noir. Ni le plus important, depuis que la bulle immobilière a explosé. "On calcule que 20 % à 30 % de l'économie du secteur de l'hôtellerie et de la restauration est souterraine, souligne Gonzalo Fuentes, secrétaire général du syndicat des Commissions ouvrières en Andalousie. Le plus commun, ce sont les contrats mixtes, de quelques heures, alors que le salarié travaille à temps complet. Le patron complète son salaire au noir, ce qui lui permet de déjouer plus facilement les inspections."


91 000 EMPLOIS NON DÉCLARÉS EN 2012

En février, plusieurs salariés d'une société de restauration appartenant au vice-président de la Confédération espagnole des organisations patronales, Arturo Fernandez, ont dénoncé publiquement qu'ils recevaient jusqu'à 50 % de leur salaire au noir.

L'inspection du travail a ouvert une enquête et, en attendant, le Parlement, qui payait ses services de restauration, a décidé de ne pas renouveler la concession. Mais l'image s'est imposée d'un travail au noir tellement généralisé qu'il n'épargne ni les patrons des patrons ni, de manière indirecte, les institutions de l'Etat.

Conscient de ce problème, le gouvernement a fait de la lutte contre la fraude une de ses priorités. Son plan de lutte contre l'emploi irrégulier a permis de faire affleurer plus de 91 000 emplois non déclarés en 2012, 12 % de plus qu'en 2011. Mais cela reste une goutte d'eau par rapport à l'ampleur du problème.

Le président du Syndicat des techniciens du ministère des finances, Carlos Cruzado, a assuré, en mars, que l'économie souterraine représente "240 milliards d'euros qui échappent au contrôle du fisc" et 60 milliards qui devraient être versés à l'Etat. "Sans parler des cotisations sociales, a-t-il déclaré. Le niveau de la fraude en Espagne est le deuxième plus élevé d'Europe, après la Grèce."

"Sans l'économie souterraine, il y aurait déjà eu une révolution ici ", conclut M. Fuentes.
Source: http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/04/25/en-espagne-sans-l-economie-souterraine-il-y-aurait-deja-eu-une-revolution_3166111_3234.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyJeu 03 Avr 2014, 16:36

Quand un socialiste ancien commissaire européen et ancien directeur de l'OMC parle harmonisation salariale et sociale ça donne ça....

On ne va quand même pas essayer d'imposer un salaire minimum dans l'Union ou essayer de  limiter la concurrence entre les travailleurs des différents pays....  Non, non, on va aligner le SMIC français sur le salaire minimum roumain, il fallait juste y penser...

Je me demande si Pascal Lamy en tant que socialiste connait le double effet Kiss Cool: un coup aux municipales, un coup aux européennes...



AFP a écrit:
02/04/2014 à 19:11
Pascal Lamy prône des "petits boulots" payés moins que le Smic

Pascal Lamy, ex-directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et proche du président François Hollande, a plaidé mercredi pour plus de "flexibilité" sur le marché du travail, avec notamment des "petits boulots" payés en dessous du Smic.

"Je sais que je ne suis pas en harmonie avec une bonne partie de mes camarades socialistes mais je pense qu'il faut, à ce niveau de chômage, aller davantage vers de la flexibilité et vers des boulots qui ne sont pas forcément payés au Smic", a-t-il déclaré lors de "Questions d'Info" LCP/France Info/Le Monde/AFP.

C'est-à-dire moins que le Smic? "Oui absolument", a-t-il ajouté. "Un petit boulot, c'est mieux que pas de boulot. Je ne réponds pas ça dans l'absolu, je n'aurais pas dit ça il y a 10 ans ou il y a 20 ans, mais à ce niveau de chômage..."

Pour l'ancien commissaire européen socialiste, "il faut accepter de temps en temps de franchir les espaces symboliques de ce type pour rentrer dans la réalité et la transformer".

Au risque que cela rappelle le "Smic jeunes" de Edouard Balladur ou le "CPE" de Dominique de Villepin, tous deux abandonnés après des semaines de contestation sociale ? "Ce n'est parce qu'une réforme n'a pas marché ou parce qu'on a reculé devant la pression de l'opinion que c'est une mauvaise idée. Si on prenait tous les réformes qu'on a essayées à un moment, qui n'ont pas marché et si on ne les avait pas reprises, on serait encore au Moyen-Age", a lâché M. Lamy.

Revenant sur les baisses de dépenses promises par le chef de l'Etat, il a estimé qu'elles devraient être au final d'environ 60 milliards d'euros: "50 plus probablement une dizaine pour financer" les baisses d'impôts pour les ménages et de cotisations sociales salariales annoncées lundi.
Source: http://actu.orange.fr/economie/pascal-lamy-prone-des-petits-boulots-payes-moins-que-le-smic-afp_2915100.html
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4511
Date d'inscription : 08/01/2012

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyJeu 03 Avr 2014, 17:43

Il y a un vrai débat sur la répartition souhaitable entre salariés, dirigeants, actionnaires, investissement, et impôts/cotisations concernant les résultats (ou valeur ajoutée) des entreprises. De même sur les "optimisations" fiscales de certaines ou encore l'abus de stagiaires et de contrats précaires.
Une difficulté est la grande variété de situations particulières (suivant l'entreprise considérée on peut aboutir à des conclusions très différentes).

Mais une erreur serait de croire, comme la gauche de la gauche, qu'il suffit d'augmenter impôts et cotisations des entreprises françaises et de taxer les importations.
Ce qui m'étonne dans la dépêche AFP citant Pascal Lamy, c'est qu'il ne parle que de bas salaires. Cela fait 30 ans en France que l'on favorise les bas salaires par l'allègement des charges ciblé autour du smic.

Franchement il va falloir trouver autre chose pour innover et exporter : ne serait-ce que pour payer nos dizaines de milliards d'importations de pétrole et de gaz. Importations qu'au passage on serait bien incapables de payer en appliquant la politique de fermeture (économique) des frontières préconisée par FdG ou FN.
Ecocologie : Tous à vélo et avec 3 polaires l'hiver ? Wink


Dernière édition par salamandre le Jeu 03 Avr 2014, 17:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyJeu 03 Avr 2014, 17:53

salamandre a écrit:
Il y a un vrai débat sur la répartition souhaitable entre salariés, dirigeants, actionnaires, investissement, et impôts/cotisations concernant les résultats (ou valeur ajoutée) des entreprises. De même sur les "optimisations" fiscales de certaines ou encore l'abus de stagiaires et de contrats précaires.
Une difficulté est la grande variété de situations particulières (suivant l'entreprise considérée on peut aboutir à des conclusions très différentes).

On est d'accord....


salamandre a écrit:
Ce qui m'étonne dans la dépêche AFP citant Pascal Lamy, c'est qu'il ne parle que de bas salaires. Cela fait 30 ans en France que l'on favorise les bas salaires par l'allègement des charges ciblées autour du smic.

Selon la Tribue d'aujourd'hui, le gouvernement préparerait quelque chose du coté du CICE...



"Selon nos informations, un taux de 8% serait créé pour les rémunérations inférieures à 1,5% SMIC. Entre 1,5 et 2,5 SMIC, le taux resterait à 6%. Pour les rémunérations supérieures à 2,5 SMIC, un nouveau taux serait créé, fixé à 2%."




La Tribune a écrit:
Le gouvernement prépare un CICE pour tous les salariés

Fabien Piliu | 03/04/2014, 11:24

Selon nos informations, le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) pourrait être dopé pour bénéficier à toutes les entreprises et à tous les profils d’emplois.

Se dirige-t-on vers un crédit d'emploi CICE universel ? C'est, semble-t-il, la dernière piste retenue par l'exécutif, en particulier par l'Elysée, à la manette sur ce dossier. Pendant, que les gouvernements passent, la présidence cogite…

Quelle forme pourrait prendre le nouveau crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) ? Selon nos informations, à la suite des Assises de la fiscalité qui avaient débuté le 29 janvier, l'Elysée réfléchit sérieusement à ajouter deux seuils supplémentaires au CICE, en vigueur depuis le 1er janvier. Cette mesure sera l'une des mesures majeures du Pacte de responsabilité.


Un CICE à trois tranches

Selon nos informations, un taux de 8% serait créé pour les rémunérations inférieures à 1,5% SMIC. Entre 1,5 et 2,5 SMIC, le taux resterait à 6%. Pour les rémunérations supérieures à 2,5 SMIC, un nouveau taux serait créé, fixé à 2%.

Pour mémoire, le CICE bénéficie à l'ensemble des entreprises employant des salariés, imposées à l'impôt sur les sociétés (IS) ou à l'impôt sur le revenu (IR) d'après leur bénéfice réel et ce, quel que soit le mode d'exploitation (entreprise individuelle, société de personnes, société de capitaux...), et quel que soit le secteur d'activité. Exclues du dispositif initialement, les TPE peuvent désormais en bénéficier.

Jusqu'ici, ce crédit d'impôt portait sur l'ensemble des rémunérations versées aux salariés au cours d'une année civile qui n'excédaient pas 2,5 fois le SMIC calculé sur la base de la durée légale de travail, augmentée le cas échéant des heures complémentaires ou supplémentaires de travail selon les mêmes conditions que celles qui s'appliquent en matière d'allègements généraux de cotisations sociales.
Des avantages cumulées

Fruit des cogitations qui se sont exprimées lors des Assises de la fiscalité, cette solution qui serait financée par des économies, aurait le mérite de toucher toutes les entreprises. Avec la première tranche, l'exécutif espère stimuler l'emploi des bas salaires, les moins qualifiés, sachant que ce crédit d'impôt se cumulerait avec les allègements de charges patronales dits Fillon sur les salaires inférieures à 1,6 SMIC. Quant à la création d'une tranche marginale, elle permettrait de faciliter pour les entreprises le recrutement d'emplois qualifiés, permettant de développer leurs activités à l'export et l'innovation.

Le verdict ne devrait pas tarder à tomber, le gouvernement devant présenter son pacte de responsabilité avant le 15 avril, date à laquelle la France enverra son document d'orientation sur la trajectoire des dépenses publiques à la Commission européenne.
Source: http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20140403trib000823472/le-gouvernement-prepare-un-cice-pour-tous-les-salaries.html
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4511
Date d'inscription : 08/01/2012

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyJeu 03 Avr 2014, 18:02

Donc, on continue un peu comme avant semble-t-il, mais en plus généreux - si on trouve les sous...
Précision : quand je dis "on favorise les bas salaires" je veux dire qu'on favorise aussi la stagnation des salaires autour du smic. Du fait des effets de seuil (forte baisse des exonérations de charges) en cas d'augmentation d'un salaire proche du seuil. Un effet pervers, comme on dit.
Revenir en haut Aller en bas
matmut

matmut

Messages : 2080
Date d'inscription : 10/07/2010

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyJeu 03 Avr 2014, 18:21

a.nonymous écrit:
Citation :
@ Matmut

Cet article du monde a un an mais la situation n'a guère du évoluer depuis....
Date de parution de l'article: 23/01/2014 c'est a dire un peu plu de 2 mois.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyJeu 03 Avr 2014, 18:30

matmut a écrit:
a.nonymous écrit:
Citation :
@ Matmut

Cet article du monde a un an mais la situation n'a guère du évoluer depuis....
Date de parution de l'article: 23/01/2014 c'est a dire un peu plu de 2 mois.


Je parlais de l'article que je cite sur l'importance de l'économie souterraine en Espagne:

LE MONDE | 25.04.2013 à 12h06 • Mis à jour le 12.05.2013 à 23h23 | Sandrine Morel
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyJeu 03 Avr 2014, 18:47

salamandre a écrit:
Donc, on continue un peu comme avant semble-t-il, mais en plus généreux - si on trouve les sous...


Si on trouve des sous..... avec une balance commerciale déficitaire depuis une décennie et une économie encadrée par l'Union...

Un article qui n'est pas inintéressant: http://alternatives-economiques.fr/blogs/gauron/2014/04/02/une-politique-de-gauche-en-economie-de-marche-est-possible/


"La première erreur de la gauche, en dehors d’Arnaud Montebourg, réside dans sa focalisation sur la question budgétaire et les contraintes de réduction de déficit public imposées par l’Europe sous la pression allemande, et sa cécité sur la situation de l’industrie française et son déclin sous deux présidents de droite, Chirac et Sarkozy."
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyVen 04 Avr 2014, 14:19

AFP a écrit:
02/04/2014 à 19:11
Pascal Lamy prône des "petits boulots" payés moins que le Smic

Pascal Lamy, ex-directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et proche du président François Hollande, a plaidé mercredi pour plus de "flexibilité" sur le marché du travail, avec notamment des "petits boulots" payés en dessous du Smic.
---/---
Source: http://actu.orange.fr/economie/pascal-lamy-prone-des-petits-boulots-payes-moins-que-le-smic-afp_2915100.html


Il est intéressant de noter qu'alors qu'un proche du président de la République se déclare favorable aux "petits boulots payés moins que le SMIC", le Conseil constitutionnel confirme de son coté que le code du travail peut interdire l'ouverture d'un magasin après 21 heures sur les Champs-Elysées même si les salariés touchent une prime pour travailler en soirée...



AFP a écrit:
04/04/2014 à 10:18
Travail de nuit: le droit conforme à la Constitution

Le droit qui encadre le travail de nuit est conforme à la Constitution, a estimé vendredi le Conseil constitutionnel, rejetant ainsi une demande du parfumeur Sephora (groupe LVMH) qui y voyait une atteinte aux libertés d'entreprendre.

Saisi de deux questions prioritaires de constitutionnalité (QPC), le Conseil a en revanche annoncé avoir censuré un article du code du travail portant sur l'effet suspensif des recours contre les autorisations préfectorales permettant aux enseignes d'ouvrir le dimanche.

La première QPC portait sur trois articles du code du travail (3122-32, 3122-33 et 3122-36) qui stipulent notamment que le recours au travail de nuit (après 21H00 et jusqu'à 06H00) est en principe exceptionnel, et doit être justifié par la nécessité d'assurer la continuité de l'activité économique ou des services d'utilité sociale.

Le parfumeur se demandait notamment si le texte ne conduisait pas à méconnaître "les libertés d'entreprendre et du travail et le principe d?égalité devant la loi".

Mais le Conseil constitutionnel a estimé vendredi que la loi "n'est pas manifestement déséquilibrée, entre la liberté d'entreprendre" et les exigences portant "notamment sur la protection de la santé et le repos" des salariés. Les Sages ont "en conséquence écarté les griefs de la société requérante et jugé les dispositions contestées conformes à la Constitution".

Le ministère du Travail avait récemment estimé qu'une invalidation du texte aurait eu des conséquences "importantes" même si le droit communautaire, certes un peu moins protecteur "mais très proche", "s'imposerait".

Sur la seconde QPC de Sephora, le Conseil constitutionnel a estimé que l'article L 3132-24 du code du travail sur le travail du dimanche était "contraire à la Constitution".

Actuellement, dès qu'un syndicat dépose un recours contre une décision préfectorale autorisant une enseigne à ouvrir le dimanche, la décision est automatiquement suspendue en attendant que la justice se prononce. Or, a relevé l'institution présidée par Jean-Louis Debré, ces dérogations sont temporaires et rien ne garantit qu'une décision intervienne "dans un délai qui ne prive pas de tout effet l'autorisation accordée par le préfet", ce que les Sages ont jugé inconstitutionnel.
Source: http://actu.orange.fr/france/travail-de-nuit-le-droit-conforme-a-la-constitution-afp_2918140.html


Par ailleurs, selon Libération le syndicat Clip-P qui considère comme une victoire cette décision du Conseil constitutionnel devrait mettre la pression pour jeter d'autres salariés au chômage en faisant fermer d'autres magasins en soirée...

Les intérêts des syndiqués nantis qui ont un  travail et les intérêts de ceux qui ne demandent qu'à travailler semblent aujourd'hui nettement divergents...

Libération a écrit:
---/---

Zara et les supérettes dans le collimateur

Sephora, «particulièrement déçus par cette décision» sur le travail de nuit, attend que la cour de cassation statue sur son pourvoi, qui devrait logiquement découler de la position du conseil constitutionnel. Le Clic-P, l'intersyndicale à l'origine des actions contre Sephora et qui considère comme une «victoire» la décision sur le travail de nuit, a prévu de «poursuivre ses actions en justice pour faire respecter le droit au repos nocturne des salariés du commerce». Première enseigne dans la ligne de mire, le Marionnaud des Champs Elysées qui ouvre jusqu’à minuit, Zara, et de nombreuses supérettes.

Frédérique ROUSSEL
Source: http://www.liberation.fr/economie/2014/04/04/travail-de-nuit-et-du-dimanche-ce-que-dit-le-conseil-constitutionnel_993160


Le jour ou le Clip-P et les écologistes, l'un défendant les intérêts des travailleurs et les autres la consommation énergétique, auront réussi à faire fermer tous les commerces et éteindre toutes les lumières en soirée sur les Champs-Elysées, on prendra peut être en considération le fait que le tourisme a représenté 7,3 % du PIB en 2012... Voir: http://www.dgcis.gouv.fr/etudes-et-statistiques/statistiques-tourisme/donnees-cles/chiffres-cles
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyVen 04 Avr 2014, 16:35

Ceux qui ont le moins à craindre d'être sans travail étant les permanents des syndicats... et ce sont ceux qui nous expliquent comment fonctionne une entreprise.

Comme la plupart d'entre eux ne savent même plus ce qu'est une boite doit on s'étonner si les bugs se produisent ?
Revenir en haut Aller en bas
thierry

thierry

Messages : 1282
Date d'inscription : 03/03/2013

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptySam 05 Avr 2014, 08:09

extrait du site Contrepoints:

C’est ce que nous allons mesurer en nous penchant sur les 18 biographies de ces combattants (le Président de la République, le Premier ministre et ses 16 ministres). Avant de sacrifier leur carrière privée au nom de l’intérêt général, combien d’années les membres de l’état major de la lutte armée contre le chômage ont-ils passé dans les tranchées de l’économie réelle ?

François Hollande, 60 ans, dans la vie active depuis l’âge de 26 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

Manuel Valls, 52 ans, dans la vie active depuis l’âge de 21 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

Laurent Fabius, 58 ans, dans la vie active depuis l’âge de 28 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

Ségolène Royal, 61 ans, dans la vie active depuis l’âge de 27 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

Benoit Hamon, 47 ans, dans la vie active depuis l’âge de 24 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

Christiane Taubira, 62 ans, dans la vie active depuis l’âge de 26 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

Michel Sapin, 61 ans, dans la vie active depuis l’âge de 28 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

Arnaud Montebourg, 51 ans, dans la vie active depuis l’âge de 28 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

Marisol Touraine, 55 ans, dans la vie active depuis l’âge de 25 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

François Rebsamen, 62 ans, dans la vie active depuis l’âge de 25 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

Jean-Yves Le Drian, 66 ans, dans la vie active depuis l’âge de 24 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

Bernard Cazeneuve, 50 ans, dans la vie active depuis l’âge de 25 ans. Nous sommes là face à un dilemme. Alors que sa fiche Wikipedia et quelques articles de presse font état d’un début de carrière à la Banque Populaire, cet épisode n’apparaît pas sur la biographie officielle du nouveau ministre de l’Intérieur (par ailleurs très détaillée). Une tache sur son CV que l’homme politique a du mal à assumer vis-à-vis de ses collègues qui n’ont jamais mangé de ce pain-là ? Dans le doute, considérons que Bernard Cazeneuve a bel et bien vécu une courte expérience hors de la sphère publique. Nombre d’années passées en entreprise : 3.

Najat Vallaud-Belkacem, 36 ans, dans la vie active depuis l’âge de 23 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

Marylise Lebranchu, 66 ans, dans la vie active depuis l’âge de 26 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

Aurélie Filippetti, 40 ans, dans la vie active depuis l’âge de 24 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

Stéphane Le Foll, 54 ans, dans la vie active depuis l’âge de 23 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

Sylvia Pinel, 36 ans, dans la vie active depuis l’âge de 25 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

George Pau-Langevin, 65 ans, dans la vie active depuis l’âge de 23 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

Saisissons-nous d’une calculatrice afin de faire les comptes : 0 + 0 + 0 + 0 + 0 + 0 + 0 + 0 + 0 + 0 + 0 + 3 + 0 + 0 + 0 +0 + 0 + 0 = 3. Sur les 531 années d’activité professionnelle cumulées par notre nouveau gouvernement de combat contre le chômage, seulement trois se sont déroulées sur cette terra incognita appelée entreprise*. Un petit 0,5% qui nous montre à quel point nous avons affaire à des gens qui savent de quoi ils parlent. Pas de blague, Monsieur le ministre de l’Intérieur. La France entière compte sur vos 36 mois à la Banque Populaire pour nous mener à la victoire.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptySam 05 Avr 2014, 08:31

Un exercice que l'on pourrait refaire avec tous les gouvernements de la Veme république.
Revenir en haut Aller en bas
thierry

thierry

Messages : 1282
Date d'inscription : 03/03/2013

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptySam 05 Avr 2014, 09:02

En effet ce serait intéressant de voir.

mais de mémoire, Sarko a tenu un cabinet d'avocat, Raffarin a ete commercial, Lagarde a dirigé un cabinet d'audit, Gaino a travaille dans le groupe louis Dreffus.

Mais les ecarts ne sont peut être pas si important que ca.




Revenir en haut Aller en bas
matmut

matmut

Messages : 2080
Date d'inscription : 10/07/2010

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptySam 05 Avr 2014, 09:24

AVANTAGE X DÉSAVANTAGE
Avantage: Meilleurs connaissance des problèmes concrets liés à l'entreprise.
Désavantage: Mélange des genres pouvant déboucher sur des conflits d'intérêts.
Votre analyse Thierry serait à compléter en distinguant parmi ceux qui ont exercé un emploi dans le privé ceux qui étaient chef d'entreprise ou cadre dirigeant et ceux qui étaient cadre moyen, employé ou ouvrier.
Revenir en haut Aller en bas
thierry

thierry

Messages : 1282
Date d'inscription : 03/03/2013

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptySam 05 Avr 2014, 10:05

Questions conflits d’intérêts le mélange de la fonction publique et du pouvoir politique a prouvé son efficacité:
les fonctionnaires qui passent du fauteuil de ministre pour aider sa corporation on en a vu plus d'un, et pendant ce temps la on oublie les 80% de la population qui travaille dans le privé.

Le plus bel exemple c'est les régimes de retraite: d'un coté le public qui fixe ses propres règles qui le copain ministre et qui fait payer la note aux salariés du privé qui eux voient leurs droits diminuer.

La on a un vrai conflit d’intérêt qui engage le pays, mais celui la il ne passe jamais en justice.

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptySam 05 Avr 2014, 11:06

N'oublions pas le copinage politique/journaliste c'est le plus rentable et ce dans tous les sens du terme...

Les deux y trouvent largement leur compte !

Pour ce qu'il en est des politiques n'ayant jamais connu une entreprise mais pris les mains dans la confiture des marchés... pas besoin de se fatiguer beaucoup pour avoir des exemples.


Dernière édition par tonton christobal le Sam 05 Avr 2014, 11:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
paulau



Messages : 251
Date d'inscription : 03/04/2013

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptySam 05 Avr 2014, 11:07

thierry a écrit:
Questions conflits d’intérêts le mélange de la fonction publique et du pouvoir politique a prouvé son efficacité:
les fonctionnaires qui passent du fauteuil de ministre pour aider sa corporation on en a vu plus d'un, et pendant ce temps la on oublie les 80% de la population qui travaille dans le privé.

Le plus bel exemple c'est les régimes de retraite: d'un coté le public qui fixe ses propres règles qui le copain ministre et qui fait payer la note aux salariés du privé qui eux voient leurs droits diminuer.

La on a un vrai conflit d’intérêt qui engage le pays, mais celui la il ne passe jamais en justice.


C'est surtout les régimes de retraites spéciaux ( sncf, edf , ratp ) qui posent problème.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptySam 05 Avr 2014, 14:58

thierry a écrit:
extrait du site Contrepoints:

C’est ce que nous allons mesurer en nous penchant sur les 18 biographies de ces combattants (le Président de la République, le Premier ministre et ses 16 ministres). Avant de sacrifier leur carrière privée au nom de l’intérêt général, combien d’années les membres de l’état major de la lutte armée contre le chômage ont-ils passé dans les tranchées de l’économie réelle ?

Cet article est juste révélateur, si il en était encore besoin, du fossé existant entre gouvernement, administration et entreprises...

Et là vous ne parler que du gouvernement...

On pourrait aussi parler Trésor public, URSSAF, Inspection du travail, ...
Revenir en haut Aller en bas
matmut

matmut

Messages : 2080
Date d'inscription : 10/07/2010

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptySam 05 Avr 2014, 16:03

paulo écrit:
Citation :
C'est surtout les régimes de retraites spéciaux ( sncf, edf , ratp ) qui posent problème.
Pourtant Sarkozy a réformé le système de retraite des agents d'EDF, même qu'après sa réforme le système réformé coute plus cher qu'avant la réforme.
Revenir en haut Aller en bas
matmut

matmut

Messages : 2080
Date d'inscription : 10/07/2010

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptySam 05 Avr 2014, 16:10

Thierry écrit:
Citation :
Le plus bel exemple c'est les régimes de retraite: d'un coté le public qui fixe ses propres règles qui le copain ministre et qui fait payer la note aux salariés du privé qui eux voient leurs droits diminuer.
Vous avez tout à fait raison,en complétant avec les systèmes de retraite incroyables des députés,des sénateurs, des députés et agents européens. Si l'on veut on peut récupérer des milliards d'Euros sans s'en prendre aux régimes du privé ARCCO et AGIRC.
Un exemple récent du scandale du régime des fonctionnaires avec Dominique de Villepin qui a réintégré durant une journée son corps d'état d'origine pour pouvoir toucher 100 000 Euros de prime de départ.
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4511
Date d'inscription : 08/01/2012

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptySam 05 Avr 2014, 16:34

Tous ces privilèges ont un parfum d'Ancien Régime finissant.
Et sous Louis XVI aussi, l'Etat avait de forts besoins d'argent inassouvis.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptySam 05 Avr 2014, 16:54

matmut a écrit:
Un exemple récent du scandale du régime des fonctionnaires avec Dominique de Villepin qui a réintégré durant une journée son corps d'état d'origine pour pouvoir toucher 100 000 Euros de prime de départ.

Il faut quand même recadrer les choses comme le fait l'article du Point ci-dessous, il ne s'agit d'une "prime de départ" mais d'une "prime de départ ANTICIPé"... Dis autrement, la carrière de de Villepin au Quai d'Orsay a été écourtée de 7 ans...

Ce qui est étonnant c'est que si tout le monde s'agite sur les 70 000 euros perçus, on entend peut parler de ce que ceux-ci représentent... Pourtant:

"En fait, la somme se situe au-dessus de 70 000 euros et correspond à un mois de traitement par année de travail restant à accomplir."

"Dominique de Villepin a 59 ans et devait encore plus de sept ans de travail au Quai d'Orsay, précise Romain Nadal.
"


L'équation qui devrait faire réagir est pourtant bien celle-là : ( 70000 / 7 ) x 12

Ceci étant vu le niveau de responsabilités, cette rémunération annuelle  est à rapprocher de celle de certains chefs d'entreprise, médecins, dentistes, ...



Le Point a écrit:
Dominique de Villepin touche plus de 70 000 euros pour un départ anticipé à la retraite

Le Point.fr - Publié le 12/03/2014 à 12:27 - Modifié le 12/03/2014 à 16:23
L'ancien ministre des Affaires étrangères a bien touché un "pécule" du Quai d'Orsay. Dans le respect de toutes les règles en vigueur

Par Emmanuel Berretta

Laurent Fabius lit l'anglais aussi bien qu'il le parle. Et assure que c'est en feuilletant le Daily Telegraph qu'il a appris que son prédécesseur, Dominique de Villepin, avait pris son "pécule" pour un départ anticipé à la retraite. "Pas 100 000 euros, l'information est erronée. C'est moins", explique Romain Nadal, le porte-parole du Quai d'Orsay. En fait, la somme se situe au-dessus de 70 000 euros et correspond à un mois de traitement par année de travail restant à accomplir.

En tant qu'ancien agent du ministère des Affaires étrangères, Dominique de Villepin a d'abord demandé sa réintégration au Quai d'Orsay. Celle-ci est de droit. C'était un passage obligé pour pouvoir, dans la foulée, bénéficier du régime de départ à la retraite anticipée réservé aux deux plus hautes catégories de cadre. Ce régime s'adresse aux "ministres plénipotentiaires hors classe" (il s'agit juste d'un grade qui n'a rien à voir avec le fait d'avoir été ministre) ainsi qu'aux "conseillers des affaires étrangères hors classe". En fait, les deux plus hauts grades hiérarchiques du ministère.

Il est ouvert aux agents qui ont entre 58 et 62 ans. "Dominique de Villepin a 59 ans et devait encore plus de sept ans de travail au Quai d'Orsay, précise Romain Nadal. Vous imaginez bien qu'il nous était difficile de recaser un ancien Premier ministre. Nous n'avions rien à lui offrir, et lui désirait travailler dans le privé, donc partir. L'opération est profitable au ministère. Elle s'est déroulée entre la direction des ressources humaines et Dominique de Villepin sans que Laurent Fabius ait eu à la connaître."
Source: http://www.lepoint.fr/politique/emmanuel-berretta/dominique-de-villepin-touche-plus-de-70-000-euros-pour-un-depart-anticipe-a-la-retraite-12-03-2014-1799956_1897.php
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyLun 07 Avr 2014, 04:17

matmut a écrit:
---/---
Un exemple récent du scandale du régime des fonctionnaires avec Dominique de Villepin qui a réintégré durant une journée son corps d'état d'origine pour pouvoir toucher 100 000 Euros de prime de départ.

Dans le même ordre d'idée....

AFP a écrit:
06/04/2014 à 16:22
Laurent Wauquiez : "Ayrault doit renoncer à sa prime de départ"

Selon l'ancien ministre UMP, Jean-Marc Ayrault doit "symboliquement" renoncer à sa prime de départ après les "efforts" demandés aux Français sous son gouvernement.

Laurent Wauquiez ne veut pas "s'apitoyer sur Jean-Marc Ayrault". Mais il lui demande un effort, question d'"exemplarité" et de symbole. Ce dimanche 6 avril, le député-maire du Puy-en-Velay a expliqué sur "France 3" que l'ancien Premier ministre devrait renoncer à sa prime de départ.

"Ils ont demandé beaucoup d'efforts aux Français au cours des deux ans passés. Je pense qu'à titre symbolique, ce serait bien qu'il renonce à cette prime". Ce serait selon lui "une façon élégante" de quitter Matignon.

L'ancien ministre de l'Enseignement supérieur a assuré s'être appliqué à lui-même cette mesure quand il a cessé d'être ministre (en mai 2012). Il a précisé ensuite que la prime représentait potentiellement presque tout le salaire pendant six mois. Elle s'interrompt si et quand le ministre réintègre le Parlement.

Ce jeudi, l'ancien Premier ministre avait annoncé vouloir retrouver son siège de député de la troisième circonscription de Loire-Atlantique après avoir "récupéré toute (son) énergie".
Source: http://actu.orange.fr/france/laurent-wauquiez-ayrault-doit-renoncer-a-sa-prime-de-depart-afp-s_2921546.html
Revenir en haut Aller en bas
matmut

matmut

Messages : 2080
Date d'inscription : 10/07/2010

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyLun 07 Avr 2014, 09:38

Citation :
Dominique de Villepin a 59 ans et devait encore plus de sept ans de travail au Quai d'Orsay, précise Romain Nadal."
Pourquoi? l'age de la retraite ne vient il pas d'être porter à 62ans.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyMer 09 Avr 2014, 16:43

Les changements continuent....

Il faut rester vigilant, les yeux rivés sur le niveau de la dette, la balance du commerce extérieur et mais surtout la courbe du chômage,  en attendant de mesurer les résultats...



"Dans la matinée, le secrétaire général de l'Elysée, Pierre-René Lemas, a annoncé à l'AFP sa démission et son remplacement par Jean-Pierre Jouyet, directeur général de la Caisse des dépôts et consignations, qui fut ministre de Nicolas Sarkozy entre 2007 et 2008 [puis directeur de l''Autorité des marchés financiers (AMF) jusqu'en juillet 2012]. MM. Lemas et Jouyet ont la caractéristique d'être des proches du chef de l'Etat, issus comme lui de la promotion Voltaire de l'Ena."



AFP a écrit:
09/04/2014 à 15:17
Elysée, gouvernement, PS: Hollande chamboule tout

François Hollande a poursuivi son chamboule-tout mercredi, au lendemain du vote de confiance accordé à Manuel Valls, avec la nomination d'une douzaine de secrétaires d'Etat, un changement majeur à l'Elysée et le départ de Harlem Désir de la tête du PS.

Après avoir changé de Premier ministre il y a une semaine et nommé un gouvernement resserré, le chef de l'Etat a remanié mercredi son entourage proche à l'Elysée. La nomination d'une douzaine de secrétaires d'Etat était attendue dans l'après-midi.

Dans la matinée, le secrétaire général de l'Elysée, Pierre-René Lemas, a annoncé à l'AFP sa démission et son remplacement par Jean-Pierre Jouyet, directeur général de la Caisse des dépôts et consignations, qui fut ministre de Nicolas Sarkozy entre 2007 et 2008. MM. Lemas et Jouyet ont la caractéristique d'être des proches du chef de l'Etat, issus comme lui de la promotion Voltaire de l'Ena.

Le secrétaire général de l'Elysée sortant a expliqué qu'il "considérait, qu'après le départ du Premier ministre et le remaniement, il était légitime qu'(il) propose sa démission au président" et que celui-ci avait "estimé qu'il valait mieux changer d'équipe et de secrétaire général".

"Dès lors qu'une nouvelle équipe s'installait à Matignon, je souhaitais qu'il y ait une nouvelle équipe à l'Elysée", a commenté sur Le Monde.fr M. Hollande, pour qui Matignon et l'Elysée doivent désormais travailler de façon "totalement imbriquée".

Il faut, a insisté le chef de l'Etat, "une cohérence absolue, une équipe quasiment fusionnelle, une véritable unité de commandement".

Pierre-René Lemas, a précisé l'Elysée dans un communiqué, "sera prochainement proposé pour exercer d'importantes responsabilités dans une grande institution publique". Peut-être à la Caisse des dépôts.

M. Jouyet avait été nommé secrétaire d'Etat aux Affaires européennes après l'élection de Nicolas Sarkozy en 2007, qui en avait fait l'un des piliers de sa stratégie d'ouverture. Il avait quitté le gouvernement Fillon en décembre 2008 pour devenir président de l'Autorité des marchés financiers, avant sa nomination à la Caisse des dépôts.

Ami proche du président de la République, M. Jouyet, 60 ans, "a une compétence, tout le monde la connaît, la reconnaît", a commenté le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, avant l'officialisation de ce changement à l'Elysée. M. Jouyet prendra ses fonctions le 16 avril.



- Désir "exfiltré" de la tête du PS -

Fort du vote de confiance de l'Assemblée et d'une déclaration de politique générale saluée sur la forme et sur le fond, le nouveau Premier ministre a de son côté continué à avancer ses pions mercredi matin sur BFMTV et RMC.

"J'ai fait du Valls mais je suis Premier ministre de la France", a-t-il fait valoir, insistant sur le rythme accéléré des réformes à venir. Il participera mercredi à sa première séance de questions au gouvernement à l'Assemblée en tant que Premier ministre, avant de prononcer une nouvelle déclaration du gouvernement, suivie d'un débat, à partir de 16H30 au Sénat.

En attendant, il va compléter mercredi son dispositif avec la nomination d'une douzaine de secrétaires d'Etat qui respecteront la parité hommes-femmes de l'équipe gouvernementale. Il y a pour l'instant huit ministres femmes et huit hommes.

S'ils ne sont pas amenés à siéger le mercredi en Conseil des ministres, sauf possible exception pour le portefeuille des Relations avec le Parlement, les secrétaires d'Etat seront réunis avec les ministres un jeudi sur deux à Matignon par Manuel Valls.

Parmi les entrants potentiels figurent les députés PS Thierry Mandon, Jérôme Guedj, Thomas Thévenoud ou Jean-Marc Germain. Fleur Pellerin, ministre de Jean-Marc Ayrault, pourrait se voir confier le portefeuille du Commerce extérieur rattaché désormais au Quai d'Orsay.

Seule certitude mercredi matin: le premier secrétaire du PS, Harlem Désir, rejoindra le gouvernement, certaines sources l'évoquant aux Affaires européennes. Cette nomination, confirmée par des parlementaires, va permettre selon l'un d'eux d'"exfiltrer" M. Désir. Depuis 2012 à Solférino, l'ancien président de SOS Racisme n'a jamais convaincu et a été rendu en partie responsable de la débâcle de la gauche aux municipales.

M. Désir sera remplacé par le député et secrétaire national du PS Jean-Christophe Cambadélis. Les deux hommes s'étaient disputé la tête du PS en 2012, M. Désir l'emportant finalement avec l'appui de M. Valls, de Pierre Moscovici, Vincent Peillon et Stéphane Le Foll.
Source: http://actu.orange.fr/politique/elysee-gouvernement-ps-hollande-chamboule-tout-afp_2927032.html


Et à propos de cette fameuse "promotion Voltaire", pour ceux qui croiraient qu"il s'agit d'une offre promotionnelle sur des fauteuils dans un quelconque magasin de meubles...

Le Parisien a écrit:
La promo Voltaire à la manœuvre

Publié le 15.05.2012

C'est l'histoire d'une promotion qui, voici trente-deux ans, étincelait déjà sur les bancs de l'école du pouvoir. Ségolène Royal, Dominique de Villepin, Henri de Castries, Renaud Donnedieu de Vabres… et François Hollande : 156 élèves, plus brillants les uns que les autres, pénètrent à l'ENA, l'Ecole nationale d'administration. Entre 1978 et 1980, Hollande y tisse des amitiés solides et fonde son premier cercle politique sur lequel il s'appuie aujourd'hui encore. Parmi ces piliers, Pierre-René Lemas, très probable secrétaire général de l'Elysée, Michel Sapin, l'expert en économie, le diplomate Jean-Maurice Ripert ou Jean-Pierre Jouyet, l'actuel président de l'Autorité des marchés (AMF).

Sur le devant de la scène pour les uns, d'autres anciens de Voltaire se sont aussi activés en coulisse pendant la campagne. Ainsi Jean-Marie Cambacérès, ex-député PS, et Dominique Villemot, conseiller de Hollande, ont orchestré l'influente (et discrète) mobilisation des « vieux copains de promo », via une association, Démocratie 2012, et un cercle informel, le Club Voltaire. Gaullistes, centristes, radicaux, jeunes… Même Henri de Castries, président du groupe Axa, proche de Nicolas Sarkozy, a mis la main à la pâte en versant à titre privé 7500 € pour financer la campagne des primaires de son ami. Villepin a lui aussi toujours gardé des liens avec cette promotion et se dit « convaincu qu'il a l'étoffe » pour être président. « Il est préparé. C'est quelqu'un qui a concentré sa vie sur cet objectif », a assuré hier l'ancien Premier ministre de Jacques Chirac.

Comment expliquer cette implication de femmes et d'hommes issus de tous les bords de l'échiquier politique? « L'intérêt général coulait dans nos veines. Et ça n'a pas changé, témoigne Françoise Miquel, haut fonctionnaire classée à droite. Le rassemblement de la promotion s'est opéré afin que l'on retrouve le rôle central de l'Etat. On a besoin de ce type de leader plutôt que de quelqu'un qui part tout seul à l'assaut du pont d'Arcole. »

Un regroupement facilité par le bon souvenir qu'a laissé Hollande. « A l'époque, il sortait déjà du lot, raconte Jean-Marie Cambacérès. Par son empathie et ses bons mots. » « C'était l'une des stars. Il exerçait une attraction auprès de tous », ajoute Françoise Miquel.

Dans le hall de l'ENA, Hollande et sa bande squattent le banc rond en bois. « Ils étaient toujours en train d'organiser quelque chose », se souvient Cambacérès. Un syndicat maison transcourants, le Carena, qui irrite profondément son camarade, à l'époque membre de la CFDT.

« Il était très apprécié. Son caractère n'était pas spécialement marqué », souligne Raymond-Max Aubert, qui a été plus tard un adversaire politique de Hollande en Corrèze. « Très jovial, il se réfugiait dans l'humour et la courtoisie. Il n'avait pas l'image d'un ambitieux volontaire, mais c'était résolument l'élément moteur de son groupe et quelqu'un qui essayait toujours de rassembler », ajoute-t-il. D'ailleurs, le nom que s'est choisi la promotion, lors d'un week-end d'intégration à Font-Romeu (Pyrénées-Orientales), a germé dans l'esprit de son clan. « L'avantage de Voltaire, c'est que les mecs de droite pensaient qu'il était de leur bord. Idem pour les types de gauche… » pouffe Cambacérès.


Le Parisien
Source: http://www.leparisien.fr/election-presidentielle-2012/la-promo-voltaire-a-la-manoeuvre-15-05-2012-2001494.php


Point commun aux 156 diplômés de cette promotion Voltaire ? AUCUN n'a crée une entreprise !

Voir:
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/583821-hollande-sapin-lemas-avec-la-promotion-voltaire-les-pme-ne-vont-pas-rigoler.html
http://www.economist.com/node/21549976 (en anglais)

Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4511
Date d'inscription : 08/01/2012

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyMer 09 Avr 2014, 18:01

AFP via a.nonymous :
Citation :
Seule certitude mercredi matin: le premier secrétaire du PS, Harlem Désir, rejoindra le gouvernement, certaines sources l'évoquant aux Affaires européennes. Cette nomination, confirmée par des parlementaires, va permettre selon l'un d'eux d'"exfiltrer" M. Désir. Depuis 2012 à Solférino, l'ancien président de SOS Racisme n'a jamais convaincu et a été rendu en partie responsable de la débâcle de la gauche aux municipales.

Quel monde merveilleux, la politique : l'incompétence est source de promotion !
Et en plus d'être annoncé au gouvernement, Harlem Désir est tête de liste PS aux élections européennes, en Île de France. Donc sûr d'être élu, si le PS fait plus de 7%.
Remarquez, aux autres élections ce ne sont pas toujours les meilleur(e)s qui l'emportent...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyMer 09 Avr 2014, 18:10

salamandre a écrit:
Quel monde merveilleux, la politique : l'incompétence est source de promotion !

Dans le même ordre d'idée, on nous annonce une décision majeure du chef de l'Etat...

Il est quand même croquignolesque qu'il faille comme au collège priver les ministres de leur portable pour que ceux-ci suivent le conseil...



AFP a écrit:
09/04/2014 à 17:50
Le Conseil des ministres se fait désormais sans téléphones portables

Finis les SMS lors du Conseil des ministres! Le président de la République a demandé aux ministres mercredi de déposer leurs téléphones portables à l'entrée du salon avant de siéger, afin qu'ils "se concentrent pleinement" sur les dossiers.

"Pour être concentrés sur ce que nous avons à faire, le président de la République a décidé qu'il n'y aurait plus de portables au Conseil des ministres", a confirmé le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, lors d'un point de presse à l'issue de la réunion hebdomadaire.

"Chacun maintenant aura à discuter et à écouter ce qui se dit et n'aura plus à pianoter sur ce magnifique outil", a-t-il conclu, précisant qu'il avait confié son propre téléphone à un officier de sécurité, ses collègues ayant eux aussi tous laissé leurs appareils "à l'entrée".

François Hollande lui-même s'est-il plié à cette règle? "Je n'ai pas été vérifier", a plaisanté le ministre de l'Agriculture.

"Aucune consigne" n'a été donnée en revanche concernant l'usage de Twitter par les ministres, a précisé Stéphane Le Foll.
Source: http://actu.orange.fr/politique/le-conseil-des-ministres-se-fait-desormais-sans-telephones-portables-afp_2927514.html
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyMer 09 Avr 2014, 18:24

La nouvelle ministre de l'Ecologie et de l'Energie, Ségolène Royal, a fixé mercredi ses quatre "grands chantiers", réaffirmant que le dossier de la "transition énergétique" était "une des priorités" du gouvernement Valls.

La lutte contre le réchauffement climatique et la transition énergétique sont "une ardente obligation", mais surtout "une formidable chance", a plaidé Mme Royal lors des questions au gouvernement.

Elle a notamment cité "un potentiel considérable de création d'activités et d'emplois mais aussi du bien être" en matière de santé ou de pouvoir d'achat grâce "par exemple aux économies d'énergie", a-t-elle déclaré en réponse à la députée socialiste Odile Saugues qui l'interrogeait sur sa "feuille de route" ministérielle.

La feuille de route est celle fixée par François Hollande "lors des deux conférences environnementales" et par le Premier ministre Manuel Valls lors de sa déclaration de politique générale mardi et "c'est une de nos priorités", a dit Mme Royal.

Cette feuille de route est "claire" et "consiste à accélérer, à mettre en mouvement les territoires sur lesquels vous êtes élus et surtout à préparer le projet de loi sur la transition énergétique sur lequel vous aurez à débattre", a dit Mme Royal aux parlementaires.

Ce projet de loi doit être présenté "avant l'été", a confirmé mardi M. Valls, ce qui implique qu'il soit finalisé dans les prochaines semaines du fait des saisines nécessaires du Conseil d'Etat et du Conseil économique, social et environnemental .

"Il y a donc quatre grands chantiers qui sont devant nous", a listé Mme Royal. Il s'agit de "la rénovation thermique des bâtiments", avec l'objectif d'atteindre 500.000 rénovations de logements par an d'ici 2017. "Nous allons accélérer ce chantier", pour lequel l'exécutif a déjà pris des mesures depuis l'an dernier, a promis la ministre.

Deuxième chantier: "les énergies renouvelables et les économies d'énergie", avec l'objectif de s'appuyer sur les entreprises françaises pour augmenter la part des renouvelables dans l'énergie consommée en France.

Le troisième chantier est "la mobilité propre" en matière de transport, pour lequel la ministre a simplement cité l'installation de bornes de recharge pour voitures électriques.

Enfin, le quatrième chantier est "l'économie circulaire", avec l'objectif de transformer les déchets en matières premières et "apporter ainsi une valeur ajoutée pour faire de la France une des premières puissances écologiques d'Europe", a souhaité Mme Royal.

AFP
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyMer 09 Avr 2014, 18:57

En complément, je me permets de republier à nouveau ici un texte qui traite de la transition énergétique. Il semble avoir été rédigé par un technicien et non par un politique ce qui lui donne une toute autre crédibilité. Cet texte était en fait une réponse à un article du Canard enchainé.

Sujet : Déchets nucléaires : un gouffre financier ?



Mon cher Canard,



Bien qu’étant un très ancien lecteur (depuis 40 ans), c’est la première fois que je prends la plume ( pardon …. le clavier !) pour t’écrire.



En effet,  je t’ai été très fidèle pendant une vingtaine d’années. J’ai même une collection de tes exemplaires reliés en 8 volumes bisannuels magnifiques ..  Mais lorsque je me suis aperçu que tu me trompais, ma fidélité s’est un peu émoussée et j’ai cessé de te lire toutes les semaines…



Qui suis-je ?  Un retraité, Ingénieur de formation, qui a traîné ses guêtres pendant 25 ans dans les centrales nucléaires Françaises. J’ai été successivement Ingénieur, Chef de Service, Directeur Adjoint de Centrale, Directeur de centre de formation nucléaire, Inspecteur de Sûreté Nucléaire…



Sache que je ne tire aucune gloire de ces fonctions… mais si j’éprouve le besoin de les énumérer, c’est pour te dire que je connais plutôt bien mon Nucléaire!… Le fait d’avoir traîné pendant des années mes souliers et mes combinaisons parmi les tuyaux, les pompes et les réservoirs, d’avoir côtoyé quotidiennement les travailleurs de cette industrie, me donne, en tous cas je le crois,  une certaine légitimité pour parler du sujet.

Sûrement plus que certains « scientifiques notoires », tels Monique SENE, dont je connais les travaux systématiquement à charge contre le Nucléaire depuis 25 ans, et qui travaillent principalement au fond de leur bureau, échafaudant des hypothèses et des conclusions pas toujours prouvées… mais toujours empreintes d’une certaine mauvaise foi ..



Ce préambule étant fait, tu dois comprendre pourquoi je me suis senti trompé par toi, de par tes positions systématiquement anti nucléaires où j’ai senti beaucoup plus d’idéologie que de rationalité ! Or, tu m’avais habitué  à l’objectivité et à la rationalité.



Je vais m’appuyer sur ton article de ce jour qui traite des déchets nucléaires, non pas en énumérant des hypothèses ou des suppositions comme d’autres le font, mais en m’appuyant sur des faits réels et avérés. Les chiffres que je cite sont des chiffres  tirés des rapports EDF, AREVA, de la CRE (Commission de Régulation de l’Energie) et de la Cour des Comptes. Il ne me reste qu’à faire quelques multiplications et divisions simples qu’ Alzheimer ne m’empêche pas encore de faire…



Dernière précision :  je ne suis guidé par AUCUN intérêt  personnel … Seul l’intérêt que j’ai pour la vérité me guide !



COUTS DU NUCLEAIRE



Dans son rapport 2012, la Cour des Comptes avait chiffré à 258 Milliards le coût total du Nucléaire( hors déchets et démantèlement )  depuis l’origine jusqu’en 2010… Hors, jusqu’en 2010, le Nucléaire  avait produit en France environ 14 000 Milliards de KWH…..Ce qui met le KWH  à  :  258/ 14000 =  0,0185 Euros /KWH  (  18,5 Euros par MWH )



Même en doublant ce chiffre ( 258 Milliards pour les déchets et le démantèlement ce qui est considérable) on arrive à  37 Euros par MWH ! Ce qui est loin des 75 ou 90 Euros que je lis dans ton article de ce jour !



Il est question de 1 Milliard de travaux préconisés par l’ASN  pour prolonger Fessenheim de 10 ans…En 10 ans les deux tranches de Fessenheim produiront 100 Milliards de KWH….Ce qui majorera le KWH de 1/100= 0,01 Euro  ( 10 Euros par MWH …. Est-ce rédhibitoire quand on le compare au coût des énergies renouvelables que je donne plus bas ?..). S’agissant de Fessenheim a-t-on chiffré l’investissement en réseau nécessaire pour garantir  la sécurité électrique de l’Alsace lorsque cette centrale sera arrêtée?… Si elle s’arrête !



Quant à l’EPR, la tête de série ( toujours plus chère parce qu’elle essuie les plâtres ) de Flamanville , il devrait couter  8 Milliards….somme considérable, certes !  Oui, mais elle devrait produire 600 Milliards de KWH au cours de sa vie…ce qui met l’investissement à 8 / 600 = 0,0133 Euros par KWH  ( 13, 3 Euros par MWH )….même en triplant ce coût ( +16 Milliards) pour l’exploitation, la maintenance, les déchets et le démantèlement  on arrive à 40 Euros par MWH…loin des 90 Euros que je lis dans ton article !



D’ailleurs ces coûts sont cohérents avec le prix de vente des KWH nucléaires à  » prix coûtant » que pratique Mr PROGLIO, vis à vis des producteurs privés  et que lui impose la loi NOME :  il vend à 42 Euros par MWH !  …. et ce chiffre est contesté par ses clients, qui le trouvent trop élevé. Crois tu que Mr PROGLIO est homme à vendre à perte ?



COUTS DU RENOUVELABLE



Je lis dans ton article que l’éolien coûterait  un peu plus de de 90 Euros par MWH …. Si on se réfère aux installations  existantes, ( j’ai vérifié celles qui se trouvent dans ma région) les coûts sont proches de 180 Euros par MWH pour l’éolien terrestre et 250 Euros pour l’éolien marin ou le solaire ( Pour information le charbon est à peu près à 120 Euros / MWH) .  A noter que ces coûts ne comprennent ni la maintenance ni la déconstruction (élevé pour les panneaux solaires qui contiennent des métaux rares très toxiques ).



Je passe sur les investissements en réseau supplémentaires qu’il est  nécessaire d’ effectuer  pour préserver l’intégrité de l’alimentation électrique .  En effet, s’agissant d’énergies intermittentes, susceptibles de varier très brutalement sur un aléa climatique soudain, elles peuvent mettre en péril la stabilité du réseau électrique…



Et puis, mon cher Canard, est ce que tu t’éclaires ou tu ne te chauffes que lorsqu’il y a du soleil ou du vent…?



Pourquoi les « grands médias » , à part Le Monde partiellement, ne nous informent-ils pas de l’arrêt du soutien des Gouvernements Espagnol  et Anglais à l’énergie éolienne, jugeant que c’est un gouffre financier ?



Pourquoi, Canard, tu ne nous dis pas que 14 000 éoliennes sont entrain de rouiller aux USA ?



Pourquoi, tu ne nous dis pas que l’Allemagne, souvent citée en exemple vient de stopper son soutien financier à l’éolien, jugeant que c’était un gouffre financier ?  Il faut dire que la « transition énergétique » de l’Allemagne vient d’être évaluée à 1000 Milliards ! Pourquoi tu ne nous ne dis pas qu’elle brûle massivement du charbon (lignite) pour remplacer les 8 réacteurs nucléaires qu’elle a arrêtés (elle n’arrive pas à arrêter ceux qui restent )….  qu’un Allemand rejette trois fois plus de CO2 qu’un Français  et paye son électricité 2 fois plus cher ?



Les Français ont, sur leur facture  d’électricité, une rubrique CSPE  ( Contribution au Service Public d’Electricité ) qui représentait en 2012 , environ 10 % du total…Cette CSPE  comporte pour 60 % le surcoût lié  aux énergies renouvelables ..



Selon la CRE ce surcoût va passer de 2, 8 Milliards en 2013 à 3,5 Milliards en 2014 ce qui devrait générer une augmentation de la facture de 2 %  ( hors prix du KWH qui augmentera de son coté ) . 3,5 Milliards cela représente 5 % du CA d’EDF !…Si le solaire et l’éolien n’existaient pas la facture serait réduite d’autant !



Est ce opportun d’imposer ce surcoût aux Français en période de crise ?   Au moment où on nous rebat les oreilles avec la compétitivité des entreprises, faut il alourdir inutilement leur facture d’électricité ?



D’autant plus que le développement de ces énergies donne du travail aux étrangers (Chinois en particulier) et les investisseurs, qui ont flairé le bon filon, sont aussi, pour la plupart étrangers !  Il parait  (à vérifier) que même la mafia italienne  a investi dans le domaine, en Allemagne, pour blanchir de l’argent sale!



Je crois avoir apporté suffisamment d’éléments, qui montrent que la politique énergétique choisie par le Gouvernement, à travers la « transition énergétique »,  pour faire plaisir aux « arrivistes » Verts  nous conduit à une catastrophe économique….





SURETE  NUCLEAIRE



Je te connais Canard…tu ne vas pas manquer de m’objecter que quels que soient les arguments économiques, la Sécurité n’a pas de prix…et tu auras raison! Mais il faut pousser un peu plus loin l’analyse…



En tous domaines, le risque pris se mesure en multipliant les conséquences potentielles d’un accident par sa probabilité d’occurrence.



Pour ce qui concerne les conséquences d’un accident nous les connaissons à travers Tchernobyl et Fukushima ou tout au moins nous en avons une idée !  Je rappelle, tout de même qu’à Hiroshima et Nagasaki, la vie  est aujourd’hui, 70 ans après, tout à fait normale.



Quant à la probabilité il est nécessaire de la réduire au maximum  par la qualité de la construction, de l’exploitation, de la maintenance et…du contrôle.



Pour avoir exercé les fonctions d’ Inspecteur en Sûreté Nucléaire, je crois pouvoir affirmer que notre ASN est la meilleure au monde, de par son indépendance, sa compétence, sa rigueur et sa neutralité….Ce n’était pas le cas au Japon…et encore moins à Tchernobyl, où elle était inexistante.



Dans ton journal, cher Canard, tu fais référence à St Laurent des Eaux où une partie du cœur a fondu….Oui c’est vrai ..mais quelles conséquences pour l’environnement ?  A ma connaissance, quasiment aucune…et c’est cela qui est important !



Là où tu dis la vérité, c’est lorsque tu dis nos réacteurs graphite gaz  présentaient le même défaut que Tchernobyl  : l’absence d’enceinte de confinement ….Mais ce qui est rassurant c’est que la France, a immédiatement pris la décision d’arrêter ses réacteurs graphite gaz après Tchernobyl :  Bugey 1, Chinon 2 et 3, St Laurent 1 et 2…Et dans les deux ans, ils étaient tous à l’arrêt ….A noter que cette technologie avait été voulue par De Gaulle pour ne pas copier les Américains …et leurs réacteurs à eau légère !



Tu nous parles aussi, à juste titre, des fusions du cœur à TMI et à Fukushima….Encore exact, mais il ne faut pas faire d’amalgame…Fukushima est un réacteur a EAU BOUILLANTE avec une enceinte de confinement légère qui n’a pas résisté aux explosions d’Hydrogène  (pourtant quelques temps auparavant  Areva leur avait proposé des recombineurs d’Hydrogène que TEPCO a refusés, les jugeant trop chers .. Tous nos réacteurs Français en sont pourvus) .



Quand à TMI, l’accident confirme, en grandeur réelle, que le cœur d’un réacteur à EAU PRESSURISEE peut fondre presque entièrement  SANS conséquence pour l’environnement !  Pourquoi ? Parce que l’enceinte de confinement a tenu… Au passage je t’informe que les enceintes de l’EPR sont encore plus résistantes que celles de TMI . Ce type de réacteur est le plus répandu au monde, et en France nous n’avons que ceux là !



Sachant qu’une probabilité n’est jamais nulle, le fait que JAMAIS il n’y a eu d’accident AVEC des rejets radioactifs sur un réacteur a EAU PRESSURISEE du type de ceux que nous avons en France, et qui est le plus répandu au monde, est plutôt rassurant  pour notre pays !



CONCLUSION:



Mon cher Canard,  j’ignore si je t’ai convaincu, mais j’espère au moins, t’avoir fait réfléchir…. Je te demande simplement lorsque tu t’empares d’un sujet, d’essayer de le traiter à charge ET à décharge …. comme tu m’y avais habitué !



Je ne peux pas terminer sans te faire deux remarques :



-  le « lobby  Nucléaire » si cher aux Verts n’existe pas! Un lobby est, en général là pour défendre des intérêts privés…et le CEA est 100 % public et AREVA  et  EDF  sont à 85 % publics !  Alors que le « lobby privé renouvelable » est une réalité. Il est même soutenu par les Verts.

- le Professeur de Médecine Nucléaire  Jean ARTUS du CHU de Montpellier, sommité internationale, qui n’a aucun lien, ni intérêt dans l’énergie nucléaire, écrivait, il y a quelques temps dans les journaux régionaux : « les écologistes mentent en matière de Nucléaire » ou encore « le Nucléaire est l’avenir de notre pays »!



Ne l’oublie pas, cher Canard quand tu parles de Nucléaire….



Avec toute ma sympathie….et peut-être, à nouveau, mes 1,20 Euros hebdomadaires !
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyMer 09 Avr 2014, 19:40

Tout ceci est connu. Et tout ceux qui ont suivi les grandes périodes de transitions (dans l'agriculture, dans l'industrie, dans l'aviation, dans le nucléaire) savent très bien qu'il y a toujours une phase sans retour sur investissement dans la phase de maturation pour tout projet de nature innovante, puis, après un cycle de développement, à un moment, on arrive à une phase de déclin si les modèles ne sont pas ajustés aux nouvelles données économiques.

Les révolutions agricoles, industrielles aéronautiques et électriques n'ont été réussies que par la volonté politique d'accompagner ces grands bouleversements. Toutes ont connu des périodes de restructuration qui ont pesé temporairement sur l'économie réelle. Il en sera de même pour la révolution énergétique, qui de toute façon aura lieu. Qu'elle s'appelle green deal ou autrement, elle représente une grande partie de notre avenir.
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4511
Date d'inscription : 08/01/2012

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyMer 09 Avr 2014, 19:56

A la source de ces révolutions, des innovations majeures. Pour ce qui est des énergies renouvelables, on n'a encore ni les réseaux ni les procédés de stockage massif d'électricité capables de pallier à leur intermittence.
Car l'électricité, il faut à tout moment autant de production que de consommation, ou tout s'écroule. En Allemagne, lorsqu'il y a vent et soleil, on arrête les autres modes de production d'électricité ! Et on rend ainsi les centrales non compétitives, et avec un prix de l'électricité double de celui de la France.
Les ministres s'avèrent souvent mal inspirés dans leurs investissement avec l'argent des autres. Un investisseur privé, lui, risque son propre argent - donc il réfléchit davantage.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyMer 09 Avr 2014, 20:23

Pas faux, mais les progrès scientifiques ne se feront pas sans investissement, et persévérance, l'histoire des fous volants et de l'aéronautique est certainement l'exemple le plus impressionnant de l'histoire récente. Ce n'est pas parce que les obstacles à surmonter sont nombreux qu'il ne faut pas oser.

La notion d'investisseur privé et public est effectivement une ligne de démarcation à considérer avec le plus de justesse possible c'est d'ailleurs pourquoi personnellement je lie  la macro économie (grands agrégats financiers) au développement de la micro économie (les entreprises disons) avec potentiellement soit un plan Roosevelt, ou un plan de mutualisation des dettes (ou des investissements peu importe)  à la clef. C'est aussi pour cela que je suis pour que l'Europe se fédère et non se disloque.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyMer 09 Avr 2014, 20:41

Si les écolos avaient existé à l'époque des fous volants il n'y aurait pas d'avions ni de moteurs à explosions, et les exemples sont innombrables, la Tour Eiffel, impensable, la castration des taureaux quelle horreur, on en serait encore aux médecines douces et naturelles, d'ailleurs Patoo ne propose-t-il pas une réunion prochaine avec un naturopathe?
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyMer 09 Avr 2014, 20:52

Smile
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyMer 09 Avr 2014, 20:55

Se lancer dans des expériences hasardeuses et des idées loufoques dont le bénéfice n'est pas avéré lorsque le pays est en difficulté financière pour faire plaisir à des hurluberlus inconséquents c'est le programme de notre gouvernement.

Surtout il faut aller à contre courant des autres au nom de la fameuse "exception française"

L'expérience d'autrui n'est pas valable en France... dommage que nous soyons tout de même à la traine lorsque nous sommes comparés à des pays de même importance que nous.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyMer 09 Avr 2014, 23:46

tonton christobal a écrit:
Se lancer dans des expériences hasardeuses et des idées loufoques dont le bénéfice n'est pas avéré lorsque le pays est en difficulté financière pour faire plaisir à des hurluberlus inconséquents c'est le programme de notre gouvernement.

Suite au discours de Manual Valls, le Monde a fait du neuf avec du vieux en remettant en avant une chronique de Julien Aubert, député UMP du Vaucluse, co-président du groupe d’études Energies, membre titulaire du Conseil National de la Transition Ecologique.

Celle-ci est loin d'être inintéressante...



Le Monde a écrit:
Les cinq paradoxes de la transition énergétique

Le Monde.fr | 12.12.2013 à 16h59 • Mis à jour le 16.12.2013 à 12h06

Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault a souhaité faire de la question énergétique un sujet majeur, en ouvrant un débat sur « la transition énergétique », à peine dix ans après le précédent débat national sur ce thème. Cette vaste mobilisation (d’énergie), censée intéresser les Français, aura surtout permis aux associations environnementales d’animer la « concertation ». Il a malheureusement débouché en septembre dernier sur un non-résultat, le Medef, la CGPME, l'Union professionnelle artisanale et la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles se dissociant des 15 recommandations finales, jugées coûteuses et irréalistes.

Depuis, il est devenu difficile de savoir quelle est la ligne du gouvernement. Un projet de loi sur la transition énergétique devrait être déposé au printemps 2014, dont on ignore le périmètre exact. Après avoir passé de longs mois à débattre, le gouvernement a créé une nouvelle commission de travail au sein du Conseil National de la Transition Ecologique (CNTE) pour suivre l’élaboration du texte.  Seuls trois mantras dominent, dans ce vide conceptuel, la doctrine énergétique française. Le premier est un mantra européen : il faut réduire de 20 % d’ici 2020 nos émissions de gaz à effet de serre. Le deuxième est propre à la France : le gaz de schiste ne saurait être exploré, et donc exploité. Le dernier est de fixer un objectif de réduction d’un tiers de la part de la production de l'électricité issue de l'atome d'ici à 2025.

Depuis, sur ce second point, la position semble avoir « glissé » : le président de la République a donné un premier signal en garantissant que le niveau de production nucléaire resterait constant pendant le quinquennat lors du discours inaugural de la deuxième conférence environnementale de septembre 2013  : « la future loi de programmation sur la transition énergétique posera le principe d’un plafonnement à son niveau actuel de notre capacité de production nucléaire. ».

François Hollande masque cette reculade en conservant l’objectif affiché de sacrifier une centrale symbolique, malheureuse bouc-émissaire d’une absence de stratégie. Tout ceci va coûter 1 milliard d'euros par an à la collectivité pour l'énergie de remplacement et supprimer plus de 2 000 emplois directs et indirects hautement qualifiés pour les remplacer par 100 emplois dans la déconstruction de Fessenheim. Pour François Hollande, sacrifier Fessenheim est un moyen d’occuper le moloch écologiste avec un os à ronger, et surtout un moyen habile de « dealer » avec EDF la fermeture d’une vieille centrale (2 réacteurs de 900 MW) contre l’allongement de la durée de vie des autres centrales, et surtout la mise en route de l’EPR supplémentaire de Flamanville (1 650 MW).

Bref, comme l’aurait écrit Shakespeare « Beaucoup de bruit pour (presque) rien ». Ce qui est tout aussi regrettable, c’est que le débat sur la transition énergétique n’ait pas permis de percer les véritables paradoxes de la transition énergétique.


Un premier paradoxe porte sur les moyens attribués aux objectifs d’une « France décarbonée ». Notre système de financement des énergies renouvelables (ENR) est totalement illogique, puisqu’il ponctionne une énergie à bas-coût et décarbonée (le nucléaire) au motif qu’il faudrait lutter contre le réchauffement climatique. Voilà qui n’est guère représentatif du fameux principe « pollueur-payeur ». Cela représente en 2013 3 milliards d'euros par an d’après la Commission de régulation de l'énergie (CRE), c’est-à-dire 60 % des charges totales de la Contribution au Service Public de l’Electricité. Implicitement, c’est faire le choix d’asphyxier le nucléaire en dégradant sa rentabilité alors que, par ailleurs, ses adversaires ne cessent de réclamer toujours plus de sécurisation et de dénoncer les investissements massifs à venir pour les entretenir. C’est insensé : la France est beaucoup mieux placée que l’Allemagne pour ce qui concerne son bilan carbone grâce à la prépondérance de son industrie nucléaire (52,3 millions de tonnes de particules de CO2 rejetées contre 308,7 millions). En voulant miser sur les ENR, l’Allemagne s’est désengagée du nucléaire mais a collatéralement favorisé l’explosion de la consommation de charbon… et donc accru les émissions. En outre, elle a, si on en croit 12 géants de l’énergie qui ont signé un appel en ce sens, considérablement accru les probabilités d’un gigantesque « black-out » européen.  Les écologistes n’ont pas résolu ce dilemme fondamental : vouloir la sortie du nucléaire est contradictoire avec leur souhait de lutter contre les émissions de CO2. En d’autres termes, si le monde veut réduire les gaz à effet de serre, il faudra que la part du nucléaire dans l’énergie mondiale s’accroisse.


Un deuxième paradoxe porte sur l’efficacité d’une stratégie à contre-courant du monde réel, et souligne les limites d’un  « splendide isolement» de la France. De manière générale, alors que le discours politique est centré sur « la sortie du CO2 » et la « sortie du nucléaire », toute la planète se prépare à aller dans le sens exactement inverse en exploitant les hydrocarbures non-conventionnels, dont le gaz de schiste fait partie, et en diversifiant son bouquet énergétique en construisant des centrales nucléaires. L’échec des conférences post-Kyoto est un exemple significatif de ce décalage entre les mots et les faits. La France cherche à lutter courageusement contre ce tsunami carboné, mais on touche là ce second paradoxe : ce n’est pas parce qu’elle n’exploite pas de gaz de schiste que la France n’importera pas (et donc ne brûlera pas) à un moment donné du gaz de schiste produit ailleurs. Dans le même ordre d’idée, il faut souligner que ce n’est pas parce que la France abandonnerait le nucléaire qu’elle serait à l’abri d’accidents liés à l’atome qui pourraient se produire dans les pays limitrophes… En réalité, le prix des hydrocarbures va être amené à baisser, ce qui rendra plus compétitif les modèles énergétiques carbonés. D’ailleurs, alors que l’Europe n’arrête pas de se féliciter de la décarbonisation de sa production, son empreinte carbone s’accroît au travers de ses importations.


Un troisième paradoxe est lié au fait que la France a choisi une stratégie destructrice d’emplois en temps de crise. Voilà qui est pour le coup suicidaire, car nos intérêts commerciaux sont en effet à l’opposé de nos objectifs politiques. La France est largement importatrice de cellules photovoltaïques et ne pèse pas lourd sur l’échiquier mondial sur le terrain des ENR car elle ne peut se prévaloir d’une valeur ajoutée particulière susceptible de justifier un écart de coût, donc de prix, significatif. A l’inverse, l’industrie nucléaire, où nous avons des positions fortes, est en plein essor : marché du démantèlement, marché de l’enfouissement des déchets, marché de la construction de centrales, marché de l’extraction et de l’enrichissement. L’exemple de l’EPR ou du site de Bure montrent que la France a acquis une expertise de haut niveau dans des secteurs de niche. D’après le Centre d'études et de prospectives stratégiques (CEPS), l’enjeu est de doubler la puissance nucléaire mondiale installée d’ici 2030-2035. Les Chinois exportent des cellules photovoltaïques et importent de la science nucléaire. Si demain, nous sortons du nucléaire, nous commercerons avec eux les mains vides...

Ajoutons à cela que nos choix stratégiques pourraient avoir des conséquences redoutables pour la compétitivité de nos industries énergivores, comme par exemple les industries chimiques pour lesquelles l’énergie peut représenter jusqu’à 80 % du coût de production.


Un quatrième paradoxe est que nous avons des outils sous-dimensionnés par rapport à nos objectifs, c’est-à-dire que nous essayons de  traverser l’Atlantique avec un canoë et trois jours de provision. C’est d’autant plus abscons que la France a trouvé le temps de changer trois fois le pilote du canoë (le ministre de l’Environnement) en un an. Notre horizon est ridiculement court-termiste par rapport aux enjeux. Le réchauffement climatique se mesure en centaine d’années, au minimum. L’horizon d’ITER et de la 4ème génération de centrales nucléaires se calcule en demi-siècles (industrialisation en 2040 pour la génération 4, vers 2050 pour la fusion nucléaire). L’échelle temporelle des hydrocarbures (et notamment la survenance d’un pic de Hubbert) est du même ordre. Quelle est la pertinence de scénarios ultra-rapides à horizon 2025, en prenant comme outil un quinquennat qui se termine en 2017, alors que la transition énergétique pourrait durer 100 à 200 ans ? En affirmant « plafonner » sur le quinquennat la capacité de production nucléaire, tout en conservant l’objectif de 50 % en 2025, le gouvernement sous-entend qu’il faudra fermer 19 centrales entre 2017 et 2025. Vaste programme.


Un cinquième paradoxe est que dans un contexte d’incertitude généralisée, nous feignons d’ignorer le seul paramètre connu, très stable et très sensible, qui est le pouvoir d’achat de l’usager final. En effet, celui-ci devrait stagner en Occident pour les prochaines années. Tout le reste n’est que larges suppositions, un maquis de modèles macroéconomiques extrêmement variables. Il n’y a qu’à se pencher sur les scénarios du réchauffement climatique, qui vont du bobo au menton jusqu’au choc mortel sur le crâne ;  sur les évaluations changeantes et fluctuantes des modélisations des réserves d’hydrocarbures ; sur les rentabilités aléatoires et soumises à hypothèse des centrales solaires ; sur les perspectives démographiques dans le Sud ; ou encore sur la conception des transports du futur.

En l’absence de certitudes sur la plupart des données (prix du dollar, innovations énergétiques en matière de stockage, réserves, etc…) il est donc irresponsable d’embarquer la France dans un processus de remise en cause de son modèle énergétique qui pourrait venir aggraver la facture finale. Rappelons que le consommateur Français paye son électricité « nucléaire » 25 % moins cher que ses homologues européens, mais que nombreux sont les spécialistes du marché de l'énergie à déclarer que notre facture d'électricité va, à modèle constant, augmenter de 50 % au cours des huit prochaines années.  Dès lors, toute erreur de stratégie coûtera cher : l’unité de compte du débat est le milliard d’euros, qu’il s’agisse de la construction d’un EPR, d’un plan d’efficacité énergétique massif, d’industrialisation des réacteurs ASTRID, ou des recherches géologiques. Le risque d’une politique du funambule en aveugle est que les dérapages budgétaires d’aujourd’hui n’obèrent les marges de manœuvre de demain.  


Dans ces conditions, il devient urgent de revenir aux fondamentaux en protégeant l’industrie nucléaire, et en développant cet atout pour qu’il serve de locomotive à l’économie française. Le financement des ENR devrait relever des industries carbonées et se concevoir comme un « moteur de secours » ou d’appoint par rapport au moteur principal.

Le pragmatisme devrait dominer la question du gaz de schiste en autorisant l’exploration géologique, de manière à calibrer le montant des réserves et à fonder toute décision à venir concernant l’exploitation de cette manne. Si le gouvernement décidait in fine d’exploiter les hydrocarbures non-conventionnels (une décision qui reste à justifier), il pourrait à tout le moins taxer cette manne et financer massivement un plan d’efficacité énergétique et de diversification dans les ENR.

Au lieu de voler de débat en débat, seul un objectif doit être conservé : ne pas casser une machine qui fonctionne, et garantir aux citoyens et aux entreprises un service public de l’énergie à faible coût.

Julien Aubert, député [UMP] de Vaucluse, co-président du groupe d’études Energies, membre titulaire du Conseil National de la Transition Ecologique.
Source: http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/12/12/les-cinq-paradoxes-de-la-transition-energetique_4333400_3232.html?xtmc=depute_vaucluse_transition&xtcr=2


A lire aussi à propos de la situation en Allemagne: http://rue89.nouvelobs.com/2014/04/09/allemagne-chauffer-doucher-a-leau-chaude-cest-luxe-251379
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyVen 11 Avr 2014, 02:29

Le premier ministre a changé mais on reste dans la continuité...



"Selon l'intersyndicale, il s'agit du neuvième plan social chez Unilever France depuis 2005. En moins de dix ans, plus de 1000 emplois ont disparu, écrit-elle."





Le Parisien avec AFP a écrit:
Rueil-Malmaison : 134 nouvelles suppressions de postes chez Unilever

Publié le 10.04.2014, 18h42 | Mise à jour : 19h33


Unilever France, filiale du géant néerlandais de l'agroalimentaire et des cosmétiques, entend supprimer cette année 134 emplois à son siège, à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), soit 12% des effectifs, ont annoncé ce jeudi les syndicats.

Le projet de réorganisation, présenté mardi en Comité central d'entreprise, doit permettre à Unilever France «de retrouver sa capacité à investir de manière compétitive derrière ses marques» dans un marché «en décélération» où «la pression concurrentielle s'est accentuée», explique l'entreprise.

Selon l'intersyndicale (CFDT, CGC, CFTC, CGT, FO), le plan présenté vise la suppression de 79 postes de cadres, 54 emplois d'agents de maîtrise et un poste d'employé, dans «quasiment tous les départements» d'activité au siège. Unilever France emploie 2700 personnes, dont 1080 salariés (en CDI et CDD) à son siège à Rueil.

Ce projet «difficile car il implique des choix douloureux» pourrait «conduire à un maximum de 97 licenciements mais nous nous attacherons à en limiter l'impact par des opportunités concrètes de reclassement interne», affirme Bruno Witvoet, président d'Unilever France, cité dans le communiqué.


Déjà 1000 emplois supprimés en 10 ans

La différence entre 134 et 97 s'explique par l'existence de postes de CDI «déjà vacants», a précisé une porte-parole. Mais selon les syndicats, une partie de ces postes sont en réalité occupés par des salariés en CDD ou intérimaires. Selon l'intersyndicale, il s'agit du neuvième plan social chez Unilever France depuis 2005. En moins de dix ans, plus de 1000 emplois ont disparu, écrit-elle. Le précédent plan de sauvegarde de l'emploi (PSE), en 2013, portait sur environ 150 postes, au siège et dans les ventes.

Selon Unilever France, la procédure d'information-consultation doit durer deux mois et l'entreprise cherchera à négocier un accord sur le PSE avec les syndicats. Les premiers licenciements interviendraient à la rentrée.

Unilever France commercialise des marques très connues comme Lipton, Amora, Maille, Knorr, Cif, Persil, Skip, Dove, Axe…
Source: www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/rueil-malmaison-134-nouvelles-suppressions-de-postes-chez-unilever-10-04-2014-3758061.php
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyVen 11 Avr 2014, 05:27

Et pendant que Renault continue à produire des voitures en Roumanie, en Slovénie, au Maroc, en Turquie...


"Si en 2013, le site a remonté son volume à 130.000 voitures (contre 116.000 en 2012), elle voit sa charge diminuer à court terme, du fait de la baisse de production de la Clio 3, des volumes limités de la Clio 4 (dont 75 % de la production est faite en Turquie), et des volumes encore modestes de la Zoé. "


Et certains voudraient malgré tout que la Turquie rejoigne l'Union !


Les Echos a écrit:
Renault étudie une baisse de ses capacités sur l’usine de Flins
Par Maxime Amiot | 10/04 | 20:04 | mis à jour à 20:15

La direction de l’usine Renault de Flins a indiqué aux syndicats qu’elle réfléchissait à supprimer l’une des deux équipes employées sur ce site fabriquant la Clio 4, la Clio 3, et la voiture électrique Zoé.

La décision n’est pas encore prise, mais elle est bien sur la table. La direction de l’usine de Flins a indiqué aux syndicats qu’elle réfléchissait à supprimer l’une des deux équipes de cette usine qui fabrique la Clio 4, la Clio 3, et la voiture électrique Zoé. L’impact social est non négligeable, puisque l’équipe emploie plus de 400 postes d’intérimaires (sur plus de 800 que compte le site). Si le projet est validé, il pourrait être annoncé dès la fin du mois, pour être mis en place en septembre. Ce serait alors la première fois que ce site tournerait avec une seule équipe, sur une seule ligne. Les syndicats ont rencontré mardi la direction générale du groupe, dont Thierry Bolloré, directeur délégué à la compétitivité de Renault, qui a indiqué qu’aucune décision n’était prise.

Ce projet est directement lié à la baisse des volumes de l’usine. Si en 2013, le site a remonté son volume à 130.000 voitures (contre 116.000 en 2012), elle voit sa charge diminuer à court terme, du fait de la baisse de production de la Clio 3, des volumes limités de la Clio 4 (dont 75 % de la production est faite en Turquie), et des volumes encore modestes de la Zoé. Au final, avec la baisse des capacités, l’usine pourra produire au maximum environ 110.000 voitures à l’année, contre 145.000 jusqu’ici.


Des avis partagés

Ce projet rencontre des avis partagés parmi les syndicats du site. Certains comme Force Ouvrière, n’y sont pas opposés, jugeant qu’il vaut mieux accorder des heures supplémentaires aux salariés plutôt que de les faire chômer massivement avec deux équipes. D’autres pointent l’impact social, et y voient un mauvais signal envoyé aux salariés, alors même que le groupe vient tout juste de célébrer la première année de l’accord de compétitivité, qui a permis, selon Renault, de baisser le coût du travail de 4 % en France via différents efforts sociaux (plan de départ de 7.500 salariés, gel de salaires, augmentation du temps de travail).

Si elle se concrétise, la suppression de l’équipe ne devrait toutefois pas remettre en cause les engagements de volumes futurs pris par Carlos Ghosn dans le cadre de l’accord de compétitivité. Selon le texte, les volumes des usines françaises devraient être portés à 710.000 voitures d’ici 2016, contre 508.000 en 2013, avec un minimum de 110.000 voitures pour Flins. L’usine devrait notamment profiter à cette date de l’apport de 132.000 Micra attribuées par Nissan, l’allié japonais de Renault. C’est donc la période intermédiaire qui s’annonce compliquée à gérer...
Source: http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/auto-transport/actu/0203437009542-renault-etudie-une-baisse-de-ses-capacites-sur-l-usine-de-flins-663798.php
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyVen 11 Avr 2014, 06:02

Pas de panique !

1/ Nous avons Harlem en charge des affaires européennes donc tout va s'arranger.
Je me demande ce que pensent (qu'ils soient de gauche ou de droite) ceux et celles qui ont eu en charge dans le passé ces types de dossiers ? En voyant qui flambi juge digne de ce poste leur ferté doit rétrospectivement en prendre un coup.

Ne parlons même pas des homologues de notre représentant qui vont avoir de la peine à ne pas éclater de rire lors des réunions.

2/ Pas de problème, la Turquie souhaitant tout comme certains pays d'Afrique du nord entrer dans l'espace européen nous aurons une nouvelle victoire du "tout sauf"
Les voitures française seront construites " partout sauf en France..."
Revenir en haut Aller en bas
Smile



Messages : 692
Date d'inscription : 27/09/2010

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyVen 11 Avr 2014, 10:24

On arrive doucement mais surement à la destruction de la politique en France!
Quoi de mieux à nouveau pour donner une très bonne crédibilité de la politique aux yeux des citoyens...

Et vous voulez demander d'aller voter pour des elections Européennes??? Mais pourquoi faire ...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyVen 11 Avr 2014, 17:41

Une démarche intéressante puisque pour une fois se sont les syndicats de salariés eux-mêmes qui demandent une réductions des taxes touchant les entreprises qui les emploient pour faire face à la concurrence étrangère...



"Dans une démarche rare, les huit syndicats représentant les trois catégories de personnel du transport aérien (pilotes, hôtesses et stewards, personnels au sol) ont écrit jeudi au Premier ministre Manuel Valls pour dénoncer une "concurrence faussée"."



AFP a écrit:
11/04/2014 à 17:18
Transport aérien: appel de syndicats à réduire les taxes sur les compagnies

Huit syndicats de transport aérien ont appelé vendredi le gouvernement à alléger les taxes payées par les compagnies aériennes françaises, qui les "asphyxient" et "faussent" la concurrence.

Les compagnies aériennes françaises, à commencer par Air France, sont "asphyxiées" par une série de taxes et malgré les coupes d'effectifs, leur disparition "n'est pas un fantasme", a estimé lors d'un point presse Geoffroy Bouvet, président de l'Association des professionnels navigants de l?aviation (Apna).

Dans une démarche rare, les huit syndicats représentant les trois catégories de personnel du transport aérien (pilotes, hôtesses et stewards, personnels au sol) ont écrit jeudi au Premier ministre Manuel Valls pour dénoncer une "concurrence faussée".

Ils appellent le gouvernement à alléger de nombreux "surcoûts": la taxe de solidarité, dite "taxe Chirac" destinée à financer la lutte contre les pandémies dans les pays pauvres, augmentée de 12% au 1er avril, la TVA sur les transports passée de 7 à 10% au 1er janvier et les redevances aéroportuaires récoltées par Aéroports de Paris (ADP), en hausse de près de 3%.

Dans leur lettre ouverte à Manuel Valls, le collectif (CFDT-CFTC-CFE/CGC-FO-UNAC-UNSA aérien-SNPL et SNPNC) réclame des "mesures urgentes" car "les salariés sont excédés de subir la concurrence inéquitable qui ruine une partie de leurs efforts".

Vis-à-vis d'ADP, dont "la marge opérationnelle est de 25% contre 3% pour les compagnies aériennes", "il faut un autre ton, plus ferme", demande M. Bouvet.

L'augmentation de 30% de la redevance prélevée par ADP entre 2005 et 2013, le double de la hausse encaissée par l'aéroport d'Amsterdam, a permis de faire passer la capacité d'accueil de 47 millions de passagers par an à près de 80 millions, observe en réponse l'entreprise.

Au cours des cinq dernières années, "plus de 15.000 emplois" ont été supprimés, sur près de 500.000 dans le transport aérien, selon les syndicats.
Source: http://actu.orange.fr/economie/transport-aerien-appel-de-syndicats-a-reduire-les-taxes-sur-les-compagnies-afp_2932358.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyLun 14 Avr 2014, 00:48

On se souvient de la déclaration faite il y a quelques jours par Pascal Lamy, proche de François Hollande..:


AFP a écrit:
02/04/2014 à 19:11
Pascal Lamy prône des "petits boulots" payés moins que le Smic

Pascal Lamy, ex-directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et proche du président François Hollande, a plaidé mercredi pour plus de "flexibilité" sur le marché du travail, avec notamment des "petits boulots" payés en dessous du Smic.
---/---
Source: http://actu.orange.fr/economie/pascal-lamy-prone-des-petits-boulots-payes-moins-que-le-smic-afp_2915100.html[/quote]


Et bien demain mardi 15 avril François Hollande déjeune....


"En constituant un obstacle à l'amélioration des revenus des personnes qui ne parviennent pas à trouver un emploi ou à augmenter leur nombre d'heures de travail, le SMIC se retrouve en réalité contre certains de ceux qu'il est censé protéger. "



Europe 1 a écrit:
François Hollande reçoit à déjeuner trois économistes qui plaident pour la fin du SMIC

Publié il y a 15 heures 40 minutes

François Hollande est-il en manque d'idées sociales-libérales ? Les trois économistes Philippe Aghion, Gilbert Cette, et Elie Cohen, récents auteurs de l'ouvrage Changer de modèle, de nouvelles idées pour une nouvelle croissance (éditions Odile Jacob), très critique contre la politique économique conduite par François Hollande depuis 2012, vont en tout cas aller lui glisser leurs conseils sur la manière de réformer la France, mardi 15 avril.

Une rencontre entre François Hollande et ces trois économistes apôtres du social-libéralisme version 2014 figure en effet à l'agenda officiel du président de la République, pour un déjeuner, mardi 15 avril.

Dans leur ouvrage, qui a bénéficié d'un large relais dans les médias, les trois économistes critiquent une France prisonnière d'un vieux logiciel de pensée, de la base à son élite. Ils regrettent par exemple la "doxa keynésienne, utile en son temps, (qui) n'est plus vraiment adaptée au contexte d'une économie mondialisée".

Ils n'hésitent pas, également, à bousculer quelques croyances de gauche, en réclamant, par exemple, la fin du SMIC.

Ils écrivent ainsi :

   "En constituant un obstacle à l'amélioration des revenus des personnes qui ne parviennent pas à trouver un emploi ou à augmenter leur nombre d'heures de travail, le SMIC se retrouve en réalité contre certains de ceux qu'il est censé protéger. "

Sur ce point, ils rejoignent les prises de positions successives des socialistes Pascal Lamy, ou Hubert Védrine.

Si François Hollande cherche des idées iconoclastes, voilà un déjeuner qui devrait assurément lui en fournir.
Source: http://lelab.europe1.fr/Francois-Hollande-recoit-a-dejeuner-trois-economistes-qui-plaident-pour-la-fin-du-SMIC-14021
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyLun 14 Avr 2014, 09:33

Allons y supprimons le SMIC et il y aura vraiment du monde dans la rue.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyMar 15 Avr 2014, 12:55

Comment vont voter ces salariés et de leur proches aux élections européennes ?


"Au total en France, 366 postes seront supprimés, alors qu'il en sera créé 130 en Pologne"


AFP a écrit:
15/04/2014 à 12:18
Seita: la direction annonce la fermeture de l'usine près de Nantes

La direction de la Seita, filiale d'Imperial Tobacco, a annoncé mardi officiellement la fermeture de l'usine de Carquefou près de Nantes (327 salariés), ont indiqué à l'AFP deux représentants des salariés CGT.

Lors d'un Comité central extraordinaire réuni mardi à Paris, la direction du cigarettier a par ailleurs annoncé la fermeture de l'usine de Nottingham (Royaume-uni, 570 salariés). Au total en France, 366 postes seront supprimés, alors qu'il en sera créé 130 en Pologne. La direction n'a pas précisé la date de la fermeture du site nantais, a-t-on indiqué de même source.

A Carquefou, la plus grande importante usine du fabricant, d'où sont sorties en 2013 plus de 12 milliards de cigarettes, un appel à débrayage a été lancé, les syndicats conviant les salariés à la mi-journée pour les informer.

La Seita, dont le siège est à Paris, emploie actuellement environ 1.150 salariés sur cinq sites en province: deux usines de production de cigarettes, à Nantes et Riom (Puy-de-Dôme), une usine de traitement du tabac, au Havre (Seine-Maritime), deux centres de recherche, à Bergerac (Dordogne) et Fleury-les-Aubrais (Loiret), selon les données communiquées par la direction.
Source: http://actu.orange.fr/france/seita-la-direction-annonce-la-fermeture-de-l-usine-pres-de-nantes-afp_2937714.html
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyMar 15 Avr 2014, 13:12

F Haine du socialisme évidemment.
A propos il y en a encore des socialistes à Fontenay? et Marion L-- D-- que devient-elle?
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir EmptyMer 16 Avr 2014, 05:15

On se souvient des difficultés du fabriquant d'électroménager FagorBrandt... http://www.plateaufontenay.net/t1152p200-chomage-une-deception-a-la-hauteur-des-espoirs#42197

Celles-ci devraient toucher à leur fin avec le rachat de ce fabriquant par le groupe algérien Cevital a qui l'état français va prêter de l'argent pour l'opération...




"Le ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg, avait déclaré vendredi que le gouvernement français était disposé à prêter au repreneur "une partie des fonds dont il a besoin pour remettre en marche l'appareil productif" de FagorBrandt.

Ces 47,5 millions d'euros seront prêtés à Cevital "aux conditions du marché", a précisé le ministère à Reuters.
"




Reuters a écrit:
Reprise de FagorBrandt par Cevital confirmée
Reuters – il y a 7 heures

PARIS (Reuters) - Le tribunal de commerce de Nanterre (Hauts-de-Seine) a approuvé mardi la cession des sites FagorBrandt d’Orléans, Vendôme, Rueil-Malmaison et Cergy au groupe algérien Cevital, pour constituer une nouvelle entité nommée "Brandt France".

Le ministère de l'Economie et du Redressement productif a confirmé pour sa part que le gouvernement français apporterait son soutien à l'opération sous la forme d'un prêt du Fonds de développement économique et social de 47,5 millions d'euros

Le tribunal de commerce de Nanterre avait prononcé vendredi la liquidation judiciaire du groupe français d'électroménager avec une poursuite d'activité jusqu'au 15 mai prochain, pour accompagner ce plan de cession.

Il a décidé mardi "de retenir l'offre de Cevital (...) comprenant la conservation de 1.202 postes au global", annonce FagorBrandt dans un communiqué.

"La nouvelle entité ainsi constituée s'appellera désormais 'Brandt France'. Le périmètre de reprise porte également sur le fonds de commerce français. Le plan de cession à Cevital prévoit une prise de jouissance au 16 avril 2014", ajoute-t-il.

Ce plan voit le jour grâce à la validation par la justice espagnole de la cession à Cevital des marques de FagorBrandt par l'espagnol Fagor, maison-mère du groupe français.

L'offre de Cevital était en effet soumise à une condition suspensive : la possibilité de racheter les marques (Brandt, Vedette, Sauter, De Dietrich...) exploitées par FagorBrandt et qui étaient demeurées aux mains de Fagor.

Or, ce rachat avait été bloqué par le tribunal de Saint-Sébastien, en Espagne, qui jugeait le montant proposé trop faible. Un recours a été intenté et vendredi matin, les juges espagnols sont revenus sur leur décision.

Créé en 2007 en Algérie, le groupe Cevital s’est constitué par acquisitions successives pour devenir un groupe englobant 19 filiales réparties en quatre pôles d’activité : agroalimentaire, industrie, automobile et services, industrie et distribution.

Le projet de Cevital est de bâtir un acteur régional de l’électroménager (Europe/Afrique du Nord/Moyen Orient) en combinant le savoir-faire de FagorBrandt à celui de la filiale électroménager existante du groupe.


APPEL DE MONTEBOURG À LA GRANDE DISTRIBUTION

Le ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg, avait déclaré vendredi que le gouvernement français était disposé à prêter au repreneur "une partie des fonds dont il a besoin pour remettre en marche l'appareil productif" de FagorBrandt.

Ces 47,5 millions d'euros seront prêtés à Cevital "aux conditions du marché", a précisé le ministère à Reuters.

Ce prêt "contribuera à couvrir les besoins de financement pour le redémarrage de l'activité, évalués à 200 millions d'euros, l'essentiel étant à la charge du repreneur et des banques qui l'accompagnent".

FagorBrandt avait été placé en redressement judiciaire après avoir déposé son bilan début novembre, victime des difficultés de sa maison-mère espagnole.

Le tribunal de commerce de Nanterre a également retenu le projet de Variance Technologies pour la reprise du site FagorBrandt d’Aizenay, et celui de S20 Industries, pour la reprise du site de La Roche-sur-Yon, l'un et l'autre en Vendée.

Ces projets s’appuient sur des accords commerciaux conclus entre Cevital, Variance Technologies et S20 Industries.

Ils permettent de sauver 53 postes supplémentaires à Aizenay et 86 à La Roche-sur-Yon.

La direction de FagorBrandt se dit satisfaite de l’issue de cette procédure, qui préserve plus des deux tiers des emplois du groupe en France.

Arnaud Montebourg a pour sa part déclaré dans un communiqué qu'il resterait "attentif au redémarrage de chacun des sites et à l'évolution du dialogue social".

Il invite par ailleurs la grande distribution à soutenir cette opération industrielle "en permettant au groupe de reconquérir sa place de leader en France et aux équipements des marques Brandt, Sauter, Vedette et De Dietrich de retrouver rapidement leurs places dans les rayons des magasins".

(Emmanuel Jarry, édité par Sophie Louet)
Sources: https://fr.news.yahoo.com/reprise-fagorbrandt-par-cevital-confirm%C3%A9e-181836414--finance.html

Voir aussi: http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/grande-consommation/actu/0203446213815-cevital-un-geant-algerien-aux-activites-multiples-664930.php



Qui se souvient de cette époque pas si lointaine...

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Chômage: un nouvel espoir Empty
MessageSujet: Re: Chômage: un nouvel espoir   Chômage: un nouvel espoir Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Chômage: un nouvel espoir
Revenir en haut 
Page 1 sur 11Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» Réveillon nouvel an 2008
» Rachida Dati, une lueur d'espoir?
» Fauville-en-Caux
» La pâtisserie chocolaterie « Les Ducs »
» Cours du soir (espoir ?) [Pv Laura]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne locale :: Tribune libre-
Sauter vers: