Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Communautarisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
a.nonymous



Messages : 12407
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Communautarisme   Ven 11 Avr 2014, 12:52

Alors que certains sonnent désespérément l'alarme depuis des lustres, un article  du Figaro qui, si les informations qu'il contient sont confirmées, a de quoi inquiéter les défenseurs de la laïcité...  


Le Figaro a écrit:
Le communautarisme musulman défie l'école

       Par Christophe Cornevin
       Publié le 10/04/2014 à 20:36

Une note confidentielle des services de renseignements, portée à la connaissance du Figaro, révèle que, de manière insidieuse, une forme de repli identitaire se fait jour dans certains établissements scolaires.

Port du voile dans les cours de récréation, revendications de repas halal à la cantine, absentéisme chronique au moment des fêtes religieuses, prières clandestines dans les gymnases ou les couloirs… De manière insidieuse, le communautarisme musulman cherche à gagner du terrain dans le système éducatif français. Une note confidentielle des services de renseignements portée à la connaissance du Figaro dresse un état des lieux édifiant. Ce document, épais d'une quinzaine de pages et daté du 28 novembre dernier, est émaillé d'environ 70 exemples précis à travers toute la France. Tous sont révélateurs et, parfois, surréalistes. Disséquant au scalpel un phénomène relevant d'«initiatives isolées» susceptibles de «déstabiliser les équipes enseignantes», les policiers révèlent comment les adeptes de la «tradition islamique rigoriste» tentent de contourner la loi de mars 2004 prohibant les signes religieux à l'école. Lancés dans une guerre «d'usure» face à la laquelle le corps enseignant est démuni, d'autoproclamés «jeunes gardiens de l'orthodoxie» exercent au sein même de certains établissements des pressions sur les jeunes musulmanes. «Lors des fêtes musulmanes, et plus particulièrement lors de l'Aïd-el-Kebir, des classes sont désertées par les élèves», souligne le rapport qui révèle des taux d'absentéisme frisant les 90% dans des quartiers sensibles de Nîmes ou Toulouse. À Marseille, un proviseur de lycée des quartiers nord témoigne que certains de ses élèves prient avec une telle ferveur qu'ils en ont le «front bleu».

Interrogée par Le Figaro, la philosophe et spécialiste de la laïcité Catherine Kintzler considère que «ce n'est pas en se taisant sur les revendications communautaristes que la République finira par gagner.» Plongée dans les coulisses d'un repli identitaire qui inquiète la police.
Source: http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/04/10/01016-20140410ARTFIG00409-le-communautarisme-musulman-defie-l-ecole.php




Le Figaro a écrit:
«Ce n'est pas en se taisant que la République finira par gagner»

       Par Caroline Beyer
       Mis à jour le 10/04/2014 à 21:09
       Publié le 10/04/2014 à 19:45

INTERVIEW - La philosophe Catherine Kintzler revient sur la laïcité et les signes ostensibles à l'école.

Philosophe, Catherine Kintzler a publié en janvier Penser la laïcité(Éd. Minerve).


LE FIGARO. - Dix ans après la loi de 2004, quel est votre constat?

Catherine KINTZLER. -Que cette loi était nécessaire! Il y avait à l'époque une absence de fermeté. Je rappelle qu'il n'était pas question uniquement du voile, mais aussi de kippa. Avec ces signes ostensibles, l'école était en passe de devenir un lieu où il n'était plus possible d'avoir une double vie. Précisément, elle doit permettre cette double vie. La laïcité distingue les espaces, là où l'intégrisme considère qu'il en existe un seul. L'école est ce moment critique où chacun est invité à suspendre ses croyances, pour éventuellement y revenir, avec une pointe d'autonomie. C'est ce qu'explique Condorcet. L'école n'est pas faite pour la société, ni même pour la République, mais pour la liberté.

Mais il y a deux manières de concevoir l'éducation. Tout un mouvement «pédagogiste», à l'œuvre depuis les années 1970, estime que l'école doit s'ouvrir à tout ce qui lui est extérieur, la rue, la maison, le centre de loisir. Mais l'école n'est pas tout cela! Elle accueille les enfants pour les élever au rang d'élève. C'est ce qu'on appelle «l'instruction».


Que dire de la situation actuelle? Les enseignants ont-ils les moyens d'agir face au communautarisme?

Dans un contexte où la République fait l'objet de tests venus de groupes qui veulent imposer un communautarisme social et politique, l'école est une cible.

Avec la loi de 2004, les enseignants ont davantage d'armes. La charte de la laïcité, mise en place par Vincent Peillon, est aussi une bonne chose car elle a le mérite de rappeler ce qui allait de soi il y a cinquante ans. Il est temps de se rendre compte que l'école doit être exigeante vis-à-vis d'elle-même. De plus en plus d'enseignants agissent en ce sens. Plus globalement, il me semble que nous vivons une période de prise de conscience où l'on réalise que ce n'est pas en se taisant sur les revendications communautaristes que la République finira par gagner. L'opinion accueille favorablement ces thèmes qui ont été vilipendés pendant des années. L'extrême droite n'avait qu'à se baisser pour les ramasser.


On parle de «laïcité libérale» et de «laïcité néorépublicaine». Que dire de ces nuances?

Ces nuances cachent en réalité des dérives. La laïcité, c'est l'idée selon laquelle la puissance publique est tenue à l'abstention et au respect de toutes les consciences. Partout ailleurs, dans la société civile, la règle est la libre expression. À partir de là, on observe deux dérives. L'une, qui cautionne le communautarisme, consiste à vouloir étendre au domaine de l'autorité publique le régime de la société civile. Elle emprunte les noms de laïcité «plurielle», «apaisée», «positive»… La seconde consiste à vouloir soumettre la société civile au principe de laïcité, à «nettoyer» cet espace civil de tout signe religieux, mais plus particulièrement musulman. Ces deux dérives symétriques et complices créent l'islamophobie et font le jeu de l'extrême droite.
Source: http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/04/10/01016-20140410ARTFIG00381-ce-n-est-pas-en-se-taisant-que-la-republique-finira-par-gagner.php
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14289
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Communautarisme   Ven 11 Avr 2014, 16:23

Non seulement ces articles relatent la vérité mais ils sont en dessous de la vérité...

On ne veut pas voir ce qui se passe pour de multiples raisons démagogiques et nous en payerons le prix et ce dans peu de temps.

Si on entre dans le détail des faits constatés c'est accablant !
Revenir en haut Aller en bas
paulau



Messages : 254
Date d'inscription : 03/04/2013

MessageSujet: Re: Communautarisme   Ven 11 Avr 2014, 20:23

a.nonymous a écrit:
Alors que certains sonnent désespérément l'alarme depuis des lustres, un article  du Figaro qui, si les informations qu'il contient sont confirmées, a de quoi inquiéter les défenseurs de la laïcité...  


Le Figaro a écrit:
Le communautarisme musulman défie l'école

       Par Christophe Cornevin
       Publié le 10/04/2014 à 20:36

Une note confidentielle des services de renseignements, portée à la connaissance du Figaro, révèle que, de manière insidieuse, une forme de repli identitaire se fait jour dans certains établissements scolaires.

Port du voile dans les cours de récréation, revendications de repas halal à la cantine, absentéisme chronique au moment des fêtes religieuses, prières clandestines dans les gymnases ou les couloirs… De manière insidieuse, le communautarisme musulman cherche à gagner du terrain dans le système éducatif français. Une note confidentielle des services de renseignements portée à la connaissance du Figaro dresse un état des lieux édifiant. Ce document, épais d'une quinzaine de pages et daté du 28 novembre dernier, est émaillé d'environ 70 exemples précis à travers toute la France. Tous sont révélateurs et, parfois, surréalistes. Disséquant au scalpel un phénomène relevant d'«initiatives isolées» susceptibles de «déstabiliser les équipes enseignantes», les policiers révèlent comment les adeptes de la «tradition islamique rigoriste» tentent de contourner la loi de mars 2004 prohibant les signes religieux à l'école. Lancés dans une guerre «d'usure» face à la laquelle le corps enseignant est démuni, d'autoproclamés «jeunes gardiens de l'orthodoxie» exercent au sein même de certains établissements des pressions sur les jeunes musulmanes. «Lors des fêtes musulmanes, et plus particulièrement lors de l'Aïd-el-Kebir, des classes sont désertées par les élèves», souligne le rapport qui révèle des taux d'absentéisme frisant les 90% dans des quartiers sensibles de Nîmes ou Toulouse. À Marseille, un proviseur de lycée des quartiers nord témoigne que certains de ses élèves prient avec une telle ferveur qu'ils en ont le «front bleu».

Interrogée par Le Figaro, la philosophe et spécialiste de la laïcité Catherine Kintzler considère que «ce n'est pas en se taisant sur les revendications communautaristes que la République finira par gagner.» Plongée dans les coulisses d'un repli identitaire qui inquiète la police.
Source: http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/04/10/01016-20140410ARTFIG00409-le-communautarisme-musulman-defie-l-ecole.php




Le Figaro a écrit:
«Ce n'est pas en se taisant que la République finira par gagner»

       Par Caroline Beyer
       Mis à jour le 10/04/2014 à 21:09
       Publié le 10/04/2014 à 19:45

INTERVIEW - La philosophe Catherine Kintzler revient sur la laïcité et les signes ostensibles à l'école.

Philosophe, Catherine Kintzler a publié en janvier Penser la laïcité(Éd. Minerve).


LE FIGARO. - Dix ans après la loi de 2004, quel est votre constat?

Catherine KINTZLER. -Que cette loi était nécessaire! Il y avait à l'époque une absence de fermeté. Je rappelle qu'il n'était pas question uniquement du voile, mais aussi de kippa. Avec ces signes ostensibles, l'école était en passe de devenir un lieu où il n'était plus possible d'avoir une double vie. Précisément, elle doit permettre cette double vie. La laïcité distingue les espaces, là où l'intégrisme considère qu'il en existe un seul. L'école est ce moment critique où chacun est invité à suspendre ses croyances, pour éventuellement y revenir, avec une pointe d'autonomie. C'est ce qu'explique Condorcet. L'école n'est pas faite pour la société, ni même pour la République, mais pour la liberté.

Mais il y a deux manières de concevoir l'éducation. Tout un mouvement «pédagogiste», à l'œuvre depuis les années 1970, estime que l'école doit s'ouvrir à tout ce qui lui est extérieur, la rue, la maison, le centre de loisir. Mais l'école n'est pas tout cela! Elle accueille les enfants pour les élever au rang d'élève. C'est ce qu'on appelle «l'instruction».


Que dire de la situation actuelle? Les enseignants ont-ils les moyens d'agir face au communautarisme?

Dans un contexte où la République fait l'objet de tests venus de groupes qui veulent imposer un communautarisme social et politique, l'école est une cible.

Avec la loi de 2004, les enseignants ont davantage d'armes. La charte de la laïcité, mise en place par Vincent Peillon, est aussi une bonne chose car elle a le mérite de rappeler ce qui allait de soi il y a cinquante ans. Il est temps de se rendre compte que l'école doit être exigeante vis-à-vis d'elle-même. De plus en plus d'enseignants agissent en ce sens. Plus globalement, il me semble que nous vivons une période de prise de conscience où l'on réalise que ce n'est pas en se taisant sur les revendications communautaristes que la République finira par gagner. L'opinion accueille favorablement ces thèmes qui ont été vilipendés pendant des années. L'extrême droite n'avait qu'à se baisser pour les ramasser.


On parle de «laïcité libérale» et de «laïcité néorépublicaine». Que dire de ces nuances?

Ces nuances cachent en réalité des dérives. La laïcité, c'est l'idée selon laquelle la puissance publique est tenue à l'abstention et au respect de toutes les consciences. Partout ailleurs, dans la société civile, la règle est la libre expression. À partir de là, on observe deux dérives. L'une, qui cautionne le communautarisme, consiste à vouloir étendre au domaine de l'autorité publique le régime de la société civile. Elle emprunte les noms de laïcité «plurielle», «apaisée», «positive»… La seconde consiste à vouloir soumettre la société civile au principe de laïcité, à «nettoyer» cet espace civil de tout signe religieux, mais plus particulièrement musulman. Ces deux dérives symétriques et complices créent l'islamophobie et font le jeu de l'extrême droite.
Source: http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/04/10/01016-20140410ARTFIG00381-ce-n-est-pas-en-se-taisant-que-la-republique-finira-par-gagner.php

Et contrairement à ce qui se passe pour les JRE ( journées de retrait de l'école ), les parents ne sont pas convoqués.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12407
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Communautarisme   Ven 11 Avr 2014, 22:55

L'intégralité de l'article du Figaro étant réservé aux abonnés je n'ai y est pas accès mais l'Express en fait une synthèse...

Express a écrit:
Ecole: les services de renseignements s'inquiètent du "communautarisme musulman"

Par LEXPRESS.fr, publié le 11/04/2014 à 12:06

La note pointe "des initatives isolées" susceptibles de "déstabiliser les équipes enseignantes".

afp.com/Martin Bureau

Selon Le Figaro, une note confidentielle des services de renseignement révèle une tendance au repli identitaire, d'une partie de la communauté musulmane, dans les établissements scolaires.

Le journal Le Figaro révèle vendredi une note confidentielle du Renseignement territorial, portant sur le communautarisme musulman à l'école. Datée du 28 novembre dernier, elle dresse, à travers environ 70 exemples, un état des lieux des problèmes causés par une partie de la communauté musulmane, dans le système éducatif français. "Des initiatives isolées", selon cette note, mais qui sont susceptibles de "déstabiliser les équipes enseignantes".

"Le port du voile est en plein essor à l'extérieur des établissements", explique ce rapport, mais qui nuance ses propos en rappelant que l'application du texte prohibant les signes religieux à l'école "ne semble plus soulever de difficultés majeures". Néanmoins, les renseignements citent l'exemple d'un lycée à Marseille où "la moitié du public féminin (...) se présente quotidiennement revêtu d'un voile".

 
Un fort absentéisme lors des fêtes musulmanes

Même si les programmes scolaires sont "peu impactés", la note pointe des blocages dans certaines matières comme la question de la reproduction en sciences et vie de la terre, ou certaines guerres arabes en histoire-géographie. Dans un lycée châlonnais, face au refus de plusieurs élèves de se mettre en maillot de bain pour les cours de natation, ces derniers ont été purement et simplement supprimés.

La note rapporte également le témoignage de policiers sur des "jeunes gardiens de l'orthodoxie", parfois agressifs envers des camarades. Ils citent le cas d'un élève ayant frappé une jeune fille, car elle ne mangeait pas halal.

Enfin, l'absentéisme lors des fêtes musulmanes est également mis en lumière par les services de renseignements. Selon le rapport, il atteindrait 90% dans certains collèges le jour de l'Aïd-el-Kebir. Fait nouveau, ce phénomène affecte désormais les écoles primaires selon la note.


226 actes anti-musulmans en 2013

En décembre dernier, un rapport sur l'intégration avait été remis à Jean-Marc Ayrault pour renouveler l'approche de ces questions en France. Ses auteurs prônaient une laïcité "sensible à la fois aux contextes et aux conséquences de sa mise en pratique". Ils proposaient également de repenser les programmes scolaires afin de promouvoir, dès l'école primaire, la connaissance de l'immigration.

Cette dernière proposition,qui portait sur la reconnaissance de l'apport des étrangers à la construction de la France, avait été retoqué lors de l'annonce officielle de ces mesures en février. La création d'un poste de délégué interministériel à l'égalité républicaine et à l'intégration avait également été annoncée. Le projet de loi sur l'immigration est attendu d'ici la fin de l'année.

Pour rappel, il y a eu 226 actes anti-musulmans en 2013. Un chiffre en hausse de 11,3%, selon l'Observatoire national contre l'islamophobie, à l'origine de ce chiffre.
Source: http://www.lexpress.fr/actualite/societe/ecole-les-services-de-renseignements-s-inquietent-du-communautarisme-musulman_1507982.html#yLfHGkBAhPTOyywp.99
Revenir en haut Aller en bas
 
Communautarisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Communautarisme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Les faits de société. Débats. Sondages.-
Sauter vers: