Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de
Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble,
son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Grande conférence sociale pour l’emploi

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyDim 29 Juin 2014, 19:59

Alors que 5 millions de chômeurs crèvent sans avenir à Pôle emploi, alors que ce chiffre ne cesse hélas de progresser malgré toutes les promesses, la "grande conférence sociale pour l’emploi 2014" va se dérouler les 7 et 8 juillet...

Reste à voir ce qui, au delà des bonnes intentions et des vœux pieux,  ressortira de concret de cette conférence et en particulier quelles mesures immédiates, ici et maintenant, seront prises pour réduire le chômage avant qu'il ne soit trop tard et que le pays bascule dans l'agitation sociale...



Rappelons quand même ce qui c'est dit aux conférences sociales précédentes en 2013...

"conséquence du contexte économique, la situation sur le marché du travail est particulièrement préoccupante, avec une hausse du chômage depuis près de cinq ans, exigeant de la part de l’ensemble des partenaires des efforts conjugués et prolongés pour enrayer cette dégradation et permettre le reflux du chômage" Source: http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/Feuille_de_route_sociale_2013_VF.pdf

et en 2012...

"dans un contexte économique et social particulièrement dégradé, il convient de se mobiliser pour développer l’emploi et lutter contre le chômage en unissant les forces de l’Etat, des partenaires sociaux, des collectivités territoriales et de l’ensemble des acteurs concernés , avec la conviction que cette mobilisation peut permettre de concilier compétitivité et progrès social; " Source: http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/feuille_de_route_sociale.pdf




Grande conférence sociale pour l’emploi a écrit:
La grande conférence sociale 2014

La grande conférence sociale pour l’emploi se tient le 7 et 8 juillet 2014 au Palais d’Iéna. Ouverte par le Président de la République, clôturée par le Premier ministre, elle réunit plus de 300 participants, représentants des organisations syndicales, d’employeurs et des collectivités territoriales.

Consulter le programme de la grande conférence sociale pour l’emploi 2014 :



Lundi 7 juillet 2014

A partir de 15h30
Accueil des participants

16h30 – 17h30
Séquence introductive en plénière, avec Jean PISANI-FERRY sur les enjeux de la France dans 10 ans, et Louis GALLOIS au titre du réseau Alerte

17h30 – 18h30
Discours d’ouverture de la grande conférence sociale pour l’emploi par François HOLLANDE, Président de la République

18h30
Cocktail

20h30
Fin de la journée



Mardi 8 juillet 2014

À partir de 7h30
Accueil des participants

8h30 – 13h30

Tables rondes thématiques :

Table ronde 1 : Amplifier l’action pour l’emploi, en particulier pour les jeunes, les seniors et les personnes en difficulté
présidée par François REBSAMEN, ministre du Travail, de l’Emploi, et du Dialogue social.

Table ronde 2 : Assurer le passage de l’école à l’insertion professionnelle des jeunes
présidée par Benoit HAMON, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et par Najat VALLAUD-BELKACEM, ministre des Droits des femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports.

Table ronde 3 : Développer un agenda économique et social pour la croissance et l’emploi en Europe
présidée par Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics et par Harlem DESIR, secrétaire d’État aux Affaires européennes, auprès du ministre des Affaires étrangères et du Développement international.

Table ronde 4 : Accélérer le retour de la croissance par l’investissement
présidée par Arnaud MONTEBOURG, ministre de l’Économie, du Redressement productif et du Numérique.

Table ronde 5 : Garantir le pouvoir d’achat par une rémunération équitable
présidée par Christian ECKERT, secrétaire d’État au Budget, auprès du ministre des Finances et des Comptes publics.

Table ronde 6 : Rénover notre politique de santé
présidée par Marisol TOURAINE, ministre des Affaires sociales et de la Santé.

Table ronde 7 : Le dialogue social dans le processus de réforme de l’action publique
présidée par Marylise LEBRANCHU, ministre de la Décentralisation et de la Fonction publique.

13h30 – 15h30
Buffet déjeunatoire

15h30 – 16h30
Restitution en séance plénière des débats des tables rondes par les facilitateurs

16h30 – 17h30
Discours de clôture
par Manuel VALLS, Premier ministre
Source: http://travail-emploi.gouv.fr/rubrique_technique,281/sites-web-colonne-droite,382/evenements-colloques,2215/la-grande-conference-sociale-pour,2287/
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyLun 30 Juin 2014, 08:30

Une fois de plus ça va causer, on va "table ronder" car rien ne se fait autour d'une table carrée...

Au bout du compte après s'être payés de mots nos politico énarque ou énarco politique n'auront rien fait de concret.

Si pour une fois une décision était prise et mise en pratique elle serait si inadaptée à la réalité du terrain que la situation antérieure qui était difficile deviendrait ingérable.

Le président est apparu publiquement : nous sommes sauvés :

http://actu.orange.fr/france/festival-solidays-bill-gates-francois-hollande-et-un-record-afp_CNT0000002SYoT.html
Revenir en haut Aller en bas
Smile



Messages : 692
Date d'inscription : 27/09/2010

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyLun 30 Juin 2014, 14:52

Des tables rondes ...et Bla Bla Bla Bla Bla!! Ca va les occuper ...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyLun 30 Juin 2014, 15:12

Il reste à espérer que tous les partenaires sociaux soient présents à cette conférence car ce matin encore les représentants du patronat menacent de ne pas y participer...



Reuters a écrit:
Le Medef maintient sa menace de boycotter la conférence sociale
Reuters – il y a 2 heures 42 minutes

PARIS (Reuters) - Le président du Medef maintient sa menace de boycotter la conférence sociale des 7 et 8 juillet s'il n'obtient pas un moratoire d'un an pour un dispositif anti-pénibilité et une "trajectoire" claire de baisses de charges pour les entreprises.

Pierre Gattaz a revendiqué sur Europe 1 l'initiative d'un appel adressé ce week-end par huit organisations patronales à François Hollande pour qu'il accélère l'entrée en vigueur de mesures en faveur des entreprises.

"Nous avons peur des députés, nous avons peur de l'Assemblée nationale, qui, je crois, n'a toujours pas compris que seule l'entreprise crée de l'emploi et de la richesse", a-t-il dit juste avant le début de l'examen par les députés du projet de loi de financement de la Sécurité sociale rectificative 2014.

Ce texte et le projet de loi de finances rectificative que les députés doivent voter mardi donnent un cadre législatif au pacte de responsabilité, qui accorde 41 milliards d'euros de baisses de charges et d'impôts aux entreprises en trois ans.

Un dispositif contesté par des députés socialistes "frondeurs", qui ont défendu en vain des amendements pour tenter de l'infléchir et à qui il ne reste plus que la menace de l'abstention ou du vote contre pour se compter.

La participation du Medef à la conférence sociale dépend en partie de l'issue du scrutin, a déclaré Pierre Gattaz.

"Il nous faut cette semaine la double trajectoire à trois ans de baisse du coût du travail et de la fiscalité", a-t-il expliqué. "Deuxièmement il faut impérativement qu'on règle le problème de la pénibilité (...) Nous avons toujours dit que ce n'était pas possible d'instaurer ce dispositif extrêmement compliqué au 1er janvier 2015."

Le Medef demande un report d'un an de la mise en oeuvre du compte personnel de prévention de la pénibilité prévu par la dernière réforme des retraites. La CGPME, autre signataire de l'appel de ce week-end, qui menace également de boycotter la conférence, réclame son abandon pur et simple.



ECKERT JUGE LE PACTE "EN ROUTE"

Pierre Gattaz demande enfin un moratoire d'un an sur tous les textes susceptibles de se traduire par des contraintes ou des prélèvements supplémentaires pour les entreprises.

"Nous disons halte, ça suffit, il faut arrêter ce harcèlement législatif", a-t-il déclaré.

Prié de confirmer s'il était prêt à ne pas aller à la conférence des 7 et 8 juillet, il a répondu : "Oui, si nous n'avons pas clairement cette semaine les réponses à nos questions (...) Ça peut être une éventualité de boycott. Je pourrais ne pas y aller."

Le ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg, a dénoncé dimanche l'attitude du patronat, dont il a jugé les demandes déjà traitées par le gouvernement.

Un argument repris lundi matin par le secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert, sur BFM Business.

"Le pacte de responsabilité est en route puisqu'aujourd'hui c'est 350.000 entreprises qui ont perçu sept milliards (d'euros) de Cice (crédit d'impôt compétitivité-emploi)", a-t-il dit. "Les deux tiers des dossiers sont déjà traités."

"C'est quelque chose d'inédit", a-t-il poursuivi. "Il y a la nouvelle phase, la phase d'accélération, c'est-à-dire la mise en route du pacte de responsabilité. C'est en cours à l'Assemblée."

Il a rappelé que les lois de finances et de financement de la Sécurité sociale rectificatives prévoient notamment 4,5 milliards d'euros d'allègement de charges pour les entreprises, à partir du 1er janvier 2015 et un milliard d'allègement de la C3S - une contribution sur le chiffre d'affaires - ainsi qu'un milliard pour les professions indépendantes.

"Tout ça se cumule", a souligné le secrétaire d'Etat au Budget, qui a assuré que le gouvernement n'entendait aucunement revenir sur ces décisions sous la pression des frondeurs.

"Il n'y aura pas de modification substantielle, ni du quantum ni du calendrier de ces mesures", a-t-il dit.

(Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)
Source: https://fr.news.yahoo.com/le-medef-maintient-sa-menace-boycotter-la-conf%C3%A9rence-101726712--business.html
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyLun 30 Juin 2014, 15:22

Lorsque depuis des mois nous savons tous que notre législation est pénalisante en matière de commerce international et que l'on promet des réformes... est il encore utile de perdre du temps en parlottes ?

Si j'étais chef d'entreprise ce serait  : on arrête les frais, on ferme et on attend des jours meilleurs... en allant si possible m'installer dans un autre pays.

Nul doute que les cohortes d'énarques et de syndicalistes seraient plus aptes que moi à faire tourner le bouzin.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyMar 01 Juil 2014, 02:34

tonton christobal a écrit:
Lorsque depuis des mois nous savons tous que notre législation est pénalisante en matière de commerce international et que l'on promet des réformes... est il encore utile de perdre du temps en parlottes ?


Même si un no show des représentants patronaux serait regrettable,  il faut le concéder, il y a une part de vrai dans ce que vous dites....

Voici ce que l'on trouvait dans la feuille de route issue de la conférence de l'année dernière:

Citation :
"Il est indispensable d’assurer les conditions d’une concurrence équitable et régulée au sein de l’Union européenne. Or des contournements des règles en vigueur sont constatés, notamment dans le cas de détachement de travailleurs d’un Etat Membre à un autre. L’Union et ses Etats membres doivent se doter des moyens de lutter contre ces abus qui conduisent à des situations inacceptables de concurrence déloyale et de « dumping social », avec des conséquences négatives sur l’emploi. De telles situations existent, notamment dans le cas où l’Etat membre n’a pas mis en place de salaire minimum. La course au moins-disant social peut aussi s’exercer dans le domaine des normes de santé et de sécurité au travail. La fiscalité peut également être à l’origine de pratiques de concurrence déloyale. Une plus grande harmonisation fiscale est donc nécessaire.

Les négociations en cours sur les directives relatives aux marchés publics devraient permettre la prise en compte de critères sociaux et environnementaux tout au long de la procédure ainsi que d’écarter une offre anormalement basse ne respectant pas les normes sociales minimales.

En outre, la dimension sociale doit être prise en compte dans la politique commerciale de l’Union européenne."


Il y a là incontestablement des éléments intéressants et positifs dans cette partie de la feuille de route mais il ne suffit pas de lister les problèmes, il faut aussi leur apporter des solutions...

Sur le plan des travailleurs détachés, problème qui était dénoncé depuis des lustres par ceux qui y étaient confrontés, les choses ont enfin changé le 26 juin avec le vote définitif de la loi responsabilisant le donneur d'ordres pour les fraudes de ses sous-traitants.... C'est un premier pas mais il faut maintenant  que URSSAF et inspection du travail procèdent à des contrôles suffisamment fréquent pour devenir dissuasifs...

En revanche, quelles avancées sur les autres points ?

La seule avancée que nombre de salariés constatent, c'est celle du chômage...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyMar 01 Juil 2014, 08:02

Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyMar 01 Juil 2014, 11:46

Libellule a écrit:
Dissua-quoi?
http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/inspecteurs-travail-reforme-controversee-30-06-2014-151838

Voilà qui explicite les priorités de chacun:

"Une proposition de loi a donc été déposée par des députés pour faciliter la mission de l'Inspection du travail. Elle devait être débattue en mai, mais le report de l'examen de la loi Familles a également entraîné le report de cette proposition de loi à une date indéterminée.

Cela donnera quelques semaines de plus aux adversaires et aux partisans pour faire valoir leurs arguments. À commencer par les organisations patronales qui sont vent debout contre un texte qui équivaut, selon Thibault Lanxade (Medef), à « donner un carnet à souche aux inspecteurs du travail pour casser les entreprises ». Le patronat a demandé, hier, un moratoire sur tout texte « susceptible d'augmenter les contrôles »
"
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyMer 02 Juil 2014, 01:05

Pour le coup si il est normal que les salariés exposés dans leur travail à des facteurs usants réduisant leur espérance de vie puissent changer de travail et/ou partir plus tôt en retraite, il faut bien reconnaitre que le "compte personnel de prévention de la pénibilité" sujet de discussion entre Manuel Valls et les partenaires sociaux patronaux  tient un peu de l'usine à gaz....

Voir: http://www.social-sante.gouv.fr/reforme-des-retraites,2780/pages,2805/prevenir-et-prendre-en-compte-la,16209.html

Après et alors que notre pays est engagé dans une guerre économique sans merci y compris avec nos partenaires européens, Manuel Valls n'a pas tord quand il déclare:


"Notre politique est bien calibrée (...) Nos difficultés viennent avant tout d'un manque de compétitivité de nos entreprises"


Après que faire face à l'industrie automobile roumaine, à l'industrie textile bangladeshi, à l'industrie électronique coréenne, à l'industrie pharmaceutique indienne, .... ?

Comment résister si l'on refuse tout protectionnisme et toute perte salariale ou sociale ?



Reuters a écrit:
Manuel Valls s'efforce de sauver la conférence sociale

Par par Emmanuel Jarry | Reuters – il y a 1 heure 12 minutes

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - Le Premier ministre promet dans une interview publiée mercredi par Les Echos d'aménager ou d'étaler dans le temps des mesures critiquées par les organisations patronales, qui ont menacé de boycotter la conférence sociale des 7 et 8 juillet.

Manuel Valls annonce notamment un report partiel de la mise en oeuvre du compte personnel de prévention de la pénibilité dans laquelle le Medef, la CGPME et l'Union professionnelle artisanale (UPA) voient une contrainte insupportable pour les entreprises.

Selon la CGPME et l'UPA, dont les présidents ont eu mardi une réunion avec leur homologue du Medef, Pierre Gattaz, pour arrêter une attitude commune, le Premier ministre doit confirmer mercredi par lettre des engagements verbaux.

Sans attendre, Pierre Gattaz a salué sur son compte Twitter un "discours encourageant" et "des avancées à regarder".

Dans un commentaire envoyé à Reuters, le secrétaire général de la CGPME, Jean-Eudes du Mesnil, fait état d'une "véritable avancée" sur la pénibilité et les modalités des contrats de travail à temps partiel, autre pomme de discorde.

Manuel Valls constate dans Les Echos "une véritable focalisation" sur le mécanisme anti-pénibilité et dit ne pas vouloir que cela "cristallise les tensions".

Il annonce qu'il demandera aux ministres du Travail et des Affaires sociales, François Rebsamen et Marisol Touraine, de réviser les projets de décrets "pour aller plus loin dans la simplification et la sécurisation du dispositif".

Ce dispositif devait initialement entrer en vigueur au 1er janvier 2015. Finalement, "l’année 2015 sera une année de montée en charge progressive : les facteurs de pénibilité les plus simples à mesurer seront pris en compte et moins d’un million de salariés seront concernés", précise le Premier ministre.



SURENCHÈRE ET ATTENTISME

"Cela facilitera une mise en œuvre plus souple dans des secteurs tels que le bâtiment. L’objectif est d’aboutir à une généralisation en 2016, dans les meilleures conditions."

Le gouvernement complètera par ailleurs la législation sur le temps partiel pour "écarter tout risque juridique quand des contrats de moins de 24 heures par semaine sont établis avec l’accord individuel du salarié", ajoute-t-il. Ce seuil de 24 heures est entré en vigueur lundi.

Manuel Valls s'engage également à donner "une visibilité complète" aux employeurs en matière de baisse du coût du travail et de fiscalité des entreprises - autre revendication du Medef.

"Après avoir diminué de 6,5 milliards d'euros dès 2015, les prélèvements sur les entreprises seront réduits de 8 milliards en 2016 et d'environ 5,5 milliards en 2017", rappelle-t-il.

A cela s'ajoutera la montée en charge du crédit d'impôt compétitivité (Cice) à hauteur de 20 milliards d'euros.

Mais ces engagements "devront être réciproques", prévient Manuel Valls. "Le patronat ne peut pas être dans la surenchère permanente et dans l'attentisme."

Il reproche au Medef, première organisation patronale française, "d'ignorer les efforts énormes" du gouvernement et estime que "boycotter la conférence sociale serait un acte incompréhensible", car "on ne peut pas se plaindre de trop d'Etat et déserter le dialogue social."

La CGPME a été la première à s'interroger sur sa présence à la conférence sociale si le gouvernement ne revenait pas sur le mécanisme anti-pénibilité et le seuil de 24 heures par semaine.

Le Medef a aussi brandi la menace d'un boycott. Dans un article publié sur son blog, Pierre Gattaz pèse le pour et le contre. Pour annoncer finalement, histoire de faire durer le suspense : "Réponse vendredi après-midi."



POLITIQUE "BIEN CALIBRÉE"

Selon Jean-Eudes du Mesnil, la CGPME annoncera mercredi si elle participe ou non à la conférence, après examen de la lettre du Premier ministre.

Le président de l'UPA a aussi déclaré à Reuters que son organisation ferait une "lecture attentive" du courrier de Manuel Valls. Mais contrairement à la CGPME et au Medef, l'UPA n'avait pas menacé explicitement d'un boycott.

Manuel Valls annonce que les freins au développement de l'apprentissage seront un des sujets de la conférence sociale et se dit prêt à réexaminer les dispositifs d'aide, "à condition que les entreprises s'engagent sur des objectifs chiffrés".

Et il confirme sa volonté de demander au patronat et aux syndicats d'engager des discussions sur les seuils sociaux - le nombre de salariés au-delà duquel l'entreprise est soumise à de nouvelles contraintes - et la simplification du Code du travail, deux autres revendications patronales.

Au risque de se voir de nouveau reprocher, notamment par l'aile gauche du Parti socialiste au pouvoir et des syndicats comme la CGT, de privilégier les entreprises.

Des critiques auxquelles il répond par avance : "Je veux sortir la France de ses blocages."

"Notre politique est bien calibrée (...) Nos difficultés viennent avant tout d'un manque de compétitivité de nos entreprises" fait-il valoir, tout en promettant des baisses d'impôts pour les ménages d'ici 2017.

(Edité par Sophie Louet)
Source: https://fr.news.yahoo.com/manuel-valls-annonce-un-report-partiel-du-compte-191738452--business.html
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyMer 02 Juil 2014, 06:54

Durant un an, la victoire sans lutte du fascisme allemand a pesé sur le prolétariat international (…) C’est alors que, entouré à l’extérieur de puissants Etats réactionnaires, à l’intérieur de deux courants contre-révolutionnaires, le prolétariat se souleva. L’insurrection des travailleurs fut la seule résistance armée à l’avènement du fascisme. Son échec fait partie des tragédies du 20e siècle.

A l'époque on parlait de politique bien calibrée aussi.
Alors que l'économie, elle, ne l'est plus...
Qu'en est-il de ce risque 80 ans plus tard, non plus en Autriche mais en France?

Un article dont la source a priori provocatrice, ne l'est peut-être pas tant que cela, face au réalisme des faits qui ont la vie dure.
http://www.npa2009.org/idees/fevrier-1934-la-fin-de-vienne-la-rouge

Toujours pour rester dans ke réel
http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2014/06/30/la-grande-conference-sociale-pour-lemploi-2014-i-50039.html
Revenir en haut Aller en bas
Smile



Messages : 692
Date d'inscription : 27/09/2010

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyMer 02 Juil 2014, 10:11

Quelle est la crédibilité d'une telle conférence lorsque l'on avait promis l'inversion de la courbe du chômage pour Janvier 2014???

J'attends 2017...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyMer 02 Juil 2014, 11:14

Libellule a écrit:
---/---
A l'époque on parlait de politique bien calibrée aussi.
Alors que l'économie, elle, ne l'est plus...
Qu'en est-il de ce risque 80 ans plus tard, non plus en Autriche mais en France?
---/---

Si, du fait de la situation économique et en particulier de la montée du chômage, il y a un risque certain d'agitation sociale, la situation politique internationale n'est fort heureusement pas similaire à celle des années trente...

Si il est indéniable qu'il y a aujourd'hui en réponse à la mondialisation un nationalisme économique qui se développe, il n'y a en Europe aucune revendication territoriale et aucune velléité de suprématie ethnique d'un peuple sur un autre et c'est tant mieux...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyMer 02 Juil 2014, 11:30

@a.nonymous En 1934, pile poil, on ne pensait pas non plus qu'il y aurait des velléités de suprématie d'un peuple sur un autre. Quand je vous lis parfois j'ai quand même le sentiment que l'idée du chacun pour soi, par niveau de smic interposés (vos analyses) c'est quand même mine de rien, les prémices de quelque chose de ce genre que vous annoncez à renfort de posts récurrents. Là on en est au dévissage de l'économie, seulement. Pas encore à la montée de tous les nationalismes histoire de protéger soit disant son marché intérieur de la mondialisation.

@smile, malheureusement faible, je le crains.
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4511
Date d'inscription : 08/01/2012

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyMer 02 Juil 2014, 12:03

Une différence notable :
En 1934, l'Europe, et surtout l'Allemagne, subissait aussi les conséquences du Traité de Versailles (1919) particulièrement dur par les sanctions infligées à l'Allemagne vaincue.
Keynes fut l'un des très rares assez lucides pour le dénoncer, et prévoir qu'il engendrerait le retour de la guerre.
Hitler prospéra en effet sur ce désir de revanche, né des conséquences de l'aveuglement des vainqueurs de 1918, animés par le slogan "l'Allemagne paiera".
Rien à voir entre le Traité de Versailles (1919) et le Traité de Rome (1957) ou de Maastricht (1992).
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyMer 02 Juil 2014, 12:56

En fait mon propos est strictement franco-français pour 2014 en symétrie avec 1934.

L’article du NPA fixant le début des difficultés à février 1934 avec comme point de départ la situation en Autriche. Alors que je dis bien que j’invite chacun à s’interroger sur le fait que ce puisse être la France qui se retrouve dans le rôle de l’Autriche en 2014.
Donc au premier plan et non au second comme en 1934.

En gros : à partir des années 1930, lorsque la grande crise frappe durement l’ensemble des classes sociales françaises, au premier rang des mécontents figurent les classes moyennes, principal appui d’un régime parlementaire dont le parti radical* constitue la pierre angulaire. Itou en 2010 (même si le leader s'est positionné du cente à la droite pour constituer une majorité post Chirac). (*radical pour ne pas dire centriste pour être plus précis).

En 1932, les radicaux au pouvoir paraissent plus que jamais enfoncés dans leur contradiction native : idéologiquement « de gauche », sensibilité renforcée par leur alliance vitale avec les socialistes, ils n’entendent pratiquer qu’une politique économique d’orthodoxie financière – monnaie forte, maîtrise des déficits – qui leur aliène ces mêmes socialistes en même temps qu’une part croissante de l’opinion. En 2012 radicaux et socialistes associés à la marge à d'autres partis, sont aux manettes.

Les gouvernements sont renversés les uns après les autres dans un contexte d’instabilité politique inédit, et le pouvoir semble paralysé. Là on ne les renverse pas, on le voit ne pas agir.

Exaspérée par une période de gouvernance peu dynamique de 1932 à 1934, (par similitude disons de 2012 à 2014) une grande partie de la société française s’accorde à dénoncer l’incapacité de ses dirigeants, la crise du régime parlementaire et la nécessité de restaurer un pouvoir fort.

L’expression de ce mécontentement est entretenue par l’opposition active de l’extrême droite au régime – la Ligue d’action française de Charles Maurras jouit d’une grande influence–, bientôt relayée par les ligues d’anciens combattants : Jeunesses patriotes, Camelots du roi et surtout Croix-de-Feu du colonel de La Rocque transformés depuis peu en véritable formation politique.

Pour faire simple ce que j’identifie comme les croisés d’aujourd’hui sont sous d'autres noms de bannières : ils sont bien là sous les vocables de groupes identitaires, nouvelle france, renouveau, manif pour tous et autres avatars du même type.

A cette situation critique vient s’ajouter le scandale politico-financier de trop qui achève de discréditer la classe politique.

On voit surgir des manifestations et scènes de rues violentes accompagnées d’actes de vandalisme

Un gouvernement d’union nationale est formé peu après, (on voit bien aujourd'hui que UMP et PS en France, et Libéraux et sociaux démocrates en Europe -Allemagne comprise- marchent en fait dans les mêmes pas) dans lequel entrent les doctrines des chefs de la droite (en 1934 c'est plus clair, ils entrent au gouvernement là c'est Valls qui fait le double boulot).

Cela n’empêchait pas les querelles de chapelles : Pour la gauche, il s’agissait de rien moins que d’une tentative de coup d’Etat fasciste, non d’une sanction plus large de son incapacité à se réformer et à gouverner. La prise de conscience de la gauche – des gauches, plutôt –, voire la dramatisation du danger incarné par l’extrême droite, jouant un rôle pour rallier in extremis une opinion en plein doute.

Pour la droite d'une confirmation de l'inconsistance des mesures gouvernementales.
Les communistes de 1934 se glissant dans le costume du dernier recours à gauche.
L'évocation du NPA plus haut. La boucle des similitudes peut être refermée. D'autant et c'est là le lien avec le présent sujet, qu'une grande conférence sociale était présentée aussi il y a 80 ans comme la solution qui allait permettre d'apaiser le climat social très détérioré de l'époque.

C'est cette similitude de crise qui m'interpelle personnellement, plus qu'une supposées montée organisée du fascisme dans notre pays, mais il ne faudrait pas que dans un proche avenir que tout cela devienne un moteur à cette cause exacerbée que j'appelle nationalisme socialisant.
Revenir en haut Aller en bas
matmut

matmut

Messages : 2080
Date d'inscription : 10/07/2010

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyMer 02 Juil 2014, 18:37

a.nonymous écrit:
Citation :
il faut bien reconnaitre que le "compte personnel de prévention de la pénibilité" sujet de discussion entre Manuel Valls et les partenaires sociaux patronaux tient un peu de l'usine à gaz....
C'est bien vrai mon capitaine mais c'est ce qu'il ressort des négociations avec des syndicats conservateurs comme la CGT et FO. qui en fin de compte n'accepte rien de la réforme des retraites malgré toutes les contreparties, objet de cette usine à gaz, qu'ils ont réclamés et obtenus.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyMer 02 Juil 2014, 19:57

matmut a écrit:
C'est bien vrai mon capitaine mais c'est ce qu'il ressort des négociations avec des syndicats conservateurs comme la CGT et FO. qui en fin de compte n'accepte rien de la réforme des retraites malgré toutes les contreparties, objet de cette usine à gaz, qu'ils ont réclamés et obtenus.

Il suffit de regarder l'appartenance professionnelle d'une grande partie des militants CGT et FO pour comprendre pourquoi ces syndicats ne se positionnent pas en faveur de la défense de l'économie et donc de l'emploi mais en faveur de la défense des acquis...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyVen 04 Juil 2014, 11:35

Cinq millions de chômeurs qui crèvent à Pole emploi et des partenaires sociaux qui jouent au chat et à la souris....

A quand un vaste mouvement de chômeurs qui fera descendre ceux-ci dans la rue en les encadrant ?

Au train où vont les choses et sans un tel mouvement, il y a fort à parier que les choses dérapent à un moment ou à un autre...



Reuters a écrit:
La CGT fait durer le suspense sur la conférence sociale

Reuters – il y a 1 heure 14 minutes

PARIS (Reuters) - La CGT décidera lundi de sa participation à la conférence sociale des 7 et 8 juillet en fonction de la réponse apportée par François Hollande aux inquiétudes du syndicat concernant le respect des engagements pris dans le cadre du dialogue social, a déclaré vendredi le numéro un du syndicat, Thierry Lepaon.

"La CGT a pour principe d'être présente partout où les intérêts des salariés sont en jeu", a-t-il dit sur France Info. "Mais je vous avoue que la manière dont Manuel Valls s'est comporté à l’encontre des engagements qui avaient été négociés entre les syndicats de salariés et les syndicats d’employeurs ces derniers jours, forcément perturbe profondément notre organisation".

Le Premier ministre a suscité la colère des syndicats en annonçant cette semaine le report partiel de l'application du compte pénibilité, un geste d'apaisement à l'adresse du patronat et perçu par les syndicats comme une "rupture" dans le dialogue social prôné par l'Elysée.

"J'attends de François Hollande le respect des engagements pris dans le cadre du dialogue social", a dit Thierry Lepaon, expliquant avoir adressé une lettre au chef de l'Etat. "Nous déciderons lundi matin de notre présence à la fois au discours de Manuel Valls (et) dans les tables rondes en fonction de la réponse que nous fera François Hollande".

"C'est un ultimatum (...), la lettre que j'ai adressée à François Hollande est suffisamment précise pour qu'il puisse répondre précisément sur ce qu'il entend dans la formule dialogue social", a-t-il ajouté.

(Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)
Source: https://fr.news.yahoo.com/la-cgt-fait-durer-le-suspense-sur-la-081439387.html
Revenir en haut Aller en bas
Robin

Robin

Messages : 1357
Date d'inscription : 13/02/2011

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyVen 04 Juil 2014, 14:21

La CGT fait partie des grands pourvoyeurs de Pôle emploi du fait de leur intrangissance et comme leurs animateurs sont bien au chaud dans leur syndicat, rémunérés qu"ils sont par les cotisations, alors pour eux, tout va bien.
Revenir en haut Aller en bas
matmut

matmut

Messages : 2080
Date d'inscription : 10/07/2010

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyVen 04 Juil 2014, 15:29

Citation :
comme leurs animateurs sont bien au chaud dans leur syndicat, rémunérés qu"ils sont par les cotisations, alors pour eux, tout va bien.
En êtes vous bien certain?
Si il n'y avait que les cotisations de leurs adhérents ils crèveraient de faim.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptySam 05 Juil 2014, 18:17

Pour l'instant on en est au jeu du chat et de la souris entre partenaires sociaux...

En revanche, si il y avait des "now show" à tout ou partie cette conférence sociale, cela signifierait clairement une rupture du dialogue social....

Il faudrait alors que toutes les victimes de la situation actuelle, les 5 millions de chômeurs qui crèvent sans avenir à Pôle emploi mais aussi par exemple les retraités qui ne verront  pas leur retraite augmenter cette année ou les artisans et les commerçants qui sont contraints d'arrêter leur activité,  se mobilisent pour se faire entendre quitte à descendre dans la rue...

La priorité doit bien sûr rester avant tout le dialogue social mais pour cela il faut que tous les partenaires sans exception jouent le jeu....  Ces partenaires ont-ils au moins entendu le coup de semonce des municipales et des européennes ?


Reuters a écrit:
CGT et FO menacent de bouder la conférence sociale
Reuters – ven. 4 juil. 2014

PARIS (Reuters) - La CGT et Force ouvrière (FO) ont à leur tour menacé vendredi de ne participer qu'à une partie de la conférence sociale de lundi et mardi, alors que le Medef a au contraire confirmé sa venue, après avoir agité le spectre d'un boycott.

La CGT décidera lundi de sa participation en fonction de la réponse de François Hollande à ses inquiétudes concernant le respect des engagements pris dans le cadre du dialogue social, a déclaré son secrétaire général, Thierry Lepaon.

"La CGT a pour principe d'être présente partout où les intérêts des salariés sont en jeu", a-t-il dit sur France Info. "Mais je vous avoue que la manière dont Manuel Valls s'est comporté à l’encontre des engagements qui avaient été négociés entre les syndicats de salariés et les syndicats d’employeurs (...) forcément perturbe profondément notre organisation".

Son homologue de FO, Jean-Claude Mailly, a pour sa part déclaré à Reuters que son organisation participerait à la première journée mais entendait "marquer le coup", après les déclarations du Premier ministre aux Echos mercredi dernier.

"Les déclarations du Premier ministre changent la donne" sur la méthode comme sur le fond, a-t-il expliqué. "Nous prendrons une décision lundi. Je n'exclus rien, y compris une éventuelle non participation le deuxième jour."

"Nous marquerons le coup, dans tous les cas de figure. On ne peut pas laisser passer. On n'est plus dans le même contexte qu'avant l'interview", a-t-il ajouté.

Sept tables rondes animées par huit ministres sont prévues mardi sur l'emploi, l'insertion professionnelle des jeunes, l'agenda économique et social européen, l'investissement, le pouvoir d'achat, la politique de santé et la réforme de l'action publique. Manuel Valls doit conclure la journée.

Le Premier ministre a suscité la colère des syndicats en annonçant, notamment, le report partiel de la prise en compte de la pénibilité du travail dans le calcul des droits à la retraite et à la formation et en souhaitant des négociations sur "les simplifications possibles du code du travail".




LE MEDEF CONFIRME SA PARTICIPATION

Un geste d'apaisement à l'adresse du patronat perçu par les syndicats comme une "rupture" dans le dialogue social prôné par l'Elysée.

"J'attends de François Hollande le respect des engagements pris dans le cadre du dialogue social", a dit Thierry Lepaon, qui a précisé avoir écrit au chef de l'Etat. "Nous déciderons lundi matin de notre présence à la fois au discours de Manuel Valls (et) dans les tables rondes en fonction de la réponse que nous fera François Hollande".

La réponse du chef de l'Etat à cet "ultimatum" n'a pas tardé. Dans une courte missive, dont Reuters a obtenu copie, François Hollande assure que les nouvelles modalités de mise en oeuvre du compte pénibilité "ne sont en rien contradictoires" avec sa volonté de faire du dialogue social une "priorité".

"Sur un plan plus général, ma conception du dialogue social, comme celle du Premier ministre Manuel Valls, repose évidemment sur le respect de l’ensemble des partenaires sociaux" et des engagements pris dans le cadre de leurs négociations, écrit-il.

Son entourage se dit "zen" tandis que celui du ministre du Travail, François Rebsamen, en appelle à la responsabilité.

"Il y a depuis quelques jours un jeu de 'je viens, je viens pas'. Chacun est libre de ses mouvements et doit avoir le sens des responsabilités sur son rôle dans l'exercice, sur les propositions a apporter", dit au ministère du Travail.

Le conseil exécutif du Medef a au contraire jugé que les déclarations de Manuel Valls "étaient de nature à répondre en partie aux inquiétudes des chefs d'entreprises" et a approuvé vendredi la participation de l'organisation patronale.

Il a cependant souhaité dans un communiqué que la conférence sociale intègre une "dimension économique plus poussée" et ouvre la voie à une simplification de la législation sociale.

(Marine Pennetier, Elizabeth Pineau et Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)
Source: https://fr.news.yahoo.com/cgt-et-fo-menacent-bouder-la-conf%C3%A9rence-sociale-145110061.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyLun 07 Juil 2014, 17:13

La CGT et FO qui ne défendent que les acquis des fonctionnaires et assimilés et qui avaient déjà refusé de signer l'ANI a donc décidé de ne pas participer à la deuxième journée de la conférence sociale....

Dont acte mais cette absence de deux des principaux syndicats de salariés est un signal fort en direction des 5 millions de chômeurs qui crèvent sans avenir à Pôle emploi: ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes et non sur les organisations syndicales pour faire bouger les choses...



AFP a écrit:
AFP 07-07-2014 - 15:29

Conférence sociale: la CGT boycottera la journée de mardi

La décision inédite de la CGT de boycotter la seconde journée de la conférence sociale mardi, où doit s'exprimer Manuel Valls, a porté un coup, avant même son ouverture lundi après-midi, à ce rendez-vous annuel cher au président François Hollande pour mener les réformes face au chômage de masse.

Après les concessions du Premier ministre au patronat sur le compte pénibilité et la simplification du code du Travail et faute d'obtenir une "clarification" du président, la direction de la CGT, réunie lundi matin, a décidé qu'elle ne participerait pas aux sept tables rondes prévues autour de onze ministres, ni au discours de clôture de Manuel Valls dans l'après-midi, a appris l'AFP auprès d'une source syndicale.

En revanche, considérant qu'il s'agit d'un "acte républicain", la centrale de Thierry Lepaon a maintenu sa présence à la réunion à huis clos avec François Hollande et les autres organisations syndicales (CFDT, CFTC, CFE-CGC, FO) et patronales représentatives (Medef, UPA, CGPME).

En "colère" contre le Premier ministre qu'il accuse de "mépris" à l'égard des syndicats et décidé à "marquer le coup" , Jean-Claude Mailly, numéro un de Force ouvrière a lui aussi réuni ses instances lundi pour décider de sa position. Il devrait en faire part directement au président de la République.

Après sa discussion avec les partenaires sociaux, qui s'annonce moins consensuelle que lors des deux précédentes éditions, François Hollande s'exprimera en séance plénière au palais d'Iéna, l'occasion pour lui de faire le point sur le pacte de responsabilité, sur lequel il compte pour sortir le pays de l'ornière.

"L'enjeu de la conférence, ce sera avant tout l'emploi", dit-on au ministère du Travail, alors que plus de 3,3 millions de personnes n'ont aucune activité.

Pour les syndicats, les motifs de mécontentement s'accumulent. La CGT et FO, opposés depuis le début au pacte de responsabilité, qu'ils ont rebaptisé "pacte d'austérité", mais aussi la CFDT ont très mal pris les récentes décisions du Premier ministre sur le report partiel du compte pénibilité et sa proposition d'une simplification du code du Travail.

Accusant le gouvernement de céder au "chantage" du patronat, ils ont aussi reproché à Manuel Valls de ne pas les avoir consultés.

Avant même l'annonce de la CGT, le président de la CGPME, Jean-François Roubaud, s'en est pris à l'attitude de "blocage" de la CGT. Toutefois, le patronat avait été le premier à brandir la menace de boycottage de la rencontre, avant de se raviser, après les annonces du Premier ministre.




- 'Leur place' est autour de la table -

"Je les appelle à participer, je pense qu'ils vont venir, ces tables rondes, nous les avons montées avec eux, leur place est là", avait lancé lundi matin François Rebsamen, ministre du Travail.

Le numéro un de la CFDT, Laurent Berger, lui, participera à la rencontre pour dire qu'il n'est "pas content" du report partiel du compte pénibilité, "une avancée obtenue par la CFDT", et pour demander au gouvernement la sortie rapide des décrets le mettant en oeuvre.

La CFDT demande "des engagements" du patronat, "et nous jugerons sur pièce lors de la conférence sociale", a-t-il dit, mais "les postures, les ultimatums, les menaces", ce "n'est pas la position de la CFDT et ne le sera jamais".

Le Premier ministre s'était dit confiant dimanche et ne "doutait pas" que syndicats et patronat "se retrouvent autour de la table". Soucieux de donner des gages aux organisations syndicales, il a demandé au patronat de "reconnaître l'effort que la nation consent pour le soutenir" avec le pacte de responsabilité et de "s'engager pleinement pour la création d'emplois".

Mais il a aussi plaidé pour une "gauche qui marche" quitte à "venir perturber des habitudes, des acquis".

Le Premier ministre tracera mardi la feuille de route pour l'année à venir. Il devrait aussi annoncer des mesures pour relancer l'apprentissage, nouvelle cartouche anti-chômage, les outils mis en place depuis 2012 (emplois d'avenir, contrats de génération) s'étant révélés insuffisants.

Hasard du calendrier, les députés se prononceront mardi sur le budget rectificatif de la Sécurité sociale avec les premiers allègements de cotisations patronales du pacte de responsabilité.

Le premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis a dénoncé "l'attitude du Medef" dont "la culture" est "take the money and run": "Prends l'argent et sauve-toi."
Source: http://actu.orange.fr/une/conference-sociale-la-cgt-boycottera-la-journee-de-mardi-afp_CNT0000002ZP0x.html
Revenir en haut Aller en bas
Smile



Messages : 692
Date d'inscription : 27/09/2010

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyLun 07 Juil 2014, 17:25

Question peut être stupide :

J'ai lu un article présentant les syndicats lors de cette "grande conférence".

Est ce que les syndicats sont si important, notamment dans le privé, pour être les seuls face au gouvernement et défendre l'emploi, le travail, les actifs et chomeurs?
Représentent-ils tous les actifs...?

Merci
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyLun 07 Juil 2014, 18:10

Smile a écrit:
Est ce que les syndicats sont si important, notamment dans le privé, pour être les seuls face au gouvernement et défendre l'emploi, le travail, les actifs et chomeurs?
Représentent-ils tous les actifs...?


La question a du sens alors que, d'une part, la représentativité des syndicats s'étiole et que, d'autre part, les antagonismes  entre fonctionnaires et salariés du privé et entre actifs et inactifs, que ceux-ci soient chômeurs ou retraités, se renforcent....

Le problème est qu'il faut des représentants des salariés pour parapher les accords nationaux...

Quand il s'agit d'accords d'entreprise, les signataires peuvent être des représentants du personnel non syndiqués mais ce n'est pas possible au niveau de ces accords nationaux....

Après avec 5 millions de chômeurs qui crèvent sans avenir à Pôle emploi, un réel syndicat de chômeurs aurait des raisons d'exister... Le problème c'est que comme dit précédemment des antagonismes existent et ce syndicat de chômeurs risquerait d'accepter la remise en question de certains acquis comme les 35 heures ou le SMIC....


Nouvel Obs en 2013 a écrit:
Les 5 principaux syndicats confirmés comme "représentatifs"

Le Nouvel Observateur avec AFP
Publié le 29-03-2013 à 12h44

La CGT reste le premier syndicat avec 26,77% des voix aux élections professionnelles, talonnée par la CFDT. Unsa et Solidaires n'ont pas franchi la barre des 8%.

Cinq syndicats (CGT, CFDT, FO, CFE-CGC, CFTC) sont qualifiés comme organisations représentatives pour les quatre prochaines années, ayant obtenu plus de 8% des voix aux élections professionnelles dans le secteur privé, le critère majeur retenu, selon des chiffres du ministère du Travail.

La CGT reste premier syndicat français avec 26,77% des voix, talonnée par la CFDT (26%). FO obtient 15,94%, la CFE-CGC 9,43% et la CFTC 9,30%, selon un communiqué du ministère. Une incertitude pesait sur la qualification du syndicat chrétien.



Unsa et Solidaires recalés

Le taux de participation s'est élevé à 42,78%, soit 5,4 millions de votants et 5 millions de suffrages valablement exprimés. La direction du travail a annoncé aussi le "poids relatif" dont bénéficiera chaque syndicat au cours des négociations : la CGT obtient 30,62%, la CFDT (29,74%), FO (18,23%), la CFE-CGC (10,78%) et la CFTC (10,63%).

Pour être valide, un accord doit être signé par un ou plusieurs syndicats totalisant 30% des voix, sans être rejeté par 50%. Par ailleurs, deux syndicats n'ont pas recueilli le score requis : Unsa (4,26%) et Solidaires (3,47%). C'est devant le Haut Conseil du dialogue social - qui rassemble notamment des représentants des syndicats et du patronat - que la direction du Travail a fait état de ces résultats.

La loi de 2008 rend les syndicats tributaires de leur audience - mesurée tous les quatre ans - et met fin à la présomption "irréfragable" de représentativité dont bénéficiaient par décret de 1966 jusqu'à présent les cinq confédérations (CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC) qui finalement sont reconduites.



Réactions des syndicats

La CGT a souligné dans un communiqué qu'elle "conforte sa place de première organisation syndicale". "Elle est première auprès de 17 millions de salariés du secteur privé, dont les TPE, et première organisation auprès des cinq millions d'agents de la fonction publique". "C'est une invitation pour toute la CGT à être encore plus utile, plus accessible et plus solidaire", ajoute la confédération.

Arrivée en deuxième position avec un score "très proche" de la CGT, la CFDT a salué "un excellent résultat", "fruit de l'activité quotidienne de milliers de militants CFDT auprès des salariés". "Les cinq confédérations représentatives le resteront. Cette légitimité est désormais fondée sur le vote des salariés et plus sur une décision du pouvoir", souligne la centrale, en saluant la "démocratie sociale" renforcée. "Forte de la confiance que lui accordent les salariés, la CFDT continuera à assumer pleinement sa responsabilité dans la construction de solutions aux difficultés qu'ils vivent", poursuit-elle.

La CFTC est "irremplaçable et toujours représentative", s'est félicité le syndicat chrétien, dont le maintien parmi les syndicats représentatifs était incertain. "La confédération était persuadée de conserver sa représentativité malgré les attaques de toutes sortes", ajoute le communiqué.
Source: http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20130329.OBS6151/les-5-principaux-syndicats-confirmes-comme-representatifs.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyMar 08 Juil 2014, 00:55

Un article du Monde publié à l'issu de la première journée de la conférence sociale avec une prise de conscience certaine du président de la République...


"M. Hollande a surtout insisté sur les ravages du chômage de longue durée. Il a érigé la lutte contre ce fléau en « cause nationale » et annoncé l'ouverture d'une négociation patronat-syndicats sur ce sujet qui « pourrait être une contrepartie au pacte de responsabilité ».

   « Il touche aujourd'hui deux millions de personnes, dont 1,1 million sont sans emploi depuis plus de deux ans. (...) Il faut donc agir, et vite. »
"


En revanche où le président fait erreur c'est que quelle que soit la formation professionnelle des chômeurs, il restera le problème de la compétitivité des salariés de droit français face aux salariés de pays "low cost"....  Quand une multinationale en déplaçant un emploi de 2500 km, de la Défense à Bucarest, peut diviser par trois ses frais de personnel elle n'hésite pas... Qu'on le veuille ou non, l'emploi fait aujourd'hui largement les frais des élargissements de 2004 et 2007 même si ce n'est pas la seule origine du chômage...




Le Monde a écrit:
François Hollande appelle les syndicats à ne pas être dans « une perpétuelle surenchère »

Le Monde.fr | 07.07.2014 à 19h05 • Mis à jour le 07.07.2014 à 21h16

L'enjeu était de taille, lundi 7 juillet, et François Hollande ne s'est pas économisé. Pendant plus d'une heure, le chef de l'Etat a prononcé son discours d'ouverture de la troisième conférence sociale, avec l'espoir de restaurer la confiance avec les acteurs sociaux.



   La réponse à la CGT et à FO

Le président de la République en a profité pour répondre, sans les citer, aux syndicats CGT et FO qui ont annoncé qu'ils boycotteraient la deuxième journée de ce rendez-vous.

Après avoir une nouvelle fois vanté la méthode de cette conférence annuelle qui « suppose le respect des partenaires », M. Hollande a ainsi expliqué que le dialogue social ne pouvait « pas être une perpétuelle surenchère ».

Le président en a profité pour citer les réformes issues, selon lui, du dialogue social comme la loi sur la sécurisation de l'emploi ou la réforme de la formation professionnelle.

   « Cette métode a fait ses preuves. En deux ans, des réformes importantes ont été menées à bien. »

Le chef de l'Etat est également largement revenu sur le report de la mise en place du compte pénibilité qui a irrité les partenaires sociaux. « La pénibilité a été un progrès. C'était une volonté qui s'était faite [sic] jour dès 2003, lors de la première réforme des retraites, et qui n'avait pu être traduite en 2010. Elle entrera en vigueur à partir du 1er janvier 2015 et elle sera entièrement déployée à partir du 1er janvier 2016. (...) Pour céder à une pression ? Ce n'est pas l'intention du premier ministre. Il y a eu ce report partiel parce que c'est compliqué. Il a été laissé un an aux entreprises pour permettre une pleine garantie de ce compte pénibilité. »

Lors de la conclusion de son discours, M. Hollande a fait une nouvelle allusion aux syndicats qui ont choisi la politique de la chaise vide.

   « Il faut préserver ces lieux et ces moments. Et même temps laisser la liberté à chacun d'y participer ou non. »



   Le chômage longue durée, une cause nationale

Très attendu, le chef de l'Etat a également expliqué les objectifs de cette nouvelle conférence qui n'ont finalement pas beaucoup changé.

« L'enjeu de cette troisième conférence sociale est finalement le même que quand nous nous sommes retrouvés en 2012 : la mobilisation pour la croissance et l'emploi. Mais les modalités sont différentes », a déclaré le président de la République avant de vanter longuement ses réformes (le pacte de responsabilité, la réforme fiscale ou encore la réforme territoriale).

Mais M. Hollande a surtout insisté sur les ravages du chômage de longue durée. Il a érigé la lutte contre ce fléau en « cause nationale » et annoncé l'ouverture d'une négociation patronat-syndicats sur ce sujet qui « pourrait être une contrepartie au pacte de responsabilité ».

   « Il touche aujourd'hui deux millions de personnes, dont 1,1 million sont sans emploi depuis plus de deux ans. (...) Il faut donc agir, et vite. »

L'objet de cette négociation serait de « d'abord discuter de la formation professionnelle pour ces chômeurs, qui n'y accèdent que très rarement, et de leur accompagnement lorsqu'ils reviennent dans l'entreprise ». « Trente-deux milliards d'euros sont consacrés à la formation professionnelle. Or, 10 à 15 % seulement des chômeurs et encore moins de chômeurs de longue durée y ont accès », a-t-il déploré.



   Le renforcement de l'apprentissage

Afin de renforcer l'apprentissage, « une voie d'excellence », le chef de l'Etat a également annoncé une rencontre entre les partenaires sociaux et l'Etat « dès le mois de septembre ».

   « Pourquoi n'y a-t-il pas dans le système d'enseignement public davantage de jeunes en apprentissage ? Quarante mille lycéens, on peut faire davantage, peut-être même 60 000, 70 000 d'ici 2017. »



   Le message à l'Union européenne

Après son élection de 2012, François Hollande avait fait de la réorientation de l'Union européenne une de ses priorités. Lundi, il a rappelé l'urgence de ce chantier : « Si nous sommes prêts à nous réformer, nous sommes aussi conscients que l'Europe doit être réorientée. » Le président français a donc appelé à plus de flexibilité en fonction des politiques menées :

   « Sur le plan budgétaire, chaque pays, donc la France, doit respecter ses engagements, et toutes les marges, toutes les flexibilités doivent être utilisées pour tenir compte notamment des réformes engagées. »



   Mieux déployer le pacte de responsabilité

François Hollande a également demandé au patronat de « s'emparer du pacte de responsabilité de manière urgente et à aboutir à de vrais résultats ».

   « Une dizaine de branches seulement ont adopté un programme de travail. Encore trop de branches ne se sont pas réunies pour mettre en œuvre le pacte. »

Afin de bien suivre la mise en place de ces mesures, le président de la République a annoncé que le comité de suivi du crédit compétitivé emploi verrait sa compétence élargie à l'ensemble des aides publiques aux entreprises.
Source: http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/07/07/emploi-europe-croissance-education-francois-hollande-mobilise-et-vante-ses-reformes-lors-de-la-3e-conference-sociale_4452752_823448.html
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyMar 08 Juil 2014, 04:28

Lorsque le médecin veut guérir le malade sans traiter les causes du mal, le traitement est voué à l'échec...

Une large partie des règles qui génèrent nos difficultés ont été décidés par des instances supra nationales que nous avons "laissé faire" et qui nous dirigent sans recours possible car nous avons abandonné notre souveraineté dans des domaines vitaux... il est à craindre que la remise à flot du pédalo soit longue, difficile et surtout pénible pour les passagers.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyMar 08 Juil 2014, 11:12

Ce matin c'est au tour de la FSU de quitter la "grande conférence sociale pour l'emploi 2014"....


AFP a écrit:
AFP 08-07-2014 - 10:35

Conférence sociale: la FSU claque la porte

La FSU a "claqué la porte" de la conférence sociale mardi, peu après l'ouverture des tables rondes au second jour de la rencontre, a annoncé la secrétaire générale du syndicat Bernadette Groison.

"Nous avons claqué la porte de la conférence sociale", a déclaré Mme Groison, qui dirige la première fédération de l'Education, rejoignant ainsi la CGT, FO et Solidaires, qui boycottent le second jour de la grand-messe sociale.

"Nous ne restons pas à cette conférence sociale parce qu'elle est trop mal engagée en terme de méthode sur le dialogue social", a dit la responsable de la FSU. "Nous attendons que le gouvernement clarifie la manière dont il conçoit le dialogue social. Aujourd'hui nous ne pouvons pas être sur un dialogue social unilatéral".

"Nous avons eu le sentiment hier que nous avions déjà la feuille de route de clôture (...) alors qu'il y a des désaccords", notamment sur le pacte de responsabilité et les services publics, a relevé Mme Groison. Elle a précisé que la FSU enverrait une lettre dans la journée au président de la République pour lui demander comment il compte "réhabiliter le dialogue social" et savoir ce qu'il compte faire sur les services publics.

A son arrivée au palais d'Iéna, Mme Groison avait déjà signalé que son syndicat pourrait quitter la rencontre s'il n'était pas satisfait des réponses apportées par le gouvernement à ses questions sur le service public.

La CGT et FO, respectivement première et troisième centrales syndicales, ont décidé lundi de boycotter cette deuxième journée, pour protester contre les concessions du Premier ministre au patronat sur le compte pénibilité et la simplification du Code du Travail, annoncées avant la Conférence sociale.

Solidaires avait également annoncé son boycott il y a quelques jours.
Source: http://actu.orange.fr/politique/conference-sociale-la-fsu-claque-la-porte-afp_CNT00000030IE0.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyMar 08 Juil 2014, 16:42

Face à l'attitude méprisable des syndicats renégats qui, telle la  CGT, ont refusé de participer à la "grande conférence sociale pour l'emploi 2014" saluons l'attitude responsable de la CFDT....


"La CFDT est là parce qu'il y a 5 millions de chômeurs, notre responsabilité est d'essayer de trouver des solutions et nous n'en trouverons pas si nous ne confrontons pas nos points de vue. Pour cela, il faut participer aux discussions. Ce qui est sûr, (c'est que) le statut quo, le recul, le chacun de son côté, ça ne produit aucun résultat"


Dans la guerre économique dans laquelle est engagé notre pays, salariés et chômeurs n'ont rien à attendre de la CGT et de FO qui ne défendent que les acquis des fonctionnaires bénéficiant de la garantie de l'emploi...



AFP a écrit:
AFP 08-07-2014 - 11:33
Conférence sociale: Berger (CFDT) regrette l'absence de 4 syndicats

Le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger a déploré mardi le fait que quatre organisations syndicales manquent à l'appel au deuxième jour de la conférence sociale, mais a appelé à "ne pas s'arrêter à l'écume des choses", affirmant rester pour les 5 millions de chômeurs.

"Je regrette que tous les syndicats ne veuillent pas discuter", a déclaré M. Berger, après l'annonce du départ de la FSU suivant ainsi la CGT, FO et Solidaires. Mais "arrêtons d'essayer de commenter simplement l'écume des choses et le comportement et les postures des uns et des autres".

"Ce qui est sûr, c'est que de partir et d'aller se réfugier je ne sais où sans vouloir traiter le fond des problèmes, ça n'apportera pas les résultats que les salariés attendent", a-t-il prévenu. Mais "j'aimerais bien qu'on ne concentre pas les problèmes que subit notre pays, que subissent les salariés à la présence ou non de syndicats à une table ronde".

"La CFDT est là parce qu'il y a 5 millions de chômeurs, notre responsabilité est d'essayer de trouver des solutions et nous n'en trouverons pas si nous ne confrontons pas nos points de vue. Pour cela, il faut participer aux discussions. Ce qui est sûr, (c'est que) le statut quo, le recul, le chacun de son côté, ça ne produit aucun résultat", a-t-il poursuivi.
Source: http://actu.orange.fr/politique/conference-sociale-berger-cfdt-regrette-l-absence-de-4-syndicats-afp_CNT00000030Pqf.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyJeu 17 Juil 2014, 13:26

Alors que les renégats de la CGT se sont défilés pour participer à la grande conférence sociale pour l'emploi, la CGT Spectacle fait son show à Avignon....

Après, concernant la nouvelle convention Unédic, on peut s'étonner que le CGT ne se polarise que sur les intermittents et qu'elle ne dénonce pas les autres changements qui eux vont toucher l'ensemble des salariés qui perdent ou vont perdre leur emploi à partir du 1er juillet 2014...

Mais peut-être que désormais le CGT n'est plus un syndicat de salariés susceptibles de perdre leur emploi mais juste un syndicat de fonctionnaires et d'intermittents ?



AFP a écrit:
AFP 16-07-2014 - 22:36
Avignon: les intermittents refusent de rencontrer Filippetti, prise à partie

Les intermittents ont refusé de rencontrer mercredi à Avignon la ministre de la Culture Aurélie Filippetti, qui, prise à partie par un petit groupe, ne s'est pas attardée au village du Festival Off.

"Si une délégation veut me rencontrer, je suis là, ma porte est ouverte", a déclaré la ministre à la presse à la préfecture, à son arrivée dans l'après-midi. "Je suis là pour répondre à leurs inquiétudes (...) Je suis venue rappeler l'engagement fort du gouvernement pour une remise à plat du système", a-t-elle assuré.

C'est de fait à une rencontre quelque peu mouvementée que la ministre a eu droit, à quelques centaines de mètres de la préfecture, au village du Off.

"La ministre est arrivée vers 16h30, on a parlé, je lui ai fait part de ce que le Off souhaitait", a expliqué le directeur du Off Greg Germain. "Et puis sont arrivés les énervés (...) comme d'habitude une vingtaine de brailleurs qui hurlaient +on ne veut pas de vous+".

"On a appris qu'elle était au village du Off, donc on s'y est précipité. Elle était attendue, et on a scandé des mots d'ordre pour dire +dehors, dehors les enfumeurs+", a raconté de son côté Marc Slyper, de la CGT-spectacle, qui a de son côté estimé leur nombre à "une petite centaine".

"Elle n'a pas essayé de parler. Elle est partie, ce qu'on lui disait de faire", a-t-il assuré.

Certains militants "étaient là avec des masques de Filippetti", a également décrit Denis Gravouil, aussi de la CGT Spectacle, rapportant des témoignages de militants présents: "Un moment, il a été dit +ça suffit l'enfumage, on n'est pas là pour discuter+".

Dans l'entourage de la ministre, on dément toute idée de fuite de la ministre: "Elle n'a pas du tout fui, elle était en train de partir" quand l'incident s'est produit.

"On ne peut pas empêcher quelqu'un de voyager, partout en France, ici c'est un pays libre", a pour sa part déploré M. Germain. Selon lui, elle a essayé de poser des questions. "On ne peut pas parler! C'est assez navrant".

Un peu plus tôt, réunis en assemblée générale, les membres des collectifs du In et du Off, de la CGT-Spectacle et de la Coordination des intermittents et précaires (CIP), avaient décidé qu'ils ne rencontreraient pas Mme Filippetti.




- Message à Valls -

Au lieu de quoi, les intermittents se sont adressés directement au Premier ministre Manuel Valls, lui demandant de s'engager, dès jeudi, à ouvrir des négociations sur le nouveau régime d'assurance chômage contesté.

"Nous vous demandons, avec la plus extrême fermeté, que lors de (la) table ronde du 17 juillet (à Paris ndlr), la date d'ouverture de négociations loyales, avec les premiers concernés, soit actée", posent-ils dans leur lettre au Premier ministre publiée mercredi.

Jeudi est programmée à Paris une nouvelle réunion dans le cadre de la concertation mise en place fin juin par le gouvernement pour remettre à plat le régime des intermittents.

"Si demain, jeudi 17 juillet 2014, l'ouverture des négociations n'était pas actée, ce serait une nouvelle fin de non-recevoir à notre encontre et nous saurons y répondre", préviennent les intermittents.

Dans le même temps mercredi, une trentaine de manifestants se sont rendus à la Fabrica, où devait se jouer en soirée un spectacle mis en scène par le patron du In, Olivier Py.

Déployant à l'intérieur une banderole proclamant "Ceci n'est pas un blocage", ils ont lu le discours d'Albert Camus recevant son prix Nobel en 1957, sur le thème de l'art et de la politique, avant de quitter les lieux avant le début de la représentation.

Au début du festival, le collectif des salariés avait prévenu que les membres du gouvernement n'étaient pas bienvenus et que les spectacles n'auraient pas lieu en leur présence.

"Je regrette qu'il y ait des salles de spectacle sur lesquelles on mette des oukases sur certaines personnalités. La culture, c'est la liberté", a-t-elle commenté mercredi, sans toutefois préciser si elle assisterait à un spectacle au cours de son déplacement.

Jeudi, Aurélie Filippetti doit notamment assister dans la Cité des Papes à une table ronde organisée par le Parti socialiste, en présence du maire de la ville, Cécile Helle, et du député de Paris Patrick Bloche, sur la poursuite des politiques culturelles après une alternance politique.
Source: http://actu.orange.fr/france/avignon-les-intermittents-refusent-de-rencontrer-filippetti-prise-a-partie-afp_CNT00000038rwS.html
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyJeu 17 Juil 2014, 15:00

Ah, tiens voici venu le temps du retour saisonnier des renégats de tout poil...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyJeu 17 Juil 2014, 15:24

Libellule a écrit:
Ah, tiens voici venu le temps du retour saisonnier des renégats de tout poil...


Ce n'est pas un retour saisonnier, c'est juste que la CGT et FO sont des syndicats de renégats qui ne défendent pas les salariés du privé face au chômage mais juste les acquis des fonctionnaires....
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyJeu 17 Juil 2014, 15:49

Si, le mot renégat est de retour.... sous votre plume. C'est bien saisonnier.

Or en l'occurrence je ne vois personne qui soit en train de renier une quelconque religion pour en embrasser une autre parmi votre coeur de cible du jour.

Faut-il y voir une injure dans votre bouche : et comprendre que vous nous parlez de ces maudits renégats les plus méchants du monde, que le ciel devraient punir avant qu'ils ne soient confondus par l'enfer ; à moins que vous estimiez que ces groupes aient renié leurs opinions politiques ... je suis arrivé à ce stade où je m'interroge à titre personnel sur le sens que vous donnez vraiment à ce mot valise.

Donner vous le même sens à cet adjectif quand vous nous parlez de députés renégats car non godillots? Allez faites un effort aidez moi à comprendre... pourquoi particulièrement ce mot de renégat vous parle-t-il plus qu'un autre? Vous avez été socialiste? Vous avez été syndicaliste? Vous avez travaillé dans le privé et c'est la faute au service public et aux syndicats si votre vision du monde du travail a changé? On n'a pas assez de garanties et de couverture sociale diverses, dont le droit au chômage en France, et c'est parce que les syndicats ne font pas bien leur boulot?
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyJeu 17 Juil 2014, 16:11

Libellule a écrit:
Si, le mot renégat est de retour.... sous votre plume. C'est bien saisonnier.

Or en l'occurrence je ne vois personne qui soit en train de renier une quelconque religion pour en embrasser une autre parmi votre coeur de cible du jour.


Personne ne renie une religion mais certains renient la cause pour laquelle ils prétendent se battre, la défense des salariés, de tous les salariés....
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyJeu 17 Juil 2014, 16:17

Un exemple de reniement, un seul s'il vous plait qu'ont perdu les salariés du privé de la faute des syndicats et desquels? Et puis ne zappez pas la partie de mon insert que vous n'avez pas copier coller, cela vous changera.

Après on fera la part des choses en étudiant ce que les salariés du privé ont perdu à cause de tel ou tel gouvernement, allez on va dire depuis l'élection de Sarkozy, pour ne pas faire trop en arrière, puis de telle ou telle organisation patronale. Promis, sans chichi, et sans langue de bois...  What a Face 

Et on intégrera toutes ces réflexions en regardant où nous emmène précisément la grande conférence sociale en cours... Bilan sur le reniement des uns et des autres, compris avec, bien sûr.


Dernière édition par Libellule le Jeu 17 Juil 2014, 16:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyJeu 17 Juil 2014, 16:32

Libellule a écrit:
Un exemple de reniement, un seul s'il vous plait qu'ont perdu les salariés du privé de la faute des syndicats et desquels? Après on fera la part des choses en étudiant ce que les salariés du privé ont perdu à cause de tel ou tel gouvernement, allez on va dire depuis l'élection de Sarkozy, pour ne pas faire trop en arrière, puis de telle ou telle organisation patronale. Promis, sans chichi, et sans langue de bois...

Et on intégrera toutes ces réflexions en regardant où nous emmène précisément la grande conférence sociale en cours... Bilan sur le reniement des uns et des autres, compris avec, bien sûr.



La première chose que les salariés du privé perdent c'est déjà leur emploi... Ils sont aujourd'hui plus de 5 millions à crever sans avenir à Pôle emploi sans que la CGT ou FO ne réagissent constructivement...

Aujourd'hui il y a pourtant urgence, nous sommes en guerre économique face à nombre de pays et le nombre de chômeurs ne fait que croitre malgré toutes les boites à outils et les inversions de courbes promises...

Parmi les syndicats de salariés seule la CFDT a compris l'urgence des enjeux actuels.....
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyJeu 17 Juil 2014, 16:39

Donc ce serait la boite à outils qui ne fonctionnerait pas, mais ce serait la faute des syndicats. Pas de la crise ; Les syndicats sont des renégats parce que la crise est là et perdure avec une violence rappelant bel et bien les années 30. Bon, on avance un peu.

A suivre pour les autres questions posées, peut-être.  What a Face

En attendant effectivement partageons ici l'avis de la CFDT

« Cette interview est une rupture en termes de dialogue social », a déclaré au Monde, mercredi 2 juillet, Laurent Berger. Le secrétaire général de la CFDT réagissait aux propos tenus par Manuel Valls dans Les Echos au sujet de la mise en oeuvre du compte pénibilité, prévu par la réforme des retraites, en 2015.

Le patronat réclamait un moratoire sur ce sujet et menaçait de ne pas participer à la conférence sociale des 7 et 8 juillet. Le premier ministre annonce que « l'année 2015 sera une montée en charge progressive » avec l'objectif d'« aboutir à une généralisation en 2016, dans les meilleures conditions ».


« J'ATTENDS QUE LE GOUVERNEMENT DISE COMMENT LE PATRONAT DOIT RESPECTER SES ENGAGEMENTS »

Pour M. Berger, « le premier ministre a cédé à l'ultimatum du Medef qui n'accepte pas qu'on crée des droits pour les salariés ». « Ce report est inacceptable, ajoute-t-il. A quatre jours de la conférence sociale, répondre à une menace du patronat, cela n'entre pas dans la conception de la démocratie sociale qu'a la CFDT. Le premier ministre fait une erreur. »

Le secrétaire général de la CFDT souligne que le pacte de responsabilité sera le rendez-vous de la conférence sociale. Et il réitère ses exigences :

« J'attends maintenant que le gouvernement, avec l'aide du Parlement, dise comment le patronat doit respecter ses engagements et prendre ses responsabilités. Nous serons très exigeants car le patronat ne peut pas être dans la surenchère permanente. Il devra rendre compte de l'utilisation des fonds qui sont alloués aux entreprises dans le cadre du pacte de responsabilité ».

Revenir en haut Aller en bas
matmut

matmut

Messages : 2080
Date d'inscription : 10/07/2010

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyJeu 17 Juil 2014, 17:20

libellule écrit:
Citation :
Un exemple de reniement, un seul s'il vous plait qu'ont perdu les salariés du privé de la faute des syndicats et desquels?
Les 1250 employés de l'Usine Goodyear d'Amiens Nord qui sont sur le carreau du fait du jusqu'au boutisme de la CGT
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyJeu 17 Juil 2014, 17:28

La crise n'existe pas c'était une invention de sarko ! tout le monde le sait bien.

En mettant flambi et sa dream team au pouvoir tout rentrait dans l'ordre.

Résultat des courses: certains pays qui étaient au plus mal remontent la pente et nous nous enfonçons...

En 2017 pour son 2e mandat flambi va retrouver la clé de la boite à outils.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyJeu 17 Juil 2014, 17:39

Si il est reconduit, et il ne le sera pas s'il échoue. Et puis désolé pour vous Tonton, je vais de nouveau être d'accord avec vous : Hollande a commis une grossière erreur en voulant minimiser l'état des lieux lié à la crise, C'est pour ce qui me concerne, la plus grave des fautes qu'il ait commise ; rattraper cette énorme bévue est de son devoir ; je crois encore qu'il en a le pouvoir, mais ce sera dur. Une partie de l'asphyxie qui guette tient au fait qu'il ait temporisé son "maintenant".

Merci à Matmut pour son exemple; Je vais vérifier, avant éventuellement de commenter, il y a eu pas mal de soubresauts sur ce dossier et il y en a encore ; j'ai eu à traiter un cas similaire il y a quelques années (syndicat au taquet de la contestation) ; au vu des pièces connues, le cas était déjà désespéré quel eut été le positionnement du syndicat.

cet article se laisse lire
http://www.courrier-picard.fr/region/la-dure-lutte-tous-azimuts-des-goodyear-amiens-nord-ia0b0n401133

j'en tire cet extrait

La CGT Goodyear Amiens a reçu le prix du jury des organisations de plus de 500 personnes «  pour l’accord de fin de conflit clôturant sept années de combat entre les salariés de Goodyear et la direction. La CGT a obtenu le lissage des indemnités et des primes de licenciement assurant aux salariés récemment embauchés de ne pas partir avec presque rien  », argumentent Libération et Solimut.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyJeu 17 Juil 2014, 18:02

Libellule a écrit:
Donc ce serait la boite à outils qui ne fonctionnerait pas, mais ce serait la faute des syndicats. Pas de la crise ; Les syndicats sont des renégats parce que la crise est là et perdure avec une violence rappelant bel et bien les années 30. Bon, on avance un peu.


Quand il y a une crise, quand on est en guerre économique, on s'adapte....

Personnellement je connais beaucoup de salariés qui accepteraient sans problème de travailler 45 heures payer 20% moins cher pour conserver leur emploi plutôt que de voir partir celui-ci en Roumanie ou ailleurs et eux partir crever sans avenir à Pôle emploi...


Après il est aussi très facile de toujours tout mettre sur le dos de "la crise" mais cette crise du système financier qui a démarré en 2007 n'est pas responsable de toutes les suppressions d'emploi...

Quand une multinationale continue à voir ses profits croitre au niveau mondial et au niveau nationale, quand elle verse toujours plus de dividende, quand elle fait toujours même chiffre dans notre pays mais que ce chiffre n'est plus réalisé par des salariés de droit français mais par des salariés "low cost" de Roumanie ou d'ailleurs peut-on mettre les suppressions d'emplois en France sur le dos de la "crise" ?
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyJeu 17 Juil 2014, 18:16

La crise se décline absence de fond de roulement, capacité d'investissement réduite, etc... effectivement dé diverses façons. Baisse des marges, surproduction chronique, externalisation, personne ne dit le contraire

En attendant tant qu'elle n'est pas résorbée, la variable d'ajustement reste la réduction des coûts salariaux quelle qu'en soit la forme.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyJeu 17 Juil 2014, 18:52

Lorsqu'un système démontre ses carences, qu'une technique est à bout de souffle les gens intelligents remettent en cause leur doctrine...

Lorsque l'on reste imprégné de marxisme même si on tente de vouloir porter le masque de la sociale démocratie on s'entête...

Lorsque l'on n'a pas le courage d'admettre ses erreurs (de gauche ou de droite) on est condamné à les reproduire.

Lorsqu'une équipe perd régulièrement on la change... les doctrinaires la conservent...

Lorsque l'on va aux résultats c'est la catastrophe.

Pas grave le principal est de conserver le pouvoir, de garder ses prébendes, de manipuler pour discréditer "l'autre" sans se rendre compte que le naufrage sera général.
Revenir en haut Aller en bas
matmut

matmut

Messages : 2080
Date d'inscription : 10/07/2010

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyJeu 17 Juil 2014, 19:18

libellule nous fait part des bienfaits de la CGT Goodyear d'Amiens Nord:
Citation :
La CGT Goodyear Amiens a reçu le prix du jury des organisations de plus de 500 personnes « pour l’accord de fin de conflit clôturant sept années de combat entre les salariés de Goodyear et la direction. La CGT a obtenu le lissage des indemnités et des primes de licenciement assurant aux salariés récemment embauchés de ne pas partir avec presque rien », argumentent Libération et Solimut.

Belle victoire en effet pour la CGT qui après 7 ans de conflit a réussi à faire licencier 1250 personnes.
Mais qu'est ce que c(est ce jury?
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyJeu 17 Juil 2014, 22:36

matmut a écrit:
Belle victoire en effet pour la CGT qui après 7 ans de conflit a réussi à faire licencier 1250 personnes.

Il y a eu à un moment donné un espoir de reprise par Titan mais celle-ci à fait long feu et pour cause...

Après je pense que pour Libellule il est juste normal que des syndicalistes retiennent les négociateurs patronaux: DRH, DAF, .... pendant  une trentaine d'heures... C'est juste un juste exercice du droit syndical...



Express a écrit:
Goodyear Amiens: Montebourg critique la CGT, le patron de Titan s'indigne

Par L'Expansion.com avec AFP, publié le 07/01/2014 à 21:46
La CGT et les salariés de Goodyear à Amiens-Nord ont libéré le directeur de production et le DRH du site après 30 heures de détention. Mais le conflit se poursuit par une occupation d'usine. Le point sur une situation toujours très tendue.

Ils seront restés plus de 30 heures enfermés dans une salle de réunion. Le directeur de production de l'usine, Michel Dheilly, et le directeur des ressources humaines (DRH), Bernard Glesser, qui étaient séquestrés depuis 10h30 lundi dans une salle de réunion, sont ressortis mardi vers 15h30, encadrés par la police.
---/---  
Source: http://lexpansion.lexpress.fr/entreprises/goodyear-amiens-montebourg-critique-la-cgt-le-patron-de-titan-s-indigne_1399340.html#Pm60qbtupTaUzSsh.99
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyVen 18 Juil 2014, 05:43

Le but des syndicats nationaux supposés être représentatifs n'est plus de conserver des emplois en France ou de participer à maintenir des boites à flot mais de les faire fermer en obtenant un maximum de fric pour les gens qui vont perdre leur job.

C'est la différence entre le syndicalisme à l'allemande et l'agitation à la française.

Pour ce qui concerne les "permanents" pas de problème tout va bien pour eux...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyJeu 15 Oct 2015, 00:17

Les salariés n'ont vraiment plus rien à attendre de la CGT, ce syndicat composé majoritairement de fonctionnaires ayant une nouvelle fois décidé de ne pas participer au dialogue social...

De plus et alors que nombre de salariés du privé, en concurrence avec les salariés low cost de droits roumains, indiens, marocains, ..., se battent au quotidien pour conserver leur emploi, la CGT elle mène désormais campagne pour le passage de la semaine de travail de 35 de 32 heures...

Vraiment plus rien à attendre.....



http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20151014.REU8327/la-cgt-boycottera-la-conference-sociale.html a écrit:
La CGT boycottera la conférence sociale

Publié le 14-10-2015 à 21h40

PARIS (Reuters) - La CGT a annoncé mercredi soir qu'elle ne participerait pas à la conférence sociale prévue lundi prochain, dans un climat tendu par le conflit à Air France.

La décision a été prise par la commission exécutive de la CGT réunie à Limoges en marge de la célébration des 120 ans du syndicat, qui conteste l'ordre du jour de ce rendez-vous entre les partenaires sociaux et le gouvernement, et son organisation.

"La CE a décidé qu'au regard d'un certain nombre d'éléments concernant l'organisation et le contenu de la conférence, du peu de place laissé à l'intervention des organisation syndicales et de ce qui s'est passé à Air France, la CGT ne participerait pas à la conférence sociale", a déclaré à Reuters Virginie Gensel, membre de la commission et du bureau confédéral.

"En même temps, nous demandons l'ouverture de négociations sur les questions liées au compte personnel d'activité et à la sécurité sociale professionnelle", a-t-elle ajouté.

La CGT souhaitait que la question du temps de travail et des salaires soit discutée à la conférence de lundi, a-t-elle rappelé. "On n'a pas été entendu. Là aussi on demande l'ouverture de négociations sur l'ensemble des ces sujets-là."

Le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen, a regretté un coup porté au dialogue social.

"Tout ce qui laisse à penser que les partenaires sociaux ne sont pas capables de dialoguer même lorsqu'il ne sont pas d'accord, je pense que c'est un mauvais coup porté au dialogue social", a-t-il dit sur BFM TV. "Il existe des tensions à l'intérieur de la CGT et ces tensions se résolvent vers l'extérieur."

Les principales organisations patronales et syndicales sont conviées à la réunion de lundi, dont le discours d'ouverture sera prononcé par le chef de l'Etat, François Hollande.



"GRAND-MESSE"

Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, avait laissé entendre mercredi matin sur Europe 1 que son organisation envisageait de la boycotter.

Il avait notamment évoqué les rebondissements judiciaires du dossier Air France, dont l'arrestation à leur domicile de salariés soupçonnés d'avoir malmené des cadres dirigeants et blessé des vigiles. Cinq d'entre eux, militants de la CGT, passeront en jugement début décembre.

Leur arrestation a contribué à crisper les relations entre gouvernement et syndicalistes, malgré les appels à un dialogue social apaisé lancés par le Premier ministre, Manuel Valls, ou François Hollande.

Mardi, un membre de la CGT a refusé de serrer la main au président de la République, en visite sur les chantiers navals STX de Saint-Nazaire. A Lyon, le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a été hué par une centaine de manifestants, parmi lesquels des cégétistes.

"Il y a des salariés qui sont mécontents et c'est ce qu'on dit depuis plusieurs mois. Il est temps que le gouvernement prenne en compte ce mécontentement et prenne des actes concrets vis-à-vis des salariés", a commenté Philippe Martinez.

"Le militant du chantier (STX, NDLR) a répété à M. Hollande un certain nombre de choses que nous répétons depuis des mois et des mois, notamment je pense à la question des salaires."

Trois tables rondes sont prévues lors de la conférence sociale, sur la "sécurisation des parcours professionnels et la création du compte personnel d'activité", sur la transition énergétique et une troisième sur la "transformation numérique".

Mais pour la CGT, le contenu n'est pas seul en cause.

"Il y a la question de la forme", a dit Philippe Martinez. "Comment on conçoit le dialogue social : est-ce que (...) on va à une grand-messe ou est-ce que les organisations syndicales peuvent s'exprimer ?"

La CGT, Force ouvrière et la FSU avaient déjà boudé une partie de la conférence sociale de l'année dernière, organisée sur deux jours, pour manifester leur opposition à une politique jugée trop favorable au patronat.

(Simon Carraud, avec Emmanuel Jarry, édité par Grégory Blachier)
Source: http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20151014.REU8327/la-cgt-boycottera-la-conference-sociale.html




http://tempsreel.nouvelobs.com/social/20151013.OBS7592/apres-les-35-heures-les-32-heures.html a écrit:
Après les 35 heures, les 32 heures ?

Par Denis Demonpion

Publié le 14-10-2015 à 06h56

C'est la revendication de la CGT, qui lance une campagne en faveur des RTT.

La CGT repart au combat pour la réduction du temps de travail (RTT). Alors que le débat sur une hypothétique suppression des 35 heures revient régulièrement sur le tapis et dans les déclarations politiques des candidats putatifs à l'élection présidentielle de 2017, le secrétaire général de l'organisation, Philippe Martinez, a lancé mardi une campagne en faveur de la RTT et des 32 heures.

"Je ne me suis pas réveillé un matin en pensant aux 32 heures en me rasant", a déclaré le patron de la CGT, par allusion à une sortie de Nicolas Sarkozy qui avait affirmé avant son élection à la présidence de la République, y penser en se rasant. Il y voit même un "moyen de lutter contre le chômage". Et pas seulement en France, mais à l'échelle européenne.



Lutter contre le chômage

D'ailleurs, le patron de la CGT compte proposer à toutes les organisations syndicales européennes de s'engager dans cette campagne. L'Europe compte 24 millions de chômeurs et 85 millions de ses habitants vivent sous le seuil de pauvreté.
L'objectif, c'est que les 32 heures deviennent une réalité", a scandé Philippe Martinez.

Selon l'animateur de cette campagne, Mohamed Oussedik, secrétaire général de la fédération verre-céramique, environ 400 entreprises sont d'ores et déjà passées en-dessous de la durée légale des 35 heures. Notamment chez Mamie Nova, le fabricant de produits frais lactés, et à la Macif, la société d'assurances.

"Dans mon entreprise, Renault, on a tellement capitalisé de jours de RTT que plutôt que de les payer, on nous propose de les utiliser au financement de l'acompte pour l'achat d'une voiture", a souligné Philippe Martinez.

L'abaissement de la durée du temps de travail à 35 heures n'est pas partout appliqué, affirme la CGT, qui se dit consciente de la révolution technologique en cours avec la numérisation et la robotisation des processus de production.

La centrale syndicale souligne que 60 % des nouveaux emplois créés sont des emplois à temps partiel, "précaires en grande majorité".

Instaurées par les lois Aubry de 1998 et 2000, les 35 heures ont permis la création de 350 000 emplois, selon la CGT, un chiffre de l'Institut national de la Statistique et des Etudes économiques (INSEE) remontant à 2004 et qui portait sur les années 1998 à 2002.

Denis Demonpion
Source: http://tempsreel.nouvelobs.com/social/20151013.OBS7592/apres-les-35-heures-les-32-heures.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14528
Date d'inscription : 30/05/2011

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyJeu 15 Oct 2015, 06:14

En regardant les subventions aux associations sur le site de la ville - http://www.fontenay-sous-bois.fr/fileadmin/fichierpdf/Vie_municipale/subventions_associations_2014.pdf - on constate que pour 2014 il a été versé:par la municipalité:

36 937 Euros à Union Locale CGT de FSB
1 290 Euros au Comité local d'action CGT pour le droit au travail

Je m'interroge sur l'utilité de verser de telles sommes à un syndicat qui boycotte les conférences sociales organisées entre partenaires sociaux....
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

vieux-breton

Messages : 3091
Date d'inscription : 07/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyJeu 15 Oct 2015, 07:01

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyJeu 15 Oct 2015, 08:02

Hollande est sa brillante équipe sont sans doute assez grands pour continuer leur politique et parvenir en deux ans à flanquer irrémédiablement l'économie du pays par terre...
Toutefois si la CGT entre dans la danse nous gagnerons quelques mois et nous déclinerons un peu plus rapidement.

Entre une politique européenne suicidaire et une politique nationale en errance nos politologues bornés bétonnés dans leurs certitudes, soutenus contre vents et marées par une presse autiste s'étonneront du manque de civisme des abstentionnistes et du vote politiquement inacceptable de ceux qui iront vers des partis dits "extrémistes"...

Pour qualifier l'actuelle gouvernance j'hésite entre la totale incompétence et la totale inconséquence.

Dans un cas comme dans l'autre il devient urgent que nos dirigeants sortent de leur environnement  de cour décadente et reprennent contact avec les réalités du terrain... faute de quoi le terrain risque de réserver des surprises douloureuses.
Revenir en haut Aller en bas
thierry

thierry

Messages : 1282
Date d'inscription : 03/03/2013

Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  EmptyJeu 15 Oct 2015, 11:59

Pour en revenir à la conférence sociale de la semaine prochaine, ce n'est plus qu'un RDV qu'il faut maintenir pour la comm mais qui est devenu inutile:
- la 1ere avait durée 2 jours, celle-ci n'est plus que d'une seule journée

Plus que 3 sujets:

- la sécurisation du parcours professionnel (même sujet inépuisable sans aucune décision)
- transition énergétique - cop21 : tout le monde (ou presque) s'en tape, mais faut bien faire de la com pour mobiliser pour la future conférence
- nouvelle France industrielle, transformation numérique: la ça devient intéressant.

Toute


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty
MessageSujet: Re: Grande conférence sociale pour l’emploi    Grande conférence sociale pour l’emploi  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Grande conférence sociale pour l’emploi
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» question sur l'opj
» CMU et enfant placé en famille d'accueil
» prime pour l'emploi
» Coup de pouce pour l'emploi 2010 - Proposition urgente et gratuite
» Orange Marine: nouveau retard à l'appareillage sur fond d'inquiétudes pour l'emploi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne locale :: Tribune libre-
Sauter vers: