Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 L'évolution du climat en question : il est temps d'agir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10 ... 15  Suivant
AuteurMessage
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Jeu 18 Sep 2014, 00:26

Rappel du premier message :



De Rio à Djakarta, de New-York à Paris, la Marche pour le Climat programmée le 21 septembre prochain, réunissant des centaines de milliers de personnes à travers le monde, lance une série de grandes mobilisations en vue de l’échéance majeure que représente la COP 21 à Paris en décembre 2015.

Nous devons peser sur les négociations qui devront impérativement parvenir à un accord ambitieux sur la réduction des gaz à effet de serre. Montée des eaux, réfugiés climatiques, accroissement des phénomènes naturels extrêmes… le réchauffement climatique ne concerne pas que les générations futures, il a d’ores et déjà des conséquences dramatiques sur notre quotidien !

Heureusement, l’écologie apporte des solutions : engager la transition énergétique pour créer des emplois, produire une énergie saine et renouvelable, développer des modes de transports plus doux, mieux se loger tout en réduisant sa facture d’électricité… Nous pouvons protéger la planète tout en améliorant notre qualité de vie.

Les écologistes s’y engagent au sein des institutions, dans les territoires et auprès des populations. Débat parlementaire sur la transition énergétique, plans de rénovation des bâtiments dans les collectivités locales, soutien des initiatives citoyennes pour développer les énergies renouvelables sont quelques exemples des nombreuses actions mises en œuvre et qui montrent d’ores et déjà des résultats.

En tant que pays hôte de la conférence-climat, la France doit montrer l’exemple en matière d’excellence environnementale et de mise en œuvre de politiques publiques climatiques.

Le dérèglement climatique nous concerne toutes et tous.

Alors mobilisons-nous !

Agir pour le climat, c’est améliorer notre qualité de vie :

-En créant des emplois par la transition écologique, les énergies renouvelables, l’agriculture paysanne et la rénovation thermique des bâtiments

-En nous déplaçant mieux dans des transports plus doux, agréables et non polluants

-En réduisant les factures énergétiques grâce à une meilleure isolation des bâtiments

- En finir avec l’énergie nucléaire, nocive pour l’homme et pour l’environnement, pour passer à une énergie saine et renouvelable

-En améliorant notre alimentation avec des produits locaux et de qualité.


Toutes les informations sur la Marche pour le Climat ici http://peoplesclimate.org/paris/

En savoir plus sur le Sommet Mondial sur le Climat du 23 septembre http://www.un.org/climatechange/summit/fr/a-propos/ »


PARIS MARCHE POUR LE CLIMAT

Rendez-vous dimanche 21 septembre, à 14h Place de la République

Deux jours avant le sommet historique des Nations unies sur le changement climatique, des millions de citoyens se mobilisent partout dans le monde afin de demander des mesures ambitieuses sur le climat.

De New York à Berlin, de Bogota à New Delhi, de Paris à Melbourne ainsi que dans des milliers d’autres villes, nous serons des millions à faire entendre nos voix pour rappeler aux chefs d’Etats que la question climatique est universelle, urgente et que d’elle dépendent les écosystèmes et le destin des hommes.

Les dirigeants ont une responsabilité sur le changement climatique, à travers la gestion de l’économie, des ressources et des énergies. Exigeons un monde plus juste, un air respirable et une eau potable pour tous, une économie respectueuse de la planète et des générations futures.

Ce sommet aura toute l’attention des médias et ils n’auront d’autre choix que de parler de la Marche pour le climat, le plus grand rassemblement citoyen jamais organisé sur l’enjeu climatique. En France, cette mobilisation sera encore plus déterminante pour rappeler à notre gouvernement son rôle-clé pour le succès de la Conférence Climat qui aura lieu à Paris en 2015.

Il est temps de changer le cours des choses. Pour tout changer, il faut tout le monde ! Rejoignez la Marche pour le Climat.

La marche sera suivie d’un rassemblement sur la Place de l’Hôtel de Ville et d’un concert du chanteur Patrice. Des personnalités viendront également sur scène partager leur engagement.

Apportez vos tambours et habits verts, et rejoignez la lutte mondiale contre le changement climatique ! De nombreuses activités seront organisées en marge de la Marche pour le Climat, consultez le programme en septembre sur ce site.

Organisations ayant rejoint la marche à Paris:

Action Contre la Faim, Agir pour l’environnement, Amazon Watch, Art of Change 21, AVAAZ, Blue Energy, CARE France, CCFD – Terre Solidaire, Centre d’information sur l’environnement et d’action pour la Santé,Chrétiens unis pour la Terre, Climates, Comité 21, Coordination Sud, Fédération Protestante de France, Fondation France Libertés, Fondation Nicolas Hulot, France Nature Environnement, GERES, Greencross France, Greenpeace France, Greenraid, Jeûne pour le Climat, Koom, La Ruche, Les engraineurs, Mouvement Colibris, Mouvement de la Paix, Mouvement Générations Cobayes, Oxfam France, Planète Amazone, Plateforme Océans et Climat, Pari Roller, REFEDD, Réseau Action Climat, Secours Catholique – Caritas France, Sherpa, Singa, Sum of Us, Surfrider Foundation Europe, URD Groupe, Vélorution Paris Ile-de-France, Vignerons Franciliens Réunis, WWF France, Youth Diplomacy, 350, 4D.

Avec le soutien de:

Europe Écologie Les Verts, Jeunes écologistes, Mouvement des Jeunes Socialistes, Nouvelle Donne, Parti de Gauche
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
a.nonymous



Messages : 12541
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mar 09 Déc 2014, 21:06

Il y a des fois où observer la conduite des affaires devient juste désopilant ou affligeant, c'est selon...

Ségolène Royal, ministre de l'environnement rescapée il y a peu d'un vol privé Saint-Nazaire Lyon qui fut suivi en direct-live par le président de la République depuis l'Elysée, semble découvrir aujourd'hui 9 décembre qu'il y a un problème avec l'interdiction des feux de cheminée qui doit entrer en vigueur le 1er janvier....  


« Je vais faire changer cette décision qui ne va pas dans le bon sens », a déclaré la ministre de l'écologie, estimant qu'avec cette disposition prise dans le cadre d'un plan de protection de l'atmosphère (PPA), « on était dans le ridicule ».




Le Monde a écrit:
Interdiction des feux de cheminée : Royal veut « faire changer cette décision » en Ile-de-France

Le Monde.fr avec AFP | 09.12.2014 à 08h29 • Mis à jour le 09.12.2014 à 09h12

L'interdiction des feux de cheminée en Ile-de-France est « excessive », a estimé, mardi 9 décembre, Ségolène Royal, qui a annoncé sur France 2 son intention de revenir sur l'arrêté préfectoral prévoyant de les interdire à compter du 1er janvier.

« Je vais faire changer cette décision qui ne va pas dans le bon sens », a déclaré la ministre de l'écologie, estimant qu'avec cette disposition prise dans le cadre d'un plan de protection de l'atmosphère (PPA), « on était dans le ridicule ». Cette interdiction concernant Paris et 435 communes de sa région figure dans un arrêté du préfet d'Ile-de-France dans le cadre du PPA.

« Sur les 135 000 cheminées à foyer ouvert à Paris, 10 % sont utilisées, et encore, elles ne servent que six ou sept fois par an », souligne Thierry Pujo, des Ramoneurs de Paris. « Ce sont des feux d'agrément. On ne se chauffe pas avec à Paris. Les belles flambées sont réservées aux fêtes de famille, à Noël, aux réunions entre amis ou aux rendez-vous romantiques. » Pour les ramoneurs, la décision est tout simplement « idiote ». « C'est de l'écologie à deux balles. Il vaudrait mieux interdire le diesel. »

UNE RÉFORME PLEINE D'EMBÛCHES

Le président de la filière bois France bois forêt, Laurent Denormandie critique la décision d'interdiction, prise à l'initiative des « élus écologistes de la région ». Il conteste les taux d'émission de particules fines attribués à la combustion du bois dans les foyers ouverts par les services régionaux de l'environnement et de l'énergie (DRIEE).

Pour lui, cette combustion représente « 5 % » des émissions de particules fines, quand la circulation automobile en est responsable pour « 40 % ». Faux, se défend Julien Assoun, chef du service énergie climat véhicules de la DRIEE. En Ile-de-France, il y a « cent mille cheminées [à foyer ouvert], responsables de 25 % des émissions de particules fines, soit autant que les voitures », assure M. Assoun. Selon lui, « l'émission en particules fines d'un feu de cheminée durant quelques heures équivaut à celle d'une voiture classique roulant pendant plusieurs milliers de kilomètres ».

L'association de consommateurs Que choisir s'est jointe aux critiques en jugeant que « la DRIEE s'est lourdement trompée ». L'association s'appuie sur des études d'Airparif (station installée en bord de périphérique et ne concernant donc pas toute la région Ile-de-France) selon lesquelles « 39 % des émissions de particules fines proviennent de la circulation automobile et 4 % du chauffage au bois ».
Source: http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/12/09/segolene-royale-veut-revenir-sur-l-interdiction-des-feux-de-cheminees_4536996_3244.html#JoajKzV1opY2URQm.99




Pourtant le ministère de l'écologie à la tête duquel se trouve Ségolène Royal depuis le 2 avril 2014 n'est pas étranger à cette décision et l'ancienne ministre écolo bobo zozo Cécile Batho débarquée le 2 juillet 2013 s'est même faite interpellée au Sénat sur le sujet en février 2013, interpellation à laquelle elle a répondu en avril 2013....


Sénat a écrit:
Question orale sans débat n° 0328S de M. Alain Gournac (Yvelines - UMP)
publiée dans le JO Sénat du 07/02/2013 - page 371

M. Alain Gournac attire l'attention de Mme la ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie sur la décision qui pourrait être prise d'interdire à partir de 2015 les feux de cheminée à foyer ouvert en Île-de-France. La raison serait, paraît-il, d'ordre médical et la mesure d'ordre sanitaire, la combustion du bois étant à l'origine de particules fines responsables de nombreux troubles respiratoires et d'allergies.
Qui peut croire à la dangerosité de la flambée ? Les Français sont inquiets. Devant l'aberration d'une mesure qui discrédite ceux qui la prennent, ils se demandent qui décide quoi dans notre pays ou plus exactement quel obscur fonctionnaire s'est fait approcher et par quel lobby pour qu'une telle mesure puisse être envisagée. La santé publique a bon dos. Qu'est devenu le peuple souverain pour qu'il puisse se voir imposer une chose aussi étrange dans une période où l'urgence est ailleurs ? Dans quel monde vivons-nous ? Finies les soirées au coin du feu ! Auront-elles lieu désormais à côté du radiateur électrique ?
Aussi il lui demande de bien vouloir préciser aux Français ce qu'il en est exactement de cette décision.



Réponse du Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie
publiée dans le JO Sénat du 10/04/2013 - page 2968

M. Alain Gournac. Madame la ministre, un bruit, qui n'était pas celui d'une bûche dans l'âtre, est parvenu à mes oreilles, un bruit selon lequel il serait désormais interdit aux Français de faire ce que mon père appelait une « flambée », autour de laquelle la famille se retrouvait...

J'observe un vif émoi chez les Franciliens, je rencontre des habitants du Pecq, ville dont je fus longtemps maire, qui m'interpellent : « Est-il vrai, monsieur le sénateur, que l'on va nous empêcher de faire des feux dans nos cheminées à partir de 2015 ? » Bien sûr, j'émets les plus grands doutes, mais je les assure que, faute d'éléments d'information précis, je me renseignerai.

Voilà pourquoi, aujourd'hui, madame la ministre, je m'adresse à vous : pour obtenir ces informations.

Croyez-moi, au moment où l'on met tous les repères par terre, beaucoup de Français, dans mon département ou ailleurs, veulent acheter une maison avec une cheminée ; et s'il n'y en a pas, la première chose qu'ils font en prenant possession de leur maison est d'en faire installer une. Alors, allez donc leur expliquer qu'ils n'auront plus le droit, à partir de 2015, de faire un feu de cheminée à « foyer ouvert », que seuls les feux de cheminée à « foyer fermé » seront autorisés !

Madame la ministre, franchement, où est le danger de la « flambée » ? Comme moi, les Français ne comprennent pas pourquoi le Gouvernement veut leur interdire ce petit plaisir qu'ils s'accordent à la saison froide ou lorsque les nuits sont encore fraîches.

En tant que modeste législateur, je me demande comment mes engagements pourront être crédibles si je dois annoncer à mes concitoyens qu'ils ne pourront plus faire de feux de cheminée et que la famille devra désormais se rassembler autour du radiateur électrique ! (Sourires.) Cela me paraît aberrant !

Bien sûr, je souhaite que la santé publique soit préservée. Mais croyez-vous vraiment que les particules qui s'échappent d'une cheminée nuisent de manière si décisive à notre santé ?

Enfin, cette interdiction a été décidée en catimini, sans aucune publicité ; je lis toute sorte de documents, et je n'en ai trouvé trace nulle part. Ce n'est pas correct ! Il faut respecter les Français !

Madame la ministre, je sais que vous êtes très attentive à tout cela. Par conséquent, j'écouterai votre réponse avec beaucoup d'intérêt.




M. le président. La parole est à Mme la ministre.

Mme Delphine Batho, ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie. Monsieur le sénateur, je veux vous répondre de la façon la plus franche.

Bien sûr, tout le monde apprécie un feu de bois dans la cheminée, mais il se trouve que 60 % de la population de notre pays est exposée à une qualité de l'air dégradée, dont les effets sur la santé sont désormais avérés : irritations, allergies, asthme, insuffisances respiratoires graves, maladies cardio-vasculaires, accidents vasculaires cérébraux, cancers...

Selon une étude de la Commission européenne, la pollution par les particules serait à l'origine d'environ 42 000 décès prématurés par an en France.

En outre, notre pays accuse un retard important dans le respect de la directive européenne sur la qualité de l'air de 1996. Nous sommes sous la menace d'une condamnation lourde de la Commission européenne.

C'est un fait : les vieux appareils de chauffage au bois et les foyers ouverts sont fortement émetteurs de particules. Les flambées dans les foyers ouverts représentent ainsi 27 % des émissions de particules dans l'air en Île-de-France.

Il y a là des leviers importants pour réduire significativement ces émissions, sans perte de confort. Je rappelle qu'un foyer ouvert émet six à huit fois plus de particules qu'un foyer fermé à l'aide d'un insert. Une chaudière à bois émet jusqu'à quinze fois moins de particules qu'une cheminée ouverte.

Voilà pourquoi les services de l'État en charge de l'élaboration du plan de protection de l'atmosphère pour l'Île-de-France ont proposé, après concertation - car il y a eu concertation, monsieur le sénateur -, des mesures visant à limiter les émissions de particules dues aux équipements de combustion individuels du bois. Ce plan, approuvé par arrêté interpréfectoral le 25 mars 2013, prévoit ainsi l'interdiction totale de l'utilisation des foyers ouverts à compter du 1er janvier 2015 en zone sensible.

Je vous signale que le préfet de région d'Île-de-France avait déjà interdit, en 2007, l'utilisation des foyers ouverts, sauf pour l'appoint et l'agrément.

À Paris, la combustion du bois sera totalement interdite, sauf dérogation par arrêté préfectoral. Dans la zone sensible, hors Paris, seront autorisées les cheminées à foyer fermé par un insert ou un poêle performant, c'est-à-dire doté d'un bon rendement énergétique, ce que l'on appelle « qualité flamme verte ».

Le remplacement des équipements de plus de quinze ans par des installations performantes sera recommandé et encouragé.

J'ajoute que ces mesures ont été discutées dans le cadre du Conseil national de l'air et ont fait l'objet d'une ample concertation avec l'ensemble des associations et des partenaires de la politique de l'État en matière d'amélioration de la qualité de l'air.




M. le président. La parole est à M. Alain Gournac.

M. Alain Gournac. Madame la ministre, j'apprécie votre franchise. Cette qualité est importante pour répondre à ce genre de questions.

Pourriez-vous demander à vos services de rédiger une brève note pour expliquer cela à mes Alpicois et aux habitants de nos campagnes des Yvelines. Sinon, ils vont se dire que leur sénateur est fou ! (Sourires.)

Bien sûr, il va falloir aussi mettre en place une police des foyers ouverts, chargée de surveiller les toits et de vérifier que la fumée sortant des cheminées est bien verte ! (Sourires.)

Moi, madame la ministre, je proteste !

Je ne conteste pas du tout la nécessité de protéger la santé de nos concitoyens, mais sincèrement il est aussi important de pouvoir se retrouver en famille, que ce soit à la campagne ou près de Paris, autour d'une flambée. Dans la famille Gournac, c'était comme ça ! Et ce n'est pas vraiment pour se chauffer qu'on fait un feu dans la cheminée, d'autant que, la plupart du temps, l'habitation possède un vrai système de chauffage !

Décidément, je trouve tout à fait déplaisante cette idée de supprimer le droit de faire du feu dans la cheminée. On ne peut pas continuer à revenir ainsi sur tous nos repères, notre mode de vie. Après s'en être pris au camembert au lait cru, qui ne présentait pas, paraît-il, toutes les garanties d'hygiène, voilà qu'on s'en prend aux bûches qui flambent dans les cheminées ! Les Français perdent pied et ne croient plus du tout que les politiques soient capables de prendre les bonnes décisions.

Madame la ministre, je sens que vous brûlez d'envie de répondre à ma réponse, mais je ne suis pas sûr, monsieur le président, que notre règlement le permette... (Sourires.)




M. le président. Madame la ministre, si vous le souhaitez, je peux vous redonner la parole, pour un retour de flamme ! (Nouveaux sourires.)

Mme Delphine Batho, ministre. Je ne veux pas déroger au règlement du Sénat, mais puisque vous m'y autorisez, monsieur le président...

Je comprends parfaitement ce que vous dites, monsieur le sénateur, mais nombre d'habitants de l'Île-de-France sont préoccupés par les problèmes de pollution, notamment par les bronchiolites des enfants. Il faut donc faire un véritable travail de pédagogie sur cette question.

Grâce à cette mesure, les émissions de particules du secteur résidentiel pourraient être très sensiblement réduites. Il s'agit donc d'une mesure efficace.

Si elle ne doit entrer en application qu'en 2015 et non en 2013, c'est précisément pour nous laisser le temps de fournir des explications et de mettre en œuvre des mesures d'accompagnement. Ainsi, le remplacement d'un foyer ouvert par un foyer fermé de même que les évolutions que j'ai évoquées concernant les poêles à bois seront éligibles au crédit d'impôt développement durable.
Source: http://www.senat.fr/questions/base/2013/qSEQ13020328S.html


Dernière édition par a.nonymous le Mar 09 Déc 2014, 22:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mar 09 Déc 2014, 22:27

Je suis assez d'accord quand Ségolène Royal dit qu'il ne faut pas d'écologie punitive. Même si d'autres franges de l'écologie y sont favorables, moi pas, c'est aussi simple que cela.

Il faut, à mon sens, toujours œuvrer au « CHANGEMENT LES COMPORTEMENTS AVANT DE TAXER » Quant aux casseurs, je les dénonce toujours d'où qu'il viennent.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/04/05/ni-taxe-ni-impot-segolene-royal-prone-une-ecologie-positive_4396400_823448.html#V8my6Cmx6oMSTt8X.99
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 3040
Date d'inscription : 08/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mar 09 Déc 2014, 23:08

Pour qui se prend libellule sur ce forum pour nous sortir une liste d'intervention de chacun, si nous devions faire pareil avec lui, il faudrait je ne sait combien de ligne pour inventorier ses interventions, puisque ce monsieur intervient partout, même quand il n'y connait rien, il faut qu'il la ramène à tout prix.

Libellule c'est transformé en inquisiteur, sous peu nous allons être obligé de se convertir à l'écologie sous peine d'être brulé vif sur le bucher. Nous sommes en pleine inquisition écologique, de pire en pire.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14524
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mar 09 Déc 2014, 23:54

à l'intention d'A.nonymous : nous apprenons que la ministresse "des plantes qui pousse" dont la bravitude est bien connue qui va nous mettre les éoliennes dans les mines de charbon abandonnées se trouvait en situation délicate dans un avion privé...

Le père de ses enfants flambi alias François II aurait été inquiet.

Stupéfaction de ma part : notre président n'avait il pas préconisé des déplacements officiels par chemin de fer ? d'ailleurs avec la favorite du moment n'avait il pas fait dégager un wagon de première pour descendre à l'annexe de l'Elysée dans le Var ?

Il devait dans la foulée vendre "sarko one" appareil inutile et couteux.
François premier lui avait besoin de deux voire trois appareil lorsqu'il se bougeait... c'était plus économique.

Ces gens qui ont à la fois de la mémoire et des informations rendent la vie impossible.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12541
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mer 10 Déc 2014, 00:36

tonton christobal a écrit:
---/---
Il devait dans la foulée vendre "sarko one" appareil inutile et couteux.
---/---

Si vous voulez être méchant, vous pouvez aussi rappeler les propos tenus en 2010 par la rescapée du vol Saint-Nazaire Lyon....

"Nicolas Sarkozy voyage en « Air Sarko One »
Publié le 11 novembre 2010 à 17h49 par Elsa Lecautec
---/---
Selon un rapport sur les crédits de l’armée de l’air présenté en octobre à l’Assemblée, l’achat et l’aménagement de l’avion ont coûté 176 millions d’euros. Son entretien doit coûter 49 millions d’euros les trois premières années d’utilisation, puis 10 millions par an au-delà de 2013. Le coût et l’équipement du nouvel A330 a déjà suscité la polémique. En juin, la candidate socialiste à la présidentielle de 2007 Ségolène Royal l’avait qualifié « d’avion privé » de Nicolas Sarkozy.
"
Source: http://www.air-journal.fr/2010-11-11-nicolas-sarkozy-voyage-en-%C2%AB-air-sarko-one-%C2%BB-515187.html
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14524
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mer 10 Déc 2014, 00:46

Plus le temps passe plus l'avion perd de sa valeur ce n'est pas un objet de collection qui prend de la valeur avec le temps...

Mauvaise gestion du bien national ou subite habitude du luxe ? la question se pose... à moins que l'on découvre sur le tard l'intérêt de disposer de ce matériel.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mer 10 Déc 2014, 01:16

Cette petite conversation avec Attali pour rester et dans le sujet et dans l'actualité

http://blogs.lexpress.fr/attali/2014/12/08/climat-et-croissance/

Pas trop long pour être mis en clair

Deux objectifs mobilisent l’attention de la plupart des gouvernements et des médias du monde développé : stabiliser le climat et relancer la croissance.

On ne se rend pas assez compte que ces deux objectifs, tels qu’ils sont recherchés aujourd’hui, sont totalement contradictoires.

D’abord parce que la croissance (et plus généralement la production, telle qu’elle est organisée aujourd’hui) aggrave les menaces sur le climat en émettant toujours d’avantage de gaz à effet de serre (même si on pense ce qui est mon cas, que les activités humaines ne sont pas la seule cause, ni peut être même la principale, des dérèglements actuels). Ensuite parce que la façon dont s’organise trop souvent la protection du climat aggrave la récession. Ainsi, au nom de la lutte contre le réchauffement climatique, on interrompt aujourd’hui d’innombrables investissements porteurs de croissance et d’emplois. Parfois de façon illégale, comme en France, où des groupes de pression réussissent à remettre en cause des investissements décidés selon des procédures démocratiques. Ou légale, comme en Allemagne, où est mise en œuvre une politique énergétique folle et hypocrite qui, sous prétexte de ne plus produire de gaz à effet de serre, fait dépendre toute la production de l’industrie allemande du charbon polonais et du nucléaire français.

Ou encore, comme dans les pays émergents, à qui on enjoint poliment de rester pauvres pour ne pas nuire à notre climat.

A suivre cette logique, aucune infrastructure ne pourra plus être modernisée, aucun immeuble de grande hauteur, aucune gare, aucun aéroport, aucun port ne pourra plus être construit. Aucune ville ne pourra vivre de nuit ; personne ne pourra travailler le dimanche, puis les autres jours. C’est la dépression assurée.

On pourrait même un jour, dans une pure folie comptable, décider de ne plus produire, de ne plus avoir d’enfants, pour ne plus nuire à la nature.

A ce rythme, et puisque l’évolution du climat dépend surement aussi d’autres facteurs, on risque de n’avoir ni croissance ni stabilisation du climat.

On pourrait même avoir, à l’inverse, une très forte croissance dans les pays bénéficiaires du réchauffement climatique, comme la Russie et le Canada, dont de vastes espaces vont devenir habitables et cultivables.

Dans cette logique, 2015 risque d’être l’année de toutes les illusions : celle d’une maîtrise du climat par un accord à Paris en décembre, qui sera d’autant plus contraignant que l’horizon en sera lointain. Tous les gouvernements signeront avec entrain des promesses pour 2060. Aucun dirigeant d’aujourd’hui ne sera plus là pour rendre des comptes, et en particulier le gouvernement français qui présidera cette conférence et qui a de fortes chances de ne plus être là dans trois ans. De même, pour la croissance, les gouvernements se contenteront vraisemblablement d’applaudir à l’action de la Banque Centrale Européenne, dont le rôle ne peut être, pourtant, que de donner aux hommes politiques du temps pour décider, pour changer de modèle de développement.

La vraie solution, si on osait, est pourtant simple : lancer d’immenses investissements dans les secteurs et les technologies économes en énergie fossile, dans l’agriculture biologique, dans les réseaux de transports d’informations, l’économie collaboratives, les hologrammes, les imprimantes 3D, le nucléaire, l’éolien de haute mer et tant d’autres, telles mêmes, celles qui permettront de capturer les gaz à effet de serre.

En particulier, la France a besoin de ports, de canaux, de réseaux de fibres, d’immeubles autoproducteurs d’énergie.

Telle devrait être l’attitude : l’avenir est dans un progrès réorienté. Pas dans l’obscurantisme.



Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar

Messages : 650
Date d'inscription : 28/05/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mer 10 Déc 2014, 01:20

Plusieurs messages agressifs et hors sujet ont été supprimés. Le fil est provisoirement verrouillé.
webmaster
Revenir en haut Aller en bas
http://www.plateaufontenay.net
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Ven 12 Déc 2014, 20:27

Merci pour le déverrouillage.

Pour les amateurs d'approches locales, je voudrais juste mentionner que sur les onze premiers mois de l’année, les intempéries ont coûté 1,8 milliard d’euros. Ce n'est pas un chiffre qui vient de nulle part puisqu'il s'agit de l'estimation livrée par l’Association française de l’assurance (AFA), qui regroupe les deux fédérations du secteur (FFSA et Gema). Un montant qui est déjà supérieur de 20 % au coût moyen des intempéries constatées en 1988 et 2007.

Pour prendre la mesure de tels chiffres, il faut bien sûr plutôt aller dans le détail. Par exemple, le dernier épisode cévenol, qui a touché le Gard, l’Hérault et les Pyrénées-Atlantiques entre le 26 novembre et le 1er décembre dernier, a ainsi occasionné entre 180 et 220 millions d’euros de dégâts. Et puis bien sûr on peut passer sous silence le fait que l’état de catastrophe naturelle a d’ailleurs été reconnu pour 178 communes concernées, pour lesquelles toutes les estimations ne sont pas encore faites.

Avant cela, la saison d’automne a été particulièrement tourmentée : dix épisodes cévenols, 16 morts, des records de pluviométrie battus en Languedoc-Roussillon et en Paca… Avec à la clé, bourrasques, inondations, orages dévastateurs. «Certains assurés ont même été touchés à plusieurs reprises », regrette Bernard Spitz, président de l’AFA.

On peut aussi zapper que la hausse du coût des catastrophes naturelles semble malheureusement une tendance lourde. En avril 2009, une étude de la FFSA concluait que le coût des indemnisations des dommages matériels liés aux événements climatiques augmenterait de presque 50 % à l’horizon 2030. Il semblerait que nous nous dirigions vers de telles flambées des indemnisations, et donc par ricochet des primes que les assureurs ne vont pas manquer d'appeler.

Une occasion aussi de rappeler que c'est après la tempête Xynthia, qui a frappé la France les 27 et 28 février 2010, qu'a été créé l’Observatoire National des Risques Naturels (ONRN). Sa mission étant de collecter des données et contribuer à un meilleur pilotage de la gestion des risques, en associant l’ensemble des acteurs engagés : les pouvoirs publics, les assureurs, ainsi que les réassureurs — les assureurs des assureurs.

Vues les remontées actuelles, on peut se dire que cette initiative est désormais insuffisante. Pour l'instant on "guérit" les risques par des indemnisations qui de plus en plus ne couvrent plus la réalité des dégats ; tous ceux qui ont tout perdu aujourd'hui et qui croyaient disposer d'un bien d'une certaine valeur, l'apprennent à leurs dépens ; ils se comptent par milliers, et à en croire les assureurs (ce ne sont ni des climatologues, ni des acteurs politiques, ni des gens ayant des intérêts à ce que le GIEC ait raison),  « Le coût moyen des prestations liées aux événements naturels pourrait fortement augmenter si aucune mesure de prévention n’était prise ».

Agir aujourd'hui ce n'est donc pas laisser faire, mais bien poser les problèmes tels qu'ils sont pour pouvoir les solutionner : Se prévenir de la hausse des températures, ne se fera pas simplement en disant que tout n'est pas négatif puisque la Sibérie pourrait devenir le silo à grains de l'Europe... grâce à la fonte des glaces de ses terres encore gelées

Quand on creuse un peu plus sur la manière dont se décompose les coûts de 1.8 milliards, on est à même de relever un autre facteur qui explique la facture 2014, à savoir l’épisode de grêle qui a frappé le pays les 8 et 9 juin dernier. Selon les assureurs, cela leur a coûté environ 850 millions d’euros.

Il faut préciser que la garantie « catastrophe naturelle », qui correspond à 12 % des cotisations, ne protège pas de tous les dégâts provoqués par la nature. Ainsi, la grêle, pourtant particulièrement dommageable, et qui a pour conséquence souvent de priver durablement des agriculteurs de leur outil d'exploitation, n’est pas couverte par cette garantie, mais par la « garantie tempête », dont le montant fluctue selon les années dans les factures des assurés. Nul doute que l’épisode des 8 et 9 juin contribuera à alourdir les factures de 2015. En attendant que les récoltes soient -peut-être- plus abondantes plus à l'Est  pale

C'est une Libellule qui vous le dit, l’effet papillon, version assurances, n'est plus très loin : quand les assureurs font la grimace, ce sont les assurés qui trinquent. En 2015, les primes des assurés vont augmenter et ceux qui auraient tendance à supputer une inversion de cette courbe n'ont pas encore tout compris.
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 3040
Date d'inscription : 08/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Ven 12 Déc 2014, 21:21

Et alors nous sommes dans un cycle de réchauffement climatique, l'homme ne serait pas là il y aurait quand même ces catastrophes, mais au non du réchauffement on va encore nous trouver une taxe pour nous faire payer une fois de plus.

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14524
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Ven 12 Déc 2014, 21:23

Résultats pratiques ? décisions efficaces prises au niveau mondial ? effets bénéfiques constatés ? cout des mesures ? rien, que dalle, nada : des incantations non pas pour faire pleuvoir mais pour arrêter la flotte.

Nous sommes sauvés les écolos franchouillards gesticulent, punissent ou tentent... sont vomis, prennent des mesures stériles qu'ils annulent quelques temps après... beaucoup de bruit pour rien de concret et encore moins d'efficace.

En bref des grands discours moralisateurs comme ces interventions écrites répétitives sans effet pratique et surtout sans cohérence avec les réalités mondiales.

On est content on a fait son tour de piste en pensant avoir fait découvrir l'Amériques aux ignorants du forum que bien sur les "grands initiés" ont la charge d'évangéliser !

Fort heureusement nous ne mettons pas en pratique les idées fumeuses de ces hurluberlus, même les socialistes prennent conscience du danger qu'ils représentent faute de quoi notre pays dont l'économie va mal serait déjà mort !

Oui à une écologie mais à une écologie intelligente, réaliste, réussissant à fonctionner sans nous faire retourner au moyen âge, acceptée par tous car supportable, efficace et non relevant des caprices d' olibrius déjantés qui s'imaginent avoir une mission divine.(attention à la laïcité)

NB évoquer des impondérables climatiques extérieurs est inutile... les écolos ont décidé que ce n'était pas le problème...
Revenir en haut Aller en bas
GUIZMO

avatar

Messages : 294
Date d'inscription : 25/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Ven 12 Déc 2014, 22:24

Attention Tonton à la ringardise. Laisser Attali et Libéllule exprimer des idées, pour une fois peut-être,
pas démago ou fumeux du tout. A nous de trier le bon grain de l'ivraie..
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14524
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Ven 12 Déc 2014, 22:34

GUIZMO a écrit:
Attention Tonton à la ringardise. Laisser Attali et Libéllule exprimer des idées, pour une fois peut-être,
pas démago ou fumeux du tout. A nous de trier le bon grain de l'ivraie..  

Effectivement si s'opposer à ce que l'on fasse une démagogie inutile au lieu de prendre des mesures efficaces, à ce que l'on se lance dans des programmes imaginaires ruineux au lieu de rester dans le domaine de l'économiquement supportables et technologiquement réaliste et préférer des actions mesurées à des discours qui ne débouchent sur rien est être ringard et bien pas de problème je suis ringard... et ça ne me dérange absolument pas.

NB : Attali on l'a vu à l'œuvre avec sa banque... viré comme un malpropre.
Brillant donneur de conseils comme le disait Mitterrand : "Attali à 10 idées par jour et une de bonne... le problème est de savoir qu'elle est la bonne... " et prudent il n'en a jamais fait un homme de responsabilité... comme flambi d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Sam 13 Déc 2014, 08:30

On ne va pas relever que ce serait ringard d'évoquer le Retour au moyen âge. Pas la peine. Il faut rester dans le domaine de l'économiquement supportable. Soit, or voilà ce qu'en pensent certains...
« Toutes les mesures n’ont pas été prises pour freiner le dérèglement climatique » déclarent près de 7 Français sur 10 dans un sondage Ifop pour l’AFD (*)

Alors que tous les regards se tournent vers Lima avec l’espoir de voir inscrire l’action climatique dans la durée lors de la 20ème conférence des parties de l’ONU, les Français s’inquiètent de voir que tout n’a pas été fait pour freiner le dérèglement climatique ces dix dernières années. Ils voient pourtant dans cette lutte une opportunité pour la croissance des pays en voie de développement.

Les 4 chiffres clés à retenir

↗ 67 % des Français estiment que, au cours des dix dernières années toutes les mesures n’ont pas été prises au niveau mondial pour freiner le dérèglement climatique ;
↗ 70% des Français estiment que le dérèglement climatique représente une menace sérieuse pour eux et leur mode de vie ;
↗ 65% des Français estiment que la nécessité de respecter des règles visant à lutter contre le dérèglement climatique constitue une opportunité de développement pour les pays du Sud ;
↗ Encourager les énergies renouvelables, lutter contre la déforestation, promouvoir une agriculture durable, aider à réduire la consommation énergétique des ménages constituent les 4 priorités des Français dans cette lutte.

Sinon l'AFD* pour les "non initiés"**, (**le nouveau mot à la mode histoire de qualifier les autres de je ne sais quoi) au jeu des questions réponses, cela donne cela :

Quel est le rôle de l’AFD dans ce nouveau paradigme ?
Le rôle de l’AFD est à la fois de continuer à apporter le versant « solidarité » de la politique de développement que les pouvoirs publics et la représentation nationale ont voulue – et qui s’incarne aujourd’hui dans la Loi d’orientation et de programmation sur le développement et la solidarité internationale (LOPDSI) de juillet dernier. Mais c’est aussi de porter la contribution à ces nouveaux équilibres du monde actuel. Un exemple très concret ? L’action de l’AFD dans la lutte contre le dérèglement climatique, ou encore lorsqu’elle prend part à la définition des Objectifs de développement durable (ODD) qui devraient être adoptés en 2015 par les Nations-Unies.
Cette contribution, l’AFD l’apporte à travers ses instruments financiers : les dons, les prêts ainsi que le financement des Etats, des collectivités locales et des ONG. Mais aussi à travers ses activités de conseil technique, de production de connaissance, ou encore dans les partenariats qu’elle entretient avec les acteurs internationaux du financement du développement (institutions financières, ONG, collectivités territoriales, entreprises, fondations).

Quelle place jouent les ONG dans cette action ? Et quel type de partenariat l’AFD et les ONG ont-elles noué ?
Depuis une quinzaine d’années, l’objectif des Organisations de la société civile (OSC, nouveau nom pour désigner les ONG) a beaucoup évolué pour se concentrer sur le renforcement des sociétés civiles du Sud, pour qu’elles soient des acteurs de leur développement, et les interlocuteurs des politiques publiques. Ce renforcement de capacités des acteurs du Sud est aussi l’une de nos priorités.
L’AFD finance une partie de ces projets à travers sa division du partenariat avec les ONG, avec des crédits délégués par le ministère des Affaires étrangères et du développement international. 80% de ces crédits sont dédiés à ces projets terrain.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Sam 13 Déc 2014, 09:01

Pour l'aspect croire ou ne pas croire au père Noël (autre sujet pour initiés en cours sur ce forum) quelques éléments de réflexion...

Plusieurs évêques du monde entier, dont Mgr Marc Stenger, évêque de Troyes, ont rencontré le 5 décembre à Lima des membres des délégations gouvernementales participant aux négociations sur le climat, qui se tiennent dans la capitale péruvienne depuis le 1er décembre.

Le ministre de l’Environnement du Pérou et président de la COP, Manuel Pulgar Vidal, participait à cette rencontre, organisée par la Conférence épiscopale du Pérou (CEAS) avec le soutien de Caritas Internationalis et de l’alliance internationale d’organisations de développement catholiques CIDSE.

« Le changement climatique est aussi un problème éthique »

Cette rencontre avait pour but d’alerter les gouvernements quant aux conséquences des changements climatiques sur les personnes les plus pauvres et d’avancer quelques propositions. « A côté du problème technique et scientifique du changement climatique, il y un réel problème d’humanité, de justice et de solidarité. Le changement climatique comprend une question éthique.

Ainsi, l’Église est non seulement compétente sur cette question mais elle a le devoir de défendre l’homme au sein de la création dans laquelle il est inscrit. Dieu a mis l’homme au cœur de la création pour la préserver. Le président de la Conférence des évêques de France, Mgr Pontier, a d’ailleurs défini, début novembre, cette question climatique comme une priorité pour l’année 2015 », affirme Mgr Marc Stenger, «  L’Église veut rappeler qu’il y a des victimes à l’évolution climatique, et que ce sont principalement les plus pauvres.  ».

« Les changements climatiques peuvent anéantir des décennies d’efforts dans le domaine du développement » Caritas Internationalis, dont est membre le Secours Catholique et CIDSE ont appelé le 26 novembre les gouvernements à mettre les plus pauvres au centre des engagements pris en terme de lutte contre les changements climatiques.

«  Il est désormais établi que les changements climatiques peuvent anéantir des décennies d’efforts dans le domaine du développement » rappellent les deux organisations. «  L’une des causes structurelles de l’insécurité alimentaire, du manque de financement pour le développement et des flux migratoires – phénomènes contre lesquels lutte le Secours Catholique - est le dérèglement climatique », affirme Emilie Johann, responsable du pôle plaidoyer du Secours Catholique, qui devait participer à la conférence des Nations unies à Lima mais a été rapatriée en France plus tôt en raison d’un accident de voiture.

«  Les mesures visant à combattre les changements climatiques sont indispensables pour éliminer la pauvreté, la faim et la malnutrition. Ainsi, ces deux processus sont très étroitement liés l’un à l’autre, et le succès de l’un dépend de celui de l’autre », assurent les organisations catholiques.
Elles proposent, entre autres, que l’accord en préparation à Lima et qui doit être signé à Paris l’année prochaine suscite « un changement significatif des modèles de production et de consommation.  »

Elles appellent à des financements suffisants, à la fin du modèle basé sur l’extraction et à garantir la participation des groupes les plus vulnérables aux processus décisionnels. « Les choix politiques importants qui devront être faits dans les mois à venir pour relever le défi écologique peuvent offrir aux décideurs mondiaux une opportunité réelle de placer l’option préférentielle pour les pauvres au cœur de nos systèmes mondialisés. Cette opportunité doit être saisie, maintenant. »

http://www.secours-catholique.org/actualite/climat-l-eglise-et-les-organisations-catholiques-appellent,13606.html
avec un document joint en fin d'article consultable pour les plus intéressés sur le positionnement des organisations catholiques.
au hasard le point c : c) Nous en appelons à la fin du modèle basé sur l'extraction, qui provoque des dégâts écologiques et accélère les changements climatiques
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14524
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Sam 13 Déc 2014, 10:31

et hop deux tartines de plus... sur le forum

Heureusement en Amérique du Sud ça réunionne, ça commissionne et résultats pratiques, mesures effaces prises ? on attend pour plus tard...

Décisions internationales immédiates tangibles ? il est urgent d'attendre que tout le monde soit d'accord.

In fine au retour comme il faudra bien justifier un beau voyage et des parlottes à rallonge nos écolos franchouillards déjantés nous pondront deux mesurettes sans conséquences favorables mais pénalisante dans la vie de tous les jours avec tout de même deux ou trois nouvelles taxes ou impôts.

Nos décisions franco-françaises seront bien entendues comme d'habitude inefficaces sur le plan de l'écologie mondiale mais avec un peu de chance elles contribueront à mettre quelques boites françaises qui survivent difficilement en situation d'être fermées... pour le plus grand bien des pays qui vont les recevoir ou produire ce dont nous avons besoin à notre place.

A Fontenay l'écologie locale consiste à laisser les rues et les trottoirs sales, à ne pas enlever les herbes folles... à ne pas gérer le problème des dépôts sauvages d'ordures et à laisser les chiens crotter en ville. L'hygiène n'est pas un dossier écologique !
Lorsque des élus laissent une ville dans cet état et se mêlent de vouloir gérer l'écologie planétaire il faut être ringard pour ne pas leur faire confiance !
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Sam 13 Déc 2014, 10:54

C'est ça. Les assureurs, les organisations catholiques, les Ong et les representants de 190 pays sont forcément des déjantés puisqu'un ringard le dit. Allez tiens, un petit communiqué pour finir la soirée.
http://eelv.fr/2014/12/12/reussir-lima-2014-pour-gagner-paris-2015/
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14524
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Sam 13 Déc 2014, 11:17

Résultat immédiat pratique ?

Mesures internationales efficaces décidées ?

Réponse : on attend ! et les écolos franchouillards vont comme d'habitude faire des discours, inventer des impôts, faire les incantations habituelles, nous pomper l'air avec leurs élucubrations, peut être tout casser... pour RIEN de tangible.

Prochaine réunion à Lourdes avec le Pape il y aura peut être un miracle et quelque chose de concret qui sortira .
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Sam 13 Déc 2014, 16:43

Opinion du frenchie green présent sur place, Denis Baupin...

Dans la dramaturgie propre aux négociations climatiques, ce n’est probablement que dans les dernières heures de la COP 2015, dans un an, que se nouera, ou pas, ce compromis historique. Mais les jours qui viennent à Lima seront essentiels pour confirmer, ou non, la volonté des États d’aboutir en 2015, et doter la future présidence française des moyens de réussir. C’est conscients de cette responsabilité que les négociateurs de tous les pays œuvreront au cours des 3 jours à venir… et probablement des 2 ou 3 nuits..

Allez à+.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14524
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Sam 13 Déc 2014, 18:44

En revanche ce que tout le monde peut constater et que les « oracles » n’avaient pas prévu et que l’on se garde bien d’évoquer car ça fout en l’air quelques argumentations ressassées à l’envie.

Chute du prix du pétrole
Le pétrole n’est plus le produit en voie d’extinction comme on le prédisait
Raison : le pétrole de schistes (pas beau caca) qui permet aux USA et à quelques autres gros consommateurs d’être auto suffisants et ce n’est pas le seul exemple.
Le Japon qui avait arrêté ses centrales nucléaires est contraint de les relancer  en raison des difficultés insurmontables pour faire tourner le pays en s’en passant.
Les écolos Allemands qui ont obtenu l’abandon du nucléaire sont maintenant devant la pollution des centrales thermiques locales qui fonctionnent mal avec un charbon de piètre qualité. Ce qui est pire que la situation antérieure…
La Chine sous équipée en nucléaire, fonctionne avec des centrales au charbon… est elle d’accord pour se priver d’énergie et d’arrêter son développement ?
Lorsque la population a un niveau de vie qui progresse il va être facile de lui expliquer que le retour en arrière est indispensable… et que d’un coup de baguette magique avec des capteurs solaires on va faire fonctionner des usines sidérurgiques…
Quelques micros pays asiatiques où de la péninsule indienne vont-ils écouter les écolos Français et renoncer à progresser économiquement ?  

Pendant ce temps là nos écolos locaux toujours dans des délires nous expliquent la vie,  totalement inconséquents comme d’habitude n'en sont pas à une économie paralysée ou détruite pour garder les herbes folles dans les rues et nous promettent des lendemains qui chantent … merci avec Duflot au logement on a compris : le secteur du bâtiment qui relevait la tête en 2011 après la crise de 2008 totalement sinistré en moins de deux ans.

En moins de trois ans : Un chômage national qui galope, des Français appauvris par des impôts insupportables, une économie nationale qui est la risée de l’Europe, une dette qui n’est pas jugulée et une équipe gouvernementale en perdition.
Grands succès écologiques français : les zones à défendre, quelques émeutes, l'interdiction des feux dans les cheminées, quelques taxes diverses pour pénaliser nos produits... des mesurettes symboliques pénalisantes pour justifier leur existence, on fait un tour au gouvernement pour aménager sa retraite future et on s'en va effaré par l'ampleur de l'affaire que l'on avait jamais soupçonnée car lorsque l'on est au manche c'est plus délicat que de bavasser avec des YAKA et FOKON dans l'opposition.
 
Je fais bref, sans citation, sans appeler l’église ou qui que ce soit au secours pour argumenter et masquer une vérité lamentable que tout le monde doit supporter et peut constater.

Alors les prédictions des écolos... on se demande s'il est bien utile qu'elles se réalisent et s'ils ne vaut pas mieux qu'elle restent à l'état de de délire entre copains après une soirée arrosée accompagnée du chichon traditionnel que l'on se bat pour faire légaliser.

La légalisation des drogues dites douces voila un combat écolo récurrent !

Si D Baupin est sur place, le monde est sauvé d'autant que la suite se passera à Paris avec flambi aux commandes...
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 3199
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Sam 13 Déc 2014, 18:49

--


Dernière édition par salamandre le Dim 14 Déc 2014, 08:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Sam 13 Déc 2014, 21:17

Le texte de tonton résume notre présent, celui là même qui est la cause, les causes du dérèglement climatique. Si on exclut l'anecdotique passage concernant le local - ce n'est une ou deux touffes d'herbe ici ou là qui vont changer quoi que ce soit aux catastrophes climatiques- il faut bien admettre que chaque pays cité est confronté aux paradoxes énoncés. Vouloir se projeter dans un avenir meilleur n'a rien d'indécent et que certaines paroles venant de l'Église s'y associent est assez dans la logique des choses.

Chacun sait que l'organisation d'une période de transition ne se fait pas sans heurts et dans l'immédiateté. Dire que l'on en est à son balbutiements fait partie des constats. Et alors?

Er alors, on peut défendre l'option du laisser-faire et du advienne que pourra. Ou sans relâche affirmer qu'il est grand temps d'agir. Même Si en l'occurrence, le temps qui passe n'est pas un allier quand en parallèle il faut lutter contre une crise endémique similaire à celle des années 30.

Personne parmi les participants à Lima ne déjante et ce n'est pas parce que un train est lancé à grande vitesse contre le mur dé l'indifférence face aux enjeux climatiques qu'il ne faut pas chercher, même Si cela s'inscrit dans une démarche à 20, ou 30 ans, à eviter dé ke faire dérailler définitivement. Cela suppose que des acteurs se mettent à penser puis construire un avenir différent.

On peut zapper le fait que 70% des français en sont conscients et donnent 4 pistes clefs, ou se dire qu'il faut poursuivre la mise en lignes d'informations à l'intention dé ceux qui pensent plus à se rendre à Lourdes... Qui à aussi eu son lot d'inondations...pour soigner les paralysés, qu'à rejoindre les marcheurs contre le dérèglement climatique partout ailleurs dans le monde.

Pas besoin de les citer. Ils se reconnaîtront.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14524
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Sam 13 Déc 2014, 21:40

Depuis 1971 nous avons un ministère traitant de l'écologie... son nom a évolué selon les modes du moment mais il faut arrêter de nous faire découvrir l'écologie comme une nouveauté.

Curieusement il y a peu de gens qui souhaitent vivre dans un monde malsain... mais très peu qui pense que faire de l'écologie telle qu'elle est vue par nos actuels cocologiste est une bonne chose.
On peut énumérer ce que veulent les Français certes mais sans que leur vie matérielle soit impactée... ne pas oublier la précision.

On veut pas d'usine polluante, mais on veut une bagnole. Les cocologistes la supprimeront mais oublieront de mettre en place les transports en communs.
On veut un air pur et on encombre volontairement les rues de la capitale pour que l'on utilise des transports inadaptés.
On veut un air pur et on bloque des véhicules dans les embouteillages... la logique cocologiste est en action et montre son visage.
Pour sauver la planète tout le monde sera végétarien... vive le steack de soja mais pour vous consoler vous aurez la fumette à volonté !
Pour la fumette pas de tabac, c'est mauvais vous aurez le H écolo cultivé bio !

Que les écologistes changent leur logiciel et leur comportement et ils seront sans doute moins vomis... si en plus ils avaient quelques notions du fonctionnement réel d'une entreprise ou d'économie ce ne serait pas mal.

CV de Mr BAUPIN :

Diplômé de l'École centrale (1984)
Directeur de Terre des hommes France (1987-1990)
Expert du Groupe des Verts au Parlement européen pour les questions sur le tiers-monde (1990-1993)
Assistant de Dominique Voynet, candidate aux élections législatives (1993) et à l'élection présidentielle (1995)
Coordinateur national des campagnes et actions des Verts (1995-1997)
Conseiller du 20e arrondissement de Paris (1995-2001)
Conseiller au cabinet de la ministre de l'Aménagement du Territoire et de l'Environnement, Dominique Voynet (1997-1998)
Porte-parole national des Verts (1998-2002)
Adjoint au maire de Paris, chargé des transports, de la circulation, du stationnement et de la voirie (2001-2008)
Fondateur de l'association Agir pour l'environnement
Président du comité de promotion du vélo (2006-2008)19
Adjoint au maire de Paris, chargé du développement durable, de l’environnement et du plan climat (mars 2008-juillet 2012)

Expérience de la vie en entreprise... cherchez bien.

Lorsque cette personne se mêle de vouloir organiser un pays comme la France qui il y a quelques années était la 5e puissance mondiale on est en droit de s'inquiéter... en plus nos cocologistes envisagent sans rire de diriger le monde...

Lorsque l'on se dit homme politique (ça marche aussi avec les femmes) on doit si on souhaite être crédible ne pas être décroché des réalités.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Sam 13 Déc 2014, 22:01

Je ne,suis pas sûr que diffuser les 1000 cv des participants à Lima changera quoi que ce soit à l'objectif énoncé de cette conférence. Faire des fixettes sur un mot, à l'instant cocologiste, pourquoi pas. Reste que les gens se cotoyent.
Un exemple des rencontres possibles http://www.tendanceouest.com/alencon/actualite-87108-le-senateur-de-orne-jean-claude-lenoir-au-perou.html

Ou http://www.terraeco.net/Le-chemin-vers-Paris-est-seme-d,57694.html

Dans ce dernier article, après qu'il ait signaler les habituels défauts de ce type de conférences, cet UDI précise assez bien ou est l.'essentiel.

Bertrand pancher, député de la Meuse et responsable du pôle écologiste de l’UDI, la conférence climatique à Lima qui s’achève montre toute l’étendue du travail à abattre avant l’échéance de Paris 2015.


Dernière édition par Libellule le Sam 13 Déc 2014, 22:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14524
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Sam 13 Déc 2014, 22:13

Les CV sans importance... ça c'est nouveau !

Lorsque vous allez vous faire opérer vous ne vous assurez pas que le médecin est qualifié ?
Lorsque vous engagé une entreprise vous ne vous renseignez pas sur les compétences des gens qui y travaillent ?
Lorsque vous vous trouvez devant un tribunal accepteriez vous d'être jugé par n'importe qui ?

Pour les hommes politiques la compétence ne serait pas nécessaire et l'adéquation du postulant sans importance avec le poste occupé... là bravo

Cette approche doit être en vigueur au gouvernement ce qui explique comment nous arrivons à avoir une équipe à la dérive !

Il est vrai que tout est possible : on recrute bien les profs à pôle emploi...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Sam 13 Déc 2014, 22:24

Les hommes politiques ne constituent qu'une partie des intervenants dans ce type de conférences. Que votre sens du dénigrement soit élevé on le sait. Mais cela vous savez on s'en fout un peu.

Les personnes qui veulent se documenter sur ce qui se joue ici et ailleurs font le tri entre ke grain et l'ivraie de nos échanges. Et c'est pour cela que nous les poursuivons. L'écologie est un sujet qui est transversal. Quand elle porte sur le climat, elle devient universelle. Il est donc intéressant de lire tous les,points de vue. que ceux ci soient blancs bleus beurs rouges ou verts. Qu'ils soient émis par des politiques et ou des experts. Et ça à priori, cela vous échappe complètement
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14524
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Sam 13 Déc 2014, 23:05

Tamalou? a écrit:
Vos engueulades permanentes, c'est pénible

Ce ne sont pas des engueulades ! je cause comme disait Lino Ventura dans un célèbre film et pas avec Libellule mais avec ceux qui en ont raz le bol des écolos punitifs qui ne pensent qu'à interdire sans rien proposer de concret et d'immédiat exemple : à la suite de LIMA on verra à l'horizon 2020 en ce qui concerne les résolutions et pour que ça fonctionne on attendra 2100 vous serez peut être là mon cher Tamalou? pour constater mais en 2100 pour ma part je ne crois pas être impliqué...

Entre temps on va avec nos idées à la C.N arriver à pourrir la vie de ceux qui ici et maintenant tentent de vivre et de faire vivre leur famille dans les moins mauvaises conditions possibles...

POur les CV d'écolos j'ai de la réserve et c'est édifiant ! certaines mauvaises langues se demanderaient à quoi ces gens sont bons dans une vie réelle si on enlève les assoces et les planques politicardes.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Dim 14 Déc 2014, 00:23

Nouvel extrait de l'opinion de l(Udi cité.

Le plus intéressant aura été, pour plusieurs de mes collègues français présents, les échanges organisés ou informels inhérents à ce genre de rendez-vous. Entre les parlementaires d’une quarantaine de pays regroupés à travers l’organisation Globe international où la prise de conscience des enjeux est générale. Avec Christiana Figueres, secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, nous expliquant que les accords à Paris seront différents entre un petit nombre de pays – qui, comme l’Union européenne, continueront à s’engager collectivement –et tous les autres se limitant à des engagements nationaux.

@tamalou? Embarassed mais en ce qui me concerne alien cat je continuerai à mettre de la study
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14524
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Dim 14 Déc 2014, 06:13

L'échange a été fructueux dit on et couteux pour les électeurs contribuables Bravo ! pour les faits et la matérialité des réalisations vous attendrez mais tout le monde repartira de LIMA content...

A bientôt pour la prochaine !

Une remarque encore.... tout ce beau monde qui condamne les voyages en avion qui dégradent l'environnement, polluent , épuisent les ressources en pétrole... comment s'est il rendu sur place ? en bateau à voile écologique sans doute ?

Peut être faudrait il expliquer à nos spécialistes de l'écologie que l'on est en 2014 et que la vidéo conférence existe ou qu'avec un simple portable dans son bureau on peut communiquer avec un ou des interlocuteurs au bout du monde.

Nous allons finir par croire que les négociations pour être constructives et efficaces doivent se faire au bord d'une piscine de préférence au soleil lorsque la plupart des intervenants résident dans des pays où la saison est mauvaise en ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Dim 14 Déc 2014, 23:42

Les écologistes du conseil régional d'Ile-de-France entendent marquer le budget 2015, dernier de la mandature, en mettant l'accent sur l'environnement et l'égalité des territoires, a déclaré mercredi le président du groupe EELV, Mounir Satouri.

Pour M. Satouri, les élus écologistes ont « veillé à ce que ce budget ne soit ni d'austérité ni de recul » et sont « plutôt satisfaits du niveau d'investissement ». Toutefois, a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse, « il a été préparé par Jean-Paul Huchon, président socialiste, pas par les écologistes et nous allons porter des amendements pour muscler certains points ».

Pour ce dernier exercice budgétaire avant la campagne des régionales de fin 2015 où les écologistes entendent aller de leur côté au premier tour, ils veulent faire adopter des mesures typiquement « vertes ».

Ainsi, dans la perspective de la conférence des parties sur le climat (COP 21) à Paris en décembre 2015, ils souhaitent « renforcer la capacité des citoyens à se mobiliser pour peser sur ce rendez-vous » et porteront un amendement pour créer « un fonds de soutien à la société civile doté d'au moins deux millions d'euros », a déclaré M. Satouri.

De plus, ils déposeront « un article additionnel au budget pour que la région demande à l'Etat de lui déléguer le déclenchement des mesures exceptionnelles lors des pics de pollution et la gestion de la crise », a-t-il poursuivi, rappelant que, selon Airparif, « la région n'a connu que deux jours d'air pur cette année ».

Sur l'égalité des territoires, le groupe EELV, déçu que le fonds d'urgence voté l'an passé n'ait « pas été mis en place alors qu'il était doté de 400.000 euros », portera « un amendement pour bonifier de 10% toutes les aides régionales pour les territoires en difficulté, en banlieue ou en zone rurale ».

Sur le financement à long terme du passe Navigo à tarif unique, promesse EELV-PS de la campagne de 2010 qui doit voir le jour à la rentrée 2015, Mounir Satouri « va continuer à réclamer à l'Etat une hausse du versement transport (des entreprises) et une baisse de la TVA à 5,5% sur les transports en commun » et aussi proposer que l'Ile-de-France soit « région expérimentale » sur la taxe poids-lourds, comme l'Alsace.

Quant à une candidature comme tête de liste, M. Satouri « y répondra en mars, après les cantonales, quand la question se posera ». Emmanuelle Cosse, vice-présidente à la région et secrétaire nationale EELV, a déjà dit qu'il était « très possible » qu'elle veuille prendre la tête de liste.

© 2014 AFP
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14524
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Lun 15 Déc 2014, 00:10

Les cocologistes se mettent en route ! attention ! rien ne va plus comme au casino !
Sur l'air de la Marseillaise nous allons chanter non pas aux armes citoyens mais à vos poches citoyens...

Vu ce qu'ils pensent avoir comme argent supplémentaire pour satisfaire leurs caprices, lorsque la  feuille d'impôts va dégringoler dans les chaumières ça va saigner !

Je suis toujours inquiet lorsque je vois des élus disposer d'argent qu'ils n'ont pas mais s'apprêtent à nous piquer ou lorsque les mêmes élus font des dépenses en oubliant d'expliquer où ils trouveront les fonds... généralement ça se termine mal pour l'électeur contribuable.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mer 17 Déc 2014, 05:17

Communiqué

Que pourrait-il se produire au cours des prochaines vingt années si la Conférence de Paris en 2015 donnait lieu à un accord contraignant, en mesure de lutter efficacement contre le dérèglement climatique ?

Afin de le découvrir et de découvrir les contributions inédites de plus d'une vingtaine d’auteur-e-s

vous êtes cordialement invités à la présentation de la publication :

Paris Climat 2015 : 20 après Collection d'essais de prospective climatique (*optimiste)

Le mardi 27 janvier 2015 à 11h00 au Petit Amphithéâtre du Palais Brongniart - 28, Place de la Bourse - Paris 75002.

La présentation se tiendra en présence des auteurs et de la presse et sera suivie d'un cocktail.

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14524
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mer 17 Déc 2014, 06:05

Avec les cocologistes les gorgeons en principe ce n'est pas terrible alors on évite.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mer 17 Déc 2014, 06:30

Et au delà des grands principes on peut découvrir ce site

http://www.fondationecolo.org/
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mer 17 Déc 2014, 10:01

Pas faux. Pour l'horaire. Sinon partager de l'info sur un forum dans un sujet dédié ce n'est pas uniquement faire de la publicité.

La Fondation de l'Ecologie Politique exerce ses activités en partenariat avec tous les acteurs de la société: institutions, partis politiques, élus, syndicats, organisations professionnelles, entreprises, ONG, associations, fondations, intellectuels, chercheurs, créateurs... Elle met un accent particulier sur l’animation de l’espace public européen et la coopération internationale. Elle assure ses fonctions en toute indépendance, dans un esprit d'ouverture et d'enrichissement collectif, au service de l'intérêt général. Dans ses travaux, la Fondation de l'Ecologie Politique s'inspire des grandes valeurs constitutives du patrimoine de l'humanité dans un souci d'approfondissement de la démocratie: libertés, solidarités, égalité, respect des droits humains et du vivant.

http://www.fondationecolo.org/activites/publications/L-Europe-face-au-changement-climatique
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Jeu 18 Déc 2014, 02:16

Un aspect que je n'avais pas encore abordé mais qui revient d'actualité :

La fonte des glaciers du Groenland et ses conséquences sur la montée du niveau des océans serait plus importante qu'anticipé, les prévisions n'ayant jusqu'alors pas pris en compte l'action des lacs supra glaciaires,-on pensait qu’il n’y en avait pas- selon une étude britannique publiée lundi 15 décembre. Précédemment, l'impact de ces lacs dans la perte de glace était considéré comme très limité, puisque de tels lacs n’étaient pas vraiment « référencés ».

Mais cette nouvelle étude montre que de plus en plus de ces poches d'eau vont se former à l'intérieur des glaciers du Groenland au cours de la seconde moitié du siècle, altérant potentiellement l'écoulement des eaux dans les glaciers et accélérant leur fonte.

Amber Leeson, de l'Université de Leeds au Royaume-Uni et l'un des auteurs de cette étude publiée dans la revue britannique Nature Climate Change, explique : Les lacs supraglaciaux peuvent accélérer la vitesse à laquelle les glaciers fondent et notre étude montre que d'ici 2060 leur superficie totale va doubler au Groenland."

Les lacs supraglaciaux sont plus sombres que la glace. Par conséquent, ils absorbent davantage de chaleur du soleil, accroissant la fonte. Quand ils prennent de l'ampleur, leur eau s'infiltre dans les fractures des glaciers, atteint leur socle, ce qui peut accélérer leur glissement dans les océans ainsi que leur désintégration, précisent ces glaciologues. Quand les glaciers sont moins épais, ils perdent de l'altitude et sont davantage exposés à des masses d'air plus chaudes ce qui accroît l'ampleur de la fonte des glaces", souligne Amber Leeson.

Jusqu'à présent, ces lacs se forment à basse altitude à proximité des côtes du Groenland sur une bande d'environ cinquante kilomètres. Les résultats de cette étude basée sur des observations de satellites de l'Agence spatiale européenne (ESA) et un modèle climatique indiquent qu'avec la montée de la température résultant du changement climatique, ces lacs supraglaciaires vont se former jusqu'à 110 km à l'intérieur du Groenland d'ici 2060, doublant la superficie couverte aujourd'hui.

On sait désormais établir que ces nouveaux lacs seront situés loin des côtes. Leurs eaux ne s'écouleront donc pas directement dans l'océan mais s'infiltreront à l'intérieur des glaciers, alimentant un réseau de canaux. Et cette eau lubrifiera davantage le socle des glaciers, accélérant leur glissement vers la mer, expliquent les auteurs. n système de circulation de l'eau ouvert

Situés dans un bassin de drainage de 980 km2, les lacs récemment découverts sont positionnés à respectivement 16 et 11,5 km d’une fracture de glace. Ils sont approximativement à 560 m au-dessus du niveau de la mer. Ces étendues d’eau, dont leur description fait l’objet d’un article publié dans les Geophysical Research Letters, sont probablement différentes de celles que l’on trouve généralement en Antarctique. Les chercheurs pensent en effet que ces lacs sont alimentés par l’eau de fonte de surface, et peut-être même par un lac, formé en surface durant les étés particulièrement chauds.

En Antarctique, la température de l’air est toujours négative, il ne peut pas se former de lac ni d’eau de fonte en surface. Par ailleurs, la couche de glace au pôle Sud est si épaisse qu’elle peut agir comme une couverture isolante. Ainsi de l’eau liquide, piégée sous cette couche, peut ne pas geler. Au Groenland en revanche, la couverture de glace est plus fine, on s’attend donc à ce que toute eau liquide gèle. Dans leur article, les chercheurs formulent deux hypothèses pour expliquer la formation de ces poches d’eau. S’ils ne sont pas alimentés par l’eau de fonte, les lacs peuvent avoir été générés de la même façon que le lac sous-glaciaire du glacier Taylor en Antarctique. C’est une poche d’eau où l’eau est si salée qu’elle ne peut geler. Si les lacs au Groenland s’étaient formés de la sorte, cela impliquerait qu’ils sont isolés de la surface depuis au moins 115.000 ans. Toutefois pour obtenir cette sorte de saumure, la salinité doit être si importante qu’il faudrait qu’il y ait eu à un moment donné de l’eau de mer. Or ces lacs sont à plus de 500 m du niveau de la mer, donc les chercheurs estiment cette théorie peu probable.

Si ces lacs résultent d’un système de circulation de l’eau de fonte, alors la calotte polaire est grandement menacée. En effet, de plus en plus de lacs d’eau de fonte se forment chaque été en surface. Il est donc possible qu’il existe d’autres lacs sous-glaciaires similaires à ceux tout juste découverts. Si c’est le cas, les conséquences pour l’avenir de la calotte groenlandaise seront importantes. L’eau de fonte amplifie l’écoulement des glaciers, donc la présence des lacs accélérera la réponse de la calotte au changement climatique.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Sam 20 Déc 2014, 13:14

Pour ceux et celles qui s'intéressent aux aspects budgétaires régionaux sur ce sujet, c'est ici.
http://elus-idf.eelv.fr/budget-2015-nos-priorites-la-sauvegarde-des-terres-agricoles-et-la-lutte-contre-le-dereglement-climatique/
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mar 23 Déc 2014, 09:57

Autre aspect ...

Les bandes corailiennes du Pacifique nord connaissent actuellement un phénomène de blanchissement inédit par son ampleur en raison d'un épisode de type El Niño qui fait monter la température des océans, ont annoncé lundi des scientifiques.

La situation est la plus spectaculaire dans les îles Marshall où le blanchissement corallien observé depuis la mi-septembre est "le pire jamais enregistré", a indiqué à l'AFP Karl Fellenius, un océanographe de l'université de Hawaii basé à Majuro, capitale des Marshall.

Selon C. Mark Eakin, responsable de la surveillance des récifs coralliens à l'Agence nationale américaine Océanique et Atmosphérique (NOAA), l'ensemble du Pacifique nord est touché.

"Un important blanchissement a été constaté à Guam, aux îles Mariannes du nord, aux îles hawaïennes du nord-ouest, aux îles Marshall et aux Kiribati", a-t-il expliqué en invoquant "des nouveaux records de stress thermique" dans la partie septentrionale du Pacifique.

Le blanchissement corallien est un phénomène naturel survenant dans des endroits où l'eau circule peu, en période de marées de faible amplitude et de fortes chaleurs, à de petites profondeurs. Mais l'ampleur du phénomène étudié ne peut s'expliquer que par "les émissions de gaz à effet de serre qui font monter la température des océans", affirme Karl Fellenius.

La température des eaux de surface est d'environ un demi à un degré supérieure à la normale depuis plusieurs mois, un écart suffisant pour les fragiles coraux, a ajouté le scientifique.

L'Organisation météorologique mondiale (OMM) a prévenu en décembre au sommet de Lima que les températures relevées entre janvier et octobre autour du globe, sur terre et mer, pourraient faire de 2014 l'année la plus chaude depuis 1880 dans le monde.

Selon l'organisme mondial, cette hausse du mercure expliquerait en partie les pluies et inondations exceptionnelles observées cette année.

El Niño est un courant chaud du Pacifique qui apparaît généralement tous les cinq à sept ans en moyenne et exerce une forte influence sur le climat du globe. L'OMM estimait en septembre à 70% les chances qu'El Niño refasse son apparition entre novembre et février.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mar 23 Déc 2014, 13:37

http://www.wmo.int/pages/index_fr.html la météo ne se taxe pas. Elle se constate.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14524
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mar 23 Déc 2014, 17:57

Cadichon a écrit:


Et qui est le gougnafié qui a touché au robinet et inversé le sens du niño? Idem pour les plaques de subduction qui provoquent des tremblements de terre et des tsunamis. Je demande aux écologistes de taxer sévèrement ceux qui y touchent.

N'est ce pas plutôt une manœuvre sournoise de la droite réactionnaire ?

C'est qu'ils sont capables de tout pour discréditer les écolos et la gauche.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12541
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mar 30 Déc 2014, 19:34

Pénalisation du diesel, feux de cheminée....  Et si les ayatollah verts adeptes de l'écologie punitive étaient juste en train de perdre la main ?


France Info a écrit:
Feux de cheminée : l'interdiction est annulée à Paris
EXCLUSIF FRANCE INFO par Sébastien Baer mardi 30 décembre 2014 06:01, mis à jour le mardi 30 décembre 2014

La préfecture a pris hier l'arrêté qui annule l'interdiction des feux de cheminée, qui devait entrer en vigueur au 1er janvier - c'est la suite logique des déclarations de Ségolène Royal, qui s'était engagée sur cette annulation. D'ici 15 jours, les préfets des autres départements d'Ile-de-France devraient faire de même.

Chose promise... Ségolène Royal avait promis d'abroger une interdiction qu'elle trouvait "ridicule", l'interdiction des feux de cheminée en Ile-de-France, au nom de la lutte contre la polution. Le préfet de Paris s'est exécuté. Hier, il a pris l'arrêté qui annule l'interdiction ; les préfets des sept autres départements d'Ile-de-France devraient faire de même d'ici 15 jours.

La mesure concernait Paris et 435 communes franciliennes. Elle était mal comprise, et très critiquée. Elle reposait en grande partie sur une étude très contestée d'Airparif, l'organisme chargé de mesurer la qualité de l'air - étude qui rendait responsables les cheminées de 25% des émissions de particules fines dans la capitale.25%, c'est-à-dire autant que le trafic routier.

Pour les professionnels de la filière bois, ces chiffres étaient largement surévalués. Ils ont donc été entendus par Ségolène Royal, qui est en guerre contre "l'écologie punitive". Elle avait d'ailleurs utilisé ce même argument pour revenir sur l'écotaxe.

Pour la ministre, l'interdiction n'est pas adaptée aux actions de lutte contre la pollution en Ile-de-France. Elle préfère mettre en place des subventions pour aider les particuliers à changer de mode de chauffage pour réduire la consommation de bois et les émissions de particules.
Source: http://www.franceinfo.fr/actu/societe/article/feux-de-cheminee-l-interdiction-est-annulee-paris-624895
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14524
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mar 30 Déc 2014, 20:40

Perdre la main... à voir
Mais pénaliser un peu plus l'équipe gouvernementale qui n'a pas besoin que des supposés alliés lui compliquent le travail c'est certain !

Eriger la contrainte doublée de la stupidité et de l'inefficacité pour montrer que l'on existe, le procédé à ses limites.

Il y a assez de sujets de mécontentement pour ne pas en ajouter de nouveaux dont en plus l'utilité est à prouver.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mar 30 Déc 2014, 21:09

Dans la vraie vie, il semble que la société Airparif ait fourni des informations erronées que l'on a vues reprises dans un rapport inter préfectoral ici même sur ce forum comme une vérité première (pour servir de démonstration à ce que le diésel ne serait pas si polluant que cela) : Les feux de cheminées pollueraient autant que le diésel.

Saisie par des associations de consommateurs, Ségolène Royal s'est dit, assez rapidement et à juste titre,  avoir été "très surprise des chiffres qui ont été utilisés. On nous a fait croire que les feux de cheminée polluaient plus que les voitures diesel. Il faut être un peu raisonnable."

Ce qui est le plus étonnant dans cette histoire c'est que des malins en préfecture aient communiqué la dessus sans aucun souci de concertation, mettant quasiment la ministre devant le fait accompli... d'une décision non actée...

Alors que tout le monde est d'accord sur l'autre constat: on respire mal à Paris et plus largement en Ile de France, et le parc auto est principalement au diesel, constat donné par l'adjoint en charge des transports à la mairie de Paris Christophe Najdovski (EELV) et qui lui ne prête pas à contestation. Point de vue également défendu par Laurence Abeille. Pas ayatollah en vue... cherry santa geek

Un problème qui reste de taille quand on sait que le Centre international de recherche sur le cancer (Circ), une agence spécialisée de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a classé les particules fines de ce précieux liquide dans la catégorie des "cancérogènes certains" depuis juin 2012. Sachant les véhicules diesel, s'ils dégagent moins de CO2 que ceux roulant à l'essence, explosent les compteurs d'émission de particules fines.

"Nous ne sommes plus dans le principe de précaution, mais bien dans la prévention tant il est avéré que ces particules sont tout à fait nocives pour la santé. Elles sont ainsi sources de cancers du poumon et, dans une moindre mesure, de la vessie, mais aussi d'une augmentation du risque d'apparition de maladies cardio-vasculaires, d'allergies et de maladies respiratoires chroniques", détaillait voici peu le docteur Dominique Bessette, responsable du pôle prévention à l'Institut national du cancer (INCa).

Donc soyons clair il faut donc d'abord tout faire pour  diminuer la concentration là ou une intense circulation de véhicules roulant au diesel est avérée, les "vieux véhicules diesel", étant naturellement les plus polluants.

Que l'on s'intéresse en parallèle à améliorer la qualité des chauffages domestiques et celui des entreprises  du tertiaires est certainement la seconde priorité sachant qu'en dernier lieu les feux de cheminée sans insert avec des combustions mal faites peuvent être très polluants localement.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14524
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mar 30 Déc 2014, 21:15

L'interdiction des feux dans les cheminées n'est pas une vue de l'esprit mais une VRAIE décision prise dans la VRAIE VIE par de VRAIS ELUS eux mêmes soutenus pas de VRAIS SCIENTIFIQUES...

et d'un seul coup on veut nous faire croire que nous avons rêvé...

Pour les véhicules diésels encore faut il savoir desquels on parle... pour la vérité on verra plus tard.

Pour l'instant nous avons droit aux "vérités cocologistes"... avec les dégâts qui vont avec.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mar 30 Déc 2014, 21:45

Personne ne cherche à faire croire quoi que ce soit. La vraie vie fait que la ministre de l'Écologie Ségolène Royal a de nouveau attaqué frontalement l'association chargée de mesurer la qualité de l'air en Ile-de-France. Alors que...

C'est en référence à une étude faite en 2011 par l'organisme, (on peut chercher par qui elle a été lancée)... ou l'on relève, cette phrase de pur bon sens : "Tout dépend de la zone où on se trouve". La pollution au diesel étant bien évidemment plus importante dans les zones de forte circulation, tandis que celle liée aux feux de cheminée est plus forte dans les quartiers résidentiels. CQFD

Faire d'une exception la règle sur tout un territoire tient d'un raccourci bien maladroit.

Sur le fond, c'est clair Airparif n'étant pas un organe décisionnel, mais une association indépendante, chacun a pu lire ce rapport un peu comme bon il l'entendait.

Dans le cas présent, c'est la préfecture qui avait décidé de l'interdiction des feux de cheminée en Ile-de-France. De là à en faire des élus et des scientifiques, il y a un pas que personnellement je ne franchirais pas.

Car une vérité préfectorale reste une vérité formulée par des technocrates, et par personne d'autre.

La police a sans doute mieux à faire que de traquer les cheminées qui fument, et l'on ne peut exclure que les forces de l'ordre aient conservé un certain sens du ridicule, qui les empêchera de confisquer les bûches des grand-mères.

La pollution de l'air n'est pas un faux problème. Mais, là comme ailleurs, la technocratie a devancé le rôle du politique et détourné une conclusion scientifique "ça dépend où"

Pour ma part, je crois qu'il est effectivement temps de retrouver l'équilibre entre les risques assumés par la collectivité, et la protection des libertés individuelles. On n'interdit pas aux gens de prendre leur voiture, me semble-t-il. Alors il tiendrait de l'absurde d'interdire les feux de cheminées.

L'interdiction des feux de cheminée témoigne, en ce sens, d'une profonde insensibilité technocratique

Je vois sous la plume de mon prédécesseur qu'il s'intéresse à l'hypothèse que nous aurions rêvé... alors j'y vais, je me lance en rappelant que la contemplation du feu nous ramène aux origines mêmes de la pensée philosophique, là où précisément la rêverie se mue en pensée, où l'inconscient accouche de concepts. Je ne savais pas que des préfectoraux pouvaient se mettre à rêver à la place des scientifiques et des politiques des concepts fumeux. santa

Maintenant je le sais. flower study
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14524
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mar 30 Déc 2014, 22:18

Air machin est de la même veine que le GIEC... toutes ces usines à gaz expertes auto proclamées scientifiques et officielles qui se dégonflent comme des baudruches.

ça fait du bruit, des dommages et un beau jour on découvre la supercherie cocologiste.

Lorsque touché par la grâce divine on fait machine arrière et on parle de la "VRAIE VIE" je suis incité à penser aux "VRAIS IMPOSTEURS" et là nous n'avons pas de pénurie à craindre.
Nous vivons sous le régime du mensonge et de l'imposture permanents.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12541
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mer 31 Déc 2014, 00:05

Concernant les feux de cheminée, il ne faut pas prendre les citoyens que pour des idiots, ce n'est pas une mais deux ministres qui ont été impliqués dans ce dossier....

Si Ségolène Royal a très vite fait preuve de bon sens en annulant l'interdiction avalisée par son prédécesseur, celle-ci, Delphine Batho,  s'est elle enferrée dans des explications pour le moins fumeuses où il est question de Commission européenne, de concertation, ... quand elle a été questionnée à bon escient par un sénateur...

Pourtant la question lui avait été posée par ce sénateur le 07/02/2013 et elle n'y a répondu que le 10/04/2013 ce qui aurait du lui laisser le temps de préparer son intervention et de valider ses sources...


Déjà cité...

Sénat a écrit:
Question orale sans débat n° 0328S de M. Alain Gournac (Yvelines - UMP)
publiée dans le JO Sénat du 07/02/2013 - page 371

M. Alain Gournac attire l'attention de Mme la ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie sur la décision qui pourrait être prise d'interdire à partir de 2015 les feux de cheminée à foyer ouvert en Île-de-France. La raison serait, paraît-il, d'ordre médical et la mesure d'ordre sanitaire, la combustion du bois étant à l'origine de particules fines responsables de nombreux troubles respiratoires et d'allergies.
Qui peut croire à la dangerosité de la flambée ? Les Français sont inquiets. Devant l'aberration d'une mesure qui discrédite ceux qui la prennent, ils se demandent qui décide quoi dans notre pays ou plus exactement quel obscur fonctionnaire s'est fait approcher et par quel lobby pour qu'une telle mesure puisse être envisagée. La santé publique a bon dos. Qu'est devenu le peuple souverain pour qu'il puisse se voir imposer une chose aussi étrange dans une période où l'urgence est ailleurs ? Dans quel monde vivons-nous ? Finies les soirées au coin du feu ! Auront-elles lieu désormais à côté du radiateur électrique ?
Aussi il lui demande de bien vouloir préciser aux Français ce qu'il en est exactement de cette décision.



Réponse du Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie
publiée dans le JO Sénat du 10/04/2013 - page 2968

M. Alain Gournac. Madame la ministre, un bruit, qui n'était pas celui d'une bûche dans l'âtre, est parvenu à mes oreilles, un bruit selon lequel il serait désormais interdit aux Français de faire ce que mon père appelait une « flambée », autour de laquelle la famille se retrouvait...

J'observe un vif émoi chez les Franciliens, je rencontre des habitants du Pecq, ville dont je fus longtemps maire, qui m'interpellent : « Est-il vrai, monsieur le sénateur, que l'on va nous empêcher de faire des feux dans nos cheminées à partir de 2015 ? » Bien sûr, j'émets les plus grands doutes, mais je les assure que, faute d'éléments d'information précis, je me renseignerai.

Voilà pourquoi, aujourd'hui, madame la ministre, je m'adresse à vous : pour obtenir ces informations.

Croyez-moi, au moment où l'on met tous les repères par terre, beaucoup de Français, dans mon département ou ailleurs, veulent acheter une maison avec une cheminée ; et s'il n'y en a pas, la première chose qu'ils font en prenant possession de leur maison est d'en faire installer une. Alors, allez donc leur expliquer qu'ils n'auront plus le droit, à partir de 2015, de faire un feu de cheminée à « foyer ouvert », que seuls les feux de cheminée à « foyer fermé » seront autorisés !

Madame la ministre, franchement, où est le danger de la « flambée » ? Comme moi, les Français ne comprennent pas pourquoi le Gouvernement veut leur interdire ce petit plaisir qu'ils s'accordent à la saison froide ou lorsque les nuits sont encore fraîches.

En tant que modeste législateur, je me demande comment mes engagements pourront être crédibles si je dois annoncer à mes concitoyens qu'ils ne pourront plus faire de feux de cheminée et que la famille devra désormais se rassembler autour du radiateur électrique ! (Sourires.) Cela me paraît aberrant !

Bien sûr, je souhaite que la santé publique soit préservée. Mais croyez-vous vraiment que les particules qui s'échappent d'une cheminée nuisent de manière si décisive à notre santé ?

Enfin, cette interdiction a été décidée en catimini, sans aucune publicité ; je lis toute sorte de documents, et je n'en ai trouvé trace nulle part. Ce n'est pas correct ! Il faut respecter les Français !

Madame la ministre, je sais que vous êtes très attentive à tout cela. Par conséquent, j'écouterai votre réponse avec beaucoup d'intérêt.




M. le président. La parole est à Mme la ministre.

Mme Delphine Batho, ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie. Monsieur le sénateur, je veux vous répondre de la façon la plus franche.

Bien sûr, tout le monde apprécie un feu de bois dans la cheminée, mais il se trouve que 60 % de la population de notre pays est exposée à une qualité de l'air dégradée, dont les effets sur la santé sont désormais avérés : irritations, allergies, asthme, insuffisances respiratoires graves, maladies cardio-vasculaires, accidents vasculaires cérébraux, cancers...

Selon une étude de la Commission européenne, la pollution par les particules serait à l'origine d'environ 42 000 décès prématurés par an en France.

En outre, notre pays accuse un retard important dans le respect de la directive européenne sur la qualité de l'air de 1996. Nous sommes sous la menace d'une condamnation lourde de la Commission européenne.

C'est un fait : les vieux appareils de chauffage au bois et les foyers ouverts sont fortement émetteurs de particules. Les flambées dans les foyers ouverts représentent ainsi 27 % des émissions de particules dans l'air en Île-de-France.

Il y a là des leviers importants pour réduire significativement ces émissions, sans perte de confort. Je rappelle qu'un foyer ouvert émet six à huit fois plus de particules qu'un foyer fermé à l'aide d'un insert. Une chaudière à bois émet jusqu'à quinze fois moins de particules qu'une cheminée ouverte.

Voilà pourquoi les services de l'État en charge de l'élaboration du plan de protection de l'atmosphère pour l'Île-de-France ont proposé, après concertation - car il y a eu concertation, monsieur le sénateur -, des mesures visant à limiter les émissions de particules dues aux équipements de combustion individuels du bois. Ce plan, approuvé par arrêté interpréfectoral le 25 mars 2013, prévoit ainsi l'interdiction totale de l'utilisation des foyers ouverts à compter du 1er janvier 2015 en zone sensible.

Je vous signale que le préfet de région d'Île-de-France avait déjà interdit, en 2007, l'utilisation des foyers ouverts, sauf pour l'appoint et l'agrément.

À Paris, la combustion du bois sera totalement interdite, sauf dérogation par arrêté préfectoral. Dans la zone sensible, hors Paris, seront autorisées les cheminées à foyer fermé par un insert ou un poêle performant, c'est-à-dire doté d'un bon rendement énergétique, ce que l'on appelle « qualité flamme verte ».

Le remplacement des équipements de plus de quinze ans par des installations performantes sera recommandé et encouragé.

J'ajoute que ces mesures ont été discutées dans le cadre du Conseil national de l'air et ont fait l'objet d'une ample concertation avec l'ensemble des associations et des partenaires de la politique de l'État en matière d'amélioration de la qualité de l'air.




M. le président. La parole est à M. Alain Gournac.

M. Alain Gournac. Madame la ministre, j'apprécie votre franchise. Cette qualité est importante pour répondre à ce genre de questions.

Pourriez-vous demander à vos services de rédiger une brève note pour expliquer cela à mes Alpicois et aux habitants de nos campagnes des Yvelines. Sinon, ils vont se dire que leur sénateur est fou ! (Sourires.)

Bien sûr, il va falloir aussi mettre en place une police des foyers ouverts, chargée de surveiller les toits et de vérifier que la fumée sortant des cheminées est bien verte ! (Sourires.)

Moi, madame la ministre, je proteste !

Je ne conteste pas du tout la nécessité de protéger la santé de nos concitoyens, mais sincèrement il est aussi important de pouvoir se retrouver en famille, que ce soit à la campagne ou près de Paris, autour d'une flambée. Dans la famille Gournac, c'était comme ça ! Et ce n'est pas vraiment pour se chauffer qu'on fait un feu dans la cheminée, d'autant que, la plupart du temps, l'habitation possède un vrai système de chauffage !

Décidément, je trouve tout à fait déplaisante cette idée de supprimer le droit de faire du feu dans la cheminée. On ne peut pas continuer à revenir ainsi sur tous nos repères, notre mode de vie. Après s'en être pris au camembert au lait cru, qui ne présentait pas, paraît-il, toutes les garanties d'hygiène, voilà qu'on s'en prend aux bûches qui flambent dans les cheminées ! Les Français perdent pied et ne croient plus du tout que les politiques soient capables de prendre les bonnes décisions.

Madame la ministre, je sens que vous brûlez d'envie de répondre à ma réponse, mais je ne suis pas sûr, monsieur le président, que notre règlement le permette... (Sourires.)




M. le président. Madame la ministre, si vous le souhaitez, je peux vous redonner la parole, pour un retour de flamme ! (Nouveaux sourires.)

Mme Delphine Batho, ministre. Je ne veux pas déroger au règlement du Sénat, mais puisque vous m'y autorisez, monsieur le président...

Je comprends parfaitement ce que vous dites, monsieur le sénateur, mais nombre d'habitants de l'Île-de-France sont préoccupés par les problèmes de pollution, notamment par les bronchiolites des enfants. Il faut donc faire un véritable travail de pédagogie sur cette question.

Grâce à cette mesure, les émissions de particules du secteur résidentiel pourraient être très sensiblement réduites. Il s'agit donc d'une mesure efficace.

Si elle ne doit entrer en application qu'en 2015 et non en 2013, c'est précisément pour nous laisser le temps de fournir des explications et de mettre en œuvre des mesures d'accompagnement. Ainsi, le remplacement d'un foyer ouvert par un foyer fermé de même que les évolutions que j'ai évoquées concernant les poêles à bois seront éligibles au crédit d'impôt développement durable.
Source: http://www.senat.fr/questions/base/2013/qSEQ13020328S.html
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mer 31 Déc 2014, 01:50

Pour qui veut consulter la composition du soit disant giec local, c'est ici  flower  elephant  king
http://www.airparif.asso.fr/_pdf/reglement-interieur-airparif.pdf

des grands hommes en baudruche... cheers alien cat

donnant tout son sens à ...

Lorsque l'on parle de la "VRAIE VIE" je suis incité à penser aux "VRAIS IMPOSTEURS" et là nous n'avons pas de pénurie à craindre. lol!

ou usines à gaz expertes auto proclamées scientifiques What a Face clown pirat tongue
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14524
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mer 31 Déc 2014, 02:11

et tous ces gens ont été désavoués par "Ségo la bravitude"... toute seule comme une grande.
Que penser ? que Ségo ne respecte rien ni personne ou que cette brillante troupe a fait n'importe quoi ?

Dans un cas comme dans l'autre des gens sensés, électeurs contribuables de surcroit, sont en droit de se demander par qui et comment ils sont gouvernés.

Ou il fallait interdire les feux de bois et alors pourquoi Ségo annule t elle l'interdiction ? ou l'interdiction était justifiée et pourquoi l'avoir annulée... dans un cas de figure comme dans l'autre c'est stupide !

Je dis stupide, je n'ai pas dit socialo cocologiste, entendons nous bien, pas de procès !

Si sarko avait fait la même nous en parlerions encore 10 ans après...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mer 31 Déc 2014, 02:26

Dans la liste des membres, outre les préfets on notera les représentants des automobilistes, de la Ratp et de Aéroport de Paris... de là à ce que cette brillante troupe ait fait n'importe quoi en délibérant, qui sait?

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14524
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mer 31 Déc 2014, 03:15

Devise des écolos :





Le réponse est à l'image de la tournure que prend le débat !
Revenir en haut Aller en bas
 
L'évolution du climat en question : il est temps d'agir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 15Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10 ... 15  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'évolution du climat en question : il est temps d'agir
» Les OGM, une seconde Révolution Verte. Sera-t-elle aussi meurtrière ?
» question sur les cases du relevé 24
» Une future maman a une question a 100$ pour la CSQ
» Une question pour vos enfants

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Les faits de société. Débats. Sondages.-
Sauter vers: