Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 L'évolution du climat en question : il est temps d'agir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 10, 11, 12, 13, 14  Suivant
AuteurMessage
Libellule

avatar

Messages : 14440
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Jeu 18 Sep 2014, 00:26

Rappel du premier message :



De Rio à Djakarta, de New-York à Paris, la Marche pour le Climat programmée le 21 septembre prochain, réunissant des centaines de milliers de personnes à travers le monde, lance une série de grandes mobilisations en vue de l’échéance majeure que représente la COP 21 à Paris en décembre 2015.

Nous devons peser sur les négociations qui devront impérativement parvenir à un accord ambitieux sur la réduction des gaz à effet de serre. Montée des eaux, réfugiés climatiques, accroissement des phénomènes naturels extrêmes… le réchauffement climatique ne concerne pas que les générations futures, il a d’ores et déjà des conséquences dramatiques sur notre quotidien !

Heureusement, l’écologie apporte des solutions : engager la transition énergétique pour créer des emplois, produire une énergie saine et renouvelable, développer des modes de transports plus doux, mieux se loger tout en réduisant sa facture d’électricité… Nous pouvons protéger la planète tout en améliorant notre qualité de vie.

Les écologistes s’y engagent au sein des institutions, dans les territoires et auprès des populations. Débat parlementaire sur la transition énergétique, plans de rénovation des bâtiments dans les collectivités locales, soutien des initiatives citoyennes pour développer les énergies renouvelables sont quelques exemples des nombreuses actions mises en œuvre et qui montrent d’ores et déjà des résultats.

En tant que pays hôte de la conférence-climat, la France doit montrer l’exemple en matière d’excellence environnementale et de mise en œuvre de politiques publiques climatiques.

Le dérèglement climatique nous concerne toutes et tous.

Alors mobilisons-nous !

Agir pour le climat, c’est améliorer notre qualité de vie :

-En créant des emplois par la transition écologique, les énergies renouvelables, l’agriculture paysanne et la rénovation thermique des bâtiments

-En nous déplaçant mieux dans des transports plus doux, agréables et non polluants

-En réduisant les factures énergétiques grâce à une meilleure isolation des bâtiments

- En finir avec l’énergie nucléaire, nocive pour l’homme et pour l’environnement, pour passer à une énergie saine et renouvelable

-En améliorant notre alimentation avec des produits locaux et de qualité.


Toutes les informations sur la Marche pour le Climat ici http://peoplesclimate.org/paris/

En savoir plus sur le Sommet Mondial sur le Climat du 23 septembre http://www.un.org/climatechange/summit/fr/a-propos/ »


PARIS MARCHE POUR LE CLIMAT

Rendez-vous dimanche 21 septembre, à 14h Place de la République

Deux jours avant le sommet historique des Nations unies sur le changement climatique, des millions de citoyens se mobilisent partout dans le monde afin de demander des mesures ambitieuses sur le climat.

De New York à Berlin, de Bogota à New Delhi, de Paris à Melbourne ainsi que dans des milliers d’autres villes, nous serons des millions à faire entendre nos voix pour rappeler aux chefs d’Etats que la question climatique est universelle, urgente et que d’elle dépendent les écosystèmes et le destin des hommes.

Les dirigeants ont une responsabilité sur le changement climatique, à travers la gestion de l’économie, des ressources et des énergies. Exigeons un monde plus juste, un air respirable et une eau potable pour tous, une économie respectueuse de la planète et des générations futures.

Ce sommet aura toute l’attention des médias et ils n’auront d’autre choix que de parler de la Marche pour le climat, le plus grand rassemblement citoyen jamais organisé sur l’enjeu climatique. En France, cette mobilisation sera encore plus déterminante pour rappeler à notre gouvernement son rôle-clé pour le succès de la Conférence Climat qui aura lieu à Paris en 2015.

Il est temps de changer le cours des choses. Pour tout changer, il faut tout le monde ! Rejoignez la Marche pour le Climat.

La marche sera suivie d’un rassemblement sur la Place de l’Hôtel de Ville et d’un concert du chanteur Patrice. Des personnalités viendront également sur scène partager leur engagement.

Apportez vos tambours et habits verts, et rejoignez la lutte mondiale contre le changement climatique ! De nombreuses activités seront organisées en marge de la Marche pour le Climat, consultez le programme en septembre sur ce site.

Organisations ayant rejoint la marche à Paris:

Action Contre la Faim, Agir pour l’environnement, Amazon Watch, Art of Change 21, AVAAZ, Blue Energy, CARE France, CCFD – Terre Solidaire, Centre d’information sur l’environnement et d’action pour la Santé,Chrétiens unis pour la Terre, Climates, Comité 21, Coordination Sud, Fédération Protestante de France, Fondation France Libertés, Fondation Nicolas Hulot, France Nature Environnement, GERES, Greencross France, Greenpeace France, Greenraid, Jeûne pour le Climat, Koom, La Ruche, Les engraineurs, Mouvement Colibris, Mouvement de la Paix, Mouvement Générations Cobayes, Oxfam France, Planète Amazone, Plateforme Océans et Climat, Pari Roller, REFEDD, Réseau Action Climat, Secours Catholique – Caritas France, Sherpa, Singa, Sum of Us, Surfrider Foundation Europe, URD Groupe, Vélorution Paris Ile-de-France, Vignerons Franciliens Réunis, WWF France, Youth Diplomacy, 350, 4D.

Avec le soutien de:

Europe Écologie Les Verts, Jeunes écologistes, Mouvement des Jeunes Socialistes, Nouvelle Donne, Parti de Gauche
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
tonton christobal



Messages : 14090
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Jeu 02 Juil 2015, 21:27

Libellule a écrit:
D'autres que moi ont peut être voté contre  ou se sont abstenus à cause des abus langagiers de cette personne, ce qui peut être compris, bien entendu. J'ai voté pour un principe plus général. Il n'y avait pas de consigne de vote sur ce point, j'ai donc voté vous l'avez bien compris en mon âme et conscience, comme expliqué plus haut. Aucun des 45 membres du CM ne peut être inutilement diffamé. Aucun forumeur ne peut se croite autorisé à fournir des hypothèses dont le caractère peut être diffament. Tout me semble en voie de régularisation depuis même si il y a encore quelques soubresauts d'amour propre ici ou là.


Pour qu'il y ait diffamation faut il encore que des gens soient condamnés pour avoir commis cette infraction.

Alors que nous avons un gugusse qui accroche la tête de son employeur sur une clôture et tente de faire exploser une usine on prend des précautions pour le désigner comme assassin... et nous avons des mis en cause supposés coupables de diffamation sur un forum qui ne sont à ce jour condamnés par aucune autorité judiciaire.

Un mot, un seul BRAVO...

et tout ça aux frais des électeurs contribuables...


Dernière édition par tonton christobal le Jeu 02 Juil 2015, 21:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14440
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Jeu 02 Juil 2015, 21:30

Prévenir un risque, ne veut pas dire in fine que le risque va se concrétiser, la justice ayant totale liberté de l'évaluer. Aucune précaution n'est à prendre pour qualifier un acte odieux, quand cet acte barbare et abject vient heurter les consciences.

Pour ce qui est du sujet de ce fil, nous sommes confrontés à la simultanéité des situations : il faut parler des risques latents, mais il est possible qu'ils ne se produisent pas ; néanmoins la nature fait son oeuvre et l'on peut compter et parfois même identifier les conséquences du dérèglement climatique en nombre de morts, de victimes, de naufragés, ou de personnes se retrouvant sans abri. Il n'y a a priori rien d'abject dans les dégâts constatés, mais leur importance doit nous interpeller aussi, sans répit particulier.


Dernière édition par Libellule le Jeu 02 Juil 2015, 21:38, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14090
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Jeu 02 Juil 2015, 21:33

Effectivement la prise de risque ne semble importante... dans l'affaire locale s'entend... risque pour les finances des électeurs bien sur.

Vu les précédents en matière de débats juridiques je m'attends à une anthologie en matière de stupidités.
Revenir en haut Aller en bas
Maya L 'Abeille

avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 07/05/2015

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Dim 05 Juil 2015, 02:03

Libellule a écrit:
Merci de m' avoir lu et à bientôt donc dans d' autres circonstances.

Nous nous sommes déjà croisés Libellule. Mais un abîme nous sépare. Vous parlez, parlez, parlez et ressortez les idées des autres. J'agis. Selon mes convictions.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14440
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Dim 05 Juil 2015, 02:17

Sad Sad Sad
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12316
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mer 08 Juil 2015, 23:51

Le Monde a écrit:
Interdiction des feux de cheminée : Royal veut « faire changer cette décision » en Ile-de-France

Le Monde.fr avec AFP | 09.12.2014 à 08h29 • Mis à jour le 09.12.2014 à 09h12

L'interdiction des feux de cheminée en Ile-de-France est « excessive », a estimé, mardi 9 décembre, Ségolène Royal, qui a annoncé sur France 2 son intention de revenir sur l'arrêté préfectoral prévoyant de les interdire à compter du 1er janvier.
---/---
Source: http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/12/09/segolene-royale-veut-revenir-sur-l-interdiction-des-feux-de-cheminees_4536996_3244.html#JoajKzV1opY2URQm.99



Les clowns sont de nouveau en piste, le spectacle de cirque va pouvoir reprendre...


http://www.leparisien.fr a écrit:
Interdiction des feux de cheminée : Ségolène Royal désavouée

Saisi par une association, le tribunal de Paris vient d'annuler l'arrêté qui revenait sur cette interdiction.
Frédéric Mouchon | 08 Juil. 2015, 06h50 | MAJ : 08 Juil. 2015, 06h50

« Une mesure un peu ridicule. » Par cette formule lapidaire, Ségolène Royal enterrait en décembre la décision préfectorale qui prévoyait d'interdire les feux de cheminée en Ile-de-France à partir du 1er janvier 2015 pour lutter contre les particules fines.

Saisi par l'association Ecologie sans frontière (ESF), le tribunal administratif de Paris vient de désavouer la ministre de l'Ecologie en annulant l'arrêté interpréfectoral pris le 21 janvier qui revenait précisément sur cette interdiction.

« On revient de fait à l'arrêté antipollution antérieur qui prévoyait bien de les interdire », décrypte l'avocat d'ESF, François Lafforgue. Sauf que la ministre de l'Ecologie a annoncé hier en substance qu'elle ne ferait pas machine arrière.

Le préfet avait prévu initialement de bannir les flambées dans les cheminées à foyer ouvert à Paris et dans 435 communes. Cent vingt mille logements étaient concernés par cette mesure soutenue en décembre... par les propres services de Ségolène Royal. La direction régionale de l'environnement estimait ainsi que le « chauffage au bois contribue à hauteur de 23 % des émissions de particules fines » en région parisienne. Mais la ministre, peu adepte de « l'écologie punitive », jugeait que cela affecterait « de nombreux Franciliens utilisant leur cheminée en appoint pour se chauffer ».




Une nouvelle plainte contre X contre la pollution de l'air

« Le tribunal souligne que le plan de protection de l'atmosphère prévoyait bien l'interdiction des feux de cheminée pour lutter contre les particules fines et que revenir sur cette interdiction est contraire aux objectifs de ce plan », analyse François Lafforgue. Le cabinet de Ségolène Royal explique que « la ministre prend acte de la décision du tribunal », mais qu'elle « a demandé au préfet de région de réviser le plan de protection de l'atmosphère sur ce point ». « Le préfet est en train d'engager la procédure pour que ce soit effectif avant l'hiver », ajoute-t-on au cabinet de Ségolène Royal. Autrement dit, les Parisiens ne devraient pas être privés de flambée à Noël.

« Suppression de l'écotaxe, refus de la circulation alternée lors des pics de pollution, réintroduction de l'autorisation des feux de cheminée, remplacement des trains régionaux par des cars... la politique du gouvernement, au nom du refus de l'écologie punitive, consiste en un recul général de la défense de l'environnement », dénonce le porte-parole d'ESF, Franck Laval. « Déterminée à engager tous les moyens pour que de vraies mesures antipollution soient prises », l'association déposera ce midi au tribunal de grande instance de Paris une nouvelle plainte contre X pour pollution de l'air.
Source: http://www.leparisien.fr/environnement/interdiction-des-feux-de-cheminee-segolene-royal-desavouee-08-07-2015-4928293.php

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14090
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Jeu 09 Juil 2015, 00:06

Pendant ce temps les teutons qui ferment leurs centrales atomiques nous ouvrent les centrales à charbon et on commence à comprendre que la pollution en France provient de l'étranger...

Vive l'écologie !
Revenir en haut Aller en bas
Maya L 'Abeille

avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 07/05/2015

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Jeu 09 Juil 2015, 02:44

Pauvre Ségo, frappée de désavouétude alors qu'elle n'avait pas encore inventé le mot! Trop dur!
En même temps une ministre de l'écologie, du dev dur et de l'énergie qui se fiche autant de l'environnement, normal qu'elle se soit brûlée les ailes ... qu'elle retourne mesurer la longueur des jupes de ses collaboratrices pendant ce temps elle ne commet pas de ségolèneries ....
Cette femme est plus nuisible à la planète que le Gaucho, on devrait l'interdire elle aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14440
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Jeu 09 Juil 2015, 08:50

On peut aussi pour faire genre parler de climaltitude. Sad

Reste que la canicule actuelle va laisser des traces côté glaciers.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/la-canicule-symbole-du-rechauffement-climatique-7779035751
Mais cela fait moins le buzz qu'une beaufitude autour de Sego. Sad
Revenir en haut Aller en bas
Maya L 'Abeille

avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 07/05/2015

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Jeu 09 Juil 2015, 19:13

Libellule a écrit:

Reste que la canicule actuelle va laisser des traces côté glaciers.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/la-canicule-symbole-du-rechauffement-climatique-7779035751
Mais cela fait moins le buzz qu'une beaufitude autour de Sego. Sad

J'ai pour ma part la faiblesse de croire, en toute chose, que mieux vaut agir que palabrer ...
En l'espèce mieux vaut palabrer sur Sego et agir pour la préservation de carottes de glaciers que le contraire ...
D'ailleurs qui penserait un seul instant (à part son "ex" qui ne l'est plus vraiment à en croire certain ...) à mettre Sego dans une arche de noë, sauf à lui prévoir d'autres espèces nuisibles comme compagnons (scorpions, anacondas, mygales ...) et à avoir au préalable pris la précaution de saboter la cale .... (bien sûr encore une fois il s'agit d'une métaphore, je ne souhaite de mal à personne ... Smile)

Maintenant sur le fond (évolution climatique), le thriller "La théorie Gaïa" de Maxime Chattam débute ainsi par des faits : "En 2007, la Fédération internationale de la Croix Rouge révélait que le nombre des catastrophes naturelles avait bondi de 60% en dix ans. Sur la période 1997-2006, il a été recensé 6806 désastres, contre 4241 pour la décennie 1987-1996. Le nombre de morts a doublé, atteignant près d'un million deux cent mille victimes.
Tout porte à croire que le phénomène est exponentiel.
Le pire reste donc à venir"


Dernière édition par Maya L 'Abeille le Jeu 09 Juil 2015, 19:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maya L 'Abeille

avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 07/05/2015

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Jeu 09 Juil 2015, 19:39

Spring a écrit:
Vous êtes dans l'erreur Maya, car, comme le disent nos éminents EELV-élus locaux, il n'y as pas de nuisibles dans la nature.

Smile
çà doit être la raison pour laquelle on laisse proliférer les rats à Fontenay ...
Pourtant j'en connais beaucoup ... (des nuisibles) Smile pas vous?
Revenir en haut Aller en bas
Maya L 'Abeille

avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 07/05/2015

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Jeu 09 Juil 2015, 21:24

Concernant le projet de l'ilôt Michelet, je ne sais pas si vous avez suivi les débats concernant les toitures végétalisées ou ....non .. pour ... contre ... etc ... moi oui. Je suis tombée en autre sur le blog de Michel Tabanou qui en parle dans son charabia habituel, à lire pour vous rendre compte http://www.michel-tabanou.net/2015/07/les-murs-et-toitures-vegetalises-ou-l-effort-pour-transporter-la-terre.html et sur le blog de Gildas Lecoq, qui lui répond et commente : http://gildaslecoq.blogspot.fr/2015/07/portrait-michel-tabanou-ou-le-coup.html
Gildas Lecoq a écrit:
Portrait : Michel Tabanou ou le coup d'éclat permanent !
Michel Tabanou, adjoint au Maire est élu socialiste, mais pas complètement, puisqu'il n'est plus membre de ce parti. Michel Tabanou anime un blog que certains qualifient de nécessaire pour la démocratie locale et que d'autres, comme moi, aime lire régulièrement car cela me détend, m'amuse et parfois me fait rire quand il ne me navre pas. Je suis parfois la cible de ses colères et de ses amalgames. Bref Michel Tabanou, c’est Michel Tabanou, un élu atypique un personnage local.

Si la majorité municipale aime me caricaturer quand j'interviens sur des sujets importants localement, Michel Tabanou n’a certainement pas besoin de moi pour le faire, tellement ses interventions sur la blogosphère sont des caricatures à elles toutes seules ! Ah oui, précision, Michel Tabanou n’écrit pas sur son blog, il s’insurge, se met en colère, copie-colle des informations, parfois, et rédige des pamphlets. Il faut savoir que notre « Stéphane Hessel local » ne sait que s'indigner quand il blogue et d'ailleurs même quand il parle... Car Michel Tabanou juge souvent et quand il ne juge pas les autres il semble persister à préférer attaquer en diffamation, aux frais, non pas de la princesse, mais du contribuable (grâce à la protection fonctionnelle que ses amis élus de la majorité ont voté), les citoyens qui ont le malheur, eux, de s'interroger maladroitement sur ce qu'il fait réellement. Mais c'est une autre histoire que j'espère bientôt classée !

Conseil municipal Fontenay intervention sur... par GLECOQ

Pour avoir été plus d’une fois sa cible préférée j’ose lui consacrer à mon tour un article entier au sujet d’une de ses dernières publications. Je sais qu'il saura y reconnaître un hommage très personnel de ma part ;-)

Dans sa dernière publication, en effet, l'élu indigné et justicier local a voulu nous démontrer les bienfaits des murs et toitures végétalisés. Comme à son habitude, le style est confus, les notions vagues et la réflexion improbable quand elle n’est pas totalement absconse… L’écologie et le développement durable sont des sujets trop sérieux pour laisser croire par l'indignation et la colère de Michel Tabanou que seule notre ultra-gauche locale s’en occupe. On peut coucher des mots sur un blog ça ne veut en rien dire qu’on fait réellement de l’écologie. A mon tour donc de lui répondre.

Dans son article, Michel Tabanou commence par nous parler du projet de l’ilôt Michelet, nous donnant en vrac des informations qui n’ont absolument rien à voir avec son sujet, puis parle des toitures et murs végétalisés en général pour en arriver à son sujet d’indignation : « Je n'y prêtais qu'une oreille peu attentive jusqu'au moment il a été dit que " transporter " de la terre avait un coup. ». Donc là on se demande de quoi il parle : « un coup de quoi ? », mais heureusement on comprend mieux avec la bonne orthographe un peu plus loin « C'est aussi la caricature d'une mauvaise approche de la question environnementale prise sous l'angle d'un facteur aggravant des coûts de financement. » Nous voici rassurés pas de coups mais bien une indignation sur la prise en compte des coûts financiers du projet, cet aspect bassement matériel semble lui paraître déplacé … Nous noterons que Michel Tabanou est décidément généreux avec l’argent des autres… Je te rappelle ami lecteur que Michel Tabanou milite pour la création d’un théâtre estimé à 10 Millions d’euros dans une ville déjà endettée à hauteur de 104 Millions d’euros.
Donc indignations, gesticulations et retour aux avantages des toitures végétalisées (on a perdu les murs en route dans son argumentation révolutionnaire), sur des arguments réels à la base mais largement exagérés par notre ami Michel sans doute lui-même dérouté par sa propre colère… puis vient le tour dans le plus grand désordre de placer dans son article les cibles HQE, porte ouverte à dire n’importe quoi mais qui "sonne riche" dans sa compréhension du sujet et qui donne une posture concrète à son désir d’écologie pragmatique : un exemple « Cible 10 : confort visuel. La présence de végétalisation [moi j’aurais dit végétation] dans nos vies [comme c’est mignon !] procure un confort visuel. » Intrigué, je me demande en quoi un toit végétalisé SUR un immeuble collectif de 5 étages me procure un confort visuel… Mais surtout, ce que notre picaresque ami oublie c’est qu’un toit végétalisé sur un immeuble collectif coûte 5 fois plus cher qu’un toit classique, impose des structures très chères à l’immeuble soumis à des normes très contraignantes (pour pouvoir supporter un surpoids de plus de 600 kg/m2 soit 4 fois plus qu’un toit classique…), exclut les panneaux solaires thermiques et photovoltaïques et impose par-dessus tout de mettre en place un système d’irrigation et de drainage très impactant en termes de consommation d’énergie et d’eau … à cela s’ajoute effectivement des coûts très élevés de transport de terre.
Michel Tabanou ne se soucie pas des aspects financiers liés au transport et à la manipulation de tonnes de terre. Peut-être entendra-t-il les arguments concernant le climat car si, comme il l’écrit, dans un style très personnel, sans doute, une fois encore, dû à cette colère durable qui gronde en lui, « La  végétalisation participe également de la régulation du dérèglement climatique dans nos villes », une toiture végétalisée… impacte aussi le climat par son bilan carbone auquel s’ajoute l’entretien quotidien des végétaux. Soit dit en passant je vous invite à relire à voix haute cette dernière citation : « La  végétalisation participe également de la régulation du dérèglement climatique dans nos villes ». Dit de cette façon l’auteur donne l’impression que la végétalisation « régule le dérèglement » donc l’organise, structure le dérèglement, alors qu’en toute logique il devrait vouloir dire le contraire !
Car ce que Michel Tabanou ignore peut être c’est qu’une toiture végétalisée comporte de très nombreuses couches de matériaux :


- La structure portante
- Le pare – vapeur
- L’Isolant thermique
- La membrane ou couche d’étanchéité
- La couche draînante et de filtration
- La couche filtrante
- Le substrat
- La couche végétale

Je vous épargne bien sûr en sus l’ensemble des normes exigées pour ce type de construction, leurs contraintes et leurs surcoûts … ainsi que les contraintes techniques d'inclinaison de la pente etc ...

Loin de moi l’idée de minimiser les avantages écologiques d’une toiture végétalisée (il en faut) mais force est de constater qu’avant de s’insurger et de dénigrer systématiquement tout, envers et contre tous et de donner des coups de poing sur la table des négociations, Michel Tabanou, notre élu indigné de tout, devrait évaluer la mesure de ses propos par une approche holistique de la question environnementale en pensant qu’il n’est pas imaginable de construire un projet viable sans se soucier des coûts … ni des impacts … environnementaux ! On ne peut lui en vouloir : à Fontenay-sous-Bois la politique environnementale est comme l’ensemble, dogmatique et complètement déconnectée de la réalité et parfois même de la compréhension de ceux qui la développent. Pour notre part nous souhaitons que notre ville avance encore plus vite dans ce domaine mais de façon pragmatique et raisonnée, c’est le meilleur moyen d’avancer efficacement pour le plus grand bien du plus grand nombre. Bonnes vacances Michel Tabanou, à qui je devais bien cet hommage appuyé tant ai-je été votre cible durant 3 ans ;-)

Je vous invite à lire les deux blogs. Sans commentaire...


Dernière édition par Maya L 'Abeille le Jeu 09 Juil 2015, 22:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Jeu 09 Juil 2015, 21:26

Pour ce qui est de l' écologie bon marché une lecture passionnante :
http://www.michel-tabanou.net/2015/07/l-appel-de-fontenay-glisse-sur-les-mauvaises-herbes.html

Tous à la binette plus efficace, moins dispendieuse, et plus écolo
Revenir en haut Aller en bas
Maya L 'Abeille

avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 07/05/2015

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Jeu 09 Juil 2015, 21:35

Oui je l'ai lu aussi Smile c'est dans le même style confus et abracadabrant, pensant épingler Murielle Michon, il se ridiculise encore une fois ... et j'ai appris que dans les rues "moins fréquentées" la ville prévoyait de laisser pousser les mauvaises herbes ... heureusement pour me remonter le moral, j'ai lu l'article de Gildas Lecoq sur le même thème ... c'est plus construit et productif ...http://gildaslecoq.blogspot.fr/2015/07/histoire-de-fous-de-bien-mauvaises.html
Gildas Lecoq a écrit:
Histoire de fous : De bien mauvaises herbes...

C’est amusant ! Je préfère débuter cet article ainsi, plutôt que d’écrire une fois encore combien il est pitoyable de voir la mairie de Fontenay mettre autant d’empressement à ne rien faire ! Aujourd’hui j’ai souhaité vous parler des fameuses « mauvaises herbes » qui jonchent désormais l’ensemble de nos rues. En effet, dans le magazine municipal de l’été, un article leur est consacré, enfin seulement à celles qui jonchent notre cimetière. Une belle photo, et un scoop : le maire va nous donner son sentiment. Résultat : on nous annonce une étude sur l’utilisation de produits non polluants pour la rentrée ! Reprenons le sujet depuis le début, pour celles et ceux qui n’auraient pas suivi.


1ère étape. Depuis quelques mois, la ville de Fontenay a pris la sage décision de supprimer l’utilisation des produits phytosanitaires et autres pesticides précédemment utilisés pour désherber nos rues ainsi que les allées du cimetière. Décision environnementale importante car, en plus d’être dangereux pour notre environnement, ces produits l’étaient aussi pour ceux qui les utilisaient, à savoir les agents communaux des espaces verts. Notre groupe avait voté favorablement cette décision.

2e étape. Devant la prolifération de mauvaises herbes dans nos rues, nous avions alors demandé à la municipalité pourquoi nos agents, libérés de l’utilisation de ces pesticides, n’utilisaient pas de  binettes  pour retirer ces mauvaises herbes. La réponse qui nous fut donnée nous laisse encore songeurs, mais je me dois de vous la livrer : « La trop grande utilisation répétée de binettes risquait de faire apparaître un très fort nombre de TMS au sein du personnel communal. ( TMS : Troubles musculo-squelettiques ). Alors plutôt que de former le personnel à la bonne utilisation de la binette, plutôt que d’acheter un matériel prévenant ce risque, la mairie avait pris la décision de laisser pousser ces « mauvaises herbes ». Enfin à Fontenay quand on ne veut pas appeler un chat un chat, ou un communiste un communiste, on trouve une appellation plus sympathique, ou plus effrayante, ça dépend de l’ambiance. « Un communiste » devient « une force de progrès », la « maîtrise de la dépense publique » devient « l’austérité », les « mauvaises herbes » deviennent de bucoliques « herbes folles » ! On ne rêve pas.


3e étape. Aujourd’hui, chacun s’accorde à reconnaître l’inesthétisme de ces « mauvaises herbes » dont certaines, comme la pariétaire, sont fortement allergisantes, la dangerosité de ces plantes qui jonchent nos trottoirs et parfois masquent la visibilité des tout-petits devant les passages piétons. Et même s’il est apparemment politiquement correct de dire, comme le font les élus de la majorité, que ces « mauvaises herbes » participent à la biodiversité et qu'il n'est donc pas forcément judicieux de les arracher... Il convient d’arrêter de palabrer, de s’interroger et surtout d’agir.

Mais, car il y a un mais, nous sommes à Fontenay ! Dans cette ville on aime prendre son temps, et surtout consacrer de l’argent à des études. Pourtant il n’y a pas 36 solutions, mais parce que nous avons réfléchi sur ce dossier depuis de nombreuses années, nous allons vous en donner quelques unes, avec le secret espoir que, comme vous le faites régulièrement, Monsieur le Maire,  vous les repreniez à votre compte. Là, je fais référence à la gratuité du concert de la Madelon, qui n’a jamais figuré dans votre programme, mais bien dans le nôtre, et aussi à la mise en place d’un arrêté de fermeture de commerces le soir quand cela participe au trouble public de certains quartiers (ce que la majorité municipale pensait impossible à mettre en œuvre quand nous l’avions proposé durant la campagne électorale)… Mais revenons à ces satanées « mauvaises herbes ».

Un constat tout d’abord : Pour que les mauvaises herbes ne sortent pas de terre, il faudrait déjà que l’état général de la voirie ou des allées du cimetière ne laisse pas d’interstices suffisamment grands pour que les plantes y passent.


Règle n°1 : Entretenir convenablement et régulièrement l’espace public réduit fortement l’émergence de nouvelles mauvaises herbes.

Solutions :
- Passer régulièrement nettoyer les rues et les trottoirs empêchent les herbes de pousser. Dès lors, l’usage de la binette est beaucoup moins traumatisant pour les utilisateurs. L’huile de coude ne pollue pas.

- Mettre en place des " Opérations coups de balai - propreté " où les services municipaux de la voirie et des espaces verts interviennent en nombre pour nettoyer totalement une rue.

- Rénover nos rues régulièrement afin d’éviter aux contribuables de payer trop souvent des interventions financées en dépenses de fonctionnement et non en investissement (soit 20% plus chères).

Règle n°2 : Trouver des solutions nouvelles. Il y en a, mais elles coutent cher (enfin, pas forcément plus que l’étude menée pour les trouver).

- Désherbage thermique : consiste à jeter de la vapeur sur ces herbes pour les faire mourir et ensuite les retirer plus facilement.

- Désherbage par la flamme : en brûlant les mauvaises herbes (attention : des hydrocarbures sur la chaussée peuvent engendrer des mauvaises surprises).

- Désherbage à l’aide de mousse biologique, mais ce travail doit être réalisé régulièrement quand il ne pleut pas plusieurs jours d’affilée !

Voilà rapidement nos recommandations pour lutter enfin contre ces herbes qui, par leur prolifération, abîment la chaussée ou les trottoirs et obligent dès lors à une réfection ponctuelle. Conséquences :

- Des rues dangereuses car bosselées et trouées, des trottoirs dangereux car… bosselés et troués aussi !

- L’utilisation régulière de goudron (avec du pétrole et des hydrocarbures polluants) pour boucher les trous très importants formés par les mauvaises herbes.

- L’utilisation plus nombreuses encore de camions polluants pour transporter le goudron.

Au final : un bilan carbone négatif et  un vrai danger pour les piétons et les deux-roues !

Oui, cet article est un peu long, mais la question des mauvaises herbes de notre ville méritait bien qu’on s’y penche et parce que notre groupe souhaite avant tout l’amélioration des conditions de vie il était important que nous formulions des propositions simples. C’est fait ! Alors maintenant, mesdames et messieurs de la majorité municipale, à l’action ! Arrêtons l'affichage pseudo-environnemental au détriment du cadre de vie durable !


Dernière édition par Maya L 'Abeille le Jeu 09 Juil 2015, 21:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14440
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Jeu 09 Juil 2015, 21:38

Climat et nuisibles

Un article qui se laisse lire
http://m.lesechos.fr/redirect_article.php?id=021178267618&fw=1
Revenir en haut Aller en bas
Maya L 'Abeille

avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 07/05/2015

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Jeu 09 Juil 2015, 22:04

Concernant l'article de M. Tabanou, intriguée par l'emploi d'un terme technique par un auteur dont le vocabulaire courant ne semble pas aguerri à cette pratique, une simple recherche google permet de s'apercevoir que Michel Tabanou a fait un copié/collé d'un site sans citer sa source, à qui il faut rendre hommage : http://www.alec27.fr/blog/zoomsur/les-murs-et-toitures-vegetalises-7198
Cécile Aplincourt a écrit:
Les murs et toitures végétalisés
Publié le 24 avril 2015 par Cécile APLINCOURT - Conseillère en énergie partagée
Les toitures et les murs végétalisés se développent de plus en plus dans les grandes capitales du monde d’aujourd’hui. Elles permettent d’apporter une esthétique naturelle et surprenante au cœur de nos villes. Mais cette technique ne se cantonne pas à un impact visuel. Depuis des siècles, elle est utilisée pour ses capacités isolantes et thermiques.

Les Économies d’Énergie

La végétalisation est une protection.Elle  permet d’obtenir une étanchéité complémentaire et protège la structure initiale contre les agressions du climat et les contraintes mécaniques inhérentes aux variations de températures et d’hygrométrie. Elle permet également un allongement de la durée de vie de l’étanchéité des toitures et notamment des membranes et des protections de type bitumineuses.

Cette technique permet de réduire les variations de température  par l’évapotranspiration des plantes et d’abaisser la température des zones proches de la toiture de 5 °C en période estivale. Les consommations dues à la climatisation sont donc nettement réduites.

Durant les périodes froides, 30% des déperditions thermiques se faisant par la toiture on peut également observer une baisse des consommations dues au chauffage.

Outre des économies d’énergie, la végétalisation de nos toitures et murs peut nous apporter de nombreux autres avantages. En effet, elle permet une meilleure esthétique par  l’amélioration du paysage urbain et l’intégration des bâtiments voir un camouflage dans l’environnement rural.

En ville, on gagne en Isolation phonique. Cette problématique de plus en plus présente dans les grandes agglomérations peut être modérée par l’implantation de végétalisation.

L’atténuation du dérèglement climatique dans nos villes



Les périodes de fortes chaleurs vont devenir de plus en plus fréquentes avec l’augmentation progressive des températures moyennes observées. Le ressenti de ces pics de chaleur est beaucoup plus important en ville car les surfaces sont de plus en plus minérales. L’implantation des espaces végétaux permet une atténuation de ces phénomènes plus communément appelés « îlots de chaleur ». Ils font donc partie de la stratégie d’adaptation des villes aux modifications climatiques en cours. Le cliché ci-dessus montre les zones de chaleur observées  au sein d’une ville durant la période estivale. La zone en rouge foncée représente des températures au-dessus de 45°C au sol.

Les  cibles de  Haute Qualité Environnementale des bâtiments (HQE).

La démarche HQE est une démarche proposée aux maîtres d’ouvrage pour intégrer une démarche de développement durable à leur projet. Elle est détaillée en 14 cibles. La mise en œuvre d’une toiture végétalisée permet d’atteindre les cibles présentées  ci-dessous.

Cible 1 : Relation harmonieuse des bâtiments avec leur environnement immédiat
Avantages de la toiture végétalisée : Elle permet l’intégration dans un environnement urbain de surfaces végétalisées accueillant une biodiversité (flore et faune).
Cible 5 : Gestion de l’eau
La végétalisation permet une régulation de l’écoulement des pluies d’orages et une diminution du volume d’eau rejeté dans le réseau.
Cible 7 : Gestion de l’entretien et de la maintenance
Le complexe  de végétalisation est une protection thermique et mécanique qui accroit la pérennité de l’étanchéité des toitures concernées.
Cible 8 : Confort hygrothermique
L’humidification de l’air ambiant permet de lutter contre l’effet « îlot de chaleur » créé par la concentration urbaine minérale.
Cible 9 : Confort acoustique
Baisse des nuisances sonores en ville
Cible 10 : Confort visuel
La présence de végétalisation dans nos vies procure un confort visuel.
Cible 13 : Qualité sanitaire de l’air
Le développement des plantes permet une absorption des poussières environnantes et la fixation du CO2 de l’atmosphère.
Cible 14 : Qualité sanitaire de l’eau
Les plantes agissent en filtrant les eaux de pluie

Michel Tabanou qui s'indigne et attaque en diffamation utilise donc le plagia et recopie un texte entier SANS CITER SA SOURCE... LAMENTABLE ...
Et si Cécile Aplincourt l'attaque en justice pour plagia, va t il demander une fois encore la protection fonctionnelle? AUX FRAIS DU CONTRIBUABLE
Revenir en haut Aller en bas
Maya L 'Abeille

avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 07/05/2015

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Jeu 09 Juil 2015, 22:13

Extrait du blog de Michel Tabanou
http://www.michel-tabanou.net/2015/07/les-murs-et-toitures-vegetalises-ou-l-effort-pour-transporter-la-terre.html
blog michel tabanou a écrit:
Les toitures et les murs végétalisés se développent de plus en plus dans les villes et les grands ensembles urbains. Elles permettent d’apporter une esthétique naturelle et surprenante au cœur de nos villes. Mais cette technique ne se cantonne pas à un impact visuel. Depuis des siècles, elle est utilisée pour ses capacités isolantes et thermiques.

[.....]. Car il faut le savoir la végétalisation est une protection.Elle  permet d’obtenir une étanchéité complémentaire et protège la structure initiale contre les agressions du climat et les contraintes mécaniques inhérentes aux variations de températures et d’hygrométrie. Elle permet également un allongement de la durée de vie de l’étanchéité des toitures et notamment des membranes et des protections de type bitumineuses.

Cette technique permet de réduire les variations de température  par l’évapotranspiration des plantes et d’abaisser la température des zones proches de la toiture de 5 °C en période estivale. Les consommations dues à la climatisation sont donc nettement réduites.

Durant les périodes froides, 30% des déperditions thermiques se faisant par la toiture on peut également observer une baisse des consommations dues au chauffage.

Outre des économies d’énergie, la végétalisation de nos toitures et murs peut nous apporter de nombreux autres avantages. En effet, elle permet une meilleure esthétique par  l’amélioration du paysage urbain et l’intégration des bâtiments voir un camouflage dans l’environnement rural.

En ville, on gagne en Isolation phonique. Cette problématique de plus en plus présente dans les grandes agglomérations peut être modérée par l’implantation de végétalisation.

La  végétalisation participe également de la régulation du dérèglement climatique dans nos villes. L'actualité de ce début de mois de juillet nous donne un aperçu criant sur ces périodes de fortes chaleurs qui vont devenir de plus en plus fréquentes avec l’augmentation progressive des températures moyennes observées. Le ressenti de ces pics de chaleur est beaucoup plus important en ville car les surfaces sont de plus en plus minérales. L’implantation des espaces végétaux permet une atténuation de ces phénomènes plus communément appelés « îlots de chaleur ». Ils font donc partie de la stratégie d’adaptation des villes aux modifications climatiques en cours.

Les  cibles de  Haute Qualité Environnementale des bâtiments (HQE).

En outre la démarche HQE qui est une démarche proposée aux maîtres d’ouvrage pour intégrer une démarche de développement durable à leur projet, aujourd'hui intégrée dans chaque programme, et qui est détaillée en 14 cibles bien définies. Et la mise en œuvre d’une toiture végétalisée permet d’atteindre celles que je vais vous présenter et qui correspondent aux tableaux d'objectifs définis.


Cible 1 : Relation harmonieuse des bâtiments avec leur environnement immédiat
Avantages de la toiture végétalisée : Elle permet l’intégration dans un environnement urbain de surfaces végétalisées accueillant une biodiversité (flore et faune).

Cible 4 : Economie d'énergie : considérer la couleur et la texture de la surface du toit en fonction du climat, ainsi que son effet sur la performance énergétique. Renforcer l'efficacité énergétique des projets. La couleur et la texture de la surface des toits végétalisés correspondent bien sûr au climat pour autant que la végétalisation soit choisie en fonction du microclimat local. Une étude récente montre que l’apport d’une végétalisation génère une économie de 20 % à 30 % sur l’exploitation de climatisation du niveau situé sous la toiture lorsqu'un tel dispositif à été installé.

Cible 5 : Gestion de l’eau
La végétalisation permet une régulation de l’écoulement des pluies d’orages et une diminution du volume d’eau rejeté dans le réseau.

Cible 7 : Gestion de l’entretien et de la maintenance
Le complexe  de végétalisation est une protection thermique et mécanique qui accroit la pérennité de l’étanchéité des toitures concernées.

Cible 8 : Confort hygrothermique
L’humidification de l’air ambiant permet de lutter contre l’effet « îlot de chaleur » créé par la concentration urbaine minérale.

Cible 9 : Confort acoustique
Baisse des nuisances sonores en ville

Cible 10 : Confort visuel
La présence de végétalisation dans nos vies procure un confort visuel.

Cible 13 : Qualité sanitaire de l’air
Le développement des plantes permet une absorption des poussières environnantes et la fixation du CO2 de l’atmosphère.

Cible 14 : Qualité sanitaire de l’eau
Les plantes agissent en filtrant les eaux de pluie
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 3053
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Jeu 09 Juil 2015, 23:00

Voila un exemple très intéressant de résultat de recherche google. On pourrait aussi imaginer que M. Tabanou a repris le rapport d'un bureau d'études payé par la ville pour l'écrire ... ce qui est autre chose que le copier/coller sur internet. Mais à la relecture sur son blog, je n'ai pas vu mention d'un tel bureau d'études.
Revenir en haut Aller en bas
Le Plateau



Messages : 358
Date d'inscription : 10/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Ven 10 Juil 2015, 00:49

L'évapotranspiration bounce
Le monsieur savant il ne parle pas de ses pieds, mais de toit, non pas de toi, ah on n'y comprend plus rien, viré du PS et incompris du petit peuple, l'horreur


Dernière édition par Le Plateau le Ven 10 Juil 2015, 01:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 3053
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Ven 10 Juil 2015, 00:49

Citation :
D'autre part il s'exprime au nom de Fontenay socialiste alors qu'il a été exclu du Parti à la Rose.
()
Enfin, les socialistes consacrés, en lutte pour leur existence, devraient réagir devant l'usurpation d'une appartenance, qui trompe les gens et ridiculise ce parti chaque jour. Mais les socialistes de Fontenay ont-ils encore quelques velléités?

Début 2014, ou un peu avant, les quelques (adhérents) socialistes qui ont rejoint Voguet sur sa liste dès le 1er tour se sont autodésignés "Fontenay socialiste". Bien que ce nom était (ou fût?) depuis longtemps celui du 4 pages que le PS de Fontenay imprimait de temps à autre, il faut croire qu'il n'était pas protégé. Le PS a réagi en prononçant des exclusions, aussi par écrit je crois à l'époque.

Que pourrait-il faire de plus ? Contrairement au Label rouge (alimentaire), et pour ce qui est de l'espace extérieur au PS, il n'y a pas d'autorité compétente pour vérifier la conformité, et la faire respecter, en matière de socialiste. Sinon les électeurs.


Dernière édition par salamandre le Ven 10 Juil 2015, 01:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Clarisse

avatar

Messages : 286
Date d'inscription : 23/12/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Ven 10 Juil 2015, 01:10

A propos de Michel Tabanou autre plagiat :

http://www.michel-tabanou.net/2015/07/questions-reponses-sur-la-dette-grecque-vs-dette-allemande.html

http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/crise-en-grece-quand-l-allemagne-faisait-effacer-une-partie-de-sa-dette_1696548.html

Décidément une plainte pourrait être déposée par son auteur initial mais notre élu bénéficierait-il de la "fameuse" protection fonctionnelle cheers Basketball
Revenir en haut Aller en bas
Maya L 'Abeille

avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 07/05/2015

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Ven 10 Juil 2015, 01:44

Quelle pénitence pour le plagiaire ?
.... au coin avec les oreilles d âne?
D autres suggestions?
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14440
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Ven 10 Juil 2015, 04:24

Et le dérèglement climatique il plagie ou non?
Ou est- ce l homme qui à force de réitérer ses excès grille la planète?
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3517
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Ven 10 Juil 2015, 04:31

C'est toujours la faute de quelqu'un.
Mais votre réponse n'est pas celle attendue, d'autant que "le plagiaire" dit ne plus être votre ami.
Finalement, avec ce bel été, je préfère penser aux plagistes.

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Ven 10 Juil 2015, 06:48

Libellule a écrit:
Et le dérèglement climatique il plagie ou non?
Ou est- ce l homme qui à force de réitérer ses excès grille la planète?
Cet homme c' est bien M T. qui propose de griller les herbes!
Revenir en haut Aller en bas
Maya L 'Abeille

avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 07/05/2015

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Ven 10 Juil 2015, 07:32

Libellule a écrit:
Et le dérèglement climatique il plagie ou non?
Ou est- ce l homme qui à force de réitérer ses excès grille la planète?

La seule certitude c'est que Libellule plagie Libellule ... encore 2 notions sans aucun lien dans une interrogation improbable pour le sens commun ... je ne sais pas dire si l'homme grille la planète parce que le dérèglement climatique plagierait ou non car le mélange de ces 2 notions m'est inintelligible .. en revanche je sais dire que Libellule, par ces propos abscons, grille ses chances de nous amener vers une réflexion constructive...

Dans ces conditions moi aussi, tant qu'à sortir du sujet, je préfère penser aux plagistes et aux promesses de sable chaud qui grille les dessous de pied provocant une évapotranspiration plagiée Smile
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14440
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Ven 10 Juil 2015, 07:58

Le sujet étant l' évolution du climat en question, je vais gentiment attendre que celui de MT s'épuise de lui-même. Sad Sad Sad
#patience
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14440
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mar 14 Juil 2015, 17:43

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14090
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mar 14 Juil 2015, 18:16

en même temps que l'on interdira la connerie institutionnelle sans doute !
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mar 14 Juil 2015, 18:22

Encore une idée farfelue de politiques en mal de reconnaissance. Viendrait-il a l' idée de quelqu' un d' inscrire la "réflexion" dans la constitution?
L' évolution du climat (comme bien d' autres) relevant d' une prise de conscience mondiale, vouloir l' imposer en France et seulement en France relève de l' idéologie des plus rétrograde.
En effet ce problème ne se résoudra que par une prise de conscience mondiale, non imposée mais librement consentie, le contraire de ce que nous proposent nos écolos-punitifs.
Revenir en haut Aller en bas
Maya L 'Abeille

avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 07/05/2015

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mar 14 Juil 2015, 20:45

Ce que nos  politiques verts semblent oublier (ou méconnaître) c'est que la notion d'écologie (charte de l'environnement http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/la-constitution/la-constitution-du-4-octobre-1958/charte-de-l-environnement-de-2004.5078.html) est déja inscrite dans la constitution depuis mars 2005 grâce au seul écologiste de la planète : Nicolas Hulot. Le citer aurait été courtois et approprié. Ils oublient aussi que c'est Nicolas Hulot qui a écrit le discours de Chirac Chirac pour le sommet de Johannesburg en 2002, le fameux "Notre maison brûle et on regarde ailleurs" ...
Accoler l'écologie à la laïcité et la démocratie, pourquoi pas? Mais est-ce pour cela qu'elle sera plus respectée? Quand on voit ce que laïcité et démocratie sont en train de devenir en France ...
Inscrire l'écologie à la constitution ne peut pas faire de mal, agir réellement en faveur de la protection de la planète serait à mon sens plus productif ... comme toujours.
Oui l'évolution du climat doit s'inscrire dans une démarche globale, mais il faut arrêter d'attendre que le voisin commence pour s'y mettre ...
En attendant j'ai retrouvé des abeilles mortes dans mon jardin cette semaine alors que je n'emploie que des produits naturels et la binette pour les herbes indésirables , ce qui ne doit pas être le cas de mes voisins ... il faudra que je leur dise que moi je me suis mise à agir, peut-être que c'est ce qu'ils attendent pour s'y mettre eux aussi ...
Pour se quitter sur une note positive, ce matin, un bourdon survivant saturé de pollen se goinfrant des saveurs de notre althéa pour vous souhaiter cette fois, pour de bon, de très belles vacances durables et responsables


Dernière édition par Maya L 'Abeille le Mar 14 Juil 2015, 22:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14090
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mar 14 Juil 2015, 21:58

Nos écolos politicards se payent de mots et de gesticulations stériles... lorsqu'ils ont échoué, ce qui est habituel, ils taxent, imposent et condamnent. Le résultat est nul à l'image des agités du bocal.

Rien de surprenant la logique est respectée. Des incohérents ne peuvent rien produire d'intéressant.

Comme il est dangereux de contrarier les dérangés du ciboulot il faut les laisser faire si toutefois ils ne sont pas trop nocifs. Si la situation se complique il faut aviser...

Pour les calmer une bonne douche : à voir la dégaine de ceux qui "défendaient les zones à protéger" ce ne sera pas une mesure inutile... en plus ça calme !

Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14440
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mer 15 Juil 2015, 08:28

Maya personne n' oublie rien. Et en particulier que l' ecologie et la lutte contre le dérèglement climatique supposent une mobilisation de toutes les bonnes volontés. Inscrire dans tous les partis de France cette obligation morale serait une bonne chose. L' écologie permet toutes les convergences pour peu qu'' on y oeuvre sans arrière pensée politique. A bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14440
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Jeu 03 Sep 2015, 16:40

De l' autre côté de l'Atlantique les prises de conscience se font aussi après que la Californie n'ait jamais autant cramée et l'Alaska autant fondu. Ce qui ne doit pas nous faire oublier les similitudes de sécheresse que l' on constate dans le sud ouest de la France ...

http://www.lefigaro.fr/international/2015/09/01/01003-20150901ARTFIG00004-obama-nous-n-agissons-pas-assez-vite-pour-le-climat.php
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14090
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Jeu 03 Sep 2015, 17:19

Les écolos n'arrivent toujours pas à expliquer la présence d'insectes tropicaux dans l'ambre de la Baltique... Ambre dont l'origine remonte à quelques millénaires.
Lorsque l'on évoque cette "curiosité" ils ne répondent pas...

Il y a sans doute eu des bouleversements climatiques consécutifs aux grosses bagnoles utilisées massivement par des hordes de familles de dinosaures partant en vacances en Espagne.
Une fois cette espèce disparue (elle l'avait cherché, bien fait pour elle) avec ses voitures polluantes la Baltique s'est refroidie... et tout est redevenu normal.

Revenir en haut Aller en bas
Le Plateau



Messages : 358
Date d'inscription : 10/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Jeu 03 Sep 2015, 18:53

Very Happy Smile Laughing Razz bounce sunny lol!
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Jeu 03 Sep 2015, 19:17

Libellule a écrit:
De l' autre côté de l'Atlantique les prises de conscience se font aussi après que la Californie n'ait jamais autant cramée et l'Alaska autant fondu. Ce qui ne doit pas nous faire oublier les similitudes de sécheresse que l' on constate dans le sud ouest de la France ...

http://www.lefigaro.fr/international/2015/09/01/01003-20150901ARTFIG00004-obama-nous-n-agissons-pas-assez-vite-pour-le-climat.php

Nous avons là du pragmatisme, agir sur les causes directes du réchauffement, alors que nous restons dans le dogmatisme : réduire le nucléaire, passer aux énergies dites propres (voiture électrique, transports en commun électriques....) autrement dit augmenter la production d' électricité avec plus de centrales polluantes car ne soyons pas hypocrites ce ne sont pas les éoliennes et les panneaux photovoltaïques qui le permettrons.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14090
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Jeu 03 Sep 2015, 19:49

Les Teutons sous la pression des écolos ont réduit le nucléaire avec comme corollaire la remise en fonction des centrales à charbon ce qui a augmenté la pollution... qui soit dit en passant se répand très efficacement chez nous... belle manœuvre !

Certains pays fonctionnent de manière pragmatique et n'hésitent pas à remettre en cause des systèmes qui ne donnent pas ou plus satisfaction.
Nous sommes en France sous un régime d'utopie socialiste où la doctrine officielle règne.
Certaines affirmations erronées sont considérées comme des vérités premières non contestable même si elles sont journellement mises à mal par l'expérience et ce pour le plus grand dommage des habitants.

De plus et c'est l'argument massue que l'on tient caché, on doit politiquement conserver les écolos car ils sont indispensables au maintien au pouvoir de flanbi ! Après nous le déluge !

Nous en payons le prix !


Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 3053
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Jeu 03 Sep 2015, 20:59

Libellule a écrit:
Ce qui ne doit pas nous faire oublier les similitudes de sécheresse que l' on constate dans le sud ouest de la France ...

Pour ce qui est du Sud-Ouest de la France, la tendance est très variable en cette saison.
Citation :
les orages attendus peuvent prendre un caractère violent, pouvant s'accompagner de fortes précipitations (30 à 40 mm en moins d'une heure), de chutes de grêle

http://www.sudouest.fr/2015/08/31/alerte-aux-orages-onze-departements-du-sud-ouest-en-vigilance-orange-2110242-6110.php

En général, on peut certes penser qu'une élévation de température favorise la sécheresse sur terre, par contre l'élévation de la température de l'océan Atlantique (par exemple) favorise l'évaporation donc augmente la quantité d'eau dans les nuages qui finissent bien par se déverser quelque part.

Ce qui serait intéressant, c'est un modèle capable de prédire les tendances locales (sécheresse ou inondations ou une tendance centriste et modérée disons). Mais à ma connaissance, Météo France ne s'y risque que pour les jours à venir. Les prédictions régionales (à plus long terme) sont sans doute plus difficiles qu'un modèle du réchauffement global Terre entière.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14440
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Lun 14 Sep 2015, 06:52

Un ordre d’évacuation a été émis vendredi 11 septembre pour quelque 6 000 habitations dans les sierras du nord de la Californie en raison d’un incendie qui progresse rapidement, pour le troisième jour consécutif.
L’incendie baptisé Butte Fire, qui s’est déclaré mercredi à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de la capitale californienne, Sacramento, est attisé par la vague de chaleur en cours dans des régions dont les terrains sont particulièrement desséchés. Vendredi, les flammes avaient dévoré près de 26 000 hectares de terrain, en dépit de l’intervention de 1 500 pompiers, selon les autorités.

DES SÉQUOIAS GÉANTS MENACÉS PAR UN AUTRE INCENDIE
Un autre incendie en Californie, appelé Rough Fire, a parcouru plus de 48 000 hectares et sévit toujours six semaines après avoir été allumé par des éclairs lors d’un orage dans le parc national de Kings Canyon. Il menace notamment Grant Grove, une célèbre réserve de séquoias géants où se trouve le « Général Grant », l’un des arbres les plus grands et larges du monde. L’incendie est désormais à moins de 2 km du site et même si les séquoias sont naturellement résistants aux flammes, les autorités cherchent à limiter la progression du feu. Au total, plus de 2 200 pompiers sont mobilisés contre Rough Fire.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14090
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Lun 14 Sep 2015, 08:37

Cette semaine il y a eu des feux à Menton dans les Àlpes Maritimes... c'est à cause de la sécheresse, du diesel, de l'absence de pluie et peut être des 5 départs de feux criminels découverts par les pompiers... le cocktail Molotov est comme chacun sait produit par la pollution automobile...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14440
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Lun 14 Sep 2015, 09:40

Sad L'état d'urgence est déclaré dans le nord de la Californie où brûlent des feux monstres, forçant des milliers de personnes à fuir les flammes et mobilisant 5.000 pompiers.

"Le gouverneur Jerry Brown a proclamé l'état d'urgence pour les comtés de Lake et Napa" ainsi que Sonoma, régions viticoles au nord de San Francisco à cause d'un incendie, dénommé "Valley Fire", selon un communiqué du bureau du gouverneur.

Un autre feu colossal fait rage à l'ouest de San Francisco, celui dit de Butte, vers la ville de San Andreas.

Ces incendies ont "brûlé des milliers d'hectares de terrain et causé l'évacuation de résidents, détruisant également des autoroutes et d'autres infrastructures" cruciales, ajoute le communiqué du gouverneur, reçu dimanche.

Au moins 86 maisons et 51 immeubles ont été détruits et quelque 6.400 habitations sont encore menacées, d'après Daniel Berlant, porte-parole de Calfire, l'agence d'information sur les incendies en Californie.

- Qualité de l'air détériorée -

La qualité de l'air en Californie "s'est fortement détériorée" à cause du "Valley Fire", déplore aussi le communiqué du gouverneur.

Quatre pompiers ont été blessés ce week-end en Californie avec des brûlures au second degré et se trouvent dans un état stationnaire à l'hôpital.

Sept pompiers ont perdu la vie aux Etats-Unis depuis le début de l'année.

Déclarer l'état d'urgence va permettre de mobiliser plus de ressources pour évacuer les débris et d'obtenir le remplacement gratuit de documents administratifs cruciaux comme les certificats de naissance ou décès, entre autres.

Septembre est souvent le mois le plus ravageur pour les incendies en Californie, lorsque le thermomètre atteint des sommets. Cet Etat de l'ouest américain étouffe depuis plusieurs jours sous des températures caniculaires.

La situation est aggravée par une sécheresse record qui dure depuis quatre ans et accélère la propagation des feux.

Depuis le début de l'année, "plusieurs centaines" de bâtiments ont été détruits en Californie et plus de 242.000 hectares de terrain sont partis en fumée, selon Daniel Berlant, interrogé par l'AFP.

La Croix-Rouge a ouvert des abris d'urgence pour les personnes ayant perdu leur domicile, a précisé le porte-parole.

Huit grands incendies sévissent actuellement en Californie, trois dans l'Oregon, dix dans l'Etat de Washington (ouest), qui connait sa pire année jamais enregistrée en termes de virulence des feux.

Près de 70 pompiers venus d'Australie et de Nouvelle-Zélande prêtent aussi main forte aux secours américains dans l'ouest du pays.

Plus de 36.000 km2 ont déjà été calcinés aux Etats-Unis depuis le début de l'année, soit plus que la surface de toute la région française de Provence-Alpes-Côtes d'Azur. Au total, près de 30.000 pompiers ont été mobilisés dans le pays ces derniers mois.

Sur l'ensemble des Etats-Unis, 33 grands feux brûlent actuellement, notamment dans l'Idaho (nord-ouest), le Montana (nord-ouest), le Wyoming (nord) et l'Utah (ouest), dans ce qui risque de rester dans les annales comme l'une des pires années jamais enregistrées aux Etats-Unis en termes de surfaces brûlées et de dépenses pour contenir les incendies.

Déjà 1,31 milliard de dollars ont été dépensés depuis début janvier par l'Etat fédéral pour lutter contre les feux, sans inclure les fonds engagés par les agences locales, selon une porte-parole des services forestiers fédéraux, Jennifer Jones.

Un montant qui s'approche dangereusement du record historique de 1,65 milliard enregistré en 2006.

Le ministre de l'Agriculture Tom Vilsack a déploré récemment une saison des incendies "tragique".
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14440
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Sam 19 Sep 2015, 06:57

Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14440
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Dim 20 Sep 2015, 11:02

A. Nonymous évoque l'activité du moment d'un récent relaxé qui s'engage pour la cop21.

Suivant depuis des années ses travaux je vous conseille ce lien http://cleantuesdayparis.fr/home/

On peut également consulter ce lien http://www.greenunivers.com/2015/07/cleantuesday-et-les-business-angels-de-ddidf-fusionnent-129289/

Côté perspective. A partir de dorénavant Cleantuesday (rebaptisé Cleantuesday-Investment) sera pleinement impliqué dans la #COP21 avec entre autre World Efficiency en octobre puis La Galerie des Solutions du 2 au 9 décembre.  A Contacter sans nul doute
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14440
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Dim 20 Sep 2015, 21:09

Attirer l'attention sur les travaux actuels de David Dornbusch forumeur local par ailleurs n'a rien d'abscons. Je me fais l' écho d' un commentaire d' anonymous autre forumeur, qui le premier s'en fait l'écho. Je mets ici car la cop21 est en rapport avec le climat.

Vous avez raison de le mentionner ma tête fonctionne encore assez bien.

Et le débat va se poursuivre sereinement entre gens rationnels' je n' en doute pas pour ma part
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14440
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mer 23 Sep 2015, 06:42

Un article long mais qui permet de préciser assez bien les enjeux.


Un ou deux degrés Celsius de plus à la surface de la Terre… Pas de quoi fouetter un chat et vive la perspective d’étés plus agréables, vous dites-vous ? Grave erreur ! Un monde légèrement plus chaud en moyenne – c’est désormais inéluctable ! – ne ressemblera plus à celui d’aujourd’hui. Mais avons-nous encore le temps de nous y préparer ? Faisons le point sur les connaissances scientifiques les plus récentes…
Faites le test ! Demandez à l’homme de la rue ce qu’il pense du dérèglement climatique… Il se dira préoccupé, voire inquiet. Un sentiment spontané, sincère. Sa mine s’éclaircira, toutefois, à la perspective de ces étés plus chauds, propices aux activités de délassement et aux apéros précoces en terrasse. Allez, avouons-le : en Belgique, le réchauffement du climat, ça nous arrange tout de même un peu…

Sauf que, tout catastrophisme mis à part, il faudrait être sot ou inconscient pour rester le nez rivé sur notre nombril ensoleillé, sans s’inquiéter des impacts en profondeur du dérèglement du climat. Un exemple, pour bien comprendre : les scientifiques estiment que, sous nos latitudes, une augmentation de 2°C de la température moyenne entraînerait probablement une amélioration des rendements agricoles, suite à l’augmentation de l’humidité et du gaz carbonique disponible. Tant mieux, a priori, pour l’agriculteur conventionnel comme pour le maraîcher bio. A ceci près que cette hausse de la température ira de pair avec la multiplication d’événements climatiques extrêmes, tels qu’orages, canicules et inondations. A quoi bon, dès lors, se réjouir d’un meilleur rendement si, peu avant leur maturité, les végétaux sont cassés par le vent ou noyés sous les averses ? Méfions-nous donc des moyennes qui, par définition, ne rendent pas compte des extrêmes aux conséquences potentiellement dévastatrices.

Fausses impressions

Pour sensibiliser aux réels impacts d’une hausse, même minime, de la température mondiale – mettons 1 à 2° C -, les climatologues optent généralement pour deux voies différentes. La première, la plus spectaculaire, consiste à nous inviter à imaginer à quoi ressemblaient nos régions à des époques lointaines, dans des conditions assez proches. Ainsi, lors de la dernière période interglaciaire, il y a environ cent vingt-cinq mille ans, alors que la température moyenne de la planète était environ de 2°C supérieure à la température actuelle, le niveau de la mer était plus élevé d’environ six mètres par rapport au niveau actuel. Mais comparaison n’est, certes, pas raison. En effet, à cette époque, la montée des eaux avait une cause naturelle, nullement liée au surplus des gaz à effet de serre d’origine anthropique que nous connaissons actuellement. Pour en arriver aujourd’hui à un tel tableau, il faudrait que le Groenland perde la moitié de son volume de glace et que l’Antarctique fonde en partie. On n’en est pas encore tout à fait là…

Autre exemple donné par les climatologues, mais a contrario. Il y a quelque vingt mille ans, cette fois en pleine période glaciaire, l’Europe tout entière et l’Amérique du Nord étaient recouvertes d’une couche de glace de deux à trois kilomètres d’épaisseur. A l’époque, alors que la température moyenne de la planète n’était inférieure que de 4 à 5°C à notre température actuelle, le niveau de la mer se situait à environ cent vingt mètres plus bas qu’aujourd’hui! Certes, là non plus, cet exemple tiré des connaissances paléoclimatologiques ne peut pas être pris en compte pour préfigurer le futur. Mais il suffit largement pour démentir nos « impressions » selon lesquelles un changement de température moyenne de quelques degrés ne serait finalement « pas si grave que cela ».

2035, c’est après-demain

A peine moins spectaculaire, l’autre voie empruntée par les climatologues consiste à imaginer notre futur à partir de la situation actuelle, à l’horizon de quelques décennies, voire d’un siècle ou deux. « Imaginer » n’est pas vraiment le terme adéquat puisqu’il s’agit d’intégrer, dans les modèles climatiques, une masse considérable de relevés et de mesures, et d’esquisser les scénarios possibles selon diverses hypothèses. Tâche ardue puisque personne ne sait au juste combien de gaz à effet de serre nous continuerons à relâcher dans l’atmosphère.

Avant toutes choses, un constat : le réchauffement global de la planète n’est plus une hypothèse mais une réalité. La température moyenne du globe a augmenté de 0,6°C entre le début de l’ère industrielle et la période dite « de référence », comprise entre 1986 et 2005. « Les modèles prévoient que cette hausse atteindra au moins 1°C supplémentaire d’ici à 2035″, explique Jean Jouzel, vice-président d’un des groupes du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat). Or 2035, c’est après-demain ! D’ici à deux décennies à peine, nous vivrons donc avec une hausse de température moyenne qui, d’une façon quasiment certaine – en raison de l’inertie des phénomènes climatiques, soit de leur extrême lenteur – sera proche du seuil de 2°C. Or ce seuil est considéré par la communauté scientifique comme étant l’augmentation à ne pas dépasser si l’on veut éviter des phénomènes irréversibles – des « perturbations anthropiques dangereuses » selon le langage feutré de la Convention climat – comme la fonte rapide des glaciers ou la modification des courants océaniques qui régulent les échanges d’eau et de chaleur partout dans le monde (1).

2016: année-pivot?

Sur le plan géophysique, l’objectif de ne pas dépasser 2°C reste atteignable. Sur le plan politique, c’est une autre paire de manches ! Selon une étude parue, en 2013, dans Nature Climate Change, pour avoir ne fût-ce qu’une chance sur deux d’y arriver, il faudrait atténuer drastiquement les émissions de gaz à effet de serre au point que leur pic historique devrait être atteint… en 2016 ! Mais ce n’est pas tout : il faudrait aussi que la réduction des GES soit de 5% par an à partir de cette même année. Or nous tournons résolument le dos à cet objectif. « Les émissions de gaz à effet de serre (GES) n’ont jamais été aussi importantes, avertit Jean Jouzel. Le taux de dioxyde de carbone dans l’atmosphère augmente désormais de près de 2 ppm (part par million) par an depuis 2000 (2), soit un record depuis le début des enregistrements en 1958″.

Le message est donc clair, à tel point qu’aujourd’hui seule une minorité d’experts croit qu’il est encore possible de rester sous barre des 2°C d’augmentation. Or, malgré la difficulté d’y voir clair à une échelle plus fine que celles des continents, on sait aujourd’hui, dans l’ensemble, grâce aux travaux collationnés et vérifiés par le GIEC, à quoi ressemblera un monde plus chaud d’ »à peine » 2°C. En voici quelques exemples :

les vagues de chaleur inhabituelles, c’est-à-dire qui ne se reproduisent qu’une fois tous les 740 ans, seront « substantiellement plus fréquentes ». En 2050, elles concerneront jusqu’à 20% des terres émergées du globe. Et 60% en 2100 dans un scénario à 4°C…
en Afrique subsaharienne, 40% des terres dédiées au maïs deviendront inutilisables. En Asie du Sud, la production totale des cultures n’augmentera que de 12% par rapport à 2000, au lieu de 60% dans un monde non « réchauffé ». En cas de scénario à 4°C, les latitudes élevées connaîtront, elles aussi, des pertes agricoles significatives.
les récifs coralliens et la faune qu’ils abritent seront frappés par des pertes substantielles. En cas de scénario à 4°C, la plupart des récifs mourront.
des changements écosystémiques de grande ampleur s’abattront sur 3 à 7% de la surface émergée de la planète. 30%, en cas de scénario à 4°C…
l’acidification des océans s’accélèrera, à un rythme inégalé depuis deux cent millions d’années.
la question des cyclones, tornades et autres tempêtes tropicales est moins claire. En guise de synthèse d’études assez controversées, le GIEC estime toutefois que « l’intensité des cyclones les plus intenses devrait vraisemblablement augmenter au cours du siècle tant dans l’Atlantique que dans le Pacifique, avec des vitesses de vent maximales jusqu’à 10% supérieures à leurs valeurs actuelles. » Quant à l’augmentation des précipitations, elle pourrait être de l’ordre de 20%. De quoi faire la différence – substantielle- en termes de dégâts sur les infrastructures et les vies humaines.
De surcroît, fort des travaux du GIEC – qu’il connaît comme sa poche -, Jean Jouzel n’exclut pas la survenue d’ici vingt ou trente ans de ce qu’il appelle des « sautes d’humeur climatiques ». A savoir des phénomènes brusques et non-linéaires, liés au « comportement » du carbone ou du méthane emprisonné dans le permafrost – les glaces arctiques – ou liés à l’essoufflement des deux importants puits de carbone que sont les océans et les forêts qui absorbent les gaz à effet de serre. Comme ses collègues du GIEC, l’expert français envisage l’hypothèse d »un monde à +4°C qui « contrairement à une idée encore parfois véhiculée, serait complètement différent du monde actuel ».

Paris : une dramatisation justifiée

Face à ces perspectives, on comprend mieux les appels solennels de la communauté scientifique lancés à l’approche de la Conférence climat – « COP 21″ – qui s’ouvrira à Paris, fin novembre. Si l’on veut éviter d’arriver au fameux palier des +2°C, il faut faire davantage, dès aujourd’hui, que stabiliser les émissions de gaz à effet de serre à leur niveau actuel. Car, même en cas d’arrêt total de celles-ci – une hypothèse totalement irréaliste -, « plus d’un cinquième du CO2 émis jusqu’à aujourd’hui dans l’atmosphère y resterait stocké plus de mille ans ». Et il continuerait à réchauffer l’enveloppe terrestre.

En fait, en 2050, les émissions de gaz à effet de serre devront impérativement avoir été réduites de 40 à 70%, par rapport à celles de 2010. Le défi est gigantesque ! « Si les émissions continuent au rythme actuel, la hausse de la température moyenne sera de 3 à 6°C en 2100, avertit Pier Vellinga, Professeur dans diverses universités néerlandaise et fin connaisseur des négociations climatiques internationales. Peut-être un peu plus ou un peu moins, mais en tout cas cela dépassera de loin tout ce que l’humanité et la société peuvent supporter sans trop de dommages et sans confrontation politique internationale ».

Si ce défi paraît énorme et si urgentissime, c’est aussi parce qu’il suppose que l’homme s’abstienne de brûler 60% des réserves conventionnelles de gaz, pétrole et charbon. Mieux : si l’on tient compte des gaz de schiste et des pétroles non-conventionnels, c’est 80% des réserves prouvées qui doivent être laissées dans les profondeurs terrestres, explique Jean Jouzel ! Celles-là mêmes qui font dire aux dirigeants et industriels américains qu’ils sont en route vers l’indépendance énergétique. Plus que jamais, « la perspective d’exploiter jusqu’à la dernière goutte de pétrole n’a plus aucun sens… »

Philippe Lamotte

Article publié dans le magazine Valériane N°114 (juillet-août 2015) de Nature & Progrès Belgique

Notes :

(1) Le climatologue belge Jean-Pascal van Ypersele, candidat à la présidence du GIEC, apporte souvent trois précisions intéressantes sur ce seuil de 2°C.
Primo, les risques sérieux – comme l’impossibilité de vivre en sécurité dans les petits Etats insulaires du Pacique (Tuvalu, etc) – existent bien avant qu’il soit atteint, en raison de la montée inexorable du niveau de la mer. La notion de « perturbation dangereuse » est donc relative…
Secundo, contrairement à ce que prétendent les climato-sceptiques – il en reste ! -, ce seuil de 2°C n’a pas été fixé arbitrairement par les experts du GIEC mais adopté par les dirigeants de la planète à Cancun, en 2010, sur la base des travaux scientifiques validés par le GIEC depuis un quart de siècle. Le G8 a lui-même repris cet objectif à son compte peu après.
Tertio, la porte politique reste actuellement ouverte, en 2015, pour qu’un seuil plus contraignant, fixé à 1,5 °C, soit adopté en cas de « nouveaux éléments probants sur le plan scientifique ».

(2) Partie par million : un centimètre cube de gaz pour un mètre cube d’atmosphère. En moins de trois siècles, les teneurs en dioxyde de carbone ont augmenté de plus de 116 ppm. Elles étaient en 2012 de 393 ppm, une valeur jamais observée au cours des 800.000 dernières années.

Sources (non exhaustives):
V. Van Gameren, R. Weimans et E. Zaccaï, L’adaptation au changement climatique, éditions La découverte, 2014
Pier Velinga, Le changement climatique, mythes, réalités et incertitudes, éditions ULB, 2013.
Pour aller plus loin, lire :

Jean Jouzel et Anne Debroise, Le défi climatique. Objectif : +2°C !, éditions Dunod, 2014
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14090
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mer 23 Sep 2015, 07:57

et nous allons de nouveau déguster des vins anglais...
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Mer 23 Sep 2015, 18:32

Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14440
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Dim 04 Oct 2015, 19:09

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14090
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Dim 04 Oct 2015, 22:18

1979 à Nice l'extension de l'aéroport s'effondre avec à la clé une douzaine de morts à la suite de pluie gonflant le Var qui a raviné les environs.
 
Novembre 94 : La rive droite du Var avec la route située dessus est emportée... l'aéroport de Nice est fermé, les salles d'embarquement du rez de chaussée sont impraticables car inondées.
La salle de crise de la préfecture des Alpes maritimes située en sous sol est noyée ainsi qu'une grande partie des archives...

On ne va pas poursuivre l'énumération car à chaque fois c'est soi la crue décennale soit la crue du siècle... sans compter le parking de Cap 3000 sous 30 cm de flotte durant quelques heures pour cause d'égouts trop étroits

Pour ce qui concerne ce qu'il y aurait lieu de faire pratiquement... il y a des spécialistes sur le forum qui vous expliqueront que tout vient du récent réchauffement de la planète.

Au début des années 90 début des années 2000 dans l'arrière pays mais aussi à Théoule les plaques d'égout se soulevaient car les eaux ne pouvaient plus s'écouler.

Entre l'urbanisation galopante et l'afflux d'arrivants, les conduites dans lesquelles on laisse durant l'été (avec la sécheresse ça devient dur) s'accumuler les débris qui forment des bouchons dès la première grosse pluie... la négligence générale qui veut que l'on ne vérifie pas les conduites d'écoulement des eaux et la stupidité de ceux qui pensent qu'en accélérant on passe en voiture dans 30 ou 40 Cm de flotte ... tout est dit.

Lorsque le département, les villes, la métropole se mettront d'accord pour nettoyer les lits des cours d'eau on évitera aussi des problèmes... des débris importants tassés sous un pont ça provoque des inondations, mais devant les électeurs il est plus "payant" de sponsoriser une bonne assoce qui fait une bonne pub...

Mais il est vrai que je ne connais pas ou fort mal le sud de la France.
D'autres plus qualifiés vont vous expliquer...

NB lorsque je vois des ponts romains qui surplombent de 10 m ou plus ce qui est à un moment T un ruisseau, de temps en temps, je comprends pourquoi... et miraculeusement nos "sachants" constatent que tous les ponts ont été endommagés sauf le vieux "pont romain"


Dernière édition par tonton christobal le Dim 04 Oct 2015, 23:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14090
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'évolution du climat en question : il est temps d'agir   Dim 04 Oct 2015, 23:03

flanbi étant sur place tout va s'arranger... pour une fois il ne prendra pas la flotte sur la courge, il fait beau sur la cote.

Espérons que les oiseaux ne viendront pas se soulager sur sa tête... mais il est vrai que ça porte bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
 
L'évolution du climat en question : il est temps d'agir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 11 sur 14Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 10, 11, 12, 13, 14  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'évolution du climat en question : il est temps d'agir
» Les OGM, une seconde Révolution Verte. Sera-t-elle aussi meurtrière ?
» question sur les cases du relevé 24
» Une future maman a une question a 100$ pour la CSQ
» Une question pour vos enfants

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Les faits de société. Débats. Sondages.-
Sauter vers: