Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de
Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble,
son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Une directrice d'école publique explique le recrutement actuel des enseignants: un désastre

Aller en bas 
AuteurMessage
Gérard

Gérard

Messages : 4189
Date d'inscription : 08/07/2010

Une directrice d'école publique explique le recrutement actuel des enseignants: un désastre Empty
MessageSujet: Une directrice d'école publique explique le recrutement actuel des enseignants: un désastre   Une directrice d'école publique explique le recrutement actuel des enseignants: un désastre EmptyVen 31 Oct 2014, 05:03

Ce lien fugace sans doute permettra d'entendre de vive voix l'hallucinant témoignage de Mme Da Silva, directrice d'école en Seine saint Denis .

http://www.europe1.fr/societe/seine-saint-denis-profession-instit-formation-chef-de-rayon-2274061

Seine-Saint-Denis : profession instit', formation... chef de rayon
Publié à 12h07, le 29 octobre 2014, Modifié à 19h21, le 29 octobre 2014
DOSSIERS :education

© Reuters
Par Thomas Sotto et Noémi Marois324561
INTERVIEW E1 - Catherine Da Silva, directrice d'école en Seine-Saint-Denis et membre du SNUIPP, a dénoncé le recrutement hasardeux dans son département de certains contractuels.

Diplôme : chef de rayon ; profession : instituteur. Cette drôle d'association serait pourtant une réalité dans les écoles primaires de France, selon Catherine Da Silva, directrice d'école et membre du SNUIPP (syndicat nationale unitaire des instituteurs et professeurs des écoles) invitée sur Europe 1. Les contractuels sont 30.000 à officier dans les salles de classe et selon la directrice pour la première fois cette année en Seine-Saint-Denis, ils ne sont plus seulement remplaçants mais responsables à l'année de classes entières. Pour elle, l'Éducation nationale crée dans ce département "des sous-écoles".
>> LIRE AUSSI - Quand Pôle Emploi recrute des instits par téléphone
Le recrutement officiel… et officieux. Le recrutement se fait via une annonce sur le site de l'Education nationale ou via une annonce de Pôle Emploi. "Les personnes qui se sentent concernées peuvent y répondre", explique Catherine Da Silva.
Selon les critères officiels de ce recrutement, un master est nécessaire pour prétendre à devenir contractuel, c'est-à-dire avoir un bac+5. En réalité révèle Catherine Sa Silva, "des gens qui ont une licence ou un BTS sont recrutés", soit des niveaux d'études de bac+2 ou bac+3.
N'importe qui peut être prof ? Catherine Da Silva ne veut pas aller aussi loin : "C'est difficile de dire n'importe qui", reconnaît-elle. Mais ce qui est sûr, c'est que les contractuels recrutés "n'ont pas les diplômes requis, ni la formation". Le rectorat a pourtant assuré à la directrice qu'il y avait une vérification du diplôme mais "là, clairement, moi, j'ai eu quelqu'un qui a un BTS Commerce qui se destine à être chef de rayon dans un supermarché et qui a effectué un remplacement de 10 jours".

Catherine Da Silva : "Ils n'ont pas le concours...par Europe1fr

Chef de rayon, architecte, designer. Catherine Da Silva raconte : "J'ai eu une architecte, une designer… des gens qui n'avaient pas forcément le profil". Elle ne veut cependant pas généraliser car "certains ont le profil, ils ont obtenu le master mais ont raté le concours".
Chewing-gum et sweat à capuche. La directrice rappelle qu'être instituteur oblige "à une certaine posture devant les élèves". Elle a été gênée en présentant aux élèves un contractuel qui "avait un chewing-gum dans la bouche" et "un sweat à capuche avec son blouson en cuir" qu'il n'a pas enlevé pour faire cours aux élèves. De plus, il avait "un gros accent de banlieue" et par rapport aux enfants, c'est dommage car on doit leur montrer ce qu'est la norme". " Là, on y était pas du tout", conclut-elle.
"C'est le centre aéré pour les élèves". Quand de tels contractuels s'occupent d'une classe, "on peut dire que c'est de la garderie ou du centre aéré pour les enfants", admet Catherine Da Silva. Et elle cite l'exemple "d'une contractuelle qui a proposé pendant trois heures du dessin à ses élèves de C.P".
Et les parents ne son pas dupes. Catherine Da Silva relate : "ils s'en rendent compte car ils voient bien qu'il n’y a pas de leçon dans les cahiers, pas de devoirs, pas de corrections… bref, les enfants n'avancent pas".

Stylo dans le nez : "J’étais humilié, je me sentais mal", raconte le petit Lucas. © MAXPPP
Qui est responsable ? Pour Catherine Da Silva, c'est l'ancien président Nicolas Sarkozy qui est responsable car il "a supprimé des postes". Sous le quinquennat Sarkozy, un départ à la retraite sur deux n'était pas remplacé. "Aujourd'hui, même avec plus de recrutement, cela prend du temps pour rattraper".
L'autre problème, selon la directrice d'école, est que le département de la Seine-Saint-Denis "fait peur" et souffre donc plus de la pénurie des instituteurs. Rappelons que si le concours des professeurs du secondaire est national, celui des maîtres d'écoles est local, d'où la difficulté parfois pour les départements à trouver des instituteurs qualifiés.
>> LIRE AUSSI - Profs sans salaires en Seine-Saint-Denis : l'académie réagit
Quels recours pour une directrice d'école ? Il existe peu de recours pour un chef d'établissement désirant se séparer d'un contractuel qui laisse à désirer : "Le problème est que on est tellement en manque d'être humains qu'on n'a pas le choix de ce qui nous arrive". Naturellement, Catherine Da Silva a déjà pris son téléphone afin de prévenir que "pour un remplacement longue durée", elle souhaitait un contractuel mieux sélectionné.
Mais pour les remplacements de courte durée, la directrice explique qu'au vu de la pénurie, elle n'a pas le choix de conserver des contractuels qui ne donnent pas satisfaction.
>> LIRE AUSSI - Prostitution au collège: une campagne choc contre un "tabou"


Il s'agit du recrutement des enseignants des enfants de notre pays. En tant que citoyen, ex enseignant et laïc convaincu je suis très inquiet et pour tout dire, honteux.

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Une directrice d'école publique explique le recrutement actuel des enseignants: un désastre Empty
MessageSujet: Re: Une directrice d'école publique explique le recrutement actuel des enseignants: un désastre   Une directrice d'école publique explique le recrutement actuel des enseignants: un désastre EmptyVen 31 Oct 2014, 20:57

Chevalier a écrit:
A ce rythme là les écoles privées ont de beaux jours devant elles. Il est évident que les promesses du candidat Hollande d'un recrutement massif, d'enseignants non formés, de même que les utopies des ministres Peillon, Hamon et Belkacem sur les recrutements en nombre d'animateurs fantômes pour valider la réforme des rythmes scolaires n'étaient que des mensonges.


on fait mal sans moyens... il est vrai que même les enseignants recrutés alors qu'ils sont au chômage quittent rapidement leur poste découragés devant l'ampleur des dégâts... et surtout fuient la décrépitude du système, la veulerie de leur hiérarchie ne parlons pas de l'insignifiance des autorités supérieures qui gèrent (surtout pas de vagues sinon nos primes sautent) mais ne s'imposent pas.

Le premier ministre de l'éducation nationale de l'ère flambi qui avait décroché son agreg dans une pochette surprise avait tout prévu...

https://www.facebook.com/avantimegamaths/posts/391374554332290

sauf que la réalité ne correspondait pas à ce qu'il pensait qu'elle était... les autres ramassent les débris mais auront tout de même droit à la retraite donc rien n'est perdu.

Vos lardons ne savent pas lire ni écrire après 10 ans d'école (de 6 à 16 ans c'est obligatoire) ... ce n'est pas la question ! les leurs sont à l'école alsacienne... comme tout bon rejeton d'un dignitaire socialiste.

Revenir en haut Aller en bas
 
Une directrice d'école publique explique le recrutement actuel des enseignants: un désastre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ École des Mousses ] 1ère Cie-promotion 59/60
» [ École des Mousses ] École des Mousses 78/79 2eme CIE 24eme section
» les atlantes, l'école des mystères
» [Team] PAPY'rd : Recrutement [INACTIVE]
» Recrutement de la Devil-Family :p

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Faits de société. Débats. Sondages.-
Sauter vers: