Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Retraites du régime général

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
a.nonymous



Messages : 12070
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Retraites du régime général   Jeu 05 Mar 2015, 03:24

On se prosterne devant Monseigneur car Monseigneur est trop bon avec les sans dents...


Citation :
Retraites en retard : l'aide d'urgence reconduite par Hollande
Par Jean-Philippe Dubosc
-  mercredi 4 mars 2015 15:22

Le président de la République annonce dans Le Parisien que l'aide exceptionnelle de 800 euros accordée aux retraités en proie à des difficultés financières à cause du retard de paiement de leur première pension sera maintenue tant que le problème ne sera pas réglé.

A défaut de percevoir leur première pension, les nouveaux retraités de Nord-Picardie et du Languedoc-Roussillon sont au moins assurés de toucher 800 euros. Dans une de ses réponses aux questions des lecteurs du Parisien publiées le 4 mars 2015 par le quotidien, François Hollande a annoncé que l'aide d'urgence exceptionnelle accordée à ces infortunés, d'un montant de 800 euros, « sera renouvelée aussi longtemps que nécessaire. »

Selon le ministère des Affaires sociales, près de 2.000 personnes en proie à des difficultés financières ont déjà bénéficié de cette aide instaurée fin décembre pour pallier les retards de paiement des Caisses d'assurance retraite et de santé du travail (Carsat) de Nord-Picardie et du Languedoc-Roussillon. Confrontées à un afflux massif de départs à la retraite, ces deux caisses n'arrivent pas à répondre à la demande. Toujours d'après le ministère des Affaires sociales, on comptait encore à mi-février 8.000 nouveaux retraités sans pension dans les deux régions.


Mission de contrôle

« On ne peut pas mettre des pensionnés dans des situations insupportables. Ils ont des droits qui doivent être respectés », a souligné François Hollande. « J'y veillerai personnellement », a ajouté le chef de l'Etat.

La question est déjà suivie de près par Marisol Touraine. Dans un communiqué diffusé le 24 février, la ministre des Affaires sociales a annoncé avoir confié à l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) une mission de contrôle « urgente » sur les retards de paiement, dont les premiers résultats devraient lui être remis prochainement. Cette mission devra notamment évaluer l'efficacité des mesures mises en place.

Depuis le 25 janvier, les pensions sont versées par les Carsat de Nord-Picardie et du Languedoc-Roussillon même s'il manque des pièces au dossier de demande de retraite. A charge pour le nouveau retraité de fournir les justificatifs demandés dans les six mois. Par ailleurs, près de 5.000 dossiers ont été transférés vers les caisses de Paris, Dijon, Nancy, Rouen, Nantes et Limoges, moins débordées.
Source: http://www.toutsurlaretraite.com/retraites-en-retard-l-aide-d-urgence-reconduite-par-hollande.html


Le Figaro a écrit:
L'Élysée dévoile le montant de la retraite de François Hollande

   Home ECONOMIE Flash Eco
       Par Lefigaro.fr
       Mis à jour le 11/12/2014 à 18:42
       Publié le 11/12/2014 à 18:37

François Hollande pourra prétendre, une fois à la retraite, à environ 15.000 euros net par mois, somme correspondant à l'addition de toutes les pensions auxquelles il a droit, selon des chiffres fournis aujourd'hui par l'Élysée.

"Au total, en supposant que François Hollande demande le moment venu la liquidation de toutes les pensions auxquelles il a droit", c'est "une dotation mensuelle de 15.114 euros net qu'il recevra", écrit la directrice de cabinet de M. Hollande, Sylvie Hubac, dans un droit de réponse adressé à l'hebdomadaire Marianne.

L'hebdomadaire avait affirmé la semaine dernière que le chef de l'État toucherait près de 36.000 euros de retraite et indemnités par mois après son départ de l'Élysée. Pour arriver à cette somme, Marianne additionnait les pensions et revenus auxquels aurait droit, à terme, M. Hollande en calculant comme suit: 6.000 euros de retraite pour ses anciens mandats locaux, 6.800 euros comme ex-parlementaire, 6.000 euros comme ancien président de la République, 5.000 euros en tant qu'ancien haut fonctionnaire à la Cour des comptes et 12.000 euros d'indemnités comme membre à vie du Conseil constitutionnel.

Dans sa réponse écrite, l'Élysée précise que M. Hollande devrait toucher :
- 3.473 euros net mensuels au titre de sa retraite de conseiller référendaire de la Cour des comptes.
- de l'ordre de 235 euros mensuels net comme ancien élu local.
- 6.208 euros net par mois comme parlementaire
- 5.184 euros net par mois lorsqu'il n'exercera plus les fonctions de président de la République.
- de l'ordre de 545 euros (en un versement unique) pour ses activités d'enseignement et une somme de 168 euros net annuels pour celles d'avocat.

D'où au total 15.114 euros net par mois, récapitule l'Elysée. Par ailleurs, réaffirme la présidence, François Hollande ne siégera pas au Conseil constitutionnel comme c'est de droit pour tout ancien chef de l'État et ne percevra donc pas les 12.000 euros d'indemnités afférentes.
Source: http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/12/11/97002-20141211FILWWW00323-le-montant-de-la-retraite-de-hollande-devoile.php


Dernière édition par a.nonymous le Sam 17 Oct 2015, 12:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 2907
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Jeu 05 Mar 2015, 04:38

On remarque que M. Hollande ne soumet pas au vote (des parlementaires) la suppression de la possibilité de siéger au Conseil constitutionnel pour les anciens présidents.
On remarque que la collaboratrice de M. Hollande répond 15 000 euros net, pas très loin des 24 000 euros bruts de Marianne (hors 12 000 euros comme membre du Conseil constitutionnel, où on est supposé croire Hollande sur parole quand il dit y renoncer).

On remarque surtout que présidents, ministres et parlementaires, qui nous expliquent les multiples raisons pour lesquelles ils sont obligés de réduire nos retraites, n'ont pas encore trouvé une seule bonne raison de réduire la leur / les leurs, ou mieux d'aligner leurs conditions de retraite sur le régime général des salariés. Soyons juste : la tendance au PS est plutôt de nier le problème, jusqu'à ce qu'on soit dans le mur.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/12/18/une-aide-exceptionnelle-apres-des-retards-de-versement-de-retraites_4543443_3234.html
Et le coup des retraites non versées "avec des retards qui remontent à plus d'un an", là c'est le pompon.
Précédé toutefois par un précédent plantage géant qui a concerné les militaires. Heureusement que les nôtres sont républicains, on a connu des pays avec coup d'état pour moins que ça...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12070
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Sam 14 Mar 2015, 04:27

Voici une annonce dont le choix de la date a de quoi surprendre à une semaine d'un scrutin qui se présentait déjà comme une Bérézina pour le PS......



"Les pensions de retraites complémentaires des salariés et cadres du privé vont rester gelées en 2015, ont annoncé jeudi les régimes Agirc et Arrco dans un communiqué.."



Chômage, retraites, tout cela va finir de l'agitation sociale avec du sang et des larmes....



AFP a écrit:
C'est ce qu'ont annoncé jeudi les régimes Agirc et Arrco...
Les retraites complémentaires gelées en 2015

20 Minutes avec AFP

Publié le 12.03.2015 à 18:02
Mis à jour le 12.03.2015 à 18:02

Les pensions de retraites complémentaires des salariés et cadres du privé vont rester gelées en 2015, ont annoncé jeudi les régimes Agirc et Arrco dans un communiqué. Les partenaires sociaux, gestionnaires de ces deux régimes, réunis en conseil d'administration mercredi et jeudi, ont «décidé de maintenir les valeurs du point au même niveau que l'an passé», selon le communiqué.

Pour combler une partie du déficit, syndicats et patronat s'étaient entendus en 2013 pour limiter la revalorisation des pensions - qui intervient chaque année le 1er avril - en 2013, 2014 et 2015.



Difficile négociation

Leur accord prévoyait que les pensions seraient revalorisées un point en dessous de l'inflation sur trois ans. Mais une clause prévoyait aussi que les pensions ne puissent pas baisser. Or l'inflation prévue dans le budget de la Sécurité sociale pour 2015 est de 0,9%.

«Les partenaires sociaux ont fait jouer la clause de sauvegarde prévue dans l'accord qui prévoit que le taux ne peut pas être inférieur à 0%», soulignent l'Agirc et l'Arrco. Les partenaires sociaux ont entamé le mois dernier une difficile négociation sur l'avenir financier des retraites complémentaires, fragilisées par l'arrivée massive des papy boomers à la retraite et la réduction des cotisations due au chômage élevé.

Ils ont quatre mois, jusqu'à juin, pour trouver comment pérenniser le système, fortement déficitaire. La prochaine séance est fixée au 20 mars.
Source: http://www.20minutes.fr/economie/1561215-20150312-retraites-complementaires-gelees-2015
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13574
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Sam 14 Mar 2015, 06:20

Et nos humanistes journalistes ... pas de commentaire sur leur système d'imposition !

Nous avons une information objective et désintéressée... on doit rire ?

Si flanbi vous a trompé, si le toréador irascible vous fatigue, si des incapables à la chambre vous étonnent, si votre région part en biberine, si les 40 ans de communisme départemental vous lassent et si 50 ans de communisme municipal vous laissent à la ramasse... il y a une solution !

On va voter, on ne vote pas blanc, on vire les sortants et on évite de mettre en place ceux qui étaient leurs alliés... même s'ils ont un faux nez.

Changer une équipe nuisible pour la remplacer par des clones NON !

Le changement ce n'est pas eux mais vous qui le décidez... à vous de jouer !


Vous avez les cartes en main... si vous voulez que ça change agissez !


Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12070
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Sam 14 Mar 2015, 14:07

Alors que l'Agirc et l'Arrco viennent d'annoncer le maintien du gel des retraites complémentaires en 2015 et alors que l'on s'apprête à voter pour les départementales dans une semaine, il est intéressant de regarder les positions exprimés sur cette question des retraites par Gilles Saint-Gal et Christian Favier le 26 mai 2010....

A cette époque et alors que nombre de personnes s'accordait déjà à dire qu'au vu de l'évolution démographique et de l'allongement de la durée de vie, le système des retraites était en péril et qu'il fallait donc, d'une part, allongé la durée de cotisations et, d'autre part, introduire une part de capitalisation, ces deux conseillers généraux communistes défendaient eux des positions complètement dépassées en refusant tout changement...

Si les positions de ces deux conseillers communistes avaient été suivies, ce n'est pas dans deux ou trois ans que le système des retraites risquerait la faillite, il le serait bel et bien déjà....

N'est-ce pas Émile de Girardin qui a dit en son temps "Gouverner, c'est prévoir ; et ne rien prévoir, c'est courir à sa perte" ?

A méditer en se rendant au bureau de vote dans une semaine...





Source: http://www.elunet.org/IMG/pdf/Communique_groupe_communiste_CG_94.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14039
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Sam 14 Mar 2015, 20:25

Bon, et? Depuis 2010 des options ont été choisies pour maintenir les systèmes de retraite complémentaire à flots. Refaire le débat à rebrousse poil n'y change rien.

Doit-on pour autant se réjouir que, comme on pouvait le prévoir au vu des règles de revalorisation, le gel des retraites complémentaires Agirc et Arrco soit confirmé en avril prochain? (A priori tout est fait pour qu'il reste à flots jusqu'en 2020.

Retour en arrière : en 2013, il avait été décidé de revaloriser les pensions de 2014 et 2015 à l’inflation moins 1 point. Il aurait donc fallu une prévision d’inflation de plus de 1% pour espérer une hausse des retraites complémentaires. Or, la projection retenue dans le budget 2015 de sécurité sociale n’est que de 0,9% (le gouvernement vient même de revoir son chiffre à la baisse, à 0%).

Les bénéficiaires de prestations Agirc et Arrco vont donc devoir se passer d’augmentation pour la deuxième année de suite. Et on peut également craindre la même issue pour les pensions de base.

Déjà gelées en octobre dernier (seuls les plus modestes ont obtenu une prime de 40 euros versée ce mois-ci), elles risquent en effet de subir le même sort en octobre prochain si l’inflation ne repart pas à la hausse.

En cas d’inflation effectivement nulle cette année, les retraités auront au moins une maigre consolation. Leur pouvoir d’achat ne baissera pas... contrairement à 2014, où il a reculé d’environ 0,5%.

Tout cela étant à relativiser avec ce qui se passe ou s'est passé en Irlande, en Espagne, en Grèce.
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 2907
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Sam 14 Mar 2015, 20:51

Selon le Canard enchainé de cette semaine, ce gel des retraites est envisagé jusqu'en 2018 : un gel provisoire durable donc, qui de plus "ne rapporterait, selon les experts des caisses complémentaires, que 4 milliards par an, soit à peine plus de la moitié des besoins" prévus.

Et encore, c'est (le gel) une rare mesure où patronat et syndicats pourraient être d'accord. Je vous épargne les horreurs auxquelles le Medef a pensé pour trouver l'autre moitié des besoins.

C'est curieux, le Medef n'a pas proposé de montrer l'exemple, là où il aurait pu avec le plein accord des syndicats : les dirigeants des grandes entreprises ont mis en place pour eux-mêmes des super retraites "surcomplémentaires" bien loin (très très au-dessus) des montants agirc. A vie, intégralement réversibles au conjoint survivant sans condition : dans les comptes annuels d'une entreprise multinationale, que j'ai vus, il y avait déjà des centaines de millions provisionnés à cette fin. Quand je pense que le même Medef juge impossible la moindre augmentation de cotisation pour les retraites de la plèbe, ça fait désordre.

Messieurs les dirigeants, retournez au régime commun et versez-y la cagnotte ! D'ailleurs il est bien connu que montrer soi-même l'exemple est plus convaincant que de longs discours.
Ce qui est valable pour les élites dirigeantes politiques comme économiques.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12070
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Dim 15 Mar 2015, 00:49

Si il est possible de trouver des artifices pour éviter temporairement la faillite du système, il faut quand même prendre en compte la réalité de la situation: le nombre de retraités augmente plus vite que le nombre d'actifs contributeurs...

En 1982 quand a été accordé la retraite à partir de 60 ans, il y avait 5,2 millions de retraités pour 12,9 millions d'actifs contributeurs soit un ratio de 2,5...

En 2013, derniers chiffres connus, il y avait 13,2 millions de retraités pour seulement 17,6 millions d'actifs contributeurs soit un ration de 1,33...


Source: http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATTEF04560%C2
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13574
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Dim 15 Mar 2015, 01:04

Normal lorsqu'en 97 JUPPE a tenté d'adapté le système il y a eu les évènements que nous connaissons et la dissolution.
PINPIN qui voulait être président a donc enterré le dossier et on a bricolé depuis...

pas de vagues ! maintenant c'est plus de fric.

Au lieu d'anticiper la question en traitant à froid on charcutera à chaud dans l'urgence.
flanbi va mettre des rustines pendant 2 ans encore pensant ainsi repasser en 2017 après lui le déluge il grenouillera en cohabitation.
Les franchouillards eux iront bouffer avec les chevaux de bois...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12070
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Dim 15 Mar 2015, 01:42

Le vrai problème est qu'alors qu'INSEE (statistique), INED (démographique), INSERM (santé), ministère du travail, CNAV (vieillesse), .... disposent de toutes les séries statistiques permettant d'établir des prévisions fiables sur l'évolution du nombre de retraités bénéficiaires et d'actifs contributeurs à venir, certains ont voulu faire un dogme du principe des retraites par répartition...

Le tract des communistes Gilles Saint-Gal et Christian Favier cité ci-dessus - http://www.plateaufontenay.net/t2084-retraites#69409 - en est un bon exemple même si ils ne sont pas les seuls à avoir été aussi inconséquents...
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 2907
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Dim 15 Mar 2015, 04:22

En restant dans le cadre des retraites par répartition, pour compenser l'augmentation rapide des plus de 60 ans on peut utiliser le recul de l'age effectif de départ en retraite (deux leviers disponibles : age minimum de départ, et/ou nombre de trimestres). C'est ce qu'ont utilisé les réformes Balladur (privé), Fillon et Woerth. Certes, ce n'a pas été suffisant.

Mais avec le slogan communiste (tract plus haut) c'est la totale démagogie : leur proclamé retour à 60 ans et 150 trimestres, le PS aurait eu intérêt à le faire, comme il l'avait promis lui aussi, dans l'opposition. En fait le PS ne l'a pas fait une fois revenu au pouvoir, et il n'a presque rien fait comme réforme des retraites, sinon donc maintenir les réformes de droite qu'il avait promis d'abroger. Par contre la gauche a bien profité électoralement, à plusieurs reprises, de son opposition aux réformes (partielles) des retraites par la droite alors au pouvoir. Maintenant c'est le reflux pour le PS, et surtout coté retraites l'addition qui arrive pour les salariés (anciens ou actuels). Qui sera plus lourde du fait du temps perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 2907
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Mer 01 Avr 2015, 02:24

tonton christobal a écrit:
les pensions des morts en Algérie c'est maintenant ! mais on ne peut pas vérifier... le record mondial de centenaires est pulvérisé !

Heureusement il y a les salauds de retraités des 30 glorieuses qui bossaient 45 heures par semaine et avaient 3 semaines de vacances à qui on peut donner sur la courge.

Sans compter ceux à qui on a payé plus de deux ans de séjour en Algérie avec quelques victimes collatérales à la clé et qui voient avec plaisir des gens qui n'ont cotisé à rien percevoir plus de retraite que leurs parents... eux qui ont bossé comme des ânes toute leur vie

Curieusement le FN est en plein booum ! surprenant n'est ce pas ?
http://www.plateaufontenay.net/t2111p100-elections-departementales-22-et-29-mars-2015-les-resultats-et-commentaires#70369

Je redirige ici (en sujet retraites) une citation du lien indiqué. Pour les Français en retraite, le service public ou l'Etat ont pensé à tout ou presque. Exemples :
Résidence en France, Caisse de retraite étrangère
"Vous devez vous présenter à votre mairie muni d'une pièce d'identité pour faire établir un certificat de vie."
Résidence à l'étranger, Caisse de retraite française
"Vous devez fournir, au maximum une fois par an, un justificatif à la caisse de retraite chargée d'effectuer le contrôle (à la date fixée par la caisse pour la réception du justificatif). Ce justificatif est complété par les autorités compétentes du pays de résidence."
http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F2543.xhtml

En France, donc, le "certificat de vie" est établi en mairie. Ailleurs, le "justificatif" est complété "par les autorités compétentes" locales donc procédures variables, et reste à préciser le cas des non-Français résidant à l'étranger, avec Caisse de retraite française.
La règle française antérieure (pour des étrangers, retraite seulement si présent en France, je crois) était une forme d'injustice, mais sans doute basée sur la difficulté de vérifier si on verse du vivant de la personne, quand elle est dans un pays lointain, non-européen particulièrement.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13574
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Mer 01 Avr 2015, 17:23

La situation est si claire et la fraude si peu évidente, des malveillants sans doute un brin fachos, se demande s'il n'y aurait pas des complicités... à tel point que la cour des comptes, institution composée comme chacun sait des meilleurs plaisantins nationaux s'en est inquiétée.

Ce à quoi nos gouvernements successifs experts dans la discipline de la tonte de certains contribuables nationaux rétorque que bien sur il y a lieu de trouver une explication à cette longévité locale des anciens  travailleurs étrangers en France mais qu'ils ne savent pas comment faire...

J'avais bien émis l'idée d'inviter les bénéficiaires à se présenter en personne régulièrement aux autorités consulaires françaises locales mais c'est sans doute si pervers, contraignant voire inquisiteur (rayer la mention inutile ou injurieuse) et susceptible de nuire aux relations bi latérales excellentes que nous entretenons avec le pays de résidence que cette proposition tortueuse n'a pas été retenue.

Alors payons pour les morts, soignons gratos les gens en situation irrégulière, tondons les Français, s'ils émettent la moindre critique flanquons leur des procès (il y aura bien une assoce de z'humanitaires rose bonbon pour s'y coller) et soyons surpris par la montée du vote FN et par les abstentions record... Peut être qu'en montant une nouvelle structure administrative...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12070
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Mer 29 Avr 2015, 04:34

Statistiques 2014...

AFP a écrit:
La France compte près de 13,7 millions de retraités salariés du privé
Par Anne Sophie LABADIE | AFP – il y a 1 heure 44 minutes

Les rangs des retraités du privé en France ont continué de grossir en 2014 pour atteindre près de 13,7 millions de personnes, avec des disparités persistantes dans les pensions perçues par les hommes et les femmes, selon le bilan fourni mardi par l'Assurance retraite.

Parmi les 13,68 millions de retraités touchant au 31 décembre 2014 une pension du régime général, on comptait 6,11 millions d'hommes et 7,56 millions de femmes, selon la Caisse nationale d'assurance vieillesse - qui gère la retraite de base des salariés de l'industrie, du commerce et des services.

En additionnant les médecins, mineurs, agriculteurs et autres bénéficiaires des régimes spéciaux ou affiliés, le nombre de retraités en France dépasse les 15 millions. A titre indicatif pour les seuls fonctionnaires, 2,3 millions de pensions civiles et militaires de retraite étaient versées fin 2013.

Le profil type du retraité du régime général en 2014 est une personne de 73,6 ans (contre 73,4 ans en 2013) qui perçoit 1.032 euros par mois pour une carrière complète au régime général (quatre euros de plus que l'année dernière).

Il faut ajouter à ce montant les pensions versées par les régimes de retraite complémentaire Agirc et Arrco, qui peuvent représenter environ un tiers pour les salariés et plus de la moitié de la pension complète pour les cadres.

Le salarié peut aussi percevoir un autre pécule s'il a cotisé à plusieurs régimes de retraite durant sa carrière, ce qui est le cas pour 43% des retraités du privé aujourd'hui.

Du fait de la dernière réforme des retraites et de la très faible inflation prévue, les pensions de base n'ont pas été revalorisées en 2014.

Seules les pensions faibles (1.200 euros en cumulant retraite de base et part complémentaire) ont bénéficié d'une prime exceptionnelle de 40 euros, qui vient d'être versée.

Sans surprise, les inégalités salariales entre les hommes et les femmes affectent le montant des pensions. Dans l'ensemble, les hommes touchent 1.123 euros tous les mois pour un âge moyen de 72,6 ans, contre 921 euros pour les femmes, dont l'âge moyen de l'ensemble d'entre elles est de 74,4 ans.

Plus de 200.000 retraitées ont 80 ans, contre 150.000 retraités. Elles sont près de 100.000 à dépasser la barre des 90 ans. Ils sont moitié moins chez les hommes.



- Départ à 62,3 ans -

Le nombre de retraites anticipées "carrière longue", dispositif permettant de partir plus tôt aux personnes ayant commencé à travailler avant 20 ans, a augmenté avec 150.281 départs en 2014 (147.208 en 2013), pour les deux tiers des hommes.

Pour parfaire la photographie du retraité en 2014, il vit dans plus de 9 cas sur 10 en métropole ou dans les DOM, soit 12,43 millions sur les 66,3 millions d'habitants recensés en France au 1er janvier 2015.

L'Ile-de-France, le Sud-Est, la région Rhône-Alpes et tout le littoral ouest (du Nord à la cote basque) constituent ses bases arrières privilégiées.

Ils sont 9,1% à avoir choisi de s'établir dans les TOM ou à l'étranger pour y vivre leurs vieux jours, soit 1,25 million de retraités.

L'année 2014 ne marque pas de bouleversement par rapport à 2013, les effets des dernières réformes étant lissés, à l'instar de l'allongement de la durée de cotisation.

En 2014, 797.350 pensions nouvelles ont été attribuées.

Les nouveaux retraités touchant une pension de droit direct ont cessé leur activité professionnelle en moyenne à 62,3 ans (61,9 ans pour les hommes, 62,6 ans pour les femmes) après avoir cotisé 154 trimestres en moyenne. Un sur deux est polypensionné.

Plus de 13% de ces nouveaux retraités bénéficient d'une surcote (majoration attribuée à ceux ayant travaillé après l?âge légal et au-delà du nombre de trimestres nécessaires), 8,3% ont des pensions à taux réduit.

Pour bénéficier d'une retraite à taux plein, le salarié doit atteindre l'âge dit "légal", fixé à 62 ans pour les personnes nées à partir de 1955, mais aussi avoir le nombre nécessaire de trimestres. La durée de cotisation passera progressivement à 172 trimestres en 2035 (43 ans), à raison d'un trimestre tous les trois ans.

Le salariés peut aussi attendre l'âge dit du taux plein (à terme 67 ans).
Sources: https://fr.news.yahoo.com/france-compte-pr%C3%A8s-13-7-millions-retrait%C3%A9s-131547806.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12070
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Mer 20 Mai 2015, 20:49

Il faudra donc encore attendre quelques mois pour que l'administration s'acquitte normalement de ses obligations à l'égard des salariés de droit français qui, après avoir contribué pendant des années au système social, partent en retraite...

Ou quand on nous présente comme une mesure sociale quelque chose qui est juste normal...



""Concrètement, dès la rentrée prochaine, et partout en France, tout dossier complet de retraite, déposé quatre mois avant la date prévue de départ à la retraite, devra être traité dans les temps. Si ce n'est pas le cas, les caisses commenceront par verser automatiquement le montant rapidement estimé de la retraite afin d'éviter des situations où les retraités se retrouvent sans aucune ressource", a-t-elle expliqué en réponse à une question du député socialiste Rémi Pauvros (Nord)."



AFP a écrit....

actu.orange.f a écrit:
AFP 19-05-2015 - 17:55
Touraine s'engage sur une garantie de paiement des pensions de retraite

La ministre des Affaires sociales Marisol Touraine s'est engagée mardi à ce que les futurs retraités touchent une pension sans retard dès lors qu'"un dossier complet" aura été déposé quatre mois avant la date prévue du départ en retraite.

Pour éviter la répétition des retards qu'ont connus ces derniers mois plusieurs milliers de nouveaux retraités de Nord-Picardie et du Languedoc-Roussillon, Mme Touraine a annoncé à l'Assemblée nationale la mise en place "d'un droit opposable à la retraite du régime général".

"Concrètement, dès la rentrée prochaine, et partout en France, tout dossier complet de retraite, déposé quatre mois avant la date prévue de départ à la retraite, devra être traité dans les temps. Si ce n'est pas le cas, les caisses commenceront par verser automatiquement le montant rapidement estimé de la retraite afin d'éviter des situations où les retraités se retrouvent sans aucune ressource", a-t-elle expliqué en réponse à une question du député socialiste Rémi Pauvros (Nord).

Elle a ajouté que "des mesures de soutien" seraient apportées aux caisses.

Et pour que les Caisse d'assurance retraite et de la santé au travail (Carsat) "puissent être au rendez-vous de cette obligation", Mme Touraine s'est engagée "à alléger certaines procédures de liquidation".

Ces derniers mois, a rappelé Mme Touraine aux députés, "des hommes et des femmes qui venaient de prendre leur retraite ont été confrontés à des retards insupportables qui les ont amenés à rester plusieurs mois sans avoir de retraite". "J'ai renforcé les moyens en gestion et fait en sorte que les retraités sans ressources touchent une aide exceptionnelle de 800 euros par mois non remboursable", a-t-elle souligné. Selon le ministère, 3.399 retraités ont ainsi perçu l'aide exceptionnelle.

Mais si "la situation est désormais nettement améliorée", a-t-elle dit, "nous devons faire en sorte qu'elle ne se reproduise pas".

Un décret sera rapidement présenté au conseil d'administration de la Caisse nationale d'assurance vieillesse pour mettre en oeuvre cet engagement, pris sur la base d'un rapport de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas), a indiqué le ministère dans un communiqué.

Selon Remi Pauvros, la Carsat de Nord-Picardie a connu jusqu'à 15.000 dossiers non régularisés, il en reste aujourd'hui entre 2.000 et 3.000. Dans le Languedoc-Roussillon, les dossiers en souffrance sont passés de 5.000 à 1.200.

Les Carsat expliquaient la situation par le profil particulier de ces deux régions, où un nombre significatif d'assurés dépose des demandes de départ à la retraite au titre des carrières longues pour partir dès 60 ans.
Source: http://actu.orange.fr/france/touraine-s-engage-sur-une-garantie-de-paiement-des-pensions-de-retraite-afp_CNT000000a5oYL.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12070
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Jeu 08 Oct 2015, 23:04

A n'en pas douter les retraités vont se prosterner devant le gouvernement socialiste et les partenaires sociaux pour la largesse de cette annonce faite en catimini...



"Les retraites de base des salariés du privé et de la fonction publique seront augmentées pour la première fois depuis deux ans et demi. Mais de 0,1% seulement, selon une discrète circulaire signée par le directeur de la Sécurité sociale."



http://www.toutsurlaretraite.com/revalorisation-2015-des-retraites-hausse-de-0-1-officialisee.html a écrit:
Revalorisation 2015 des retraites : hausse de 0,1% officialisée
Par Olivier Brunet
-  jeudi 8 octobre 2015 10:01

C'est désormais officiel. Les retraites de base des salariés du privé et de la fonction publique seront augmentées pour la première fois depuis deux ans et demi. Mais de 0,1% seulement, selon une discrète circulaire signée par le directeur de la Sécurité sociale.

Pas de coup de pouce au pouvoir d'achat des retraités. La fin du gel des pensions de retraite, qui n'ont pas été augmentées depuis le 1er avril 2013, risque fort de ne pas les satisfaire. Sans tambour ni trompettes, les ministères des Finances et des Affaires sociales ont officiellement annoncé une revalorisation des pensions au 1er octobre 2015 de 0,1%. Une annonce faite non par les ministres Michel Sapin ou Marisol Touraine devant les médias ou l'Assemblée nationale, mais en toute discrétion.



Formule de calcul

C'est en effet par une très confidentielle circulaire signée par le directeur de la Sécurité sociale Thomas Fatome et adressée aux directeurs de toutes les caisses de retraite concernées que la hausse des pensions a été officialisée. Précisément, le texte fixe un coefficient de revalorisation de 1,001 au 1er octobre 2015.

Cette faible revalorisation n'est pas une surprise, puisque qu'elle avait été retenue par la commission des comptes de la Sécurité sociale pour établir ses prévisions de dépenses pour 2015 et 2016. Ce chiffre résulte d'une formule de calcul tenant compte de la hausse des prix à la consommation passée et prévisionnelle, appelée à être modifiée à partir de 2016.



Toutes les retraites de base concernées

Qui est concerné par cette augmentation a minima ? Toutes les pensions de retraite de base versées par la Caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav) aux travailleurs salariés, par la MSA aux agriculteurs, par le RSI aux indépendants, par le Service des retraites de l'Etat (SRE) aux fonctionnaires d'Etat et militaires, par la CNRACL aux pensionnés relevant des fonctions publiques territoriale et hospitalière, par les caisses de retraite des professions libérales et celles en charge des régimes spéciaux de retraite comme ceux de la SNCF ou la RATP. En revanche, les retraites complémentaires (l'Arrco et l'Agirc pour les salariés du privé) ne sont pas visées par cette décision.

La revalorisation sera effective pour la plupart des retraités lors du versement de l'échéance d'octobre payée au début du mois de novembre.
Source: http://www.toutsurlaretraite.com/revalorisation-2015-des-retraites-hausse-de-0-1-officialisee.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12070
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Ven 16 Oct 2015, 22:49

Après la formidable revalorisation de la retraite de base annoncée il y a quelques jours, c'est de retraites complémentaires qu'il est aujourd'hui question entre les partenaires sociaux....

La proposition du Medef d'inciter les salariés à travailler plus longtemps pourrait faire sens si ceux-ci en avaient la possibilité ce qui n'est pas le cas pour tous... Faut-il rappeler que selon les chiffres d'août 2015, le nombre de chômeurs de catégorie A de plus de 50 ans a augmenté de 1,4 % en un mois et  de 9,4 % en un an ?

Rappelons que ces seniors sans emploi n'auront pas le choix et qu'ils basculeront de Pôle emploi à la retraite dès qu'ils auront l'âge pour celle-ci...



https://fr.news.yahoo.com/retraites-compl%C3%A9mentaires-medef-revoit-propositions-094731617.html a écrit:
Retraites complémentaires: le Medef revoit ses propositions
AFP Par AFP | AFP – il y a 46 minutes

Le Medef a revu vendredi ses propositions pour inciter les salariés à travailler plus longtemps, au-delà de l'âge et de la durée de cotisation actuellement fixés, afin de renflouer les caisses des retraites complémentaires, selon un nouveau texte du patronat.

Autour de la table sont réunis le patronat (Medef, CGPME, UPA) et les cinq syndicats représentatifs (CGT, CFDT, CFTC, FO, CFE-CGC) pour tenter de régler l'avenir des régimes Agirc (cadres) et Arcco (tous les salariés du privé).

C'est dans cette optique que le patronat a revu sa copie, jusqu'alors jugée inacceptable par les syndicats.

Selon le nouveau texte, le Medef garde l'idée d'un système de bonus-malus pour les départs à la retraite, ce "coefficient de solidarité" - selon le terme employé par le patronat - ne dépend plus uniquement de l'âge mais aussi de la durée de cotisation.

Il s'agit principalement d'inciter les salariés, à partir de 2019, à travailler une année de plus, une fois qu'ils ont rempli les conditions nécessaires pour partir avec une retraite à taux plein (âge légal de 62 ans et durée de cotisation).

Ainsi, un salarié remplissant ces deux conditions et qui déciderait de prendre sa retraite à 62 ans verrait sa retraite complémentaire amputée de 15% la première année, de 12% la seconde et de 10% la troisième, avant de retrouver une retraite à taux plein à 65 ans.

En revanche, s'il travaille jusqu'à 63 ans (soit 4 trimestres de plus) ce malus dégressif et temporaire sera annulé.

S'il reste deux ans de plus en activité (8 trimestres), il bénéficiera d'un bonus, pendant un an, de 10%. Bonus qui grimpe à 20% s'il travaille trois ans de plus (12 trimestres), à 30% pour quatre ans de plus (16 trimestres).

Une personne qui devrait travailler jusqu'à 64 ans pour obtenir toutes ses annuités devrait ainsi partir à la retraite à 65 ans pour ne pas subir de décote.

Les retraités modestes exonérés de CSG ne seraient pas concernées par ces décotes.

En contrepartie, toujours selon le texte du Medef, le patronat se dit prêt à accepter une hausse des cotisations patronales qui reste cependant à chiffrer, et qui doit être compensée par une baisse des cotisations pour la branche AT-MP (accidents du travail -maladie professionnelle).

La fusion des deux régimes Agirc et Arrco à l'horizon 2019 est maintenue dans le projet du Medef, qui promet toutefois d'engager une négociation sur le statut de l'encadrement, comme le réclame la CFE-CGC.
Source: https://fr.news.yahoo.com/retraites-compl%C3%A9mentaires-medef-revoit-propositions-094731617.html
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13574
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Ven 16 Oct 2015, 23:08

Lorsque l'incohérence est aux manettes tout et son contraire sont possibles.

Il faut que ceux qui travaillent et qui savent faire retardent leur âge de retraite...
Dans le même temps on flanque dehors ceux qui savent faire et ne demandent qu'à bosser pour installer la boite ailleurs où se trouvent des gens qui savent faire mais coutent moins cher...
Toujours dans le même temps on forme des gens qui sauraient faire mais dont les qualifications sont inutiles car ne correspondent pas aux besoins des employeurs...
Pour finir nous avons ceux qui ne savent pas faire, qui ne veulent pas faire, qui sont heureux de ne rien faire qui reçoivent de l'argent et passent leur temps à empoisonner la vie des précédents...

Notre gouvernement est infoutu de faire ce constat et pour tout arranger nous importe des gens qui sauraient faire mais pas chez nous ou qui ne savent pas faire chez eux et encore moins chez nous...

Pour les retraites... lire plus haut, c'est un début d'explication du problème.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12070
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Ven 16 Oct 2015, 23:17

tonton christobal a écrit:
---/---
Il faut que ceux qui travaillent et qui savent faire retardent leur âge de retraite...
Dans le même temps on flanque dehors ceux qui savent faire et ne demandent qu'à bosser pour installer la boite ailleurs où se trouvent des gens qui savent faire mais coutent moins cher...
---/---

Tout est dit, on peut juste ajouter que quand on n'installe pas la boite ailleurs on fait venir des travailleurs détachés de cet ailleurs... Les salariés détachés roumains qui ont installé l'université d'été du PS à la Rochelle et pour qui les cotisations sociales étaient payées en Roumanie en sont un excellent exemple...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13574
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Ven 16 Oct 2015, 23:42

a.nonymous a écrit:


Tout est dit, on peut juste ajouter que quand on n'installe pas la boite ailleurs on fait venir des travailleurs détachés de cet ailleurs... Les salariés détachés roumains qui ont installé l'université d'été du PS à la Rochelle et pour qui les cotisations sociales étaient payées en Roumanie en sont un excellent exemple...


Il est possible de faire plus fort et on ne s'en prive pas :
Installer la boite ailleurs
Faire venir les travailleurs étrangers en France si le boulot ne peut pas être transféré...

Double avantage ! si des fois nous arrivions à nous en sortir malgré tout, on nous importe des gens qui n'auront pas de boulot, pas de logement, pas de ressource ne seront pas adaptés à nos usages, que nous devrons nourrir et qui faisant venir leur famille exigeront que nous élevions leurs enfants et prenions en charge leurs parents.

C'est magnifique !

Le retraité franchouillard qui a bossé 35 ou 40 ans a cotisé à tout, payé ses impôts, éventuellement passé 2 ou 3 ans parfois plus avec un uniforme sur le dos voila l'ennemi !

Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12070
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Sam 17 Oct 2015, 06:59

Un accord a donc été trouvé mais celui-ci va se faire sur le dos de salariés partant en retraite à 62 ans


"Objectif: inciter les salariés, à partir de 2019, à travailler une année de plus, une fois qu'ils ont rempli les conditions nécessaires pour partir avec une retraite à taux plein (âge légal de 62 ans et durée de cotisation de 41,5 ans).

Ainsi, un salarié remplissant ces deux conditions qui déciderait de prendre sa retraite à 62 ans verrait sa retraite complémentaire amputée de 10% la première année, 10% la seconde et 10% la troisième, avant de récupérer une retraite à taux plein à 65 ans. La précédente mouture proposait 15, 12 et 10%."



On pourrait admettre cette solution pour sauver les retraites sauf qu'aujourd'hui nombre de salariés quittent le monde du travail pour rejoindre celui du chômage avant 62 ans contre leur gré, poussés et contraints par des plans sociaux...



https://fr.news.yahoo.com/retraites-compl%C3%A9mentaires-medef-revoit-propositions-094731617.html a écrit:
Retraites complémentaires: "Accord de principe" entre le patronat et 3 syndicats
AFP Par Estelle EMONET, Aurélie CARABIN | AFP – il y a 9 minutes

Le Medef a décroché vendredi un "accord de principe" de la part de trois syndicats pour son projet visant à renflouer les caisses des retraites complémentaires, qui va inciter les salariés à travailler plus longtemps.

Manuel Valls s'est "réjoui" de cet "accord de principe", assurant que le gouvernement "accompagnera" sa "mise en oeuvre", selon un communiqué du Premier ministre.

"L'échec était annoncé, cela n'est pas le cas", s'est réjoui le négociateur de la CFE-CGC, Serge Lavagna, à l'issue de la journée de négociation entre le patronat (Medef, CGPME, UPA) et les syndicats (CGT, CFDT, CFTC, FO, CFE-CGC) pour trouver un moyen de renflouer les caisses déficitaires l'Agirc (cadres) et de l'Arrco (tous les salariés du privé).

Il y a "un accord de principe" entre le Medef et la CFE-CGC, la CFDT et la CFTC, a-t-il ajouté.

"C'est un objectif collectif qui a été atteint", s'est félicité de son côté le négociateur du Medef Claude Tendil.

Une réunion "conclusive" est prévue le 30 octobre "pour la finalisation de cet accord".

De leur côté, FO et la CGT ont refusé de signer le texte. Qualifiant le projet du Medef d'"inacceptable", le numéro un de la CGT Philippe Martinez a estimé sur BFMTV qu'"une nouvelle fois", les salariés et les retraités "vont devoir payer".

Le patronat est arrivé avec de nouvelles propositions vendredi matin qu'il a ajustées dans l'après-midi.

Le texte prévoit un système de bonus-malus pour les départs à la retraite ne dépendant plus uniquement de l'âge mais aussi de la durée de cotisation.

Objectif: inciter les salariés, à partir de 2019, à travailler une année de plus, une fois qu'ils ont rempli les conditions nécessaires pour partir avec une retraite à taux plein (âge légal de 62 ans et durée de cotisation de 41,5 ans).

Ainsi, un salarié remplissant ces deux conditions qui déciderait de prendre sa retraite à 62 ans verrait sa retraite complémentaire amputée de 10% la première année, 10% la seconde et 10% la troisième, avant de récupérer une retraite à taux plein à 65 ans. La précédente mouture proposait 15, 12 et 10%.

En revanche, s'il travaille jusqu'à 63 ans (soit 4 trimestres de plus) ce malus serait annulé.

Autre cas de figure, une personne disposant de ses annuités à 64 ans devrait attendre 65 ans, pour partir à la retraite sans subir de décote.

Des bonifications de 10, 20 et 30% seraient au contraire appliquées pendant un an pour les salariés restant en activité deux, trois ou quatre ans de plus.

Les retraités modestes exonérés de CSG ne seraient pas concernés.

Le patronat a accepté aussi l'idée d'une hausse d'un des deux taux de cotisations.




- 'Pressions politiques' -

"Sur un plan d'économies qui nous est présenté de 6 milliards d'euros, le patronat fait un effort de 600 millions", a déclaré Philippe Pihet (FO), soulignant que les efforts sont supportés à "90% par les salariés et à 10% par les entreprises".

"Le projet d'accord acte de fait le report de l'âge de retraite et l'abaissement du niveau des retraites complémentaires", a déploré Eric Aubin (CGT) opposé à tout abattement.

"Pour toucher sa retraite pleine et entière il faudra travailler un an de plus que l'âge à partir duquel on a le droit à son taux plein", a-t-il souligné.

Le représentant de la CGT a dénoncé en outre des "pressions politiques", une autre source syndicale confirmant à l'AFP que le Premier ministre Manuel Valls a pris contact avec la CFDT et de la CFTC.

La CFE-CGC avait indiqué dans la journée qu'un accord était "peut-être jouable", le syndicat tablait alors sur un abattement maximum de 10% et pendant deux ans, ainsi que des garanties autour du statut cadre dans la perspective de la fusion des deux régimes.

L'Agirc et l'Arrco ont vu leurs déficits cumulés se creuser à plus de 3 milliards d'euros en 2014. Si rien n'est fait, leurs réserves, permettant de compenser ces pertes, seront épuisées d'ici à 2018 pour l'Agirc, 2027 pour l'Arrco.
Source: https://fr.news.yahoo.com/retraites-compl%C3%A9mentaires-medef-revoit-propositions-094731617.html
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 2907
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Sam 17 Oct 2015, 07:26

Il s'agit bien sûr des retraites du secteur privé, et de la nécessité d'équilibrer recettes et dépenses. Que les fonctionnaires se rassurent, le large déficit de leurs retraites continue d'être comblé par les contribuables. Les régimes spéciaux aussi.
Pour les plus spéciaux, ceux des députés et sénateurs, un des rares députés (de Courson) en faveur de leur disparition indique : la retraite de député après un mandat (5 ans) est de 1200 € et après trois mandats (15 ans) de plus de 5000 €. En plus de leurs autres retraites.


Dernière édition par salamandre le Sam 17 Oct 2015, 07:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12070
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Sam 17 Oct 2015, 07:33

salamandre a écrit:
Pour les plus spéciaux, ceux des députés et sénateurs, un des rares députés (de Courson) en faveur de leur disparition indique : la retraite de député après un mandat (5 ans) est de 1200 € et après trois mandats (15 ans) de plus de 5000 €. En plus de leurs autres retraites.


On imagine sans mal le confort matériel d'un retraité de l'IGN ayant effectué un mandat de sénateur, touchant des indemnités de maire et habitant dans un logement social situé dans un quartier résidentiel....
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12070
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Sam 17 Oct 2015, 07:38

Un texte trouvé aujourd'hui sur le Facebook d'une ex-militante PS fontenaysienne ayant fait en son temps campagne pour François Hollande...

Citation :
Aujourd'hui et avec beaucoup de tristesse et résignation j'intègre contre ma volonté ( comme nombre de mes collègues ) une nouvelle entreprise BPCE-IT .plusieurs dizaines de mes collègues vont partir en retraite anticipée ( financée par l'état via pole emploi ,alors que BPCE est riche ), d'autres sont forcés de changer de métier ( pour la plupart à plus de 50 ans , c'est mon cas ) et d'autres seront licenciés . Ce PSE a été ( honteusement ) validé par la direction de l'emploi ( direccte) donc financé par nos impôts, en tant que représentante du personnel je suis révoltée . Les mois à venir seront pour moi des moments de lutte syndicale avec mon syndicat UNSA ."Mon ennemie c'est la finance disait-il "
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12070
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Sam 17 Oct 2015, 12:08

Le passage sur les retraites du programme du Parti Socialiste de 2012 est sans aucun doute désormais à insérer dans une anthologie des promesses électorales non tenues.....

On peut et on doit réellement s'interroger sur le degré de sérieux et de préparation des cadres du Parti Socialiste qui ont rédigé celui-ci en son temps....



EN 2012 http://www.parti-socialiste.fr/static/10142/nouveau-modele-de-developpement-international-agriculture-institutions-les-textes-adoptes-par-le-ps-123578.pdf?issuusl=ignore a écrit:
2.3.2 Des retraites financées, universelles et personnalisées

Conséquence de l’espérance de vie qui s’allonge, nous sommes aujourd’hui plus nombreux à vivre vieux et en bonne santé. Cette tendance historique est le résultat combiné du progrès économique, du progrès social et du progrès médical. C’est une formidable chance qui nous est donnée.

Notre société doit prendre en compte cette nouvelle réalité : elle doit assurer aux aînés leur place dans la société et trouver les moyens de garantir la pérennité d’un système de retraites juste, solidaire et par répartition.

Malheureusement, depuis 2002, peu a été fait pour adapter la France à la révolution de l’âge. La droite n’a cessé de désigner les aînés comme un poids et une charge pour la société. Pour l’emploi des seniors, aucune mesure puissante n’a vu le jour au point que la France reste parmi les pays d’Europe où la situation est la plus préoccupante.

Quant aux retraites, le discours culpabilisant de la droite a imposé l’idée que toute réforme signifiait nécessairement une régression. Le gouvernement a instrumentalisé les statistiques et les comparaisons internationales pour imposer une réforme exclusivement centrée sur la remise en question de l’âge légal de départ en retraite à 60 ans. La réforme Woerth-Sarkozy fait peser l’essentiel des efforts sur les couches moyennes et populaires tandis qu’elle exonère les plus fortunés de l’effort de solidarité : c’est pourquoi nous l’avons combattue. Le recul de l’âge légal de départ va pénaliser les Français ayant des métiers pénibles et des carrières longues. Les effets des inégalités professionnelles entre les femmes et les hommes ont été totalement ignorés et aggravée par cette « réforme », qui va pénaliser les femmes, leurs carrières courtes, discontinues et précaires.. En se mobilisant à l’automne 2010, nos concitoyens ont refusé une réforme injuste et dangereuse, qui n’assure pas le financement pérenne du système par répartition. Le gouvernement a lui-même admis ne pas avoir réglé le problème: sinon pourquoi promettre une nouvelle « réflexion nationale » en 2013, au lendemain de l’élection présidentielle ?

Le débat sur les retraites a permis au Parti socialiste de proposer au pays une autre réforme des retraites et une autre manière d’approcher la question du vieillissement. Pour nous, les seniors ne sont pas d’abord des dépenses. Ce sont d’abord des personnes et ce sont des atouts pour la société, à condition de leur donner la possibilité d’y être actifs, ce qu’ils réclament dans leur immense majorité.

Il en va des retraites comme de nombreux domaines : le pays est prêt à des efforts, à condition que ceux-ci soient justes, partagés et débattus. Une réforme des retraites ne peut se limiter à l’ajustement de certains curseurs. Elle doit être l’occasion de repenser l’équilibre entre les générations. Avec un taux d’emploi particulièrement faible chez les jeunes et les seniors, le système français repose sur une concentration excessive de l’effort sur les 25-55 ans. L’amélioration du taux d’emploi des jeunes et celle du taux d’emploi des seniors conditionnent la viabilité de toute politique liée à l’âge effectif de départ en retraite. Notre réforme des retraites sera l’occasion de réaffirmer la place centrale du travail dans notre société : il ne peut y avoir de garantie des retraites sans politique de l’emploi, sans amélioration de la formation tout au long de la carrière, des conditions de travail et de la gestion des âges de la vie au sein des entreprises.

Sur ces bases, nous mettrons en œuvre le plan concerté et annoncé en 2010 :

- Notre système de retraite sera universel (droits collectifs) et personnalisé (les choix et les aspirations individuels seront pris en compte). Les Français doivent pouvoir maîtriser l’organisation des temps de leur vie, et notamment travailler plus longtemps s’ils le veulent avec une majoration des pensions. Pour les nouvelles générations, nous proposons de mettre en place un système de compte temps-formation pour mieux prendre en considération les périodes de formation, de stage, de chômage et de temps partiel dans le calcul des annuités. Il permettra aussi un départ à la retraite progressif.

- Nous rétablirons  l’âge légal de départ à 60 ans  (qui permettra à ceux qui ont commencé à travailler tôt ou exercé des métiers pénibles de pouvoir partir au même âge) et l’âge de départ sans décote à 65 ans. Parce que c’est une protection pour les salariés qui ont commencé à travailler le plus tôt. Parce que c’est une liberté de choix pour tous La pénibilité sera prise en compte, ainsi que l’espérance de vie liée aux parcours professionnels.

-  Notre réforme sera financée du premier au dernier euro par des efforts partagés: les revenus du capital et les banques contribueront à l’effort de solidarité. Une hausse modérée et progressive des cotisations sociales et patronales traduira le choix collectif en faveur du système par répartition. Nous garantirons un Fonds de réserve des retraites, pour amortir les chocs démographiques ou économiques.

- C’est dans ce contexte plus large que doit être envisagée l’évolution des autres paramètres. La baisse des pensions n’est pas envisageable. Au contraire, nous revaloriserons les petites pensions et nous consacrerons une partie des fruits de la croissance à une revalorisation des retraites pour tous. Si le relèvement de l’âge légal de départ en retraite est injuste, la durée de cotisations peut évoluer dès lors que la question de l’emploi des seniors et la prise en compte de la pénibilité font l’objet de mesures effectives.

Nous nous donnerons les moyens de réussir cette réforme qui engagera plusieurs générations en menant une concertation avec les organisations syndicales et un débat public avec les Français en vue de décisions qui seront prises avant l’été 2013.
Source: http://www.parti-socialiste.fr/static/10142/nouveau-modele-de-developpement-international-agriculture-institutions-les-textes-adoptes-par-le-ps-123578.pdf?issuusl=ignore
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13574
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Sam 17 Oct 2015, 17:26

a.nonymous a écrit:
Le passage sur les retraites du programme du Parti Socialiste de 2012 est sans aucun doute désormais à insérer dans une anthologie des promesses électorales non tenues.....

On peut et on doit réellement s'interroger sur le degré de sérieux et de préparation des cadres du Parti Socialiste qui ont rédigé celui-ci en son temps....




Source: http://www.parti-socialiste.fr/static/10142/nouveau-modele-de-developpement-international-agriculture-institutions-les-textes-adoptes-par-le-ps-123578.pdf?issuusl=ignore

Se poser la question est déjà en soi une réponse... Que penser lorsque l'inconséquence marche au même pas que l'incompétence ?
Pour encore plus de 2 ans nous sommes dans la perspective suivante : après moi le déluge et sa variante si on peut se raccrocher faisons des procès à ceux qui pourraient être des adversaires à la présidentielle de 2017.
L'usage des rustines en mode de fonctionnement et l'immobilisme agité au lieu de l'action réfléchie.

Pour ce qu'il en est des perspectives d'avenir il suffit de constater comment dans des situations tendues réclamant des réponses rapides et cohérentes nous agissons.
Exemples : les "migrants" le règne du n'importe quoi et de l'irrespect de nos règles, la lutte contre le terrorisme qui consiste à mettre la poussière sous le tapis en pensant que ça va fonctionner, on se goberge avec quelques capitaux qui reviennent et ce sont maintenant les hommes capables de produire les richesses qui quittent le pays...
Au programme il avait pour simplifier le fonctionnement de l'état 100 taxes et impôts non rentables à supprimer... 2014 3 taxes à la trappe et 2015 4 en moins mais 3 nouvelles en plus ! prière de ne pas rire c'est exact !

Aucune vision même à court terme on fait de la communication et de la pédagogie... La pédagogie alors que chacun constate la dégradation de la situation c'est un peu court !

Si par un heureux et surprenant hasard il arrivait que nous ayons une initiative intéressante elle serait immédiatement contrée par un oukase européen à respecter sous peine de sanction financière... il faut dire que l' Europe c'est efficace on la voit à l'œuvre avec les "migrants" entre les statistiques bidons, l'absence de décisions et la pagaille... on doit effectivement se référer à des gens aussi qualifiés pour diriger un continent ou un pays.

Les Allemands placent déjà leurs retraités dans des maisons spécialisées en Europe de l'est où la pension est moins couteuse, on va se faire soigner les dents en Hongrie... il reste à leur demander de nous payer nos retraites puisqu'ils nous piquent le boulot et les entreprises.

http://www.liberation.fr/monde/2013/03/18/l-allemagne-bat-en-retraite-vers-l-est_889478
http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20130916trib000785241/l-exportation-de-grand-meres-le-nouveau-mal-allemand.html

La législation européenne facilite le départ de nos entreprises, la main d'œuvre à bas prix prend les marchés nationaux mais nous allons les coloniser avec nos petits vieux en panne de ressources... on ne peut pas s'occuper des personnes âgées étrangères qui n'ont jamais cotisé à rien, prendre en charge des "migrants" et aider nos personnes âgées sans grands moyens mais qui ont bossé toute leur vie chez nous.

Il faut choisir... Moi je vais voter !



Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12070
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Sam 31 Oct 2015, 12:37

L'accord pour sauver les retraites complémentaires a donc été ratifié par les partenaires sociaux...  

Celui-ci prévoit à partir de 2019 une décote pour ceux qui partiront à l'âge normal et un bonus pour ceux qui travaillerons quelques années de plus.... Une idée qui peut sembler bonne sauf que le chômage des seniors qui se font jeter comme des malpropres en fin de carrière ne fait que progresser...  Selon les chiffres du chômage publiés ce mois-ci,  le nombre de chômeurs de catégorie A de plus de 50 ans a ainsi augmenté de 8,5 % en un an !

A partir de là comment arriver à remplir les conditions pour toucher une retraite complémentaires à taux plein ?

Autre question, ce recul de l'âge de départ pour toucher une retraite complémentaire entière et l'importance du chômage actuel correspondent-ils à ce qu'espéraient ceux qui ont mis un bulletin Hollande dans l'urne le 5 mai 2012 ?





https://fr.news.yahoo.com/retraites-compl%C3%A9mentaires-laccord-entre-patronat-3-syndicats-valid%C3%A9-133358631.html a écrit:
Retraites complémentaires: les salariés incités à travailler un an de plus à partir de 2019

AFP Par Aurélie CARABIN, Pascale JUILLIARD | AFP – il y a 9 heures

Après huit mois de négociations, le patronat et trois syndicats (CFDT, CFE-CGC, CFTC) ont entériné vendredi un accord pour renflouer les caisses des régimes de retraites complémentaires, dont la mesure phare est d'inciter les salariés à travailler plus longtemps, avec un système de bonus-malus.

Le négociateur du Medef, Claude Tendil, s'est félicité d'avoir réussi "à lever un tabou". "Inciter les gens à travailler plus longtemps, et donner un système optionnel de retraite à la carte (...), c'était mon objectif de départ. A l'arrivée cet objectif est atteint, c'est pourquoi je signe l'accord", a-t-il dit à l'issue de la dernière séance de discussion.

"C'est un accord équilibré, compliqué aussi parce qu'il demande des efforts aux salariés et aux retraités", a assuré Jean-Louis Malys (CFDT).

Comme attendu, FO et la CGT, également présents vendredi, ont refusé de parapher le texte, qui ouvre la voie, selon eux, à un report de l'âge de départ à la retraite et pénalise fortement les femmes.

"On n'a pas fini d'entendre parler de ce texte", a prévenu Eric Aubin (CGT), le qualifiant de "régression", Philippe Pihet (FO) fustigeant un "accord déséquilibré".

Le texte prévoit des économies de 6,1 milliards d'euros d'ici à 2020 qui, selon le Medef, limiteraient le déficit des régimes complémentaires à 2,3 milliards d'euros à cette date.

Il instaure un système de bonus-malus pour inciter les salariés à décaler leur départ, à partir de 2019. Une fois atteints l'âge légal de départ à la retraite et la durée de cotisation requise pour une pension à taux plein, ces salariés devront travailler un an de plus ou subir une décote de leur pension de 10% pendant deux ans, voire trois.

Ceux qui travailleront deux, trois ou quatre années supplémentaires bénéficieront au contraire d'un bonus pendant un an.

Les retraités exonérés de CSG, et certains travailleurs handicapés et aidants familiaux échapperont à ce dispositif, mais les personnes ayant commencé à travailler tôt et pouvant partir actuellement à 60 ans devront elles aussi travailler un an de plus pour éviter l'abattement.

"Mon regret est de ne pas avoir pu faire plier le Medef sur les carrières longues", a reconnu Pascale Coton (CFTC), heureuse néanmoins d'avoir "sauvé" les régimes.

Outre le système de décote, la majorité des mesures doivent peser sur les salariés ou retraités, comme une moindre revalorisation des pensions (-1 point par rapport à l'inflation) qui doit, à elle seule, permettre d'économiser 2,1 milliards d'ici à 2020.



- "Marché de dupes" -

Le patronat (Medef, CGPME, UPA) de son côté a fini par accepter une augmentation de ses cotisations, qu'il chiffre à 700 millions.

Mais il affirme avoir obtenu du gouvernement une baisse comparable des cotisations à la branche AT-MP de la sécurité sociale (accidents du travail-maladies professionnelles), ce que l'exécutif refuse pour l'heure de confirmer ou démentir.

"Nous demandons depuis des années une baisse de cotisations puisque la fréquence des accidents du travail diminue" a fait valoir Claude Tendil qui dit n'y voir qu'"une coïncidence de calendrier".

Philippe Pihet (FO) y a vu un "marché de dupes". "On condamne ces manoeuvres et on s'y opposera très clairement", a assuré Jean-Louis Malys (CFDT).

Les syndicats ont obtenu que soit examinée la mise en place d'"une contribution" aux régimes Agirc-Arrco lorsqu'un licenciement de senior donne lieu à indemnités, lors de la prochaine négociation sur l'assurance chômage, prévue en 2016.

L'accord prévoit également une fusion des régimes Agirc et Arrco à l'horizon 2019, ainsi qu'une négociation sur la définition de la notion de cadre.

Ses grandes lignes avaient été définies trois jours avant la conférence sociale, contexte qui selon des sources syndicales avait suscité des "pressions politiques" de Matignon pour qu'un accord soit conclu.

Avec la crise économique, l'arrivée des papy boomers à la retraite et le chômage de masse, l'Agirc et l'Arrco ont vu leurs déficits respectifs se creuser à 1,985 milliard et 1,153 milliard en 2014. Sans ressources supplémentaires, leurs réserves seraient épuisées d'ici à 2018 pour l'Agirc et à 2027 pour l'Arrco.

Sans accord, les pensions risquaient d'être amputées de 11% de manière définitive, a insisté la CFTC.
SOurce: https://fr.news.yahoo.com/retraites-compl%C3%A9mentaires-laccord-entre-patronat-3-syndicats-valid%C3%A9-133358631.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12070
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Sam 08 Oct 2016, 07:18

AFP a écrit:
C'est ce qu'ont annoncé jeudi les régimes Agirc et Arrco...
Les retraites complémentaires gelées en 2015

20 Minutes avec AFP

Publié le 12.03.2015 à 18:02
Mis à jour le 12.03.2015 à 18:02



Et l'on apprend aujourd'hui qu'il en sera de même en 2016....

Et là où le bât blesse encore plus c'est quand on nous parle "d'un système de bonus-malus sur les pensions pour inciter les salariés à travailler plus longtemps" alors que depuis que le tocard est aux affaires le nombre de chômeurs ne cesse de croitre en particulier au niveau des séniors qui se font sortir du monde du travail contre leur volonté...



http://www.leparisien.fr a écrit:
Les retraites complémentaires (encore) gelées en 2016
07 octobre 2016, 19h34

Pas d'augmentation en novembre. Les pensions de retraites complémentaires des salariés et cadres du privé vont rester gelées pour la troisième année consécutive en 2016, en raison de la faible inflation, ont annoncé ce vendredi les régimes Agirc et Arrco. Une décision motivée par la faible inflation.

Les partenaires sociaux, gestionnaires de ces deux régimes, réunis en conseil d'administration jeudi et vendredi, ont « arrêté les paramètres servant au calcul des retraites et des cotisations », précise un communiqué.



Le futur retraité pénalisé

Au terme d'âpres négociations pour renflouer les caisses des régimes, patronat et syndicats avaient décidé l'année dernière de décaler la date de revalorisation des pensions, du 1er avril au 1er novembre, et de reconduire leur moindre augmentation.

Conformément à l'accord d'octobre 2015, les pensions doivent ainsi être revalorisées d'un point en dessous de l'inflation pendant trois ans, une clause prévoyant que les pensions ne puissent pas baisser en cas d'inflation nulle. Cette mesure a déjà été appliquée en 2013, 2014 et 2015, en vertu d'un accord de 2013.

« L'hypothèse d'inflation prévisionnelle publiée par l'Insee étant très proche de zéro pour l'exercice 2016, la valeur des points Agirc et Arrco (qui déterminent le montant de la retraite, ndlr) reste inchangée ». Par conséquent, les retraites n'augmenteront pas. Autre conséquence du dernier accord, le prix d'achat des points de retraite va augmenter en 2017, ce qui diminuera le rendement des régimes pour le futur retraité.



6,1 milliards euros d'économie

L'accord de 2015, signé par le patronat (Medef, CGPME, UPA) et trois syndicats (CFDT, CFE-CGC, CFTC), doit permettre de réaliser 6,1 milliards d'euros d'économie à l'horizon 2020 pour renflouer les caisses de l'Agirc-Arrco, fortement déficitaires. Parmi ses principales mesures figurent la fusion des deux régimes et la mise en place, à partir de janvier 2019, d'un système de bonus-malus sur les pensions pour inciter les salariés à travailler plus longtemps.

---/---
Source: http://www.leparisien.fr/economie/retraites/les-retraites-complementaires-encore-gelees-en-2016-07-10-2016-6184337.php
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13574
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Dim 09 Oct 2016, 06:40

En passant et sans polémiquer.
Mr Tonton Christobal et Madame "profiteurs fonctionnaires retraités" ayant bénéficié de revenus imposables augmentés de 21 euros pour eux deux pour l'année 2015... vont payer 90 euros d'impôts de plus que l'année précédente. Comme chacun sait Super flanbi s'attaque à l'imposition des classes moyennes pour ne pas la pénaliser.

Deux professeurs quadragénaires dont la situation financière n'a pas changé ayant deux enfants à charge ont payé  900 euros d'impôts sur le revenu de plus que l'année précédente... merci à la révision du quotient familial !

Les années précédentes la fiscalisation des heures supplémentaires avait produit ses effets... maintenant la modulation des allocations familiales donne le coup de grace.

Si certains travailleurs s'interrogent sur la nécessité de se lever le matin pour aller bosser doit on s'en étonner ?

Espérons que les élites gouvernementales ne se posent pas de question sur leur politique fiscale dont le président est un spécialiste reconnu depuis son passage à l'ENA.
Revenir en haut Aller en bas
Robin

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 13/02/2011

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Dim 09 Oct 2016, 07:05

Bonjour Tonton, Content de vous revoir !
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13574
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Dim 09 Oct 2016, 07:13

Robin a écrit:
Bonjour Tonton, Content de vous revoir !

C'est un peu pour des gens comme vous que je reviens... merci pour votre intervention.
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3376
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Dim 09 Oct 2016, 07:43

Si on lit les programmes des candidats déclarés à la présidentielle, les soucis du contribuable tonton, et les nôtres, ne sont pas sur le point de s'apaiser.

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12070
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Retraites du régime général   Mar 11 Oct 2016, 10:36

Il fallait bien une étude pour s'en apercevoir....

http://www.leparisien.fr a écrit:
Avec le recul de l'âge de la retraite, les chômeurs de 60 ans ont plus que doublé
10 octobre 2016, 20h56

L'évolution s'explique « par une forte augmentation des nouveaux allocataires à ces âges ». Avec le recul de l'âge de départ à la retraite, instauré dans la réforme de 2010, le nombre de chômeurs indemnisés de 60 et 61 ans a plus que doublé entre 2008 et 2015, selon une étude de l'Unédic citée par le Conseil d'orientation des retraites (COR).

Selon ce rapport sur lequel se base le COR, chargé de faire des propositions pour assurer la solidité financière des régimes de retraite, le nombre de personnes âgées de 60 ans bénéficiant d'une indemnité chômage est passé de 20 000 en 2008 à 50 000 en 2015 et pour celles âgées de 61 ans de 1000 à 38 000.



Les futurs retraités veulent un taux plein

Le flux d'allocataires à 60 ou 61 ans a triplé, passant de 10 000 en 2008 à environ 30 000 en 2015, écrit le COR. « Avant 2010, ce flux correspondait uniquement aux allocataires ne disposant pas de la durée d'assurance requise pour liquider au taux plein, même en ayant atteint l'âge légal. Avec la réforme, se sont ajoutées les personnes éligibles à l'assurance chômage avant le nouvel âge légal d'ouverture des droits à la retraite », fixé aujourd'hui à 62 ans, souligne-t-il.

Cette hausse s'explique également par les personnes attendant de liquider leurs droits au taux plein, qui « sous l'effet du relèvement de la durée d'assurance et l'âge légal, doivent attendre plus longtemps ». Ainsi, en 2008, 57% des allocataires sortant d'indemnisation à 60 ans partaient à la retraite. En 2015, ils étaient 46% âgés de 61 ans à partir à la retraite à la fin de leur indemnisation chômage.

En outre, la réforme de 2010 a eu un effet indirect sur les allocataires de 57 à 59 ans, notamment pour les fins de contrat de travail suite à une rupture conventionnelle ou un licenciement. Avant 2010, le pic des ouvertures de droit à indemnisation chômage se situait à l'âge de 57 ans - soit l'âge à partir duquel, après trois années d'indemnisation, une personne pouvait liquider sa retraite. Avec le report de l'âge de départ à la retraite de 60 à 62 ans, le pic s'est décalé vers 59 ans.
---/---
Source et suite: http://www.leparisien.fr/economie/retraites/avec-le-recul-de-l-age-de-la-retraite-les-chomeurs-de-60-ans-ont-plus-que-double-10-10-2016-6191621.php
Revenir en haut Aller en bas
 
Retraites du régime général
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rythme régime dukan
» Je perds, mais pas que du poids ... (régime et dérèglements... féminins)
» Sève de Bouleau bio Régime Dukan
» régime du docteur rougier
» Debut du régime je ne sais pas quoi faire comme menu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: