Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Et ce qui devait arriver, Areva!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Libellule

avatar

Messages : 14237
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Et ce qui devait arriver, Areva!   Ven 06 Mar 2015, 18:27

Rappel du premier message :

Le groupe nucléaire français, Areva, devrait annoncer 4,9 milliards d’euros de pertes provisoires pour 2014. Sur un chiffre d’affaires de 8,4 milliards d’euros. Et près de 8 milliards de pertes en quatre ans. Décidément l’excellence française de l’atome a pris du plomb dans l’aile !

Le 4 mars, l’entreprise présente ses résultats définitifs ainsi qu’un grand plan stratégique qui pourrait remettre en cause le modèle du groupe. Soucieuse de couper court à toutes les rumeurs, Areva a déjà communiqué sur les pertes pressenties le 23 février dernier.

Son endettement atteint 4,7 milliards d’euros pour 4 milliards de fonds propres. Pourtant, le groupe a déjà cédé quelque 7 milliards d’euros d’actifs en quelques années et a déjà bénéficié d’une première augmentation de capital de 600 millions ; c’est dire l’ampleur du désastre, tu ou nié depuis des années.

Au début de l’automne dernier, l’agence de notation Standard & Poor’s a placé Areva sous surveillance négative. Bercy s’est alors employé pour que le groupe nucléaire ne soit pas classé dans la catégorie infamante de ‘junk bonds’.

En échange, l’État, les actionnaires et la direction d’Areva ont promis de remédier à la situation en lançant une émission obligataire de quelque 800 millions début novembre 2014. Malgré un taux de 8 %, très supérieur aux conditions de financement actuelles, les investisseurs n’ont pas suivi et Areva a dû annoncer qu’il repoussait son opération. Dans l’attente de temps plus favorables…

Si Areva était une société privée, elle aurait déjà dû déposer le bilan.

A l’origine de ce crash industriel et financier, plusieurs explications :

1- L’ère post-Fukushima – Le groupe peine à s’adapter à l’ère post-Fukushima, marquée par le non-redémarrage des réacteurs japonais et un arrêt massif des centrales nucléaires allemandes. L’atonie de l’énergie nucléaire au niveau mondial ne contribue pas au dynamisme d’AREVA dont les projets-phares ont toujours du mal à s’exporter. C’est d’ailleurs une deuxième explication de la crise.

2- Le fiasco de l’EPR. Finlandais, tout d’abord. Alors que ce réacteur nucléaire devait à l’origine entrer en fonctionnement en 2009, son démarrage ne cesse d’être repoussé, d’abord en 2016, puis 2017. Le groupe parle maintenant de 2018. Chaque année de retard coûte 400 millions d’euros au groupe. Areva a déjà avoué un surcoût de 4 milliards d’euros par rapport aux 3,5 milliards d’euros prévus dans le contrat signé avec l’électricien finlandais TVO.

Mais au-delà du site finlandais, la question la plus sensible et qui est au cœur de l’avenir du groupe, est celle de l’arrêt ou non du programme EPR. Le réacteur nucléaire est un fiasco industriel et commercial. Il se révèle trop compliqué et trop cher à construire. A l’étranger comme en France, à Flamanville.

Même si «l’excellence industrielle française» en prend un sérieux coup, l’État ne peut plus ne plus mesurer l’ampleur financière du désastre et les couloirs des ministères bruissent d’une vague rumeur quant à la possibilité de tirer un trait sur cette coûteuse et malheureuse aventure. Un rapprochement des structures d’AREVA avec EDF signerait le démantèlement du premier groupe et, à terme, l’arrêt de mort de cette entité issue en 2001 de la fusion de la COGEMA et de FRAMATOME.

À l’intérieur de l’entreprise, la colère et la peur se mêlent à la stupeur. Les salariés savent que ce sont eux qui vont payer le prix des folies passées. Plus de 1 500 suppressions de poste sont déjà annoncés en Allemagne, 200 aux États-Unis. En France, le chiffre n’est pas encore connu. Mais les suppressions d’emploi pourraient se compter en milliers.

3- L’activité minière dans l’impasse. Il y a d’abord le dossier Uramin, qui devrait conduire à la mise en examen prochaine de certains responsables, et qui n’est pas totalement purgé. Il reste notamment le milliard d’euros de travaux réalisés en Namibie qui n’a jamais été provisionné.

Mais il faut aussi ajouter le dossier Imouraren, nom d’un site au Niger dont Areva a obtenu le permis d’exploitation début 2009. Le gisement devait produire 5 000 tonnes de minerai au moins par an avec un permis d’exploitation pendant 35 ans.

Mais début 2015, le groupe a décidé de tout arrêter, la mine semblant aussi inexploitable que les gisements d’Uramin. Coût total de cette acquisition : 800 millions d’euros (non encore inscrits dans les comptes).

4- Enrichissement. En 2008, Areva a décidé de construire une nouvelle usine de gazéification pour l’uranium sur le site de Tricastin, en remplacement de celle de Lodève. Le prix de cette nouvelle construction s’élève à un milliard d’euros environ. Elle devrait fonctionner à partir de 2016 mais n’a toujours pas de client. De même, l’usine d’enrichissement Georges-Besse 2, toujours sur le site de Tricastin, peine à monter en puissance, alors qu’elle a coûté elle aussi plus d’un milliard d’euros à réaliser.

L’excellence du gâchis

L’effondrement du système Lauvergeon, du nom de l’ancienne présidente du groupe, pose ouvertement la question d’une recapitalisation du groupe par l’État, opération qui se chiffrera en milliards d’euros.

Si à cela, vous ajoutez les coûts croissants de la globalité du parc électronucléaire français, qu’il s’agisse de gestion des déchets (issus des centrales ou des anciennes mines d’uranium comme celle de Saint-Priest-Laprugne dans le Puy-de-Dôme), du vieillissement des centrales ou de leur démantèlement dont les frais n’ont jamais été provisionnés, vous mettez le pied sur le seuil de la grande impasse industrielle de l’industrie nucléaire française. Les récents incidents de la centrale du Tricastin ou la mise à l’arrêt de celle de Fessenheim ne rendent le débat que plus urgent.

Que ces montagnes de pertes, de déficit et de provisions à réaliser s’accumulent au moment précis où l’urgence écologique nous commande de faire le pari de la maîtrise de la demande énergétique et de la transition vers les énergies renouvelables, tout cela laisse le goût amer d’un vaste gaspillage et d’une impuissance pourtant acquise au nom de l’indépendance nationale. Navrant.

* Le Canard Enchaîné, le 25 février 2015
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Salamandre



Messages : 2973
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Jeu 15 Sep 2016, 22:46

"Dans un communiqué distinct, Gamesa a précisé qu’il rachètera pour 60 millions d’euros les 50% du capital d’Adwen détenus par Areva."
alors que :
"En cas de problème, Gamesa pourra utiliser un prêt d’actionnaire accordé par Areva de 236 millions d’euros, a précisé Gamesa. A ce montant, pourra s’ajouter une rallonge de 100 millions d’euros, avait indiqué lundi à l’AFP une source proche du dossier."

Pas l'affaire du siècle, dirait-on, pour renflouer Areva. Sans compter, coté emplois verts en France, les "inquiétudes sur la construction d’usine de production d’éoliennes au Havre (Normandie)." dont Siemens n'aura pas besoin.
http://www.liberation.fr/futurs/2016/09/15/areva-scelle-la-cession-d-adwen-a-gamesa-et-son-retrait-de-l-eolien-en-mer_1497779
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14237
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Jeu 15 Sep 2016, 23:17

Les gros enjeux ne sont peut-être ailleurs comme le rappelait voici quelques temps le journal des Echos.

En installations actuelles, site d’Hinkley Point accueillir nouveaux EPR compter 2025.

En plus des installations actuelles, le site d’Hinkley Point doit accueillir deux nouveaux EPR à compter de 2025 - Chris Ratcliffe/Bloomberg
Le conseil de l’électricien doit se prononcer ce jeudi sur la construction de l’EPR de Hinkley Point, en Angleterre. Un investissement à 18 milliards de livres, qui suscite de vives inquiétudes.

L'heure des choix sonne pour le grand projet d'EDF : « C'est aujourd'hui le début de la fin d'EDF », a twitté Cyrille Cormier, chargé des dossiers énergétiques chez Greenpeace. A l'inverse, le PDG du groupe, Jean-Bernard Lévy, estime que le projet est absolument nécessaire pour conforter son avenir tout comme celui de la filière nucléaire française. Tour d'horizon des sept questions clefs de ce projet à haut risque.

Le conseil d'administration a donc donner son feu vert.
C'est in fine la voix des indépendants (Philippe Crouzet, Bruno Lafont, Colette Lewiner, Laurence Parisot et Claire Pedini) qui ont été déterminante, sachant que Jean- Bernard Lévy (qui bénéficie d'une voix prépondérante) est pris sur le quota des indépendants. « Les administrateurs engagent leur responsabilité, ils devront voter en leur âme et conscience », rappelle un opposant au projet, tout en reconnaissant que le suspens est en réalité assez limité.

Quels sont les risques financiers ?

Si le projet suscite autant de ­réticences, c'est que les risques paraissent considérables pour l'électricien. Il représente un investissement de 18 milliards de livres (22 milliards d'euros) hors coût du financement, qu'EDF devra assumer sur son bilan à hauteur de 66,5 % (aux côtés du chinois CGN qui en détiendra 33,5 %). L'électricien avait prévu d'y associer Areva et d'autres partenaires de sorte à être minoritaire et à pouvoir le déconsolider, mais les déboires d'Areva ont mis à mal ce scénario. Cet investissement représente pour EDF 1,5 milliard d'euros par an sur dix ans, soit 15 % de ses investissements annuels moyens. Un niveau qu'il juge supportable.

Les sceptiques ne sont pas du même avis. Le groupe, qui a dégagé un excédent brut d'exploitation (Ebitda) de 17,6 milliards l'an dernier, voit ses revenus baisser avec la chute du prix de l'électricité ou la baisse de ses parts de marché liée à l'ouverture à la concurrence. Il doit aussi racheter la division réacteurs d'Areva (Areva NP) pour quelque 2,5 milliards et investir dans la maintenance et la prolongation de son parc nucléaire en France (le « grand carénage »), qui représente 51 milliards d'euros.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12180
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Jeu 15 Sep 2016, 23:24

On parle du désengagement du français Aréva de l’éolien marin avec à la clé la constitution d'un nouveau groupe ibérico-allemand et on nous répond EDF en Grand-Bretagne....

No comment...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14237
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Jeu 15 Sep 2016, 23:29

Si, si, un petit. Edf et Ariva ont raté le virage de la transition énergétique englués qu'ils ont été dans le choix du nucléaire d'abord. Les allemands ont donc de l'avance dans l'éolien désormais, y compris marin. Problème de seuil critique non atteint assez vite. Commentaire qui respecte, par ailleurs, la teneur du message initial. Areva a été au bord du gouffre, etc...

Début mars, le directeur financier d'EDF a préféré démissionner, jugeant que les conditions n'étaient pas réunies pour engager ce projet. « Rajouter un projet supplémentaire me semblait impossible [...]. Qui parierait de 60 à 70 % de son patrimoine sur une technologie dont on ne sait toujours pas si elle fonctionne, alors que ça fait dix ans qu'on essaie de la construire ? » a ainsi témoigné Thomas Piquemal, auditionné à l'Assemblée nationale.

L'ancien directeur financier plaidait pour un report du projet de trois ans  : l'obligation pour EDF de consolider le projet d'Hinkley Point dans ses comptes cumulée aux difficultés de l'EPR en construction à Flamanville (Manche) et à la chute brutale des prix de marché fin 2015, sans oublier le rachat de l'activité Réacteurs d'Areva, ont rendu l'équation insoluble.

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/0211289876088-hinkley-point-cinq-questions-clef-sur-le-projet-dedf-2027587.php

Bref vendre quelques bijoux de famille pour ne pas hypothéquer les comptes d'Areva plus avant et ceux d'Edf par le jeu des poupées russes, en évitant le syndrome de la chute des dominos, cela sent toujours le sauve qui peut.
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Ven 16 Sep 2016, 03:32

Une question : qui est le porteur d' ordre? EDF ou l' état anglais?

Pourquoi EDF devrait-il renoncer à un projet, ce n' est pas la société EDF qui impose son projet.
Il faut une certaine cohérence, veut-on sauver Alstom et couler EDF ? Car si ce n' est pas une société français qui construit cette centrale, il n' est absolument pas évident (et c' est peu de le dire) que ce projet sera abandonné mais plutôt confié à un d' autre.
Mais nous avons des personnes qui restent figé sur des positions dogmatique au lieu de mettre l' accent sur le primordial: la diminution des gaz à effet de serre.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14237
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Ven 16 Sep 2016, 03:46

Pas d'extrait, tout est à lire. Disons qu'on est avec un joli bouquet de roses dans la main, très épineux, avec le risque que tout se fane en cours de route faute d'une eau assez clair dans la cuve de l' innovation. Si perdant il y a ce sera edf à hauteur de sa participation au financement.
Les anglais ont pris leurs garanties avant de dire oui. Très british en période de brexit.

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/hinkley-point-pourquoi-le-feu-vert-britannique-ne-resout-presque-rien-599421.html

En général quand on passe outre l'avis d' un directeur financier interne, pour construire à tout prix, au double sens du terme, ce peut être la boite qui prenne l'eau et les cuves resteront vides alors.

Pour ma part je regrette que tant d'argent soit déjà parti. Un quart serait allé aux énergies renouvelables, on aurait moins cette impression que tous les oeufs de l'avenir sont dans le même panier. Ill faut ici rester très pragmatique, le business ne s'accommodant guère de préjugés idéologiques.
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 700
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Ven 16 Sep 2016, 05:15

J'ai juste l'impression que l'on mélange 3 sujets:
- la technologie EPR,
- le mode de financement du projet britannique,
- les énergies renouvelables.

Sur le dernier point, l'argent mis dans le nucléaire aurait il suffit à construire des installations d'énergies renouvelables suffisantes pour remplacer les centrales?

Les installations éoliennes actuelles ne fournissent que 4% de nos besoins électriques. Donc combien d'éoliennes pour remplacer le parc electonucleaire actuels et à quel prix?


Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14237
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Ven 16 Sep 2016, 06:05

1ère question. Pourquoi remplacer?  Développer en parallèle... On n'est pas dans le ou/ou en phase de transition mais dans le et/et. Brûler les étapes ne sert à rien. Les rater c'est dommage.

2eme question. Même réponse. Accroître le parc étape par étape cela aurait été mieux. Lâcher en plein début de flotaison le so called eolien maritime c'est dommage. Reste l'exploration de l'hydrolien, ..à suivre.

Les Epr ont pris du retard. Dont acte. Cela a retardé l'éolien. Re dommage. Une entreprise qui tourne en mono produit est moins forte qu'une entreprise qui sait se diversifier. La diversification attendra.

Il ne faut pas mélanger effectivement. La théorie du ou ou n'est pas forcément la bonne. Smile
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 700
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Ven 16 Sep 2016, 08:52

Combien d'éoliennes pour remplacer un réacteur? Et ainsi de suite.

Dès qu'on entre dans le concret, et que l'on sort de la réthorique, plus personne du côté écolo ...

Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14237
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Ven 16 Sep 2016, 09:02

750. Deux fois moins si off shore. Au Danemark, petit pays, on en compte un peu moins de 3000, pour 35% des besoins. Sans solaire, ni hydrolienne, ni géothermie, ni solution pour stocker l'énergie, sans progrès autres en test. Ex http://www.planete-hydrogene.com/fr/lhydrogene-energie.html . Le mix énergétique n'est pas une alternative, ce sera une obligation d'ici disons 50 ans.

D'ici là, d'autres progrès nous auront fait réduire de moitié nos consommations énergétiques. Vous insistez avec votre raisonnement binaire quand je tente de poser la problématique non pas sur un principe du jour au lendemain et du un pour un, mais en terme de moyen et long terme. Je le redis calmement, le temps perdu ne peut pas se rattraper. Retarder la transition la rendra simplement plus difficile. La gestion de périodes de pénurie est souvent pénible. C'Est vrai pour le rendement agricole et pour le rendement énergétique.

L'énergie électrique d'origine nucléaire représente 17 % de l’énergie finale produite en France, mais 73% de l'électricité consommée, ce qui place la France au 1er rang mondial en pourcentage d'électricité d'origine nucléaire.

On ne va pas remettre en cause cela mais essayer de se projeter en fin de vie de ces centrales suffisamment tôt est une démarche pleine de lucidité. Surtout que les risques en cas de défaillance ne sont pas nuls.

http://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incident-des-installations-nucleaires
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Ven 16 Sep 2016, 17:43

Si je fais un calcul rapide il faudrait donc 43 500 éoliennes tournant à 100 % du temps.
Comparer le Danemark et ses 5,6 millions d' habitants sur 42,916 km² avec la France et ses 643 801 km² pour 66 millions d' habitants est quelque peu audacieux.

Mais, comme toujours, on tape sur une solution non polluante en terme de gaz à effet de serre et on oublie le plus urgent. Est-il plus urgent de réduire les gaz ou de réduire une solution "propre", la réponse quand l' humain aura disparu du globe.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14237
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Ven 16 Sep 2016, 17:50

Vous divisez par 3 votre nombre grâce au mix énergétique qui nous éloigne du raisonnement 100%, et vous avez effectivement une estimation correcte sur les mêmes bases que le Danemark. Les gaz à effet de serre, ç'est encore une question à part. Il y a de mauvais élèves dans le monde (voir débat sur les cop21 et 22 ), et de meilleurs élèves. Il faut rester tête de classe.
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Ven 16 Sep 2016, 18:02

Libellule a écrit:
Vous divisez par 3 votre nombre grâce au mix énergétique qui nous éloigne du raisonnement 100%, et vous avez effectivement une estimation correcte sur les mêmes bases que le Danemark. Les gaz à effet de serre, ç'est encore une question à part. Il y a de mauvais élèves dans le monde (voir débat sur les cop21 et 22 ), et de meilleurs élèves. Il faut rester tête de classe.

Des paroles, moi j' attends une démonstration que se soit sur le "mix énergétique" (encore faut-il s' entendre sur son contenu) et non avec des capacités théoriques que sur la lutte contre les gaz à effet de serre.
Pour les éoliennes mon chiffre est théorique car il faudrait les disperser sur l' ensemble du territoire et multiplier leur nombre au moins par 3 (juste pour assurer leur fonctionnement (2 en production, 1 en maintenance).

"Les gaz à effet de serre, ç'est encore une question à part. Il y a de mauvais élèves dans le monde (voir débat sur les cop21 et 22 ), et de meilleurs élèves. Il faut rester tête de classe."

Pourquoi donc ? n' est-ce pas le problème le plus criant? et en parodiant Fernand Raynaut, je dirais le dire c' est bien, le faire c' est mieux! Alors quand ferme -t-on les centrales polluantes ? Quand s' engage-t-on réellement dans la rénovation de l' habitat car si on en parle beaucoup je ne vois pas grand chose.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14237
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Ven 16 Sep 2016, 18:50

On ne peut pas démontrer ce qui n'est pas encore prouvé. Galilée en sait quelque chose. Einstein aussi. La démonstration du mix énergétique prendra corps quand il sera effectif pas avant. On est bien d'accord là dessus. Les fous volants le sont restés tant que l'aviation n'a pas décollé.

Pourquoi il convient de traiter la problématique des gaz à effets de serre différemment de la gestion de nos entreprises françaises? Tout simplement parce le Chine n'a pas le même modèle économique, ni l'Inde, ni les Etats Unis. Côté Asie et Afrique un même dénominateur commun se greffe dessus, l'évolution de la population mondiale. Mais ces deux continents n'ont pas à gérer les conséquences des gaz à effet de serre de la même manière.

J'ai dit il y a peu que le business se foutait par mal des combats idéologiques. Les gaz de schiste faussement en expansion aux USA, et en mal d'acquéreurs http://www.boursier.com/actions/actualites/news/total-va-prendre-le-controle-du-gaz-de-schiste-du-barnett-au-texas-698147.html les centrales à charbon de plus en plus nombreuses en Chine par nécessité, http://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/0211219019819-la-chine-en-quete-de-leviers-pour-gerer-ses-surcapacites-2022225.php des villes en phase d’asphyxie finale, http://www.francetvinfo.fr/meteo/climat/cop21/climat-la-lutte-contre-la-pollution-devient-urgente-en-chine_1808431.html sont des sujets qu'il faut gérer de façon indépendante mais d'une manière coordonnée à l'échelle mondiale.

Notre modèle industriel lui a ses défauts d'organisations et prend du retard ; on est dans le concret, ni dans le militantisme, ni dans l'imaginaire. Quand au rapprochement de Fernand Reynault, et à son discours sur l'eau ferrugineuse, je vous en laisse les droits d'auteur. Smile Il ne faut pas s''en faire... Sad
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 700
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Sam 17 Sep 2016, 05:31

Connaissez vous la technique dite du 'flou global généralisé' ?

Elle consiste face à une question ou vous n'avez pas de réponse, de réduire la question à rien, et ensuite de faire des généralités.

Et bien face à la question: combien d'éoliennes pour remplacer notre parc nucléaire, on vient d'avoir un bel exemple.

On commence pas dénigrer la question: on ne peut pas démontrer ce qui n'est pas prouver

Ensuite on élève le debat avec Gallile et Einstein, pour montrer que 'Ya pas que du mou entre les oreilles'

On continue la généralisation globale en invoquant la Chine, les USA, lInde.

On fait référence à des articles de journaux.


Et tout ça pour ne pas répondre à un sujet auquel on ne connaît rien.



Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14237
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Sam 17 Sep 2016, 06:47

(Ouverte, )fermée. Bon tant mieux.

Ci dessous le tract du CFDT AREVA NP du CCE du 9 septembre avec la présence de Jean-Bernard LEVY qui était accompagné de Mme de Madame Marianne Laigneau, DRH du Groupe EDF et de Monsieur Xavier Ursat, Directeur de l’ingénierie et des projets nouveaux nucléaires.

Jean-Bernard Lévy nous a répondu durant près de deux heures, aux questions des membres du CCE AREVA NP ainsi qu’aux coordinateurs centraux et aux secrétaires des Comités de Groupe Européen et France.

Levy a confirmé sa volonté de signer des accords engageants pour l’acquisition globale des activités d’AREVA NP et de créer rapidement une force commune d’ingénierie sur les îlots nucléaires, projet appelé « NICE ».

Pour ce qui concerne le projet d’acquisition d’AREVA NP, le schéma retenu consiste à transférer l’ensemble des activités d’AREVA NP dans une nouvelle filiale, New NP, préservée surtout des risques financiers liés au projet finlandais. EDF serait majoritaire avec plus de 50 %, AREVA NewCo détiendrait de l’ordre de 15 % et des partenaires notamment chinois et japonais pourraient chacun détenir environ 15 % du capital.

Après consultation des Instances Représentatives du Personnel des deux groupes et de la Commission Européenne de Bruxelles qui s’exprimera sur le dossier, le closing de l’opération pourrait intervenir au 4e trimestre 2017. Les rendez-vous sont d’ores et déjà fixés : le CCE EDF se réunira le 21 septembre prochain ??? et celui d’AREVA NP est quant à lui programmé le 28 septembre.

Interrogé sur les perspectives du marché, Jean Bernard Levy a confirmé le rôle essentiel de New NP dans la gestion des phases de changement, de fabrication des équipements, des arrêts de tranche (classiques et ceux liés aux visites décennales) et sur les perspectives de nouveaux contrats de constructions de réacteurs. Toutefois, Jean-Bernard Lévy a précisé que si EDF en tant qu’actionnaire majoritaire, doit se préoccuper de la bonne santé et du maintien des compétences de ses filiales, New NP doit conduire son activité de manière compétitive.

La CFDT AREVA NP ST Marcel / Chalon Services / Creusot Forge s'exprimera lundi sur l'impact de la prise de la commande de l'EPR Anglais (HPC) en Saône et Loire.

http://www.vivre-a-chalon.com/lire_Restructuration-et-transformation-du-Groupe-Un-pas-de-plus-vers-la-cession-d-AREVA-NP...,2303d2774d4a3c8dcb1e40abde8d093bb247683e.html

La création d’un nouvel Areva, dit Areva NewCo, recentré sur le combustible nucléaire a exigé la cession de nombreux actifs. Avec l’imminente vente d’Adwen (coentreprise Areva-Gamesa dans l’éolien offshore) à Gamesa, l’entreprise est désormais sortie des énergies renouvelables, dans lesquels elle n’a jamais trouvé de rentabilité.

Jean-Luc Mercier délégué CGT d'Areva : « La grosse problématique : est-ce qu’on sera en mesure d’honorer ce contrat à 6 ans ? On sera obligé de payer des pénalités de retard aux Anglais, comme on est obligé d’en payer aujourd’hui en Finlande ou ailleurs. »
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Sam 17 Sep 2016, 19:38

Libellule a écrit:
On ne peut pas démontrer ce qui n'est pas encore prouvé. Galilée en sait quelque chose. Einstein aussi. La démonstration du mix énergétique prendra corps quand il sera effectif pas avant. On est bien d'accord là dessus. Les fous volants le sont restés tant que l'aviation n'a pas décollé.

Pourquoi il convient de traiter la problématique des gaz à effets de serre différemment de la gestion de nos entreprises françaises? Tout simplement parce le Chine n'a pas le même modèle économique, ni l'Inde, ni les Etats Unis. Côté Asie et Afrique un même dénominateur commun se greffe dessus, l'évolution de la population mondiale. Mais ces deux continents n'ont pas à gérer les conséquences des gaz à effet de serre de la même manière.

(

Là vous faites fort, vous voulez nous imposer une solution dont vous-même ne savez pas ce qu' elle peut donner!! Danger, grand danger de ce retrouver "à poil" .
Pour ce qui concerne la gestion des entreprises, l' expérience démontre qu' il est impératif que l' état n' y mette pas son grain de sel.
Les expériences passé ont étés douloureuses pour le contribuable (Crédit Lyonnais par exemple).
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14237
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Sam 17 Sep 2016, 23:37

Je ne veux rien imposer. Quand on émet l'hypothèse gaz de schiste, ou Epr on fait également des plans sur un avenir inconnu. Explorer toutes les pistes est toujours mieux que d'en fermer certaines. Areva n'ayant aucun pan profitable est obligé d'en sacrifier. Faute de diversification, elle peut désormais mourir et emmener Edf dans sa chute ou l' inverse. D'ou le titre, ce qui devait arriver Areva!. Et la présentation des montages financiers boiteux envisagés comme "pis aller". L'expression est de mise.

Certains ne voyant pas les poupées russes entre Epr, éolien maritime, et les choix cornélien en cours, je mets le compte rendu de Cce, qui explicite tout cela. Histoire que tout le monde sache de quoi il retourne dans la vraie vie. Sans polémique inutile. Le tract de la cfdt est plus soft que celui de la cgt. Qui veut clique sur le lien fourni, et lit ce que pense le personnel.
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 700
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Dim 18 Sep 2016, 20:17

Libellule a écrit:
Je ne veux rien imposer. Quand on émet l'hypothèse gaz de schiste, ou Epr on fait également des plans sur un avenir inconnu. Explorer toutes les pistes est toujours mieux que d'en fermer certaines. Areva n'ayant aucun pan profitable est obligé d'en sacrifier. Faute de diversification, elle peut désormais mourir et emmener Edf dans sa chute ou l' inverse.

Donc vous proposez des solutions - éoliens photovoltaïque" qui n'en sont pas, en nous disant "on vera bien" alors qu'on sait que cela ne suffit pas.

De plus vous vous dédouaner en comparant à l'EPR où l'on est au stade de la 1ère mise en production ou du gaz de chiste où vous refusez toutes expérimentations.

Il ne faut pas s'étonner si les solutions des écolos sont souvent qualifiées d'irresponsables
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14237
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Dim 18 Sep 2016, 21:43

Je n'ai personnellement jamais refusé quoi que ce soit.

Pour l'Epr je parle d'abord gouffre financier et retard considérable qui peut mettre en danger la viabilité à terme de deux fleurons de notre industrie. Cela a déjà privé l' un des groupes de sa capacité de financement en propre de l' off shore. Vos traductions simultanées ne me dérangent pas mais au moins tenez vous en à mes écrits, merci.

Le mix énergétique de mon humble point de vue ne se limite pas aux seuls éolien et photovoltaïque. Relisez moi sans rien zapper. Re merci.

Je propose de ne se restreindre à aucune piste. Mais les équilibres financiers étant ce qu'ils sont ce n'est pas la tendance qui se dégage tout du moins en France.
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 700
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Lun 19 Sep 2016, 03:14

Heureusement qu'au cours du 20e siècle nos dirigeants ont su investir dans ce qui était, à l'époque, des technologies à risques: construction de barrages et de centrales nucléaires.


Dernière édition par thierry le Lun 19 Sep 2016, 03:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3446
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Lun 19 Sep 2016, 03:47

Je mise sur le progrès scientifique et technique.
La fusion autoentretenue par exemple.

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Lun 19 Sep 2016, 04:22

Libellule a écrit:
J
Pour l'Epr je parle d'abord gouffre financier et retard considérable qui peut mettre en danger la viabilité à terme de deux fleurons de notre industrie. Cela a déjà privé l' un des groupes de sa capacité de financement en propre de l' off shore. Vos traductions simultanées ne me dérangent pas mais au moins tenez vous en à mes écrits, merci.

Les retards n' ont il pas aussi pour origine les modifications de normes de sécurité (certainement utiles) qui pénalise la construction aussi bien en durée des travaux que sur le plan financier ?
Ne serait-il pas honnète de les prendre en compte ?
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14237
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Lun 19 Sep 2016, 04:53

Sur les 8 ans on en compte combien?
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 700
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Lun 19 Sep 2016, 07:56

Vous savez ce que c'est un prototype, ou un 1er de série?

C'est plus compliqué qu'un copier coller, et il y a parfois des aléas, des retards, voir des retours en arrières ou des arrêts.

C'est à cela que l'on voit les leaders ou les suiveurs.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14237
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Lun 19 Sep 2016, 08:03

Vous savez ce que c'est un contrat avec son coût prévisionnel, ses délais à respecter, et les pénalités de retard à payer? C'est plus compliqué qu'un qui s'y colle s'engage à faire hors coût et délai. Ce qui pénalise les autres activités? Lisez le résumé de la cfdt. Ils sont au coeur du dispositif.
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 700
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Lun 19 Sep 2016, 08:58

Comme d'habitude vous nous fêtes un copier coller en guise de pensée ou de réflexion
Revenir en haut Aller en bas
matmut

avatar

Messages : 2083
Date d'inscription : 11/07/2010

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Ven 23 Sep 2016, 04:11

Commentaire avant gardiste de Gérard qui n'a ps suscité de commentaire
Citation :
Je mise sur le progrès scientifique et technique.
La fusion autoentretenue par exemple.
C'est un procédé de fusion nucléaire dans un anneau rempli de plasma avec un bouclier magnétique
empêchant le plasma de s’approcher et de fondre les parois métalliques. En effet pour que la fusion puisse se produire il ne faut pas moins qu'une température de 150 millions de degrés.
Comme l'on voit ce procédé dont les prémisses date de plus de cinquante ans (URSS) est maintenant un projet international ( Europe, États-Unis, Japon Corée du sud...) réunis au sein d'ITER qui construit en France depuis 2010 cet anneau magique (tokamak).
"Si les résultats obtenus par ITER sont concluants, ils devraient engendrer des avancées capitales dans le domaine de la fusion nucléaire contrôlée par confinement magnétique. A terme,  il est envisageable que des tokamaks soient produits à une échelle industrielle avant la fin du siècle."
Déclarent les personnes autorisées. Maintenant à quels couts et avec quelle sécurité.
De toutes façons je ne crois pas que nous lecteurs de ce forum nous puissions en voir les effets pratiques.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14237
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Ven 23 Sep 2016, 06:24

Bizarre que personne n'ait parlé de ce nouveau volet.

PARIS (Reuters) - Le parquet national financier a ouvert une enquête préliminaire visant Areva à la suite d'une plainte déposée par le syndicat CFE-CGC pour délit de fausse information et tromperie, a confirmé lundi le groupe nucléaire français après un article du quotidien Le Parisien.
Le PNF a confirmé à Reuters l'ouverture d'une enquête préliminaire le 29 février du chef de "diffusion d'informations fausses ou trompeuses" à la suite d'une plainte de représentants de salariés du groupe.

"Les enquêteurs de la brigade financière doivent désormais tenter de répondre à cette question : a-t-on poussé les salariés à investir alors même que la situation bien moins florissante qu'annoncé d'Areva était déjà connue en haut lieu en 2013 ?", rapporte le journal dans son édition de lundi.

"Près de 300 salariés, anciens salariés ou retraités d'Areva se sont joints à la procédure", a dit au Parisien Cyril Cambon, un avocat qui centralise les plaintes individuelles de ceux qui estiment avoir été mal informés lors de la souscription à ce plan d'investissement réservé aux salariés en 2013.

Areva a enregistré ces dernières années une série de déboires industriels et financiers qui ont nécessité la mise en place d'un plan de sauvetage comportant notamment la cession de son activité dans les réacteurs à EDF et un projet d'augmentation de capital.

"Face à la situation actuelle d'Areva, qui impacte le cours de l'action du groupe, nous comprenons que certains salariés actionnaires expriment leur déception", a commenté une porte-parole du groupe, qui assure s'être "toujours conformé aux obligations légales en termes de communication financière".

"Lors de la période de souscription au plan d'actionnariat salarié d'Areva en 2013, les salariés ont été informés qu'il existait un risque de perte en capital inhérent à tout achat et à la détention d'actions", a ajouté la porte-parole.

On ne devrait donc pas jouer au surpris de ce qui arrive à Areva.
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 700
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Ven 23 Sep 2016, 08:38

C'est toujours rigolo de voir les gaucho défendre les interets de salariés qui investissent dans une société pour faire du profit (comme ils disent).

Ceux sont donc les nouveaux défenseurs du capitalisme
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3446
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Ven 23 Sep 2016, 08:50

Cela me rappelle les collectivités de gauche qui ont spéculé sur leurs finances en jouant avec les emprunts indexés sur des monnaies très variables comme le franc suisse. C'est l'histoire des emprunts toxiques...

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14237
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Ven 23 Sep 2016, 08:52

La cgc cfe des gauchos. Mort de rire.
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 700
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Ven 23 Sep 2016, 16:52

Et ceux qui relaient les communiqués de la CFE CGC sur ce forum...pas gaucho
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14237
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Ven 23 Sep 2016, 17:06

Eh bien non!
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 2995
Date d'inscription : 08/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Ven 23 Sep 2016, 17:18

Bien sur que SI.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14237
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Ven 23 Sep 2016, 17:35

Mon spectre politique n'a pas changé depuis mon arrivée sur ce forum. Il est connu de tous. Smile Mais que ne ferait-on pas pour s'éloigner du sujet d'Areva. Smile
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 700
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Ven 23 Sep 2016, 22:25

Qui fait dévier le sujet d'Areva et ses problèmes vers la rémunération (le profit en langage de gauche) des actionnaires salariés????

C'est votre technique de faire des digressions pour rester dans le fils des conversations
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14237
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Ven 23 Sep 2016, 22:32

Comment l'événement ne concerne pas Areva? De mieux en mieux.

Le sujet est ce qui devait arriver Areva. Et bien il se trouve que des salariés ont été invités à placer leurs économies dans le capital de la boite alors que déjà on savait. Faire semblant de découvrir que les comptes ont dûs être arrangés un tant soit peu le temps d'organiser la vente par appartements, les gauchos n'y sont pour rien. Mais à part ça, comme nous l'a soufflé récemment anonymous, tout va très bien Madame la Marquise Mad  Idea  Arrow  What a Face .

Dès février 2015 on pouvait lire ceci dans la presse correctement documentée. (Challenges). J'ai moi-même ouvert ce sujet le 6 mars de la même année.

Où s'arrêtera le cataclysme Areva? Une semaine avant la présentation de ses résultats 2014, prévue le 4 mars, le champion nucléaire français a été contraint de dévoiler lundi 23 février une perte nette de 4,9 milliards d'euros, supérieure aux 4 milliards évoqués vendredi 20 février par Le Figaro et L'Opinion. L'annonce est tout sauf anecdotique: cette perte, due notamment à de nouvelles provisions sur l'EPR finlandais et à de multiples dépréciations d'actifs, représente plus de 50% du chiffre d'affaires du groupe (8,3 milliards en 2014), et dépasse même largement la valorisation d'Areva en Bourse (3,6 milliards).

Au-delà des chiffres, c'est bien la question de la viabilité du groupe qui est désormais posée. Tous les voyants sont au rouge vif: l'activité fait grise mine, avec des ventes 2014 en baisse de 8%, les divisions mines et énergies renouvelables affichant même une chute de 24%. Areva reste étranglé par une dette brute de 7 milliards d'euros (4,7 en enlevant les 2 milliards de trésorerie), qui a conduit l'agence Standard ' Poor's à dégrader sa note fin novembre à BB+, soit un investissement "spéculatif". Résultat: en attendant une augmentation de capital de plus en plus probable, l'action Areva n'en finit pas non plus de couler, avec une chute de 55% en un an.

Faut-il désormais arrêter les frais et saborder le navire? "Le groupe est en danger de mort, comme Alstom au temps des déboires de ses turbines, atteste un expert du secteur. "Un Etat dans l'Etat, plus préoccupé par l'ingénierie pure que par le respect des contrats et le service au client"...

Mais Areva, qui annoncera son plan de compétitivité et sa nouvelle feuille de route stratégique le 4 mars, ne peut faire l'économie d'une réflexion plus globale sur son positionnement: "Le modèle intégré avec un groupe présent des mines au retraitement du combustible, a vécu. A 8 milliards d'euros de chiffre d'affaires, Areva est un petit acteur du marché, qui ne peut pas être bon partout."
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 700
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Ven 23 Sep 2016, 23:38

Bis répétita
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14237
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Sam 24 Sep 2016, 00:45

thierry a écrit:
Bis répétita
Un peu de votre faute si flower *Recadrer un sujet est parfois nécessaire
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 700
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Sam 24 Sep 2016, 02:42

Le roi de la digression et du flou artistique qui donne des leçons. Why not
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Sam 24 Sep 2016, 03:37

Libellule a écrit:
Comment l'événement ne concerne pas Areva? De mieux en mieux.

Le sujet est ce qui devait arriver Areva. Et bien il se trouve que des salariés ont été invités à placer leurs économies dans le capital de la boite alors que déjà on savait. Faire semblant de découvrir que les comptes ont dûs être arrangés un tant soit peu le temps d'organiser la vente par appartements, les gauchos n'y sont pour rien. Mais à part ça, comme nous l'a soufflé récemment anonymous, tout va très bien Madame la Marquise Mad  Idea  Arrow  What a Face .

Dès février 2015 on pouvait lire ceci dans la presse correctement documentée. (Challenges). J'ai moi-même ouvert ce sujet le 6 mars de la même année.

Où s'arrêtera le cataclysme Areva? Une semaine avant la présentation de ses résultats 2014, prévue le 4 mars, le champion nucléaire français a été contraint de dévoiler lundi 23 février une perte nette de 4,9 milliards d'euros, supérieure aux 4 milliards évoqués vendredi 20 février par Le Figaro et L'Opinion. L'annonce est tout sauf anecdotique: cette perte, due notamment à de nouvelles provisions sur l'EPR finlandais et à de multiples dépréciations d'actifs, représente plus de 50% du chiffre d'affaires du groupe (8,3 milliards en 2014), et dépasse même largement la valorisation d'Areva en Bourse (3,6 milliards).

Au-delà des chiffres, c'est bien la question de la viabilité du groupe qui est désormais posée. Tous les voyants sont au rouge vif: l'activité fait grise mine, avec des ventes 2014 en baisse de 8%, les divisions mines et énergies renouvelables affichant même une chute de 24%. Areva reste étranglé par une dette brute de 7 milliards d'euros (4,7 en enlevant les 2 milliards de trésorerie), qui a conduit l'agence Standard ' Poor's à dégrader sa note fin novembre à BB+, soit un investissement "spéculatif". Résultat: en attendant une augmentation de capital de plus en plus probable, l'action Areva n'en finit pas non plus de couler, avec une chute de 55% en un an.

Faut-il désormais arrêter les frais et saborder le navire? "Le groupe est en danger de mort, comme Alstom au temps des déboires de ses turbines, atteste un expert du secteur. "Un Etat dans l'Etat, plus préoccupé par l'ingénierie pure que par le respect des contrats et le service au client"...

Mais Areva, qui annoncera son plan de compétitivité et sa nouvelle feuille de route stratégique le 4 mars, ne peut faire l'économie d'une réflexion plus globale sur son positionnement: "Le modèle intégré avec un groupe présent des mines au retraitement du combustible, a vécu. A 8 milliards d'euros de chiffre d'affaires, Areva est un petit acteur du marché, qui ne peut pas être bon partout."

Encore une fois, refus de prendre ses responsabilités, personne n' a obligé les employés à prendre des actions, ils ont vu une occasion de gagner plus d' argent (comme à la bourse) ils ont joué ils ont perdu. Demande-t-on le remboursement de son ticket de loto lorsqu' on ne gagne pas?
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14237
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Sam 24 Sep 2016, 03:41

On verra le résultat qui sortira de la plainte. Personne ne s'oblige à quoi que ce soit en général. Prosaïquement on budgete, on escompte un résultat et on en obtient un autre. Mais Areva s'est quand même mis en difficulté tout en ayant besoin de volontaires pour monter au capital. Personne ne l'a obligé non plus à proposer. Sad
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 700
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Sam 24 Sep 2016, 03:52

Ni à souscrire
Revenir en haut Aller en bas
matmut

avatar

Messages : 2083
Date d'inscription : 11/07/2010

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Lun 26 Sep 2016, 03:45

L'actionnariat salarié, vielle litote datant du Général de Gaulle n'a jamais vraiment pris chez les ouvriers et employés (manque de ressources) mais prisés des cadres (attachement à son entreprise). Les entreprises soucieuses de fixer leur capital y ont recours souvent pour ne pas faire appel au marché financier sans toutefois oublier de fixer des limites (en général 5% du capital) pour ne pas avoir une présence trop forte au conseil d'administration.
Maintenant effectivement cela reste au risque des souscripteurs comme dans tous les achats d'actions.
Si j'en crois la plainte du syndicat de cadres CFE/CGC pour "diffusion d'informations fausses ou trompeuses" au moment de la souscription c'est si vérifié et reconnu par le parquet national financier un délit grave qui pourrait justifier une amende conséquente envers AREVA. Pas certain toutefois que cela aille jusqu'au remboursement des actionnaires salariés, ce serait une première.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14237
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Ven 13 Jan 2017, 23:56

Vingt-quatre heures après avoir reçu le feu vert de Bruxelles pour son augmentation de capital - sous réserves de certaines conditions -, le groupe nucléaire a communiqué les modalités de cette opération cruciale pour son avenir.

Les grandes manœuvres se poursuivent pour la restructuration d'Areva. Après avoir reçu mardi le feu vert de la Commission européenne pour son augmentation de capital - fixée à 4,5 milliards d'euros -, le groupe nucléaire a tenu mercredi un conseil d'administration visant à caler le calendrier et les modalités des futures échéances. Après ce conseil, Philippe Knoche, le directeur général d'Areva, s'est d'abord félicité d'«une étape cruciale» pour l'avenir du groupe, tout en rappelant que cette opération avait été assortie de plusieurs conditions par Bruxelles, à commencer par l'issue positive des tests menés actuellement sur la cuve de l'EPR de Flamanville (Manche).

Parmi les modalités annoncées mercredi, Areva a d'abord annoncé que le prix des actions nouvelles qui seront émises dans le cadre de cette recapitalisation avait été fixé à 4,50 euros. Validé par l'État il y a plusieurs mois, le schéma de refonte de la filière nucléaire prévoit que la partie réacteurs et services d'Areva (Areva NP) passe sous le contrôle d'EDF et que le nouvel Areva (baptisé pour le moment NewCo) s'articule autour du cycle du combustible. À l'issue de cette restructuration, Areva sera retiré de la cote.

Le groupe a encore précisé que l'État offrirait dans ce cadre la possibilité aux actionnaires minoritaires de sortir du capital. Sur le plan du calendrier, la tenue d'une assemblée générale a été fixé au 3 février. Comme la réponse aux conditions de Bruxelles n'est pas attendue au cours des prochaines - le verdict de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) sur Flamanville notamment est prévu pour l'été -, Areva a précisé également qu'en attendant l'augmentation de capital, l'État contribuerait à la liquidité du groupe par des prêts. Outre les tests sur Flamanville, une autre condition fixée par Bruxelles porte sur l'autorisation de la vente à EDF de l'activité réacteurs et services d'Areva. Quant à NewCo, le nouvel Areva, qui couvre l'ensemble de la filière du combustible, il finalise l'entrée de plusieurs investisseurs à hauteur de 10% du capital.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13862
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Sam 14 Jan 2017, 01:18

Si la nouvelle usine à gaz est aussi bien dirigée que celle dont elle provient... à vos poches électeurs contribuables .

On devrait demander à "atomic Anne" de reprendre du service ! elle était si compétente que l'on a quelques difficultés avec les comptes et la qualité du travail.
En revanche quel drame était son départ...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14237
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Sam 14 Jan 2017, 04:40

(AOF) - En repli de 3,48% à 11,515 euros, Engie accuse la plus forte baisse du CAC 40, pénalisé par la cession de 4,11% de son capital par l'Etat pour 1,14 milliard d'euros. 100 millions d'actions ont été vendues à des investisseurs institutionnels, contre 90 millions prévues initialement. Le placement a été réalisé au prix de 11,40 euros, soit dans la partie basse de la fourchette de 11,37-11,93 euros qui avait été fixée, a révélé Reuters.

Au terme de ce placement, l'Etat détient, au travers de l'Agence des Participations de l'Etat, 28,7% du capital et 32,6% des droits de vote d'Engie. L'Etat restera ainsi le premier actionnaire du groupe.

Le produit de la cession, qui sera versé sur le compte d'affectation spéciale des participations financières de l'Etat, "pourra servir à financer des investissements de l'Etat actionnaire, notamment la refondation de la filière nucléaire", selon le communiqué publié hier soir par l'Agence des participations de l'Etat et par le ministère de l'Economie.

Ces derniers n'ont donc pas perdu de temps. Quelques heures plus tôt, la Commission européenne a en effet approuvé l'apport par l'Etat français à Areva de 4,5 milliards d'euros dans le cadre d'une double augmentation de capital.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13862
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Sam 14 Jan 2017, 07:43

La question est comment en est on à flanquer Areva par terre ?

'Atomic Anne" nous doit quelques explications... et surtout comment, par qui a t elle été mise place et soutenue contre vents et marées...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14237
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Sam 14 Jan 2017, 07:49

Bah, une mine foireuse ici, 2 Epr en rade par là. Et une croyance aveugle au nucléaire. A suivre d'ailleurs.

La centrale, qui devait être livrée en 2009, ne fonctionnera pas avant fin 2018. Si les soucis techniques sont réglés, les surcoûts sont colossaux (près de 2,6 milliards d’euros pour TVO) et font l’objet d’un arbitrage entre les parties prenantes. Mais TVO a de nouvelles inquiétudes : il craint que la restructuration de la filière nucléaire française le laisse sans partenaire fiable pour l’épauler dans les 60 ans de la vie de l’EPR.

Je ne vous dis pas ce qu'il peut en être de la maintenance et du démentèlement des centrales vieillissantes déjà partiellement en difficulté. Encore un truc lancé par Pompidou. Pauvre Anne...
http://m.slate.fr/story/36491/france-nucleaire-nucleocrate


Dernière édition par Libellule le Sam 14 Jan 2017, 08:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13862
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Et ce qui devait arriver, Areva!   Sam 14 Jan 2017, 08:36

Effectivement s'il y a un problème avec les centrales nucléaires c'est de la faute du président Pompidou... décédé en 1974 !

Tout comme Giscard est responsable du déficit français...

Avec de tels politicards pas étonnant qu'il soit délicat de nous sortir de la panade.
Revenir en haut Aller en bas
 
Et ce qui devait arriver, Areva!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Et ce qui devait arriver, Areva!
» Ce qui devait arriver arriva.
» Ça devait arriver ... JEFFREY & SANAA
» que va-t-il arriver?
» comment leur expliquer qu'un bebe va arriver (cherche livre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: