Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Les soldes continuent avec la vente d'Alcatel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Les soldes continuent avec la vente d'Alcatel   Mer 15 Avr 2015, 00:58

Le mandat de François Hollande aura vraiment été celui de la grande braderie de l'économie française...

Après la vente du pôle énergie d'Alstom à l'américain General Electric - http://www.plateaufontenay.net/t1751p50-alstom-il-nous-restera-encore-les-marinieres , c'est maintenant de la vente d'Alcatel au finlandais Nokia qu'il est question....

Ce naufrage d'Alcatel, fleuron de l'industrie française dans les années 90, montre si il en était besoin l'incapacité des entreprises françaises à s'adapter à la mondialisation de l'économie, cette société évoluant sur un marché incontestablement porteur, celui des telco, marché sur lequel les autres acteurs qu'ils soient chinois, américains, suédois, finlandais, ... tirent leur épingle du jeu...

Il serait intéressant de regarder le rôle joué par Serge Tchuruk-dichian qui fut PDG d'Alcatel de 1995 à 2008... Il fut un ardent défenseur du "fabless" ou, en français, du "sans usine" estimant qu'Alcatel avait plus à gagner en à se contentant de concevoir et de commercialiser en laissant la fabrication aux chinois ou à d'autres sous-traitants low cost...



Les Echos avec AFP a écrit:
Fusion Alcatel-Nokia: les dirigeants des deux groupes reçus par Hollande
Les Echos | Le 14/04 à 09:19, mis à jour à 14:09

Le président de la République va recevoir les dirigeants des deux entreprises ce mardi. L'équipementier télécoms finlandais Nokia a annoncé être en négociations avec son concurrent franco-américain Alcatel-Lucent en vue d'acquérir tout le groupe.

François Hollande va recevoir les dirigeants de Nokia et d’Alcatel-Lucent mardi vers 15h. Ce matin, Bercy a annoncé qu’il serait « très attentif » aux conséquences sur l’emploi et sur l’ensemble de la filière des télécoms en France d’une éventuelle fusion, après l’annonce par l’équipementier télécoms finlandais qu’il négociait le rachat de la totalité de son concurrent franco-américain Alcatel-Lucent

Jusqu'à maintenant, le scénario présenté comme le plus crédible était celui d'un rachat des réseaux mobiles d'Alcatel-Lucent. Mais de toute évidence, Nokia est beaucoup plus gourmand : en fusionnant avec Alcatel-Lucent, il créerait le deuxième plus grand équipementier télécoms mondial, derrière le leader suédois Ericsson AB, mais devant le chinois Huawei, selon Bloomberg.

"Nokia et Alcatel-Lucent confirment être en discussions avancées concernant une éventuelle fusion complète, qui prendrait la forme d'une offre publique d'achat de Nokia sur Alcatel-Lucent", a indiqué Nokia dans un communiqué . Le communiqué souligne cependant qu'il n'y a "pas de certitude à ce stade" que ces négociations aboutissent. "Une nouvelle annonce sera fait e quand cela s'avèrera approprié", conclut le communiqué de Nokia.



« Airbus des télécoms »

Le gouvernement attend que « les détails du projet lui soient présentés au plus vite », selon Reuters. Ses activités dans le domaine des télécoms entrent dans le champ d’application du décret dit « Montebourg » de mai 2014 qui soumet les investissements étrangers dans les secteurs stratégiques à l’autorisation préalable des pouvoirs publics français. Le groupe finlandais devra convaincre, alors qu’en 2013, Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, avait demandé aux opérateurs français de soutenir Alcatel-Lucent, qui était en grande difficulté.

Le gouvernement « sera très attentif à ses éventuelles conséquences sur l’emploi et l’activité des sites français d’Alcatel-Lucent, notamment en recherche & développement, et à ses effets sur l’ensemble de la filière télécoms en France », a-t-il précisé. La plus « grosse préoccupation » des syndicats est « l’avenir de la recherche et développement, qui travaille sur des produits qui vont entrer directement en concurrence avec les produits actuellement détenus par Nokia », a déclaré à Reuters Christophe Civit, représentant CFDT au comité central d’entreprise d’Alcatel-Lucent.

Le plan de restructuration Shift, lancé en 2013 par le nouveau PDG d’Alcatel-Lucent, Michel Combes, a déjà conduit à la suppression de 700 postes en France. Près de 6.000 personnes travaillent toujours dans l’Hexagone, sur un total de 53.000 dans le monde.

Au-delà des « perspectives de développement de l’emploi et des sites qu’il pourrait porter en maintenant un fort ancrage en France », le gouvernement se fondera sur « la capacité [du projet] à constituer (...) un ’Airbus’ des télécoms ». Alors que l’Etat vient de pousser Dailymotion dans les bras de Vivendi , au lieu du chinois PCCW, cette nouvelle opération pourrait lui permettre d’affirmer sa stratégie numérique européenne, en poussant à la constitution de « champions ».



Salué à la Bourse de Paris, pas à celle d'Helsinki

Pour le finlandais, l'intérêt serait de grandir face à son grand rival Ericsson, et au chinois Huawei. Nokia a été le numéro un mondial des téléphones portables pendant une dizaine d'années avant de rater le virage du smartphone et de se voir ravir la place de numéro un par le sud-coréen Samsung en 2012. Aujourd’hui, le finlandais conçoit et fabrique des infrastructures de réseaux téléphoniques et internet.

En fusionnant avec Alcatel, Nokia renforcerait sa position en Chine, où les réseaux mobiles du franco-américain sont utilisés par 1,3 milliard de clients. Le groupe récupérerait également des contrats avec deux des plus gros opérateurs télécoms américains, Verizon et AT&T. Les activités de coeurs de réseaux et de technologies IP, sur lequel s’est recentré Alcatel-Lucent depuis sa reprise en main par Michel Combes, pourrait enfin permettre à Nokia d’étendre son portefeuille, à un moment où le transfert de données devient crucial face au développement de services consommateurs de bande passante, comme Netlfix.

La cession il y a un an de son activité téléphones portables et tablettes au géant américain du logiciel Microsoft a permis à Nokia de stocker 5,4 milliards d'euros. Le groupe envisagerait également de vendre Here, sa division cartographie, selon Bloomberg. Valorisée 2 milliards d’euros, cette cession pourrait rapporter 5 milliards de dollars et aider Nokia à réaliser cette acquisition. Selon Bloomberg, Alcatel-Lucent est valorisé 12,7 milliards d’euros.

En tout état de cause, cette annonce est suffisante pour stimuler l'intérêt des investisseurs pour Alcatel-Lucent. Dans un marché parisien quasi à l'équilibre, l'action de l'équipementier en télécommunications franco-américain décollait de près de 14%, mardi matin à la Bourse de Paris . Mais, pendant ce temps là, les investisseurs jugeaient sévèrement le risque pris par Nokia, dont l’action perdait 6,44% à la Bourse d'Helsinki près d'une demi-heure après l'annonce.

Sources : AFP, Bloomberg, Reuters
Source: http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0214911414-nokia-voudrait-acquerir-la-totalite-dalcatel-lucent-1111103.php?c2YAoT1W1guQioUT.99#
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14539
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Les soldes continuent avec la vente d'Alcatel   Mer 15 Avr 2015, 08:14

une braderie qui vient de loin mais qui temporairement fait monter l'indice boursier de l'un au détriment de l'autre.
http://www.alcatel-lucent.com/fr/nous-connaitre/historique
http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/04/14/nokia-l-art-brutal-de-la-mue_4615836_3234.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Les soldes continuent avec la vente d'Alcatel   Jeu 16 Avr 2015, 01:16

C'est joué, l'ex fleuron de l'industrie française Alcatel qui n'a pas su tirer son épingle du jeu malgré l'explosion du marché des telcos a été bradé au finlandais Nokia...

Pour faire passer la pilule, le paquet est enveloppé dans un joli papier cadeau et on nous dit certes que 500 emplois vont être créés dans notre pays tout en précisant qu'il s'agit d'emplois..... dans la R&D...

Chacun sait que ces emplois dans la R&D sont plus faciles et les moins chers à créer mais aussi les plus facilement délocalisables... Le grand avantage de ce type d'emplois pour les multinationales est qu'ils permettent de satisfaire à moindre frais un gouvernement qui ne veut pas perdre la face ou froisser ses partenaires sociaux... Ce n'est pas nouveau, ça se pratique depuis des années...

Chose amusante, en parallèle de cette braderie se discute à l'assemblée la loi sur le renseignement censée nous protéger suite aux attentas du 11 janvier... Discussions parlementaires au cours desquelles il est question de collecte des métadonnées par des boites noires qui seront connectés à des réseaux constitués d'équipements fournis par le chinois Hauwei, l'américain Cisco, le suédois Ericsson et maintenant le finlandais Nokia.....



"L'équipementier finlandais a consenti plusieurs contreparties financière et en termes d'emplois en France, en particulier l'embauche de "500 chercheurs de plus" pour "investir dans la 5G" (la téléphonie de nouvelle génération). Nokia va ainsi "augmenter les activités de R&D de 25%" dans l'Hexagone, a précisé le patron d'Alcatel-Lucent, Michel Combes, sur BFM Business.
---/---
Selon leur communiqué, les deux entreprises prévoient de disposer de "centres majeurs de R&D en France et dans plusieurs autres pays, dont l'Allemagne, les Etats-Unis et la Chine"."




AFP a écrit:
AFP 15-04-2015 - 14:26
Nokia va absorber Alcatel-Lucent début 2016

Nokia va absorber Alcatel-Lucent, au terme d'un accord annoncé mercredi qui permettra aux actionnaires du groupe finlandais de prendre le contrôle de l'équipementier en télécommunications franco-américain, au 1er semestre 2016.

Nokia ambitionne ainsi de devenir un champion européen capable de rivaliser avec le suédois Ericsson ou la nouvelle concurrence chinoise.

Les deux groupes avaient annoncé la veille qu'ils discutaient d'une possible fusion, sans dévoiler les termes financiers de l'opération.

Le nouveau groupe s'appellera Nokia, sera basé en Finlande et dirigé par les actuels patrons de l'équipementier finlandais: Risto Siilasmaa conservera son poste de président du conseil d'administration, tandis que Rajeev Suri restera directeur général.

L'opération prend la forme d'une offre publique d'échange. Nokia offre 0,55 de ses propres actions pour chaque action Alcatel-Lucent, valorisant le groupe français à 15,6 milliards d'euros, ont précisé les deux entreprises dans un communiqué commun.

Cette parité offre une prime de 28% aux actionnaires d'Alcatel par rapport au cours moyen du titre ces trois derniers mois. Cependant elle était très mal accueillie à la Bourse de Paris où le titre Alcatel-Lucent chutait de 12,27% à 3,93 euros peu avant midi.

Au terme de la transaction, les actionnaires de Nokia détiendront deux tiers du capital du groupe fusionné et ceux d'Alcatel, le tiers restant.

Les représentants d'Alcatel-Lucent disposeront de trois sièges sur neuf ou dix au conseil d'administration, dont celui de vice-président.

Le futur ensemble s'est fixé pour objectif de réaliser 900 millions d'euros d'économies sur ses coûts d'ici 2019. Il espère aussi réduire ses frais financiers de 200 millions dès 2017.

L'objectif d'économies sur les coûts devra être atteint sans suppression d'emplois supplémentaires à l'issue des restructurations en cours dans le groupe français, ont ajouté les deux sociétés.

Alcatel-Lucent avait planifié 10.000 suppressions de postes en octobre 2013, dont 600 en France, dans le cadre de son plan stratégique "Shift 2013-2015". Le groupe compte aujourd'hui 53.000 salariés dans le monde, dont 8.000 en France, tandis que Nokia emploi 61.600 personnes.



- Contreparties en France -

L'équipementier finlandais a consenti plusieurs contreparties financière et en termes d'emplois en France, en particulier l'embauche de "500 chercheurs de plus" pour "investir dans la 5G" (la téléphonie de nouvelle génération). Nokia va ainsi "augmenter les activités de R&D de 25%" dans l'Hexagone, a précisé le patron d'Alcatel-Lucent, Michel Combes, sur BFM Business.

"C'est un des points que j'ai longuement discuté avec (le ministre de l'Economie) Emmanuel Macron et le Président de la République", a-t-il ajouté, au lendemain de sa réception à l'Elysée par François Hollande, en compagnie de M. Suri.

"C'est la première fois qu'Alcatel Lucent se remet à embaucher en R&D en France", a-t-il insisté, en soulignant que "le pilotage des capacités d'innovation et de recherche au plan mondial pour le nouveau groupe sera fait depuis la France".

Selon leur communiqué, les deux entreprises prévoient de disposer de "centres majeurs de R&D en France et dans plusieurs autres pays, dont l'Allemagne, les Etats-Unis et la Chine".

Selon M. Combes, Nokia s'est aussi engagé à "financer l'écosystème numérique français", avec un "fonds de financement des start-ups de 100 millions d'euros", auxquels s'ajouteront "plus de 20 millions d'euros par an" destinés au "milieu académique, universitaire" et à des "plateformes technologiques permettant aux entreprises de tester leurs nouveaux produits"

Nokia a par ailleurs indiqué examiner "les options stratégiques" à sa disposition pour son activité de cartographie HERE, ouvrant la voie à une cession, même si la décision finale n'a pas été prise.

Contacté par l'AFP, le suédois Ericsson n'a pas souhaité commenter le rapprochement de ses deux concurrents, se contentant d'indiquer qu'il allait "évaluer ce que cela signifie" pour la marche de ses affaires.
Source: http://actu.orange.fr/france/nokia-va-absorber-alcatel-lucent-debut-2016-afp_CNT00000093Muj.html
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 712
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Les soldes continuent avec la vente d'Alcatel   Jeu 16 Avr 2015, 04:23

Si Alcatel avait eu un actionnaire de référence solide ou le grand public via la bourse, Alcatel n'aurait peu être pas été vendue.

Mais comme il n'est pas rentable d'investir dans les entreprises françaises ( le versement de dividendes aux actionnaires est un sujet tabou, la fiscalité est la pour veiller) les boîtes françaises sont vendues et délocalisées.

Et vive le socialisme, la fiscalité sur les profits et la création de pauvreté que cela engendre
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14288
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Les soldes continuent avec la vente d'Alcatel   Jeu 16 Avr 2015, 06:35

Le socialisme français fait son œuvre :

« Plus de travail, plus de famille, plus de patrie... Nous voilà sauvés du fascisme! »

mais aussi sans investisseurs, sans entrepreneurs... et avec aux manettes des gens qui promettent, dépensent mais se gardent bien d'expliquer comment ils vont équilibrer les comptes de la nation...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14539
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Les soldes continuent avec la vente d'Alcatel   Jeu 16 Avr 2015, 06:40

une autre vision de cette saga boursière commencée voici quelques temps http://www.marianne.net/Symbole-de-la-faillite-neoliberale-la-descente-aux-enfers-d-Alcatel_a194361.html

suffisamment court pour être mis en clair

L'entreprise Alcatel-Lucent affiche un cours de Bourse bien bas, au moment où ses dirigeants songent à délocaliser leurs services après avoir cédé leurs usines. Eugène, du blog Economique et social, revient sur l'historique tristement exmplaire de cette entreprise.
Alors que l’entreprise vient d’indiquer qu’elle réfléchit sur la délocalisation de ses activités de service vers l’Inde, son cours de Bourse n’a jamais été aussi bas. Un des évènements fondateurs de la chute : l’entreprise sans usines. Retour sur une erreur de stratégie qui conduit l’entreprise vers un dépôt de bilan certain et qui a fortement et négativement influencé l’industrie française.
Alcatel-Lucent est le nom de la société née en 2006 de la fusion entre Alcatel et Lucent Technologies. Pour bien comprendre l’histoire de l’entreprise, il faut remonter au tout début de ses origines.

Créé en 1881 sous le nom de Compagnie Générale d’Électricité (CGE) à Charleroi (Belgique), en 1914, son siège social est transféré à Paris. C’est à partir de ce moment que l’entreprise devient un prédateur et accumule les absorptions : La Compagnie Générale des Câbles de Lyon en 1925, Prise de contrôle de la SAFT, acquisition de Télic en 1965, Prise de contrôle de la Société Alsacienne de Construction Atomique, de Télécommunications et d’Électronique (Alcatel) en 1968, actionnaire majoritaire de d’Alsthom en 1969, Fusion Alcatel et de la Compagnie Industrielle des Téléphones (CIT) en 1970, Alsthom absorbe les Chantiers de l’Atlantique pour devenir Alsthom-Atlantique en 1976. En 1982, la CGE est nationalisée et les acquisitions continuent : Prise de contrôle de la Sesa en 1982, prise de contrôle de la holding Thomson Télécommunications en 1983, rachats de Thomson Jeumont Câbles et Kabeltel en 1983. Ce n’est qu’en 1985 que la fusion de CIT-Alcatel-Thomson Télécommunications crée la société Alcatel.

CGE achète les activités de télécommunication à ITT corporation en 1986 et prise de participation (40 %) dans Framatome. En 1987 la CGE est privatisée et se débarrasse de la Sesa au groupe Cap Gemini Sogeti. En 1989 la CGE donne naissance a GEC-ALsthom qui devient Cegelec. En 1990, Alcatel prend le contrôle de Telettra. La CGE devient Alcatel Alsthom en 1991 et achète la division de transmission du groupe Rockwell Technologies. En 1993, acquisition de STC Submarine Systems à Northern Telecom Europe (Nortel). En 1995, Serge Tchuruk devient président d’Alcatel Alsthom et recentre l’entreprise sur les télécommunications. C’est en 1998 qu’Alcatel Alsthom devient Alcatel et l’achat de DSC permet de cibler le marché américain, Cegelec est vendu à GEC Alsthom qui devient Alsthom. En 1999 Alcatel achète Xylan, Packet Engines, Assured Access et Internet Devices. En 2000, achat de Newbridge, Genesyslab, Innovative Fibers et vente de l’activité modem DSL à Thomson Multimédia.

C’est en 2001 que la longue expansion de l’entreprise fléchit. C’est l’année de la cession de la participation dans le groupe Alsthom (24 %), Thales (4,2 %), Areva (2,2 %), mise en bourse de Nexans. Mais 2001 est aussi l’acquisition d’Alcatel Space. 2002 est l’année de l’acquisition d’Astral Point Communication Inc, d’Alcatel Shanghai Bell, Telera, mais également de la cession de ses activités de microélectronique (STMicroelectronics), 6,13 % de Thalès, 5 % de Nexans et la sortie du capital de Thomson. En 2003, cession de 50 % de Atlink, des Compasants Optiques, de Saft Batteries mais achat de iMagicTV et TiMetra Inc. En 2004, vente de SAFT, de participations dans Avanex mais acquisition de eDial Inc, Spacial Communications et Right Vision.

Finalement le 1er décembre 2006, Alcatel fusionne avec Lucent et forme Alcatel-Lucent, dirigé par Patricia Russo.

Si l’on regarde l’histoire du cours de bourse de l’entreprise, celui-ci grimpe vertigineusement jusqu’en septembre 2000, pour chuter progressivement de 97 à 2,28 soit une perte de 97,65 % !

Entre 2000 et début 2001, la chute des cours est modérée et est considérée comme principalement due à un contexte défavorable aux valeurs technologiques, puis de celles des télécommunications. La baisse devient incroyable vers mi-2001 alors que l’action aurait dû repartir à la hausse. Que s’est-il donc passé en 2001 qui ait pu entrainer l’entreprise dans ce gouffre qui n’est même pas comblé par la fusion avec Lucent en 2006 ? Situation de plus en plus grave, en juin 2010, l’entreprise à annoncer une perte de 524 millions d’euros en 2009 avec des ventes en baisse de 10,8 %… L’action se négocie alors 2,28 € nous ne somme plus loin de la gratuité (sic!).

La réponse à cette question se trouve en grande partie dans la décision de Serge Tchuruk en juin 2001 : Alcatel se donne alors 18 mois pour devenir une entreprise sans usine ! L’entreprise passerait alors de 120 usines à moins de 2 ! La formule « entreprise sans usines » fait alors sensation, tous les journaux en parlent. L’idée est si surprenante, à l’époque, qu’on ne sait quoi penser. Idée géniale ou ânerie monumentale ? Les patrons ont choisi leur camp : c’est une idée géniale. Il faut dire que la formule de Tchuruk à toutes les qualités d'une bonne formule. Imagée, elle paraît être le fruit d'une réflexion managériale moderne, tout en évoquant d'autres expressions déjà très médiatiques : le « bureau sans papier » promis par l’informatisation, le « commerce sans magasins » ou encore la « banque sans guichets » promis par le commerce sur internet. En ce qui me concerne, j’ai tout de suite considéré cette décision comme catastrophique !

Quelle mouche a bien pu piquer Tchuruk ? En fait, il est un des premiers PDG de grand groupe à céder aux promesses de l’externalisation : les usines seront cédées à des sous-traitants. Cette approche, toujours à la mode aujourd’hui est bien pratique, car il offre une grande liberté au donneur d’ordre : moins de personnel à gérer, pas de charge fixes, moins de bureaux, moins de soucis industriels (qualité, productivité, investissement). Le mythe de l’entreprise virtuelle. Séduisante sur le papier, l’externalisation se révèle souvent comme la solution de facilité pour les dirigeants d’entreprises. Ils appellent cela également « concentrer leurs activités sur leur cœur de métier » formule plus élégante et discrète. En se débarrassant des problèmes industriels, l’entreprise ne bénéficie plus non plus des avantages d’une production industrielle : elle n’a plus la maîtrise de ses marges et dépend de ses sous-traitants.

Dans un marché ultra concurrentiel, où le coût de fabrication est primordial, ce qui apparaît comme un avantage est en réalité une catastrophe et un coup de poignard entraînant la mort de l’entreprise. Les prix de vente dépendent alors des coûts de fabrication du sous-traitant incluant sa propre marge. Marge qui, en s’additionnant à celle d’Alcatel, rend ses produits bien trop chers, et ce, sans aucun avantage pour le client final. Partant du principe évident que l’on ne peut sous-traiter bien que ce que l’on sait faire, il est évident que l’entreprise sans usines est vouée à l’échec, car rapidement les processus industriels sont oubliés et ne sont plus maîtrisés. Depuis le lancement de l’« entreprise sans usines » le nombre d’employés d’Alcatel a été divisé (presque) par deux passants de 131 000 à 76 000 : une « entreprise sans usines » est également « entreprise sans salariés »…

Ce qui est triste dans l’histoire d’Alcatel-Lucent, c’est qu’une simple « petite phrase » a condamné l’avenir de l’entreprise sans lui laisser la moindre chance. En juin 2001, Alcatel a donné un très mauvais signal en France : il a donné l’idée que l’industrie n’était pas une activité noble (puis qu’il fallait s’en débarrasser en 18 mois) et que les services et la finance étaient l’avenir de nos entreprises. Nous voyons clairement aujourd’hui ou cela a conduit la France : désindustrialisation et financiarisation à l’extrême. Cette stratégie est clairement à l’origine de notre situation actuelle et, de plus, a créé de toutes pièces le géant qu’est la Chine, rendant impossible toute relocalisation massive.

Doit-on rappeler que pour sa grande performance pour son entreprise et par la France, monsieur Tchuruk a touché 5,6 millions d’euros pour avoir le droit de partir de l’entreprise.
Franchement, merci Monsieur Tchuruk !
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14288
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Les soldes continuent avec la vente d'Alcatel   Jeu 16 Avr 2015, 06:51

« un grand économiste est quelqu’un qui saura très bien expliquer demain pourquoi ce qu’il a prévu hier ne s’est pas produit aujourd’hui »

On voudrait des gens qui ne soient pas des économistes mais qui sachent faire fonctionner de manière rentable une entreprise... dans certains pays c'est possible et ça fonctionne d'autant mieux que les politicards surtout de gauche ne s'en mêlent pas trop.

Churchill a dit ça beaucoup plus clairement que moi :
« Le vice inhérent au capitalisme consiste en une répartition inégale des richesses. La vertu inhérente au socialisme consiste en une égale répartition de la misère. »
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Les soldes continuent avec la vente d'Alcatel   Jeu 16 Avr 2015, 07:09

Libellule a écrit:
une autre vision de cette saga boursière commencée voici quelques temps

----/----
La réponse à cette question se trouve en grande partie dans la décision de Serge Tchuruk en juin 2001 : Alcatel se donne alors 18 mois pour devenir une entreprise sans usine ! L’entreprise passerait alors de 120 usines à moins de 2 ! La formule « entreprise sans usines » fait alors sensation, tous les journaux en parlent. L’idée est si surprenante, à l’époque, qu’on ne sait quoi penser. Idée géniale ou ânerie monumentale ? Les patrons ont choisi leur camp : c’est une idée géniale. Il faut dire que la formule de Tchuruk à toutes les qualités d'une bonne formule. Imagée, elle paraît être le fruit d'une réflexion managériale moderne, tout en évoquant d'autres expressions déjà très médiatiques : le « bureau sans papier » promis par l’informatisation, le « commerce sans magasins » ou encore la « banque sans guichets » promis par le commerce sur internet. En ce qui me concerne, j’ai tout de suite considéré cette décision comme catastrophique !
---/---



Une autre vison par rapport à qui, à quoi ?

Comme l'auteur de cet article, dès le départ du concept "fabless", ingénieurs et techniciens ont  tiré la sonnette d'alarme en expliquant en long, en large et en travers que dès lors que l'ont confiait la fabrication à d'autres il y avait nécessairement transfert de technologie et donc risque que ces autres deviennent demain des concurrents....

Le problème c'est que ces ingénieurs et techniciens n'ont été écouté ni par les financiers au nom des profits ni par les syndicats au nom de l'internationalisme prolétarien...

Hier le français Alcatel était leader sur le marché des telco, aujourd'hui c'est le chinois Huawei... Ca n'empêche pas le gouvernement de discuter avec l'Inde sur une nouvelle vente de 126 Rafale dont 108 devaient être fabriqués en Inde...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14288
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Les soldes continuent avec la vente d'Alcatel   Jeu 16 Avr 2015, 08:02

url=http://www.servimg.com/view/17704370/256][/url]







Avec ces quelques données vous comprenez peut être les problèmes de nos industriels...
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 712
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Les soldes continuent avec la vente d'Alcatel   Jeu 16 Avr 2015, 08:07

N'oublions pas qu'après Alsthom et Lafarge, Alcatel est la 3ème grosses entreprises françaises qui est vendue et qui quittera le pays.

Mais tout va bien, les écolos nous parlent de transmission énergétique, et la fonction publique n'a toujours pas de pb de retraite ou de mise en concurrence avec des pays a bas coût.



Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Les soldes continuent avec la vente d'Alcatel   Jeu 16 Avr 2015, 14:09

Le 15 avril à 15h16 a.nonymous a écrit:
---/---
Pour faire passer la pilule, le paquet est enveloppé dans un joli papier cadeau et on nous dit certes que 500 emplois vont être créés dans notre pays tout en précisant qu'il s'agit d'emplois..... dans la R&D...

Chacun sait que ces emplois dans la R&D sont plus faciles et les moins chers à créer mais aussi les plus facilement délocalisables... Le grand avantage de ce type d'emplois pour les multinationales est qu'ils permettent de satisfaire à moindre frais un gouvernement qui ne veut pas perdre la face ou froisser ses partenaires sociaux... Ce n'est pas nouveau, ça se pratique depuis des années...



Ma lecture des annonces  semble hélas se confirmer...


"Le document émanant du ministère de l’économie assure notamment « le [maintien du] nombre total d’emplois en France (...) pour une durée de deux ans », ce qui varie avec la position du gouvernement qui n’avait pas indiqué jusqu’ici de limite dans la durée."


Après l'idée de faire de la France un "centre d'excellence" voir même, n'ayons pas peur des mots, un "worldwide excellence center", même si elle n'est pas nouvelle non plus, a de quoi c'est sûr flatter l'égo d'un maire de Tulle n'ayant jamais mis les pieds dans une multinationale pour autre chose qu'une visite officielle... J'espère me tromper mais je suis curieux de voir combien de personnes occupera ce "worldwide excellence center" dans trois ans...



http://www.lemonde.fr a écrit:
Fusion Alcatel-Nokia : le gouvernement annonce des engagements sur l'emploi

Le Monde.fr | 16.04.2015 à 03h31

Face aux inquiétudes formulées depuis l’annonce du rachat d’Alcatel-Lucent par Nokia, le gouvernement détaille mercredi 15 avril les « engagements » pris par le groupe finlandais au sujet de l’emploi en France. Le document émanant du ministère de l’économie assure notamment « le [maintien du] nombre total d’emplois en France (...) pour une durée de deux ans », ce qui varie avec la position du gouvernement qui n’avait pas indiqué jusqu’ici de limite dans la durée.

Dès mardi, jour de l’annonce du rachat, les craintes s’étaient exprimées chez Alcatel-Lucent. Les trois premières organisations du groupe, la CFDT, la CFE-CGC et la CGT, avaient publié un communiqué commun dans lequel elles ont déclaré qu’un rachat d’Alcatel-Lucent par Nokia « ne peut évidemment que nous inquiéter au vu des redondances, au niveau mondial, d’activités, de produits et de métiers entre les deux entreprises de plus de 50 000 salariés chacune. »

Tout en saluant « une opération d’avenir », le gouvernement français avait alors indiqué qu’il serait « extrêmement vigilant à la préservation de l’emploi sur l’ensemble des sites productifs français. ». Le ministre de l’économie Emmanuel Macron assurant qu’« il n’y aura aucune destruction d’emplois en France ». « Le nombre d’emplois sera le même et même davantage. Nous avons eu tous les engagements de la part de Nokia », avait-il ajouté.



Des « conditions » posées

Une ligne répétée par François Hollande mercredi. Le président a expliqué qu’il était favorable au « rachat » d'Alcatel-Lucent par Nokia mais à deux « conditions » : que l'emploi soit « garanti en France » et que la recherche soit « augmentée ».

Dans un entretien au Monde, Michel Combes le directeur général d’Alcatel-Lucent avait indiqué que le projet de fusion allait même « renforcer l’emploi en France », indiquant que 500 emplois seraient créés dans la recherche et développement en plus des 2 000 qui existent déjà sur le territoire.

Il s’agit là du premier engagement pris par Nokia, selon le communiqué du ministère de l’économie, qui précise que les effectifs de R&D seront augmentés de « 25 % (soit 500 postes additionnels) » et maintenus « à ce niveau pendant au moins les quatre ans suivant la finalisation de l’opération, incluant l’embauche de 300 jeunes diplômés ».

Mais hors recherche, la donne ne semble pas être la même. Le second engagement de Nokia étant la garantie du maintien de « la totalité » des emplois « pour une durée de deux ans suivant la finalisation de l’opération ».



« Centre d’excellence »

Dans la suite du document, Nokia s’engage notamment à « renforcer les sites de Lannion et de Villarceaux en faisant de la France un centre d’excellence majeur du groupe pour la 5G, les Small cells, la cybersécurité, les plateformes de gestion des réseaux IP et les faisceaux hertziens ». Une promesse également mentionnée par Michel Combes.
Source: http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/04/16/fusion-alcatel-nokia-le-gouvernement-annonce-des-engagements-sur-l-emploi_4616649_3234.html#rTBXfjRRtksy22px.99
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14288
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Les soldes continuent avec la vente d'Alcatel   Jeu 16 Avr 2015, 16:50

Un exemple parlant de ces mirifiques manœuvres qui prétendent conserver à la France un rôle de leader dans un domaine de pointe est la société IBM et son usine de la Gaude... voire de Texas instrument à Villeneuve Loubet.

Dans les deux exemples toutes les conditions étaient réunies pour que la stratégie fonctionne sauf les errements politico économiques ou que les initiatives malencontreuses tant sociales que fiscales désordonnées de nos dirigeants politiques issus des filières françaises habituelles toujours coupées du monde réel du travail.

Le résultat est emblématique et nul besoin d'être madame Soleil pour deviner la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 3134
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Les soldes continuent avec la vente d'Alcatel   Jeu 16 Avr 2015, 19:04

Positivons (essai) : Lucent était une société américaine, séparée d'AT&T (A pour american) en 1996. La fusion Alcatel-Lucent, en 2006, a donc créé une société franco-américaine.

Alors que la fusion Alcatel(Lucent)-Nokia donne une société d'abord européenne. Dont le siège est dans un pays d'Europe du Nord, on a vu pire en Europe. Mittal ou Nokia, je n'hésite pas.

Ce qui irrite, c'est l'obstination durable des autorités européennes à empécher les fusions entre grandes entreprises d'Europe, au nom de la concurrence, et accepter des partenaires de fusion venus d'Amérique, d'Asie ou d'ailleurs (Alcatel, mais aussi Péchiney, Arcelor, entre autres). Me trompè-je ?
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Les soldes continuent avec la vente d'Alcatel   Ven 17 Avr 2015, 00:08

tonton christobal a écrit:
Un exemple parlant de ces mirifiques manœuvres qui prétendent conserver à la France un rôle de leader dans un domaine de pointe est la société IBM et son usine de la Gaude... voire de Texas instrument à Villeneuve Loubet.

N'oubliez pas n'ont plus ces autres centres de R&D aujourd'hui liquidés:

Digital Equipment à Annecy
IBM à Corbeil
Motorola à Toulouse
StorageTek à Toulouse
Sun Microsystems à Grenoble
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Les soldes continuent avec la vente d'Alcatel   Jeu 07 Avr 2016, 13:16

Ca c'était hier...

http://www.lemonde.fr a écrit:
Fusion Alcatel-Nokia : le gouvernement annonce des engagements sur l'emploi

Le Monde.fr | 16.04.2015 à 03h31

Face aux inquiétudes formulées depuis l’annonce du rachat d’Alcatel-Lucent par Nokia, le gouvernement détaille mercredi 15 avril les « engagements » pris par le groupe finlandais au sujet de l’emploi en France. Le document émanant du ministère de l’économie assure notamment « le [maintien du] nombre total d’emplois en France (...) pour une durée de deux ans », ce qui varie avec la position du gouvernement qui n’avait pas indiqué jusqu’ici de limite dans la durée.

Dès mardi, jour de l’annonce du rachat, les craintes s’étaient exprimées chez Alcatel-Lucent. Les trois premières organisations du groupe, la CFDT, la CFE-CGC et la CGT, avaient publié un communiqué commun dans lequel elles ont déclaré qu’un rachat d’Alcatel-Lucent par Nokia « ne peut évidemment que nous inquiéter au vu des redondances, au niveau mondial, d’activités, de produits et de métiers entre les deux entreprises de plus de 50 000 salariés chacune. »

Tout en saluant « une opération d’avenir », le gouvernement français avait alors indiqué qu’il serait « extrêmement vigilant à la préservation de l’emploi sur l’ensemble des sites productifs français. ». Le ministre de l’économie Emmanuel Macron assurant qu’« il n’y aura aucune destruction d’emplois en France ». « Le nombre d’emplois sera le même et même davantage. Nous avons eu tous les engagements de la part de Nokia », avait-il ajouté.



Des « conditions » posées

Une ligne répétée par François Hollande mercredi. Le président a expliqué qu’il était favorable au « rachat » d'Alcatel-Lucent par Nokia mais à deux « conditions » : que l'emploi soit « garanti en France » et que la recherche soit « augmentée ».

Dans un entretien au Monde, Michel Combes le directeur général d’Alcatel-Lucent avait indiqué que le projet de fusion allait même « renforcer l’emploi en France », indiquant que 500 emplois seraient créés dans la recherche et développement en plus des 2 000 qui existent déjà sur le territoire.

Il s’agit là du premier engagement pris par Nokia, selon le communiqué du ministère de l’économie, qui précise que les effectifs de R&D seront augmentés de « 25 % (soit 500 postes additionnels) » et maintenus « à ce niveau pendant au moins les quatre ans suivant la finalisation de l’opération, incluant l’embauche de 300 jeunes diplômés ».

Mais hors recherche, la donne ne semble pas être la même. Le second engagement de Nokia étant la garantie du maintien de « la totalité » des emplois « pour une durée de deux ans suivant la finalisation de l’opération ».



« Centre d’excellence »

Dans la suite du document, Nokia s’engage notamment à « renforcer les sites de Lannion et de Villarceaux en faisant de la France un centre d’excellence majeur du groupe pour la 5G, les Small cells, la cybersécurité, les plateformes de gestion des réseaux IP et les faisceaux hertziens ». Une promesse également mentionnée par Michel Combes.
Source: http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/04/16/fusion-alcatel-nokia-le-gouvernement-annonce-des-engagements-sur-l-emploi_4616649_3234.html#rTBXfjRRtksy22px.99



Après le schéma est hélas toujours le même... Un mariage  "de raison" qui est un moindre mal et qui va permettre de sauver l'entreprise  et les emplois, des syndicats et des salariés qui ne comprennent pas où est leur intérêt, des engagements du repreneur et du gouvernement, des guignolades diverses et variées, .... et en final cela se termine toujours de la même façon avec des suppressions d'emplois et des salariés qui partent crever à Pôle emploi ou des jeunes qui n'arrivent pas à s'insérer dans la vie active faute de postes disponibles...


"En France, les activités 3G/4G et gestion des données d'abonnés vont être stoppées et 400 emplois en R&D seront supprimés d'ici deux ans tandis qu'un regroupement des équipes sur les sites de Nozay et de Lannion est prévu.
---/---
400 postes seront ainsi supprimés d'ici 2018, sachant que d'ici 2019, 500 postes seront créés en R&D incluant le recrutement de 300 nouveaux diplômés."



http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-nokia-veut-supprimer-au-moins-400-emplois-en-france-d-ici-2018-64427.html a écrit:
Le 06 Avril 2016

Nokia veut supprimer au moins 400 emplois en France d'ici 2018

L'équipementier réseaux et télécoms Nokia a lancé un vaste plan de réduction d'effectifs pour réaliser des synergies de coûts liés à son rapprochement avec Alcatel-Lucent. En France, les activités 3G/4G et gestion des données d'abonnés vont être stoppées et 400 emplois en R&D seront supprimés d'ici deux ans tandis qu'un regroupement des équipes sur les sites de Nozay et de Lannion est prévu.

« Le nouvel ensemble aura une capacité d'innovation sans précédent, grâce aux Bell Labs d'Alcatel-Lucent, aux Future Works de Nokia, ainsi qu’à Nokia Technologies », annonçait il y a presque un an les directions d'Alcaltel-Lucent et Nokia suite au rachat du premier par le second. Une capacité d'innovation qui sera atteinte sans l'aide de plusieurs milliers de collaborateurs, la société finlandaise ayant annoncé les grandes lignes de son plan de restructuration, qui se traduit par un cocktail de mesures mélangeant suppressions de postes et réorganisation des équipes. L'annonce de ce plan est réalisé dans le cadre de l'objectif de Nokia d'atteindre une synergie de coûts opérationnels de l'ordre de 900 millions d'euros d'ici fin 2018.

Nokia envisage ainsi de réduire ses effectifs dans les activités en décroissance ou ne correspondant plus aux ambitions du groupe, notamment en Finlande (1 600 emplois supprimés) mais également dans d'autres pays dont la France. « Les activités provenant du portefeuille d'Alcatel-Lucent (3G, 4G et gestion des données d'abonnés) sont appelées à ralentir en vue de s'arrêter progressivement et être conservées en mode de maintenance », a indiqué Nokia dans un communiqué. « Les fonctions centrales et les fonctions support du pays sont également appelées à être réduites, la France n'hébergeant plus le siège d'Alcatel-Lucent, et les équipes de Nokia Solutions and Networks et d'Alcatel-Lucent International devant être regroupées. » 400 postes seront ainsi supprimés d'ici 2018, sachant que d'ici 2019, 500 postes seront créés en R&D incluant le recrutement de 300 nouveaux diplômés.



Nokia s'engage à soutenir les salariés licenciés

Et ce n'est pas tout : les équipes françaises seront également regroupées sur les sites de Nozay (Essonne) et de Lannion (Côtes-d'Armor), entraînant le transfert des salariés et des activités de Boulogne-Billancourt et d'Asnières sur le site de Nozay à Villarceaux. Les filiales Radio Frequency Systems (RFS) et Alcatel Submarine Networks (ASN) de Nokia ne sont toutefois pas concernées par cette annonce. « La France est et restera un pays clé pour Nokia. L'entreprise doit néanmoins rationaliser ses opérations afin de pouvoir répondre aux exigences d'un marché qui évolue très vite et avoir la capacité d'investir dans les technologies de demain », a commenté Alain Ferrasse-Pale, responsable des activités de Nokia en France fraîchement nommé à ce poste. « Nokia s'est engagé à soutenir les salariés touchés en cette période difficile et à les traiter avec équité. »

Article de Dominique Filippone
Source: http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-nokia-veut-supprimer-au-moins-400-emplois-en-france-d-ici-2018-64427.html
Revenir en haut Aller en bas
 
Les soldes continuent avec la vente d'Alcatel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Trop de portes bébés help
» Prochaine date d'une Vente Privée MAC sur Marseille?
» [VENTE] Valise Xr 25 NEUVE avec cassette N°12
» [VENTE] Valise XR 25 avec cassette N°17
» [VENTE] Retroviseur droit avec glace angle mort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: