Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 toujours plus fort en matière d'éducation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
tonton christobal

avatar

Messages : 14289
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: toujours plus fort en matière d'éducation   Dim 17 Mai 2015, 22:38

Rappel du premier message :

http://actu.orange.fr/societe/maths-le-niveau-des-collegiens-francais-a-recule-afp_CNT000000a2eoi.html

----------------------------------


Le niveau des collégiens en mathématiques a reculé depuis six ans, selon une étude du ministère de l'Education rendue publique dimanche par Le Parisien alors que le projet gouvernemental de réforme du collège est fortement contesté.

Selon cette étude portant sur un échantillon représentatif de quelque 8.000 collégiens de 3ème, inscrits dans 323 collèges publics et privés sous contrat, en 2014, un élève sur cinq n'était capable de traiter que des exercices très simples, de niveau CM2 ou de début du collège.

En outre, le pourcentage des élèves de très faible ou de faible niveau passe de 15% à 19,5% en six ans.

Parallèlement, si les deux groupes de niveaux moyens restent à peu près identiques, celui des élèves de 3ème de bon niveau en maths perd près de 3 points (15,3% en 2014 contre 18,6% en 2008). Le groupe des "super-matheux" reste quant à lui stable à 9,1%.

Cette "évaluation nationale des collégiens par discipline (Cedre) s'est penchée sur les maths cette année. Ce type d'étude est réalisé tous les six ans pour chaque matière afin de mesurer l'évolution du niveau des élèves.

En mathématiques, les collégiens ont été testés sur leur aptitude à résoudre des problèmes de mathématiques, sur leur connaissance des définitions, sur leur aptitude à raisonner.

Selon Catherine Moisan, directrice de la Deep (Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance du ministère de l'Education), citée par le Parisien, les résultats en maths sont "préoccupants".

"Ce qui baisse vraiment", note-t-elle, "c'est la maîtrise technique (les calculs décimaux, le début du calcul littéral...) dont on peut difficilement se passer dans la vie quotidienne."

"L'écart social se creuse. Le collège sait bien faire réussir les bons élèves et les élèves favorisés", ajoute-t-elle. Mais les résultats baissent pour les autres.

Ces résultats confirment l'étude internationale Pisa réalisée en 2012 dans 65 pays de l'OCDE.

Leur publication intervient alors que la réforme du collège portée par la ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem est très contestée, ses détracteurs dénonçant notamment un "nivellement par le bas".


-------------------------


on ne saura pas compter, on communiquera par SMS, on ignorera l'histoire de notre pays mais pas celle de l'islam... et on va se demander pourquoi nos investisseurs s'installent dans des pays économiquement plus favorables (vive l'Europe)  et où les gens sont mieux formés... ( le nivellement pas la base a ses limites)

Pas grave on accueille, on reçoit... ne pas se poser de questions qui fâchent, nos politicards ou la pensée cordialo-constructive environnementale font le reste.
Nos élites et les entrepreneurs fuient... ces salauds tout de même ! ils veulent des boites qui "tournent" !


Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
tonton christobal



Messages : 14289
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Sam 23 Mai 2015, 23:28

Pas de problème ! nos chômeurs en devenir dotés de "connaissances dans des domaines variés" percevront les allocs que fourniront les ouvriers qualifiés des pays étrangers...

Comment je rigole ?

NB A.nonymous n'étant pas élu ce n'est pas à lui de trouver les réponses... déjà que les élus et parfois non ministres ne savent pas (Fabius pas informé du sang contaminé et pas au courant du Rainbow Warrior) et que d'autres sont parfois responsables sans être coupables, on ne peut pas demander à un simple électeur de corriger la situation.
IL a cependant le droit de la trouver dérangeante surtout lorsqu'il en est victime.
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Dim 24 Mai 2015, 01:41

Libellule a écrit:
Mamiea. Votre commentaire page précédente...

Ne pas mélanger deux notions. Le prof instruit les élèves de sa classe.
Quand ils ont eux mêmes parents, ils ont pour responsabilité d'éduquer leur propre enfant. À aucun moment ils n'ont à se substituer à la démission des parents, ni à subir leurs récurrentes... sautes d'humeur, disons.
Je précise ma pensée en temps que parents on donne raison aux enfants en détruisant l' autorité nécessaire à l' enseignant, en temps qu' enseignant on baisse les bras devant l' irrespect des élèves et de leurs parents (bien aidé en cela par leur hiérarchie et les politiques).
Nous avons érigé le laxisme en doctrine et maintenant nous nous en plaignons, il ne s' agit pas de retourner aux sévices corporels mais de rétablir le respect et l' écoute (autre forme de respect que nos politiques devraient réapprendre). Si des parents, par leur méconnaissance de notre langue, par faiblesse, ne sont pas capable d' éduquer leurs enfants il conviendrait que la société leur vienne en aide. Non pas les enseignants mais d' autres, des parents de substitution (aux enseignants la culture, aux parents l' éducation).
Revenir en haut Aller en bas
Robin

avatar

Messages : 1197
Date d'inscription : 13/02/2011

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Dim 24 Mai 2015, 02:19

@ Loïc - Comment expliquez vous que le niveau de connaissance acquise aujourd'hui par ces nouveau "élèves" soit loin derrière celui des autres pays européens voire mondiaux. Les gamins d'aujourd'hui ne sont pas plus tarés que nous mais s'ils ont d'autres connaissances que nous comme vous le dites si bien dois-je en conclure quelles sont hors de la plaque et en ce sens je rejoins totalement Tonton et Mamiea, oui l'enseignement reçu était largement plus utile à l'entrée dans la vie car nous savions au moins lire,calculer et écrire.
Venant d'un enseignant vos propos Monsieur Damiani sont d'une tristesse à pleurer
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Dim 24 Mai 2015, 06:00

Ah bon ? Dire que ce n'était pas forcément mieux avant c'est d'une tristesse à pleurer ?

Excusez-moi Robin, mais non aujourd'hui les jeunes ont des connaissances différentes de celles d'avant-hier. Est-ce un drame ? Pas nécessairement. Sont-ils forcément moins éduqués et moins capables que ceux d'avant ? Pas obligatoirement.
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
tonton christobal

avatar

Messages : 14289
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Dim 24 Mai 2015, 06:09

Les jeunes Français sont si bien formés, si compétents et si éduqués que nous avons un chômage record dans cette catégorie de la population...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14546
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Dim 24 Mai 2015, 06:20

Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3586
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Dim 24 Mai 2015, 07:26

à Libellule

Votre lien nous fait sortir du sujet.

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14289
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Dim 24 Mai 2015, 07:29

Gérard a écrit:
à Libellule

Votre lien nous fait sortir du sujet.

comme d'hab !
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14546
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Dim 24 Mai 2015, 07:53

Ah bon? Dire qu'il faut remettre en cause tant le modèle keynésien que le taylorisme est un hors sujet? Certainement pas. Le mode éducatif de nos enfants n'est plus en phase avec l'arrivée de nouveaux métiers. Il y a bien un problème de formation en amont. Je donne un axe de refléxion qui n'est pas assez correctement borné avec une vision passeiste dirais-je plutôt.
À suivre. L'avenir ne s'écrira pas en ne regardant que dans le retroviseur.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14289
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Dim 24 Mai 2015, 15:12

On peut tordre l'évidence à sa guise mais quelque soit la profession envisagée y compris les supposées nouvelles il y en a peu où ne pas savoir s'exprimer, ne pas savoir lire ou ne pas comprendre ce que l'on a lu, être incapable d'écrire ou de compter va permettre de trouver un job... il serait intéressant de les lister ce qui éviterait de continuer à argumenter dans le vide en refusant les évidences.

Sans doute par la grâce de l'informatique tout sera t il possible encore que... j'en doute.
Utiliser un ordi en mettant à part les jeux je ne vois pas trop à quoi cette machine servira à un total inculte.

Muni des "vastes connaissances" (exceptées celles de base) dont sont pourvus les prix Nobel en devenir qui sortent de l'école nul doute qu'en changeant la société, l'économie, la place des frontières, le nom des pays... ou en faisant tourner la terre à l'envers ils s'épanouiront et deviendront les leaders du nouveau futur monde.

J'attends tout de même que l'on me donne une liste des métiers motivants et bien payés car lorsque l'on ne sait rien faire, il n'est pas interdit d'avoir des exigences financières et de standing, pour lesquels le profil idéal du candidat est de ne rien connaitre de la lecture, l'écriture... et du reste.

J'en connais quelques uns de ces métiers motivants, mais il ont un inconvénient : ils sont généralement interdits par le code pénal... est ce vraiment important ? il semble qu'actuellement non.
Revenir en haut Aller en bas
Robin

avatar

Messages : 1197
Date d'inscription : 13/02/2011

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Dim 24 Mai 2015, 21:54

@Loïc -
Oui vous avez raison, les gamins d'aujourd'hui ont d'autres connaissances c'est d'ailleurs avec celles ci qu'ils patrouillent sur Internet pour récupérer des sites porno et qu'ensuite ils vont dans les toilettes expérimenter leurs acquis.
Alors oui vous avez raison ils ont d'autres choses que nous n'avions pas.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12407
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Dim 24 Mai 2015, 22:15

Libellule a écrit:
Un axe de refléxion.
http://www.liberation.fr/economie/2015/05/18/il-nous-faut-un-nouveau-contrat-social_1311874#image_load

Dans lequel on peut lire entre autre:

http://www.liberation.fr a écrit:
---/---
En s’inspirant du régime des intermittents du spectacle. Une très grande partie de la valeur est produite hors des entreprises et des institutions. Wikipédia, qui compte 800 000 contributeurs bénévoles, produit énormément de valeur. Selon nous, cette valeur est générée par une nouvelle forme de ce que le Prix Nobel d’économie Amartya Sen appelle la «capacitation», du savoir social - qui, à notre époque, est favorisé par la mise en réseau. Cette valeur doit être rémunérée, comme on rétribue les intermittents qui touchent une allocation lorsqu’ils développent leur capacitation. De même que les intermittents «rechargent» leurs droits, à condition d’être en production salariée un certain nombre d’heures, il faut installer une économie contributive qui valorise la création de savoir social que permet la numérisation - et instaurer ainsi une nouvelle rationalité macroéconomique.
---/---
Source: http://www.liberation.fr/economie/2015/05/18/il-nous-faut-un-nouveau-contrat-social_1311874#image_load


J'avoue ne pas bien comprendre car nous évoluons quand même dans une économie libérale mondialisée...

Bernard Stiegler envisage-t-il un monde dans lequel demain nous échangerons savoir contre t-shirt avec les bangladeshis, savoir contre électronique avec les coréens, savoir contre chaussures avec les vietnamiens, savoir contre tongs et bassines en plastique avec les chinois, .... ?
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14289
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Dim 24 Mai 2015, 22:52

Si la référence économique à promouvoir est celle de l'assurance chômage des intermittents du spectacle qui sont en fait les intermittents du boulot... et si nous devons construire un système viable sur le modèle de ce qui se fait dans ce milieu l'économie internationale est sauvée.

La seule question à ne pas poser : qui finance le projet ?
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Lun 25 Mai 2015, 03:52

tonton christobal a écrit:
Les jeunes Français sont si bien formés, si compétents et si éduqués que nous avons un chômage record dans cette catégorie de la population...

Je crois que ce chômage structurel n'a pas pour cause première la formation des jeunes de France mais bien plutôt la volonté du patronat (Medef en tête) de faire planer cette épée de Damocles au dessus de la tête de l'ensemble des salariés justifiant ainsi le blocage des salaires au cas où certains employés auraient l'outrecuidance de vouloir revendiquer !
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
a.nonymous



Messages : 12407
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Lun 25 Mai 2015, 06:34

Il faudrait quand même éviter d'être trop simpliste...

D'une part, les cadres dans lequel évolue le "patronat (Medef en tête)", qu'il s'agisse de celui l'Union ou de celui de l'OMC, sont le résultat de la volonté ou de l'absence de volonté politique... Ne pas admettre cela reviendrait à annihiler tout pouvoir aux politiques....

Si on peut parler parfois de "patrons voyous" dans le cas de certaines PME, les multinationales qui pratiques l'optimisation salariale sont conseillées par une multitude de juristes et elles agissent dans le stricte respect des lois.... Si demain le législateur national ou communautaire décidait de modifier ces lois pour protéger les salariés, les multinationales se plieraient aux nouvelles lois....

D'autre part, les coûts de production qui motivent  la localisation de celle-ci, facteur d'emploi et de chômage selon les pays, incluent certes les salaires mais aussi les charges, les taxes, les locaux, l'énergie, ...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14289
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Lun 25 Mai 2015, 19:01

J'ai tout compris ! si des gens qui sont supposés avoir fréquenté un établissement scolaire durant 10 ans (de 6 à 16 ans) ne maitrisent pas les savoirs de base et pour cette raison ne trouvent pas de travail c'est de la faute du medef...

Celle là il fallait la trouver... sans doute est il coupable de ne pas disposés d'emplois bien payés, peu pénibles, intéressants et ludiques pouvant convenir à nos ignares patentés.

Un tel argumentaire venant d'une personne supposée responsable alors que des gens compétents sont déclassés ou au chômage est à la fois révoltant et une insulte à ceux qui font et ont fait durant des années leur possible pour s'incérer décemment dans la société.

Soyons surpris que les politicards détournent les électeurs de la vie publique.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14289
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Lun 25 Mai 2015, 20:29

https://fr.news.yahoo.com/patron-fcpe-victime-soutien-affiché-à-réforme-collège-200923945.html;_ylt=AjBsqifArM53Nz_OdGNJVKoSscB_;_ylu=X3oDMTB2aWxxbG9iBG1pdAMEcG9zAzE5BHNlYwNsbl9MZUZpZ2Fyb19nYWw-;_ylg=X3oDMTBhN3R1NmhqBGxhbmcDZnItRlI-;_ylv=3

---------------------------------

Paul Raoult n'a pas été réélu à la tête de la première fédération de parents d'élèves de l'enseignement public.


Coup de théâtre au congrès annuel de la fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE), première fédération de parents d'élèves de l'enseignement public, proche de la gauche. Si Najat Vallaud-Belkacem avait été ovationnée samedi par les congressistes réunis à Reims, en soutien à sa réforme du collège, dimanche, c'était la douche froide pour ses partisans.

Pour la première fois depuis une vingtaine d'années, le rapport d'activité de la FCPE, qui revendique 300.000 membres, n'a pas été adopté. Paul Raoult, le président sortant n'a pas été réélu, en partie victime de son soutien affiché à la controversée réforme du collège. Le Snes, principal syndicat d'enseignants du second degré, opposé à la réforme, s'est empressé d'ironiser: «On comprend mieux pourquoi il fallait publier le décret sur la réforme du collège 2016 aussi vite! C'est à dire avant le congrès de la FCPE.»

De même Catherine Troendle, sénatrice et secrétaire national de l'UMP à l'Éducation, note «le revers cinglant de l'équipe nationale de la FCPE»: «Les parents d'élèves ont sévèrement sanctionné les soutiens inconditionnels de Mme Vallaud-Belkacem et le projet de réforme. On comprend mieux la précipitation du gouvernement à vouloir faire passer en force le décret relatif à cette réforme, au mépris de tout dialogue. L'UMP renouvelle son appel au retrait pur et simple de ce projet.»....


------------------------

Conclusion : la claque syndicale ne représentait pas l'avis de la majorité des congressistes... c'est ce qui arrive lorsque l'on confond chahut politiquement organisé et expression démocratique.
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Lun 25 Mai 2015, 21:55

tonton christobal a écrit:
J'ai tout compris ! si des gens qui sont supposés avoir fréquenté un établissement scolaire durant 10 ans (de 6 à 16 ans) ne maitrisent pas les savoirs de base .

C'est vous qui le dites. Mais Est-ce la réalité ? Pas sûr !

Si encore 120 000 jeunes sortent chaque année du système scolaire sans diplôme ce chiffre a beaucoup reculé depuis 30 ans. Preuve que le système n'est pas tant que ça en déroute... C'est encore beaucoup, certes mais c'est beaucoup moins qu'avant !
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
a.nonymous



Messages : 12407
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Lun 25 Mai 2015, 22:16

Loïc a écrit:
Si encore 120 000 jeunes sortent chaque année du système scolaire sans diplôme ce chiffre a beaucoup reculé depuis 30 ans.


Pour ceux qui en on obtenu un, le diplôme est-il encore un sésame pour l'emploi ?

L'erreur serait de croire que l'obtention de ce diplôme est une fin en soit...


Dernière édition par a.nonymous le Lun 25 Mai 2015, 22:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14546
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Lun 25 Mai 2015, 22:25

Je ne vois pa qui pourrait commettre cette erreur sur ce forum. Des autodidactes s'en sortent aussi.
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Lun 25 Mai 2015, 23:27

Loïc a écrit:


C'est vous qui le dites. Mais Est-ce la réalité ? Pas sûr !

Si encore 120 000 jeunes sortent chaque année du système scolaire sans diplôme ce chiffre a beaucoup reculé depuis 30 ans. Preuve que le système n'est pas tant que ça en déroute... C'est encore beaucoup, certes mais c'est beaucoup moins qu'avant !

S' il est vrai qu' il y a moins d' illettrés qu' au moyen âge, il n 'en reste pas moins que ceux qui restent sur le bord de la route, sans diplômes (sans un minimum de connaissance), ont encore moins de chance de trouver un emploi que ceux de ma génération.
Nous n' avions pas (encore) besoin de sortir de Fac, nous trouvions du travail sans difficulté, on ne parlait pas de communautarisme, alors oui n' en déplaise aux donneurs de leçons OUI c' était mieux avant, dans notre jeunesse, que maintenant. Et je ne vois rien qui donne un petit espoir à la jeunesse actuelle, il y a eu des erreurs de faites et l' on continue dans le même sens.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14289
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Lun 25 Mai 2015, 23:31

a.nonymous a écrit:



Pour ceux qui en on obtenu un, le diplôme est-il encore un sésame pour l'emploi ?

L'erreur serait de croire que l'obtention de ce diplôme est une fin en soit...

Il y a des gens diplômés dont on est en droit de s'interroger sur l'état de grâce dans lequel il se trouvait lors de l'examen... et souvent aussi sur la valeur de certains diplômes distribués largement... dont l'utilité dans la vie réelle n'est pas avérée.

Nous avons des bacheliers qui écrivent papa avec 3 P... des épreuves de maths notée sur 24/20 et quelques autres fariboles.

Tout est permis pour que la distribution de peaux d'ânes soit aussi généreuse que possible...
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Mar 26 Mai 2015, 16:45

mamiea a écrit:


OUI c' était mieux avant, dans notre jeunesse, que maintenant. Et je ne vois rien qui donne un petit espoir à la jeunesse actuelle.

Je ne suis pas certain que les jeunes d'aujourd'hui pensent cela. Le syndrome de ma voisine dont je parlais plus haut. Hier un ami de 86 ans que je rencontrais m'a dit exactement le contraire. Il a pas dit "c'était mieux avant" mais "je suis né 40 ans trop tôt". Lui aussi regrete sa jeunesse mais ne se fait pas d'illusions sur un âge d'or perdu...
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
tonton christobal

avatar

Messages : 14289
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Mar 26 Mai 2015, 18:15

Loïc a écrit:


Je ne suis pas certain que les jeunes d'aujourd'hui pensent cela. Le syndrome de ma voisine dont je parlais plus haut. Hier un ami de 86 ans que je rencontrais m'a dit exactement le contraire. Il a pas dit "c'était mieux avant" mais "je suis né 40 ans trop tôt". Lui aussi regrete sa jeunesse mais ne se fait pas d'illusions sur un âge d'or perdu...

Le sujet n'est pas un âge d'or passé ou non mais d'acquérir des connaissances de base à l'école primaire... ou d'être un total inculte inadapté à une vie normale après 10 ans d'études.

Répéter la même rengaine à coté du sujet pour convaincre ça marche avec les auditoires décérébrés mais pas avec ceux qui ont autre chose que du fromage blanc entre les oreilles.
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Mar 26 Mai 2015, 18:46

Loïc a écrit:


Je ne suis pas certain que les jeunes d'aujourd'hui pensent cela. Le syndrome de ma voisine dont je parlais plus haut. Hier un ami de 86 ans que je rencontrais m'a dit exactement le contraire. Il a pas dit "c'était mieux avant" mais "je suis né 40 ans trop tôt". Lui aussi regrete sa jeunesse mais ne se fait pas d'illusions sur un âge d'or perdu...
Il me semble que vous avez du mal avec la lecture d' un texte. Je parle des jeunes qui ont eu 20 ans dans les années 60 où le plein emploi était bien réel, où la jeunesse avait une certaine insouciance et où les conflits inter religieux n 'existaient pas. Vous nous parlais d' un ami de 86 ans qui a connu une adolescence durant la guerre, ses 20 ans avec des tickets de rationnements.
Alors , oui, pour lui la jeunesse n' as pas été simple, comme pour les jeunes d' aujourd' hui a qui l' on demande toujours plus et qui ne voient d' avenir que vers "Pole Emploi".
Quand a savoir si les jeunes pensent que c' était mieux du temps de leurs parents et grand parents, je suis prêt a parier que leur réponse sera OUI.
Si vous voulez qu'ils pensent le contraire, il va falloir trouver un nouveau logiciel, abandonner toutes ces théories qui ont échouées.
Savoir se remettre en question, analyser de façon honnête les raisons des échecs de notre système éducatif et en tirer les conséquences sans accuser "l' autre" de ces propres erreurs.
Revenir en haut Aller en bas
Smile



Messages : 667
Date d'inscription : 28/09/2010

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Mer 27 Mai 2015, 02:41

Cette génération actuelle est la première génération d'après guerre (39-45) reconnu qui ne verra pas evoluer les conditions, sa qualité de vie et son pouvoir d'achat par rapport à la génération de ses parents.

Quand deux employés ayant le bac sans grandes formations actifs des années 80/90 arrivent à la retraite propriétaire et pouvant jouir de multiples loisirs en profitant de leur famille, deux cadres diplomés Bac+3/5 de la génération actuelle n'ont pas la sureté d'accéder à la propriété. Ceci est un exemple imagé.

C'est un fait et une réalité reconnu, prouvé et connu!
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 3024
Date d'inscription : 08/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Mer 27 Mai 2015, 08:04

Et oui, c'était mieux avant.



Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14546
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Mer 27 Mai 2015, 09:25

Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 3024
Date d'inscription : 08/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Mer 27 Mai 2015, 17:17

Une personne intelligente aurait vu que ces tableaux ne dataient pas de 2015, ils sont de l'époque ou on apprenait les lettres, les syllabes et ainsi de suite. Mais pour ça il faut être capable de rester dans le sujet sans essayer de le détourner.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14546
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Mer 27 Mai 2015, 20:44

La méthode existe toujours. Mon lien.
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Mer 27 Mai 2015, 22:04

Libellule a écrit:
La méthode existe toujours. Mon lien.

Oui mais :
http://ecolereferences.blogspot.fr/2011/09/methode-boscher-en-ligne-consulter.html a écrit:
Bien qu'ancienne, elle semble conforme aux théories les plus solides sur la lecture. Elle est cependant discréditée, raillée, vouée aux gémonies par une bonne partie des experts en sciences de l'éducation.

Cete méthode est-elle toujours d' actualité à l' éducation nationale ????!!

Citation :
La méthode de lecture syllabique (dont la plus connue est la méthode Boscher), commence par l’enseignement de l’alphabet aux élèves, puis par les règles d’association des lettres et leur prononciation («Les lettres B et A lorsqu’elles sont reliées donnent la syllabe BA»). Ces règles sont utilisées pour déchiffrer les mots et se basent sur une approche analytique et synthétique. Cette méthode de lecture a été très utilisée en France entre les années 1920 et 1950. Elle a ensuite été abandonnée et l’Education Nationale lui a préféré la méthode globale. Depuis quelques années, certains parents reviennent à cette technique d’apprentissage de la lecture qui a fait ses preuves.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14289
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Ven 29 Mai 2015, 06:58

le Conseil Supérieur de l’Éducation Nationale parle t il francais ? Jusqu'alors on frisait le ridicule maintenant on le dépasse !

En littérature, par exemple, il s’agira désormais de :
« mobiliser en réception et en production les connaissances permettant d’analyser les propriétés d’un élément linguistique et son degré d’acceptabilité ».
En bon français : faire de l'étude de texte.

En langues vivantes, on va :
« se familiariser avec des mobilités virtuelles, se préparer à des mobilités physiques et communiquer pour devenir médiateur entre les cultures ».
En bon français : apprendre une langue étrangère.

Mais la médaille revient sans doute à l’éducation physique et sportive. Les élèves devront ainsi apprendre à « se déplacer de façon autonome, plus longtemps et plus vite dans un milieu aquatique profond standardisé»
En bon français : nager dans une piscine.
et
« coopérer pour s’adapter collectivement à la confrontation adverse et s’exercer au duel médié par une balle dans le but de remporter un match »
En bon français : pratiquer un sport collectif.

Dans Le Malade imaginaire, Molière critique ceux qui enrobent leur incompétence d’un langage jargonnant et qui sont d’autant plus ridicules qu’ils se prennent au sérieux ! Mais les "enseignants" actuels savent-ils encore qui fut Molière ?
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14289
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Dim 31 Mai 2015, 19:38

Lettre ouverte au président de la République et aux « Attila » de l’éducation.


Monsieur le Président de la République,

Plus d’une fois, vous avez souligné l’importance que vous attachiez aux problèmes de la jeunesse, de l’éducation et de la culture. Voilà que votre ministre de l’Éducation nationale se propose de faire adopter une réforme des programmes scolaires qui entraînerait, à plus ou moins brève échéance, un affaiblissement dramatique de l’enseignement du latin et du grec et, par-dessus le marché, de l’allemand.

Cette réforme, la ministre la défend avec sa grâce et son sourire habituels et avec une sûreté d’elle et une hauteur mutine dignes d’une meilleure cause. Peut-être vous souvenez-vous, Monsieur le Président, de Jennifer Jones dans La Folle Ingénue ? En hommage sans doute au cher et grand Lubitsch, Mme Najat Vallaud-Belkacem semble aspirer à jouer le rôle d’une Dédaigneuse Ingénue. C’est que son projet suscite déjà, et à droite et à gauche, une opposition farouche.

On peut comprendre cette levée de boucliers. Il y a encore quelques années, l’exception culturelle française était sur toutes les lèvres. Cette exception culturelle plongeait ses racines dans le latin et le grec. Non seulement notre littérature entière sort d’Homère et de Sophocle, de Virgile et d’Horace, mais la langue dont nous nous servons pour parler de la science, de la technique, de la médecine perdrait tout son sens et deviendrait opaque sans une référence constante aux racines grecques et latines. Le français occupe déjà aujourd’hui dans le monde une place plus restreinte qu’hier. Couper notre langue de ses racines grecques et latines serait la condamner de propos délibéré à une mort programmée.

Mettre en vigueur le projet de réforme de Mme Najat Vallaud-Belkacem, ce serait menacer toute la partie peut-être la plus brillante de notre littérature. Montaigne et Rabelais deviendraient vite illisibles. Corneille, Racine, La Fontaine, Bossuet changeraient aussitôt de statut et seraient difficiles à comprendre. Ronsard, Du Bellay, Chateaubriand, Giroudoux ou Anouilh - sans même parler de James Joyce- tomberaient dans une trappe si nous n’apprenions plus dès l’enfance les aventures d’Ulysse aux mille ruses, si nous ignorions, par malheur, qu’Andromaque est la femme d’Hector, l’adversaire malheureux d’Achille dans la guerre de Troie, si nous nous écartions de cette Rome et de cette Grèce à qui, vous le savez bien, nous devons presque tout.

Les Anglais tiennent à Shakespeare, les Allemands tiennent à Goethe, les Espagnols à Cervantès, les Portugais à Camoens, les Italiens à Dante et les Russes à Tolstoï. Nous sommes les enfants d’Homère et de Virgile - et nous nous détournerions d’eux ! Les angoisses de Cassandre ou d’Iphigénie, les malheurs de Priam, le rire en larmes d’Andromaque, les aventures de Thésée entre Phèdre et Ariane, la passion de Didon pour Énée font partie de notre héritage au même titre que le vase de Soissons, que la poule au pot d’Henri IV, que les discours de Robespierre ou de Danton, que Pasteur ou que Clemenceau.

Il n’est pas permis de faire parler les morts, mais il est impossible de ne pas imaginer les réactions d’un Claude Lévi-Strauss ou d’une Jacqueline de Romilly aux rêveries meurtrières de Mme Vallaud-Belkacem. Traitées de « pseudo-intellectuels » par une ministre qui ne doute de rien et surtout pas d’elle-même, les plus hautes autorités intellectuelles et culturelles du pays n’ont pas tardé, en tout cas, à exprimer leurs inquiétudes. Auteur de ces livres phares que sont L’État culturel ou La République des lettres, Marc Fumaroli, tout en reconnaissant que la ministre n’était pas la seule responsable d’une situation désolante, a pris dans ce journal la défense du latin et du grec : « Mme Vallaud-Belkacem s’apprête à donner le coup de grâce à ces deux matières sur lesquelles, depuis le XVIe siècle, tout l’enseignement secondaire français, quel que soit le régime, a été fondé. » Dans l’hebdomadaire Marianne, Jacques Julliard, qui n’est pas suspect de partialité, s’écrie : « Notre littérature est le bien le plus précieux. Je le dis tout net : si je devais me convaincre que la gauche est, à son corps défendant, l’agent de la marginalisation de notre littérature dans la France moderne, je n’hésiterais pas une seconde : ce n’est pas avec notre littérature, notre patrie quotidienne, que je couperais. Ce serait avec la gauche. » Et Régis Debray, avec sa force et sa lucidité coutumières : « Ce que je crains, c’est une école qui ferait de l’élève un client. Quand on attaque la mère, le latin, je crains pour la fille, le français. » Et Pierre Nora : « C’est l’expression d’une France fatiguée d’être elle-même, d’un pays qui ne sait pas trop où il va et ne sait donc pas dire d’où il vient. » Et François Bayrou : « Dégueulasse. » Et Luc Ferry : « C’est un désastre. » Je me demande ce que pense de la réforme un grand esprit comme Paul Veyne qui nous a donné récemment une belle traduction de l’Énéïde de Virgile.

Renoncer aujourd’hui à cette longue tradition qui se transmet depuis des siècles de génération en génération, à ce que les Lumières et la gauche de Jaurès, de Herriot et de Blum appelaient les humanités, c’est condamner demain à l’oubli tout un pan immense de notre littérature. Et pour le remplacer par quoi ? Par un journalisme de bas étage, par une vague et fumeuse interdisciplinarité qui reste très obscure, par un pédagogisme théorique et abstrait, par un charabia pire que celui des Précieuses de Molière, par cette Novlangue à la mode où un « référentiel bondissant » est l’autre nom d’un ballon.

Nous pourrions naturellement vivre sans Homère, sans Montaigne, sans Corneille et sans Racine. Et leur substituer des circulaires administratives, des publicités commerciales, toute une panoplie d’usines à gaz au bord de l’hébétude et de bonnes intentions inutiles et navrantes. Mais nous sommes encore quelques-uns à croire que nous vivrions plutôt moins bien. Mme Najat Vallaud-Belkacem est pour la littérature et la culture de ce pays un Terminator de charme, une sirène séduisante dont il faut s’éloigner au plus vite, une espèce d’Attila souriante derrière qui les vertes prairies de la mémoire historique ne repousseraient plus jamais.Monsieur le Président de la République, une réglementation abusive, des freins multiples et constants à toute économie souple et vivante, des impôts absurdes et écrasants qui ne cessent d’alimenter le chômage présentent assurément beaucoup d’inconvénients. Ils ne sont rien ou presque rien à côté de l’entreprise de démolition collective, d’obscurantisme et de haine de soi-même à laquelle se livre votre ministre de l’Éducation nationale. « Rompre avec les choses réelles, écrit Chateaubriand, ce n’est rien. Mais rompre avec les souvenirs !… » Vous avez dit et répété que vous étiez responsable de tout ce qui se faisait en votre nom. L’avenir de nos enfants est aujourd’hui en jeu. Ne laissez pas dépérir nos biens les plus précieux : notre langue, notre littérature, notre culture. Ne soyez pas aux yeux de l’histoire le président qui aura tiré un trait final sur plus de mille ans de littérature française.


JEAN D’ORMESSON


Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14546
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Lun 01 Juin 2015, 07:12

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14289
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Lun 01 Juin 2015, 07:31

Est il utile de rappeler que l'Arsouille (surnom de Mitterrand donné par De Gaulle) est décédé depuis quelques années... et que sa trace dans l'histoire sera bien estompée (on commence déjà avec ses amitiés contestables et ses mensonges à en revenir)...

Comme référence il y a mieux...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14546
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Lun 01 Juin 2015, 07:36

Mais d'Ormesson est toujours en vie. Et est effectivement un être adorable. En plus il ecrit bien. Il n’est pas permis de faire parler les morts, et viens ce "mais' qui change tout.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14289
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Lun 01 Juin 2015, 07:49

Fumaroli, Debray, Julliard, Ferry et quelques autre sont encore vivant tout comme les enseignants de haute volée qui commencent à découvrir l'étendue des dégâts mais ce sont comme beaucoup d'autres de pseudos intellos...

Soyons modernes et jouons avec le référenciel bondissant... au lieu d'apprendre à écrire.

Je range le référenciel bondissant à savoir la baballe ! il se fait tard...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14546
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Lun 01 Juin 2015, 08:09

Bonne nuit. 40 ans. 40 ans que l'on nous dit que les fondamentaux lire écrire compter sont les clefs de la réussite scolaire. 40 ans que les reformes s'enfilent comme des perles, un comble. On a toujours pas trouvé la solution.

Bonne nuit en effet. Elle porte conseil.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14289
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Lun 01 Juin 2015, 08:14

Effectivement il faut pour réussir sa vie ne pas savoir lire, ni écrire ni compter...
être un nullard est la clé d'études réussies !

Il est vrai que pour occuper la terre d'autrui et tenter de flanquer le feu à des pandores ce n'est pas nécessaire.

Sous peu nous assisterons à une intervention du maitre des lieux à moins que les gens raisonnables soient lassés et décident d'aller ailleurs où des inconséquents ne seront pas là pour flanquer la pagaille et les prendre à partie en permanence... un précédent existe à Fontenay...

Etre importuné par un excité permanent peut lasser les meilleures bonnes volontés... on se demande comment des responsables politiques raisonnables sont assez peu conscients pour ne pas prendre acte que de tels agissements sont contre productifs.
Hypothèse à envisager : ils sont en accord avec cette méthode et là il convient d'aviser... de pareils olibrius au pouvoir et la situation sera inquiétante.

Finalement le maquis dans les Alpes sera peut être la solution pour conserver son libre arbitre et un minimum de lucidité.


Dernière édition par tonton christobal le Lun 01 Juin 2015, 08:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14546
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Lun 01 Juin 2015, 08:20

Non, non. Il faut tout faire pour la réussir. Et tout faire pour que l'on sorte de l'impasse du non lire non écrire et non compter installée Depuis 40 ans maintenant. Il n'y à qu'à relire les discours des ministres de l'éducation Depuis Giscard pour s'en rendre compte. À une époque où on lisait la princesse de Glèves.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14289
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Lun 01 Juin 2015, 08:59

Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Lun 01 Juin 2015, 18:19

Libellule a écrit:
Non, non. Il faut tout faire pour la réussir. Et tout faire pour que l'on sorte de l'impasse du non lire non écrire et non compter installée Depuis 40 ans maintenant. Il n'y à qu'à relire les discours des ministres de l'éducation Depuis Giscard pour s'en rendre compte. À une époque où on lisait la princesse de Glèves.

Très joli avec tout de même quelques erreurs.
Ce n' est pas au collège que l' on apprend les bases de l' écriture du calcul et de la lecture mais en primaire. Ce n' est pas en réformant le collège que les choses changeront car les non acquis de primaire ne se rattrapent pas au secondaire (les programmes ne laissant pas de place pour cela).

Comme j' aime à le rappeler, on ne construit pas sa maison en commençant par le toit.

enfin je n' ai jamais appris " la princesse de Glèves" mais quelques souvernirs de la princesse de clèves. Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14289
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Lun 01 Juin 2015, 18:43

mamiea a écrit:


Très joli avec tout de même quelques erreurs.
Ce n' est pas au collège que l' on apprend les bases de l' écriture du calcul et de la lecture mais en primaire. Ce n' est pas en réformant le collège que les choses changeront car les non acquis de primaire ne se rattrapent pas au secondaire (les programmes ne laissant pas de place pour cela).

Comme j' aime à le rappeler, on ne construit pas sa maison en commençant par le toit.

enfin je n' ai jamais appris " la princesse de Glèves" mais quelques souvernirs de la princesse de clèves. Embarassed

Vous n'êtes sans doute pas sensible aux effets de la pleine lune...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14546
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Mar 02 Juin 2015, 04:07

@mamiea Ah oui, Clèves, je devais penser à autre chose. Etre dans la lune par exemple. Very Happy

Si j'ai évoqué par ailleurs le lire, écrire et compter, c'est tout simplement par ce qu'un intervenant précédent a voulu y faire référence :  jouons avec le référenciel bondissant... au lieu d'apprendre à écrire. I love you
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Mar 02 Juin 2015, 04:20

Libellule a écrit:
@mamiea Ah oui, Clèves, je devais penser à autre chose. Etre dans la lune par exemple. Very Happy

J' avais imaginé des pensées plus guerrières, comme dans la Rome antique! cheers cheers

Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14546
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Mar 02 Juin 2015, 04:22

L'inconscient alors alien cat (je ne vous dis pas le mot que je viens d'employer!!!)
Revenir en haut Aller en bas
joseph1



Messages : 164
Date d'inscription : 09/09/2014

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Mer 03 Juin 2015, 22:50

Excellente Elisabeth Lévy. Elle fait un tour d 'horizon des réformes depuis Haby , constatant que pour suppléer aux bêtises du passé on décide de les réactualiser .

http://www.causeur.fr/redoublement-ecole-reforme-college-33116.html
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14289
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Jeu 04 Juin 2015, 19:55

Voici une lettre ouverte envoyée par un enseignant, directeur de collections de manuels scolaires et agrégé d’histoire, Jean-Michel Lambin, au directeur du CSP (Conseil Supérieur des Programmes):

Ce texte est long, mais il est remarquable ! Je vous engage à le lire et à le partager largement autour de vous ! Il constitue une charge violente mais parfaitement argumentée contre la réforme des programmes et l’idéologie qui la sous-tend. Il attire l’attention sur la gravité de ce que les socialistes essayent de faire en France. Une phrase, en fin de la lettre, résume parfaitement son contenu :

----------------------------



Monsieur ,

Président du CSP, vous avez conçu de nouveaux programmes scolaires, soumis en ce moment à consultation.
Professeur d’histoire durant 38 ans , dont 16 en hypokhâgne et en Khâgne , directeur de collection de manuels scolaires d’histoire de 1981 à 2011 ( environ 40 manuels parus, du Cours élémentaire à la Terminale), c’est à ce double titre que je vous écris en réponse point par point, à vos arguments présentés dans votre interview dans le Monde du 14 mai.

« Le programme d’histoire idéal n’existe pas » dit le titre. C’est quasiment une tautologie. Il n’existe pas davantage de programme idéal de physique, encore moins de français ou de mathématiques : combien de fois n’ai-je pas entendu, dans les salles de profs, critiquer les programmes de maths de collège et de lycée au prétexte qu’il s’agit de sous/sous/programmes des exigences en maths au concours d’entrée à polytechnique. Toutefois le lecteur de votre interview retiendra que votre programme n’est pas idéal.

L’enseignement de l’islam est obligatoire, c’est déjà le cas aujourd’hui dites-vous. Certes mais dans quelle proportion par rapport à la durée de l’année ? Depuis les programmes des années 1960, au moins, l’islam est au programme en 5ème. Mais c’était dans le cadre de l’étude du Haut Moyen Age et à égalité de durée avec Byzance et l’Occident des Mérovingiens et des Carolingiens ; Clovis, Saint Benoît de Nursie, Charles Martel et Charlemagne ayant, c’est une évidence, joué un rôle plus important dans l’histoire de l’Occident que Mahomet, Abou Bakr, Omar, Othman et Ali…
Dans un enseignement qui veut se centrer sur la France et l’Europe (le continent), les civilisations majeures du Haut Moyen Age sont d’abord Byzance et la Chrétienté naissante, les musulmans ne jouant qu’un rôle prédateur à la marge, dans les invasions des VIII ème et IX ème siècles, au même titre que les Vikings et les Hongrois.
Il aurait d’ailleurs été, toujours dans un cadre européen, mais cette fois-ci dans celui de l’Europe de 28 Etats de mettre davantage l’accent sur la Byzance orthodoxe, matrice totale ou partielle de la Bulgarie, de la Roumanie et de la Grèce, que sur l’islam qui n’est pas la matrice d’un seul des Etats de l’Union européenne, sauf à considérer que la France serait déjà islamisée …

Mais cela aurait été de la vraie histoire et votre programme fait davantage d’idéologie et de prosélytisme que d’histoire, hélas !

Ce qui est révélateur dans la question de l’islam dans votre programme, c’est l’association obligatoire/facultatif. L’islamolâtrie du programme se dévoile en un Mahomet obligatoire et en des Clovis et Charlemagne facultatifs.

Vous établissez ensuite un parallèle entre science historique et morale politique. D’une part, la science historique n’est pas une science exacte et, si vous étiez historien et non géographe , vous sauriez qu’en Histoire on fait, d’une certaine manière , toujours de l’histoire contemporaine, même lorsqu’on traite des Guerres médiques.
D’autre part , lorsque vous introduisez «morale politique » ,vous politisez vous-même.

C’est VOTRE propos qui trahit l’histoire en la pervertissant par votre morale orientée, oubliant que l’histoire est a-morale, oubliant aussi que ce qui était « moral » pour certains hier, par exemple glorifier Staline ou, serrer la pince du dictateur Castro aujourd’hui, peut devenir « immoral » demain, oubliant par exemple que durant un siècle la gauche a encensé la colonisation (« Dieu a donné l’Afrique à la France » disait Victor Hugo , icône de la gauche) alors que la droite libérale y fut longtemps opposée.

Vous introduisez cette morale politique à propos des traites négrières . Mais pourquoi vous limiter à la traite atlantique ? Il y aurait aussi une belle indignation à soulever à l’évocation du thème « Esclaves chrétiens, maîtres musulmans » : ,
– traite des Slaves blonds alimentant le califat de Cordoue, ses bagnes, ses casernes et ses harems ;
– pillages, viols et rapts organisés à partir du bastion arabo-berbère du massif des Maures (Slaves, Maures , le vocabulaire géographique révèle la réalité du passé) d’où les pillards sarrasins furent éradiqués par Guillaume le Libérateur, le bien nommé , à la fin du X° s.
– razzias des pirates barbaresques de Tunis, Alger et Tripoli sur nos côtes de Provence, Languedoc, Corse, Sicile, Malte, Italie du Sud qui font 2 millions de victimes en 3 siècles (Robert Davis , Esclaves chrétiens, maîtres musulmans, 2006) , razzias auxquelles met fin par éradication l’expédition de Charles X en 1830 et la prise d’Alger.

Vous restez dans la morale avec le caractère « scandaleux » des lois antisémites de Pétain. Avant d’entrer dans le champ de la morale, il faudrait expliquer «pourquoi Vichy» mais on entrerait là dans le domaine de la réflexion , de l’effort intellectuel et cela ne convient pas à vos ayatollahs de la pédagogie qui prônent l’indignation et l’émotion – le pathos – plutôt que la réflexion – le logos .

C’est là que gît le cœur battant qui irrigue votre programme; décerveler, jouer de l’émotion et surtout pas de la raison car il faudrait introduire le savoir et cela risque d’ennuyer, comme dit votre ministre. Ce savoir est jugé inutile puisque l’élève doit « se chercher , se construire», «développer des capacités métacognitives » et , sans rire, «proposer des explications et des solutions à des problèmes d’ordre scientifique ».

Vous avez cependant une excuse en ce domaine : vous êtes – provisoirement – le dernier maillon d’une longue chaîne de destructeurs du savoir remontant, sans aller jusqu’à Descartes et Rousseau (avec François Xavier Bellamy , Les Déshérités ou l’urgence de transmettre , 2014 livre dont vos programmes illustrent parfaitement mais négativement la justesse des idées) au moins à Bourdieu, Baudelot et Establet Legrand, sans oublier Mérieux , l’infâme Mérieux , inspirateurs des prédécesseurs de votre ministre.

D’abord Haby, au temps de Giscard d’Estaing, qui instaura le collège unique / inique, puis Jospin et sa loi exécrable qui mit le savoir au rancart en plaçant « l’élève » au milieu de la classe , et enfin , retour à droite , la réforme des programmes de lycée par Sarkozy / Luc Chatel qui , par exemple, en ce qui concerne les guerres mondiales , détruisit le cadre factuel , causal et chronologique pour faire pleurer les élèves sur les aspects doloristes de ces guerres , l’horreur des tranchées et la guerre d’anéantissement.

Au lieu de redresser la barre vers plus d’exigences, ce qu’on aurait été en droit d’attendre d’un universitaire honnête, lucide et responsable,vous allez encore plus loin dans ce «combat » vers plus de médiocrité, vers le nivellement par le bas, pour des élèves dont vous estimez a priori et à tort qu’ils n’ont pas le désir de comprendre, des élèves qu’au fond vous méprisez.

« La nation française mythique n’a jamais existé » poursuivez- vous. De là où ils sont, les morts de Valmy – même s’ils furent peu nombreux – apprécieront. Avez- vous seulement une fois dans votre vie , lu un ouvrage sérieux sur la Révolution française ? (par exemple La Grande nation de Jacques Godechot ou Penser la Révolution française de François Furet ) ou lu un discours de Danton, Robespierre ou Sieyès (« fonder la nation contre la noblesse ») avant d’affirmer une telle contre vérité historique ?

Avez-vous seulement lu une fois la phrase de Marc Bloch dans L’Etrange défaite : « il existe deux catégories de Français qui ne comprendront jamais l’histoire de France : ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims ; ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération » . A vous lire dans le Monde, j’ai la conviction que vous appartenez aux deux catégories citées par Marc Bloch peu de temps avant d’être fusillé par les Allemands. Et je crois qu’il en est de même pour les faibles troupes qui vous soutiennent, l’historien Nicolas Offenstadt ou les seconds couteaux habitués des plateaux de télé , les Patrick Blanchard ou François Durpaire.

Vous évoquez, pour le dénoncer, le « roman national ». Ce terme , exclusivement polémique ( vous vous sentez d’ailleurs obligé d’y mettre des guillemets) n’a aucune valeur scientifique. Né de la plume de Ernest Lavisse après le désastre de 1870, popularisé par Offenstadt, il a pour but de discréditer le récit historique en sous-entendant qu’il est faux et imaginaire et surtout de le stigmatiser en l’affublant de l’adjectif «national », mot diabolisé , abandonné par la gauche et la droite et qui hérisse le poil de toute la bien-pensance de gauche, bref une véritable insulte. Mais quel pays ne diffuse pas un roman national ? Croyez-vous que l’Algérie du FLN enseigne une histoire qui n’est pas un roman national ? Je vous renvoie au livre de Marc Ferro, Comment on raconte l’histoire aux enfants du monde entier , Plon , 1983.

Qu’offrez-vous à la place du « roman national » ? un roman «républicain», terme tout aussi mythique ? Avec bons et méchants inversés par rapport au « roman national » ? Une mythologie multiculturaliste ou vivrensembliste (ou « plurielle » pour jargonner en novlangue chère à votre ministre ) ? Un délire reposant sur des mensonges caractérisés par la haine de la France et des Français, catholiques encadrés par un clergé obscurantiste au Moyen Age, descendants des Francs qui ont osé stigmatiser l’islam en se défendant de l’invasion arabo-hispano-berbère à Poitiers, négriers européens atlantiques (mais ni Africains ni Arabes parmi eux), une France de brutes – ou de beaufs -, croisés, négriers , colonialistes, vichystes (incluant Mitterrand titulaire de la francisque n° 2202 ???), kollabos, légionnaires ayant fait l’Indo, paras accros à la gégène et nostalgiques de l’Algérie, électeurs de droite tentés par le FN et qui ont le tort d’oser s’opposer à la gauche terranoviste chère à votre ministre ?

Le scandale de ce programme c’est, d’abord qu’il accentue la déchéance de l’enseignement de l’histoire en collège et au lycée après les coups de hache portés par Haby, Jospin, Allègre, Chatel. Par charité chrétienne, je ne cite pas Jack Lang qui comme d’habitude n’a rien fait, si ce n’est passer la main dans le dos des profs pour les amadouer (et augmenter la durée de leurs vacances).

Un seul a, sinon redressé, au moins stoppé la décadence, c’est Chevènement qui a, pour un temps rétabli des programmes d’histoire cohérents et rendu confiance aux profs. Depuis, la chute s’accélère.

C’est ensuite le fait que ce programme impose Mahomet et une forme d’islamolâtrie, suinte le moralisme et la repentance d’être ce que nous sommes et qu’il permet, par le système des questions facultatives, d’enseigner une France sans Clovis, Charlemagne, François d’Assise, Robert de Sorbon, une France sans le « blanc manteau d’églises » cher au moine Raoul Glaber , une France sans cathédrales, un Occident sans Christophe Colomb et sans Vasco de Gama puisque la découverte du monde est réduite à son exploitation coloniale, une France où Voltaire, Montesquieu, Rousseau, Diderot, Franklin, Washington, La Fayette sont facultatifs mais pas les hommes de «l‘expansion de l’islam » Abou Bakr, Omar, Othman et Ali , les 4 califes rashidun.

Ce programme respire bien la haine de la France, l’incapacité à dire où va le pays et donc, « à dire d’où il vient » ( Pierre Nora , JDD) ainsi que la «honte d’être Français » ( Jacques Julliard dans Marianne). Mais il s’agit là de pseudo intellectuels ou , comme votre ministre l’a dit dans son français à elle , un français qu’elle a sans doute « construit » elle – même , de pseudoZ’intellectuels.

Je vous prie de croire, Monsieur Lussault , à l’expression de mes meilleurs sentiments.

Jean-Michel Lambin
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14546
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Jeu 04 Juin 2015, 20:28

J'aime assez. On y parle de ce qui s'est passé depuis 40 ans en rendant à César Valery ce qui lui appartient. Et bon on dit aussi ce qui s'est fait du temps de sarko.

J'apprécie plus particulièrement ce passage où il est dit qu'il faut aussi se mettre d'accord sur ce qu'est la notion de républicains.
On en a un bel exemple aujourd'hui même où celui qui a le parti (mot de Juppé) n'a peut-être pas celui qui détient l'opinion des adhérents.
Ainsi en mettant comme sujet à leur première table ronde l'islam, cela commence fort, Bruno Lemaire disant que ce n'est certainement la meilleure façon d'aborder le sujet de la laicité sinon à faire le jeu du FN. Et le machin truc qu'a créé sarko en personne annonce qu'il va boycotter l'événement.

Un lien qui détaille la saga du collège unique et comme c'est encore plus long, pas de copier coller.
http://www.cahiers-pedagogiques.com/Un-socle-commun-pour-un-college-unique

Une remarque en sus. Le débat s'étant poursuivi, la nouvelle mouture tient compte des objections émises. Je trouve cela pas mal. Cela signifie que l'on peut par le dialogue prendre en compte l'avis d'opposants.

Et donc dès la 6e on verra dans le même élan et d'une façon obligatoire toutes les religions monothéistes, désormais.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14289
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Jeu 04 Juin 2015, 20:51

Je pensais que se pencher sur la manière d'enseigner notre passé méritait une autre qualité de commentaire... mais il est vrai que l'on ne peut donner que ce que l'on a en soi...

Résultat : tout échange est vérolé par un désir irrépressible de se comporter en politicard, comme d'habitude.

Le "Tulluis Détritus" du forum en action !

En revanche nous allons avoir droit sous peu à l'habituelle leçon de tolérance... que nous ne méritons pas.

NB : pour Tulluis Détritus CF la BD la Zizanie
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14289
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: toujours plus fort en matière d'éducation   Dim 07 Juin 2015, 21:23

Voici un texte rédigé collectivement par des personnalités de premier plan, gauche et droite mêlées :
◾Des anciens ministres : Jean-Pierre Chevènement, Luc Ferry et François Bayrou,
◾Des écrivains et essayistes : Pascal Bruckner, Jacques Julliard et Michel Onfray.

------------------------------------------

Professeurs, écrivains, anciens ministres de l’Éducation nationale, citoyens d’options politiques et personnelles différentes, nous sommes engagés pour défendre et servir l’école républicaine. Nous décidons de nous exprimer ensemble contre la régression qu’engage la réforme annoncée du collège.

Tous les élèves ont besoin d’une École forte et structurée pour réussir. École forte, parce qu’elle affirme sa mission de transmettre des connaissances et des valeurs. École structurée, parce qu’elle donne toute sa place aux savoirs disciplinaires.

Nous n’acceptons pas l’affaiblissement des disciplines au profit d’une interdisciplinarité floue, sans contenu défini, dont les thèmes sont choisis selon la mode et l’air du temps, imposés autoritairement et uniformément par le ministère, conduisant « zapping » pédagogique. L’échange entre disciplines est fécond et mérite mieux que ces faux-semblants.

Nous n’acceptons pas que l’égalité des chances soit confondue avec l’égalitarisme niveleur et se résume à la suppression de tout parcours d’excellence. Les victimes de ce renoncement, ce seront d’abord les enfants de milieux populaires ou défavorisés pour qui l’école est le seul recours, car ils ne peuvent avoir accès aux cours privés et aux leçons particulières de leurs camarades plus favorisés.

Fidèles à la maxime de Paul Langevin fixant en 1945 la mission de l’École républicaine – “La promotion de tous et la sélection des meilleurs“ -, nous défendons la notion d’élitisme républicain pour que chacun puisse aller au bout de ses capacités.

Priorité au primaire

Quatre éléments sont, pour nous, fondamentaux :

1 – Nous affirmons que la plus efficace des réformes du collège est celle de l’école primaire, puisque les difficultés du collège naissent à l’école primaire.

2 – Nous défendons les langues vivantes. Nous n’acceptons pas que les classes europennes, bi-langues, internationales, soient rayées de la carte. Ces classes relèvent d’une pédagogie particulière. On les supprime, on ne les remplace pas. Prétendre imposer précocement deux langues vivantes à tous les élèves, quand une large partie d’entre eux peine à maîtriser le français et la première langue est un leurre.

3 - Nous affirmons la légitimité des langues anciennes. Nous n’acceptons pas que le latin et le grec, qui ont fait le socle de la culture et de la pensée françaises, qui forment les racines de notre langue comme de la langue scientifique mondiale, disparaissent en tant qu’options offertes dans tous établissements, dotées d’un horaire garanti.

4 – Nous défendons des programmes clairs et compréhensibles par tous, loin des jargons indécents. Les programmes doivent partir de notions solides et fixer des objectifs clairs et atteignables. Le programme d’histoire en particulier doit proposer des repères chronologiques et ne peut réduire à de seuls traits négatifs ou facultatifs la civilisation européenne et l’héritage des Lumières.

Sur des sujets aussi graves, aucun gouvernement n’a la légitimité de décider sans débat. Les citoyens sont en droit de l’obtenir et d’y participer.

Nous signons et appelons à signer cet appel pour obtenir le retrait du décret de “réforme“ du collège. Nous demandons que ce décret soit refondu après les consultations et le débat républicain qui s’imposent.

Cet appel peut être signé à l’adresse : www.pouruncollegedelexigence.fr
Revenir en haut Aller en bas
 
toujours plus fort en matière d'éducation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» toujours plus fort en matière d'éducation
» Toujours plus fort !
» Quand l'éducation "alternative" isole...
» Le réflexe d'éjection fort
» éducation, sv, pression sociale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: