Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Recherche scientifique - Cocorico

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
a.nonymous



Messages : 12407
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Recherche scientifique - Cocorico   Dim 31 Mai 2015, 01:44

En espérant que l'industrie française saura capitaliser sur cette découverte avant qu'elle ne soit exploitée industriellement par d'autres....



"une équipe de l’institut Charles-Sadron de Strasbourg (CNRS) et de l’institut de chimie radicalaire de l’université d’Aix-Marseille, dirigée par Jean-François Lutz, vient de parvenir à inscrire un court message, en code binaire (celui sur lequel est fondée toute l’informatique), sur un polymère entièrement synthétique. Un encodage de seulement quelques bits, mais qui constitue une première mondiale !"



Le Point - http://www.lepoint.fr - a écrit:

Le Point a écrit:
Le Point - Publié le 29/05/2015 à 06:08 - Modifié le 29/05/2015 à 07:21
Des données stockées sur une molécule synthétique : une première mondiale !

Des chercheurs français du CNRS ont réussi à écrire une courte phrase sur un polymère autre que l'ADN, entièrement synthétique. Une prouesse. Explications.

Par Chloé Durand-Parenti

Comment parvenir à stocker les quantités astronomiques de données numériques produites, toujours en plus grand nombre, par notre société ? Le tout en utilisant physiquement moins d’espace, de matière, mais aussi d’énergie, transition écologique oblige... Des chercheurs du monde entier planchent sur cette question cruciale. Leur source d’inspiration est - comme souvent - ce que la nature a fait de mieux dans le domaine, à savoir l’acide désoxyribonucléique, plus connu sous le nom d’ADN. Une macromolécule biologique composée de deux brins appelés polymères. En clair, de deux longues chaînes de petites molécules différentes accrochées les unes aux autres dans un ordre précis et qui permettent d’encoder ainsi toute l'information génétique nécessaire au développement et au fonctionnement d’un être vivant. Rien de moins !

Et la science de chercher à reproduire cet ADN de manière à pouvoir y inscrire les informations de son choix. C’est ainsi qu’en janvier 2013, Le Point.fr vous annonçait que des chercheurs étaient parvenus à encoder sur ADN l’équivalent d'environ 5 millions de bits de données. Seulement voilà, certains chercheurs pensent que l’ADN n’est pas forcément le polymère de toutes les situations et travaillent au moyen de stocker des informations sur d’autres polymères, synthétiques cette fois.



Première mondiale

Parmi eux, une équipe de l’institut Charles-Sadron de Strasbourg (CNRS) et de l’institut de chimie radicalaire de l’université d’Aix-Marseille, dirigée par Jean-François Lutz, vient de parvenir à inscrire un court message, en code binaire (celui sur lequel est fondée toute l’informatique), sur un polymère entièrement synthétique. Un encodage de seulement quelques bits, mais qui constitue une première mondiale !

"Nous avons fait ça avec des polyamides, mais nous aurions très bien pu le faire avec des polyesters", explique Jean-François Lutz, spécialiste des macromolécules à l'institut Charles-Sadron. "L’apport principal de nos travaux réside dans la méthode que nous avons mise au point et qui permet d’agencer les monomères de manière précise pour créer un message", affirme-t-il. Car, lorsque des scientifiques fabriquent des polymères de toutes pièces, dans leur laboratoire, les monomères qui le composent ont la fâcheuse tendance à s’organiser de manière totalement aléatoire. Comme si vous cherchiez à monter un collier sans pouvoir déterminer l’ordre des perles. Des conditions dans lesquelles il est impossible de rechercher la moindre esthétique et, dans le cas de nos polymères, d’y glisser la moindre information.



Une lecture facilitée

Dans leur polymère, les chercheurs français ont réussi à encoder l’équivalent d’une phrase composée de quelques mots. Un message lisible de la même manière que ceux inscrits sur ADN, par séquençage, mais qui est aussi instantanément effaçable. "Car, si notre polymère est stable à température ambiante, il suffit de l’amener au-dessus de 60 degrés Celsius et, comme dans mission impossible, ce message s’autodétruira !" indique Jean-François Lutz. "Nous l’avons aussi conçu sur la base de trois monomères, l’un codant pour le 1, l’autre pour le 0 et le troisième constituant une sorte de maillon faible, de manière à avoir des liaisons qui se casseront facilement lors du séquençage (une technique de lecture qui, comme son nom l'indique, repose sur le découpage des molécules en séquences, NDLR) et rendront ainsi le message plus facile à lire", ajoute-t-il.

C’est là tout l’intérêt d’apprendre à écrire sur des polymères synthétiques, même si cette technique est pour l’instant moins avancée. Car, comme l’ADN a été optimisé par l’évolution pour une tâche bien précise, à savoir conserver l’information génétique des êtres vivants, les chimistes pourraient alors sélectionner le polymère à utiliser en fonction des caractéristiques utiles à telle ou telle application. Ultrarésistant pour surpasser le temps de conservation possible sur ADN ou, comme celui-ci, facile à détruire, pour transmettre des informations hautement confidentielles.

Consulter l'article scientifique paru cette semaine dans la revue spécialisée Nature communications
 
http://www.nature.com/ncomms/2015/150526/ncomms8237/full/ncomms8237.html

Source: http://www.lepoint.fr/science/des-donnees-stockees-sur-une-molecule-synthetique-une-premiere-mondiale-29-05-2015-1931987_25.php
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12407
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Recherche scientifique - Cocorico   Jeu 06 Oct 2016, 09:10

http://www.lemonde.fr a écrit:
Le prix Nobel de chimie attribué à Jean-Pierre Sauvage, J. Fraser Stoddart et Bernard L. Feringa

LE MONDE | 05.10.2016 à 11h55 • Mis à jour le 05.10.2016 à 14h50

Le prix Nobel de chimie 2016 a été attribué, mercredi 5 octobre, au Français Jean-Pierre Sauvage, de l’université de Strasbourg, au Britannique James Fraser Stoddart, de l’université Northwestern aux Etats-Unis et au Néerlandais Bernard Lucas Feringa, de l’université de Groningen aux Pays-Bas, pour leurs travaux sur la conception et la synthèse de machines moléculaires.

Les trois chercheurs à l’honneur « ont amené les systèmes moléculaires vers des états où, remplis d’énergie, leurs mouvements peuvent être contrôlés », a expliqué le jury Nobel, précisant :

« Le moteur moléculaire se trouve aujourd’hui au même stade que le moteur électrique dans les années 1830, lorsque les scientifiques exposaient des manivelles et des roues, sans savoir que cela mènerait aux trains électriques, au lave-linge, aux ventilateurs et aux mixeurs. »

A terme, ces machines miniatures « seront très probablement utilisées dans le développement d’objets comme les nouveaux matériaux, les capteurs et les systèmes de stockage d’énergie », a-t-il poursuivi.

« La recherche française une nouvelle fois saluée »

Jean-Pierre Sauvage, né en 1944 à Paris, a passé son doctorat consacré aux « diaza-polyoxa-acrobicycles et leurs cryptates » à l’université Louis Pasteur de Strasbourg en 1971, sous la direction de Jean-Marie Lehn, futur Nobel de chimie (1987). Après un post-doctorat à l’université d’Oxford, il revient à Strasbourg, où il est nommé directeur de recherche (CNRS) en 1979, puis professeur émérite en 2009, au sein de l’Institut de science et d’ingénierie supramoléculaires, une unité mixte de l’université de Strasbourg et du CNRS.

Il est l’auteur ou le coauteur d’environ 500 articles scientifiques. Il avait reçu, parmi d’autres distinctions, la médaille d’argent du CNRS en 1988, et la médaille Blaise Pascal de chimie de l’académie européenne des sciences. Il est membre de l’académie des sciences française depuis 1997. Il a déclaré, après l’annonce du comité Nobel, être « très surpris » et « éprouver une grande joie ». Le président, François Hollande, et le premier ministre, Manuel Valls, l’ont félicité sur Twitter
---/---
Source et SUITE: http://www.lemonde.fr/prix-nobel/article/2016/10/05/le-prix-nobel-de-chimie-attribue-a-jean-pierre-sauvage-j-fraser-stoddart-et-bernard-l-feringa_5008540_1772031.html
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3586
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Recherche scientifique - Cocorico   Jeu 06 Oct 2016, 09:38


qui sait, ce Prix Nobel est peut-être un ancien élève de l'école publique républicaine et laique...


_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
 
Recherche scientifique - Cocorico
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» succès de la recherche scientifique
» À la recherche de mes aïeux avant 1600 A.D.
» recherche ex M 908
» Recherche PHOTOS MARINE pour le musée de l'armée
» Recherche SWATCH de fap MAC qui ressemble au fap CS !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Les faits de société. Débats. Sondages.-
Sauter vers: