Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Princesse NUTELLA

Aller en bas 
AuteurMessage
tonton christobal

avatar

Messages : 17209
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Princesse NUTELLA   Dim 21 Juin 2015, 05:47

http://actu.orange.fr/politique/princesse-nutella-lexpress_CNT000000bbtI4.html

--------------------------

Il était une fois une princesse de piquant caractère qui s’entendait à mener la Cour d’une baguette si sûre que d’aucuns, agacés d’être vertement tancés, s’étaient plu à dénoncer son ombrageuse férule aux oreilles du roi.
La duchesse du Poitou, élevée au rang de princesse de sang, s’entendait à régimenter son monde, sans même en référer au roi qui la craignait au point de n’oser la réprimander pour ses emportements, ses foucades et ses lubies.
Le roi du Hollandistan, qui avait beaucoup à se faire pardonner, soupirait d’accablement lorsque ses gens venaient à se plaindre dans son giron des frasques verbales de la princesse. Méchantes langues, ils n’osaient cafter au roi les surnoms dont ils l’accablaient : « Madame Foldingue, Lady Gaga ». Ils ne craignaient point épandre leur venin, mais se gardaient bien de produire leurs talents devant le Flou, sachant que son courroux, tout aussi mou que le Nutella, pouvait compromettre leur présence à la Cour.
La princesse, nommée ministre de l’Enchantement de la nature et de la Préservation des beautés de nos contrées, s’entendait à merveille dans l’art de mettre son nez délicat dans toutes les affaires où sa charge lui inclinait de se pencher quelques courts instants.

A la façon d’une Mère supérieure un peu collet monté, genre dragon de couvent, elle s’inquiétait du bien-être de ses fidèles avec l’onctueuse sollicitude de ces âmes qui sont nées pour être servies par des novices mal débourrées.
Un beau matin de juin, nimbé de cette étincelante lumière de fin de printemps, la princesse lut en son miroir qu’il fallait briller davantage en Cour, sous peine de sombrer dans un intolérable oubli.
L’idée lui vint telle une révélation, à faire pâlir de jalousie Bernadette Soubirous. En cette Cour où le bien-être des mortels passe pour futile et même tout à fait ridicule, la princesse décida d’en faire son miel.
– Voyons, voyons, songea-t-elle, plissant un court instant le front lisse de son inspiration. Miroir, miroir, viens à me souffler le gimmick qui tue !
Ne trouvant point sur le champ réponse à son questionnement, la princesse fit quérir ses maîtres à penser, son sanhédrin intime, son think tank.
L’affaire tourna court en billevesées, atermoiements, suggestions fumeuses : cette bande de foies jaunes n’avait pas un sol de cervelle.
A des fins de se changer les idées et d’apaiser son courroux, la princesse décida de mener un raid en les cuisines du château à des fins de s’assurer que l’on y mitonnait des plats conformes à la nouvelle doxa, celle de l’orthorexie environnementale.
Quelle ne fut pas sa stupeur de constater qu’un grand pot de Nutella trônait sur la table, ouvert, maculé des traces des doigts des goinfres qui venaient tout juste de s’en empiffrer !

Maudite mélasse

Scandale ! Honte ! Péché mortel !
– Par le sang du Christ, s’écria la princesse, qui ose se prendre de faire ses délices, ici même en ma maison, de cette démoniaque sucrerie ?
Estomaqués, éberlués, ses gens de cuisine furent comme statufiés par l’invective de la taulière.
- L’huile de palme, voici la coupable ! Cette pâte infernale en est farcie ! A des fins de préserver notre terre du réchauffement climatique, ce fléau, j’entends, j’ordonne que l’on cesse sur le champ d’y faire trempette et d’en épandre sur ses tartines ! J’ordonne encore que l’on détruise immédiatement tous les pots de cette maudite mélasse !
L’affaire vint aussi sec aux oreilles du roi, promptement relayée par ses espions qui pullulaient dans le palais de la princesse. Le roi s’en émut au point de renoncer à sa sieste !
– Elle passe les bornes, Ségo, gémit-il, les bras ballants. Nous n’en pouvons mais, qui peut donc lui faire entendre raison ?
Le comte Fabius de Pomponné, qui perdait son sang froid de bonze amidonné lorsque l’on évoquait les aventures de la princesse, susurra qu’il siérait de l’exiler à nouveau en sa ville de Poitiers.
- Poitiers ? S’exclama le roi. J’en ai soupé !
Mais le sournois comte celait plus d’une carte en sa manche : il suinta d’une voix flûtée que l’interdiction du Nutella ne manquerait sans coup férir déclencher la fureur du comte Renzi.
– Renzi ? s’enquit le roi, mais que vient-il faire en cette mélasse ?
– Ha ! persifla le comte Fabius. Cette pâte nous vient d’Italie.
– Ne saurait-on point confectionner cette friandise en notre royaume, s’enquit le roi, toujours entiché du « Made in France ».
– Point, Sire. Celle que nous fabriquons n’est point aussi savoureuse.

Un fromage au comte Renzi

La lippe gourmande, le comte souligna que les fâcheries avec Renzi étaient déjà pléthore, notamment à propos des migrants, et qu’il serait inopportun de refouler ses pâtes chocolatées à la frontière.
– Mordieu ! Nous voici dans vilaine bouillabaisse ! Eh bien comte, allez mander à la princesse qu’elle ravale ses imprécations et qu’elle fasse un fromage au comte Renzi à des fins d’obtenir le pardon de ses offenses.
– Il me faut donc m’y coller ! Elle va m’envoyer promener, elle est ingouvernable ! Le Catalan ferait merveille, il est copain comme cochon avec Renzi !
– Faites ainsi que nous le souhaitons.
– Sire, nous avions prévenu des dangers de son élévation…
– Comte, vous ne pouvez la blairer. Si fait. Mais la raison d’Etat commande que vous la tanciez et que vous consoliez Renzi, ce damné macaroni qui nous fait monter la moutarde au nez.
La princesse, mise au parfum par ses gens, se montra aux anges, ravie de son éclat, enchantée d’avoir provoqué le buzz : elle se montra fort gracieuse de mander quelques mots d’apaisement au comte Renzi qui promettait jusques alors de déclarer la guerre à notre royaume à des fins de laver l’outrage qu’il venait de subir.
Le Flou ne s’en était guère ému : cette affaire de chocolat n’avait point troublé son appétit : « Ces Ritals, que de la gueule ! ».
Mademoiselle de Maintenant, dont la présence en Cour semble à présent de plus en plus assidue, esquissa un petit sourire entendu. Le roi s’en inquiéta.
– Ma mie, mandez-le nous sans fard ! Avons-nous été ridicule ?
– Point, Sire, point. Votre incroyable talent a su vous guider dans cette terrible épreuve.
– Ha ! Que voici plaisant compliment, si bien tourné. Le miel vient à couler sur notre cœur d’artichaut en ces temps où nous sommes tant moqué. Et quel est-il ce talent, ma chère et tendre ?
– Celui de vous coller dans la mélasse.
Revenir en haut Aller en bas
 
Princesse NUTELLA
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Milk shake au Nutella
» Quatre-quarts au Nutella
» Muffins cannelle et coeur de nutella (une de mes préférées, ça goute les queue de castor!)
» ESQUIMAUX AU NUTELLA...
» Biscuits au Nutella

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Quartier du Plateau :: Tout ce qui n'entre pas dans une rubrique de ce forum, petites annonces, trucs et conseils, humour, détente-
Sauter vers: