Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Libellule

avatar

Messages : 13973
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Mer 09 Sep 2015, 18:12



Le futur nous appartient ! Tel est le message délivré par cet ouvrage que Cécile Duflot écrit pour combattre « le poison du découragement ». À ses yeux, l’écologie n’est pas une roue de secours pour une gauche en mal d’idées, mais bel et bien le chemin qu’il faut emprunter pour en finir avec l’atonie. Malgré la montée du Front national nourrie par le sentiment de dépossession, malgré le chômage de masse aggravé par une crise systémique, malgré les menaces que la dégradation de l’environnement fait peser sur notre avenir, la leader écologiste affirme qu’une sortie de crise est possible à condition que les citoyennes et les citoyens reprennent leur destin en main.

Oui, une autre politique est possible, qui refuse la société d’accaparement et fait le choix de l’égalité des territoires, de la relocalisation, du redressement écologique et de la démocratie augmentée.

Cécile Duflot invite donc ses lectrices et ses lecteurs à se remobiliser pour faire prendre à nos sociétés le grand virage sans lequel nous irons droit dans le mur. Lucide, elle ne promet pas de grand soir écologique mais pose les jalons d’une écologie enfin majoritaire et appelle à la création d’une nouvelle force politique pour conduire le changement. Son mot d’ordre : n’attendons pas pour être heureux ! Au fil des pages, Cécile Duflot cause identité, Europe, et écologie. Deux ans avant la présidentielle, la députée Europe Ecologie-les Verts (EE-LV) se place, à sa manière. Dans son petit bureau, elle prévient : «Ce n’est pas encore un programme.»

Elle a été interwiewée par Libération à l'occasion de la sortie de son livre ;

http://www.liberation.fr/politiques/2015/09/08/cecile-duflot-merci-je-suis-toujours-vivante_1378374

Nous reprodusisons ici le texte paru à cette occasion

Avant de parler de votre livre et de l’actualité à gauche, un mot sur la polémique de mardi autour de la date de la fermeture de la centrale de Fessenheim évoquée désormais pour 2018.

Si tel était le cas, cela poserait à la fois le problème du discrédit de la parole politique et la question du conservatisme du gouvernement. Lors de la loi de transition écologique, nous n’avons eu de cesse de plaider pour que la France entame réellement sa mue énergétique et sorte enfin du nucléaire. Repousser une fois de plus la fermeture de Fessenheim, ce serait s’accrocher à un modèle d’un autre âge, faire prendre du retard à notre pays dans la compétition mondiale pour le leadership des renouvelables et grever notre avenir. Pourquoi, alors que les enjeux écologiques sont si importants, s’entêter ainsi ? La France risquerait alors de passer à côté du rendez-vous de l’écologie. L’absence de modernité serait flagrante. A quelques mois de la COP 21, j’appelle François Hollande à respecter ses engagements.

Avez-vous été surprise par les départs de Jean-Vincent Placé et François de Rugy d’EE-LV ?

Non, pas vraiment. Ils ont renoncé à la transformation écologique de la société et pensent qu’il faut simplement s’adapter au monde tel qu’il est aujourd’hui. Je le regrette d’autant plus que le chemin a été long pour en arriver là ensemble. Chacun suit désormais sa route. Je pense, et je l’explique dans mon livre, que la mutation du monde appelle d’autres réponses que l’orthodoxie et les recettes éculées : il faut un grand virage vers l’écologie.

Pourquoi avoir claqué la porte au nez de Jean-Luc Mélenchon ?

Je n’ai pas claqué la porte. J’ai alerté sur le risque d’une dérive antieuropéenne. Quand il écrit «Périsse l’Allemagne plutôt qu’une poularde à la peau craquante», je suis désolée, ça ne fait pas avancer l’Europe. J’ai toujours défendu une vision ouverte de l’Europe, j’ai été aux côtés des Grecs et je continuerai de l’être. Aléxis Tsípras s’est retrouvé dans cette situation intenable parce qu’une partie des pays européens, dont la France, ne l’a pas suffisamment aidé à desserrer l’étau qui pesait sur son pays.

Le cas grec a-t-il démontré qu’il est quasi impossible de mener une «autre politique» en Europe ?

Faux. Cette Europe-là n’est pas une fatalité. La Grèce est un petit pays. Pas la France. On ne pourra pas nous traiter ainsi. Si nous décidons de tourner le gouvernail, les choses seront différentes. Hollande a manqué un rendez-vous très important en ne tentant pas de renégocier le TSCG [le traité budgétaire européen, ndlr]. L’Europe a besoin que les progressistes refusent le carcan de l’austérité et redonnent toute sa place à la démocratie.

La conférence internationale sur le climat (COP 21) approche : ne regrettez-vous pas d’être en dehors d’un gouvernement qui va présider cet événement mondial ?

Nous sommes actifs. J’ai proposé avec Pascal Canfin [l’ancien ministre EE-LV du Développement] que la lutte contre le réchauffement climatique soit inscrite dans la Constitution. Autrement dit que l’ensemble de nos politiques publiques soient subordonnées à la question écologique. Le grand virage que je propose, c’est celui de la prise en compte des limites physiques de notre modèle de développement. La COP 21 est une des occasions de changer de direction. La France doit être exemplaire. Nous ne pouvons pas accueillir la COP 21 et ne pas mettre en œuvre, chez nous, une politique qui traduise nos engagements.

A La Rochelle, on a pu constater la rupture entre EE-LV et le PS à l’occasion d’un débat entre vos camarades et le socialiste Jean-Marie Le Guen…

Ce monsieur est ministre des Relations avec le Parlement mais l’essentiel de son activité consiste à insulter les écologistes. Il ne cherche pas le rassemblement mais l’alignement : on veut nous rendre responsables de la division à gauche et des résultats du FN, mais qui organise cette dispersion ? Lors des régionales, nous apporterons la preuve que les écologistes sont utiles à la vie quotidienne des Français. Je pense par exemple au pass Navigo [abonnement pour les transports en commun] à tarif unique en Ile-de-France et à l’encadrement des loyers. Tout le monde nous a expliqué que c’était impossible. Aujourd’hui, les prix commencent à baisser à Paris et le pass à 70 euros est dans la poche de mon jean.

Comment jugez-vous les réponses du gouvernement sur les migrants ?

Accueillir 24 000 réfugiés, c’est bien, mais en-deçà de ce qu’on devrait faire. Nous allons faire en deux ans ce que l’Allemagne a fait en un week-end. Début juin, j’ai dénoncé le risque d’un «Waterloo moral». Désormais, nombre de voix s’élèvent à raison pour demander une autre politique. Le sursaut s’organise enfin. Quand des personnes sont prêtes à traverser la Méditerranée avec leurs gamins dans les bras alors qu’ils ne savent pas nager, notre devoir est de préparer leur accueil dignement. Nous l’avons déjà fait dans l’Histoire. Je fais confiance aux Français, le problème n’est pas insurmontable si nous avons le courage de défendre nos valeurs.

Dans votre livre, vous parlez de «République des biens communs». Comment la définiriez-vous ?

Des millions de personnes ressentent le fait qu’ils sont dépossédés de leur existence. La République des biens communs a pour objet la réappropriation citoyenne de la maîtrise de notre destin. Nous devons considérer, dans notre République, qu’il y a un certain nombre de biens collectifs, un patrimoine commun - l’air qu’on respire, l’eau qu’on boit, les sols pour produire notre alimentation - qui appartiennent à tous et ne peuvent pas être abusivement privatisés ou pollués. C’est la reformulation de l’intérêt général. Nous devons défendre notre capacité à protéger notre environnement mais aussi à vivre mieux aujourd’hui tout en préparant un meilleur avenir aux générations futures. Cette conquête du bien-être doit guider les politiques.

Quel est le message essentiel de votre livre ?

Que le droit au bonheur est une force politique et que nous pouvons changer le cours des choses. Rien n’est joué. Un nouveau modèle peut naître pour faire face à la crise écologique et à la montée des inégalités. La France a des atouts considérables, à commencer par son peuple, éduqué, inventif, généreux. Après le 11 janvier, je me suis sentie blessée. La violence antisémite, les mots et les regards à l’encontre des gens de confession ou de culture musulmanes étaient insupportables. Je me suis demandé pourquoi. Ma réponse est celle-ci : nous ne connaissons plus les richesses de notre histoire et nous n’avons plus de projet commun. L’urgence est de refaire nation ensemble.

Avez-vous déjà eu honte de la situation du pays ?

Si je suis fière de mon pays, j’ai parfois honte de nos pseudos élites. Pourquoi a-t-on aujourd’hui un débat sur les menus de substitution à la cantine alors que l’alternative au porc existe depuis le début des années 80 ? Un certain nombre de responsables politiques, dont Nicolas Sarkozy, propagent des discours de haine en emboîtant la foulée du Front national. La responsabilité politique commande d’affirmer plus que jamais qu’il est possible de bien vivre ensemble, que la laïcité, justement, permet de se respecter, que ce n’est nullement une assignation à être identique. Notre identité nationale, c’est l’égalité.

Pour vous, nos dirigeants n’ont pas conscience de cette diversité ?

Ils ne ressentent plus la France. Une grande partie de ceux qui nous gouvernent aujourd’hui - et pas seulement les ministres - n’en a pas conscience. Ils sont déjà rentrés dans un bureau de Poste, mais ont-ils déjà vu quelqu’un retirer 5 euros sur son livret A ? Non. Sont-ils déjà allés dans un Lidl pour arracher le plastique et prendre une seule brique de lait ? Non plus. Ils ont abandonné la question populaire et, obsédés par la réduction des déficits publics, laissent prospérer les fractures territoriales. La désespérance vient aussi de cet abandon. Je l’ai écrit : la jeunesse des banlieues, les ouvriers déclassés et les paysans en colère subissent différemment les conséquences d’un même système qui fait peu de cas de l’humain.

On dit que Hollande a fait son «deuil» de vous voir revenir au gouvernement…

Deuil ? Déjà, merci, je suis toujours vivante.

Vous vous préparez même pour la prochaine élection présidentielle…

C’est vrai. Mais je ne souhaite pas que les écologistes reproduisent les mêmes erreurs que lors des trois montée du Front national nourrie par le sentiment de dépossession, malgré le chômage de masse aggravé par une crise systémique, malgré les menaces que la dégradation de l’environnement fait peser sur notre avenir, la leader écologiste affirme qu’une sortie de crise est possible à condition que les citoyennes et les citoyens reprennent leur destin en main.


Dernière édition par Libellule le Mer 09 Sep 2015, 18:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 2976
Date d'inscription : 08/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Mer 09 Sep 2015, 18:26

Encore une qui se prend pour un écrivain et qui cherche à se faire du fric. Aucune chance que j'achète ce genre de littérature.

Juste un petit rappel, l'écologie n'est pas de gauche ni de droite et ne devrait même pas être un parti " À ses yeux, l’écologie n’est pas une roue de secours pour une gauche en mal d’idées " l'écologie appartient à tout le monde et surtout de doit pas être punitive comme le voudrait les EELV.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 13973
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Mer 09 Sep 2015, 18:34

C'est la présentation d'un ouvrage et la reprise d'un article interview avec questions réponses qui mérite d'être publié intégralement de mon point de vue. Je note le vôtre. Je pourrais faire sauter les lignes "questions" mais bon... geek study
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4122
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Mer 09 Sep 2015, 18:51

On appelle ça du "publi-reportage" mais il est vrai que c' est un peu long.
Quand au contenu : rien de nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 13973
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Mer 09 Sep 2015, 20:29

@vieux breton l'écologie a besoin de quitter sa marginalité pour guider le politique. Il faut pour cela que tous les écologistes finissent par travailler ensemble. La problematique irrésolue étant de comment y arriver quand les égos prennent le pas sur la cause à défendre.

Pour ma part je ne désespère pas que les forces écologistes finissent par converger.

Il va encore y avoir des tâtonnements c' est sûr
Cet article se laissant lire par ailleurs http://politique.blogs.ouest-france.fr/apps/m/archive/2015/09/08/exclusif-francois-de-rugy-annonce-la-naissance-de-ecologiste-14650.html

Si les écologistes savent enfin élargir leurs spectres de leurs unions jusqu' au centre une nouvelle étape sera franchie. Comme vous le savez c' est personnellement ce que j' espère. N'étant pas un acteur politique de premier rang mais plutôt un écologiste qui n'a cessé d'accompagner les moments de mutation depuis 44 ans maintenant, je suis très attentif aux positionnements des protagonistes pour que dans la vraie vie l' écologie trouve son chemin vers un monde meilleur.

Théodore Monod et René Dumont me manquent pour tout vous dire. Le charisme ne se décrétant pas et Cohn-Bendit patientant je le fais aussi en gardant en tête la très belle citation d' Hubert Reeves Patience dans l'azur, chaque atome de silence est la chance d' un fruit mûr.

Si de ma place je pouvais influer sur l' avenir de l'écologie politique ce serait le message essentiel que j' essaierais de faire passer.

Étant un peu lu ici ou là.. je reste encore optimiste à cet instant. Merci de votre attention.
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 2881
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Mer 09 Sep 2015, 20:30

Exiger de tenir la promesse de fermer Fessenheim c'est bien gentil, mais ce serait bien plus crédible si Duflot nous expliquait d'abord où sont les gigawatts prêts à prendre aussitôt la relève. En particulier aux pics de consommation électrique, le mois d'hiver le plus froid de l'année aux nuits les plus longues (pas de soleil ni d'énergie solaire et besoin maxi d'éclairage). Et en l'absence de vent (ça arrive)  donc éoliennes au repos.
Cela fait bien deux ans que l'on a droit aux alertes de risque de blackout (panne massive) en décembre.

Importer d'Allemagne ? L'électricité de leurs centrales à charbon (CO2 maxi) alors, à moins qu'ils n'importent l'électricité de nos centrales nucléaires depuis qu'ils ont fermé les leurs il y a trois ans. Nos voisins aident aussi à se pencher sur certains détails qui passent très au-dessous d'une vision écolostratosphérique de la transition énergétique.
http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/08/23/les-effets-pervers-de-la-sortie-du-nucleaire-en-allemagne_3465437_3234.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12045
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Mer 09 Sep 2015, 21:06

Après leurs départs de EELV qu'il qualifie de parti sectaire, François de Rugy et Jean-François Placé annoncent le lancement d'un nouveau parti nommé simplement "Ecologistes !"....

Sans Daniel Cohn-Bendit, membre-fondateur de EELV, François de Rugy, vice-président du groupe EELV à l'Assemblée, et celui de Jean-Vincnet Placé, vice-président du groupe EELV au Sénat, on peut se demander ce qu'il reste aujourd'hui de EELV...



http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/09/08/francois-de-rugy-annonce-le-lancement-du-parti-ecologistes_4749485_823448.html?xtmc=rugy&xtcr=1 a écrit:
François de Rugy annonce le lancement du parti « écologistes ! »

Le Monde.fr avec AFP | 08.09.2015 à 23h51 • Mis à jour le 09.09.2015 à 07h05

François de Rugy, démissionnaire d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV), a annoncé mardi 8 septembre au soir sur le site Internet du quotidien régional Ouest-France le lancement de son parti.

Le 2 septembre François de Rugy, coprésident du groupe des députés écologistes à l’Assemblée et Jean-Vincent Placé, président des sénateurs écologistes, lui aussi démissionnaire d’EELV, avaient rencontré Jean-Luc Bennahmias pour jeter les bases d’un nouveau mouvement écologiste hors-EELV. Le nom alors évoqué était L’Union des démocrates et écologistes (UDE).

M. de Rugy a annoncé le lancement mardi en exclusivité dans le quotidien régional, y présentant le logo bleu et vert du nouveau parti finalement baptisé « écologistes ! ».


   « C’est un mouvement en construction, qui a vocation à rassembler d’autres personnes qui sont éparpillées dans la nature – ce qui n’est pas forcément étonnant pour des écologistes ! – qui ont quitté EELV, certains depuis des mois ; d’autres qui, de toute façon, ne se reconnaissaient pas dans la ligne d’EELV ; d’autres qui, dans les semaines et les mois qui viennent, feront le même chemin. »



« Une démarche fédérative »

« On s’inscrit dans une démarche fédérative avec d’autres petits mouvements, comme le Front démocrate de Jean-Luc Bennahmias ou Génération Écologie. C’est Jean-Vincent Placé qui s’occupera de coordonner cette union. Jean-Michel Lambert en fait partie aussi. Par ailleurs, on commence à avoir des contacts dans certaines régions », précise-t-il.

Interrogé sur l’ambition qu’on lui prête à tenter d’entrer au gouvernement en quittant EELV, M. de Rugy estime que « ce qui importe, c’est qu’il y ait une feuille de route écologiste pour les dix-huit derniers mois. J’ai toujours été favorable à une écologie qui agit dans les institutions, à tous les niveaux de responsabilité et qui fait des alliances, des compromis avec d’autres », répond M. Rugy.

« Il est utile pour la France d’avoir une force authentiquement écologiste, prête à travailler avec d’autres. On va voir avec le Parti socialiste comment un rassemblement peut se construire pour les élections régionales. Ce serait un recul de ne plus avoir d’élus », ajoute-t-il.
Source: http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/09/08/francois-de-rugy-annonce-le-lancement-du-parti-ecologistes_4749485_823448.html?xtmc=rugy&xtcr=1
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 13973
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Mer 09 Sep 2015, 21:42

On peut tout se demander le temps que la situation se décante. Comment vont réagir les acteurs qui se prétendent écologistes dans tous les partis de France, par exemple, c'est certain. Il est probable que certains masques vont tomber. Patience dis-je. Localement chacun peut s' exprimer pour une fois au delà de la simple critique de l'adversaire. Cela risque d' être décapant dans un premier temps, certes, mais dans quelques temps on verra si comme je l'appelle de mes voeux depuis mon arrivée sur ce forum (si, si) un grand mouvement en faveur de l'écologie peut s' enclencher. Il paraît qu'' il y aurait plein de gens prêts à franchir le pas pour promouvoir l' écologie sur notre territoire. Ensemble? Chiche!  

Construire sans polémique inutile? Je prends le pari, car bien évidemment c'est le virage à prendre. Au delà de la simple réunion de 4, 5 ou 6 associations, pseudo apolitiques, mais sans aller dans le décor. Les uns et les autres ne disent rien d' autres mais ne le savent pas encore. Trop attachés à leur parcelle de terrain en friches ou en cours de traitements contre les pesticides de la politique politicienne.

Murielle a quitté Patrice qui a quitté David qui a quitté Michel. Les uns ont été rejoints par Didier, ou Pierre, les autres sont restées fidèles à Clémence ou Simone.... etc... Prénoms à prendre au degré de raisonnement que l'on veut et que l'on peut changer à sa guise, pas de jaloux Smile le temps des grandes retrouvailles n' est il pas venu? Avec d'autres źecologistes en puissance? D'autres prénoms au hasard Domin ique, Isabelle, Marc, Fabienne, Philippe, Gildas, Maya, si ce n' est Christine,Laurence, Nassim, Corinne, Jean Philippe, Régis etc. Voire quelquess avatars de type a.nonymous, salamandre, mamiea, matmut et quelques autres #Onfaitcommeonadit pourrait être le slogan de ralliement. geek elephant
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12045
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 13 Sep 2015, 06:00

Encore une démission de EELV....  Décidément ça ressemble de plus en plus à une implosion de ce parti...


http://www.leparisien.fr/politique/regionales-eelv-part-sans-le-ps-dans-le-nord-et-essuie-une-nouvelle-demission-12-09-2015-5086333.php a écrit:
Christophe Rossignol claque la porte

Et une nouvelle démission, une ! Christophe Rossignol, ancien membre de la direction et actuel membre du conseil fédéral d'EELV, a envoyé sa lettre de démission, sitôt le résultat de l'AG des militants du Nord-Pas-de-Calais-Picardie connu.

Son départ surprendra peu de militants écologistes, puisque qu'il est un proche de Jean-Vincent Placé avec qui il défend un retour des Verts au gouvernement. Mais sa missive est très sévère vis à vis du parti. «Partir, écrit celui qui a adhéré chez les Verts il y a 17 ans, c'est un déchirement mais aussi un devoir». «Je ne comprends plus mon parti, poursuit-il. EELV s'est refermée. (...) La lente agonie d'EELV s'est accélérée avec le départ du gouvernement. (...) Et aujourd'hui en Nord-Pas de Calais-Picardie, demain sans doute en PACA, deux régions où le FN peut gagner, quelques dizaines d'adhérents ont décidé de mettre en place une stratégie mortifère de désunion qui risque pour des millions de personnes de se transformer en tragédie. (...) Cette décision est insupportable».
Christophe Rossignol est actuellement conseiller régional de la région Centre et était numéro quatre à Paris pour la liste portée par la secrétaire nationale Emmanuelle Cosse en décembre prochain.
Source: http://www.leparisien.fr/politique/regionales-eelv-part-sans-le-ps-dans-le-nord-et-essuie-une-nouvelle-demission-12-09-2015-5086333.php
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13527
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 13 Sep 2015, 06:53

Pour être heureux peut être faudrait il écouter les Français gouverner convenablement et arrêter les manipulations médiatiques...

Sondage du journal "le Point"




Edifiant !
Arrêter de nous mentir 35%
Mettre en place une politique économique et sociale... 25%
Endiguer l'arrivée massive de migrants... 29%

Préparer la candidature de fanbi pour 2017...  2,5 %

On voit immédiatement l'adéquation entre ce que nos élus au pouvoir font et les souhaits des Français... ensuite on s'étonne du nombre des abstentions et des votes "défouloir"
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 13973
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 13 Sep 2015, 07:23

Mentir est une vraie tare. Ne pas élire des gestionnaires aussi. Mais les gestionnaires restent dans le privé pour toucher de tps à autres des parachutes dorés. Macron est une exception. L' Europe et l'écologie deux priorités absolues pour la résolution des conflits. Pas évident de le faire admettre alors que des barbelés sont posés ici ou là. Mais bon. Faire de la guerre une priorité ne me paraît pas in choix probant pour gagner en mieux vivre ici.


Dernière édition par Libellule le Dim 13 Sep 2015, 07:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13527
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 13 Sep 2015, 07:36

L'Europe l'écologie et les frites... sans les patates frites pas de solution aux conflits !
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 13973
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 13 Sep 2015, 07:42

Smile si les belges sont d'accord.

Plus sérieusement un autre interwiew qui se laisse lire

Yann Arthus-Bertrand : "La pauvreté a des conséquences sur l'écologie"
Recueilli par Julie Rasplus


Après les paysages, les témoignages. A quelques semaines de la conférence environnementale de Paris qui doit aboutir à un accord global pour limiter le réchauffement à 2°C, Yann Arthus-Bertrand revient avec Human, son nouveau projet documentaire. Ce film, décliné à la télévision, sur internet et au cinéma, donne, cette fois, la parole à des centaines d'anonymes à travers le monde. Objectif : évoquer la condition humaine.

Pour cela, le réalisateur et photographe a parcouru plus de 60 pays et interrogé plus de 2 000 personnes sur leur quotidien et leur perception de la vie. Le documentaire évoque des sujets aussi vastes que la liberté, l'amour, mais aussi l'agriculture, l'immigration ou l'homosexualité. Avant d'être diffusé sur France 2 et francetv info, au cours d'une soirée spéciale, Human est présenté, samedi 12 septembre, jour de la sortie de sa version cinéma en France, aux Nations unies, à New York (Etats-Unis). A cette occasion, francetv info a interviewé le réalisateur sur son projet.

Francetv info : Le public vous connaît pour La Terre vue du ciel et Home. Votre nouveau film, Human, est bien différent des précédents. Pourquoi avoir filmé des hommes ?

Yann Arthus-Bertrand : On vit dans un monde extrêmement difficile. On le voit bien avec ce qui se passe en ce moment : les guerres, les conflits, les réfugiés... J’avais besoin de faire un film qui parle de bienveillance et de gentillesse. Ce ne sont pas des mots en l’air. A près de 70 ans, j’avais envie de parler de ça. Cela ne sert à rien de faire des grandes phrases. Il faut aller à l’essentiel, et l’essentiel c’est de savoir qu’aimer, ça rend meilleur. On vit dans un monde où on recherche le bonheur, le mieux vivre… Mais le bonheur, il est dans le fait d'aider les autres ! Je pense que ces interviews donnent à entendre des choses qui vous font avancer. Ce sont des personnes qui ne passent ni à la radio ni à télé, mais qui aident les autres au quotidien. Elles font beaucoup plus que moi et j’aimerais leur ressembler.

Vous prônez le recours aux bons sentiments. Vous n’avez pas peur de paraître un peu "guimauve" ?

Evidemment, je vais être taxé de ça. Mais pour moi, le bon sentiment n’est pas ringard. Cela m’insupporte quand j’entends le contraire. Je pense que l’engagement est important, que la gentillesse est importante. Libération m’avait traité de “grand nunuche”. Eh bien, je prends avec plaisir !

Quel a été le déclic de ce nouveau film ?  

Cela remonte à une panne d’hélicoptère survenue au Mali. J’ai atterri dans un petit village où, pendant deux jours, une famille m’a accueilli et m’a tout donné. Quand l’homme m’a expliqué ce que c’était de travailler la terre à la main tous les jours, sans rien vendre, en ayant peur de la météo, de la maladie, des insectes, j’ai réalisé que ça m’avait bien plus pénétré que n’importe quelle émission de télévision. Je me suis dit : “Un jour, j’irai parler à ces gens autour du monde”. J’ai voulu en faire un film. Mais je bloquais sur le mélange entre intime et univers. Le film Tree of Life de Terrence Malick m'a débloqué. En voyant la scène d'ouverture, je me suis dit que je pouvais faire comme lui : juxtaposer un récit avec des images de l'univers.

Que devient votre combat pour l’écologie, qui a fait votre succès ?  

Mais il est toujours là ! Les deux vont ensemble. Tout est lié : les problèmes économiques, la pauvreté ont des conséquences sur l’écologie. Si on tue les rhinocéros, c’est parce qu’il y a une pauvreté en Afrique. Si on déboise, c’est souvent pour cultiver de nouvelles terres.

Quand je suis né, nous étions 2 milliards ; nous sommes 7,4 aujourd’hui. Dans ce monde compliqué qui va connaître un changement climatique, il va falloir être plus humain pour vivre ensemble. Sinon, ce sera une guerre totale. C’est une vraie révolution qui se prépare, beaucoup plus qu’on ne le croit. Regardez ce qui se passe en ce moment avec les réfugiés. Ces gens qui arrivent, qui ne peuvent pas faire autrement que partir… et bien, il en arrivera beaucoup plus dans l’avenir, j’en suis persuadé. Ils vont s’installer chez nous et on ne réglera le problème qu’avec de la bienveillance. Et pas du cynisme ou du scepticisme.

Il faut donc voir Human comme un prolongement de votre engagement écologique ?

Oui, bien sûr. Aimer les animaux, les arbres, la nature, c’est très important. Mais un écolo doit d’abord aimer les autres. On ne peut pas vivre sur cette planète sans ça. On ne peut pas simplement dire : “L’homme détruit tout, il est responsable”. Je suis moi-même un homme qui fait partie de ce monde. Il faut aimer son siècle avec ses excès, ses peurs.

Dans Human, vous avez conservé des images de la Terre vue du ciel. Vous utilisez toujours l’hélicoptère, ce qui vous vaut d’être taxé d'"hélicologiste" par vos détracteurs. Que leur répondez-vous ?

Que je compense mon carbone depuis 2002, en fabriquant des fours de biogaz ou de méthane. Cela permet à des villages d’avoir de l’énergie sans avoir à couper du bois, comme en Inde, par exemple. Je n’en suis pas content, on essaie au maximum d’en faire le moins possible. Mais c’est la seule machine qui nous permet de faire de telles images.

Et pourquoi avoir soutenu la candidature du Qatar pour la Coupe du monde de football en 2022 ?

Alors ça, c’était une grosse connerie. Je les connaissais un peu. La fondation du Qatar m’avait aidé pour financer Home : elle avait acheté les droits du film pour tous les pays arabes. Je trouvais ça génial car ce sont des pays producteurs de pétrole. Quand ils sont venus me voir avec ce projet de Coupe du monde en disant qu’ils allaient démonter les stades pour les emmener dans des pays en voie de développement, que tous les transports seraient compensés en carbone, j’ai trouvé ça vachement bien. Du coup, je les ai soutenus et je l’ai dit à la télé. C’est après que j’ai appris que les stades avaient l’air conditionné. J’ai fait une connerie et j’assume. Je n’aurais pas dû faire ça.

Le film Human est diffusé juste avant la conférence environnementale de Paris. Y a-t-il un lien entre les deux ?

Non, pas du tout. Mais on travaille, en ce moment, sur Terra, qui sera LE film de la COP21. Il sera très différent. Il parlera de la beauté et de l’intelligence animales alors que jusque-là, j’ai beaucoup travaillé sur les hommes. Cela m’intéresse beaucoup car l’homme est devenu le plus gros mammifère de la planète et élimine les autres animaux. Le film évoquera le regard que l’homme porte sur ce monde, un monde qu’il est en train de détruire en sachant qu’il va vers quelque chose de terrible.  

Vous essayez toujours de mobiliser sur ces thématiques. Pourtant, nous constatons au quotidien qu'il est difficile de passionner les foules. Avez-vous le sentiment qu'on ne se sent pas concerné par l'écologie ?  

La suite ici http://mobile.francetvinfo.fr/meteo/climat/yann-arthus-bertrand-la-pauvrete-a-des-consequences-sur-l-ecologie_1073339.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12045
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 13 Sep 2015, 09:55

tonton christobal a écrit:
Arrêter de nous mentir 35%

Quand les sondés se prononcent ainsi ils rejoignent juste Daniel Cohn-Bendit qui a claqué la porte de EELV en déclarant «Les partis politiques entubent les électeurs»...

Et il faut bien reconnaitre que quand on met face à face le programme présenté par celle qui est aujourd'hui députée des baudets et l'action de celle-ci depuis qu'elle est élue, on peut effectivement penser comme Daniel Cohn-Bendit...


Le 30 mai 2012 TE a écrit:
Le projet de Laurence Abeille et Claire Lemeunier pour la circonscription:

  • Construction de logements sociaux surtout là où il y en a peu.
  • Lutte contre la précarité énergétique.
  • Aider les jeunes à se loger: caution, logements étudiants...
  • Développer le tissu économique social et solidaire.
  • Créer un réseau d'employeurs pour les jeunes.
  • Améliorer les conditions de transports des usagers du RER.
  • Prolonger la ligne 1 du métro à Val de Fontenay.
  • Protéger les riverains du RER et de l'autoroute du bruit.
  • Créer de nouvelles lignes de bus.
  • Aménager des voies piétonnes et cyclables, avec le soutien financier de l'état.
  • Soutenir les associations et la création culturelle, dans tous les quartiers.
  • Priorité à l'école: création de postes dans l’Éducation Nationale.
  • Un service public de la petite enfance, de nouvelles crèches.
  • Apporter le financement nécéssaire à la rénovation des quartiers: La redoute, Les Larris, etc..
  • Maintenir et créer des services publics de proximité: sécurité sociale, pôle emploi...
  • Développer l'agriculture urbaine, les jardins partagés.
  • Préserver les espaces de nature, la biodiversité.
  • Un éco-quartier à Péripole, autour de la nouvelle gare du Grand Paris Express à Val de Fontenay, qui accueillera aussi le tramway et la ligne 1
  • Soutenir les porteurs de projets d'économie sociale et solidaire créateurs d'emplois locaux.
  • Créer une véritable intercommunalité de projets.

Pour en savoir plus: http://laurenceabeille.eelv-legislatives.fr/category/programme/
Source: http://www.plateaufontenay.net/t699-programmes-des-candidats-dans-la-6eme-circonscription#18754
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13527
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 13 Sep 2015, 15:55

Ce que je déplore à la lecture de ce sondage c'est que les sondés : 61943 ce qui est différents des quelques dizaines habituelles demandent des actions qui visiblement ne sont pas celles initiées par nos gouvernants.
- Arrêter de mentir
- Contrôler l'immigration
- Mettre en marche une économie crédible faisant baisse le chômage

C'est tout le contraire de ce qui est fait !
opération portes ouvertes aux migrants
information vérolée et main mise politique sur les moyens
création d'emplois bidons dont on sait qu'ils sont couteux inutiles à la vie économique non pérenne et sans débouché...

Curieusement les Français ne semblent pas heureux... contrairement à DUFLOT qui elle s'est assuré un avenir sans nuage.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13527
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 13 Sep 2015, 17:28

A.nonymous ! vous avez une vision réductrice de l'œuvre nationale de notre députée.

Elle dénonce le sort des baudets sur le dos desquels on met des enfants... a t on jamais dans le monde vu un baudet porter une charge ? En plus certains de ces baudets tournent en rond. Pour leur bien être on devrait les promener en autobus

Son action ne s'arrête pas là : elle s'inquiète des graves problèmes de logement des lapins. Il semblerait que ces bestioles ne disposent pas d'appartements correspondant aux normes en vigueur.
La situation se dégrade d'autant plus qu'il faut procéder à l'accueil humanitaire d'urgence de lapins immigrés pourchassés par des renards sanguinaires dans le bois voisin. La destruction de la qualité du vivre ensemble animal dégrade encore la situation des lapins mal logés. Le DALL (droit au logement lapin) va sous peu manifester !

Dans la perspective de l'accueil généreux des "lapins migrants", y aurait il des lapins privilégiés sous occupant des clapiers de luxe dont le loyer est à bas prix ? si oui pourraient ils prendre quelques congénères malheureux en pension ?

Le troisième combat concerne les poussins: on apprend que ces animaux sont sélectionnés en fonction de critères de sexe et exterminés comme aux heures les plus sombres de l'histoire. IL faut procéder immédiatement à l'arrêt de ce génocide !

Ces trois chantiers d'importance occupent à plein temps notre élue, mobilisent son attention et son énergie à tel point que l'on craint le "burn out"
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 13973
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 13 Sep 2015, 17:55

Un bel exemple de mensonges grossiers et caricaturaux.
Pas grave, la babale est rangée. Désormais c'est a.nonymous qui la lance et tonton qui la ramène. Dans l'indifférence générale.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13527
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 13 Sep 2015, 18:11

Faut il sortir les JO où les sujets lapin, baudet et poussin sont abordés par notre députée ?

On verra qui est le menteur.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 13973
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 13 Sep 2015, 18:23

Côté emploi du temps vous vous foutez le doigt dans l'oeil mais pas grave vous ètes un honnête tonton flingueur sans plus. Sur un forum qui se lasse de vos tirs à répétition. rendeer comme dit notre webmaster xxxxx (intervention du webmaster) la rentrée démarre avec mollesse.


Dernière édition par Libellule le Dim 13 Sep 2015, 18:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 2976
Date d'inscription : 08/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 13 Sep 2015, 18:25

Libellule a écrit:
Sur un forum qui se lasse de vos répétitions.

Vous êtes sur que ce ne serait pas l'inverse, que se soit vous qui lassez les lecteurs.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 13973
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 13 Sep 2015, 18:29

Je suis sûr d'une chose. Je m'en tiens à mes engagements énoncés le 1 er avril dernier et constate qu'' il se produit ce que j'annonçais.Les redites vont bon train.
La babale reste au placard.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13527
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 13 Sep 2015, 18:42

vieux-breton a écrit:


Vous êtes sur que ce ne serait pas l'inverse, que se soit vous qui lassez les lecteurs.

Lorsque l'on est incapable de conduire convenablement un débat argumenté parce que l'on ne connait pas ou mal le sujet on s'attaque la personne...
Rien là que de très normal c'est dérisoire donc sans importance.

résultats 29% contre l'immigration, 35 % contre le mensonge d'état...et les régionales dans 2 mois...
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 2976
Date d'inscription : 08/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Lun 14 Sep 2015, 07:20

Merci Duflot.


mercredi 9 septembre 2015

« Mon terrain à bâtir ? Un champ de patates ! »

par Yvan DUVIVIER

À Kervignac, dans le Morbihan, Catherine et Ronan viennent d’apprendre que leurs terrains ne sont plus constructibles. 250 autres projets immobiliers sont concernés dans la commune.

« J’ai acheté un terrain en 1990, puis un second en 2000, qui était alors constructible. Mais aujourd’hui, ce n’est plus qu’un champ de patates. » Ronan Le Roux est amer. Le terrain de 1 000 m2 qui jouxte son habitation tout en haut du hameau de Kermainguer, à un petit kilomètre du bourg de Kervignac, ne vaut plus grand-chose : le mètre carré viabilisé à Kervignac se négocie aujourd’hui en moyenne 110 €. Reclassé en terre agricole, il tombe à 3 €.

Sa voisine Catherine Martelot est à la même enseigne : « Devant notaire, nous avons acheté un terrain à bâtir voici 15 ans. C’était pour y faire du locatif et ainsi préparer notre retraite. » Patatras : au printemps 2014, la loi Alur (Loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové, du 24 mars 2014) est passée par là. Leurs beaux terrains arborés – deux parfaits exemples de « dents creuses », d’espaces vacants entre deux habitations – sont condamnés à le rester.

Les deux parcelles concernées : la YC044 et l’autre « dent creuse » que pointe le doigt. (Photo : Ouest-France)

Zones déclassées

« L’esprit de cette loi, résume Yves Le Maréchal, adjoint à la Direction départementale des territoires et de la mer du Morbihan, est de conforter la protection des espaces agricoles et naturels. Cela a un impact sur les autorisations délivrées, notamment dans les hameaux, où il n’y a désormais plus la possibilité de densifier avec de nouvelles constructions. »

Sans pouvoir les chiffrer – d’autant que l’instruction des permis de construire, depuis le 1er juillet dernier, relève des intercommunalités – le fonctionnaire confirme que « des zones constructibles ont dû être déclassées » lorsque des communes ont finalisé leur nouveau Plu, leur plan local d’urbanisme. Depuis huit ans et après 160 000 € d’études, la commune de Kervignac continue d’adapter le sien : seuls trois secteurs de la commune peuvent aujourd’hui accueillir de nouvelles habitations. Mais plus aucune dans sa centaine de hameaux.

« Pas de recours »

« Et vous n’avez pas de recours », a répondu Jacques Le Ludec, le maire, aux administrés venus le consulter. « De nombreuses personnes ont acheté ou hérité d’un terrain, des couples se sont fortement endettés. Cela va créer des tensions, des drames familiaux », promet-il…

Pour lui, « cette loi est illisible et vient télescoper » une loi Littoral déjà très contraignante, « mais que tout le monde avait intégré ». L’édile l’a d’ailleurs fait savoir à qui de droit, sans réponse à ce jour de la ministre de l’Égalité des territoires et de la ruralité.

Jacques Le Ludec et Elodie Le Floch, maire et première adjointe de Kervignac, ont reçu de nombreux administrés dépités. (Photo : Ouest-France)

Or, alors que Kervignac, proche de Lorient, flirte avec les 7 000 habitants, après avoir enregistré une hausse de 4,4 % de sa population, elle enregistre « un coup d’arrêt. Tous les dossiers reviennent avec un avis négatif ». De fait, complète Elodie Le Floch, la première adjointe chargée de l’urbanisme, cette disposition pénaliserait davantage la Bretagne car, « historiquement, ses constructions sont plus éclatées, il y a plus de mitage ».

Localement, le maire a déjà fait une croix sur « 200 voire 250 constructions, qui pourtant n’auraient gêné personne et généré un peu d’économie ».


Source : Ouest France
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12045
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Lun 14 Sep 2015, 12:48

Ils sont impayables... Si ils n'existaient pas il faudrait les inventer....



"La députée EELV de la Somme Barbara Pompili, a annoncé dimanche 13 septembre qu’elle restait dans ce parti mais ne soutiendrait pas la candidature de Sandrine Rousseau, chef de file des écologistes aux élections régionales en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, qui ne sera pas en tandem avec le PS."



http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/09/13/barbara-pompili-reste-a-eelv-mais-ne-soutiendra-pas-la-candidature-de-sandrine-rousseau-dans-le-nord_4755734_823448.html a écrit:
Barbara Pompili décide de rester à EELV

Le Monde.fr avec AFP | 13.09.2015 à 23h14 • Mis à jour le 14.09.2015 à 01h42

La députée EELV de la Somme Barbara Pompili, a annoncé dimanche 13 septembre qu’elle restait dans ce parti mais ne soutiendrait pas la candidature de Sandrine Rousseau, chef de file des écologistes aux élections régionales en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, qui ne sera pas en tandem avec le PS.

La réaction de la co-présidente du groupe écologiste à l’Assemblée nationale, partisane d’un retour des écologistes au gouvernement, était attendue, alors que le vote samedi des militants de la région a entraîné des démissions de responsables d’EELV — Christophe Rossignol et Marie-Pierre Bresson —, jugeant ce choix « mortifère ».



« Recréer du lien »

Mme Pompili critique également une décision « totalement irresponsable, alors que l’extrême droite est aux portes de la région ». Mais elle ne quitte pas EELV et indique dans un communiqué qu’elle va « consacrer toute (son) énergie dans les semaines qui viennent à recréer du lien entre tous les écologistes qui veulent que l’écologie soit utile, responsable, ouverte et tournée vers la société ».

La décision de l’assemblée générale d’EELV Nord-Pas-de-Calais de privilégier une alliance avec le Front de gauche « n’est en rien une surprise puisque la tête de liste avait tout mis en oeuvre depuis plusieurs mois pour travailler exclusivement cette hypothèse » et « les portes ont été fermées » avec d’autres formations politiques, selon Mme Pompili.

L’autre co-président du groupe écologiste à l’Assemblée, François de Rugy, a lui quitté EELV fin août, et vient de lancer son parti Ecologistes !. La réunion du groupe mardi à l’occasion de la rentrée parlementaire s’annonce compliquée.
Source: http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/09/13/barbara-pompili-reste-a-eelv-mais-ne-soutiendra-pas-la-candidature-de-sandrine-rousseau-dans-le-nord_4755734_823448.html#vm0WMFrwxYr5LyeE.99
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 13973
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Lun 14 Sep 2015, 16:32

Pour des raisons d' égos la France peut ainsi se targuer d'avoir eu successivement la droite et la gauche les plus bêtes du monde. Je ne sais pas personnellement ce que l' on retiendra dans quelques années de tout cela. Quel dommage en tout cas qu'Hollande n'ait pas su rassembler au delà de ses propres troupes. L'exemple local est à lui seul parlant. Merci à Didier, David, Murielle d'avoir tout compris en terme d' impayabilité. On ne choisit pas ses leaders politiques, on essaye de faire avec sans désespérer de lendemains meilleurs.

Sur ces décombres construire ne va pas être chose simple.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13527
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Lun 14 Sep 2015, 16:56

Le problème n'est pas que dans tous les partis et peut être d'avantage dans certains nous trouvions des gens qui sont des nullards mais que ce soit précisément les nullards que l'on retrouve aux manettes.

Il y a visiblement non seulement une question de compétences minimales mais un verrouillage des partis par une oligarchie interne qui permet aux plus nuisibles d'arriver au sommet.

Par rapport aux autres partis les écolos ont un avantage : ils savent renouveler les cadres donc le turn over des nullards est assuré. Ce n'est pas toujours le même nullard qui est sur le devant de la scène.





Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12045
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Mar 15 Sep 2015, 11:33

Encore une fois Daniel Cohn-Bendit n'est pas tendre avec ses anciens camarades de EELV....



http://www.bfmtv.com/politique/npdc-picardie-la-decision-de-l-eelv-completement-debile-pour-cohn-bendit-914787.html a écrit:
NPDC-Picardie: la décision des EELV "complètement débile" pour Cohn-Bendit
14/09/2015 à 17h05

Daniel Cohn-Bendit, un des fondateurs d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV), a jugé lundi "complètement débile" la décision des militants écologistes en Nord-Pas-de-Calais/Picardie de ne pas partir en tandem avec le PS aux élections régionales de décembre.

"C'est une décision politiquement grave et de plus complètement débile", a lancé Daniel Cohn-Bendit dans sa chronique quotidienne sur Europe 1. "Pourquoi? Parce qu'aujourd'hui, ils décident de s'allier avec un groupuscule de Mélenchon. Avec ce groupuscule, ils ont des tas de positions différentes et de plus, ils vont se retrouver à la queue dans une élection régionale où on verra Marine Le Pen (FN) loin devant, Xavier Bertrand (Les Républicains) un peu comme un petit chien derrière, et puis les socialistes et les écologistes à la trappe", a développé l'ancien eurodéputé.

Pour lui, les écologistes sont "incapables d'analyser ce qu'ils sont et comment ils sont perçus dans l'opinion aujourd'hui" et risquent in fine de devoir "faire passer" Marine Le Pen ou de soutenir Xavier Bertrand. "Si Marine Le Pen gagne le Nord-Pas-de-Calais, c'est un tremplin extraordinaire pour la présidentielle, donc un tremplin très dangereux", a-t-il souligné.
Source: http://www.bfmtv.com/politique/npdc-picardie-la-decision-de-l-eelv-completement-debile-pour-cohn-bendit-914787.html
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 13973
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Mar 15 Sep 2015, 21:54

Fondamentalement il a raison. Mais ce qui est vrai dans ces deux régions l'Est peut-être moins ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12045
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Mer 16 Sep 2015, 08:39

L’hémorragie continue à EELV et cela amène une question au niveau local.... Alors que le projet de théâtre est largement contesté dans la population, le maire Jean-François a-t-il réellement intérêt à poursuivre celui-ci pour satisfaire son adjoint à la culture EELV, acteur de théâtre de son état ?

Le maire ne risque-t-il pas de marquer d'une pierre noire son dernier mandat pour satisfaire un élu dont le parti ne représente aujourd'hui plus grand chose ?

La question est réelle et même si la majorité "Fontenay pour tous" comprend d'autres composantes comme "Fontenay socialiste" ou "Fontenay citoyens", il ne fait aucun doute que l'implosion du Front de Gauche d'un coté et l'implosion de EELV de l'autre vont sérieusement compliquer le dernier mandat de Jean-François Voguet avant que celui-ci ne se décide à passer la main à son dauphin...



http://lelab.europe1.fr/lhemorragie-se-poursuit-a-eelv-avec-deux-nouveaux-departs-2514965 a écrit:
L’hémorragie se poursuit à EELV avec de nouveaux départs

Publié à 07h42, le 15 septembre 2015, Modifié à 08h20, le 15 septembre 2015

ET CA CONTINUE ENCORE ET ENCORE... - N'est-ce que le début d'accord d'accord, comme le chante Francis Cabrel ? EELV est-il un parti en décomposition ? Le grand schisme de l’écologie se poursuit, sur le fond de désaccords sur la pertinence de rester allié au PS. Les départs tonitruants, fin août, des deux présidents des groupes parlementaires, François de Rugy et Jean-Vincent Placé, dénonçant la dérive gauchiste du parti incarné par Cécile Duflot, ont ouvert une brèche dans laquelle plusieurs personnalités du parti écolo se sont engouffrés depuis.

Dernier épisode en date, lundi 14 septembre. Ce jour-là, c’est le conseiller régional de Champagne-Ardenne, Eric Loiselet, qui a décidé à son tour de claquer la porte d’EELV, comme il l’explique dans une interview à L’Opinion. Cet ancien socialiste qui avait quitté le PS en 2009 était membre du bureau exécutif d’EELV.

Parallèlement, et comme relayé sur Twitter par Jean-Vincent Placé, plusieurs élus locaux ont effectué la même démarche, communiquant leur départ via une lettre de démission publiée sur Facebook. Parmi eux figurent Farid Ben Malek, conseiller municipal délégué de Malakoff, responsable d’EELV Malakoff et membre du Conseil Politique Régional d’EELV IDF, et Pierre Boudailliez, ex candidat EELV aux élections départementales, responsable d’EELV Bois-Colombes, membre suppléant du Conseil Politique Régional d’EELV IDF et porte -parole d’EELV 92.

Le week-end dernier, suite au vote des militants EELV du Nord, a été préférée l’alliance avec le Front de gauche pour les régionales de décembre plutôt qu’avec le PS. Un vote interne qui a aussitôt entraîné le départ de Christophe Rossignol, membre du conseil fédéral d’EELV, ainsi que de Marie-Pierre Bresson, jusqu’ici trésorière nationale du parti dirigé par Emmanuelle Cosse et adjointe à la mairie de Lille.

Où s'arrêtera cette hémorragie  ? Jusqu’à ce mardi 15 septembre, l’unité de façade des groupes parlementaires tient encore. Avant une explication de texte et la recherche d’un modus vivendi permettant de faire subsister ces groupes parlementaires tant au Sénat qu’à l’Assemblée nationale. Mais jusqu’à quand ?
Source: http://lelab.europe1.fr/lhemorragie-se-poursuit-a-eelv-avec-deux-nouveaux-departs-2514965
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 2881
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Mer 16 Sep 2015, 10:45

Citation :
Où s'arrêtera cette hémorragie  ?

Il y a encore peu de conseillers régionaux EELV parmi les démissionnaires, alors qu'ils sont nombreux vu le score assez bon  de EELV en 2010 et les nombreuses régions gagnées par la gauche.
Cette fois, les places éligibles vont être nettement plus rares, pour EELV (comme pour le PS) et concentrées au début de leur liste. Un moment de vérité sera donc le dépôt et la publication de la liste de candidats.
C'est alors que la liste de déçus qui quittent EELV risque de gonfler fortement, et c'est une cause possible pour un retard de cette publication, qui toutefois sera au plus tard le jour limite de dépôt des listes (début novembre) pour les élections régionales 6 et 13 décembre.
Rappelons qu'il est bien sûr interdit d'inscrire le même candidat sur deux listes concurrentes...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 13973
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Mer 16 Sep 2015, 13:24

Éric Loiselet est un cas d'école. Ancien patron local du Ps il est venu à Eelv en expliquant ce qui ne fonctionnait pas au Ps. Il se prête aujourd'hui à l'exercice inverse.

Pour la région Idf depuis les précédentes régionales c'est l' autonomie qui a toujours primée au premier tour et l' union des gauches au second. A suivre.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13527
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Mer 16 Sep 2015, 20:57

Spring a écrit:
On connait ce genre de girouettes politiques à Fontenay également
Et on va bientot en découvrir des nouvelles figures.

si en politique il fallait avoir des convictions... heureusement NON ! le turn over est général.

Tout le monde n'est pas comme le Grand Charles qui désavoué par un vote des Français s'est retiré sur ses terres.
Les suivants (de gauche et de droite)  même la "paille au cul" sont restés en place en attendant des jours meilleurs.

La place est bonne ne la cédons pas !

Alors la prochaine fois on va voter et on laisse les mêmes (de gauche et de droite) continuer le cinéma ou on se pose les bonnes questions ?
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 13973
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Jeu 17 Sep 2015, 08:35

Avoir des convictions c'est effectivement important
Pour les mener à bien on peut venir le
19 SEPTEMBRE 2015 - 9H30/18H00

TRANSFORMER LA SOCIÉTÉ:

Transitions écologiques, réalités sociales et projets pour une société de l’avenir commun.
Paris - Maison de la Chimie, Paris 7e
(l'inscription est gratuite mais obligatoire - dans la limite des places disponibles)

Une journée de débats pour partager les idées, nommer les problèmes, restituer le projet de société porté par les différents acteurs de l'écologie politique et contribuer aux futurs projets de la Fondation de l’Ecologie Politique pour l’année 2016.

Programme et inscriptions:
http://www.fondationecolo.org/activites/evenements/Forum-de-l-Ecologie-Politique

avec ce lien vous avez accès au dossier complet.

Bonne soirée
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12045
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Sam 19 Sep 2015, 20:02

L'implosion de EELV continue avec le départ du maire de Sevran Stéphane Gatignon entrainant avec lui 230 adhérents franciliens...



http://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/seine-saint-denis/le-maire-de-sevran-stephane-gatignon-quitte-europe-ecologie-les-verts-810699.html a écrit:
Le maire de Sevran Stéphane Gatignon quitte Europe écologie-Les Verts

Le maire écologiste de Sevran, commune défavorisée de Seine-Saint-Denis, a démissionné vendredi d'Europe Ecologie-Les Verts faisant part dans une lettre des "nombreux désaccords sur la gestion du mouvement et son orientation politique".

   France 3 Paris IDF (avec AFP)
   Publié le 19/09/2015 | 09:00

Après les départs fin août de François de Rugy et Jean-Vincent Placé, le maire de la deuxième ville écologiste de France, avec 50.000 habitants, claque la porte du parti à son tour, entraînant avec lui 230 adhérents franciliens qui ont signé vendredi une lettre de "démission collective".

"Il ne peut y avoir d'écologie politique sans lutte pour la démocratie et contre le FN (...) En banlieue, EELV est devenu un handicap pour construire un mouvement écologique puissant", écrivent-ils, citant "la coupure entre l'appareil duflotiste et (les) territoires. Entre la société multiculturelle, la diversité et les choix bureaucratiques".

La semaine passée, les militants d'EELV en Nord-Pas-de-Calais-Picardie ont décidé de ne pas faire liste commune avec le PS pour les élections régionales. Ils ouvrent ainsi la voie à "la victoire de Marine le Pen", selon les démissionnaires qui déplorent "le refus au niveau national de condamner cette stratégie électorale".



Gatignon rejoint Placé et de Rugy

"Je me suis toujours battu pour faire gagner la gauche. Aujourd'hui, il y a trop de désaccords sur la gestion de notre mouvement et son orientation politique", a dit à l'AFP Stéphane Gatignon, qui avait "de toute façon" prévu de quitter le mouvement après les élections régionales.

L'édile, qui a quitté les communistes en 2009 pour rejoindre EELV, souhaitait par ailleurs être la tête de liste en Seine-Saint-Denis pour les élections régionales. Il n'a pas été retenu et son "éviction s'est ajoutée à la longue liste des désaccords". "L'écologie doit être portée par un nouveau mouvement. Je reste écologiste", a-t-il ajouté, sans autre précision. Clémentine Autain, conseillère municipale à Sevran, n'a pas tardé à réagir sur Twitter.

Maire depuis 2001 de l'une des communes les plus pauvres de France, Stéphane Gatignon avait obtenu en 2012, après une grève de la faim de six jours devant l'Assemblée nationale, une dotation exceptionnelle et une augmentation des aides pour les communes les plus déshéritées.

Favorable à la dépénalisation du cannabis, il s'est aussi fait remarquer en appelant l'État à la rescousse pour obtenir en 2011 et 2012 le déploiement de CRS dans des cités minées par le trafic de drogue.
 Source: http://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/seine-saint-denis/le-maire-de-sevran-stephane-gatignon-quitte-europe-ecologie-les-verts-810699.html
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 13973
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Sam 19 Sep 2015, 20:33

Un ex ex là encore. Les partis avant les causes à défendre. Toujours pareil quoi. Si plus personne ne défend les causes, il n' est pas sûr que l' on se dirige vers un monde meilleur.
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 2881
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Sam 19 Sep 2015, 21:26

On pourrait dire que les décisions à EELV (nationales et régionales) sont prises, ou validées, démocratiquement par le vote des adhérents. Dont la majorité approuve, hors IdF au moins, l’alliance avec la ‘gauche de la gauche’ opposée au PS.
Sauf que les autres (élus/adhérents) ne sont pas d’accord du tout. Et utilisent maintenant le moyen démocratique qui leur reste : partir de EELV. Tout ceci amplement médiatisé. Certes, plusieurs sont soupçonnés d’un objectif électoral d’alliance avec le PS. Mais la fracture est plus profonde, elle concerne tout le champ de la politique économique et sociale.

Dans tout ça, alors que EELV était censé avoir l’écologie pour thème prioritaire, réunissant tous les écolos (de gauche…), les clivages actuels confirmeraient, en quelque sorte, que dans ce parti l’écologie a été reléguée au second plan : elle ne permet pas de masquer des convictions incompatibles.
Mais les adhérents EELV récents, étaient-ils là d’abord pour l’écologie ou pour d’autres motivations ? Se pose finalement la question même d’un parti écolo, plutôt que d’écolos dans différents partis.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 13973
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Sam 19 Sep 2015, 21:42

C'est ça. Deux écoles écologiser la politique ou politiser l' écologie.  Je fais partie d' une minorité qui pensent qu' il faut faire les deux sans les dissocier. Puisque l' écologie est devenue trans partis et a de toutes façons besoin de convergences pour progresser. Je suis pour l' abolition des querelles de clochers et de personnes depuis que je milite. Depuis plus longtemps que bien des protagonistes actuels. La notion d'adhérent ancien ou récent n'est pas la Question. Il faut adhérer à des idées avoir des convictions et les porter avec tous ceux qui manifestent de la bonne volonté pour le faire.

Loin de toute quête du pouvoir qui de toutes façons soit monte à la tête soit finit par corrompre les idéaux.


Dernière édition par Libellule le Sam 19 Sep 2015, 21:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4122
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Sam 19 Sep 2015, 21:53

@Libellule :
Citation :
Victor Hugo s’insurgeait. Rappelons-nous la dernière strophe bien connue de son poème "Ultima verba" :

« Si l'on est plus de mille, eh bien, j'en suis !
Si même ils ne sont plus que cent, je brave encore Sylla ;
S'il en demeure dix, je serai le dixième ;
Et s'il n'en reste qu'un, je serai celui-là ! »

Je vous dédie cette strophe car vous avez une autre vision de vos combats (par rapport aux chefs de file qui eux ne voient que leurs intérêts personnels).
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 13973
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Sam 19 Sep 2015, 22:02

Cette citation et votre commentaire me vont droit au coeur. Merci
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12045
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Sam 19 Sep 2015, 22:29

Pour comprendre ce qu'il se passe actuellement au sein de EELV il n'est pas inutile de se remémorer la création de cette formation: https://fr.wikipedia.org/wiki/Europe_%C3%89cologie_Les_Verts#Histoire
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 13973
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Sam 19 Sep 2015, 22:41

Pour que l histoire soit complète il faut un peu plus remonter le temps https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Mouvement_d%27écologie_politique

Et même encore avant http://jne-asso.org/blogjne/tout-sur-les-jne/qui-sommes-nous/

Avec ici de précieuses précisions http://jne-asso.org/blogjne/tout-sur-les-jne/a-propos/
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 13973
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 20 Sep 2015, 00:34

Des écologistes européens apatrides et a-partisans.
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 686
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 20 Sep 2015, 09:09

Ya plein de choses que les écolos pourraient faire pour que l'on soit heureux:

Éviter les lois nulles comme la loi ALUR
Arrêter de troller les forums
Être en contact avec la réalité
Dépasser les problèmes d'ego
....
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12045
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 20 Sep 2015, 09:29

Spring a écrit:
---/---
Dornbusch est off
---/---


Rappelons quand même que nous ne sommes que le 19 septembre et que David Dornbusch a pu prendre quelques congés après avoir été relaxé le 3 juillet dans le procès que lui avait intenté un élu... Voir: http://www.plateaufontenay.net/t2272-david-dornbush-relaxe

Il se peut aussi que depuis la rentrée l'approche de la COP21 l'occupe professionnellement...


Quand à Murielle Michon elle travaille à l'organisation du Fontenaython: http://www.appelpourfontenay.fr/fontenaython-un-defi-pour-la-vie/
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 2976
Date d'inscription : 08/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 20 Sep 2015, 18:25

Duflot a bien fait de sortir un livre.

http://www.lopinion.fr/14-septembre-2015/eric-loiselet-je-quitte-eelv-parti-est-paralyse-il-s-est-perdu-28078
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 13973
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 20 Sep 2015, 20:11

S' il faut parler local, soit!
http://fontenaysousbois.eelv.fr/alternatiba-jeudi-24-septembre/
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 13973
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 20 Sep 2015, 20:40

Votre lecture est erronée. L' article parle de la signature d'un pacte de transition par la majorité qui est aux commandes de cette ville dans le cadre d'une démarche locale en faveur du climat. Le statut des habitants à côté du parc est connu. Il leur arrive de faire portes ouvertes.

Je vous sens un peu malheureux, n' attendez plus pour essayer de mieux profiter des quelques bonheurs que nous offre la vie. Ils sont parfois très simples si on regarde son voisin avec un regard plus clément.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12045
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 20 Sep 2015, 21:32

Libellule a écrit:
Je vous sens un peu malheureux, n' attendez plus pour essayer de mieux profiter des quelques bonheurs que nous offre la vie. Ils sont parfois très simples si on regarde son voisin avec un regard plus clément.


Mais bien sûr...

Allez dire ça aux 3,5 millions de chômeurs qui crèvent à Pole emploi, allez dire ça aux seniors qui se font sortir de la vie active, allez dire ça aux jeunes diplômés qui n'arrivent pas à y entrer, allez dire ça aux retraités aux pensions figées...

Quand les électeurs ont choisi l'alternance à gauche après Sarkozy, ce n'était vraiment pas pour connaitre une telle situation...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13527
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 20 Sep 2015, 21:52

a.nonymous a écrit:



Mais bien sûr...

Allez dire ça aux 3,5 millions de chômeurs qui crèvent à Pole emploi, allez dire ça aux seniors qui se font sortir de la vie active, allez dire ça aux jeunes diplômés qui n'arrivent pas à y entrer, allez dire ça aux retraités aux pensions figées...

Quand les électeurs ont choisi l'alternance à gauche après Sarkozy, ce n'était vraiment pas pour connaitre une telle situation...

de tous temps la propagande ça fonctionnait... et puis il est si simple et agréable se bercer d'illusions et de croire au père noêl...

surtout lorsque tout le monde veut tuer le "grand méchant loup" y compris en mentant...

Il n'y a pas de crise... moi président... et quelques autres...

Déformation professionnelle : je me méfie toujours des gens "trop bien" c'est suspect !  ça se termine en Tartufe !

NB pour être heureux c'est simple laisser les gens qui bossent profiter de leur travail, remettre l'économie en route et arrêter de mentir.

Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 13973
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 20 Sep 2015, 22:04

Anonymous. On est bien d'accord l'alternance voulue par les électeurs n'est pas celle qui se déroule en ce moment depuis 2012. C'était vrai en 2007. On nous promet un ordre nouveau. Je n' y crois guère même si les électeurs se mettraient à vouloir l' essayer.
Revenir en haut Aller en bas
 
Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?
» Le grand virage protectionniste des Français
» mouchoirs en tissu...
» Parc pliant
» Robeez Mini shoes et Stride Rite NEUVES - A SUPPRIMER VENDU

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: