Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Libellule

avatar

Messages : 14243
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Mer 09 Sep 2015, 18:12

Rappel du premier message :



Le futur nous appartient ! Tel est le message délivré par cet ouvrage que Cécile Duflot écrit pour combattre « le poison du découragement ». À ses yeux, l’écologie n’est pas une roue de secours pour une gauche en mal d’idées, mais bel et bien le chemin qu’il faut emprunter pour en finir avec l’atonie. Malgré la montée du Front national nourrie par le sentiment de dépossession, malgré le chômage de masse aggravé par une crise systémique, malgré les menaces que la dégradation de l’environnement fait peser sur notre avenir, la leader écologiste affirme qu’une sortie de crise est possible à condition que les citoyennes et les citoyens reprennent leur destin en main.

Oui, une autre politique est possible, qui refuse la société d’accaparement et fait le choix de l’égalité des territoires, de la relocalisation, du redressement écologique et de la démocratie augmentée.

Cécile Duflot invite donc ses lectrices et ses lecteurs à se remobiliser pour faire prendre à nos sociétés le grand virage sans lequel nous irons droit dans le mur. Lucide, elle ne promet pas de grand soir écologique mais pose les jalons d’une écologie enfin majoritaire et appelle à la création d’une nouvelle force politique pour conduire le changement. Son mot d’ordre : n’attendons pas pour être heureux ! Au fil des pages, Cécile Duflot cause identité, Europe, et écologie. Deux ans avant la présidentielle, la députée Europe Ecologie-les Verts (EE-LV) se place, à sa manière. Dans son petit bureau, elle prévient : «Ce n’est pas encore un programme.»

Elle a été interwiewée par Libération à l'occasion de la sortie de son livre ;

http://www.liberation.fr/politiques/2015/09/08/cecile-duflot-merci-je-suis-toujours-vivante_1378374

Nous reprodusisons ici le texte paru à cette occasion

Avant de parler de votre livre et de l’actualité à gauche, un mot sur la polémique de mardi autour de la date de la fermeture de la centrale de Fessenheim évoquée désormais pour 2018.

Si tel était le cas, cela poserait à la fois le problème du discrédit de la parole politique et la question du conservatisme du gouvernement. Lors de la loi de transition écologique, nous n’avons eu de cesse de plaider pour que la France entame réellement sa mue énergétique et sorte enfin du nucléaire. Repousser une fois de plus la fermeture de Fessenheim, ce serait s’accrocher à un modèle d’un autre âge, faire prendre du retard à notre pays dans la compétition mondiale pour le leadership des renouvelables et grever notre avenir. Pourquoi, alors que les enjeux écologiques sont si importants, s’entêter ainsi ? La France risquerait alors de passer à côté du rendez-vous de l’écologie. L’absence de modernité serait flagrante. A quelques mois de la COP 21, j’appelle François Hollande à respecter ses engagements.

Avez-vous été surprise par les départs de Jean-Vincent Placé et François de Rugy d’EE-LV ?

Non, pas vraiment. Ils ont renoncé à la transformation écologique de la société et pensent qu’il faut simplement s’adapter au monde tel qu’il est aujourd’hui. Je le regrette d’autant plus que le chemin a été long pour en arriver là ensemble. Chacun suit désormais sa route. Je pense, et je l’explique dans mon livre, que la mutation du monde appelle d’autres réponses que l’orthodoxie et les recettes éculées : il faut un grand virage vers l’écologie.

Pourquoi avoir claqué la porte au nez de Jean-Luc Mélenchon ?

Je n’ai pas claqué la porte. J’ai alerté sur le risque d’une dérive antieuropéenne. Quand il écrit «Périsse l’Allemagne plutôt qu’une poularde à la peau craquante», je suis désolée, ça ne fait pas avancer l’Europe. J’ai toujours défendu une vision ouverte de l’Europe, j’ai été aux côtés des Grecs et je continuerai de l’être. Aléxis Tsípras s’est retrouvé dans cette situation intenable parce qu’une partie des pays européens, dont la France, ne l’a pas suffisamment aidé à desserrer l’étau qui pesait sur son pays.

Le cas grec a-t-il démontré qu’il est quasi impossible de mener une «autre politique» en Europe ?

Faux. Cette Europe-là n’est pas une fatalité. La Grèce est un petit pays. Pas la France. On ne pourra pas nous traiter ainsi. Si nous décidons de tourner le gouvernail, les choses seront différentes. Hollande a manqué un rendez-vous très important en ne tentant pas de renégocier le TSCG [le traité budgétaire européen, ndlr]. L’Europe a besoin que les progressistes refusent le carcan de l’austérité et redonnent toute sa place à la démocratie.

La conférence internationale sur le climat (COP 21) approche : ne regrettez-vous pas d’être en dehors d’un gouvernement qui va présider cet événement mondial ?

Nous sommes actifs. J’ai proposé avec Pascal Canfin [l’ancien ministre EE-LV du Développement] que la lutte contre le réchauffement climatique soit inscrite dans la Constitution. Autrement dit que l’ensemble de nos politiques publiques soient subordonnées à la question écologique. Le grand virage que je propose, c’est celui de la prise en compte des limites physiques de notre modèle de développement. La COP 21 est une des occasions de changer de direction. La France doit être exemplaire. Nous ne pouvons pas accueillir la COP 21 et ne pas mettre en œuvre, chez nous, une politique qui traduise nos engagements.

A La Rochelle, on a pu constater la rupture entre EE-LV et le PS à l’occasion d’un débat entre vos camarades et le socialiste Jean-Marie Le Guen…

Ce monsieur est ministre des Relations avec le Parlement mais l’essentiel de son activité consiste à insulter les écologistes. Il ne cherche pas le rassemblement mais l’alignement : on veut nous rendre responsables de la division à gauche et des résultats du FN, mais qui organise cette dispersion ? Lors des régionales, nous apporterons la preuve que les écologistes sont utiles à la vie quotidienne des Français. Je pense par exemple au pass Navigo [abonnement pour les transports en commun] à tarif unique en Ile-de-France et à l’encadrement des loyers. Tout le monde nous a expliqué que c’était impossible. Aujourd’hui, les prix commencent à baisser à Paris et le pass à 70 euros est dans la poche de mon jean.

Comment jugez-vous les réponses du gouvernement sur les migrants ?

Accueillir 24 000 réfugiés, c’est bien, mais en-deçà de ce qu’on devrait faire. Nous allons faire en deux ans ce que l’Allemagne a fait en un week-end. Début juin, j’ai dénoncé le risque d’un «Waterloo moral». Désormais, nombre de voix s’élèvent à raison pour demander une autre politique. Le sursaut s’organise enfin. Quand des personnes sont prêtes à traverser la Méditerranée avec leurs gamins dans les bras alors qu’ils ne savent pas nager, notre devoir est de préparer leur accueil dignement. Nous l’avons déjà fait dans l’Histoire. Je fais confiance aux Français, le problème n’est pas insurmontable si nous avons le courage de défendre nos valeurs.

Dans votre livre, vous parlez de «République des biens communs». Comment la définiriez-vous ?

Des millions de personnes ressentent le fait qu’ils sont dépossédés de leur existence. La République des biens communs a pour objet la réappropriation citoyenne de la maîtrise de notre destin. Nous devons considérer, dans notre République, qu’il y a un certain nombre de biens collectifs, un patrimoine commun - l’air qu’on respire, l’eau qu’on boit, les sols pour produire notre alimentation - qui appartiennent à tous et ne peuvent pas être abusivement privatisés ou pollués. C’est la reformulation de l’intérêt général. Nous devons défendre notre capacité à protéger notre environnement mais aussi à vivre mieux aujourd’hui tout en préparant un meilleur avenir aux générations futures. Cette conquête du bien-être doit guider les politiques.

Quel est le message essentiel de votre livre ?

Que le droit au bonheur est une force politique et que nous pouvons changer le cours des choses. Rien n’est joué. Un nouveau modèle peut naître pour faire face à la crise écologique et à la montée des inégalités. La France a des atouts considérables, à commencer par son peuple, éduqué, inventif, généreux. Après le 11 janvier, je me suis sentie blessée. La violence antisémite, les mots et les regards à l’encontre des gens de confession ou de culture musulmanes étaient insupportables. Je me suis demandé pourquoi. Ma réponse est celle-ci : nous ne connaissons plus les richesses de notre histoire et nous n’avons plus de projet commun. L’urgence est de refaire nation ensemble.

Avez-vous déjà eu honte de la situation du pays ?

Si je suis fière de mon pays, j’ai parfois honte de nos pseudos élites. Pourquoi a-t-on aujourd’hui un débat sur les menus de substitution à la cantine alors que l’alternative au porc existe depuis le début des années 80 ? Un certain nombre de responsables politiques, dont Nicolas Sarkozy, propagent des discours de haine en emboîtant la foulée du Front national. La responsabilité politique commande d’affirmer plus que jamais qu’il est possible de bien vivre ensemble, que la laïcité, justement, permet de se respecter, que ce n’est nullement une assignation à être identique. Notre identité nationale, c’est l’égalité.

Pour vous, nos dirigeants n’ont pas conscience de cette diversité ?

Ils ne ressentent plus la France. Une grande partie de ceux qui nous gouvernent aujourd’hui - et pas seulement les ministres - n’en a pas conscience. Ils sont déjà rentrés dans un bureau de Poste, mais ont-ils déjà vu quelqu’un retirer 5 euros sur son livret A ? Non. Sont-ils déjà allés dans un Lidl pour arracher le plastique et prendre une seule brique de lait ? Non plus. Ils ont abandonné la question populaire et, obsédés par la réduction des déficits publics, laissent prospérer les fractures territoriales. La désespérance vient aussi de cet abandon. Je l’ai écrit : la jeunesse des banlieues, les ouvriers déclassés et les paysans en colère subissent différemment les conséquences d’un même système qui fait peu de cas de l’humain.

On dit que Hollande a fait son «deuil» de vous voir revenir au gouvernement…

Deuil ? Déjà, merci, je suis toujours vivante.

Vous vous préparez même pour la prochaine élection présidentielle…

C’est vrai. Mais je ne souhaite pas que les écologistes reproduisent les mêmes erreurs que lors des trois montée du Front national nourrie par le sentiment de dépossession, malgré le chômage de masse aggravé par une crise systémique, malgré les menaces que la dégradation de l’environnement fait peser sur notre avenir, la leader écologiste affirme qu’une sortie de crise est possible à condition que les citoyennes et les citoyens reprennent leur destin en main.


Dernière édition par Libellule le Mer 09 Sep 2015, 18:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Libellule



Messages : 14243
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 20 Sep 2015, 22:04

Anonymous. On est bien d'accord l'alternance voulue par les électeurs n'est pas celle qui se déroule en ce moment depuis 2012. C'était vrai en 2007. On nous promet un ordre nouveau. Je n' y crois guère même si les électeurs se mettraient à vouloir l' essayer.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 20 Sep 2015, 22:41

Si la solution est de repartir pour un tour avec flanbi... ça craint. On préfère un tour avec sarko...
Mais il y a tout sauf sarko ! sarko CACA... n'importe quoi mais pas sarko !

Le souhait va se réaliser : pas de sarko mais Marine !

Les guignols actuels ont fait le nécessaire pour arriver à cette fin.
Pour faire plus mal que la dream team de flanbi il faut se lever de bonne heure...

Merde alors ! les Français sont capables de penser comme ça !
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12184
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Jeu 24 Sep 2015, 21:54

Ce n'est pas parce qu'un godillot EELV fait le buzz sur ce forum qu'il faut s'abstenir de regarder ce qui se passe ailleurs... Il semble bien que l'implosion de ce parti continue...



http://www.leparisien.fr/goussainville-95190/goussainville-sevinc-mert-claque-la-porte-d-eelv-21-09-2015-5113877.php a écrit:
Goussainville : Sevinç Mert claque la porte d’EELV
21 Sept. 2015, 19h52 | MAJ : 21 Sept. 2015, 19h52

Ex-adjointe au maire de Goussainville, Sevinç Mert vient d’annoncer son départ d’Europe Ecologie-les Verts (EELV). Elle avait adhéré au parti en 2006. « Depuis un certain temps, je me posais beaucoup de questions sur l’évolution interne d’EELV, ces derniers mois n’ont fait que conforter mon malaise », explique-t-elle dans un communiqué.

Celle qui avait soutenu le socialiste Luc Broussy lors des dernières élections municipales, constate aujourd’hui qu’Europe Ecologie-les Verts « n’est pas à la hauteur des enjeux écologistes et sociaux. » Elle dit aujourd’hui rester engagée « à gauche » : « La démocratie, la solidarité, l’écologie de banlieue et la lutte contre le Front National sont au cœur de mon engagement », clame-t-elle.
Source: http://www.leparisien.fr/goussainville-95190/goussainville-sevinc-mert-claque-la-porte-d-eelv-21-09-2015-5113877.php



http://www.leparisien.fr/villeneuve-le-roi-94290/villeneuve-le-roi-l-elue-ecolo-rosandre-valleray-quitte-eelv-21-09-2015-5113007.php a écrit:
Villeneuve-le-Roi : l’élue écolo Rosandre Valleray quitte EELV
21 Sept. 2015, 12h16 | MAJ : 21 Sept. 2015, 12h16

La vague de départs qui touche en ce moment le parti Europe Ecologie-les Verts touche aussi les élus de terrain. Ainsi, Rosandre Valleray, élue EELV à Villeneuve-le-Roi vient de faire savoir qu’elle rendait sa carte au parti.

« Notre projet collectif n’a pas résisté à la violence des échanges qui loin d’être l’exception est devenue la règle, au débat tronqué par un fonctionnement interne d’une extrême complexité, inaccessible pour le commun des mortels », déplore l’élue. « Au militant citoyen s’est substitué le militant bureaucrate qui doit être adoubé par ses pairs avant même d’avoir exprimé ses opinions écologiques », poursuit Rosandre Valleray, qui était aussi membre du conseil fédéral d’EELV.
Source: http://www.leparisien.fr/villeneuve-le-roi-94290/villeneuve-le-roi-l-elue-ecolo-rosandre-valleray-quitte-eelv-21-09-2015-5113007.php
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 2995
Date d'inscription : 08/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Jeu 24 Sep 2015, 21:56

Le livre de C.D a été imprimé à 10 000 exemplaire, à l'heure actuelle 420 on été vendu, en gros c'est ce qui doit rester de membre à EELV.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12184
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Jeu 24 Sep 2015, 22:16

vieux-breton a écrit:
Le livre de C.D a été imprimé à 10 000 exemplaire, à l'heure actuelle 420 on été vendu, en gros c'est ce qui doit rester de membre à EELV.

A partir de là je ne vois pas l'intérêt du maire Jean-François Voguet d'avaliser la construction immédiate alors que nous sommes en période de contrainte budgétaire d'un théâtre dispendieux si c'est juste pour faire plaisir à 8 élus EELV et aux proches de ceux-ci... Certes le président du groupe EELV adjoint à la culture est acteur mais ce n'est pas quand même pas une raison...

Il ferait mieux de consacrer cet argent à la reconstruction de l'école Paul Langevin, reconstruction que son premier adjoint Pascal Clerget a promis dans le Parisien... Au moins ça profiterait à tous les enfants dépendant de cette école...
Revenir en haut Aller en bas
Robin

avatar

Messages : 1174
Date d'inscription : 13/02/2011

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Ven 25 Sep 2015, 02:31

Certes mais pour faire ces choix faudrait-il encore avoir le courage de savoir dire non aux joueurs de pipeau et autres EELV !
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Ven 25 Sep 2015, 04:54

Pour être heureux j'attends que l'on arrête de nous mentir, que nos dirigeants soient compétents et qu'ils redressent une situation désespérée qui selon eux il y a trois ans lorsqu'elle était délicate était causée par un homme qui depuis est hors jeu.

J'attends simplement que "moi président" nous montre ses compétences.

Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12184
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Mer 30 Sep 2015, 21:37

L'implosion de EELV se poursuit....


https://fr.news.yahoo.com/apr%C3%A8s-rugy-plac%C3%A9-d%C3%A9put%C3%A9e-barbara-pompili-quitte-eelv-055528089.html a écrit:
Après de Rugy et Placé, la députée Barbara Pompili quitte EELV

Par AFP | AFP – il y a 1 heure 50 minutes

La députée Barbara Pompili, co-présidente du groupe écologiste à l'Assemblée, a annoncé mercredi qu'elle quittait Europe Ecologie-Les Verts (EELV), aggravant le délitement du parti écologiste entamé par les départs des deux autres dirigeants parlementaires, François de Rugy et Jean-Vincent Placé.

"Je reprends ma liberté", a déclaré la députée de la Somme dans un entretien publié mercredi sur le site internet du Monde. Elle y dénonce "une stratégie de division de la gauche" qui "risque de nous orienter vers une victoire du Front national" après le choix des écologistes de ne pas faire alliance avec les socialistes pour les élections régionales en Nord-Pas-de-Calais/Picardie.

Mme Pompili, qui plaide dans sa région pour "une grande liste de toute la gauche", a précisé qu'elle ne rejoignait pas pour l'heure le nouveau parti créé par François de Rugy et Jean-Vincent Placé. "Ce n'est pas ma priorité", a-t-elle dit, tout en jugeant "avec sympathie" leur démarche qui va selon elle contribuer à "amener à une refondation de l'écologie politique".

François de Rugy, qui co-présidait avec elle le groupe écologiste à l'Assemblée depuis 2012, avait initié la scission d'EELV en annonçant son départ le 27 août, imité le lendemain par le président du groupe au Sénat, Jean-Vincent Placé.

Les deux parlementaires avaient dénoncé de concert une "dérive gauchiste" d'EELV, notamment en raison des alliances nouées dans plusieurs régions avec le Front de gauche. Ils ont annoncé la création d'un nouveau parti, "Écologistes!", et ambitionnent de présenter des candidats aux élections régionales (6 et 13 décembre).

Au Monde, Barbara Pompili a précisé qu'elle entendait "évidemment" rester à la tête du groupe écologiste à l'Assemblée. Le groupe (18 membres) est divisé à peu près à parts égales entre les partisans d'un retour au gouvernement et des alliances avec le PS et ceux prônant plutôt un rapprochement avec le Front de Gauche. "L'idée est de garder deux co-présidents qui représentent chacun une des sensibilités du groupe", a-t-elle dit.

Europe Ecologie-Les Verts, né d'un regroupement de plusieurs partis après le succès des élections européennes de 2009 et régionales de 2010, est profondément divisé depuis la décision prise en 2014 par Cécile Duflot et Pascal Canfin, les deux représentants écologistes au sein du gouvernement Ayrault, de ne pas prendre part au gouvernement de Manuel Valls.

De son côté, en vue des élections régionales, le Parti socialiste a lancé une campagne de référendum du "peuple de gauche", qu'il exhorte à l'unité, pour "faire sauter le verrou de la division" face à la menace du Front national.
Soutrce: https://fr.news.yahoo.com/apr%C3%A8s-rugy-plac%C3%A9-d%C3%A9put%C3%A9e-barbara-pompili-quitte-eelv-055528089.html
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3447
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Mer 30 Sep 2015, 21:45

la députée de la circonscription élue EELV va-t-elle suivre le mouvement de sauve qui peut?

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Jeu 01 Oct 2015, 00:15

Quand je regarde l' histoire de l' écologie politique en France, j' ai la sensation d' une grande lessive perpétuelle.
Actuellement, nous sommes dans le cycle "essorage".
Peut-être qu' un jour nous passerons à l' éolienne (on en est pas loin). Smile Smile
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14243
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Jeu 01 Oct 2015, 04:33

Bon pour moi tout cela ne change pas grand chose étant mordicus pour l' union des gauches la plus large possible incluant le centre de type Modem. Tant que l' Écologie est politiquement bien placé ( @) dans les programmes.
Vous avez vu la sortie de Morano. Vous avez là l'exemple même des thèses qui ne permettent guère d' aller plus à droite.

Pour être heureux il ne faut pas être raciste pro ou anti ceci.

Au hasard ce lien http://www.europe1.fr/politique/nkm-les-propos-de-morano-sur-la-race-blanche-sont-execrables-2521629
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Jeu 01 Oct 2015, 05:59

J'ai effectivement vu la "sortie de MORANO"
Elle déconne : la France n'est pas de peuplement originel blanc, elle n'a aucune culture chrétienne... d'ailleurs il n'y a pas d'église dans ce pays, de même en Arabie Saoudite il n'y a pas de musulmans ni d'Arabes, en Chine il n'y a pas d'asiatiques ni de communistes...
et l'Afrique est majoritairement peuplée d'indiens américains et d'Inuits canadiens qui se bagarrent avec les esquimaux norvégiens !

Il suffit d'ouvrir les yeux pour constater ces évidences !
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14243
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Jeu 01 Oct 2015, 06:09

Pourquoi origine? On change un mot et hop, tout va mieux dans le meilleur des mondes. Collard et Le Pen en redemande.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Jeu 01 Oct 2015, 06:43

Il est dommage que les vérités ne soient pas admises... mais c'est ainsi .


Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12184
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Jeu 01 Oct 2015, 07:21

Il y a quelques mois la société californienne Apple, chantre de la diversité qui ne peut pas être soupçonnée de racisme, lançait des émoticônes avec plusieurs couleurs  de peau...

http://www.rtl.fr/culture/web-high-tech/apple-lance-des-emoticones-avec-plusieurs-couleurs-de-peau-7776734336 a écrit:
Apple lance des émoticônes avec plusieurs couleurs de peau

par La rédaction numérique de RTL , Avec AFP publié le 24/02/2015 à 15:36 mis à jour le 24/02/2015 à 23:16

La marque à la pomme va mettre à disposition des utilisateurs de nouveaux émoticônes avec plusieurs teintes de peau différentes pour mieux représenter la diversité humaine.

---/---
Source: http://www.rtl.fr/culture/web-high-tech/apple-lance-des-emoticones-avec-plusieurs-couleurs-de-peau-7776734336

Si vous deviez utiliser ces émoticônes pour représenter la population française métropolitaine des années 1950 lesquels utiliseriez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Jeu 01 Oct 2015, 16:33

http://www.je-suis-stupide-j-ai-vote-hollande.fr/blog/vont-ils-bruler-morano/

------------------------------------------------------------------

La France n’a pas de racines judéo-chrétiennes.
Elle n’est pas et n’a jamais été un pays de race blanche.

Tenez vous le pour dit !

Après 40 ans de propagande qui confinait au terrorisme intellectuel, la gauche peut se dire qu’elle a gagné !

La droite se couche devant les diktats de la bien-pensance !

Que les politiciens et les journalistes de gauche (pléonasme, oui, je sais !) se déchainent contre Nadine Morano, rien que de très normal. Quand la présidente, nouvellement nommée par François Hollande, à la tête de France2, déclare qu’elle trouve qu’il y a trop de blancs à la télévision, la gauche applaudit ! Mais qu’une personnalité de droite rappelle l’évidence que sont les racines judéo-chrétiennes et la majorité blanche de la France, c’est un scandale !

La gauche est sectaire et communautariste, on le sait ! Mais que les élites de droite se mêlent à la curée contre Nadine Morano, cela défit l’entendement. Evidemment, c’est la bobo de droite, qui nous a fait perdre Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet qui a dégainé la première : « Je trouve la tonalité de cette déclaration, comme la référence à la race blanche, exécrable. La République française ne fonctionne pas sur les bases idéologiques de l’apartheid« . Beaucoup plus grave, sous la pression des centristes, sans doute, alliés aux Républicains en Moselle, une commission va se réunir pour statuer sur la probable éviction de Nadine Morano comme tête de liste en Moselle !

Mais, Dieu merci – je m’excuse pour cette atteinte à la laïcité – le peuple (de droite, mais aussi partiellement de gauche) n’a pas été contaminé. Il résiste ! C’est un exemple probant de ce qu’on appelle « le bon sens populaire ! Un bon sens méprisé par les élites !

Confusément, les Français sentent se lever un énorme danger, celui de la modification profonde et irréversible de ce qui a fait la France depuis deux millénaires. Le peuple se sent trahi pas ces élites et c’est ce qui explique en grande partie le succès du Front national, le seul vrai parti anti-système.

Combien de voix de plus vont rejoindre Marine Le Pen après le limogeage de cette personnalité de la droite ?

Pour en revenir aux faits, voici le script du dialogue entre Nadine Morano et Yann Mois dans l’émission ONPC ?


Nadine Morano : Nous sommes un pays judéo-chrétien, comme le général de Gaulle le disait, de race blanche.
Yann Moix : peut-être momentanément,
Nadine Morano : qui accueille des personnes étrangères.
Yann Moix : peut-être momentanément, madame Morano,
Nadine Morano : et bien j’ai pas envie que cela soit momentanément !
Yann Moix : Y’a pas une France éternelle. Un jour la France sera peut-être musulmane ! ça sera le mouvement de l’histoire !
Nadine Morano : Et bien, je n’ai pas envie que la France devienne musulmane !
Yann Moix : Et c’est bien dommage !

Je ne relèverais que la conclusion de Yann Moix :

il est bien dommage ne ne pas vouloir que la France devienne musulmane !

Et pourquoi devrions-nous souhaiter que la France devienne musulmane ?
◾La gauche défend farouchement la laïcité ! Comment peut-elle s’accommoder du fait que l’islam ne fait pas la différence entre le spirituel et le politique ?
◾Nous sommes tous attachés à la démocratie ! Comment se fait-il qu’aucun pays musulman n’est un vrai régime démocratique ?
◾Nous défendons tous l’égalité ! L’islam est-elle un modèle en terme d’égalité homme-femme ?
◾Nous défendons tous la tolérance, notamment celle qui permet à chacun de choisir sa religion ! Dans combien de pays musulman, peut-on librement exercé sa religion quand on est chrétien ?
◾Au nom de quelle religion, actuellement, le terrorisme met-il le monde à feu et à sang ? De combien de morts sont responsables les catholiques traditionalistes ?

Pour toutes ces raisons, il est légitime de ne pas vouloir que la France devienne musulmane !

Avant de donner la parole à Nadine Morano qui se défend très bien toute seule, je déplore ici que l’on envisage de lui retirer l’investiture pour les élections régionales en Moselle. Les Républicains interrogent souvent les militants comme récemment sur des sujets tels que la politique migratoire ou, ce soir, sur la réforme du droit du travail.

Pourquoi ne pas demander aux militants de Moselle s’ils sont d’accord avec ce limogeage ?

Voici la réponse de Nadine Morano à ses détracteurs :

Gaulliste je suis, Gaulliste je resterai !

Une tempête dans un petit verre de liqueur ! Je ne savais pas que le mot race était interdit d’usage dans la langue Française. Mes propos sont totalement instrumentalisés en créant des sous-entendus qui n’ont pas lieu d’être. Je n’accepte pas ce procès en sorcellerie !

Jamais je n’ai parlé d’une supériorité de race. Pour moi, les propos que j’ai repris du Général de Gaulle ne sont en rien dépassés, ils incarnent aujourd’hui une vision de la France avec la même réalité qu’hier.

Que les bien-pensants ne nous parlent plus de racisme, puisque selon eux les races n’existent pas, qu’ils ne nous parlent plus de discrimination positive puisque les minorités n’existent pas non plus.

J’aurais aimé que mes amis politiques dont certains se comportent en donneur de leçons, mettent la même énergie à combattre le salon de la femme musulmane qui s’est tenue à Pontoise et qui prône la régression du droit des femmes en France, l’Imam de Brest qui inculque aux enfants que la musique «c’est le diable».

Quand je vais en Côte d’Ivoire on parle bien d’Afrique noire et cela ne choque personne. François Fillon, ancien premier ministre de la France, demande des statistiques ethniques, je n’entends pas le même tollé … Ni quand Christiane Taubira a déclaré « nous sommes les créoles, c’est-à-dire que nous sommes une race indescriptible, c’est merveilleux ».

S’il s’avère que j’ai des points de désaccord avec ma famille politique sur certains sujets, je les assume mais dans le respect du débat démocratique et non du lynchage médiatique. Dans quel pays vit-on quand on ne peut plus dire que la France est un pays aux racines judéo-chrétiennes et que sa population est en majorité de couleur blanche.

Faut-il avoir honte de ce que nous sommes ?
Gaulliste je suis, gaulliste je resterai !

Nadine Morano


Dernière édition par tonton christobal le Jeu 01 Oct 2015, 17:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Jeu 01 Oct 2015, 16:53



Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14243
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Jeu 01 Oct 2015, 17:15

De Gaulle s'est exprimé ainsi il y a plus de 50 ans, et alors? Depuis les travaux génétiques sont venus nous éclairer sur l' impertience de tels propos  de nos jours.
Tout est assez bien expliqué ici par wikitruc.

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Race_humaine

Extraits.

Le concept de « race », qui n'est plus utilisé pour la taxinomie du vivant, a été appliqué à partir du xixe siècle pour distinguer des groupes humains selon des critères arbitraires[4] (religion, nationalité, couleur de la peau, origine géographique…). Il est employé par des idéologues racialistes[4] ou des acteurs politiques promouvant une idéologie raciste.

Les études scientifiques, fondées depuis le milieu du xxe siècle sur la génétique, ont montré que le concept de « race » n'est pas pertinent pour caractériser les différents sous-groupes géographiques de l'espèce humaine car la variabilité génétique entre individus d'un même sous-groupe est plus importante que la variabilité génétique moyenne entre sous-groupes géographiques
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Jeu 01 Oct 2015, 17:45

Il faut savoir si on fait de la politique, de la génétique ou des procès d'intention... c'est avec ceux contre la droite là ou la gauche excelle.

Où se trouve ce qui est critiquable ? dans la formulation ? dans l'emploi du mot "race" ? dans l'idée directrices des propos ?

En fait les politicards ont la grande trouille de la réaction des électeurs révoltés par ce qui leur est imposé depuis des années et par la dégringolade orchestrée ou non de leur pays dirigé depuis des décades par des "jean foutre" de gauche comme de droite.
Ils ont raison les politicards de craindre pour leur rente de situation ! Il faut réduire au silence ceux qui par un discours sortant du ronron consensuel ramolli totalement pervers et nocif sont capables de faire mal voter ?

IL reste au toréador pour sauver son poste une décision à prendre : supprimer le mot race de la langue française !

Lorsque nous parlerons des chiens nous expliquerons qu'il n'y a pas de race.
Qu'entre le caniche ou dogue argentin il n'y a pas de différence, que l'on peut chasser avec n'importe quel type de chien et que le basset est un redoutable animal de patrouille destiné à la gendarmerie...

De la même manière on organisera à Vincennes des courses d'obstacles pour les percherons et on fera tirer les charrues ou les moissonneuses aux anglo-arabes.

Pas de race, tous pareils et en avant ! vlan dans le mur ! avec NKM en tête... après le bock qu'elle s'est prise à Paris face à la hidalgo qui n'est pas une lumière elle pourrait avantageusement faire "profil bas". En fait l'une ou l'autre, on a du mal à faire la différence autrement que par la couleur des cheveux.

Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14243
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Jeu 01 Oct 2015, 17:53

Les raisonnements colonialistes ce n' est plus d' actualité.
C'est pourtant simple à comprendre. Il ne faut pas non plus être nostalgique du temps où les femmes n'avaient pas le droit de vote et ne participaient pas au débat politique.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Jeu 01 Oct 2015, 18:05

Si des gens sont partisans de maintenir les femmes sous domination est ce chez les gaullistes qui leur ont donné le droit de vote ou chez les musulmans que d'autres prennent comme modèle ?
Lorsque dans un salon en 2015 nous avons des imams qui posent la question de savoir s'il convient de battre sa femme ou ses femmes... pas de dénonciation...
Lorsque journellement on combat les lois de notre pays tout va bien...

Faisons la chasse à l'emploi du mot race et on va apaiser les débats et traiter les problèmes du pays.

Qui a t il de colonialiste dans mes propos ? encore que la colonisation ait été le fait de gouvernements de gauche de l'époque...

Vos insultes et vos sous entendus permanents dépassent l'acceptable !

Pour ce que doivent être mes états d'âmes réels ou que vous inventez il serait bon que vous gardiez vos élucubrations pour vous.

Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Jeu 01 Oct 2015, 18:23

Et si l' on parlait Français et employons les mots pour leur définition?
Les hommes appartiennent tous à la race humaine qu'ils soient blancs, noirs, jaunes ou métis. Ils ont tous une descendance commune celle des primates.
Les chiens appartiennent tous à la race canine et ont un ancêtre commun.

Donc différencier les hommes par leur couleur et parler de race est une erreur. Nous parlons tous du faible niveau de Français de nos enfants alors commençons par ne pas utiliser les mots dans un sens qu' il na pas.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14243
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Jeu 01 Oct 2015, 18:27

Surtout ne soyons pas nourris par des obsessions nuisibles au vivre ensemble et à la quête d'un bonheur partagé. Restez dans votre rôle seul contre tous, héros solitaire d’une France en décomposition avancée, Comme Zemmour à n'en point douter vous vous vivez en martyr insulté de la cause néoconservatrice, cet homme blanc contre le «complot féministo-arabo-africain», selon l’expression du chercheur Philippe Corcuff....

Tonton, Personne ne vous insulte vous vous auto caricaturez comme vous prenez un malin plaisir à caricaturer ou mépriser certains interlocuteurs de ce forum.

Personne n'étant dupé, effectivement tout va bien.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Jeu 01 Oct 2015, 18:45

On ne supprime pas un problème en en supprimant le nom...

Le vivre ensemble faut il que tout le monde le souhaite... les Juifs l'on compris (CF ce dessus) , les Romains le prônait : à Rome vit comme un Romains... est ce valable pour tous ?

Est ce bien ce que nous constatons ?

Quitter son pays parce que l'on ne peut pas y vivre convenablement pourquoi pas ?
S'installer chez autrui y compris contre sa volonté... la question devient plus complexe...
Etant là y compris en contradiction avec la loi, vouloir reproduire dans son pays d'accueil ce que l'on a voulu quitter...
Là nous touchons à une logique particulière que j'ai un peu de mal à comprendre.

Pour couronner le tout on arrive à expliquer que si l'on ne s'y sent pas à l'aise c'est à cause de ceux qui y étaient avant vous et ont construit ce pays... on ne se sent pas bien tout en y venant y compris en violant les lois et une fois entré on ne veut pas le quitter...

Nous sommes là dans la dialectique de haut niveau !

Il est vrai que lorsque le maire d'une grande ville française explique :
"Dans les cantines il n'y aura pas de poisson le vendredi au nom de la laïcité.
On ne servira pas de porc pour respecter la religion musulmane."

On se demande où se trouve la logique cartésienne dont la France s'honorait d'être la mère...

Dans la même suite logique :
"On est contre le communautarisme... mais on est favorable à la discrimination positive"

Pas de problème nos politicards arrivent à l'expliquer...

Nous sommes tous différents mais tous pareils et on va nous faire des quotas en matière de présence de minorités visibles au gouvernement, à la télévision... tout en prônant la méritocratie républicaine...

Alors effectivement l'essentiel n'est pas d'avoir une cohérence de pensée mais de supprimer l'usage du mot race... et là tout va s'éclairer les maux de la France et les imbécilités permanentes dont nous sommes abreuvés vont disparaitre.





Dernière édition par tonton christobal le Jeu 01 Oct 2015, 19:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Jeu 01 Oct 2015, 19:12

tonton christobal a écrit:
On ne supprime pas un problème en en supprimant le nom...


On ne supprime pas le mot race, on l' emploie comme défini.
On ne détourne pas le sens des mots, c' est tout à fait différent.
Arrêtons de déformer le sens des mots, on évitera des discours stériles.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14243
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Jeu 01 Oct 2015, 19:20

Tonton : A supposer que votre mépris pour le discours politique puisse se comprendre, et que vous vouliez uniquement vous complaire dans l'usage du mot race, le sujet du vivre ensemble n'est pas porté que par des politiques, bien au contraire, et cela vous voulez visiblement le minimiser ou pire le déconsidérer d'office.

Vous parlez de quotas, de minorités, de races, de musulmans, quand d'autres ne le font pas sciemment, on est bien d'accord là dessus. (je sais on n'a pas à être d'accord ou non sur quoi que ce soit avec vous).

Raviver le lien de « fraternité » unissant la famille humaine, la « conscience d’être en relation », celle d’être « tous réciproquement nécessaires », est ce à quoi s’emploie le pape élu dans son message, dévoilé en décembre dernier, dans le cadre de la célébration de la journée mondiale de la paix.

Les formidables moyens d’interconnexions et de communications rendent « plus palpable la conscience de l’unité » entre nations, mais cette mondialisation est obstruée en même temps par l’indifférence et l’habitude à la souffrance d’autrui. L'autre dont on a peur au point d'en devenir un xénophobe inconscient de l'être.

« La fraternité a besoin d’être découverte, aimée, expérimentée, annoncée, et témoignée », résumait le pape dans ce premier message pour la paix de son pontificat, dont ce texte reprend la marque inaugurale. Celle d’être « gardiens les uns des autres ». Depuis, il a multiplié les gestes et paroles contre la « culture du rejet » et la « mondialisation de l’indifférence », selon son expression à Lampedusa.

Son message pour la paix reprend tous ces thèmes pour leur opposer la fraternité, en guise de fil conducteur. Si la famille est la première cellule où se forge cette fraternité, le pape en rappelle d’abord le fondement théologique, celui de la « paternité transcendante » de Dieu et de notre relation fraternelle au Christ.

Il explique cet ancrage à partir du récit biblique de Caïn tuant son frère Abel, comme il l’avait fait lors de la veillée de prière pour la paix en Syrie. Il n’y a pas d’autre base conceptuelle que chrétienne pour le pape, pour qui « les éthiques contemporaines deviennent incapables de produire des liens authentiques de fraternité ».

À partir de ce fondement, le pape passe en revue les grands maux contemporains de nos sociétés pour montrer, dans chaque situation, comment la redécouverte d’un esprit de fraternité peut servir, selon l’intitulé de son message, de « fondement et route pour la paix ». L’Église catholique articulant toujours la paix avec la justice et le développement, le pape latino-américain évoque du coup aussi bien la pauvreté, que les inégalités sociales, l’économie, la corruption ou l’environnement. Jusqu'à la parution de son encyclique en faveur de l'écologie.

On peut tout reprocher au Pape si on veut mais reconnaissons lui la volonté d'encourager de « nouvelles réflexions sur les modèles de développement économique », sans omettre de dénoncer le « scandale de la faim »

Certes on peut juger qu'il n'a pas à dire « La nature est à notre disposition et nous sommes appelés à l’administrer de manière responsable », mais s'il le fait à la place des politiques on ne peut que s'en féliciter, s'il permet le réveil des consciences.

J'aime pour ma part quand il dit « Redécouvrez votre frère en celui qu’aujourd’hui vous considérez seulement comme un ennemi à abattre, et arrêtez votre main ! »

Le pape François avait alors repris l’expression de son prédécesseur Paul VI devant l’ONU : « Plus jamais la guerre ! ». Bravo!
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Jeu 01 Oct 2015, 19:27

mamiea a écrit:


On ne supprime pas le mot race, on l' emploie comme défini.
On ne détourne pas le sens des mots, c' est tout à fait différent.
Arrêtons de déformer le sens des mots, on évitera des discours stériles.

Sans le mot race... voire en en employant un autre que fait on pour résoudre les questions sans réponse qui mécontentent les électeurs ?

Au bout du compte c'est peut être sur les faits qu'il serait bon d'insister. Depuis des années nos gouvernants se payent de mots et avec des bonheurs relatifs tentent de réduire au silence ou de discréditer les opposants... résultat de ces tromperies, nous sommes dans une impasse dont personne ne sait comment sortir.

Lorsque l'on va se trouver devant des résultats électoraux qui mécontent doit on croire que l'on va s'en tirer avec des mots ? ou en les changeant et même parfois en en détournant le sens ?

En France nous faisons un procès à celui qui sonne le tocsin et nous laissons tranquille l'incendiaire... tout comme dans l'antiquité où on tuait le messager porteur de nouvelles néfastes en pensant sans doute effacer les causes et les conséquences de la catastrophe...



Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Jeu 01 Oct 2015, 19:37

Libellule le régime douche écossaise dans le débat à l'image de la caricature du gentil flic et le mauvais en alternance... pour manipuler l'interrogé, très peu pour moi.
Il se trouve que je connais la musique !
L'invective, les sous entendus insultants suivis d'un prêchi-prêcha vaguement catho ça ne va pas ensemble !

Vous voulez dialoguer et vous conduisez comme un malotru.

Je n'ai aucune envie de faire de la basse politique à votre niveau pas plus que de me lancer dans la théologie de comptoir.

J'assume mes écrits, je ne suis pas responsable dont la manière on les comprend, veut les comprendre y compris en les déformant et encore moins amateur d'échanges avec un individu qui fait en permanence des procès d'intention.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar

Messages : 649
Date d'inscription : 28/05/2010

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Jeu 01 Oct 2015, 19:50

on se calme SVP
sujet provisoirement VERROUILLÉ.
webmaster

DÉVERROUILLÉ
Revenir en haut Aller en bas
http://www.plateaufontenay.net
thierry

avatar

Messages : 700
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Ven 02 Oct 2015, 23:58

Voila ou en est réduit la gauche actuelle: se jeter sur un débat sans fin afin de pouvoir exister.

Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12184
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Sam 03 Oct 2015, 00:07

J'aime bien l'accroche de ce nouvel article: "Dans les restaurants, il y a le plat du jour. Chez les écologistes, c'est la démission du jour."

Face à l'implosion de EELV, on est de plus en plus en droit s'interroger sur le positionnement de la députée des ânes et  des baudets que les socialistes val de marnais ont fait élire en 2012...



http://www.leparisien.fr/politique/eelv-une-nouvelle-parlementaire-quitte-le-parti-02-10-2015-5147875.php a écrit:
EELV : une nouvelle parlementaire quitte le parti
02 Oct. 2015, 10h20 | MAJ : 02 Oct. 2015, 12h15

Dans les restaurants, il y a le plat du jour. Chez les écologistes, c'est la démission du jour. A ce petit jeu, les députés et les sénateurs sont désormais à égalité, 2 partout. Après le départ du député François de Rugy fin août, suivi de peu du sénateur, Jean-Vincent Placé, et celui de la députée Barbara Pompili mercredi, c'est cette fois la sénatrice Aline Archimbaud qui fait ses valises.

La sénatrice de Seine-Saint-Denis l'a annoncé ce vendredi matin sur France Bleu.

«Oui je vais quitter EELV, a-t-elle expliqué. Parce que je suis profondément écologiste. Depuis longtemps, je milite pour l'écologie et je pense qu'il faut absolument un sursaut et qu'il faut un mouvement qui soit à la hauteur des enjeux». Elle avait déjà pris ses distances avec EELV il y a un an en annonçant en décembre 2014 «suspendre sa participation».



«Nous ne nous réunirons pas dans une cabine téléphonique»

Cette démission intervient la veille du lancement officiel du parti Ecologistes, créé par François de Rugy et Jean-Vincent Placé. Ce samedi 3 octobre, à l'Assemblée, sont organisées les premières rencontres nationales de ce mouvement. «Nous serons plus de 300», assure Christophe Rossignol, conseiller régional du Centre, et l'un des organisateurs. Ce dernier, qui figurait sur les listes d'Emmanuelle Cosse pour les régionales en Ile-de-France, a démissionné du parti mi-septembre. «Nous avons été obligés de refuser des demandes», jure-t-il et répond aux attaques des dirigeants d'EELV pour qui les démissionnaires ne sont qu'une petite poignée. «Contrairement à ce que certains veulent faire croire, nous ne nous réunirons pas dans une cabine téléphonique».
Source: http://www.leparisien.fr/politique/eelv-une-nouvelle-parlementaire-quitte-le-parti-02-10-2015-5147875.php
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14243
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Sam 03 Oct 2015, 02:32

Encore un cas d' école décidément. Après les navetant de parti à parti, la redoublante
Elle doit regretter d'être partie un peu tôt. Aline Archimbaud, sénatrice écologiste de Seine-Saint-Denis, avait annoncé en 2014 quitter EE-LV. Mais les tambours et trompettes sont beaucoup plus forts ces dernières semaines depuis les départs de Jean-Vincent Placé, Barbara Pompili ou François de Rugy. Qu'à cela ne tienne, Aline Archimbaud efface tout et recommence, en annonçant hier qu'elle prenait de la distance avec le parti écologiste.

Pas de quoi me perturber personnellement. Tant que tous ces gens n' oublient pas l' essentiel. L' Europe et l' Écologie
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 2973
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Sam 03 Oct 2015, 03:08

Esther Benbassa, sénatrice EELV "du Val de Marne" qui n'y vient pas souvent, est spécialisée dans la défense des droits humains en France de minorités en tous genre, migrants notamment. Elle s'est clairement affirmée anti-Placé donc anti-UDE.
Du coté de notre députée, spécialisée dans la défense de la cause animale en France et ailleurs, quelle est sa position concernant le schisme EELV en cours ? Seule (co)déclaration publique trouvée sur le sujet, la liste d'auteurs - 9 députés (sur 18 du groupe écolo) d'une lettre pour contester le fonctionnement du groupe EELV à l'Assemblée, et ses co-présidents actuels. Extraits  :
Citation :
Le groupe écolo à l'Assemblée au bord de la scission

Neuf parlementaires () ont envoyé un courrier pour réclamer la convocation d’une réunion à la mi-juin pour faire le bilan de l’activité du groupe et élire un nouveau bureau,

Danielle Auroi, Cécile Duflot, Noël Mamère, Laurence Abeille, Sergio Coronado, Eva Sas, Isabelle Attard, Jean-Louis Roumégas, Michèle Bonneton

http://www.lejdd.fr/Politique/Le-groupe-ecolo-a-l-Assemblee-au-bord-de-la-scission-736888


màj : à propos des animaux, qui ont tous des ancêtres communs plus ou moins lointains. Suite à l’intéressant arbre phylogénique concernant l’ordre des primates (post mamiea 1 Oct) un extrait concernant la classification classique - issue de Linné :
Citation :
La classification traditionnelle repose sur une hiérarchie fixe de catégories (les rangs de taxon), définie de la façon suivante :

(vivant) → règne → embranchement → classe → ordre → famille → genre → espèce

À titre d'exemple, pour l'espèce humaine (Homo sapiens) :

(vivant) → règne animal → embranchement des vertébrés → classe des mammifères → ordre des primates → famille des hominidés → genre Homo → espèce Homo sapiens

https://fr.wikipedia.org/wiki/Classification_scientifique_des_espèces


Dernière édition par salamandre le Mer 11 Nov 2015, 23:04, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Sam 03 Oct 2015, 16:21

Ils s'amusent si bien entre eux que finalement ils n'ont plus le temps de s'occuper de ce pourquoi ils sont élus... à la limite qu'ils ne s'occupent de rien est un moindre mal.

Au moins ils ne nous inventent pas une nouvelle taxe. Encore que... un instant sans bagarre et vlan on s'en prend une derrière les oreilles sans avoir rien demandé.

C'est que pour nous piquer du pognon ils sont rapides et inventifs les bougres !
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12184
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 04 Oct 2015, 03:00

Et voici le départ du jour....

Il serait peut être temps que les socialistes fontenaysiens qui en 2012 ont appelé les électeurs à voter pour une députée EELV s'expriment enfin sur la situation créée par toutes ces défections de parlementaires....



http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/10/03/nouvelle-defection-au-sein-d-europe-ecologie-les-verts-avec-le-depart-de-veronique-massonneau_4782048_823448.html a écrit:
Nouvelle défection au sein d’Europe Ecologie-Les-Verts avec le départ de Véronique Massonneau

Le Monde.fr avec AFP | 03.10.2015 à 15h57

Les défections continuent du côté d’Europe Ecologie-Les Verts. Dernier départ en date, celui de la députée de la Vienne, Véronique Massonneau, qui a annoncé samedi 3 octobre rejoindre le parti fondé par François de Rugy et Jean-Vincent Placé et baptisé « Ecologistes ! ».

« J’espère que ce nouveau parti sera plus dans la tolérance et l’écoute » qu’Europe Ecologie-Les Verts, a affirmé à la presse la députée. « On a l’impression que l’écologie représentée par EELV est un peu revêche et dogmatique ».

Lancement d’Ecologistes ! à l’Assemblée nationale

Cette annonce intervient le jour même de la réunion fondatrice d’Ecologistes ! dans une annexe de l’Assemblée nationale, en présence de quelque 350 personnes selon les organisateurs, M. Placé a plaidé pour « une écologie pragmatique, réaliste et positive ».

« Nous avons des discussions dans l’ensemble du pays avec les socialistes » pour des alliances en vue des élections régionales de décembre, a affirmé le sénateur écologiste, lui aussi démissionnaire d’EELV, évoquant les régions Rhône-Alpes-Auvergne et Ile-de-France.

Outre MM. Placé et de Rugy, et à présent Mme Massonneau, Barbara Pompili, qui était coprésidente des députés écologistes, a également quitté EELV cette semaine.
Source: http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/10/03/nouvelle-defection-au-sein-d-europe-ecologie-les-verts-avec-le-depart-de-veronique-massonneau_4782048_823448.html#o2o0qjRKlHfPYpK2.99
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14243
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 04 Oct 2015, 04:24

On va à grands pas vers le modèle électoral américain.

Des primaires où tout sera permis et puis les républicains d' un côté avec les libéraux et le tea party dans les seconds rôles et de l'autres les démocrates avec les écologistes comme satellites. Pas sûr que la démocratie va y gagner. Les républicains ont choisi la voie expresse du changement de nom. La ou les écologistes y vont au compte gouttes ayant moins de métier.


Dernière édition par Libellule le Dim 04 Oct 2015, 05:21, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 04 Oct 2015, 04:31

Je ne sais si l' on va vers le modèle américain? Ce dont je suis sûr c' est que nous fonçons vers le modèle "toujours en campagne", a peine sorti d' une élection que l' on prépare la suivante et que l' on avance pas.
Le règne du "bashing" remplace le débat, l' absence de programme est flagrant.
Pour ce qui est des démocrates il faudrait encore prouver la véracité de la chose (nous en avons un bel exemple à Fontenay).
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 04 Oct 2015, 05:05

Il s'agit sans nul doute d'une démocratie dite "avancée" puisque c'était ainsi que l'on désignait les régimes communistes il y a quelques années...
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 2973
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 04 Oct 2015, 06:21

C'est vrai qu'à l'occasion de ces départs il est peu question de programme, comme dit mamiea. Dans les média, les partants (ex-EELV) mettent en avant d’abord des raisons d’alliances électorales et de danger de victoire FN liée.  Les restants (EELV maintenance) accusent les premiers de vile ambition personnelle.
Pourtant, on peut y voir un clivage logique. EELV est/était quand même très hétérogène, mis à part une référence à l’écologie plus ou moins marquée.

Une majorité s’est maintenant rapprochée du FdG, en opposition de plus en plus affirmée au gouvernement. Pas étonnant donc que s'en séparent ceux qui restent compatibles (dans leurs options politiques) avec les socialistes, voire centristes. En tout cas avec le PS non frondeur. Comme une réplique de la séparation gauche "antilibérale" et "social-démocrate" comme dit souvent a.nonymous.
Après les incantations, une décantation générale est en cours à gauche. Au final, combien de camps, combien de divisions ? De partis satellites, ou autonomes, durables ?
Et notre grande amie des animaux et députée jusqu'en 2017, dans tout ça ?


Dernière édition par salamandre le Dim 04 Oct 2015, 23:42, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14243
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 04 Oct 2015, 07:11

Une option les rapatriés. Sad le débat à besoin qu''on en sourit je souris tu souris, et les rats rient Sim. En effet. study
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 2973
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 04 Oct 2015, 22:10

Série défections, une nouvelle pièce du puzzle décomposition/recomposition à gauche :
Citation :
Les socialistes déçus lancent un nouveau mouvement
La «Nouvelle gauche socialiste» tient ce week-end son université de rentrée en présence de Jean-Luc Mélenchon et Pierre Laurent.

Ils ont déjà un logo et un nom de parti: la «Nouvelle gauche socialiste», mélange de la «Nouvelle gauche» de Benoît Hamon et de la «Gauche socialiste», courant du PS animé dans les années 90 par Julien Dray, Marie-Noëlle Lienemann et Jean-Luc Mélenchon. Ce dernier () appelle de longue date les représentants de l'aile gauche du PS à quitter le parti.

La plupart des frondeurs s'y sont refusés, préférant mener le combat de l'intérieur. D'autres ont sauté le pas, comme Liêm Hoang Ngoc. () Objectif: construire une nouvelle formation en faveur d'une gauche alternative, ancrée dans une stratégie d'alliance avec les écologistes et le Front de gauche.

La Nouvelle gauche socialiste, qui sera officiellement lancée ce week-end, compte appliquer cette stratégie dès les régionales de décembre. Interrogé par l'AFP, Liêm Hoang Ngoc entend «lancer un appel à toutes les forces qui forment la gauche non-libérale pour qu'elles travaillent ensemble, dépassent leurs différends et présentent des listes en commun pour passer devant le PS». Une alliance entre la Nouvelle gauche socialiste, EELV, et le Parti de gauche, a déjà été conclue dans la région Auvergne-Rhône Alpes.

Les représentants de ce «Syriza à la française», qui reste à l'état embryonnaire, seront présents ce week-end à Montreuil : outre Jean-Luc Mélenchon, le secrétaire national du PCF Pierre Laurent et les porte-paroles d'EELV Sandrine Rousseau et Julien Bayou participeront aux ateliers.
http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2015/10/02/25001-20151002ARTFIG00287-les-socialistes-decus-lancent-un-nouveau-mouvement.php

Là encore, pour commencer, il est surtout question d'alliances - dans l'article.
Après la bipolarisation, puis le tripartisme, en route vers le quadripôle. Pour un cinquième élément (central ? médian ?) il reste un peu de temps pour trouver le mot.


Dernière édition par salamandre le Dim 04 Oct 2015, 22:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 04 Oct 2015, 22:14

Avec un peu de patience, nous arriverons à 60 millions de partis politique (exactement comme de sélectionneurs). Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12184
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 04 Oct 2015, 22:42

salamandre citant le figaro a écrit:
Les socialistes déçus lancent un nouveau mouvement
La «Nouvelle gauche socialiste» tient ce week-end son université de rentrée en présence de Jean-Luc Mélenchon et Pierre Laurent.

Ils ont déjà un logo et un nom de parti: la «Nouvelle gauche socialiste», mélange de la «Nouvelle gauche» de Benoît Hamon et de la «Gauche socialiste», courant du PS animé dans les années 90 par Julien Dray, Marie-Noëlle Lienemann et Jean-Luc Mélenchon. Ce dernier () appelle de longue date les représentants de l'aile gauche du PS à quitter le parti.

La plupart des frondeurs s'y sont refusés, préférant mener le combat de l'intérieur. D'autres ont sauté le pas, comme Liêm Hoang Ngoc. () Objectif: construire une nouvelle formation en faveur d'une gauche alternative, ancrée dans une stratégie d'alliance avec les écologistes et le Front de gauche.

La Nouvelle gauche socialiste, qui sera officiellement lancée ce week-end, compte appliquer cette stratégie dès les régionales de décembre. Interrogé par l'AFP, Liêm Hoang Ngoc entend «lancer un appel à toutes les forces qui forment la gauche non-libérale pour qu'elles travaillent ensemble, dépassent leurs différends et présentent des listes en commun pour passer devant le PS». Une alliance entre la Nouvelle gauche socialiste, EELV, et le Parti de gauche, a déjà été conclue dans la région Auvergne-Rhône Alpes.

Les représentants de ce «Syriza à la française», qui reste à l'état embryonnaire, seront présents ce week-end à Montreuil : outre Jean-Luc Mélenchon, le secrétaire national du PCF Pierre Laurent et les porte-paroles d'EELV Sandrine Rousseau et Julien Bayou participeront aux ateliers.
http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2015/10/02/25001-20151002ARTFIG00287-les-socialistes-decus-lancent-un-nouveau-mouvement.php


Je vous renvoie à la discussion http://www.plateaufontenay.net/t1552-la-mascarade-de-l-union-des-gauches

Les recompositions en cours sont normales et elles concrétisent juste le clivage réel entre sociaux-démocrates et antilibéraux.... S'y rajoute pour ceux qui sont aux affaires la réalité de la situation économique du pays qui appelle à un certain pragmatisme que ceux qui sont dans l'opposition ne veulent pas admettre...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12184
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 04 Oct 2015, 23:17

Encore une fois, le FN n'existerait pas qu'il faudrait l'inventer...

Rappelons quand même qu'Emmanuel Macron n'est ministre que depuis le 26 août 2014 alors que la progression du FN a commencé il y a maintenant bien des années....



"Elle [ Cécile Duflot ] n’en impute pas moins la responsabilité de la montée en puissance du FN à l’abandon des promesses faites en 2012, à l’exécutif socialiste et en particulier au ministre de l’économie, Emmanuel Macron."



http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/10/04/cecile-duflot-regle-ses-comptes-avec-les-dissidents-d-eelv-et-le-ps_4782152_823448.html a écrit:
Cécile Duflot règle ses comptes avec les dissidents d’EELV et le PS

Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 04.10.2015 à 08h21

Cécile Duflot, la chef de file d’Europe Ecologie Les Verts (EELV) et ancienne ministre du logement met en doute la sincérité des dissidents d’EELV, qui ont claqué ces dernières semaines la porte du parti sur fond de désaccords idéologiques et stratégiques.

« Certains de nos anciens responsables choisissent de casser ce que nous avons construit ensemble et tentent de monnayer leur pouvoir de nuisance. Ils ont tort », dit-elle dans une interview accordée au Journal du Dimanche. « Moi, je défends l’écologie. On verra où se situe leur sincérité ».

Cinq députés écologistes, dont François de Rugy et Barbara Pompili, et deux sénateurs, dont Jean-Vincent Placé, ainsi que divers élus ou cadres du parti, ont annoncé depuis cet été qu’ils quittaient EELV. François de Rugy et Jean-Vincent Placé ont lancé officiellement samedi un nouveau mouvement, Écologistes! qui entend s’allier avec le PS dès le premier tour des élections régionales de décembre, contrairement à EELV.



Alliance avec le PS au second tour

Cécile Duflot a fait le choix d’alliances avec l’extrême-gauche au premier tour, notamment dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, au risque de faciliter une percée du Front national. Mais elle assure se placer dans la perspective d’une alliance avec le PS au second tour. « Je ne me résous pas à ce naufrage annoncé : jetons nos forces dans la bataille au lieu de déjà chercher à nous jeter à la figure la responsabilité de la défaite. La gauche et les écologistes doivent mobiliser leurs électorats respectifs et se donner les moyens de se rassembler au second tour ».



Emmanuel Macron responsable de la montée du FN

Elle n’en impute pas moins la responsabilité de la montée en puissance du FN à l’abandon des promesses faites en 2012, à l’exécutif socialiste et en particulier au ministre de l’économie, Emmanuel Macron.

« Le carburant le plus puissant de la poussée nationale-populiste, c’est le sentiment que les responsables politiques ne mettent pas en œuvre leurs promesses, n’appliquent pas le programme sur lequel ils ont été élus », dit Cécile Duflot. « On s’est habitué à des débats ouverts par le ministre de l’économie qui sont contraires à ce que sont les valeurs et l’histoire de la gauche » , ajoute-t-elle. « Quand on est dans un pays où le chômage ne cesse d’augmenter, on ne peut laisser penser que la modernité, c’est d’adouber la vision libérale de nos adversaires ».



Risque d’accident démocratique

La chef de file EELV prône en particulier une rénovation de la Ve République et un « changement des institutions » pour « enrayer la marche vers la crise ». « Il faut rompre avec la malédiction qui veut que dans notre pays, les changements de République soient enfantés par les cahots de l’histoire. Si nous n’agissons pas, il y a un risque d’accident démocratique majeur », a-t-elle déclaré.

Enfin, l’ancienne ministre évoque l’éventualité d’une candidature à la présidentielle de 2017. « Rien n’est décidé », a-t-elle dit en ajoutant : « La présidentielle est un long marathon. Et comme on ne court pas un marathon sans faire de footing, je me prépare. »
Source: http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/10/04/cecile-duflot-regle-ses-comptes-avec-les-dissidents-d-eelv-et-le-ps_4782152_823448.html#H5wrH0EwpUXSM6Id.99
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 04 Oct 2015, 23:28

Le FN avant 81 était un parti très marginal à la limite folklorique.

Ensuite les intérêts politicards et les stratagèmes parfois suicidaires ont été payants y compris lorsque le crime (pour une fois) n'a pas profité à ceux qui en étaient les instigateurs historiques.
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 2973
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Dim 04 Oct 2015, 23:52

Citation :
Elle (Cécile Duflot) n’en impute pas moins la responsabilité de la montée en puissance du FN à l’abandon des promesses faites en 2012

En fait, le principal problème des promesses "intenables" (comme a dit Bayrou en 2012) est de les avoir fait, pas de les abandonner.
Et sans même parler de mensonge, les anciens disaient : "Errare humanum est, perseverare diabolicum". L'erreur est humaine, perséverer diabolique.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12184
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Mar 13 Oct 2015, 09:20

Ca n'engage que lui..... Déjà que Cohn-Bendit a dit en quittant EELV que les partis politiques entubent les électeurs....



"Ce lundi, Bernard Chappellier adjoint au maire du Kremlin-Bicêtre a annoncé son départ après 18 ans d’adhésion d’Europe Ecologie-les Verts, « un parti composé en grande majorité d’élus et de collaborateurs d’élus qui se servent »"



http://www.leparisien.fr/ablon-sur-seine-94480/val-de-marne-encore-un-depart-a-europe-ecologie-les-verts-12-10-2015-5178949.php a écrit:
Val-de-Marne : encore un départ à Europe Ecologie-les Verts
12 Oct. 2015, 16h28 | MAJ : 12 Oct. 2015, 16h28

Les écologistes du Val-de-Marne perdent encore l’un des leurs. Ce lundi, Bernard Chappellier adjoint au maire du Kremlin-Bicêtre a annoncé son départ après 18 ans d’adhésion d’Europe Ecologie-les Verts, « un parti composé en grande majorité d’élus et de collaborateurs d’élus qui se servent », pour rejoindre l’Union des démocrates et des écologistes (UDE), mouvement né après le départ de plusieurs personnalités d’EELV.

De fait, il se retire de la liste aux régionales et annonce la création d’un conseil départemental de l’UDE, dont il sera « l’un des animateurs ». C’est le 3e élu du département à prendre ses distances avec EELV, après Amigo Yonkeu, conseiller régional et adjoint au maire d’Arcueil et Rosandre Valleray élue à Villeneuve-le-Roi.

« C’est une démarche individuelle que l’on regrette. Il y a sûrement des critiques entendables sur le fonctionnement du parti mais il y a aussi sûrement une part de déception liée à la liste aux régionales.Cela se comprend. Mais c’est dommage », commente Mehdy Belabbas, cosecrétaire départemental d’EELV. Selon le conseiller régional et tête de liste Pierre Serne, un militant de Villejuif a également quitté le parti. A contrario, EELV 94 a enregistré une quinzaine d’adhésions dont un élu de Villeneuve-Saint-Georges, l’ex PRG Birol Biyik.
Source: http://www.leparisien.fr/ablon-sur-seine-94480/val-de-marne-encore-un-depart-a-europe-ecologie-les-verts-12-10-2015-5178949.php
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12184
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Mer 14 Oct 2015, 03:39

Visiblement ce n'est pas aux vieux singes habitués à retourner leur veste que l'ont apprendra à faire des grimaces...


http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/10/13/eelv-serre-les-boulons-en-vue-de-la-presidentielle_4788681_823448.html?xtmc=eelv&xtcr=1 a écrit:
EELV serre les boulons en vue de la présidentielle

Le Monde.fr | 13.10.2015 à 16h27 | Par Raphaëlle Besse Desmoulières

Deux précautions valent mieux qu’une. Lors du dernier conseil fédéral d’Europe Ecologie-Les Verts, dimanche 11 octobre, le parlement du parti s’est penché sur la présidentielle et plus précisément sur les parrainages, précieux sésames pour qu’un candidat puisse se présenter. Pour certains partis, notamment les petits, leur collecte peut devenir un véritable parcours du combattant. Il en faut 500 et seuls les parlementaires, maires, conseillers généraux et régionaux peuvent les accorder.

A l’heure où les départs s’enchaînent à EELV et où les régionales s’annoncent compliquées, certains ont décidé de passer à l’offensive. Les conseillers régionaux représentent le gros des élus du mouvement : ils étaient 265 en 2010.

Mais chacun est conscient que la performance va être compliquée à reproduire et certains craignent qu’une deuxième vague de départs n’intervienne au lendemain des régionales. C’est le cas d’Alexis Braud, un « duflotiste » qui a déposé une motion sur le sujet discutée dimanche. « Je n’ai pas déposé ce texte avec l’arrière-pensée de la candidature de Cécile, affirme-t-il. Mais tous ces départs m’affectent. Pour moi, c’est très grave. On s’apprête à faire élire des gens qui au lendemain de l’élection vont peut-être quitter le parti. Je veux éviter qu’ils ne pourrissent la présidentielle. Même si ça ne les engage pas juridiquement, ce serait un acte de forfaiture de la part du parti de ne pas leur dire ce qu’on attend d’eux-mêmes si c’est une évidence. »



« Ça n’engage pas à grand-chose »

Il a donc demandé à ce que les candidats aux régionales s’engagent par écrit à apporter leur parrainage au candidat d’EELV ou soutenu par le parti. « Si nous devons conduire une campagne, celle-ci se devra d’être économe, compte tenu de la situation financière de notre mouvement, explique-t-il dans son texte. Il convient donc que le recueil des parrainages monopolise le minimum de ressources. Par ailleurs, le déroulement de cette éventuelle campagne doit permettre à la candidate ou au candidat de se concentrer sur le projet qu’il aura à présenter aux Françaises et Français sans devoir être inquiété par l’atteinte du nombre de signatures nécessaires et le soutien des elu-es d’EELV. »

En conséquence, le texte demande que les candidats signent un « formulaire » dans lequel ils s’engagent notamment à « apporter dans les meilleurs délais (leur) promesse de parrainages puis le parrainage lui-même ». Une évidence qui n’en est pas une pour tout le monde : le texte n’a été adopté qu’à 68 % des exprimés.

L’initiative n’a pas non plus été du goût de la secrétaire nationale du mouvement, Emmanuelle Cosse. « Elle ne souhaitait pas mélanger les deux débats : régionales et présidentielle, explique son directeur de cabinet, Jonathan Sorel. Cela apporte plus de complexité qu’autre chose, d’autant que ça n’engage pas à grand-chose. Si on n’est pas d’accord avec la stratégie choisie, il suffit de se mettre en retrait du parti comme ça arrive à chaque présidentielle. »

   Raphaëlle Besse Desmoulières
   Journaliste au Monde
Source: http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/10/13/eelv-serre-les-boulons-en-vue-de-la-presidentielle_4788681_823448.html#v3PwhdZdWr3RDk5j.99
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Mer 14 Oct 2015, 06:27

Lamentable... en être à ce niveau délabrement politique et se dire un parti de gouvernement...

Ce sont ces mêmes gens qui à Fontenay exigent un théâtre ! et ça va fonctionner les électeurs contribuables vont casquer...avec la complicité active du PC des laissés pour compte du PS et quelques autres...

Le fantômas du PS a bien fait de ramener sa science il y a quelques jours ... les EELV moribonds continuent à évangéliser les foules...
Revenir en haut Aller en bas
Robin

avatar

Messages : 1174
Date d'inscription : 13/02/2011

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Mer 14 Oct 2015, 06:56

Ces ayatollah verdâtres font ce qu'ils peuvent pour exister quitte à plomber les finances publiques !
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12184
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?   Mer 11 Nov 2015, 06:15

Pour le coup c'est un sacré virage que prend Laurence Vichnievsky qui était jusqu'alors conseillère régionale EELV en Provence-Alpes-Côte-d’Azur et ancienne porte-parole de ce parti...

Ce qui est certain c'est bien que le quinquennat de François Hollande aura considérablement modifié le paysage politique de notre pays mais sans doute pas comme il l'aurait souhaité...

Après l'écologie étant fondamentalement transversale, il n'y a rien d'étonnant à ce que des militants EELV qui ne reconnaissent pas dans le rapprochement de leur parti avec antilibéral Front de Gauche rejoignent d'autres partis plus proche de leurs idées...




"J’ai appelé à voter François Hollande en 2012 mais je suis très déçue. Il faut construire maintenant des alliances électorales pour peser dans l’opposition », analyse Mme Vichnievsky"



http://www.lemonde.fr/elections-regionales-2015/article/2015/11/10/laurence-vichnievsky-de-l-ecologie-a-laurent-wauquiez_4806498_4640869.html a écrit:
Laurence Vichnievsky, de l’écologie à Laurent Wauquiez

LE MONDE | 10.11.2015 à 11h20 • Mis à jour le 10.11.2015 à 17h36 | Par Matthieu Goar

Les listes pour les élections régionales révèlent leurs lots de surprises. Lundi 9 novembre, Laurent Wauquiez, numéro trois du parti Les Républicains (LR) et candidat de la droite et du centre en Auvergne-Rhône-Alpes, a annoncé que Laurence Vichnievsky, conseillère régionale EELV en Provence-Alpes-Côte-d’Azur, sera en huitième position sur la liste départementale du Puy-de-Dôme.

Lors de ce scrutin, cette magistrate de la cour d’appel de Paris, connue pour avoir instruit avec Eva Joly l’affaire Elf ou l’affaire Dumas, va donc à la fois changer de région d’élection et de parti et passer de la gauche à la droite. « A ma modeste mesure, je suis comme François Bayrou. J’ai appelé à voter François Hollande en 2012 mais je suis très déçue. Il faut construire maintenant des alliances électorales pour peser dans l’opposition », analyse Mme Vichnievsky, ancienne porte-parole d’EELV.

Cette migration politique s’est faite en 2015. Durant l’été, celle qui se dit « moyennement gauchiste » ne comprend pas les alliances régionales de son parti avec le Front de gauche. Contactée par François Bayrou, elle accepte de participer à l’université d’été du MoDem, un parti dont elle partage quelques idées. Depuis son entrée en politique, en 2010, cette magistrate a toujours défendu au sein des écologistes une ligne sociale-démocrate proche de celle de Daniel Cohn-Bendit.



Ne pas « se présenter contre ses anciens collègues »

Dans une tribune à Libération, en 2011, elle explique ainsi que la « transition vers la société écologique passe par l’apurement de la dette ». Et EELV la soigne puisque la formation lui fait une place au sein du bureau exécutif, lui confie la tête de liste pour les élections régionales en 2010 et l’investiture aux élections départementales de 2015 sur le canton de Jean-Noël Guérini.

Six mois plus tard, le MoDem la débauche sans qu’elle prenne sa carte. Le parti centriste envisage d’abord de la présenter en PACA, mais elle dit ne pas « vouloir se présenter contre ses anciens collègues du groupe écologiste ». Direction Rhônes-Alpes-Auvergne, une région où elle possède une maison.

En vertu de l’accord régional entre le MoDem et LR, voilà donc cette élue écologiste sous la bannière de l’eurosceptique Laurent Wauquiez et sur une liste départementale emmenée par Brice Hortefeux, deux proches de Nicolas Sarkozy qui, de son côté, moque régulièrement en meeting les écologistes « rouges à l’intérieur et verts autour » et ironise sur la fermeture de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin) qui n’a pas à craindre, selon lui, « le risque d’un tsunami venant du Rhin ».

« Il faut discuter avec tout le monde, c’est le propre de l’ouverture intellectuelle. Et qui sait, je peux même essayer de les convaincre », se défend Mme Vichnievsky, qui avoue ne pas bien connaître M. Wauquiez. « Elle a toujours plaidé pour le ni droite ni gauche. Alors à la limite, passer au MoDem, pourquoi pas. Mais Hortefeux, c’est la phrase sur les Auvergnats, et Wauquiez, c’est l’assistanat comparé à un cancer de la société, observe David Cormand, secrétaire national adjoint de EELV. En politique, c’est bien de ne pas être sectaire mais aussi d’avoir quelques repères. Sinon, quand on lève l’ancre, on peut dériver très loin. »

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/elections-regionales-2015/article/2015/11/10/laurence-vichnievsky-de-l-ecologie-a-laurent-wauquiez_4806498_4640869.html
Revenir en haut Aller en bas
 
Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le grand virage. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?
» Le grand virage protectionniste des Français
» mouchoirs en tissu...
» Robeez Mini shoes et Stride Rite NEUVES - A SUPPRIMER VENDU
» Hypotension

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: