Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Mar 10 Nov 2015, 18:12

Rappel du premier message :

AFP 10-11-2015 - 06:45
Maintien du Royaume-Uni dans l'UE: Cameron dévoile ses conditions

Le Premier ministre britannique David Cameron doit officiellement dévoiler mardi sa liste de conditions pour garder le Royaume-Uni dans l'Union européenne. Les grandes lignes sont déjà connues. Le maître-mot aussi: plus de flexibilité.
Réclamée à cor et à cri par ses partenaires, la "shopping list" britannique doit enfin atterrir dans la boîte aux lettres du président du Conseil européen, Donald Tusk, pour être discutée ensuite par les 28 en décembre à Bruxelles. Les deux leaders se sont déjà entretenus au téléphone lundi pour préparer le terrain.
Pour accompagner le courrier, David Cameron a par ailleurs prévu un discours dans la matinée à Londres, alors que son lieutenant, le ministre des Finances George Osborne, ira à la rencontre du président de la Commission européenne dans la capitale belge.
Cette offensive coordonnée lance la dernière ligne droite menant au référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'UE qui doit avoir lieu d'ici la fin 2017 au plus tard, les prévisions les plus hardies évoquant le mois de juin 2016.
Les sondages promettent un certain suspense avec un électorat divisé entre pro et anti-UE, alors que les deux camps ont intensifié leur campagne depuis la rentrée.
David Cameron, qui dit n'avoir "aucun attachement sentimental à l'UE", prône pour sa part un maintien dans une union réformée. Mais s'il n'obtient pas les changements voulus, il n'exclut "rien", comme il l'a répété lundi devant le patronat.
"Je ne me satisfais pas du statu quo en Europe. Les changements que je veux sont de taille et il est vital qu'on les obtienne", a-t-il martelé avant d'énumérer les quatre grands axes de réforme: "une Europe plus compétitive, une exemption de la nation d'union toujours plus étroite, plus d'égalité entre membres et non-membres de la zone euro et une réduction de la pression migratoire".
- 'Les autres pensent toujours qu'on bluffe' -
Si les spécialistes s'accordent à dire que "le diable sera dans les détails", ils jugent possible un accord sur les trois premières revendications. Elles servent d'abord à graver dans le marbre le statut spécial dont le Royaume-Uni bénéficie déjà dans les faits en ne participant pas à l'euro ou à l'espace Schengen.
La quatrième condition, qui consiste à priver les immigrés de l'UE de certaines prestations sociales, risque en revanche de rencontrer une franche hostilité.
Au sein même du camp de David Cameron, on s'interroge sur le caractère légal d'une telle mesure par rapport aux principes de libre circulation et de non-discrimination entre travailleurs européens.
"Notre ambition sur la question n'a absolument pas varié. J'ai été très clair avec mes collègues européens là-dessus", a pourtant assuré M. Cameron.
Selon lui, les quatre revendications peuvent "se résumer en un seul mot: flexibilité". Si "cette organisation", comme il aime appeler l'UE, est "suffisamment flexible, nous allons rester. Sinon, il faudra sérieusement se poser la question de savoir si le Royaume-Uni y est à sa place", a-t-il souligné.
En attendant, les Britanniques continuent à s'interroger sur les chances de leur Premier ministre d'obtenir mieux que quelques retouches cosmétiques.
"Vous savez quoi? Les autres pays européens pensent toujours qu'on bluffe. Nos amis et partenaires ne peuvent pas imaginer qu'on soit assez fous pour quitter l'UE (...) mais si nous voulons réussir cette négociation et rester dans une UE réformée, ils doivent comprendre que nous sommes très sérieux", écrit Boris Johnson, le maire de Londres, dans sa chronique hebdomadaire pour le Daily Telegraph.
Successeur potentiel de David Cameron à la tête des conservateurs à l'horizon 2020, il suggère qu'il faudra peut-être passer d'abord par un non à l'UE pour vraiment être en position de renégocier les termes de la relation.
Mais David Cameron a répété lundi que la réponse à la question du référendum sera définitive. "No way back" (pas de retour en arrière possible), a-t-il dit.

---------------------------------------

Ce sont sans doute les dernières brillantes prestations de nos dirigeants de l'UE qui vont inciter les Britanniques à rester...
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Salamandre



Messages : 3125
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Ven 24 Juin 2016, 22:45

"Par un processus libre et démocratique, le peuple britannique a exprimé sa volonté de quitter l'Union européenne. Nous regrettons cette décision mais nous la respectons", disent dans un communiqué le président du Conseil européen, Donald Tusk, celui du Parlement européen, Martin Schulz, le premier ministre néerlandais Mark Rutte, dont le pays assure la présidence tournante du Conseil, et Jean-Claude Juncker, le président de la Commission.
Ils ajoutent attendre désormais du gouvernement britannique qu'il applique "dès que possible" la décision des électeurs, "aussi pénible que puisse être le processus". "Nous sommes prêts à ouvrir rapidement des négociations avec le Royaume-Uni sur les modalités et les conditions de sa sortie de l'Union européenne", dit le communiqué
(Figaro 12:09)

En clair, c'est Cameron qui a la main.
Tous les présidents européens de ceci ou cela "attendent" donc ensemble qu'il prenne l'initiative.
Tandis que Cameron a déjà dit qu'il va démissionner et sera remplacé d'ici cet automne... "On" est bien parti pour "attendre" son successeur, coté initiatives.
Et les bourses et marchés, qui n'aiment pas l'incertitude, n'ont pas fini de s'émouvoir...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Ven 24 Juin 2016, 22:58

Logique : chez les Anglais le premier ministre est le leader du parti qui remporte les élections...

Cameron désavoué se doit de démissionner.
Il montre que contrairement à chez nous (la comédie a commencé avec Mitterrand) les patrons assument... on fait en étant responsable on s'en va si on se plante, on ne bricole pas des cohabitations bancales.

Maintenant il vont organiser leurs élections nationales et le nouveau boss ira négocier.

Pour ce qui concerne les supposées autorités européennes nationales elles ont fort à faire chez elles, la France ne devrait pas être la moins concernée.
Pour ce qu'il en est des pantins européens ils auront un moment pour mettre de l'ordre dans leurs affaires en recadrant leur action.
Plus vraisemblablement ils vont partir en vacances en attendant de faire un nouveau miracle dont ils sont coutumiers.

Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14519
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Ven 24 Juin 2016, 23:16

Bref on va continuer de construire l'Europe sans les British Et les british vont découvrir le vrai sens du populisme comme moyen de communication.

Le président de la République estime vendredi midi qu'après le vote des Britanniques, "le danger est immense face au populisme et aux extrémismes." et il n'a pas tort.

L'Europe à l'épreuve. François Hollande juge que "le vote des Britanniques met gravement l'Europe à l'épreuve et que c'est à l'Europe d'apporter les réponses nécessaires pour maîtriser les risques économiques et financiers." Il met en garde contre la tentation du populisme, réponse aux déclarations immédiates des ténors du Front national, qui ont demandé vendredi matin la tenue d'un référendum similaire en France. "Ce qui se joue", conclut François Hollande, "c'est la dilution de l'Europe, au risque du repli ou la réaffirmation de son existence au prix de changements profonds."

Se concentrer sur l'essentiel. François Hollande rencontrera les responsables politiques français avant le sommet européen de mardi pour discuter de cette nouvelle donne. Il se rendra lundi à Berlin pour rencontrer la chancelière Angela Merkel et sans doute, le président du conseil italien Matteo Renzi. "L'Europe, dit-il, doit se concentrer sur l'essentiel : sécurité, investissement, harmonisation fiscale et sociale."

Curieusement ce sont les british qui se retrouvent sans papier européen. La perfide Albion.

Dans un de ses sens, « perfide » signifie « qui ne respecte pas sa foi, sa parole ». Autrement dit, une personne ou une entité à laquelle on ne peut pas faire confiance. Mais si l'on remonte au très dévot catholique Bossuet, c'est toutefois à un contexte religieux qu'il faut se référer : « L'Angleterre, ah, la perfide Angleterre, que le rempart de ses mers rendait inaccessible aux Romains, la foi du Sauveur y est abordée ». Parlant de personne, « perfide » a d'abord le sens de « sans foi, incrédule ». Pourtant, du temps de Jeanne d'Arc, les Anglais sont catholiques comme le reste de l'Europe occidentale.

Le terme « perfide » fait déjà partie de la rhétorique politique au xviie siècle. Ainsi Madame de Sévigné : « Le roi et la reine d'Angleterre sont bien mieux à Saint-Germain que dans leur perfide royaume. » Toutefois le mot alors a une nouvelle justification : l'anglicanisme a fait quelques siècles plus tôt sécession avec Rome.

L'expression refait son apparition à chaque fois qu'une situation de concurrence ou de tension entre la France et le Royaume-Uni se présente.

Bon, c'est peut-être un peu le cas non?
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12383
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Ven 24 Juin 2016, 23:26

tonton christobal a écrit:
La bonne question serait pourquoi l'Europe en est elle arrivée à ce point ?


Suite aux résultats des élections récentes dans les différents pays de l'Union et en particulier au résultat du référendum britannique sur la sortie de cette Union, ce serait effectivement la bonne question à se poser bien avant les conséquences du vote britannique...

Même si la vision que l'on peut avoir à travers les médias est biaisée, deux mots reviennent très souvent, ces mots étant immigration, au sens large, et emploi... Il semble hélas qu'une grande partie de la classe politique ne veuille pas les entendre préférant sans doute laisser le champ libre aux populistes de tous poils...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14519
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Ven 24 Juin 2016, 23:35

Le récit des Grands Géants, du xiiie siècle, en ancien français, raconte un épisode supposé se dérouler 3 970 ans après la création du monde, en l'an 1136 avant la naissance du Christ : Albine, l'aînée des trente filles du roi de Grèce, condamnée à s'exiler, arrive sur une île déserte et inconnue, qu'elle appelle Albion.

Que ceux qui n'ont eu de cesse de ne pas vouloir que l'on emploie le mot de populisme, par le prisme des médias (relais des discours, pas des idéologies, c'est toute la différence) vont peut-être se mettre à réfléchir au bienfait d'accepter l'autre, les autres. Un acte majeur de xenophobie se joue en direct. Là où on ne peut pas élever des murs, on coupe les ponts. On vient de bombarder le pont qui reliait la grande Bretagne à L'Europe. Un nouveau chapitre de l'Europe va s'écrire : il restera le tunnel sous la manche (voir page précédente) même si l'Eurotunnel prend l'eau temporairement.

La mondialisation est devenue business. Et les discours politiques, populisme. Les politiques doivent revoir leur logiciel de pensée. Il n'y aura pas de salut sans union sacrée sur l'essentiel et en sachant mieux garder sa langue dans sa poche.

Peut-on réouvrir le sujet sur le rapport entre les politiques et les medias, cela me semble important. Merci
Il est ici http://www.plateaufontenay.net/t2740-du-pouvoir-daccrediter-ou-non-un-correspondant-du-debat-politique-librement-consenti-en-general
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 00:04

a.nonymous a écrit:



Suite aux résultats des élections récentes dans les différents pays de l'Union et en particulier au résultat du référendum britannique sur la sortie de cette Union, ce serait effectivement la bonne question à se poser bien avant les conséquences du vote britannique...

Même si la vision que l'on peut avoir à travers les médias est biaisée, deux mots reviennent très souvent, ces mots étant immigration, au sens large, et emploi... Il semble hélas qu'une grande partie de la classe politique ne veuille pas les entendre préférant sans doute laisser le champ libre aux populistes de tous poils...

Il y a les pragmatiques qui devant les faits s'interrogent sur les causes et éventuellement les remises à plat qu'il conviendrait d'envisager pour redresser la barre.

A l'opposé se trouvent les doctrinaires pour qui les faits, les causes et les résultats n'ont qu'une importance relative.
Le fin du fin étant de développer ses idées, de se concerter entre soi, de commissionner en rond (toujours le syndrome de la table ronde) mais sans prendre en compte les avis différents, de débattre (ça c'est le graal Le DEBAT)  tout en refusant de s'éloigner des chemins non balisés par le parti, l'église... en bref on s'amuse entre amis, camarades... ce n'est pas fatigant mais en revanche peu productif.

Même si on est a coté de la plaque pas question de remettre en cause le dogme.

Le mot immigration est à exclure de toute prise de position et ne doit pas être employé... pour ce qui concerne l'emploi à partir où il y a le moindre débouché sur le "plombier polonais" c'est même traitement que l'immigration.

Dans quelques années nous connaitrons la part prise par la gestion des migrations et du phénomène "migrants" dans le départ de l'Angleterre de l'UE... merci Angie, Juncker et quelques autres y compris nos élites franchouillardes qui ont mis des mois à comprendre l'ampleur de l'affaire... et on pris des positions officielles stupides, pour ce qu'il en est de l'action concrète à mener on attend toujours.

Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14519
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 00:16

L' immigration n'est jamais un mot banni. Si on "attend toujours des actions concrètes" c'est que, jusqu'à nouvel ordre les citoyens européens veulent la paix et pas la relance de guerres civiles ou militaires. Le chacun pour soi finissant systématiquement de la même façon. Trouver un bouc émissaire qu'il convient d'anéantir.


Dernière édition par Libellule le Sam 25 Juin 2016, 00:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 00:19

L'immigration comme vecteur de paix... il fallait la faire...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14519
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 00:23

L' immigration comme vecteur de multiculturalisme.

L'Europe s'est d'ailleurs construite ainsi. Rassembler les dissemblables. Mettre fin aux exterminations des masses indésirables. Cela se comptait un temps en dizaines de millions de morts et d'éclopés, souvent au nom de nationalismes exacerbés.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 00:39

c'est reparti pour le délire mais sans moi...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14519
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 01:35

Encore sans vous, on dirait un appel au Brexit. Plus sérieusement ce fut De Gaulle qui mit le premier veto à l’entrée du Royaume-Uni dans la CEE par 2 fois en 63 et 67.

En juin 1975, lors d’un référendum sur l’appartenance de leur pays à la CEE, les Britanniques votent «oui» à un peu plus de 67%. Jusqu'à ce que Margaret Thatcher demande un rabais de la participation britannique au budget européen, connu sous la fameuse expression «I want my money back» («Rendez-moi mon argent»), ce qu’elle obtient en 1984 après 5 ans d’âpres négociations

C'est à l'occasion de la signature du traité de Maastricht, deuxième acte fondamental de la construction européenne après le Traité de Rome de 1957 que Le Royaume-Uni bénéficie d’une clause d’exemption («opt-out») lui permettant de ne pas rejoindre la monnaie unique.

Le Premier ministre conservateur John Major arrache au Parlement la ratification du traité de Maastricht après avoir menacé de démissionner. Le même jour, il qualifie de «connards» trois de ses ministres eurosceptiques.

En 2004 le Premier ministre travailliste Tony Blair, europhile, annonce son intention d’organiser un référendum sur la Constitution européenne, qui n’aura jamais lieu en raison des non français et danois à ce texte. Courage fuyons les conséquences qui déjà sont connues ; cela déstabiliserait les marchés financiers.

C'est le 23 janvier 2013, lors d’un discours, que le Premier ministre conservateur David Cameron promet un référendum sur l’appartenance de son pays à l’UE si son Parti conservateur remporte les élections législatives en 2015. En fait c'est le parti europhobe et anti-immigration Ukip qui arrive en tête aux élections européennes, avec plus de 26% des voix, obtenant 24 députés. Mais comme les conservateurs remportent les élections avec une courte majorité absolue, Cameron se dit que le coup est jouable. Il se met à jouer au connard tout seul. Ce qui fait la différence avec Major. C'est lui le chef.

A force de faire mumuse avec l’extrême droite, il en a fait monter l'audience là où la pauvreté est la plus prégnante en Angleterre ; là où les discours populistes reçoivent le meilleur écho ; là ou Margaret a le plus fait de dégâts quelques décennies auparavant. Quand les conservateurs se laissent débordés sur leur droite, ce n'est jamais très profitable. Même en brandissant comme argument de vote une politique anti immigration forte. C'est le mot anti qui fout la merde, pas l'immigration. Les polonais (européens) qui sont la plus forte population d'immigrants outre manche (et tous ne sont pas plombiers loin de là), et les français (européens) qui à Londres représentent ce qu'on appelle la "sixième ville de France", se retrouvent traités comme des salauds de transfuges de Calais ; c'est tout simplement une honte.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 02:06

et ça continue : les mauvaises réponses à un vrai problème... comme d'habitude !

n'importe quoi, on va nous ressortir De Gaulle...et ce sera sous peu sarko responsable de la politique des Anglais... et la marmotte...
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 707
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 02:31

La livre britannique a perdue 8% de sa valeur, la banque d'Angleterre vient d'injecter 300M£ sur les marchés pour soutenir sa monnaie.

On peut donc considérer que la Grande Bretagne vient de perdre sa position de 5ème économie mondiale au bénéfice de la France qui l'avait perdue il y a quelques mois.

Comme quoi c'est bien le Brexit.

On peut donc aller faire nos courses a Londres, depuis ce matin, c'est 8% de moins sur le shopping.

Par contre pour les britanniques, l'essence, les IPhones ( tout ce qui est importé) donc aussi les vêtements, les chaussures ont pris 8% en une seule nuit.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 02:54

thierry a écrit:
La livre britannique a perdue 8% de sa valeur, la banque d'Angleterre vient d'injecter 300M£ sur les marchés pour soutenir sa monnaie.

On peut donc considérer que la Grande Bretagne vient de perdre sa position de 5ème économie mondiale au bénéfice de la France qui l'avait perdue il y a quelques mois.

Comme quoi c'est bien le Brexit.

On peut donc aller faire nos courses a Londres, depuis ce matin, c'est 8% de moins sur le shopping.

Par contre pour les britanniques, l'essence, les IPhones ( tout ce qui est importé) donc aussi les vêtements, les chaussures ont pris 8% en une seule nuit.

Pour nous c'est excellent, avec un peu de chance les Anglais vont vendre leurs propriétés... bien sur il faut aimer le sud ouest, le foie gras, la charcutaille... ou alors s'installer sur la cote où il va y avoir des affaires immobilières intéressantes.

Les soldes de fringues vont être dantesques. Finalement les neuneus des institutions européennes vont nous rendre service.

En revanche il va peut être y avoir des fonctionnaires internationaux privilégiés chômeurs à Bruxelles ou à Strasbourg mais je n'ai pas envie de les plaindre.

Peut être qu'ils vont donner des idées à d'autres pays...
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 707
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 03:14

Par contre les Anglais vont moins sortir de leur pays, car tout va être plus cher.

Ils ont voté pour la sortie de l'UE, et bien ils l'ont
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14519
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 03:23

Sarkozy..


Le 29 mai 2005, les Français rejetaient largement par référendum le projet de traité constitutionnel européen. Avec 54.67 % des votes, le « non » entraînait l’Union européenne dans une crise majeure. En 2007, Nicolas Sarkozy faisait ratifier le traité de Lisbonne, peu ou prou identique, par voie parlementaire.

20 Minutes dresse un état des lieux, dix ans plus tard, des conséquences de ce vote.

Un point de fracture entre élite et peuple
Pour la première fois peut-être, le référendum de 2005 mettait en lumière un point de fracture net entre « les élites » et « le peuple ». Les classes sociales supérieures et retraités votaient largement en faveur du « oui », à l’inverse des classes populaires, majoritairement opposées au texte. (62 % des cadres supérieurs et des professions libérales votèrent « oui » contre seulement 26 % des ouvriers et 38 % des employés).
« Beaucoup d’éditorialistes, de responsables politiques, disaient sur les plateaux "les textes sont trop compliqués, il faut nous écouter". Les gens modestes ont eu l’impression d’être exclus du débat. Mais ils ont cherché à comprendre, et plus ils comprenaient, plus ils voulaient s'y opposer», se souvient la communiste Marie-Georges Buffet.
Le vote symbolisait aussi le basculement des classes moyennes. 62 % s’opposaient au traité contre 53 % en 1992 pour celui de Maastricht. « 2005 est le moment où se matérialise le déplacement électoral vers le vote de protestation des classes moyennes, inquiètes de la crise économique qui s’installe et du risque de déclassement social qui en découle », précise au Monde Jérôme Fourquet, directeur du département Opinion publique à l’Ifop. « Un basculement qui s’est confirmé peu ou prou de scrutin en scrutin depuis dix ans ».
L'éclatement politique du «non»
Aucun camp politique n’a su faire fructifier politiquement la victoire, déjà éclectique, du «non». Au PS, ses rares partisans sont finalement rentrés dans le rang. Laurent Fabius, Bernard Cazeneuve, Arnaud Montebourg et Christiane Taubira, étaient présents dans le gouvernement Ayrault en 2012. Plus à gauche, l’union espérée des forces radicales pour la présidentielle a finalement volé en éclats.
« Au lendemain de la victoire, on a essayé de continuer à travailler ensemble pour la candidature de 2007 avec le collectif des antilibéraux. Mais la démarche s’est fracassée sur la logique présidentielle », reconnaît Marie-Georges Buffet. L'ancienne secrétaire du PCF se présentera finallement, tout comme José Bové et Olivier Besancenot. « Chacun voulait avoir son candidat, son moment politique, placer ses idées, et on a eu du mal à rebondir, jusqu’au Front de Gauche», ajoute l’ancienne ministre de la Jeunesse et des Sports.

Et c’est peut-être le Front National qui a su capter le mieux le refus européen, arrivant même en tête des élections européennes en mai 2014 avec 25 % des voix.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 04:12

thierry a écrit:
Par contre les Anglais vont moins sortir de leur pays, car tout va être plus cher.

Ils ont voté pour la sortie de l'UE, et bien ils l'ont

A titre personnel c'est sans importance. Comme on fait son lit on se couche...
Les Anglais prennent leurs responsabilités c'est leur affaire.

En revanche au lieu de tortiller le problème dans tous les sens et de remonter aux calendes grecques pour expliquer l'inexplicable en voulant que ce soit une question de droite (si le FN n'existait pas il faudrait l'inventer) on devrait s'interroger sur les divagations des institutions européennes.

Subitement la classe politique unanime reconnait que l'Europe est une usine à gaz qu'elle s'occupe de trop de choses et surtout pas de l'essentiel. On oublie les bases et on prend des décisions qui sont contraires aux vœux des gens.

Il y a quelques jours j'écrivais ici même que le fonctionnement du système n'était plus démocratique... on a prétendu le contraire.
Maintenant c'est une affirmation largement reprise par des dirigeants de tous bords...

Si les dirigeants européens ne recadrent pas leurs priorités nous irons dans quelques années aux résultats. Ce n'est pas par le verbiage et en se payant de paroles que la situation va changer.
La perméabilité des frontières, l'immigration galopante qui nous est imposée, l'absence de politique commune sociale, fiscale, le déferlement de main d'œuvre étrangère, le chômage, la fuite des entreprises, une réelle politique de lutte contre le banditisme et le terrorisme, l'harmonisation des procédures judiciaires, une réelle banque européenne qui fonctionne de manière cohérente et indépendante, la suppression de structures qui se superposent ... confions nos frontières à la Turquie et surtout acceptons là en Europe... on commence à toucher du doigt le résultat de cette brillante idée.
Ce sont des sujets plus importants que le contenu des chasses d'eau, la couleur des phares, la confection du fromage ou les normes  débiles instituées par des technocrates pour encadrer des affaires dont ils n'ont qu'une idée approximative.
Lorsque je vois la commissaire européenne en charge des affaires étrangères qui pleurent devant les exactions des islamistes je crois que là encore ce n'est pas ainsi que nous allons les inquiéter...  

Cultivons l'utopie et l'autosatisfaction et surtout méprisons l'avis des électeurs, ceux qui n'avalisent pas les stupidités sont des gens de droite qu'il convient d'ignorer...
On a monté une usine à gaz avec des gens qui n'ont pas grand chose en commun le tout dirigé par des incompétents sous influence de structures internationales qui se moquent totalement de nous...
Curieusement avec le temps il commence à y avoir des réactions négatives. N'en tenons pas compte !
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 707
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 04:23

Ce n'est pas le brexit qui m'inquiète le plus. Les britanniques ont décidé.

Mais c'est la capacité des politiques français et européens de gérer le problème et de ne pas comme d'habitude mettre la poussière sous le tapis.

Du côté français j'ai aucun doute, le président ordinaire, son orchestre et sa majorité gaucho ne feront rien à la hauteur des enjeux.


Dernière édition par thierry le Sam 25 Juin 2016, 04:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14519
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 04:23

Remontons à Kerviel plutôt qu'à Sarkozy, pour le coup. Ça va être de sa faute. -20,57% pour la société générale. Les dirigeants n' ont rien vu venir encore une fois. Sad

http://www.boursorama.com/cours.phtml?symbole=1rPGLE


Dernière édition par Libellule le Sam 25 Juin 2016, 04:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12383
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 04:26

thierry a écrit:
Ce n'est pas le brexit qui m'inquiète le plus. Les britanniques ont décidé.

Mais c'est la capacité des politiques français et européens de gérer le problème et de ne pas comme d'habitude mettre la poussière sous le tapis.

Du côté français j'ai aucun doute, le président ordinaire, son orchestre et sa majorité gaucho ne feront rien à la hauteur des enjeux.

Tout est dit....
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14519
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 04:28

Qui fera alors? Allez des noms!
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 707
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 04:40

Seuls Juppé et Lemaire ont eu aujourd'hui des reactions à là hauteur du problème.

Ils n'ont pas été comme Flamby dans le prêchi-prêcha et le RDV avec Angela


Dernière édition par thierry le Sam 25 Juin 2016, 04:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 04:41

thierry a écrit:
Ce n'est pas le brexit qui m'inquiète le plus. Les britanniques ont décidé.

Mais c'est la capacité des politiques français et européens de gérer le problème et de ne pas comme d'habitude mettre la poussière sous le tapis.

Du côté français j'ai aucun doute, le président ordinaire, son orchestre et sa majorité gaucho ne feront rien à la hauteur des enjeux.

C'est exactement mon sentiment.

Entre la propension des uns à être en permanence et par doctrine à coté des réalités, l'indécision des autres et les technocrates politicards qui trouvent en permanence l'occasion de compliquer les choses simples et gèrent nos affaires avec autoritarisme sans confrontation avec le monde réel, sauf changement total d'approche et arrivée aux manettes d'hommes nouveau ayant les pieds sur terre l'Europe va se planter.

A défaut d'être certain d'avoir les bons remplaçants (le dossier est à étudier) on pourrait déjà lister ceux qui ont été incompétents et les nocifs irrécupérables qui nous ont mis dans les difficultés pour éviter de les remettre en selle... parce que Bruxelles et Strasbourg comme gâteau de famille à se partager entre initiés c'est remarquable que ce soit au niveau des cadres de gouvernement ou des fonctionnaires...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14519
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 05:46

Que proposent Juppé et Le Maire au delà de phrases mieux choisies que d'autres? Et comment pouvez vous être sûr que Hollande ne porte pas la même alternative.

Cameron n'est-il pas du même acabit que Juppé et Le Maire? . Si par hasard frôlait la réponse positive à cette dernière question autant lire cette analyse de libé :

En jouant depuis des années avec la promesse d'un référendum pour se faire élire ou apaiser l'aile la plus conservatrice de son parti, David Cameron a fini par s'autodétruire. Récit d'un piège qui s'est refermé sur celui qui l'avait posé.

Le 23 janvier 2013, David Cameron, en quête d’un second mandat et sentant le souffle chaud de la frange eurosceptique de son propre parti et des populistes du UK Independence Party (Ukip) sur sa nuque, se résout à jouer son va-tout. Il promet la tenue d’un référendum sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’Union européenne, si les conservateurs l’emportent en 2015. Le même jour, Tony Blair, Premier ministre travailliste entre 1997 et 2007, réagit en citant la comédie de Mel Brooks, Le shérif est en prison : «Ça me rappelle le moment où le shérif se met un flingue sur la tempe et dit : "si vous ne faites pas ce que je veux, je vais me faire sauter la cervelle".» Et c’est à peu près ce qui s’est passé. En perdant ce référendum qu’il n’a, au fond, jamais vraiment voulu, le Premier ministre britannique s’est mis la corde au cou. Plus qu’une impulsive balle dans la tête, la chute de David Cameron rappelle plutôt le sepukku japonais : un suicide politique lent et chorégraphié, en public et sous la pression de son clan. Conformément à la tradition électorale britannique (une défaite égale une démission), David Cameron, qui faisait campagne pour le remain, a annoncé, vendredi matin, sa démission en octobre à l’occasion du prochain congrès de son parti.

Les calculs de l'«eurosceptique soft»
De l’avis de ses biographes, le conseiller de Thatcher (dont l’europhobie galopante a en partie causé la chute en 1990) puis plume de John Major (pour qui les tories anti-UE étaient des «connards») a toujours été un «eurosceptique soft». Plus qu’une haine farouche, David Cameron a cultivé une sorte de défiance polie et hautaine pour la machinerie européenne. Mais jamais au point de rêver la nuit d’une sortie de l’UE, à l’inverse de l’aile dure de son parti. En 2006, lors de son premier discours en tant que chef des tories, il impute à l’euroscepticisme débridé d’une partie de ses troupes leur troisième défaite successive face aux travaillistes. «Alors que les parents se souciaient de l’accès aux soins pour leurs enfants, de leur trouver une bonne école et trouver un équilibre entre travail et famille, nous, on blablatait sur l’Europe.» Pour Cameron, la question européenne n’est pas idéologique : elle est tactique. Une approche cynique démontrée dès l’année suivante : en 2007, il jure que s’il arrive au pouvoir, il organisera un référendum sur le traité de Lisbonne. Deux ans plus tard, à l’approche des élections générales, il explique que sa «promesse en acier trempé» est désormais caduque.

Elu en 2010 en s’alliant aux libéraux-démocrates pro-européens de Nick Clegg, Cameron doit faire face à sa première fronde interne en octobre 2011. Quatre-vingt députés «backbenchers» (aile minoritaire du parti) défient leur Premier ministre en votant une motion en faveur d’un référendum sur l’UE, en opposition frontale avec les consignes de leur leader. La motion échoue grâce aux voix du Labour et des LibDems. Premier coup de semonce.

En 2012, Cameron ouvre la boîte de Pandore : dans une tribune publiée dans le Sunday Telegraph en réponse à une lettre de 100 députés conservateurs pro-Brexit, il écrit : «Pour moi, les deux mots "Europe" et "référendum" peuvent aller ensemble.» Après avoir fustigé la bureaucratie européenne et «l’ingérence» de l’UE sur les questions sociétales, il ajoute : «Le fait est que les Britanniques ne sont pas contents de ce qu’ils ont - et franchement, moi non plus.» Mais, toujours plus funambule et fébrile, il juge qu’un référendum «maintenant» n’est pas une bonne idée, appelant à la «patience stratégique et tactique» pour renégocier les traités existants. Le référendum est, selon Cameron à l’époque, le recours ultime mais pas d’actualité, à n’utiliser que dans le cas où l’UE réclamerait toujours plus d’intégration.


Dernière édition par Libellule le Sam 25 Juin 2016, 06:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 707
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 05:59

Au moins Juppé et Lemaire ont fait une analyse et proposé des pistes de croissance.

En face on a eu: c'est triste que les anglais nous quittent, et le rituel du voyage à Berlin.


Toute proportion gardée j'ai fait le parallèle entre les discours de DeGaulle et Pétain en 1940:

D'un côté Pétain dans l'émotion et la résignation: c'est le cœur serré ...

Et de l'autre le visionnaire: moi Général DeGaulle ...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14519
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 06:04

Quelles pistes ? Celle de Cameron, le Thatcherien majoré? Un eurosceptisme soft, en oubliant qu'ils ont des gens qui les marquent à la culotte plus à droite? Là où Hollande est marqué à la culotte plus à gauche...Qui est de Gaulle qui est Petain?
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12383
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 06:24

tonton christobal a écrit:
[Il y a les pragmatiques qui devant les faits s'interrogent sur les causes et éventuellement les remises à plat qu'il conviendrait d'envisager pour redresser la barre.

A l'opposé se trouvent les doctrinaires pour qui les faits, les causes et les résultats n'ont qu'une importance relative.



Pour le coup les propos récents d'Arnaud Montebourg, même si l'on a pu sourire à une certaine époque de sa marinière, ne sont pas totalement dénoués de sens:

"L'économie française est en danger et nous avons une clause de survie. Nous n'allons pas sacrifier la France aux intérêts théoriques de l'UE"

"Je propose que nous affrontions l'UE sur nos intérêts directs. On ne peut pas se laisser mourir silencieusement. L'UE a fait assez de dégâts avec l'économie française et même celle de toute la zone euro"


Voir ci-dessus: http://www.plateaufontenay.net/t2377-brexit-les-anglais-mettent-les-pieds-dans-la-soupiere#84179
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 07:11

C'est long mais intéressant et bien argumenté

-------------------------------------------------------------------------

Le Brexit : une défaite de l'UE telle qu'elle est
Par Romaric Godin  |  24/06/2016, 8:59  |

Le Royaume-Uni va quitter l'UE. L'UE doit changer. (Crédits : Reuters) La victoire du camp opposé à l'UE dans le référendum britannique montre une incapacité de l'UE à convaincre les populations de son utilité et de sa nature démocratique. C'est une invitation à changer profondément le projet européen.

Ce sera donc un Brexit. Déjouant la plupart des instituts de sondages et autres bookmakers auxquels les marchés financiers ont cru aveuglément jeudi 23 juin, les électeurs britanniques ont demandé à près de 52 % de quitter l'Union européenne. Cette décision fait clairement changer de nature l'Union européenne. Jusqu'ici, l'UE était conçue comme un processus irréversible. L'adhésion massive des anciens pays du bloc de l'est lui avait donné des airs de « destination finale et indépassable » de l'Histoire. Désormais, puisqu'il est possible d'en sortir, l'Union européenne est différente : c'est une organisation qui doit convaincre les Etats qui y adhèrent et leurs peuples de son utilité. L'UE doit à présent se faire aimer de ses peuples. C'est une grande nouveauté qui va changer considérablement la donne du côté de Berlaymont, le siège bruxellois de la Commission européenne.

L'UE change de nature
La réaction au Brexit sera donc déterminante. Si l'on se contente de jeter un regard méprisant sur ce peuple britannique qui « décidément, ne comprend rien » et qui serait travaillé par le « vice du nationalisme » et par ses « passions », si l'on s'efforce de vouloir à tout prix « tout continuer comme avant » en se lançant dans une intégration « par le haut », si l'on veut « punir » les Britanniques pour « faire un exemple » aux autres peuples, alors l'affaire sera très mal engagée. Il convient, en réalité, de comprendre comment l'Union européenne a pu être rejetée par le pays qui, sans doute, était déjà le moins intégré en son sein. Et il convient de le faire en recherchant la rationalité de ce choix, non en le rejetant dans un simple vote « nationaliste ».

La faillite du « Project Fear »
Le premier élément, c'est évidemment, que le « Project Fear » (« projet de la peur) ne fonctionne plus. Depuis quelques années, la tentation de jouer sur la « peur de l'inconnu » en grossissant les traits est devenu un des arguments les plus puissants avancés en faveur de l'UE et de la zone euro. C'est celui qui a permis d'imposer au gouvernement d'Alexis Tsipras en Grèce, malgré un référendum allant en sens inverse, une politique dont ni lui, ni son peuple ne voulaient. Le seul ressort de cette politique est devenu d'éviter la sortie de la zone euro et de l'UE afin de ne pas « sauter dans l'inconnu ». Cette démarche a été au cœur de la campagne du « Remain » au Royaume-Uni et a été appuyée non seulement par des études économiques, mais aussi par des mises en garde assez délirantes de plusieurs experts sur les conséquences du Brexit pour les abeilles, la fonte des glaces ou la capacité des groupes anglais de donner des concerts à l'étranger.
Cette démarche a finalement joué contre elle-même. Les Britanniques l'ont prise pour ce qu'elle était : une démarche désespérée qui dissimulait surtout une incapacité à construire une vision d'avenir « positive » de l'UE. Logique : l'UE se considérant comme la « fin de l'histoire » n'a rien d'autre à proposer qu'elle-même dans sa forme actuelle. Pire même, ce « Project Fear » a décrédibilisé les vrais risques du Brexit : l'économie n'est plus devenue un moyen de convaincre l'opinion. Dès lors, il a donné plus de force au discours violemment xénophobe de certains partisans du « Leave ». Là encore, rien de plus logique : lorsque le projet de rapprochement européen n'a rien d'autre à proposer que le statu quo confortable, le projet nationaliste peut faire miroiter un avenir radieux. Ce 24 juin 2016, il est désormais clair que jouer sur la peur n'est plus un moyen suffisant de survie pour l'UE, surtout lorsqu'il s'agit d'un grand pays. Il est désormais clair que se contenter de promesses de sauver l'existant, que proclamer que « l'Europe, c'est la paix », ne suffit plus. On peut se lamenter sur la défaite du « rêve européen », mais la réalité, c'est que le Brexit prouve que l'UE dans sa forme actuelle n'a plus rien d'un « rêve ». Et c'est pourquoi elle a subi cette défaite.

L'impossible démocratie européenne
Deuxième enseignement : la question démocratique. Les partisans de l'UE ont sous-estimé cette critique d'un centre de décision éloigné, désincarné et peu légitime. Les études savantes montrent certes que toutes les décisions européennes ont une légitimation démocratique directe ou indirecte, mais la question n'est pas là. Les Britanniques, comme beaucoup d'autres sur le continent, ont le sentiment de ne pas maîtriser les décisions de l'UE. Dans un pays attaché au parlementarisme, les discussions de couloirs à Bruxelles et les compromis bancals arrachés à coup de nuits de palabre n'ont pas la forme de la démocratie. Ils ont vu, sur le continent, les pressions sur le parlement chypriote, le refus du choix des Grecs en 2015, le déni des référendums français et néerlandais de 2005, le renversement par l'UE des gouvernements italien et grec en 2011...
La démocratie, c'est d'abord la possibilité de l'alternance et cette alternance n'existe pas au niveau de l'UE. Les élections européennes de mai 2014 n'ont pas convaincu du contraire, malgré l'existence de « candidats » à la présidence de la Commission, on a vu émerger un « partage du gâteau » et une sempiternelle « grande coalition » à l'issue du scrutin. Jean-Claude Juncker peut prétendre être le représentant du « peuple européen », la réalité est différente. Personne ne l'a réellement choisi et sa légitimité est faible. L'UE doit d'urgence réfléchir à l'existence d'une vraie responsabilité démocratique de ses instances. Or, qu'on le veuille ou non, qu'on le déplore ou non, la source de la légitimité démocratique réside encore dans le cadre étatique. Un des arguments principaux de la critique démocratique de l'UE au Royaume-Uni a été les pouvoirs donnés à la Cour de Justice de l'UE, instance que ne contrôle personne. C'est une question que les Européens feraient bien d'aborder de front afin de construire à l'avenir. Le vote de ce 23 juin est une mise en garde pour ceux qui restent dans l'UE : La réforme de l'UE devra prendre cet élément en compte sérieusement cette question démocratique - qui est complexe - plutôt que de se lancer tête baissée dans un énième projet d'intégration à base technocratique en évitant de modifier les traités pour contourner le vote populaire.

L'impossible discours pro-UE à gauche
Troisième enseignement : un regard porté sur la carte du vote montre que ceux qui ont fait basculer le scrutin sont bien les électeurs du nord de l'Angleterre et ceux du pays de Galles du sud. Ce sont des électeurs traditionnellement attachés aux travaillistes, ouvriers ou anciens ouvriers précarisés, qui ont choisi clairement, et contre la campagne du Labour, le camp du Brexit. Un résultat semble illustrer ce fait : à Middlesbrough, le Labour avait recueilli 55 % des voix en 2015, ce 23 juin, le Brexit a obtenu 65,5 % des votes dans cette ville. Les exemples pourraient être légion. Ceci signifie que le discours de la gauche britannique du « Remain to change » (« rester pour changer ») n'a pas pris dans son électorat. Pourquoi ? Parce que l'UE n'a pas été capable de montrer qu'elle pouvait changer. De même, l'autre argument dominant de la gauche britannique, le « Remain to preserve » (« rester pour préserver » les droits des travailleurs) n'a pas convaincu.
Rien d'étonnant à cela. Quoiqu'en dehors de la zone euro, les électeurs britanniques des classes populaires ont constaté le traitement infligé par les autorités européennes aux pays en crise. La politique d'austérité aveugle et l'acharnement contre la Grèce ont affaibli le discours du Labour. Comment changer l'UE lorsque le référendum grec du 5 juillet 2015 a été non seulement ignoré, mais délibérément foulé aux pieds ? La politique économique de l'UE a été si peu éloignée de celle que mènent les Conservateurs britanniques depuis six ans dans la destruction des services publics, la libéralisation des marchés du travail, la réduction du droit des travailleurs, que l'argument d'un « socle » protecteur lié à l'UE n'a pas convaincu.
Là encore, c'est une question démocratique : l'UE n'est pas perçue comme capable de changer démocratiquement. Il vaut mieux donc en sortir pour peser sur des instances que l'on connaît. Mais c'est aussi une question économique et sociale : l'UE ne se soucie guère de ces populations oubliées et victime de la désindustrialisation au nom de la « destruction créatrice » et de la « bonne allocation des ressources ». Il est logique que ces populations ne se soucient guère de l'UE. C'est une leçon pour l'avenir : l'obsession centriste de l'UE l'a conduit à oublier des populations qui ne sont pas en déclin puisque les politiques menées ont jeté une partie des classes moyennes dans la catégorie inférieure. La réflexion sur un vrai débat économique s'impose donc désormais dans l'UE.

Remise en cause
Le Brexit remet donc en cause profondément ce qu'est devenue l'UE depuis des années. Si le cours de cette évolution n'est pas inversé, si les leçons de cette défaite ne sont pas tirées - comme on s'est efforcé de le faire en 2005 ou après le référendum grec - alors l'UE sera clairement menacée. Il revient donc aux forces démocratiques de l'UE de construire et débattre sur un nouveau projet européen et de le bâtir avec les peuples. Autrement, ce sont ceux qui veulent en finir avec lui qui auront le dernier mot.
Romaric Godin
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3575
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 08:38

Un peu long

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14519
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 09:54

Mais le sujet est d'importance.

Après des semaines d’une campagne tendue, les britanniques ont tranché. EELV regrette le choix du BREXIT et appelle à une refondation profonde du modèle européen à travers une Constituante et la refonte des traités dès 2019.

Ce jeudi 23 juin, les citoyen-nes du Royaume-Uni se sont prononcé-es en faveur d’une sortie du pays du projet européen. Ce vote constitue un coup porté à l’Union européenne et aux valeurs qui ont donné lieu à la naissance du projet européen : l’union pour la paix et le rapprochement des peuples sur le continent.

Les écologistes prennent acte de ce résultat et regrettent que la campagne qui se termine ait laissé peu de place au débat sur le projet européen. Face aux slogans populistes des partisan-es du Brexit, cette campagne a surtout fait la preuve du désarroi et craintes des citoyens sur des questions majeures telles que la fiscalité, la situation socio-économique ou la problématique migratoire. Autant de questions, détournées à des fins nationales et populistes lors de la campagne référendaire, qui restent représentatives des égoïsmes nationaux au sein de l’UE.

En faisant le pari d’un référendum parasité par des enjeux politiques internes et de leadership dans son propre mouvement politique, David Cameron a réduit les termes du débat sans s’adresser aux causes du rejet européen et à pris le risque de la dislocation. La résurgence des nationalismes, du repli sur soi identitaire, aussi bien que ce nouveau vote sont plus que des symptômes d’une dislocation de l’Union européenne : faute de sursaut, ils en sont les prémices.

L’option européenne sert aujourd’hui de catalyseur et de défouloir à une population qui se sent dépossédée de ses choix démocratiques, peine à maintenir ses conditions de vie dans une période d’austérité, voit s’opposer de manière croissante les riches et les pauvres, les connectés hyper-urbains et les isolés des banlieues ou des campagnes, les citoyens et les lobbies, banques ou multinationales. Manque de transparence des institutions européennes, double discours des forces politiques majoritaires, absence de réel espace public européen : c’est le manque d’Europe qui crée le rejet des peuples. Vouloir construire l’Europe, c’est construire un projet européen démocratique, durable, qui sort de l’austérité pour entrer dans une prospérité partagée.

Si la population des actifs britannique a marqué une réticence renforcée à l’encontre de l’Europe et de ses fonctionnements actuels, les jeunes générations, qui vivent déjà l’Europe au quotidien (études, emploi), continuent massivement à soutenir l’idée d’un avenir européen. Car dans les faits, l’Europe se vit déjà au quotidien : 1,7 million de ressortissant-es de l’UE vivent ou travaillent au Royaume-Uni et 1,2 millions de britanniques vivent dans les territoires d’autres États membres de l’Union. Europe Écologie – Les Verts rappelle son engagement auprès des partis Verts anglais, écossais et européen pour la poursuite de l’adhésion au projet européen et son approfondissement.

Le choix est désormais entre repli nationaliste et refondation du projet européen. Pour les écologistes, ce renouveau n’a jamais été aussi nécessaire : dans un cadre de libre-échange mondialisé, construire l’Europe est un projet qui doit permettre aux citoyens de peser à nouveau face aux multinationales et aux marchés et de pouvoir agir avec ouverture et détermination face aux grands bouleversements climatiques et humanitaires. Mais le projet est à l’arrêt, miné par l’accaparement des décisions par quelques-un-es, à Paris, Berlin ou Bruxelles et par la folle poursuite de politiques d’austérité qui divise le continent et attise les haines. Le statu quo n’est pas envisageable : transparence et refonte des mécanismes de décision.

Pour les écologistes, l’Union européenne est porteuse de réponses aux défis actuels de la paix et du vivre-ensemble, de la protection de l’environnement et du climat, de prospérité partagée.

Voilà pourquoi nous faisons le pari d’une reprise en main par les citoyens européens de notre destin collectif.

Pour que l’Europe redevienne l’affaire de tous, nous demandons à ce que les élections européennes de 2019 donnent naissance à une véritable Constituante chargée de soumettre à referendum européen un nouveau cadre commun qui mette fin aux marchandages des chefs d’États. Et sans attendre, pour offrir à nouveau un horizon de prospérité partagée, engageons notre continent sur la voix d’un Green New Deal créateur d’emploi, de bien-être et d’une conférence sur la dette qui referme le cycle honteux de la défiance entre européens : prenons le tournant du siècle qui vient.

Julien Bayou, Sandra Regol, porte-parole nationaux
Marie Toussaint, déléguée à l’Europe
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 16:51

Finalement si les Anglais quittent l'Europe c'est en raison de leur nationalisme car ils sont devenus de vilains droitistes limite fachos.

La question des réfugiés n'est pas en cause
La politique d'Angie la teutonne qui est sans doute bonne pour son pays mais moins adaptée (je modère  la formulation)  pour ce qui concerne l'étranger n'y est pour rien.
L'organisation des instances européennes n'est pas en cause.
L'usine à gaz qui tient lieu de pouvoir est irréprochable
Le déséquilibre économique qui entraine le chômage dans certains pays est sans importance.
La médiocrité doublée d'autisme politique des dirigeants de haut vol déconnectés des réalités est une légende.
L'arrogante suffisance ajoutée là encore au décrochage avec les électeurs des hauts fonctionnaires est une vue de l'esprit.
L'action des instances européennes qui s'occupent de problèmes nationaux qui tiennent à cœur aux gens, va les pénaliser dans leur quotidien mais est inefficace pour régler les dossiers essentiels ne mécontente personne.

Tous ces dysfonctionnements répétés, ces entraves à la vie de tous les jours, les décisions inadaptées ne peuvent pas mécontenter.
L'inaptitude structurelle à prendre des décisions rapides et cohérentes dans les affaires lourdes n'est pas une raison pour perdre confiance.

L'attitude méprisante et autoritaire de dirigeants et de fonctionnaires surpayés bénéficiant d'avantages exorbitants dont l'utilité est contestable mais le coût disproportionné avec le" "service rendu"ne sont pas des raisons pour avoir un sentiment de répulsion.

On vous le répète : si les Anglais quittent l'Europe c'est parce qu'ils sont droitistes, nationalistes et qu'en plus ils ne comprennent rien chloroformés qu'ils sont par des dirigeants médiocres voire débiles.
D'ailleurs en France on ne verrait pas pareille affaire, il n'y a que les réacs lepénistes qui se plaignent de l'Europe... avec tout de même quelques autres dont certains seraient dit on un peu à gauche... mais ce sont des affabulations destinées à nuire !

La désinformation a encore de beaux jours à vivre !


Dernière édition par tonton christobal le Sam 25 Juin 2016, 17:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 16:54

Gérard a écrit:
Un peu long

effectivement il est plus rapide de crier nationaliste réac facho...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 17:49

a.nonymous a écrit:




Pour le coup les propos récents d'Arnaud Montebourg, même si l'on a pu sourire à une certaine époque de sa marinière, ne sont pas totalement dénoués de sens:

"L'économie française est en danger et nous avons une clause de survie. Nous n'allons pas sacrifier la France aux intérêts théoriques de l'UE"

"Je propose que nous affrontions l'UE sur nos intérêts directs. On ne peut pas se laisser mourir silencieusement. L'UE a fait assez de dégâts avec l'économie française et même celle de toute la zone euro"


Voir ci-dessus: http://www.plateaufontenay.net/t2377-brexit-les-anglais-mettent-les-pieds-dans-la-soupiere#84179

Il est certain que les "particularités" consenties par les instances européennes à Cameron pour que les Anglais restent dans l'Europe font ou au moins devraient faire réfléchir d'autres dirigeants...
J'ai sauf erreur de ma part évoqué un peu plus haut dans ce fil cette idée...

Avant leur départ les Anglais ont administré la preuve que les instances européennes qui se comportent de manière abusivement autoritaires avec les faibles sont plus friables devant ceux qui sont "couillus". Belle leçon pour ceux qui n'ont de cesse de plier devant les caprices des incompétents qui dirigent la boutique à la dérive.

En bref les Anglais ont toujours été capables de défendre leurs intérêts...
Comme d'habitude chez nous on critique (on peut aller jusqu'à l'insulte) celui qui agit et ce avec d'autant plus de virulence que nous sommes incapables de faire la même chose.
Nous comportant en médiocre nous reprochons aux autres de ne pas agir à l'identique. Peut être avons nous un peu honte ?

Au lieu de leur reprocher cette manière d'agir peut être serait il plus intelligent de s'en inspirer... mais pour cela il faut autre chose qu'un velléitaire aux manettes.
Lorsque l'on pratique la politique du compromis permanent pour ne pas avoir à prendre de décision, non seulement on ne satisfait personne mais on mécontente tout le monde et on perd sa crédibilité... confiance ZERO !

Pour ma part que les Anglais quittent l'Europe n'est pas mon problème mais puisque nous Français y restons peut être serait il temps de retrouver une colonne vertébrale et de cesser d'accepter n'importe quoi venant des déconnectés irresponsables qui font la pluie et le beau temps chez nous.

Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14519
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 18:01

Il ne faut pas dire nationalistes? Disons alors des électeurs sensibles aux arguments de propagandistes anti-Europe qui réagissent favorablement aux discours populistes que d'habiles protagonistes ont tenu ces derniers temps.
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 18:05

Les Grand Bretons ont-il été réellement en Europe?
Le seul intérêt, pour eux, été l' ouverture au marché européen mais jamais dans une volonté de créer ou s' intégrer dans une véritable identité Européenne.
Il n' empêche que l' Europe manque cruellement de politiques audacieux, que la construction Européenne ( élargissements sans contrôles réels ) sa "fonctionnarisation" sont le fait de ce manque de volonté et de propositions politiques.
Pour ne parler que de la France, quelles sont les projets européens portés par nos politiques, même pour les élections européennes ont ne parle pas de ce sujet.
A toutes fins utiles, rappelez-vous que :
1- la commission européenne propose
2- Le conseil des ministres et le parlement européen disposent et votent.

Pour faire court :
http://images.google.fr/imgres?imgurl=https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/91/Institutions_de_l%27Union_europ%25C3%25A9enne.svg/500px-Institutions_de_l%27Union_europ%25C3%25A9enne.svg.png&imgrefurl=https://fr.wikipedia.org/wiki/Institutions_de_l%27Union_europ%25C3%25A9enne&h=375&w=500&tbnid=1BYgwD91CKHCAM:&tbnh=92&tbnw=122&docid=xooKfrzJw0uydM&usg=__IjVc5fWg5cv9be50f0XPzQj1_-E=&sa=X&ved=0ahUKEwjTzpLlwMLNAhVrCMAKHbjlAuoQ9QEIKzAB
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 18:08

Si être nationaliste se résume à défendre les intérêts de son pays... et à ne pas être dupe des mensonges... on devrait y réfléchir.
Si tout fonctionnait parfaitement la supposée propagande ne prendrait pas !
Changer les mots pour avoir raison est une piètre technique lorsqu'en permanence on se trompe de diagnostic.
Continuons à ne pas voir où se trouve le problème ! La vérité à tort si elle contredit la doctrine.  

Chacun dit et pense ce qu'il veut mais il est inutile de me prendre à partie je refuse de perdre mon temps, il faut être sélectif avec ses interlocuteurs.


Dernière édition par tonton christobal le Sam 25 Juin 2016, 18:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 18:12

mamiea a écrit:
Les Grand Bretons ont-il été réellement en Europe?
Le seul intérêt, pour eux, été l' ouverture au marché européen mais jamais dans une volonté de créer ou s' intégrer dans une véritable identité Européenne.
Il n' empêche que l' Europe manque cruellement de politiques audacieux, que la construction Européenne ( élargissements sans contrôles réels ) sa "fonctionnarisation" sont le fait de ce manque de volonté et de propositions politiques.
Pour ne parler que de la France, quelles sont les projets européens portés par nos politiques, même pour les élections européennes ont ne parle pas de ce sujet.
A toutes fins utiles, rappelez-vous que :
1- la commission européenne propose
2- Le conseil des ministres et le parlement européen disposent et votent.

Pour faire court :
http://images.google.fr/imgres?imgurl=https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/91/Institutions_de_l%27Union_europ%25C3%25A9enne.svg/500px-Institutions_de_l%27Union_europ%25C3%25A9enne.svg.png&imgrefurl=https://fr.wikipedia.org/wiki/Institutions_de_l%27Union_europ%25C3%25A9enne&h=375&w=500&tbnid=1BYgwD91CKHCAM:&tbnh=92&tbnw=122&docid=xooKfrzJw0uydM&usg=__IjVc5fWg5cv9be50f0XPzQj1_-E=&sa=X&ved=0ahUKEwjTzpLlwMLNAhVrCMAKHbjlAuoQ9QEIKzAB

Les grands bretons ont toujours été capables de défendre ce qu'ils estimaient être leurs intérêts... doit on les blâmer parce que nous ne sommes pas capables ou ne voulons pas défendre les nôtres ?
On reproche en fait aux autres de mettre par leur attitude nos faiblesses en relief.

Sous peu nous allons en revenir à l'Europe des nations, ça devrait rappeler quelques souvenirs
à moins que ce soit à l'Europe à deux vitesses... encore un effort de mémoire peut être ?



Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3575
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 20:26

Merkel et sa conception de l'accueil debridé des réfugiés -immigrés est très responsable de ce bouleversement. Poutine se frotte les mains.

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 20:44

tonton christobal a écrit:

Les grands bretons ont toujours été capables de défendre ce qu'ils estimaient être leurs intérêts... doit on les blâmer parce que nous ne sommes pas capables ou ne voulons pas défendre les nôtres ?
On reproche en fait aux autres de mettre par leur attitude nos faiblesses en relief.

Sous peu nous allons en revenir à l'Europe des nations, ça devrait rappeler quelques souvenirs
à moins que ce soit à l'Europe à deux vitesses... encore un effort de mémoire peut être ?

Qui dit le contraire, pas moi. Comme pour le football (pour rester dans l' actualité) il y a des règles si l' on ne veut pas s' y soumettre on ne joue pas, autrement dit ou l' on accepte les règles de l' union ou on n' en fait pas parti. Ce principe de base est bafoué par nos dirigeants qui (comme Flambi) sont plus dans la synthèse que dans l' application des règlements. A force de compromis de bassesse on en arrive à la situation actuelle.

En ce qui concerne la Grande Bretagne, il y a bien longtemps que le peuple ne veut pas de l' Europe donc pas de surprise. Par contre il n' y aucune raison de laisser à ce pays des droits de regard et de décisions sur la conduite des affaires européennes. Retour à la situation d' avant donc frontière à Douvres et non à Calais, droit de douanes réactualiser et renégociation des accords commerciaux.
Règles valables pour tout pays voulant sortir de l' union.

Va-t-on vers une Europe des nations ou bien celle des égoïsmes nationaux? Dans ce cas là c' est vers la destruction de cet idéal que nous nous dirigeons.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14519
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 21:07

La coopération européenne peut être la solution à défaut de fédéralisme ou d'Europe des Nations.

Après le vote des Britanniques en faveur du Brexit, la députée européenne et vice-présidente du Modem plaide pour l’élaboration d’une troisième voie européenne.

Députée européenne depuis 1999 et bras droit de François Bayrou, Marielle de Sarnez, vice-présidente du Modem, a l’idéal européen chevillé au corps. Après le vote des électeurs britanniques en faveur de la sortie de l’Union, elle plaide pour la reconstruction de celle-ci sur une base politique et démocratique et pour l’élaboration d’une troisième voie européenne. Un contrepieds à l’Europe technocratique imposée par les responsables bruxellois.

Le résultat du vote britannique marque-t-il le début d’une déconstruction de l’Union européenne ?
Bien sur, ce risque existe. Et la seule manière de l’éviter est de changer d’Europe. Le risque de délitement augmentera d’autant plus que nous nous montrerons incapable de lui opposer un projet fort et fédérateur. A ceux qui pensent que le départ de la Grande Bretagne est finalement une bonne chose, qu'on pourra dès lors aller de l'avant vers «une intégration fédérale» sans rien changer de ce qui ne va pas, je dis qu'ils se trompent et qu'ils vont vers de cruelles désillusions.

Quelles seront les conséquences ce Brexit ?
Je crains que personne ne soit en mesure de les mesurer exactement aujourd’hui. Mais, à coup sur, elles seront graves. Elles vont se faire sentir en premier lieu pour la Grande Bretagne elle-même. La question de l'unité du Royaume-Uni et de son intégrité territoriale va se poser très rapidement. L'Ecosse et l'Irlande vont regarder vers l'Europe et être tentés de tourner le dos à Londres. C'est bien entendu un danger pour les Britanniques.

Et qu'en est-il pour l'Europe ?
C'est aussi une menace pour les pays de l'Union. Nous entrons dans une zone d'instabilité et de tensions qui nous fait courir des risques sur tous les plans. La vérité est qu'on n'est plus à l'abri d'un accident majeur. Avant d’apporter à cette crise des réponses toutes faites, il faut bien évidemment s’interroger aujourd’hui sur les rapports entre le peuple et ce qu’il est convenu d’appeler «les élites». Cette question se pose désormais partout et tant que nous ne la résoudrons pas, nous ne pourrons pas avancer. On ne peut pas faire l’Europe sans les peuples. Les pères fondateurs ont trop souvent considéré que l’Europe était une affaire trop sérieuse pour être confiée aux passions populaires et qu'il était sage d'en réserver la direction à une poignée d'initiés. Ce n'est plus tenable aujourd'hui. Les peuples européens vivent aujourd’hui très mal une mondialisation, la «globalisation» dans le vocabulaire anglo-saxon. Et ils ont l’impression que leurs dirigeants sont intégralement parties prenantes et participent de cet état de fait.

Comment sauver l’Europe ?
Il faut véritablement une Europe plus démocratique et plus politique. Quand François Hollande décroche son téléphone pour donner son feu vert à la Commission européenne afin qu’elle négocie un traité commercial avec les Etats-Unis sans qu’il n’y ait eu auparavant aucun débat, rien de rien, ni à l’Assemblée, ni au Sénat, ce n’est juste plus possible.

N’est-ce pas un peu paradoxal de demander une autre Europe quand c’est le principe même de l’Union qui est rejetée ?
L’Union est une nécésssité vitale. Nos pays, s'ils se retrouvent isolés, seront incapables d'apporter une réponse aux crises lourdes auxquelles nous sommes confrontés et qui vont inéluctablement s'aggraver. Pour le moment nous n’avons qu'une Europe technocratique, celle des marchés à coups de réglements, de directives et de normes. Mais absolument pas l'Europe politique dont nous avons besoin. Pourquoi, par exemple, devrions nous nous montrer plus naïf que les Américains ou les Chinois qui eux, protègent leurs marchés. Alors que nous pas du tout. L’Europe fédéraliste telle qu’elle est rêvée dans les couloirs de Bruxelles, ne constitue pas un horizon crédible. Pas plus d’ailleurs qu’une Europe des Nations qui ne serait qu’une addition d’égoismes nationaux. Il faut réussir à bâtir une troisième voie qui soit celle d’une Europe que je qualifie de «coopérative». Pour y parvenir, il faut un véritable leadership franco-allemand, et il faudra à la tête de la France, un président qui porte enfin une vraie vision de l'Europe.


Dernière édition par Libellule le Sam 25 Juin 2016, 21:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 21:11

AFP, publié le samedi 25 juin 2016 à 08h10
Brexit: les éditorialistes de la presse française appellent les Etats membres de l'Union européenne à une réaction énergique pour sauver l'UE
Les éditorialistes de la presse française appellent samedi les Etats membres de l'Union européenne à une réaction énergique pour sauver l'UE après le grave revers que constitue la décision des Britanniques de la quitter.

"L'UE encaisse un revers de proportion historique", reconnaît comme ses confrères Jérôme Fenoglio, du Monde.
Et de poursuivre: "Nous pensons d'abord à l'Europe. Les 27 ne peuvent pas ne pas en tirer les conséquences. Le pire serait de continuer comme avant. L'UE doit considérer que le référendum d'outre-Manche l'oblige à une réflexion profonde sur ce qu'elle doit être et le tournant qu'elle doit prendre."

Le Monde avec "Le Royaume-Uni quitte l'Europe", Libération avec "Good luck", Le Figaro avec "Séisme en Europe" ou Le Parisien avec "Ce que le Brexit va changer", tous ces quotidiens nationaux font leur Une avec la décision par référendum des Britanniques de claquer la porte de l'Union européenne.

"L'Europe est une maison commune: elle brûle. Ses dirigeants ont donc rendez-vous avec l'Histoire. La réaction doit être à la hauteur de l'événement. On attend les actes", assène Laurent Joffrin dans Libération.

Mais pour sauver l'UE, "il faut être prêt à tout revoir: la méthode, les objectifs et les participants", prévient dans Le Figaro Philippe Gélie, pour qui le départ du Royaume-Uni de l'UE "n'est pas la fin du monde, mais la fin de l'Europe telle que nous la connaissions."

"L'Union européenne ne sera plus la même désormais", renchérit François Régis Hutin, de Ouest-France. Et désormais pour lui, "il est urgent qu'un sursaut permette à l'Union de se remettre en marche."  - 'Peut-être salvateur'

"Devenu boiteux, ce modèle d'Europe politique prend une gifle magistrale", constate Didier Rose, des Dernières Nouvelles d'Alsace. "C'est dur. Et peut-être salvateur", ajoute-t-il. Car pour lui "l'idéal européen est en mesure de survivre au Brexit. À condition de ne pas s'enferrer dans les mêmes erreurs". A condition "d'avoir un peu de courage et d'oser reconnaître que l'Europe a besoin d'une refondation politique pour se prémunir d'une dislocation mortelle", avertit Hervé Chabaud, de l'Union/L'Ardennais.

"L'Europe qu'on nous impose, asphyxiée par son absence d'idéal, n'est pas celle dont nous avons rêvé", rappelle Jérôme Glaize, de Presse Océan. "L'Europe et ses dirigeants se contentent de médiocrité depuis trop longtemps", s'indigne pour sa part Bruno Geoffroy, du Courrier de l'Ouest.

"C'est toute la construction européenne qu'il faut reprendre", explique Jean-Marcel Bouguereau, de la République des Pyrénées. "Il faut apporter une réponse à la hauteur à l'avertissement britannique car si les leçons de cette défaite ne sont pas tirées, alors l'Union européenne sera clairement menacée", écrit-t-il. Et "ce Brexit n'aura pas été un pic de crise, mais plutôt la première étape de la désagrégation européenne", prévient Daniel Muraz, du Courrier Picard.

"La suite, c'est aux dirigeants des 27 de l'écrire et de se montrer à la hauteur du défi. Il faut passer très vite aux actes", écrit Hervé Favre, dans la Voix du Nord, avant de poursuivre en guise de conclusion : "Peut-être dira-t-on un jour merci à nos amis anglais pour avoir créé l'électrochoc qui aura ranimé le patient européen."

-------------------------------------
Cette revue de presse généraliste est convergente dans ses conclusions:
Une gestion européenne inadaptée produit inévitablement des mécontents.
D'autre part les disparités structurelles et économiques dont on a refusé de tenir compte au sein des pays européens ne pouvait que bloquer les mécanismes.

Pour ce qu'il en est d' Angie ses exigences financières et son entêtement pro immigration sont à prendre en compte dans le résultat final. Je crains qu'elle ne comprenne pas le message à moins que la situation intérieure devienne sensible auquel cas en persistant (ce qu'elle fera) elle sera virée.
Il y a déjà des pays de l'ex bloc de l'est qui se regroupent pour s'opposer à elle...

On ne peut harmoniser d'un coup de baguette magique une entité aussi disparate économiquement... peut être est il temps de faire une marche arrière et de réorganiser l'usine à gaz.

Le big boss de l'ONU hier reçu par flanbi souhaite que l'Europe continue à collaborer avec les instances internationales surtout en matière d'immigration... encore un qui n'a pas compris le film ! à ce niveau de non compréhension on touche les sommets de la négation des réalités.

NB ces imbéciles de journalistes ne lisent pas le forum du plateau car ils ne mentionnent pas les populistes d'où vient tout le mal...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 21:25

Pour ce qui concerne Calais, j'ai exprimé ce que je sais en matière de contrôle frontière... je ne vais pas infliger une fois de plus un cours de droit international qui visiblement n'intéresse personne.
Répéter une explication que visiblement on n'écoute pas ou que l'on ne veut pas comprendre est inutile.

Puisque pour certains c'est la solution, il faut le faire : supprimons le contrôle anglais à Calais et attendons le bilan.

Dans les trois mois qui suivront la mise en place de la mesure, lorsque la vérité de la situation sera connue il sera temps pour moi d'en expliquer une fois de plus les causes.
Pour l'instant je laisse dire et j'attends avec intérêt que l'on fasse... le résultat sera cinglant et les conséquences douloureuses.

NB : je constate que le ministre de l'intérieur français tout comme la maire de la ville eux semblent avoir compris où était leur intérêt...



Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14519
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 21:35

Olivier Costa (extraits)

Le Brexit, l’histoire et les pièges du populisme

Olivier Costa Directeur de recherche au CNRS et directeur d’Etudes au Collège d’Europe

LEON_NEAL_AFP
“Félicitations Monsieur Cameron, vous êtes entré dans l’Histoire!” On se souviendra de lui comme de l’habile stratège qui, pour apaiser les rivalités au sein de son parti, récupérer les voix des eurosceptiques et ménager sa carrière politique, a réussi d’un geste à faire sortir son pays de l’Union, à enclencher un processus de démembrement du Royaume-Uni, à faire du rejet de l’étranger le cœur du débat politique britannique, et à donner des ailes à tous les populistes d’Europe. Dans Guerre et paix, Tolstoï s’interrogeait longuement sur la capacité d’un seul homme à peser sur l’histoire: David Cameron démontre que c’est possible, même par le hasard d’un mauvais calcul politique.

Le Brexit, un appel à saisir l’importance des dérives populistes qui touchent les démocraties européennes

Foin de sarcasme, il est trop tôt pour évaluer les conséquences du référendum sur le destin économique, politique, social, et même géographique, du Royaume-Uni, et sur celui de l’Union européenne et de ses Etats membres. Elles dépendront largement de la capacité des responsables britanniques et de leurs partenaires européens à gérer l’après-référendum, et des stratégies que développeront les uns et les autres. Dans l’immédiat, il faut comprendre le Brexit comme un appel pressant à saisir l’importance des dérives populistes qui touchent les démocraties européennes, et à mesurer les conséquences politiques de l’atonie du débat sur l’intégration européenne.

Partout en Europe, on voit émerger des partis, des mouvements ou des candidats qui prétendent s’exprimer au nom du peuple et entendent le flatter en proposant des solutions radicales et simplistes à des problèmes complexes. Ils ont en commun de faire largement appel, non pas à la raison ou à l’idéologie, mais aux sentiments: de peur et de haine de l’autre pour les uns, de colère et de ras-le-bol pour les autres, de défiance vis-à-vis des élites et des institutions, nationales et européennes, dans les deux cas.
Cette montée des mouvements populistes et antisystèmes n’est pas le fruit du hasard. Elle résulte d’abord d’un contexte de crise économique, politique et sociale, mais aussi de perte de repères idéologiques. Les citoyens sont aujourd’hui obnubilés par la peur du déclin social, économique, politique, culturel et environnemental, pour eux, leurs enfants et leur pays, et ne croient plus en des lendemains meilleurs. Les médias alimentent chaque jour les craintes que suscitent le réchauffement climatique, la désindustrialisation, le progrès technologique, l’épuisement des ressources naturelles, le terrorisme et les migrations.

#####

En clair, le plateau reflète toutes les analyses du moment, en respectant les vocabulaires entre croisés. Sans cibler un mot plutôt qu'un autre.

Il n'est donc pas interdit de dire ce que l'on pense sans avoir à recevoir de leçons.

Pendant la campagne présidentielle de 2012, Nicolas Sarkozy a espéré l'emporter, en ces temps de crise, en puisant dans les thématiques du Front national. La même méthode a tenté David Cameron en Grande-Bretagne en 2013 qui commença à draguer sur les terres de l'Ukip. On en voit le résultat en 2016.
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 22:05

tonton christobal a écrit:
Pour ce qui concerne Calais, j'ai exprimé ce que je sais en matière de contrôle frontière... je ne vais pas infliger une fois de plus un cours de droit international qui visiblement n'intéresse personne.
Répéter une explication que visiblement on n'écoute pas ou que l'on ne veut pas comprendre est inutile.

Puisque pour certains c'est la solution, il faut le faire : supprimons le contrôle anglais à Calais et attendons le bilan.

Dans les trois mois qui suivront la mise en place de la mesure, lorsque la vérité de la situation sera connue il sera temps pour moi d'en expliquer une fois de plus les causes.
Pour l'instant je laisse dire et j'attends avec intérêt que l'on fasse... le résultat sera cinglant et les conséquences douloureuses.

NB : je constate que le ministre de l'intérieur français tout comme la maire de la ville eux semblent avoir compris où était leur intérêt...



Ce qui importe est de récupérer notre frontière quand au résultat immédiat ce ne seront plus les pandores français qui auront à empêcher les migrants de traverser mais bien aux anglais de leur interdire l' entrée.

Plus largement encore une fois il aura fallu une grande claque dans la figure pour faire réagir nos politiques, jusqu' a quand ?
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 707
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 22:08

Si demander son avis au peuple c'est du populisme ....

Les questions à se poser son plutôt:
Les britanniques ont ils un jour été dans l'Europe?
Les leaders britanniques ont ils correctement fait leur devoir explication et de préparation de l'avenir?

Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 3125
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 22:30

Quelles relations désormais entre le Royaume-Uni hors UE et l'Union européenne ?
Il faut rappeler que cela existe déjà pour Islande, Norvège et Suisse qui sont trois pays européens hors UE, avec de multiples accords individuels avec UE. Sans oublier la Turquie et autres pays à l'Est.

Sauf que les anglais voudront sans doute un statut sur mesure, ce qui annonce de très longues négociations occupant une grande partie du temps de cerveaux disponibles européen.
Cela alors même que d'une part les problèmes urgents non résolus ne manquent pas, et d'autre part de plus en plus de voix s'élèvent pour réclamer une renégociation globale...

Par ailleurs, la presse signale une soudaine forte augmentation des vocations à la double nationalité, chez les anglais ayant un ancêtre irlandais et chez ceux habitant dans un autre pays de l'Union européenne ...
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 3125
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 22:35

"renégociation globale" des traités, des institutions européennes, etc
Au moins, à la présidentielle 2017, on va parler de l'Europe
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14519
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 22:37

@Thierry demander au peuple n'est pas du populisme, cela va de soi. Évitons les contre sens. C'Est la manière de faire campagne et de discourir qui crée le populisme. Je distingue le vote populaire du discours populiste pour ma part. Quand le peuple devient réceptif au discours populiste il y a toujours remontée de nationalisme exacerbé sur fonds de crise sociale. Mettez le dans l ordre ou vous voulez social nationalisme ou national socialisme, cela dépote et ne rend pas le peuple forcément clairvoyant.


Dernière édition par Libellule le Dim 26 Juin 2016, 00:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 23:30

mamiea a écrit:

Ce qui importe est de récupérer notre frontière quand au résultat immédiat ce ne seront plus les pandores français qui auront à empêcher les migrants de traverser mais bien aux anglais de leur interdire l' entrée.

Plus largement encore une fois il aura fallu une grande claque dans la figure pour faire réagir nos politiques, jusqu' a quand ?

A toutes fins utiles je crois devoir vous signaler qu'au départ de France pour un pays étranger ne faisant pas partie de l'espace Schengen les autorités françaises sont tenues de faire un contrôle. Ce qui se fait au départ pour les USA ou la Russie... en que normalement on ne doit pas laisser passer un voyageur non en règle pour le pays de destination. Soit dit en passant contrôle qui n'incombe pas aux pandores mais aux policiers de la PAF.
Lors de son arrivée le passager contrôlé par les autorités locales qui ne sera pas en règle ne sera pas autorisé à pénétrer chez les Anglais.
Il restera donc sur le bateau ou dans le train pendant l'éternité... à faire l'aller retour France Angleterre... à moins que subitement il demande l'asile chez nous.
S'il se trouve à bord d'un véhicule même punition avec en plus la confiscation de la voiture ou du camion. Je pense que les entreprises vont apprécier modérément.
Le transporteur aérien, ferroviaire ou maritime se verra infliger une amende donc c'est lui qui empêchera les clandestins de monter à bord.
Dans le tunnel nous aurons un trafic paralysé régulièrement par de la charpie de migrants... ce qui facilitera le travail des policiers, des pompiers... et les occupera à faire des enquêtes.

POur ce qu'il en est du travail des Anglais... n'ayant pas supprimé leurs postes de contrôle ils feront ce qu'ils ont l'habitude de faire.
Les plus pénalisés seront les transporteurs...
Pour ce qui concerne les jungles en France : les "migrants" pensant que le passage sera plus facile vont rappliquer encore plus nombreux... et attendrons comme d'habitude chez nous avec les grands avantages que nous en tirons.
Les Anglais étant pragmatiques, ils disposent déjà de lieux de rétention ou les irréguliers séjournent parfois des mois avant de repartir... ou que la situation se décante. Ce n'est pas comme chez nous où on est libre, on finance l'hôtel et on verse du fric.
Ce sera leur problème il faudra sans doute créer de nouveaux centre de séjour... à moins que la nouvelle se répande et que les migrants choisissent de demander l'asile en France et abandonne l'idée de se rendre ailleurs (ce qui commence à se faire maintenant)

Libre à vous de croire le contraire et de m'expliquer comment se traite ce genre de dossier que bien sur je ne connais pas...
IL suffit d'être patient et d'attendre que l'on renvoie les Anglais sur leur ile pour faire le bilan.


Dernière édition par tonton christobal le Sam 25 Juin 2016, 23:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Sam 25 Juin 2016, 23:35

thierry a écrit:
Si demander son avis au peuple c'est du populisme ....

Les questions à se poser son plutôt:
Les britanniques ont ils un jour été dans l'Europe?
Les leaders britanniques ont ils correctement fait leur devoir explication et de préparation de l'avenir?


Les Anglais sont dans l'Europe "à leur manière"... comme toujours et comme les Européens ont été assez.... (choisissez le mot qui convient) pour se plier à leurs demandes... pourquoi se seraient ils gênés ?

Churchill disait : entre le continent et le large nous choisirons toujours le large.

Doit on en revenir à De Gaulle qui connaissant le pays et ses dirigeants n'en voulait pas ?
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12383
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !   Dim 26 Juin 2016, 00:16

L'édito du Monde...


"l’immigration, le contrôle des frontières, la dénonciation des centaines de milliers de travailleurs européens venus en Grande-Bretagne ont été au cœur des artisans de la campagne pour le « Brexit ». Ce fut même leur principal argument, celui sur lequel ils ont gagné. Le vote des Britanniques a été en fait un vote essentiellement anglais, émanation de l’Angleterre pauvre, malmenée par la mondialisation. Mais nombre d’entre eux le disent volontiers : le vote « Brexit » est plus anti-immigration qu’europhobe."


http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/06/25/le-vote-des-malmenes-de-la-mondialisation_4958072_3232.html a écrit:
« Brexit » : le vote des malmenés de la mondialisation

LE MONDE | 25.06.2016 à 11h44 • Mis à jour le 25.06.2016 à 12h37

Editorial du « Monde ». « Une bonne chose », a déclaré l’Américain Donald Trump à l’annonce de la décision des Britanniques, jeudi 23 juin, de sortir de l’Union européenne (UE). Ailleurs, partout, dans l’ensemble des 27 autres pays membres de l’UE, à l’extrême droite ou souvent aussi à l’extrême gauche, toutes les formations protestataires se sont félicitées de ce vote. Cette unanimité s’explique. Elle a un sens. Elle est fondée sur un malaise commun à l’ensemble du monde occidental – le vieux Nord riche – face au même phénomène : la mondialisation, à laquelle sont attachées les économies émergentes.

Trump, le candidat républicain pour le scrutin de novembre aux Etats-Unis, est farouchement protectionniste, comme l’était Bernie Sanders, celui qui fut longtemps le prétendant démocrate. Le promoteur immobilier new-yorkais veut taxer les importations chinoises et protéger de la concurrence des secteurs entiers de l’industrie américaine. A l’encontre de Sanders, cette fois, Trump s’en prend aussi à l’autre face de la mondialisation : l’immigration. Il veut sceller les frontières du pays, interdire l’entrée des Etats-Unis aux musulmans et chasser 11 millions de travailleurs illégaux venus du sud du Rio Grande.

Mais, pour nombre d’Européens, l’incarnation la plus immédiate de la mondialisation, c’est l’UE. L’Europe de Bruxelles, telle que l’ont voulue les Vingt-Huit démocraties qui la composent, a un profil bien précis : elle est libre-échangiste, elle assure la libre circulation des biens, des services et des capitaux entre ses membres, enfin, elle garantit à tous les ressortissants des Vingt-Huit la libre installation dans le pays de leur choix au sein de l’Union.

Or l’immigration, le contrôle des frontières, la dénonciation des centaines de milliers de travailleurs européens venus en Grande-Bretagne ont été au cœur des artisans de la campagne pour le « Brexit ». Ce fut même leur principal argument, celui sur lequel ils ont gagné. Le vote des Britanniques a été en fait un vote essentiellement anglais, émanation de l’Angleterre pauvre, malmenée par la mondialisation. Mais nombre d’entre eux le disent volontiers : le vote « Brexit » est plus anti-immigration qu’europhobe.

Derrière le thème fourre-tout de l’immigration, ce qu’on dénonce, à tort ou à raison, chez les Anglais les plus à la peine, c’est la pression à la baisse sur les salaires, sur les services publics et sur le niveau de l’école, qui serait due, selon eux, aux travailleurs étrangers et à leurs familles. La défaite est ici non seulement celle de David Cameron, mais plus encore celle du chancelier de l’Echiquier, George Osborne, qui, au nom d’un fondamentalisme budgétaire absurde, a procédé à une diminution irresponsable de l’Etat-providence.

Et qui sont les électeurs de Donald Trump, sinon ces Américains blancs, âgés de 50 ans et plus, déclassés, marginalisés, appauvris par la mondialisation ? Ou qui se perçoivent comme tels. A peu de chose près, le portrait de l’électeur protestataire en Europe est le même – une victime de l’énorme transition en cours dans le monde et qui, souvent dans une bouffée de nostalgie, voit dans l’immigration la cause première de ses difficultés. Ce grand malaise, qui est aussi culturel et touche également les classes moyennes, devrait être la préoccupation première des partis de gouvernement. Sauf à devoir être battus par des formations protestataires qui n’ont à vendre que des remèdes miracles – voire pire encore.
Source: http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/06/25/le-vote-des-malmenes-de-la-mondialisation_4958072_3232.html
Revenir en haut Aller en bas
 
Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Brexit - Les Anglais mettent les pieds dans la soupière !
» pourquoi les bébés mettent tous à la bouche ?
» Des HLM nouvelle génération les pieds dans le terroir
» Bon Jeudi
» Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: