Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
a.nonymous



Messages : 12183
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Sam 14 Nov 2015, 09:45

Rappel du premier message :



http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/11/13/fusillade-meurtriere-a-paris_4809485_3224.html a écrit:
Attaques à Paris : le point sur l’enquête et le déroulé des attaques

Le Monde.fr | 13.11.2015 à 22h04 • Mis à jour le 15.11.2015 à 22h31

Il s’agit de la pire attaque terroriste qui ait jamais frappé la France. Six attaques ont eu lieu simultanément à Paris et à Saint-Denis, vendredi 13 novembre.

Un bilan provisoire fait état d’au moins 129 morts et 352 blessés, dont beaucoup dans un état grave, selon le procureur de la République de Paris, François Molins, mais il pourrait s’alourdir. Sept terroristes sont morts, tous après avoir actionné leurs ceintures explosives.

L’organisation Etat islamique a revendiqué ces meurtres, samedi. François Hollande a promis que « la France sera [it] impitoyable à l’égard des barbares ». Il a décrété un deuil national de trois jours et a annoncé que « tous les dispositifs » de sécurité seraient renforcés à leur niveau maximal.

Le procureur François Molins a évoqué 3 équipes de terroristes, qui ont mené « des actions coordonnées ». Elles étaient équipées du même type d’armes, et surtout portaient toutes des gilets explosifs de même genre, composés de TATP (peroxyde d’acétone) et d’un dispositif avec les mêmes piles et boutons-poussoirs.
---/---
Source: http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/11/13/fusillade-meurtriere-a-paris_4809485_3224.html


Dernière édition par a.nonymous le Sam 16 Juil 2016, 00:33, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Gérard



Messages : 3447
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Mar 14 Juin 2016, 21:01

Il était sans doute fiché S !
Revenir en haut Aller en bas
Robin

avatar

Messages : 1174
Date d'inscription : 13/02/2011

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Mar 14 Juin 2016, 21:30

J'ai écouté avec attention les propos d' Alain Juppé lors de son entretient sur TF1.
J'ai retenu, entre autres, son avis sur l'Islam en France (et non DE France) et notamment sa tolérance dans la mesure ou le Coran appliqué soit expurgé de tout ce qui n'entre pas dans le cadre de la République et ne respectent pas nos us et coutumes voire nos traditions.
Le Vivre ensemble exclu derechef l'idée de conquête trop souvent affiché par bien des représentants de cette religion.
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Mar 14 Juin 2016, 23:35

a.nonymous a écrit:
Suite à l'attentat d'Orlando nous avons eu droit à un concert de voix s'élevant pour dénoncer un attentat homophobe et non un attentat  islamiste contre notre mode de vie occidental...

J'attends aujourd'hui d'entendre ces mêmes voix s'élever aussi vivement contre l'attentat dont ont été victimes ces deux "gardiens de la paix"...



L' homophobie est reconnue, a quand la "flicophobie" ? Pourtant on a entendu des appels au meurtre par des soi disant "anti fascistes" si bien pensant.
Reconnaître un attentat islamique serait un aveux d' incapacité devant un tel problème, et ça n' est pas admissible de la part des autorités.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Mer 15 Juin 2016, 03:53

Il n'y a pas des cathos français ou des juifs français pas plus que des musulmans français !
Il y a des Français qui ont une religion ! et d'autres qui n'en ont pas et sont aussi Français.
Ce qui prime n'est ou ne devrait pas être la religion ...

En mettant la religion devant la nationalité on cultive le communautarisme ! c'est si simple et évident à voir et à comprendre, que l'on se demande comment nos politicards, nos pisse copie et tous ceux qui se prennent pour des directeurs de conscience ne le comprennent pas... de là à penser que c'est une façon (une de plus) de saper l'unité nationale ou l'autorité d'un état qui serait subordonné à la religion c'est peut être une voie de réflexion à explorer.


Dernière édition par tonton christobal le Mer 15 Juin 2016, 15:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Mer 15 Juin 2016, 04:57

mamiea a écrit:


L' homophobie est reconnue, a quand la "flicophobie" ? Pourtant on a entendu des appels au meurtre par des soi disant "anti fascistes" si bien pensant.
Reconnaître un attentat islamique serait un aveux d' incapacité devant un tel problème, et ça n' est pas admissible de la part des autorités.  

Nous connaissions les policiers morts en service : écrasés par une voiture, flingués pour un oui ou un non sur la voie publique, nous connaissions les archers du roi ou les pompiers tombant dans des embuscades...

Maintenant on trucide à domicile... et en plus la famille. C'est le terrorisme : lequel ? d'où vient il ? pas de problème les Français tuent des Français tout est dit !

Nous progressons ! une merveille cet état d'urgence où les manifestations sont interdites, où on va mettre les terroristes hors d'état de nuire...
Ne parlons pas de prisons...

Pas d'amalgame ! le gouvernement s'occupe de tout ! l'orphelin de 3 ans bénéficie d'un soutient psychologique, le président débordé délègue son ministre de l'intérieur pour les formalités funèbres...
Dormez bien brave gens... à propos on ne parle plus des migrants, seraient ils retournés chez eux ?
Revenir en haut Aller en bas
KURUN



Messages : 97
Date d'inscription : 23/01/2015

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Mer 15 Juin 2016, 05:57

Bravo aux membre de la Xxxxxxxx xxxxxx qui ce sont attaqué a l'hôpital NECKER la ou il y a des enfants malades qui souffres dans l'après midi  a ceux qui ont pissée sur le travail d'honnêtes travailleurs dans un salon et atelier  gâchant des heures de travail
Et si la CGT et le FG condamnait cette acte terroristes contre nos policiers et organisait une quête pour le petit orphelin auprès de leurs troupes ont est encore autorisés à rêvé non ?
et si les honnêtes gens organiserais une manif XXXXXXXXXXXXX

(Intervention du webmaster)
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 2995
Date d'inscription : 08/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Mer 15 Juin 2016, 06:47

Une fois de plus KURUN vous écrivez n'importe quoi, ce n'est pas en employant de tels mots que vous ferez avancer les choses, vous faites exactement la même chose que ceux qui vous dites combattre, il faut être plus intelligent que ça.

De plus vous faites du tord au parti que vous voulez représenter, pas la bonne méthode.
Revenir en haut Aller en bas
KURUN



Messages : 97
Date d'inscription : 23/01/2015

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Mer 15 Juin 2016, 09:01

je n'est aucun partis moi je ne fait que répété les déclaration du ministre de l'intérieur sur France 2 qui très en colère à précisé que l'enfant des policier tué est à NECKER et ceci est repris sur tous les réseaux socio
Donc vieux Breton ne dites pas n'importe quoi et ne soutenez pas vos potes de la C G T
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 2995
Date d'inscription : 08/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Mer 15 Juin 2016, 16:16

Cela m'étonnerai que le ministre de l'intérieur appel à bruler le siège de la CGT et je suppose aussi qu'il ne traite pas les membres de ce syndicat de racaille. Mesurez vos propos et faite en sorte de faire mieux que ceux que vous dites combattre, cela vous grandira un peu.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Mer 15 Juin 2016, 17:13

Décidément, aucune outrance n’arrêtera les Bobos ! Il semblerait qu’ils n’aient toujours pas digéré que des millions de personnes – des homophobes, clament-ils – aient pu défiler dans les rues, à de nombreuses reprises pour s’opposer à la dénaturation du mariage et surtout au « droit à l’enfant » institués par la loi Taubira.
Rejoignant ainsi Pierre Bergé qui, je cite « ne pleurerait pas si une bombe sautait dans les Manifs pour tous« , plusieurs auteurs de tweets ont osé rendre la Manif pour tous responsable – quelque part – du massacre perpétré par un islamiste dans une boîte pour gays de Floride :
En lisant ces édifiants tweets, nous nous rendons compte que nous étions passés totalement à côté de la signification de cet attentat d’Orlando ! Bêtement, nous avions retenu, principalement, qu’il s’agissait d’un attentat islamiste réalisé par un musulman qui avait clairement annoncé sa soumission à Daesh. Il s’agissait de tuer des mécréants au nom de la défense de l’islam.
Et bien non, le point important n’est pas là ! Seul le fait que les victimes soient des homosexuels était important aux yeux de ces bobos gauchisants pour qui seules les minorités sont belles et méritent leur compassion !
Mais le pire n’est pas là ! Chez ces bobos, qui dénoncent en permanence l’amalgame entre islam et islamisme, entre musulmans et terroristes, c’est un amalgame bien plus insensé qu’ils pratiquent en rapprochant le massacre de gays en Floride des défilés  contre la loi Taubira !
Etat islamique – Manif pour tous, même combat !
Pour Pascal Nègre, ancien président d’Universal France, c’est probablement en voyant aux actualités télévisées de Floride en 2013 ces manifestations « hyperviolentes » où l’on entendait vociférer des slogans aussi scandaleux que : « Un père, une mère, c’est élémentaire ! » que l’idée était venue à Omar Seddique Mateen de préparer son attentat du 12 juin 2016 !
JS Herpin, secrétaire régional EELV – qui anime la commission LGBT … Ben voyons ! – est même beaucoup plus précis ! L’unique différence entre la Manif pour tous et Orlando … C’est le passage à l’acte ! On a vraiment échappé au pire ! Si durant les manifestations contre la loi Taubira, un gay avait traversé dans les clous devant cette horde d’homophobes assoiffés de sang, il aurait sûrement été lynché et dépecé en place publique !
Herpin a même récidivé par un tweet dénonçant le fait que la presse française – la salo … pe – avait occulté le côté homophobe de la tuerie d’Orlando :
Passons plus rapidement sur le troisième larron de ces tweets infâmes, Adrien Saumier, encore un militant d’EELV – décidément en pointe dans ces combats sectaires – qui s’emmêle un peu les crayons en justifiant finalement l’amalgame religion-terrorisme que nie le père du terroriste … Son propos était juste d’attaquer la Manif pour tous, ce qui lui a fait perdre sa lucidité …

http://www.je-suis-stupide-j-ai-vote-hollande.fr/blog/je-ne-savais-pas-quen-defilant-pour-defendre-la-filiation-naturelle-je-deviendrais-responsable-dun-massacre-de-gays-a-orlando/

------------------------------------

Lorsque tout est bon pour refuser l'emploi des mots justes et dissimuler la vérité...
Etonnant que les politicards soient de moins en moins crédibles !
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12183
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Mer 22 Juin 2016, 01:25



"La cimenterie du groupe français Lafarge à Jalabiya, dans le nord de la Syrie, a payé des taxes à l’organisation Etat islamique entre 2013 et 2014"


http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2016/06/21/comment-le-cimentier-lafarge-a-travaille-avec-l-etat-islamique-en-syrie_4955039_3218.html a écrit:
Comment le cimentier Lafarge a travaillé avec l’Etat islamique en Syrie

LE MONDE | 21.06.2016 à 12h45 • Mis à jour le 21.06.2016 à 13h46

La cimenterie du groupe français Lafarge à Jalabiya, dans le nord de la Syrie, a payé des taxes à l’organisation Etat islamique entre 2013 et 2014, afin de continuer à fonctionner pendant la guerre. C’est ce que démontre une enquête publiée par Le Monde, mardi 21 juin. Inaugurée en 2010, la cimenterie de Jalabiya, dans le nord-est de la Syrie, était le fleuron du cimentier français au Proche-Orient. Mais l’année suivante, la guerre civile a éclaté. La direction de l’usine a cherché à la faire fonctionner le plus longtemps possible dans un environnement dangereux et instable.



   Financement indirect de l’organisation djihadiste

A partir de 2013, la présence de l’organisation Etat islamique (EI) dans la région a contraint la cimenterie à négocier des droits de passage aux checkpoints tenus par les djihadistes pour ses camions. Il a aussi fallu se fournir auprès des négociants en pétrole, dont les champs étaient tenus par l’EI. Pendant un peu plus d’un an, Lafarge a ainsi indirectement financé l’organisation djihadiste. Jusqu’à ce que l’EI s’empare du site le 19 septembre 2014 et que Lafarge cesse ses activités.



   L’usine abrite désormais les forces spéciales occidentales

A deux reprises, un intermédiaire a proposé au groupe français de relancer la cimenterie sous la protection de l’EI et en échange d’un partage des bénéfices. Sans succès. En février 2015, le site est pris par la milice kurde des YPG, soutenue par la coalition internationale contre l’EI. Désormais, la cimenterie désaffectée sert de base aux forces spéciales occidentales, françaises, américaines et britanniques, qui soutiennent discrètement les forces kurdo-arabes dans leur offensive en cours contre les djihadistes à Manbij et Rakka.
Source: http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2016/06/21/comment-le-cimentier-lafarge-a-travaille-avec-l-etat-islamique-en-syrie_4955039_3218.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12183
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Mar 05 Juil 2016, 22:47

Encore une fois et comme à son habitude l'ancien député-maire de Vénissieux toujours membre du PCF André Gérin - http://www.pcf.fr/11396 - met les pieds dans le plat dans une interview au journal Le Progrès...

Pendant ce temps les Jeunes Communistes de Bobigny eux racolent.... Voir: http://www.plateaufontenay.net/t2771-quand-les-jeunes-communistes-racolent-les-jeunes-musulmans


https://andregerin.blogspot.fr/2016/07/arretons-avec-la-fable-du-loup.html a écrit:
Terrorisme
Gerin : « Arrêtons avec la fable du loup solitaire »

Ancien député-maire communiste de Vénissieux, banlieue de Lyon où ont eu lieu les premières émeutes urbaines en 1981, André Gerin appelle à un réveil face à l’islam radical dans son livre « Les ghettos de la république ».

4 juillet 2016, Recueilli par Hervé Pupier

André Gerin, élu atypique du PCF, fut parmi les premiers à dénoncer la montée dans les banlieues d’un islamisme radical.



Après l’assassinat terroriste d’un couple de policiers, vous avez interpellé François Hollande. Pourquoi considérez-vous que le président de la République ne parle pas vrai sur ces questions ?

Hollande et la gauche en général ne désignent pas l’islamisme. Or aujourd’hui, la France est gangrenée par cette idéologie totalitaire. L’heure n’est plus aux discours lénifiants. Si on ne nomme pas la maladie, on ne peut ni la combattre, ni la soigner. Il n’est plus possible de parler de terrorisme sans en préciser la nature. Ce qui s’est passé à Magnanville confirme ce que je pense depuis des années. Arrêtons avec la fable du loup solitaire. C’est du pipeau. Il existe un terreau. Tous ces jeunes radicalisés se nourrissent dans leur territoire. Dans ces secteurs, l’idéologie salafiste fait des dégâts considérables. C’est, pour une part, la loi de la charia qui prédomine. Avec à la clé : endoctrinement, enfermement, homophobie, pression contre les mariages mixtes, sexisme, antisémitisme. Sans oublier le racisme anti-blanc, anti-France, qui est tabou. Pourquoi laisse-t-on cette question au FN ?



Lorsque le ministre de la Ville et de la Jeunesse Patrick Kanner a évoqué une centaine de Molenbeek en France, une partie de la gauche lui a reproché de stigmatiser les « quartiers » et les musulmans. Cette critique vaut-elle pour votre discours alarmiste ?

Choisir la cécité, c’est contribuer à l’amalgame. Est-ce que la gauche va enfin consentir à reconnaître cette évidence : une partie des musulmans de notre pays s’est radicalisée ? La majorité d’entre eux souffre de cette situation. Il faut leur tendre la main. Mais à eux aussi de prendre leur part pour poser les bases d’un islam spirituel compatible avec la République et le mode de vie à la française.

Ce n’est pas moi mais de grands intellectuels musulmans (Abelwahab Meddeb, ndlr) qui ont écrit que l’islamisme est la maladie de l’islam. On a combattu le fascisme nazi, il faut combattre aujourd’hui ce nouveau fascisme. Le FN développe des thèses dangereuses mais énonce un certain nombre de vérités. Les nier, c’est effet boomerang garanti pour la gauche.



Pourquoi les explications économiques et sociales sont-elles, selon vous, insuffisantes ?

C’est un élément de réponse bien sûr mais comment expliquer que des gamins de 12 ans contestent les cours d’histoire, de sciences naturelles ? Et la question des tenues vestimentaires ? Pour les filles, c’est l’enfer dans ces quartiers. Je n’oublie pas les trois semaines d’émeutes en 2005 qui ont touché 800 communes et illustré le lien évident entre drogue, trafic d’armes et islamisme. Le tout sans revendications sociales ou politiques. Il y a bien une idéologie qui conteste les lois de la République.



Que préconisez-vous ?

Sur ce sujet, et c’est le seul, il faut dépasser le clivage gauche/droite afin de dresser un état des lieux non partisan, sous l’égide de l’Assemblée nationale, et débattre de tout. Devront suivre des mesures fortes pour défendre les valeurs et les idéaux de la République et de la démocratie. Il faut un réveil citoyen. On a trop lâché la bride depuis 30 ans. Où est l’autorité ? Où sont les missions de l’État ? L’état d’urgence révèle un échec.



Dans quels domaines faut-il agir ?

Dans certains quartiers, des ados disent à leurs professeurs : « Je ne suis pas français. » C’est dire si les dégâts sont considérables. Il est grand temps de sanctuariser l’école et de revenir aux fondamentaux. Je suis favorable à un service civique obligatoire pour les jeunes, à une généralisation de la formation en alternance, du collège à Polytechnique, et à l’installation de « casques bleus » de la République dans les quartiers appelés à coordonner les missions de l’État (police, éducation, santé…).
Source: https://andregerin.blogspot.fr/2016/07/arretons-avec-la-fable-du-loup.html
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Mar 05 Juil 2016, 23:12

Pas facile d'être communiste et lucide (ça existe, la preuve) dans un pays dont les dirigeants écolos socialistes sont des autistes non pas médicaux mais politiques.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12183
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Mar 05 Juil 2016, 23:14

La commission d’enquête sur les « moyens mis en œuvre par l’Etat pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015 » va rendre son rapport...


"Il y a eu des failles de nos services de renseignement, les trois assaillants du Bataclan étaient tous archiconnus, tout comme les frères Kouachi [auteurs de l’attentat contre Charlie Hebdo]."


http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2016/07/05/rapport-sur-le-terrorisme-il-y-a-eu-des-failles-de-nos-services-de-renseignement_4963941_1653578.html a écrit:
Rapport sur le terrorisme : « Il y a eu des failles de nos services de renseignement »

LE MONDE | 05.07.2016 à 10h53 • Mis à jour le 05.07.2016 à 11h36 | Propos recueillis par Hélène Bekmezian

Après six mois de travail, le président Georges Fenech (Les Républicains, Rhône) et le rapporteur Sébastien Pietrasanta (Parti socialiste, Hauts-de-Seine) de la commission d’enquête sur les « moyens mis en œuvre par l’Etat pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015 » présentent leurs conclusions, dans un rapport soumis au vote mardi 5 juillet. Ils y pointent plusieurs « failles » dans le renseignement.



Au terme de votre enquête, êtes-vous en mesure de dire si les attentats du 13 novembre 2015 auraient pu être évités ?

Sébastien Pietrasanta : Il est toujours facile de réécrire l’histoire quand on connaît la fin. Rappelons que même les Etats-Unis n’ont pas pu éviter le terrible attentat d’Orlando, malgré les moyens immenses dont ils disposent. Mais il est certain que le contrôle judiciaire de Samy Amimour [un des terroristes du Bataclan] aurait dû être beaucoup plus strict, et nous ne comprenons pas pourquoi sa surveillance a cessé à partir du moment où il a été mis en examen, en 2012, dans le cadre d’un projet de départ au Yémen. De la même manière, Abdelhamid Abaaoud [du commando des terrasses] aurait dû être interpellé en Grèce en janvier 2015 : mais les Belges n’ont pas prévenu les Grecs à temps du coup de filet de Verviers du 15 janvier, ce qui a permis à Abaaoud de s’enfuir d’Athènes.

Georges Fenech : Il y a eu des failles de nos services de renseignement, les trois assaillants du Bataclan étaient tous archiconnus, tout comme les frères Kouachi [auteurs de l’attentat contre Charlie Hebdo]. Notre rôle n’est pas de désigner des coupables, mais de faire un constat, objectif, qui est le suivant : il faut absolument tout revoir. Nous sommes sur des schémas qui datent des années 1980, à une époque où le terrorisme n’était pas ce qu’il est aujourd’hui. Il faut une ambition bien plus importante, pour rationaliser notre renseignement et le coordonner véritablement au niveau européen.



Quelles sont les plus grandes faiblesses de nos services ?

S. P. : La faille porte en partie sur la question du renseignement pénitentiaire. Ce n’est pas faute, à droite comme à gauche, d’avoir à plusieurs reprises proposé de l’intégrer dans le deuxième cercle de la communauté du renseignement, ce qui a finalement été fait dans la loi sur la réforme de la procédure pénale. Mais nous avons perdu trop de temps ! Le renseignement pénitentiaire n’a pas été à la hauteur de l’enjeu et, maintenant, il faut qu’il monte en puissance de manière extrêmement rapide.

G. F. : En mai 2016, nous avons auditionné Jean-Jacques Urvoas qui nous a précisé que, depuis sa nomination comme ministre de la justice, il n’avait été destinataire d’aucun élément sur le renseignement pénitentiaire, et ce malgré un effectif de 380 personnes. Il a même déploré que ce système fût toujours « en panne, inopérant et ne faisait pas remonter les informations concernant les radicalisations en prison ». Nous avons les textes de lois, les moyens juridiques et techniques, mais il faut que l’administration s’en empare.



Les lois contre le terrorisme et sur le renseignement, adoptées en 2014 et 2015, n’ont donc pas suffi ?

S. P. : La loi renseignement a permis une mise à niveau, et le problème ne porte pas aujourd’hui sur la technique du renseignement. Quant à la loi contre le terrorisme, dont j’étais le rapporteur, elle avait comme objectif premier de prendre en compte les départs et les retours en Syrie et en Irak et, surtout, d’endiguer leur nombre avec des interdictions de sortie de territoire.

G. F. : Nous avons juste une divergence sur l’arsenal législatif, à propos de la politique pénale. Je suis partisan de dispositifs plus fermes à l’encontre des djihadistes qui reviennent en France, et je propose d’aller plus loin en termes de rétention administrative, d’assignation à résidence et de bracelet électronique.



Le rapport préconise également d’abandonner dans deux à trois ans l’opération militaire Sentinelle, déployée sur le territoire au lendemain des attentats de janvier 2015…

S. P. : La mise en place de Sentinelle était une bonne chose, car il fallait alors une réponse forte de l’Etat. Mais elle n’est pas tenable sur la durée, les militaires sont à bout de souffle, il faut diminuer progressivement les effectifs de Sentinelle, tout en recrutant des policiers et des gendarmes. Par ailleurs, des témoignages du Bataclan nous ont interrogés.

G. F. : Lorsque les policiers de la BAC [brigade anticriminalité] sont arrivés sur les lieux, il y avait encore des tirs à l’intérieur et à l’extérieur. Ils ont essayé de les contrer, mais ils n’avaient que des armes de poings. Huit militaires de la force Sentinelle étaient présents, armés de Famas [fusil d’assaut] à qui la BAC a demandé de tirer : mais ils ont répondu qu’ils n’avaient pas d’ordre pour le faire. Et quand la BAC leur a demandé de leur prêter directement leur Famas, ils ont refusé aussi. Il aurait fallu qu’il y ait un ordre ou qu’ils soient en état de légitime défense pour que les militaires ouvrent le feu. C’est pourquoi il y a actuellement une réflexion sur une coordination entre les forces d’intervention et les forces militaires de façon à ce qu’il y ait un commandement unique.



En revanche, vous proposez d’intervenir plus massivement en Irak, y compris au sol. Le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, et les responsables des armées que vous avez auditionnés sont-ils sur la même ligne ?

S. P. : Tous les chefs nous ont dit qu’il ne fallait pas le faire et tous ceux que nous avons rencontrés sur le terrain nous disent qu’il faudra un jour ou l’autre y aller. Même si les frappes aériennes de coalition internationale commencent à affaiblir l’organisation Etat islamique [EI], je me pose deux questions : combien de temps et de bombardements faudra-t-il pour éradiquer l’EI, et quelle sera la réponse de l’Etat demain s’il y a un nouveau « Bataclan » ? Enfin, les bombardements aériens ont des limites, notamment en milieu urbain. Il ne s’agit absolument pas d’avoir une armée d’occupation, nous n’allons pas refaire les erreurs des Américains. Mais, à la demande du gouvernement irakien, nous proposons d’envisager des troupes au sol dans un temps limité, pour appuyer les forces locales.



Y a-t-il eu également des manquements au niveau européen ?

S. P. : A titre personnel, je considère que l’Europe n’est absolument pas à la hauteur de la lutte contre le terrorisme. Nous sommes allés en Turquie, en Grèce, en Belgique, aux Pays-Bas, et avons constaté qu’Eurojust [l’agence européenne chargée de renforcer la coopération judiciaire entre les Etats membres] a bien progressé, notamment sur les enquêtes communes. Lors des attentats de novembre, pour la première fois, nous avons fait appel à Europol [l’agence de renseignement] en matière opérationnelle : ils sont venus et ont analysé des données téléphoniques, avec la task force « Fraternité ». Europol a montré son utilité et son rôle, mais cette agence européenne n’est pas suffisamment dotée ni à la hauteur de l’enjeu. Et sur la question des frontières, ce n’est qu’en décembre 2015 qu’Europol s’est décidée à envoyer un agent à Frontex [l’agence européenne de surveillance des frontières] sur les questions de terrorisme. Quant au PNR [fichier qui regroupera les données des passagers aériens en Europe], c’est une bonne chose, mais, si on ne l’assortit pas de mesures biométriques, son utilité sera limitée.



Beaucoup de vos propositions coûtent de l’argent (recrutement de policiers, formations, achats d’armes et de munitions…). Avez-vous chiffré tout cela ?

S. P. : Non, mais nous ne pouvons pas dire « la France est en guerre » et ne pas allouer les moyens suffisants. Nous avons conscience que tout cela a un coût, mais c’est de la responsabilité des différents gouvernements de nous mettre à la hauteur en matière de sécurité.

G. F. : Savez-vous combien, au total, la lutte contre le terrorisme a coûté aux Etats-Unis ? C’est inchiffrable, cela se compte en milliers de milliards de dollars.



Vos travaux vous ont-ils conduit à une réflexion sur la forme même de la commission d’enquête ?

S. P. : Oui, et nous comptons en parler au président de l’Assemblée, Claude Bartolone. Trente députés dans une commission d’enquête, c’est trop, nous pensons qu’il faut réduire le nombre. Certains députés sont venus trop rarement et n’étaient donc clairement pas au niveau. Il faut aussi que nous puissions avoir plus de prérogatives, pour ne pas se heurter au secret défense, plus de temps que les six mois maximum prévus et plus de moyens, notamment humains : aux Etats-Unis, la commission nationale sur le 11-Septembre disposait de 80 administrateurs, nous de trois.



Les commissions d’enquête, surtout sur ce genre de sujet, peuvent avoir aussi un rôle pédagogique auprès de la population ; n’avez-vous pas raté cet objectif en menant la quasi-totalité des auditions à huis clos ?

S. P. : Nous avons changé de point de vue en cours de route. Au départ, nous voulions que toutes les auditions soient publiques, mais nous nous sommes rendu compte que la qualité de la parole n’était absolument pas la même à huis clos. Lors des auditions publiques, il est arrivé que des personnes auditionnées viennent nous voir ensuite en aparté pour nous dire des choses qu’elles ne voulaient pas dire en public.
Source: http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2016/07/05/rapport-sur-le-terrorisme-il-y-a-eu-des-failles-de-nos-services-de-renseignement_4963941_1653578.html


Les propositions de la commission d'enquête: https://www.scribd.com/document/317498096/Liste-des-propositions-de-la-commission-d-enquete
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Mer 06 Juil 2016, 09:29

POur reprendre le dernier paragraphe ci dessus :
Les commissions d’enquête, surtout sur ce genre de sujet, peuvent avoir aussi un rôle pédagogique auprès de la population ; n’avez-vous pas raté cet objectif en menant la quasi-totalité des auditions à huis clos ?

S. P. : Nous avons changé de point de vue en cours de route. Au départ, nous voulions que toutes les auditions soient publiques, mais nous nous sommes rendu compte que la qualité de la parole n’était absolument pas la même à huis clos. Lors des auditions publiques, il est arrivé que des personnes auditionnées viennent nous voir ensuite en aparté pour nous dire des choses qu’elles ne voulaient pas dire en public. Source: http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2016/07/05/rapport-sur-le-terrorisme-il-y-a-eu-des-failles-de-nos-services-de-renseignement_4963941_1653578.html


Les propositions de la commission d'enquête: https://www.scribd.com/document/317498096/Liste-des-propositions-de-la-commission-d-enquete

---------------------

Doit on se demander si les mesures de rétorsion dont un général de gendarmerie qui s'est exprimé librement à fait l'objet et se sont transformées en sanctions administratives sont étrangères à ce mutisme ?
Conséquences logiques d'une action gouvernementale qui préfère museler les spécialistes et le mensonge à une vérité dérangeante...

A la clé en conséquence directe d'informations tronquées ou erronées des dispositifs peu efficaces qui engagent la vie des Français.
Le politicard de service qui nous parlait de devoir de réserve sans comprendre de quoi il s'agissait pourrait valablement tirer quelques conclusions pour l'avenir de cet état de fait.

Il est dangereux d'avoir raison trop tôt ! surtout si c'est contre des politicards de troisième zone.
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Mer 06 Juil 2016, 17:10

Est-ce que cette commission devait-elle être publique? Non pour un certain nombre d' auditions concernant la lutte anti-terroriste,(services secrets, renseignements, .....). On ne donne pas ses positions et ses forces à l' ennemi.
Pour ma part je préfère attendre la fin d' une enquête et en avoir les conclusions pour en faire un outil pédagogique.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Mer 06 Juil 2016, 17:34

Lorsque je lis les conclusions de la commission d'enquête parlementaire et la prise de position d'André Gérin je suis frappé par quelques évidences.

Les dommages gravissimes causés par le terrorisme sont connus, d'ailleurs comment les cacher ?

Les causes qui sont à l'origine de ces catastrophes sont assez bien ciblées tout comme je suis persuadé que les gens qui se sont penchés sur le dossier qui ne sont pas des imbéciles ou des naïfs ne disent pas tout et ce pour plusieurs raisons y compris et surtout pour de mauvaises raisons.
La première qui est aussi la principale étant que les électeurs découvriraient que ceux qu'ils sont mandatés pour diriger la boutique sont encore plus néfastes que l'on pouvait l'imaginer.

Le bilan est aisé à faire :
- Cécité volontaire des politiques verrouillés dans des certitudes, ce qui se constate dans le refus de désigner l'adversaire, la réitération de mensonges jusqu'à l'imbécilité, la négation des évidences.
- La démagogie déployée sans commune mesure avec la gravité des faits mortels que nous connaissons dans laquelle on s'enferre pour de bas intérêts de clientélisme politicard.
- Les moyens déployés pour camoufler les erreurs politiciennes et faire perdurer des systèmes nocifs deviennent si visibles que ceux qui en usent perdent toute crédibilité.
- Les actions de banditisme et de terrorisme découlant du non respect de toutes règles vont conduire à une banalisation de la violence dans le pays... avec sans doute un moment où l'affrontement deviendra général.

Dans cette pagaille qui s'instaure pour devenir permanente nos élus nationaux sont par leur laxisme largement coupables mais les instances internationales en général et européennes en particulier ne sont pas innocentes loin de là.
Avec le temps et la publication d'archives on constatera que les erreurs de nos gouvernants en politique internationale, leur gesticulations et les errances nous coutent cher ici chez nous...    

Il suffira aux lecteurs qui prendront connaissance de ce message de réfléchir quelques instants pour mettre en face des différents arguments des faits connus qui justifieront pleinement ce qui est écrit.


Dernière édition par tonton christobal le Jeu 07 Juil 2016, 05:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14240
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Mer 06 Juil 2016, 18:54

Première question :Peut-on faire confiance à la neutralité du journalisme suisse? Analyse :

Les attentats de janvier 2015 à «Charlie Hebdo» (17 morts) et de novembre dans la salle de concert du Bataclan, dans certaines terrasses de Paris et aux abords du Stade de France, qui ont fait 130 morts et une centaine de blessés. Selon un rapport, la France devrait réformer en profondeur ses moyens de lutte antiterroriste. 
Auteur de l'article, Xavier Alonso

«Nous devons nous battre dans une guerre qui est loin d’être gagnée.» Georges Fenech, député du parti Les Républicains (LR), qui a présidé la commission d’enquête parlementaire, n’a pas le discours optimiste. Il présentait, hier à l’Assemblée nationale, le fruit de six mois de travail sur les attentats de janvier 2015 à Charlie Hebdo(17 morts) et de novembre dans la salle de concert du Bataclan, dans certaines terrasses de Paris et aux abords du Stade de France, qui ont fait 130 morts et une centaine de blessés. Résultat? Un rapport de 300 pages, adopté à l’unanimité moins deux abstentions, dont le rapporteur Sébastien Pietrasanta (élu PS) a exposé les 40 propositions clés. Elles soulignent, en substance, les failles béantes de la sécurité et les besoins de réformes, urgentes et profondes, de la lutte antiterroriste en France.

Les deux députés PS et LR qui ont piloté ces travaux ont mis en évidence l’ampleur de la tâche et la gravité des menaces. Tous deux ont fait allusion aux conclusions de l’ex-juge antiterroriste Marc Trevidic, qui, en substance, estime que «la vraie guerre que le groupe Etait islamique entend mener sur notre sol n’a pas encore commencé». Une prédiction écrite noir sur blanc dans l’exposé des motifs de la commission d’enquête. Ce pessimisme français est corroboré par les prédictions des Nations Unies hier encore à Genève. Alors que le territoire contrôlé par Daech se rétrécit, les experts prédisent une augmentation des attentats dans les pays d’origine des quelque 30 000 combattants étrangers en Syrie et en Irak.

Pertes d’informations

«Nous sommes en guerre et nos soldats sont pourvus de semelles de plomb», image Georges Fenech. «Nous mettons en cause l’organisation et les structures, et non pas les hommes», pondère Sébastien Pietrasanta. Au-delà des formules, le cas du tueur de l’Hyper Cacher de janvier 2015 est symptomatique des déperditions constatées. Amédy Coulibaly, multirécidiviste et condamné notamment pour avoir participé au projet d’évasion d’un islamiste, est sorti de prison avec un signalement de «radicalisé». L’information des renseignements pénitentiaires s’est pourtant perdue et n’a jamais été reçue par les autres services de renseignements. Aucune surveillance n’a ainsi été mise en place sur l’homme qui allait tuer quatre personnes de sang-froid lors de la prise d’otages dans le supermarché le vendredi 9 janvier.

La France devrait donc réformer en profondeur ses moyens de lutte antiterroriste. C’est l’exigence des parlementaires après avoir auditionné près de 200 personnes (victimes, policiers et militaires de terrain, agents du renseignement, ministres et cadres directeurs des services de sécurité, membres des associations de survivants et aussi collègues étrangers de la lutte antiterroriste).

Renseignement regroupé

«Lors de nos travaux, j’ai rencontré des responsables de l’antiterrorisme à Ankara, à Tel-Aviv, à Londres et à Washington, et je posais toujours la question de qui était leur interlocuteur français. Aucun n’a pu me donner le nom du responsable de l’antiterrorisme en France. Normal, il y en a plusieurs», raconte Georges Fenech, comme illustration de l’absurde multiplication des services, des acronymes et la différentiation des compétences. La commission n’a pas manqué de souligner cet échec des services de renseignements français, qui, au nombre de six, communiquent mal entre eux et sont tout aussi mal coordonnés.

Au final, c’est évidemment la création d’une agence nationale du renseignement qui est exigée. Sous la tutelle du premier ministre, elle aurait la haute main sur toutes les questions sécuritaires en lien avec le terrorisme. Cette agence pourrait ainsi discuter avec les interlocuteurs uniques que sont le Centre national antiterroriste (NTC), créé aux Etats-Unis après le 11 septembre 2001, et le MI-5 britannique, qui a un monopole sur ces questions au Royaume-Uni. Une vraie révolution pour la France!

La commission pointe encore de nombreux manques à combler. Ils vont, pour les forces de l’ordre, de l’armement jusqu’à l’intensification de l’entraînement au tir. Elle souhaite unifier la doctrine d’intervention: qui prend le commandement quand plusieurs services sont engagés? Améliorer la base de données et son accès. La commission souligne aussi l’inefficacité de l’état d’urgence dans la durée… Et au final, elle exige la création d’une mission parlementaire permanente pour assurer le suivi de ses propositions «quelle que soit la couleur politique du prochain gouvernement», ont dit en chœur les deux députés

(24 heures.ch)

Deuxième question : Peut-on évoquer une partie du comment et du pourquoi quant au rôle de certains politiques même si le support de presse est moins bien choisi?

Le lien http://www.courrierinternational.com/article/terrorisme-comment-la-reforme-de-sarkozy-affaibli-les-renseignements-francais
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14240
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Mer 06 Juil 2016, 19:14

Ce premier commentaire avant l' ouverture de la séance : Ce rapport contient 39 propositions, qui seront soumises au vote des parlementaires à partir de 9h30. Le détail n'en sera connu qu'après ce vote. Ces propositions sont liées à l'organisation des secours ou aux services de renseignement. "Mais même si l'intégralité de ces propositions était mise en œuvre dans les mois ou les années qui viennent, ça ne voudra pas dire que la France ne subira pas d'autres attaques terroristes (...) mais on doit pouvoir améliorer nos dispositifs" prévient Sébastien Pietrasanta.

Extraits partiels de http://www.franceinfo.fr/fil-info/article/l-enquete-parlementaire-sur-les-attentats-de-2015-souligne-les-dysfonctionnements-en-matiere-de-803223
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Mer 06 Juil 2016, 19:45

Il est inutile de vouloir entretenir un échange avec des doctrinaires pour qui la vérité même aveuglante n'a d'importance si elle entre dans le cadre de ce qui pour eux est admissible.
Il est ridicule d'espérer être efficace si la démagogie et le clientélisme politique interdisent d'employer les moyens nécessaires.
Comment attendre un résultat favorable de mesures nationales si le contexte international est prioritaire et fonctionne en contradiction ce dont ont besoin les pays concernés.
Si l'on dispose d'un minimum de bon sens peut on continuer à accepter que des organisations puissent avoir des activités contraires à la loi en étant subventionnées par l'état... itou pour des organisation internationale qui vont à l'encontre de l'intérêt général...

Conclusion : comme d'habitude on s'attaque au problème en le prenant à l'envers, ce qui est dans la même perspective de réflexion que de vouloir combattre les effets d'un phénomène sans en traiter les causes...

Pour ce qu'il en est de l'aspect technique voire pratique des actions à entreprendre ou des dispositifs à mettre en place, il est inutile d'aborder le sujet avec des intervenants qui ne sont pas des spécialistes, tout comme avec des "sachants" bardés de certitudes sauf à s'engager dans un débat sans fin qui n'apportera rien à personne.

Ce sera tout pour ma part.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12183
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Jeu 14 Juil 2016, 09:19

Une tentative d'escroquerie en marge des attentats du 13 novembre qui démontre une fois de plus que certains n'ont aucun scrupule et sont prêts à tout pour bénéficier de la solidarité nationale....


http://actu.orange.fr/france/elle-voulait-10-000-euros-6-mois-avec-sursis-pour-une-fausse-rescapee-du-bataclan-CNT000000refP0.html a écrit:
Elle voulait 10.000 euros: 6 mois avec sursis pour une fausse rescapée du Bataclan

AFP, publié le mercredi 13 juillet 2016 à 19h43

Procès: Elle voulait 10.000 euros, 6 mois avec sursis pour une fausse rescapée du Bataclan

Pour obtenir 10.000 euros d'indemnisation, elle avait tout inventé: sa présence au Bataclan le 13 novembre au côté d'une victime décédée, sa fuite par une fenêtre, les "blessures", la "dépression". Une jeune femme de 31 ans a été condamnée mercredi à six mois de prison avec sursis.

Dans le box du tribunal correctionnel de Bobigny, l'impassibilité de la prévenue, veste en cuir beige sur une robe légère, soleil tatoué sur le cou, tranche avec le malaise des magistrats et des avocats.

La présidente déroule le récit des faits.

Le 13 novembre 2015, la jeune femme est hospitalisée dans une clinique de la région parisienne pour une intervention bénigne, lorsqu'elle prend connaissance de la tuerie perpétrée à Paris et Saint-Denis. "L'infirmier m'a donné l'idée", dit-elle.

Trois semaines après les attentats, elle sollicite le Fonds de garantie des victimes de terrorisme et d'autres infractions (FGTI), auquel elle déclare avoir été blessée dans la salle de concert parisienne, où elle se serait trouvée avec un ami -un homme réellement décédé sur place, qu'elle présente comme un proche. Elle prétend avoir réussi à s'échapper par une fenêtre en "se faisant un bobo au doigt".

Après avoir réuni un dossier compilant certificats médicaux falsifiés, fausses attestations et faux témoignage, elle réclame 10.000 euros. Mais les juges d'instruction parisiens, pointant des incohérences, saisissent le parquet de Bobigny pour des vérifications.  

Ne voyant pas le versement arriver, la fausse rescapée relancera pas moins de sept fois le fonds, évoquant dans ses courriels "blessures", "flash-back" et "dépression". Ce n'est que lors de son placement en garde à vue, mardi, qu'elle a admis avoir tout inventé.

"Pourquoi avoir trompé le fonds de garantie? Les policiers? La société?" "J'avais des problèmes, je n'arrivais pas à payer la facture de la clinique, il restait 144 euros à payer. Et puis j'avais des problèmes de loyers impayés, j'ai perdu mon travail" chez Franprix.



- 'Jouer avec la mémoire' des victimes -

Réfugiée politique camerounaise arrivée en France en 2007, elle va jusqu'à accuser le fonds de "discrimination".

"On ne peut pas jouer avec la mémoire de 130 personnes pour 144 euros", s'émeut la procureure. "Vous avez pensé à la victime? À sa compagne qui a été appelée six mois après par la PJ (qui cherchait à vérifier la véracité de son témoignage, ndlr)? Cette compagne qui vous a contactée par Facebook pour que vous lui racontiez ce qui s'est passé ce soir-là, et que vous avez envoyée bouler." "Il y a aussi de la morale dans cette affaire très particulière", lance la magistrate avant de réclamer douze mois avec sursis.

"Je ne veux pas jouer sur la mémoire des morts", a répondu la prévenue, concédant que ce n'était "moralement pas bien, malsain d'avoir commis cette démarche". Présentée comme "totalement déphasée" par son avocate, elle lâche sans grande conviction le mot de "honte".

Le tribunal l'a finalement condamnée à six mois avec sursis et lui a demandé de verser 1 euro de dommages et intérêts au Fonds de garantie, partie civile.

Pour Me Jean-François Laigneau, l'avocat du fonds, "l'infraction est moralement intolérable". Les salariés, qui ont déjà indemnisé 2.600 personnes pour un total de 35 millions d'euros, "ont été ébranlés, choqués par son insistance", a-t-il dit.

Une autre jeune femme, âgée de 24 ans, sera jugée à Versailles le 21 novembre pour escroquerie et tentative d'escroquerie. Elle avait prétendu s'être trouvée sur la terrasse du bar Le Carillon, cible des jihadistes le soir des attentats parisiens.

Me Laigneau a précisé que seuls ces deux cas avérés de fraude se retrouvent devant la justice. Mais des "doutes" existent sur d'autres dossiers.
Source: http://actu.orange.fr/france/elle-voulait-10-000-euros-6-mois-avec-sursis-pour-une-fausse-rescapee-du-bataclan-CNT000000refP0.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12183
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Ven 15 Juil 2016, 09:37





FACE A LA TERREUR ABJECTE: RESISTANCE REPUBLICAINE !




"La préfecture des Alpes-Maritimes a évoqué un attentat et demande aux habitants de rester cloîtrés."


http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2016/07/14/a-nice-un-camion-fonce-dans-la-foule-reunie-pour-les-festivites-du-14-juillet_4969589_1653578.html a écrit:
A Nice, un camion fonce dans la foule réunie pour les festivités du 14-Juillet

LE MONDE | 14.07.2016 à 23h25

Un camion a foncé dans la foule, réunie jeudi 14 juillet sur la promenade des Anglais à Nice pour assister au feu d’artifices organisés par la municipalité à l’occasion de la Fête nationale. Selon un journaliste de la publication locale Nice matin, « les gens courent, c’est la panique. Il est monté sur la Prome et il a foncé sur tout le monde. Il y a du monde en sang, sans doute plein de blessés ». La préfecture des Alpes-Maritimes a évoqué un attentat et demande aux habitants de rester cloîtrés.


Citation :
Nice : plusieurs morts après qu’un camion fonce dans la fouleUn camion a foncé dans la foule réunie jeudi 14 juillet sur la promenade des Anglais à Nice pour assister aux feux d’artifice. La préfecture des Alpes-Maritimes a évoqué un attentat et demande aux habitants de rester cloîtrés. Selon la mairie et les secouristes, plusieurs victimes sont à déplorer.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Ven 15 Juil 2016, 16:56

Désolé mais pas surpris...
On a bien commissionné, maintenant on va faire des marches blanches, on prolonge l'état d'urgence... le piètre résultat des ces mesures saute aux yeux.

Peut être qu'en déplorant quelques nouveaux gros attentats (qui n'en doutons pas vont survenir) seront mises en place les réelles mesures nécessaires et efficaces. Mais nous aurons nos spécialistes qui expliqueront ce qu'il ne faut pas faire.
Pour ce qui faut faire pour avoir un résultat efficace c'est moins probant.
Encore qu'il soit à envisager qu'encouragés par notre faiblesse, nos adversaires prennent encore plus d'assurance et que l'affaire se termine très mal par des affrontements direct entre les composants de la supposée unité nationale.

Que les brillants théoriciens qui s'épanchent dans les médias et dissertent sur le sexe des anges en donnant qui des leçons de patriotisme, qui des leçons d'humanisme aillent annoncer aux familles qu'un enfant, ou un frère ... est mort dans ce type d'attentat. Ils comprendront alors en direct ce que pense la population, c'est un peu différent du prêchi-prêcha politico-journalistique.

Il y a quelques jours en entendant nos élites se féliciter du succès de l'Euro de foot, clamer que la sécurité efficace avait évité les attentats je confiais à des proches que pour moi ce n'était que partie remise.

Lorsque je vois la commissaire italienne en charge de la diplomatie européenne (contre laquelle je n'ai rien en particulier) pleurer publiquement à la suite d'attentat je pense connaissant la mentalité de nos islamistes que nous leur offrons l'image qui est le plus à même de les mettre en confiance.



Cette erreur de casting ajoutée à la stupidité de nos actions voire de notre inaction et à la totale inefficacité des mesures mises en place laisse de beaux jours en perspective aux terroristes.

Je laisse le soin au sachant de service de critiquer mes propos et de faire appel à Pasqua.
Pour l'instant avec flanbi et sa "cauchemar team" on enterre les morts, on ramasse les blessés et on indemnise les familles.
On vire les gendarmes ou les policiers qui ne sont pas dans la mouvance et expriment leurs idées.
Pour le reste on gesticule, on fronce les sourcils, on à l'œil noir, on serre les mâchoires et on engueule les élus de l'opposition lorsque l'on est à l'assemblée...

NB : avant Noel 2014 on nous expliquait que des "déséquilibrés" isolés fonçaient dans la foule des marchés de Noel que va t on nous vendre pour l'affaire de Nice ?
A l'époque Alain MARSAUD ex magistrat en charge d'affaires de terrorisme devenu élu de droite expliquait à la radio immédiatement après les faits qu'il ne s'agissait pas de "faits divers" mais de terrorisme... je passe sur les commentaires des "sachants" du moment.
A qui allons nous avoir droit ? au cintré de service ou au loup solitaire qui s'islamise tout seul ou à une autre fable ?

Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3447
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Ven 15 Juil 2016, 19:36

Peut-on être en guerre et ne pas "faire la guerre" sur notre territoire lorsqu'on sait que l'ennemi y réside.
Nous vivons une époque complètement contradictoire où se mêlent l'insouciance et l'angoisse, la vie ardente et la mort (le président l'a fait remarquer pour ce qui concerne ses responsabilités), l'opulence indécente de certains et la pauvreté de nombreux autres, le non respect des lois et la demande d'un pouvoir fort, la haine de la police et de l'autorité exprimée publiquement par certains, le mépris de la justice, tout cela dans un bouillon de politique partisane indigeste et démobilisant, c'est trop!.
En fait, depuis Charlie Hebdo et l'Hyper-cacher, rien n'a vraiment changé. Les morts s'ajoutent aux morts, et il y en aura d'autres. Si on est en guerre, il faut la faire. Mais quand on parle de contrôles d'identités, de vidéosurveillance, de services de renseignements, de police de proximité, de l'état d'urgence, des perquisitions, des contrôles au faciès ou pas, des fouilles etc... on est immédiatement un fasciste, un frontiste, un ennemi de la liberté et des droits de l'homme. Il faudrait savoir ce que l'on veut. En France, l'expérience le prouve, ce n'est pas une réussite.

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14240
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Ven 15 Juil 2016, 20:02

Depuis le 11,septembre nous savons que l'insécurité peut devenir la règle. Et non l'exception. Le mode opératoire rend le combat contre ce type de kamikazat aléatoire. La guerre à la guerre? Le terrorisme contre le terrorisme? Au delà de la colère et le deuil que provoque chaque tuerie, je ne crois toujours pas que les experts se fourvoient en disant qu'il n'y a pas de solutions formelles garantissant une sécurité zéro.

Le combat est inégal, l' injustice est là.

Personne n'est fondamentalement surpris. Tout le monde est touché en revanche. Et avec raison. Le carnage est terrible.


Dernière édition par Libellule le Ven 15 Juil 2016, 21:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12183
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Ven 15 Juil 2016, 20:24

Libellule a écrit:
Depuis le 11,septembre nous savons que l'insécurité peut devenir la règle. Et non l'exception. Le mode opératoire rend le combat contre ce type de kamizanat aléatoire. La guerre à la guerre? Le terrorisme contre le terrorisme? Au delà de la colère et le deuil que provoque chaque tuerie, je ne crois toujours pas que les experts se fourvoient en disant qu'il n'y a pas de solutions formelles garantissant une sécurité zéro.

Le combat est inégal, l' injustice est là.

Personne n'est fondamentalement surpris. Tout le monde est touché en revanche. Et avec raison. Le carnage est terrible.



Sans vouloir entrer dans une polémique politicienne, je suis indigné de lire un tel renoncement venant d'un élu même si son mandat n'est que local...

Si tout le monde s'accorde pour dire que la sécurité zéro n'existe pas, ce n'est pas en campant sur de telles positions que l'on limitera les risques...

J'attends de lire la réaction de Jean-Philippe Gautrais, maire de notre ville....
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14240
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Ven 15 Juil 2016, 20:28

Ce n'est pas du renoncement. Une lecture des événements récurrents conforme à ce que disent les experts en la matière : un combat à 15 ans.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Ven 15 Juil 2016, 20:41

a.nonymous a écrit:


On ne risque pas de gagner un combat en ne le menant pas et en oubliant où se trouvent ses adversaires...

Sans vouloir entrer dans une polémique politicienne, je suis indigné de lire un tel renoncement venant d'un élu même si son mandat n'est que local...

Si tout le monde s'accorde pour dire que la sécurité zéro n'existe pas, ce n'est pas en campant sur de telles positions que l'on limitera les risques...

J'attends de lire la réaction de Jean-Philippe Gautrais, maire de notre ville....

Ce n'est à coup sur pas en continuant contre vents et marées à refuser des évidences, à s'opposer à la mise en place des mesures indispensables, en tentant de ridiculiser ceux qui ont quelques idées sur ce qu'il conviendrait de faire que la situation va s'améliorer.
On conserve les mêmes aux manettes, on persiste dans l'erreur et on accepte comme une fatalité que rien ne change... ce qui ne risque pas d'arriver tant l'immobilisme doctrinaire est la règle.
On ne risque pas de gagner un combat lorsque l'on oublie ou que l'on refuse de se battre sur le terrain où se trouve l'ennemi.

L'immobilisme est en marche rien ne pourra l'arrêter ! E Faure...

A propos j'attends les mesures européennes efficaces et non les promesses pour lutter contre le terrorisme ! ils sont moins brillants que pour accueillir et répartir sans contrôle... angie la teutonne va présenter ses condoléances et on va comme d'habitude s'occuper des Anglais.

On va continuer à parler au futur et au conditionnel.
Pour ce qu'il en est de ce qui devrait se faire en France avec nos propres forces, pas question ce serait désapprouvé par la clientèle électorale, critiqué par les humanistes...  en bref désastreux pour le devenir des politicards.

Tout cela va finir par un deuil national (un de plus) et une belle commémoration où flanbi va s'illustrer.
La macabre supercherie perdure !
Revenir en haut Aller en bas
Robin

avatar

Messages : 1174
Date d'inscription : 13/02/2011

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Ven 15 Juil 2016, 21:36

A noter que le Maire de Nice avait envoyé un courrier à Hollande le 12 juillet pour lui faire part de son inquiétude devant le manque d'effectif grave des forces de police sur son territoire.
Voir le lien

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/07/15/01016-20160715ARTFIG00047-estrosi-avait-ecrit-a-hollande-la-veille-du-drame.php?xtor=EPR-211
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14240
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Ven 15 Juil 2016, 21:38

Paru dans Défense Sécurité Internationale

Réformer le contre-terrorisme français ?
L’attentat de Nice du 14 juillet met une fois de plus en lumière l’impérieuse nécessité de s’extraire des logiques linéaires dans lesquelles nous sommes depuis janvier 2015. L’une de leurs manifestations est une focalisation sur la conduite plus que sur la planification. Dans cet entretien paru dans DSI Hors-série n°47 (avril-mai 2016, pp. 48-51), Yves Trotignon exposait ses vues sur la nécessité d’une véritable vue stratégique de la situation.

***

Entretien avec Yves Trotignon,ancien analyste de la DGSE, ancien diplomate, consultant.

Historiquement, le contre-terrorisme connaît beaucoup d’acteurs. Mais peut-on estimer qu’il existe une culture française du contre-terrorisme ou, au contraire, a t on affaire à plusieurs cultures plus ou moins en adéquation ?

Yves Trotignon : La question pose le doigt où ça fait mal. Pour l’instant, nous ne sommes mêmes pas certains qu’il existe, en France, une véritable culture du renseignement… Certains universitaires et hauts fonctionnaires travaillent sur cette question, à partir des pratiques observées. Il y a des constats à faire : je dirais que plusieurs acteurs historiques se sont opposés, à la fois sur les méthodes et le tempo des opérations. Dans les années 1980, nous avons été confrontés à des groupes manipulés par les Iraniens et les Syriens. La Direction de la Surveillance du Territoire (DST), qui possédait la capacité de faire du renseignement administratif aussi bien que judiciaire et qui avait la culture du contre-espionnage et de la contre-ingérence, jouissait alors d’une prééminence historique. Elle a progressivement et très logiquement dérivé vers le contre-terrorisme. Et existait une autre culture, opposée, du renseignement extérieur clandestin, qui était incarnée par le Service de Documentation Extérieure et de Contre-Espionnage (SDECE) puis par la Direction Générale de la Sécurité Extérieure (DGSE), avec des actions et l’idée qu’il fallait parler à tout le monde, afin de comprendre les enjeux des actes de violence commis contre des Français ou des intérêts français sur le théâtre national ou à l’étranger. Quand je suis arrivé à la DGSE, en 1996, il existait une compétition entre les deux grands services, ce que l’on retrouve aujourd’hui avec la Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI) et la DGSE, malgré ce qu’on nous dit.

Ce qui caractérise la manière dont le terrorisme est pensé en France – il faut sans doute y voir le poids de l’État – est qu’il l’est comme un crime très particulier, qui mobilise toutes les ressources de l’État. Ces dernières deviennent ensuite l’objet de rivalités. Comme le disait un directeur du Quai d’Orsay il y a quelques années, « un jour, tous les clubs de pétanque auront leur unité de contre-terrorisme », parce que c’est politiquement et financièrement extrêmement intéressant, qu’on dispose des moyens et des hommes et que l’on est extrêmement visible. Pendant très longtemps, les policiers ont dit que le contre-terrorisme était leur affaire : la DST, et c’est le cas maintenant avec la Direction Centrale du Renseignement Intérieur (DCRI) – devenue DGSI –, avait réussi à faire créer des postes d’attachés de la DST à l’étranger, en coopération avec les Affaires étrangères. Il y avait un officier de liaison à Damas, à Kuala Lumpur, etc. L’idée, assez pertinente, était que le terrorisme contemporain était par essence transnational, avec des ressorts à la fois nationaux et internationaux, et qu’il fallait donc traiter la menace à son origine. La DST et les policiers disaient, et les magistrats étaient d’accord avec eux, qu’il fallait prendre le mal à la racine et, pour cela, ne pas dépendre des services extérieurs, qu’il s’agisse de la DGSE ou de la Direction du Renseignement Militaire (DRM), ni du Quai d’Orsay. Il fallait être projeté au plus près des services de renseignement locaux pour coopérer avec eux. C’était logique, et le reflet d’une ambition sincère d’affronter la menace.

Et donc, il s’agissait aussi de prendre la main sur l’ensemble du spectre, du très lointain au très proche, et de confiner la DGSE au rôle de prestataire de services pour des moyens techniques. Et même si la DGSE avait une capacité clandestine, la DST a toujours eu, comme la DRM, des velléités dans le traitement clandestin – donc le traitement autonome, voire indépendant, de sources locales, en dehors de toute coopération. A donc prévalu, durant très longtemps, l’idée que le contre-terrorisme pouvait être géré par le ministère de l’Intérieur, du renseignement jusqu’à l’arrestation et au procès. Autour de ce cœur, on trouvait les services extérieurs – les Douanes, la DRM, les plus petits acteurs – qui étaient associés ou qui, du fait de la compétition, agissaient de manière autonome.

On a vu la création d’un poste de coordonnateur du renseignement en 2008, sept ans après le 11 Septembre. Comment avez-vous vu cette réforme ?

D’un point de vue administratif, il existait – et il existe toujours – un besoin qui va au-delà de la seule coordination et qui ne peut se contenter d’un poste dépourvu de moyens véritables. Le Conseil national du renseignement n’a ni l’envergure d’un Conseil de la sécurité nationale, comme aux États-Unis, ni la capacité de s’imposer, y compris sèchement, aux services qui composent la communauté française du renseignement, et il est un peu hors-sol. Le travail de fond se fait ailleurs, quoi qu’on dise.

Les réformes ne sont pas toutes adoptées au bon moment, ou pour les bonnes raisons. La création de la DCRI peut ainsi être vue comme la victoire d’un service sur un autre. Au sein du ministère de l’Intérieur, deux cultures s’affrontaient, parfois très violemment, sur le contre-terrorisme : d’une part, une culture de la DST, très opérationnelle, efficace à court terme et politiquement rentable ; d’autre part, une culture également politiquement rentable, mais beaucoup moins opérationnelle, celle des Renseignements Généraux (RG). Les deux se complétaient et donnaient une compréhension large des terrorismes – corse, tamoul, djihadiste, etc. Mais, en pratique, on était plus dans le registre de la compétition que dans celui de la coopération, ce qui ne pouvait que donner lieu à de vraies frictions. La création de la DCRI, en 2008, doit être vue comme une OPA hostile de la DST sur le contre-terrorisme, par l’intégration, un peu forcée, des RG.

Le constat initial était qu’il fallait un service plus puissant, concentrant les moyens et les compétences. C’était très vrai, mais le problème d’une telle concentration est que l’on se privait de compétences qui allaient disparaître, presque mécaniquement. Comme dans les fusions opérées dans l’industrie, des gens partaient pour une toute une série de raisons. Cela a été le cas en 2008 de personnes très expérimentées. On a créé de la puissance en rassemblant des unités, mais on a oublié que chacune de ces unités, et d’autres services annexes, avaient leurs spécificités, leurs cultures et des pratiques complémentaires. Elles auraient pu être plus complémentaires encore si cela avait été correctement ordonné et commandé. La réforme de 2008 était ambitieuse, mais elle est à peine digérée, et elle n’a pas créé un outil qui soit totalement pertinent face à une menace qui a elle-même évolué.

Le propre de la menace est son agilité, notamment organisationnelle, supérieure à celle d’États ayant des contraintes politiques, bureaucratiques, budgétaires, etc. Cette réforme de 2008 n’a t elle pas été conduite trop tard… ou trop tôt ?

L’histoire est cruelle. Les Britanniques, avec qui nous sommes souvent comparés, ont procédé après le 11 Septembre à des recrutements massifs de personnels au sein du MI5 et du MI6 et ont créé un organisme de fusion et d’analyse du renseignement, le JTAC (Joint Terrorism Analysis Center). Leurs services s’occupent uniquement du traitement de sources et du recueil, l’évaluation se fait à l’extérieur. C’est quelque chose qui fait beaucoup rêver en France, sauf que nos services sont des entités intégrées faisant du renseignement technique, humain, de l’analyse et de l’action. C’est une vraie spécificité française – la DGSE est un service global –, mais, en même temps, c’est compliqué. La réforme de 2008 est sans doute arrivée trop tard, parce que le 11 Septembre était passé, qu’il y avait eu Madrid en 2004 et Londres en 2005, et que les réseaux ne cessent d’évoluer, qu’on savait que les filières irakiennes étaient déjà un vrai problème, que cela chauffait au Sahel. Cette réforme était aussi liée au temps politique – le ministère de l’Intérieur était alors dirigé par quelqu’un devenu président plus tard – et à une logique bureaucratique, parce que la police dispose d’un réel poids administratif en France. Les services tentaient alors de grossir, presque artificiellement, en créant une DCRI remplaçant la DST et les RG.

On se rend compte que la réforme n’a peut-être pas été correctement menée, en particulier en raison du non-règlement des conflits de culture et de personnalités au sein de la nouvelle entité et parce que, tout de suite, la DCRI a ressenti un sentiment d’infériorité par rapport à la DGSE : elle n’était pas encore une direction générale autonome, mais l’une des entités de la Direction générale de la Police nationale ; il fallait donc encore monter une marche pour obtenir quelque chose d’équivalent. Est-ce que, pour autant, les réformes sont immédiatement efficaces ? Bien sûr, non. L’idée est qu’une fois qu’elles sont adoptées, on s’y tient et on fait tout pour les mettre en œuvre correctement. Mais je ne suis pas sûr que ce soit toujours le cas.

Le renforcement de la coopération européenne est devenu une sorte de mantra politique, qui revient fréquemment dans les discours. Pensez-vous qu’en la matière tout le monde fasse ce qu’il faut ?

Je serais tenté de dire que oui, tout le monde coopère, même si on a pu observer des compétitions ou des ambiguïtés entre services alliés sur des théâtres extérieurs. Mais, en même temps, c’est une logique du renseignement : on ne donne pas tout à tout le monde. Des coopérations ad hoc s’établissent donc entre services, parfois tellement importantes qu’elles génèrent des accords intergouvernementaux. Lors de notre rencontre après les attentats de Londres, j’avais dit au représentant à Paris des services britanniques que le territoire anglais était, plus que symboliquement, aussi notre territoire : chez eux, c’est chez nous. Nous allions les aider, pour des raisons politiques, mais aussi pour des raisons personnelles : la solidarité, ce n’est pas que des discours. C’est un fait, la coopération est de plus en plus étroite ; je pense même qu’elle a rarement été aussi étroite.

Certains disent même que les Français travaillent mieux avec leurs partenaires étrangers qu’entre eux. C’est vrai, pour de bonnes et de mauvaises raisons : les vieilles querelles de chapelle, les périmètres des services, les mandats pas clairs, l’absence de leadership réel. Les bonnes raisons sont que les services aiment bien avoir la main sur leurs propres coopérations, qui répondent à leurs propres besoins. On n’imagine donc pas que la DGSE soit le partenaire naturel de la CIA, la DGSI celui du FBI, etc. C’est toujours la nécessité du terrain et la réalité de la menace qui créent la coopération. Du point de vue des temporalités, ou c’est une task-force et une coopération ponctuelle, ou on considère que le sujet est suffisamment important et s’ensuivent des accords. Nous avons des accords techniques extrêmement importants entre grandes directions techniques. Il peut y avoir des opérations relevant du traitement commun de sources humaines, avec parfois des choses très opérationnelles et très sensibles.

Mais il faut d’abord travailler avec soi-même : les coopérations prennent du temps, elles se gèrent – c’est une vraie fonction, un métier à part – et tous les services possèdent des bureaux chargés de cela, qui vont notamment les évaluer. Parce que, encore une fois, on fait du renseignement, qu’il peut y avoir des doubles jeux ou des coups fourrés et que les services sont tributaires des lignes politiques de leurs partenaires. Si la ligne du Quai d’Orsay ou de ses partenaires change sur la Syrie, le Mali ou l’Égypte, il peut en résulter de la friction. En 2002-2003, il y a eu plus qu’un flottement entre les services américains et français pendant plus de six mois. Après, nécessité faisant loi, le cours des choses a repris. Mais si la coopération est nécessaire, elle ne résout évidemment pas tout et, comme pour toute activité, il faut l’évaluer pour mesurer sa rentabilité. Un exemple de coopération fonctionnant très bien s’observe entre le Maroc et l’Espagne, avec le démantèlement fréquent de filières, c’est très intense.

Par rapport à ce qui se passe aujourd’hui, qu’est-ce qui vous fait peur ?

Je suis plutôt pessimiste, comme d’autres, en pensant à l’année 2016. Nous sommes en guerre contre des groupes djihadistes (il s’agit d’une certitude personnelle forgée dans les premiers mois de ma carrière), mais nous ne disposons pas aujourd’hui d’un véritable organisme de synthèse et de conduite, où les gens communiqueraient en permanence pour produire de l’intelligence stratégique et conduiraient de façon intégrée notre guerre. Il nous manque un Centre de planification et de conduite des opérations du contre-terrorisme. Ce n’est pas le cas au Secrétariat Général de la Défense et de la Sécurité Nationale (SGDSN), parce qu’il est marginalisé par rapport au contre-terrorisme. Aujourd’hui, les services n’ont jamais produit autant d’information. C’est très opérationnel, il ne s’agit plus de regarder son objet, comme il y a vingt ans, avec la fascination du laborantin. Mais, du coup, il n’y a pas en France d’échelon où, avec du renseignement brut ou de l’analyse, on ferait un état des lieux, de niveau stratégique auquel on réfléchirait sans a priori. Pour autant, il n’y a, de toute évidence, pas de véritable stratégie : nous menons des actions répressives et préventives – de la tactique – qui ont des conséquences militaires, même si, à un moment donné, il faut décorréler contre-terrorisme et action militaire, parce qu’on ne lutte pas contre l’État islamique comme on luttait contre Al-Qaïda. Mais, pour l’instant, il n’existe pas d’échelon stratégique, dans les services ou en dehors. Beaucoup de gens réfléchissent partout – les services, évidemment, le Centre d’analyse, de prévision et de stratégie, l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire, le SGDSN, le Quai d’Orsay, l’Institut français des relations internationales, etc. –, mais il n’y a pas de synthèse, de réflexion profonde avec les outils de l’État.

Il existe également un problème de coordination et de leadership, très clairement. Certains services ont leur propre agenda, veulent modifier leur périmètre et s’étendre sans que cette extension entraîne la redéfinition du périmètre des autres. S’y ajoute la lourdeur des États face à une menace très évolutive et profondément transnationale, portée par des gens actifs ici qui agiront seuls ou sur ordre, et par d’autres qui arriveront, envoyés par un acteur extérieur. Les services restent séparés – ce qui est très bien pour des raisons d’État de droit –, mais la menace, elle, est totalement intégrée, très diverse, mais très cohérente. Je pense vraiment qu’il nous manque un échelon stratégique, dont l’absence est aussi due au manque de profondeur historique des services, qui permette d’analyser le RETEX, les cold case, qui permette un travail universitaire à vocation opérationnelle. De ce point de vue, je suis très admiratif du Combating Terrorism Center de West Point, qui permet de coupler les compétences. Il est impératif de créer un échange permanent entre le monde de la recherche, qui a le temps, et le monde du renseignement pour produire de l’analyse à vocation opérationnelle. Il existe évidemment des contrats passés entre l’État et des centres de recherche, mais ces études, souvent de grande qualité, sont généralement menées à partir de sources ouvertes. Il manque un mélange des genres. Les terroristes ne cessent d’innover, à nous de le faire aussi.

Propos recueillis par Joseph Henrotin, le 26 février 2016
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Ven 15 Juil 2016, 21:52

Lorsque l'on ne veut pas aller frapper au bon endroit on peut réformer la boutique...
Faisons de la stratégie en chambre ! pas question d'aller où ça "fâche" et de mettre la pression où il faut.

Peut être qu'en nommant une nouvelle commission d'experts nous en verrons le bout jusqu'au prochain attentat. POur discourir sur les ricains, les britons, l'organisation... et le reste... mais pas question d'évoquer ce qui va provoquer des troubles chez nous...

Discourons mais pas d'action sur le terrain ! pas touche à notre potentiel électorat !





Revenir en haut Aller en bas
Robin

avatar

Messages : 1174
Date d'inscription : 13/02/2011

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Sam 16 Juil 2016, 01:35

Je répète puisque l'odonate noie le poisson:

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/07/15/01016-20160715ARTFIG00047-estrosi-avait-ecrit-a-hollande-la-veille-du-drame.php?xtor=EPR-211
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14240
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Sam 16 Juil 2016, 02:00

Non, non je ne le noie pas. Je ne pense pas que le temps soit à la polémique. Estrosi est très intéressant à lire et écouter. Lui qui vantait, le 15 février dernier, que sa ville était l'une des 4 majors cities du monde en terme de sécurité est en train de revenir les pieds sur terre. Si vous insistez en cette veille de deuil de 3 jours j'irai bien sûr plus avant sur son approche sécuritaire. Mais pas avant mardi. Le texte que j'ai reproduit "étoffe" la première réponse à à.nonymous qui présupposait que le renoncement à lutter efficacement contre le terrorisme me gagnait potentiellement.

Or ce n'est certainement pas le cas. Rester lucide me permet de ne pas mélanger les genres. Me documenter me permet de bien faire la part des choses. Partager ces textes sur ce forum me paraît utile. Pour la suite, Ciotti et Estrosi notons-le ont accueilli Hollande et Valls à l'aéroport de Nice. La guerre des polices est mise de côté à l'instant.


Dernière édition par Libellule le Sam 16 Juil 2016, 03:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12183
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Sam 16 Juil 2016, 02:26

http://www.leparisien.fr/fontenay-sous-bois-94120/attentat-de-nice-rassemblements-ce-vendredi-et-lundi-dans-le-val-de-marne-15-07-2016-5970249.php a écrit:
Attentat de Nice : rassemblements ce vendredi et lundi dans le Val-de-Marne

Fontenay-sous-Bois|La Rédaction|15 juillet 2016, 15h44

Après la stupeur, vient le temps du recueillement. Quelques villes du département prévoient des rassemblements ce vendredi ou ce lundi pour rendre hommage aux victimes de l’attentat de Nice.

Ce vendredi à Fontenay-sous-Bois, le rendez-vous est à 18 h 30 à Fontenay- sous-soleil au stade André-Laurent (23, rue Saint-Germain). Le maire, Jean-Philippe Gautrais (Front de gauche), lira un discours où il exprime son soutien « plein et entier aux familles et proches des victimes de cette tragédie » et appelle à « renouveler notre détermination à rêver d’un monde meilleur et continuer à agir dans ce sens ». Une minute de silence est prévue juste avant l’apéro-concert qui est maintenu.
---/---
Source: http://www.leparisien.fr/fontenay-sous-bois-94120/attentat-de-nice-rassemblements-ce-vendredi-et-lundi-dans-le-val-de-marne-15-07-2016-5970249.php
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14240
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Sam 16 Juil 2016, 02:28

Oui le temps est au recueillement.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Sam 16 Juil 2016, 03:56

Depuis le temps que l'on se recueille et que l'on commémore peut être serait il urgent de penser à l'action...

Il est vrai que le président est plus qualifié pour les inaugurations de chrysanthèmes comme ses prédécesseurs de la 4e que pour prendre des décisions énergiques et si possible efficaces.

Rêver d'un monde meilleur c'est bien agir pour qu'il le soit et le reste serait mieux.


Dernière édition par tonton christobal le Sam 16 Juil 2016, 05:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12183
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Sam 16 Juil 2016, 04:41

a.nonymous a écrit:

Source: http://www.leparisien.fr/fontenay-sous-bois-94120/attentat-de-nice-rassemblements-ce-vendredi-et-lundi-dans-le-val-de-marne-15-07-2016-5970249.php

Le maire étant absent son discours a été lu par Pascal Clerget....

Un rassemblement "au rabais" pour ne pas dire indigne d'une ville comme la nôtre....
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14240
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Sam 16 Juil 2016, 05:25

le texte de solidarité accompagnant la mise en berne des drapeaux.
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3447
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Sam 16 Juil 2016, 07:17

Le Vivre Ensemble et la Fraternité ...c'est là que se trouve le vrai problème.
Pour vivre "ensemble" il faut être d'accord sur un certain nombre de principes. On en est très loin sur tant de points!
La laicité, par exemple, aurait pu être citée, mais j'entends déjà les spécialistes de la nuance d'acception de ce terme expliquer que l'histoire évolue, qu'il faut s'adapter... NON.

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14240
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Sam 16 Juil 2016, 07:54

Sans Nuance, ce qu'a déclaré le successeur d'Estrosi, Pradal :

"La ville de Nice s'est réveillée ce matin – pour ceux qui ont réussi à dormir — dans une situation de détresse absolue: c'est la peine des victimes, c'est la peine de leurs proches et donc nous sommes vraiment dans une ville qui est à la fois sidérée, mais qui a aussi démontré dès cette nuit sa solidarité, son envie de ne pas se laisser abattre par ceux qui veulent la détruire".

Solidarité et vivre ensemble avec Fraternité. Le message reste de portée universelle.

Autre "élément de langage" sur son blog

Philippe Pradal, maire de Nice: "nous avons eu la chance que trois religions nous envoient des ministres du culte"
15 JUILLET 2016

© VALERY HACHE AFP
Au lendemain de l'attaque terroriste qui a frappé la ville de Nice, son maire, Philippe Pradal, revient sur le dispositif mis en place pour accompagner les victimes et leurs familles.

"Ma première réaction, le jour d’après, est pour les victimes et leurs familles. Nous sommes à leurs côtés et nous mettons tout en œuvre pour soulager la détresse dont ils font preuve" explique le maire de Nice, Philippe Pradal. Evoquant les témoignages de solidarité, il explique que "c’est à la fois très touchant et cela nous donne envie de poursuivre ce combat, pour ne pas abdiquer face à ceux qui nous ont attaqué le 14 juillet."

Après cet attentat, comme pour les précédents, les Français veulent continuer à vivre. "Cela passe par un vrai travail de deuil, qui a commencé à s’exprimer dans la nuit. Nous avons ouvert une cellule d’accompagnement. Nous avons eu la grande chance que les trois grandes religions nous envoient des ministres du culte" explique-t-il.

Au sujet des éventuelles menaces qui planaient sur Nice, Philippe Pradal explique qu’en 2015, "nous avions déjà été frappés, mais pas avec la même ampleur. Nous n’avions pas d’informations de la part des services de renseignement, de la part de l’Etat." Le Figaro a toutefois révélé un courrier transmis par l’ancien maire de Nice, Christian Estrosi, à François Hollande, la veille de l’attaque, où il demandait au chef de l’Etat un "grand plan d’urgence pour protéger nos policiers et leurs donner les moyens d’agir".
 
Concernant d’hypothétiques défaillances, si elles existaient, Philippe Pradal rappelle que "nous sommes dans le temps des questions. Je n’irai pas jusqu’à mentionner des défaillances. Je pense que l’enquête et les questions que nous nous posons permettront de nous faire une opinion. Nous avons reçu cette nuit le ministre  de l’Intérieur et le ministre de la Santé. Aujourd’hui le président de la République et le Premier ministre. Nous leur avons exprimé, avec Christian Estrosi, le fait que nous avions des questions qui méritaient des réponses" conclut-il.

#####
Le deuil passé le débat bien sûr reprendra.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12183
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Sam 16 Juil 2016, 08:16

Gérard a écrit:
Le Vivre Ensemble et la Fraternité ...c'est là que se trouve le vrai problème.
Pour vivre "ensemble" il faut être d'accord sur un certain nombre de principes. On en est très loin sur tant de points!
La laicité, par exemple, aurait pu être citée, mais j'entends déjà les spécialistes de la nuance d'acception de ce terme expliquer que l'histoire évolue,  qu'il faut s'adapter... NON.


Alors que le dernier attentat de Nice a fait 84 morts dont 10 enfants et adolescents, la cérémonie "au rabais" à laquelle le maire nous avait tous conviés par voie de presse ce soir au stade André Laurent était juste indigne d'une ville de l'importance de la notre...

La réflexion que je me suis faite en écoutant le "discours", c'est un bien grand mot, imputé au maire mais lu par Pascal Clerget avant la "minute de silence" ramenée elle à 15 secondes, c'est que comme pour la plantation de l'arbre de la laïcité - http://www.plateaufontenay.net/t340p200-le-pilotage-des-affaires-locales#65064 - ou la commémoration du 13 novembre - http://www.plateaufontenay.net/t2406-fontenay-en-bleu-blanc-rouge-vendredi#77429 - la municipalité n'avait pas réellement envie d'aborder des sujets susceptibles de contrarier une partie de ses électeurs...

Une nouvelle fois le maire et la municipalité ont délibérément choisi de nous parler de ce fameux "vivre ensemble" en oubliant juste que pour celui existe il faut que chacun le veuille....

Je ne doute pas un instant du fait que les victimes de Charlie Hebdo , de l'Hyper-Casher, du Bataclan, des terrasses, aujourd'hui de Nice auraient été prêtes à "vivre ensemble" si leurs assassins fanatiques leur avaient laissé ce choix...


Dernière édition par a.nonymous le Sam 16 Juil 2016, 08:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3447
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Sam 16 Juil 2016, 08:37

Le seul moment indiscutable d'un discours en ces circonstances est la minute de silence. 60 secondes ce n'est pas long, et pourtant on abrège...

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14240
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Sam 16 Juil 2016, 09:02

Trop long, trop court, toujours cette volonté de se référer à la forme, forcément imparfaite. Alors qu'il est si important de rester au fonds :

http://www.courrierdesbalkans.fr/le-fil-de-l-info/attentat-de-nice-la-violence-et-la-necessite-du-vivre-ensemble.html


Il suffit d’un camion fou pour tuer 84 personnes, et aucune mesure de sécurité, aucun déploiement policier ou militaire ne semble être capable d’empêcher ce type de passage à l’acte. D’après les informations disponibles vendredi matin, l’attentat de Nice aurait été « salué » mais par « revendiqué » par les terroristes de l’Etat islamique. L’enquête devra apporter des précisions sur la personnalité du kamikaze, ses motivations, les éventuels réseaux et soutiens dont il disposait. Ce geste semble néanmoins répondre aux appels répétés par la propagande de Daesh, appelant à commettre partout des attentats.

Des questions légitimes sur le fonctionnement des services de renseignements français, sur l’utilité de l’état d’urgence commencent déjà à être posées. Des polémiques, peut-être fondées peut-être vaines et exagérées, ne vont pas manquer de s’étendre. La question essentielle, toutefois, n’est pas une question de police : elle est d’essayer de comprendre pourquoi un jeune homme, vivant en France, peut décider de basculer dans une telle folie meurtrière.

“La paix est la responsabilité de tous et de chacun”
La violence nourrit toujours la violence, et la violence est plus présente que jamais en Europe et à ses portes, violences des guerres au Proche-Orient, violences dont les réfugiés sont victimes. Le scénario politique ourdi par l’Etat islamique est celui du « choc des civilisations » : tomber dans ce piège plongerait le monde entier dans une catastrophe inouïe.

Les Balkans ont connu une histoire particulière de la violence, des provocations qui attirent des représailles, suscitant de nouveaux actes de barbarie dans une chaîne d’horreur sans fin. Cette expérience récente d’une guerre en Europe rappelle avant tout que la paix est la responsabilité de tous et de chacun — car, dans ces guerres des Balkans, les « justes » n’ont pas manqué, en Bosnie-Herzégovine, au Kosovo, en Serbie, dans toutes les communautés, ceux qui ont refusé les logiques de haine, souvent au risque de leur propre sécurité, parfois de leur vie.

Les gouvernement des Balkans, comme ceux de toute la planète, ont déjà multiplié les communiqués condamnant les attentats de Nice et assurant la France de leur solidarité. Ce geste est nécessaire. De même, les Communautés islamiques de tous les pays de la région n’ont jamais manqué de condamner les attentats — ceux de Paris, de Bruxelles ou d’Istanbul.

Il ne s’agit pas seulement de rappeler que de tels crimes représentent une abomination impardonnable aux yeux de tous les musulmans, mais que le développement de l’islamophobie dans les pays européens est précisément le but recherché par les terroristes et leurs mentors, ainsi que le rappelait le Premier Sommet international de lutte contre l’islamophobie, organisé fin juin à Sarajevo.
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3447
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Sam 16 Juil 2016, 09:36

Libellule a écrit :
Trop long, trop court, toujours cette volonté de se référer à la forme, forcément imparfaite. Alors qu'il est si important de rester au fonds :

Gérard lui répond


NB: Juste pour la forme, je vous signale, une fois encore, que "fond" ne prend pas s dans ce cas.

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)


Dernière édition par Gérard le Sam 16 Juil 2016, 20:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14240
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Sam 16 Juil 2016, 10:02

Dont acte, pour les deux remarques. Le débat peut donc se poursuivre sur le fond. Guerre ou paix, amélioration de la lutte anti terrorisme, comment et avec quels moyens, tout en garantissant le vivre ensemble. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 700
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Sam 16 Juil 2016, 19:07

Lu sur Twitter :

Etape 1 :Attentat
Etape 2 :Tristesse et Recueillement
Etape 3 :Bougies+ Manif + #pasdamalgame
Etape 4 :On oublie
Etape 5 :Retour à l'étape 1

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Sam 16 Juil 2016, 20:33

thierry a écrit:
Lu sur Twitter :

Etape 1 :Attentat
Etape 2 :Tristesse et Recueillement
Etape 3 :Bougies+ Manif + #pasdamalgame
Etape 4 :On oublie
Etape 5 :Retour à l'étape 1


Les mêmes causes volontairement ignorées produisant les mêmes effets désastreux
Les mêmes dirigeants idéologiquement bloqués proposant les mêmes absences de solution
Continuons dans les lamentations, les commémorations, le même aveuglement ... jusqu'à la prochaine affaire.

Tout va donc fort logiquement continuer à ceci près qu'ayant eu droit au show médiatique post "charlie", nous ayant fait le coup de l'unité nationale ajoutée à la réunion du congrès en grande pompe pour adopter la déchéance de nationalité pour les terroristes avec à la clé le résultat que nous connaissons... la crédibilité en prend un sacré coup.


Dernière édition par tonton christobal le Sam 16 Juil 2016, 21:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3447
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: organisation terroriste a revendiqué via son agence Amaq la tuerie.   Sam 16 Juil 2016, 20:46




Attentat de Nice
10h26, le 16 Juillet 2016
Attentat de Nice : Daech revendique l'attaque dans un communiqué

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12183
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Dim 17 Juil 2016, 00:51

A l'opposé du discours lénifiant imputé au maire de Fontenay, le communiqué du communiste André Gerin - http://www.pcf.fr/11396 - suite à l'attentat de Nice revendiqué par Daesh...


https://andregerin.blogspot.fr/2016/07/eviter-la-guerre-civile.html a écrit:
Eviter la guerre civile !

L’attentat de Nice sur la Promenade des Anglais le 14 juillet est le carnage de trop, il sonne le tocsin.

Non, rien ne peut plus être comme avant. Nous ne pouvons plus continuer à vivre comme si de rien n’était. Nous avons tous pris conscience que le pire est peut-être devant nous. C’est le sentiment qui prédomine au lendemain de cette tragédie.

Ces massacres, au nom de la haine de la France, doivent de toute urgence, déboucher sur une mobilisation de la Nation tout entière. Un diagnostic vital reste à réaliser. Il s’impose avec force aux autorités du pays.

J’ai l’intime conviction que notre société renferme des germes de guerre civile. Le terreau est favorable au terrorisme qui lui-même est  lié aux trafics de drogue, aux mafias et à la misère endémique. Oui, je le dis et le redis haut et fort, la France est gangrenée par l’islamisme.

Un débat démocratique s’impose plus que jamais avec une exigence de dignité républicaine pour toute la classe politique. Le moment est venu d’ébranler nos certitudes ainsi que nos dérisoires et ridicules querelles politiciennes.

La réponse doit contenir les moyens sans précédent que  nous devons consacrer pour réduire les risques d’attentats sur notre territoire, dans les années à venir. Car, nous le savons, l’ennemi est immergé au sein de la population de nos villes. C’est bien là le dilemme national auquel nous devons faire face. Il nous impose de le placer en tête de toutes nos priorités.

Peur et exaspération face à l’impuissance et l’hypocrisie peuvent conduire à des violences et à l’éclatement de la communauté nationale.

De l’audace, du courage politique et de la fermeté, c’est ce qu’attendent les français. L’impératif du retour à l’autorité régalienne de l’État est à l’ordre du jour : ne rien laisser passer, tolérance zéro, ça va des incivilités aux actes criminels, au non-respect de la loi dans tous les lieux et pour tous les domaines.

Je crois que la République nous appelle parce que nous avons mal à la France. C’est le moteur essentiel pour ressouder tout le pays. L’identité de la France est notre combat républicain d’aujourd’hui. C’est notre combat vital.

André GERIN, député-maire honoraire de Vénissieux
Source: https://andregerin.blogspot.fr/2016/07/eviter-la-guerre-civile.html



Et le communique du Comité Laïcité République...

http://www.laicite-republique.org/contre-les-assassins-faisons-vivre-la-republique-universelle-laique-et-sociale.html a écrit:
Contre les assassins, faisons vivre la République universelle, laïque et sociale

La barbarie islamiste vient encore de frapper les enfants de République française et leurs invités en ce quatorze juillet, jour de célébration de nos principes sacrés, qui ont inspiré les peuples dans leurs luttes pour l’émancipation.

Après Charlie, après l’Hyper Casher, après le Bataclan, le 11ème arrondissement de Paris et le Stade de France, après les meurtres individuels de citoyens et de policiers, égrenés semaine après semaine, la violence inhumaine continue.

Nous sommes touchés au cœur. Les conséquences de cet acte effroyable nous plongent dans la plus profonde tristesse. Notre solidarité est totale avec nos concitoyens, avec ces visiteurs venus du monde entier pour participer à notre plus belle fête et qui ont trouvé la mort, la douleur et la peine.

Notre devoir est de lutter avec la plus grande vigueur à l’extérieur et à l’intérieur de notre pays pour défaire l’islamisme et l’islam politique. Il n’y a pas de place dans cette lutte pour ceux qui vont, les uns, appeler de nouveau à enfouir la tête dans le sable en refusant de nommer les assassins ou pour ceux qui vont se servir de ce malheur pour moudre le grain de la haine entre les citoyens français.

Faisons vivre la République universelle, laïque et sociale, l’arme absolue contre les assassins et contre ceux qui veulent en profiter, d’où qu’ils viennent.

Comité Laïcité République
le 15 juillet 2016.
Source: http://www.laicite-republique.org/contre-les-assassins-faisons-vivre-la-republique-universelle-laique-et-sociale.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12183
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Dim 17 Juil 2016, 01:19

a.nonymous a écrit:
Alors que le dernier attentat de Nice a fait 84 morts dont 10 enfants et adolescents, la cérémonie "au rabais" à laquelle le maire nous avait tous conviés par voie de presse ce soir au stade André Laurent était juste indigne d'une ville de l'importance de la notre...

La réflexion que je me suis faite en écoutant le "discours", c'est un bien grand mot, imputé au maire mais lu par Pascal Clerget avant la "minute de silence" ramenée elle à 15 secondes, c'est que comme pour la plantation de l'arbre de la laïcité - http://www.plateaufontenay.net/t340p200-le-pilotage-des-affaires-locales#65064 - ou la commémoration du 13 novembre - http://www.plateaufontenay.net/t2406-fontenay-en-bleu-blanc-rouge-vendredi#77429 - la municipalité n'avait pas réellement envie d'aborder des sujets susceptibles de contrarier une partie de ses électeurs...

Une nouvelle fois le maire et la municipalité ont délibérément choisi de nous parler de ce fameux "vivre ensemble" en oubliant juste que pour celui existe il faut que chacun le veuille....

Je ne doute pas un instant du fait que les victimes de Charlie Hebdo , de l'Hyper-Casher, du Bataclan, des terrasses, aujourd'hui de Nice auraient été prêtes à "vivre ensemble" si leurs assassins fanatiques leur avaient laissé ce choix...


J'ai écrit que ce rassemblement était "indigne d'une ville de l'importance de la notre" et je le maintiens...

Certains élus de la majorité aiment à nous parler de "faire société"... Pour le coup c'était une occasion, ratée, de "faire République"...

L'article et la photo de la journaliste Laure Parny dans le Parisien...


http://www.leparisien.fr/ablon-sur-seine-94480/le-val-de-marne-rend-hommage-aux-victimes-de-l-attentat-de-nice-15-07-2016-5970905.php a écrit:
Le Val-de-Marne rend hommage aux victimes de l’attentat de Nice

Alexandre Arlot, Elsa Marnette et Laure Parny.|15 juillet 2016, 21h04
---/---
18 h 30, Fontenay arrête la musique. Pas facile d’aborder un sujet aussi grave entre la construction d’un château de sable et un concert de musiques du monde. C’est pourtant le choix de Fontenay en organisant au cœur de Fontenay-sous-Soleil une minute de silence. À 18 h 30, les musiques des stands se taisent pour laisser place au discours du 1er adjoint Pascal Clerget (PCF), dénonçant « le bilan glaçant, l’horreur, l’indescriptible ». Une courte minute de silence suit, avec en fond les rires des enfants. « Ils ne comprennent pas trop l’enjeu mais c’est important de le faire, assure Éloïse, maman du petit Kilian. C’est une nouvelle occasion pour nous d’aborder cette horreur et de se recueillir. »


Minute de silence à Fontenay-sous-Soleil. (LP/Laure Parny.)
---/---
Source: http://www.leparisien.fr/ablon-sur-seine-94480/le-val-de-marne-rend-hommage-aux-victimes-de-l-attentat-de-nice-15-07-2016-5970905.php
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14240
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme   Dim 17 Juil 2016, 01:20

Jusqu'à lundi soir, je crois qu'il y a unanimité pour dire comme le CLR : Nous sommes touchés au cœur. Les conséquences de cet acte effroyable nous plongent dans la plus profonde tristesse. Notre solidarité est totale avec nos concitoyens, avec ces visiteurs venus du monde entier pour participer à notre plus belle fête et qui ont trouvé la mort, la douleur et la peine.

Les avis sur le degré du sécuritaire et surtout sur la manière d'atteindre la sécurité zéro sont plus différenciés.

La piste d'éviter toute guerre civile paraît un objectif commun. La difficulté restant de définir comment y arriver. Les réponses semblent loin d'être évidentes.

Pour rester proche des idées du CLR. Cette citation datant de l'année dernière : "Nous devons à la laïcité l’apaisement dans ce pays qui a le génie de la guerre civile», Propos de Manuel Valls pour clôturer la cérémonie de remise des deux prix de la laïcité du Comité Laïcité République (CLR).  Dans la salle des fêtes de la Mairie de Paris,...


Dernière édition par Libellule le Dim 17 Juil 2016, 02:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après - Résister face au terrorisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11, 12, 13  Suivant
 Sujets similaires
-
» Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après
» [Novembre 2015] Birchbox
» [Novembre 2015] Glossybox
» ATTENTATS DE PARIS - 13 novembre 2015
» HOMMAGE NATIONAL DU 27 NOVEMBRE 2015

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: