Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
a.nonymous



Messages : 12184
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Jeu 26 Nov 2015, 07:36

Rappel du premier message :

Il y a quelques semaines à peine, ceux qui osaient mettre en avant de possibles problèmes liés à l'accueil de trop nombreux réfugiés et migrants économiques avaient le plaisir de se faire traiter de xénophobes par certains....

Ceux qui tenaient de tels propos vont-ils traiter de la même manière le premier ministre Manuel Valls ?



https://fr.news.yahoo.com/valls-lue-doit-dire-ne-peut-accueillir-autant-060612147.html a écrit:
Attentats: Manuel Valls demande à l'UE d'arrêter l'accueil des réfugiés
Par AFP | AFP – il y a 9 heures

Le Premier ministre français Manuel Valls a réclamé que l'Europe cesse d'accueillir des réfugiés en raison de la menace jihadiste, dans un entretien publié mercredi par un grand quotidien allemand, qui y voit un rejet de la politique allemande.

"Nous ne pouvons accueillir encore plus de réfugiés en Europe, ce n'est pas possible", a déclaré M. Valls, selon la Süddeutsche Zeitung, l'un des journaux étrangers ayant participé à cet entretien avec le Premier ministre et présenté comme informel par son entourage.

Cette déclaration intervient avant la rencontre mercredi après-midi à Paris entre la chancelière allemande Angela Merkel, fer de lance d'une politique d'accueil généreuse des réfugiés en Europe, et le président français François Hollande pour discuter de coopération dans la lutte contre le terrorisme après les attentats de Paris.

M. Valls "s'est gardé de critiquer directement la chancelière", selon le journal en jugeant que "l'Allemagne a pris là une décision honorable" d'ouvrir ses portes aux réfugiés, mais a souligné que "ce n'est pas la France qui a dit : "venez !"".

Selon la Süddeutsche Zeitung, le message de M. Valls est que l'Europe "arrête tout de suite d'accueillir des réfugiés du Proche-Orient"

Le Premier ministre a expliqué sa fermeté sur l'accueil des migrants par des indications des enquêteurs français selon lesquels deux des tueurs du 13 novembre à Paris avaient profité du flux de migrants pour traverser l'Europe et rejoindre la France.

Dès lors, selon lui, le contrôle des frontières extérieures européenne va décider du futur de l'UE : "si nous ne le faisons pas, alors les peuples vont dire : ça suffit l'Europe !".

"L'Europe doit trouver des solutions pour que les migrants soient pris en charge dans les pays voisins de la Syrie. Sinon, l'Europe met en question sa capacité de contrôler efficacement ses frontières", a encore jugé M. Valls.

Quant au rôle que pourrait jouer l'Allemagne dans la coalition pour frapper le groupe Etat islamique, il a estimé que "les Allemands sont des gens très pragmatiques et un jour ils vont passer de la théorie à la pratique".

Pour le grand quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung, pas de doute, c'est l'Allemagne et Mme Merkel qui sont visées dans ces propos.

"Critique à la direction (choisie) par la chancelière : le chef du gouvernement Manuel Valls dit que l'Europe ne peut pas accueillir encore plus de réfugiés", constate le journal sur son site internet, alors que l'Allemagne devrait accueillir jusqu'à un million de demandeurs d'asile cette année.

"Ses déclarations sont essentiellement à l'opposé de la ligne fixée par la chef du gouvernement allemand qui ne veut pas arrêter le flux de migrants mais mieux l'organiser", dit-il.



Par ailleurs, Manuel Valls a appelé mardi soir "l'islam" à se mettre "debout" pour "couper toute complaisance" envers le jihadisme et le terrorisme, après les attentats meurtriers de Paris.

"C'est un débat qui ne touche pas que la France, qui touche l'Europe, et qui touche le monde: ce salafisme, cet islamisme radical, est né de l'islam", a déclaré le Premier ministre, invité du "Petit Journal sur Canal+".

"Et il faut que l'islam, et c'est un défi considérable, soit capable de se mettre debout pour couper toute complaisance vis-vis de ces terroristes", a-t-il ajouté.

"C'est très important que dans le monde, et bien sûr en France, des voix continuent à s'élever dans l'islam comme cela a été fait ces derniers jours disant: tout cela n'a rien à voir avec l'islam, mais comme c'est né au sein de l'islam aussi, il faut couper cette branche", a déclaré M. Valls.

"C'est une bataille politique, théologique, sociale, culturelle, qui est majeure et qui est loin d'être terminée", selon lui.

"Tous les salafistes ne vont pas vers le terrorisme, mais dans l'islamisme radical il y a une idéologie qui vise à se séparer progressivement de la société et qui peut mener au terrorisme", a-t-il plaidé.

Le Premier ministre a également assuré "ne pas confondre les choses", en soulignant que "l'immense majorité des musulmans français ne supportent pas ce qui s'est passé".

Manuel Valls avait déjà désigné l'islamisme radical et le salafisme, branche fondamentaliste de l'islam, comme les "ennemis" après les attentats de Paris, revendiqués par l'organisation jihadiste Etat islamique (EI).
Source: https://fr.news.yahoo.com/valls-lue-doit-dire-ne-peut-accueillir-autant-060612147.html


Dernière édition par a.nonymous le Dim 10 Jan 2016, 00:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Libellule



Messages : 14243
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Dim 10 Jan 2016, 22:41

Tiens, tiens ceci a failli sauter. Alors q and theue les questions restent entières..

Voici trois éléments troublants qui alimentent la controverse, au-delà même des frontières allemandes.

Des réfugiés ont-ils violé des femmes ?

Deux rapports des polices locale et fédérale, rédigés les 2 et 4 janvier, ont été révélés vendredi par la WDR, le Zeit, le Spiegel et Bild (articles en allemand). Ils indiquent que les policiers déployés dans le centre de Cologne, aux abords de la cathédrale et de la gare centrale, durant la nuit du Nouvel An ont procédé à 70 contrôles d'identité en raison de violences. Et la majorité des personnes qu'ils ont contrôlées avaient des documents attestant de leur enregistrement comme demandeurs d'asile auprès de l'Office fédéral pour immigration et réfugiés (BAMF). Ces personnes n'ont en revanche pas présenté de pièces d'identité, rapporte l'Express.

Les policiers disent aussi avoir vu, dans la foule participant aux violences, des personnes dont l'apparence indique qu'elles viennent d'Afrique du Nord et de pays arabes, notamment la Syrie. "Je suis syrien, vous devez me traiter avec gentillesse ! Madame Merkel m'a invité", aurait même lancé un homme à un policier, selon le rapport cité par Bild et le Spiegel.

Un porte-parole du ministère de l'Intérieur a annoncé, vendredi, que la police fédérale est parvenue à identifier "31 suspects", dont "18 ont le statut de demandeur d'asile" : neuf Algériens, huit Marocains, quatre Syriens, cinq Iraniens, un Irakien et un Serbe. Deux Allemands, un Irakien, un Serbe et un Américain sont également soupçonnés.

Mais il s'agit là de la liste des personnes suspectées d'avoir pris part aux vols et aux violences physiques. Les autorités fédérales n'ont pas évoqué de suspects concernant les agressions sexuelles, ni mentionné d'interpellations.

De son côté, la police locale a indiqué, vendredi, que deux voleurs à la tire, présents le soir des incidents, ont été arrêtés. Ils ont 16 et 23 ans et sont originaires de Tunisie et du Maroc. La chaîne publique de la région de Cologne, WDR, révèle que les policiers ont découvert, sur les téléphones portables de ces deux hommes, des images vidéo du soir du réveillon montrant des agressions de femmes, ainsi qu'une feuille de papier –un document révélé par Bild– sur laquelle sont notées des traductions de termes sexuels de l'arabe à l'allemand.

Le gouvernement allemand affirme que les suspects identifiés à ce jour sont en majorité des réfugiés. Mais il n'est toutefois pas prouvé que les agressions sexuelles sont le fait de migrants fraîchement arrivés en Allemagne.

Un policier allemand fouille un suspect près de la gare centrale de Cologne (Allemagne) le 5 janvier 2016 après les violences commises durant la nuit de la Saint-Sylvestre.
Un policier allemand fouille un suspect près de la gare centrale de Cologne (Allemagne) le 5 janvier 2016 après les violences commises durant la nuit de la Saint-Sylvestre. (MARIUS BECKER / DPA / AFP)
La police allemande a-t-elle minimisé les faits ?

Le 1er janvier, la police de Cologne publie un communiqué rassurant. Elle affirme que les festivités du Nouvel An se sont déroulées sans incidents. Quatre jours plus tard, le scandale éclate avec l'accumulation des dépôts de plaintes.

La police reconnaît alors avoir fait évacuer la place où se sont déroulées les agressions, à cause de tirs dangereux de feux d'artifice. Mais elle explique que les agressions ont débuté plus tard, sans qu'elle en prenne la mesure.

Une semaine après les faits, les rapports de police dévoilés par la presse allemande vendredi, viennent contredire cette version officielle. Dans le procès-verbal, rédigé le 4 janvier et révélé par le Spiegel et Bild vendredi, un cadre de la police décrit des scènes de "chaos". "Des femmes en pleurs ont rapporté les agressions sexuelles", "des femmes, accompagnées ou pas, ont essuyé un harcèlement nourri indescriptible", "des victimes et des témoins ont été menacés", "des policiers et des passants ont pu empêcher que des viols" ne soient commis.

L'officier y fait même un aveu de faiblesse : la police "n'a pas pu maîtriser l'ensemble des événements, des agressions, des délits... parce qu'il y en a eu trop en même temps".

Des dizaines d'hommes rassemblés devant la gare centrale de Cologne (Allemagne) le 31 décembre 2015 pour la Saint-Sylvestre.

Sous le feu des critiques, le chef de la police de Cologne a été suspendu de ses fonctions. Il lui est reproché à la fois l'inaction de ses services le soir des faits et le manque d'informations délivrées ensuite sur l'ampleur des violences, puis le profil des suspects. Ces manquements ont en effet alimenté la confusion entre les enquêtes de la police locale et fédérale.

Cologne est-il un cas isolé ?

Durant la nuit de la Saint-Sylvestre, des violences similaires ont eu lieu dans une douzaine d'autres villes d'Allemagne, liste Focus. A Hambourg, 50 plaintes ont été déposées dont 38 pour des agressions sexuelles. A Düsseldorf, 40 femmes se disent également victimes. Le scénario est souvent le même : des groupes d'hommes apparemment arabes ou nord-africains les encerclent, parfois à 20 ou 30. Munich, Stuttgart, Berlin, Nuremberg et Francfort ne sont pas épargnées. Et l'Allemagne n'est pas le seul pays touché.

Des fleurs déposées devant la gare centrale de Cologne (Allemagne) après les agressions commises  le 31 décembre 2015 durant la nuit de la Saint-Sylvestre.
Des fleurs déposées devant la gare centrale de Cologne (Allemagne) après les agressions commises  le 31 décembre 2015 durant la nuit de la Saint-Sylvestre. (MAJA HITIJ / DPA / AFP)
A Helsinki, la capitale finlandaise, des patrouilles de police ont constaté de "nombreux faits de harcèlement sexuel" sur une place centrale de la métropole, où 20 000 fêtards étaient réunis. Et trois agressions sexuelles ont été signalées dans la plus grande gare de la ville, où 1 000 demandeurs d'asile, pour la plupart irakiens, étaient rassemblés. Seules deux plaintes ont cependant été déposées. Trois demandeurs d'asile suspects ont été placés en détention.

"Il n'y a pas eu de tels cas de harcèlement lors de la nuit du Nouvel An de l'an dernier, ni en d'autres occasions... C'est un phénomène totalement nouveau à Helsinki", assure le chef adjoint de la police de la ville à l'AFP.

Les mêmes scènes de violence se sont déroulées à Zurich, en Suisse, alors que 120 000 personnes se pressaient autour du lac pour les célébrations du Nouvel An, selon le communiqué de la police locale diffusé jeudi.

La police zurichoise a d'abord enregistré 24 plaintes pour des vols. Au cours de l'enquête, plusieurs victimes ont alors confié aux policiers avoir également été encerclées et soumises à des attouchements, comme à Cologne. Une demi-douzaine d'entre elles parlent d'agressions sexuelles, perpétrées par "des groupes d'hommes à la peau foncée".

Le porte-parole de la police zurichoise souligne que le nombre des victimes est inhabituel pour la Suisse. La police a ouvert une enquête. Elle a lancé un appel à témoins et a demandé à d'éventuelles autres victimes de venir porter plainte.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Dim 10 Jan 2016, 22:53

Donc tout va bien puisque ça se fait ailleurs...
Dans le même contexte et à priori par le même type de personnages.

Conclusion :
S'il y a des atteintes aux mœurs et des viols c'est de la faute de la police qui ne sait pas s'y prendre.
Les années précédentes tout se passait bien, se demander s'il y a un lien avec des arrivants nouveaux et les problèmes nouveaux est une initiative déplacée, voire une construction intellectuelle d'un esprit malfaisant.
Les mêmes faits se produisent dans des pays différents... on ne doit pas tenir compte des apports de population récents, c'est fortuit.

Sous peu nous apprendrons que ces affaires sont fictives et montées de toutes pièces par les réacs des différents pays pour discréditer les migrants... on inculpera les plaignantes !

PS : on pourrait demander aux victimes ce qu'elles en pense mais est ce nécessaire ?
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14243
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Dim 10 Jan 2016, 23:16

Non, conclusion Il faut laisser les enquêtes se poursuivre. Et effectivement attendre les témoignages des victimes ...

Et pas se transformer en justicier ou porte parole d' une thèse un tant soit peu orientée. Info intox désintox de type Temesvar on a déjà connu.

Comme dit page précédente toutes les violences sont à condamner pour obtenir justice sans se tromper. On le doit aux victimes, c' est une évidence. Loin des formules des journaux "Il est acquis Que + un conditionnel et Non de l' affirmatif.

Timosoara c' était aussi fin décembre
A titre documentaire https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Affaire_des_charniers_de_Timișoara

On est fin 89 début 90.
L'affaire semble essentiellement due à une compétition des médias entre eux, chacun reprenant l'information du concurrent en l'amplifiant. Le sociologue Pierre Bourdieu a appelé ce phénomène « la circulation circulaire de l'information    afro


Dernière édition par Libellule le Dim 10 Jan 2016, 23:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Dim 10 Jan 2016, 23:37

C''est reparti l'incendie du parlement allemand, l'arrivée des nazis, le complot international, les tours de New York qui ne sont pas détruites...

Comme le disait Mitterrand il faut laisser du temps au temps (expression stupide) on était plus expéditif lors d'une lamentable affaire de coups et blessures... montée en épingle pour retomber lamentablement.

Lorsque l'on a sur la table plusieurs centaines de plaintes... que doit on attendre d'autre ? le dégel ?

C'est une vision particulière de la manière de mener une enquête. Encore un chef de la police en devenir à virer !



Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14243
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Dim 10 Jan 2016, 23:39

Que la justice et la police fassent Leur boulot.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Lun 11 Jan 2016, 00:12

Il serait préférable que la justice et la police n'aient pas de boulot ! que la situation soit telle que nous n'ayons pas de victime... ce qui voudrait dire que les politicards européens et nationaux arrêtent leurs conneries.

C'est un peu plus raisonnable que faire n'importe quoi, de tout saloper par démagogie ou pour des intérêts mercantiles et d'obliger les autres à faire le ménage lorsque l'affaire périclite...  Comme on ne manque pas d'aplomb on continue en ne se privant pas de les critiquer et au besoin de contrôler comment ils se débrouillent le plus souvent avec peu de moyens et de pouvoirs pour rétablir la siuation.

Ce genre de réflexion typique de la manière d'agir des élus et des gouvernants se rencontre le plus souvent chez les gens de gauche qui sont les plus prompts à se parer des plumes de l'intransigeance  lorsqu'ils commettent des fautes.

La recherche du bouc émissaire appelé aussi "fusible" devient le sport national... on est responsable pas coupable... on ne savait pas... on ne nous a pas tout dit, on était mal informé, on était victime de rétention d'information y compris lorsque l'on brandit à la tribune les documents attestant du contraire ... mais on garde son poste et ses prébendes.

Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12184
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Lun 11 Jan 2016, 01:27

Libellule a écrit:
Que la justice et la police fassent Leur boulot.


Le ministre de la Justice allemand s'est exprimé ce matin...


http://actu.orange.fr/une/les-agressions-de-cologne-etaient-elles-planifiees-afp-s_CNT000000hYovE.html a écrit:
Orange avec AFP 10-01-2016 - 13:30
Les agressions de Cologne étaient-elles planifiées ?

Quelque 379 plaintes ont été déposées à Cologne pour violences lors de la nuit du Nouvel An. "Personne ne me fera croire que cela n'a pas été coordonné ou préparé" estime le ministre de la Justice allemand.

Que s'est-il passé à Cologne le soir de la Saint-Sylvestre ? Dans la nuit du 31 décembre, des dizaines d'hommes agissant en bandes s'en étaient pris à des femmes en plein centre de la ville allemande, au milieu d'une foule masculine estimée au total à un millier de personnes. Au total, 379 plaintes ont été déposées pour des violences, dont 40% pour agressions sexuelles, selon la police.

Pour le ministre de la Justice, ces multiples attaques ont sans doute été préparées. "Quand une telle horde se rassemble pour enfreindre la loi, cela paraît sous une forme ou une autre planifié. Personne ne me fera croire que cela n'a pas été coordonné ou préparé" a déclaré Heiko Maas, dans une interview au Bild ce dimanche 10 janvier. "Nous devons urgemment clarifier comment on a pu en arriver à de tels actes", a souligné le ministre social-démocrate.

De nombreux suspects seraient des demandeurs d'asile. Sur les 32 personnes dans le collimateur de la police, 22 sont des réfugiés. Des chiffres qui a provoqué la colère du parti islamophobe Pegida, qui a défilé samedi dans les rues de Cologne, et poussé Angela Merkel a durcir le ton. La chancelière allemande s'est prononcée en faveur de l'expulsion des réfugiés condamnés, même en cas de sursis.

Néanmoins, le ministre a mis en garde contre les amalgames avec tous les réfugiés arrivant dans le pays, l'Allemagne ayant accueilli 1,1 million d'entre eux en 2015. "Il est hasardeux de faire un lien entre l'origine d'une personne et sa propension à enfreindre la loi", a-t-il dit car les statistiques montrent que les réfugiés "commettent en proportion autant de délits que les Allemands".
Source: http://actu.orange.fr/une/les-agressions-de-cologne-etaient-elles-planifiees-afp-s_CNT000000hYovE.html

Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14243
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Lun 11 Jan 2016, 01:35

Seraient... Néanmoins... On n'en est donc bien que là.... Sans anticiper outre mesure. Avec les ? d'usage valant débat en cours.


Dernière édition par Libellule le Lun 11 Jan 2016, 02:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
joseph1



Messages : 145
Date d'inscription : 09/09/2014

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Lun 11 Jan 2016, 01:42

Agressions à Cologne : une attaque planifiée, selon un ministre

http://www.lepoint.fr/europe/agressions-a-cologne-une-attaque-planifiee-selon-un-ministre-10-01-2016-2008555_2626.php
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14243
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Lun 11 Jan 2016, 02:07

sans doute... A clarifier. Dans le texte.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Lun 11 Jan 2016, 02:26

J'avoue avoir envisagé l' hypothèse de l'action concertée tant l'importance du nombre de plaintes, la similitude des modes opératoires, la concordance en matière de tempo, la multiplicité des sites impactés parfois très distants laissent peu de place au hasard.

Si cette hypothèse se vérifie comment nos vendeurs de billevesées sur la nature des migrants vont ils retomber sur leurs pattes ?

A une époque où les actions terroristes violentes ont été concertées que ce soit à Paris, aux USA, à Madrid ou à Londres... comment ne pas imaginer une infiltration d'envergure organisée et facilitée par la naïveté voir l'aveuglement des politicards qui nous bercent de sornettes depuis des années et mentent avec un aplomb constant en prônant l'opération portes ouvertes, la répartition mondiale le tout en négligeant les indispensables opérations de contrôle qui permettent à un individu de s'enregistrer simultanément comme réfugié sous quatre identités différentes.

En matière d'enquête un hasard qui se répète n'est jamais fortuit... sauf si Sherlock Holmes a fait ses classes chez les pieds nickelés.

Quant au “pas possible”, on en revient toujours à l’axiome de Sherlock Holmes : une fois qu’on a éliminé l’impossible, ce qui reste, aussi improbable que cela soit, doit être la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14243
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Lun 11 Jan 2016, 02:45

Si tout cela se confirme le durcissement des mesures de rétorsion sera la solution. Il faut juste attendre Que les si soient levés.


Dernière édition par Libellule le Lun 11 Jan 2016, 02:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12184
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Lun 11 Jan 2016, 02:45


"Les deux amies s'interrogent sur l'origine de ce déchaînement de violences. « C'est un problème de culture, analyse Lea, et d'alcool aussi. Ces gens se disent que nous sommes libres, et pensent qu'ils peuvent faire de nous ce qu'ils veulent. Ils se méprennent sur le sens de cette liberté. »"


http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/un-gars-m-a-serree-un-autre-m-a-attrape-les-seins-10-01-2016-5436167.php a écrit:
Violences à Cologne : «Un gars m'a serrée, un autre m'a attrapé les seins»
Tabea, 18 ans, victime des agressions de Cologne, raconte son calvaire.
Cologne (Allemagne) De nos envoyés spéciaux Nicolas Jacquard | 10 Janv. 2016, 07h00 | MAJ : 10 Janv. 2016, 07h02

Le soleil d'hiver baigne la place de la gare, plongée ce vendredi après-midi dans une torpeur trompeuse. Il y a bien les éternels touristes, regard rivé sur la cathédrale attenante, monument le plus visité d'Allemagne. Mais une poignée de caméras de télévision dénote dans le décor.

Sans compter ces militants du parti populiste Alternative für Deutschland (AfD), qui manifestent face à une rangée de policiers antiémeutes. Ces derniers étaient beaucoup moins visibles la nuit du Nouvel An, pour le plus grand malheur de plusieurs centaines de femmes, agressées ou violées ce soir-là.

Tabea, 18 ans, est l'une des victimes de ces « meutes sexuelles », comme les ont baptisés les médias allemands. Pour cette jeune militaire, le passage à la nouvelle année avait pourtant bien commencé, en famille et entre amis. Le groupe d'une quinzaine de personnes dîne et fait la fête dans une Gaffel, une brasserie traditionnelle donnant sur la place. Jusqu'à minuit, aucun problème, mais au tournant de 2016, l'ambiance se tend. « Déjà, dans le café et à proximité, beaucoup de mecs draguaient lourdement, touchaient les jeunes femmes », décrit Tabea en français. « Au départ, c'était plutôt bon enfant, complète Uwe, son père. Certains s'approchaient pour venir trinquer. Ils étaient plutôt bien habillés. On aurait dit des touristes. L'un disait être algérien, un autre être originaire d'Agadir, au Maroc. Plusieurs nous lançaient en français : bon anniversaire ! »

Vers 1 h 30, cette fois, la soirée dérape. Les jeunes femmes du groupe sont clairement ciblées. Tabea, mais aussi sa copine Lea, frêle blondinette aux yeux délavés, piercing au nez. « Un gars lui a demandé une cigarette, se souvient Uwe. Elle la lui a donné. Il lui a touché le dos, puis tenté de l'embrasser. » Un ami de Lea la prend alors par le cou, se fait passer pour son petit copain, et les choses en restent là.

Mais progressivement, la foule grossit. « Il en venait de tous les côtés », souffle Uwe. Vers 3 h 30, Uwe, sa fille et son amie tentent de quitter les lieux et se fraient un chemin en direction de la plate-forme n° 10, celle où stationne habituellement le train de banlieue qui, en vingt minutes, les ramène à la maison. La soirée vire au cauchemar. Ça et là, des groupes se bagarrent. Le sol est jonché de verre pilé. De nombreux passants se font dépouiller de leurs objets de valeur. « C'était complètement dingue, évoque Tabea. Sur le quai, il y avait peut-être plus de 1 000 jeunes, originaires d'Afrique du Nord ou du Moyen-Orient. Ils étaient tellement nombreux que le train ne pouvait plus circuler. »

Uwe tente de traverser la masse, une jeune fille sous chacun des bras de cet imposant gaillard. « J'ai foncé, mais c'était très difficile de passer. Les gars se jetaient sur nous, se pressaient pour toucher les filles. Quand j'essayais d'en frapper un, il reculait, mais ils étaient trop nombreux. » La situation est tellement confuse que ce n'est que le lendemain qu'il découvrira, à travers le récit de sa fille, ce qu'elle a subi. « Un gars est passé derrière moi, lâche Tabea. Il m'a enserrée dans ses bras et soulevée du sol. Je ne pouvais plus respirer. Je me suis mise à hurler. Quand il a vu que je réagissais, il m'a lâchée. Un autre m'a attrapé les seins. C'était vraiment dangereux. »

La jeune fille prend des cours de self-défense depuis sept ans. Physiquement, ils ne lui ont été d'aucune aide. Psychologiquement en revanche, on sent un caractère bien trempé, qui lui a permis de faire face tant bien que mal. Au même moment, Lea, elle, est tétanisée. « Ils m'agrippaient de partout, déplore la lycéenne, et voulaient voler mon téléphone. J'étais tellement apeurée que je n'arrivais pas à réagir. » Le trio ne doit son salut qu'à l'arrivée de l'équivalent des CRS, qui font évacuer la gare. « On est parti à pied. On a traversé le Rhin et réussi à prendre un train dans une autre gare », explique Uwe.

Une semaine après, ils sont revenus sur place, comme pour prendre la mesure de ces lieux qu'ils connaissent si bien, et n'avaient jamais vu sous un jour aussi sordide. « Pourquoi cela s'est-il produit ? Je n'en sais rien, soupire Uwe. Tout ce que je sais, c'est qu'on nous a laissés seuls, même si je n'en veux pas aux policiers. A 150 dans le secteur, ils étaient trop peu nombreux face à ces jeunes. »

Pour ce banquier de profession, fier de ce Cologne « tolérant, ouvert et coloré », rien ne sert de désigner des boucs émissaires. Ce qui ne l'empêche pas de s'interroger. « Pour moi, beaucoup de ces jeunes venaient des grandes villes voisines. Dans le lot, il y avait des réfugiés. Quand ces derniers se font attaquer par l'extrême droite, nous sommes les premiers à protester. Mais cette fois, qui nous a soutenus après ce qu'ont vécu nos filles ? »

Comme beaucoup d'Allemands, ce père de famille juge la prise de conscience des événements beaucoup trop tardive et exhorte à ce que « l'Europe soit solidaire de l'Allemagne sur cette question de l'accueil des migrants. » Pour l'instant, il n'a pas déposé plainte, hésite à le faire. C'est que si le souvenir de cette foule surexcitée le hantera longtemps, il craint de ne pouvoir reconnaître aucun visage.

Les filles, elles, bien que fermement décidées à se battre pour les droits des femmes, sont plus fatalistes. « Ça restera cantonné à cette nuit-là, tranche Tabea. Des choses comme ça, ça n'arrive pas dans la vie normale. Et ça ne m'empêchera pas de participer au carnaval. » « Moi, je n'irai pas à Cologne à cette occasion, enchaîne Lea. Il y aura trop de monde. » Dans le train de jour qui, cette fois, les emmène sereinement chez elles, les deux amies s'interrogent sur l'origine de ce déchaînement de violences. « C'est un problème de culture, analyse Lea, et d'alcool aussi. Ces gens se disent que nous sommes libres, et pensent qu'ils peuvent faire de nous ce qu'ils veulent. Ils se méprennent sur le sens de cette liberté. »
Source: http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/un-gars-m-a-serree-un-autre-m-a-attrape-les-seins-10-01-2016-5436167.php
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Lun 11 Jan 2016, 07:52

Violences à Cologne: le nombre de plaintes explose, Merkel infléchit sa politique
Par Yacine LE FORESTIER | AFP – il y a 33 minutes

Le nombre de plaintes pour violences lors de la nuit du Jour de l'An à Cologne (ouest de l'Allemagne) a explosé, selon le décompte publié dimanche par la police, accroissant la pression sur Angela Merkel et son ouverture envers les réfugiés.
Quelque 516 personnes ont porté plainte, dont environ 40% pour des faits d'agression sexuelle, a indiqué la police de Cologne, qui avait fait état de 379 plaintes la veille.
Dix-neuf personnes sont pour l'instant considérées comme suspectes, a indiqué sans autre détail la police locale, qui a aussi procédé à l'arrestation d'un Marocain de 19 ans soupçonné de vol de téléphones portables le soir de la Saint-Sylvestre.
Alors qu'une certaine confusion règne depuis la révélation tardive de ces violences, avec des communications distinctes de la police fédérale et de la police locale, le ministère de l'Intérieur avait lui vendredi indiqué que des vérifications étaient faites par la police fédérale sur 32 "suspects", dont 22 demandeurs d'asile, pour des violences et des vols.
La police locale, dont le chef a été mis à pied vendredi après de nombreuses critiques notamment sur une communication très tardive et limitée, avait affirmé samedi que les personnes sur lesquelles elle enquêtait étaient "originaires en grande partie de pays d'Afrique du Nord" et "en grande partie des demandeurs d'asile et des personnes se trouvant en Allemagne illégalement". Cela n'a pas été répété dans le communiqué de dimanche.
"Quand une telle horde se rassemble pour enfreindre la loi, cela paraît sous une forme ou une autre planifié", a considéré dimanche le ministre de la Justice, le social-démocrate Heiko Maas.
La nuit de la Saint-Sylvestre a également été le théâtre d'actes de violence à Hambourg, où quelque 133 plaintes, notamment pour agression sexuelle, ont désormais été déposées, a parallèlement indiqué dimanche la police de cette ville du nord de l'Allemagne. Son porte-parole a précisé que les descriptions faites par les plaignantes des auteurs des faits étaient "diverses", évoquant des hommes "d'apparence africaine, arabe et sud-européenne".

L'émoi provoqué en Allemagne par ces violences qui pourraient donc impliquer des réfugiés a contraint la chancelière allemande Angela Merkel à restreindre un peu plus sa politique d'ouverture à l'égard des réfugiés, afin de ne pas risquer de s'aliéner l'opinion avant les élections législatives de 2017 à l'issue desquelles elle devrait prétendre à un quatrième mandat de quatre ans à la chancellerie.
"Cologne a tout changé, les gens doutent", a résumé un des caciques du parti conservateur de la chancelière, Volker Bouffier.
Un sondage Forsa publié dimanche soir pour la chaîne de télévision RTL indique tout de même que l'avis sur les étrangers de 60% des personnes interrogées n'a pas changé après Cologne, mais 37% ont une opinion plus négative.
Alors qu'elle avait réussi en décembre à pacifier son parti conservateur, Angela Merkel cherche désormais donner des gages aux partisans de la fermeté.
Laissant de côté son slogan "Wir schaffen das" ("Nous y arriverons!"), elle a annoncé ce week-end un durcissement à venir du régime d'expulsion des demandeurs d'asile condamnés en justice, même avec sursis, et parlé d'un "devoir d'intégration" pour les immigrés.
Son ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière veut lui renforcer la présence policière dans la rue et accroître la vidéo-surveillance.

"La situation peut dégénérer très vite pour Merkel au sein de la CDU car les résistances et la nervosité grandissent", analyse pour l'AFP Andreas Rödder, professeur d'histoire contemporaine à l'université de Mayence.
S'il refuse toujours de fermer les frontières ou de limiter le nombre de migrants, le gouvernement allemand a cherché ces dernières semaines à rendre le droit d'asile national moins attrayant pour les candidats du Moyen-Orient, d'Afghanistan ou d'Afrique du Nord. Après les Balkans occidentaux fin 2015, l'Algérie et le Maroc pourraient bientôt rejoindre les pays dit sûrs, dont les ressortissants ne peuvent prétendre à l'asile.
"Après la période des bras ouverts, le temps est peut-être venu du changement de cap. A présent il est question d'expulsion, de durcissement de la loi, ce qui s'est passé à Cologne a une dimension vraiment politique", a analysé Tilman Mayer, politologue à l'université de Bonn, sur la chaîne de télévision publique Phoenix.
Il souligne "la signification symbolique" des violences en bandes sur les femmes qui constituent pour le pays "un type d'événement totalement nouveau", "en contradiction éclatante avec la culture de la bienvenue" aux réfugiés promue depuis des mois.
La situation pour Angela Merkel est d'autant plus délicate que les migrants continuent d'arriver en nombre - entre 3 et 4.000 par jour malgré l'hiver après 1,1 million en 2015.


---------------------------------------

Ceux dont les Allemands ne voudront plus pourront donc s'installer dans d'autres pays...
Après avoir été selon ANGIE la teutonne des chances pour l'Allemagne ces "migrants" désireux de fraterniser avec les femmes du cru seront une chance pour les pays voisins... il faut bien "répartir"

Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12184
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Mar 12 Jan 2016, 09:58

Il semble qu'après Cologne les langues se délient....


http://www.liberation.fr/planete/2016/01/11/comme-cologne-stockholm-touchee-par-une-vague-d-agressions-sexuelles_1425711 a écrit:
Comme Cologne, Stockholm touchée par une vague d'agressions sexuelles

Par Anne-Françoise Hivert, SCANDINAVIE, de notre correspondante — 11 janvier 2016 à 19:04

Le festival de rock «We are Sthlm» a été marqué durant deux étés par des agressions et attouchements sexuels commis par des jeunes d'origine étrangère, à l'instar de ce qui s'est passé le 31 décembre dans la ville allemande. Les victimes ont évité de porter plainte et la police a tout fait pour étouffer les faits, de crainte d'être accusée de racisme.

C’est le quotidien suédois Dagens Nyheter qui révèle l’affaire lundi, alors que le scandale grossit en Allemagne après des centaines d’agressions sexuelles commises lors de la nuit de la Saint Sylvestre à Cologne. A Stockholm, les faits se sont déroulés début août, lors du Festival culturel de la jeunesse We Are Sthlm. Le journal a mis la main sur des mémos, rédigés par les policiers présents sur les lieux, qui font état de dizaines d’attouchements et d’agressions sexuelles, commis par des bandes de jeunes d’origine étrangère.

Tous les rapports ont été transmis à la direction de la police et à son service de presse. Sur le site des forces de l’ordre, pourtant, pas un mot. Le communiqué note au contraire le «peu de crimes et de placements en garde à vue, relativement à la participation». Un silence qui dérange en Suède, car les mémos sont clairs. Dès le premier jour du festival, en août 2015, les policiers rapportent un phénomène récurrent : «Des jeunes hommes se frottant contre des filles en bas âge, présentes dans le public.»

Selon Dagens Nyheter, la tente de la police est prise d’assaut. «Les filles les plus jeunes avaient seulement 11 ou 12 ans», raconte un policier. La plupart, cependant, refusent de porter plainte. Elles disent ne pas avoir vu le visage de leur agresseur. Une jeune fille de 15 ans, Anna, raconte : «Immédiatement quand on est entré dans la foule, ils ont commencé à nous tripoter. Ils nous encerclaient, une de mes copines est tombée par terre et ils se sont jetés sur elle. Ils se moquaient qu’on dise non ou qu’on ait un petit ami.»



Plus de 200 suspects

Le problème n’est pas nouveau. L’année précédente déjà, plusieurs plaintes avaient été déposées, y compris une pour viol. Selon les forces de l’ordre, les suspects étaient, dans la plupart des cas, des jeunes hommes d’origine étrangère, arrivés en Suède comme mineurs non accompagnés, souvent d’Afghanistan. Roger Ticoalu, arrangeur d’événements à la ville de Stockholm, parle de «groupes de garçons, qui entourent des filles et les harcèlent. Quand nous avons vu des premières indications de ce qui se passait, nous avons d’abord pensé que ça ne pouvait pas être vrai.»

Pour éviter de nouvelles agressions en 2015, les organisateurs se mobilisent. Agents de la sécurité et bénévoles sont sensibilisés. Plus de 200 suspects seront expulsés du périmètre, pendant les cinq jours du festival. Dépassés, les organisateurs songent même un temps à séparer les filles et les garçons, raconte le quotidien.

Pourtant, la police choisit de ne pas rendre publiques ces informations. Pourquoi ? Interrogés par les médias, des policiers, sous couverts d’anonymat, parlent d’une culture du secret : quand les délinquants sont d’origine étrangère, on préfère étouffer l’affaire, dit l’un d’entre eux. Un autre dénonce : «La direction veut étendre un linge humide sur tout, de façon à ne pas offenser quiconque ou se retrouver au cœur d’un débat. On essaie constamment de tout minimiser et de laisser entendre qu’il s’agit d’événements minimes. Cela donne une image inexacte du développement au sein de la société et créé une frustration extrême au sein de l’organisation.»

Peter Ågren, chef de la police dans le quartier de Södermalm à Stockholm, confirme : «Si nous faisons un signalement, par exemple, nous ne pouvons pas présenter une description qui, de la moindre manière, risque d’être comprise comme si nous ciblions un groupe particulier. Cela prend beaucoup trop de temps et d’énergie de nous défendre contre des accusations de racisme et de fascisme.»



«Nous ne détournerons pas le regard»

Lundi midi, le Premier ministre social-démocrate, Stefan Löfven, a exprimé sa «très forte colère à l’idée que des jeunes femmes ne puissent pas assister à un festival de musique sans être insultées, sexuellement harcelées et attaquées. C’est un très gros problème pour les personnes touchées et pour l’ensemble de notre pays. Nous défendrons nos positions et nous ne détournerons pas le regard.»

Lors d’une conférence de presse, le chef de la police, Dan Eliasson, a assuré qu’une enquête interne serait menée et qu’il pourrait être question de mesures disciplinaires. «Tout le monde a le droit à la protection de son intégrité physique. Et en tant que policiers, nous devons donner des informations pertinentes et objectives, mises dans leur contexte. Nous ne devons pas nous soucier de considérations politiques.»

Le patron de l’extrême droite, Jimmy Åkesson, s’est empressé de réclamer la tête de Dan Eliasson, s’insurgeant qu’il puisse y avoir «un problème au sein de la police, qui consiste à cacher un certain type de criminalité, pour ne pas profiter à un parti politique». En pleine crise des réfugiés, alors que la Suède a rétabli les contrôles d’identité à ses frontières le 4 janvier, les Démocrates de Suède sont crédités de 20 % des intentions de vote dans les sondages – un record.

Anne-Françoise Hivert SCANDINAVIE, de notre correspondante
Source: http://www.liberation.fr/planete/2016/01/11/comme-cologne-stockholm-touchee-par-une-vague-d-agressions-sexuelles_1425711
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Mar 12 Jan 2016, 17:27

Attention "pas d'amalgame" et il faut que les "si" soient levés...
Avec quelques centaines de plaintes déposées dans des villes différentes et dans des pays différents, attendons encore un peu... pour prendre des "mesures de rétorsion".

Lorsque l'on est dans le domaine juridique on n'attend pas plusieurs centaines d'infractions pour réagir. Le sentiment d'impunité est le pire des encouragement à continuer les méfaits. On sanctionne chaque infraction et ce le plus tôt possible.
L'état ne pratique pas la "rétorsion" qui est une méthode de voyous.
L'état et les institution appliquent les sanctions prévues par la loi pour les infractions relevées.
Dans les régimes démocratiques c'est le mode de fonctionnement normal du système.

Maintenant comme toujours les humanistes et gens de réflexion habituels nous dirons qu'il faut comprendre... que les étrangers vont mettre un peu de temps à s'adapter à nos mœurs, la culture de l'excuse va donner sa pleine mesure, les règles nationales ajoutées à celles de l'Europe s'opposeront aux expulsions en effet où les renvoyer ces "persécutés" ? pas dans leur pays... où ils ne peuvent revenir.
De plus ayant des états civils fantaisistes parfois multiples car non contrôlés donc identifiés lors de leur arrivée "on ne fait pas de tri entre réfugiés" dixit Valls et "il faut accueillir en urgence et répartir" dixit Juncker et quelques autres, je souhaite bon courage à ceux qui vont s'occuper de ces dossiers.
Comme on va nous expliquer qu'il n'y a pas de place en prison d'où en plus il ressortiraient pires... vous imaginez la suite.

Sous peu on s'étonnera que ces braves gens ne soient plus supportés par des "réacs" intolérants (est on tolérant lorsque sa petite amie, son épouse ou sa fille est violée ?), la tension montera, les incidents vont se multiplier, pour calmer le jeu on organisera une chasse aux fachos... à défaut de s'en prendre aux malfrats, c'est plus facile ! avec à la clé une tapée de "mal votants" en plus des "mal pensants" lors de l'élection suivante.
Les politologues s'interrogeront et avec un peu de chance on établira un diagnostic bidon justifiant de ne rien faire.

Heureusement les faits rapportés l'étant dans "libération" nous échapperons peut être au déni habituel lorsqu'une information figure dans un journal supposé d'entrée partial parce que non assez à gauche surtout lorsque la vérité devient insupportable car non conforme à l'idéologie dominante.

Ayant quelques connaissance de la manière dont fonctionnent les services de police et de justice je suis très surpris que les autorités supérieures n'aient pas été tenues informées des infractions commises surtout lorsque leur nombre est énorme...
Lorsque des plaintes sont prises elles sont transmises au parquet... le ministère de l'intérieur et celui de la justice sont donc concernés.
Lors des grandes manifestation il y a des policiers qui sont en charge de les surveiller, comment imaginer qu'ils ne signalent rien ?
Surveillons la police et les policiers qui cachent la vérité et n'osent pas informer le gouvernement... comme si les élus n'avaient pas d'enfants ou n'avaient aucun contact direct avec les réalités.
Les maires et les membres du conseil municipal des villes concernées ainsi que les organisateurs des manifestations ne sauraient pas ce qui se passe au cours des festivités qui se déroulent chez eux dont souvent ils sont parties prenantes. Pour couronner le tout ils n'auraient aucun moyen de faire remonter une information inquiétante aux autorités politiques. Qui peut croire une telle baliverne ?

Je suis plutôt disposé à croire que les autorités y compris au plus haut niveau savaient la vérité mais ne voulaient ou ne savaient pas quoi faire... conclusion, on verrouille le couvercle de la cocotte minute. Maintenant dos au mur on va constater les dégâts et chercher un fusible pour se dédouaner.

La pratique de la dissimulation de la poussière sous le tapis lorsque l'on ne veut pas faire le ménage montre ses limites.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Mer 13 Jan 2016, 18:47

http://www.lefigaro.fr/international/2016/01/12/01003-20160112ARTFIG00267-cologne-la-police-designe-des-delinquants-maghrebins.php

Derrière les agressions de Cologne, la police désigne désormais ouvertement la délinquance nord-africaine. La majeure partie des suspects identifiés s'avère être d'origines marocaine ou algérienne, ont révélé les premiers éléments de l'enquête, confirmant les témoignages. Mais les forces de l'ordre ne semblent qu'à moitié surprises. L'heure n'est plus aux précautions de langage pour éviter les amalgames ou la stigmatisation.
«Une évaluation montre que seulement 0,5 % des migrants syriens se sont livrés à des délits» pendant l'année qui suit leur arrivée «tandis que cette proportion atteint 40 % pour les (réfugiés) Nord-Africains»

Le rapport d'enquête de la police de Cologne

«Depuis 2011, les coupables de délits venus de pays d'Afrique du Nord, en particulier l'Algérie, le Maroc et la Tunisie, représentent une part considérable des vols à la tire à Cologne. Ce groupe est enclin à la violence et utilise fréquemment des armes, comme des couteaux ou des gaz lacrymogènes», écrit la police dans son rapport d'enquête. Le nombre de personnes issues de cette région qui se sont rendues coupables de délits «a augmenté fortement en 2014», est-il mentionné. En 2015, «1 947 Nord-Africains» ont fait l'objet d'enquête. Les auteurs vont même plus loin, en se livrant à une comparaison avec un autre groupe d'immigrants sous le feu des projecteurs. «Une évaluation montre que seulement 0,5 % des migrants syriens se sont livrés à des délits» pendant l'année qui suit leur arrivée, «tandis que cette proportion atteint 40 % pour les (réfugiés) Nord-Africains», lit-on. Le phénomène des «Nafris», comme la police de Cologne les nomme, est surveillé depuis plusieurs mois. Dans une note interne citée par le journal Kölner Stadt-Anzeiger, ces jeunes hommes sont signalés comme «agressifs». Ils peuvent être enregistrés comme demandeurs d'asile ou résider de manière irrégulière sur le territoire. La police ne donne pas d'explication à cette surreprésentation de ces groupes dans les statistiques de la délinquance. Il pourrait s'agir de mafias.
Dans son rapport, la police s'inquiète aussi de voir importé en Allemagne un phénomène observé notamment lors de la révolution égyptienne: le «taharrush gamea», le harcèlement de masse des femmes dans les foules. «Un groupe de travail va analyser le phénomène et le moyen d'y répondre», promet-on. Ces violences sexuelles avaient scandalisé lors des grandes manifestations sur la place Tahrir. Cette «nouvelle forme» de criminalité préoccupe aussi le BKA, la police fédérale: «ces événements sont pris très au sérieux», explique-t-on. Dans l'opinion publique, la perception de l'immigration arabe risque d'être profondément abîmée.
L'immigration nord-africaine inquiète les autorités allemandes qui ont constaté «l'augmentation» des demandes d'asile de Marocains ou d'Algériens ces dernières semaines, alors que ces groupes étaient inexistants dans les chiffres du début de l'année. Avec 2 896 demandeurs d'asile en décembre, contre 2 690 en novembre, les Marocains sont le seul groupe à progresser. Même le nombre de réfugiés syriens a reculé le mois dernier.

Faciliter les expulsions

Cette nouvelle route migratoire constitue «un motif d'inquiétude», a déclaré au début du mois le ministre de l'Intérieur, Thomas de Maizière. Cet afflux nouveau a été constaté en Grèce, à la frontière extérieure de l'Europe. «Nous avons un nouveau phénomène: des Marocains et des Algériens arrivent en grand nombre», a observé au début de l'année le ministre grec en charge de l'Immigration, Ioannis Mouzalas. Ces immigrants choisissent de passer par la Turquie pour rejoindre l'Europe: la route est plus longue mais elle semble plus facile.
Pour faciliter l'expulsion des immigrants nord-africains qui n'ont pas droit à l'asile, la CSU, l'allié bavarois d'Angela Merkel, voudrait inscrire le Maroc et l'Algérie sur la liste des «pays sûrs», pour les ressortissants desquels les procédures sont accélérées. La chancelière s'est montrée ouverte à l'idée. «Leurs perspectives de rester en Allemagne sont plus réduites que celles des Syriens ou des Irakiens», a-t-elle convenu.
Mardi, Angela Merkel recevait à la chancellerie le premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal. Un accord devrait être conclu pour renvoyer «de manière appropriée» les ressortissants algériens dans leur pays d'origine, a-t-elle expliqué, en notant le «grand nombre» d'Algériens arrivés récemment «illégalement» en Allemagne. «Il faut naturellement bien s'assurer qu'il s'agit bien d'Algériens», a tempéré son hôte. Parallèlement, le ministre de l'Intérieur, Thomas de Maizière, et le ministre de la Justice, Heiko Maas, ont annoncé un accord de la coalition CDU/CSU-SPD pour faciliter les expulsions de demandeurs d'asile condamnés en Allemagne. «C'est une réponse dure mais bonne de l'État», a expliqué Thomas de Maizière. «Les criminels doivent rendre des comptes», a déclaré Heiko Maas. Un ordre de quitter le territoire pourra être formulé par la justice sitôt des peines avec sursis prononcées.

-----------------------------------------

Information "douteuse" car provenant du Figaro...

Conséquences logiques de l'opération " Europe portes ouvertes sans contrôle"... qui devons nous remercier ?


Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Mer 13 Jan 2016, 19:02

tonton christobal a écrit:
http://www.lefigaro.fr/international/2016/01/12/01003-20160112ARTFIG00267-cologne-la-police-designe-des-delinquants-maghrebins.php

Derrière les agressions de Cologne, la police désigne désormais ouvertement la délinquance nord-africaine. La majeure partie des suspects identifiés s'avère être d'origines marocaine ou algérienne, ont révélé les premiers éléments de l'enquête, confirmant les témoignages. Mais les forces de l'ordre ne semblent qu'à moitié surprises. L'heure n'est plus aux précautions de langage pour éviter les amalgames ou la stigmatisation.
«Une évaluation montre que seulement 0,5 % des migrants syriens se sont livrés à des délits» pendant l'année qui suit leur arrivée «tandis que cette proportion atteint 40 % pour les (réfugiés) Nord-Africains»

Comme quoi il faut toujours être prudent dans les conclusions hâtives. Encore que l' on peut se poser la question de savoir si ce n' était pas des actions organisées en vue de saper le gouvernement.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Mer 13 Jan 2016, 19:19

mamiea a écrit:


Comme quoi il faut toujours être prudent dans les conclusions hâtives. Encore que l' on peut se poser la question de savoir si ce n' était pas des actions organisées en vue de saper le gouvernement.

Quelque soit la nationalité des mis en cause ils sont entrés en Europe lors des "opérations portes ouvertes" et sans contrôle.
Le résultat lui est bien concret... la conclusion "hâtives" ne me semble pas évidente car en droit, la gravité d'une infraction ne s'évalue pas en fonction de la nationalité de son auteur.
Peut on penser que le viol soit ressenti de manière différente par la victime en fonction de la nationalité du violeur ?

La pratique qui consiste à recevoir au titre de réfugié politique n'importe qui provenant de n'importe où pour ensuite statuer sur son cas montre les limites de cette méthode.
En fonction des époques et des situations politiques des pays de provenance la qualité de réfugié politique est recevable ou non... lorsque l'on ne fait aucun examen de situation préalable et que l'on veut "laisser entrer et répartir... " on se trouve dans la situation actuelle avec des gens incontrôlés et incontrôlables dont le pays d'origine est inconnu et qui vont si on décide de les renvoyer poser des problèmes de réadmission.

La réadmission dans leur pays d'origine... ce serait un sujet intéressant de droit international à un examen juridique.
Peu de gens y comprennent quelque chose... sans compter le plus souvent sur le peu d'empressement des représentants des pays d'origine de voir revenir chez eux certains de leurs ressortissants "encombrants"... on les comprend aisément mais cela ne facilite pas l'opération.

Pour ce qui relève de l'aspect concerté des multiples affaires similaires concomitantes c'est une hypothèse plausible pour de multiples raisons.
Le facteur déstabilisant devrait être énorme mais est ce bien le cas ? pour les représentants de l'état et de l'Europe coupables de multiples erreurs mais il l'est à coup sur cette fois pour la population difficile à protéger contre ce type de méfait.
Derrière le problème politique qui a été maltraité voire pas traité il y a un problème humain.

Le viol arme de terreur ce n'est pas nouveau... et historiquement connu et pratiqué.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14243
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Mer 13 Jan 2016, 21:11

tonton : en droit, la gravité d'une infraction ne s'évalue pas en fonction de la nationalité de son auteur.

Collectif 13 Droits des Femmes - Cologne : "se taire face aux violences envers les femmes, c’est autoriser leur multiplication"

La présidente du Collectif 13 Droits des Femmes, Esther Fouchier, de déclarer dans un communiqué : « Plusieurs centaines de femmes ont été victimes de violences sexuelles, voire même de viols, dans la gare de Cologne en Allemagne. Que les responsables de ces actes odieux soient ou non des réfugiés, ils doivent être identifiés et jugés.

Ni le silence de ceux qui craignent d’exciter le racisme ambiant, ni l’indignation de ceux pour qui le viol serait une spécificité étrangère, ne sont de mise. » Et de dénoncer avec force : « Toutes les déclarations, manifestations racistes et, xénophobes de récupération de ces événements douloureux ».

Le collectif 13 Droits des Femmes dénonce avec la même vigueur « les viols de la gare de Cologne comme tous les autres viols. Il s’agit d’un véritable fléau social y compris en France où l’on estime leur nombre à 84 000 par an soit 230 par jour. Toutes les 7 minutes, un viol est déclaré. Le viol est un crime massif, 1 femme sur 10 sera victime d’un viol au cours de sa vie, et les autres vivent avec la peur d’en être victime ».

Esther Fouchier d’insister : « Le viol est un crime, quel que soit son auteur, quelle que soit sa couleur de peau, sa religion ou son absence de religion, son origine, les raisons qu’il avance pour justifier son acte. C’est tous les jours que nous dénonçons le climat de violence dans lequel vivent les femmes ».


Autres déclarations

«Si nous refusons de nous taire, nous refusons également de tomber dans les pièges qui nous sont tendus. Instrumentaliser ces crimes, laisser à penser que la violence machiste est un fait étranger à nos sociétés, qu'il suffirait de fermer nos frontières pour nous en prémunir. C'est occulter la réalité du quotidien des femmes», souligne mardi Osez le féminisme.

Des menaces de représailles xénophobes se font jour en Allemagne après la série d'agressions sexuelles perpétrées la nuit du Nouvel An à Cologne*, la quasi-totalité des suspects étant d'origine étrangère, selon les autorités allemandes. L'origine des agresseurs «ne doit pas être un frein à la dénonciation des violences, mais nous condamnons aussi toute forme de récupération raciste de cet événement, qui nuit aux femmes victimes de viol, et aux droits des femmes en général», insiste Osez le féminisme.

«L'indignation ne doit pas être sélective»

«La lutte contre les violences patriarcales doit être une priorité, 365 jours sur 365. L'indignation ne doit pas être sélective, car le féminisme ne peut être à géométrie variable», relève l'association. Le Collectif national pour les droits des femmes rappelle lui aussi sa «solidarité» avec les victimes mais juge également essentiel de «condamner les manifestations xénophobes» qui ont suivi, notamment une manifestation du mouvement islamophobe Pegida samedi, loin pourtant de leur fief de Dresde à 600 km à l'est. Une autre manifestation de l'extrême-droite a eu lieu lundi à Leipzig, dans l'est du pays.

«Nous n'avons jamais vu l'extrême droite se préoccuper des violences faites aux femmes, sauf quand ces violences sont le fait de migrants ou d'immigrés», poursuit le texte. «Non à la violence contre les femmes, que ce soit à Cologne, à la fête de la bière ou dans la chambre à coucher», ajoute l'association citant un slogan des féministes allemandes.

Dans un texte intitulé «Non au silence et au déni des crimes misogynes, oui à la mobilisation démocratique», l'Alliance des Femmes pour la Démocratie, fondée par Antoinette Fouque décédée il y a deux ans, demande pour sa part «aux gouvernements et aux institutions européennes (...) de sanctionner avec fermeté les auteurs et organisateurs des exactions commises à Cologne et ailleurs, et de tout mettre en œuvre pour qu'elles ne se reproduisent nulle part. La sécurité de toutes les femmes doit être assurée, en particulier celles en demande d'asile, très vulnérables».


«Les criminels doivent rendre des comptes», a déclaré Heiko Maas +1
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 2973
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Mer 13 Jan 2016, 21:26

Si les migrants suspects sont marocains et algériens, j'ai du mal à penser qu'ils sont passés par le détroit du Bosphore (entre Grèce et Turquie). Ils sont bien plus proches du détroit de Gibraltar (entre Espagne et Maroc) en tout cas l'ouest de la Méditerranée.
Ou alors c'étaient des migrants nord-africains passés par la Syrie, et là c'est une catégorie spéciale comme les français qui vont en Syrie ces dernières années.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12184
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Jeu 14 Jan 2016, 00:39

salamandre a écrit:
Si les migrants suspects sont marocains et algériens, j'ai du mal à penser qu'ils sont passés par le détroit du Bosphore (entre Grèce et Turquie). Ils sont bien plus proches du détroit de Gibraltar (entre Espagne et Maroc) en tout cas l'ouest de la Méditerranée.
Ou alors c'étaient des migrants nord-africains passés par la Syrie, et là c'est une catégorie spéciale comme les français qui vont en Syrie ces dernières années.

Il existe une troisième route maritime qui part de la Tunisie et de la Libye et qui passe par l'ile italienne de Lampedusa...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12184
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Jeu 14 Jan 2016, 00:57

Libellule le lundi 7 Septembre 2015 à 06h04 a écrit:
Bien que l’Allemagne ait connu une série de rassemblements et d’attaques xénophobes, l’arrivée des migrants a donné lieu à une mobilisation sans précédent de la part d’une partie de la population estimant qu’il était de son devoir d’aider ces étrangers en raison du sombre passé de leur pays et de sa richesse actuelle.
Source: http://www.plateaufontenay.net/t1316p200-drame-de-l-immigration#74470



Même si l'immense majorité des musulmans, des réfugiés et des migrants n'aspirent qu'à vivre en paix, après les incidents survenus  à la gare de Cologne le 1er janvier et imputés à des réfugiés, l'attentat d’Istanbul imputé à Daesh qui a tué dix touristes allemands risque de tendre encore plus la situation mais n'est-ce là pas que veulent ceux qui sont derrière tout ça ?

Selon Selon Dogan, une agence de presse turque, l'auteur de cet attentat serait homme appelé Nabil Faldi. Syrien, il serait né en Arabie saoudite il y a 27 ans... Il serait entré en Turquie le 5 janvier depuis la Syrie....
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Sam 16 Jan 2016, 02:03

En ce qui concerne les viols... nous avons il est possible de le penser assez de pervers, malfaisants et loubards divers chez nous.
Était il nécessaire de faire entrer par centaines de milliers des gens inconnus, n'ayant rien à perdre, parfois animés de mauvaises intentions y compris celles de détruire nos systèmes de vie qui ensuite se baladent dans l'espace européen... cette "globalisation" des problèmes qui relève de la philosophie de comptoir n'a pour but que de les diluer pour de motifs de basse politique dont on touche du doigt les résultats commence à devenir lassante.

Je ne suis pas certains que cet argumentaire soit celui qu'il est judicieux de déployer en ce moment surtout qu'à mon sens nous n'avons pas fini de déguster les bienfaits des initiatives heureuses de nos dirigeants européens et de la teutonne qui nous avait habitué à un peu plus de discernement...

Ce genre de propos me fait penser à ceux qui trouvent révoltant de condamner les voleurs sous prétexte que les assassins ne sont pas toujours arrêtés...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Sam 16 Jan 2016, 16:45

Peut être quelques informations susceptibles de mieux appréhender ce qui s'est passé chez nos voisins allemandes :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Taharrush_gamea

http://lesobservateurs.ch/2016/01/14/le-concept-de-taharrush-gamea-ou-le-jeu-du-viol-collectif-video/

http://www.lefigaro.fr/international/2016/01/12/01003-20160112ARTFIG00101-violences-a-cologne-la-police-s-inquiete-d-un-nouveau-phenomene-le-taharrush-gamea.php

Pour ce qu'il en est de l'aspect fortuit de ces faits répréhensibles concomitants que l'on déplore dans des nombreuses villes ou pays différents... il semble bien que la vérité soit connue des élites européennes et nationales ainsi que gens à la tête des structures en charge de les réprimer. En tout cas on peut le souhaiter.



Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3447
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Sam 16 Jan 2016, 19:32

D'apres la presse locale il y a eu 607 réfugiés accueillis en 2015 dans le Val de Marne.

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Sam 16 Jan 2016, 19:42

Gérard a écrit:
D'apres la presse locale il y a eu 607 réfugiés accueillis en 2015 dans le Val de Marne.

Le problème étant que ne sont pas comptabilisés les clandestins, les "touristes" entrés régulièrement qui oublient de repartir, les déboutés du droit d'asile qui restent sur place... sans compter les "migrants" qui ne souhaitent pas s'installer en France et qui ne peuvent pas se rendre dans le pays souhaité... et à défaut sont chez nou.

Nous sommes sur le sujet dans un vaste brouillard.

NB : plus de 600 réfugiés officiels sur un département reporté à une centaine de plus au bout du compte ça fait une jolie ville... sans compter les DOM TOM où la situation est critique.
Sans oublier les 100 000 personnes qui sont naturalisées bon an mal an depuis des dizaines d'années et qui bien évidement ne comptent plus dans le nombre d'étrangers sur le sol français et ce quelque soit leur situation antérieure...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Sam 16 Jan 2016, 21:02

Nouvel an festif et animé en Allemagne...

https://www.youtube.com/watch?v=tlpdD7wIYaw&feature=player_embedded

On se sent dans un contexte convivial et en sécurité...

Chez nous nous sommes habitués aux "traditionnels incendies de voitures du nouvel an" dixit une figure politique de gauche, les Allemands vont ils avoir les "habituels viols du 31 décembre ?"





Dernière édition par tonton christobal le Sam 16 Jan 2016, 21:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3447
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Sam 16 Jan 2016, 21:19

Contrairement à ce que montte ce petit film, en France le gouvernement fait des coups mais manque de recul.

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12184
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Sam 16 Jan 2016, 23:51

Voilà une idée qui est bonne: taxer une nouvelle fois les citoyens européens pour financer l'accueil des réfugiés et des migrants...


"Si les budgets nationaux ou le budget européen ne suffisent pas, mettons-nous alors d'accord pour instaurer par exemple une taxe d'un certain niveau sur chaque litre d'essence"


http://actu.orange.fr/monde/migrants-un-ministre-allemand-envisage-une-taxe-europeenne-pour-financer-l-accueil-des-refugies-afp-s_CNT000000ikgCY.html a écrit:
Orange avec AFP 16-01-2016 - 11:16
Migrants : un ministre allemand envisage une taxe européenne pour financer l'accueil des réfugiés

Si le problème des migrants n'est pas réglé, toute l'Europe en subira les conséquences, a prévenu le ministre.

Wolfgang Schäuble cherche des solutions pour dépêtrer Angela Merkel de la crise des migrants en Europe, qui ne cesse de provoquer des polémiques et qui met la chancelière en difficulté jusque dans son propre camp. Parmi ces solutions proposées par le ministre allemand des Finances, une taxe européenne sur l'essence pour financer l'accueil des réfugiés.

"Si les budgets nationaux ou le budget européen ne suffisent pas, mettons-nous alors d'accord pour instaurer par exemple une taxe d'un certain niveau sur chaque litre d'essence", a déclaré le ministre, dans une interview au quotidien Süddeutsche Zeitung. "Ainsi nous aurions les moyens pour une réponse européenne à la question des réfugiés", a-t-il estimé, jugeant que "la solution du problème ne devait pas échouer en raison d'une limitation des moyens" mis en œuvre.

Alors que les événements de Cologne -où des centaines de plaintes pour des agressions sexuelles commises par des hommes "d'apparence nord-africaine" ont été déposées après le Nouvel An- sont encore très présents dans les esprits, le ministre a jugé que la pression se "renforçait" pour trouver rapidement "une solution au problème du contrôle des frontières extérieures de l'Union européenne". "C'est incontestable", a-t-il jugé.

L'Allemagne a accueilli plus d'un million de migrants en 2015, et fait pression sur les pays européens pour qu'ils ouvrent également leurs portes... Avant de faire marche arrière face à l'afflux massif de réfugiés, mais également face aux résistances dans son propre camp.

"Le problème doit être réglé sur la scène européenne", a poursuivi le ministre. "Dans le cas contraire, il n'y a pas que l'Allemagne qui en subira les conséquences, comme certains semblent le penser, mais ce sont nos voisins et les pays des Balkans, jusqu'à la Grèce, qui seront massivement touchés".

"Les choses vont trop lentement en Europe", a-t-il déploré, affirmant soutenir pleinement la chancelière Angela Merkel dans ses efforts pour trouver une solution. "Je soutiens avec toute la force de mes convictions ce qu'a dit la chancelière: il faut régler le problème au niveau des frontières extérieures de l'Europe".

"Si le problème n'est pas résolu à ce niveau, il le sera au niveau des frontières nationales mais ce serait la pire des solutions" et "l'Europe se trouverait dans une crise plus grande encore", a-t-il jugé.
Source:; http://actu.orange.fr/monde/migrants-un-ministre-allemand-envisage-une-taxe-europeenne-pour-financer-l-accueil-des-refugies-afp-s_CNT000000ikgCY.html
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Dim 17 Jan 2016, 01:29

a.nonymous a écrit:
Voilà une idée qui est bonne: taxer une nouvelle fois les citoyens européens pour financer l'accueil des réfugiés et des migrants...


"Si les budgets nationaux ou le budget européen ne suffisent pas, mettons-nous alors d'accord pour instaurer par exemple une taxe d'un certain niveau sur chaque litre d'essence"



Source:; http://actu.orange.fr/monde/migrants-un-ministre-allemand-envisage-une-taxe-europeenne-pour-financer-l-accueil-des-refugies-afp-s_CNT000000ikgCY.html

Voila où nous en sommes... lorsque les nations laissent les technocrates non élus et non contrôlés décider de tout ou lorsque l'on est incapable de se faire respecter.
Le président du conseil italien a remis vertement à sa place Juncker et montre les dents avec Angie qui soit dit en passant commence à avoir fort à faire chez elle.

Les Allemands voulaient des "migrants" et maintenant ils ont des problèmes...
Contrôlons nos frontières, pour ce qu'il en est de celles de l'Europe, souvenons nous de la manière dont les partisans de l'opération portes ouvertes traitaient les pays qui voulaient les protéger... il a bonne mine le teuton !
Occupons nous de Calais et de nos zones de non droit qui sous peu vont nous réserver de mauvaises surprises.

Chez nous flanbi dépense l'argent que nous allons emprunter en vue de mettre des pansements avant les présidentielles.
Il n'a plus le temps de s'occuper de réformes ou du pays... d'autres vont s'occuper de nous.




Une solution pour occuper, nos "migrants" et leur permettre de revenir chez eux... les femmes allemandes seraient tranquilles
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Lun 18 Jan 2016, 17:49

http://actu.orange.fr/societe/l-integration-de-musulmans-en-europe-pratiquement-impossible-selon-le-president-tcheque-afp_CNT000000imDcE.html


AFP  17-01-2016 - 14:46
L'intégration de musulmans en Europe "pratiquement impossible", selon le président tchèque

Le président tchèque Milos Zeman, connu pour ses positions anti-immigrants, a déclaré dimanche que l'intégration de musulmans dans la société en Europe était "pratiquement impossible".

"L'expérience des pays de l'Europe occidentale où il y a des ghettos et des villages exclus prouve que l'intégration de la communauté musulmane est pratiquement impossible", a déclaré le président Zeman dans une vidéo publiée sur le site internet du journal à grand tirage Blesk.

"Laissons-les vivre leur propre culture dans leur pays et ne l'introduisons pas en Europe, sinon cela va se terminer comme à Cologne", a-t-il ajouté, en référence aux violences contre des femmes lors de la nuit de la Saint-Sylvestre dans cette ville du centre de l'Allemagne.

"L'intégration est possible avec des cultures similaires et les similarités peuvent varier", a-t-il ajouté, soulignant que les communautés ukrainienne ou vietnamienne ont pu s'intégrer avec la société tchèque.

Agé de 71 ans, M. Zeman, le président tchèque de gauche, premier chef de l'Etat élu au suffrage universel, s'est opposé à plusieurs reprises à l'accueil de migrants en Europe.

Selon le président tchèque, la confrérie des Frères musulmans égyptiens est derrière l'actuelle vague de migrants utilisant des moyens financiers "venus d'un certain nombre d'Etats", pour "prendre progressivement le contrôle de l'Europe".

Fin décembre, le président tchèque a qualifié d'"invasion organisée" l'actuelle vague migratoire, invitant les jeunes migrants de Syrie ou d'Irak à plutôt "prendre les armes" contre le groupe Etat islamique (EI), dans son message de Noël.

Selon les chiffres des Nations unies, plus d'un million de migrants sont arrivés en Europe en 2015, fuyant des conflits armés en Afghanistan, Irak et Syrie.

---------------------------------

J'espère que l'Europe (sic) va sévir et que nos humanistes vont sévèrement condamner ce président tchèque qui ose ne pas être dans la mouvance et le proclamer...

IL faut tout de même remarquer qu'étant élu au suffrage universel sa légitimité pour exprimer l'avis des habitants du pays est supérieure à celle des gouvernants européens dont on se demande sur quels critères ils sont désignés et devant qui ils sont responsables...

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Jeu 21 Jan 2016, 01:08

http://actu.orange.fr/monde/allemagne-le-difficile-chemin-de-la-qualification-professionnelle-des-refugies-afp_CNT000000iwHL9.html

AFP  20-01-2016 - 13:39
Allemagne: le difficile chemin de la qualification professionnelle des réfugiés

L'équation apparemment parfaite: des centaines milliers d'emplois vacants en Allemagne, 1,5 million de réfugiés arrivés depuis 2012. Mais l'indispensable qualification professionnelle constitue un obstacle de taille, pour un public peu familier du système allemand et qui a parfois d'autres priorités.
Au vu d'une population vieillissante, la pénurie de main-d'œuvre est un des gros défis de l'économie allemande, et à moyen terme les réfugiés arrivés en masse pourraient y pallier. En commençant par exemple par s'engouffrer dans les milliers de places vacantes d'apprentissage.
Mais "les réfugiés ne connaissent pas le système d'apprentissage en alternance", la principale voie d'entrée dans la vie active, plébiscitée par la quasi-totalité des employeurs allemands, des boulangeries aux multinationales, déplore Meike Al-Habash, responsable de formation professionnelle à la chambre de commerce et d'industrie de Berlin.
Alors que le débat national sur l'intégration enfle, jetant une ombre sur la politique de la main tendue de la chancelière Angela Merkel, chambres de commerce et agences pour l'emploi multiplient les initiatives visant à sensibiliser les réfugiés en âge de travailler à l'impératif d'une qualification, sur un marché du travail très regardant sur la formation et les diplômes.
Mais "dans de nombreux cas", les migrants ont "d'autres priorités" que de se former, regrette Jürgen Wursthorn, porte-parole de l'Agence fédérale pour l'emploi à Nuremberg (sud). "Il n'est pas rare que les jeunes arrivent en Allemagne en s'imaginant gagner rapidement de l'argent pour l'envoyer à leur famille", sans parler de ceux "qui doivent rembourser des dettes colossales aux passeurs", explique-t-il.
Ceux-ci choisissent souvent un métier non qualifié qui leur assurera une source immédiate de revenus, plutôt que de s'engager dans un apprentissage, contraignant et faiblement rémunéré.
"Ceux qui optent pour cette solution de facilité se leurrent", martèle Conrad Skerutsch, directeur de l'organisme public FRAP de développement du marché du travail à Francfort (sud-ouest).
"Seuls 5 à 10% des demandeurs d'asile" ont un niveau de formation suffisant pour s'insérer sur le marché du travail dans l'année qui suit leur arrivée en Allemagne, estime M. Skerutsch.
Et pour les jeunes réfugiés, souvent "extrêmement motivés" qui relèvent le défi du sacro-saint apprentissage en entreprise, en alternance avec des cours théoriques, le chemin est semé d'embûches, pointe M. Wursthorn.
"Environ 50% de nos réfugiés en apprentissage abandonnent leur formation en cours de route", indique Rudolf Baier, porte-parole de la chambre de l'artisanat (HWK) de Munich, qui chapeaute quelques 23.000 apprentis en alternance, dont près de 500 jeunes demandeurs d'asile.
Ce taux d'échec reste deux fois plus élevé que la moyenne, mais est en net recul, depuis que la HWK a créé en septembre deux postes d'accompagnateurs et des cours spécifiques pour soutenir les jeunes migrants au long de leur cursus.
Principal obstacle à leur réussite: "la langue, la langue, la langue", martèle M. Baier, car "pour beaucoup d'entre eux, les examens écrits sont trop difficiles" à cause de leur maîtrise insuffisante de l'allemand.
Mais l'artisanat bavarois a actuellement 5.500 postes d'apprentis non pourvus, et "les réfugiés pourraient combler ce manque", estime-t-il.
La situation est plus compliquée pour les migrants plus âgés. Malgré leur expérience professionnelle antérieure, nombre d'entre eux "n'ont aucune qualification, aucun certificat", relève Achim Dercks, directeur adjoint de la Fédération des chambres de commerce et d'industrie (DIHK). Ils courent le risque de se retrouver au chômage, comme 20% des actifs sans qualification en Allemagne.
Plusieurs solutions sont envisagées pour eux, notamment l'apprentissage à temps partiel, un cadre déjà prévu pour les jeunes mères, ou des stages plus souples, avec un certificat à la clé.
"Tout est encore en phase de test", résume M. Dercks, soulignant que "dans le meilleur des cas, au minimum 5 ans" d'efforts attendent les réfugiés pour réussir leur insertion professionnelle.
Une étude réalisée en 2014 par l'Agence fédérale pour les migrants et les réfugiés (BAMF) et publiée lundi étayait ce propos: sur les 2.800 demandeurs d'asile étudiés, tous arrivés en Allemagne entre 2007 et 2012, seuls 37% avaient un emploi au moment de l'étude, et 23% touchaient une allocation chômage.

--------------------------------------

Y aurait il un petit problème pour intégrer dans l'économie allemande les milliers de professeurs, avocats, médecins... tous prêts à se mettre au boulot et qui se bousculaient au portillon ?

Les chances pour le pays dixit Angie seraient elles moins juteuses que prévu ?

Finalement les Teutons vont transformer leur pays... ce sera comme chez nous !

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Jeu 21 Jan 2016, 21:05

AFP 21-01-2016 - 09:37
Migrants: le Danemark déterminé à réformer le droit d'asile

Sous le feu roulant des critiques, le Danemark, inflexible, boucle jeudi l'examen parlementaire de sa réforme du droit d'asile ouvrant la voie à une spectaculaire mesure de confiscation et d'autres tout aussi contraires, selon ses opposants, aux conventions internationales.
Craignant un effet domino, le Haut-commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR) a dénoncé en début d'année une réforme "susceptible d'alimenter la peur et la xénophobie" dans l'ensemble des pays d'accueil des migrants.
Pour le HCR, Copenhague bafoue la Convention européenne des droits de l'Homme (CEDH), la Convention sur les droits de l'enfant et les recommandations de l'ONU sur les réfugiés.
Jusqu'à maintenant, le déluge de condamnations qui s'est abattu sur le Danemark n'a guère semblé ébranler le gouvernement de droite et son allié, le Parti populaire danois, formation populiste qui dicte la politique d'immigration du pays scandinave depuis plus d'une décennie.
"La politique migratoire danoise se décide au Danemark, pas à Bruxelles", martèle la ministre de l'Intégration et de l'Immigration Inger Støjberg, forte de l'accord passé avec les sociaux-démocrates (opposition) qui assure au texte une majorité lors d'un vote fixé au 26 janvier.
Après une première session il y a 10 jours, le Parlement siège de nouveau jeudi pour des questions au gouvernement, un exercice réglé comme du papier à musique qui ne devrait pas permettre de faire bouger les lignes.
La confiscation des effets de valeur des migrants à leur arrivée, volet emblématique de la réforme, a concentré l'essentiel des critiques. Mais d'autres articles sur les conditions de séjour et le regroupement familial font également polémique.
Copenhague veut par exemple porter de un an actuellement à trois ans le délai avant lequel le regroupement familial est ouvert à certains demandeurs d'asile ne jouissant pas du statut de réfugié.
"D'après la Cour européenne des droits de l'Homme, le traitement des dossiers de regroupement familial doit être prompt, flexible et efficace", résume pour l'AFP le directeur de l'Institut danois pour les droits de l'Homme, Jonas Christoffersen.
La directrice adjointe de l'Europe à Amnesty International, Gauri van Gulik, y voit une "discrimination" aux dépens d'une catégorie de migrants particulièrement fragiles, ayant fui des zones de guerre.
- 'Changer les règles du jeu' -
Plutôt que de céder, le Premier ministre Lars Løkke Rasmussen a évoqué la modification des conventions européennes ou internationales. Si, disait-il en décembre, l'afflux de migrants se poursuit, il faudra "changer les règles du jeu".
Dans un courrier du 15 janvier, le commissaire aux droits de l'Homme du Conseil de l'Europe, Nils Muiznieks, a adressé un avertissement sans frais au Danemark.
La réforme du regroupement familial "soulève des questions de compatibilité avec l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'Homme" mais aussi la Convention des Nations unies relative aux droits de l'enfant, écrit-il.
"C'est son opinion personnelle", balaye Michael Aastrup Jensen, un haut responsable du parti gouvernemental Venstre, interrogé par l'AFP.
Le chef de la diplomatie danoise, Kristian Jensen, devait se rendre jeudi à Genève devant l'ONU pour s'expliquer sur la politique des droits de l'Homme de son pays.
Etat membre de l'UE comptant parmi ceux ayant reçu en 2015 le plus grand nombre de migrants par habitant, le Danemark estime ne plus être en mesure de financer leur séjour, ni de les intégrer. La presse nationale se fait l'écho de crispations croissantes entre la population et les migrants, à Copenhague comme en province.
Sur fond de plaintes de jeunes femmes rapportant des comportements inopportuns, une discothèque de Sønderborg, près de la frontière allemande, refuse désormais strictement l'entrée aux personnes ne parlant ni anglais, ni danois ni allemand.
Et d'après l'organisation professionnelle des cafés et restaurants danois, d'autres établissements devraient lui emboîter le pas.
A Randers, commune de 60.000 habitants (est), le conseil municipal a rendu obligatoire au menu des cantines la viande de porc, interdite dans l'islam mais très répandue dans la gastronomie locale et dont le Danemark est un producteur de rang mondial.

---------------------------------------

conséquences de la manière remarquable dont le dossier "migrants" a été géré par les institutions européennes...

Bravo aux donneurs de leçons ! si l'Europe explose ne cherchez pas les responsables...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Jeu 21 Jan 2016, 21:51

Le toréador qui expliquait il y a quelques mois que l'on devait "recevoir et répartir" tout comme il ne fallait pas différencier les réfugiés... à l'époque on taillait un costar à sarko qui était plus prudent, est en ce moment à Davos avec tous les "nantis" pour expliquer que les "migrants" posent problème...

Pas grave on ne vire pas un premier ministre qui raconte n'importe quoi.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12184
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Jeu 21 Jan 2016, 23:18

Libellule le lundi 7 Septembre 2015 à 06h04 a écrit:
Bien que l’Allemagne ait connu une série de rassemblements et d’attaques xénophobes, l’arrivée des migrants a donné lieu à une mobilisation sans précédent de la part d’une partie de la population estimant qu’il était de son devoir d’aider ces étrangers en raison du sombre passé de leur pays et de sa richesse actuelle.
Source: http://www.plateaufontenay.net/t1316p200-drame-de-l-immigration#74470


Selon la journaliste du Point à Berlin la situation actuelle ne semble plus si idyllique que ça...

N'est-ce pas Emile de Girardin qui a dit "Gouverner, c'est prévoir." ?

Pour le coup faute d'avoir prévu il semble que les allemands qui faisaient la morale aux autres pays il y a quelques semaines risquent bien de se retrouver dans une situation difficile...



http://www.lepoint.fr/europe/allemagne-berlin-ne-sait-plus-ou-heberger-les-refugies-21-01-2016-2011395_2626.php#xtor=CS3-194 a écrit:
Allemagne : Berlin ne sait plus où héberger les réfugiés

Les arrivées quotidiennes massives obligent la ville à imaginer des solutions d'urgence. Mais la capitale a définitivement du mal à faire face.

De notre correspondante à Berlin, Pascale Hugues
Publié le 21/01/2016 à 06:06 | Le Point.fr

La ville de Berlin est pleine à craquer. Où loger les réfugiés qui continuent à arriver par centaines chaque jour ? Ils sont plus de 75 000 à avoir été officiellement enregistrés l'an dernier, soit 1,89 % de la population totale de la capitale allemande. Une statistique qui ne prend pas en compte les migrants illégaux. Berlin est la commune qui attire le plus de réfugiés, et le flot est loin de se tarir. En dépit du froid de ce mois de janvier, plusieurs centaines de personnes font la queue chaque jour devant le LaGeSo, l'office du Land de Berlin pour la santé et les affaires sociales, chargé de l'enregistrement de tous les nouveaux arrivants. C'est là qu'un logement leur est assigné. En attendant que sa demande d'asile soit traitée, chaque réfugié a droit à un hébergement dans un foyer d'accueil.

Mais la capitale allemande a du mal à faire face. Et son Sénat est débordé. Mal organisé, chaotique, trop lent, incompétent… les critiques fusent de toutes parts. Pour héberger au plus vite ces demandeurs d'asile et éviter qu'ils n'errent dans les rues ou qu'ils ne bloquent pendant des mois les salles de sport des écoles, la municipalité cherche des alternatives. Pour cela, les bâtiments assez vastes pour pouvoir accueillir le plus grand nombre possible de personnes, et assez modernes pour pouvoir être reconvertis rapidement en zone d'habitation, sont très convoités.



L'ancien aéroport de Tempelhof réquisitionné

Un gigantesque campement de fortune a ainsi été installé au mois d'octobre sur le site de l'aéroport désaffecté de Tempelhof. Quelque 2 200 personnes sont logées dans 3 hangars de 20 mètres de haut et de 100 mètres de long. Dans le hangar 1, 660 personnes vivent dans 54 tentes de toile blanche de la Bundeswehr (l'armée allemande, NDLR) dressées les unes à côté des autres. L'espace est confiné à raison de douze personnes et six lits superposés par tente. Dans ces 25 mètres carrés, pas moyen d'avoir une quelconque intimité. L'air est suffocant. Le bruit est incessant du matin jusque tard dans la nuit. Dans un autre hangar, on a dressé des cloisons pour diviser et séparer l'espace.

Les réfugiés viennent en majorité de Syrie, d'Afghanistan et d'Irak. Et un tiers des habitants de Tempelhof sont des enfants. Des aires de jeux avec des toboggans et des balançoires ont donc été mises à leur disposition, et des cours d'allemand leur sont donnés. Enfin, deux médecins sont présents pour assurer les soins de première nécessité.

Durée prévue de cette première étape pour les réfugiés : deux semaines. Mais, souvent, ils sont parqués là beaucoup plus longtemps, dans des conditions d'hygiène très rudimentaires. Une batterie de toilettes mobiles a été installée à l'extérieur, devant la porte des hangars. Leur petit lavabo est le seul endroit où les habitants peuvent laver leur linge. Une centaine de douches sont aussi à leur disposition, mais elles n'ont pu être installées sur place que juste avant Noël, en raison de la mauvaise alimentation en eau. Jusque-là, une navette transportait les réfugiés dans les piscines municipales du quartier pour qu'ils puissent y faire leur toilette. Le seul luxe de Tempelhof : l'accès WLAN gratuit pour tous. Et les trois repas quotidiens.



200 à 250 arrivées par jour

D'autres lieux ont été transformés en dortoirs géants : l'ancienne filiale du magasin C&A de la Karl-Marx-Strasse a, par exemple, accueilli les 60 premiers réfugiés, juste avant Noël. Le bâtiment de cinq étages a été réaménagé à toute vitesse, des cloisons ont été dressées, des salles de douche construites à la hâte, des aires de jeux et de sport aménagées. C'est l'organisation caritative Malteser Hilfswerk qui se charge de la prise en charge sur place. Six cents personnes au maximum pourront trouver un abri dans les neuf mille deux cents de l'immeuble, soit la capacité de six salles de sport. Justement, ce que le Sénat berlinois cherche, c'est à libérer au plus vite les salles de sport des écoles, qui ont été réquisitionnées en mesure d'urgence.

Deux cents à deux cent cinquante réfugiés arrivent chaque jour à Berlin en ce moment. Le Sénat estime que la ville va devoir accueillir 80 000 personnes supplémentaires cette année. Pour remédier à cette situation qui pourrait tourner à la catastrophe, la ville prévoit la construction d'un village mobile avec ses écoles, ses magasins et ses terrains de sport sur le pourtour de l'ancien aéroport de Tempelhof. Depuis qu'elles ont été mises hors fonction, les pistes de l'aéroport ont été transformées en immense aire de loisir où les Berlinois viennent faire voler leurs cerfs-volants le week-end. Sept mille deux cents réfugiés pourraient y être logés.

Mais les opposants à cette solution d'urgence dénoncent le risque de ghettoïsation : comment s'intégrer quand on est parqué en si grand nombre dans un périmètre circoncis et bien séparé du reste de la ville ? « Ce n'est pas une solution idéale », reconnaît Michael Müller, le maire de Berlin, qui essaie de parer au plus urgent.
Source: http://www.lepoint.fr/europe/allemagne-berlin-ne-sait-plus-ou-heberger-les-refugies-21-01-2016-2011395_2626.php#xtor=CS3-194
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Jeu 21 Jan 2016, 23:51

pas grave si ça coince chez les teutons on expliquera que c'est de la faute des gens de droite...

Le bobo écolo gaucho ex ministre se fera un plaisir d'expliquer ce qu'il convient de faire... socio démocrates et libéraux vont se retrouver dans la panade. Doit on les plaindre ?

La commission elle semble curieusement plutôt à l'agonie et se fait "tacler" (expression consacrée) par de plus en plus de pays.

Comme je l'avais annoncé il y a quelques mois si on continue dans la même voie avec les mêmes gens aux postes de commande l'Europe va éclater !
Je crains que les plaisanteries de garçon coiffeur et la morale à deux balles coutumières chez notre sachant omni sciences soient inefficaces pour empêcher l'issue fatale si un changement de cap n'est pas à l'ordre du jour.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Sam 23 Jan 2016, 23:49


AFP 23-01-2016 - 12:07
L'afflux de migrants menace les institutions européennes, estime Christine Lagarde

Mal gérée, la crise migratoire peut détruire l'Europe. Bien gérée, elle pourrait profiter économiquement à certains pays, estiment la patronne du FMI.
"Ca passe ou ça casse". La directrice générale du FMI, Christine Lagarde, a estimé samedi 23 janvier depuis Davos que la crise des migrants en Europe compromet la survie de l'espace Schengen.
Interrogée lors d'un débat du forum économique mondial sur le fait de savoir si on pouvait dire "ca passe ou ca casse" pour l'espace de libre circulation européen de Schengen, Mme Lagarde a répondu: "Oui je le pense", précisant qu'il s'agissait de son point de vue personnel.
La voix de Mme Lagarde vient s'ajouter à celle de plusieurs autres dirigeants européens qui ont déclaré cette semaine à Davos que l'afflux massif de migrants en Europe compromettait la survie des institutions européennes, qui peinent à trouver une solution, poussant les pays membres à agir de manière individuelle.
Le Premier ministre français Manuel Valls s'était rendu jeudi dans la ville suisse pour lancer "un message d'alerte". Il a dit craindre que l'Europe ne se disloque "dans les mois qui viennent", si elle ne pouvait pas répondre aux défis sécuritaires et migratoires.
Mme Lagarde a précisé que le FMI, en tant qu'institution, pensait toutefois que si cette crise était bien gérée, elle pourrait in fine profiter économiquement à certains pays, en leur octroyant un supplément de croissance. D'un point de vue économique, "l'Europe est sans aucun doute en meilleur état que l'an dernier", a déclaré Mme Lagarde, "mais nous avons deux préoccupations importantes" pour le continent. L'une est la crise des réfugiés, et l'autre est le risque de "Brexit", une éventuelle sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14243
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Dim 24 Jan 2016, 00:03

Faut il souhaiter cet éclatement? Je ne le pense pas.

Ce lien qui n a pas pris une ride http://ddc.arte.tv/nos-cartes/sortir-de-l-europe
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Dim 24 Jan 2016, 00:29

Lorsque l'on fait le nécessaire pour aboutir à une catastrophe en général elle arrive... ce n'est pas en niant les évidences et en mentant ou en agissant contre tout bon sens que l'on traite les dossiers.

Il a bonne mine le toréador qui voulait accueillir et répartir sans distinction de provenance ni de nature des "migrants" il y a 3 mois il dit maintenant le contraire de ce qu'il préconisait. c'est un homme politique visionnaire...

Pas mal de gens voyait le danger... on ne se privait pas de les insulter... alors maintenant ceux qui se sont plantés (pour certains c'est permanent) vont nous sortir les ritournelles habituelles.

Il faut virer les incompétents de Bruxelles et repartir sur des bases cohérentes et saines faute de quoi ce sera le sauve qui peut et chacun pour soi.

Que l'on souhaite ou non que l'Europe éclate elle explosera si les mêmes idiots continuent les mêmes stupidités ce n'est pas une question de bon vouloir mais une évidence.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14243
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Dim 24 Jan 2016, 00:55

Y a t'il que des incompétents là-bas? Sinon qui y mettre? Garder Bruxelles en changeant la donne est-ce une utopie?


Dernière édition par Libellule le Dim 24 Jan 2016, 01:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Dim 24 Jan 2016, 01:36

Libellule a écrit:
Y a t'il que des inompétents là-bas? Sinon qui y mettre? Garder Bruxelles en changeant la donne est-ce une utopie?


je ne refais pas le monde le samedi... pour l'Europe elle s'écroulera très bien sans que je m'y mette.

POur ce qui concerne les incompétents il doit y en avoir quelques uns (on ne craint pas la pénurie et la relève est assurée) de calibre international pour flanquer une telle pagaille.


Dernière édition par tonton christobal le Dim 24 Jan 2016, 02:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14243
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Dim 24 Jan 2016, 01:55

On attendra lundi pour apprendre à connaitre les compétents s' il n' y a pas 100% d' incompétents.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Dim 24 Jan 2016, 19:05

Lorsque nos "migrants" tous avocats, professeurs, scientifiques de haut niveau voyagent dans un train spécial destiné à les acheminer vers le pays dont ils rêvent voila le spectacle à l'arrivée.







Heureusement dans les bus c'est mieux ! là ils se tiennent bien...




Dans la gare c'est nickel !




Je tiens à la disposition des lecteurs intéressés d'autres documents montrant la parfaite "sociabilité" de nos arrivants.



Respectueux des défunts dans les cimetières et soucieux d'écologie lorsqu'ils sont dehors




Bref des arrivants avec qui il fera bon vivre et qui n'en doutons pas seront rapidement intégrés.

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Dim 24 Jan 2016, 19:14

immigration clandestins manifestation AFP 24-01-2016 - 07:11
Calais: intrusion de migrants sur un ferry, port bloqué

Le port de Calais a été bloqué pendant plus de trois heures samedi après l'intrusion d'une cinquantaine de migrants sur un ferry, un événement exceptionnel consécutif à une manifestation locale de 2.000 personnes en faveur de leur cause.
Dans la foulée d'un défilé dans les rues de la cité portuaire, auquel ont pris part des manifestants de plusieurs pays européens, des groupes ont forcé un barrage en fin d'après-midi pour monter à bord du "Spirit of Britain", en provenance de Douvres et stationné dans le port.
Plusieurs dizaines avaient pu monter à bord, sur les quelque 150 qui avaient pénétré dans l'enceinte du port.
Vers 20H30, après plus de trois heures de blocage, les migrants ont été évacués par la police, qui a dû avoir recours à une passerelle mobile pour faire la jonction avec le bateau.
Selon la préfecture du Pas-de-Calais, 24 migrants ont été interpellés sur le ferry, et emmenés dans les locaux de la Police de l'air et des frontières (PAF) à Coquelles, près de Calais. Onze autre personnes, des militants de No Border d'après la même source, ont subi le même sort.
Cet événement a poussé le président du port de Calais à demander "une réunion de crise extrêmement rapidement (...) avec les responsables locaux, régionaux, parlementaires et du gouvernement" estimant "que ça ne pouvait plus durer".

Plus tôt dans la journée, environ 2.000 personnes avaient manifesté à Calais pour exprimer leur "solidarité" avec les migrants et réclamer "des condition d'accueil dignes". Parmis eux, des Français, des Anglais, des Italiens, des Belges mais aussi de nombreux migrants.
L'un d'eux, Barra, s'est dit "heureux" de voir "toutes ces personnes venir ici (les) soutenir". "Leur présence pourra peut-être faire bouger les choses, faire pression sur l'Union européenne, pour changer la situation ici, à Calais", a affirmé l'homme qui vit dans la "Jungle", ce bidonville situé près de la rocade porturaire où survivent quelque 4.000 personnes.
"Nous sommes ici par solidarité et pour dénoncer l'inactivité de l'Etat français qui n'a pas la volonté d'assurer une vie meilleure aux réfugiés", a affirmé Rino, un étudiant italien de 22 ans, venu de Paris.
Des représentants politiques étaient également dans le cortège, notamment Karima Delli, députée européenne écologiste, mais aussi l'ex-candidat d'extrême gauche à l'élection présidentielle Philippe Poutou (NPA).
"Il faut accueillir les migrants de manière digne, c'est le minimum qu'on puisse faire", a-t-il dit.
Sur le chemin de la manifestation, des actes d'hostilité envers les migrants ont été constatés. Une habitante de Calais a apostrophé en termes violents les manifestants depuis sa fenêtre, a observé un photographe de l'AFP. Un Calaisien a été photographié un fusil à la main, à quelques mètres seulement de migrants.
Partis à 14H00 de la "Jungle" de Calais, les manifestants se sont dispersés aux alentours de 16H30 dans le centre-ville de Calais.

La maire de Calais Natacha Bouchart a regretté "des débordements sérieux" en centre-ville où, a-t-elle rapporté, la statue du Général De Gaulle et dYvonne de Gaulle a été taguée "+Nik la France+ (sic)".
"Une nouvelle fois, la preuve est faite par l'exemple que les manifestations organisées par des pseudo-défenseurs des migrants ont essentiellement pour vocation de perturber la vie économique", a-t-elle dit.
"L'attitude des No Borders à Calais est scandaleuse : il faut des sanctions ! Je demande au gouvernement une réunion de crise en urgence", a pour sa part affirmé le nouveau président de la région Nord-Pas-de-Calais/Picardie Xavier Bertrand sur Twitter.
A une quarantaine de kilomètres de distance, le leader de l'opposition britannique, le travailliste Jeremy Corbyn, s'est rendu dans le camp de migrants de Grande-Synthe (2.500 migrants).
"Certaines personnes, sont ici depuis des mois, voire plus, dans le froid, dans l'humidité, sans éducation correcte, sans accès aux médecins, ni aux dentistes et avec un accès limité à la nourriture (...) ces conditions sont une honte", a affirmé le chef d'opposition britannique. "La Grande-Bretagne doit faire davantage pour résoudre le problème", a-t-il dit.
Environ 4.000 migrants, venus majoritairement d'Afrique de l'Est, du Moyen-Orient et d'Afghanistan, vivent dans la "Jungle" de Calais, considérée comme le plus grand bidonville de France, dans l'espoir d'atteindre l'Angleterre, considéré par eux comme un eldorado.

-------------------------------------------

Tout cela n'est pas grave : il faut accueillir, répartir... et lorsqu'il y aura la prochaine élection avec à la clé des résultats qui interrogent, il suffira de crier "halte aux phobes" ... d'ailleurs nos "migrants" aiment notre pays et le démontrent régulièrement.

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Dim 24 Jan 2016, 23:11

allemagne migrations enquête Orange avec AFP 24-01-2016 - 11:26
Allemagne : les agressions du Nouvel An ne se limitaient pas à Cologne

Au total, "douze" des seize Länder sont concernés par ces violences sexuelles combinées à des vols survenues la nuit du 31 décembre.
Après la soirée de la Saint-Sylvestre, un millier de plaintes pour agressions, dont 40% pour des agressions sexuelles, avaient été déposées par des femmes à Cologne. À Hambourg, dans le nord de l'Allemagne, plus de 200 plaintes avaient également été déposées. Dans les deux cas, les suspects étaient en majorité d'origine étrangère.
Que s'est-il passé ? Le ministre fédéral de la Justice, Heiko Maas, est persuadé que tout cela a été préparé : "Quand une telle horde se rassemble pour enfreindre la loi, cela paraît sous une forme ou une autre planifié. Personne ne me fera croire que cela n'a pas été coordonné ou préparé" déclarait-il au début du mois de janvier. Une théorie mise à mal peu après par un haut responsable policier, Dieter Schürmann, qui assurait "qu'aucun élément issu de l'enquête" ne permettait de dire que les évènements avaient été "organisés ou pilotés".
Les zones d'ombres persistent dans cette affaire d'autant plus que plusieurs médias allemands indiquaient samedi 23 janvier que l'étendue de ce type d'agressions avait été revue à la hausse par la police allemande. "Le phénomène des violences sexuelles, en partie liées à des vols, est plus important que ce que l'on savait jusqu'alors", relève ce week-end le quotidien Süddeutsche Zeitung sur son site internet rapport de la police judiciaire (BKA) à l'appui. Sollicité par l'AFP, le BKA n'a pas encore réagi.
Au total, "douze" des seize Länder (les États régionaux allemands) sont concernés par ces violences sexuelles combinées à des vols survenues la nuit du 31 décembre. Le land le plus touché a été celui de Rhénanie du Nord-Westphalie (Cologne, Düsseldorf et Bielefeld), où un millier de plaintes ont été déposées. Dans une bien moindre mesure, des cas similaires ont été enregistrés en Hesse (centre, 31), en Bavière (sud-ouest, 27), dans le Bade-Wurttemberg (25), à Brême (nord, 11) et Berlin (est, six). Un seul cas d'agression a été recensé en Basse-Saxe (nord-ouest), dans le Brandebourg, en Saxe (est), en Rhénanie-Palatinat et en Sarre (ouest).
À l'image de Cologne, où un millier de plaintes ont été déposées, ces agressions ont visé quasiment exclusivement des femmes. Les témoins ont assuré que les agresseurs étaient souvent des adolescents ou des hommes d'origine étrangère âgés de 17 à 30 ans.
Concernant les agressions de Cologne, un seul suspect d'agression sexuelle a été arrêté, un demandeur d'asile algérien de 26 ans. Parmi les autres délinquants présumés, 14 sur 19 sont, selon les autorités régionales, originaires du Maroc et d'Algérie. Des informations qui ont relancé le débat en Allemagne sur la politique d'accueil portée par la chancelière Angela Merkel, dont le pays a vu affluer plus d'un million de demandeurs d'asile en 2015.
"Depuis trois semaines, la communauté maghrébine est stigmatisée comme l'ennemi", déplorait à l'AFP Samy Charchira, pédagogue social à Düsseldorf (ouest), et l'un des interlocuteurs du gouvernement sur les questions liées à l'islam. "Cela a de graves conséquences avec des gens agressés verbalement ou physiquement. C'est très inquiétant".
Avec l'afflux de réfugiés syriens ou irakiens, le nombre de migrants venus d'Afrique du Nord a connu un bond spectaculaire. En juin, seuls 847 Algériens et 368 Marocains avaient déposé une demande d'asile. Six mois plus tard, ils étaient respectivement 2.296 et 2.896.
Accusées d'incurie depuis les violences de Cologne, les autorités s'agitent donc tous azimuts, jusqu'au plus haut niveau de l'État pour tenter de réduire cet afflux, d'autant qu'ils sont quasiment toujours déboutés de leur requête. La chancelière Angela Merkel souhaite ainsi que le Maroc, l'Algérie et la Tunisie soient déclarés "pays sûrs" pour accélérer l'examen des demandes d'asile et donc les expulsions. Par ailleurs, le gouvernement fait pression sur ces trois pays pour qu'ils cessent de bloquer la réadmission de leurs concitoyens expulsables d'Allemagne. Enfin, bien décidée à agir face à une pression populaire de plus en plus vive, l'Allemagne veut aussi renforcer l'arsenal législatif contre les demandeurs d'asile qui enfreignent la loi.

--------------------------------------

effectivement il fallait attendre pour voir...

On a attendu et on voit... c'est pire que ce qui était décrit le lendemain des incidents...

Continuons la même politique, reconduisons ceux qui nous mettent dans le pétrin et tout va s'arranger !

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Mar 26 Jan 2016, 18:37

AFP 26-01-2016 - 06:33
Migrants: le Danemark adopte sa réforme du droit d'asile malgré les critiques

Le Danemark entérine mardi sa réforme controversée du droit des étrangers qui vise à décourager les candidats à l'asile de tenter leur chance dans le pays scandinave, au prix d'entorses aux conventions internationales.
Le Premier ministre libéral Lars Løkke Rasmussen, dont le gouvernement minoritaire est soutenu par les anti-immigrations du Parti populaire danois, assume pleinement la paternité de ce qu'il qualifie de "projet de loi le plus mal compris de l'histoire du Danemark".
Tancé par les Nations unies, l'Union européenne, l'OSCE et les organisations humanitaires, il maintient le cap, fort du soutien de son opinion publique: selon les sondages, l'immigration est la préoccupation n°1 de 70% des Danois.
"Beaucoup de réfugiés affluent à nos frontières, nous sommes soumis à une pression énorme", a plaidé lundi la ministre en charge de l'Immigration, de l'Intégration et du Logement, Inger Støjberg, entendue à Bruxelles par la Commission des libertés civiles du Parlement européen.
Accusé par le Haut-commissariat aux réfugiés des Nations unies (HCR) de nourrir "la peur et la xénophobie", le projet de loi prévoit de confisquer les effets de valeur des migrants, de diminuer leurs droits sociaux, et d'allonger les délais de regroupement familial et d'octroi du permis de séjour permanent.
Si l'indignation des médias étrangers a surtout porté sur la confiscation des biens - le Washington Post, dans une comparaison audacieuse, évoquant la spoliation des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale - , les organisations internationales se sont alarmées des restrictions imposées aux conditions de séjour et au regroupement familial.
Copenhague a en effet décidé de porter de un à trois ans le délai avant lequel le regroupement familial est ouvert aux demandeurs d'asile jouissant d'une protection provisoire.

Selon Amnesty International, ces migrants vont être confrontés à "un choix impossible".
"Soit ils vont entreprendre avec leurs enfants et leurs proches des voyages périlleux, soit ils vont les laisser sur place et connaîtrer une séparation prolongée tandis que les membres de leur famille continuent à souffrir des horreurs de la guerre", estime Gauri van Gulik, directrice adjointe pour l'Europe.
Le vote de mardi au Parlement ne devait être qu'une formalité car pour s'assurer du soutien des sociaux-démocrates, premier parti d'opposition, et de deux petites formations de droite, le gouvernement a consenti des amendements.
Il a augmenté la valeur des biens confiscables - les liquidités des migrants doivent excéder 10.000 couronnes danoises (1.340 euros) et leurs effets personnels 10.000 couronnes au lieu de 3.000 - et permet aux demandeurs d'asile de garder leurs alliances et tout objet de valeur sentimentale.
Dans un courrier du 15 janvier au gouvernement danois, le commissaire aux droits de l'Homme du Conseil de l'Europe, Nils Muiznieks, a estimé que la question du regroupement familial soulevait des questions de "compatibilité" avec la Convention européenne des droits de l'Homme et la Convention des Nations unies relative aux droits de l'enfant.

Le Danemark bénéfice de clause d'exemption l'exonérant de s'aligner sur la politique d'asile européenne mais il n'en est pas moins tenu aux traités internationaux qu'il a signés et que le Premier ministre danois suggère de modifier à la lumière de la crise migratoire sans précédent que traverse l'Europe.
Si les migrants continuent d'affluer vers l'Europe, "on arrivera à un moment où il faudra discuter (...) pour ajuster les règles du jeu", avait-il expliqué en décembre.
Dès son élection en juin, M. Rasmussen avait promis un "ralentissement immédiat" du flux de réfugiés vers le Danemark qui a enregistré un total de 21.000 demandes d'asile en 2015.
Encarts publiés dans la presse arabophone, resserrement des conditions de séjour, baisse des prestations: pour ses contempteurs, Copenhague se livre à un "concours de laideur" destiné à rendre le pays le moins attractif possible aux yeux des prétendants à l'asile.
"Il est incontestable que le ton du débat public autour des réfugiés et des immigrants s'est durci", relève Kashif Ahmad, dirigeant du petit Parti national qui convoite le vote des immigrés.
Le pays scandinave souhaite éviter de faire face au même afflux que son voisin suédois qui a rétabli en novembre les contrôles à ses frontières alors qu'il accueillait 10.000 nouveaux arrivants par semaine et ne pouvait plus leur assurer de logement.
Après le vote prévu dans la journée, la réforme sera soumise à la signature de la reine Margrethe II, pour une entrée en vigueur début février.

Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12184
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Jeu 28 Jan 2016, 14:57

tonton christobal a écrit:
AFP 26-01-2016 - 06:33
Migrants: le Danemark adopte sa réforme du droit d'asile malgré les critiques


Quant à la Suède....


"La Suède prévoit d’expulser jusqu’à 80 000 migrants arrivés sur son sol en 2015 et dont la demande d’asile a été ou sera rejetée, a déclaré mercredi 27 janvier le ministre de l’intérieur Anders Ygeman."


http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/01/28/la-suede-veut-expulser-jusqu-a-80-000-demandeurs-d-asile_4854929_3214.html a écrit:
La Suède veut expulser jusqu’à 80 000 demandeurs d’asile

Le Monde.fr avec AFP | 28.01.2016 à 01h30

La Suède prévoit d’expulser jusqu’à 80 000 migrants arrivés sur son sol en 2015 et dont la demande d’asile a été ou sera rejetée, a déclaré mercredi 27 janvier le ministre de l’intérieur Anders Ygeman.

« On parle de 60 000 personnes mais cela peut monter à 80 000 », a indiqué le ministre au quotidien financier Dagens Industri (DI) et à la télévision publique suédoise (SVT), précisant que le gouvernement avait demandé à la police et à l’Office des migrations d’organiser ces retours.

En temps ordinaire, les expulsions s’effectuent sur des vols commerciaux mais compte tenu des nombres évoqués, « nous allons devoir utiliser plus d’avions charters » spécialement affrétés et les expulsions s’étaleront sur plusieurs années, selon le ministre.

En 2015, 163 000 réfugiés ont déposé une demande d’asile en Suède. Rapporté à sa population, le pays scandinave a accueilli encore plus de migrants que l’Allemagne.

Sur les quelque 58 800 dossiers traités l’an dernier par l’office suédois, 55 % ont été acceptés, moyenne sur laquelle se fonde le ministre de l’Intérieur pour justifier l’estimation la plus haute.



Une estimation contestable

Celle-ci pourrait se révéler excessive car une proportion importante des décisions rendues concernaient des demandes déposées en 2014 alors que la crise migratoire n’avait pas encore atteint son pic.

Or les Syriens sont arrivés en masse en 2015 et le taux d’acceptation des demandes d’asile varie considérablement en fonction des nationalités : 90 % pour les Syriens, 35 % pour les Afghans et 20 % seulement pour les Irakiens.

Par ailleurs, si selon l’office suédois de nombreux Irakiens et Afghans sont expulsables à raison du règlement dit de Dublin, stipulant qu’une demande d’asile doit être examinée par le premier pays européen dans lequel un étranger est arrivé, ce règlement n’est pas toujours facile à appliquer.

La Commission européenne cherche d’ailleurs à le réviser car il fait peser un fardeau inéquitable sur les deux grands pays d’entrée des migrants en 2015, l’Italie et la Grèce.

Autre facteur d’incertitude, l’entrée en clandestinité de demandeurs déboutés qui veulent échapper à une reconduite à la frontière. « C’est souvent au moment d’être remis par l’Office des migrations à la police que beaucoup (de migrants) disparaissent », explique le chef de la police aux frontières, Patrik Engström, cité par Dagens Industri.

Ces derniers mois la Suède a durci sa politique vis-à-vis des migrants, rétablissant notamment le contrôle d’identité à ses frontières.
Source: http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/01/28/la-suede-veut-expulser-jusqu-a-80-000-demandeurs-d-asile_4854929_3214.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12184
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Ven 29 Jan 2016, 13:45

Libellule le lundi 7 Septembre 2015 à 06h04 a écrit:
Bien que l’Allemagne ait connu une série de rassemblements et d’attaques xénophobes, l’arrivée des migrants a donné lieu à une mobilisation sans précédent de la part d’une partie de la population estimant qu’il était de son devoir d’aider ces étrangers en raison du sombre passé de leur pays et de sa richesse actuelle.
Source: http://www.plateaufontenay.net/t1316p200-drame-de-l-immigration#74470


Il y a aujourd'hui fort à parier que l'histoire se souviendra de la crise des réfugiés et des migrants et qu'un jour des historiens disséqueront les propos des Merkel, Junker, Hollande, Valls, Taubira, Duflot, Cosse, Laurent, ... et de tout un tas d'idiots utiles qui, sans aucun sens visionnaire, ont juste tenté de culpabiliser tous ceux qui émettaient des doutes sur cet accueil massif...

Pour l'heure, l'Allemagne, grande donneuse de  leçons il y a encore quelques semaines, vient de décider comme d'autres pays de l'Union de durcir sa position à l'égard des migrants en particuliers algériens, marocains et tunisiens....


"L'Allemagne a annoncé jeudi placer l'Algérie, le Maroc et la Tunisie sur la liste des pays "sûrs" dont elle refoulerait les migrants, alors que la Suède et la Finlande, aux prises avec des tensions croissantes, veulent renvoyer des dizaines de milliers de demandeurs d'asile déboutés.
---/---
M. Gabriel [vice-chancelier] a par ailleurs indiqué que l'Allemagne allait durcir ses conditions du regroupement familial en suspendant notamment pendant deux ans la possibilité pour certains migrants de faire venir leur famille."



https://fr.news.yahoo.com/su%C3%A8de-veut-expulser-jusqu%C3%A0-80-000-demandeurs-dasile-231938242.html a écrit:
Migrants: Suède et Finlande vont expulser, Berlin veut refouler Algériens, Marocains et Tunisiens
AFP Par AFP | AFP – il y a 2 heures 19 minutes

L'Allemagne a annoncé jeudi placer l'Algérie, le Maroc et la Tunisie sur la liste des pays "sûrs" dont elle refoulerait les migrants, alors que la Suède et la Finlande, aux prises avec des tensions croissantes, veulent renvoyer des dizaines de milliers de demandeurs d'asile déboutés.

Les Pays-Bas, qui occupent pour le premier semestre la présidence tournante de l'Union européenne, envisagent pour leur part de renvoyer en Turquie les migrants fraîchement arrivés en Grèce, en échange de l?accueil dans l'UE de 250.000 réfugiés actuellement installés en Turquie.

Des milliers de migrants continuent d'affluer malgré l'hiver en Méditerranée, fuyant notamment les conflits en Syrie ou en Irak au péril de leur vie: les corps de 24 migrants, dont 10 enfants, ont encore été repêchés jeudi matin par les autorités grecques en mer Égée, et six corps ont été découverts par la marine italienne au large des côtes libyennes.

La décision des trois partis de la coalition gouvernementale allemande, annoncée par le vice-chancelier Sigmar Gabriel, chef des sociaux-démocrates, durcit considérablement les conditions d'asile pour les ressortissants algériens, marocains et tunisiens, susceptibles d'être désormais facilement expulsés.

"Nous allons (...) inscrire dans la loi les trois pays, Maroc, Algérie et Tunisie comme des pays sûrs", a indiqué M. Gabriel

Berlin espère juguler le nombre de migrants venus de ces pays, qui a considérablement augmenté ces derniers mois.

La classe politique allemande a multiplié les appels pour accélérer les expulsions de ressortissants des pays du Maghreb ces dernières semaines, notamment après qu'une large part des suspects des agressions du Nouvel An à Cologne se sont avérés être des Algériens et des Marocains, selon la police.

M. Gabriel a par ailleurs indiqué que l'Allemagne allait durcir ses conditions du regroupement familial en suspendant notamment pendant deux ans la possibilité pour certains migrants de faire venir leur famille.



- Déboutés, expulsés -

En Suède, le ministre de l'Intérieur, Anders Ygeman, a estimé qu'entre 60.000 et 80.000 demandeurs d'asile enregistrés l'an dernier seraient déboutés et expulsés, soit près d'un requérant sur deux.

La Finlande compte de son côté expulser 20.000 des 32.000 demandeurs arrivés dans le pays l'an dernier, conformément au taux habituel de rejet qui se monte à 65%, selon la chef de cabinet du ministre de l'Intérieur, Païvi Nerg, interrogée par l'AFP.

Les procédures sont conformes à la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) qui interdit les expulsions collectives de migrants, sauf s'ils ont fait l'objet d'un examen individuel au préalable, font valoir les deux capitales nordiques.

"Nous devons nous occuper du mieux possible de ceux qui peuvent rester, mais ceux qui reçoivent une réponse négative doivent repartir", a justifié pour la Suède le chef du gouvernement Stefan Löfven, critiqué pour son laxisme après le meurtre lundi par un jeune de 15 ans d'une éducatrice qui travaillait seule dans un foyer pour mineurs.

Sur les quelque 58.800 dossiers traités l'an dernier par l'Office suédois des migrations, 55% ont été acceptés, moyenne sur laquelle se fonde le gouvernement. Mais les ambitions affichées se heurtent à une difficulté: plus de 40.000 déboutés ont disparu dans la nature entre 2010 et 2015.



- Migrants contre réfugiés -

Aux Pays-Bas, le chef de file du Parti travailliste (PvdA) Diederick Samsom a révélé au quotidien De Volkskrant le projet visant à renvoyer les derniers migrants arrivés clandestinement en Grèce en échange de l'accueil dans l'UE de 250.000 réfugiés restés en Turquie.

Ce projet est examiné en collaboration avec des partis politiques dans 10 pays, dont l'Autriche, l'Allemagne et la Suède, selon M. Samsom. Il pourrait néanmoins être contraire à la Convention de Genève et aux politiques européennes, a assuré à l'AFP un porte-parole de la Commission européenne.

Amnesty International a critiqué l'idée. "Un plan d'accueil à grande échelle pour les réfugiés en Turquie est une bonne idée mais le rendre conditionnel au retour rapide de ceux traversant les frontières de manière illégale revient à faire du troc avec des vies humaines", a affirmé John Dalhuisen, le directeur de l'ONG pour l'Europe.

Plus d'un million de migrants, dont un nombre important de Syriens fuyant le conflit qui ravage leur pays, sont entrés en Europe en 2015, provoquant la plus grande crise migratoire sur le continent depuis la Seconde Guerre mondiale. 52.868 sont arrivés en janvier, dont 50.668 en Grèce, selon le HCR.
Source: https://fr.news.yahoo.com/su%C3%A8de-veut-expulser-jusqu%C3%A0-80-000-demandeurs-dasile-231938242.html
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Ven 29 Jan 2016, 18:31

Lorsque l'on connait quelque peu la réglementation internationale on sait qu'il y a tant sur le plan procédural que sur plan pratique de l'efficacité de grandes différences entre les expressions journalistiques "refouler" et "expulser" ...

Comme visiblement ceux qui nous gouvernent et ceux sensés nous délivrer la vérité n'y comprennent pour les moins mal informés pas grand chose, les autres cachant comme d'habitude la vérité, je leur souhaite bien du plaisir pour renvoyer dans leurs pays d'origine respectifs des gens installés en Europe qui n'ont aucun document d'identité ou des faux.
Sans compter la duplicité des mis en cause qui ne vont pas leur faciliter la tâche.
Pour ce qui concerne l'indispensable accord de réadmission délivré par le pays d'origine... ils patienteront s'ils arrivent à l'obtenir pendant de longs mois.
Les immigrés même s'ils se plaignent de mal vivre en Europe y sont mieux que chez eux (y compris lorsque le pays d'accueil est l'ancienne puissance coloniale sur laquelle on vomit) et représente pour le pays d'origine un afflux de devises.
On s'occupe beaucoup d'évasion fiscale et peu du montant des mandats expédiés journellement par nos "malheureux" vers leur pays d'origine... sans doute encore un "totem"

Entre les recours juridiques nationaux et ceux possibles auprès d'instances internationales tout ceci aux frais de la communauté... (assistance juridique gratuite oblige) le tout multiplié par le nombre respectable de cas à traiter, la stupidité de nos leaders va s'avérer onéreuse... et pour longtemps, pas grave soyons assurés qu'ils continueront à donner des leçons.

Je vais être une fois de plus à la fois désolé et amusé : désolé d'avoir il y a des mois prêché dans le désert et amusé parce que les mêmes qui n'ont rien vu et rien compris, voire se sont bouchés les yeux et les oreilles, vont découvrant l'ampleur du désastre et pour éviter le ridicule s'acharner à mentir et à camoufler leurs turpitudes. Menu prévu : la dégustation de chapeaux.

Résultat : nous sommes une fois de plus pénalisés par l'incompétence de nos dirigeants... étonnons nous des abstentions lors des élections ainsi que du nombre de "mal votants".
Attendons nous aux déclarations tonitruantes, à la désignation des "mauvais Français" (on ne stigmatise pas mais tout de même...) au ton frémissant plein d'indignation à la tribune, le nauséabond va voler bas... fustigeons le populo qui ne comprend rien mais passera une fois de plus à la caisse sans compter les déboires "imprévisibles" du type fêtes allemandes.

Je souhaite bien du plaisir aux pays d'accueil lors des grandes manifestations de carnaval... et bon courage aux policiers qui devront une fois de plus réparer les imbécilités des politiques.
Ces mêmes politiques à courte vue, toute honte bue qui à leur habitude s'érigent en juges ne se priveront pas d' exiger des comptes en cas de problème... et se chargeront de contrôler et de sanctionner les gens qu'ils auront eux même mis en difficulté...
C'est que l'affaire est sérieuse : il faut surveiller la police à défaut de surveiller nos frontières et les gens qui les franchissent en force avec la bénédiction des incohérents.

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne   Sam 30 Jan 2016, 04:23

AFP 29-01-2016 - 16:56
Migrants: Berlin serre la vis, blocage persistant de Rome sur l'aide à la Turquie

L'Allemagne va introduire de nouvelles restrictions du droit d'asile pour réduire l'afflux réfugiés mais doit dans le même temps compter avec un blocage de l'Italie, réitéré vendredi, sur une aide de l'UE à la Turquie, jugée cruciale à Berlin.
Berlin souhaite que l'Italie cesse de s'opposer au versement de trois milliards d'euros promis par l'UE fin 2015 à la Turquie afin d'aider ce pays à gérer les 2,5 millions de Syriens présents sur son territoire et à mieux contrôler l'émigration illégale vers le continent européen.
Venu rendre visite vendredi à la chancelière Angela Merkel à Berlin, le chef du gouvernement italien Matteo Renzi a assuré que "l'Italie est prête à faire sa part", à fournir "tous les efforts". Il a aussi rappelé avoir dit sur le principe "oui à l'assistance à la Turquie" en novembre. Mais il attend encore "des réponses des amis de la Commission européenne".
Rome bloque ce dossier afin que davantage de fonds européens que ce qui est prévu à l'heure actuelle soient utilisés pour financer les 3 milliards d'euros. Jusqu'ici, il est prévu que le budget de l'UE en prenne un tiers à son compte, le reste devant être financé par les Etats européens. L'Italie veut aussi un contrôle sur la manière dont les fonds sont utilisés par Ankara.
"La mise en oeuvre" de l'accord UE-Turquie "est urgente car nous avons besoin de progrès" en vue de juguler les flux migratoires, a plaidé de son côté Mme Merkel, les fonds étant destinés à améliorer les conditions de vie pour que les réfugiés syriens ne se mettent pas en route vers l'Europe.
En Allemagne, la coalition gouvernementale dirigée par Mme Merkel a elle annoncé jeudi soir, après deux mois de tractations difficiles, une nouvelle série de mesures destinées à rendre le pays moins attractif pour les migrants économiques et à canaliser les arrivées de réfugiés.
Berlin va limiter le rapprochement familial pour certaines catégories de réfugiés et largement exclure Marocains, Algériens et Tunisiens de l'accès à l'asile.

La chancelière continue cependant de refuser de plafonner le nombre de réfugiés accueillis, comme le réclame ses alliés conservateurs bavarois.
L'objectif des mesures annoncées jeudi est de préparer le terrain à la réduction "tangible" de l'afflux migratoire, après plus d'un million d'arrivants en 2015, comme l'a promis Mme Merkel.
Mais la chancelière table avant tout sur une batterie de mesures européennes comme la répartition des réfugiés à travers l'UE, refusée par de nombreux pays. Il s'agit aussi d'aider la Turquie, la Jordanie et le Liban à y retenir les Syriens fuyant la guerre dans leur pays. Une conférence de donateurs est prévue le 4 février à Londres sur le sujet.
Pour Berlin, la priorité du moment est de profiter du répit qu'offre la météo en Méditerranée, qui a entraîné une baisse des traversées vers l'Italie et la Grèce.
"Notre but doit être que le nombre de réfugiés n'augmente pas à nouveau avec la fin des tempêtes hivernales", relevait jeudi Peter Altmeier, le coordinateur de la politique migratoire allemande, notant une "fenêtre d'opportunité".
La ligne de Mme Merkel est cependant de moins en moins bien acceptée dans son pays : 40% des Allemands, selon un sondage du magazine Focus de vendredi, estiment qu'elle doit quitter ses fonctions en raison de sa politique d'ouverture aux réfugiés.
Une tendance de mauvais augure avant trois scrutins parlementaires régionaux le 13 mars, lors desquels une montée spectaculaire des populistes anti-migrants du parti AfD est attendue.
Mme Merkel a elle-même promis un "bilan intermédiaire" de ses efforts après le sommet UE-Turquie du 18 février.

Les dernières mesures restrictives en Allemagne interviennent alors que le pays apparaît de plus en plus comme la seule destination pour les centaines de milliers de migrants.
Suède et Finlande ont annoncé vouloir expulser des dizaines de milliers de migrants arrivés en 2015, tandis que Macédoine, Croatie et Serbie ne veulent laisser passer que ceux ayant l'Allemagne ou l'Autriche comme destination.
Au Danemark, un texte largement approuvé cette semaine prévoit notamment de confisquer les effets de valeur des migrants, de diminuer leurs droits sociaux et de restreindre le rapprochement familial.
Le Premier ministre bulgare Boïko Borissov a lui appelé vendredi à "fermer immédiatement les frontières extérieures de l'UE" tant que l'Europe n'aura pas décidé que faire des migrants qui sont déjà arrivés.
Quelque 30.000 réfugiés syriens, irakiens et afghans ont encore emprunté la route des Balkans en janvier, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Les drames se poursuivent aussi, avec les corps de 24 migrants, dont 10 enfants, repêchés jeudi en mer Egée.
"Le caractère impitoyable des gangs (de passeurs) que nous voyons est alarmant", a jugé Joel Millman, porte-parole de l'IOM.

-----------------------------------------

Peut être que si certains dirigeants nationaux (y compris Français) et européens n'avaient pas été aussi inconséquents (je suis poli) n'en serions nous pas à ce point...

Bravo ! continuons à faire confiance aux mêmes et ne changeons rien...

Un conseil : la prochaine fois : ALLEZ VOTER  !
Revenir en haut Aller en bas
 
Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne
» Arrêter de tirer son lait : quel impact sur le production de lait
» Lieu d'accueil enfants-parents aux Avenières : qui veut participer ?
» Arrêt de la Cour du Parlement de Bordeaux 1749
» Dois-je arrêter d'allaiter?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: