Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Chômage: l'après régionales 2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Chômage: l'après régionales 2015   Lun 14 Déc 2015, 19:40

Rappel du premier message :

Cette nouvelle discussion consacrée au chômage fait suite à ces deux discussions désormais fermées:

http://www.plateaufontenay.net/t1152-chomage-une-deception-a-la-hauteur-des-espoirs ouvert le 30 Mai 2013
http://www.plateaufontenay.net/t1712p500-chomage-un-nouvel-espoir ouvert le 31 Mars 2014
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Sam 27 Fév 2016, 22:11

Histoire de chômage et de chômeurs...

Il y a aujourd'hui 168 ans, le 27 février 1848 naissaient les éphémères Ateliers nationaux...

Pas de très loin de Fontenay, le creusement du canal de Chelles (ou canal de Vaires à Neuilly-sur-Marne) a été entrepris par des chômeurs employés par ces Ateliers nationaux....




https://fr.wikipedia.org/wiki/Ateliers_nationaux a écrit:
Dans l'Organisation du travail (1839), Louis Blanc prévoyait, sous le nom d'Ateliers sociaux, la création de coopératives de production, associations d'ouvriers de la même profession, sans patron. L'État devait en favoriser la création en fournissant le capital initial. Créés dans l'urgence, les Ateliers nationaux cherchent à contrecarrer ce modèle en s'inspirant des ateliers de charité existant déjà sous l'Ancien Régime. Par ailleurs, Olympe de Gouges avait aussi préconisé la création de tels ateliers lors de la Révolution française.

La révolution de 1848 porte Louis Blanc au gouvernement provisoire qui proclame, le 25 février, le droit au travail. Louis Blanc demande vainement à ses collègues du gouvernement, la création d'un ministère du travail, avec une équipe, un budget et la possibilité politique de prendre des décrets. Afin de l'obliger à rester solidaire du gouvernement et de calmer les classes populaires (dixit Lamartine le membre le plus influent du gouvernement), tout en l'éloignant du centre de prise de décisions Louis Blanc est chargé de diriger la Commission du Luxembourg où économistes libéraux, théoriciens socialistes et délégués des ouvriers parisiens doivent mettre sur pied un Plan d'organisation du travail. L'ouvrier Albert, également membre du gouvernement est nommé vice-président. Ainsi s'opposent alors les ateliers sociaux (sans budget, commission du Luxembourg) et les ateliers nationaux (avec budget, gouvernement provisoire).

Créés par le ministre des Travaux publics Marie, les Ateliers nationaux, considérés comme ayant été ouverts le 27 février 1848, sont fermés le 21 juin 1848. La direction des Ateliers nationaux est confiée, dès son origine, à Émile Thomas, un ingénieur (chimiste) aidé par les élèves de l'École centrale.

Au départ les ouvriers chômeurs doivent se rendre à la mairie de leur arrondissement (Paris en compte alors 12) avec un certificat du propriétaire ou du logeur de leur garni qui garantit leur domicile à Paris ou dans le département de la Seine. Ce certificat visé par le commissaire de police du quartier est échangé contre un bulletin d'admission aux Ateliers nationaux. Mais les mairies sont débordées par l'afflux des chômeurs, dont le nombre passe de 6 000 le 15 mars, à 30 000 le 30 mars, puis à 64 000 le 16 avril pour culminer à 117 000 le 30 avril. Le travail susceptible de leur être fourni ne suit pas, et les chômeurs éconduits récriminent. Aussi pour prévenir le risque de troubles, et de regroupement d'ouvriers de la même profession pouvant devenir un ferment de coalition, Thomas décide rapidement de centraliser les demandes par un bureau au niveau de l'arrondissement où les chômeurs devront se rendre à un jour fixé.
---/---
La suite sur Wikipédia: https://fr.wikipedia.org/wiki/Ateliers_nationaux
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13859
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Dim 28 Fév 2016, 07:10

a.nonymous a écrit:
Histoire de chômage et de chômeurs...

Il y a aujourd'hui 168 ans, le 27 février 1848 naissaient les éphémères Ateliers nationaux...

Pas de très loin de Fontenay, le creusement du canal de Chelles (ou canal de Vaires à Neuilly-sur-Marne) a été entrepris par des chômeurs employés par ces Ateliers nationaux....






Maintenant un maire qui veut que des bénéficiaires du RSA ne travaillant pas consacrent quelques heures de leur temps chaque semaine à faire de bénévolat se fait étriper en place publique !

Dans la "patrie des droits de l'homme" sans devoirs c'est une situation normale.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Mar 01 Mar 2016, 22:37

Alors que la ministre du travail s'est faite portée pâle, 494 emplois vont être supprimés chez Michelin à Clermont-Ferrand...

Rappelons que dans le même secteur des pneumatiques, 1173 emplois on déjà été supprimé chez Goodyear à Amiens en janvier 2014... Rappelons aussi que pendant qu'un Cahuzac voit son procès reporté, les syndicalistes de Goodyear qui ont défendu leurs emplois ont été eux condamnés à de la prison ferme....

Après on peut aussi se demander comment les chinois, encore eux, réussissent à vendre des pneus de 40 % à 60 % moins cher que ceux produit en Europe... N'y aurait-il pas un peu de dumping pour arriver à un prix aussi bas ?


"Michelin se porte bien, mais sa branche pneus poids lourds est en difficulté. L’usine de La Combaude était déjà sur la sellette en novembre 2015, quand le groupe a annoncé la fermeture de quatre sites de production de pneus poids lourds en Europe, sur la quarantaine d’usines qu’il exploite sur le Vieux Continent. « Entre 2007 et 2014, le marché [du pneu poids lourds] est passé de 21 millions à 16 millions d’unités, soit une chute de 25 % », expliquait alors Florent Menegaux, le directeur des opérations de Michelin, au Monde.

Pis, sur la même période, les importations de pneus asiatiques ont atteint 1,2 million d’exemplaires, soit près de 10 % du marché. Ces pneus, de 40 % à 60 % moins chers que ceux produits en Europe, mettent directement en danger l’activité de rechapage."




http://www.lemonde.fr/emploi/article/2016/03/01/michelin-va-supprimer-494-postes-a-clermont-ferrand-sans-depart-contraint_4874543_1698637.html a écrit:
Michelin va supprimer 494 postes à Clermont-Ferrand « sans départ contraint »

Le Monde.fr avec AFP | 01.03.2016 à 15h10 • Mis à jour le 01.03.2016 à 15h35

Michelin a annoncé mardi 1er mars une réorganisation de ses activités dans son berceau historique de Clermont-Ferrand, ce qui passe par la suppression de 494 postes « sans départ contraint ».

Ce plan va l’obliger à passer pour 55 millions d’euros de provisions dans ses comptes semestriels, a précisé le fabricant français de pneumatiques. Il s’accompagnera d’un programme d’investissements de 90 millions d’euros d’ici à 2020 « pour accélérer la transformation des sites clermontois en pôles industriels et technologiques d’excellence ».

   « Michelin a pris la décision de fermer l’atelier de rechapage [remise en état d’un pneu] poids lourd de son site de La Combaude, sans départ contraint, d’ici fin 2017. Les 330 salariés de l’atelier, dont les 266 opérateurs de production, bénéficieront d’un plan de reclassement interne dans les autres sites industriels clermontois ».



Plan de mobilité interne

En ingénierie, la réorganisation « entraînera, d’ici fin 2018, 164 suppressions de poste, tous basés à Clermont-Ferrand », (…) où « un plan de mobilité interne volontaire sera proposé à tous les salariés » de la branche, « en majorité des cadres ». Les autres services « support » du groupe Michelin à Clermont-Ferrand verront leur organisation s’adapter « progressivement dans le temps », selon la direction.

Le groupe a toutefois prévu d’embaucher 400 ouvriers à Clermont au cours des trois prochaines années. Le site de Michelin à Clermont-Ferrand compte un peu plus de 12 000 salariés.



Concurrence asiatique

Michelin se porte bien, mais sa branche pneus poids lourds est en difficulté. L’usine de La Combaude était déjà sur la sellette en novembre 2015, quand le groupe a annoncé la fermeture de quatre sites de production de pneus poids lourds en Europe, sur la quarantaine d’usines qu’il exploite sur le Vieux Continent. « Entre 2007 et 2014, le marché [du pneu poids lourds] est passé de 21 millions à 16 millions d’unités, soit une chute de 25 % », expliquait alors Florent Menegaux, le directeur des opérations de Michelin, au Monde.

Pis, sur la même période, les importations de pneus asiatiques ont atteint 1,2 million d’exemplaires, soit près de 10 % du marché. Ces pneus, de 40 % à 60 % moins chers que ceux produits en Europe, mettent directement en danger l’activité de rechapage.
Source: http://www.lemonde.fr/emploi/article/2016/03/01/michelin-va-supprimer-494-postes-a-clermont-ferrand-sans-depart-contraint_4874543_1698637.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Ven 04 Mar 2016, 01:15

Selon l'INSEE le taux de chômage aurait baissé en 2015 mais selon Pôle emploi il aurait augmenté...


"L'année 2015 s'est conclue sur un note positive: le taux de chômage, mesuré par l'Insee, est redescendu à 10% en métropole au 4e trimestre, un "signal encourageant" pour le gouvernement à l'aube d'une année décisive.

L'indicateur de l'Insee, le seul reconnu à l'international, reste à contre-courant de celui de Pôle emploi, qui a continué de voir le chômage grimper en 2015. L'opérateur recensait 3,58 millions de chômeurs en fin d'année, en hausse de 0,9% sur le trimestre et de 2,5% sur l'année."



https://fr.news.yahoo.com/taux-ch%C3%B4mage-l%C3%A9g%C3%A8re-baisse-%C3%A0-10-fin-2015-064646588--finance.html a écrit:
Le chômage en légère baisse à 10% fin 2015

AFP Par Jean-Philippe CHOGNOT | AFP – il y a 15 heures

L'année 2015 s'est conclue sur un note positive: le taux de chômage, mesuré par l'Insee, est redescendu à 10% en métropole au 4e trimestre, un "signal encourageant" pour le gouvernement à l'aube d'une année décisive.

L'indicateur a aussi baissé de 0,1 point en France entière, pour s'établir à 10,3% de la population active, a annoncé jeudi l'Institut national de la statistique. Des évolutions toutefois à analyser avec prudence, car elles se situent dans la marge d'erreur de l'indicateur ("/-0,3 pt).

Interrogée par France 2, la ministre du Travail, Myriam El Khomri, y a tout de même vu un "signal encourageant", alors que le gouvernement espère une inversion de la courbe du chômage en 2016.

Sur un an, le taux, mesuré selon les normes du Bureau international du travail (BIT), s'est aussi replié, de 0,1 point en métropole et de 0,2 point en France entière.

Même minime, cette baisse est inédite depuis 2010. Elle coïncide avec une timide reprise de la croissance ("1,1% en 2015) et des créations d'emplois salariés dans le privé ("47.100).

Autre bonne nouvelle: le chômage n'a finalement pas atteint, au 3e trimestre, son plus haut niveau depuis 1997. Les taux ont été revus à la baisse, à 10,1% en métropole (-0,1 pt) et à 10,4% en France entière (-0,2 pt).

Au 4e trimestre, la baisse a profité à toutes les classes d'âge. Les 15-24 ans, qui restent les plus touchés par le fléau, ont vu leur taux se replier à 24% (-0,3 pt). Quant aux 50 ans ou plus, leur taux a reculé de 0,1 point, à 6,9%. Mais la situation des jeunes, comme celle des seniors, est restée stable sur un an.

Au total, l'Insee a comptabilisé, fin 2015, 2,86 millions de chômeurs en métropole (-1,6% sur un trimestre, -1,8% sur un an).




- A contre-courant de Pôle emploi -

L'indicateur de l'Insee, le seul reconnu à l'international, reste à contre-courant de celui de Pôle emploi, qui a continué de voir le chômage grimper en 2015. L'opérateur recensait 3,58 millions de chômeurs en fin d'année, en hausse de 0,9% sur le trimestre et de 2,5% sur l'année.

Le chômage Pôle emploi s'est, depuis, replié à 3,55 millions en janvier, une baisse toutefois entachée par des événements statistiques "inhabituels" et "inexpliqués", qui la rendent difficilement interprétable.

Cet écart entre les deux statistiques s'explique par le fait qu'ils ne mesurent pas le chômage de la même manière: Pôle emploi recense les demandeurs d'emploi enregistrés sur ses listes alors que l'Insee mesure son taux à partir d'une enquête effectuée chaque trimestre auprès de 110.000 personnes.

Une partie de cette différence se retrouve sans doute dans le "halo autour du chômage", qui regroupe, au sens de l'Insee, 1,4 million de personnes souhaitant travailler, mais pas comptabilisées comme chômeuses parce qu'elles ne cherchent pas activement ou ne sont pas disponibles immédiatement. Cette catégorie a légèrement augmenté au 4e trimestre ("1,7%), mais est restée quasi-stable sur un an.

A l'inverse, d'autres chômeurs comptabilisés par l'Insee ne sont pas forcément inscrits à Pôle emploi, notamment une partie de ceux qui ne remplissent pas les conditions nécessaires pour toucher une allocation.

La divergence entre les deux indicateurs, et la confusion qu'elle provoque, ne fait pas les affaires du président François Hollande, qui a conditionné son éventuelle candidature en 2017 à un second mandat à une baisse "crédible" du chômage en 2016.
Source: https://fr.news.yahoo.com/taux-ch%C3%B4mage-l%C3%A9g%C3%A8re-baisse-%C3%A0-10-fin-2015-064646588--finance.html
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13859
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Ven 04 Mar 2016, 05:10

Chouette ! le chômage baisse donc flanbi va se représenter son mandat est un succès.

Il ne doit pas être donné à tout le monde d'être statisticien en 2016 !
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 2968
Date d'inscription : 08/01/2012

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Mer 09 Mar 2016, 17:58

Dans le Canard enchainé de ce jour, une histoire ahurissante. Et même deux ou trois. Accrochez-vous :

« Directeur informatique à l’Unedic, il touchait en même temps son salaire et ses indemnités » (de chômage)

Des salariés de l’Unedic (organisme qui paie les indemnités chômage) découvrent  en novembre 2013 que leur propre directeur informatique (recruté en septembre 2012) continue à percevoir près de 5000 € par mois d’allocation chômage. Pas seulement un bug : il actualisait consciencieusement son dossier à Pole emploi, déclarant 15h pour 1050 € par mois…

Des syndicats aussi dénoncent la fraude et le salarié faux-chômeur. Que fait la direction de l’Unedic ? Une rupture conventionnelle avec… 160 000 euros d’indemnités de rupture. Pour un an d’ancienneté, seulement. Et il n’est pas précisé si le directeur-fraudeur a dû rembourser ses allocs.

Le pire est pour la fin : croyez-vous que l’informaticien ayant détecté le fraudeur a un bonus ? Pas du tout, il a été licencié. Pour faute. Car, ose dire la direction, « il n’a pas fait une demande de consultation de fichier à sa hiérarchie » !!! En gros, il aurait dû demander au directeur l’autorisation de faire la recherche permettant de le démasquer.
Le lanceur d’alerte licencié plaidera sa cause le 21 mars aux prudhommes.

Bien que Valls-Macron-El Khomri soient très occupé(e)s à limiter les indemnités aux prudhommes pour licenciement abusif, il est plus qu’urgent que les mêmes nettoient la direction Unedic, et récupèrent (si besoin en justice) les 160 000 € (ou plus) donnés au fraudeur.
Faute de quoi les employés Unedic de base vont entendre des réflexions désagréables comme en ont connu les employés des impôts après l’affaire Cahuzac. Car l’histoire commence à être reprise dans les medias.
Sans parler des élections
Au passage, catégorie licenciements abusifs, il convient de renforcer (et non plafonner) la protection des lanceurs d’alertes justifiées
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Jeu 10 Mar 2016, 00:41

En fait ce DSI de l'UNEDIC était dans le même registre que Cahuzac: le fraudeur chasseur de fraudeurs.....


"Pierre Lachaize ne se contentait pas de cela. Il avait aussi demandé à ses équipes de traquer les fraudeurs avec le fichier Aude (Application unique de la demande d'emploi) qui contient tous les chômeurs indemnisés."


http://www.leparisien.fr/economie/emploi/unedic-le-chasseur-de-fraudeurs-fraudait-lui-meme-09-03-2016-5611659.php a écrit:
Unédic : le chasseur de fraudeurs fraudait lui-même
Pa.D. | 09 Mars 2016, 17h53 | MAJ : 09 Mars 2016, 17h52

Pierre Lachaize avait une double casquette particulière à l'Unédic, l'organisme paritaire qui s'occupe de l'assurance-chômage. D'un côté, le directeur informatique dirigeait une équipe censée chasser les fraudeurs ; de l'autre, il fraudait lui-même en se faisant passer pour un demandeur d'emploi.



La prouesse a été révélée mercredi par le «Canard enchaîné».

L'affaire a éclaté en novembre 2013, raconte l'hebdomadaire satirique. Des salariés de l'Unédic ont découvert le nom de Pierre Lachaize dans le fichier des chômeurs. Arrivé en septembre 2012 à l'Unédic, le directeur informatique a cumulé son salaire et ses allocations chômage pendant plus d'un an. En octobre 2013, il touchait encore une indemnité de demandeur d'emploi de 4982,30 euros. Comment avait-il procédé ? D'après le palmipède, il avait pris soin d'actualiser son dossier en assurant qu'il faisait à l'Unédic un travail de quinze heures ne lui rapportant que 1050 euros par mois.



160 000 euros d'indemnités de rupture du contrat

Pierre Lachaize ne se contentait pas de cela. Il avait aussi demandé à ses équipes de traquer les fraudeurs avec le fichier Aude (Application unique de la demande d'emploi) qui contient tous les chômeurs indemnisés.

Informé de la situation, le syndicat FO a fait remonter l'information. Un mois après la révélation de l'affaire, Pierre Lachaize a fait l'objet d'une mise à pied conservatoire. Il a ensuite bénéficié d'une rupture conventionnelle en décembre 2013. Selon le Canard enchaîné, l'ancien directeur informatique a touché 160 000 euros d'indemnités de rupture du contrat de travail. «Un accord de confidentialité nous empêche d'en dire plus», explique la direction de l'Unédic, jointe par LeParisien.fr.

A l'inverse, le salarié ayant découvert cette anomalie a été licencié. Son cas sera tranché par les prud'hommes le 21 mars. La direction de l'Unédic confirme la tenue de cette audience. En revanche, elle assure qu'il n'y a «pas eu de lanceur d'alerte en interne». «Cette personne a eu un usage contre nos règles des fichiers informatiques», précise-t-elle. Cela lui a donc côuté son travail.
Source: http://www.leparisien.fr/economie/emploi/unedic-le-chasseur-de-fraudeurs-fraudait-lui-meme-09-03-2016-5611659.php
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 10/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Jeu 10 Mar 2016, 07:21

Si cette information s' avère exacte :
"Pierre Lachaize avait une double casquette particulière à l'Unédic, l'organisme paritaire qui s'occupe de l'assurance-chômage. D'un côté, le directeur informatique dirigeait une équipe censée chasser les fraudeurs ; de l'autre, il fraudait lui-même en se faisant passer pour un demandeur d'emploi.", alors l' UNEDIC est doublement coupable.
1 Pierre Lachaize devrait être licencié (et non remercié) et poursuivi pour fraude.
2 l' employé, ayant rempli sa mission, une équipe censée chasser les fraudeurs, aurait mérité un encouragement et non un licenciement.
Au vue de ce dossier (sous réserve de résultats d' une enquête sérieuse) il semblerai que l' UNEDIC fasse le contraire de ce qu' elle est sensée faire.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Mer 23 Mar 2016, 23:41

Encore une annonce de 360 suppressions de postes dans une filiale d'IBM....

Et que l'on ne viennent pas me dire que ce n'est pas la concurrence des pays low cost qui en est la cause....

Qu'on se rassure cela n’empêchera pas IBM France de remporter des appels d'offres financés avec de l'argent public qui servira à rétribuer des salariés low cost situés dans d'autres pays...


"La direction justifie le projet par l’accélération de la migration du marché vers le cloud comptuting, qui réduit le recours aux services autour des machines et logiciels, ainsi que par la montée de la concurrence des services offshore basés dans des pays à bas coût de main d’œuvre, comme l’Inde, l’Europe de l’Est ou le Maghreb. "Chez les concurrents, l’objectif est de pousser l’offshore jusqu’à 80% des effectifs dans les services, constate Christian Bervégliéri. Chez IBM France, on est encore loin, très loin de ce taux.""


http://www.usine-digitale.fr/article/ibm-france-supprime-360-postes-dans-les-services.N384845 a écrit:
IBM France supprime 360 postes dans les services
Ridha Loukil |
Informatique,  Cloud,  Social | Publié le 23 mars 2016 à 20H15

Le groupe informatique IBM lance un plan social de 360 postes. Les suppressions d’emplois concernent l’une de ses entités de services, durement affectée par la migration vers le cloud et la concurrence de l’offshore.

Encore un plan social chez IBM France. Il a été annoncé ce 23 mars 2016 au comité central d’entreprise par la direction. Il vise la suppression de 360 postes sur un effectif total d’environ 8000 personnes en incluant les collaborateurs à statut spécial.


3 plans sociaux déjà mis en place depuis 2013

Depuis 2013, IBM France a mis en place trois plans sociaux, le dernier en 2015 ayant porté sur 250 postes. "Ces plans ont concerné l’entreprise dans son ensemble, rappelle Christian Bervégliéri, secrétaire du Comité central d’entreprise. Cette fois-ci, c’est différent. Le plan ne touche que GTS, l’une des entités services du groupe."

GTS (Global Technology Services) forme l’entité services d’IBM autour des matériels (serveurs, mainframes, etc.) et logiciels dans les entreprises clientes. Elle emploie en France près de 1700 personnes. Le nouveau plan social vise donc 21% de cet effectif.


Départs volontaires ou reclassement

La direction justifie le projet par l’accélération de la migration du marché vers le cloud comptuting, qui réduit le recours aux services autour des machines et logiciels, ainsi que par la montée de la concurrence des services offshore basés dans des pays à bas coût de main d’œuvre, comme l’Inde, l’Europe de l’Est ou le Maghreb. "Chez les concurrents, l’objectif est de pousser l’offshore jusqu’à 80% des effectifs dans les services, constate Christian Bervégliéri. Chez IBM France, on est encore loin, très loin de ce taux."

Les élus restent sur leur garde même si la direction promet de traiter le problème, autant que faire possible, par des départs volontaires et du reclassement. "L’expérience des plans précédents montre que cette voie a des limites", note l’élu du personnel, qui craint des départs forcés.


D'autres plans sociaux à venir d'ici 2017

IBM France n’aura pas fini de compresser ses effectifs. Selon l’accord triennal Gpec (Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences), il y aurait au total près de 1000 postes à supprimer entre 2015 et 2017.
Ridha Loukil
Source: http://www.usine-digitale.fr/article/ibm-france-supprime-360-postes-dans-les-services.N384845
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 700
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Jeu 24 Mar 2016, 19:22

Après triturage des chiffres, on affiche 38400 chômeurs supplémentaires, soit +1,1%, plus forte augmentation depuis septembre 2013.

Encore une victoire de la gauche, décidément c'est toujours les meilleurs.

Fort heureusement l'UNEF et l'extrême gauche manifeste contre la loi travail. Ils ont raison, ce serait dommage de changer une telle réussite.

Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14225
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Jeu 24 Mar 2016, 20:49

La lecture de cet article explicite ce qui se passe. L' analyse proposée nous éloigne des clichés.

http://mobile.francetvinfo.fr/en-image/chomage-huit-cartes-pour-comprendre-quinze-ans-d-evolution-du-marche-du-travail-en-france_1354971.html

On peut calquer ces évolutions sur les évolutions du vote des électeurs et cela devient passionnant.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Jeu 24 Mar 2016, 23:10

thierry a écrit:
Après triturage des chiffres, on affiche 38400 chômeurs supplémentaires, soit +1,1%, plus forte augmentation depuis septembre 2013.


Tout est hélas dans la dépêche de l'AFP:


"Depuis juin 2012, le nombre de chômeurs de catégorie A a augmenté de 647.400 en métropole. "


Concernant la réforme du code du travail, si celle-ci est nécessaire elle ne servira pas à grand chose si en parallèle aucune mesure n'est prise pour lutter contre les délocalisations et les travailleurs détachés tant le delta est important entre salariés de droit français et salariés de pays low cost...




https://fr.finance.yahoo.com/actualites/ch%C3%B4mage-hausse-f%C3%A9vrier-france-record-%C3%A0-3-59-170836989.html a écrit:
Le chômage atteint un nouveau record en France

Par Juliette COLLEN, Jeremy TALBOT | AFP – il y a 3 heures

Le chômage est reparti à la hausse en février pour atteindre 3,59 millions de demandeurs d'emploi sans aucune activité, soit une augmentation de 1,1% en un mois: une douche froide pour le gouvernement après la nette baisse enregistrée le mois précédent.

Ironie du calendrier, ces chiffres tombent le jour de la présentation en Conseil des ministres du projet de loi travail, une réforme que l'exécutif présente comme une réponse au chômage de masse.

En février, le nombre de demandeurs d'emploi sans activité a fortement augmenté, avec 38.400 nouveaux inscrits en métropole.

Cette hausse brutale efface largement une baisse importante d'inscrits enregistrée en janvier par Pôle emploi: 27.900 personnes de moins que fin décembre 2015. Mais les services statistiques avaient alors évoqué des événements "inhabituels et inexpliqués" qui rendaient l'interprétation de la baisse difficile.

Le bond enregistré en février, le plus fort depuis septembre 2013, s'explique "en grande partie" par le passage en catégorie A (sans aucune activité) de personnes inscrites en catégories B et C (avec activité) "les mois précédents", analyse la ministre de l'Emploi Myriam El Khomri dans un communiqué.

Avec les demandeurs d'emploi ayant exercé une petite activité, Pôle emploi recensait fin février 5,46 millions d'inscrits ("3.100) en métropole et 5,77 millions en incluant l'outre-mer, soit une hausse sur trois mois de 0,3%.

La hausse est plus spectaculaire sur un an: 3,7% en métropole et 3,6% en France entière.

Par rapport à janvier, les chiffres sont mauvais aussi bien en ce qui concerne les jeunes de moins de 25 ans ("0,5% en catégorie A) que les seniors ("0,9%).

Pour les chômeurs de longue durée, la hausse, petite activité comprise, est de "0,3% sur un mois mais surtout +8,5% sur un an.



- "échec continu" -

Ces mauvais chiffres qui font suite à "de très fortes variations d'un mois à l'autre", "invitent à intensifier l'action" du gouvernement, a commenté Mme El Khomri depuis Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

Depuis juin 2012, le nombre de chômeurs de catégorie A a augmenté de 647.400 en métropole. Mais l'année 2015 avait donné des signes d'amélioration : le chômage a connu sa plus faible hausse depuis 2010 et l'économie a créé plus de 82.000 emplois marchands, après en avoir détruit pendant trois ans.

Et malgré un climat mondial morose, la croissance française devrait retrouver du tonus en 2016, selon l'Insee qui table sur un taux de croissance de 0,4% au premier et au deuxième trimestre, grâce à un rebond de la consommation, des investissements soutenus et des exportations dynamiques.

Mais en attendant, il n'y a pas encore "suffisamment d'emplois pour enclencher la mécanique de baisse du chômage", relève Mathieu Plane, économiste à l'OFCE.

François Hollande l'a répété: l'inversion de la courbe du chômage, qu'il promettait avant fin 2013, déterminera sa candidature à un second mandat en 2017.

Jeudi, les Républicains ont fustigé "le désastre en matière d'emploi", les chiffres de février confirmant "l'échec continu" du président.

Le chef de l'État a décrété en début d'année "l'état d'urgence" contre le chômage en annonçant un vaste plan de formation pour 500.000 chômeurs supplémentaires et une nouvelle prime à l'embauche pour les TPE-PME.

L'exécutif s'est lancé dans une ultime réforme du droit du travail, avec un impact espéré sur l'emploi mais à plus long terme. Objectif: permettre aux entreprises de mieux s'adapter aux aléas de l'activité économique via des assouplissements accrus du temps de travail, et encourager l'embauche en CDI plutôt qu'en CDD.

Le projet est contesté par une partie des syndicats et des organisations de jeunes: ils étaient encore des milliers - 43.000, selon le ministère de l'Intérieur- dans les rues jeudi à réclamer son retrait, avant une journée d'action le 31 mars à l'appel de la CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, UNL et Fidl.

Mais il est aussi critiqué par le patronat lui-même, qui dénonce le retrait des mesures en faveur de l'emploi dans TPE-PME, comme le plafonnement des indemnités prud'homales. Réagissant aux chiffres, le Medef a ainsi réclamé "le retour à l'ambition initiale du projet de loi Travail" afin de "libérer la création d'emplois durables".

A l'inverse, la CGT a de nouveau réclamé son retrait et prôné une nouvelle "réduction du temps de travail" pour sortir d'une situation devenue "dramatique".
Source: https://fr.finance.yahoo.com/actualites/ch%C3%B4mage-hausse-f%C3%A9vrier-france-record-%C3%A0-3-59-170836989.html
Revenir en haut Aller en bas
matmut

avatar

Messages : 2083
Date d'inscription : 10/07/2010

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Ven 29 Avr 2016, 08:55

C'est curieux que l'on ne commente que les mauvaises nouvelles.
Aurait il échappé à a.nonymous que le taux de chômage pour le mois passé a chuté de 1,7%?
Vite vite des détails sur le tripatouillage des chiffres.Ou alors reconnaissons une sensible amélioration qui ne demande qu'à être confirmée dans les mois qui vont suivre
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13859
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Ven 29 Avr 2016, 09:12

matmut a écrit:
C'est curieux que l'on ne commente que les mauvaises nouvelles.
Aurait il échappé à a.nonymous que le taux de chômage pour le mois passé a chuté de 1,7%?
Vite vite des détails sur le tripatouillage des chiffres.Ou alors reconnaissons une sensible amélioration qui ne demande qu'à être confirmée dans les mois qui vont suivre


Pour me réjouir j'attends d'en constater les effets... dans ma situation personnelle.
A ce jour dans mon entourage qui est très diversifié, l'optimisme n'est pas de mise et personne ne voit le bout du tunnel.
Comme le gouvernement ne ment pas ... ceux qui ne voient pas d'amélioration sont sans aucun doute des "non comprenant" ! ou d'affreux réacs désireux de nuire au génie méconnu qui nous dirige.
On se demande comment avec un super président assisté d'un staff de qualité on peut avoir quelques irréductibles malfaisants qui manifestent...

Tout va bien, situation sous contrôle, dormez braves gens !


Dernière édition par tonton christobal le Ven 29 Avr 2016, 14:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 700
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Ven 29 Avr 2016, 11:55

Baisse du chômage...

Mais hausse historique des radiations +2,3%

et hausse des cessations pour non actualisation +8,3%.

Hé ho la com !
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Ven 29 Avr 2016, 15:50

matmut a écrit:
---/---
Aurait il échappé à a.nonymous que le taux de chômage pour le mois passé a chuté de 1,7%?
---/---


Les chiffres du chômage ne m'ont pas échappé sachant que ce n'est pas "le chômage" qui à chuté de 1,7% mais le nombre de chômeurs inscrits en catégorie A....


http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/04/26/forte-baisse-du-chomage-en-mars_4909148_3234.html a écrit:
Baisse du chômage en mars : un bon résultat qui reste à consolider

LE MONDE | 26.04.2016 à 18h03 • Mis à jour le 27.04.2016 à 11h37 | Par Bertrand Bissuel

François Hollande dispose d’un argument supplémentaire pour soutenir que « ça va mieux », comme il le fit, le 14 avril, dans l’émission « Dialogues citoyens », sur France 2. S’il est encore trop tôt pour parler d’inversion de la courbe du chômage, les chiffres publiés, mardi 26 avril, par le ministère du travail et Pôle emploi constituent indéniablement une bonne nouvelle, une divine surprise même, de nature à conforter l’optimisme du chef de l’Etat. En mars, le nombre de demandeurs d’emploi sans aucune activité (catégorie A) a baissé de 60 000 (soit -1,7 % par rapport à février) en métropole pour s’établir à 3,531 millions. Un reflux d’une telle ampleur ne s’était jamais produit depuis le début du quinquennat. Plus loin, même : il faut remonter à septembre 2000 pour retrouver une diminution aussi marquée en valeur absolue – et à avril 2006, si l’on raisonne en pourcentage, d’après la direction chargée des études au ministère de l’emploi (Dares).

Plusieurs indicateurs révèlent que cette évolution profite quasiment à l’ensemble des personnes inscrites à Pôle emploi. Ainsi, le nombre de chômeurs de moins de 25 ans sans aucune activité recule de 1,7 % en mars dans l’Hexagone (–6,4 % en un an). Même chose pour les autres tranches d’âge, en particulier pour les personnes de plus de 50 ans (– 1 %), ce qui est suffisamment rare – depuis plusieurs années – pour être signalé ; toutefois, les effectifs de seniors émargeant à Pôle emploi sont plus étoffés aujourd’hui qu’il y a un an (de 6,5 %).



Le coup d’arrêt au chômage de longue durée

Autre statistique qui retient l’attention : le coup d’arrêt au chômage de longue durée. Après des mois de progression ininterrompue, le nombre de personnes à la recherche d’un poste depuis au moins un an est resté stable, en mars (dans les catégories A, B et C) et a même très légèrement reflué si l’on prend en compte les outre-mer (– 0,1 %).

Si l’on interprète les données sur un trimestre et non pas au mois le mois, comme le préconise la Dares, le constat est plutôt encourageant : il y a près de 50 000 chômeurs en moins (relevant de la catégorie A, dans l’Hexagone) depuis le début de l’année. « Il s’agit de la première baisse trimestrielle significative depuis le dernier épisode de reprise de 2010-2011 », a souligné, mardi, la ministre du travail, Myriam El Khomri. Elle fait suite à une série de variations en dents de scie, plus ou moins fortes, enclenchée à la fin du printemps 2015.

« L’inflexion de la trajectoire est perceptible », commente l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) dans une note mise en ligne, mardi, sur son site Internet. Sur un an, la hausse du nombre d’inscrits à Pôle emploi en catégorie A est de 17 000 personnes (contre +164 000 entre mars 2014 et mars 2015), rappelle l’OFCE. « Le chiffre de - 60 000 n’est, en lui-même, pas très intéressant, compte tenu de la volatilité des statistiques de Pôle emploi mais il montre que l’augmentation du chômage a cessé, après une tendance à la stabilisation qui se dessinait depuis 2015 », complète l’économiste Bertrand Martinot, auteur de Pour en finir avec le chômage (Pluriel, 2015) et conseiller social de Nicolas Sarkozy à l’Elysée (de 2007 à 2008).



Ne pas crier victoire trope vite

Faut-il y voir un retournement de tendance ? « C’est prématuré de l’affirmer, enchaîne Yannick L’Horty, professeur à l’université Paris-Est-Marne-la-Vallée. Mais le contexte a changé : nous ne sommes plus dans le phénomène continu, régulier, de dégradation du marché du travail qui s’était enclenché au printemps 2008. Si l’inversion de la courbe du chômage devait se produire, elle serait précédée d’une succession de mouvements erratiques, à l’image de ceux que l’on observe sur le premier trimestre 2016. »

Un élément, au moins, invite à ne pas crier victoire dès à présent. Le nombre de demandeurs d’emploi ayant exercé une activité réduite, le mois dernier, s’est accru : de 2 % pour les personnes ayant effectué moins de 78 heures (catégorie B) et de 3,2 % pour celles qui ont travaillé plus de 78 heures (catégorie C). Si l’on tient compte d’eux dans l’analyse, l’embellie observée en mars est beaucoup moins spectaculaire : -0,2 % pour l’ensemble des catégories A, B, C, (soit 8 700 personnes en moins en un mois).

Ces évolutions divergentes (entre la catégorie A et les catégories B et C) peuvent laisser supposer que des personnes, déjà inscrites à Pôle emploi en février, ont été comptabilisés dans une case différente en mars : sans aucune activité le premier mois, elles en auraient retrouvé une le mois d’après, en CDD ou en intérim, tout en continuant à se déclarer à la recherche d’un poste. Ces mouvements de bascule se sont déjà produits dans le passé (dans le sens inverse, aussi, du reste). Ils pourraient être la résultante – entre autres – du rebond de l’intérim (+5,9 % en mars contre +4,3 % en février, selon le baromètre mensuel Prism’emploi publié mardi). « Il y a des transferts importants de demandeurs d’emploi entre les catégories A, B et C qui prouvent que le marché du travail redémarre, en créant beaucoup de contrats courts », estime Bertrand Martinot.

Quant aux facteurs expliquant cette amélioration, « il faut rester très prudent », insiste Yannick L’Horty. D’après lui, « le pacte de responsabilité a pu jouer un rôle, en abaissant les prélèvements pesant sur les entreprises, mais la reprise de la croissance doit aussi être mise en avant, tout comme les mesures de court terme mises en place par le gouvernement » (contrats aidés, coup de pouce financier pour les employeurs qui embauchent…). En revanche, ajoute-t-il, il est trop tôt pour déceler un effet du plan de 500 000 formations supplémentaires en faveur des chômeurs, annoncé au début de l’année et dont la mise en œuvre a débuté dans la plupart des régions.

Bertrand Bissuel
Journaliste au Monde
Source: http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/04/26/forte-baisse-du-chomage-en-mars_4909148_3234.html
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 2995
Date d'inscription : 07/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Ven 29 Avr 2016, 16:10

Revenir en haut Aller en bas
matmut

avatar

Messages : 2083
Date d'inscription : 10/07/2010

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Ven 29 Avr 2016, 18:59

Eh oui "vieux breton" vous confirmez la reprise d'emploi(+1,4%) ce dont personne ne peut se plaindre.
Et les entrées en stage(+9,3%), ne créent ils pas les emplois de demain?
Pour les radiations(+8,3%) vous ne pouvez que vous réjouir vous et vos amis de l'UMP qui n'avez cessez de fustiger le laxisme du gouvernement vis a vis de tous ceux qui n'ont pas envie de travailler.
Mais si vraiment l'on a besoin de se défouler sur le gouvernement allons voir les spécialistes de la nuit debout.
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 2995
Date d'inscription : 07/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Ven 29 Avr 2016, 19:10

matmut a écrit:

Eh oui "vieux breton" vous confirmez la reprise d'emploi(+1,4%) ce dont personne ne peut se plaindre.
Et les entrées en stage(+9,3%), ne créent ils pas les emplois de demain?
Pour les radiations(+8,3%) vous ne pouvez que vous réjouir vous et vos amis de l'UMP qui n'avez cessez de fustiger le laxisme du gouvernement vis a vis de tous ceux qui n'ont pas envie de travailler.
Mais si vraiment l'on a besoin de se défouler sur le gouvernement allons voir les spécialistes de la nuit debout.

Vous ne me connaissez pas, alors abstenez vous de me juger et de m'attribuer des amis que je n'ai pas, j'ai donné une information, après vous en faite ce que vous voulez.

De plus, je ne me réjouie pas du tout de voir 8.3% de personne radié de pole emploi, quand au stage de formation ils sont rarement attractif et ne débouche que très rarement sur un CDI ou sur une embauche en CDD. Vous connaissez vraiment très mal le monde du chômage pour parler ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 2968
Date d'inscription : 08/01/2012

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Ven 29 Avr 2016, 19:52

Fortes : baisse (en janvier) hausse (en février) baisse (en mars) du chômage. On va attendre un peu pour voir l'évolution sur plus longue période.
En tout cas,
. En 2012, Hollande avait annoncé seulement 2 ans d'efforts
. Il a commencé par fortement relever les impôts, puis 18 mois plus tard, devant le désastre, a fait l'inverse (CICE, Pacte de responsabilité). Au mieux, on a maintenant l'amélioration qui aurait pu avoir lieu il y a deux ou trois ans. Amélioration qui a eu lieu chez nos voisins européens.
. La moitié de la gauche n'a toujours pas compris que surcharger d'impôts les entreprises les fait disparaître, et les emplois avec. L'alternative est de porter l'effort sur les dépenses publiques, et ça... ce n'est pas de gauche.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13859
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Ven 29 Avr 2016, 20:22

Les gens de gauche pensent qu'une entreprise fonctionne avec des subventions... alors que c'est avec des clients qu'elle fonctionne.
On peut décréter de donner ou de retirer des aides, subventions ou impôts... pour ce qu'il en est des clients à faire venir ou revenir c'est une autre affaire.
Une telle évidence n'est pas à la portée de nos actuels dirigeants... il suffit de lire leur CV pour comprendre que travailler réellement dans une entreprise leur est étranger.

NB si en plus l'administration locale est la mère nourricière d'une partie de la famille on comprend qu'il faut garantir l'avenir...

POur ce qu'il en est des stages bidons et des emplois d'état sans débouché : TUC, emplois jeunes et autres attrape couillons on connait leur inutilité dès que les élections sont passées.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Jeu 19 Mai 2016, 12:52

"Au terme du premier trimestre, le taux de chômage en France s’est stabilisé à 9,9 % de la population active en métropole et à 10,2 % lorsque l’on englobe l’Outre-mer, a annoncé, jeudi 19 mai, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).

Cela correspond à 2,845 millions de personnes en recherche d’emploi en métropole, un nombre stable par rapport au niveau de la fin de l’année 2015 (9,9 %), évalue l’institut. Parmi eux, 1,2 million sont des chômeurs de longue durée, qui déclarent chercher un emploi depuis au moins un an. Ceux-ci représentent 4,3 % de la population active, en hausse de 0,1 point sur un trimestre et sur un an."




http://www.lemonde.fr/emploi/article/2016/05/19/le-taux-de-chomage-reste-superieur-a-10-en-france_4922254_1698637.html a écrit:
Le taux de chômage reste supérieur à 10 % en France

LE MONDE | 19.05.2016 à 10h36

Au terme du premier trimestre, le taux de chômage en France s’est stabilisé à 9,9 % de la population active en métropole et à 10,2 % lorsque l’on englobe l’Outre-mer, a annoncé, jeudi 19 mai, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).

Cela correspond à 2,845 millions de personnes en recherche d’emploi en métropole, un nombre stable par rapport au niveau de la fin de l’année 2015 (9,9 %), évalue l’institut. Parmi eux, 1,2 million sont des chômeurs de longue durée, qui déclarent chercher un emploi depuis au moins un an. Ceux-ci représentent 4,3 % de la population active, en hausse de 0,1 point sur un trimestre et sur un an.



Hausse du chômage chez les 15-24 ans

Au premier trimestre, seule la situation des personnes de plus de 50 ans s’est améliorée : le taux de chômage pour cette catégorie s’est replié de 0,2 point à 6,5 %. Sur un an, leur situation est stable.

Ce n’est pas le cas pour les jeunes : le taux de chômage a grimpé de 0,3 point, à 24,2 %. Sur un an, leur situation s’est dégradée de 0,1 point. Cela correspond à 1,651 million de jeunes au chômage en France métropolitaine.

Chez les 25-49 ans, le chômage augmente également de 0,1 point entre le dernier trimestre 2015 et le premier trimestre 2016, à 9,3 %. Mais il s’est replié de 0,2 point sur un an.

Toutes catégories confondues, la stabilisation observée au premier trimestre cache toutefois une hausse de ce que l’Insee appelle le « halo autour du chômage » : il s’agit des personnes souhaitant travailler, mais qui ne sont pas comptabilisées parce qu’elles ne cherchent pas activement ou ne sont pas disponibles immédiatement.

Elles étaient 1,4 million au début de 2016, un nombre en hausse de 39 000 sur le trimestre. Leur nombre baisse toutefois sur un an, de 26 000 personnes.



Les chiffres de Pôle emploi bien plus élevés

Par ailleurs, le nombre de personnes en sous-emploi, c’est-à-dire qui souhaiteraient travailler davantage, poursuit sa baisse, s’établissant à 6,4 % (– 0,1 point).

L’Insee a également révisé les taux des deux trimestres précédents : à la hausse pour le troisième trimestre 2015, qui passe à 10,2 % en métropole (+ 0,1 point), et à la baisse pour le quatrième trimestre, qui passe à 9,9 % (– 0,1 point).

Ces évolutions sont toutefois à analyser avec prudence, car elles se situent dans la marge d’erreur de l’indicateur (+ ou – 0,3 point).

Par ailleurs, il faut noter que l’Insee ne comptabilise pas les chômeurs de la même façon que Pôle emploi. L’organisme public fait état du nombre de personnes inscrites chez lui en fin de mois. L’indicateur de l’Insee, le seul reconnu à l’international, est, lui, issu de sondages : il compte les personnes de 15 ans ou plus, sans emploi et disponibles pour prendre un emploi dans les quinze jours, ou ayant cherché activement un emploi dans le mois précédent, ou qui en aurait trouvé un commençant dans moins de trois mois.

Pôle emploi estime que le nombre de chômeurs a baissé sensiblement, de 49 500 personnes (– 1,4 %) en métropole au premier trimestre. Malgré tout, l’opérateur comptabilisait toujours, en cumulé, beaucoup plus de chômeurs : 3,53 millions.
Source: http://www.lemonde.fr/emploi/article/2016/05/19/le-taux-de-chomage-reste-superieur-a-10-en-france_4922254_1698637.html
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 2968
Date d'inscription : 08/01/2012

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Jeu 19 Mai 2016, 14:21

Augmentation du nombre de chômeurs : le mentir vrai selon François Hollande

Citation :
Interrogé mardi 17 mai au matin sur Europe 1, François Hollande a tenté une comparaison de l’augmentation du nombre de chômeurs sous Nicolas Sarkozy et sous son propre mandat en affirmant :
« Sous mon prédécesseur, le chômage a augmenté d’un million. Depuis 2012, de 600 000. »

Oui, le chômage a bien concerné un peu plus d’un million de personnes supplémentaires sous le mandat de Nicolas Sarkozy. Ils ont été 1 129 800 de plus pour être précis. Mais il s’agit du chiffre comportant toutes les catégories de chômeurs confondues (A, B et C).

François Hollande, lui, évoque « 600 000 » chômeurs supplémentaires depuis son élection. Ce qui est exact… pour la seule catégorie A (608 200 chômeurs supplémentaires, précisément).

Si on compte les mêmes catégories que pour M. Sarkozy, (A, B et C), on compte déjà 1 095 500 chômeurs depuis 2012… Bien loin des 600 000 dont le chef de l’Etat se félicitait au micro d’Europe 1.

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/05/17/augmentation-du-nombre-de-chomeurs-l-erreur-de-calcul-de-francois-hollande_4920780_4355770.html

La campagne électorale s'annonce très chargée, pour les détecteurs de mensonges.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13859
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Jeu 19 Mai 2016, 17:21

http://lemediascope.fr/pour-hollande-le-mensonge-est-une-pratique-normale-claude-allegre/
L’ancien ministre de Lionel Jospin, Claude Allègre estime dans un entretien à France Soir, à propos du candidat PS François Hollande, qu’il considère « le mensonge est une pratique normale en politique ».
Claude Allègre : « L’une des caractéristiques de François Hollande ( homme très intelligent par ailleurs) c’est, en effet, de considérer que le mensonge est une pratique normale en politique. On le voit dans cette vidéo. Je vous donne un autre exemple, mais il y en a plein.
Il poursuit « En 2006, Hollande nous a littéralement baladés, Daniel Vaillant et moi, en venant nous dire formellement, lors d’une conversation discrète à Saint-Germain-des-Prés, qu’il allait faire appel à Jospin pour 2007. Vous connaissez Jospin, quel homme « rigide » il peut être ».
Claude Allègre ajoute : (Jospin) avait été formel ++ Compte tenu de ma déclaration de 2002, je n’irai que si on fait appel à moi ++. Or jamais Hollande n’est allé voir Jospin. Il a, au contraire, lancé Ségolène avec le ferme espoir d’être lui-même en 2007 « le » candidat à l’arrivée.
Et de conclure « Il a toujours fait comme ça. C’est un manœuvrier. Intelligent et fin, je le répète, mais foncièrement manoeuvrier. » précise l’ancien ministre.

http://www.jeanmarcmorandini.com/article-275029-claude-allegre-pour-hollande-le-mensonge-est-une-pratique-normale-en-politique.html
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13859
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Sam 21 Mai 2016, 05:14

En Allemagne, des hausses de salaires pour 785.000 salariés du BTP
Par latribune.fr  |  18/05/2016, 9:19  |  401  mots
Outre Rhin, de nombreux secteurs sont victimes d'une pénurie de main d'œuvre ce qui place les syndicats en position de force dans les négociation alors que l'économie profite d'une dynamique portée par la demande intérieure. (Crédits : © Fabrizio Bensch / Reuters) La fédération patronale du secteur, ZDB, et le syndicat IG BAU ont annoncé s'être entendus sur une hausse des salaires en deux temps. Elle sera de 4,6% sur 22 mois pour les salariés à l'Ouest du pays (ex-RFA), et de 5,3% à l'Est.
Vers une nouvelle année de solide hausse des salaires Outre Rhin. Les 785.000 salariés allemands du BTP vont voir leurs émoluments grimper d'environ 5% sur deux ans, selon les termes d'un accord entre les partenaires sociaux trouvé mercredi.
Un accord différent entre Est et Ouest
La fédération patronale du secteur, ZDB, et le syndicat IG BAU ont annoncé s'être entendus sur une hausse des salaires en deux temps de 4,6% sur 22 mois pour les salariés à l'Ouest du pays (ex-RFA), et de 5,3% à l'Est. Les accords de branche, piliers du modèle salarial allemand, distinguent encore souvent l'Est et l'Ouest, les salaires dans l'ex-RDA ayant besoin d'un coup de pouce supplémentaire.
L'accord dans le bâtiment, trouvé à l'aube après une nuit de négociations, arrive quelques jours après celui dans la métallurgie, qui concerne 3,8 millions de personnes et prévoit une augmentation de 4,8% des salaires d'ici fin 2017, là aussi en deux temps. Le résultat obtenu par les métallos donne en général le ton pour les autres secteurs de l'économie.
Bon démarrage pour l'économie allemande
Ces accords laissent présager une nouvelle année de solide hausse des salaires réels dans la première économie européenne. Car même si elle est diluée sur deux ans, cette augmentation reste largement supérieure à l'inflation, qui était négative (-0,1% sur un an) en avril, selon l'Office fédéral des statistiques Destatis. L'an passé, profitant notamment de la mise en place du salaire minimum, les salaires réels ont cru de 2,6%, soit la plus forte hausse depuis 2008.
Outre Rhin, de nombreux secteurs sont victimes d'une pénurie de main d'œuvre, ce qui place les syndicats en position de force dans les négociations alors que l'économie profite d'une dynamique portée par la demande intérieure.
En janvier, la production industrielle allemande a connu une croissance inédite qui a, par la suite, été corrigée, mais qui explique une grande partie de la progression du PIB. Le PIB allemand a ainsi progressé de 0,7% entre janvier et mars, selon les derniers chiffres de Destatis. Sur un an, la hausse est de 1,6% en données corrigées des variations saisonnières.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Jeu 26 Mai 2016, 00:59

Yeah !

Tels quels et bruts de décoffrage ces chiffres sont encourageants et ils devraient donner espoir à tous ceux qui galèrent pour trouver ou retrouver un emploi...

Après il faut voir ce que sont devenus ceux qui sont sortis du chômage: CDI, CDD, temps complet, temps partiel, formation, retraite, ....


"Ainsi, les inscrits à Pôle emploi de moins de 25 ans (catégorie A, en métropole) voient leurs effectifs baisser de 1 % en avril. Idem pour les personnes âgées de 25 à 49 ans (-0,6 % sur un mois) et pour les seniors (- 0,3 %) - à ceci près que pour ces derniers, leur nombre reste malgré tout plus important qu’il y a un an.

Fait qui mérite d’être souligné : le nombre de chômeurs de longue durée (un an et plus) recule de 0,7 % mais il se maintient à des niveaux élevés (près de 2,466 millions en métropole). Et leur part dans les effectifs totaux de Pôle emploi continue de s’accroître, pour se situer à 45,7 %."



http://www.lemonde.fr/politique/article/2016/05/25/nouvelle-baisse-du-chomage-en-avril-en-france_4926434_823448.html a écrit:
Nouvelle baisse du chômage en avril en France

LE MONDE | 25.05.2016 à 18h01 • Mis à jour le 25.05.2016 à 22h35 | Par Bertrand Bissuel

Voilà une nouvelle fournée de chiffres qui va conforter François Hollande dans son idée que « ça va mieux ». En avril, le nombre de demandeurs d’emploi sans aucune activité (catégorie A) a baissé de 19 900 (-0,6 %) en métropole, pour atteindre 3,511 millions, selon les statistiques publiées, mercredi 25 mai, par le ministère du travail et par Pôle emploi.

C’est la première fois, depuis le début du quinquennat du président de la République, que cet indicateur recule deux mois de suite puisqu’en mars, déjà, une diminution significative avait été relevée (- 60 000). Il faut remonter au premier trimestre 2011 pour retrouver la trace d’un reflux sur deux mois.

Cette tendance doit toutefois être relativisée car le nombre de demandeurs d’emploi, qui n’ont pas mis à jour leur dossier, « a enregistré une hausse inhabituellement forte », le mois dernier, comme le souligne la Dares (la direction chargée des études au ministère du travail).

Le phénomène a eu pour effet de faire diminuer le nombre de demandeurs d’emploi. Pour autant, cela « ne remet pas en cause la baisse du nombre d’inscrits depuis le début de l’année », estime la ministre du travail, Myriam El Khomri.



Recul dans toutes les tranches d’âge

Toutes les tranches d’âge sont concernées. Ainsi, les inscrits à Pôle emploi de moins de 25 ans (catégorie A, en métropole) voient leurs effectifs baisser de 1 % en avril. Idem pour les personnes âgées de 25 à 49 ans (-0,6 % sur un mois) et pour les seniors (- 0,3 %) - à ceci près que pour ces derniers, leur nombre reste malgré tout plus important qu’il y a un an.

Fait qui mérite d’être souligné : le nombre de chômeurs de longue durée (un an et plus) recule de 0,7 % mais il se maintient à des niveaux élevés (près de 2,466 millions en métropole). Et leur part dans les effectifs totaux de Pôle emploi continue de s’accroître, pour se situer à 45,7 %.

Autre évolution à signaler : les personnes à la recherche d’un poste, qui occupaient déjà un emploi (catégories B et C), a également baissé en avril (- 37 200). En mars, la situation avait été différente. La courbe de la catégorie A avait fléchi mais celle des B et C, en revanche, s’était orientée vers une hausse.

Ces évolutions divergentes ­ (entre la catégorie A et les catégories B et C) avaient alors laissé supposer que des personnes, déjà inscrites à Pôle emploi en février, avaient été comptabilisées dans une case différente en mars : sans aucune activité le premier mois, elles en avaient retrouvé une le mois d’après, en CDD ou en intérim, tout en continuant à se déclarer à la recherche d’un poste. Des mouvements de vases communicants qui ne se sont pas produits, ou alors avec une ampleur moindre, en avril

   Bertrand Bissuel
   Journaliste au Monde
SOurce: http://www.lemonde.fr/politique/article/2016/05/25/nouvelle-baisse-du-chomage-en-avril-en-france_4926434_823448.html
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13859
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Mer 01 Juin 2016, 20:36

Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Ven 24 Juin 2016, 18:24

François Hollande n'est pas contrairement à ce qu'il avait annoncé un "président ordinaire"... Il est et restera le "président du chômage"...


"la Dares tient à rappeler que la hausse du nombre de demandeurs d’emplois en mai tient au retour des personnes qui avaient été rayées des listes pour ne pas avoir mis à jour leur dossier."


http://www.lemonde.fr/emploi/article/2016/06/24/en-france-le-chomage-repart-a-la-hausse-en-mai_4957767_1698637.html a écrit:
En France, le chômage est reparti à la hausse en mai

LE MONDE | 24.06.2016 à 18h00 • Mis à jour le 24.06.2016 à 18h01 | Par Sarah Belouezzane

Après deux mois de baisse consécutive, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A en métropole, c’est-à-dire ceux qui ne disposent d’aucune activité, a légèrement augmenté en mai selon les chiffres publiés vendredi 24 juin par le ministère du travail. Les inscrits à Pôle emploi ont atteint le nombre de 3 520 millions contre 3 511 millions au mois d’avril soit une hausse de 0,3 % (+ 9 200 personnes).

Alors qu’il était en recul, le chômage des moins de 25 ans connaît lui aussi une légère hausse de 0,9 %. Au total, le nombre de demandeurs d’emplois qui n’ont pas travaillé durant le mois écoulé, ou qui ont uniquement exercé une activité réduite (A, B et C), s’est élevé à 5 428 millions personnes, soit une augmentation de 0,6 %. En comptant les départements d’Outre mer, le chiffre grimpe à 5 726 millions.

L’embellie tant espérée par le gouvernement est-elle finie pour autant ? Non, veut croire le ministère du travail qui rappelle dans un communiqué que les chiffres sont meilleurs lorsqu’on regarde les trois derniers mois. Ainsi le nombre de demandeurs d’emplois n’ayant exercé aucune activité ce dernier trimestre a baissé de 2 % (- 70 700).

« Cette baisse témoigne également d’une amélioration en profondeur de la situation sur le marché du travail qui concerne toutes les classes d’âge sur les trois derniers mois et qui se manifeste également par une diminution du nombre de demandeurs d’emploi de longue durée (-33 300 sur les trois derniers mois) », indique la rue de Grenelle dans un communiqué.

De son côté, la Dares tient à rappeler que la hausse du nombre de demandeurs d’emplois en mai tient au retour des personnes qui avaient été rayées des listes pour ne pas avoir mis à jour leur dossier.

Sur la même ligne que le gouvernement, l’Insee a publié le 16 juin une note de conjoncture optimiste. Selon l’institution, la politique économique du gouvernement (crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi, pacte de responsabilité, prime à l’embauche dans les PME…) devrait notamment permettre la création de 95 000 emplois en 2016, après 80 000 un an plus tôt. Le taux de chômage passerait de 10,2 % (9,9 % en métropole), fin mars, à 9,8 % (9,5 % en métropole), en fin d’année.

Sarah Belouezzane
Journaliste High Tech-Telecoms au Monde
Source: http://www.lemonde.fr/emploi/article/2016/06/24/en-france-le-chomage-repart-a-la-hausse-en-mai_4957767_1698637.html
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13859
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Sam 25 Juin 2016, 06:29

IL ne reste plus qu'à mettre eu point une nouvelle méthode pour faire les statistiques concernant le chômage en espérant ainsi le faire "baisser".

Comment fonctionne la désinformation : sachant que toutes le techniques sont bonnes pour faire de la démagogie, endormir l'opinion publique et conserver le pouvoir :
-Nier les faits
-Discréditer celui ou ceux voire l'organe de presse qui évoquent le problème.
-Si les deux subterfuges précédents échouent il faut minimiser la réalité c'est la banalisation.
-Employer l'escamotage : dissimuler l'info derrière un rideau de fumée en s'agitant sur un autre dossier de manière à la faire oublier.
-Si possible (ça peut fonctionner) faire porter le chapeau à autrui de préférence à celui qui était en poste "avant". C'est la technique de l'héritage... inconvénient avec le temps passé c'est souvent peu crédible.

Enfin lorsque tous les tripatouillages sont arrivés en bout de course on va employer la solution ultime : changer les règles de calcul de manière à supprimer les repères, on embrouille l'électeur, en cadrant bien l'info et les moyens de la diffuser on peut faire illusion.


Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Mar 28 Juin 2016, 13:12

Alors que depuis que le président "socialiste" François Hollande et ces ministres "socialistes" et écologistes sont aux affaires le nombre de chômeurs de catégorie A est passé de 2,9 millions à 3,5 millions, ces chômeurs ont aujourd'hui la confirmation que leurs indemnités ne seront pas revues au 1er juillet....

On a des députés qui s'occupent du bien-être des baudets mais pas du niveau de vie des chômeurs qui doivent faire face aux différentes augmentations du coût de la vie comme  par exemple à Fontenay l'augmentation de la taxe foncière...



http://www.lexpress.fr/emploi/allocation-chomage-pas-de-revalorisation-au-1er-juillet_1806790.html a écrit:
Allocation chômage: pas de revalorisation au 1er juillet

Par LEXPRESS.fr avec AFP , publié le 28/06/2016 à 09:54 , mis à jour à 11:05

Contrairement aux années passées, les allocations chômage ne seront pas revues à la hausse au 1er juillet. De quoi décevoir les 2,55 millions de demandeurs d'emploi concernés.

L'allocation minimale (28,67 euros par jour actuellement) et la partie fixe des allocations (11,76 euros par jour, auxquels s'ajoutent 40,4% de l'ancien salaire brut) sont traditionnellement revalorisées au 1er juillet de chaque année. Elles l'avaient été de 0,3% en 2015, de 0,7% en 2014 et de 0,6% en 2013.

Mauvaise nouvelle pour les chômeurs. Il n'y aura "pas de revalorisation pour le 1er juillet", a annoncé à l'AFP Michel Beaugas, qui siège au CA pour Force ouvrière, une information confirmée par les représentants de la CGT et de la CFTC. Lundi, lors du CA de l'Unédic, les syndicats ont réclamé unanimement une revalorisation de 0,5%, tandis que le patronat proposait de ne pas augmenter les allocations, selon les trois sources.

Ces deux propositions ont été soumises au vote: elle ont, toutes deux, récolté "25 voix pour" et "25 voix contre" et n'ont donc "pas été adoptées", a indiqué Michel Beaugas. "La décision est remise à une séance ultérieure", a-t-il ajouté.



2,55 millions de demandeurs d'emploi concernés

"Le patronat pousse le vice jusque-là, avec le culot de trouver comme excuse que le déficit est grandissant alors qu'il a fait échouer les négociations qui devaient le réduire", a fustigé Eric Courpotin, de la CFTC.

La renégociation des règles d'assurance chômage a échoué à la mi-juin, après le refus catégorique du patronat de moduler ses cotisations pour renchérir les contrats courts. Le gouvernement a immédiatement repris le dossier en main et a prolongé l'actuelle convention au-delà de son échéance initialement fixée au 1er juillet.

De son côté, la CGT a dénoncé dans un communiqué "l'insupportable veto du Medef et de ses acolytes". Le syndicat avait d'abord proposé une revalorisation de 5%, avant de se rallier aux autres syndicats (+0,5%) "pour permettre une augmentation minimale".

Fin mars, 2,55 millions de demandeurs d'emploi percevaient une allocation chômage en métropole, soit 41,5% de l'ensemble des inscrits à Pôle emploi toutes catégories confondues.
Source: http://www.lexpress.fr/emploi/allocation-chomage-pas-de-revalorisation-au-1er-juillet_1806790.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Ven 15 Juil 2016, 11:09

Reste a savoir combien de ces postes ont été ou seront compensés par des créations de postes dans les chaînes privées....


"Selon la CGT, avec ce nouveau plan d'économies, ajouté à celui du précédent COM (2012-2015), la baisse d'effectifs dans le groupe entre 2012 et 2020 s'élèverait à 1.250 équivalents temps plein, soit 12,5% des effectifs."


http://finance.orange.fr/actualite-eco/article/france-televisions-prevoit-un-plan-d-economies-avec-500-postes-supprimes-d-ici-a-2020-CNT000000re90A.html a écrit:
France Télévisions prévoit un plan d'économies avec 500 postes supprimés d'ici à 2020

AFP, publié le mercredi 13 juillet 2016 à 18h55

Audiovisuel: France Télévisions prévoit la suppression nette de 500 postes d'ici à 2020, annonce le groupe public

France Télévisions a annoncé mercredi qu'il prévoyait une suppression nette de 500 postes sur la période 2016-2020, dans le cadre d'un nouveau plan d'économies comprenant le non-remplacement d'un départ à la retraite sur deux.

Le groupe, en déficit en 2014 et en 2015, a indiqué avoir présenté un plan stratégique dans le cadre de la discussion sur son contrat d'objectifs et de moyens (COM) 2016-2020, approuvé par l'État, notamment "dans les domaines de la création, de l'information et du développement numérique".

"Cet arbitrage permet le retour à l'équilibre, tous les ans, du résultat d'exploitation et du résultat net de France Télévisions jusqu'en 2020. Il garantit l'équilibre social et financier de l'entreprise", selon le groupe. "La solution retenue passe par un plan d'économies structurel et de nouvelles ressources publiques ainsi que de nouvelles ressources commerciales notamment le parrainage", poursuit France Télévisions.

Les économies, qui "amèneraient au non-remplacement d'un départ à la retraite sur deux", soit 500 non-remplacements sur 1.000 départs prévus, "prennent en compte la pyramide des âges de l'entreprise et l'évolution de ses activités avec l'arrivée du numérique".

"Cet objectif de maîtrise des effectifs permettra néanmoins le recrutement d'environ 500 personnes sur les prochaines années", souligne le groupe. France Télévisions employait en 2015 environ 9.750 équivalents temps plein.

Selon un communiqué de la CGT du groupe, le plan d'économies s'élève à 70 millions d'euros, "dont 50 millions sur la masse salariale via le non-remplacement de 500 départs à la retraite, soit un sur deux".

Selon la CGT, avec ce nouveau plan d'économies, ajouté à celui du précédent COM (2012-2015), la baisse d'effectifs dans le groupe entre 2012 et 2020 s'élèverait à 1.250 équivalents temps plein, soit 12,5% des effectifs.

Ce projet de COM doit encore être approuvé en conseil d'administration, transmis au Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), et obtenir l'aval du Parlement.
Source: http://finance.orange.fr/actualite-eco/article/france-televisions-prevoit-un-plan-d-economies-avec-500-postes-supprimes-d-ici-a-2020-CNT000000re90A.html
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3441
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Ven 15 Juil 2016, 13:43

très mal partie l'inversion de la courbe du chômage!

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Ven 22 Juil 2016, 18:20

Alors que le toquard est aux affaires depuis plus de quatre ans, Intel va supprimé 80% de ses effectifs dans notre pays soit 750 emplois...

Ce qui  n'empêchera pas bien sûr les français de continuer à acheter majoritairement des ordinateurs équipés de processeurs Intel puisqu'il n'ont guère d'autre choix...

Les propos du délégué syndical CFE-CGC (cadres) devraient nous donner à réfléchir sur toutes les mesures en faveur de l'emploi qui nous sont serinées sachant toutefois que le CICE ne s'applique qu'aux salaires inférieurs à 2,5 SMIC et qu'il n'est donc sûrement pas applicable à l'ensemble des ingénieurs R&D d'Intel... A ce sujet voir sur ce forum: http://www.plateaufontenay.net/t1352-credit-d-impot-pour-la-competitivite-et-l-emploi-cice


« En France, nous avons la crème de la crème des ingénieurs. Grâce aux subventions de l’Etat et [au] crédit impôt recherche, nos ingénieurs ont le coût salarial le plus faible de tout l’Occident. Intel se cache derrière un discours et un dispositif rôdés. Les chiffres et l’incohérence des justifications stratégiques sont là. Nous savons déjà qu’Intel transfère la R&D et ses savoir-faire français à l’étranger. »


Toquard ? J'aurais pu tout aussi bien écrire tocard...


http://www.lemonde.fr/entreprises/article/2016/07/22/les-salaries-des-sites-francais-d-intel-sous-le-choc_4973551_1656994.html a écrit:
Les salariés des sites français d’Intel sous le choc

LE MONDE ECONOMIE | 22.07.2016 à 17h04 | Par Zeliha Chaffin

L’annonce a fait l’effet d’une bombe. Mi-avril, le groupe informatique américain avait annoncé un vaste plan de licenciement, prévoyant la suppression de 11 % de ses effectifs au niveau mondial, soit 12 000 emplois. Pour les salariés français, la pilule est particulièrement difficile à avaler : 80 % des effectifs tricolores devraient disparaître, soit près de 750 emplois.

Une situation que les employés du groupe, sous le choc, critiquent vivement aujourd’hui. Dans un communiqué diffusé vendredi 22 juillet, les employés français de la firme américaine dénoncent « une politique de désengagement de la part du géant des puces informatiques sur le territoire national » et demandent des « explications et un soutien des politiques ».

Face aux mauvaises performances du groupe informatique, dont les résultats dévoilés mercredi 20 juillet faisaient état d’un recul de 51 % de son bénéfice net au deuxième trimestre, les salariés des sites de R&D implantés en France payent un lourd tribut. Principales victimes de ce plan d’austérité : les sites du sud de la France, à Sophia Antipolis (Alpes-Maritime), Toulouse et Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône).



Prêts aux efforts nécessaires

Une situation qui indigne Mustapha Aqachmar, délégué syndical CFE-CGC :

   « En France, nous avons la crème de la crème des ingénieurs. Grâce aux subventions de l’Etat et [au] crédit impôt recherche, nos ingénieurs ont le coût salarial le plus faible de tout l’Occident. Intel se cache derrière un discours et un dispositif rôdés. Les chiffres et l’incohérence des justifications stratégiques sont là. Nous savons déjà qu’Intel transfère la R&D et ses savoir-faire français à l’étranger. »

Inquiets de ces coupes massives dans les effectifs, les salariés se disent aujourd’hui prêts à faire les efforts nécessaires pour conserver leurs emplois et à « identifier toute solution pour assurer la continuité des activités de R&D ».

« Nous sommes prêts à envisager toute mesure permettant de conserver des emplois même à des coûts inférieurs par l’utilisation des accords de compétitivité qui seront mis en place par le gouvernement, quitte à les anticiper », précise Arnaud Lenoir, représentant CE d’Intel Corp, qui appelle par ailleurs les pouvoirs publics à se mobiliser.

Jeudi matin, la ministre du travail, Myriam El Khomri, s’était notamment entretenue de la situation de l’emploi et des salariés d’Intel avec le sénateur PS des Alpes-Maritimes, Marc Daunis.
Source: http://www.lemonde.fr/entreprises/article/2016/07/22/les-salaries-des-sites-francais-d-intel-sous-le-choc_4973551_1656994.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Mer 27 Juil 2016, 00:44



A la vue des chiffres de juin, il est urgent d'attendre la suite avant d'espérer....


http://www.lemonde.fr/politique/article/2016/07/26/le-chomage-poursuit-sa-hausse-en-juin_4975025_823448.html a écrit:
Le chômage poursuit sa hausse en juin

LE MONDE | 26.07.2016 à 18h02 • Mis à jour le 26.07.2016 à 18h52 | Par Bertrand Bissuel

L’inflexion – tant espérée – de la courbe du chômage tarde à se confirmer. En juin, le nombre de demandeurs d’emploi sans aucune activité (catégorie A) s’est accru de 5 400 en métropole, passant à près de 3,526 millions, soit une hausse de 0,2 %, selon les statistiques rendues publiques, mardi 26 juillet, par le ministère du travail et par Pôle emploi.

Ce chiffre (qui s’élève à 3,781 millions en tenant compte des outre-mer) est en augmentation pour le deuxième mois de suite, après le net reflux observé en mars et en avril. Il jette une ombre sur le discours répété depuis plusieurs semaines par l’exécutif selon lequel « ça va mieux ».

Les résultats sont également décevants si l’on prend en considération les demandeurs d’emploi ayant exercé une activité réduite (catégories B et C) : en les ajoutant aux chômeurs « stricto sensu » (catégorie A), le total est de 5,434 millions dans l’Hexagone (presque 5,734 millions sur l’ensemble du territoire français), en progression de 0,1 % en un mois.

Autre déconvenue : les moins de 25 ans, sans aucune activité, sont plus nombreux à rechercher un poste, en métropole (+ 0,8 % en un mois et + 0,6 % sur un trimestre). Et les statistiques sont également orientées à la hausse pour les inscrits à Pôle emploi d’au moins 50 ans (relevant de la catégorie A) : + 0,2 % en juin.



Un taux de chômage à 10,2 %

La ministre de l’emploi, Myriam El Khomri, souhaite aller au-delà de ces données mensuelles pour rappeler que la tendance, depuis janvier, reste bonne, malgré les accrocs subis en mai et en juin. « Sur les six premiers mois de l’année, insiste-t-elle dans un communiqué, le nombre d’inscrits [dans la catégorie A] a diminué de 54 800. » Soit un recul sur deux trimestres consécutifs, « ce qui ne s’était plus observé depuis début 2008 », complète-t-elle.

S’agissant des jeunes, « le bilan demeure positif », soutient-elle avec une diminution de près de 11 000 depuis début janvier.

L’autre signal encourageant dont le gouvernement peut se prévaloir concerne les personnes inscrites à Pôle emploi depuis au moins un an (dans les catégories A, B et C) : elles voient leur nombre régresser de près de 1 % en juin (de 2,2 % depuis trois mois). Du coup, la proportion de chômeurs de longue durée baisse, elle aussi, pour redescendre à 45,2 % sur toute la France (– 0,8 point sur trois mois).

A la mi-juin, l’Insee avait indiqué, dans une note de conjoncture, que la reprise de la croissance (+ 1,6 % prévue en 2016) devrait permettre la création de 139 000 emplois dans le secteur marchand, cette année. Le taux de chômage passerait de 10,2 % de la population active (9,9 % en métropole) à la fin du mois de mars à 9,8 % (9,5 % en métropole) en décembre.

Bertrand Bissuel
Journaliste au Monde
Source: http://www.lemonde.fr/politique/article/2016/07/26/le-chomage-poursuit-sa-hausse-en-juin_4975025_823448.html
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3441
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Mer 27 Juil 2016, 09:23

Et pendant ce temps là tous les salariés qui ont perdu leur emploi, se mortifient devant des perspectives sombres pour eux, leurs familles, et l'idée qu'ils se font de la société française.

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13859
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Mer 27 Juil 2016, 09:57

Pourtant "ça va mieux" ! qu'il a dit le président...
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 700
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Mer 27 Juil 2016, 12:59

L'inversion de la courbe du chômage n'a pas lieue, l'inversion de la courbe du terrorisme reste un espoir.

Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Mer 27 Juil 2016, 18:31

On se souvient tous des engagements pris tant par Numericable que par Arnaud Montebourg au nom du gouvernement au moment du rachat  de SFR par Numericable mais même si on s esouvient de ces engagements, il n'est pas inutile de les rappeler...

http://bfmbusiness.bfmtv.com/01-business-forum/rachat-de-sfr-numericable-promet-de-ne-pas-licencier-pendant-36-mois-616796.html a écrit:
Rachat de SFR: Numericable promet de ne pas licencier pendant 36 mois
26/03/2014 à 13h00 Mis à jour le 22/04/2014 à 19h15

Numericable et Altice s'engagent à ne procéder à aucun licenciement collectif économique sur 3 ans chez SFR, "sauf revirement économique imprévisible".

Après la surenchère financière, les promesses sur le maintien de l'emploi chez SFR. Les dirigeants de Numericable et Altice, dans une lettre datée du 25 mars 2014, s'engagent à « ne procéder à aucun licenciement collectif économique du fait de la rationalisation de la structure des entreprises concernées par la cession ».

Cet engagement est pris pour une durée de 36 mois à compter de la fin de la période d'exclusivité" des négociations, précisent le patron d'Altice, Patrick Drahi, et le PDG de Numericable, Eric Denoyer, s'adressent au président du directoire de Vivendi, Jean-François Dubos, et au PDG de SFR, Jean-Yves Charlier.

Cependant, précisent-ils, l'engagement de maintien d'emploi « ne trouvera pas à s'appliquer si, au cours de sa période d'application, un revirement économique imprévisible, c'est-à-dire extérieur au projet industriel annoncé par les dirigeants de Numericable, venait à affecter la situation économique du nouveau groupe ».

Les deux dirigeants demandent à la direction de Vivendi de transmettre leur courrier aux délégués syndicaux centraux et au Comité central d'entreprise de SFR.

Dans une lettre aux ministres Fleur Pellerin et Arnaud Montebourg, Patrick Drahi s'était déjà engagé à ne supprimer aucun emploi, sous quelque forme que ce soit, et ces engagements soient inscrits dans les licences de SFR qui lui seront transférées en cas de rachat.

L'engagement d'Altice et de Numericable sur 3 ans satisfait en grande partie aux demandes de l'intersyndicale de SFR adressées aux potentiels repreneurs. Celle-ci leur réclamait un protocole d'accord sur le maintien de l'emploi, s'engageant à ce que le niveau des effectifs soit garanti pendant au moins quatre ans au niveau atteint le 31 décembre 2013.
---/---

http://www.arnaudmontebourg.fr/communique-de-presse-cession-de-sfr-arnaud-montebourg-reagit/ a écrit:
[Communiqué de presse] Cession de SFR : Arnaud MONTEBOURG réagit
5 avril 2014

Le ministre de l’Economie, du Redressement productif et du Numérique, Arnaud MONTEBOURG, sera extrêmement vigilant sur les conséquences de la décision du groupe Vivendi d’accepter l’offre d’Altice et de Numéricable en ce qui concerne l’emploi à SFR et le plan d’équipement de la France en très haut débit.

Dans un secteur régulé par la puissance publique, la vente du 2ème opérateur de téléphonie mobile français, avec plus de 20 millions de clients, ne peut être considérée isolément, ou réduite à une opération strictement privée.
L’Etat a exprimé sa vision industrielle du secteur et indiqué ses exigences en matière d’emplois et d’investissement.

Le Ministre de l’économie entend, au nom du Gouvernement, redoubler de vigilance sur le respect des engagements pris auprès de lui par Altice et Numéricable à ne supprimer aucun emploi postérieurement à la fusion, sous quelque forme que ce soit.

Alors que se profile une consolidation inéluctable à l’échelle européenne, il est indispensable de renforcer les opérateurs de télécommunications français.

Ce secteur en plein développement doit créer de la richesse et doter la France des technologies d’avenir dans les télécommunications, c’est-à-dire pour les réseaux fixes, la fibre à domicile. Le Gouvernement a aussi pour objectif de réduire la fracture numérique en assurant le succès du plan France Très haut débit qui prévoit la desserte de 80 % de la population en fibre à domiciled’ici 2022. Le gouvernement demande à cet égard au groupe Numéricable de se placer dans le cadre du plan France très haut débit, de clarifier ses objectifs à cet égard, et de faire preuve de patriotisme économique pour le choix de ses fournisseurs. Les engagements d’investissement de SFR dans la fibre à domicile doivent être maintenus par Altice et Numéricable.
Source: http://www.arnaudmontebourg.fr/communique-de-presse-cession-de-sfr-arnaud-montebourg-reagit/


Aujourd'hui on mesure à quel point le toquard nous a roulé dans la farine depuis son élection...


http://www.franceinfo.fr/fil-info/article/sfr-la-direction-veut-supprimer-5-000-postes-selon-les-syndicats-un-tiers-des-effectifs-808539 a écrit:
SFR : la direction veut supprimer 5 000 postes selon les syndicats, un tiers des effectifs

par Rédaction de France Info mercredi 27 juillet 2016 17:40

La direction de SFR a annoncé mardi aux syndicats que 5.000 postes allaient être supprimés, réfutant toutefois le terme de "plan social".  

SFR prévoit de réduire d'un tiers ses effectifs selon les syndicats de l'entreprise joints par France Info. La direction a annoncé mardi aux syndicats le chiffre de 5 000 suppressions de postes, sur les 14 300 que compte le groupe. Ni le calendrier, ni les catégories de personnels touchées, n'ont été précisés. Au moment du rachat de SFR par Altice en 2014, Patrick Drahi s'était engagé à maintenir l'emploi pendant 3 ans, jusqu'en juillet 2017.

Joint par France Info, la direction du groupe affirme qu'elle entend "respecter" cet engagement affirmant par ailleurs avoir des réunions avec les syndicats pour "préparer la nécessaire réorganisation du groupe" et réfutant le terme de "plan social".
Source: http://www.franceinfo.fr/fil-info/article/sfr-la-direction-veut-supprimer-5-000-postes-selon-les-syndicats-un-tiers-des-effectifs-808539
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Ven 29 Juil 2016, 20:13


SFR suite...


"Mme El Khomri a annoncé vendredi sa volonté de s’assurer ainsi « du respect des engagements pris sur l’emploi et les investissements » lors du rachat en 2014 de SFR par Altice, le groupe de M. Drahi. A l’époque, une garantie de maintien de l’emploi pendant trois ans avait été conclue, et elle prendra fin le 1er juillet 2017."


http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/07/29/le-gouvernement-convoque-la-direction-de-sfr-qui-souhaite-supprimer-un-tiers-de-ses-effectifs_4976462_3234.html a écrit:
Le gouvernement convoque la direction de SFR, qui veut supprimer un tiers de ses effectifs

Le Monde.fr avec AFP | 29.07.2016 à 19h51 • Mis à jour le 29.07.2016 à 19h56

La tension monte autour de SFR : la ministre du travail Myriam El Khomri recevra mardi 2 août la direction et les syndicats de l’opérateur de télécoms, qui pourrait supprimer plus du tiers de ses effectifs après l’expiration, l’an prochain, des engagements de son propriétaire Patrick Drahi.

Mme El Khomri a annoncé vendredi sa volonté de s’assurer ainsi « du respect des engagements pris sur l’emploi et les investissements » lors du rachat en 2014 de SFR par Altice, le groupe de M. Drahi. A l’époque, une garantie de maintien de l’emploi pendant trois ans avait été conclue, et elle prendra fin le 1er juillet 2017. La ministre entend ainsi répondre aux inquiétudes des salariés qui, en pleine négociation avec la direction sur la réorganisation à venir du groupe, ont assuré que l’opérateur comptait supprimer 5 000 de ses 14 000 emplois.



Un opérateur « en sureffectif »

« Avant d’annoncer des suppressions d’emplois, il faudrait peut-être que [les dirigeants de SFR] parlent de la stratégie et du modèle économique qu’ils veulent mettre en place. Or ils n’en parlent pas du tout », a déclaré Laurence Barma, de la fédération CFDT-F3C, qui qualifie cette annonce de « brutale ».

La direction a tenté de minimiser ces craintes. Elle assure qu’aucun chiffre n’a été annoncé aux syndicats et rappelle que ces derniers se sont accordés sur la nécessaire réorganisation d’un groupe, qui a enchaîné les acquisitions ces dernières années. Les dirigeants du groupe n’ont jamais caché le fait qu’ils estiment l’opérateur télécoms en « sureffectif », comme l’a déclaré M. Drahi, pour qui la « garantie de l’emploi a rendu les choses compliquées et créé des tensions ». « On est quand même dans une situation en France où tous nos concurrents ont licencié à tour de bras, et nous, on a pris une garantie sur trois ans à un moment où on vend à 1 euro par mois des abonnements », a-t-il déclaré en juin.



« Beaucoup de gens en souffrance et en burn-out »

Mais, pour les syndicats, une réorganisation aussi drastique risque de mettre à mal le fonctionnement même d’une entreprise où les conditions de travail se seraient déjà nettement durcies depuis son rachat. « Ce qu’on voit, c’est déjà beaucoup de gens en souffrance et en burn-out. Cela ne pourra que s’aggraver avec les suppressions d’emplois », estime une source syndicale, quand une autre se demande « comment l’entreprise pourra fonctionner avec si peu de salariés ».

En creux, les syndicats dénoncent « une casse industrielle » qui pourrait remettre en question la qualité de service auprès des clients. La direction met en avant la rationalisation mise en place au niveau du groupe, qui lui permet notamment d’organiser une spécialisation de la recherche et développement par pays, au bénéfice de l’ensemble des entreprises du groupe.
Source: http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/07/29/le-gouvernement-convoque-la-direction-de-sfr-qui-souhaite-supprimer-un-tiers-de-ses-effectifs_4976462_3234.html
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13859
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Ven 29 Juil 2016, 22:42

SFR on s'en fout !
Pas grave l'ancien boss de la CGT est recasé, on a monté une usine à gaz  sur mesure pour lui qui fait doublon avec le système associatif qui s'occupait lui bénévolement des mêmes dossiers.

Avec cette équipe les bornes du supportable sont régulièrement dépassées !
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 10/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Sam 30 Juil 2016, 07:55

a.nonymous a écrit:

SFR suite...


"Mme El Khomri a annoncé vendredi sa volonté de s’assurer ainsi « du respect des engagements pris sur l’emploi et les investissements » lors du rachat en 2014 de SFR par Altice, le groupe de M. Drahi. A l’époque, une garantie de maintien de l’emploi pendant trois ans avait été conclue, et elle prendra fin le 1er juillet 2017."
l

Et donc le 2 juillet 2017 le contrat de Monsieur Drahi aura été rempli et libre à lui de 'dégraisser" ses effectifs. Que pourra faire notre ministre du travail (qui ne le sera certainement plus), sinon constater les dégâts! Comme quoi il est préférable de se taire plutôt que de dire des banalités.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13859
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Sam 30 Juil 2016, 08:59

J'ai surtout l'impression que nous sommes dirigés par une bande d'amateurs doctrinaires déconnectés des réalités que se soit en économie, en sécurité, en politique internationale, en commerce international... qui en vertu du principe de Peters ont depuis longtemps dépassé leur seuil de compétences.

On voit le résultat dans des multiples domaines. Le comble étant que non content d'être mauvais ils n'écoutent rien ni personne et en voulant à la terre entière passent leur temps à donner des leçons et à pourrir tout le monde... lorsque l'on voit le toréador au parlement on se demande qui perd ses nerfs...



Pour la cohésion nationale c'est loupé !

----------------------------------------------------------------

Valls Attitude : La paille et la poutre …

Ainsi donc Manuel VALLS critique l’opposition, et notamment Nicolas SARKOZY, qui « perd son sang-froid ».

Outre le fait que, venant de Manuel VALLS à qui, la gauche, comme la droite, reprochent au Parlement, et ailleurs, ses « coups de gueule » et ses déclarations martiales, on ne peut que s’étonner du comportement du Premier Ministre et des autres membres du Gouvernement.

VALLS et le Gouvernement font ils haro sur le chômage ? Que nenni, celui-ci continue de monter, malgré tous les mécanismes couteux inventés pour le faire baisser. Au fait pas d’inversion, pas de candidature HOLLANDE ?

VALLS et le Gouvernement font ils haro sur les freins à la croissance ? Que nenni, croissance zéro au 2ème trimestre 2016, la France à la queue du peloton européen. Notre économie stagne, et le Gouvernement est content de lui !

VALLS et le Gouvernement font ils haro sur tout ce qui menace la sécurité des Français ? Que nenni, se réfugiant derrière les articles de la Constitution de 1958, devenue sacrée pour des gens qui l’ont combattue, et modifiée 24 fois depuis 1958, ils refusent les propositions protectrices de la droite sur les djihadistes de retour de Syrie et d’Irak ou sur les fichés S les plus dangereux qui continuent de circuler.

Mais alors haro sur quoi ou sur qui ? Bah quand un Gouvernement discrédité, n’obtient aucun résultat probant, et qu’il est en perdition, il accuse l’opposition de tous les maux.

Non Monsieur VALLS, ce n’est pas la droite et Nicolas SARKOZY qui « perdent leurs nerfs », c’est plutôt le Président de la République et son Gouvernement qui incapables d’agir, rejetés par les Français, n’expriment plus leur douleur que par l’anathème contre la droite et Nicolas SARKOZY. Est-ce la seule manière de recréer un faux semblant provisoire d’unité à gauche ?

Allez plus que 9 mois !

Roger KAROUTCHI
Secrétaire général adjoint
Sénateur des Hauts-de-Seine
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Mar 02 Aoû 2016, 16:12



"Que peut faire la ministre du travail ? A priori pas grand chose, SFR étant un groupe privé."


http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/08/02/syndicats-et-direction-de-sfr-recus-chez-myriam-el-khomri_4977475_3234.html a écrit:
Syndicats et direction de SFR reçus par la ministre du travail Myriam El Khomri

LE MONDE | 02.08.2016 à 13h52 • Mis à jour le 02.08.2016 à 14h27 | Par Sandrine Cassini

Le plan de réduction des effectifs de SFR qui a filtré dans la presse la semaine dernière a fait l’effet d’une bombe. L’opérateur télécoms racheté par le patron du groupe Altice, Patrick Drahi, en 2014 prévoit en effet 5 000 suppressions de postes l’an prochain, soit un tiers de ses effectifs. C’est pour évoquer le sujet que la ministre du travail reçoit mardi 2 août après-midi les représentants de l’entreprise. Les syndicats ont été conviés à 14 h 30 chez Myriam El Khomri. Ils précèdent de quelques heures la direction du groupe, qui rencontrera le cabinet de la ministre à 18 heures.

Au menu, le respect des engagements pris par Patrick Drahi lors de la reprise de l’opérateur télécoms en 2014. Dans une missive adressée à l’ancien ministre du redressement productif Arnaud Montebourg et à l’ex-ministre alors chargée de l’économie numérique Fleur Pellerin, le tycoon avait fait un certain nombre de promesses. Sur l’emploi d’abord. « Il n’y aura aucune suppression d’emploi sous quelque forme que ce soit. Je me suis même engagé auprès de vous à recruter des ingénieurs commerciaux », assurait le patron, qui expliquait également que ces engagements pourraient être « inscrits dans les licences SFR ». SFR n’a pas réellement tenu parole par rapport à ses ambitions initiales. Selon les syndicats, 1 200 personnes ont déjà quitté le groupe ces deux dernières années, sans qu’elles ne soient remplacées.

Patrick Drahi avait également signé un accord avec les syndicats, qui prévoyait de ne procéder à aucun plan de réduction des effectifs avant le 1er juillet 2017, soit trois ans après le rachat. Formellement, SFR respecte cet engagement. Il n’a mené aucun plan social, et s’abstiendra de procéder à toute réduction des coûts d’ici le 30 juin 2017.



Une bombe à retardement

Au lendemain de cette échéance, un plan de départs volontaires devrait être mis en œuvre. Que peut faire la ministre du travail ? A priori pas grand chose, SFR étant un groupe privé. Michel Combes a rencontré il y à quelques jours Emmanuel Macron, afin d’évoquer la première salve de son plan de réduction des effectifs, qui concerne les magasins.

Dans le cadre de la rationalisation de ses activités de distribution, environ un millier de salariés - une estimation des syndicats - devrait être amené à quitter le groupe d’ici Noël. Dans tous les cas, chez Emmanuel Macron, on assure qu’un « dialogue » avec l’Etat est nécessaire. Sur le papier, il est impossible pour le ministre de l’économie d’empêcher Patrick Drahi d’agir comme bon lui semble. Mais les télécoms restant une activité très régulée, Emmanuel Macron peut être tenté de jouer cette carte pour réduire l’impact du plan. Politiquement, en effet, le plan de SFR, qui commencera à être négocié en début d’année prochaine, s’annonce comme une bombe à retardement.

Autre engagement, SFR avait promis de faire preuve de « patriotisme économique » en privilégiant les « fournisseurs français ». Là aussi, le bilan est mitigé. Tout d’abord parce que SFR a réduit drastiquement le nombre et le volume de commandes passées à ses fournisseurs. Par ailleurs, l’opérateur fait actuellement le ménage dans ses centres d’appel, et s’apprête à délocaliser une partie des emplois au Portugal et à Madagascar.

Enfin, Patrick Drahi avait pris des engagements sur la fibre. Il promettait au gouvernement 12 millions de foyers raccordables fin 2017, et 15 millions en 2020. Avec une prévision de 18 millions de prises très haut débit en 2020 et 22 millions deux ans plus tard, il est plutôt au delà de son objectif.

   Sandrine Cassini
   Journaliste au Monde
Source: http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/08/02/syndicats-et-direction-de-sfr-recus-chez-myriam-el-khomri_4977475_3234.html
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13859
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Mar 02 Aoû 2016, 17:27

a.nonymous a écrit:


"Que peut faire la ministre du travail ? A priori pas grand chose, SFR étant un groupe privé."



Source: http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/08/02/syndicats-et-direction-de-sfr-recus-chez-myriam-el-khomri_4977475_3234.html

On reste dans la tonalité générale :
La confusion entre agitation médiatique désespérée et inefficacité garantie.

Pour le résultat ce sera comme d'habitude ! le vide sidéral !

Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14225
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Mar 02 Aoû 2016, 17:30

Quelques ponts entre l'Arcep, le ministère et SFR existent avec quelques calendriers en vue. Le groupe est privé certes mais La licence GSM de SFR n'est pas tombée du ciel. Tout comme Orange, l'autorisation de SFR (Société Française de Radiotéléphone) a été renouvelée en mars 2004 pour une durée de quinze ans. 2019 ce n'est pas si loin ; de quoi obtenir quelques freins dans la fringale de licenciements de Drahi peut-être. Lui qui est grand amateur de la course à l'endettement proche de la cavalerie, n'a peut être pas trop intérêt à faire trop cavalier seul.

Quelques indications ici
http://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/le-lbo-ou-comment-patrick-drahi-et-altice-se-taillent-un-empire-dans-les-telecoms_1681655.htm

Si Drahi ne licencie pas il trouvera une autre méthode pour garder le minimum à sauver sa dette de 30milliards, cela pourrait s'appeler l' uberisation numérique ou téléphonique selon l' évolution de la nov langue pour généraliser la précarisation par le biais d'entrepreneurs individuels qui auront bien du mal à gagner autant que les salariés actuels de Sfr.


Dernière édition par Libellule le Mar 02 Aoû 2016, 17:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13859
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Mar 02 Aoû 2016, 17:38

Mince alors ce n'est pas de la faute de sarko ?

Revenir en haut Aller en bas
lorenzaccio



Messages : 208
Date d'inscription : 19/02/2013

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Mar 02 Aoû 2016, 17:45

Son surendettement ne fait pas doute, mais la course assez suicidaire aux contrats toujours plus avantageux, selon les opérateurs, n'est-elle pas aussi suicidaire et négative pour les employés (peut-être aussi en surnombre vue la concurrence) mais aussi pour les sous-traitants toujours plus présurés !!
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14225
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Mar 02 Aoû 2016, 17:56

2000 sous traitants ont déjà très très chaud. Ils vont soit disparaître (délocalisation) soit s'auto uberiser sans passer par la case indemnités de licenciements.
J'ai expliqué sur ce forum comment fonctionnait toute uberisation. On précarise tout le monde sans vente assez cher. Exact. Mais il y en a qui disent que le client est roi. C'Est notre drame économique actuel. Moins de valeur ajoutée # moins de rentrées fiscales, etc, etc...

La piste Sarkozy... Il faudrait remonter à l'époque du fond souverain français, se repencher sur l'ex plan Vivendi, les consultants à la manoeuvre et parler de J2M.  ...


Dernière édition par Libellule le Mar 02 Aoû 2016, 18:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Mar 02 Aoû 2016, 18:01

lorenzaccio a écrit:
Son surendettement ne fait pas doute, mais la course assez suicidaire aux contrats toujours plus avantageux, selon les opérateurs, n'est-elle pas aussi suicidaire et négative pour les employés (peut-être aussi en surnombre vue la concurrence) mais aussi pour les sous-traitants toujours plus présurés !!


Tout à fait en ce qui concerne les sous-traitants qui, pressurisés, sont obligés de réduire leurs coûts ce qui se traduit quand cela est possible par des délocalisations vers des pays low-cost...

Autre effet de la réduction des marges, l'allègement des infrastructures.... Là où il y avait il y a quelques années des configurations de test, pré-prod et prod qui plus est redondantes et basées sur des OS propriétaires éprouvés, on allège quitte à perdre en fiabilité en cas de panne ou de montée de niveau ce qui explique certaines pannes d'ampleur nationale récentes...


Dernière édition par a.nonymous le Mar 02 Aoû 2016, 18:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14225
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Mar 02 Aoû 2016, 18:10

Pour les amateurs de poupées russes, finalement l'une des boîtes que possède Drahi a reconstruit le puzzle. On renomme les boites, on plonge dans le rouge, on vend par appartements, on consulte entre soi avec quelques coquilles vides au Luxembourg, et à la fin SFR change de mains http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/jean-marie-messier-banquier-daffaires-dinfluence-769297.html L’histoire bégaie ou plutôt la patate chaude se refile. Seize ans après Jean-Marie Messier, qui, à la tête de Vivendi en  2000, chantait les louanges du mariage des contenus et des réseaux, au tour de Patrick Drahi, qui est passé par le Luxembourg dès 2001, de prendre le train de la convergence. Prenant de court ses concurrents français, l’homme d’affaires va faire de SFR le « premier opérateur de contenus » qu'il dit comme l'ancien "Je, Maitre du Monde". Ses clients ne le choisiront plus pour son réseau ou ses prix, mais pour ses séries ou ses matchs de foot. Pour satisfaire ses clients, Patrick Drahi bouscule l’ADN de SFR et de ses équipes, qui ­devront apprendre à travailler avec celles de NextRadioTV, de Libération et de L’Express. C'est qu'il a eu des consultants à la hauteur, le nouveau faiseur de rêve. Tu deviens pigiste ou auto entrepreneur ou tu es viré.
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3441
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Chômage: l'après régionales 2015   Mar 02 Aoû 2016, 19:37

Citation :
Pour satisfaire ses clients, Patrick Drahi bouscule l’ADN de SFR et de ses équipes, qui ­devront apprendre à travailler avec celles de NextRadioTV, de Libération et de L’Express.

Sans oublier numéricable ex Noos qui sévit à Fontenay

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
 
Chômage: l'après régionales 2015
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Chômage: l'après régionales 2015
» Urbanisme et politique de la ville - Le pataquès des régionales 2015
» Les Régionales 2015
» Liberté, Egalité, Fraternité - Le 13 novembre 2015 et son après
» Heredis 13 Pro - Recuperation des fichiers H11 H12 et H13 sur nouvelle installation après plantage disque Dur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: