Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de
Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble,
son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 François Hollande faiseur de marthyr !

Aller en bas 
AuteurMessage
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

François Hollande faiseur de marthyr !  Empty
MessageSujet: François Hollande faiseur de marthyr !    François Hollande faiseur de marthyr !  EmptyLun 11 Jan 2016, 11:33

EXCLUSIF.
Au moins 98 personnes ont cosigné la lettre à François Hollande s'indignant de la sanction prise contre Agnès Saal dans l'affaire des taxis.
Par Emmanuel Berretta
La lettre se présente comme un plaidoyer en faveur d'Agnès Saal, l'ex-patronne de l'Ina, sanctionnée la semaine dernière par François Hollande à deux ans de suspension de la fonction publique, dont six mois ferme (sans traitement). La missive adressée au chef de l'État a déjà a été cosignée, à ce stade, par 98 personnalités du monde de la culture et de la haute fonction publique. La clôture des signatures interviendra le 12 janvier. Le Point a intercepté ce courrier avant expédition. À l'initiative, on retrouve Alain Bonhomme, inspecteur général des affaires culturelles honoraire, l'un des plus fervents défenseurs d'Agnès Saal. On notera que les auteurs de la lettre ne réclament rien. Il ne s'agit pas d'un « recours gracieux », mais la lettre sonne comme une longue admonestation envers le chef de l'État pour l'injustice dont il serait l'auteur.
Les signataires estiment qu'Agnès Saal, à qui l'État reproche des factures de taxis excessives (40 000 euros à l'Ina) pour elle-même et son fils, a hérité d'une sanction « en réalité sans aucune proportion aux faits reprochés, eux-mêmes systématiquement majorés dans le rapport servant de base aux poursuites ». Selon eux, l'ex-patronne de l'Ina est une « victime expiatoire devant supporter seule les procès médiatiques et rappels à la régularité que justifieraient les errements dont la haute administration et les présidences d'établissements publics sont, à tort ou à raison, accusées ». Les signataires semblent bien informés sur les moeurs de la haute fonction publique. On veut des noms !
« Une situation familiale particulièrement douloureuse »
Mais quelle est donc la faute d'Agnès Saal ? Ses défenseurs en ont une vision très particulière : « Sa faute se limite (... ) à avoir, dans une situation familiale particulièrement douloureuse, donné à son fils le code de son abonnement de taxi et de ne pas en avoir contrôlé l'usage. Cette faute, elle ne l'a pas niée. Elle en a immédiatement remboursé le coût à l'Ina. Et ce coût était sans commune mesure avec les économies de dépenses liées à la fonction de président (frais de taxi compris) qu'elle a réalisées dans cet établissement et surtout avec celles que la qualité de sa gestion a opérées dans toutes les structures dont elle a été responsable. »
En somme, si l'on suit le raisonnement des auteurs de la lettre, François Hollande devrait se féliciter qu'Agnès Saal, bonne gestionnaire des deniers de l'Ina, économise d'un côté ce qu'elle et son fils dépensent de l'autre dans la mesure où la facture de taxi de la famille Saal est bien inférieure aux économies produites par la patronne de l'Ina. C'est un raisonnement évidemment difficile à entendre, car, si chacun commence à estimer lui-même qu'il rapporte plus qu'il ne coûte, il n'y a plus de contrôles possibles sur les dépenses publiques... On voit également se profiler un motif familial (une situation « particulièrement douloureuse ») sur lequel les auteurs ne s'étendent pas. Mais il est vraisemblable que François Hollande en ait été informé par Fleur Pellerin, très au fait du dossier Saal.
La tradition d'impunité ou l'autre définition de la sanction « pour l'exemple »
Mieux, les auteurs de la lettre ont même un conseil à adresser à François Hollande : plutôt que de chicaner les frais de taxi d'Agnès Saal, il ferait mieux d'appliquer les multiples rapports d'inspection qui pointent çà et là des manquements à la rigueur financière. C'est gonflé quand même !
Les amis d'Agnès Saal s'étonnent, qui plus est, de cette décision étrangère à « notre tradition, d'une sanction pour l'exemple ». Il faut s'arrêter un instant sur ces deux termes –  « tradition » et « pour l'exemple ». Il semble en fait que, dans la haute fonction publique, la tradition veut qu'on ne punisse que symboliquement et sans conséquence. L'expression « pour l'exemple » recouvre, dans ce contexte, une définition très légère de la sanction qui pourrait se rapprocher d'une forme d'impunité.
En somme, les auteurs en viennent à livrer leur sentiment : « l'injustice ». François Hollande s'est montré « injuste ». Il prive la culture et l'audiovisuel d'un « des cadres les plus remarquables qui l'ont servie ces dernières décennies » au point d'ailleurs que 71 personnes ont témoigné en saveur dans le dossier administratif monté par l'État pour instruire cette sanction. Si ces témoignages avaient échappé à la sagacité de François Hollande, les défenseurs d'Agnès Saal les joignent de nouveau à la lettre qu'ils lui adressent.

-------------------------------


La lettre des amis d'Agnès Saal
Monsieur le Président de la République,
Vous avez décidé d'infliger à Agnès Saal deux ans d'exclusion temporaire de fonctions, dont six mois fermes.
Cette sanction pourrait sembler modérée puisque, au cours de la procédure disciplinaire consultative, les représentants de l'administration ont agité la menace d'une révocation ou d'une exclusion temporaire de fonctions de deux ans sans sursis.
Nous vous écrivons pourtant pour vous dire notre sentiment d'injustice devant une sanction qui est en réalité sans aucune proportion aux faits reprochés, eux-mêmes systématiquement majorés dans le rapport servant de base aux poursuites.
Cette mesure aggrave donc un processus, engagé par madame la ministre de la Culture et de la Communication avant même de disposer de ce rapport, qui a livré à la vindicte des médias une fonctionnaire considérée par tous ceux qui l'ont côtoyée comme l'un des meilleurs responsables du service public de la culture, auquel elle s'est dévouée sans limites depuis plus de trente ans.
Tout se passe comme si en Agnès Saal avait été trouvée la victime expiatoire devant supporter seule les procès médiatiques et rappels à la régularité que justifieraient les errements dont la haute administration et les présidences d'établissements publics sont, à tort ou à raison, accusées.
Sa faute se limite cependant à avoir, dans une situation familiale particulièrement douloureuse, donné à son fils le code de son abonnement de taxi et de ne pas en avoir contrôlé l'usage. Cette faute, elle ne l'a pas niée. Elle en a immédiatement remboursé le coût à l'Ina. Et ce coût était sans commune mesure avec les économies de dépenses liées à la fonction de président (frais de taxi compris) qu'elle a réalisées dans cet établissement et surtout avec celles que la qualité de sa gestion a opérées dans toutes les structures dont elle a été responsable.
Si l'État veut donner l'exemple de la rigueur, il lui suffit de tirer les diverses conséquences des rapports d'inspection ou de contrôle dont il dispose ou des informations qui lui reviennent.
Au lieu de cela, Agnès Saal a subi, sans que jamais une voix d'autorité n'ait appelé à la dignité et au respect de sa personne, tout à la fois une dénonciation par lettre anonyme, une démission forcée de la présidence de l'Ina – sanction imposée de surcroît en rupture manifeste avec les règles applicables en la matière –, une campagne de dénigrement et de calomnies, la violation du droit à l'intimité de sa vie privée, un signalement pénal suivi de perquisitions de son domicile et de gardes à vue complaisamment médiatisées, et, pour finir, l'exclusion temporaire de la fonction publique assortie d'une privation de traitement qui vient d'être prononcée.
Nous regrettons vivement une décision qui va à l'encontre des principes d'unicité, de proportionnalité et de personnalité des peines pour s'aventurer sur le terrain, étranger à notre tradition, d'une sanction « pour l'exemple » et emporte des conséquences professionnelles, matérielles et morales des plus lourdes pour l'intéressée et sa famille.
L'injustice ainsi commise est grande. Mais grande serait aussi, si elle devait durer, la perte pour l'administration publique de la culture et de l'audiovisuel d'un des cadres les plus remarquables qui l'ont servie ces dernières décennies.
Agnès Saal nous a montré, à nous qui avons travaillé avec elle, un savoir-faire, des qualités humaines, un engagement dans le travail et un attachement au bien public exceptionnels, auxquels rendent justice les 71 témoignages que ses avocats vous ont adressés. Nous les joignons à nouveau à ce courrier.
Nous continuerons à réaffirmer notre respect pour sa personne, notre admiration pour tout ce qu'elle a accompli pour le service public de la culture et notre confiance en elle pour l'avenir.
Nous avons l'honneur, Monsieur le Président de la République, de vous prier d'agréer l'expression de notre très haute considération.

----------------------------------

soyons surpris par les abstentions et des vilains pas beaux qui votent mal !

On se moque des gens ! que peuvent penser ceux qui tirent le diable par la queue tous les mois ?

Il y a un total divorce entre les politicards, les bobos supposés intellos et le vrai peuple de ce pays !




Revenir en haut Aller en bas
Smile



Messages : 692
Date d'inscription : 27/09/2010

François Hollande faiseur de marthyr !  Empty
MessageSujet: Re: François Hollande faiseur de marthyr !    François Hollande faiseur de marthyr !  EmptyLun 11 Jan 2016, 11:46

J'en ai la larme à l'oeil!!!
Revenir en haut Aller en bas
 
François Hollande faiseur de marthyr !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chômage, impôts, dépenses : les manipulations de François Hollande
» Les françaises font beaucoup d'enfants, mais de plus en plus
» Françoise Dorléac
» Frédéric François
» Marche de 4 jours à NIMEGUE (Hollande)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne locale :: Tribune libre-
Sauter vers: