Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Libellule

avatar

Messages : 14230
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 27 Jan 2016, 00:11

Le terme provient, chacun le sait, de l'entreprise Uber qui a généralisé à l'échelle planétaire un service de voiture de tourisme avec chauffeur entrant directement en concurrence avec les taxis. Les taxis, avares de leur monopoles ont d'abord cru à une mascarade qui allait se régler par quelques intimidations frontales faites aux chauffeurs improvisés de personnes pressées d'aller d'un point à un autre, sans passer par la case de la borne locale. Ce faisant ils ne se sont pas rendu compte que les caractéristiques de ce service reposant sur la quasi-instantanéité, la mutualisation de ressources et la faible part d'infrastructure lourde dans le coût du service, les licenciés du volant ne pourraient pas suivre en terme tarifaire. Et puis voilà, ils ont voulu suivre quand même espérant que les arroseurs de tarifs cassés seraient ainsi arrosés à leur tour par une perte de clientèle.

Bref nous assistons à une véritable dérégulation des lois du marché. Et pas qu'un peu : Parmi les services cités comme participant de l'ubérisation de l'économie, on cite Airbnb, Booking.com ou Amazon. Tiens, tiens, un gros machin pourtant ici, mais qui sait faire pour trouver les paradis fiscaux pour défiscaliser son activité là où il faut.
Le mot devient vite à la mode : Il est même maintenant question d'ubérisation en matière de lutte anti-terroriste pour des actions de type hackathonou « incubateur à but non lucratif ».

Pas cher, sous le manteau, sans respect des règles du marché, donc, l'ubérisation commence à toucher de plus en plus de domaines de l'économie, par exemple la rénovation énergétique des bâtiments. À titre d'exemples, un rapport établi par l'association la Fabrique écologique cite le cas de Google, tiens tiens, un autre acteur qui se défiscalise à bien nommé, même s'il commence à se faire rattraper par quelques états en mal de recouvrir les impôts non payés..., qui, ayant racheté le fabricant d'outils domotiques intelligents Nest Labs, est en mesure dans un premier temps d'établir un diagnostic de performance énergétique fonction de l'usage, et grâce aux mégadonnées croisant ces informations avec les conditions climatiques ou le potentiel photovoltaïque du site, d'évaluer les besoins de travaux nécessaires à une amélioration de la performance énergétique du bâtiment ;  on voit même des initiatives type d'Elon Musk, proposant des solutions de stockage d'énergie domestique en crédit-bail.

L’ubérisation nous est décrite à toutes les sauces depuis décembre 2014 et l'apparition du mot qui ne s’userait que si l’on ne s’en servait pas.

Mais le plus étonnant est qu’il existe désormais un site dédié
http://www.uberisation.org/ qui accroche le chaland ainsi

AVÈNEMENT DU NUMÉRIQUE POUR TOUS RECHERCHE D'UNE MEILLEURE EXPÉRIENCE DE CONSOMMATION NOUVEAUX MODES DE TRAVAIL ET INDEPENDANCE

Avec cette définition qui résume peut-être toutes les autres dans sa lecture franco-française :

UBERISATION (nf)  : changement rapide des rapports de force grâce au numérique ; Au carrefour de l'économie du partage, de l'innovation numérique, de la recherche de compétitivité et de la volonté d'indépendance des Français, ce phénomène est une lame de fond qui va petit à petit impacter tous les secteurs de l'économie traditionnelle des services.

A côté de cette vague de fond, les quelques retouches que compte apporter Badinter et l'équipe d'experts qui l'entoure au code du travail vont nous paraître bientôt bien dérisoires même si c’est le premier acte de la réforme du droit du travail annoncée en 2015 par le gouvernement.

Ceux qui rêvaient d’un coup de barre à gauche ou, à l’inverse, d’une dérégulation ­totale en seront pour leurs frais. La réflexion pilotée par M. Badinter aboutit à une sorte de voie moyenne, qui chemine entre deux exigences contradictoires : protéger les salariés tout en permettant aux entreprises d’affronter « la révolution numérique et l’irrésistible mondialisation des échanges », selon la formule retenue dans l’introduction du rapport. Reste à savoir si l'ubérisation va rentrer dans les termes de cette base moyenne, alors que de nombreux chômeurs se lancent dans l'aventure de leur conversion illico presto du statut dématérialisé de chômeur via pôle emploi à celui d'auto entrepreneur voulant casser la dure loi du marché qui les en a évincés.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/politique/article/2016/01/25/badinter-remet-les-droits-des-salaries-au-c-ur-du-code-du-travail_4853015_823448.html#woc57Wz6zd51asI4.99 et le rapport http://www.lemonde.fr/politique/article/2016/01/25/le-respect-des-droits-fondamentaux-premiere-exigence-du-droit-du-travail_4853020_823448.html

Cette notion du travail partagé en temps de crise, on va peut-être le payer cher in fine. Au mieux 1 000 000 des  3 500 000 chômeurs français vont peut être se lancer d'ans l'aventure de l'auto entrepreneuriat, mais pour combien de salariés qui risquent de perdre en parallèle leur emploi? That is the question.

Après les phénomènes d'automatisation et d'intensification des années 1970, voici venu le temps de l'ubérisation, qui risque de faire beaucoup de dégâts à la valeur ajoutée qui structure notre économie depuis au moins l'invention de la tva. On en reparle dans 45 ans, ou tout de suite?
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14230
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 27 Jan 2016, 05:26

Extrait de Libé le 30 décembre dernier

Plus aucun secteur (ou presque) n’est à l’abri de ce que l’économiste autrichien Joseph Schumpeter appelait dès les années 50 la «destruction créatrice» en décrivant comment la machine à vapeur avait mis fin à l’ère de la diligence au XIXe siècle. Dans un monde qui privilégie de plus en plus l’usage plutôt que la propriété, l’uberisation menace le modèle du salariat, gage de stabilité sociale. Demain tous indépendants ? La question, pour le Nobel d’économie Jean Tirole, est plus de savoir si ces nouveaux modèles seront capables de générer suffisamment d’emplois et à des niveaux de rémunération jugés acceptables par la société.

A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12177
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 27 Jan 2016, 06:09

Libellule a écrit:
UBERISATION (nf)  : changement rapide des rapports de force grâce au numérique ; Au carrefour de l'économie du partage, de l'innovation numérique, de la recherche de compétitivité et de la volonté d'indépendance des Français, ce phénomène est une lame de fond qui va petit à petit impacter tous les secteurs de l'économie traditionnelle des services.


L'uberisation n'est-elle pas qu'une industrialisation, un changement d'échelle utilisant les nouvelles technologies,  de ce que certains pratiquent déjà depuis quelques années  au sein des S.E.L. -  Systèmes d'Echanges Locaux ?

Quand au sein d'un S.E.L. un participant propose de rendre un service par exemple, "donner la  main" pour de la peinture  et qu'il "achètera" ensuite à l'aide des "plumes" obtenues, les "plumes" étant une monnaie virtuelle, des cours d'informatique, n'y a-t-il pas concurrence déloyale vis-à-vis des artisans peintres et des formateurs en informatique soumis eux à toutes les charges inhérentes à ces activités dès lors qu'elles sont déclarées ?

N'y a-t-il pas aussi manque à gagner pour les organismes sociaux et le trésor public ?

Par ailleurs quand ces S.E.L. sont comme ce fut le cas pour celui du Val de Fontenay - http://selvf.jimdo.com - en 2014 subventionnés par la réserve parlementaire d'une députée cela n'en rajoute-t-il pas une couche en matière de "concurrence déloyale" ?



On ne va pas parler des circuits courts organisés par des AMAP ou des associations comme Bulles de vie qui permettent aux agriculteurs et éleveurs d'accéder à la vente directe en court-circuitant les coopératives, le MIN, les commerçants établis, ....


Dernière édition par a.nonymous le Mer 27 Jan 2016, 06:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 2970
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 27 Jan 2016, 06:42

Politiques et administration ont toujours montré une grande capacité créative pour trouver de nouvelles sources où lever l'impôt en France.
Ainsi, la CSG créée en 1991 rapporte maintenant plus de 90 milliards, plus que l'impôt sur le revenu. CSG et la CRDS sont dédiées à la Sécu qui sinon serait en faillite depuis longtemps.
Pour les auto-entrepreneurs, les conditions ont été durcies, je crois.

Que de nouvelles activités moins ou pas taxées remplacent des activités traditionnelles plus taxées, n'est qu'une perte transitoire tant que Bercy peut imaginer de nouveaux impôts à rendement égal.
Mais si les sources de création de richesses en France baissent fortement, là on a vraiment un problème. Je dois dire qu'avec le nombre d'entreprises et d'emplois perdus, je m'étonne un peu que le PIB français s'obstine à stagner voire à monter un chouia.
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 700
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 27 Jan 2016, 06:53

Il est certain que le 'numerique' va modifier profondément la relation au travail. Que le CDI qui était la norme, ne correspond plus à la réalité. On va vers une plus grande flexibilité.

Face à cela, soit on résiste comme les taxis face à Uber, ou comme la Fnac face à Amazon.



Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14230
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 27 Jan 2016, 07:06

Oui Uber, Google, Amazon sont des multinationales qui n' ont plus rien à voir avec de petites structures qui sans subventions n' existeraient probablement pas.

Et s'attaquent à des métiers et structures comptant des milliers de salariés. A suivre

Un autre exemple http://www.village-justice.com/articles/Avocats-eviter-uberisation,19499.html
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13861
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 27 Jan 2016, 07:26

a.nonymous a écrit:



L'uberisation n'est-elle pas qu'une industrialisation, un changement d'échelle utilisant les nouvelles technologies,  de ce que certains pratiquent déjà depuis quelques années  au sein des S.E.L. -  Systèmes d'Echanges Locaux ?

Quand au sein d'un S.E.L. un participant propose de rendre un service par exemple, "donner la  main" pour de la peinture  et qu'il "achètera" ensuite à l'aide des "plumes" obtenues, les "plumes" étant une monnaie virtuelle, des cours d'informatique, n'y a-t-il pas concurrence déloyale vis-à-vis des artisans peintres et des formateurs en informatique soumis eux à toutes les charges inhérentes à ces activités dès lors qu'elles sont déclarées ?

N'y a-t-il pas aussi manque à gagner pour les organismes sociaux et le trésor public ?

Par ailleurs quand ces S.E.L. sont comme ce fut le cas pour celui du Val de Fontenay - http://selvf.jimdo.com - en 2014 subventionnés par la réserve parlementaire d'une députée cela n'en rajoute-t-il pas une couche en matière de "concurrence déloyale" ?



On ne va pas parler des circuits courts organisés par des AMAP ou des associations comme Bulles de vie qui permettent aux agriculteurs et éleveurs d'accéder à la vente directe en court-circuitant les coopératives, le MIN, les commerçants établis, ....

pourquoi ne pas en parler ?
Si des structures marginales qui bénéficient d'avantages financiers importants et de régimes fiscaux dérogatoires arrivent à faire péricliter des entreprises convenables... c'est un sujet dont il faut parler !

Nous sommes en présence d'une concurrence totalement déloyale et que fait on ? RIEN ! au contraire on la favorise.

On persiste et on sponsorise avec de l'argent public des amis... qui causent des dommages irréparables à des personnes tout à fait honorables. Le plus fort étant que l'on s'en vante comme d'un succès économique.



Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14230
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 27 Jan 2016, 07:51

En parler comme un épi phénomène pas de soucis. L'ubérisation ne semble pas devoir en être un.

A suivre. bom  Un autre exemple http://iphonesoft.fr/2016/01/21/boomerang-uberisation-livraison-colis-eurostar


Dernière édition par Libellule le Mer 27 Jan 2016, 08:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 700
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 27 Jan 2016, 08:03

L'uberisation tend à créer une société à 2 vitesses: d'un côté les uberisés qui subissent l'extrême fragilité de la concurrence sans cadre, et de l'autre une fonction publique ou des salariés protégés qui ne risquent rien.
La sécurisation du parcours des premiers va devenir une obligation qui sera financé par les seconds.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14230
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 27 Jan 2016, 08:33

De quoi parle-t-on au juste ?

Bruno Teboul : Ce phénomène renvoie à l’irruption violente de nouveaux acteurs du numérique qui chamboulent tour à tour les schémas de l’économie traditionnelle en se posant comme de nouveaux intermédiaires entre les consommateurs et les prestations de services. Uber invente les taxis sans taxis, Airbnb popularise l’hôtellerie sans hôtels, LeBonCoin vend tout et n’importe quoi mais ne possède rien… Ces trublions mettent à mal les circuits de distribution classiques avec toujours la même promesse : proposer des services collant davantage aux besoins des consommateurs et moins chers. Ce mouvement de fond qui a commencé au début des années 2000, se répand aujourd’hui à tous les secteurs : dans la musique avec les sites de streaming comme Deezer ou Spotify, dans la finance, avec un service comme Lending Club, dans l’éducation avec les Moocs, et même dans le notariat en France avec des petits acteurs comme Testamento… Et encore, nous n’en sommes qu’à la première vague du tsunami numérique qui va déchirer l’économie.

Capital.fr : Faut-il vraiment s’inquiéter de la place que prennent ces nouveaux barbares du numérique dans notre économie ?

Bruno Teboul : Jusqu’ici la théorie de la « destruction créatrice » initiée par l’économiste Joseph Schumpeter ne s’était jamais démentie : les cycles d’innovation ont toujours permis de créer à nouveau des emplois après en avoir détruit. Mais avec la déferlante de l’ubérisation la donne va changer : ces nouvelles plateformes du capitalisme aboutiront à détruire plus de valeur et d’emplois qu’elles n’en créeront…

Capital.fr : C’est-à-dire…

Bruno Teboul : La généralisation de ces plateformes low-cost et tout ce qui va s’en suivre, comprenez l’algorithmisation de l’économie, la robotisation, le développement de l’intelligence artificielle forte vont rebattre toutes les cartes. Plusieurs études (cabinet Nesta pour le marché UK, Roland Berger pour la France) ont déjà pointé que près de 45 % des jobs seront automatisés dans à peine 10 ans. Les emplois recherchés seront hyperqualifiés, hyperpécisalisés (multi-diplômés avec des hautes expertises techniques). Bref, nous allons assister à l’émergence d’un nouvel « élitariat », qui aura pour pendant direct une paupérisation des travailleurs qualifiés ou sous-qualifiés. Une récente enquête du cabinet Roland Berger estimait que trois millions d’emplois pourraient ainsi disparaître en France d’ici 2025.

Capital.fr : Il n’empêche, ces nouvelles plateformes collaboratives permettent aussi à tout un chacun de devenir acteur de l’économie, en s’affranchissant du modèle traditionnel du salariat. Le rêve de Marx…

Bruno Teboul : Ne nous voilons pas la face. Derrière cette belle promesse d’économie du partage, ces plateformes sont les fers de lance d’un capitalisme qui n’a rien de solidaire, d’équitable et qui cache une réalité bien moins reluisante : celle de la « freelancisation » et de l’intermittence généralisée. Ce qu’on appelle à tort, l’économie collaborative ne consiste en réalité qu’à mettre au travail des gens sans forcément les rémunérer à la juste valeur des services qu’ils rendent. Prenons l’exemple de la plateforme Amazon Mechanical Turk qui propose la mise en relation mondialisée d’une main d’œuvre de webdesigners, de traducteurs, de téléconseillers qui se vendent pour 1 dollar de l’heure la prestation. Et si les chauffeurs d’Uber disent aujourd’hui gagner entre 2.500 et 5.000 euros par mois en moyenne, ceux-ci sont aussi condamnés à être précarisé dans un statut d’auto-entrepreneur.

Capital.fr : Ces nouveaux modèles économiques, qui placent l’utilisateur au centre de leur stratégie, sont aussi en mesure de redonner du pouvoir d’achat, de relancer la consommation…

Bruno Teboul : Il est indéniable que les acteurs de l’ubérisation, en remettant en cause les modèles traditionnels, ont permis de rendre certains services plus accessibles. Mais là encore, il ne faut pas se laisser aveugler : il peut y avoir un écart important entre la perception que le consommateur a de ces nouveaux services, parce que magnifiquement mis en scène, puissamment marketés…, et la réalité même de ces mêmes services. Prenons le cas d’Uber : outre l’absence de frais d’approche, il n’est pas certain que les tarifs pratiqués par cette société de VTC soient toujours plus compétitifs que ceux des taxis. Sans compter qu’ils sont loin d’être partout disponibles à tout moment.

Capital.fr : A vous entendre, l’avenir que nous réserve la numérisation de l’économie est donc forcément noir. S’il est inutile d’essayer d’aller contre des évolutions inéluctables de la société, comment les canaliser, les réguler ?

Bruno Teboul : L’alerte est donnée. Les acteurs de l’économie traditionnelle, qui à l’image de Kodak n’ont pas su ou pas voulu affronter les évolutions de leurs secteurs d’activité, vont devoir retenir les leçons de cette première vague de numérisation : apprendre à s’adapter très vite, améliorer la qualité de leur service, travailler à la perception que peuvent avoir les consommateurs de ces services. Ce ne sera pas évident tant les entreprises semblent dépassées par la digitalisation qui avance à marche forcée. Nos institutions publiques ont aussi une lourde responsabilité pour adapter notre économie et notre société à ces bouleversements : en révisant le code du travail pour protéger les nouveaux acteurs de l’économie dite collaborative, en faisant en sorte que ces nouveaux business ne soient pas constamment en porte-à-faux avec la loi comme ce fut le cas avec Uber Pop ou même d’Arbnb… Enfin, ces nouvelles entités numériques, dont beaucoup pourraient aussi devenir (ou sont déjà) des quasi-monopoles sur leurs secteurs, devront être amenées à repartager ce qui constitue finalement leur vrai capital : la Data et les algorithmes. Il est indispensable que des géants comme Google, Facebook et autres, soient contraints de rémunérer chacun d’entre nous en échange des informations qu’ils ont récoltées et archivées sur nos propres vies.

Propos recueillis par Guillaume Chazouillères

© Capital.fr
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13861
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 27 Jan 2016, 08:36

La logique de gauche montre son visage : d'un coté des professionnels soumis à des contraintes rigoureuses et à des impôts lourds, de l'autre un vaste champ de liberté avec des renards libres dans un poulailler libre... le tout bien sur avec les dégâts qui en découlent.

Hors catégorie : les privilégiés à qui on distribue les prébendes afin de les rallier et d'en faire des allés médiatiques ou des clients politiques qui sont dépendants du bon vouloir de nos nouveaux maitres.

En bref nous continuons dans le n'importe qui faisant n'importe quoi n'importe comment... on appelle cela gouverner selon la méthode flanbi...



Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14230
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 27 Jan 2016, 08:39

Amazon, un réseau de gauchistes alors qui s' auto promeut Smile
http://www.amazon.fr/Uberisation-économie-déchirée-Bruno-Teboul-ebook/dp/B00YXRIJG8

Et Bruno Teboul un marxiste bien que polytechnicien.
http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2015/11/10/32001-20151110ARTFIG00015-l-uberisation-de-l-economie-va-detruire-des-millions-d-emplois.php
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 2995
Date d'inscription : 08/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 27 Jan 2016, 09:14

Amazon c'est très bien, Uber si avec les VTC font diminuer le nombres de taxis sur les routes, moi je suis pour. Et si les taxis ne sont pas content, ils n'ont qu'à s'en prendre à eux même, se sont eux qui ont fait monté le prix de leur licence, à vouloir faire du fric à tout prix voilà se qui arrive.
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 700
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 27 Jan 2016, 09:30

Si le prix des licences de taxi à augmenter c'est qu'il y avait pénurie de licences. Et ce qui n'est rare est cher...

Et qui délivre les licences ???? La puissance publique

Combattez l'économie de marché, elle gagne toujours
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14230
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 27 Jan 2016, 09:32

La version capital vs travail ubérisé :

Les points communs de ces plateformes, c ‘est qu’elles ont bien souvent eu la capacité à lever des fonds de manière astronomique, surtout pour les entreprises américaines, malheureusement pour nous. On utilise le terme de « Licornes » pour ces start up qui sont valorisées à des milliards de dollars et leur particularité indépendamment d’avoir peu d’intensité capitalistique c’est aussi d’avoir levé des dizaines voire des centaines de millions d’euros. Ce facteur clé explique comment elles-mêmes sont à la source d’une nouvelle création de valeurs.

Autre point déterminant, elles ont un niveau de masse salariale extrêmement faible. Ce sont des entreprises qui emploient quelques centaines voire quelques milliers de collaborateurs alors qu’elles font des centaines voire des milliards de chiffre d’affaires. La différence est de taille avec nos entreprises du CAC 40 qui elles, doivent supporter, malgré leur position hégémonique sur certains secteurs, une intensité capitalistique assez importante et une masse salariale qui se compte en plusieurs dizaines voire centaines de milliers de collaborateurs. Donc la bataille est très inégale entre les acteurs traditionnels et ces fameuses start-up que l’on nomme « Licornes »

Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/uberpop-etend-reinventer-economie-troc-cree-t-fine-plus-valeur-que-cela-en-detruit-bruno-teboul-2184272.html#Cc6bJq7hHwwc7ePI.99
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 27 Jan 2016, 18:24

Je suis admiratif devant tant de découvertes, le phénomène "Amazon", par exemple, était prévisible il y a plus de 20 ans. Par exemple "La Redoute" a été un pionnier dans la ventes par correspondance avec une application base de données permettant une réactivité supérieure aux concurrents( utilisation du minitel). Déjà à cette époque le net pointait son nez, la société n' a pas voulu prendre le risque internet et a permit à Amazon de prendre le marché et elle de péricliter jusqu' au point de disparaître.
Autre point les taxis : ils ont été trop sûr de leur monopole, ils ont étés si peu commerçants que les clients les ont délaissés. Une autre société a inventé un système donnant satisfaction ile en paye (en partie) le prix. Dans cette affaire, l' état n' est pas tout blanc, en limitant les licences il a favorisé la hausse de la revente de ces dernières et comme de bien entendu, les dernier arrivés paye le prix fort et risque de perdre ce capital avec l' ouverture de nouvelles licences, et ce même en interdisant les VTC. Petit rappel: les licences sont gratuite quand fournies par l' état.
Pour les autoentrepreneurs, qui parmis vous a, un jour, tenté de monter sa propre boite? Quand on recense les documents divers et variés, le prix des enregistrement et bouquet final les ponctions de l' état (ursaff) sans compter sur les demandes de crédits avant même l' ouverture à la clientèle, vous comprendrez que cela refroidisse.
Le statut d' autoentrepreneur permet à des chômeurs, des employés de se lancer dans leur rêve inaccessible dans la forme classique. Il est évident que ce statut ne doit être que temporaire dans le temps. Si les artisans petites entreprises ont du mal a trouver des chantiers cela vient du fait qu' ils sont considérés comme trop cher, ou ne sont pas intéressés par de petit chantiers d' entretiens.
Ainsi lorsque je demande à une entreprise un dépannage et que je n' obtiens aucune réponse, je place cette dernière sur ma liste rouge et ainsi perd ma clientèle pour de plus gros chantiers.

Libellule a écrit:
Les points communs de ces plateformes, c ‘est qu’elles ont bien souvent eu la capacité à lever des fonds de manière astronomique, surtout pour les entreprises américaines, malheureusement pour nous
.

Nous en sommes, malheureusement, les seul responsables. Aux USA le système favorise l' initiative, nous nous la regardons frileusement et la laissons passer.

Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12177
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 27 Jan 2016, 19:36

Il ne faut pas tout mélanger et il y a des distinguos importants à faire....

Si Amazon est critiquable sur nombre de points tels que fiscalité ou destruction des petits commerces, il n'en demeure pas moins que c'est une société commerciale qui comme d'autres, je pense à la Fnac, ouvre ses services de "market places" à d'autres sociétés commerciales...

Pour commercer par l'intermédiaire de ces "market places" il faut être un commerçant établi, certes en France ou ailleurs, et ce ne serait-ce que par que celles-ci garantissent un certains niveau de qualité et de sécurité pour les transactions réalisés par leurs intermédiaires...

Les approches de Uber, Heetch, Airbnb, Blablacar, Le Bon Coin, Mon Voisin Cuisine, ...... sont totalement différentes dans la mesure où sous prétexte d'économie collaborative ces sociétés permettent à des particuliers de devenir taxi, hôtelier, transporteur, commerçants, restaurateurs, ..... en s'affranchissant des contraintes légales et fiscales qu'ont à remplir les entreprises régulièrement établies...

De facto, ces sociétés ne jouent qu'un rôle d'intermédiaire en endossant aucune responsabilité sur ce que font ceux qui travaillent par leur intermédiaire tant au niveau fiscal qu'au niveau responsabilité juridique...

Dit autrement ce n'est pas parce que vous êtes monté dans une voiture par l'intermédiaire d'Uber que cette société est engagée en cas d'accident et Uber ne vérifiera pas que vous vous acquitter des impôts liés aux revenus générés par votre activité...

Cela ne serait en finale pas trop grave si cela restait à un niveau marginal mais des petits malins ont bien compris qu'il y avait là un filon à exploiter...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14230
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 27 Jan 2016, 19:45

@mamiea

Nous ne favorisons pas trop la précarité, ce qui n'est pas le cas aux USA, je pense surtout.

Si on regarde bien la génèse de tout cela en France on ne peut pas dire que le statut d’auto entrepreneur soit d’émanation marxiste puisque issu des propositions faites dans le rapport titré « En faveur d'une meilleure reconnaissance du travail indépendant »  demandé par Hervé Novelli (alors secrétaire d'État chargé des entreprises et du commerce extérieur sous le chef d'Etat trotskyste Sarkozy (je blague)), le dispositif étant intégré dans la loi de modernisation de l’économie (LME) promulguée le 4 août 2008 et créé dans ce cadre. Il s'adresse à tout porteur de projet qui souhaite créer son activité sans pour autant créer une société. CQFD.

Ainsi, depuis 2009, la moitié des créations d'entreprises se font en utilisant ce régime, mine de rien. On est loin d'une quelconque frilosité à se lancer. Le problème n'est pas là de mon point de vue.

Il faut en effet attendre 2012 pour que certains commencent à convenir que ce statut dérégularise le marché de l'emploi car bénéficiant d'avantages anormaux ; on en conclut que ce régime ne favorise pas le développement économique des micro-entreprises, mais c’était sans compter sur Uber et consorts qui allaient mettre comme seule condition à bénéficier de sa (leur) force de frappe, d’être précisément auto entrepreneur, permettant de faire passer ce statut d’appoint à une activité, au statut d’activité principale sans contrainte d'une entreprise sans structure administrative (ou de gestion du personnel, disons).

@thierry

Pas sûr que la comparaison et l’opposition entre ubérisés et fonctionnarisés tiennent la route puisque les fonctionnaires ont eux-mêmes accès à ce statut les quelques restrictions restant marginales. Le régime de l'auto-entrepreneur qui initialement a été présenté comme un tremplin pour la création d'une entreprise « traditionnelle »  s’est transformé en portage salarial précaire puisque plafonné pour ne pas être taxé. De zero € à quelques 27 000€ l'auto  entrepreneur gardant son "indépendance aux taxes et charges sociales" (si, si).

@tous
Uber est l’un des premiers à avoir compris qu’en mutualisant les ressources il était possible avec un conglomérat d’auto entrepreneurs d’avoir une représentativité nationale et locale. Ce qui naturellement allait faire evoluer le statut même de l'union des auto-entrepreneurs lancée le 9 avril 2009 par son président François Hurel en compagnie du ministre Hervé Novelli.

Nées en même temps que ce nouveau statut, des sociétés comme Uber se sont lancées dans la microfranchise d'auto-entrepreneurs. Je te prête mon nom, tu me prêtes ta micro entreprise, et le tour fut joué. Cela n'a plus rien à voir avec la liberté d'entreprendre, qu'on se le dise.

On voit naître sous nos yeux le système de la sous-traitance et de la flexibilité, 100% précarisé, dans un contexte de crise du travail et de licenciements massifs ; c'est cela que l’on appelle aujourd’hui l’uberisation. Re CQFD.

Loin de l'image véhiculée par l'idée de la « liberté d'entreprendre » ou d'une amélioration du statut du travailleur permettant la fin de la subordination juridique du salarié, le statut d'auto-entrepreneur est devenu celui d’une auto-aliénation. On ne se fait plus embaucher par une entreprise, on la facture pour essayer d’être payé. Fini le délit de travail dissimulé ou l’abus de vulnérabilité.

@anonymous je ne mélange pas les statuts pour ma part, ni un épi-phénomène avec un tsunami économique en cours. study alien cat


Dernière édition par Libellule le Mer 27 Jan 2016, 20:03, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 27 Jan 2016, 19:55

a.nonymous a écrit:
Il ne faut pas tout mélanger et il y a des distinguos importants à faire....

Si Amazon est critiquable sur nombre de points tels que fiscalité ou destruction des petits commerces, il n'en demeure pas moins que c'est une société commerciale qui comme d'autres, je pense à la Fnac, ouvre ses services de "market places" à d'autres sociétés  commerciales...

Pour commercer par l'intermédiaire de ces "market places" il faut être un commerçant établi, certes en France ou ailleurs, et ce ne serait-ce que par que celles-ci garantissent un certains niveau de qualité et de sécurité pour les transactions réalisés par leurs intermédiaires...

Les approches de Uber, Heetch, Airbnb, Blablacar, Le Bon Coin, Mon Voisin Cuisine, ...... sont totalement différentes dans la mesure où sous prétexte d'économie collaborative ces sociétés permettent à des particuliers de devenir taxi, hôtelier, transporteur, commerçants, restaurateurs, ..... en s'affranchissant des contraintes légales et fiscales qu'ont à remplir les entreprises régulièrement établies...

De facto, ces sociétés ne jouent qu'un rôle d'intermédiaire en endossant aucune responsabilité sur ce que font ceux qui travaillent par leur intermédiaire tant au niveau fiscal qu'au niveau responsabilité juridique...

Dit autrement ce n'est pas parce que vous êtes monté dans une voiture par l'intermédiaire d'Uber que cette société est engagée en cas d'accident et Uber ne vérifiera pas que vous vous acquitter des impôts liés aux revenus générés par votre activité...

Cela ne serait en finale pas trop grave si cela restait à un niveau marginal mais des petits malins ont bien compris qu'il y avait là un filon à exploiter...

Je suis d' accord avec vous, toutes ces plateformes dites de services ne prennent aucun risque (si ce n' est de disparaître) et vivent sur le dos de leurs clients.
Ces derniers font l' économie de leur publicité mais pas sans contraintes.
J' ai jeté un oeil sur "Mon Voisin Cuisine", cela me semble bien risqué car quelles sont les compétences (particulièrement en hygiène) de ces "cuisinier d' un jour".
Personnellement je fuirais ce type de site préférant cuisiner moi*même ou faire appel à un traiteur, question de sécurité alimentaire.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14230
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 27 Jan 2016, 20:11

Souvenons-nous que la fuite n'a qu'un temps et que le ralliement souvent suit. Que n'a t-on dit que le modèle numérique était voué à l'échec et ne trouverait jamais son marché. Certes il y eut la bulle internet et quelques pionniers disparurent pour ne pas avoir porté le bon projet. Il en résulte néanmoins que des mastodontes ont tout absorbé dont Google et Amazon, qui sont "cotés en bourse ou sur les marchés financiers" de telle sorte qu'ils disposent de moyens aujourd'hui pour imposer leurs lois de défiscalisation massive. Des structures comme Mon voisin cuisine vont peut-être faire partie des solutions qui ne vont pas perdurer, mais cela n'empêchera pas lesdits mastodontes de poursuivre leurs chemins sans se soucier s'il empiètent sur le marché du travail existant (cité plus haut, la Fnac par exemple, ou les taxis). C'est ce vase communicant qui va mener les salariés et chômeurs à disparaître simultanément, au profit de l'ubérisation si on ne trouve pas rapidement les solutions pour les contrecarrer (+1 à salamandre).
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 27 Jan 2016, 20:13

Pour bien comprendre les règles de l' autoentreprise (document URSAFF)

http://www.lautoentrepreneur.fr/images/2894-PointSur-AE.pdf a écrit:
L’activité déclarée sous le régime autoentrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se lancer « à son compte » ou à titre complémentaire par un salarié du secteur privé,
un fonctionnaire ou un retraité qui a un projet de développer une activité annexe ou encore par un étudiant qui souhaite créer sa première activité alors même qu’il poursuit ses études. Ce régime
permet, par exemple, de débuter un projet d’entreprise.
Parmi les caractéristiques du dispositif on peut noter que les formalités liées à la création d’entreprise sont simplifiées (sur www.lautoentrepreneur.fr). Le régime auto-entrepreneur permet d’anticiper le paiement des charges fiscales (sur option) et sociales à partir d’un taux forfaitaire sur le chiffre d’affaires.
L’auto-entrepreneur peut bénéficier du statut de l’EIRL (entrepreneur individuel à responsabilité limitée) en affectant à son activité professionnelle un patrimoine spécifique séparé de son patrimoine personnel.
Il conserve toutefois le régime fiscal et social forfaitaire lié au régime de l’auto-entreprise.
L’auto-entrepreneur qui obtient l’Aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d’entreprise (Accre) bénéficie d’un taux forfaitaire minoré.
ATTENTION : avant d’adhérer au régime autoentrepreneur,
il convient de vérifier que ce régime est
adapté à votre situation. En effet certaines professions
ne peuvent pas, par exemple, être exercées sous le
régime auto-entrepreneur. Tel est le cas notamment
des activités relevant de la TVA immobilière. Il en est
de même des activités exercées dans le cadre d’un lien
de subordination pour lesquelles seul le salariat doit être retenu. L’exercice d’une activité dans le cadre d’une société ne permet pas de recourir à ce dispositif. Le chiffre d’affaires ne doit pas dépasser certains seuils.
Selon les cas, une qualification est obligatoire...
Aussi, nous vous invitons à bien vous informer sur le régime auto-entrepreneur. Dans ce cadre, vous pouvez vous rapprocher de votre Chambre de commerce et d’industrie, de votre Chambre de métiers et de l’artisanat ou de votre Urssaf.
Le présent document, volontairement synthétique vous donnera les principales informations sur ce dispositif.
Nous vous rappelons que les formalités et informations relatives au dispositif sont accessibles sur www.lautoentrepreneur.fr
Ce site est le seul portail officiel contenant les informations relatives à l'auto-entrepreneur.
Vous pouvez sur ce site assurer l'ensemble des formalités relatives à l'auto-entrepreneur.
Nous vous mettons en garde contre des organismes qui vous réclameraient des frais d'inscription.

Ps: en gras certaines choses très importantes à savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14230
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 27 Jan 2016, 20:23

Porter un projet (je conduis une voiture pour rendre service) n'est pas porter une entreprise ; le sésame à la dérégulation en une formule "je facture ce service à une entreprise qui me paye, sans se soucier du projet porté". L'activité de l'entreprise c'est mutualiser, celle de l'auto entrepreneur c'est tenir le volant. Sans être taxi et sans licence. Sans gagner beaucoup, mais en prenant la part de marché qu'il convient aux licenciés pour que je puisse facturer.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12177
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 27 Jan 2016, 20:27

mamiea a écrit:
Pour bien comprendre les règles de l' autoentreprise (document URSAFF)

Précisons aussi que si l'autoentrepreneuriat est un statut juridique franco-français, Uber est une société  américaine née à San Fransciso et opérant dans divers pays....


Dernière édition par a.nonymous le Mer 27 Jan 2016, 20:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 27 Jan 2016, 20:27

Libellule a écrit:
Souvenons-nous que la fuite n'a qu'un temps et que le ralliement souvent suit. Que n'a t-on dit que le modèle numérique était voué à l'échec et ne trouverait jamais son marché. Certes il y eut la bulle internet et quelques pionniers disparurent pour ne pas avoir porté le bon projet. Il en résulte néanmoins que des mastodontes ont tout absorbé dont Google et Amazon, qui sont "cotés en bourse ou sur les marchés financiers" de telle sorte qu'ils disposent de moyens aujourd'hui pour imposer leurs lois de défiscalisation massive. Des structures comme Mon voisin cuisine vont peut-être faire partie des solutions qui ne vont pas perdurer, mais cela n'empêchera pas lesdits mastodontes de poursuivre leurs chemins sans se soucier s'il empiètent sur le marché du travail existant (cité plus haut, la Fnac par exemple, ou les taxis). C'est ce vase communicant qui va mener les salariés et chômeurs à disparaître simultanément, au profit de l'ubérisation si on ne trouve pas rapidement les solutions pour les contrecarrer (+1 à salamandre).

La question à se poser : si Google et Amazon avaient été des sociétés Françaises, aurait-elle pu lever autant d' argent ? Seraient elles pas parties ailleurs?
La France est-elle (financièrement -facilité d' installation- de crédit) attractive?
Ces sociétés n' imposent rien elles utilisent les moyens que leur offre certains états.
J' ai souvenir d' une jeune créatrice Strasbourgeoise qui avait mis au point un des premiers robots chirurgicaux, où a-t-elle trouvé un financement ? aux USA, la France tergiversant tant et plus.
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 27 Jan 2016, 20:38

Libellule a écrit:
Porter un projet (je conduis une voiture pour rendre service) n'est pas porter une entreprise ; le sésame à la dérégulation en une formule "je facture ce service à une entreprise qui me paye, sans se soucier du projet porté". L'activité de l'entreprise c'est mutualiser, celle de l'auto entrepreneur c'est tenir le volant. Sans être taxi et sans licence. Sans gagner beaucoup, mais en prenant la part de marché qu'il convient aux licenciés pour que je puisse facturer.

Définition d' une entreprise :
Citation :
Une entreprise est une unité institutionnelle, mue par un projet décliné en stratégie et/ou en politiques et plans d'action, dont le but est de produire et de fournir des biens ou des services à destination d'un ensemble de clients ou usagers. ...
Autrement dit le contraire de ce que vous dites.
Vous dénigrez les autoentrepreneurs, c' est votre droit, permettez que je vous dise que vous avez tord et que votre vision est bien restrictive.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14230
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 27 Jan 2016, 21:06

Pardon, je ne dénigre pas l' autoentrepreneur, certainement pas, j'indique que l'uberisation en détourne Le statut initial, ce qui peut se révéler un tsunami economique alors que l'on parle révision du code du travail, deuxième volet du sujet ouvert par mes soins, et pour l'instant, laissé de côté.
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 27 Jan 2016, 21:41

Libellule a écrit:
Pardon, je ne dénigre pas l' autoentrepreneur, certainement pas, j'indique que l'uberisation en détourne Le statut initial, ce qui peut se révéler un tsunami economique alors que l'on parle révision du code du travail, deuxième volet du sujet ouvert par mes soins, et pour l'instant, laissé de côté.

Chaque chauffeur Uber est un entrepreneur individuel peut-être même un taxi, Uber ne sert que de plateforme tout comme des sites comme seloger.com, hôtel.com et j' en passe ou bien les centrales de réservations des chaines hotelières.
Le principe, un point d' appel (ou un site internet) qui prend votre commande et la transmet au fournisseur (l' hôtelier par exemple) ce dernier versant un pourcentage du prix à la centrale. Ce principe est le même pour les grandes chaînes de distribution et de nombreux grands groupes.

Un conseil, faites vos réservations chez le commerçant, vous y gagnerez en temps et en argent (expérience personnelle).
Pour finir avec les taxis, regardez ce qui est demandé pour obtenir une licence http://www.licence-taxi.fr/licence.php et posez vous la question de savoir à qui la faute.
Que ce soit taxi ou VTC je pense qu' ils doivent souscrire une assurance particulière et ce à titre individuel.

Quand à la révision du code du travail, il est temps d' attendre car l' on entend parler de tout et de rien, même au sein du gouvernement. Faisons confiance à nos gouvernants pour nous pondre une révision a minima.
Ps revoir c' est dans l' air d' hier http://www.france5.fr/emissions/c-dans-l-air
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12177
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 27 Jan 2016, 21:53

mamiea a écrit:
Chaque chauffeur Uber est un entrepreneur individuel peut-être même un taxi, Uber ne sert que de plateforme tout comme des sites comme seloger.com, hôtel.com et j' en passe ou bien les centrales de réservations des chaines hotelières.
Le principe, un point d' appel (ou un site internet) qui prend votre commande et la transmet au fournisseur (l' hôtelier par exemple) ce dernier versant un pourcentage du prix à la centrale. Ce principe est le même pour les grandes chaînes de distribution et de nombreux grands groupes.

La différence essentielle entre Uber et les centrales de réservation ou les "market places" étant que les "collaborateurs" d'Uber ne sont pas des entreprises mais des travailleurs indépendants qui plus est propriétaire de leur outil de travail...


mamiea a écrit:
Un conseil, faites vos réservations chez le commerçant, vous y gagnerez en temps et en argent (expérience personnelle).

Sauf qu'il m'est arrivé à plusieurs reprises de devoir faire ma réservation par internet à partir du hall même de l'hôtel où je souhaitais réserver pour pouvoir bénéficier des conditions ou du quota de chambre accordés à la centrale de réservation...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14230
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 27 Jan 2016, 22:19

Ne rêvons pas et restons lucides jusqu'au bout. (réponse dédiée plutôt à vieux breton qui semble apprécier cette évolution de la loi du marché)

L’anglicisme "workers on tap" (travailleurs au bout du robinet) décortique la façon dont ce modèle d’économie à la demande devient aussi celui d’un travail à la demande.
Le modèle se met en place en transformant l’économie, et inévitablement il transforme également le travail.

On en vient à parler d’une force de travail disponible comme l’eau sortant d’un robinet, que l’on ouvre plus ou moins ou que l’on ferme selon son bon vouloir. Une force de travail payée selon le débit fourni sans ou avec très peu de possibilité de l’ouvrir, sauf à fermer le robinet de l’activité en cours sans protection sociale et bien sûr aucun avantage de salarié

On ne dit pas ubérisation mais Uberbashing ou Amazonbashing d'ailleurs, depuis l’apparition de son son "mechanical turk" nommé d’après un célèbre automate joueur d’échecs du XVIIIe siècle, à n’importe quel internaute de proposer une tâche non automatisable à la multitude des autres internautes :

Tandis que ces sociétés affichent des milliards de chiffre d’affaires, l’auto entrepreneur est exploité sans fin ni limite comme on bouge un pion sur un échiquier, en vue de le sacrifier pour protéger le roi ou la reine du business qui cherche le mat de la défiscalisation totale.

L’utilisation d’une plate-forme de type ubiquitaire va remettre en question de nombreuses hypothèses fondamentales du capitalisme du XXème siècle. Depuis la nature de l’entreprise jusqu’à la structure des carrières. Ne pas le voir ou le pressentir, c’est un peu se mettre des œillères, histoire de se rassurer.

A terme, il n’y aura plus besoin de bureaux, ni d’employés à temps plein. La taille et la qualification des équipes seront aisément adaptables aux différentes tâches. Il sera possible d’accéder à du temps et de la capacité disponible dans le monde entier et non pas juste de France.

Les allemands eux parlent de Plattform Kapitalismus (capitalisme de plate-forme) totalement déshumanisé qui réduit la vie au partage de pièces de son logement, à la location de son temps ou à la mise aux enchères de ses biens.

Je m’étonne que personne n’entende le point de vue des conducteurs Uber qui se plaignent d’être poussés à travailler régulièrement, comme des permanents, sans en obtenir jamais les avantages. On se concentre sur les résistances des services traditionnels concurrencés que sont les taxis, en faisant fi du combat des ubérisés.

Ces adhérents étant plutôt des travailleurs pauvres. De cette économie "on demand" à l’automatisation totale, tout cela nous laisse augurer d’un monde fait uniquement de travailleurs indépendants hyperspécialisés attendant qu’on veuille bien leur donner leur dose de travail journalier. Un film de science fiction, me vient à l'esprit, où chaque homme ou femme naît avec "un capital moyen d'années à vivre de 25 ans", et pour acheter des années de vie, on doit en enlever à d'autres. Là il ne s'agit pas de vies qui sont en jeu, heureusement, mais bien de l'accès au travail ; il y aura à la fin beaucoup de laissés pour compte si on se contente de "laisser faire", parce que c'est cela notre devenir nous accordant à tous la liberté d'entreprendre.

Que certains puissent croire que se faisant les ubérisés deviendront maîtres de leur travail et de leur emploi du temps, pourquoi pas.

Je ne souhaite pas que l’on aborde que le côté obscur du processus, mais je fais juste remarquer que cette économie "on demand" n’arrive pas par hasard, mais dans des temps de chômage de masse. L’un devant remplacer l’autre (le titre que j’ai choisi).
Revenir en haut Aller en bas
frakerd

avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 01/07/2015
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 27 Jan 2016, 23:08

Libellule vous dites n'importe quoi, je suis un auto entrepreneur et je ne suis absolument pas un pion que l'on exploite et que l'on bouge à sa guise, je suis mon propre patron, je ne travaille pas pour une ou des sociétés. Vous confondez les chauffeurs qui travaillent pour Uber et la majorité des auto entrepreneurs qui eux travaillent pour leur propre compte.

Maintenant restez sur vos positions cela ne changera pas beaucoup, car vous représentez très bien le parti auquel vous êtes affilié.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.fontenay-sous-surveillance.fr/
tonton christobal

avatar

Messages : 13861
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 27 Jan 2016, 23:41

frakerd a écrit:
Libellule vous dites n'importe quoi, je suis un auto entrepreneur et je ne suis absolument pas un pion que l'on exploite et que l'on bouge à sa guise, je suis mon propre patron, je ne travaille pas pour une ou des sociétés. Vous confondez les chauffeurs qui travaillent pour Uber et la majorité des auto entrepreneurs qui eux travaillent pour leur propre compte.

Maintenant restez sur vos positions cela ne changera pas beaucoup, car vous représentez très bien le parti auquel vous êtes affilié.



Que dire de plus ?

Nous avons une belle démonstration (de plus) de la vacuité de l'agitation tendant à passer pour une réflexion de libellule.

Continuons dans cette voie et à un moment ou à un autre la supercherie sera découverte. Nous progressons dans la découverte de la réalité !

Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14230
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Jeu 28 Jan 2016, 00:19

Toujours pareil. Me faire dire ce que je ne dis pas.
Alors que c'est évident pour tout le monde : les auto entrepreneurs ne sont pas tous ubérisés, mais tous les ubérisés sont des auto entrepreneurs. Pas d' amalgamme á faire donc. Signaler une évolution pas forcément favorable aux auto entrepreneurs version 2009, c' est se vouloir préventif pour ceux là. La version 2015 s' en éloigne dangereusement. Je ne dis rien d'autre. Le débat peut se poursuivre sans mélanger l'un et l'autre. +1

Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Jeu 28 Jan 2016, 00:39

a.nonymous a écrit:


La différence essentielle entre Uber et les centrales de réservation ou les "market places" étant que les "collaborateurs" d'Uber ne sont pas des entreprises mais des travailleurs indépendants qui plus est propriétaire de leur outil de travail...
rappel si les chauffeurs de VTC sont des collaborateurs (salariés) il ne peuvent être autoentrepreneur, le statut d' autoentrepreneur est un statut particulier pour des indépendants des artisans:
L’exercice d’une activité dans le cadre d’une société ne permet pas de recourir à ce dispositif
Certains ont étés condamné pour cela.




Sauf qu'il m'est arrivé à plusieurs reprises de devoir faire ma réservation par internet à partir du hall même de l'hôtel où je souhaitais réserver pour pouvoir bénéficier des conditions ou du quota de chambre accordés à la centrale de réservation...
Pas de chance pour vous.

@Libellule :"Tandis que ces sociétés affichent des milliards de chiffre d’affaires, l’auto entrepreneur est exploité sans fin ni limite comme on bouge un pion sur un échiquier, en vue de le sacrifier pour protéger le roi ou la reine du business qui cherche le mat de la défiscalisation totale." il est bon de rappeler que sans ses "exploités" ces milliards disparaissent.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14230
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Jeu 28 Jan 2016, 00:56

Oui derrière Uber Google et Amazon se cachent d'énormes moyens financiers qui vont continuer à grossir pour ces rois du business en profitant de la mutualisation des auto entrepreneurs qu'ils auront uberisés en utilisant les failles fiscales du statut, ici et ailleurs. Je confirme. Voir plus haut mes divers développements.

Sinon les milliards se fabriquent sans uberisarion en aval et amont. Pub, référencement, appli, et quelques autres babioles. Pas de disparition en vue, non, voir Le sujet // sur les 1% détenant les 99% avec les écarts qui se creusent.
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Jeu 28 Jan 2016, 01:27

Libellule a écrit:
Oui derrière Uber Google et Amazon se cachent d'énormes moyens financiers qui vont continuer à grossir pour ces rois du business en profitant de la mutualisation des auto entrepreneurs qu'ils auront uberisés en utilisant les failles fiscales du statut, ici et ailleurs. Je confirme. Voir plus haut mes divers développements.

Je confirme aussi que sans clients ou pour les taxis "uber" sans les vtc les moyens financiers s' envolent, les entreprises disparaissent, c' est la dure loi du commerce et celle la n' est pas récente.

Pour pouvoir comparer entre taxi et uber voir les offres d' emploi chez G7, mais où sont passé les chauffeurs?
http://www.taxisg7.fr/carriere-et-emploi/offres-emplois/jobs.

Les licences de taxi c' est a rapprocher du marché immobilier, plus c' est rare plus c' est cher. On s' est plaint du manque de taxi, on a donc ouvert l' obtention de nouvelles licences, mais les anciens sont montés au créneau demandant à l' état de rembourser le montant de leur investissement (rappel les licences sont gratuites et la cession se fait de gré à gré entre ancien et nouveau conducteur ayant le "permis taxi"). Uber n' a fait que se glisser dans la faille en utilisant toutes les ficelles.
La question est donc de savoir comment se fait-il l' état soit resté muet (que ce soit de droite ou de gauche)
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14230
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Jeu 28 Jan 2016, 01:41

Personne n'a vu les failles signes précurseurs des secousses telluriques actuelles.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14230
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Jeu 28 Jan 2016, 01:51

On ne peut avoir Uber et l'argent d'Uber, conclut un PDG dans la presse économique. Ce simple jeu de mots vous suffirait-il pour décrire la nature du séisme en cours?
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Jeu 28 Jan 2016, 01:53

Libellule a écrit:
Personne n'a vu les failles signes précurseurs des secousses telluriques actuelles.
Et personne ne les a comblés avant quelle ne deviennent des fosses.
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Jeu 28 Jan 2016, 02:03

Libellule a écrit:
On ne peut avoir Uber et l'argent d'Uber, conclut un PDG dans la presse économique. Ce simple jeu de mots vous suffirait-il pour décrire la nature du séisme en cours?
Qui est derrière Uber? qu' est ce que Uber? Uber une idée qui a plu à des investisseurs financiers et des chauffeurs mais aussi aux clients.
Si Uber ne rapporte pas assez les investisseurs retirent leur billes et que reste-t-il un Uber en bière, avec comme dégât collatéral des petits (chauffeurs et investisseurs) qui eux boiront le bouillon. Les clients se retournerons vers un autre moyen de transport.
Il n' y a rien de nouveau dans le monde du commerce que des adaptations qui s' accélèrent avec le numérique.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14230
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Jeu 28 Jan 2016, 03:01

L’entreprise compte effectivement la banque Goldman Sachs dans ses financeurs, et Google a investi 258 millions de dollars (environ 190 millions d’euros) dans la société en août 2013. Pour en gagner plus à moindre risque.

La première a des casseroles mais peut payer.

Exemple récent : Goldman Sachs est parvenu à un accord de principe de 5,06 milliards de dollars avec les autorités américaines pour solder un litige immobilier remontant à la crise financière. Ce compromis devrait se traduire par une charge nette de 1,5 milliard de dollars dans ses comptes du quatrième trimestre 2015. L'établissement dirigé par Lloyd Blankfein se voyait reprocher d'avoir vendu de 2005 à 2007 un portefeuille titrisé de prêts hypothécaires résidentiels (RMBS) - des crédits immobiliers convertis en produits financiers qui ont par la suite causé des pertes abyssales aux acheteurs finaux.

Ce qui ne l'empêche pas de rester la reine du business mondial.. en se jouant des pions qu' elle a sacrifiés .=.cqfd sur les risques encourus par les ubérisés.

La seconde doit accepter de payer des impôts ici ou là, par compromis juridique à venir, sans perdre son statut de roi du business. Elle ne Le perdra pas vu le cash déjà constitué
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13861
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Jeu 28 Jan 2016, 06:51

L'économie mondiale peut être un sujet passionnant... mais la gestion de la ville ou je réside m'intéresse d'avantage.

Les milliards gagnés ou perdus par une entreprise internationale me laissent froid.

En revanche lorsque les élus de ma ville m'expliquent qu'en raison de leur stratégie judicieuse en matière d'immobilier mes impôts vont diminuer là je suis concerné.
Curieusement comme mes impôts augmentent et que pour les explications il n'y a plus personne... je pense que j'ai été trompé. (une fois de plus)

Lloyd machin chouette, Goldman trucmuche et le business mondial je m'en tape ! je veux savoir ce qu'il en est ici à Fontenay et maintenant avec une opération immobilière qui devait rapporter gros, diminuer mes impôts et donner une bouffée d'air aux finances de la ville.

Répondre à ce genre de question d'une manière intelligible et cohérente est difficile mais ce qui se conçoit bien s'énonce clairement donc j'attends.
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 2995
Date d'inscription : 08/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Jeu 28 Jan 2016, 10:19

C'est une nouvelle méthode de libellule, plutôt que de détourner les posts qui ne lui sont pas favorables, on créer des posts défouloir, mais pendant ce temps là on ne parle plus des problèmes et il y en a une multitude à Fontenay sous Bois.

Est ce que le théâtre que la majorité veut absolument construire, malgré une forte opposition des fontenaysiens, sera financé par des multinationales que la majorité actuelle combat, ou est ce que la gestion de ce théâtre sera ubertisé.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14230
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Jeu 28 Jan 2016, 19:21

Vous continuez à dire n'importe quoi sans changer de méthode, je poste, vous me citez dans la foulée avec un vague commentaire acerbe, histoire de...

Dans les faits, je n'ouvre que peu de sujets, et le plus souvent ils sont en rapport avec soit l'histoire de notre ville, soit des sujets de sociétés qui peuvent mériter une tribune libre, sur un forum qui l'est tout autant. Loin de toute revue de presse, quand j'ouvre un sujet, oui je le porte et réponds ou précise mon point de vue à ceux qui y participent.

J'ai déjà indiqué que je me tenais à disposition pour répondre à toutes questions en relation avec le fonctionnement de la municipalité, chacun connaissant la procédure pour me contacter et que dans le même temps je ne serai pas comme d'autres assidus de ce forum dans la redite permanente. Au bon sujet vous trouverez mes réponses sur les interrogations subsidiaires que vous remettez sur le tapis ici. Je ne crois pas que les deux sujets théâtre et ubérisation puissent être connectés comme vous le faites, par ailleurs, à moins que vous nous expliquiez comment cela pourrait se passer concrètement. Par le crowdfoudning immobilier pour partie? Qui sait?

Si vous ne voyez pas l'intérêt du débat sur l'ubérisation que j'ai ouvert, n'y participez pas, on gagnera du temps... je crois que de moins en moins de personnes s'intéressent au développement de vos états d'âme me concernant.

Grâce à la démocratisation du haut débit, des Smartphones et de la géolocalisation, nombreux sont les petits malins à lancer des plateformes, souvent des applis, qui mettent en relation clients et freelance sans les intermédiaires classiques. C'est cela le sujet, et comme les domaines touchés par le phénomène sont aujourd'hui légion des interrogations commencent à surgir. J'ouvre donc un sujet avec le ? d'usage.

Formidable opportunité économique pour les uns, l'ubérisation en inquiète d'autres. A la satisfaction de la clientèle, ils répondent précarisation voire fin du salariat. Alors j'aurai pu appeler ce sujet tout aussi bien «L’ubérisation doit-t-elle être l’avenir de l’économie ?», je lui ai préféré un autre titre qui indique que pour ma part, je crois ce pari risqué car reposant sur la précarisation du marché du travail, et l’exploitation de celle-ci par des faiseurs de rêves qui pourraient se transformer en cauchemar.

Et je veille à distinguer dans mes propos les vrais auto entrepreneurs qui apprécient de travailler en freelance et en toute indépendance, de ceux qui voient leur destinée attachée à une emprise capitalistique les précarisant ; et qu'on le veuille ou non, c'est cette catégorie qui devient la plus nombreuse.

L'auto entrepreneuriat de masse ne me parait pas porteur d'un avenir serein, non seulement pour ceux qui s'y engouffrent, mais aussi pour ceux qui par ricochet en souffrent  par l'apparition d'une concurrence défiscalisée de toute contrainte. Sans valeur ajoutée mais uniquement des tarifs attrayants, il se pourrait que nous nous retrouvions face à un modèle économique qui ne serait plus viable pour financer tout le pan social, et éducatif de l'économie à la française, les premiers dangers pouvant se porter sur le financement de la sécu, des retraites, du chômage, par exemple.

Si l'ubérisation devait s'avérer la solution à la crise, j'en serai le premier surpris. Car la micro économie du précaire multiple ne fait généralement pas bon ménage avec la macro économie emmenée par la puissance financière de quelques uns.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14230
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Jeu 28 Jan 2016, 20:13

Sur l'idée que Le client a toujours raison, cet exemple que je soumets à votre sagacité.

Le client n'a pas toujours raison dans la mesure où quelque part, il creuse à moyen terme sa propre tombe.....
Le client achète ses chaussures à -40 % sur le net ; celles-ci venant certainement de Chine.
Son chausseur vient à disparaitre, pour sûr, il voulait vendre trop cher, comme les taxis pour leurs courses.
Il se trouve que le chausseur en question achetait régulièrement des produits de l'entreprise du client
Du coup étant au chômage, le chausseur n'achète plus rien.

Cette situation étant multipliée par x centaines de milliers de cas y sur différents corps de métier, à terme, le client initial quel qu'il soit devient chômeur. CQFD

Et les effets secondaires se déroulent dès lors en cascades ; moins de rentrées fiscales, (évasion, et base de la tva appelée en baisse aussi de 40%)  besoin de reconstituer les marges des entreprises qui ont baissé leur prix, accord d'avantages fiscaux à celles-ci au détriment des ménages et des collectivités, l'étranglement fiscal des premiers ou budgétaire des secondes rendant tout à fait possible les commentaires d’asphyxie des villes de France et des foyers fiscaux décrits à juste titre ici ou là.

Rien de bien mondial là-dedans, mais rien que des conséquences au local selon la règle connue sous le nom de l'effet dominos.
Il suffit de bien suivre le mode opératoire de tout cela pour en venir à considérer que nous ne sommes plus très loin de la quadrature du cercle qui peut évoluer du jour au lendemain désormais en spirale économique non vertueuse.

Vous y rajoutez l'effet pétrole à la baisse et le ralentissement de l'économie chinoise qui finance nos dettes, quand ce n'est pas la BCE qui injecte de la monnaie sans retenue, les conflits qu'il faut financer, et la misère du reste du monde qui migre vers ce que ceux qui prennent la route considèrent comme un eldorado, et vous avez là de quoi vous dire que décidément le client en ne voyant que son intérêt immédiat se prépare un sombre avenir à partager avec de plus en plus de monde en quête d'une vie meilleure. Celle dudit client qui se plaint toujours de son sort étant néanmoins enviable à côté de ceux qui n'ont déjà plus rien.

La crise identitaire est forcément de mise, et les corporatismes naturellement se réveillent pour obtenir le juste prix de leur labeur.
En pure perte, expression à prendre au premier comme au second degré en ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
MODERATEUR 1



Messages : 19
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Jeu 28 Jan 2016, 23:24

Alors que le chômage est au plus haut les nouvelles formes d'organisation du travail méritent de faire débat.

Pour que celui-ci intéresse un maximum de lecteurs, merci d'éviter les interventions trop longues et les attaques personnelles.


Dernière édition par MODERATEUR 1 le Ven 29 Jan 2016, 04:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14230
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Ven 29 Jan 2016, 02:00

Merci de ces encouragements á poursuivre ce débat.

Un autre avis qui circule :


L’économie de plateforme qui domine aujourd’hui Internet traduit bien l'emprise des acteurs les plus puissants sur un « écosystème » mêlant utilisateurs et acteurs moins puissants. Parfaitement représentée par Uber mais aussi par Airbnb, la nouvelle génération de startups se positionne donc comme les seigneurs du numériques, en intermédiaire dominant de leur marché/écosystème. Le vocabulaire du partage et de la sociabilité heureuse cache surtout une ambition de contrôle et d’hégémonie. Ces nouveaux intermédiaires n’hésitent plus à retrouver le modèle classique de l’intermédiation : la commission – et une commission généralement élevée. Ils n’hésitent pas à attaquer un marché réglementé (les taxis) ou quasi encadré (les hôtels). L’intermédiation semble vraiment connaître un regain d’attention et peut-être même de prestige, au point de parler d’une « Middleman Economy » (Marina Krakovsky).

L' article complet pour faire plus court
http://www.paristechreview.com/2016/01/21/uberisation-contre-attaque/
Revenir en haut Aller en bas
lorenzaccio



Messages : 208
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Ven 29 Jan 2016, 02:12

Écoutons pour une fois Libellule. Qui va financer le fameux modèle social" à la française" si l'on se défiscalise à tour de bras? Ce ne sera plus dans l'avenir le petit travail au black actuel, mais sur une autre échelle, quid des retraites non préparées , de l'assurance maladie oubliée etc?
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14230
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Dim 31 Jan 2016, 11:04

Voilà, à chaque génération son lot d'exploiteurs et d'exploités. Hier les "bénévoles" d'associations abusives de la bonne volonté des gens au service de la démission du service public, aujourd'hui les auto-exploités au service de grosses boîtes ricaines côtées en bourse.

Sans passer par la case paye et taxation sur la valeur ajoutée. Ou comment raser gratis en tondant le précaire volontaire et les caisses sociales et étatiques en même temps.


Dernière édition par Libellule le Dim 31 Jan 2016, 21:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 2995
Date d'inscription : 08/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Dim 31 Jan 2016, 18:16

Libellule a écrit:
Voilà, à chaque génération son lot d'exloiteurs et d'exploités. Hier les "bénévoles" d'associations abusives de la bonne volonté des gens au service de la démission du service public, aujourd'hui les auto-exploités au service de grosses boîtes ricaines côtées en bourse.

Sans passer par la case paye et taxation sur la valeur ajoutée. Ou comment raser gratis en tondant le précaire volontaire et les caisses sociales et étatiques en même temps.

Faut il un décodeur pour décrypter les propos de libellule, ça ne veut rien dire, entre les détournement de post et des phrases qui ne veulent rien dire on est bien servi.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14230
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Dim 31 Jan 2016, 20:53

lorenzaccio a écrit:
Écoutons pour une fois Libellule. Qui va financer le fameux modèle social" à la française" si l'on se défiscalise à tour de bras? Ce ne sera plus dans l'avenir le petit travail au black actuel, mais sur une autre échelle, quid des retraites non préparées , de l'assurance maladie oubliée etc?

C'est bien cela le problème : nouveau décodage pour les durs de la comprenette : en supprimant la feuille de paye, du circuit, finis les prélèvements Urssaf, Assedic, Vieillesse, et si la facture qui la remplace doit être établie à l'adresse d'un siège social en Irlande, (Google, Amazon, Apple, ou affiliates, etc) finie la tva et vive l'évasion fiscale sur les profits de ces antennes.

On rase gratis au détriment de tout le monde qui, d' une manière ou d'une autre se fait tondre de son bas de laine, pour ne pas dire se fait enculer.

Ce qui ne garantit pas néanmoins le maintien du plein emploi des taxis qui prennent trop cher, les cons, pour avoir confondu la licence IV avec celle du droit de conduire. Résultat, superchouette, quand même, ils ne seront plus bourrés de tunes. Mais itunes si, grâce à son appli qui a dématerialisé la musique. Itou pour Amazon et Google.

http://lexpansion.lexpress.fr/entreprises/apple-google-amazon-starbucks-comment-ils-echappent-au-fisc_1352064.html


Dernière édition par Libellule le Dim 31 Jan 2016, 22:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse
» L'IABD et la numérisation du patrimoine culturel européen
» Le chômage grimpe, le montant des aides au logement aussi
» Complainte d'une jeune diplômée au chômage
» Les conditions pour avoir droit au chômage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: