Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Libellule

avatar

Messages : 14240
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mar 26 Jan - 13:11

Rappel du premier message :

Le terme provient, chacun le sait, de l'entreprise Uber qui a généralisé à l'échelle planétaire un service de voiture de tourisme avec chauffeur entrant directement en concurrence avec les taxis. Les taxis, avares de leur monopoles ont d'abord cru à une mascarade qui allait se régler par quelques intimidations frontales faites aux chauffeurs improvisés de personnes pressées d'aller d'un point à un autre, sans passer par la case de la borne locale. Ce faisant ils ne se sont pas rendu compte que les caractéristiques de ce service reposant sur la quasi-instantanéité, la mutualisation de ressources et la faible part d'infrastructure lourde dans le coût du service, les licenciés du volant ne pourraient pas suivre en terme tarifaire. Et puis voilà, ils ont voulu suivre quand même espérant que les arroseurs de tarifs cassés seraient ainsi arrosés à leur tour par une perte de clientèle.

Bref nous assistons à une véritable dérégulation des lois du marché. Et pas qu'un peu : Parmi les services cités comme participant de l'ubérisation de l'économie, on cite Airbnb, Booking.com ou Amazon. Tiens, tiens, un gros machin pourtant ici, mais qui sait faire pour trouver les paradis fiscaux pour défiscaliser son activité là où il faut.
Le mot devient vite à la mode : Il est même maintenant question d'ubérisation en matière de lutte anti-terroriste pour des actions de type hackathonou « incubateur à but non lucratif ».

Pas cher, sous le manteau, sans respect des règles du marché, donc, l'ubérisation commence à toucher de plus en plus de domaines de l'économie, par exemple la rénovation énergétique des bâtiments. À titre d'exemples, un rapport établi par l'association la Fabrique écologique cite le cas de Google, tiens tiens, un autre acteur qui se défiscalise à bien nommé, même s'il commence à se faire rattraper par quelques états en mal de recouvrir les impôts non payés..., qui, ayant racheté le fabricant d'outils domotiques intelligents Nest Labs, est en mesure dans un premier temps d'établir un diagnostic de performance énergétique fonction de l'usage, et grâce aux mégadonnées croisant ces informations avec les conditions climatiques ou le potentiel photovoltaïque du site, d'évaluer les besoins de travaux nécessaires à une amélioration de la performance énergétique du bâtiment ;  on voit même des initiatives type d'Elon Musk, proposant des solutions de stockage d'énergie domestique en crédit-bail.

L’ubérisation nous est décrite à toutes les sauces depuis décembre 2014 et l'apparition du mot qui ne s’userait que si l’on ne s’en servait pas.

Mais le plus étonnant est qu’il existe désormais un site dédié
http://www.uberisation.org/ qui accroche le chaland ainsi

AVÈNEMENT DU NUMÉRIQUE POUR TOUS RECHERCHE D'UNE MEILLEURE EXPÉRIENCE DE CONSOMMATION NOUVEAUX MODES DE TRAVAIL ET INDEPENDANCE

Avec cette définition qui résume peut-être toutes les autres dans sa lecture franco-française :

UBERISATION (nf)  : changement rapide des rapports de force grâce au numérique ; Au carrefour de l'économie du partage, de l'innovation numérique, de la recherche de compétitivité et de la volonté d'indépendance des Français, ce phénomène est une lame de fond qui va petit à petit impacter tous les secteurs de l'économie traditionnelle des services.

A côté de cette vague de fond, les quelques retouches que compte apporter Badinter et l'équipe d'experts qui l'entoure au code du travail vont nous paraître bientôt bien dérisoires même si c’est le premier acte de la réforme du droit du travail annoncée en 2015 par le gouvernement.

Ceux qui rêvaient d’un coup de barre à gauche ou, à l’inverse, d’une dérégulation ­totale en seront pour leurs frais. La réflexion pilotée par M. Badinter aboutit à une sorte de voie moyenne, qui chemine entre deux exigences contradictoires : protéger les salariés tout en permettant aux entreprises d’affronter « la révolution numérique et l’irrésistible mondialisation des échanges », selon la formule retenue dans l’introduction du rapport. Reste à savoir si l'ubérisation va rentrer dans les termes de cette base moyenne, alors que de nombreux chômeurs se lancent dans l'aventure de leur conversion illico presto du statut dématérialisé de chômeur via pôle emploi à celui d'auto entrepreneur voulant casser la dure loi du marché qui les en a évincés.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/politique/article/2016/01/25/badinter-remet-les-droits-des-salaries-au-c-ur-du-code-du-travail_4853015_823448.html#woc57Wz6zd51asI4.99 et le rapport http://www.lemonde.fr/politique/article/2016/01/25/le-respect-des-droits-fondamentaux-premiere-exigence-du-droit-du-travail_4853020_823448.html

Cette notion du travail partagé en temps de crise, on va peut-être le payer cher in fine. Au mieux 1 000 000 des  3 500 000 chômeurs français vont peut être se lancer d'ans l'aventure de l'auto entrepreneuriat, mais pour combien de salariés qui risquent de perdre en parallèle leur emploi? That is the question.

Après les phénomènes d'automatisation et d'intensification des années 1970, voici venu le temps de l'ubérisation, qui risque de faire beaucoup de dégâts à la valeur ajoutée qui structure notre économie depuis au moins l'invention de la tva. On en reparle dans 45 ans, ou tout de suite?
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Libellule



Messages : 14240
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Lun 1 Fév - 22:08

Ces autres sujets sont traités et bénéficient de pages de référence sur ce forum. On tout trier les sujets ou tout lire. Les réponses formulées sont ignorées mais pas grave, les problèmes portés ne sont que secondaires, mais seulement à vos yeux, et ça tout deux qui lisent ce forum le remarquent, bien sûr.

LeT10 hors sol? Il faut demander à un autre élu par exemple Gildas Lecoq ce qu'il en pense. Sad

Peut être une uberisation anti écoligiste inconsciente. Vu les sujets qui pleuvent en ce sens depuis bien longtemps. bom


Dernière édition par Libellule le Lun 1 Fév - 22:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 2995
Date d'inscription : 07/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Lun 1 Fév - 22:10

Gérard vous avez raison de souligner ces faits, des élus locaux qui s'occupent plus du national et de l'international, plutôt que de s'occuper des problèmes fontenaysiens et des problèmes c'est pas se qui manque à Fontenay sous Bois.

Aux prochaines élections j'espère que cette fois ci les fontenaysiens seront qui veut s'occuper réellement de Fontenay sous Bois et voteront en conséquence.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Lun 1 Fév - 22:12

Un pays ne se gouverne pas avec des "propositions" émanant des uns ou des autres un pays est dirigé par des gens élus qui prennent des décisions.
C'est un peu facile lorsque l'on flanque la pagaille après avoir voulu le pouvoir et l'avoir reçu de se retrancher derrière les propositions que pourraient faire des gens qui ne sont pas en charge de gérer la boutique... tout cela pour sauver ceux qui ont coulé l'affaire.

Si on est infoutu de faire le travail pour lequel on s'est fait élire on démissionne ! On laisse la place à d'autres et on ferme son clapet.

C'est bien Ségo qui appelait à la révolution dans les rues si sarko était élu... maintenant nul n'aura besoin de souhaiter le désordre, il est déjà là.
Lorsque les gens au pouvoir en sont à demander à ceux qui sont dans l'opposition de les conseiller pour mener la barque qu'ils ont fait prendre l'eau il est raisonnable de leur demander de quitter le pouvoir ou d'assumer leurs erreurs.

Lorsque l'on ne "sait pas faire" on ne fait pas... et alors on passe la main !

Il est indécent de solliciter ceux que l'on a mis à l'écart pour réparer ses propres fautes.
Lorsque certains élus locaux se risquent à émettre des avis on s'empresse de les réduire au silence...

Les gens de gauche n'ont aucune pudeur ! ils condamnent, vouent aux gémonies et attendent que ceux qu'ils critiquent viennent les sauver...

Toutes ces considérations nous éloignent de la politique de la ville... qui elle même est plus impliquée dans l'international et dont les élus se moquent de vos soucis... on en est aux propositions pour réorganiser le pays et on n'a que faire de ce qui se passe à Fontenay maintenant.

Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14240
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Lun 1 Fév - 22:22

Autrement dit vous n' avez rien à proposer pour éviter la montée en puissance de l'uberisation. Dont acte, resteront les deux pages précédentes consultables sur Ce forum pour savoir qui aura proposé quoi. Pas de soucis.
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 2995
Date d'inscription : 07/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Lun 1 Fév - 22:27

Ah, parce que vous avez proposé quelque chose vous. A part tirer à vue sur tout se qui bouge, j'ai pas vu grand chose comme proposition.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Lun 1 Fév - 22:38

N'étant pas au pouvoir je ne propose rien... puisque je ne peux rien... Lorsque j'avais dans un cadre professionnel donné des fonctions à assumer et des responsabilités à prendre il ne me serait pas venu à l'esprit de demander à d'autres de me faire des propositions.

Je comprends d'autant moins que des gens qui se battent pour obtenir des postes en soient lorsque leur affaire est plantée à demander à leurs adversaires souvent combattus de manière contestable, de "faire des propositions" pour les tirer du mauvais pas où ils se sont mis.
Pour ensuite si la fin est honorable cela va sans dire en tirer profit...

Le pouvoir ne se partage pas ! le conseil municipal local illustre cette vision...

Faire n'importe quoi et appeler au secours pour diluer ensuite sa responsabilité... c'est un peu facile.

Un vieux sous officier instructeur disait aux futurs officiers qui faisaient leurs classes : tu commandes, tu prends tes responsabilités et ensuite à chacun sa merde... Vous l'avez voulu ce galon, démerdez vous !

Fin de citation !
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3447
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Lun 1 Fév - 22:46

Il faut lire ce texte du "responsable de la politique de la ville"
Il parle de la sous representation des minorités visibles dans le conseil du T10. Je trouve ce point de vue tres discutable, et partial.
Faudra -t-il respecter des quotas selon le sexe, l'origine ethnique, la nationalité, l'âge, la catégorie socio économique, le niveau d'études, le quotient intellectuel...
On pourrait aussi tirer tous les représentants locaux ou autres, au sort, à partir des listes électorales, ce ne serait pas plus injuste.

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14240
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Lun 1 Fév - 22:56

Comme je propose juste de débattre, tout va bien, Tonton, je sais que pour vous c'est réglé, c' est non. Et que vous vieux Breton, vous avez pris la posture du non-comprenant. Comme Elle vous va bien, la cause est entendue.  Sad

T10? Gerard... Un executif d'hommes, malgré la parité de désignation, c'est sûr que les statistiques par sexe ne sont pas trop difficiles à tenir, uberisation masculine du territoire, avec une belle plateforme en écharpes.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Lun 1 Fév - 23:17

Gérard a écrit:
Il faut lire ce texte du "responsable de la politique de la ville"
Il parle de la sous representation des minorités visibles dans le conseil du T10. Je trouve ce point de vue tres discutable, et partial.
Faudra -t-il respecter des quotas selon le sexe, l'origine ethnique, la nationalité, l'âge, la catégorie socio économique, le niveau d'études, le quotient intellectuel...
On pourrait aussi tirer tous les représentants locaux ou autres, au sort, à partir des listes électorales, ce ne serait pas plus injuste.

Doit on avoir une représentation proportionnelle ethnique des individus sur les terrains de sport en fonction des couleurs de peau ?
Serait il souhaitable de composer les groupes de rap en tenant compte des ratios de la composition de la population nationale ?

Bon je sais , je vais choquer mais puisque nous en sommes à ce point dans d'autres domaines poussons la stupidité à son paroxysme.

Deux choses sont infinies : l’Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue.

Signé Albert...
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3447
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mar 2 Fév - 9:02

Libellule a écrit:
Autrement dit vous n' avez rien à proposer pour éviter la montée en puissance de l'uberisation. Dont acte, resteront les deux pages précédentes consultables sur Ce forum pour savoir qui aura proposé quoi. Pas de soucis.

J'en viens malicieusement et même méchamment à me demander si l'ubérisation ne conquiert pas aussi, localement , les partis politiques. A côté des centrales officielles et historiques, se créent des structures indépendantes,  free lance, comme  Fontenay  Socialiste,  Fontenay Citoyens, ou d'autres ubérisés des EELV, ou des extrémistes de gauche.
En fait ce sont presque des auto entrepreneurs de la politique, ils créent leur environnement public et économique, et le moment venu, ils se rallient ici ou là selon la loi du marché de l'offre.

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mar 2 Fév - 9:13

Gérard a écrit:


J'en viens malicieusement et même méchamment à me demander si l'ubérisation ne conquiert pas aussi, localement , les partis politiques. A côté des centrales officielles et historiques, se créent des structures indépendantes,  free lance, comme  Fontenay  Socialiste,  Fontenay Citoyens, ou d'autres ubérisés des EELV, ou des extrémistes de gauche.
En fait ce sont presque des auto entrepreneurs de la politique, ils créent leur environnement public et économique, et le moment venu,  ils se rallient ici ou là selon la loi du marché de l'offre.

Le problème des écolos uberisés n'est pas de monter chacun sa petite entreprise c'est d'avoir des clients... comme l'offre devient pléthorique, que le marché se sature et que les "clients pigeons" deviennent rares le ralliement voit son intérêt diminuer... d'autant que la présence éventuelle des uns peut faire fuir ceux qui seraient tentés de venir...

Il y a en politique comme dans la vie des gens avec lesquels il est judicieux si on tient à sa respectabilité autant qu'à sa tranquillité de ne pas être vu et de n'avoir aucune relation...
C'est de l'élémentaire prudence.


Dernière édition par tonton christobal le Mar 2 Fév - 9:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14240
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mar 2 Fév - 9:14

Sauf qu'ils ne sont pas rattachés à des fonds d' investissements qui les fagotent. Smile et ne sont pas trop favorables à ce que tout soit défiscalisé. Ils le démontrent en portant Ce sujet par exemple. Avec le seul souci d' informer en toute indépendance les lecteurs de Ce forum.
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 10/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mar 2 Fév - 9:28

quelques vérités sur la "défiscalisation des auto-entrepreneurs" :

https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F23267 a écrit:
Imposition de l'auto-entrepreneur (régime micro-fiscal et micro-social)
Vérifié le 21 janvier 2016 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre), Ministère en charge des finances

ILa déclaration d'activité d'auto-entrepreneur entraîne automatiquement l'option pour le régime micro-social simplifié, en ce qui concerne les cotisations et contributions sociales. D'un point de vue fiscal, l'auto-entrepreneur règle son impôt sur une base forfaitaire, et non au réel. Il a le choix entre le régime de la micro-entreprise (régime de droit commun) et le prélèvement libératoire de l'impôt sur le revenu (régime optionnel).

Où se trouve la défiscalisation ? il est des vérités auto proclamées qu' il est bon de vérifier.

La pensée unique à géométrie variable : assez.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14240
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mar 2 Fév - 9:47

Je n'ai jamais dit que l' auto entrepeneur était dispensé de tout impôt. Quelques noisettes sont captées ici ou là, pas de quoi remplir les caisses à une grande hauteur si le revenu reste en deça des seuils d'imposition. Ca oui je le dis.  Je décris comment marche la défiscalisation à grande échelle quand il y a ubérisation du statut. Ou la feuille de paye a disparu et souvent la captation de tva aussi selon des montages financiers déjà largement pratiqués et qui embarrassent bien les services fiscaux puisque axés sur l' évasion de tout profit local taxable.

Si pensée unique, il y a, elle n' est pas construite autour de ces éléments concrets, je vous l' accorde bien volontiers, il n'y a qu' à lire Ce sujet depuis son ouverture pour s' en concaincre. Pour ma part les silogismes de façade, je les évite avec précaution ... Le partage c'est bien, un travail c' est mieux que le chomage, le travail paye son homme, donc le partage du travail ne crée pas de chômage, et enrichit et on n'a pas à refuser de telles aubaines même si il n' y a plus de protection sociale et de vie de famille. Vraiment Ce n' est pas Mon truc.
Revenir en haut Aller en bas
frakerd

avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 01/07/2015
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mar 2 Fév - 10:20

Moi qui suit auto entrepreneur je peux vous dire que quand je fais une facture de 100 € je dois payer 26.30 € de charge sociale, des le premier euro je paye des taxes, alors il serait bien que ce monsieur libellule arrête de dire et raconter n'importe quoi, ça changera un peu et la plus grande majorité des auto entrepreneurs ne sont pas affiliés à des Uber et Cie.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.fontenay-sous-surveillance.fr/
Libellule

avatar

Messages : 14240
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mar 2 Fév - 10:51

Comme je limite mon propos aux entrepreneurs affiliés et non aux indépendants, je n'ai rien à redire sur votre affirmation. Le sujet c'est écrit en toute lettre est, et n'est que, l'auto-entrepreneuriat de masse en devenir en partant du cas d'école d'Uber, que vous l'admettiez ou non. Ce qui, je l'ai dit aussi, peut changer la donne entre le statut de 2009 qui a toute ma considération et mon respect, et celui que nous mitonnent quelques plateformes de service dont les pratiques préoccupent les Etats que ce soient ici, en Angleterre ou ailleurs. C'est le même mot, mais avec un usage détourné. Point barre donc un crée un nouveau référent pour éviter de tout mélanger on ne parle pas pour ces gens là d'auto entrepreneurs affiliés (finie l'indépendance), mais d'ubérisation CQFD, le statut se cachant néanmoins derrière le concept.. Pour la tva, c'est pareil, un indépendant passe rarement par la case Irlande.

Aucune assimilation n'est donc à faire, et j'y tiens. Dire que cette nouvelle pratique met en jeu les métiers de l’hôtellerie, des agences de voyage, des taxis, de la plaidoirie, de l'industrie financière, et de quelques autres secteurs ce n'est pas raisonnable? Mais enfin pourquoi? Le droit d'alerter à l'avance des dangers encourus, c'est malsain, alors qu'en le faisant on pose des questions qui pourraient éviter que ces dangers ne se réalisent plus avant? Oui, ou non, faut-il arrêter ce débat qui engage notre système de protection sociale si on n'y prend pas suffisamment garde. Je dis qu'il faut le poursuivre pour que l'anarchie du droit au travail ne vienne foutre une pagaille monstre à terme avec la mise en difficulté de nos caisses sociales alors qu'il est déjà difficile de les maintenir à flots. On pourrait dire aussi un mot sur la branche RSI, mais bon, restons à l'essentiel. Juste pour mémoire donc https://www.rsi.fr/votre-caisse-rsi/caisse-professions-liberales.html

Vous ne trouverez pas sous ma plume une ligne qui vous dit que cela remet en cause votre statut d'indépendant. Ni une volonté de dire, comme un slogan d'idéologue mal débouché (c'est bien ça le fond de votre pensée me concernant non?) "non à tout prix à l'uberisation à terme d'une partie de notre économie" (je ne le dirai pas car on n'évite jamais les révolutions de ce type), -je ne le dis pas et ne le souhaite pas à vrai dire, si cela représente une chance pour certains-,  mais laissez moi le droit de soutenir simplement celle de dire "non si cela se fait sur la base de pratiques déloyales, illégales et tirant la valeur ajoutée, et la précarité vers le bas en même temps". Lisez tout au lieu de survoler ce sujet en venant nous dire qu'il vous incommode et que je dirai des contre vérités. Et acceptez simplement qu'une fois le problème bien posé, nous avons tous intérêt à ce que nous y trouvions une solution.

Quand on se refuse à appréhender les différences d'usage et au fond, cela provoque votre réaction qui aussi légitime soit-elle ne prend pas en compte le déroulé du sujet tel que développé. A tort ou à raison, cela ne me parait pas très important, dès l'instant ou chacun comprend qu'en aucun cas il ne faut les mélanger. Je le dis autrement : je suis plus que favorable à votre statut, et pas du tout au second qui nous est proposé depuis décembre 2014 si ce dernier ne rentre pas rapidement dans les clous de notre actuel droit du travail avec les protections qui vont avec pour tous.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mar 2 Fév - 13:03

Lorsque l'on en est à débattre sur la gestion du chômage en pinaillant voire en utilisant un vocabulaire vaguement technique ou technocratique pour enfumer l'assistance sur ce que peuvent dire ou même penser les uns et les autres alors que l'on a tous les pouvoirs en main... et que l'on ne sait pas quoi faire... et donc que l'on ne fait rien.

Tout ceci parce que l'on est incapable de prendre des décisions ou de se bouger et que l'on attend des "propositions"... de ceux qui l'on combat en instrumentalisant la justice et lorsque l'on ne sait plus quoi faire y compris en manipulant les médias.

Il ne reste qu'une issue : virer les incompétents qui dirigent le pays !
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mar 2 Fév - 13:12

Libellule a écrit:
Comme je limite mon propos aux entrepreneurs affiliés et non aux indépendants, je n'ai rien à redire sur votre affirmation. Le sujet c'est écrit en toute lettre est, et n'est que, l'auto-entrepreneuriat de masse en devenir en partant du cas d'école d'Uber, que vous l'admettiez ou non. Ce qui, je l'ai dit aussi, peut changer la donne entre le statut de 2009 qui a toute ma considération et mon respect, et celui que nous mitonnent quelques plateformes de service dont les pratiques préoccupent les Etats que ce soient ici, en Angleterre ou ailleurs. C'est le même mot, mais avec un usage détourné. Point barre donc un crée un nouveau référent pour éviter de tout mélanger on ne parle pas pour ces gens là d'auto entrepreneurs affiliés (finie l'indépendance), mais d'ubérisation CQFD, le statut se cachant néanmoins derrière le concept.. Pour la tva, c'est pareil, un indépendant passe rarement par la case Irlande.

Aucune assimilation n'est donc à faire, et j'y tiens. Dire que cette nouvelle pratique met en jeu les métiers de l’hôtellerie, des agences de voyage, des taxis, de la plaidoirie, de l'industrie financière, et de quelques autres secteurs ce n'est pas raisonnable? Mais enfin pourquoi? Le droit d'alerter à l'avance des dangers encourus, c'est malsain, alors qu'en le faisant on pose des questions qui pourraient éviter que ces dangers ne se réalisent plus avant? Oui, ou non, faut-il arrêter ce débat qui engage notre système de protection sociale si on n'y prend pas suffisamment garde. Je dis qu'il faut le poursuivre pour que l'anarchie du droit au travail ne vienne foutre une pagaille monstre à terme avec la mise en difficulté de nos caisses sociales alors qu'il est déjà difficile de les maintenir à flots. On pourrait dire aussi un mot sur la branche RSI, mais bon, restons à l'essentiel. Juste pour mémoire donc https://www.rsi.fr/votre-caisse-rsi/caisse-professions-liberales.html

Vous ne trouverez pas sous ma plume une ligne qui vous dit que cela remet en cause votre statut d'indépendant. Ni une volonté de dire, comme un slogan d'idéologue mal débouché (c'est bien ça le fond de votre pensée me concernant non?) "non à tout prix à l'uberisation à terme d'une partie de notre économie" (je ne le dirai pas car on n'évite jamais les révolutions de ce type), -je ne le dis pas et ne le souhaite pas à vrai dire, si cela représente une chance pour certains-,  mais laissez moi le droit de soutenir simplement celle de dire "non si cela se fait sur la base de pratiques déloyales, illégales et tirant la valeur ajoutée, et la précarité vers le bas en même temps". Lisez tout au lieu de survoler ce sujet en venant nous dire qu'il vous incommode et que je dirai des contre vérités. Et acceptez simplement qu'une fois le problème bien posé, nous avons tous intérêt à ce que nous y trouvions une solution.

Quand on se refuse à appréhender les différences d'usage et au fond, cela provoque votre réaction qui aussi légitime soit-elle ne prend pas en compte le déroulé du sujet tel que développé. A tort ou à raison, cela ne me parait pas très important, dès l'instant ou chacun comprend qu'en aucun cas il ne faut les mélanger. Je le dis autrement : je suis plus que favorable à votre statut, et pas du tout au second qui nous est proposé depuis décembre 2014 si ce dernier ne rentre pas rapidement dans les clous de notre actuel droit du travail avec les protections qui vont avec pour tous.

J'ai besoin d'une explication de texte... en bref un condensé en quelques lignes du charabias ci dessus et surtout que l'on m'explique comment pratiquement ces élucubrations sont applicables en temps réel pour résoudre un éventuel problème.

Des mots simples et des phrases avec un sujet, un verbe un complément et une ponctuation le tout correspondant à un plan.

Un plan pas style ENA ce serait imbitable ! un truc simple que des gens normaux et un peu vieux style bachot avant 68 puissent comprendre... en bref un truc pour vieux cons.

Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3447
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mar 2 Fév - 14:04

Certains gouvernements font des tentatives pour uberiser officiellement des services publics. Dans le fond lorsque les écologistes locaux nous proposent de faire du co voiturage à partir des réseaux sociaux, on est dans une démarche semblable. Oui certes, il n'y a pas les milliards de wall street ni de la défunte place boursiere de Paris, c'est peut être pour cela que le système ne fonctionne pas.
A lire
http://blog.mondediplo.net/2016-02-01-Uber-miroir-de-l-impuissance-publique

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14240
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mar 2 Fév - 14:19

Uber n’a-t-elle pas reçu le titre de Wal-Mart du transport ? Mais sa politique du « low cost » trouve aussi une explication plus triviale : grâce aux énormes capitaux de ses investisseurs, la compagnie peut se permettre de brûler des milliards dans le seul but d’éliminer toute concurrence, celle des taxis de la vieille époque aussi bien que celle des petites start-ups ingénieuses +1

En voilà des mots simples expliquant Ce que c'est l'uber capitalisme face aux petits auto entrepreneurs.

Gerard a raison, les petits projets individuels sont facilement mal menables, moins les gros porteurs too big to fail .. Avec ou sans synthase.

Le remède? Ne pas se foutre de Ce sujet pour commencer juste, parce que, par volonté de tout sabrer, on veut se présenter comme un vieux qui ne comprendrait plus rien.

C'est exprès les virgules au mauvais endroit... Smile ou plutôt Sad


Dernière édition par Libellule le Mar 2 Fév - 14:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mar 2 Fév - 14:26

que font nos élus pour s'opposer à Wal-Mart d'où viendrait tout le mal ?

Sauf erreur il y a un président de la république, un premier ministre, un ministre des finances, un ministre des affaires étrangères... mais qu'est ce qu'ils foutent ?

Sont il capables de défendre l'économie du pays qu'ils sont supposés représenter ? Ou alors sont ils des mannequins sans pouvoir ? ou des incompétents qui ne voient rien venir?

Accusez les "autres" c'est bien mais que font les gens qui nous gouvernent ?

Personne ne se pose la question, ils sont là pour le décorum et percevoir leurs traitements... ils attendent sans doute eux aussi des "propositions" pour se bouger le popotin.

On va rouler la caisse dans des conférences, se congratuler entre soi, on laisse faire l'Europe (sic) et au moment de l'action... plus personne. Il rigole bien le Poutine !

Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14240
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mar 2 Fév - 14:31

Google Amazon et Uber gèrent des plateformes d' appli, Wal-Mart distribue des produits et emploit beaucoup de monde ; d' ac, ils sont mal payés mais ont un beau contrat de travail. Enfin, pas grave, cela non plus n'est pas à discuter.... Sad


Dernière édition par Libellule le Mar 2 Fév - 16:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3447
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mar 2 Fév - 14:34

Libellule a écrit:
Le remède? Ne pas se foutre de Ce sujet pour commencer juste, parce que, par volonté de tout sabrer, on veut se présenter comme un vieux qui ne comprendrait plus rien.

C'est exprès les virgules au mauvais endroit... Smile ou plutôt Sad

Assez incompréhensible à mon avis. Vous n'êtes pourtant pas si vieux que cela Libellule cheers

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mar 2 Fév - 14:45
















Chose promise chose due... il y en a pour tous les partis...

Avec parfois un comparatif entre le ratio travail et le ratio revenus...

Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14240
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mar 2 Fév - 14:50

Gerard je ne fais nullement référence à Mon âge, m'enfin Gérard, Smile Qui plus est, je ne dispose pas de quoi sabrer, même le champagne. Smile Voilà on peut arrêter l' interlude de Ce côté là Smile  Tous ces gens ne savent pas se tenir c' est clair. Mais nous, ça va encore, non? Nous ne sommes uberisés par personne, donc libres et indépendants. Restons le, le plus longtemps possible.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14240
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mar 2 Fév - 15:50

Alors donc comment lutter contre l ubérisation?
On en était là... Un point de vue qui me convient repris d' un article de slate sous réserve qu' on évite de mettre la charette de la précarité avant d' avoir attelé les boeufs de la finance au respect d'une fiscalité décente.

" Urgences fiscale et industrielle

La première ligne de conduite pour un gouvernement européen vient précisément de cette origine américaine.
Les États-Unis conduisent et dominent cette mutation. Le gouvernement de Washington, particulièrement celui de Barack Obama, et le business californien sont ligués pour réussir le passage très intelligent du statut d’hyperpuissance à celui de cyberpuissance.

Cela induit, pour Paris, Berlin ou Bruxelles, l’urgente et double nécessité d’une politique fiscale, d’une part, et d’une politique industrielle, d’autre part.
Pour ne pas se faire voler toutes ses mémoires et leur valeur, et ensuite pour récupérer autant que faire se peut les machines, les programmes, la recherche, les emplois.

On ne peut pas dire aujourd’hui que ce premier volet d’une politique européenne du numérique existe où que ce soit, sauf à l’état de bricolage. Le pire serait que le caractère américain d’Uber soit le critère clef et que la mutation soit freinée par souverainisme industriel. Il faut exactement l’inverse: l’encourager le plus fortement possible.

De quoi souffrent la France et l’Europe?

De faibles gains de productivité. C’est la cause fondamentale de la faible croissance, ce doit être l’alpha et l’oméga de la politique économique. Les plateformes vont apporter des gains gigantesques d’efficacité, il faut les faire fleurir. Les gouvernements n’ont dès lors qu’une ligne à suivre: accélérer la mutation schumpetérienne. Et décliner cette stratégie en politique fiscale, éducative (quel inadmissible retard en France!) et réglementaire."

Bref, comme je le dis, ne pas se laisser faire par les faiblesses fiscales béantes que nous offrons par des statuts juridiques inappropriés=" fin de l' extrait choisi

Les fiscalités par pays n'étant pas harmonisées, le retard pris se paye cash aujourd' hui. Le modèle français étant le plus généreux, c'est forcément lui qui a le plus à perdre...
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3447
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mar 2 Fév - 16:12

J'ai lu et même relu....! confused Mad What a Face

Il y a sans doute un problème de traduction de ce texte ou alors il va falloir que je consulte ou que je déploie un forum consacré à la culture des plantes en pots.

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
lorenzaccio



Messages : 208
Date d'inscription : 19/02/2013

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mar 2 Fév - 16:14

J'ai l’impression que chacun parle pour sa chapelle et mélange allègrement: les petits arrangements solidaires, le travail au black et les ubers-pop anarchiques, l'autoentrepreneuriat déclaré et limité, et les plates formes (dont Uber) qui prennent des marges, qu'elles défiscalisent ailleurs, et ne salarient plus. Beaucoup ,et pas que les professionnels installés, y risquent gros..
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12183
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mar 2 Fév - 16:52

L'"uberisation" n'est vraiment qu'un épiphénomène par rapport à la situation  de l'emploi dans notre pays....

Aujourd'hui encore, Sanofi annonce 600 suppressions d'emplois dans notre pays...

Voir: http://www.plateaufontenay.net/t2438-chomage-l-apres-regionales-2015#79442
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 10/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mar 2 Fév - 17:14

lorenzaccio a écrit:
J'ai l’impression que chacun parle pour sa chapelle et mélange allègrement: les petits arrangements solidaires, le travail au black et les ubers-pop anarchiques, l'autoentrepreneuriat déclaré et limité, et les plates formes (dont Uber) qui prennent des marges, qu'elles défiscalisent ailleurs, et ne salarient plus. Beaucoup ,et pas que les professionnels installés, y risquent gros..  
Nous avons là une des aberration de nos politiques européens. Afin de tirer parti des bénéfices des multinationales, certain pays font du dumping en réduisant les impôts de ces sociétés, est-ce la faute à Uber, Google Amazon et consorts s' ils s' installent dans ces paradis? Ne feriez-vous pas la même chose? N' oublions pas que tout cela est parfaitement légal.
Ne nous trompons pas de cible et rendons à nos politiques leurs errements et leur esprit nationaliste.

Que n' a-t-on vilipendé (à juste titre) les paradis fiscaux, on en crée de nouveaux.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14240
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mar 2 Fév - 18:54

@gerard beaucoup de franglais peut etre? Mais l' auteur semble français ... Enfin a priori
http://m.slate.fr/story/113353/uberisation-le-boucher

Éric Le Boucher, né le 26 mai 1950 à Paris, est un journaliste français, directeur de la rédaction du magazine économique Enjeux-Les Échos et l'un des cofondateurs du magazine en ligne Slate.fr ...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12183
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mar 2 Fév - 19:16

a.nonymous a écrit:
Si on parle tant de la concurrence qu'exerce Uber vis à vis des taxis ou de la concurrence qu'exercent les chauffeurs routiers roumains vis à vie des chauffeurs français c'est parce que l'on a là des professions qui peuvent bloquer  des points névralgiques du pays avec leurs outils de travail et donc créer un buzz médiatique...


Sans oublier les agriculteurs et leurs tracteurs qui eux aussi comme taxis, vtc, routiers, ...  savent faire du buzz en bloquant la circulation....

Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14240
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mar 2 Fév - 19:56

A priori ceux là veulent aussi une bonne protection financière, comme quoi.  La cause, l'absence de valeur ajoutée, on dit aussi des prix bradés.. Extaits

Les agriculteurs ont déployé une banderole "combien de morts faut-il", lors d'une manifestation contre la baisse des prix des produits agricoles, à Chartres, le 2 février 2016 Photo JEAN-FRANCOIS MONIER. AFP

Par AFP — 2 février 2016 à 11:32 (mis à jour à 13:11)
Environ 500 tracteurs étaient présents mardi à Boulogne-sur-mer (Pas-de-Calais), a indiqué la préfecture, «du jamais vu» selon la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA) à l’origine du mouvement de protestation des agriculteurs.

«500 tracteurs à Boulogne-sur-mer, c’est du jamais vu. La mobilisation est extrêmement forte, certains agriculteurs ont fait 50 km en tracteur pour venir ici», a déclaré à l’AFP Pascal Dumoutier, en charge de l’élevage à la FDSEA du département, sous une pluie battante devant la sous-préfecture.

A midi, une délégation de syndicats regroupant la FDSEA, les Jeunes agriculteurs (JA) et l’ADPL (producteurs de lait) devait rencontrer la préfète Fabienne Buccio. A 13H00, tous les tracteurs devraient entourer la vieille ville de Boulogne-sur-Mer, qui domine toute la partie basse de la cité portuaire.

La préfecture a confirmé la présence de 485 tracteurs, soulignant que l’opération se déroulait «dans le calme».

Les agriculteurs du Pas-de-Calais protestent notamment contre l’insuffisance du plan d’aide et les nouvelles normes qui leur sont imposées.

«On a 1.250 éleveurs qui sont éligibles au plan d’aide de l’administration mais les crédits alloués ne peuvent payer que 325 d’entre eux. On demande des crédits supplémentaires, de l’ordre de 3,5 millions d’euros», a dit M. Dumoutier.

«En outre, on est confronté à une perpétuelle contrainte de la réglementation. On doit effectuer une nouvelle mise en norme concernant le stockage des effluents d’élevage (eaux usées, ndlr). Les éleveurs ne peuvent plus financer des investissements non productifs et nous demandons un moratoire», a-t-il dit.
#####

On dérèglemente tout y compris les aides européennes?

Ou on essaye de maintenir le bateau à flot?
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mar 2 Fév - 20:56

On commence avant toute chose par virer ceux qui visiblement sont incompétents et le prouvent depuis des années.
Ensuite on fait des règles simples faciles à comprendre et à appliquer... ce qui implique que l'on dégage une tapée de technocrates inutiles.
Ceci étant on fait le bilan et on part sur des bases cohérentes et tout se passera bien.

Si on laisse des inconséquents aux manettes pour persister à monter des usines à gaz afin de justifier leur emploi et protéger leurs prébendes l'Europe éclatera peut être de manière violente et ce ne sont pas les guignols de service qui sont au pouvoir depuis des dizaines d'années qui traiteront le dossier.

Ils sont nuls on le sait il faut les jeter et repartir avec des structures acceptables et efficaces tout en prenant des décisions logiques...

L'illustration de ce qui ne faut pas faire à savoir le dossier des "migrants" est à ce sujet significatif.
Tout y est : l'indécision, l'appréciation erronée de la situation, le mépris des populations, les menaces stupides contre des pays qui appliquaient les lois, les décisions ubuesques inapplicables faute de moyens, des désordres dans les rues, des dépenses importantes à fonds perdus et pour finir le chaos institutionnalisé en faisant le contraire de ce que les règles prévoyaient ... et on s'étonne d'être la risée du monde.

Ce sera à terme une des affaires emblématiques parmi d'autres moins visibles mais tout aussi dévastatrices qui discréditeront à jamais les institutions européennes.

Si on souhaite que l'Europe survive il faut d'urgence changer les hommes qui la dirige et revoir en profondeur son organisation et son fonctionnement... ce qui ne se fera pas car on préfère tergiverser, rapiécer et bricoler... pour conserver sa place.

L'éclatement sera violent et durable mais ceux qui en sont responsables ne seront pas inquiétés.
Le statut de fonctionnaire européen est supérieur à tous les autres... de même pour la retraite.

"Henry the Kiss" à son époque disait : lorsque je veux connaitre l'avis de l'Europe sur un dossier je ne sais pas à qui téléphoner...
Quelques dizaines d'années plus tard la question n'est toujours pas résolue...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14240
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 3 Fév - 9:02

Sur le thème mon emploi vaut toujours mieux que celui de mon voisin qui ne veut pas partager le gâteau dans le cadre de la mise en place d'une concurrence déloyale, illégale et à prix coûtant quelques évolutions et prises de positions :

Les plateformes de VTC ont recours aux services de chauffeurs détenteurs d'une attestation de capacité professionnelle, la licence LOTI. Celle-ci ne leur permet cependant pas de transporter des passagers seuls. Le gouvernement a durci le ton sur cette pratique.

Les lettres d'Alain Vidalies ont provoqué un vent de fureur chez les VTC. Le secrétaire d'État aux Transports rappelle dans ses missives, adressées à 28 plateformes de VTC, que la licence LOTI ou «capacité de transport routier de voyageurs», «ne permet [...] que la réalisation de prestations dans les transports collectifs: elle n'autorise en aucun cas la réalisation de prestations de transports publics particuliers». Après la licence des chauffeurs de taxis, c'est désormais la capacité Loti qui est au cœur du conflit entre taxis et VTC.

C'est une attestation de capacité professionnelle qui permet notamment le transport de groupes, à partir de deux personnes, dont l'obtention est encore moins contraignante que la licence des VTC. Pour transporter jusqu'à neuf personnes, un chauffeur ne doit ainsi suivre que 140 heures de formation, contre 250 pour les VTC jusqu'en décembre dernier, date à laquelle le gouvernement a choisi de remettre le système à plat. Le QCM qu'il souhaite faire passer aux futurs chauffeurs VTC est d'ailleurs calqué sur l'examen que passent les candidats à l'attestation professionnelle de transport de plus de neuf personnes.

Mais alors, pourquoi cela coince, puisque les capacitaires Loti ne sont pas censés transporter des clients uniques? C'est bien la source de la colère des taxis: ils accusent des chauffeurs VTC d'exercer grâce à la seule attestation de capacité professionnelle, sans licence VTC, faisant fi de l'interdiction de transporter un passager seul. Certaines plateformes VTC indiquent d'ailleurs qu'un chauffeur peut devenir «partenaire» s'il possède la carte VTC ou une capacité professionnelle, comme c'est par exemple le cas sur le site de Snapcar.

Ce contournement de la loi Thévenoud, censée cadrer les conditions d'exercice des VTC et apaiser les tensions avec les taxis, irrite aussi le gouvernement, qui a promis des contrôles renforcés auprès des VTC pour mettre fin à cette pratique. Tous les capacitaires Loti ne sont cependant pas visés par la fronde des taxis, qui eux-mêmes utilisent ce statut, notamment en-dehors des centres urbains. De leur côté, les VTC dénoncent une offensive dont ils craignent qu'elle conduise «des milliers de personnes à pointer à Pôle emploi», selon les termes du PDG de Chauffeur-Privé, Yan Hascoet.


Et sur Slate toujours

Le nouveau monde contre l'ancien? Non, deux empires fondés sur une excellence commerciale et le travail des autres, qui s’affrontent pour un marché bouillonnant.

Il a suffi d’un mail collectif pour que se dissipe l’escroquerie de la modernité, quand Uber a invité ses chauffeurs à manifester en ces termes guerriers:
«L’objectif clair des taxis est la disparition pure et simple des VTC. Qui sait quelle sera la réaction du gouvernement lorsque les taxis prendront de nouveau la France en otage? Pourquoi laisser 500 casseurs détruire votre carrière, votre entreprise, et ruiner votre famille?»

Il y avait, dans cette prose spontanée, une madeleine du capitalisme, l’écho des temps éternels, quand des patrons mobilisaient des ouvriers dociles contre l’ennemi, les rouges, les syndicats, les gouvernements, qui briseraient l’harmonie de la collaboration de classe et amèneraient la misère au travailleur honnête… Lisant Uber haranguant ses chauffeurs, on entendait les patrons de la chaussure de l’Anjou, croqués par Davodeau dans un livre d’une fine tendresse sur la classe ouvrière, Les mauvaises gens, qui envoyaient leurs ouvriers manifester contre la CFDT fauteuse de troubles; on entendait les syndicalistes jaunes des siècles précédent, briseurs de grève et pourfendeurs du socialisme, on rêvassait à l’amitié jadis du maître des forges Gaston Japy et de son ouvrier Pierre Biétry, unis pour que «l’ouvrier libre» devienne «l’associé» de son patron…

Un siècle après, les mots changent et l’on parlera d’économie coopérative, d’entrepreneurs associés, de fraîches technologies qui dynamitent les rapports de classe, mais enfin! Mais enfin, ce sont les mêmes drôleries. Quand l’ouvrier est la piétaille du patron qui se dit son copain. Marche pour moi, camarade, moi qui suis ton destin, marche en croyant que l’ennemi t’en veut, en fait, tu ne défileras que pour mon profit, marche, exploité, pour moi qui t’exploite et te donne la vie...
Uber n'est pas le copain du chauffeur. Si Uber était le copain du chauffeur, si la plateforme était la grande soeur du plateformé, on l’aurait réalisé. Uber est une entreprise d’une finesse extrême, qui taxe le chauffeur en échange de son application, qui lui impose des tarifs récemment revus à la baisse, qui se défausse sur lui de ses obligations sociales –rien à dire, c’est légal: entrepreneur individuel, le chauffeur Uber prend pour lui ses charges sociales et l’investissement matériel, s’endette pour acheter sa voiture et est à la merci de l’application souveraine.

L’ouvrier d’antan, salarié et propriété du patron, avait au moins le salaire garanti et une forme d’inclusion. La modernité est la plus cocasse des régressions, et de temps en temps, ça se voit. On aurait ouvert les yeux d’ailleurs, ça fait un moment qu’on l’aurait su… Aux Etats-Unis par exemple, les chauffeurs d’Uber se rebiffent, attaquent en justice, manifestent, pour obtenir de l’argent, des statuts et des droits. Et en France? On verra dans cette manifestation si Uber a des troupes, ou suffisamment d’obligés. Mais sur les forums (allez regarder celui-là), des chauffeurs renâclent, ne voulant pas devenir la chair à canon de leurs maîtres...

Ceci posé, Uber n’est pas sans arguments. Il y a dans son discours deux niveaux de langage. Cette espèce d’utopie libertarienne qui est la version californienne du capitalisme de papa: c’est la chanson entraînante du chauffeur libre et entrepreneur qui librement s’ubérise au profit du consommateur libre, et des sans-travail courageux peuvent enfin mordre à l’économie… Ce n’est que partiellement vrai, mais ce n’est pas totalement faux. Et puis, on est en France, une charge contre les vieilles forteresses. Et ceci est plus sérieux. Quand on écoute un peu mieux Uber, on voit la véritable cible de la multinationale –non pas le taxi du coin, non pas le pouvoir, l’adversité est circonstantielle… Mais la G7, l’empire des taxis Rousselet. G7, dont le monopole de fait (à Paris) en matière de transport individuel a été ébranlé par l’explosion des VTC et des plateformes. Là est l’ennemi, le vrai, et là est la dialectique.

Ordre régulé contre flibusterie: Uber est un monstre qui débarque. G7 est un monstre installé. Ce sont les mêmes, mais G7 est français, maîtrisant mieux les codes et les jeux de pouvoir, quand Uber se grise de son storytelling, croyant réellement être aujourd’hui et demain à la fois. «Nous sommes les voitures, les taxis sont les chevaux», disait à peu près Travis Kalanick, le grand patron d’Uber, à Emmanuel Macron, lors du dernier Davos? Blague, et vertige, s’il y croit. La technologie est une apparence. Uber et G7 sont les mêmes. Ils font le même boulot, transporter des individus d’un point à un autre et ramasser auprès des firmes des contrats d’exclusivité. Corrigeons: ils font le même boulot, organiser sans risque et pour un profit conséquent le travail des autres, donc transporter, etc...

Uber et G7 ont le même travail: ils mâquent, soyons vulgaires. Qui des taxis, qui des VTC. Ils exploitent à l’identique, rameutant des courses pour leur cheptel et affermant sa reconnaissance. Simple nuance: Uber ponctionne les courses à 20%, quand la G7 prélève une redevance, coquette, pour les chauffeurs qui choisissent d’être de sa firme. C’est plus sûr, mais moins dynamique. Pour le reste… Si les chauffeurs de Uber tirent la langue et s’épuisent, combien de chauffeurs de taxis s’usent la santé à rembourser les mises de fonds et la soulte? La sociologie peut varier –Uber organiserait les nouveaux venus du pays, jeunes de banlieue et barbus entreprenants, quand la G7 ferait rouler une France plus ancienne? Il y a aussi de cela, dans le match, mais c’est une circonstance.

La vérité est simple: deux empires fondés sur une excellence commerciale et le travail des autres s’affrontent pour un marché bouillonnant. La G7 plaide pour l’ordre régulé, il lui profite, et organise la guerre contre le flibustier Uber, qui recrute des conducteurs hors statut. Uber dénonce la rente et les verrous mis au marché, l’impossibilité de trouver de nouveaux chauffeurs, puisque l’Etat peine à organiser la profession. Bataille? En réalité, chaque monstre doit nourrir sa troupe d’obligés, espérer son soutien. Et crever l’autre pour subsister.

Régulièrement, Uber se dit prêt à accueillir les chauffeurs de taxi sur sa plateforme. Entre deux courses de taxis, ils seraient VTC? L’idée a l’air anodine, elle est en fait diabolique. Si les taxis, hors leurs maraudes, se retrouvent alimentés par Uber, l’utilité même du vieux monde s’effondre: qui aura encore besoin de G7 si Uber pourvoit à tout? Ce qui est à toi, je te le prendrai, dit Uber. Tu sauteras avant, dit G7. Dit comme ça, c’est beaucoup plus sérieux que toutes les bisbilles sur la règle et le droit. C’est vieux comme le capitalisme, et encore avant, comme la simple loi de la nature.

Dans cette affaire, les politiques ont chanté des chansons, notamment l’utopie de la régulation, qui elle non plus ne nous rajeunit guère. Ils ont aussi raconté quelque chose sur eux: Manuel Valls et Emmanuel Macron, dont la rivalité est un marronnier durable, ont fait des choix antagonistes. Jusqu’à la semaine dernière, l’uberisation du monde n’avait pas meilleur avocat que Macron. Il plaisantait à Davos avec Travis Kalanick, lui suggérait de lui retirer une épine du pied en rachetant des licences de taxis en déshérence, l’autre l’envoyait promener, mais on était du même monde, du monde de demain… Macron en tenait pour les jeunes chauffeurs venus de l’exclusion pour la fin des rentes et la fraîcheur de la concurrence. Il fustigeait les violences des taxis. La semaine dernière, Macron avait franchi la ligne en reprenant l’idée d’Uber, d’ouvrir les plateformes de réservation des VTC aux taxis… C’était jeudi.

Le soir même, Valls recevait les taxis et balayait les projets de Macron. On n’allait pas résoudre la crise en ajoutant la concurrence à la concurrence, cette naïveté! Mais en traquant les fraudeurs au statut dans les rangs des VTC. L’ordre donc, et non pas la révolution libertarienne.. Dit autrement, et nonobstant leurs postures et leurs sincérités. Valls a choisi G7, Macron parle comme Uber. L’un protège l’ancien monstre, l’autre encourage le monstre nouveau. Ce sont les alternatives du socialisme réel, choisir son monstre. Les chauffeurs, VTC ou taxis confondus, sont les prétextes de cet invariant.


En attendant la valeur ajoutée baisse, les deux vont se faire crever l'un l'autre peut-être mais le client final sera temporairement content de se déplacer à moindre frais....
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14240
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 3 Fév - 9:23

Un petit dernier émanant de l'express qui montre qu'en fait la partie de bonneteau se joue à trois, comme un peu aujourd'hui le débat tri tendance qui fait exploser les partis traditionnels devant les coups de boutoir colorés de bleu marine. Trois pour un même gâteau ce n'est plus un de trop mais bien deux quand il s'agit de conquérir un marché en étant le moins disant en terme de services et de braderie de certaines valeurs protectionnistes. Avec cette question qui protéger, in fine, les identitaires, les républicains ou les démocrates. En gros, les taxis, Uber ou les VTC (on associe et dissocie action syndicale, libertarienne, ou politique, selon ce que l'on croit). Pas simple et un peu cornélien.

La mobilisation des taxis a si bien réussi que Uber veut essayer les mêmes recettes. Ce mercredi, il appelle ses chauffeurs à manifester de la gare Montparnasse aux Invalides. Mais le syndicat des VTC s'y oppose.

Manifester en France, ça paye. C'est ce que se sont dit les chauffeurs de VTC après que la mobilisation des taxis a contraint Manuel Valls à annoncer des contrôles plus stricts et à nommer un médiateur. Uber appelle à son tour les chauffeurs de VTC à participer à un "rassemblement pacifique", ce mercredi à partir de 11h à la gare Montparnasse. Les manifestants se dirigeront vers les Invalides pour défendre "leur avenir, celui de leur entreprise et celui de leur famille", selon un tract d'Uber cité par Le Figaro.

Une manifestation des licences Loti
Périphérique et porte Maillot bloqués, Champs-Elysées investis. Bien organisés en syndicats, les 17 000 taxis parisiens avaient su se mobiliser pour contester la concurrence jugée déloyale des VTC. Mais quel intérêt ont les VTC à cesser le travail? L'appel à manifester part en réalité des capacitaires LOTI, les titulaires d'une licence de transport collectif créée par une loi de 1982. En théorie, ils doivent prendre au moins deux passagers, mais peuvent s'inscrire sur les applications comme Uber comme chauffeurs.

Les taxis leur reprochent également de faire travailler des salariés munis d'un simple permis de conduire, comme ils en ont effectivement le droit, et remettent complètement en cause leur statut. Manuel Valls semble les avoir entendus, ce qui fait craindre aux Loti un plan social massif.

Le syndicat des chauffeurs VTC n'y va pas
C'est donc Alternative Mobilité Transport (AMT), qui regroupe une dizaine de sociétés de LOTI, qui a d'abord appelé à manifester, et dont le tract à été relayé par Uber. Mais rien ne dit que les chauffeurs de VTC, qui ont dû suivre une formation spécifique plus longue et plus coûteuse que les LOTI, répondront à l'appel. Si le nombre de licences LOTI a explosé entre 2009 et 2015, passant à 70 000, ils seraient au maximum 40% parmi les chauffeurs privés, selon une estimation du Monde.  

D'autant que le tout nouveau syndicat de syndicat des chauffeurs privés SCP/VTC - Unsa, se refuse à manifester avec eux. Selon son secrétaire général Sayah Baaroun, joint par L'Express, "on ne peut pas manifester avec ces gens-là". Il leur reproche en particulier de dissimuler des salariés sous le statut d'auto-entrepreneur, et même de louer leur licence à la journée...

La question oppose donc deux catégories de chauffeurs privés qui n'ont pas les mêmes intérêts. Si seuls les employeurs LOTI se mobilisent, elle risque ne pas être très fournie.
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 10/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 3 Fév - 10:48

Libellule a écrit:
.........

D'autant que le tout nouveau syndicat de syndicat des chauffeurs privés SCP/VTC - Unsa, se refuse à manifester avec eux. Selon son secrétaire général Sayah Baaroun, joint par L'Express, "on ne peut pas manifester avec ces gens-là". Il leur reproche en particulier de dissimuler des salariés sous le statut d'auto-entrepreneur, et même de louer leur licence à la journée...

La question oppose donc deux catégories de chauffeurs privés qui n'ont pas les mêmes intérêts. Si seuls les employeurs LOTI se mobilisent, elle risque ne pas être très fournie. [/i]

Qu' attendent-ils pour déposer plainte ? Comme je l' ai déjà signalé, s' il y a détournement du statut d' autoentrepreneur, il faut porter l' affaire devant les tribunaux ou plus simplement devant l' inspection du travail (demandez à Gérard Filoche). Agir au lieu de se plaindre.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14240
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 3 Fév - 11:17

Je pense que anonymous vous a donné la réponse : entre "crever à pôle emploi" et "sacrifier sa protection sociale et sa vie de famille pour un emploi", ces gens ont choisi. Même si ce faisant, ils mettent en danger d'autres emplois qui de rentables vont devenir source d'endettement. Ont-ils eu raison, cela reste encore à démontrer? S'ils estiment avoir eu tort, alors peut-être porteront-ils plainte avec ce sentiment d'avoir été arnaqués. La supercherie des montages financiers et juridiques éclatera alors, ce qui de mon point de vue, serait salutaire. Le plus tôt, le mieux.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 3 Fév - 11:31

On voit tout de suite l'intérêt qu'il y a à ne pas légiférer lorsque c'est nécessaire et à édicter des règles stupides en fonction des intérêts des uns ou des autres.

On appelle cette méthode : jouer la montre !

Peut être va t on enfin prendre conscience que nos systèmes sont en bout de course et qu'il faut virer ceux qui s'y cramponnent pour édicter des modes de fonctionnement adaptés aux situations actuelles.

Les premiers qui vont pleurer étant les syndicalistes professionnels qui ne représentent plus qu'eux mêmes dont le fonds de commerce va disparaitre sous les nécessités de l'économie (à moins qu'ils coulent en détruisant le pays ce qui est possible)  et dans un second temps nos élus qui se trouveront à la ramasse dans un paysage politique qui n'est plus à leur convenance.

La voie royale est ouverte aux médiocres... sauf si...

Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 10/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 3 Fév - 12:01

Réponse :
https://www.cfdt.fr/portail/le-carnet-juridique/fil-d-actualites/salariat-faux-auto-entrepreneur-et-vrai-travail-dissimule-srv1_242119 a écrit:
Le recours au statut d’auto-entrepreneur ne doit pas être un moyen de contourner les dispositions légales, notamment celles relatives au salariat. C’est ce que rappelle le Conseil d’Etat en considérant que constitue du travail dissimulé justifiant la fermeture provisoire d’un établissement, le fait d’employer une personne en qualité d’auto-entrepreneur, dans les conditions du salariat. Conseil d’Etat, 11.11.14, n°385569.

Les faits
Dans cette affaire, un club de remise en forme a employé un homme de ménage sous le statut « d’auto-entrepreneur ». Constatant que cette personne exerçait en réalité dans les conditions du salariat et n’avait volontairement fait l’objet d’aucune déclaration d’emploi salarié de la part du gérant, le préfet de police a ordonné la fermeture immédiate de l’établissement pour 15 jours afin de sanctionner le travail dissimulé, tel que le prévoit l’article L. 8272-2 du Code du travail (1).

La société estime que cette sanction constitue une atteinte grave et manifestement illégale aux « libertés fondamentales du commerce et de l’industrie ». En situation de redressement judiciaire, elle entreprend donc un référé-liberté auprès du tribunal administratif afin d’obtenir l’annulation de la décision de fermeture administrative. Une telle mesure compromettant inéluctablement ses chances de se redresser.

Le référé-liberté ou référé injonction peut être utilisé par un justiciable, si une décision prise à son encontre par une administration ou un organisme chargé d'un service public porte une atteinte grave et « manifestement » illégale à l'une de ses libertés fondamentales. C'est une mesure d'urgence, à laquelle une réponse est donnée normalement sous 48 heures par le juge des référés.

Non convaincu par les arguments de la société tendant à démontrer l’atteinte à sa liberté fondamentale, le juge a rejeté la requête. Dans sa décision du 11 novembre 2014, le Conseil d’Etat approuve l’ordonnance du tribunal administratif rejetant un à un les arguments de l’employeur.

Le condamné n' est pas le "salarié" mais bien la société. il ne faut pas se tromper de cible. Donc attaquer les "Uber" et non leurs "salariés" contrairement aux dires de syndicats corporatistes.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 3 Fév - 12:12

mamiea a écrit:
Réponse :


Le condamné n' est pas le "salarié" mais bien la société. il ne faut pas se tromper de cible. Donc attaquer les "Uber" et non leurs "salariés" contrairement aux dires de syndicats corporatistes.

il est certain que de pouvoir écrire n'importe quoi sur un forum permet de faire du buzz... et de se lancer dans des approximations politicardes partisanes.

Prendre à partie les intervenants dérangeants est pour d'autres un moyen à défaut d'avoir raison de tenter de discréditer un adversaire.

C'est aussi ce qui fait à terme qu'un forum est déserté... on en a vu les effets.

Si nous voulons conserver cet espace d'échanges entre gens de bonne compagnie nous devrons être vigilants.



Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12183
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 3 Fév - 12:32

Libellule a écrit:
Je pense que anonymous vous a donné la réponse : entre "crever à pôle emploi" et "sacrifier sa protection sociale et sa vie de famille pour un emploi", ces gens ont choisi. Même si ce faisant, ils mettent en danger d'autres emplois qui de rentables vont devenir source d'endettement. Ont-ils eu raison, cela reste encore à démontrer?


La question étant quels sont les choix qui s'offrent aujourd'hui à ceux qui se retrouvent à crever à Pôle emploi ? Que leur propose la société, pour ne pas dire l'Etat, dans un pays où le chômage ne fait que croitre ? Ce que je sais c'est que Pôle emploi n'est pas en reste pour orienter les chômeurs vers l'entrepreneuriat ou l'autoentrepreneuriat...

Après, pourquoi serait-il permis au nom de l'unionisation et de la mondialisation à un travailleur roumain, indien, chinois, ....  de prendre le travail d'un salarié français et pourquoi serait-il interdit à ce salarié français de prendre le travail d'un autre ?

Plutôt que de lutter vent debout contre l'uberisation de la société ne faudrait-il pas déjà lutter contre tous ce qui contribue à réduire le nombre d'emplois disponibles pour les salariés français dans notre pays ?


Dernière édition par a.nonymous le Mer 3 Fév - 12:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 3 Fév - 12:43

a.nonymous a écrit:



La question étant quels sont les choix qui s'offrent aujourd'hui à ceux qui se retrouvent à crever à Pôle emploi ?

Que leur propose la société, pour ne pas dire l'Etat, dans un pays où le chômage ne fait que croitre ?

Pourquoi serait-il permis au nom de l'unionisation et de la mondialisation à un travailleur roumain, indien, chinois, ....  de prendre le travail d'un salarié français et pourquoi serait-il interdit à ce salarié français de prendre le travail d'un autre ?

Plutôt que de lutter vent debout contre l'uberisation de la société ne faudrait-il pas déjà lutter contre tous ce qui contribue à réduire le nombre d'emplois disponibles pour les salariés français dans notre pays ?

Nous franchouillards nous avons des sous... (et quelques dettes mais faut il en parler ?) donc nous pouvons donc nous permettre d'être généreux, de ne pas bosser, de percevoir des allocations et de laisser les autres prendre nos emplois.

Mais lorsque nous ne pouvons plus financer le système ça se complique... les brillants théoriciens du YAKA sont toujours là pour donner des conseils, mais absents lorsqu'il faut payer le montant des achats au carouf du coin.

C'est la différence entre l'économie théorique d'état et la vie du citoyen... désolé pour le citoyen mais en théorie ça fonctionne... en pratique crevez mais sans faire de bruit et surtout pas de "phobe" ni d'amalgame... demandez des comptes à Giscard et à sarko.

Parce que depuis que nous avons flanbi : ça roule pour nous ! et il faut que ça continue...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14240
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Mer 3 Fév - 14:40

Non ça ne roule pas. En revanche, oui on peut encore s' intéresser aux pourquoi. Toujours pareil en effet depuis que notre économie repose sur la valeur ajoutée et sa taxation. Il lui faut une base à cette taxe, de préférence au juste prix, et non en deça de celui-ci par le biais des évaporations fiscales uberisées, ou voire customisées par des centrales, si on en revient aux commentaires de la photo proposée plus haut par anonymous.


Extraits issus de ce lien http://amd.belfort.free.fr/autosuffisance13.htm
#####
Le tournant des années 70-78 : de la surproduction au productivisme

Dès les années 70, l’Europe croule sous les excédents : de beurre, de poudre de lait, de céréales, de viande bovine ; elle finance le bradage des excédents sur le marché mondial en particulier vers les pays de l’Est et arabes ; elle accumule les frais de stockage ; le budget européen explose.

Mais la logique perverse de la rentabilité et de l’endettement paysan semble interdire toute redéfinition nouvelle de la politique agricole commune.
« Techniquement » remettre en cause, pour des raisons de rentabilisation, le processus maïs, soja, béton qui a conduit à retourner les prairies pour produire du maïs, acheter en complément du soja pour nourrir plus vite et à moindre frais des animaux qui restent toute l’année dans des étables bétonnées, munies de fosses à lisier, semble impensable. Cet exemple peut être étendu à d’autres domaines.  En outre, et plus généralement, l’agriculture et l’élevage intensifs ont suscité, en amont de ces activités, le développement d’entreprises et de services pour l’exploitation des campagnes, constituant un formidable marché : production de machines, de matériels, de bâtiments, fourniture d’engrais, d’aliments pour bétails, de produits vétérinaires…

Enfin, le Crédit agricole est devenu un organisme bancaire incontournable : c’est la 1ère banque européenne qui finance à 80 % le monde agricole. Elle est le banquier  d’un français sur 3, d’un artisan su 2, d’un commerçant sur 3…

L’infrastructure économique et les forces sociales qui en sont les promoteurs vont donc pousser à la fuite en avant, au productivisme, d’autant que cet engrenage va être favorisé, facilité par le tournant libéral d’ouverture des marchés et, paradoxalement, de protection des  producteurs européens afin de préparer ceux susceptibles  de tirer leur épingle du jeu à affronter la jungle du marché mondial.

C’est d’abord dans le domaine du discours, comme pour préparer les esprits, que le changement va s’opérer. Au discours prônant l’autosuffisance alimentaire pour justifier la rentabilisation intensive de l’agriculture succède le thème de la vocation agro-exportatrice de la France. Cette substitution de « croyance idéologique » apparaît d’autant plus pertinente, non seulement parce que l’autosuffisance alimentaire a été atteinte au cours des années  60 et qu’il apparaît désuet de s’y référer, mais surtout parce que le choc pétrolier de 73 a révélé la dépendance énergétique de la France. Et l’on comprend, dans ces conditions, la célèbre formule de Valéry Giscard d’Estaing  « l’agriculture est le pétrole vert de la France ».

En fait, sous le vernis des énoncés discursifs justifiants, il s’agit, malgré la surproduction, de préserver les industries et les grandes filières agroalimentaires,  les coopératives agricoles entrées dans la logique de rentabilité pour faire face aux exigences de compétitivité. Qui plus est, le poids de la grande distribution qui s’est développée avec la consommation de masse et qui parvient désormais à imposer ses prix aux paysans constitue un lobby puissant et manipulateur.
#####
Ce texte n'est pas de moi, mais je ne vois pas pourquoi il ne faudrait pas en reparler ici. Puisque le pétrole vert et le petrole noir perdent en même temps de la valeur marchande.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14240
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Sam 6 Fév - 1:00

Quelques nouveaux noms cités dans les échos....

Extraits

L'Uberisation, est-ce vraiment la bonne direction ?

C'est irrémédiable : un vaste mouvement s'est engagé par lequel l'économie physique est en passe d'être remplacée par l'économie digitale. Ces applications ne se contentent pas d'occuper le terrain de la proximité et de la confiance : elles font main basse sur ces marchés et se proposent de mettre à bas le vieux système monopolisé par les acteurs traditionnels.

En s'opposant de front à Havas et Publicis, la start-up parisienne Creads compte sur son réseau de 50 000 créatifs indépendants pour leur piquer quelques parts du gâteau, et pourquoi pas finir par les faire trembler. Idem pour Yomoni, banque d'investissement en ligne qui, en se proposant de faire fructifier votre argent, fait un pied de nez à une concurrence depuis trop longtemps allongée sur ses lauriers.

La vieille économie, toutefois, n'est pas morte. Et compte bien se défendre. Les grèves des taxis, les caillassages et les maltraitances dirigés contre les voitures et les chauffeurs Uber, les procès qui se multiplient dans les pays en voie d'Uberisation sont le reflet d'une résistance encore vive. Ou peut-être sont-ce les derniers soubresauts d'un animal à l'agonie ?

Si l'Uberisation est une aubaine pour le consommateur, elle est indiscutablement génératrice de tensions et de conflits dont les conséquences sociales pourraient exploser à la figure des acteurs de cette nouvelle économie. La faute à qui ? Aux taxis, qui refusent de se laisser voler leur clientèle ? Ou à l'État, qui essaie de freiner la progression de l'économie des particuliers au mépris de potentielles créations d'emplois ?

Vues à travers l'objectif de la "destruction créatrice" chère à Joseph Schumpeter, ces tensions s'apparentent terriblement à un conflit millénaire entre les Anciens et les Modernes. L'économie, elle, ne s'embarrasse pas de telles considérations. L'Uberisation est en route. Mieux encore : elle a déjà eu lieu.
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 700
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Sam 6 Fév - 7:53

Comme si la situation actuelle était formidable et la future uberisation une catastrophe:
Mais le système de santé est financé de plus en plus individuellement
Le système collectif de retraite ( du privé c'est vrai) sera en faillite dans 10 ans
L'assurance chômage en grave déficit avec menace de réduction des allocations

Alors changer ce système collectiviste en faillite, au profit d'une minorité, pour un système plus individuel ou chacun aura les produits de son travail et des ses efforts avec moins de racket fiscal, on est beaucoup à y être favorable: client producteur contribuable
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Sam 6 Fév - 8:58

thierry a écrit:
Comme si la situation actuelle était formidable et la future uberisation une catastrophe:
Mais le système de santé est financé de plus en plus individuellement
Le système collectif de retraite ( du privé c'est vrai) sera en faillite dans 10 ans
L'assurance chômage en grave déficit avec menace de réduction des allocations

Alors changer ce système collectiviste en faillite, au profit d'une minorité, pour un système plus individuel ou chacun aura les produits de son travail et des ses efforts avec moins de racket fiscal, on est beaucoup à y être favorable: client producteur contribuable

Lorsqu'un système arrive en butée et qu'une majorité de gens n'y trouvent plus leur compte en général on le fait évoluer...

L'exception française et les droits acquis étant devenus des principes incontournables il ne reste qu'à attendre le moment ou l'évolution ne se faisant pas l'abcès éclatera de lui-même.

Il est évident que lorsque l'on doit traiter il est préférable de le faire à froid en anticipant et mettant les chances de succès de son coté... et bien ça se fera à chaud, sous la pression dans le désordre avec les désagréments qui en découlent.


Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14240
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Sam 6 Fév - 11:14

Il est évident que lorsqu'on débudgétise à tour de bras en répartissant la valeur ajoutée différemment, on finit avec les impasses actuelles mettant à mal le fonctionnement des entreprises, des collectivités, de l'Etat, dans ce qu'il a de plus régalien. Si vous êtes beaucoup à souhaiter ce dévissage, doit-on s'en réjouir? La crise des années trente rôde encore et toujours. Il ne manque plus que l'arrivée des tickets de rationnement ... Pour que le plus grand nombre prenne la vraie mesure de l'affaire qui n'aura rien de franco-français, il suffit de changer aussi vite que possible de modèle économique dans les pays riches, et l' on sera sûr que tout ira mieux mais dans le pire des mondes.


Dernière édition par Libellule le Sam 6 Fév - 11:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
lorenzaccio



Messages : 208
Date d'inscription : 19/02/2013

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Sam 6 Fév - 11:36

Faut-il pour autant écorner violemment les principes de redistribution et de solidarité des régimes sociaux, parce qu’exagérés par la fameuse "exception française" qui est devenue difficile à continuer?
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14240
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Sam 6 Fév - 12:04

Non, mais chacun sait que le vase ne se met à déborder qu'avec la goutte de trop.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13863
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse   Sam 6 Fév - 12:07

lorenzaccio a écrit:
Faut-il pour autant écorner violemment les principes de redistribution et de solidarité des régimes sociaux, parce qu’exagérés par la fameuse "exception française" qui est devenue difficile à continuer?

Ne pas oublier dans notre système qui fait l'envie du monde entier et de ses environs un autre "totem" j'cause gauche branchouille..."

Il faut ajouter à " l'exception française" et à notre second principe intangible à savoir les "droits acquis" sur lesquels même si le monde s'écroule on ne peut revenir le "principe de précaution" hyper important le principe de précaution ! il permet à un illuminé qui dispose d'un peu de crédit de bloquer toute initiative susceptible de lui déplaire...

Lorsque des années plus tard on constate qu'il s'agit d'une idée farfelue les autres états ont pris une belle avance sur nous...

Pas grave on continue toujours plus fort avec les mêmes...en plus s'ils ne sont plus aux manettes ils disposent des syndicats et des assoces pour flanquer la pagaille.

Bloquer la RATP parce que chez continental il y a un problème syndical il faut l'expliquer aux gens qui doivent aller bosser...
Revenir en haut Aller en bas
 
L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'ubérisation ; du chômage à l'auto entrepreneuriat de masse
» L'IABD et la numérisation du patrimoine culturel européen
» Le chômage grimpe, le montant des aides au logement aussi
» Complainte d'une jeune diplômée au chômage
» Les conditions pour avoir droit au chômage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: