Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Dim 05 Juin 2016, 23:43



Le samedi 12 mars 2016 de 8h à 14h était organisé à Valenton dans le cadre du projet EU Sequana 2016 une simulation de crue centennale avec évacuation d’une maison de retraite par hélicoptères et embarcations, évacuation d’îlots par moyens héliportés et embarcations, recherches de personnes disparues au moyen d’équipes cynotechniques, Installation d’une unité de traitement de l’eau et d’un camp et d’un Poste Médical Avancé. Six autres sites franciliens étaient ouverts.
Pour illustrer cette simulation une carte était diffusée par la préfecture de police. En gros plan, la zone Nord Est de Paris, incluant le territoire de Marne et Bois, appelé aussi T10 et dont fait partie désormais Fontenay sous bois. On y remarque que ce territoire est traversé et borné par le grand S de la sinuosité de la Marne, et que villes d’‘Alfortville et de Saint Maur y apparaissent comme les plus vulnérables.

Chacun ayant en souvenir que la crue dite "centennale" de 1910 avait paralysé Paris pendant plusieurs semaines : les caves, les égouts étaient inondés, on jetait les ordures dans la Seine pour les évacuer dans la Manche et pour les transports c’était la "bérézina" : quasiment plus de métro, de bus, de voiture ou de calèche ! On a tous en tête ces images des députés qui entraient en barque à l’Assemblée Nationale …éclairés à la bougie !

Aujourd’hui, malgré les bassins de retenue et les gros moyens mis en œuvre, les conséquences d’une telle crue étaient considérés comme pouvant être pire, l’agglomération parisienne comptant aujourd’hui 12 millions de personnes, mais surtout bien plus de berges bétonnées, réduisant ainsi le lit de la Seine. On s’inquiétait d’avoir construit en dépit du bon sens, en empêchant l'écoulement des eaux.

400.000 logements par exemple ont été construits en zone inondable en Ile de France: supposant l’évacuation de 800.000 personnes avec des hélicoptères, des centaines de bateaux pneumatiques ou autres, qu’il faut faire venir de partout.

Il fallait y voir l’aboutissement du projet de vigilance météorologique lancé en 2001. En 2004, à la suite de la canicule de 2003, les vigilances "Canicule" et "Grand froid" sont ajoutées au système en place. En décembre 2007, la vigilance "Fortes précipitations" est renommée en "Pluie-inondation" dans le but d'intégrer la vigilance liée aux crues mise en place à l'origine par Vigicrues®. En novembre 2011, à la suite des submersions meurtrières des côtes charentaises et vendéennes par Xynthia le 28 février 2010, Météo-France, en partenariat avec le service hydrographique et océanographique de la Marine (SHOM) intègre à la vigilance les phénomènes côtiers, avec la vigilance "Vagues-submersion", liés notamment à la forte houle et la surcote causée par les ondes de tempête parfois combinées aux forts coefficients de marée. A la même date, un pictogramme "Inondation" est ajouté dans les phénomènes suivis : il intègre les seules données de Vigicrues par une correspondance géographique entre un tronçon de cours d'eau et le(s) département(s) touché(s).

Aujourd’hui la vigilance météorologique vise à attirer l'attention sur les neuf phénomènes suivants : Vent violent, Pluie-inondation, Inondation-Orages,Neige-verglas,Avalanches, Canicule, Grand froid,Vagues-submersion. Autant de phénomènes qui années après années prennent de l'ampleur.

Ce rappel historique nous permettant de constater que ce n’est donc pas formellement le retour d’une crue de type 1910 qui était redoutée, mais plus une crue de type nouveau.

Pourquoi de type nouveau ? Voici les principales crues séquaniennes depuis 120 ans : En janvier 1910, les eaux montent jusqu'aux épaules du zouave du pont d'Alma, une hauteur de 8,62 mètres. C'est le record absolu pour une crue de la Seine à Paris depuis que les mesures sont effectuées. En 1658, cependant, une autre crue aurait atteint 8,95m. L’expression crue centennale est donc utilisée pour la définir.

En Janvier 1924 la Seine atteint 7,32 m. En Janvier 1955 la hauteur observée à l'échelle d'Austerlitz est de 7,12 mètres. En Janvier 1982 le hauteur observée à la station d'Austerlitz avec la technologie des ultra-sons : 6,18 m. On évitre prudemment de parler de crue centenaire, vu que l'intervalle temps ne s'y prête guère. N'empêche, quelques experts mieux informés que les autres en janvier 2016, en viennent à penser que la crue ne se produira pas cette fois en janvier mais selon un autre timing.
On s’exerce en mars car on craint une crue prochaine. Avec la crue du 1er juin 2016 il va enfin peut-être être possible de comprendre pourquoi il pleut plus et plus souvent à cause du réchauffement climatique.

Ce matin du 1er juin 2016, le Loiret s’est réveillé les pieds dans l’eau. Le Loing, affluent de la Seine enregistre alors sa plus grande crue depuis 1910 ; Une crue « centennale » ? Chacun hésite à la définir comme telle. Car pas aux normes temporelles des crues précédentes.

Un débat démarre : cette crue est-elle une simple anomalie météo ponctuelle, ou y’a-t-il des causes plus profondes ? Quelques curieux envisagent qu’il pourrait s’agir d’une crue climatique et se mettent à analyser les liens entre la crue de 2016 et le changement climatique

Autant le rappeler à ce stade : Les spécialistes du climat et des phénomènes météorologiques ont compris depuis plusieurs années les liens qui unissent le cycle de l’eau et le changement climatique. Spontanément, lorsqu’on pense à un monde qui se réchauffe, on pense à un monde plus sec, plus désertique. Tout brûle plus facilement et les feux prennent des proportions inédites. D’ailleurs, lorsque les journaux parlent de changement climatique, ils illustrent souvent leurs articles par des images de sols desséchés et arides , pas avec celles des incendies des forêts boréales en zone de sable bitumineux (Russie et Canada). Mais beaucoup oublient de dire que les phénomènes inverses sont aussi une conséquence du réchauffement climatique ou du moins de son dérèglement (le mot le plus approprié).

Un monde plus chaud c’est d’abord un monde plus humide. Pour le résumer de façon simple, voici comment le phénomène fonctionne d’après l’Environmental Protection Agency américaine. La terre est couverte de 70% d’eau. Lorsque les températures augmentent, cette eau s’évapore plus. Mais cette eau ne disparaît pas, elle continue à exister sous forme de vapeur d’eau dans l’atmosphère. Et au bout d’un moment, cette vapeur d’eau finit fatalement par retomber, notamment sous forme de pluie.

Les conditions pour des précipitations importantes étaient toutes réunies ce printemps. L’Administration Nationale Océanique et Atmosphérique américaine (NOAA) qui publie des rapports mensuels sur les températures mondiales, notait depuis décembre que l’Europe du Nord-Ouest connaissait ses périodes les plus chaudes depuis des décennies.

Le mois de Décembre était le plus chaud depuis 1900, le mois de Février également, et le mois d’Avril le 4ème mois d’Avril le plus chaud depuis 1910. Sur l’ensemble de la planète, ce début d’année a été le plus chaud de l’histoire, avec des températures de 1.5 degrés supérieures à la moyenne pré-industrielle.
Notamment, la NOAA a constaté durant ce début d’année la successions de températures records dans certaines parties de l’Atlantique Nord et autour du Groenland. L’évaporation accrue dans ces zones a pu contribuer à la constitution de masses d’air très humides qui se sont ensuite déplacées sur l’Europe du Nord.

En conséquence, l’agence notait également que la zone Europe du Nord-Ouest vivait aussi ses périodes les plus humides, avec une hausse significative des précipitations. Ainsi la Finlande ou le Danemark ont vécu ce printemps leurs périodes les plus humides depuis un siècle.

La France a également vécu des précipitations beaucoup plus fortes que d’ordinaire. Météo-France notait en avril un cumul de précipitations entre 1.5 et 2 fois supérieur aux normes de saison sur l’ensemble de la diagonale sud-ouest / nord-est. Or c’est précisément dans la zone centre/nord-est que s’alimentent les affluents de la Seine comme le Loing.

Avec cette augmentation des précipitations, ce sont naturellement les fleuves qui sont montés. Et les épisodes de pluie des derniers jours de mai ont servi d’élément déclencheur à un phénomène qui s’annonçait depuis décembre, lentement mais sûrement.

La crue que l’on observe aujourd’hui dans le Loiret pourrait donc être le symptôme d’un changement plus profond au niveau climatique et météorologique en France. En effet, ce type événements devrait devenir de plus en plus fréquent statistiquement, au fur et à mesure que les températures vont continuer à monter. C’est d’autant plus vraisemblable qu’en France, l’impact du changement climatique sur les températures est en moyenne plus fort qu’ailleurs. D’après un rapport de l’Observatoire National des Effets du Réchauffement Climatique, les températures en Europe du Nord, et donc en France durant le 20ème siècle ont subi une augmentation 30% plus élevée que sur le reste du globe en moyenne.

Cela signifie que les températures augmentent très vite (de l’ordre de 0.20 à 0.35 degrés par décennie en moyenne depuis 100 ans) et donc que l’évaporation océanique notamment est forte. Mais le problème est également significatif dans les massifs montagneux, où l’on a constaté entre 1900 et 2004 une augmentation moyenne des températures de 0.14 degrés par décennie. Or c’est aussi en montagne, via la fonte des glaciers et des neiges d’altitude que s’alimentent les fleuves.

Logiquement, les épisodes de crues et d’inondations devraient donc se multiplier dans les prochaines décennies. Parlera –t-on de crues décennales, avant de parler de crues récurrentes et normales. Tout sera une question d’accoutumance à ses phénomènes qui, de rares, risquent de passer à des phénomènes d’une grande banalité.

Sous la pression conjuguée de la fonte des neiges/glaces et de l’évaporation et de l’humidification des masses d’air. On observe d’ailleurs déjà le phénomène dans le Sud-Est de la France avec les fameux épisodes cévenols.

Ces inondations qui affectent régulièrement les Cévennes dans le Sud de la France sont dues au déplacement des masses d’air chaudes et humides liées à l’évaporation au dessus de la mer Méditerranée vers les zones plus froides du Massif Central autour du Mont Lozère. À cause du réchauffement des températures moyennes, ces épisodes météorologiques sont de plus en plus forts et de plus en plus fréquents, car l’évaporation en mer est plus importante.

Ainsi, dans un rapport daté de 2015, on observait depuis 1950 une augmentation de 30% de la quantité de précipitations dans la zone, et une multiplication par 3 de la fréquence des pluies cévenoles extrêmes.

Au final, il est probable que les épisodes de crues et d’inondations que l’on observe actuellement soient en partie déclenchés par des évènements liés au réchauffement climatique. Aussi contre-intuitif que cela puisse paraître, réchauffement climatique peut donc rimer avec plus de pluie et plus d’humidité. Bien sûr, ce n’est pas vrai partout, et on observe au contraire une diminution des précipitations sur l’Ouest du pays.

Mais la crue du Loiret est une bonne illustration de ce que signifie, à moyen terme, l’accélération du réchauffement climatique dans la vie quotidienne des français. Cela montre qu’il est plus que temps de prendre des mesures drastiques pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre, car non, le réchauffement climatique n’est pas un problème « lointain » et sans importance. Il a des conséquences graves, aujourd’hui, et ici.

http://www.liberation.fr/france/2016/03/01/crue-centennale-sauve-qui-pleut_1436846
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 3019
Date d'inscription : 08/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Lun 06 Juin 2016, 01:50

Une fois de plus on veut à tout prix que ce soit le réchauffement climatique qui est le responsable de tout, cela arrange bien nos écologistes en manquent de notoriété. Ils oublient un peu vite que le bétonnage à outrance, le non entretien des fossés, un agriculteur l'a d'ailleurs très bien expliqué dans une émission hier ou avant hier, on leur interdit d'entretenir les fossés sous peine d'amende, c'est la police de l'eau qui contrôle tout ça.

Si on en revenait aux bonnes vieilles méthodes pour que les cours d'eau et les rivières puissent être contenu avec des zones qui puissent faire office de retenu d'eau, mais on préfère bétonner et construire dans des zones inondables, alors accuser systématiquement le réchauffement climatique ça commence à bien faire, la ficelle commence à être vraiment usée.
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Lun 06 Juin 2016, 02:08

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14258
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Lun 06 Juin 2016, 02:15

Pas du tout ! pour réduire le volume des eaux de pluie il faut fermer les centrales nucléaires et les centrales thermiques... !

si en plus on pouvait interdire la circulation des voitures... pour les trains pas de problème la CGT et sud s'en occupent.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Lun 06 Juin 2016, 02:54

Vieux breton je pense que les inondés sont plus intéressés à savoir pourquoi le ciel leur tombe sur la tête. Ouvrir une piste de réflexion parmi d'autres est somme toute une bonne chose. Mamiea le fait et à raison. On compare les sources de chacun si on peut dire, et chacun peut ainsi se faire une idée en toute indépendance d'esprit.

Le reste sera une résultante des évolutions futures en la matière. On peut dire que c'est peut-être encore trop tôt pour que certains s'alertent dès à présent. A bientôt donc maintenant que ce nouveau sujet est ouvert.
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 3019
Date d'inscription : 08/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Lun 06 Juin 2016, 03:47

Mettre systématiquement tout ce qui se passe sur le réchauffement climatique est ridicule, il pleut et alors il n'a jamais plu avant. L'agriculteur qui a parlé de la police de l'eau a très bien expliqué la chose, c'est pas le fait qu'il pleuve, mais bien le fait que les fossés et autre bassin de rétention ne sont plus entretenus, maintenant essayer de dire le contraire est une fois de plus essayer de travestir la vérité et se servir d'un phénomène naturel à des fins politiques. Quand au bétonnage, je ne suis pas sur non plus que ce soit le réchauffement climatique qui est en cause.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Lun 06 Juin 2016, 04:13

A vous lire l'homme y serait quand même pour quelque chose. C'est déjà ça. Malgré ses efforts pour améliorer sa vigilance depuis pas mal d'années (mon propos). Je n'en avais pas fait le centre de mes explications, mais je vais considérer tout cela avec intérêt. Sans bassin de rétention, le niveau de la crue de 1910 aurait peut- être été dépassé. Et nous aurions eu l'occasion de parfaitement identifier les lieux de bétonnage accru. Un aspect n'empêchant pas l'autre. Quant à la préfecture, elle a fait des études et des simulations pour rien, cela va bientôt paraître évident pour tout le monde. Et les statistiques connues et relevées par des organismes chargés de la prévention des crues ou les agences météo c'est forcément du pipeau. alien cat

Quand on ne relève que des faits techniques forcément on ne peut être qu'un idéologue à vous lire. Votre obsession à vouloir me définir ainsi vous perdra. Basketball Basketball Basketball


Dernière édition par Libellule le Lun 06 Juin 2016, 04:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14258
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Lun 06 Juin 2016, 04:21

Lorsque la population française passe de 45 000 000 de personnes en 1960 à 65 000 000 d'individus en 2015 que l'on a remembré les territoires, que les campagnes se sont désertifiées, que le fonctionnement des exploitations agricoles n'a plus rien à voir avec le passé il évident que ce qui se passe ne peut qu'être la conséquence du réchauffement climatique...

Il est certain que si nous vivions dans des huttes le bétonnage serait moindre, tout comme si nous circulions en diligence sur des chemins non goudronnés.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Lun 06 Juin 2016, 04:28

Et réciproquement, tout simplement. Merci de cet éclairage tout à fait lumineux. L'homme et la nature en plein conflit d'intérêt se renvoient la baballe du réchauffement climatique. Ce qui in fine veut bien dire qu'il existe bien. sunny sunny sunny
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Lun 06 Juin 2016, 04:32

tonton christobal a écrit:
Pas du tout ! pour réduire le volume des eaux de pluie il faut fermer les centrales nucléaires et les centrales thermiques... !

si en plus on pouvait interdire la circulation des voitures... pour les trains pas de problème la CGT et sud s'en occupent.

Non Tonton, vous avez tout faux, il faut subventionner la culture de l' éponge! Very Happy Very Happy
pour être un peu sérieux, l' eau est les seul élément que l' on ne peut contrôler.
Est-ce que le fait d' entretenir les berges empêche les inondations, non mais par contre cela peut éviter des drames comme à Vaison la Romaine (amas de branchages, de tronc créant un barrage sous les arches des ponts et devenant des objets dangereux).
Les bassins de rétentions, eux permettent de retenir une certaine quantité d' eau mais une fois remplis ils deviennent inopérant. L' urbanisation a elle aussi son impact en diminuant la superficie inondable sans risque et les routes (imperméables) servent aussi de cours d' eau provisoires et approvisionnent les rivières.
A urbanisation égale, quels auraient étés les résultats de la crue de 1910? Certainement pire.
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 3019
Date d'inscription : 08/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Lun 06 Juin 2016, 05:10

libellule a écrit:
Votre obsession à vouloir me définir ainsi vous perdra.

En plus d'être un idéologue il est aussi voyant, il va nous faire croire qu'il arrive à lire dans une boule de cristal, elle doit être très opaque, car il ne voit rien du tout et se refuse à comprendre se que l'on essaye d'expliquer que le réchauffement climatique n'est pas le coupable de touts les maux.

Cet idéologue essaye toujours par tout les moyens de tronquer et de travestir l'actualité en nous faisans prendre des vessies pour des lanternes.

Quand à me perdre ............
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Lun 06 Juin 2016, 06:14

A par vous personne ne dit que le réchauffement climatique est responsable de tous les maux. L'homme y est un peu pour quelque chose, et son mode de vie aussi.

Si vous ne le voyez pas, tant pis pour vous. A bientôt si des éléments complémentaires méritaient actualisation de ce fil.

La crue 2016 a été rapide. Plus rapide que le scénario envisagé en mars dernier. La saturation des bassins pose aussi question. Contrairement aux crues de janvier, voir plus haut, pas de gel cette fois pour empêcher l'imprégnation des sols ... Sauf aux endroits bien bitumés qui servent de rails pour conduire l'eau aux rivières, comme l'évoque à juste titre Mamiea. Mais ça, vous zappez.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12380
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Lun 06 Juin 2016, 07:15

tonton christobal a écrit:
Lorsque la population française passe de 45 000 000 de personnes en 1960 à 65 000 000 d'individus en 2015 que l'on a remembré les territoires, que les campagnes se sont désertifiées, que le fonctionnement des exploitations agricoles n'a plus rien à voir avec le passé il évident que ce qui se passe ne peut qu'être la conséquence du réchauffement climatique...



Arrêtez un peu, bientôt vous allez nous parler progrès de la médecine, réduction de la mortalité infantile, allongement de l'espérance de vie, explosion démographique, opposition des religieux de tous poils à la régulation des naissances, ..... bref des sujets qui n'ont rien à voir avec le diesel et le nucléaire qui sont la cause de tous nos maux...
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 3019
Date d'inscription : 08/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Lun 06 Juin 2016, 07:42

Vieux breton a écrit:
Quand au bétonnage, je ne suis pas sur non plus que ce soit le réchauffement climatique qui est en cause.

Et ça c'est quoi, j'en ai parlé depuis le début, mais ça vous zappez puisque vous restez enfermé dans votre idéologie.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Lun 06 Juin 2016, 07:43

Interview sur tf1

MYTF1News : Si une crue similaire à celle de 1910 survenait, combien de Franciliens seraient-ils impactés ?

Magali Reghezza : De nos jours, une crue d'une telle ampleur toucherait beaucoup plus de monde. Il faut dire que depuis 1910 de nombreuses zones inondables ont été urbanisées et ont vu leur population s'accroître. Au maximum de la crue, les 860.000 habitants de ces zones seraient ainsi les pieds dans l'eau. Mais ce n'est pas tout : cinq millions de Franciliens seraient impactés dans leur vie quotidienne.

MYTF1News : C'est-à-dire ?

Magali Reghezza : Electricité, eau potable, transport en commun, assainissement... En 2016, nous sommes tous très dépendants de ces réseaux qui seraient complètement à l'arrêt en cas de crue centennale (Ndlr : en 1910, il y avait 2,3% de Franciliens abonnés à l'électricité. En 2016, tous les foyers sont abonnés). On entrerait alors dans une panne généralisée qui paralyserait toute la cité. Et ralentirait fortement la vie économique du pays, très centralisée en Ile-de-France.

MYTF1News : Quel bilan tirez-vous de EU Sequana, cet exercice de gestion de crise simulant une crue majeure en Ile-de-France organisé en mars dernier ? X

Magali Reghezza : Il a permis de valider les procédures et les plans de continuité d'activité mais surtout d'apprendre à se parler. Car dans ce type de crise, tous les acteurs -RATP, préfecture, fournisseurs d'énergie, collectivités territoriales, ministère de l'Intérieur...- sont interdépendants. De fait, chacun peut être impacté par les défaillances de l'autre. C'est ce que l'on appelle l'effet domino. EU Sequana a permis aussi de sensibiliser les médias et le grand public sur la possibilité qu'une crue centennale se déclenche dans le futur. Ce n'est pas un fantasme, le risque est bien réel.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14258
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Lun 06 Juin 2016, 08:08

bon finalement je vais arrêter de stocker mes 5 stères de bois sur le palier du 4e du HLM qui me servent pour faire un feu romantique dans la cheminée.
Mon épouse aimait ces soirées mais monter le bois lorsque les loubards ont mis l'ascenseur out plus la découpe des bûches à la scie égoïne ça fatigue.

Je viens d'ailleurs d'apprendre que je suis à titre personnel un mauvais Français qui pollue l'environnement et qui accélère le réchauffement de la planète.
Surtout soyez sympa n'allez pas dire à ségo de quoi je suis coupable, ma responsabilité serait engagée et elle serait capable de me faire payer les dégâts des inondations.
Ma petite retraite en prendrait un coup !
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 3019
Date d'inscription : 08/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Lun 06 Juin 2016, 08:22

1910 ---> 2016 on a jamais que 106 ans d'évolution et de modernisation de la société, certains viennent de le découvrir, quel scoop.

Pourquoi ai je parlé de bétonnage plus haut, certainement en pensant à cette évolution, mais d'autres préfèrent continuer dans leur absurde vision des choses.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Lun 06 Juin 2016, 08:45

Paris en 1910
Paris en 2015

2,8 millions d’habitants à Paris intra-muros
2,2 millions d’habitants à Paris intra-muros

4,5 millions d’habitants dans l’agglomération parisienne
10,5 millions d’habitants dans l’agglomération parisienne, 12 millions en ile de France

2,3% d’abonnés à l’électricité
100% d’abonnés à l’électricité

15 000 voitures dans Paris
550 000 voitures dans Paris

6 lignes de métro
14 lignes de métro + les lignes Rer

Le progrès avec ces avantages et ces inconvénients. Ni plus ni moins.

400000 inondés en 1910
800000 habitants de plus en zones inondables en 2015

Le poids des conséquences en cas de crue excessive. A chacun d'en juger.

Pour le Val de Marne l'article de mars 2016 spécifique
http://94.citoyens.com/2016/sequana-2016-le-val-de-marne-se-prepare-a-la-crue-du-siecle,06-03-2016.html

Pour le chauffage au bois, peu importe.


Dernière édition par Libellule le Lun 06 Juin 2016, 09:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12380
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Lun 06 Juin 2016, 09:15

Désignons des coupables, prenons l'exemple de Villeneuve-Saint-Georges...


http://www.leparisien.fr/villeneuve-saint-georges-94190/un-quartier-de-villeneuve-saint-georges-coupe-du-monde-03-06-2016-5854205.php a écrit:
Un quartier de Villeneuve-Saint-Georges coupé du monde
Quentin Laurent | 03 Juin 2016, 18h16 | MAJ : 03 Juin 2016, 19h24

« Allez nager les filles ! », taquine une mère de famille, s’adressant à une poignée d’ados qui contemplent depuis le trottoir le niveau de l’eau monter. Le quartier de Triage à Villeneuve-Saint-Georges est sous les eaux depuis jeudi soir, et c’est l’armée qui a été appelée en renfort pour aider à évacuer cette enclave, où vivent près de 2 000 habitants.

Les imposants camions kaki, les seuls à pouvoir braver les flots, font des navettes pour exfiltrer les riverains qui le souhaitent, ou ramener ceux qui veulent y retourner. « J’suis partie acheter du pain et mes cigarettes. Moi, j’pars pas de Triage, j’ai encore l’électricité », pérore Sandrine, 48 ans, à la descente du véhicule militaire. « Si on est bloqués plusieurs jours et qu’on peut pas travailler, on est payés quand même ? », s’interroge une autre femme sur le bord de l’avenue de Choisy, qui traverse le quartier.

Le quartier n’est accessible que par la N 6 ou Choisy-le-Roi : les deux issues sont inondées, empêchant les habitants de sortir par eux-mêmes. « Hier on pouvait encore passer, mais depuis ce matin c’est plus possible », constate Amina, 21 ans, assise en bas de son immeuble. Elle et sa famille n’ont pas prévu de quitter leur appartement, mais elle sautera quelques minutes plus tard dans un convoi de l’armée pour « aller faire des courses », puis revenir. « Aujourd’hui c’est mon anniversaire, bah c’est tombé à l’eau », rigole Lamarre, grand gaillard de 44 ans en jogging et casquette bleus. « J’ai appelé mes amis pour annuler… » « Hier, j’ai fait des stocks, j‘ai acheté de l’eau, des conserves, du pain pour tenir une semaine », confie de son côté Ricardo, la trentaine. Un peu plus loin, des ados se sont construit un petit radeau avec une palette de bois et deux épaisses plaques de polystyrène. « Pour une fois qu’il y a la plage chez nous », blague un de leurs potes. Côté Choisy, à hauteur de l’usine Renault, là où l’eau montait ce vendredi midi, des habitants évacués la veille sont venus observer le spectacle, impuissants. La ville évalue à près de 900 le nombre d’habitants partis de Triage, mais ne savait pas combien sont partis du quartier du Blandin, également touché par l’inondation.

La mairie va lancer un appel aux dons pour les victimes de l’inondation et recueillera les donations au foyer Cocteau.
Source: http://www.leparisien.fr/villeneuve-saint-georges-94190/un-quartier-de-villeneuve-saint-georges-coupe-du-monde-03-06-2016-5854205.php


Qui est responsable d'une telle situation ?

Ne serait-ce pas la municipalité de cette ville et plus particulièrement les élus qui se sont succéder à l'urbanisme dans celle-ci ?

Pour mémoire,  de juin 2004 au 30 mars 2014 soit pendant dix ans une certaine Cécile Duflot fut conseillère municipale de cette ville... Et à partir de 2008 elle fut même "3e adjointe au maire à l'urbanisme, à l'aménagement et au développement soutenable" et ce jusqu'à sa démission du mandat d'adjoint en mars 2011 pour respecter les règles internes d'EELV...

Encore une fois on a une preuve que les éternels donneurs de leçons EELV ne font guère mieux que les autres quand ils sont aux affaires...



http://www.leparisien.fr/valenton-94460/cecile-duflot-deja-loin-de-villeneuve-saint-georges-18-05-2012-2006003.php a écrit:
Cécile Duflot déjà loin de Villeneuve-Saint-Georges

C'est l'histoire d'une élue devenue ministre sans avoir jamais réussi à s'imposer localement. Deux jours après sa nomination, reportage dans la ville de Cécile Duflot.

Le Parisien | 18 Mai 2012, 08h08

«Il suffit de prendre le RER pour aller de Villeneuve-Saint-Georges à Paris », avait l'habitude de répéter Cécile Duflot. C'est effectivement par une rame de la ligne D que la toute nouvelle ministre de l'Egalité des territoires, du Logement et, peut-être du Grand Paris, s'est rendue hier matin dans la capitale pour prendre ses fonctions.

Nommée mercredi dans le gouvernement Ayrault, la patronne d'Europe Ecologie - les Verts (EELV) s'éloigne un peu plus de la ville où elle est élue depuis 2001 et qui devait lui servir d'ancrage local pour faire de la politique « autrement ». Retour sur une greffe qui n'a jamais vraiment pris.

Une figure nationale à Villeneuve. Sur le papier, l'histoire était belle. Née à Villeneuve-Saint-Georges en 1975, fille d'un cheminot de la gare de triage et d'une professeure, Cécile Duflot revient dans sa ville natale à l'âge de 17 ans après avoir passé sa jeunesse à Montereau (Seine-et-Marne). Adhérente aux Verts en 2001, l'urbaniste de formation, qui a travaillé dans le logement social à Créteil, est élue cette même année conseillère municipale à Villeneuve. Aux municipales de 2008, elle a pris une autre dimension : secrétaire nationale des Verts depuis 2006, habituée des plateaux télé, c'est une figure politique d'envergure qui se fait élire sur la liste de la communiste Sylvie Altman. Cécile Duflot devient troisième adjointe chargée de l'urbanisme, de l'aménagement et du développement soutenable.

Revers électoraux. Pourtant, la patronne des écolos ne réussit pas vraiment à percer électoralement dans la commune où elle habite. Candidate aux législatives de 2007 dans la 3e circonscription du Val-de-Marne (qui comprend notamment Villeneuve-Saint-Georges), elle ne récolte que 3,55 % des voix. Et lorsqu'elle mène Europe Ecologie - les Verts aux régionales de 2010, la tête de liste obtient 16,58 % des suffrages, mais n'arrive qu'en 5e position dans sa ville avec 12,1 %, derrière le Front national. La faute à un profil sociologique qui ne correspond pas à celui des électeurs habituels des écolos? « Elle n'était pas très présente. Il ne suffit pas d'avoir des titres, il faut aussi s'occuper des problèmes des gens », tacle un membre de la majorité municipale.

Les cicatrices des cantonales. Elle l'avait annoncé dès 2010, mais la campagne des cantonales lui a fait sauter le pas. Le 30 mars 2011, Cécile Duflot démissionne avec fracas de ses fonctions d'adjointe au maire. Une façon de respecter les règles de non-cumul des mandats mais aussi de « retrouver sa liberté de parole » après « le climat délétère » des cantonales. L'élue reproche aux communistes d'avoir mené une campagne « ignoble et sordide » contre son compagnon Xavier Cantat, candidat dans le canton de Valenton et frère de l'ancien leader de Noir Désir, Bertrand Cantat.

L'appel de la capitale. Novembre 2011, c'est la rupture avec le Val-de-Marne. Après des semaines d'atermoiements, Cécile Duflot décide de ne pas se présenter dans la 3e circonscription, qui lui était réservée pour les législatives. La fan de Twitter préfère tenter sa chance dans la 6e circonscription de Paris, considérée comme imperdable pour la gauche. Le 22 avril dernier, elle vote pour la première fois dans la capitale à l'occasion du premier tour de la présidentielle.

Et maintenant? En vertu des règles de non-cumul des mandats, la nouvelle membre du gouvernement devra laisser sa place à sa suppléante si elle est élue à Paris. Elle devrait aussi abandonner son poste de conseillère municipale à Villeneuve-Saint-Georges. Reste à savoir quand. Contactée hier, la ministre n'a pas répondu à nos sollicitations.
Source: http://www.leparisien.fr/valenton-94460/cecile-duflot-deja-loin-de-villeneuve-saint-georges-18-05-2012-2006003.php
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Lun 06 Juin 2016, 09:38

https://www.villeneuve-saint-georges.fr/cadre-de-vie/environnnement-et-developpement-durable/prevention-des-risques.html
Juste pour info, cela va de soi.

Au pourquoi répétitif de vieux breton, ce simple parce que
http://www.sudouest.fr/2015/07/20/rechauffement-comment-empecher-les-villes-de-se-transformer-en-fournaises-2049942-6110.php

Extraits :


Les climatologues étudient depuis les années 1970 le phénomène de "l'îlot de chaleur urbain" qui aggrave en ville les effets d'une vague de chaleur. "Les températures sont supérieures en ville à celles des campagnes voisines. C'est moins lié à la production de chaleur des activités humaines qu'à la chaleur emmagasinée dans la journée par la pierre et le bitume qui empêche l'air de se refroidir la nuit", explique Valéry Masson, directeur de recherche de l'équipe climat de Météo France à Toulouse.
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 3019
Date d'inscription : 08/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Lun 06 Juin 2016, 17:18

Vous avez raison a.nonymous de mentionner cet article, cela me fait penser au mal français, surtout celui de nos politiques de vouloir avoir toujours raison et avoir le dernier mot, s'ériger en donneur de leçon, nous avons sur ce forum un beau spécimen de l'homme politique français avec libellule, il veut toujours avoir raison, il veut absolument avoir le dernier mot et s'érige en permanence en donneur de leçon, moi personnellement je le laisse dans ses certitudes, je lui laisse bien volontiers le dernier mot et je le laisse dans sa certitude que je vais me perdre à force de le critiquer. Pas besoin de le critiquer il fait très bien tout seul la contre publicité pour le pseudo parti qu'il représente EELV.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Mar 07 Juin 2016, 02:58

La question posée est crue centennale ou climatique. Avec présentation du contexte. Une simulation virtuelle en mars 2016 sur des bases précisées, une crue réelle juste dans la foulée.

On tend vers une réponse uniforme et claire. On est en face d'une crue centennale et climatique.

Explications en peu de mots.

Sur les cumuls constatés sur l'ensemble du mois de mai à Paris, Orléans, Blois ou Trappes, un tel niveau de pluie n'a jamais été atteint depuis que les statistiques existent.  Météo France évoque un événement "centennal" qui pourrait s'expliquer en partie par les fortes températures enregistrées depuis le début de l'année.  Dans le sud-est de la France, on assiste déjà, depuis la fin des années 1980, à une augmentation du nombre d'épisodes pluvieux intenses suivis de montées des eaux catastrophiques.

Pour ce qui est du rechauffement en lui même, le phénomène des îlots de chaleur urbains est désormais certain de par la "minéralisation" des sols. Et pas seulement en France.

L'imperméabilisation des sols continue son inexorable progression dans l'Union Européenne compromettant de manière irréversible la fourniture de services écosystémiques indispensables.

Un sol est imperméabilisé, artificialisé ou minéralisé lorsqu'il est recouvert d'un matériau imperméable tel que l'asphalte ou le béton. Chaque année, en Europe, des sols représentant une superficie plus vaste que la ville de Berlin sont perdus en raison de l'expansion urbaine et de la construction d'infrastructures de transport (routes et autoroutes, aéroports).

L'asphalte gagne du terrain si vous préférez. Et là où sa présence est forte, la chaleur y est conservée.
Mettez-vous pieds nus sur de l'herbe ou de l'asphalte et jugez par vous-mêmes si le soleil renvoie plus ou moins d'énergie sous vos pieds selon le type de sol sur lequel vous êtes.

Côté constructions nouvelles, certaines ont poussées en zones inondables. A crue égale le risque augmente donc d'avoir plus de dégâts et de victimes qu'en 1910.

Catherine Carré, Géographe à la Sorbonne (avec la participation de J.F. Deroubaix, chercheur à l'école des Ponts) commente

Quelle(s) leçon(s) retenir de ces crues ?

Du point de vue hydrométéorologique on peut d'abord noter qu'il s'agit d'un événement particulier et que l'on n'avait plus constaté depuis longtemps : les crues habituellement redoutées, telle celle de 1910, surviennent à la fin de l'hiver et au début du printemps. Pas maintenant. Certains gestionnaires des grands lacs de Seine s'interrogent donc sur un possible effet du changement climatique mais cette hypothèse devra être vérifiée. En attendant, on soulignera aussi la pertinence de l'exercice Sequana 2016, en mars dernier, dans un territoire où le risque d'inondation est l'un de ceux auquel les élus sont peu sensibles.

C'est-à-dire ?

Grâce au travail d'alerte des chercheurs et à la volonté de l'État, cette simulation d'une inondation majeure a été effectuée en région parisienne il y a deux mois. Et aujourd'hui, cette sensibilisation faite, chacun constate que ce risque n'est pas une vue de l'esprit. Même si cette crue que l'on voit à Paris n'est pas un événement exceptionnel à l'échelle du bassin de la Seine, avec Sequana, les grands institutionnels ont pris conscience de l'importance de la gestion de ce type de crise, sachant qu'il faudra évacuer 800 000 personnes en cas de crue type 1910 en Île de France, que des millions de personnes seront impactées, que se poseront des questions de distribution d'eau potable, d'électricité, de pollution et un risque sanitaire aussi, du fait des déchets, des réseaux d'assainissement, des égouts inondés, risque peu pris en compte pour le moment.

Les perspectives face à ces risques ?

Poursuivre le travail auprès des élus, sous pression face au manque de surfaces constructibles. En région parisienne, par exemple, seules 30 % des communes ayant des zones inondables ont fait leur Plan communal de sauvegarde (PCS). 70% ne l'ont donc pas. C'est pourtant essentiel pour savoir qui évacuer, quels points stratégiques protéger. Avec Sequana, Athis-Mons s'est ainsi aperçu qu'en cas de crue, la ville n'aurait plus d'électricité parce que son générateur eDF serait dans l'eau ! L'autre souci, récurrent, c'est que ces 50 dernières années, on a construit – légalement- en zone inondable, avec des règles voulant que les habitants soient «hors d'eau». Le problème, c'est que si l'on a bien réduit la vulnérabilité des particuliers, on a aggravé la vulnérabilité du système urbain en plaçant des gens dans des zones inondables, dont il faudra gérer les situations de crise. Les pouvoirs publics doivent aujourd'hui apprendre à gérer les villes en tant que “système”.

recueilli par Pierre Challier les Échos
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14258
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Mar 07 Juin 2016, 06:14

on va faire une simulation intelligente :
On fabrique des bateaux écolos qui fonctionnent avec le vent et on expédie au Canada où il y a des incendies la flotte que nous avons en trop en France.

Curieusement les écolos n'y ont pas pensé !


Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Mar 07 Juin 2016, 07:00

On va aussi comparer sous peu les coûts pour les assureurs.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14258
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Mar 07 Juin 2016, 07:06

Les assureurs assurent c'est leur boulot...
ils vont même assurer les gens qui conduisent sans permis et sans assurance... qui n'auront même plus à passer en jugement... une petite amende qui coutera moins cher qu'aller à l'auro école et sans risque de se faire bouler à l'examen. Merci à l'actuel gouvernement !

L'assurance anti incapables au gouvernement par contre n'existe pas... ça s'appelle les impôts que l'on augmente pour combler les trous dans le budget.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Mar 07 Juin 2016, 07:26

Les sinistrés. Ne pas les oublier. Que ce soit au Canada, en France ou ailleurs.

À l´occasion de la Journée mondiale de l'environnement célébrée le 5juin, les Nations Unies en Haïti réitèrent leur soutien au pays dans ses engagements visant à augmenter les bonnes pratiques environnementales et agricoles capables de freiner la dégradation accélérée de l'environnement, à travers les Objectifs de Développement Durable (ODD) à l´Horizon 2030età l'Accord de Paris sur les changements climatiques.

Selon l´ONU, ces objectifs sont cruciaux pour renforcer la résilience des Haïtiens par une meilleure gestion des ressources et l´adaptation aux phénomènes naturels.

Les experts des Nations Unies en Haïti mettent l'accent sur le fait qu'une gestion et une protection responsable de l´environnement au niveau institutionnel et communautaire, ainsi que l´aménagement du territoire, sont indispensables pour le développement économique et social d´Haïti. En effet, la pollution et l´exploitation non durable des écosystèmes terrestres et marins affaiblissent les alternatives économiques (notamment le tourisme, l´agriculture, la pêche et l´énergie) aggravent les risques de pauvreté extrême. Ces facteurs sont interdépendants avec les déficiences des systèmes d'accès à l´eau, d´assainissement et de gestion des déchets, et ont aussi un impact sur le risque de maladies hydriques, la pauvreté énergétique et la vulnérabilité de la population face aux désastres naturels.

La biodiversité est aussi affectée par la dégradation de l´environnement en Haïti, où 19% de l´ensemble des espèces sont menacées d´extinction. Cette année, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a voulu justement attirer l'attention sur la lutte contre le commerce illicite des espèces sauvages, avec le thème mondial pour la journée « Luttons pour la vie sauvage ».

Cette conjonction de facteurs s´ajoute aussi à l´urbanisation massive et sans contrôle dans des espaces à risques (notamment sur la côte) qui ne respectent pas les normes de construction et sans accès aux services de base. Selon le rapport du PNUD sur les Objectifs du Millénaire en Haïti, la population habitant dans des maisons ne remplissant pas les conditions minimums (taudis) a presque doublé au cours des deux dernières décennies en Haïti et au moins 74% des ménages vivent dans ces espaces en zone rurale et urbaine.

La déforestation est l'un des problèmes qui préoccupent le plus les experts des Nations Unies, puisqu´elle accélère l´érosion du sol et la baisse de la pluviométrie, facteurs liés aux 3 années de sécheresse exacerbées par le phénomène El Niño et par le changement climatique .Cette situation a entrainé la perte de jusqu´à 70% des récoltes, l´augmentation des prix des produits alimentaires de base et le manque d'opportunités de travail dans le secteur agricole, ainsi que l´augmentation du nombre de personnes en insécurité alimentaire en Haïti (3,6 millions dont 1,5 million souffrant d'insécurité alimentaire sévère). Cette dégradation réduit aussi l´accès à l´eau dans un pays où 42% de la population haïtienne n´a toujours pas un accès sûr à l´eau potable et 72% ne disposent pas d´assainissement adéquat.

La couverture végétale est très faible, même si le manque de données actualisées ne permet pas d'en déterminer avec exactitude le taux. L'un des facteurs qui contribuent à la déforestation est l´abattage d´arbres pour la production de charbon ,qui en 2012 était utilisé dans 92% des ménages haïtiens pour la cuisson. Selon la FAO, 10.000 sacs de charbon sont consommés par jour dans le pays. De plus, l´érosion des sols augmente singulièrement la vulnérabilité des populations aux catastrophes naturelles, notamment aux cyclones, aux intempéries et aux séismes.

Encore une fois, les études des Nations Unies alertent sur le fait que les femmes et les ménages les plus pauvres sont affectés de manière disproportionnée par la dégradation de l´environnement, notamment les ménages en milieu rural ayant une femme comme chef de ménage, puisqu´ils souffrent en priorité de la baisse des rendements agricoles causés par les conséquences de la déforestation.

En réponse, les Nations Unies encouragent les efforts nationaux vers l´efficience des moyens production, la conservation des ressources naturelles et la restauration des terres dégradées à travers de meilleures pratiques agroforestières, environnementales et agro-écologiques, ainsi que la conservation des variétés locales. Ces pratiques permettraient la réduction des pertes post-récoltes des produits agricoles (actuellementde l'ordre de 30-40 %, selon le Ministère de l´Agriculture).

Face à la gravité de la situation, les Nations Unies saluent le fait que, depuis plusieurs années, l´Etat Haïtien ,avec l'appui de ses partenaires, a mené des actions pour protéger l'environnement et mitiger les risques qui découlent de sa dégradation, telles que:

- La signature des conventions des Nations Unies comme le Corridor Biologique dans la Caraïbe (CBC), la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD) etla Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUC)

- La création de nouvelles zones protégées dont les premières zones marines dans le Sud et dans le Nord

- La délimitation des Parcs Nationaux de Macaya, La Visite et la Forêt des Pins

- La création de la Reserve de Biosphère La Selle

- La mise en place des structures de gestion des Aires Protégées comme l´Agence Nationale des Aires Protégées (ANAP) et le déploiement du Corps de Surveillance dans les Aires Protégées.

Activités des Nations Unies pour marquer la journée dans le Sud, le Sud-Est et à Port-au-Prince Pour marquer la Journée Mondiale de l'Environnement de 2016, la famille des Nations Unies a prévu des activités diverses. Ainsi, le PNUE (Programme des Nations Unies pour l´Environnement), appuyé par la FAO (Organisation des Nations Unies pour l´Alimentation et l´Agriculture), accompagnera le Ministère de l'Environnement dans la mise en œuvre d'activités d'information et de sensibilisation dans l'aire protégée de Port Salut dans le département du Sud. Pour cette année le thème mondial « Luttons pour la vie sauvage » a été réadapté dans le Sud en : «Chakespèskonte,pwotejeyo se pwotejetètnou : Ann pote kole».

Les principales actions de sensibilisation prévues sont la plantationsymbolique de mangliers à l'embouchure de la rivière Trouiac, des expositions sur la faune et la flore du Parc National Naturel Macaya, les richesses de la forêt sèche d'Aquin et aussi sur le milieu marin, un concours de dessin avec des écoliers et une compétition de natation avec les pêcheurs. Pour sa part, la MINUSTAH organise des activités culturelles et une course non compétitive de 5 km à Jaborandi Camp. Ce programme se complète avec une projection-débat de cinéma et des ateliers organisés le 8 juin par le Programme des Volontaires des Nations Unies en collaboration avec le Groupe de Communication des Nations Unies, des agences et partenaires des collectifs de la jeunesse.

EJ/Radio Métropole Haïti


Dernière édition par Libellule le Mar 07 Juin 2016, 07:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MODERATEUR 1



Messages : 19
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Mar 07 Juin 2016, 09:28

Quatre derniers messages supprimés pour revenir sans invective aux sujets de cette discussion: le climat, les inondations, 1910, la Seine, la Marne, le Loing, l'Essonne, la station de mesure du pont d’Austerlitz,... Modérateur 1
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Mar 07 Juin 2016, 10:09

L'équivalent du dossier sequana 2016 Val de marnais pour l'Essonne est ici.
http://www.essonne.fr/cadre-de-vie/environnement/risques-majeurs/le-risque-inondation/#.V1X0FCM6_qA

Beaucoup de détails donnés en cliquant sur chaque rectangle bleu.
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Mar 07 Juin 2016, 18:13

Libellule a écrit:
La question posée est crue centennale ou climatique. Avec présentation du contexte. Une simulation virtuelle en mars 2016 sur des bases précisées, une crue réelle juste dans la foulée.

On tend vers une réponse uniforme et claire. On est en face d'une crue centennale et climatique.


Ne serais ce pas on tend à prendre nos désirs pour une réalité.
Ce n' est pas sur un phénomène qu' il faut conclure mais sur une longue durée et ne pas confondre théorie et faits établis.
Que faire pour éviter ces crues? Là pas de réponse, et il faut le dire il n' y a pas de solution radicale. On peur monter des digues, faire des bassins de rétentions ce n' est pas pour autant que l' on maîtrisera les crues, l' eau contournera tout ces ouvrages.
Construire des digues, l' eau passera par les cotés ou les détruira et le résultat sera pire que le remède (voir La Faute sur Mer), faire des bassins de rétentions une fois plein que fait-on? il en existe de naturel: les zones inondables. Il n' y a pas de remède miracle mais des actions diverses et variées à mettre en oeuvre et en fonction de la région car une crue de la Seine n' a rien à voir avec celle du Var par exemple.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Mar 07 Juin 2016, 19:23

la Faute sur Mer et la Nouvelle Orléans. La bêtise complémentaire ayant été de construire en zone inondable derrière les digues. Le modèle hollandais, ce pays bas, avec pose de multiples polders ( nos anciennes rigoles et haies détruites avec notre politique de démembrement) ne devrait il pas être approfondi?

Les crues sont inévitables. Personne ne discute ce point, mais de là à créer des poches d'inondations, tient pour le moins d'une erreur de jugement de l'homme, seul animal à se mettre ainsi en difficulté au prétexte qu'il saurait "maîtriser" la nature, à son profit.
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Mer 08 Juin 2016, 20:32

Il y a des erreurs qui peuvent être catastrophiques, par exemple les polders (selon votre définition)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Polder a écrit:
Un polder (ou prise1) est une étendue artificielle de terre gagnée sur l'eau, le plus souvent dont le niveau est inférieur à celui de la mer, à partir de marais, estuaires, lacs ou des zones littorales.

La surface à aménager est d'abord entourée de digues. L'eau emprisonnée dans ce périmètre est alors captée par un ensemble de pompes actionnées autrefois par des moulins à vent et, aujourd'hui, par des pompes électriques. Le drainage du terrain est facilité par un réseau d'étiers et de bassins. Même après l'assèchement du polder, les pompes continuent à éliminer l'eau qui s'infiltrerait en excès dans ce dernier.

Les Pays-Bas et la Belgique sont souvent associés aux polders, puisqu'une partie de leur surface a été gagnée sur la mer au cours des siècles2. De telles zones existent aussi dans le Nord de la France dans la région des Watergangen ou Wateringen (du néerlandais rondes d'eau), près de Dunkerque, et dans la région de Kamouraska, Québec.

Il existe aussi des polders fluviaux, des étendues naturelles dans la zone d'inondation d'un fleuve, aménagées en polder par un système de drainage.

Parce que les rigoles n' ont rien à voir avec les polders (ce serait même le contraire, d' un coté on laisse l' eau s' écouler de l' autre on digue pour gagner du terrain).

Pourriez vous donner votre définition de "poches d’inondations", parlez-vous des bassins de rétention ou bien des zones naturellement inondables?
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Mer 08 Juin 2016, 21:43

Ok pour les polders. Je posais une question. Restons au vocabulaire des haies et rigoles.

Imaginez un entonnoir couché avec l'eau qui veut passer. La carte d'entame y aide. Le resserrement des rivières pour passer dans les villes denses est le bout de cet entonnoir. Trop petit pour laisser passer les crues. L'eau déborde et inonde tout l'entonnoir.  Plus le bout de l'entonnoir est imperméable, plus le danger d'inondation court. Si on en vient à densifier la ville à ces endroits, les dégâts deviennent plus nombreux. Plus la poche s'élargit.
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3574
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Mer 08 Juin 2016, 22:07

Il me semble avoir lu et localement entendu qu'il faut densifier les coeurs de villes pour éviter les déplacements qui polluent. Théorie EELV.
La conséquence sur l'engorgement des sols. L'augmentation des effluents, des points sensibles des réseaux trop concentrés, sur la nature étranglée. ,corsetée  sont souvent catastrophiques. Étendons raisonnablement l'habitat.  Développons des transports non polluants en 24/24, entretenons les berges,les lits et les digues.
N'oublions pas l'automobile indispensable outil d'autonomie et de liberté. Nous aurons des progrès rapides dans ses mutations énergétiques

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Mer 08 Juin 2016, 22:15

Le dilemme extension densification est compliqué. Plus d'autouroutes pour gagner le périphérique et les voitures ne s'écoulent plus à partir d'une certaine saturation. La À86 puis la francilienne pour créer de nouvelles rocades est apparu comme pouvant être une solution.

En fait ce fut un pis-aller. La densification verticale ou horizontale je n'y suis personnellement guère favorable.

D'autant plus que l'eau des fleuves et des rivières n'est pas loin. Le coeur du sujet me semble-t-il.

L'A4 à hauteur de Bercy et les lignes de métro près de la Seine en ont subi les inconvénients en premier. Pas les zones denses type place des fêtes dans le 20e. Villeneuve Saint Georges quartier du triage, pas Fontenay quartiers en hauteur. Hors de légers ruissellements ici ou là, ou des points cul-de-sac. Je suis plutôt soucieux de voir l'imperméabilisation des sols progresser que de voir une maison augmenter d'un étage.
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 3019
Date d'inscription : 08/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Jeu 09 Juin 2016, 02:44

Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Jeu 09 Juin 2016, 03:37

Libellule a écrit:
Ok pour les polders. Je posais une question. Restons au vocabulaire des haies et rigoles.

Imaginez un entonnoir couché avec l'eau qui veut passer. La carte d'entame y aide. Le resserrement des rivières pour passer dans les villes denses est le bout de cet entonnoir. Trop petit pour laisser passer les crues. L'eau déborde et inonde tout l'entonnoir.  Plus le bout de l'entonnoir est imperméable, plus le danger d'inondation court. Si on en vient à densifier la ville à ces endroits, les dégâts deviennent plus nombreux. Plus la poche s'élargit.

Plus que de longs discours, une photo :
Cette photo est le pont romain de Vaison qui lui a fait office d' entonnoir.
Rien à voir avec une zone inondable  qui est une terre très proche (en hauteur) du lit de la rivière et qui se remplie avec la montée des eaux. Y construire n' agrandira pas la zone mais fera plus de dégâts.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Inondation_de_Vaison-la-Romaine_en_septembre_1992 a écrit:
Plus tard, on apprit que le même phénomène s'était déjà produit, au moins une fois, à Vaison. Dans les archives municipales de la ville, est transcrite une délibération datée d’août 1616 indiquant que « le conseil de ville devait faire réparer le parapet du pont romain détruit par une inondation qui avait aussi emporté plusieurs maisons ». Il n'est fait état d'aucune victime. Au xviie siècle, les Vaisonnais vivaient dans la ville haute, et autour de la cathédrale, recouvrant les ruines de l'antique Vasio, il n’y avait que des jardins6.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Jeu 09 Juin 2016, 04:06

Je n'ai pas de souci avec de tels contre exemples. La question de l'imperméabilité des sols en zone fortement construite n'a pas à être éludée pour autant. Le cas de Montpellier est plus récurrent que celui de Vaison, par exemple. Celui de Saint Florence est lié au refus d'un maire qui plus est vice président de l'assainissent des eaux locales, de signer des documents, le parquet général s'étonnant de ces refus, de ce poste de vigilance.

Sur les 782 communes sinistrées dans le cas présent, toutes ne sont pas fautives, mais victimes de l'effet entonnoir en zone inondable.

782 communes sont reconnues en état de catastrophe naturelle après les inondations historiques des derniers jours. L'arrêté de catastrophe naturelle pour ces communes situées dans 17 départements a été pris ce mercredi en Conseil des ministres, ouvrant la voie à une indemnisation plus rapide des sinistrés.

«Un premier arrêté interministériel reconnaissant l'état de catastrophe naturelle dans 782 communes situées dans 17 départements sera publié dès demain (jeudi) au Journal officiel», précise une source proche de l'exécutif. Par ailleurs, 215 dossiers de communes sont en attente d'être traités. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a confié qu'une réunion interministérielle se tiendrait «dans les heures qui viennent pour examiner les derniers cas».

Selon nos informations, les départements concernés sont les suivants : le Cher, l'Indre, l'Indre-et-Loire , le Loir-et-Cher, le Loiret, la Meurthe-et-Moselle, la Meuse, la Moselle, la Sarthe, l'Yonne, Paris, Seine-et-Marne, Yvelines, Essonne, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Hauts-de-Seine

L'état de catastrophe naturelle permettra aux habitants des communes concernées d'être indemnisés au titre de cette garantie dans les limites et conditions des contrats d'assurance souscrits. Les assureurs ont deux mois pour verser une première provision et trois mois pour indemniser intégralement.

A compter de la parution de l'arrêté, les assurés ont dix jours pour adresser leur déclaration de sinistre à leur assureur. Selon l'Association française de l'assurance (AFA), les assureurs, attentifs à la situation des assurés, seront flexibles, certains laissant jusqu'au 30 juin pour effectuer leur déclaration. Mardi, l'AFA a évalué «le montant final des dommages assurés» occasionnés par les inondations à un montant compris entre 900 millions et 1,4 milliard d'euros «à ce stade».

Pour rester dans l'actualité
https://reporterre.net/A-Montpellier-une-idee-geniale-construire-une-gare-en-zone-inondable
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Jeu 09 Juin 2016, 18:05

@Libellule :
D' une part je ne vous ai pas attendu pour parler des dégâts causés par l' urbanisation à outrance et de ces conséquences, mais l' exemple de Vaison est l' exemple parfait du phénomène entonnoir.
Ce n' est pas le cas en Ile de France et dans la Somme où c' est plus un effet buvard saturé qu' un entonnoir.
http://www.nord-nature.org/publications/bulletin/103/103B1.htm a écrit:

Les inondations de la basse vallée de la Somme auront marqué le printemps 2001, par leur ampleur et par leur durée : plus d'un millier de maisons inondées, avec parfois jusqu'à 2 mètres d'eau, pendant 2 à 3 mois (mars à juin).

Mais, bien plus que la pluie, c'est l'accumulation de fautes humaines dans la plus parfaite inconscience qui paraît en être responsable.
Là on peut parler d' entonnoir (voulu) , ce n' est pas le cas partout, et de responsabilité collective
.
http://www.montpellier.fr/4060-inondations-risques-naturels.htm a écrit:
Le risque inondation est un des phénomènes naturels les plus récurrents sur Montpellier. Il est principalement provoquée par des pluies importantes et durable, essentiellement présentent à la fin de l'été ou à l'automne durant les épisodes "cévenols".
Pour ce qui est des inondations dans les Cévennes, le cas est différent connu et répétitif, comme pour la cote méditerranéenne en général (et je ne parle pas de ces municipalités qui ont "tunnellisée" les cours d' eaux passant dans leur ville!).
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14258
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.   Jeu 09 Juin 2016, 18:07

La solution est simple : flanbi prend sa retraite.
Dès le jour de son arrivée, depuis son passage à l'Arc de Triomphe il fait pleuvoir dès qu'il met le nez dehors...
Il doit faire la danse de la pluie tous les soir autour du tepee de l'Elysée à moins que ce soit un don ou une malédiction.

Soit il ne sort plus et comme il est en balade permanente ce n'est pas envisageable soit il s'en va pour sauver le pays de la noyade générale.
Mais je ne crois pas qu'il se dévoue pour le bien de la France.
Revenir en haut Aller en bas
 
Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Crue centennale ou climatique? la sequana 2016 du virtuel au réel.
» l'alimentation crue que préconise l'institut HIPPOCRATE
» Réchauffement climatique (chapitre 2)
» Constructions en terre crue
» Le Kabiliste Claude Mashala vide son sac : Kabila ne partira pas en 2016 confirmé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Les faits de société. Débats. Sondages.-
Sauter vers: