Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de
Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble,
son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Crue centennale ou climatique - Inondations

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 EmptyDim 05 Juin 2016, 13:43

Rappel du premier message :

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Valent10

Le samedi 12 mars 2016 de 8h à 14h était organisé à Valenton dans le cadre du projet EU Sequana 2016 une simulation de crue centennale avec évacuation d’une maison de retraite par hélicoptères et embarcations, évacuation d’îlots par moyens héliportés et embarcations, recherches de personnes disparues au moyen d’équipes cynotechniques, Installation d’une unité de traitement de l’eau et d’un camp et d’un Poste Médical Avancé. Six autres sites franciliens étaient ouverts.
Pour illustrer cette simulation une carte était diffusée par la préfecture de police. En gros plan, la zone Nord Est de Paris, incluant le territoire de Marne et Bois, appelé aussi T10 et dont fait partie désormais Fontenay sous bois. On y remarque que ce territoire est traversé et borné par le grand S de la sinuosité de la Marne, et que villes d’‘Alfortville et de Saint Maur y apparaissent comme les plus vulnérables.

Chacun ayant en souvenir que la crue dite "centennale" de 1910 avait paralysé Paris pendant plusieurs semaines : les caves, les égouts étaient inondés, on jetait les ordures dans la Seine pour les évacuer dans la Manche et pour les transports c’était la "bérézina" : quasiment plus de métro, de bus, de voiture ou de calèche ! On a tous en tête ces images des députés qui entraient en barque à l’Assemblée Nationale …éclairés à la bougie !

Aujourd’hui, malgré les bassins de retenue et les gros moyens mis en œuvre, les conséquences d’une telle crue étaient considérés comme pouvant être pire, l’agglomération parisienne comptant aujourd’hui 12 millions de personnes, mais surtout bien plus de berges bétonnées, réduisant ainsi le lit de la Seine. On s’inquiétait d’avoir construit en dépit du bon sens, en empêchant l'écoulement des eaux.

400.000 logements par exemple ont été construits en zone inondable en Ile de France: supposant l’évacuation de 800.000 personnes avec des hélicoptères, des centaines de bateaux pneumatiques ou autres, qu’il faut faire venir de partout.

Il fallait y voir l’aboutissement du projet de vigilance météorologique lancé en 2001. En 2004, à la suite de la canicule de 2003, les vigilances "Canicule" et "Grand froid" sont ajoutées au système en place. En décembre 2007, la vigilance "Fortes précipitations" est renommée en "Pluie-inondation" dans le but d'intégrer la vigilance liée aux crues mise en place à l'origine par Vigicrues®️. En novembre 2011, à la suite des submersions meurtrières des côtes charentaises et vendéennes par Xynthia le 28 février 2010, Météo-France, en partenariat avec le service hydrographique et océanographique de la Marine (SHOM) intègre à la vigilance les phénomènes côtiers, avec la vigilance "Vagues-submersion", liés notamment à la forte houle et la surcote causée par les ondes de tempête parfois combinées aux forts coefficients de marée. A la même date, un pictogramme "Inondation" est ajouté dans les phénomènes suivis : il intègre les seules données de Vigicrues par une correspondance géographique entre un tronçon de cours d'eau et le(s) département(s) touché(s).

Aujourd’hui la vigilance météorologique vise à attirer l'attention sur les neuf phénomènes suivants : Vent violent, Pluie-inondation, Inondation-Orages,Neige-verglas,Avalanches, Canicule, Grand froid,Vagues-submersion. Autant de phénomènes qui années après années prennent de l'ampleur.

Ce rappel historique nous permettant de constater que ce n’est donc pas formellement le retour d’une crue de type 1910 qui était redoutée, mais plus une crue de type nouveau.

Pourquoi de type nouveau ? Voici les principales crues séquaniennes depuis 120 ans : En janvier 1910, les eaux montent jusqu'aux épaules du zouave du pont d'Alma, une hauteur de 8,62 mètres. C'est le record absolu pour une crue de la Seine à Paris depuis que les mesures sont effectuées. En 1658, cependant, une autre crue aurait atteint 8,95m. L’expression crue centennale est donc utilisée pour la définir.

En Janvier 1924 la Seine atteint 7,32 m. En Janvier 1955 la hauteur observée à l'échelle d'Austerlitz est de 7,12 mètres. En Janvier 1982 le hauteur observée à la station d'Austerlitz avec la technologie des ultra-sons : 6,18 m. On évitre prudemment de parler de crue centenaire, vu que l'intervalle temps ne s'y prête guère. N'empêche, quelques experts mieux informés que les autres en janvier 2016, en viennent à penser que la crue ne se produira pas cette fois en janvier mais selon un autre timing.
On s’exerce en mars car on craint une crue prochaine. Avec la crue du 1er juin 2016 il va enfin peut-être être possible de comprendre pourquoi il pleut plus et plus souvent à cause du réchauffement climatique.

Ce matin du 1er juin 2016, le Loiret s’est réveillé les pieds dans l’eau. Le Loing, affluent de la Seine enregistre alors sa plus grande crue depuis 1910 ; Une crue « centennale » ? Chacun hésite à la définir comme telle. Car pas aux normes temporelles des crues précédentes.

Un débat démarre : cette crue est-elle une simple anomalie météo ponctuelle, ou y’a-t-il des causes plus profondes ? Quelques curieux envisagent qu’il pourrait s’agir d’une crue climatique et se mettent à analyser les liens entre la crue de 2016 et le changement climatique

Autant le rappeler à ce stade : Les spécialistes du climat et des phénomènes météorologiques ont compris depuis plusieurs années les liens qui unissent le cycle de l’eau et le changement climatique. Spontanément, lorsqu’on pense à un monde qui se réchauffe, on pense à un monde plus sec, plus désertique. Tout brûle plus facilement et les feux prennent des proportions inédites. D’ailleurs, lorsque les journaux parlent de changement climatique, ils illustrent souvent leurs articles par des images de sols desséchés et arides , pas avec celles des incendies des forêts boréales en zone de sable bitumineux (Russie et Canada). Mais beaucoup oublient de dire que les phénomènes inverses sont aussi une conséquence du réchauffement climatique ou du moins de son dérèglement (le mot le plus approprié).

Un monde plus chaud c’est d’abord un monde plus humide. Pour le résumer de façon simple, voici comment le phénomène fonctionne d’après l’Environmental Protection Agency américaine. La terre est couverte de 70% d’eau. Lorsque les températures augmentent, cette eau s’évapore plus. Mais cette eau ne disparaît pas, elle continue à exister sous forme de vapeur d’eau dans l’atmosphère. Et au bout d’un moment, cette vapeur d’eau finit fatalement par retomber, notamment sous forme de pluie.

Les conditions pour des précipitations importantes étaient toutes réunies ce printemps. L’Administration Nationale Océanique et Atmosphérique américaine (NOAA) qui publie des rapports mensuels sur les températures mondiales, notait depuis décembre que l’Europe du Nord-Ouest connaissait ses périodes les plus chaudes depuis des décennies.

Le mois de Décembre était le plus chaud depuis 1900, le mois de Février également, et le mois d’Avril le 4ème mois d’Avril le plus chaud depuis 1910. Sur l’ensemble de la planète, ce début d’année a été le plus chaud de l’histoire, avec des températures de 1.5 degrés supérieures à la moyenne pré-industrielle.
Notamment, la NOAA a constaté durant ce début d’année la successions de températures records dans certaines parties de l’Atlantique Nord et autour du Groenland. L’évaporation accrue dans ces zones a pu contribuer à la constitution de masses d’air très humides qui se sont ensuite déplacées sur l’Europe du Nord.

En conséquence, l’agence notait également que la zone Europe du Nord-Ouest vivait aussi ses périodes les plus humides, avec une hausse significative des précipitations. Ainsi la Finlande ou le Danemark ont vécu ce printemps leurs périodes les plus humides depuis un siècle.

La France a également vécu des précipitations beaucoup plus fortes que d’ordinaire. Météo-France notait en avril un cumul de précipitations entre 1.5 et 2 fois supérieur aux normes de saison sur l’ensemble de la diagonale sud-ouest / nord-est. Or c’est précisément dans la zone centre/nord-est que s’alimentent les affluents de la Seine comme le Loing.

Avec cette augmentation des précipitations, ce sont naturellement les fleuves qui sont montés. Et les épisodes de pluie des derniers jours de mai ont servi d’élément déclencheur à un phénomène qui s’annonçait depuis décembre, lentement mais sûrement.

La crue que l’on observe aujourd’hui dans le Loiret pourrait donc être le symptôme d’un changement plus profond au niveau climatique et météorologique en France. En effet, ce type événements devrait devenir de plus en plus fréquent statistiquement, au fur et à mesure que les températures vont continuer à monter. C’est d’autant plus vraisemblable qu’en France, l’impact du changement climatique sur les températures est en moyenne plus fort qu’ailleurs. D’après un rapport de l’Observatoire National des Effets du Réchauffement Climatique, les températures en Europe du Nord, et donc en France durant le 20ème siècle ont subi une augmentation 30% plus élevée que sur le reste du globe en moyenne.

Cela signifie que les températures augmentent très vite (de l’ordre de 0.20 à 0.35 degrés par décennie en moyenne depuis 100 ans) et donc que l’évaporation océanique notamment est forte. Mais le problème est également significatif dans les massifs montagneux, où l’on a constaté entre 1900 et 2004 une augmentation moyenne des températures de 0.14 degrés par décennie. Or c’est aussi en montagne, via la fonte des glaciers et des neiges d’altitude que s’alimentent les fleuves.

Logiquement, les épisodes de crues et d’inondations devraient donc se multiplier dans les prochaines décennies. Parlera –t-on de crues décennales, avant de parler de crues récurrentes et normales. Tout sera une question d’accoutumance à ses phénomènes qui, de rares, risquent de passer à des phénomènes d’une grande banalité.

Sous la pression conjuguée de la fonte des neiges/glaces et de l’évaporation et de l’humidification des masses d’air. On observe d’ailleurs déjà le phénomène dans le Sud-Est de la France avec les fameux épisodes cévenols.

Ces inondations qui affectent régulièrement les Cévennes dans le Sud de la France sont dues au déplacement des masses d’air chaudes et humides liées à l’évaporation au dessus de la mer Méditerranée vers les zones plus froides du Massif Central autour du Mont Lozère. À cause du réchauffement des températures moyennes, ces épisodes météorologiques sont de plus en plus forts et de plus en plus fréquents, car l’évaporation en mer est plus importante.

Ainsi, dans un rapport daté de 2015, on observait depuis 1950 une augmentation de 30% de la quantité de précipitations dans la zone, et une multiplication par 3 de la fréquence des pluies cévenoles extrêmes.

Au final, il est probable que les épisodes de crues et d’inondations que l’on observe actuellement soient en partie déclenchés par des évènements liés au réchauffement climatique. Aussi contre-intuitif que cela puisse paraître, réchauffement climatique peut donc rimer avec plus de pluie et plus d’humidité. Bien sûr, ce n’est pas vrai partout, et on observe au contraire une diminution des précipitations sur l’Ouest du pays.

Mais la crue du Loiret est une bonne illustration de ce que signifie, à moyen terme, l’accélération du réchauffement climatique dans la vie quotidienne des français. Cela montre qu’il est plus que temps de prendre des mesures drastiques pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre, car non, le réchauffement climatique n’est pas un problème « lointain » et sans importance. Il a des conséquences graves, aujourd’hui, et ici.

http://www.liberation.fr/france/2016/03/01/crue-centennale-sauve-qui-pleut_1436846
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Libellule



Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 EmptyVen 02 Fév 2018, 21:41

Qui parle de porte monnaie?
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 EmptyVen 02 Fév 2018, 22:54

Le porte monnaie et ce qui en découle est justement la base de la question...

En plus bien sûr du matos qui ne fonctionne pas au moment voulu.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 EmptyDim 04 Fév 2018, 19:03

Encore un exemple qui témoigne que l'activité humaine n'y est pour rien...

À chaque crue de la Seine, la petite commune de Méricourt (Yvelines) connaît le même problème : une marée de détritus en tout genre vient s'échouer contre les écluses et les berges de cette ville située dans une boucle de la Seine.

Troncs, bidons, bouteilles, conserves, barques... Tous les déchets charriés en amont par le fleuve arrêtent leur course dans cette commune proche de la Normandie.

Selon les Voies navigables de France (VNF), près de 200 tonnes d'objets flottants se sont d'ores et déjà amassés aux barrages de Méricourt et de Suresnes (Hauts-de-Seine). Un chiffre approximatif puisqu'une grande partie du volume immergé reste inconnu. L'épaisseur pourrait atteindre 50 centimètres.

"Tous ces déchets sont concentrés au même endroit", explique au Parisien le maire de Méricourt, Philippe Geslan. "Les écluses ne doivent pas rouvrir avant que cet amas ne soit ramassé. Sinon, on va retrouver tous ces déchets sur nos berges. Je connais bien le problème : cela fait dix ans qu'on se bat contre ça !"

"On ne voit plus l'eau"

"Ce n'est même plus une mer de déchets, mais une terre de déchets, tellement on ne voit plus l'eau", ajoute-t-il à Franceinfo, fustigeant les "salopards qui ne cessent de jeter des déchets dans la Seine. C'est quand même désolant de voir ça au XXIe siècle!".

Une barge spécialisée, munie "d'un genre de gros aspirateur", va être sollicitée pour ramasser les déchets. Coût estimé : 150.000 euros. L'opération devrait avoir lieu la semaine prochaine et devrait prendre entre un et trois jours. "C'est une opportunité d'intervenir maintenant car tout est concentré au même endroit", explique au Parisien VNF.

Le niveau de la Seine à Paris est remonté légèrement ce samedi, une hausse "modérée" qui devrait se poursuivre jusqu'à dimanche matin, avant un début de décrue attendu lundi, a indiqué Vigicrues, organisme de suivi des cours d'eau.

Samedi en fin de matinée, la mesure au Pont d'Austerlitz indiquait 5,45 mètres. "Cela pourrait monter jusqu'à 5,60 mètres au maximum", a précisé à l'AFP Bruno Janet, de Vigicrues.

Ce niveau était redescendu à 5,34 mètres vendredi, après avoir atteint un pic à 5,85 mètres lundi dernier. À Gournay-sur-Marne (Seine-Saint-Denis), l'eau devrait encore remonter de quelques centimètres. "Mais cela ne va plus monter beaucoup", explique-t-il. À Créteil, l'eau devrait encore monter un peu (jusqu'à 15 centimètres). La crue devrait atteindre son maximum dimanche. Samedi douze départements étaient encore en vigilance orange pour les crues.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 EmptyDim 04 Fév 2018, 19:51

Tous ces déchets qui bloquent le lit des cours d'eau... c'est de la faute de sarko ! Non de wauquiez !

Mais que fait donc hulot notre écolo médiatique ? Bonne question !
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 EmptyDim 04 Fév 2018, 20:05

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 EmptyDim 04 Fév 2018, 20:46

Les innondations sont causées par la droite enfin on sait la vérite !
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

Gérard

Messages : 4189
Date d'inscription : 08/07/2010

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 EmptyDim 04 Fév 2018, 20:48

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 20180216

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 EmptyDim 04 Fév 2018, 23:28

Ce qu’il faut faire :
1re étape : créer des zones d’entreposage à l’abri des inondations, avec un premier tri
Ce sont des lieux de dépôt des déchets post-catastrophe destinés aux populations sinistrées. Ces aires doivent pouvoir être mises en œuvre immédiatement par les collectivités pour garder la maîtrise des flux et des risques associés (ex : bacs en bout de rue pour les déchets dangereux) et faciliter l’évacuation des apports spontanés.
Elles sont situées sur les zones étanches de la voirie : trottoirs, parkings, aires de stationnement.
Ces aires de dépose ne sont pas soumises à une réglementation spécifique.
Les aires de dépose permettent de réaliser un premier tri des déchets ; les habitants sont incités à déposer les déchets en séparant :

les meubles,
les DEEE,
les déchets dangereux (médicaments, produits phyto-sanitaires, insecticides, désherbants, déchets diffus spécifiques),
les bois et les déchets verts,
les déchets non dangereux (métaux, gravats, textile, nourriture).
A savoir : ces aires d’entreposage peuvent rester longtemps en place, il n’existe pas de délais.

2e étape : installer des aires de regroupement :
Dans l’idéal, il est préconisé de séparer le site d’entreposage intermédiaire de niveau 1 en deux espaces :

un espace correspondant à l’apport volontaire des déchets par les ménages
un espace dédié à l’apport des déchets provenant des aires de dépose ou du déblaiement des routes.
Ces deux espaces sont divisés en cinq zones correspondant aux cinq catégories de déchets triés sur les aires de dépose. La surface des cinq zones varie en fonction du type et de la quantité de déchets produits.
Sur chaque zone, au moins un container par catégorie de déchet est mis en place. Ses caractéristiques sont adaptées à la nature du déchet stocké :

déchets dangereux : citernes étanches ou bacs fermés, le tout sur des bacs de rétention dont le volume est conforme à la réglementation en vigueur, notamment le stockage des liquides inflammables. Le stockage est à l’abri des intempéries, correctement ventilé. La compatibilité des produits stockés est également assurée,
DEEE, déchets d’équipements électriques et électroniques : bacs étanches,
meubles : sur le sol ou dans des containers, des bennes ou des cellules fermées réalisées à partir d’éléments en béton préfabriqués,
bois et déchets verts : sur le sol ou dans des containers, des bennes ou des cellules fermées réalisées à partir d’éléments en béton préfabriqués,
autres déchets non dangereux :
fosses ou cellules pour le stockage des boues afin d’assurer la décantation avec un système de gestion des eaux,
sur le sol pour les déchets pelletables.
Pour déclarer ces aires en préfecture, il existe une procédure simplifiée avec une télédéclaration possible, rubrique 2719 installations classées : https://psl.service-public.fr/pro_mademarche/DICPE/demarche?execution=e1s1

3e étape :
Envoi des déchets dans les sites de gestion et de traitement des déchets adaptés à chaque catégorie de déchets triés.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14486
Date d'inscription : 30/05/2011

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 EmptyDim 04 Fév 2018, 23:51

Libellule a écrit:
Ce qu’il faut faire :
1re étape : créer des zones d’entreposage à l’abri des inondations, avec un premier tri
Ce sont des lieux de dépôt des déchets post-catastrophe destinés aux populations sinistrées. Ces aires doivent pouvoir être mises en œuvre immédiatement par les collectivités pour garder la maîtrise des flux et des risques associés (ex : bacs en bout de rue pour les déchets dangereux) et faciliter l’évacuation des apports spontanés.
Elles sont situées sur les zones étanches de la voirie : trottoirs, parkings, aires de stationnement.
Ces aires de dépose ne sont pas soumises à une réglementation spécifique.
Les aires de dépose permettent de réaliser un premier tri des déchets ; les habitants sont incités à déposer les déchets en séparant :

les meubles,
les DEEE,
les déchets dangereux (médicaments, produits phyto-sanitaires, insecticides, désherbants, déchets diffus spécifiques),
les bois et les déchets verts,
les déchets non dangereux (métaux, gravats, textile, nourriture).
A savoir : ces aires d’entreposage peuvent rester longtemps en place, il n’existe pas de délais.
---/---


Un peu comme ces zones que nous avons dans la partie Est de notre ville mais nous grâce à la majorité "Fontenay pour tous" c'est toute l'année et pas seulement en période post-catastrophe !


Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Poubel10

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Poubel11
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 EmptyLun 05 Fév 2018, 04:10

Nous avons de merveilleux élus locaux infoutus de gérer les dossiers simples de la commune comme le font d'autres villes qui n'hésitent pas à expliquer comment devrait fonctionner l'état, l'Europe et même le monde... le tout en se posant comme des spécialistes en tous domaines.

A dose homéopathique on peut sourie, à jet continu ça énerve.

Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 EmptyLun 05 Fév 2018, 07:52

Pour le citoyens qui savent faire autre chose que du basching, ce lien.
https://teleservices.fontenay-sous-bois.fr/signalements/signalement-sur-l-espace-public/

Sinon, selon Europe1

Crue de la Marne : "ça devient extrêmement difficile à vivre"

À Nogent-Sur-Marne, un lotissement tout entier a été touché, obligeant de nombreux habitants à quitter leur domicile.

On savait que la décrue de la Seine et des autres cours d'eau d'Île-de-France allait prendre du temps. Mais les habitants ne s'imaginaient surement pas qu'ils pourraient être de nouveau inondés si rapidement. C'est pourtant ce qu'il s'est passé pour les riverains de la Marne, avec un nouveau pic de crue samedi après-midi. Europe 1 était à Nogent-Sur-Marne, où un lotissement tout entier a été touché.

"On a de l'eau en haut des cuisses". Dans le quartier, l'eau est montée jusqu'à 1,50 mètre, inondant les caves et certains rez-de-chaussées. L'électricité a été coupée, et seul le bruit des groupes électrogènes résonne encore. De petites barques permettent aux habitants d'évacuer la zone. Depuis samedi matin, ils sont une vingtaine à avoir pris cette décision. "On a de l'eau en haut des cuisses, nous n'avons plus d'électricité, plus de chauffage, d'eau chaude. On commence à être un peu fatigués, donc nous partons", confie Brigitte, qui va se réfugier chez des amis.

Philippe et son fils Charles, eux, ont décidé de rester. Mais "ça devient extrêmement difficile à vivre. Le moral peut vite baisser. J'habite ici depuis 16 ans et je n'ai jamais vu l'eau monter aussi loin et aussi haut. On a huit pompes qui marchent jour et nuit, qui peuvent tomber en panne. C'est une vraie galère", confie Philippe.

La pluie devrait s'arrêter dimanche... avant de repartir. Non loin de chez eux, des chaudières ont été percées et déversées. Du fioul s'écoule tout près des habitations. Les pompiers et les policiers sur place maîtrisent la situation, mais ils vont bien devoir rester toute la nuit.

Quant à la météo, si elle s'annonce plus clémente dans la région dimanche, une nouvelle dégradation est attendue. De quoi inquiéter les habitants longeant la Marne. Mais aussi ceux de la Seine, dont le niveau, à Paris, continue de monter.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 EmptyLun 05 Fév 2018, 10:02

et lorsqu'il s'agira de faire un barrage ou une retenue d'eau pour régulariser les cours d'eau les écolos y seront opposés et en feront une ZAD... comme d'habitude.

A toutes fins utiles : pomper l'eau qui se trouve dans une maison est nécessaire sous réserve que le niveau extérieur ne soit pas toujours élevé.
Sinon on pompe ce qui est à l'intérieur, on le déverse à l'extérieur et la flotte revient... on peut continuer ainsi jusqu'à la fin des temps.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14486
Date d'inscription : 30/05/2011

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 EmptyLun 05 Fév 2018, 12:43

Libellule a écrit:
Pour le citoyens qui savent faire autre chose que du basching, ce lien.
https://teleservices.fontenay-sous-bois.fr/signalements/signalement-sur-l-espace-public/


Ce lien est connu comme sont connus les téléphones et emails des élus et des responsables de service qui agissent réellement pour la ville. .. Cela n'empêche pas hélas que certains endroits de la partie Est de la ville sont, au quotidien, de véritables dépotoirs !

A partir de là j'ai du mal à comprendre qu'un élu fontenaysien passe son temps à s'occuper de ce qui se passe ailleurs plutôt que de remplir le mandat pour lequel il a été élu !
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 EmptyLun 05 Fév 2018, 12:55

On peut aussi se poser des questions sur la qualité de la vision des employés municipaux qui semblent ne pas voir les dépôts sauvages.... à moins que des problèmes de communication interne fassent obstacle à la diffusion de l'information à l'unité compétente.

Il est vrai que l'on est plus qualifié pour organiser un voyage sur place afin de juger la qualité de la plomberie des toilettes installées en Afrique avec xxxxxxxxx

Intervention du WEBMASTER 05.02.2018 16:16:00
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 EmptyLun 05 Fév 2018, 13:58

a.nonymous a écrit:



A partir de là j'ai du mal à comprendre qu'un élu  fontenaysien passe son temps à s'occuper de ce qui se passe ailleurs plutôt que de remplir le mandat pour lequel il a été élu !

Basching injustifié comme d'habitude. Passons...

#####

Lors de son Conseil métropolitain de vendredi 2 février, la Métropole du Grand Paris (MGP) a voté un fonds de concours de 1 million d’euros au bénéfice des communes touchées par les inondations.

L’occasion aussi pour le président de la MGP, Patrick Ollier, de répondre aux critiques contre la non-action de la métropole face aux circonstances. « Il est indigne de mettre en cause la Métropole du Grand Paris, responsable depuis 32 jours seulement en matière de GEMAPI surtout pour des communes qui sont hors de son périmètre », motive l’élu. En urgence, avec Sylvain Berrios, vice-président délégué à la gestion des milieux aquatiques et à la prévention des inondations, nous avons décidé de débloquer pour l’instant, comme en 2016, un fonds de concours d’1 million d’euros au bénéfice des communes touchées par les inondations liées aux crues, qui en feraient la demande », précise le patron de la MGP. Et d’ajouter que « la Métropole du Grand Paris hérite d’un système insuffisamment robuste, qui ne permet pas d’assurer de façon satisfaisante la protection des populations, des immeubles et des biens en cas de crues importantes régulières, sans même parler d’événements exceptionnels« , précisant également avoir débloqué en 2016 le financement de la vanne écluse de Joinville à hauteur de 250 000 € pour un total 3,6 millions € « compensant le désengagement du département de la Seine-Saint-Denis« .

Ce fonds bénéficiera aux communes reconnues en état de catastrophe naturelle au titre des inondations qui en font la demande et a vocation à financer la réalisation ou la remise en l’état d’un équipement endommagé ainsi que le nettoyage des déchets accumulés par les crues.

« Suite aux témoignages des différents maires des communes touchées par les inondations, notamment Sylvie Altamn, Villeneuve-Saint-Georges, Didier Guillaume, Choisy-le-Roi, Brigitte Marsigny, Noisy-le-Grand, Didier Gonzales, Villeneuve-le-Roi, François Vauglin, 11ème arrondissement de Paris, Philippe Goujon, 15ème arrondissement de Paris, Jacques JP Martin, Nogent-sur-Marne et Catherine Baratti-Elbaz,  12ème arrondissement, il a été décidé de mettre en place un groupe de travail avec le Sipperec et le Sigeif pour examiner les dispositifs de résilience en matière de fourniture d’énergie par des exemples concrets (rehaussement des compteurs d’électricité et de gaz, réseaux de transport et de distribution, solution de retour à la normale…) », détaille le communiqué de la MGP.


En savoir plus sur https://94.citoyens.com/2018/inondations-metropole-grand-paris-debloque-1-millions-deuros,05-02-2018.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14486
Date d'inscription : 30/05/2011

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 EmptyLun 05 Fév 2018, 14:30

a.nonymous a écrit:
A partir de là j'ai du mal à comprendre qu'un élu  fontenaysien passe son temps à s'occuper de ce qui se passe ailleurs plutôt que de remplir le mandat pour lequel il a été élu !
Libellule a écrit:
Basching injustifié comme d'habitude. Passons...


Il ne s'agit pas de bashing, mot à la mode,  mais d'une constatation étayée par des interventions sur ce forum  qui sont très éloignées des problèmes qui préoccupent les fontenaysiens....

L'état de notre ville, les dépôts sauvages, le stationnement, l'usage des impôts locaux, les dealers qui proposent leur saloperie aux jeunes, ..... sont les vrais problèmes qui préoccupent les fontenaysiens...


Dernière édition par a.nonymous le Mar 06 Fév 2018, 12:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
joseph1



Messages : 735
Date d'inscription : 08/09/2014

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 EmptyLun 05 Fév 2018, 15:44

Pas un seul village inondé n’aura eu l’honneur d’apercevoir notre « Jupiter » :

http://www.bvoltaire.fr/macron-prefere-chechia-tunisie-cuissardes-france/
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 EmptyLun 05 Fév 2018, 16:14

joseph1 a écrit:
Pas un seul village inondé n’aura eu l’honneur d’apercevoir notre « Jupiter » :

http://www.bvoltaire.fr/macron-prefere-chechia-tunisie-cuissardes-france/

Jupiter est le big boss des dieux mais il n'a pas le don d'ubiquité...
On ne peut pas étre en Tunisie en Afrique à distribuer le pognon des Français la bas et s'occuper des franchouillards qui ont de l'eau chez eux..

La politique c'est aussi gérer les urgences.
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

Gérard

Messages : 4189
Date d'inscription : 08/07/2010

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 EmptyLun 05 Fév 2018, 16:18

Rubrique provisoirement verrouillée
Webmaster

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

Gérard

Messages : 4189
Date d'inscription : 08/07/2010

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 EmptyMar 06 Fév 2018, 12:19

On ouvre à nouveau

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 EmptyMar 06 Fév 2018, 13:52

joseph1 a écrit:
Pas un seul village inondé n’aura eu l’honneur d’apercevoir notre « Jupiter » :

http://www.bvoltaire.fr/macron-prefere-chechia-tunisie-cuissardes-france/

Jupiter circule mais sous d'autres latitudes que celles de notre pays où il y a des inondations...

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Cid_im12

Il a là bas d'ailleurs débloqué des crédits pour aide les jeunes... qui sont plus intéressés par l'idée de venir en France.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 EmptyMar 06 Fév 2018, 23:53

Une Pensée pour les inondés qui désormais se gèlent. Et plus largement pour les sans abris.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14486
Date d'inscription : 30/05/2011

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 EmptyMer 07 Fév 2018, 00:07

Souvenirs, souvenirs ....

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Hollan10
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 EmptyMer 07 Fév 2018, 04:14

Votre nouvel étalonnage de la hauteur de neige?
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 EmptyMer 07 Fév 2018, 09:39

Il est tout de même étonnant que nos écolos qui prédisent la situation climatique du monde dans les 50 ans à venir ne trouvent pas la solution pour lutter contre les chutes de neige en hiver...

La neige en février en France ça n'existait pas avant que les bagnoles diesel bousillent la planète !
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 EmptyJeu 08 Fév 2018, 04:57

Alors qu’une partie du territoire Paris Est Marne et Bois vient de boire la tasse, son président, Jacques JP Martin, vient d’écrire au préfet de région, Michel Cadot, pour lui demander d’accélérer le dossier pour au moins mettre en oeuvre le casier pilote qui permettrait de stocker environ 10 millions de m3 d’eau et coûterait environ 110 millions d’euros.

« Les événements climatiques se succèdent au plan hydrologique et la litanie des listes des victimes, des dégâts. des heures de travail perdues, se répète à des fréquences de plus en plus rapprochées. Je n’ose imaginer un tel événement climatique avant ou pendant les Jeux Olympiques », pose l’élu, tout en saluant « le travail exemplaire » de l’établissement public territorial de bassin EPTB Seine Grands Lacs, institution interdépartementale qui gère les lacs artificiels existants en Bourgogne et Champagne-Ardenne. « Depuis 1990, les études ont prouvé qu’il manquait un site à effet immédiat pour stocker la pointe des crues. L’APTB Grands Lacs travaille depuis à la réalisation d’un projet dans le secteur de la Bassée (Seine-et-Marne), destiné à compléter le dispositif de protection qui arrive aujourd’hui à ses limites du fait de l’augmentation de la fréquence des crues. Ce projet permettrait de retenir l’onde de crue pendant trois à quatre jours, d’où un meilleur contrôle de l’incidence des crues de la Seine et de l’Yonne en limitant leur concomitance pendant les onze premiers jours difficiles (délai de propagation). Dans une telle configuration, la Seine pourrait absorber plus facilement la crue de la Marne », motive le patron du territoire Paris Est Marne et Bois.

Profiter des Jeux Olympiques pour investir ?
« Ce projet de la Bassée a fait l’objet d’une enquête publique en 2012. Le site s’étend sur 16 000 hectares en amont de Montereau Fault-Yonne. Il pourrait stocker 55 millions de m3 d’eau pompés dans la Seine. Les gravières qui composent ce site seraient majoritairement valorisées et remises en état au plan écologique. Le « casier pilote » de 10 millions de m3 coûterait environ 110 millions d’euros, un investissement qui se justifie largement, une « goutte d’eau » au vu du coût des dégâts générés par les crues successives », insiste l’élu qui réclame un tour de table financier. « Mobilisons nous afin de donner les moyens à l’EPTB pour que ce projet aboutisse rapidement et que l’on améliore le contrôle des bassins versants concernés. Seuls deux ingénieurs de l’EPTB travaillent sur ce dossier, les études pourraient être terminées à l’horizon 2021 », enjoint le maire LR de Nogent, suggérant d’intégrer ce projet à la loi Jeux Olympiques 2024, au titre des aménagements destinés à encadrer le débit de la Seine.

L’élu demande par ailleurs la remise en service de la vanne secteur de Joinville


En savoir plus sur https://94.citoyens.com/2018/inondations-marne-bois-reclame-realisation-projet-anti-crue-de-bassee,06-02-2018.html
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

vieux-breton

Messages : 3089
Date d'inscription : 07/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 EmptyJeu 08 Fév 2018, 05:22

Il existe la vanne de Joinville qui n'est toujours pas opérationnelle, le département qui gère cette vanne n'a pas été foutu de faire le nécessaire pour que celle ci soit opérationnelle le moment venu.

Cette vanne une fois ouverte ferait baisser la Marne de 40 cm.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 EmptyJeu 08 Fév 2018, 06:20

Une réunion entre le Département, les Voies navigables de France et le maire de Joinville vient de se tenir. La vanne anti-crue, bien que « fonctionnelle », ne sera pas utilisée.

C’est désormais clair et net et le conseil départemental l’a bien précisé, ce mardi, lors d’une réunion provoquée par Olivier Dosne, maire (LR) de Joinville : la vanne secteur est aujourd’hui fonctionnelle, mais elle ne pourra être mise en œuvre pour cet épisode de crue.

« En effet, il faudrait pour cela retirer le batardeau positionné à l’amont du tunnel, ce qui ne sera possible qu’une fois la décrue suffisamment amorcée », précise-t-on au conseil départemental. Ce batardeau, posé par Voies navigables de France (VNF) dans la nuit du 23 janvier, conformément à la procédure en cas de crue, a pour fonction de préserver la structure du tunnel face au fort débit de la Marne et d’éviter de faire circuler un débit si important dans le canal qu’il pourrait entraîner des inondations dans les quartiers situés à l’aval du tunnel, sur la commune de Saint-Maurice notamment.

Parallèlement, « la formation des agents VNF au bon fonctionnement de la vanne est en cours depuis fin janvier, ajoute-t-on au conseil départemental. Une deuxième session serait prévue en avril. » Enfin, la convention de gestion de la vanne entre VNF — gestionnaire délégué de la vanne — et le Département — propriétaire de la vanne — est en cours de finalisation et sera signée dans les prochains jours.


Une anomalie détectée en décembre
Pour rappel, le département du Val-de-Marne a décidé de porter la maîtrise d’ouvrage et 25 % du financement nécessaire à la réhabilitation de cette vanne, située dans l’enceinte de l’écluse de VNF. Les travaux de rénovation de cette vanne, d’un coût de 3,6 M€, ont été conduits par le Département à l’automne 2017, en coordination avec les impératifs de navigation sur la Marne (et son activité économique notamment). La vanne secteur initiale a été remplacée par un ouvrage clapet de 6,8 m de hauteur et de 12 m de large pour un poids à vide de 45 t.

Le 19 décembre 2017, les premiers tests de la vanne en situation réelle ont conduit à la détection d’une anomalie sur un des capteurs de puissance de l’ouvrage. « Pour des questions de sécurité des infrastructures et des populations, dans l’attente de la levée des réserves émises par le Département lors de la réception de l’ouvrage, il a donc été décidé de ne pas mettre la vanne en service » explique-t-on au conseil départemental.

leparisien.fr
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14486
Date d'inscription : 30/05/2011

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 EmptyJeu 08 Fév 2018, 10:31

Pour faire court, les val de marnais dans leur ensemble y compris ceux ne sont pas concernés par les inondations auront payer sous forme d'impôts une partie de la vanne et ils vont payer encore sous forme d'impôts et mais aussi sous forme de prime d'assurance les dégâts causés par ces inondations dans les belles demeures des bords de Marne....

Ca s'appelle la solidarité !
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14486
Date d'inscription : 30/05/2011

Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 EmptyMer 17 Oct 2018, 01:39

Si il est relativement facile de procéder à un renouvellement urbain quand il s'agit de barre ou tour appartenant à des bailleurs sociaux, il  est certainement beaucoup plus difficile de procéder à un tel renouvellement dans des lotissements de Sam'Suffit représentant l'investissement de toute une vie....


Citation :
« L’urbanisation joue un rôle dans l’augmentation des risques liés aux inondations »

Géographe et maîtresse de conférence à l’Ecole normale supérieure, Magali Reghezza-Zitt rappelle qu’« un Français sur quatre vit en zone inondable ».

LE MONDE | 16.10.2018 à 18h56 • Mis à jour le 17.10.2018 à 01h05 | Propos recueillis par Cécile Bouanchaud

Après les intempéries meurtrières de l’Aude qui ont fait au moins onze morts dans la nuit de dimanche 14 à lundi 15 octobre, des voix s’élèvent pour dénoncer l’urbanisation massive des territoires, accusée d’aggraver les risques d’inondation. Frédéric de Lanouvelle, porte-parole du ministère de l’intérieur, a d’ailleurs évoqué dans une interview à LCI ce besoin de repenser les politiques de réaménagement du territoire : « Il faudra reconstruire en pensant l’adaptation de notre urbanisme à ces phénomènes climatiques. » Dans la seule région Provence-Alpes-Côte d’Azur, un million de personnes vivent en zone inondable.

Géographe et maîtresse de conférence à l’Ecole normale supérieure, Magali Reghezza-Zitt rappelle qu’« un Français sur quatre vit en zone inondable ». S’il n’y a « pas de solution miracle », la géographe estime qu’un « renouvellement urbain » est nécessaire et devra répondre aux enjeux écologiques que pose la multiplication de ces épisodes météorologiques violents.


En quoi les politiques d’aménagement du territoire prises ces dernières années ont un impact sur les dégâts causés par les inondations ?

Magali Reghezza-Zitt. Ces cinquante dernières années, nous avons assisté à une urbanisation importante des zones inondables. Ces aménagements du territoire s’expliquent par un ensemble de facteurs. D’abord, les populations ont eu tendance à oublier les dangers, car il n’y a pas eu de crues catastrophiques pendant de longues années. Ensuite, de nombreuses régions du sud, comme l’Aude, ont vu arriver des populations de retraités ou des jeunes ménages voulant accéder à la propriété qui ne connaissaient pas les dangers du milieu méditerranéen.

L’urbanisation progressive s’est faite sur des terres de plaine qui, jusque-là, étaient agricoles, alors que, historiquement, les villages s’implantaient en hauteur pour ne pas être inondés. Urbanisation et périurbanisation ont conduit à une imperméabilisation des surfaces (la « bétonisation »), qui est critiquée aujourd’hui, car elle empêche l’infiltration de l’eau dans les sols. Mais il faut aussi rappeler que, parfois, la violence des épisodes météorologiques fait que le sol n’est pas capable d’absorber des volumes d’eau si importants en si peu de temps.

Par le passé, il y avait moins de dégâts, car il y avait moins de gens et de biens de valeur exposés dans les zones à risque. Depuis, la vulnérabilité s’est considérablement accrue. Dans les années 1980-1990, on a vu se multiplier les maisons de plain-pied, notamment pour répondre à la demande d’une population qui pensait au moment de la retraite, quand la mobilité est moindre et que les escaliers posent problème. Sauf que cette architecture n’est pas adaptée aux risques d’inondation par crue éclair : les personnes se retrouvent prisonnières de leur maison alors que l’eau monte. L’urbanisation joue donc un rôle indéniable dans l’aggravation des risques liés aux inondations, car elle accroît le ruissellement et l’exposition de populations vulnérables.


Comment endiguer ces risques liés à l’urbanisation ?

On ne peut pas généraliser. Il faut, au contraire, une approche très fine des territoires, qui ont chacun leurs spécificités. Le risque est de se contenter de polémiquer sur le rôle des élus locaux, qui paient aussi les héritages de ce qui a été fait par le passé, avec des constructions contournant les normes, parfois en toute légalité. On a besoin de ces élus pour travailler à l’aménagement du territoire. Il faut se demander : qu’est-ce que l’on fait de cette urbanisation héritée ? Comment on aménage ce qu’il reste à aménager ? Comment on accompagne les élus des petites communes ? Sur qui pèsent déjà des charges énormes, pour qu’ils gèrent ces questions face aux pressions des administrés et des promoteurs ?

Aujourd’hui, une commune sur deux a son territoire qui est tout ou partie situé en zone inondable. Un Français sur quatre vit en zone inondable. Rien que sur la région parisienne, cela concerne 850 000 personnes. Des communes sont parfois à 100 % en zone inondable. On ne peut pas tous les déménager.

Il n’y a pas de solution miracle, mais une gamme d’actions possibles qui vont dans le bon sens. Certaines villes, comme Marseille ou Paris, tentent de désimperméabiliser les sols, par exemple en végétalisant les toitures, en débétonnant les cours d’école. Certains territoires investissent dans des digues pour protéger l’existant, quand d’autres inventent un nouvel urbanisme en faisant rehausser les maisons ou construire des niveaux supplémentaires refuges.

Quoi qu’il en soit, les solutions d’aménagement s’inscrivent dans un temps très long. Une politique d’aménagement du territoire, qui devra forcément être en lien avec la transition écologique, cela se pense et s’étale sur une période de trente à cinquante ans. A moyen terme, de nombreuses actions de renouvellement urbain vont avoir lieu dans les dix prochaines années. A court terme, l’enjeu est surtout la préparation des habitants, des maires, de tous les acteurs du territoire, à faire face aux crises qui ne manqueront pas de se produire.


Quelles sont les impulsions données par les pouvoirs publics sur le sujet ?

Il manque, au niveau national, une volonté politique forte, notamment des représentants nationaux, pour inscrire une fois pour toutes le sujet à l’agenda politique afin d’impulser une politique sur la réduction des risques liés aux inondations qui ne se limite pas à des dispositifs juridiques qui s’empilent et une stratégie nationale que les services de l’Etat portent comme ils peuvent, mais sans forcément tout le soutien dont ils auraient besoin. Le sujet n’apparaît pas non dans le débat démocratique, notamment lors des élections, alors qu’il concerne énormément de monde.

Il y a donc aussi une responsabilité des citoyens, qui tant qu’ils n’ont pas été touchés, refusent de prendre les mesures nécessaires, qui sont souvent coûteuses, faisant parfois pression sur leurs élus, qui se retrouvent pris entre le marteau et l’enclume. Les enjeux fonciers sont très importants et les élus doivent encore trop souvent choisir entre la sécurité et le développement du territoire. Cet arbitrage permanent entre différents risques demande un choix démocratique et politique fort, dans lequel chacun prend sa part.
https://abonnes.lemonde.fr/climat/article/2018/10/16/l-urbanisation-joue-un-role-dans-l-augmentation-des-risques-lies-aux-inondations_5370315_1652612.html


Voir aussi: http://www.plateaufontenay.net/t3368-territoire-t10-quid-de-la-taxe-inondations-gemapi
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Crue centennale ou climatique - Inondations   Crue centennale ou climatique - Inondations - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Crue centennale ou climatique - Inondations
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Des orages provoquent d'importantes inondations dans l'ouest
» question sur les crevettes!
» COMMENT CONSERVER LE JAMBON?
» eau dans les parkings
» Baisser son ping!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Faits de société. Débats. Sondages.-
Sauter vers: