Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Dormez tranquilles braves gens, flanbi et la CGT veillent !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tonton christobal

avatar

Messages : 13574
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Dormez tranquilles braves gens, flanbi et la CGT veillent !   Jeu 09 Juin 2016, 04:53

Nicolas Boutou est un économiste habitué de l’émission « C’est dans l’air« . C’est le seul à déclarer clairement :
« Résoudre le chômage, mais c’est facile ! On sait exactement ce qu’il faut faire !«

Il a été interrogé cette semaine par le Figaro Magazine. Voici son interview :
Notre incapacité à nous réformer nous ruine, mais le problème n’est pas qu’intérieur. Désormais, nos voisins se méfient de nous, explique l’économiste Nicolas Bouzou.
Combien nous coûte notre archaïsme économique et social ?

Extrêmement cher, et cela de façon globale, car il génère une situation économique qui ne cesse de se dégrader, ainsi qu’un climat social d’hystérie. Des pans entiers de notre économie n’arrivent pas à être réformés, à commencer par le marché du travail qui n’est pas adapté à l’environnement actuel, tant au niveau du droit, que de la nature des contrats, de la formation, de l’apprentissage et des prélèvements obligatoires. il y a là tout un ensemble qui dysfonctionne et aboutit à une situation de chômage de masse. A cela s’ajoute un archaïsme intellectuel qui ne cesse de progresser au sein de notre société, et qui se caractérise par un manque absolu de lucidité. Nous vivons en France un perpétuel refoulement de nos problèmes, et par conséquent de leurs solutions.
Comment cette inhibition se manifeste-t-elle ?
il suffit par exemple que j’ évoque dans un débat public la situation de certains de nos voisins pour qu’on me renvoie à la tête des arguments de refoulement freudien : la Suisse est un paradis fiscal, l’Autriche un petit pays, l’Angleterre pleine de pauvres, etc …
Sur le plan matériel, combien coûtera cette grève ?
Si l’on fait la somme des jours de grève, des blocages de raffineries, des mauvais fonctionnements des transports avec leurs conséquences, cela se soldera par une fraction de point de PIB. C’est assurément dommageable, mais n’importera pas gravement notre économie. Le coût diffus, en revanche, est énorme : le climat général délétère dans lequel nous évoluons influe directement sur les investissements étrangers. Nous sommes en net recul à cet égard face à un Royaume-Uni et une Allemagne en pleine forme. On observe depuis quelques mois une défiance quasi exponentielle à l’encontre de la France.
Nos partenaires européens tels que les Britanniques, les Allemands ou les Portugais s’adressent à nous avec commisération, un peu comme on parle à un malade en phase terminale. Par ailleurs, le climat de violence qui s’est instauré chez nous fait désormais partie des paramètres. Beaucoup d’entrepreneurs et d’investisseurs qui se désolaient il y a peu de temps encore de notre incapacité à réformer disent aujourd’hui : « La France, plus jamais! » Que dans un pays où les syndicats ne sont pas représentatifs - il faut voir la faiblesse des chiffres de la CGT – une minorité ait la capacité de bloquer les usines choque énormément nos voisins. Les grèves au sein des centrales nucléaires, notamment, avec des images de pneus brûlés, ont beaucoup marqué.
Notre fiscalité est-elle archaïque ?
En matière d’impôt sur les bénéfices des entreprises, nous sommes dans une situation dramatique : 33 % en France, autour de 20 % au RoyaumeUni … Mais il n’y a pas que cela : les cotisations sociales pèsent très fortement sur le coût du travail. Et la fiscalité sur le capital nous pénalise alors que nous sommes dans une économie de l’innovation , de la connaissance, dans laquelle, précisément, il nous faut beaucoup de capital. C’est ce qu’ont très bien compris des pays comme Israël ou le Royaume- Uni. En augmentant considérablement cette fiscalité, particulièrement au début de son mandat, François Hollande a tué la capacité des entreprises innovantes à croître en France.
Sans compter le manque à gagner dû à la fuite des cerveaux ?
Nombre de start-up se sont installées en France, à Paris, sur le plateau de Saclay, à Grenoble, ou à Marseille. Nous avons un réel potentiel d’innovation , mais par manque de capital-investissement, en raison des difficultés à recruter et de la raideur des réglementations, beaucoup vont se faire immatriculer à l’étranger : la Silicon Valley, mais aussi en Angleterre qui mise sur l’innovation avec une fiscalité très offensive, ainsi qu’outre-Rhin. Les Allemands ont fait les choses à l’allemande, de façon souterraine. Leurs dispositifs fiscaux sont désormais attractifs pour nombre d’entreprises françaises. Notre archaïsme intérieur nous promet donc d’intenses manques à gagner.
L’avenir ?
Je pense au sursaut de l’Angleterre à la fin des années 1970 qui, après une période de violence, a abouti à la politique libérale de Margaret Thatcher et à la mise hors jeu des syndicats. Malheureusement, nous constatons en France une montée des schémas de brutalité et d’insultes. Le climat empire. A court terme, je ne vois aucun signal positif. Je suis désolé de le dire.
Propos recueillis par Patrice de Méritens pour le Figaro Magazine.

-----------------------------------------------------

Le Grand refoulement
Broché : 14,90 €
La France vit aujourd’hui dans la passion, et a oublié la raison. Elle est devenue le seul pays où l’on refuse de nommer les problèmes avant de pouvoir commencer à les régler :
- dénoncer l’illettrisme chez les salariés, c’est les traiter d’incultes ;
- vouloir réformer l’indemnisation des chômeurs, c’est les faire passer pour des fainéants ;
- considérer le bac pour ce qu’il est, c’est-à-dire un gouffre financier inutile, c’est remettre en cause un rite…
Et les Français sont responsables : ils élisent des dirigeants qui leur donnent ce qu’ils veulent entendre ! La droite utilise la peur, la gauche la jalousie…
Aujourd’hui, nous devons faire un choix. Oui, on peut revenir au plein-emploi. Oui, on peut réformer l’école et l’université dans le sens de l’excellence. À condition de soigner notre refoulement. Rien ne nous empêche de le faire, sauf… notre incapacité à penser notre avenir.
Si elle renoue avec sa véritable tradition qui est celle du débat rationnel, la France redeviendra le pays de la prospérité et du plaisir de vivre.
Revenir en haut Aller en bas
 
Dormez tranquilles braves gens, flanbi et la CGT veillent !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dormez tranquilles braves gens, flanbi et la CGT veillent !
» A VOTRE BON COEUR BRAVES GENS
» une phrase clé pour remettre les gens en place!! mais quelle phrase??
» Syndic des gens de mer
» LA SAGA DE BJÖRN CHAMPION DES GENS DE HÍTARDALR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: