Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Trop peu de parcs et jardins publics dans les quartiers de Fontenay

Aller en bas 
AuteurMessage
Salamandre

avatar

Messages : 3775
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Trop peu de parcs et jardins publics dans les quartiers de Fontenay   Sam 11 Juin 2016, 04:31

« Comment concilier développement du logement, avec un objectif de 70 000 logements par an dans la région (9144 dans le Val-de-Marne), et développement des espaces verts ?
Le schéma directeur de la région Ile-de-France (Sdrif) de 2013 répond par la densification des espaces dédiés à l’urbanisation et la préservation des îlots de verdure.
»

Densification ? Il en est question à Fontenay, aussi. Mais combien d’îlots de verdure ? Il s’agit des « espaces verts publics de proximité (les parcs et jardins que l’on peut fréquenter facilement et rapidement près de chez soi) » avec un « objectif de 10 m2 par habitant » réaffirmé dans le Sdrif 2013.
Or, selon le rapport de la Chambre régionale des comptes, « 29 des 47 villes de Val-de-Marne sont carencées en espace verts publics de proximité, et 80 villes dans la Métropole du Grand Paris. »

L’une des villes les plus mal classées du 94 est Fontenay, avec 2,3 m2 par habitant. Une raison de plus de sauvegarder les espaces verts existants à ce jour, et non classés parcs et jardins publics, avant de densifier plus.
Alors que les derniers exploits ecolocaux sont : arrachage des arbres de l’ilot Michelet et destruction de plusieurs arbres rue Lacassagne (pour constructions de bâtiments).
Et attention aux ersatz annoncés dans le PLU : la prétendue végétalisation des murs et toitures. Se promener sur les murs est rare, chez les humains.
Le Bois de Vincennes ? Tout le monde n'a pas la chance d'habiter à proximité.

source :
http://94.citoyens.com/2016/la-moitie-des-villes-val-de-marne-sont-carencees-en-parcs-et-jardins-publics,09-06-2016.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 13668
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Trop peu de parcs et jardins publics dans les quartiers de Fontenay   Sam 11 Juin 2016, 10:07

A des fins d'archivage l'article complet, Salamandre en ayant extrait l'essentiel concernant notre ville

http://94.citoyens.com/2016/la-moitie-des-villes-val-de-marne-sont-carencees-en-parcs-et-jardins-publics,09-06-2016.html a écrit:
09/06/2016
Par C.Dubois
La moitié des villes du Val-de-Marne sont carencées en parcs et jardins publics

29 des 47 villes de Val-de-Marne sont carencées en espace verts publics de proximité selon le rapport de la Chambre régionale des comptes, et 80 villes dans la Métropole du Grand Paris. Des chiffres qui agacent  les élus locaux qui dénoncent des paramètres de calcul «poussiéreux». Au-delà de cet aspect, c’est la gouvernance globale de la politique d’espaces verts de la région que le rapport interroge.

C’est au début des années 1970 que l’on a recommencé à se soucier de la présence d’un peu de nature en ville, alors que se densifiait et s’étendait l’agglomération parisienne. Dès le 19e siècle, le baron Haussmann avait doté la capitale de deux poumons verts de près de 1000 hectares chacun avec le bois de Boulogne à l’Ouest et celui de Vincennes à l’Est, en plus de parcs publics intramuros. Alors que le nombre de logements explosaient au-delà du périph et que le mouvement de planification reprenait, sous l’impulsion de Paul Delouvrier, le schéma d’aménagement de 1965 insiste ainsi sur la nécessité de préserver les paysages, forêts et vallées existants. Conscient des limites des premiers grands ensembles, il pose aussi la nécessité d’y intégrer des équipements culturels, sportifs, d’éducation, administratifs… et aussi de la verdure. «C’est dans ce cadre du quartier que les citadins, enfants et personnes âgées, doivent pouvoir trouver, à proximité de leur résidence, leur part de verdure, d’espace et de soleil», y est-il ainsi mentionné. Le projet de schéma de 1980 propose ensuite de créer une ceinture verte régionale, à 10-15km de Paris. Le schéma directeur de 1994 intègre lui la nécessité de préserver l’activité agricole. On parle désormais d’espaces verts, de trame verte… et la surface dédiée à ces espaces fait partie des objectifs chiffrés des schémas d’aménagement.



Des objectifs très chiffrés, ville par ville

Concernant les espaces verts publics de proximité (les parcs et jardins que l’on peut fréquenter facilement et rapidement près de chez soi), l’objectif de 10 m2 par habitant, qui s’inspire de normes fixées dans les années 30 et 40 aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, est réaffirmé noir sur blanc dans le schéma directeur de la région Ile-de-France (Sdrif) de 2013. Les objectifs de ce schéma d’ici à 2030 sont ambitieux. Ils prévoient la création de 2 300 hectares de parcs et jardins et 500 hectares de forêts, ainsi que la préservation de 45 fronts urbains d’intérêt régional (FUIR), 76 espaces de respiration permettant la limitation de l’étalement urbain, 158 continuités écologiques, 132 liaisons vertes et 92 liaisons agricoles et forestières. Comment concilier développement du logement, avec un objectif de 70 000 logements par an dans la région (9144 dans le Val-de-Marne), et développement des espaces verts ? Le Sdrif répond par la densification des espaces dédiés à l’urbanisation et la préservation des îlots de verdure.

Ces objectifs sont-ils atteignables ? La gouvernance et les moyens mis en œuvre pour y arriver sont-ils efficaces ? Voilà des questions auxquelles le rapport de la Chambre régionale des comptes sur la politique d’espaces verts, forêts et promenades apporte en partie des réponses et pose des questions.

Ce rapport, qui a fait l’objet d’un communiqué référé aux ministres de l’Ecologie, Ségolène Royal, et des Collectivités territoriales, Jean-Michel Baylet, au mois de mars, rendu public début juin 2016, pointe notamment le déficit récurrent d’espaces verts publics de proximité, indiquant que 80 communes de la Métropole du Grand Paris en sont carencées, dont 29 sur 47 communes dans le Val-de-Marne. Cet objectif «nécessitera des collectivités territoriales concernées non seulement une politique de programmation de nouveaux espaces verts accompagnant l’effort de densification à venir mais également une politique de rattrapage des déficits accumulés par le passé», note le rapport.



Focus sur les communes carencées du Val-de-Marne

Concernant le Val-de-Marne, le chiffre de 29 communes n’est plus d’actualité indique l’Institut d’aménagement et d’urbanisme Ile-de-France (IAU-IDF) car d’une part Vitry-sur-Seine a désormais passé la barre des 10 m2 d’espace vert public par habitant, d’autre part, l’IAU-IDF a intégré dans ses calculs non seulement les espaces verts mais aussi les espaces boisés, ce qui fait sortir quatre autres communes (Boissy-Saint-Léger, Le Plessis-Trévise, Limeil-Brévannes et Noiseau) en bordure de forêts. Il en reste donc 24 selon les dernières données de l’IAU-IDF (Ablon-sur-Seine, Alfortville, Arcueil, Bonneuil-sur-Marne, Cachan, Charenton-le-Pont, Chevilly-Larue, Fontenay-sous-Bois, Fresnes, Gentilly, Ivry-sur-Seine, Joinville-le-Pont, L’Haÿ-les-Roses, Le Kremlin-Bicêtre, Le Perreux-sur-Marne, Maisons-Alfort, Nogent-sur-Marne, Saint-Mandé, Saint-Maur-des-Fossés, Saint-Maurice, Thiais, Villejuif, Villiers-sur-Marne et Vincennes). A noter que sur ces 24, une dizaine se situent en lisière du bois de Vincennes ou de la Marne. Voir ci-dessous le tableau des 47 villes du Val-de-Marne comprenant à la fois la proportion de la population considérée dans la zone de desserte d’un espace vert public de proximité même s’il n’est pas dans la même ville (calculée en fonction de la distance, de la taille du parc et des éventuels obstacles sur le parcours comme une voie ferrée ou une grosse route) et le pourcentage d’espaces verts publics de proximité de la commune.

Pour les maires des villes concernées, ces statistiques agacent. «Les critères d’évaluation des espaces verts actuels sont technocratiques et poussiéreux, réagit ainsi Luc Carvounas, sénateur-maire PS d’Alfortville, avant-dernière de la classe en taux d’espace vert public par habitant (1m2). Ils ne prennent par exemple pas en compte les voies sur berge. Or, à Alfortville, il y a 4,5 km de promenade aménagée le long des berges. Nous allons livrer une nouvelle plage familiale de 2500 m2 le long du fleuve qui ne sera pas non plus intégrée. Nous sommes dans une commune dense mais nous essayons d’ouvrir des jardins et squares dès que nous le pouvons», détaille l’élu, citant les nouveaux espaces du grand ensemble, le parc de l’île au Cointre, le jardin partagé et encore le projet de parc reliant les squares Camélinat et Meynet. «Nous avons créé des petits espaces verts de proximité, nous avons rouvert le parc de la Bièvre, le parc des Aulnes sur les anciens terrains de la Cemagref, et recréons de l’espace vert à chaque opportunité, même lorsque nous construisons des logements. Mais nous avons deux autoroutes traversent la ville, une prison de 17 hectares, des pépinières de la ville de Paris de 39 hectares… Et le territoire de Fresnes n’est pas extensible», défend pour sa part le député-maire PS de Fresnes, ville qui dispose de 4,1 m2 d’espace vert public par habitant. A Villiers-sur-Marne encore, qui compte 3 m2 d’espace vert public par habitant, on s’étonne de ce verdict. «Nous faisons énormément pour les parcs et espaces verts. Nous avons créé le parc du bois Saint-Denis d’1,5 hectare en plein centre-ville, alors qu’y étaient prévus des logements, le parc Gervaise à côté du bassin de rétention. Nous venons d’ouvrir 5 squares de proximité dans le cadre de la rénovation urbaine des Hautes Noues. Nous sommes en train d’acquérir une propriété en plein centre-ville pour faire un centre de loisirs avec un par cet travaillons avec Noisy-le-Grand pour ouvrir au public le bois Saint-Martin», énumère-t-on au cabinet du maire. Idem encore à Ivry-sur-Seine (5,2 m2 d’espace vert public par habitant). «Il y a un objectif régional d’espace vert par habitant mais on ne peut pas traiter toutes les communes sur le même plan. Ce n’est pas pareil à Dourdan et Etampes qu’à Ivry ou Paris, pose-t-on au cabinet du maire. Nous avons tout de même créé le parc des Cormailles (10 hectares) et prévu le parc des Confluences dans le projet d’Ivry Confluences. Nous avons aussi le cimetière parisien, qui abrite énormément d’arbres et constitue un grand poumon vert, des jardins partagés, des jardins ouvriers. De manière générale, nous menons une politique de replantation des arbres dans toutes les opérations de réaménagement de voirie. Et dans tous les projets d’aménagement de la ville, nous veillons à ce que l’espace public ne soit pas seulement traité de manière minérale mais aussi végétale. Idem dans les projets privés pour lesquels nous imposons des obligations de replantation en pleine terre.»




Pressions foncières sur la ceinture verte

Concernant la géographie de la région, le rapport pointe les pressions exercées par les objectifs d’urbanisation sur la ceinture verte, qui concentrent 66% des espaces potentiellement urbanisables tels que définis dans le Sdrif, soit environ 19 000 hectares. Pour mettre en œuvre sa politique de préservation dans la ceinture verte, la région s’appuie sur 55 périmètres régionaux d’intervention foncière (Prif) au sein desquels elle peut procéder à des acquisitions. Le Val-de-Marne est concerné pour tout ou partie par 6 Prif : la Tégéval, la Plaine Montjean, Grosbois, Plessis-Saint-Antoine, Vallée du Morbras, Vallée de l’Yerres et du Réveillon. Le rapport de la Chambre régionale de la Cour des comptes préconise de mettre ces Prif en cohérence avec le Sdrif 2013.



Qui fait quoi, qui paie quoi ?

Concernant la gouvernance, le rapport rappelle que la région est, depuis 1976, en charge de coordonner l’intervention des acteurs publics sur les espaces verts, et doit être obligatoirement consultée par les autres collectivités territoriales sur leurs programmes d’investissement en la matière. Sur ce point, le rapport estime que la région ne joue pas son rôle de chef de file et n’utilise pas son droit à être informée, ce qui ne permet pas d’apprécier la coordination des collectivités et l’effort financier pour les usagers et contribuables. Surtout, le rapport pointe le manque de financement de cette compétence, indiquant qu’elle ne dispose pas de recette fiscale dédiée. Il note aussi que les compétences des autres collectivités ont évolué depuis 1976, conférant par exemple aux départements celle d’établir des plans départementaux des itinéraires de promenade et de randonnée, ainsi que de gérer, protéger et ouvrir les Espaces naturels sensibles (ENS). En bref, la Cour des comptes suggère de repréciser qui fait quoi entre toutes les couches de gouvernance, région, métropole (qui ne s’est pas vue attribuer de compétences en matière d’espaces verts mais de plan d’urbanisme), départements, territoires, villes… «Les nouvelles compétences progressivement attribuées aux différentes collectivités comme le développement de l’intercommunalité et la création récente de la Métropole du Grand Paris, ont profondément modifié le partage des rôles fixé il y a 40 ans. Ce partage mériterait aujourd’hui d’être réexaminé à l’aune des évolutions intervenues», pointe ainsi le communiqué envoyé aux ministres. Le rapport constate également que, faute de financement dédié, la région conditionne ses projets d’investissement en espaces verts à leur entretien par les départements, communes ou groupements, et y voit là une source d’inégalités. Concernant la gouvernance de la politique des espaces verts, au sein de la région, le rapport recommande ni plus ni moins que de supprimer l’Agences des espaces verts (AEV), établissement public dédié, considérant qu’il n’est plus nécessaire de disposer d’une agence externe. A l’origine en effet, son Conseil d’administration était composé en partie de représentants de l’Etat, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui en raison de la décentralisation. La Cour des comptes estime donc que cette externalisation génère des coûts de personnels dans des fonctions supports qui pourrait être dé-doublonnées.

Sur le terrain, les coopérations entre les différentes collectivités et l’Etat suivent néanmoins leur cours, avec, dernière illustration en date, la signature de la nouvelle charte forestière de l’Arc boisé, massif classé depuis comme forêt de protection. «Nous travaillons également avec la région sur la Tégéval», note Hélène de Comarmond, vice-présidente du Conseil départemental du Val-de-Marne en charge des espaces verts. Au niveau départemental, la gestion de cette politique passe par un plan vert qui s’achève cette année (2006-2016). Le prochain reste à définir, alors que le département s’est vu conforter dans ses compétences, notamment concernant la valorisation des ENS. A ce jour, le Val-de-Marne compte 18 parcs départementaux.
Source: http://94.citoyens.com/2016/la-moitie-des-villes-val-de-marne-sont-carencees-en-parcs-et-jardins-publics,09-06-2016.html
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 4199
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Trop peu de parcs et jardins publics dans les quartiers de Fontenay   Sam 11 Juin 2016, 10:12

Je partage tout à fait vos remarques Salamandre.
Il est patent que notre ville manque d'espaces verts, notamment pour les enfants. Le peu de soin apporté aux squares et parcs fait l'objet de nombreuses critiques. Absence de bancs, fontaine sans eau à Michelet, environnement peu agréable aux Carrières, etc...

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 13668
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Trop peu de parcs et jardins publics dans les quartiers de Fontenay   Sam 11 Juin 2016, 10:20

Pour mémoire, dans le Diagnostic territorial établie au moment de la modification du PLU, la municipalité a annoncé:

11m² d’espaces verts publics + espaces verts équipements par habitant
45 m² d’espaces verts (privés+publics+collectifs) par habitant



Source: http://www.fontenay-sous-bois.fr/fileadmin/fichierpdf/Urbanisme/PLU-2015/1.Rapport_de_presentation/1.Rapport_de_presentation.pdf
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 13668
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Trop peu de parcs et jardins publics dans les quartiers de Fontenay   Sam 11 Juin 2016, 10:38

Gérard a écrit:
Je partage tout à fait vos remarques Salamandre.
Il est patent que notre ville manque d'espaces verts, notamment pour les enfants. Le peu de soin apporté aux squares et parcs fait l'objet de nombreuses critiques. Absence de bancs, fontaine sans eau à Michelet, environnement peu agréable aux Carrières, etc...


Encore une fois de par la diversité pour ne pas dire hétérogénéité de ses quartiers, des statistiques globales sur notre ville ne sont guère pertinentes...

Dans l'article de 94 Citoyens on peut ainsi lire: "Alors que le nombre de logements explosaient au-delà du périph et que le mouvement de planification reprenait, sous l’impulsion de Paul Delouvrier, le schéma d’aménagement de 1965 insiste ainsi sur la nécessité de préserver les paysages, forêts et vallées existants. Conscient des limites des premiers grands ensembles, il pose aussi la nécessité d’y intégrer des équipements culturels, sportifs, d’éducation, administratifs… et aussi de la verdure. «C’est dans ce cadre du quartier que les citadins, enfants et personnes âgées, doivent pouvoir trouver, à proximité de leur résidence, leur part de verdure, d’espace et de soleil», y est-il ainsi mentionné."

C'est ce qui a été fait dans ce qui fut la ZUP de la Plaine en conséquence de quoi pour avoir des statistiques pertinentes, il faudrait à minima diviser la ville en deux secteurs de part et d'autre d'une ligne délimitée par les boulevards Victor Hugo, Verdun et Gallieni....

Après il faudrait aussi analyser l'usage qui est fait de ces espaces verts...

Si dans l'ouest  de la ville il y a moins d'espaces vert on peut néanmoins s'y poser sur un banc... Dans l'est on y circule sans pouvoir s'y arrêter...

En effet, dans ce qui fut la ZUP, l'absence de politique de peuplement raisonnée et l'application de la loi DALO ont largement contribué à mettre à mal la mixité sociale, culturelle, générationnelle, ...  Pour apaiser certains quartiers et permettent à leurs habitants de vivre en paix, nombre de bancs ou d'assises squattés ont donc été simplement retirés... De facto ces suppressions ont juste déplacé les problèmes tout en  privant du même coup mères de famille, personnes âgées, .... de la possibilité de s'assoir...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 13668
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Trop peu de parcs et jardins publics dans les quartiers de Fontenay   Sam 11 Juin 2016, 23:11

Pour illustrer mon propos, les grilles anti-assises posées récemment à proximité de la placette des Arts....

Alors que de nombreuses voix se sont élevées en 2014 contre la municipalité UMP d’Angoulême  quand celle-ci a  grillagé des bancs pour éviter que des SDF et autres asociaux les squattent, confrontée au même problème la municipalité PCF-EELV de Fontenay n'a pas fait autrement...


Voir sur ce forum: http://www.plateaufontenay.net/t1866p50-renovation-de-la-placette-des-arts#78092
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 3775
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Trop peu de parcs et jardins publics dans les quartiers de Fontenay   Dim 12 Juin 2016, 04:04

Un jour, un jour viendra, de feuillages sur grille "végétalisée", placette des Arts. Un jour lointain ...
Mais "gardarem" pelouses, arbres, arbustes, dans les parcs et ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Les amis de Fontenay

avatar

Messages : 128
Date d'inscription : 03/12/2012

MessageSujet: Re: Trop peu de parcs et jardins publics dans les quartiers de Fontenay   Dim 12 Juin 2016, 18:29

Nous sommes tout à fait étonnés des chiffres fournis ici puisque rien que sur le territoire de la ZUP de Val-de-Fontenay, les espaces verts publics représentent environ 200 hectares soit 1/3 de l'aménagement total de la zone...


Il doit y avoir une erreur d'interprétation ou de qualification des espaces comme le montre ce plan masse de 1985 avec en vert les espaces qui sont soit boisés soit "empelousés".






C'est justement un des intérêts et une des particularités de cette "ZUP de Fontenay" que son caractère de "parc habité", particularité ancienne qui perdure et à laquelle il semble que les habitants soient très attachés.





Quelques cartes qui illustrent cette réalité avec les jardins privés, les espaces verts publics, les parcs...

http://www.fontenaymavilleavenir.com/environnement/




Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 13668
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Trop peu de parcs et jardins publics dans les quartiers de Fontenay   Dim 12 Juin 2016, 20:12

Les amis de Fontenay a écrit:
Nous sommes tout à fait étonnés des chiffres fournis ici puisque rien que sur le territoire de la ZUP de Val-de-Fontenay, les espaces verts publics représentent environ 200 hectares soit 1/3 de l'aménagement total de la zone...
---/---


L'article de 94 Citoyens parlent des "espaces verts publics de proximité (les parcs et jardins que l’on peut fréquenter facilement et rapidement près de chez soi), l’objectif de 10 m2 par habitant"...

A mon sens sur cette carte les espaces verts publics répondant stricto-sensu à cette définition sont ceux bordés et pointillés en vert: Epivents, Grand Chemin, Mairie, Carrières, Olympiades, Square aux chats, ....
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 15090
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Trop peu de parcs et jardins publics dans les quartiers de Fontenay   Dim 12 Juin 2016, 20:48

C'est donc vous qui avez soufflé la solution de comment lire les cartes? alien  cat

Plus sérieusement une petite règle de trois permet de Tout retrouver. Selon le périmètre retenu.

Si 100% # 45m2 # espaces verts,  20% publics avec équipements # 9m2 que j' ajoute au 4% publics sans équipements # 2,3m2,   # 11 m2 au moins, tout cela hors bois de Vincennes ex propriété de la Ville. Smile.
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 3775
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Trop peu de parcs et jardins publics dans les quartiers de Fontenay   Dim 12 Juin 2016, 20:56

Les amis de Fontenay a écrit:
Nous sommes tout à fait étonnés des chiffres fournis ici puisque rien que sur le territoire de la ZUP de Val-de-Fontenay, les espaces verts publics représentent environ 200 hectares soit 1/3 de l'aménagement total de la zone...
Soit donc une zone de 600 ha.

Soyons précis : quelle est la partie de la ZUP garantie durablement en espaces verts ? Non en 1985, mais après 2015. C'est le Plan Local d'Urbanisme (PLU) voté en 2015 qui fixe les règles.

La majeure partie de la ZUP y est classé en zone UD : "correspond à un habitat collectif contemporain avec des espaces verts publics."
Jusqu'ici tout va bien. Mais dans le règlement du PLU 2015, pour zone UD, on lit :

Article UD13 : Espaces libres et plantations
20 % minimum de la surface du terrain devant être traitée en espaces végétalisés conformément aux dispositions des règles communes.
30 % minimum de la surface des espaces végétalisés devant être aménagée en jardin de pleine terre, conformément aux dispositions des règles communes.

Soit 6 % de la surface du terrain (30% de 20%) seulement en « jardin de pleine terre ». Et 6% de 600 ha, coté ZUP, cela fait 36 ha.
Ils sont où, les 200 ha d’espaces verts durables annoncés pour la ZUP ? Pas dans le PLU 2015.
Où est l'erreur ? En clair, le PLU 2015 autorise-t-il à construire sur 164 ha (200 - 36 ha) de plus, au nom de la densification ?


Dernière édition par salamandre le Dim 12 Juin 2016, 21:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 15090
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Trop peu de parcs et jardins publics dans les quartiers de Fontenay   Dim 12 Juin 2016, 21:04

L'erreur? Certains ne marchent pas à pied dans cette zone. Tout simplement.

Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 4199
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Trop peu de parcs et jardins publics dans les quartiers de Fontenay   Dim 12 Juin 2016, 22:22

Libellule a écrit:
C'est donc vous qui avez soufflé la solution de comment lire les cartes? alien  cat

Plus sérieusement une petite règle de trois permet de Tout retrouver. Selon le périmètre retenu.

Si 100% # 45m2 # espaces verts,  20% publics avec équipements # 9m2 que j' ajoute au 4% publics sans équipements # 2,3m2,   # 11 m2 au moins, tout cela hors bois de Vincennes ex propriété de la Ville. Smile.


_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
gazelle

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 23/12/2014

MessageSujet: Re: Trop peu de parcs et jardins publics dans les quartiers de Fontenay   Lun 13 Juin 2016, 05:57

De plus en plus de naissances à Fontenay, c'est bien, et pour tous ces bambins qui grandissent vite, de moins en moins d'espaces verts !, c'est beaucoup moins bien ! Et quant aux équipements existants, seul le parc des Epivans est équipé de toilettes !!! c'est inadmissible ! Quant au square Baudouin, ce sympathique endroit apprécié des petits a un espace de jeux de plus en plus réduit pour privilégier un jardin partagé !!!! 3 grands bacs de terre qui gênent les mouvements des gamins et les Mamans et Nounous qui craignent pour la sécurité de leurs bambins désertent de plus en plus cet endroit si proche de l'école Michelet et apprécié jusqu'à maintenant malgré l'absence de toilettes, !!!
Monsieur Gautrais, vous êtes notre nouveau Maire, les enfants comptent sur vous !!!
Revenir en haut Aller en bas
Zanpanzar



Messages : 42
Date d'inscription : 18/02/2015

MessageSujet: Re: Trop peu de parcs et jardins publics dans les quartiers de Fontenay   Mar 14 Juin 2016, 03:34

Pourquoi n'y a-t-il aucun point d'eau dans les jardins publics de Fontenay ? En tout cas dans aucun de ceux que j'ai visités jusqu'à présent.

Une parenthèse aussi sur le petit jardin japonais, rue Saint Germain, qui semble totalement abandonné : manque de moyens ?
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 3775
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Trop peu de parcs et jardins publics dans les quartiers de Fontenay   Ven 04 Nov 2016, 07:05

Les arbres rafraîchissent l’air des villes tout en réduisant leur pollution
Les villes se montrent de plus en plus soucieuses d’améliorer la qualité de l’air sur leur territoire. Dans le même temps, sous l’effet du changement climatique, elles sont appelées à connaître des épisodes caniculaires de plus en plus fréquents et de plus en plus intenses.

Parmi les solutions, il en est une, encore trop souvent sous-estimée, qui présente l’avantage de relever ce double défi d’assainir et de rafraîchir l’air localement : la plantation d’arbres.
« Les arbres ne peuvent pas, et ne doivent pas, se substituer à d’autres stratégies d’assainissement atmosphérique, mais ils sont un puissant moyen de purifier et refroidir l’air, qui peut y être associé », souligne l’ONG Nature Conservancy, qui a analysé le cas de 245 des plus grandes métropoles du monde.
Selon l’ONG, les arbres peuvent réduire de 20 % à 50 % les concentrations en particules fines et offrir une diminution de température de 0,5 °C et 2 °C. () « En France, lors de la canicule de 2003, il y a eu moins de décès là où il y avait plus de couvert végétal. »
Article complet :
http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/11/03/les-arbres-rafraichissent-l-air-des-villes-tout-en-reduisant-leur-pollution_5024971_3244.html

Une critique toutefois : le rapport de cette ONG n’aime pas les platanes et marronniers et fait la promotion des bouleaux. Pourtant ses pollens sont des allergènes fréquents.
http://sante.lefigaro.fr/actualite/2016/04/08/24837-allergiques-pollens-bouleau-prenez-garde

Et à Fontenay ?
Il y a aussi bien que planter des arbres : ne pas les arracher ! Suivez mon regard vers le PLU 2015, qui envisage de remplacer des surfaces végétales (en pleine terre) par des surfaces « végétalisées » : les arbres ne poussent pas sur les murs.
Les surfaces plantées du Val et d'ailleurs seront-elles conservées ? Depuis juin 2016, où j'ai écrit que le PLU permet de les réduire fortement, pas encore trace de la démonstration du contraire.
Les « espaces verts publics de proximité (les parcs et jardins que l’on peut fréquenter facilement et rapidement près de chez soi) » mentionnés dans le premier message sont des espaces verts durables. Pas à la merci d'un bétonnage.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Trop peu de parcs et jardins publics dans les quartiers de Fontenay   

Revenir en haut Aller en bas
 
Trop peu de parcs et jardins publics dans les quartiers de Fontenay
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Trop peu de parcs et jardins publics dans les quartiers de Fontenay
» Le maire PS de Strasbourg est soupçonné de «favoritisme» et «recel de favoritisme» dans l’attribution de marchés publics
» Inscrire les services publics dans la Constitution: pétition
» Loisirs, parcs et musées dans Hamburg
» Beauvais : sapeurs-pompiers et policiers caillassés dans les quartiers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Le PLU (Plan Local d'Urbanisme) et le PLH (Plan Local de l'Habitat)-
Sauter vers: