Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de
Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble,
son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyJeu 16 Juin 2016, 00:15

Juin 1789 Mirabeau déclare dans la salle du Jeu de Paume « Nous sommes ici par la volonté du peuple et nous n’en sortirons que par la force des baïonnettes ». Juin 2016 Outre atlantique, Donald Trump passe sur  facebook «En raison de la couverture incroyablement inexacte de la campagne Trump, qui a battu des records, nous révoquons immédiatement les accréditations presse du journal malhonnête et charlatan Washington Post ».

Martin Baron, directeur de la rédaction du Washington Post, en réponse écrit : «La décision de Donald Trump de révoquer les accréditations de presse du Washington Post n'est rien de moins qu'une répudiation du rôle d'une presse libre et indépendante. Quand la couverture ne correspond pas à ce que le candidat veut, une entreprise de presse est bannie». Ailleurs, des identitaires, des français de souches, des indigènes des assimilés par génération d’intégration, pays ou continent d’origine, et/ou croyance religieuse siègent ensemble pour la première fois mais pas sans rencontrer quelques difficultés à se comprendre : A l’ordre du jour une seule question constituante : La liberté d’expression peut elle rester la même pour tout le monde 227 ans après le serment du jeu de Paume entre les trois Etats généraux ?

Depuis l’émergence d’un Etat Islamique qui n’en est pas un, mais qui fait des ravages partout dans le monde au nom d’une religion dont il détourne les fondements, les débats en ce moi de juin sont à leur paroxysme.

Là-bas, Donald Trump réagissait à la publication d'un article du Post qui, la veille, rapportait que le candidat avait semblé associer le président Barack Obama aux extrémistes djihadistes. «Nous sommes dirigés par un homme qui n'est pas assez dur, ou pas assez intelligent, ou alors il a autre chose en tête», avait-il déclaré le jour même sur Fox News. «Il se passe quelque chose», avait-il dit, déplorant le refus de Barack Obama d'utiliser le terme d'«islam radical». Propos que nous entendons en France aussi, en des termes quasi similaires et qui visent notre Président de la République. L’occasion à saisir était trop belle : un islamiste afghan, passeur de clandestins, déjà interrogé par le FBI, venait de massacrer des gays blacks et métis dans un bastringue situé dans la ville de Disneyland.  

C’est à peine si la trop grande permissivité du port d’armes aux Etats Unis est abordée, tandis que l’absolue nécessité que les policiers puissent en France en porter une 24h sur 24, 7 jours sur 7 est enfin reconnue après une tuerie tout aussi abjecte d’un couple de policiers français, le lendemain de celle d’Orlando.

« Laissez-moi être une sorte de type neutre ». Avait lancé quelques temps auparavant Donald Trump. Ses adversaires y avaient perçu une brèche à enfoncer, tant le Grand Old Party était jusqu’à lors, et traditionnellement, un soutien indéfectible d’Israël sans se soucier fondamentalement du sort de la Palestine. « Si je deviens président, je me tiendrai résolument aux côtés d’Israël car on ne peut pas rester neutre lorsqu’il faut choisir entre de terribles assassins et des innocents » tançait ainsi Ted Cruz suivi de près par Marco Rubio. « Le futur président des Etats-Unis doit être quelqu’un comme moi qui se tiendra fermement du côté d’Israël ». Trump, toute neutralité déployée avait néanmoins fini par indisposer plus de monde que prévu : Ses attaques contre les minorités mexicaine et musulmane, entre temps, ayant heurté les Juifs issus des vagues migratoires du siècle dernier. Tout comme les appuis dont il fit l’objet parmi l’extrême droite américaine, en particulier parmi les so-called « suprémacistes blancs » de l’ancien responsable du Ku Klux Klan, David Duke, qui ne furent que tardivement désavoués.

Pendant ce temps, ici,  en France, c’est la routine : Le parti de Marine Le Pen dénonce régulièrement le fait de ne pas être assez invité par les radios et les télévisions alors qu’en réalité, c’est plutôt le FN qui refuse depuis plusieurs mois, les sollicitations. Un discours que Jean-Marie Le Pen tenait déjà en son temps et qui présente l’avantage médiatique de conforter l'image de parti « anti-système » de la formation d'extrême droite. Pourtant les demandes répétées du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) d'accorder plus de temps de parole au FN, depuis ses succès électoraux aux régionales de décembre, ont bien été suivies d'effet. « Les directions de télévision et de radio convient davantage les représentants du Front national à leurs émissions », confie un membre de cette assemblée. Si on ne voit pas davantage le FN dans les médias, c'est parce que la cellule de presse du parti décline ces invitations, affirme ce courrier.

Du trump-l’œil à la française : « Vos services ont (...) insisté sur la stratégie de communication politique de cette formation et la difficulté d'obtenir suffisamment de réponses positives aux invitations lancées par les chaînes », note-t-on. « Il peut d'ailleurs vous appartenir de faire état publiquement de votre politique d'invitation et, le cas échéant, des difficultés que vous rencontreriez dans la mise en œuvre de celle-ci », suggère le CSA. Tous les diffuseurs ont signalé la même chose à la haute instance : « Ils reçoivent de manière récurrente des fins de non-recevoir de la part du FN », confie-t-on au siège du CSA. Ils ont par ailleurs constaté que ce parti avait aussi ses medias black listés, dont une radio surnommée « radio bolcho » par la présidente du FN.

Il faut dire que les Trump et Lepen ne sont pas nés de la dernière pluie. Trump avait commencé à construire son empire dès 1971. C’était au temps ou son candidat, Nixon se voyait insubmersible, depuis son élection en 72 ; avant qu’il ne soit rejoint en 1974 par le scandale du Watergate, précisément enclenché par le journal du Washington Post. Pour faire vite, une série de révélations portant sur des cas d'obstruction à la justice et d'abus de pouvoir mènent à des inculpations. Quand le Congrès en vient à engager la procédure d'impeachment, visant à la destitution du chef de l'État, Nixon se résout à démissionner.

En France on est post guerres d'Indochine et d'Algérie, un homme venait de contribuer à la fondation du Front national (FN), qu'il présidait depuis 1972. Il s’en servait, sans relâche, pour faire de l'immigration en France son principal axe de campagne.

A discours, méthode comparable :  Nixon, adepte de la méthode forte pour négocier avec les communistes, et les libéraux  (le Viêt Nam, intensément bombardé entre avril et octobre 1972, l'invasion du Cambodge, des manifestations parfois violemment réprimées, comme lors de la fusillade mortelle de Kent State University). Sur le plan intérieur, la politique de son administration se fondait sur le slogan de « la loi et l'ordre » (law and order), impliquant une justice stricte et répressive, notamment vis-à-vis des mouvements contestataires gauchistes (comme les Weathermen) ou afro-américains (comme les Black Panthers). En face, le camp démocrate était affaibli par ses querelles internes, alors qu’un nombre significatif d’émeutes raciales se développaient dans les ghettos noirs et les banlieues pauvres et que le projet de la Great Society, développant l'État-providence (éducation, sécurité sociale, lutte contre la pauvreté) étaient considéré simplement comme de coûteuses dépenses.

Le candidat démocrate le plus prometteur et le plus soutenu par l'appareil du parti au début de la primaire démocrate, Edmund Muskie, s'était effondré, notamment des suites de mauvais coups (dirty tricks) concoctés par les hommes du président, en particulier le scandale de la Canuck Letter provoqué par une lettre livrée à la presse, celle-ci se révélant plus tard être un faux. Un « simple citoyen » y écrivait qu'il avait été témoin d'une attitude méprisante vis-à-vis des Canadiens français de la part de Muskie. La lettre est publiée avec des propos blessants sur sa femme, dans un journal local, juste avant la primaire stratégique du New Hampshire, où les Américains d'origine franco-canadienne sont nombreux. La campagne de Muskie est sabordée. George McGovern, est  investi lors de la Convention démocrate en juillet 1972 peu après la tentative de cambriolage du Watergate. Il est libéral, au sens américain du terme, c'est-à-dire de gauche comme peut l’être aujourdhui Bernie Sanders, Sa popularité était palpable essentiellement dans les milieux intellectuels et étudiants, mais ses adversaires n’ont eu de cesse que de le caricaturer comme un gauchiste radical sans autre procès d’intention, il perdit ses chances de battre Nixon, le comploteur.

A priori Trump doit lui aussi avoir une bonne mémoire ; il ne veut pas qu’un complot soit ourdi contre lui, ce qui l’amène aujourd’hui à prendre  les devants en choisissant de sélectionner comme bon lui semble la distribution des accréditations. L’avenir nous dira si cette stratégie s’avérera un bon choix face à Hillary Clinton, qui on ne le sait guère fut républicaine avant de devenir démocrate, et vous savez quoi, ce fut la candidature de Nixon pour le camp républicain qui la poussa vers l’autre camp, qu’elle rejoint pour dénoncer en 1972 toujours, la guerre du Viêt Nam et les « pesanteurs hypocrites héritées des années 50 ». Le sujet, à l’époque, étant la vitesse à laquelle il fallait avancer pour mettre fin aux ségrégations.  Comme quoi ! Là bas, où les Lepen servent aussi de repoussoir, on dit que Donald Trump a commencé sa campagne en prenant le profil du père mais qu’il compte la poursuivre en suivant celui de sa fille. Il se préparerait à faire une campagne jacksonienne du  nom de ce général, Andrew Jackson, qui avant de devenir président, avait vaincu les Peaux-Rouges en Floride. Il avait gagné la bataille de la Nouvelle Orléans et avait dirigé les opérations militaires de ce qu’on appelle le chemin ou la piste des larmes, par lequel les Peaux-Rouges ont été obligés de quitter leurs terres. http://amerindien.e-monsite.com/pages/la-piste-des-larmes.html

C’était un monde de violence, de force, avec l’idée que la nature était là pour être dominée par l’homme. Cette Amérique fut une Amérique sans modèle social, où chacun dut lutter par lui-même. C’était l’Amérique où l’argent était le plus important. Sans argent les enfants n’allaient pas à l’école, sans argent il ne pouvait y avoir d’assurance médicale suffisante. Je crains que quarante ans plus tard se soient sur  ces mêmes dilemmes que nous ayons à nous prononcer. Les américains l’auront fait avant nous. Et je reste convaincu que cela aura une incidence sur le résultat de l’élection présidentielle en France.

Puissions-nous en France disposer de la totale liberté d’expression pour continuer à pouvoir le dire, sans défaillir, ni se laisser impressionnés par la montée de certaines forces. Il faut se départir de la montée des extrêmes et des violences de tous bords. La lutte contre toutes les radicalisations (extrême droite, ultra gauche, daesh, tueries de masse) est un combat commun que nous devons tous mener, quelle que soit note perception politique.  Non au silence assourdissant donc. Il faut rester soudés et toujours défendre notre justice et notre police, mais il ne faut pas pour autant tout noircir ; notre démocratie est encore solide. Comme celle des Etats Unis d’ailleurs.

Eradiquer les fous, les enfermer est certainement une perspective qui pourrait convenir à tout le monde, sous réserve qu’elle soit praticable, ce qui, de mon point de vue, reste un mythe. Cazeneuve a très bien dit les choses de ce point de vue en réponse à Ciotti. Ceci dit rien n‘empêche de relire l’un des sujets du bac de philo proposé cette année  alors que nous venons de subir une crue.  « Afin que notre libre arbitre ne soit pas complètement anéanti, j’estime que la fortune peut déterminer la moitié de nos actions mais que pour l’autre moitié les événements dépendent de nous. Je compare la fortune à l’un de ces fleuves dévastateurs qui, quand ils se mettent en colère, inondent les plaines, détruisent les arbres et les édifices, enlèvent la terre d’un endroit et la poussent vers un autre.

Chacun fuit devant eux et tout le monde cède à la fureur des eaux sans pouvoir leur opposer la moindre résistance. Bien que les choses se déroulent ainsi, il n’en reste pas moins que les hommes ont la possibilité, pendant les périodes de calme, de se prémunir en préparant des abris et en bâtissant des digues de façon à ce que, si le niveau des eaux devient menaçant, celles-ci convergent vers des canaux et ne deviennent pas déchaînées et nuisibles. Il en va de même pour la fortune : elle montre toute sa puissance là où aucune vertu n’a été mobilisée pour lui résister et tourne ses assauts là où il n’y a ni abris ni digues pour la contenir ». Machiavel – Le prince, 1532
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyJeu 16 Juin 2016, 10:25

http://www.rts.ch/info/monde/7806834--donald-trump-cherche-une-strategie-de-sortie-estime-georges-ugeux.html Extraits

"Crescendo dans l'outrage"

Georges Ugeux estime par conséquent que l'homme d'affaires joue de la provocation à dessein pour arrêter la machine, avec par exemple un "crescendo dans l'outrage", notamment ses propos sur la tuerie d'Orlando ou sur les vétérans de la guerre en Irak. Des déclarations qui "ressemblent furieusement à un suicide [politique]".

"La seule façon pour Donald Trump de ne pas être le candidat des républicains, c'est d'entrer dans un conflit tellement fort avec le parti républicain, que le parti le jette. Il pourra ensuite se présenter comme la victime. Il sera en fait extrêmement content de sortir, parce qu'il n'est absolument pas capable d'être président et il n'en a absolument pas envie."

Mais pour que le scénario se concrétise, "il va falloir à un moment donné une déclaration solennelle de l'establishment républicain contre quelque chose qu'il a dit (...) A partir de ce moment là, il passe de bourreau à victime. Il jette le gant... Et les républicains ont tout à fait organisé la suite", précise Georges Ugeux.

"Une opération narcissique qui ne l'intéresse plus"

Mais qu'a donc cherché Donald Trump avec cette candidature s'il ne comptait pas aller jusqu'au bout? "Un 'reality show' qui lui a donné trois mois - parce qu'il ne pensait pas que ça durerait plus longtemps - de vedettariat politique, parce qu'on l'avait oublié, les médias ne l'aimaient plus tellement", explique l'ex-numéro deux de la Bourse de New York.

"Il allait être partout, raconter tout et n'importe quoi. C'était une grande opération narcissique, mais maintenant elle ne l'intéresse plus", indique-t-il, précisant qu'il n'y a qu'une seule personne pour limiter les dégâts dans le camp politique: Paul Ryan, le patron des républicains à la chambre des représentants. "Et ça va être dans les prochains jours, parce que l'on a plus beaucoup de temps", prédit enfin Georges Ugeux.


Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyJeu 16 Juin 2016, 11:35

A titre personnel j'estime que Trump n'est pas crédible et je suis peu confiant (c'est un euphémisme) dans la mère Clinton.
Après avoir élu le premier président dit noir (en fait métis) on va faire plus fort avec la présidence féminine...
Ayant séjourné aux USA depuis l'arrivée d'OBAMA au pouvoir (sauf en 2015) la "obamamania" s'est largement dégonflée avec le temps et elle n'a pas été sans causer de profonds désagréments.
Je crains qu'avec Hillary qui oublie souvent qu'il y a des bornes à ne pas franchir nous allions vers quelques surprises désagréables.

Comme ce sont des affaires américaines... je ne vois assez peu concerné.

En revanche il serait peut être temps que flanbi arrête ses stupidités, mais on parle des ricains... on oublie l'essentiel ici et maintenant.

Nul doute que les intervenants qualifiés en politique internationale du forum du plateau vont influencer les électeurs américains...


Si de temps en temps on s'occupait un peu de nos affaires... et évitions de vouloir donner des leçons aux autres ? une idée comme ça ... on se ridiculiserait moins !
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyJeu 16 Juin 2016, 17:55

Influencer les électeurs américains! Bigre non, tout au plus indiquer comment certains voudraient s'octroyer le droit de définir de quelles affaires il faudrait ou non s'occuper sur un média libre. Trump et Le Pen ont un point commun dans ce domaine, ils s'octroient le droit de black lister un tel ou untel en tentant de les ridiculiser. Je cite plus haut la radio que Marine Le Pen qualifie de "radio Bolcho". Trump se comportant en ce moment un peu comme son père, il doit être possible de le faire remarquer, tout en disant depuis quand ce jeu avec les media dure.

Donald Trump a déjà écarté de sa campagne une dizaine de médias, une tendance inquiétante qui révèle peut-être son mépris pour la liberté d'expression prévue par le premier amendement de la Constitution. Lui ne dit pas de cette contre-parole est "ridicule" mais "défaillante" et "pleine de pourriture". Et personne ne doute que pour lui, cela signifie qu'il dit LA vérité. Il se plait à traiter les journalistes de "malhonnêtes" et d'"ordures". "Si les gens ne couvrent pas ma campagne de manière acceptable, je ne vois pas pourquoi ils devraient être admis" (à ses évènements), a-t-il ainsi déclaré au New York Times. Bref il n'y a pas lieu de dialoguer avec lui si lui-même n'est pas d'accord pour le faire.

Sa décision concernant le "Post" est seulement la dernière d'une longue série de mesures de rétorsion du candidat à la Maison Blanche, qui provoquent incrédulité et inquiétude. L'une des questions que je mets en exergue étant, est-il pire à l'instant que Nixon qui n'a jamais banni le Washington Post de la Maison Blanche, même après la révélation par le journal du scandale du Watergate dans les années 1970.

Autre exemple : Lors de l'un de ses accrochages les plus remarqués, le journaliste Jorge Ramos d'Univision, plus grande chaîne en espagnol du pays, avait été expulsé d'une conférence de presse pour avoir posé plusieurs questions au candidat sur ses propositions en matière d'immigration. "Retourne à Univision", avait répondu Trump, fou de rage. Comme si une telle question ne méritait pas d'être posée. Il y a là quelques similitudes de comportements avec la manière de procéder d'au moins une candidate à l'élection à la présidence de la république que l'on peut à mon avis évoquer.

Trump, c'est Trump, Ok, mais La lepénisation des esprits, ce n'est pas lui qui en est à la source.

Le Comité des journalistes accrédités au Congrès a estimé que Trump s'engageait sur "une voie inquiétante" en punissant les journalistes qui tentent de demander des comptes aux candidats et aux responsables publics. "Les candidats devraient répondre avec des faits et des arguments, pas en interdisant les journalistes", a déclaré le Comité. Il ne suffit pas donc de prendre autrui à parti avec des mots doux pour que cela donne forcément raison à celui qui les emploie. Prudent, je pose donc la question si en agissant ainsi Donald Trump a fait le bon choix.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyJeu 16 Juin 2016, 18:55

On est puissant sur le forum du plateau : on débat de la campagne américaine et on arrive à flanquer Le Pen au milieu de tout ça...

Je ne suis pas certain que les ricains savent qui est Le Pen mais ce n'est pas grave... on va nous expliquer que la campagne de Trump est liée à Le Pen...

Dans le n'importe quoi nous allons atteindre des sommets !

à quelle heure doit on distribuer les cachets qui font tenir tranquille ? maintenant il faut doubler la dose !

Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyJeu 16 Juin 2016, 19:09

Dès l'ouverture du sujet choisi, effectivement Le Pen est cité et comparé à Trump puisque c'est le sujet en relation avec leurs comportements vis à vis de média libres et indépendants et de l'immigration. Il se trouve que les deux sont en campagne électorale, ce qui facilite les analyses croisées. Oui.


Dernière édition par Libellule le Jeu 16 Juin 2016, 21:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

Gérard

Messages : 4189
Date d'inscription : 08/07/2010

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyJeu 16 Juin 2016, 19:19

Je précise que des lecteurs lisent chaque jour notre forum depuis les Etats Unis. Sans compter les robots de surveillance.
Welcome!

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyJeu 16 Juin 2016, 19:20

Libellule a écrit:
Dès l'ouverture du sujet choisi, effectivement Le Pen est cité et comparé à Trump puisque c'est le sujet en relation avec leurs comportements vis à vis de média libres et indépendants. Il se trouve que les deux sont en campagne électorale, ce qui facilite les analyses croisées. Oui.


ce n'est pas parce qu'un illuminé auto proclamé analyste politique décide de comparer TRUMP à LE PEN et estime qu'ils sont interchangeables sans doute tout comme la France est similaire aux USA que l'on est tenu d'emboiter le pas et de considérer que la chose est entendue comme une vérité première...

Les gugusses ont leur postulat... doit on y souscrire ? NON !

Le nom cité de Machiavel comme justificatif d'une démonstration qui tient avec des ficelles... je doute qu'il se soit penché sur les cas respectifs de TRUMP et de LE PEN...

On ne sait d'ailleurs pas de qui sort cette tirade initiant le fil... MIRABEAU doit tout de même être largué en 2016... entre TRUMP et Le Pen il doit avoir du mal à s'y retrouver...

Mais en accumulant sans rime ni raison des noms ou des citations on doit bien arriver à tout expliquer...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyJeu 16 Juin 2016, 20:20

Quelques jours après la première assemblée constituante entre clergé, noblesse et tiers état prend corps. En 2016 l'assemblée nationale est toujours un maillon important de notre république. Et l'on vote désormais après les présidentielles pour ses représentants. C'est le lien.

Pour proclamer leur indépendance les uns parlent de baïonnettes, les autres de bâillonner la libre expression.

Quant à la citation de Machiavel elle démontre que la détention de moyens financiers peut avoir un impact pour imposer le fait du Prince.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyJeu 16 Juin 2016, 21:20

N'importe quoi ! la révolution française de 1789 et les élections américaines de 2016... on voit tout de suite le rapport étroit entre les faits et l'histoire...
Pour ce qui concerne le lien entre Le Pen et Trump on sent tout de suite les points communs... et la convergence politique ! encore qu'avec Berlusconi çà pourrait se faire.
Ne pas oublier le pape qui doit avoir son mot à dire.

A ce niveau d'incohérence on plie et on ferme !

Pour ce qui concerne le sujet du débat je propose le comparatif entre Clinton femelle et flanbi... ou De Gaulle puisqu'il semble que notre président se sente gaulliste... ça vient de sortir.

De Gaulle réincarné en flanbi boutant les ricains hors de France ! tel Jeanne d'Arc avec les britons quittant l'Europe.
Nous sommes dans la stupidité institutionnelle on peut y aller franco ! on se lache à donf !
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyJeu 16 Juin 2016, 21:26

Revenir en haut Aller en bas
Gérard

Gérard

Messages : 4189
Date d'inscription : 08/07/2010

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyJeu 16 Juin 2016, 21:50

Le débat est libre mais limité dans les attaques personnelles
Les messages violents ou excessivement agressifs seront supprimés
Merci de votre compréhension
Webmaster

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyJeu 16 Juin 2016, 22:43

on touille Machiavel, Mirabeau, Le Pen et pour finir Trump... tout ce beau monde étant groupé pour mettre la brillante Amérique dirigée de main de maitre par Obama par terre et empêcher la mère Clinton d'être la première femme présidente...

il n'y en a pas un pour nous flanquer sarko dans la marmite ? ça manque !

Si les gus qui pilotent le réseau échelon lisent le forum ils vont en baver pour comprendre d'où va venir le complot.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyJeu 16 Juin 2016, 23:15

En l'occurrence ce n'est pas nécessaire.
http://mobile.francetvinfo.fr/elections/regionales/dix-preuves-que-marine-le-pen-n-est-pas-une-grande-amie-de-la-liberte-de-la-presse_1200497.html

A aucun instant ce fil ne fait état d'un pronostic électoral ou d'un quelconque complot. De relations entre leaders politiques, la presse et le thème de l'immigration, ça oui.

Les slogans de campagne peuvent aussi être comparés.
L'unité nationale d'abord, avec des considérations excluantes.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyVen 17 Juin 2016, 05:15

Si un intervenant de ce forum pense que ses élucubrations abracadabrantesques franco française sont transposables aux USA qui ont des préoccupations différentes des notres, des organisations politiques nationales différentes des notres, des structures décentralisées qui n'ont rien avoir avec la France je crois pouvoir lui annoncer sans crainte de me tromper... que les Américains ne tiendront certainement pas compte de son avis.

L'électeur américain est plus intéressé par ceux qui dirigeront sa ville, son comté voir l'état dans lequel il réside que par les structures fédérales. CF les nombre d'abstentions lors des élections...

Pour ce qu'il en est de la liberté de presse chez nous il faut avoir la mémoire courte pour ne pas se souvenir qu'il y a quelques jours les différents journaux français n'ont pas été imprimés parce qu'ils avaient refusé de faire paraitre gratuitement un communiqué de la CGT...
Il faut passer sous silence le fait que certains facteurs refusent d'acheminer les professions de foi des candidats qui leur déplaisent...
En matière de démocratie et de respect de l'individu je suis très réservé sur les décisions syndicales prises à main levée et non à bulletin secret.
J'ai d'autres exemples dans la musette qui sont tout aussi concrets.

Pour ce qui concerne la liberté d'expression française y compris dans la presse, elle est si encadrée par le politiquement correct soutenu par certains tribunaux que pour avoir une vision exacte de ce qui se passe en France j'ai tendance à lire les publications étrangères... ceci dit sans compter les subventions étatiques déversées largement aux uns et dont on prive les autres.

Avant de donner comme d'habitude des leçons à tout le monde, de s'occuper de la gamelle des voisins et de jouer les Nostradamus en prédisant l'avenir chez les autres, peut être serait il plus sage et plus urgent de mettre un peu d'ordre dans nos affaires chez nous et maintenant.

Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyVen 17 Juin 2016, 07:02

La présidente du Front national pourrait rencontrer la présidente du parti allemande AFD Frauke Petry, à l'occasion du premier congrès de son groupe parlementaire européen ENL.

Article du figaro : http://www.lefigaro.fr/politique/2016/06/16/01002-20160616ARTFIG00351--vienne-marine-le-pen-cultive-ses-amities-europeennes.php

Les députés européens du groupe parlementaire Europe des nations et des libertés (ENL), dont Marine Le Pen partage la vice-présidence avec le Néerlandais Marcel de Graaf, membre du Parti pour la liberté (PVV), se retrouvent vendredi à Vienne pour le premier congrès du groupe. La présidente du Front national et Heinz-Christian Strache, le président du FPÖ autrichien, ont lancé les invitations sous un titre générique enthousiaste «Le printemps patriote: coopération pour la paix et la prospérité en Europe».
Le programme précis de ces rencontres n'étant pas public, les annonces officielles ont simplement indiqué l'organisation d'une conférence de presse à 10h30 au sein du Parlement autrichien, suivi d'un meeting sept heures plus tard, dans un centre de conférences situé au sud de la capitale autrichienne.

Les eurodéputés doivent être reçus par le FPÖ, le parti dont le candidat Norbert Hofer s'est incliné devant l'écologiste Alexander Van der Bellen lors de la dernière élection présidentielle, après être arrivé en tête au premier tour de scrutin. Après une visite du Parlement et un déjeuner, une réunion du parti européen Mouvement pour l'Europe des nations et des libertés est prévue à huis-clos. Le MENL, parti adossé au groupe ENL et présidé par le vice-président du FN Louis Aliot, organise la rencontre.

Un dîner-débat est également programmé vendredi soir. Les thèmes centraux abordés à Vienne seront le Brexit, les questions migratoires, les frontières de Schengen et la menace terroriste en Europe.

On sait aussi que l'Allemande Frauke Petry, députée de Saxe et présidente du parti Altenativ für Deutschland (AFD), pourrait participer au meeting. Son compagnon, Marcus Pretzell, membre de l'AFD et député européen, a rejoint le groupe ENL récemment et permis au groupe de Marine Le Pen d'accueillir une neuvième nationalité. Lors des élections régionales de mars 2016, l'AFD, parti eurosceptique allemand, a réalisé une poussée électorale importante dans plusieurs parlements régionaux.

Si Frauke Petry confirme sa venue vendredi à Vienne, sa présence à côté de Marine Le Pen pourrait constituer l'événement du rassemblement. Les deux figures politiques féminines ne manqueraient pas alors de s'illustrer comme les adversaires unies de l'Union européenne, six jours avant le réferendum britannique sur le Brexit.

On va voir juste suivre ce qu'elle va nous dire sur ses intentions via les échos de presse à venir.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyVen 17 Juin 2016, 07:21

C'est emmerdant ces gens qui ne sont pas de gauche ! cela ne devrait pas être permis !

Ils sont d'autant plus dangereux que les partis traditionnels se disant de gouvernement ayant montré leur incompétence respective, les électeurs se déplacent et votent mal ou restent chez eux et ne votent plus... des coups à perdre ses prébendes.

On a trouvé bon de dissoudre des groupes de droite mais les braves gens de gauche qui tentent de faire rôtir les archers du roi dans une voiture n'ont rien à craindre... c'est de la démocratie revue et corrigée.
Nos syndicats dits représentatifs dévastent la ville et s'attaque à un hôpital... tout va bien.

Conclusion : On devrait démocratiquement interdire les partis de droite !
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyVen 17 Juin 2016, 07:33

Parler de deux candidats de part et d 'autre de l'Atlantique à même de gagner des élections, cela mérite une revue de presse dédiée. Point barre. A suivre, donc.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyVen 17 Juin 2016, 07:43

va finir par XXXXXXXXXXXXX

MESSAGE SUPPRIMÉ
WEBMASTER
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyVen 17 Juin 2016, 08:20

Mais non, mais non. Donald Trump non content de ne pas bénéficier du silence de la presse d'investigation concernant ses agissements en vient a demander le silence dans ses propres rangs.

Hier, Donald Trump a aussi recommandé aux élus et aux leaders républicains de cesser de faire des commentaires à son endroit.

« Nos leaders doivent être plus durs, et ils doivent être silencieux. S'il vous plaît, soyez silencieux. Ne parlez pas. Soyez silencieux, parce qu'ils doivent être plus durs, plus ingénieux. Soit les républicains sont unis et s'entraident, soit ils me laissent le faire par moi-même. »


Rafael Jacob rappelle qu'il reste encore environ cinq mois avant les élections présidentielles. « Or, ça ne veut pas dire que Donald Trump a cinq mois pour unifier le Parti républicain, dit-il. Donald Trump n'est pas seul sur le bulletin de vote. Il y a des centaines, voire des milliers de candidats républicains qui jouent leur vie politique dans cinq mois. Ils ne vont pas lui donner 50 chances encore. Le risque, c'est que le parti atteigne un point de rupture. »


la totalité de l'article se laisse lire.
http://www.lapresse.ca/international/dossiers/maison-blanche-2016/201606/16/01-4992430-trump-senfonce-dans-les-theories-du-complot.php

Promis je reprends le fil pour Marine Lepen une fois sa visite à Vienne terminée.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyVen 17 Juin 2016, 08:29

Rien compris ! Trump ou Clinton m'en moque... pas mon problème ! les ricains sont assez grands pour gérer leur boutique.

Pour ce qui concerne Le Pen je ne vois pas trop ce que les uns ou les autres pourrions y faire.
Si on souhaite diminuer son audience c'est simple : que les partis se disant de gouvernement gouvernent de manière à satisfaire les électeurs... et ils ne voteront pas pour le FN.

Avant 81 et les stupides bricolages de la gauche en général et de Mitterrand en particulier pour faire monter le FN et empêcher la droite de revenir au pouvoir le FN était à moins de 5%...

La conclusion s'impose d'elle même et ce n'est pas en gesticulant et en bramant contre les supposés fachos que les neuneus qui ne comprennent rien changeront les choses.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyVen 17 Juin 2016, 12:05

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Scores10

est il nécessaire de faire une explication de texte ?

tout est dit ! faisons confiance à nos écolos, bobos, socialos pour réduire à néant (légalement s'entend) le FN... cause de tous nos ennuis... et qui est comme chacun sait à l'origine du saccage d'un hôpital parisien.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyVen 17 Juin 2016, 14:38

Lorsque la gauche est aux manettes le FN progresse en France...

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Captur10

La gauche ne se prive pas de se présenter en adversaire du FN... résultat : il progresse chaque fois qu'elle est au pouvoir...

url=https://servimg.com/view/17704370/500]Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Captur11[/url]

On se demande si la gauche à vraiment compris le jeu politique national ou si elle n'a pas intérêt à ce que le FN monte dans l'électorat.

Soit les politicards de gauche sont nuls soit ils sont particulièrement machiavéliques...

En tout cas la faribole de la gauche qui combat le FN... on en doute !
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyVen 17 Juin 2016, 15:20

Trois posts pour parler résultat à des élections, soit.

Mais ce n'est toujours pas mon propos. Des journalistes se voient empêchés de rendre compte comme ils le souhaitent de certaines réunions politiques d'importance. Alors que des informations dérangeantes pourraient être dévoilées. Comme le traitement de territoriaux qui pour leur couleur de peau, qui pour leur origine, qui pour leur religion, qui pour leur engagement politique, pas assez conformes à des normes pré établies.

Alors ces deux personnes Trump et Le Pen pratiquent la victimisation et le populisme dans un mouvement de menton en traitant de mots doux ceux où celles qui ne penseraient pas comme eux.

La montée de l'extrémisme de droite n'est pas seulement un sujet franco-français. La réunion de Vienne en cours en témoigne. Pour ce qui est de qui fait quoi pour déstabiliser nos démocraties ici ou là, il est certainement raisonnable de rester prudent alors que la question du Brexit se pose en grande Bretagne dans un climat particulièrement tendu.

Actuellement c'est le Time qui semble le plus avancé dans ses recherches.
http://time.com/4372869/thomas-mair-jo-cox-murder/

La prudence s'imposant, restons patients et en attendant faisons confiance au 3e et 4e pouvoir la presse et le judiciaire pour nous éclairer.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyVen 17 Juin 2016, 17:32

La presse aucune confiance !
La justice elle s'illustre régulièrement et chacun peut juger de son adéquation avec les faits... et surtout son efficacité dont tous les jours nous avons les preuves.

Les seuls qui disent et répètent : "j'ai confiance dans la justice de mon pays" sont les truands... lors des interviews.
Doit on en tirer des conclusions ?

La presse est elle libre de s'exprimer lorsqu'il s'agit de gens de gauche qu'elle soutient.
Des subventions aux publications de droite sont elles accordées alors que l'on est généreux avec celles de gauche ?
Pourtant c'est chez nous en France que ça se passe mais les bonnes âmes ne s'émeuvent pas ...

Pour les mouvements de menton nous avons un spécialiste de haut niveau comme premier ministre qui ne se prive pas d'invectiver ses adversaires...
A chaque fois on constate que l'on reproche à autrui ce que l'on fait soi-même... un vrai plaisir !

En matière de démagogie on parle de Trump ou de Le Pen... la mère Clinton elle no problem, flanbi et compagnie pas démagos... Méluche sobre sur la forme...
Risible ! selon que l'on est optimiste ou pessimiste on se demande si c'est de la mauvaise foi ou de l'aveuglement politicard...

l'affaire devient XXXXXXXXX a se demander si nous vivons sur la même planète...

Intervention du webmaster Pas de propos violents ou grossiers s'il vous plait
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyVen 17 Juin 2016, 20:41

Il est souvent plus grossier de dire n'importe quoi en y mettant les formes que de s'exprimer avec les mots de tous les jours en étant dans le vrai... à ce titre l'escroquerie morale est excusable.

Ce sera mon ultime prise de position !

Lorsque la forme prime le fond l'indigence morale est au bout du chemin... mais si la forme est convenable tout est possible.

Nous voyons le résultat : les imposteurs sont au pouvoir !

Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4604
Date d'inscription : 08/01/2012

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyVen 17 Juin 2016, 21:54

Les témoignages se sont accumulés, au fil du temps (surtout après la mort du chef) d'actions de Mitterrand pour favoriser le Pen (père) et le FN, afin d'handicaper la droite.
Et puis, la créature a échappé aux apprentis sorciers. Ce que les stratèges du PS n'avaient pas prévu, c'est que de plus en plus d'électeurs de gauche finiraient par voter FN.

Ainsi, à une époque où le FN était encore très bas, et la télé publique obéissante, Mitterrand est intervenu pour que le Pen ait accès à une émission télé très écoutée. Son souci de la démocratie pluraliste, diront peut-être ses derniers fidèles...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyVen 17 Juin 2016, 22:17

Anticipant le Brexit, l'extrême droite se réjouit du «printemps patriote». On peut le relever ou non en démocratie? Sans amalgamer qui que se soit à quelque organisation?

Là où les Etats-Unis ont Donald Trump et la France Marine Le Pen, le Royaume-Uni a Nigel Farage et l’euroscepticisme. Où est le problème de le faire remarquer?
Revenir en haut Aller en bas
thierry

thierry

Messages : 1287
Date d'inscription : 03/03/2013

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptySam 18 Juin 2016, 09:29

Globalement pour les prochaines élections les américains vont avoir le choix entre un leader demogogique et populiste d'un côté (Trump)  et de l'autre un vieux cheval de retour qui grenouille dans le sérail politique depuis 30 ans (Clinton) et qui n'a jamais rien fait.

Je serais américain, j'aurais pas envie d'aller voter.

Et si les élections françaises de 2017 nous donnaient le même choix: miss Lepen dans le rôle du leader démagogique et populiste et Alain Juppé dans celui du vieux politicard ...
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

mamiea

Messages : 4283
Date d'inscription : 10/06/2010
Age : 71
Localisation : Fontenay sous Bois

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptySam 18 Juin 2016, 13:47

thierry a écrit:
Globalement pour les prochaines élections les américains vont avoir le choix entre un leader demogogique et populiste d'un côté (Trump)  et de l'autre un vieux cheval de retour qui grenouille dans le sérail politique depuis 30 ans (Clinton) et qui n'a jamais rien fait.

Je serais américain, j'aurais pas envie d'aller voter.

Et si les élections françaises de 2017 nous donnaient le même choix: miss Lepen dans le rôle du leader démagogique et populiste et Alain Juppé dans celui du vieux politicard ...

N' étant pas au USA (où seul les candidats des deux grand partis on droit d' exister) face à Miss Le Pen on peut, comme vieux politicard ajouter les Hollande, Mélanchon, Sarkozy (liste non exhaustive).

Pour ceux que cela intéresse, http://rattrapages-actu.fr/fiches-actu/systeme-electoral-aux-etats-unis-comment-ca-marche
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptySam 18 Juin 2016, 17:18

Dans 20 minutes :

Pourquoi ce référendum autour du Brexit cristallise-t-il autant de tensions et de violence ?
Il y a tout d’abord l’enjeu unique de ce vote : quand il s’agit d’une élection générale, législative ou présidentielle, en cas de défaite, on essuie un revers mais on peut retenter sa chance au scrutin suivant. Là, il n’y aura pas d’autre chance, on pose une question, la réponse est soit oui, soit non, et la suite, avec ses conséquences considérables, est irrévocable.

Ce contexte d’agressivité est également le fait des deux camps en présence. On a d’un côté les partisans du « Bremain », pour le maintien de la GB dans l’UE, mené par David Cameron et qui rassemble une majorité de travaillistes, les élites économiques ou encore Barack Obama et Angela Merkel. Ils avancent des arguments économiques très rationnels sur les graves conséquences qu’auraient le Brexit. De l’autre, on a les pro-Brexit, une coalition composée surtout de conservateurs, Boris Johnson en tête, de tout un réseau de groupes anti-eureopéens extrémistes et de membres du parti Ukip, dont le leader, Nigel Farage, orchestre une campagne populiste qui surjoue le registre émotionnel, agite la menace d’un afflux massif de migrants et surfe sur la volonté de « rendre sa grandeur à la GB ». Côté soutiens internationaux, on retrouve Marine Le Pen et Donald Trump.

Tout cela donne un cocktail explosif et cette campagne vient de surcroît renforcer un climat général de défiance à l’égard du monde politique.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptySam 18 Juin 2016, 18:27

Bref les intelligents de gauche bien sur veulent l'Angleterre dans l'Europe et les débiles fachos de droite (il n'y a pas de facho de gauche) veulent en partir...

Il est à craindre que l'affaire soit un peu plus compliquée.

POur ce qui concerne l'avis d'OBAMA qu'il s'occupe des USA et ce sera parfait.
Si les électeurs se détournent des politicards on devrait se poser la question des motifs qui entrainent ces prises de position et y remédier.
Mais c'est plus compliqué que de décider que ceux qui ne sont pas du "bon avis" de gauche bien sur sont soit des salauds soit des imbéciles.

Les donneurs de leçons ont encore du boulot pour évangéliser les réacs. Le problème étant tout de même que dans tous les pays d'Europe la "mauvaise pensée" est en croissance exponentielle... pas grave on va mépriser, insulter un peu, ne rien écouter comme d'habitude, répéter que les vilains pas beaux ne devraient pas voter sans doute et au bout du compte en verrouillant bien la situation la cocotte minute en surchauffe explosera bien un ce ces jours.

NB il est vrai qu'il faut être aveugle et stupide pour imaginer que des "migrants" puissent déferler contre notre volonté en Europe... encore une invention de kripto réacs aveuglés par leur doctrine .
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptySam 18 Juin 2016, 18:54

Personnellement je n’aurai pas utilisé l’expression de krypto réac. Ce serait parler aussi vulgairement qu’eux quand ils s’en prennent aux autres.

Norbert Hofer, candidat du Parti un brin à droite de l'Autriche espérait bien devenir le 1er chef d'extrême droite de l'Europe d‘un Etat continental depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il nous mettait en garde contre une "invasion musulmane" tout en faisant campagne avec un pistolet Glock à sa ceinture. "Les arguments de Donald Trump sont les mêmes que les arguments du Parti de la liberté, ici en Autriche." Lit-on là-bas.

Le référendum Brexit et l'élection autrichienne laissent présager ce qui peut arriver dans d'autres parties de l'Europe. A travers le continent, les mouvements populistes qui ont été tenus en marge pendant des décennies y compris par Mitterrand ou Chirac, et désormais ils sont dans les couloirs qui mènent au pouvoir.

En Italie, le Mouvement Cinq étoiles est lui aussi eurosceptique et anti-establishment, Il est lui aussi allié à l’UKIP au Parlement européen.

En France, Marine Le Pen du Front national d'extrême droite a une large avance dans les sondages d'opinion avant les élections présidentielles l'an prochain. D’autres sondages aux Pays-Bas montrent que le Parti du pays pour la liberté, dirigé par Geert Wilders - qui est actuellement en procès pour incitation à la haine contre la communauté marocaine du pays - gagnerait une élection si l'on était appelé aujourd'hui.

Les partis d'extrême droite sont aussi en progression dans les sondages d'opinion en Allemagne et en Scandinavie, tandis que les gouvernements en Hongrie, la Pologne, la Slovaquie et la République tchèque sont très marqués à droite aussi.

Des sujets comme les frontières et l'ethnicité semblaient avoir moins d'importance que par le passé, mais un nationalisme de la colère, pour ne pas employer une autre expression est de retour - non plus dans le camp des out-siders, mais comme une force dominante dans la politique européenne. Que cela se passe en même temps aux USA avec la montée de Donald Trump dans les sondages peut donner à chacun d’entre nous l’occasion de se remettre en cause, certes, mais aussi d’éviter de franchir la ligne jaune qui peut mener à des guerres civiles ici ou là de grandes ampleurs.

L’Europe s’est certainement faite à marches forcées, mais elle reste notre meilleur vecteur du maintien de la Paix.

A lire pour ceux et celles qui veulent
http://www.la-croix.com/Urbi-et-Orbi/Documentation-catholique/Eglise-dans-le-Monde/4-Trois-piliers-politique-paix-europeenne-2016-06-15-1200768776
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptySam 18 Juin 2016, 19:34

En Angleterre qui a la législation anti arme la plus restrictive d'Europe on voit le résultat...si la députée avait eu un flingue à la ceinture elle serait peut être vivante.
Un élu autrichien armé c'est intolérable, des élus Hollandais de droite assassinés par des gens de gauche... on s'en accommode.
On était plus indulgent à gauche lorsque ce brave Yasser Arafat terroriste notoire et tout de même prix nobel de la paix... on rigole... pérorait à la tribune de l'ONU calibre au coté...

Ne parlons même pas de la France... les policiers désarmés ( il ne faut avoir son arme sur soi hors service) sont assassinés à domicile... les assassins ne respectent pas la loi... dommage !
POur ce qu'il en est de confisquer les armes aux loubards c'est mal parti donc en bonne logique stupide anti armes interdisons aux braves gens de se défendre et faisons nous trucider par ceux qui en possèdent illégalement;

Supprimons les partis de droite et leurs électeurs et tout ira bien. Comment méthode Teutonne ou cosaque... les deux sont efficaces, le principal étant de rester entre gauchos, écolos, cocos pour remettre les affaire en place...
Plus de psychose injustifiée anti migrants et avec l'Europe pour nous défendre nous aurons la paix... sauf si Trump devient Empereur d'Europe et là tout est à craindre...
Juncker et ses comiques troupiers nous protégeront d'un tel désastre sans doute avec l'aide de troupes de choc islamistes "migrantes" (qui apportent la paix) gagnées par la tolérance démocratique locale.

Le père UBU est aux manettes tout va bien dormez braves gens.

Le régime du déconomètre monte régulièrement.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptySam 18 Juin 2016, 20:11

Kennedy, Luther King, Reagan et quelques autres apprécieront.

Reste que un site, Gunviolence, recense tous les incidents liés à des armes à feu aux Usa. Une bagatelle permissive... En 2015, ce sont au total quelque 53.000 incidents impliquant de telles armes qui ont été enregistrées.

Le faible poids des crimes de masse
Malgré la forte couverture médiatique qu’ils provoquent, les «crimes de masse», comme celui d’Orlando ou les autres fusillades mortelles qui font souvent l’actualité, ne représentent que 1% des crimes enregistrés aux USA, selon les statistiques de l’UNODC, une agence onusienne qui fixe à quatre victimes la définition de ce type de meurtres). Aux Etats-Unis, quelque 909 tueries de ce type ont été enregistrées entre 1900 et 1999. Entre 2002 et 2011, il y a eu en moyenne  32 crimes de masse par an, précise l'enquête onusienne. La statistique ne s'est pas améliorée depuis. L'exception anglaise est à relever en effet.

http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/assassinat-de-jo-cox-un-type-de-crime-est-excessivement-rare-en-grande-bretagne-835585.html
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptySam 18 Juin 2016, 20:35

En France nous avons Jaurès, en Italie Aldo Moro et 3 attentats connus contre le Général de Gaulle... plus quelques autres ici où là dont celui qui a déclenché la guerre de 14
On peut évoquer les attentats allemands avec la bande à Bader, les gens d'action directe au trou sous Giscard et relâchés par la gauche qui ont ensuite trucidé le Gal Audran et le pdg de Renault...

Je ne vois pas en quoi ce que j'écris doit être apprécié en fonction de ce qui se passe aux USA...

Ici et depuis deux ans je crois qu'il y a de quoi faire avec les islamistes... les morts se comptent par centaine mais on s'occupe des voisins... sans compter ce qui se traite par les armes en Corse, à Marseille et dans d'autres villes on n'en parle moins mais ça chiffre.

Lorsque l'on aura compris qu'une arme c'est comme une voiture : l'important c'est celui qui l'utilise non l'objet en lui-même et que lorsque les armes sont hors la loi seuls les hors la loi sont armés... ce sont des évidences difficiles à comprendre.
Il y a d'ailleurs pour les amateurs de statistiques (celles que l'on cache) sur la baisse de la criminalité aux USA et la part dans le phénomène de l'attitude de l'Américain moyen armé ou non.

Si nos politicards de banlieue et les grands chefs supposés tels s'occupaient un peu de leur gamelle et de la France ou des gens qu'ils sont supposés administrer au lieu de s'occuper des voisins nous ne serions pas à la dérive.

Je ne vois d'ailleurs pas le rapport entre le désordre européen, les USA, l'assassinat d'une parlementaire anglaise, Trump... qui peut être président des USA, les britons qui vont être en Europe ou en partir et l'autrichien qui porte un flingue... nos ministres n'en portent pas (encore que...) mais ils ont une palanquée de pandores ou d'archers du roi enfouraillés comme des porte avions à leurs basques... mais comme ce fil est un délire pourquoi pas...

Ce sera tout pour un moment !
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptySam 18 Juin 2016, 21:43

De Frédéric Charillon :

http://www.lopinion.fr/edition/international/frederic-charillon-politique-etrangere-a-l-heure-populismes-104491
Sans coupure, chaque phrase comptant :

Imaginons un instant cet enchaînement, qui n’est plus à exclure : le 23 juin, le Royaume-Uni quitte l’Union européenne ; Donald Trump est élu président des Etats-Unis en novembre ; en mai suivant, un président français est choisi avec une marge trop étroite face à Marine Le Pen, dans un pays de facto immédiatement clivé et paralysé ; quelques mois plus tard en Allemagne, Angela Merkel paie les séquelles de la crise des réfugiés, ou se retrouve avec une extrême droite puissante.

Les trois grands pays de l’Union européenne, quatre des piliers de l’Alliance atlantique, se retrouveraient alors, en même temps et pour plusieurs années, en crise interne et sans boussole. Ailleurs en Europe, le populisme - c’est-à-dire la mobilisation du peuple pour des raisons électoralistes sur la base d’un discours volontairement simplificateur – aura déjà frappé. Après une telle séquence, il est probable qu’il s’étendra encore. Notre rapport au monde ne peut en sortir indemne.

D’abord parce que les idéaux démocratiques en général, ceux de l’Union européenne en particulier, sortiront laminés par l’arrivée au pouvoir de candidats élus sur leur dénigrement. De cette crise des valeurs résultera nécessairement une crise de légitimité, de crédibilité et donc d’autorité internationale des pays concernés. L’UE comme l’OTAN deviendront les théâtres de divisions politiques funestes. La gestion des crises internationales devra se passer d’elles. En un mot, tout sera à revoir. Une page sera tournée, donnant à la période qui s’était ouverte avec la chute du Mur de Berlin, une issue pour le moins surprenante.

Postures. A quoi ressembleraient les politiques étrangères de pouvoir populistes dans plusieurs pays clefs du monde occidental ? La question mérite d’être posée. Elle doit l’être bien sûr à la lumière des programmes proposés en la matière. Mais les propositions concrètes sont rares chez ce type de candidats, qui privilégient les postures plutôt que les visions (on l’a vu également sous d’autres latitudes, aux Philippines). On peut anticiper plus solidement, en revanche, que de tels leaderships seront tenus par ce qui aura fait leur succès, ou contraints par ce qui aura marqué la campagne : une triple demande de repli culturel, d’occidentalisme, de durcissement nationaliste face à l’autre. Cette demande pourrait être exprimée également par d’autres « Etats clients » parmi leurs alliés, a fortiori si ceux-ci sont eux-mêmes touchés par la peur et la démagogie.

Il est urgent de faire des politiques étrangères un vecteur essentiel du combat contre le repli et le « choc des ignorances »

On imagine aisément le nouveau pouvoir de Varsovie demander à Donald Trump des gestes brutaux face à Moscou. A l’inverse, des alliances ou des partenariats clefs, trop subtils pour être expliqués dans un contexte de simplification extrême, resteront longtemps altérés par des propos de campagne excessifs (vis-à-vis du monde musulman, ou de pays exportateurs de migrants). Ce triptyque repli-occidentalisme-nationalisme signifie presque automatiquement crise du multilatéralisme, retour illusoire à une « géopolitique » de l’ami/ennemi dans le voisinage immédiat, et à des arrangements bilatéraux ad hoc présentés à tort comme plus efficaces, ou comme autant de démentis d’un isolement en réalité croissant.

Ces événements n’arriveront peut-être pas. Ou pas tous. Mais les dynamiques sociales et politiques qui les rendent envisageables sont déjà à l’œuvre. Il serait bien malheureux que la politique étrangère soit le domaine choisi pour leur donner des gages, en espérant une hypothétique accalmie. Il est urgent, à l’inverse, de faire des politiques étrangères un vecteur essentiel du combat contre le repli et le « choc des ignorances » (l’expression était de Jacques Chirac en 2006, en réponse à la théorie du choc des civilisations). Avec naturellement des précautions à prendre : car un discours de politique étrangère trop ambitieux renforce le populisme, qui a beau jeu de dénoncer une priorité donnée à l’étranger.

Mais des rappels solennels, et la mobilisation de projets forts, sont nécessaires. Rappel des résultats tristement célèbres auxquels aboutissent généralement les politiques identitaires et nationalistes ; rappel de ce que coûtent économiquement aussi bien l’isolationnisme aveugle que l’aventurisme extérieur, dans le seul but de faire oublier les mésaventures internes ; rappel de quelques exemples d’amateurisme diplomatique, lorsqu’un « homme fort » n’est plus en situation de s’entourer des réels experts des relations internationales.

Barrière contre le monde. L’action extérieure doit être aussi porteuse de projets. Elle ne doit plus être présentée comme l’instrument d’une barrière à ériger contre le monde. C’est trop souvent le cas depuis plusieurs années, de la part d’acteurs politiques qui ne sont pourtant pas tous les pires des populistes. Revenir de Bruxelles en se vantant d’avoir vidé la portée d’un accord pour préserver l’intérêt national, s’opposer à des accords de libre-échange pour les mêmes raisons, ou négocier à Ankara pour tarir des flux de réfugiés, sont autant de signaux selon lesquels la politique étrangère sert d’abord à se fermer au monde.

Il importe, rapidement, de retrouver les mots-clefs d’une politique étrangère ouverte sur le monde pour combattre les populismes

Savoir dire non pour préserver ses intérêts est une nécessité que personne ne contestera. Faire de la politique étrangère un art systématique de la fermeture et du refus, généralement à des fins de politique intérieure, voilà qui devient pour le moins risqué. On ne s’étonnera plus, ensuite, que l’Europe ne fasse plus rêver. Les défauts de celle-ci sont réels, mais ses acquis aussi. Il en va de même pour la globalisation. Que le débat politique interne en fustige les dysfonctionnements est inévitable. Que le discours diplomatique vienne lui prêter main-forte est une faute.

Il importe, rapidement, de retrouver les mots-clefs d’une politique étrangère ouverte sur le monde pour combattre les populismes. Les libéraux ont les leurs, qui suscitent des réactions contrastées : ouverture des frontières, libre-échange, libre circulation, institutions internationales…

S’ensuivent des grands projets de traités, de grands marchés, ou de nouvelles gouvernances. Mais ailleurs sur l’échiquier politique, une nouvelle grammaire de la politique étrangère est possible également : respect, solidarité, coopération, altérité, nouvelle économie internationale, échange équitable… Avec d’autres promesses de réalisations à la clef, comme jadis la taxe Tobin ou Unitaid (mécanisme de réduction des prix des traitements médicamenteux à destination des pays les plus pauvres). A chacun ses référentiels, à chacun ses engagements, pour peu que l’on fasse le choix du monde.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyDim 19 Juin 2016, 03:57

Lorsque l'on ne veut pas subir des désagréments on fait en sorte de ne pas en être la cause.

C'est simple, efficace et évite les débats inutiles

Ce sera tout et pour un bon moment.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyDim 19 Juin 2016, 06:02

Voilà des propos du moment bien fatalistes sous votre plume, -c'est tout- qui semblent indiquer que vous seriez convaincu de l'efficacité d'une grande dépression comme remède à nos maux, alors que les tensions guerrières, avec montée des pressions ethniques et religieuses sont palpables partout dans le monde.  On a déjà pu en apprécier les conséquences désastreuses au sortir des années 30.

Malgré tous les efforts pour y remédier, la dégringolade se poursuivit et mena à la Grande Dépression en même temps que les nationalismes s'affirmaient comme les seuls derniers remparts. Pour les résultats que l' on sait.

Ces processus sous-jacents ont produit une contraction de l'économie mondiale complémentaire, on peut dire la goutte qui a fait déborder le vase, sous forme de protectionnisme court-termiste qui conduisit inexorablement à la Seconde Guerre mondiale : les grandes puissances capitalistes s’étaient lancées dans une lutte entre égoïstes pour des parts de marchés et des profits qui diminuaient, d'abord par l'utilisation de méthodes économiques nationalistes  puis par des moyens militaires.

Le monde d'aujourd'hui est marqué par un retour de ces conditions: stagnation de l'économie mondiale, marchés saturés pour un ensemble de marchandises et de produits industriels, persistance de faibles niveaux d'investissement, conflits monétaires.

Et elles prennent inévitablement la même direction qu’auparavant: celle d’une guerre mondiale pour une division et une redivision de l'économie.

Le fait que les contradictions objectives du capitalisme aient réussi, partiellement du moins, à pénétrer dans la tête de ceux qui, comme Yellen, la patronne de la réserve fédérale américaine, que l'on a connu plus sereine,  supervisent le capitalisme mondial, est une indication de l'état avancé de la crise économique.

Que celle ci entraîne la désignation de boucs émissaires est un classique du genre.

Pendant ce temps là, les foules les plus pauvres se déplacent en masse. Les plus riches vont avoir du mal à le rester. Quelques cinglés exploitent la situation ... Et les murs de la haine est en train de monter si haut que la maison de la paix est en train de s'effondrer sur elle-même.

A moins que http://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/0211036942009-helicopter-money-des-euro-deputes-pressent-la-bce-de-sy-interesser-2007084.php
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyDim 19 Juin 2016, 06:47

Echange sans intérêt !
Lorsque l'on veut éviter les déboires on agit en sorte de ne pas en être la cause.
Un pessimiste est un optimiste réaliste qui regarde les faits.
Répéter comme un disque rayé les mêmes litanies avec des variantes pour relancer la machine est stupide et inintéressant.

Point final.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyDim 19 Juin 2016, 10:41

Autant rester directement légèrement optimiste alors.

«Aujourd’hui, notre nation est sous le choc. C’est un moment de prendre du recul, et de se rappeler que nous devons chérir notre démocratie», a déclaré David Cameron. Il appelle à «mettre fin à l’intolérance dans notre vie publique et dans notre démocratie». «En sa mémoire, nous ne permettrons pas aux personnes qui diffusent la haine et le poison de diviser la société, a ajouté Jeremy Corbyn. Nous renforcerons notre démocratie et notre liberté de parole.»
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

Gérard

Messages : 4189
Date d'inscription : 08/07/2010

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyDim 19 Juin 2016, 13:40

6 messages supprimés
Sujet provisoirement verrouillé
Webmaster

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

Gérard

Messages : 4189
Date d'inscription : 08/07/2010

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyLun 27 Juin 2016, 13:07

Deverrouilé 27.06.2016 13:07:51

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyLun 27 Juin 2016, 16:16

Merci.

Les faiseurs de campagne se trouvent parfois bien dépourvus après avoir fait gagner leur camp tant ils partaient du principe que leur propre camp n'allait pas vraiment gagner.  Ainsi en va-t-il du très médiatique Boris Johnson qui avant d’être un politicien aux accents populistes fut journaliste éduqué à Eton et Oxford. http://www.dhnet.be/dernieres-depeches/afp/boris-johnson-le-royaume-uni-fait-partie-de-l-europe-5770f84635708dcfedb869a1
Et du très populiste Nigel Farage, le leader du parti europhobe Ukip, qui, lui, de son côté est connu pour être un provocateur à la manière de Donald Trump.
http://www.europe1.fr/international/brexit-ceux-qui-ont-vote-in-denoncent-le-cynisme-de-nigel-farage-2782528

Ces trois là sont à l’aube de l'aboutissement de leur carrière politique consacrée à dénigrer tout ce qui correspond à l’establishment, avant, chacun à leur manière, de bredouiller que finalement l'établishcment ce n'est pas si terrible que cela. Les voici dépassés par leurs discours populistes faute d'avoir pris le temps d'expliquer au peuple qu'il blaguaient, en étant dans l'opposition, mais qu'il ne leur intéressait pas particulièrement de devenir majoritaire pour avoir à gérer le bordel consécutif à leur campagne d'intoxication.

Il n’y a plus besoin d’insister sur les parallèles Johnson -Trump- Farage et Marine Le Pen . Chacun attendant, à chaque fois avec un certain flair il faut bien le reconnaître, le prochain moment pour glisser ici une petite phrase, ici un slogan anti-immigration, ici du Britain first, là de l'America first great again, et le fameux, "les français d'abord" chez nous.

De petites phrases en petites phrases, tous ont su et savent encore démontrer, sans avoir pour autant un programme, leur capacité à dire ce que leur public veut entendre pour attirer le vote protestataire, les votes de ceux qui ne veulent pas qu’un état paternaliste leur dise ce qui est bon pour eux.

Tous sont des "anti-candidats" et ne militent que pour cela : Se distinguer des autres candidats...

Les partisans du Brexit ont catégoriquement voté pour leurs intérêts "tels que perçus", que ce soit parce qu’ils étaient directement touchés par le durcissement économique, ou simplement inquiets de l’immigration venue d’Europe de l’Est et de l’arrivée potentielle de réfugiés du Moyen Orient, soit enfin; parce qu’ils en sont arrivés à éprouver un désamour indéfectible pour les étrangers et le Vieux Continent.

A n'en point douter Trump veut obtenir un vote similaire du peuple américain, seules les cibles de populations visées changeant. Le magnat new-yorkais a fait de l'immigration l'un des thèmes principaux de sa campagne, qualifiant les Mexicains de violeurs et de criminels et proposant comme solution à l'immigration d'élever un mur le long de la frontière mexicaine. Sauf qu'il ne voudrait pas que cela se sache et que de telles comparaisons soient faites. Et pourtant!

Nous sommes en plein paradoxe. L’Angleterre a construit sa grandeur en envoyant ses migrants partout dans le monde, pour entreprendre des conquêtes coloniales et voilà qu’elle se replie sur elle-même au nom de cette immigration qui a fait sa fortune aux siècles derniers. Les USA se préparent le cas échéant à faire de même, sur l'ancienne terre des peaux-rouges.

Pour la suite de mon propos je vous renvoie à cet article qui dit assez bien les choses

http://www.huffingtonpost.fr/2016/06/20/donald-trump-du-monde-entier_n_10568790.html

Vainqueurs ou vaincus, ces gens là ne sauront jamais estomper un tant soit peu leur discours.

Donald Trump au Royaume-Uni, c'est Nigel Farage, favorable au Brexit ; en France, il est les Le Pen. En Autriche, il est Norbert Hofer. En Allemagne, il est à la tête d’un mouvement au nom d’une trompeuse bienveillance, “Une alternative pour l’Allemagne”. En Hongrie, il est Viktor Orban. Et en Russie, bien sûr, on trouve le modèle original, Vladimir Poutine.

De pays en pays, les Trumpiens se sont élevés en jouant sur les mêmes peurs: une mondialisation financière, numérique, logistique, politique, ethnique et religieuse va détruire la faculté de la “patrie” à protéger les emplois, la culture, et même la vie locale.

À quoi sert une “nation”, demandent les Trumpiens, si elle ne peut pas protéger les travailleurs, les citoyens et les traditions contre les tsunamis d’immigrés, les terroristes admirateurs du groupe État islamique, le capitalisme boursier, les lignes de code informatique de la Silicon Valley, les réseaux sociaux et les produits chinois?

Si la fin du 15ème siècle a vu l’émergence des États-nations en Europe, le début du 21ème est marqué par une inévitable crise de la confiance placée en eux - et à une tentative désespérée de préserver leur pertinence alors qu’un nouvel ordonnancement se fait jour.

Dans de nombreux pays du monde - en particulier parmi les démocraties occidentales - le sentiment nationaliste et antimondialiste est en plein essor. Frank Luntz, spécialiste américain des sondages, qui a mené des enquêtes dans toute l’Europe, a relevé que les électeurs européens et américains perçoivent de plus en plus la politique comme un choix du tout ou rien entre la mondialisation et l’isolement.

"De plus en plus de gens en viennent à rejeter les théories traditionnelles et l’orthodoxie des partis", écrivait-il au début du mois, "ce qui provoque des ravages parmi les hommes et les structures politiques qui se trouvent sur cette trajectoire".

Cette orthodoxie, cet objet de leur mépris, a un nom: le consensus de Washington, un ensemble de croyances politiques et économiques qui ont gagné du terrain au sein des élites comme auprès des occidentaux ordinaires après la fin de la guerre froide.

Le commerce mondial et l’intégration sociale étaient vus comme des jeux gagnant-gagnant à l’échelle mondiale, par l’obtention d’une prospérité croissante reposant sur la créativité partagée que libèrent les nouvelles libertés démocratiques.

De Davos à Downing Street en passant par Cannes, les élites persistent à voir les choses ainsi. Mais le “consensus” se délite dans l’Amérique profonde et dans nombre de quartiers et villes européens.

La croissance économique stagne. Sur le marché de l’emploi, les concurrents nés à l’étranger sont partout. Les riches sont plus riches que jamais. Les nouveaux arrivants ont une apparence différente, parlent des langues étranges et prient d’une manière qui semble impie voire dangereuse aux locaux.

Ils se posent donc la question, dans ces contrées: qui va les protéger?

Donald Trump, et d’autres du même acabit, apportent une réponse claire et rassurante: tout est de la faute des étrangers. Et ce pays, c’est votre pays, depuis toujours et pour toujours.

Si leurs programmes politiques (pour ce qu’ils valent) diffèrent, ces acteurs partagent certaines méthodes et caractéristiques: la soif de s’accaparer le pouvoir par la division, et non par le rassemblement. Un don pour les formules grossières mais efficaces. La revendication d’une sorte de statut d’"outsider", souvent soutenu par l’histoire familiale, la fortune voire les deux.

Du mépris pour les intellectuels et du dédain pour la presse et la liberté d’expression. Un autoritarisme qui trouve sa source dans leurs égos déchaînés. Et une certaine capacité à manier avec cynisme la nostalgie d’une époque plus simple - une époque qui n’a jamais vraiment existé en dehors de l’esprit de leurs partisans.

Le contenu de leurs messages peut quelque peu varier. Le sentiment anti-immigration est une constante à l’échelle mondiale, mais le reste est déterminé par les microclimats de l’économie, de la démographie et de l’histoire.


En ce moment le climat est à la crise sociale, à la crise identitaire, et à la crise des plus pauvres : de quoi favoriser la montée des discours populistes ; de quoi faire illusion un temps, de quoi nous amener un peu plus près vers le déclin.

Addendum pour ceux qui ne connaîtrait pas
http://www.andlil.com/theorie-du-consensus-de-washington-152902.html
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyLun 27 Juin 2016, 21:48

L’armure du candidat Trump se fissure-t-elle ? Pendant de longs mois, Donald Trump a semblé pouvoir enchaîner provocations et insultes sans la moindre conséquence sur sa courbe de sondages. Alors que l’élection générale approche et que les Américains s’intéressent de plus près à la campagne, cette tendance est peut-être révolue. Dans deux enquêtes d’opinion publiées dimanche, le candidat républicain accuse en effet un net retard sur Hillary Clinton. Il y a un mois encore, Donald Trump faisait jeu égal avec sa rivale démocrate. Mais entre-temps, le milliardaire a vivement mis en cause l’impartialité d’un juge en raison de ses origines mexicaines puis s’est vanté, quelques heures seulement après le drame d’Orlando, d’avoir prévu de telles attaques. Et cela l’a manifestement desservi.

Comme quoi l'excès d'arrogance n'est pas forcément la solution aux maux du moment.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyLun 27 Juin 2016, 21:49

alors que fait on des  10 000 réfugiés que l'on a récupéré entre jeudi et dimanche et qui pour l'instant sont en Italie.
Y a t il un politicien pour les héberger à la maison, les prendre en charge...
ça ce serait de la réponse concrète !

J'ai l'impression que l'on va les répartir... où ? dans quelle ville ? qui va financer leur entretien ? il faut les prendre en charge nos médecins, professeurs, avocats, intellectuels pendant quelques  années en attendant que la famille vienne les rejoindre...

Je laisse aux initiés le soins de répondre. Si on devenait un peu concret... mais ce serait du populisme.

Après les leçons à Cameron, leçon à Trump... j'espère qu'ils vont en tenir compte !

Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyLun 27 Juin 2016, 22:36

Les initiés ? Qui parmi les 440 000 000 dans les 27 pays de UE hors British donc qui sont un peu moins de 70 000 000.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyLun 27 Juin 2016, 22:39

Les initiés sont ceux qui savent pas les populistes qui ne devraient pas voter...

Ceux qui savent concrètement que faire des migrants... les Anglais eux ont tout compris : ils les laissent aux membres de l'UE... comme d'hab et ce n'est pas près de changer.

Au lieu de s'occuper de la politique anglaise il serait plus efficace de traiter le dossier migrants... sinon en 2017 si on ne supprime pas les élections... les populistes vont faire un tabac.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyLun 27 Juin 2016, 23:37

Ah d'accord! Moi qui croyais qu'ils étaient ailleurs.
Allez continuons à nous en foutre après tout.
http://www.capital.fr/bourse/actualites/le-brexit-frappera-de-plein-fouet-peugeot-et-renault-1141859

Et puisque la question se pose si le mot populisme ne s'emploie que sur ce forum, voyons cela de plus près :

« Donald Trump a insisté ces derniers jours sur les similitudes entre le vote en faveur du Brexit en Grande-Bretagne et sa propre ascension jusqu'à devenir le candidat probable du parti républicain à l'élection de novembre », rappelle le Boston Globe.

Et en effet, constate le Christian Science Monitor, les parallèles sont frappants : « Son populisme, son nationalisme, ses attaques contre la classe politique traditionnelle et enfin l'enthousiasme qu'il suscite au sein de la population. Et tout comme les bookmakers londonien prédisaient le jour du vote la victoire des anti-Brexit - et s'étaient trompés - on ferait bien de ne pas se fier aux instituts de sondages qui prédisent une victoire de Hillary Clinton en novembre ».

Autant prévenir, parfois cela suffit à guérir de vilains maux.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. EmptyMar 28 Juin 2016, 06:30

Nul doute que l'avis des Français et surtout les interventions sur ce forum vont modifier le résultat des élections anglaises et le commerce international. Alors "débattons" (dans le vide sur des évènement qui nous échappent) mais ne corrigeons pas ce qui dysfonctionne chez nous et en Europe car ce sont des particularisme chers à nos bobos gauchos... c'est plus simple et sans risque !

IL est certain que l'élection de Trump est la question centrale qui turlupine les chômistes français... ou ceux qui peu argentés grace aux initiatives démagogiques conjuguées de nos brillants politicards écolos et de gauche ne pourront plus utiliser leur vieille voiture à Paris dans 3 jours.

POur ce qu'il en est des ricains on s'est payé la tête de Regan qui n'a pas été le pire président des USA surtout en considérant l'époque troublée que le monde a vécu à ce moment. On a mis Kennedy sur un piédestal, entre sa vie privée, les magouilles pour arriver au pouvoir, la guerre évitée dans l'affaire de Cuba et le fait que c'est lui qui a lancé les USA dans la guerre du Vietnam...

Alors entre Trum qui ne me semble pas être ce qui se fait de mieux et Clinton l'arriviste qui doit rêver depuis ses 6 ans d'être la première femme présidente, dont les bourdes sont égales à sa suffisance, ce sont des questions métaphysiques qui m'indiffèrent d'autant que n'étant comme la plupart des gens sur ce forum pas électeur aux USA je suis non seulement pas concerné mais surtout que mon avis comme celui de millions d'autres est sans importance sur le résultat des élections US.

Me rendant souvent aux USA je constate aussi que l'obamamania est bien retombée, pourtant on avait fait du premier président noir l'espoir international (encore un premier quelque chose comme le premier blanc en dessous des 10 secondes au 100 m)... il s'est même retrouvé prix Nobel de la paix sans avoir rien fait ni que l'on sache pourquoi... lui non plus d'ailleurs.

Lorsque l'on aura passé en revue les politicards étrangers on reviendra en France tailler un short à sarko... c'est plus qu'une habitude, une tradition !
Dans les raisons à la con qui font que l'on peut élire un incompétent à la présidence ou a un poste important, je crois que nous n'avons de leçon à recevoir de personne, en 2012 nous avons fait fort ! et certains veulent remettre ça pour 5 ans en 2017. Rien ne sert de leçon !

Pour ce qui concerne les programmes creux ou stupides et les initiatives ridicules où il se plante tout seul comme un grand, là aussi nous avons un maitre.(CF la déchéance de nationalité exemple type de pourquoi faire simple alors qu'il est si agréable de compliquer les choses érigé en système)

Vu ce qui précède, je suis très réservé sur la compétence des électeurs de Hollande pour déterminer la qualité d'un candidat à une élection de haut niveau.
Les références du passé ne démontrent pas une vision très éclairée de la politique.

Parfois il serait judicieux de se taire... ou de tourner 7 fois autour du clavier avant de se lancer dans des débats aussi dérisoires que déplacés !

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty
MessageSujet: Re: Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.   Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Du pouvoir d’accréditer ou non un correspondant. Du débat politique librement consenti en général.
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» J'ai mon entrevue d'accréditation mercredi!
» Pourquoi les jeunes se détournent de la politique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne locale :: Tribune libre-
Sauter vers: