Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 tout va bien sauf à la cour des comptes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: tout va bien sauf à la cour des comptes.   Ven 01 Juil 2016, 17:55

La Cour des comptes craint un dérapage des dépenses publiques

Le Premier président de la Cour des comptes Didier Migaud doute une fois encore que le gouvernement parvienne à tenir ses objectifs budgétaires.
(AFP/Patrick Kovarik.)

François Hollande n'a pas manqué d'en plaisanter, assurant que le rôle de la Cour des comptes était de « douter ». Et pour cause. Dans son « rapport sur la trajectoire et les perspectives des finances publiques », rendu public mercredi après-midi, la Cour des comptes épingle les dépenses du gouvernement. Elle met aussi en garde l'exécutif sur un dérapage des finances publiques. En 2017, selon la Cour, l'objectif d'un déficit contenu à 2,7% du PIB, engagement pris en avril dans le « programme de stabilité » du ministère des Finances, sera difficilement tenable du fait des « cadeaux » faits à certaines catégories depuis depuis le début de l'année.

« L'atteinte de l'objectif 2017 (fixé par le gouvernement, Ndlr) est très incertaine et le respect de la trajectoire 2017-2019 des finances publiques peu réaliste », a affirmé mercredi le Premier président de la Cour des comptes, Didier Migaud, lors de la présentation à la presse de ce rapport sur la situation et les perspectives des Finances publiques. Le Brexit n'est pas en cause, « les annonces successives de nouvelles dépenses publiques, qui ne sont, en l'état de nos connaissances aujourd'hui, ni financées ni gagées par des économies pérennes, font peser un risque sur les finances publiques en 2016, mais plus encore sur les années suivantes », a-t-il insisté.

La Cour des comptes pointe en particulier la hausse de 2% de la masse salariale, qui représente un quart des dépenses de l’État, après l'annonce par le gouvernement du dégel du point de l'indice des fonctionnaires, de l'augmentation des profs, ainsi que la hausse programmée des dépenses militaires et les aides annoncées depuis le début de l'année pour les jeunes, les agriculteurs ou l'emploi.

Le gouvernement n'a plus de marge de maneouvre cette année

Ces 6 milliards de dépenses représentent 0,3% du PIB. « Tout semble se passer comme si le dynamisme espéré des recettes conduisait le gouvernement à étaler encore plus les efforts nécessaires au respect des objectifs de redressement des finances publiques », a regretté Migaud.

Depuis Bruxelles, où il assistait au sommet européen sur le Brexit, le président de la République a confirmé l'objectif des 2,7% en 2017 avec une formule... compliquée. « Si la croissance était ce que l'on pense pouvoir estimer aujourd'hui à 1,7% l'année prochaine, et si nous continuons nos efforts en matière de maîtrise de la dépense et si nous étions extrêmement vigilants sur l'exécution de notre budget, nous devrions atteindre ce résultat », a-t-il assuré. Plus clairement, le secrétaire d’État au Budget, Christian Eckert, a affirmé devant l'Assemblée nationale : « L'objectif de 2,7% fin 2017 est maintenu ».

Ces dernières semaines, Bercy et même le commissaire européen Pierre Moscovici ont répété à plusieurs reprises que la France devait « passer sous la barre des 3% en 2017 »

En juin 2015, la Cour se montrait déjà très sévère contre la politique du gouvernement, affirmant que «le déficit public pourrait se situer autour de l'objectif du programme de stabilité, de 3,8% du PIB en 2015, à condition que le pilotage des dépenses soit particulièrement strict». Le déficit public pour 2015 a été de 3,6% du PIB. Pour 2016, le juge de l'action de l’État s'attend aujourd'hui à ce que l'objectif de déficit à 3,3% du PIB soit tenu. Mais cette réduction « ne permettra toujours pas de faire diminuer le poids de la dette dans le PIB », prévient-elle. Sur les 18 milliards d'économies prévus l'an dernier, la Cour estime que ces dernières se sont élevées « plutôt à 12 milliards ».

Le gouvernement n'a en outre plus de marge de manœuvre cette année: le respect de l'objectif « ne laisse aucune place à des décisions nouvelles conduisant à des hausses de dépenses », souligne le rapport. Une position qui semble compliquer le geste fiscal de 2 milliards d'euros à destination des classes moyennes que François Hollande évoque ce jeudi matin.
 
Pour savoir qui est Didier MIGAUD : https://fr.wikipedia.org/wiki/Didier_Migaud
CV qui n'est pas particulièrement celui d'un homme de droite... écrivant dans Valeurs Actuelles
Revenir en haut Aller en bas
 
tout va bien sauf à la cour des comptes.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Les faits de société. Débats. Sondages.-
Sauter vers: