Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 "Vivre ensemble" à la piscine et interdire le burkini sur les plages

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
a.nonymous



Messages : 12177
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: "Vivre ensemble" à la piscine et interdire le burkini sur les plages   Jeu 21 Juil 2016, 17:05

Rappel du premier message :

L'histoire commence Mardi....

http://www.leparisien.fr/creteil-94000/creteil-apres-midi-de-tensions-a-la-piscine-a-vagues-19-07-2016-5980179.php#http://s1.lprs1.fr/images/2016/07/19/5980179_ebc46f46-4ddc-11e6-9106-ce0b9b596f03-1.jpg a écrit:
Créteil : la piscine à vagues débordée par l’affluence

Rébecca Khananié|19 juillet 2016, 21h04 | MAJ : 19 juillet 2016, 21h20


Piscine à vagues de Créteil, ce mardi . Les agents de sécurité ont été débordés par l’affluence. (LP/R.K.)

C’était un cauchemar », se plaint Nadia, une mère de famille. « Je suis traumatisée », glisse-t-elle un peu moins fort, pour épargner ses deux enfants. Ce mardi de forte chaleur, Nadia décide, comme des milliers d’autres, de se rendre à la piscine à vagues de Créteil. « On est arrivé à 12 heures, il faisait très chaud, raconte-t-elle, au départ la file d’attente était disciplinée, elle s’étendait bien sur 100 m. Des centaines de jeunes sont arrivées par les côtés. Ils ont poussé pour rentrer. J’étais comprimée contre les grilles pendant vingt minutes, j’ai fait un malaise. Mon fils de 5 ans était soutenu par un homme de l’autre côté de la barrière, pour ne pas qu’il s’étouffe. »

Hamza aussi s’est fait bousculer. « Le problème, c’est qu’il n’y avait pas de barrière », déplore le jeune homme, s’étant résigné à attendre sur les pelouses. « Des gens grimpaient de partout, jetaient leurs sacs par la palissade, et rentraient par les côtés », renchérit Sarah, sa voisine. A 14 heures, la situation devient incontrôlable. Une vingtaine de policiers est appelée en renfort par la sécurité de la piscine, débordée. Sous les cris d’impatience de vacanciers en maillot de bain, ils réussissent à réguler le flux des entrées.



Quatre interpellations

Mais pas à calmer les esprits échauffés par les 35° de cette journée caniculaire. A 18 heures, la piscine, ayant atteint sa capacité d’accueil maximale de 1 800 places, ferme ses portes. Dans le hall d’entrée, pendant qu’une femme s’emporte : « C’est un scandale, les petits ne peuvent pas se baigner ! », trois détonations retentissent. « Vous entendez, on n’est pas en sécurité ici ! » Une foule fiévreuse court dans un sens, puis dans l’autre, avant que la sécurité n’évacue les jeunes fauteurs de trouble. Une seconde fois, la police se rend aux abords de la piscine. Elle procède à l’interpellation de quatre individus, soupçonnés d’avoir utilisé un pistolet à blanc.

A l’intérieur, l’ambiance reste agitée. « On entend rien, ils arrêtent pas de crier », témoigne une fillette de 6 ans, qui se plaint d’avoir été intimidée par des « garçons de deux mètres ». Dans le grand bassin, entre deux clapping, des jeunes scandent des chants de stade, adaptés à la situation : « On sort pas, on sort pas ! », « Venez nous chercher, venez nous chercher ! », variant parfois de registre : « On s’en bat les c…, on s’en bat les c… ! » L’un des agents de sécurité est poussé à l’eau, et hué.

« C’est vraiment dommage, les trois premiers jours de la semaine s’étaient très bien passés, confie un employé. Là c’est une bande d’indisciplinés qui gâchent tout, et après on dit que c’est de notre faute… » Justement, un père de famille sort de la piscine, fulminant : « C’est une honte ! Allez expliquer aux gosses pourquoi il y a la police à la piscine… S’ils n’arrivent pas à assurer la sécurité, autant la fermer ! » Sollicitée sur ces incidents, la direction de la piscine, qui dépend de la région Ile-de-France, n’a pas souhaité s’exprimer.

 leparisien.fr
Source: http://www.leparisien.fr/creteil-94000/creteil-apres-midi-de-tensions-a-la-piscine-a-vagues-19-07-2016-5980179.php#http://s1.lprs1.fr/images/2016/07/19/5980179_ebc46f46-4ddc-11e6-9106-ce0b9b596f03-1.jpg


Dernière édition par a.nonymous le Mer 17 Aoû 2016, 12:00, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
tonton christobal



Messages : 13860
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: "Vivre ensemble" à la piscine et interdire le burkini sur les plages   Mar 23 Aoû 2016, 17:29

Mieux qu'un débat sans fin !




Un constat s'impose : les civilisations n'évoluent pas en même temps ni dans le même sens !

Dommage que ce soit les plus rétrogrades qui tendent avec la complicité ou la bienveillante passivité de nos concitoyens à s'imposer à nous.

La démagogie et le clientélisme sont les portes ouvertes aux pires excès à venir.


Dernière édition par tonton christobal le Sam 27 Aoû 2016, 06:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14229
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: "Vivre ensemble" à la piscine et interdire le burkini sur les plages   Sam 27 Aoû 2016, 02:17

Le conseil d'Etat un organisme bourré de soutiens aux obscurantistes?
http://m.leparisien.fr/actus/burkini
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3442
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: "Vivre ensemble" à la piscine et interdire le burkini sur les plages   Sam 27 Aoû 2016, 02:55

Libellule a écrit:
Le conseil d'Etat un organisme bourré de soutiens aux obscurantistes?
http://m.leparisien.fr/actus/burkini

C'est vous qui le dites

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14229
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: "Vivre ensemble" à la piscine et interdire le burkini sur les plages   Sam 27 Aoû 2016, 03:07

Non, je pose une question. Mon point de vue est connu.  Je ne suis pas favorable à ce que les mots de burkini et terrorisme aient été associés, mais je suis pour que les femmes ne subissent aucun patriarcat quelle qu'en soit la nature. Les femmes doivent restées libres de s'habiller comme elles veulent. Mais pas être soumises à s'habiller selon le bon vouloir de mâles voulant dominer le cercle familial. Voir pages précédentes.

On peut donc se concentrer sur la lecture de la décision.

#####

Le maire de Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes) avait interdit le port de tenues regardées comme manifestant de manière ostensible une appartenance religieuse lors de la baignade et sur les plages. Des associations et des particuliers demandaient la suspension de cette interdiction.

Le juge des référés du Conseil d’État rappelle, conformément à une jurisprudence constante depuis plus d’un siècle, qu’il appartient au  maire de concilier l’accomplissement de sa mission de maintien de l’ordre dans la commune avec le respect des libertés garanties par les lois. Les mesures de police que le maire d’une commune du littoral édicte en vue de réglementer l’accès à la plage et la pratique de la baignade doivent donc être adaptées, nécessaires et proportionnées au regard des seules nécessités de l’ordre public. Il n’appartient pas au maire de se fonder sur d’autres considérations.

A Villeneuve-Loubet, aucun élément ne permet de retenir que des risques de trouble à l’ordre public aient résulté de la tenue adoptée en vue de la baignade par certaines personnes. En l’absence de tels risques, le maire ne pouvait prendre une mesure interdisant l’accès à la plage et la baignade.
Le juges des référés du Conseil d’État suspend donc cette mesure d’interdiction.

Les faits et la procédure

Le 5 août 2016, le maire de Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes) a pris un nouvel arrêté en vue de règlementer l’usage des plages concédées à la commune par l’État. Cet arrêté comporte un nouvel article 4.3 dont l’objet est d’interdire le port de tenues qui sont regardées comme manifestant de manière ostensible une appartenance religieuse lors de la baignade et, en conséquence, sur les plages qui donnent accès à celle-ci.

La Ligue des droits de l’homme (LDH) et deux particuliers, d’une part, l’Association de défense des droits de l’homme-Collectif contre l’islamophobie en France, d’autre part, avaient formé un référé-liberté pour demander au juge des référés du tribunal administratif de Nice de suspendre cet article 4.3. Cette procédure du référé liberté, prévue par l’article L. 521-2 du code de justice administrative, permet au juge administratif d’ordonner, dans un délai de quarante-huit heures, toutes les mesures nécessaires à la sauvegarde d'une liberté fondamentale à laquelle une autorité administrative aurait porté une atteinte grave et manifestement illégale. Pour obtenir satisfaction, le requérant doit justifier d’une situation d’urgence particulière, justifiant que le juge se prononce dans de brefs délais.

Par une ordonnance du 22 août 2016, le tribunal administratif de Nice, statuant en formation collégiale de trois juges des référés, a rejeté les deux requêtes. Les requérants ont alors fait appel devant le juge des référés du Conseil d’État.

Après avoir tenu une audience publique le 25 août 2016, le juge des référés du Conseil d’État, statuant également en formation collégiale de trois juges,  a rendu aujourd’hui son  ordonnance.

La décision du Conseil d’État

Dans l’ordonnance qu’il a rendue aujourd’hui, le juge des référés du Conseil d’État commence par préciser le cadre juridique. Il rappelle que le maire est chargé de la police municipale. Mais il souligne, conformément à une jurisprudence constante depuis plus d’un siècle, que le maire doit concilier l’accomplissement de sa mission de maintien de l’ordre dans la commune avec le respect des libertés garanties par les lois. Les mesures de police que le maire d’une commune du littoral édicte en vue de réglementer l’accès à la plage et la pratique de la baignade doivent donc être adaptées, nécessaires et proportionnées au regard des seules nécessités de l’ordre public, telles qu’elles découlent des circonstances de temps et de lieu, et compte tenu des exigences qu’impliquent le bon accès au rivage, la sécurité de la baignade ainsi que l’hygiène et la décence sur la plage. Il n’appartient pas au maire de se fonder sur d’autres considérations et les restrictions qu’il apporte aux libertés doivent être justifiées par des risques avérés d’atteinte à l’ordre public.

Examinant ensuite l’arrêté contesté, le juge des référés du Conseil d’État relève  qu’aucun élément produit devant lui ne permet de retenir que des risques de trouble à l’ordre public aient résulté, sur les plages de la commune de Villeneuve-Loubet, de la tenue adoptée en vue de la baignade par certaines personnes. En l’absence de tels risques, l’émotion et les inquiétudes résultant des attentats terroristes, notamment de celui commis à Nice le 14 juillet dernier, ne sauraient suffire à justifier légalement la mesure d’interdiction contestée. Le juge des référés en déduit que, dans ces conditions, le maire ne pouvait, sans excéder ses pouvoirs de police, édicter des dispositions qui interdisent l’accès à la plage et la baignade alors qu’elles ne reposent ni sur des risques avérés de troubles à l’ordre public ni, par ailleurs, sur des motifs d’hygiène ou de décence.

Le juge des référés du Conseil d’État conclut donc que l’article 4.3 de l’arrêté contesté a porté une atteinte grave et manifestement illégale aux libertés fondamentales que sont la liberté d’aller et venir, la liberté de conscience et la liberté personnelle. La situation d’urgence étant par ailleurs caractérisée, il annule l’ordonnance du juge des référés du tribunal administratif de Nice et ordonne la suspension de cet article.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12177
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: "Vivre ensemble" à la piscine et interdire le burkini sur les plages   Mar 30 Aoû 2016, 08:53

Avec la canicule la piscine écolo de Montreuil a refait parler d'elle...


"La piscine des Murs à Pêche n’ouvre que l’après-midi, de 14 heures à 20 heures, et doit fermer le vendredi, filtrage de son eau oblige."


http://www.leparisien.fr/montreuil-93100/montreuil-la-piscine-ecolo-ne-peut-pas-accueillir-tous-les-baigneurs-24-08-2016-6066187.php a écrit:
Montreuil : la piscine écolo ne peut pas accueillir tous les baigneurs

Montreuil|Marie-Pierre Bologna|24 août 2016, 18h00

Six cent soixante quinze visiteurs par jour et pas un de plus. C’est le quota arrêté d’usagers quotidien de la piscine écolo de Montreuil, pour permettre le nettoyage de son eau qui n’utilise pas de chlore. De coup, l’équipement public géré par Est ensemble, qui a ouvert au public ses bassins extérieurs en juillet, non loin des barres HLM du quartier des Ruffins et des campements des gens du voyages, fait forcément des déçus. « Si on veut pouvoir être accepté à l’intérieur, il faudrait arriver à 13 heures si je comprends bien ! », maugrée un Montreuillois refoulé à l’entrée de ce très beau centre nautique, en début d’après-midi ce mercredi. Il repart mécontent.

La piscine des Murs à Pêche n’ouvre que l’après-midi, de 14 heures à 20 heures, et doit fermer le vendredi, filtrage de son eau oblige. Elle a connu des débuts cahotiques, avec plusieurs jour de fermeture cet été en raison de la mauvaise qualité de l’eau.



675 nageurs par jour maximum

En ce jour de grosse chaleur, peu après 14 heures, de nombreuses personnes interdites d’entrée gardent espoir, sous le soleil éclatant. « Si quelqu’un sort, je pourrai rentrer à sa place», tente une jeune femme plantée devant l’entrée de la piscine. D’autres refoulés attendent à l’ombre du bâtiment avec le même espoir vain. « Ce n’est pas possible. Les machines qui filtrent l’eau sont programmées pour 675 nageurs uniques maximum », explique avec calme, pour la énième fois, l’un des médiateurs qui gardent l’entrée.

Et à chaque sortie des bassins et avant d’entrer à nouveau dans l’eau, les baigneurs doivent avoir pris une douche et se laver avec un gel douche distribué à l’entrée. « C’est bien compliqué tout cela. Mais ce n’est pas non plus très grave. iIl y a d’autres piscines dans la ville », se montre philosophe un autre malchanceux en repartant pour le stade nautique du centre-ville.

Pas question pour l’heure à Est ensemble de changer de système. « La piscine a été fermée chaque fois que cela a été nécessaire et le à nouveau si besoin pour que l’hygiène soit respectée. Nous ferons le point en fin de saison pour voir quelles autres solutions apporter. Pour le moment, il n’est pas envisagé d’employer du chlore », indique-t-on à Est ensemble.
leparisien.fr
Source: http://www.leparisien.fr/montreuil-93100/montreuil-la-piscine-ecolo-ne-peut-pas-accueillir-tous-les-baigneurs-24-08-2016-6066187.php
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13860
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: "Vivre ensemble" à la piscine et interdire le burkini sur les plages   Mar 30 Aoû 2016, 17:09

La belle usine à gaz écolo dont le coût a été bien supérieur à une installation classique se révèle avec le temps d'un emploi moins intéressant... pour les usagers.
Si maintenant il faut s'occuper des usagers plus rien ne fonctionnera dans le monde merveilleux des écolos.

Les écolos ont une fois encore démontré l'inadéquation de leurs idées avec notre société.

On pourrait en instaurant quelques nouvelles taxes multiplier les piscines de ce genre pour satisfaire la demande... YAKA, taxe, impôt... tout est dit !

Il serait intéressant devant le succès de la brillante opération de demander aux usagers locaux s'ils ne préféreraient pas une piscine classique répondant mieux à leurs souhaits... Mais dans le monde écolo il est inutile de s'occuper de l'avis de la "populace".
Lorsque l'on est écolo on sait ce qui est bon...
Laissons faire ces utopistes peu soucieux des réalités, détachés des contingences économiques et matérielles, lorsqu'ils gouverneront le monde on organisera la gestion de la pénurie.
Tout comme pour la piscine on organise en le restreignant le nombre des heureux bénéficiaires.

Le fin du fin serait de disposer de la piscine sans l'utiliser de manière à pouvoir la montrer en exemple lors des visites des collègues écolos... en oubliant toutefois de préciser qu'on ne s'y baigne pas afin de la conserver en bon état de marche pour justifier une idéologie à la dérive.

A l'image des villages du même nom il y aurait la piscine Potemkine.
A Montreuil évoquer l'époque impériale russe c'est osé !
https://fr.wikipedia.org/wiki/Village_Potemkine


Dernière édition par tonton christobal le Dim 28 Mai 2017, 16:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12177
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: "Vivre ensemble" à la piscine et interdire le burkini sur les plages   Dim 28 Mai 2017, 14:29

Face à l'escalade de la violence, ne faudrait-il pas songer à équiper les vigiles des espaces de loisirs de gilets pare-balles et d'armes automatiques pour que ceux-ci soient à même de se protéger ?

On pourrait aussi positionner des auto-mitrailleuses à l'entrée....


http://www.leparisien.fr a écrit:
Seine-et-Marne : déferlement de violences à l’île de loisirs de Vaires-Torcy
Guénaèle Calant|27 mai 2017, 19h09 | MAJ : 27 mai 2017, 20h47

Plusieurs plaintes devaient être déposées ce lundi après la violente agression dont ont été victimes les vigiles de l’île de loisirs vendredi soir par une vingtaine d’individus armés.

Barres à mine, bâtons cloutés, battes de base-ball, bombes lacrymogènes, il y avait même deux armes de poing… C’est une agression d’une inexplicable violence dont dix agents de sécurité de l’île de loisirs de Vaires-Torcy en Seine-et-Marne ont été victimes, ce vendredi en fin de journée, vers 19 heures. La raison ? Le refus de certains de s’acquitter du droit d’entrée de 5 €.

La scène a eu lieu sous les yeux de nombreuses familles qui n’avaient pas encore quitté les lieux. Une vingtaine de jeunes hommes, dont quelques-uns étaient cagoulés ou casqués, se sont déchaînés sur les agents seulement équipés de… talkie-walkies. « L’un de nos collègues a été frappé par quatre personnes en même temps. Il a perdu connaissance, il saignait à l’oreille », raconte l’un d’eux, blessé sur le haut du crâne. Ce père de famille a vingt ans de métier, il a l’habitude des altercations. Mais il n’avait jamais subi une telle agression, dans un lieu où parents et enfants viennent se détendre, s’amuser et profiter du plan d’eau.

A ses côtés, le responsable de la sécurité du site, gérant de la société Dita Sécurité privée, raconte d’une voix très calme l’enchaînement d’incidents qui a mené à l’agression : « Un jeune homme est venu pendant la semaine et a mal parlé à la personne de l’accueil. Je suis venu temporiser ». Mais les choses n’en sont pas restées là. Vendredi, les agents de sécurité ont dû intervenir deux fois sur des intrusions frauduleuses : à chaque fois, ce même jeune était présent. Très énervé, il a menacé de revenir. Ce qu’il a fait vers 19 heures, en se postant, bravache, en haut de la butte de terre herbeuse surplombant la base. Les agents de sécurité, alertés, sont arrivés en bas et une vingtaine d’assaillants ont alors surgi de derrière la colline, dévalant la pente dans leur direction, avant de les gazer et de les passer à tabac. Les victimes, passées par les urgences, ont été blessées à la tête, au visage, aux jambes ou encore dans le dos.
---/---
Source: http://www.leparisien.fr/torcy-77200/deferlement-de-violences-a-l-ile-de-loisirs-de-vaires-torcy-27-05-2017-6989478.php
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12177
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: "Vivre ensemble" à la piscine et interdire le burkini sur les plages   Ven 21 Juil 2017, 07:52

Il semble que d'année en année, les incidents dans les piscines se multiplient...


http://www.leparisien.fr a écrit:
Val-de-Marne : les maîtres-nageurs ont cessé le travail à cause des incivilités
Villejuif|Marie-Charlotte Dutheil|20 juillet 2017, 20h08 | MAJ : 20 juillet 2017, 20h31

Le stade nautique Youri-Gargarine de Villejuif est fermé depuis mercredi. Suite à des incidents récurrents, les personnels de l’équipement ont en effet usé de leur droit de retrait.

D’abord mécontentes, elles finissent par se montrer compatissantes. La fermeture du stade nautique Youri-Gargarine de Villejuif, due à l’exercice de leur droit de retrait par les maîtres-nageurs suite à des incivilités répétées, contrarie dans un premier temps Pauline et Maryse.

« Cela fait deux jours de suite que je tente de venir nager après le travail, explique la première. Je ne pars pas en vacances, et cette activité représente pour moi une occasion de me détendre. »

« C’est inadmissible, s’emporte la troisième. Les jeunes d’ici ne sont pas plus méchants qu’ailleurs. A 70 ans, je suis capable de m’en occuper. »



Désireux d’expliquer aux trois femmes les motifs de leur décision, les maîtres-nageurs viennent à leur rencontre, et les rallient bientôt à leur cause.

« Il y a quelques jours, l’un d’entre nous a été jeté à l’eau par un groupe de jeunes, bousculant au passage un enfant, raconte l’un d’eux. Il s’est cogné contre le rebord de la piscine, et s’est fait mal au coude, ce qui a entraîné une incapacité totale de travail de cinq jours. »

« Nous réclamons davantage d’agents pour notre sécurité, mais aussi pour la vôtre, s’agace l’un de ses collègues. Moi, je suis maître-nageur. Vous croyez que mon salaire de 1 600 € comprend le fait d’assurer la sécurité et de me faire casser la gueule à la sortie ? »

Les salariés du stade nautique préviennent : ils ne reprendront le travail que si le nombre d’agents de sécurité est porté à sept, contre quatre actuellement, et si un maître-chien vient renforcer leurs effectifs.

Pour Jean-Marie Vilain, vice-président du territoire Grand-Orly Seine Bièvre en charge des équipements sportifs, le recours du personnel au droit de retrait est légitime. « S’ils ne peuvent pas travailler dans des conditions normales, ils ne pourront pas assurer la sécurité des usagers, analyse-t-il. C’est une problématique qu’il nous faut revoir, de manière à assurer la tranquillité de tous, tout en rouvrant le plus vite possible. »

Une réunion impliquant la direction de la piscine et des représentants du territoire, de la municipalité et de la police se tiendra ce vendredi matin. « Il s’agira d’établir un état des lieux de la situation, conclut Jean-Marie Vilain. Je ne pense pas que la piscine rouvre le jour même. »
Source: http://www.leparisien.fr/villejuif-94800/villejuif-les-maitres-nageurs-ont-cesse-le-travail-a-cause-des-incivilites-20-07-2017-7147215.php
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13860
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: "Vivre ensemble" à la piscine et interdire le burkini sur les plages   Ven 21 Juil 2017, 18:28

Depuis des années la situation se dégrade... maintenant on ne peut plus cacher les faits qui sont récurrents et de plus en plus pénalisants.

Pas grave on va vous vendre deux kilos de "vivre ensemble" et deux litres de "politique de la ville" avec distribution de prébendes aux loubards qui tiennent le quartier.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14229
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: "Vivre ensemble" à la piscine et interdire le burkini sur les plages   Ven 21 Juil 2017, 20:43

Et sinon?
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13860
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: "Vivre ensemble" à la piscine et interdire le burkini sur les plages   Ven 21 Juil 2017, 23:24

sinon rien ! comme d'habitude des gesticulations une distribution de fric pour calmer le jeu et rien de concret...
Revenir en haut Aller en bas
 
"Vivre ensemble" à la piscine et interdire le burkini sur les plages
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» "Vivre ensemble" à la piscine et interdire le burkini sur les plages
» Chantal Pary - Pour vivre ensemble - Parole en bas par gigi
» travailler sur le Vivre Ensemble en EHPAD
» Séparation des octodons suite à une bagarre qui allait mal finir...
» le "vivre ensemble" en question...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Les faits de société. Débats. Sondages.-
Sauter vers: