Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Un big-bang politique s'impose de toute urgence - Lettre à François Hollande

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tonton christobal

avatar

Messages : 13568
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Un big-bang politique s'impose de toute urgence - Lettre à François Hollande    Mer 03 Aoû 2016, 08:16

J'ai adressé un courrier à François Hollande, Président de la République, hier matin, mardi 26 juillet. Hasard de l'actualité. Un nouvel attentat barbare de l'État islamique était en train d'avoir lieu à Saint-Etienne-du-Rouvray, ciblant une église. Le prêtre a été égorgé.

J'ai entendu les propos du Président de la République, François Hollande, hier au soir, prôner l'union nationale. J'ose espérer qu'on ne tournera pas autour du pot. Je ne voudrais pas que l'on se retranche derrière l'État de droit car, rien ne nous empêche, d'avoir des ripostes plus fortes et plus fermes. C'est le sens du courrier que je lui ai adressé.

Un big-bang politique s'impose de toute urgence. C'est aussi ce qu'attendent impatiemment les Français devant cette menace omniprésente dans la vie quotidienne.

Monsieur le Président de la République, Cher François,

J’ai écouté attentivement vos interventions lors du soutien que vous avez exprimé en direction des familles des victimes de l’attentat de Nice et plus largement au peuple niçois. C’est en ma qualité de communiste et républicain que je me permets de réagir car je considère que l’heure est grave.

Dans votre discours, vous avez appelé la France « à faire bloc », en leur assurant que « l'exécutif ne céderait pas face à une guerre que le terrorisme nous livre ».

Cet appel ne sera entendu que si vous affichez votre détermination et votre fermeté pour lutter contre le terrorisme. Les Français veulent avoir la certitude que le gouvernement met tout en œuvre pour les protéger. Jusqu’à ce jour, le peuple a fait preuve d’une infinie patience, d’un remarquable sang-froid face à la barbarie et aux violences quotidiennes qui traversent notre pays. Mais jusqu’à quand cette patience va-t-elle durer ?
Notre démocratie est en danger. Le délitement de la société que l’on a tous constaté, contient des germes de guerre civile. Il ne faut pas non plus exclure un séisme d’une ampleur inconnue que la crise politique et sociale peut provoquer.

Un big-bang politique s’impose de toute urgence. C’est une initiative inédite qui vous appartient et dont vous pouvez avoir l’autorité. Elle doit être solide et durable sur cinq ans sur la question du terrorisme, avec la mise en commun d’un diagnostic partagé et l’apport de réponses politiques prépondérantes. Vous avez d’ailleurs franchi un premier pas lorsque vous avez remercié la gauche comme la droite d’avoir voté le prolongement de l’état d’urgence. Notre pays vit une terrible épreuve. C’est peut-être l’occasion pour vous, Président de la République, de réunir, sans a priori, toutes les forces politiques républicaines. Un geste fort qui permettrait de créer une réelle dynamique. Car un diagnostic vital de la situation de notre pays est obligatoire.

Gauche comme droite doivent nécessairement changer leur logiciel et sortir de leur condition partisane tellement surannée et rejetée par la majorité des électeurs. Il ne faut pas que se reproduise le spectacle minable qu’une partie de la droite nous a servi au lendemain de l’attaque terroriste de Nice, tellement obnubilée par les élections de 2017. Le Parti socialiste avait eu des agissements analogues lors des attentats de Montauban et de Toulouse en 2012.

Les Français, durement éprouvés, en ont plus qu’assez de la vie politique telle qu’elle fonctionne dans notre pays. Le moment est donc venu d’ébranler nos certitudes, nos dérisoires et ridicules querelles politiciennes.

Nous le savons, l’ennemi est immergé au sein de la population et dans nos villes. Le terreau sur lequel les terroristes islamistes nourrissent leur violence est lié aux trafics de drogue, d’armes et à la misère endémique.

Je l’affirme haut et fort : Oui la France est gangrenée par l’islamisme. Depuis les années 1990, nous savons où se loge la radicalisation qui s’est développée et n’a cessé de se renforcer. C’est dans les banlieues que les idéologies islamistes et salafistes se sont implantées. Cette période a connu l’arrivée en masse, d’anciens islamistes algériens du Front islamiste de salut, mais également celle du Groupe islamiste armé (GIA), époque où ils ont quitté l’Algérie en pleine guerre civile (Nice et ses environs sont apparus comme des destinations géographiques évidentes). Personne dans le Rhône, n’a oublié Khaled Kelkal, membre du GIA, impliqué dans plusieurs attentats meurtriers au cours de l’été 1995 dont celui du métro Saint-Michel – huit morts et 117 blessés.

A partir de cette période, une véritable idéologie de rupture et de haine de la France s’est développée, pourrissant la tête de nos gamins et la vie de nos quartiers. Elle s’est insinuée tel un virus idéologique, communautariste, antisémite, complotiste, anti France et anti-blanc, diffusant en continu sa haine de la France. En 2004, j’ai fait expulser de France, l’imam Bouziane de Vénissieux, l’un des responsables salafistes au plan national. Rappelons-nous les trois semaines d’émeute en novembre 2005, sous influence des islamistes. Leur cible prioritaire : brûler des voitures et frapper les symboles de la République. 800 communes touchées. Des milliers de voitures incendiées et des centaines de symboles de la République visés.

Reconnaissons-le honnêtement : Oui, il y a des territoires perdus de la République.

Quand les ghettos sociaux deviennent des ghettos ethniques, le constat est clair : le quartier n’est plus black, blanc beur, c’est le communautarisme qui prédomine et la loi de la charia qui devient la norme dans l’espace public. Certes avec effroi, nous observons que ceux qui applaudissent les crimes et la barbarie à Charlie Hebdo, l’hyper casher et Nice, ont pour héros Kelkal ou Mérah.

Certains de nos adolescents ne se considèrent pas comme étant français. Ils sont d’abord et avant tout musulmans. Ils l’affirment avec arrogance et nous distillent les discours préformatés et victimaires qui leur ont été inoculés. Ce sont les mêmes qui contestent violemment les cours d’histoire, de biologie ou de sciences naturelles. Dans de nombreux territoires de notre pays, sévissent enfermement et endoctrinement qui révèlent la dimension prégnante de l’islam politique. Cette emprise idéologique, culturelle et spirituelle est une entrave à l’intégration républicaine. Elle est toujours sous-estimée, voire ignorée et pèse lourdement sur la communauté musulmane.

C’est cette chape de plomb idéologique qu’il faut faire sauter car elle nourrit l’amalgame. Avec l’islam instrumentalisé, sont mises en avant des revendications ethno-religieuses portées par des jeunes radicalisés, en voie de délinquance, qui deviennent la proie des salafistes.

Monsieur le Président, nous ne pouvons plus tourner autour du pot quoi qu’il en coûte à notre confort personnel, intellectuel et politique avant que la société n’explose. Renforçons les mesures sécuritaires et militaires. Faisons-le sans état d’âme.

Sortons de l’emprise de ceux qui opposent sécurité et liberté et de cet angélisme culpabilisant. Refusons sans ambages les postures désarmantes encore vivaces à gauche, relayées par des médias et des intellectuels, au nom de la culture de la tolérance et du doute, et condamnons les discours gauchistes anti-flics et anti-Etat qui écœurent les classes populaires, dégoûtées par ce catéchisme moral et anti raciste.

Là-aussi, monsieur le Président de la République, le gouvernement ne doit pas transiger. Je pense que nous devons nous diriger vers une concorde nationale.

Droite et gauche doivent s’unir face à cet impératif : assumer le diagnostic commun en définissant l’ennemi intérieur. C’est la seule manière de lutter contre la barbarie de l’idéologie islamiste. C’est ce qu’attend le peuple de France. De l’audace, du courage politique et de la fermeté.
J’ai quelques propositions à vous soumettre :

•Dans l’immédiat, le retour renforcé de l’autorité régalienne de l’Etat et la remise en cause du laxisme pénal. La hausse massive des budgets régaliens et de sécurité est prioritaire dès maintenant. Nous devons apprendre à vivre avec le risque terroriste pour renforcer la cohésion nationale.
•Lorsque j’étais député, j’avais déposé le 11 mai 2005, la proposition de loi n° 2316 relative à la création d’un service civique national obligatoire, mixte, dès l’âge de 16 ans. C’est peut-être une idée à reprendre afin de renouer avec l’esprit du service militaire de conscription, en finir avec les cloisonnements et la ghettoïsation, recréer la cohésion autour de la Nation et faire revivre l’esprit patriotique.
•La loi contre le port du voile intégral doit être appliquée. Il ne faut plus tergiverser sur ce sujet. Cela nécessite de véritables moyens dans les commissariats de police concernés mais aussi, d’impliquer directement les responsables du culte musulman dans leur coresponsabilité vis-à-vis de la loi républicaine.
•Mettre hors d’état de nuire les terroristes potentiels, revoir la question des frontières nationales. Elles sont à réhabiliter en terme de protection. Par ailleurs, il y a obligation de retrouver la maîtrise des flux migratoires.
J’ai la conviction qu’il nous faut franchir une étape sans précédent pour rétablir l’ordre républicain et redonner à l’État, son autorité et sa légitimité. Voyons ce qui se passe depuis le 14 juillet, voitures brûlées, caillassage, guet-apens, et ces jours-ci dans l’Oise, à Beaumont-sur-Oise et dans les environs. Pour moi il n’y a pas de hasard, tout se tient.

Cette réalité enkystée dans la société depuis plusieurs décennies, entretient ce que j’ai coutume d’appeler une gangrène où tous les oiseaux de malheur, trafiquants et salafistes en profitent pour pourrir la vie et la République. Il faut en finir avec cette banalisation et appliquer la tolérance zéro. Cela va des incivilités, aux actes criminels, en passant par le non-respect de la loi, dans tous les lieux et pour tous les domaines.

Voilà, monsieur le Président de la République, cher François, ce que je souhaitais vous exprimer suite à votre appel.

Dites aux Français que vous avez confiance en eux, comme chef de guerre contre le terrorisme islamiste.

Dites à nos concitoyens musulmans qu’ils doivent se mobiliser autour d’un islam spirituel compatible avec la République et contre ceux qui instrumentalisent leur foi, en dénonçant les intégristes, les idéologies salafistes et les frères musulmans.

Affirmez votre détermination et votre fermeté. C’est un appel à la mobilisation de tous, de tous les instants afin de créer un grand mouvement populaire et citoyen pour un sursaut républicain et un réveil civique.

Car nous avons tous mal à la France.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, Cher François, l’expression de ma haute considération.

André GERIN

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

ça change des leçons de morale, du catéchisme bafouilleur et des prises de positions ramollo...
On parle clair et on est direct...
Il est donc possible d'être de gauche et d'être cohérent, sincère et désintéressé... mais dans ce cas on n'est pas au gouvernement !


http://andregerin.blogspot.fr/2016/07/un-big-bang-politique-simpose-de-toute.html#comment-form


Dernière édition par tonton christobal le Mer 03 Aoû 2016, 16:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 687
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Un big-bang politique s'impose de toute urgence - Lettre à François Hollande    Mer 03 Aoû 2016, 08:53

Il est vraiement bien André Guérin,
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13568
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Un big-bang politique s'impose de toute urgence - Lettre à François Hollande    Mer 03 Aoû 2016, 16:59

Lorsque des gens aussi divers comme un ancien député communiste André GUERIN ex maire d'une ville dite "sensible", un député de droite ex magistrat en charge du terrorisme, des hommes politiques d'origines diverses, des policiers... se retrouvent autour des mêmes constats et préconisent les mêmes solutions... on devrait en haut lieu s'inquiéter.
Nos politicards immobilistes à courte vue ne pensent qu'à la prochaine élection et craignent les  contrariétés qui pourraient découler dans leur clientèle d'une nouvelle orientation de l'action gouvernementale...
En agissant ainsi ils ne protègent pas ceux qui en ont besoin et les laissent à la merci de leurs ennemis. Etant abandonnés comment ne pas basculer vers ceux qui sont les plus forts ?

La continuation de l'actuelle politique est un encouragement pour les ennemis de notre pays...

Puisque l'on nous cite le pape : ce serait amusant si la situation n'était pas dramatique...
Comparer des assassinats de masse motivés par une doctrine politico religieuse, commandités par une autorité avec un litige familial qui fini mal entre conjoint... celle là il fallait la sortir.

Nombre de catholiques de mon environnement sont pour le moins surpris... le pape est sans doute infaillible en matière de dogme mais au plan de la politique et du droit pénal il reste beaucoup à faire...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14036
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Un big-bang politique s'impose de toute urgence - Lettre à François Hollande    Mer 03 Aoû 2016, 17:16

Gérin d'un côté, Chevènement de l'autre et/ou l'un vers l'autre. Bien vu Thierry (votre remarque dans un autre fil).

François Hollande a évoqué de façon informelle, dans la soirée du mardi 2 août, le nom de l'ancien ministre Jean-Pierre Chevènement pour prendre la tête de la Fondation pour l'islam de France, que l'exécutif veut remettre sur les rails.

Lors d'une rencontre avec la presse présidentielle à Paris, le président de la République a souligné la nécessité pour cette Fondation, créée en 2005 mais paralysée par des dissensions internes, d'exercer un contrôle notamment sur le financement de la construction des lieux de culte musulmans.

Chevènement, figure de la laïcité

Le débat sur ce financement a resurgi avec les attentats, notamment celui de la semaine dernière contre une église près de Rouen où un prêtre a été tué en disant sa messe, à Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime).

Cette Fondation des oeuvres de l'islam de France, "il faut la conforter, la doter", a ajouté le chef de l'Etat, avant de citer le nom de l'ancien président du Mouvement des citoyens et du Mouvement républicain et citoyen, Jean-Pierre Chevènement, connu pour son attachement à la laïcité, pour prendre la tête de cette instance. Agé de 77 ans, il a notamment été ministre de l'Education nationale (1984-1986) et ministre de la Défense (1988-1991) pendant les septennats de François Mitterrand, puis ministre de l'Intérieur dans le gouvernement de Lionel Jospin (1997-2000).

#####

Pour ma part, ayant suivi  y a bien longtemps les travaux de son premier groupe de travail du Ceres et étant favorable à la recherche d'un concordat, l'idée me plait assez.

Pour ceux qui voudraient
http://www.democratie-socialisme.org/spip.php?article1385

J'aime bien aussi une vieille analyse de Matthieu Lavarenne :

Au sens individuel, la laïcité désigne aujourd’hui une posture intellectuelle et individuelle de tolérance. Se dire « laïque », cela implique la volonté de respecter les différentes options spirituelles (athéisme, agnosticisme, croyance en une ou plusieurs puissances divines) et refuser toute discrimination relativement à ces choix. C’est une chose d’adopter la posture morale de la laïcité et de militer pour elle. Mais cet état d’esprit, parce qu’il n’est pas naturel à l’homme (la laïcité est somme toute une idée très neuve, très avant-gardiste et encore peu répandue dans un monde qui souvent en demande), parce que nombre d’individus n’y seraient donc pas portés par eux-mêmes (par ignorance, tradition, habitude ou bêtise), n’est pas suffisant en tant que tel. La laïcité n’a de réalité politique véritable que lorsqu’elle prend corps dans une République et qu’elle devient un principe constitutionnel.

Elle désigne alors une conception politique, selon laquelle l’organisation de la société repose, pour le bien des deux, sur la séparation de l’Église et de l’État, en particulier dans le domaine de l’enseignement. L’État laïque accepte l’existence de toutes les religions sans en adopter ni en favoriser aucune. La laïcité doit être, selon l’expression d’Alain Gresh, « un bien commun des croyants et des non-croyants ».

Il y a un contresens très regrettable, et malheureusement courant, à assimiler la laïcité à une lutte contre la religion, à une hostilité de principe contre l’esprit religieux. L’affirmation de la laïcité ne postule pas la disparition de la religion (comme les régimes soviétiques ont cherché à le réaliser en imposant l’athéisme comme doctrine officielle contraignante), mais fait de celle-ci une pratique individuelle, relevant exclusivement de la sphère privée. Elle n’est donc pas une option spirituelle parmi les autres (un athée, un agnostique, un croyant et même un clerc doivent accepter le cadre de la laïcité, sans pour autant renoncer à leurs convictions). Elle est au-delà des croyances, comme condition de possibilité de la liberté de choix, comme garantie qu’aucune idéologie collective ne viendra s’imposer de l’extérieur à la conscience individuelle. Elle ne favorise pas plus l’athéisme que le catholicisme ou le bouddhisme.

D’où vient alors le malentendu ? C’est que la laïcité a une histoire, souvent houleuse. Avant d’instaurer une telle séparation du public et du privé, il aura fallu que certains intérêts particuliers renoncent à leurs privilèges, ce qui n’aura pas été sans heurt. Les milieux ecclésiastiques, bien jaloux de leurs pouvoirs sur la sphère politique, ont plus que rechigné à s’en défaire. Elle est, comme toutes les grandes avancées de l’humanité, une conquête sociale, le produit de luttes individuelles et collectives, sur plusieurs décennies voire plusieurs siècles : ce n’est jamais contre la religion en tant que telle que ces luttes ont été menées, mais contre le cléricalisme, c’est-à-dire la mainmise d’une Eglise sur le pouvoir politique. Il ne faut pas confondre, par manque de rigueur intellectuelle, l’origine historique de la laïcité avec son fondement rationnel.

#####

Que veut dire le fondement rationnel? Mon explication.

La France, contrairement à bien d'autres pays s'est refusé à avoir "une religion d'État" pour laisser de la place à toutes les religions. Elle l'a fait en 1905 alors que la religion musulmane n'était que peu présente, en décidant qu'' il convenait néanmoins d'assurer l'entretien du patrimoine religieux à date. D'où des écrits et des postulats n'évoquant que les religions bien implantées de l'époque. Un siècle plus tard, la religion absente des textes doit trouver sa place. Et ç'est désormais effectivement urgent.

Le message du Pape appelle à ce partage. Les catholiques qui assimilent la France à la convertion de Clovis sous l'impulsion de Clotilde, n'apprécient guère. Mais cela n'a en soi rien d'étonnant. Pour peu que l'on ne souhaite pas non plus monter les chrétiens, les uns contre les autres.

Deux textes se côtoient de part le choix des Alsaciens d'en rester au texte Napoléonien ... Une belle occasion de trouver le moyen d' unir enfin ces deux textes . Loi de 1905 et concordat.
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3373
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Un big-bang politique s'impose de toute urgence - Lettre à François Hollande    Mer 03 Aoû 2016, 18:51

Ces reflexions sur la laïcité sont intéressantes et discutables sur certains points mais elles ne devraient pas se trouver ici. Il suffit de faire une recherche sur le mot laïcité en haut de la page d'index pour trouver nombre d'échanges déjà regroupés.

http://www.plateaufontenay.net/search?mode=searchbox&search_keywords=Laïcité+&show_results=topics

Je vous suggère de faire un couper coller vers l'un d'entre eux et de remplacer votre message par une phrase et un lien

Webmaster.

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14036
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Un big-bang politique s'impose de toute urgence - Lettre à François Hollande    Mer 03 Aoû 2016, 19:18

A prochaine fois. N'ai pas à l' instant mes outils habituelles. Merci de votre compréhension.

Je pense pour ma part que rapprocher les pensées de Gerin et Chevènement a du sens. Deux volets Islam et Laïcité ayant rendez vous. En particulier dans les grands ensembles construits en 1960 70, qui ont concentré une forme de pauvreté sociales, bien entendu.


Dernière édition par Libellule le Mer 03 Aoû 2016, 21:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13568
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Un big-bang politique s'impose de toute urgence - Lettre à François Hollande    Mer 03 Aoû 2016, 19:28

Il est évident que les tentatives de traiter le dossier musulman faites par de Villepin et Sarko n'ont pas leur place dans le débat...
Ce serait ispo facto reconnaitre que des gouvernements de gauche comme de droite on tenté de légiférer pour clarifier la place de l'islam chez nous et que l'affaire a été plantée par les divisions entre musulmans qui sont sous des emprises politico économiques étrangères ajoutées aux divergences violentes dans la conception et la pratique du culte.

La vision de GERIN et je la partage est qu'il faut en priorité rétablir l'ordre républicain dans les zones de non droit pour aboutir à stabiliser la place de l'islam dans le pays... En agissant ainsi on réglerait sans nul doute aussi une grande partie des affaires de droit communs et les économies parallèles qui fleurissent.

Rien ne pourra se faire de sérieux sans retour à une situation saine.

La cohérence de l'actuel gouvernement français n'étant pas au programme : on gesticule en ayant fermé quelques mosquées extrémistes et le toréador va inaugurer une école confessionnelle sponsorisée par des pays du proche orient où se pratique un islamisme que l'on prétend combattre.

Ou ils ne savent pas ce qu'ils font ? où ils ne savent pas à qui ils ont à faire ? ou le clientélisme politicard l'emporte sur le sens de l'état... en ces temps troublés c'est tout de même fort de café pour un premier ministre en poste ex ministre de l'intérieur et responsable des cultes de se lancer dans une telle affaire.

Normal on supprime la crèche dans la mairie de Paris et on y fête le ramadan dans les salons.

Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14036
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Un big-bang politique s'impose de toute urgence - Lettre à François Hollande    Jeu 04 Aoû 2016, 01:47

Sa semantique évolue faisant passer le statut des Zup dont celle de Venissieux à celui de ghetto de La Republique, depuis sa démission, puis à celui de zone de non droit, avant de parler de l'Islamisation de quartiers. On y reviendra au retour de la pause d'été. Tout démarre dans les années 60.

Il faut là aussi rester dans le fondement rationnel. Sinon on finit par s'auto promouvoir justicier de la laïcité sans apporter les bonnes réponses.

Chevènement en a de très pragmatiques : être un citoyen et républicain, tous égaux devant les cultes et le respect des croyances et non croyances de chacun. Il a aussi une certaine idée de l'Ordre et de l'Honneur. Avec des majuscules.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12068
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Un big-bang politique s'impose de toute urgence - Lettre à François Hollande    Ven 05 Aoû 2016, 10:53

Un texte de Manuel Valls, ancien maire d'Evry et ancien ministre de l'Intérieur aujourd'hui Premier ministre, qui si il n'est pas une réponse à André Gerin n'en est pas moins intéressant...

La question que l'on peut cependant se poser est celle de savoir comment et avec quels moyens sont mises en pratique ces grandes idées dans les banlieues populaires...



http://www.liberation.fr/france/2016/08/04/manuel-valls-nous-faisons-tout-contre-le-terrorisme_1470345 a écrit:
Manuel Valls : «Nous faisons tout contre le terrorisme»

Par Manuel Valls — 4 août 2016 à 20:21

Le Premier ministre répond à l’écrivain Edouard Louis et au philosophe Geoffroy de Lagasnerie qui l’appelaient, dans «Libération» de jeudi, à s’attaquer aux sources sociales de la violence.

Je ne peux pas laisser sans réponse la lettre ouverte publiée jeudi par Edouard Louis et Geoffroy de Lagasnerie dans vos colonnes. Deux intellectuels de gauche, dans un journal de gauche, méritent une réponse claire, d’un Premier ministre de gauche. D’abord, parce que les auteurs, en niant que tout est fait pour lutter contre le terrorisme, alimentent les peurs des Français, ajoutent à la menace le doute et le scepticisme - je ne saurais l’accepter. Mais aussi parce que ce faisant, ils mettent en cause l’action de l’Etat, l’action de celles et ceux qui, dans nos forces de sécurité et nos armées, dans nos écoles, nos hôpitaux, nos caisses de sécurité sociale, dans nos mairies, sont la réponse collective de la nation face au défi terroriste. Les auteurs, dans leur texte, font preuve d’une cécité - sans doute très confortable - qui est selon moi une faute. Cécité par rapport à l’action des pouvoirs publics. Cécité, aussi, quant aux racines profondes de la menace. Je veux le dire très clairement aux Français : oui, nous faisons tout contre le terrorisme. Les auteurs opposent une action dans le seul domaine de la sécurité - surveillance, répression - et une action pour lutter contre les inégalités sociales, scolaires, une action qui s’appuie aussi sur la connaissance et l’analyse des phénomènes, sur la recherche en sciences humaines et sociales, en psychologie. Mais enfin ! Notre politique antiterroriste s’appuie - bien évidemment ! - sur ces deux piliers, et ce depuis plus de quatre ans. Tout est mis en œuvre pour traquer les terroristes, empêcher des attentats, adapter notre arsenal législatif à une menace en constante évolution. Nos forces aériennes frappent Daech dans ses bastions en Irak et en Syrie, et l’emprise de cette organisation terroriste recule au Levant. Nous agissons aussi sur notre sol, avec le renforcement des effectifs et des moyens de nos forces de sécurité, avec deux lois antiterroristes, deux lois sur le renseignement, une loi sur la procédure pénale, avec la réforme du régime de l’Etat d’urgence.

Mais nous agissons aussi, bien sûr, pour traiter les causes profondes du terrorisme, pour retisser les liens qui se défont dans notre société, pour combler ces fractures dans lesquelles les communautarismes, les extrémismes s’engouffrent. Qui peut sérieusement soutenir que le gouvernement détourne les yeux face aux inégalités sociales, au chômage, à l’exclusion, aux discriminations, à la situation dans nos quartiers ? Alors que nous avons refondé l’école de la République, pour que l’égalité des chances ne soit plus une promesse se heurtant au mur des réalités. Alors qu’élu d’Evry, j’ai été l’un des premiers à dénoncer l’existence d’un apartheid social et territorial au sein de notre République. Alors que nous remettons avec détermination des services publics dans nos quartiers populaires, dans les zones périurbaines, dans le monde rural, en outre-mer comme en métropole. Alors que nous faisons tout pour casser les logiques de ségrégation, pour ne rien laisser passer en matière de racisme, d’antisémitisme, d’homophobie. Pour que chacun se sente pleinement citoyen, partage une même envie de construire l’avenir ensemble. Le Parlement examine en ce moment même deux textes, l’un sur l’égalité et la citoyenneté et l’autre sur l’égalité réelle en outre-mer, pour que, partout, la République se traduise en actes.



Vérité

Dès 2013, le gouvernement s’est engagé dans une politique de prévention de la radicalisation, totalement novatrice dans notre pays. Après un premier plan adopté en 2014, le deuxième, que j’ai présenté, avec le ministre de l’Intérieur, en mai, a bien comme objectif de mobiliser tous les ministères, notamment, aux côtés de la Justice et de l’Intérieur, ceux de l’Education nationale, des Affaires sociales, des Familles, ou encore de la Ville, de la Jeunesse et des Sports. Et il faudra aller plus loin encore. Le Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation pilote l’action de pas moins de 18 départements ministériels. Tous ces ministères ont intégré dans leur politique une dimension préventive face au terrorisme. Non : contrairement à ce qui est asséné, la réponse gouvernementale ne se limite pas au démantèlement - nécessaire - des filières terroristes.

Malgré tout cela, même si tous les moyens de l’Etat de droit sont mis en œuvre, le risque zéro n’existe pas. Dire cela, ce n’est pas un «discours de fatalité», mais un discours de vérité - confondre les deux, c’est au fond refuser de voir la réalité pour s’enfermer dans la posture. Une vérité dure, difficile à porter pour un Premier ministre, mais une vérité à laquelle les Français ont droit. Oui, nous sommes entrés dans une période longue, la menace terroriste restera forte, et nous devons, chacun à notre place, faire face à ces risques nouveaux. Et moi, je crois que le vrai «discours de fatalité», c’est celui d’Edouard Louis et de Geoffroy de Lagasnerie. En dressant un profil type des terroristes, dont les points communs seraient la misère, l’exclusion, la désespérance sociale - ce qui est au demeurant loin de se vérifier à chaque fois -, ils dessinent, en creux, une forme de déterminisme, qui ferait de tous les jeunes des quartiers populaires des terroristes en puissance. C’est ce discours - le même qui était présenté il y a quelques années concernant la délinquance - qui est dangereux. Car il crée la suspicion vis-à-vis de l’immigration et de l’islam, car il accroît les divisions, fait le jeu des populismes. Enfin, quand on est intellectuel et que l’on analyse les dynamiques sociales du terrorisme, il est curieux de faire une impasse totale sur la matrice idéologique qui nourrit le jihadisme, en grande partie salafiste. Comment ne pas voir que la sphère jihadiste constitue une entreprise idéologique à visée totalitaire d’un genre nouveau ?



Schémas classiques

Curieux, aussi, de ne pas s’intéresser à la relance du chantier de construction d’un islam de France, à la fois reconnu et respecté au sein de la nation. Elle répond à la double nécessité de réaffirmer la pleine appartenance des Français de confession musulmane à la vie collective, dans le respect des règles de la laïcité. Et elle vise à prévenir les tentatives de déstabilisation dont certaines associations cultuelles peuvent être victimes. Les auteurs reprochent au gouvernement de ne pas avoir de «réflexe de gauche»… Mais être de gauche, c’est voir qu’il y a, bien sûr, des déterminants liés à la situation économique et sociale, mais voir aussi que ce n’est qu’une part de la réalité. C’est appréhender les situations dans toute leur complexité. C’est voir que parfois les schémas classiques, les grilles de lecture binaires n’offrent pas toutes les réponses. Alors moi je crois que ce dont nous avons besoin aujourd’hui, ce n’est pas de «réflexe de gauche», mais d’une politique de gauche, c’est-à-dire une politique globale, profondément républicaine, qui agit sur tous les leviers. Une politique qui est aussi exigeante et s’inscrit toujours dans le cadre de l’Etat de droit, du respect des droits des personnes, du refus de l’arbitraire. Voilà la politique que nous menons et continuerons de mener pour protéger nos concitoyens.

Manuel Valls  
Source: http://www.liberation.fr/france/2016/08/04/manuel-valls-nous-faisons-tout-contre-le-terrorisme_1470345
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13568
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Un big-bang politique s'impose de toute urgence - Lettre à François Hollande    Ven 05 Aoû 2016, 15:11

L'action est verbale sa concrétisation intellectuelle... son adéquation à la situation NULLE !

Résultat pratique sur le terrain RIEN ! comme de plus il convient que rien ne trouble l'équilibre toujours fragile (pléonasme) ambiant. C'est qu'il y a des élections en vue !

On va lutter contre le banditisme local en remplaçant les boites à lettres (cassées le lendemain par ceux qui habitent sur place)
On va réparer les ascenseurs qui seront dégradés dans la semaine pour vaincre le terrorisme...

Conclusion ces actions hautement sociales accompagnées de visites massives d'assistantes du même nom chargées de distribuer la manne rétabliront , n'en doutons pas, l'ordre républicain dans les zones de non droit.

Revenir en haut Aller en bas
MODERATEUR 1



Messages : 19
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: Un big-bang politique s'impose de toute urgence - Lettre à François Hollande    Ven 05 Aoû 2016, 21:44

Derniers messages supprimés pour recentrer la discussion sur son sujet - Modérateur 1
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13568
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Un big-bang politique s'impose de toute urgence - Lettre à François Hollande    Dim 07 Aoû 2016, 02:32

Menace terroriste: pour 65% des Français, Hollande et Valls ne prennent pas "tous les moyens nécessaires"

Menace terroriste: la majorité des Français n'a plus confiance en Hollande et Valls
Orange avec AFP, publié le samedi 06 août 2016 à 15h42

Selon un sondage Elabe publié ce samedi par le site Atlantico, près de 2 Français sur 3 (65%) jugent que François Hollande et le gouvernement de Manuel Valls "ne mettent pas en œuvre tous les moyens nécessaires" pour lutter contre le terrorisme. Un chiffre en forte hausse depuis janvier.
La critique de l'exécutif sur cette question est en forte hausse (+19 points) par rapport au précédent sondage réalisé les 4 et 5 janvier après les attentats du 13 novembre 2015, indique Elabe. Selon l'institut de sondage, ces résultats "marquent un tournant dans l'opinion publique". A l'inverse, 34% des sondés pensent à l'inverse qu'ils prennent tous les moyens nécessaires (-19 points).
Les sympathisants FN les plus sévères
Seulement une majorité de sympathisants de gauche (67%, dont 74% des sympathisants socialistes, en baisse respectivement de 15 et 18 points par rapport à janvier) exprime un jugement positif. Les jugements négatifs atteignent 78% (+26) chez les sympathisants de la droite et du centre, dont 85% (+23) parmi les partisans des Républicains. Les sympathisants Front National sont les plus sévères avec 95% d'opinion négative (+ 16 points).
Par ailleurs, 77% des personnes interrogées affirme "pas efficace" la lutte menée contre la menace terroriste, soit une hausse de 24 points, contre 22% qui la trouvent "efficace" (en baisse de 25 points). Les sympathisants du Parti Socialiste sont les seuls à juger, à une courte majorité toutefois (55%, -28 points par rapport à janvier), que la politique menée par l'exécutif est efficace.
A l'inverse, 94% (+28) des sympathisants LR et 97% (+20) de ceux du Front National jugent sa politique inefficace. 63% des partisans FN la jugent "pas efficace du tout", contre 35% pour la droite et le centre et 10% pour la gauche.
Le sondage a été réalisé par internet les 2 et 3 août auprès de 1.000 personnes selon la méthode des quotas.

---------------------------

Comment un gouvernement peut il continuer à faire une politique inefficace, perdre la confiance des Français, avoir des membres qui donnent des leçons et passent leur temps à se battre avec l'opposition plutôt qu'à trouver des solutions aux problèmes.

Le plus fort étant qu'ils arrivent même à se mettre des peignées entre eux !

Heureusement flanbi à Rio explique que nous pouvons recevoir les JO en 2024 car nous maitrisons le terrorisme...
Revenir en haut Aller en bas
 
Un big-bang politique s'impose de toute urgence - Lettre à François Hollande
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Politique selon Platon
» Mer et marine, toute l'actualité marine.
» Fils de politique méritocratie
» "Toute la mer sur un plateau" Granville (50).
» La toute petite collection de Saneva (Mac et autres)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: