Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 le "vivre ensemble" à l'allemande... Angie la teutonne ne comprend toujours pas.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tonton christobal

avatar

Messages : 13865
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: le "vivre ensemble" à l'allemande... Angie la teutonne ne comprend toujours pas.   Ven 05 Aoû 2016, 19:27

REPORTAGE. Plusieurs mois après la vague d'agressions sexuelles commises sur des femmes le soir du réveillon, la ville allemande est toujours traumatisée. Très peu d'auteurs ont été jugés.

La fête a cédé à l'angoisse. Plus de six mois après la vague d'agressions sexuelles au soir du réveillon du Nouvel An qui concerne désormais des centaines de victimes, l'ambiance n'est pas à l'euphorie là où tout a commencé. Pour preuve, sur l'immense parvis de marbre gris de la gare centrale de Cologne et de son emblématique cathédrale Saint-Pierre, la police a installé un car d'information du public mais surtout un autre véhicule équipé de caméras dites intelligentes qui stationne sur la place. Un dispositif chargé de repérer une agression en cours mais aussi de retrouver des suspects déjà impliqués dans des faits commis dans la nuit du 31 décembre. Et personne n'a oublié cette soirée si particulière à l'origine de tant de polémiques. Les premières accusations avaient ciblé des réfugiés arrivés après l'ouverture des frontières voulue par la chancelière Angela Merkel. L'enquête est toujours en cours.

Sur les quais de la gare, là où les premières victimes ont été agressées par « des groupes d'hommes de trois à six personnes » selon le rapport de l'assemblée régionale de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, les patrouilles de la police locale sont plus nombreuses. « Les arrivées de certains trains régionaux sont plus surveillées », commente sobrement un chef de patrouille en arpentant les quais et halls avec une tablette recensant des photos de suspects. Si treize hommes ont bien été mis en cause et inculpés, un seul a pu être jugé depuis six mois dans cette région de l'Allemagne. Les autres ont déjà obtenu ou sont sur le point de faire l'objet d'un non-lieu faute de « preuves évidentes ».

« Pas rassurant... », lâche Eldreda Enderer, 34 ans, notaire assistante, blonde élégante qui revient sur « les lieux du crime », comme elle dit. . « C'était comme irréel. Une marée m'a emportée. J'ai lâché la main de mon mari et j'ai senti qu'on me fouillait les poches pour me voler. J'ai crié mais personne n'a entendu dans la foule et le bruit du réveillon. Puis j'ai senti d'autres mains qui me touchaient les hanches, les fesses, et un homme brun, le teint cireux, empestant la mauvaise bière, a plongé sa main dans mon corsage », raconte cette jeune maman en portant la main à sa bouche pour témoigner de son émotion.

« J'étais tétanisée. Sidérée. Comme paralysée. Il a dégrafé mon chemisier. Il me pressait contre son ventre d'une main et de l'autre caressait ma poitrine », continue Eldreda, qui a vu alors deux autres hommes l'entourer avant de prendre le relais du premier. « J'étais devenue leur poupée gonflable. Une proie sexuelle. C'était humiliant », continue la juriste qui, depuis, « n'ose plus mettre un chemisier » et culpabilise de « n'avoir rien su faire ». « Ces hommes, je les ai reconnus. Mais la vidéo ne permet pas de les identifier formellement à l'endroit où j'étais, et il faisait nuit. Ma procédure est condamnée à l'échec. Mais je n'ai qu'un mot à leur dire : Et si la victime avait été leur fille ? », s'énerve cette ancienne étudiante de la Sorbonne. Depuis, elle préfère prendre sa voiture pour rallier trois fois par semaine Cologne. Au pays des Grünen (les Verts), Eldreda mutualise son déplacement. « Comme elle, j'ai été tripotée ce soir-là. Le train, c'est fini. La gare était devenue un piège et nous des objets sexuels offerts sans consentement. Nous partageons la même voiture », explique Silke Rathauer, sa partenaire, qui depuis six mois n'a pas mis un pied dans les environs de la gare.

Le parquet de Cologne, lui, tente de « comprendre une situation inédite » et met en avant une approche sociologique  : « La plupart des réfugiés impliqués n'ont aucune notion de nos codes sociaux occidentaux. Pour eux, une femme seule et même accompagnée un soir de fête est une femme de mauvaise vertu. Et ils s'autorisent l'impensable... »

Le Parisien

http://www.leparisien.fr/faits-divers/a-cologne-plus-rien-ne-sera-jamais-pareil-05-08-2016-6016073.php

------------------------

Le parquet et la chancelière vont peut être avoir une réponse aux questions qu'ils ne se posent pas lors des prochaines élections !

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13865
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: le "vivre ensemble" à l'allemande... Angie la teutonne ne comprend toujours pas.   Mer 10 Aoû 2016, 21:26

Attentats: l'Allemagne veut durcir sa législation antiterroriste

AFP, publié le mercredi 10 août 2016 à 11h11
Allemagne: le ministre de l'Intérieur prépare des mesures anti-terroristes après deux attaques de juillet revendiquées par l'EI
Le ministre allemand de l'Intérieur prépare une batterie de mesures pour renforcer ses outils de lutte contre le terrorisme après les deux attaques du mois de juillet revendiquées par le groupe Etat islamique, a indiqué la presse allemande mercredi.
Le ministre Thomas de Maizière, qui a prévu une conférence de presse jeudi, veut en particulier introduire une procédure accélérée d'expulsion de réfugiés et demandeurs d'asile "représentant un danger pour la sécurité publique", selon le quotidien populaire Bild citant des sources sécuritaires.
Cette mesure fait suite aux deux attentats commis dans le sud du pays fin juillet dans le pays qui a accueilli plus d'un million de migrants en 2015. Une attaque à la hache commise dans un train par un adolescent de 17 ans, probablement originaire d'Afghanistan, a fait cinq blessés, et un attentat a tué son auteur syrien et blessé 15 personnes à l'entrée d'un festival de musique.
Par ailleurs, le ministre veut obtenir, toujours selon Bild, un assouplissement du secret médical pour que les médecins puissent "informer à temps les autorités des crimes planifiés par leurs patients".
Toujours en juillet, un déséquilibré inspiré par le tueur norvégien d'extrême-droite Anders Behring Breivik, a abattu neuf personnes avant de se donner la mort à Munich.
M. de Maizière compte aussi parapher en août une "déclaration de Berlin" avec les ministres de l'Intérieur des Etats régions issus du parti conservateur CDU et de sa branche bavaroise CSU appelant entre autres à une procédure de déchéance de nationalité et une interdiction du voile intégral, selon le groupe de presse RND.
Cette déclaration appelle aussi au recrutement de 15.000 fonctionnaires de police entre 2015 et 2020 et à la création d'un centre de lutte contre la cybercriminalité au sein de la police criminelle allemande pour combattre le trafic d'armes sur le "Darknet", cet ensemble de sites secrets et préservant l'anonymat utilisé pour des transactions illégales.
Le document appelle aussi à des mesures pour empêcher le financement de mosquées par des organisations extrémistes et réclame l'expulsion de responsables religieux étrangers "prêchant la haine".
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12196
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: le "vivre ensemble" à l'allemande... Angie la teutonne ne comprend toujours pas.   Mer 10 Aoû 2016, 21:41

J'avoue ne pas trop comprendre car il me semble avoir lu sur ce forum que les allemands agitaient des petits drapeaux sur les quais des gares pour souhaiter la bienvenue aux réfugiés et aux migrants...

A coté des allemands les français qui émettaient des réserves sur cet accueil et qui parlaient de déchéances de nationalités étaient des vilains pas beaux xénophobes et fascistes....

S'agissait-il d'un troll ?

Est-ce que, si maintenant les allemands mettent en place une déchéance de nationalité dans leur pays, la France va pouvoir faire de même pour les nationalisés ayant gardés leur nationalité de naissance ?
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13865
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: le "vivre ensemble" à l'allemande... Angie la teutonne ne comprend toujours pas.   Mer 10 Aoû 2016, 22:16

Doit on penser que les teutons de base ont des avis un peu différents de celui d'Angie la reine de teutonie en matière d'accueil et de répartition ?

Il y aurait un avis de coup de vent dans son parti que l'on ne devrait pas s'en étonner... la belle alliance avec la gauche deviendrait elle pénalisante ?

Reste plus qu'à attendre que la nouvelle se propage jusqu'au cerveau du prix Nobel, à moins que ça se précipite et qu'un ou deux autres pays quittent le navire Europe... les clivages sont déjà bien avancés et on peut remercier Juncker pour sa fine et délicate stratégie envers les pays qui voulaient fermer les frontières extérieures.

J'attends de voir tomber les "sanctions" promises ! Ils ont bonne mine maintenant !
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13865
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: le "vivre ensemble" à l'allemande... Angie la teutonne ne comprend toujours pas.   Jeu 11 Aoû 2016, 19:17

L'Allemagne tiraillée sur le rôle de son armée face au terrorisme

Depuis les attentats, il «règne une ambiance de peur» en Allemagne
AFP, publié le jeudi 11 août 2016 à 08h28

Allemagne: la population divisée sur le rôle de son armée face à la menace terroriste
Si la présence de soldats armés fait partie du quotidien en France ou en Belgique après plusieurs attentats meurtriers, une telle éventualité provoque des remous en Allemagne où le rôle de l'armée est très encadré depuis la fin de la période nazie.
La ministre de la Défense Ursula von der Leyen a relancé les débats fin juillet en ordonnant à l'armée de se tenir prête à intervenir lors de la tuerie de Munich (sud). Un Germano-iranien de 18 ans souffrant de troubles psychiques avait alors abattu neuf personnes avant de se suicider.
Ce coup de folie était survenu quelques jours après deux attentats, revendiqués cette fois par le groupe Etat islamique (EI): une attaque à la hache commise dans un train par un adolescent de 17 ans, probablement originaire d'Afghanistan, qui avait fait cinq blessés, et un attentat qui avait tué son auteur syrien et blessé 15 personnes à l'entrée d'un festival de musique.
La chancelière Angela Merkel avait dans la foulée présenté un plan visant à accroître la sécurité, évoquant entre autres un renfort de l'armée en cas de gros attentats.
"Il est temps désormais d'organiser des exercices sur des situations de grand terrorisme (...) qui peuvent impliquer les forces armées sous la direction de la police", avait-elle déclaré, suggérant de tester l'idée dans un ou deux États régionaux.
La perspective de patrouilles de soldats de la "Bundeswehr" dans les rues d'Allemagne est inédite depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et fait débat.
Sous le nazisme, le flou des attributions entre les forces de police et de l'armée est considéré comme ayant en partie facilité la persécution des juifs et des opposants à l'État.
Dans sa Constitution de l'après-guerre, l'Allemagne avait en conséquence décidé de séparer clairement les tâches. Aujourd'hui, l'armée n'est pas autorisée à intervenir sur le territoire allemand, sauf pour des actions humanitaires en cas de catastrophes naturelles ou en cas de menace "contre l'ordre démocratique de l'Etat fédéral".
- 'Besoin d'un débat honnête' -
Et l'idée provoque des remous au sein de la coalition gouvernementale au pouvoir entre les chrétiens-démocrates d'Angela Merkel et les sociaux-démocrates (SPD).
Le débat, latent dans le pays, avait déjà resurgi dans le sillage des attentats du 13 novembre 2015 à Paris qui avait fait 130 morts. Le ministre des Finances Wolfgang Schäuble (CDU) avait alors jugé que l'Allemagne devrait pouvoir recourir à ses soldats pour aider les policiers si le pays se retrouvait dans une situation similaire à celle de son voisin.
Les Allemands sont toutefois très réservés si l'on en croit un sondage récent de l'hebdomadaire Die Zeit, montrant que 66% de la population n'est pas favorable à cette idée.
Les sociaux-démocrates membres de la coalition au pouvoir s'y sont aussi opposés, réclamant à la place un renforcement des moyens de la police.
Cette dernière n'a pas non plus caché son désaccord. "Les forces armées sont complètement incapables de nous offrir l'aide dont nous avons besoin", essentiellement des enquêteurs, a assuré le dirigeant du syndicat policier GdP Oliver Malchow.
Mais les événements de juillet ont donné du poids aux défenseurs d'un rôle domestique accru de l'armée. Pour le ministre de l'Intérieur CDU de la Sarre (ouest) Klaus Bouillon, il serait "paradoxal et absurde de voir la police atteindre ses limites en cas d'urgence exceptionnelle pendant que l'armée regarde sans aider".
Christian Mölling, expert en défense et en sécurité au German Marshall Fund, dénonce l'absence de débat fond sur le sujet. "Je ne peux pas vous dire si je suis pour ou contre car personne ne me dit pourquoi. Pourquoi les forces armées devraient-elles être utilisées?", déclare-t-il à l'AFP.
"Nous avons besoin d'un débat honnête, c'est à dire (qui définit) ce qui se passe sur le terrain et comment l'armée peut soutenir la police", estime l'expert, pour qui l'Allemagne a eu beaucoup "de chance ces dernières années parce que nous savons qu'elle est une cible pour les terroristes et nous avons été en mesure d'éviter presque toutes les attaques jusqu'à présent".
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13865
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: le "vivre ensemble" à l'allemande... Angie la teutonne ne comprend toujours pas.   Jeu 18 Aoû 2016, 01:07

Outre-Rhin aussi, les réformes sécuritaires font débat

Jusqu’où peut aller une politique sécuritaire pour lutter contre le terrorisme ? En annonçant jeudi 11 août un renforcement de l’arsenal juridique outre-Rhin, le ministre de l’intérieur allemand Thomas de Maizière a jeté un pavé dans la mare et ouvert le débat dans un pays jusqu’ici plutôt modéré, qui ne semblait pas vouloir céder aux discours identitaires.
Parmi les propositions annoncées par le ministre conservateur, lui-même membre de la CDU, le parti chrétien-démocrate de la chancelière Angela Merkel, la déchéance de la nationalité pour les djihadistes combattants à l’étranger s’ils sont binationaux reste la plus controversée. D’après un décompte des services secrets en mai, plus de 820 ressortissants allemands se sont déjà rendus en Irak et en Syrie. « Ce sera un point difficile avec le SPD, notre partenaire de coalition, mais je pense que cela deviendra acceptable », a-t-il concédé, rappelant que cette disposition existe déjà pour les binationaux enrôlés dans une armée étrangère.

Des mesures critiquées de toutes parts
Autre annonce, qui témoigne d’un virage à droite du gouvernement d’Angela Merkel : la création du motif d’arrestation pour « mise en danger de la sécurité publique » permettant de placer en détention les personnes suspectées de préparer un attentat, ainsi que l’accélération des procédures d’expulsion des étrangers. Enfin, le pays pourrait se doter de 5 000 policiers supplémentaires ou renforcer sa lutte contre la cybercriminalité, notamment dans le commerce d’armes et les échanges cryptés.
Sans surprise, ce catalogue est vivement critiqué par les Verts et par « die Linke », le parti d’extrême gauche allemand. Les uns et les autres le qualifient de « gesticulations » et de « surenchère populiste ».
À l’inverse, pour certains élus de droite, il ne va pas assez loin. Dans une « Déclaration de Berlin » qui sera débattue jeudi 18 août et vendredi 19 août, les ministres de l’intérieur CDU et CSU des Länder veulent y ajouter l’abandon du principe de la double nationalité et l’interdiction du voile intégral. Sur ce dernier point, Thomas de Maizière s’est dit pour le moment opposé à une telle mesure, car cette loi serait anticonstitutionnelle. « Nous ne pouvons pas interdire tout ce que nous rejetons », a-t-il justifié. Un compromis, avec une interdiction à l’échelle locale, n’est toutefois pas exclu.

« Un geste symbolique de la part du gouvernement »
De telles mesures laissent pour l’heure les experts sceptiques. « Leur effet sur la menace est très limité, tranche Robert Philippsberg, spécialiste du terrorisme au Centre de recherche politique appliquée (CAP) à Munich. Le caractère répressif d’une loi ne dissuade pas les terroristes islamistes. Mieux vaut travailler sur la prévention de la radicalisation des jeunes. Mais ces annonces auront au moins l’intérêt d’augmenter le sentiment de sécurité au sein de la population. »
Même conclusion du côté de Gero Neugebauer, politologue à l’Université libre de Berlin (FU) : « Le temps de trouver un compromis avec le SPD et de présenter la loi aux parlementaires, ces propositions n’entreront pas en vigueur avant le début de 2018. Il s’agit donc d’un geste symbolique de la part du gouvernement. »

Le risque du vote d’extrême droite
En septembre ont en effet lieu deux scrutins régionaux clés pour le pays, à Berlin et en Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, le fief d’Angela Merkel. La CDU craint que ses électeurs les plus à droite, déçus de la politique sociale de la chancelière – instauration d’un salaire minimum, accueil des réfugiés… –, ne reportent leur vote pour l’occasion sur Alternative pour l’Allemagne (AfD), le parti d’extrême droite. Face à ce risque, elle n’a donc d’autre choix que de durcir son programme pour les conserver.
« Longtemps, la sécurité est apparue très loin dans les préoccupations des Allemands, bien après l’économie ou le chômage », analyse Gero Neugebauer. Du fait de sa bonne santé économique et du faible nombre de quartiers « sensibles », le pays se croyait plus à l’abri que ses voisins européens. « Mais depuis les attentats, les mentalités changent et une politique plus sécuritaire n’est plus un tabou », poursuit le politologue. Nul doute que ce thème sera central dans la campagne des élections législatives de septembre 2017, où Angela Merkel pourrait briguer un quatrième mandat.
–––––––––––––––
Les attaques en Allemagne depuis un mois
18 juillet. Un demandeur d’asile se disant de nationalité afghane blesse à la hache cinq personnes dans un train à Wurtzbourg (Bavière). Il s’agit de la première attaque en Allemagne revendiquée par Daech.
22 juillet. Dans un centre commercial de Munich, une fusillade fait neuf morts et onze blessés graves. L’auteur, un Germano-Iranien, souffrait de troubles psychiatriques.
24 juillet. Un demandeur d’asile syrien de 21 ans tue une personne et en blesse trois autres à l’aide d’une machette à Reutlingen (sud-ouest).
24 juillet. À Ansbach (Bavière), un réfugié syrien de 27 ans se fait exploser dans le centre-ville, faisant douze blessés. Cet attentat-suicide est revendiqué par Daech.

Gwénaëlle Deboutte (à Berlin)
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13865
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: le "vivre ensemble" à l'allemande... Angie la teutonne ne comprend toujours pas.   Ven 19 Aoû 2016, 19:40

Allemagne: le ministre de l'Intérieur appelle à une interdiction partielle de la burqa

Le ministre de l'Intérieur allemand, Thomas de Maizière, à Berlin le 11 août 2016
©TOBIAS SCHWARZ, AFP

AFP, publié le vendredi 19 août 2016 à 09h19
Allemagne: le ministre de l'Intérieur appelle à une interdiction partielle de la burqa, notamment lors de démarches administratives
Le ministre allemand de l'Intérieur Thomas de Maizière a appelé vendredi, après une réunion avec ses homologues conservateurs des Länder d'Allemagne, à une interdiction partielle de la burqa, notamment lors de démarches administratives et dans les salles de cours.
"Nous sommes d'accord pour rejeter la burqa, nous sommes d'accord que nous voulons légalement introduire le principe de montrer son visage là où c'est nécessaire pour notre société: au volant, lors de procédures administratives, (...) dans les écoles et les universités, dans le service public, devant les tribunaux", a-t-il dit à l'antenne de la chaîne télévisée ZDF.
Revenir en haut Aller en bas
 
le "vivre ensemble" à l'allemande... Angie la teutonne ne comprend toujours pas.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chantal Pary - Pour vivre ensemble - Parole en bas par gigi
» travailler sur le Vivre Ensemble en EHPAD
» Séparation des octodons suite à une bagarre qui allait mal finir...
» le "vivre ensemble" en question...
» "Vivre ensemble" à la piscine et interdire le burkini sur les plages

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Les faits de société. Débats. Sondages.-
Sauter vers: