Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120),
la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 On augmente le nombre de fonctionnaires

Aller en bas 
AuteurMessage
thierry

thierry

Messages : 1116
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: On augmente le nombre de fonctionnaires   Mar 09 Aoû 2016, 11:24

Les fonctionnaires auront donc le beurre et l'argent du beurre
À défaut d'avoir inversé la courbe du chômage, François Hollande aura redressé la courbe du nombre des fonctionnaires, et leur a distribué des augmentations.

Christian Eckert, un secrétaire d'État au Budget très dépensier...
Il aura réussi le pire en la matière : augmenter le nombre des fonctionnaires sous statut et augmenter leur point d'indice, ce qui viendra s'ajouter à la hausse structurelle et régulière de leurs revenus et aux aménagements de carrière consentis par ailleurs. La « ponction publique » va continuer de s'aggraver en France dans le cadre d'un open bar dont on ne voit pas la fin. La confirmation en a été apportée au début du mois, lors de la présentation à l'Assemblée du volet dépenses du budget de l'année prochaine. Au global, à la fin du quinquennat Hollande, les effectifs auront progressé depuis juillet 2012 de 29 442 postes.
Pourquoi le pire ? Parce que c'est exactement le contraire de ce qu'il faut faire. Rajouter de nouveaux privilégiés à une masse déjà énorme est une pure et simple folie économique parce qu'il faudra payer ces gens jusqu'à leur décès et parfois jusqu'au décès de leur veuve. Un poste de fonctionnaire d'État pour une vie professionnelle entière et avec toutes les charges sociales, c'est au bas mot un budget de 3 à 3,5 millions d'euros. Pour 30 000 fonctionnaires à 3 millions, cela représente un minimum de 90 milliards d'euros de dépenses sur l'avenir, inéluctablement engagées.

L'opposé de la bonne gestion !
L'État français emprunte parfois actuellement sur une durée de 50 ans sur les marchés financiers et ajoute ainsi de la dette longue à de la dette « ordinaire ». Créer un nouveau poste de fonctionnaire, c'est créer de la dette longue sur 60 ans, ce qui va générer automatiquement de nouvelles dépenses, de nouveaux impôts ou de nouveaux emprunts pour couvrir ces dépenses et de nouveaux chômeurs qui seront, comme d'habitude, les victimes expiatoires naturelles de cet infernal cercle vicieux. Résultat : un appauvrissement général dans la société civile face à un engraissement permanent dans la fonction publique et chez les bénéficiaires du système étatique et collectiviste.
Un bon gestionnaire, voulant renforcer à juste titre ses effectifs de militaires, de gendarmes, de policiers et de magistrats en raison de la guerre contre les terroristes islamistes, aurait renoncé immédiatement à son objectif qui était par ailleurs injustifié, de créer 60 000 postes dans l'Éducation nationale. C'était une promesse du candidat Hollande, et alors ? La moindre des choses pour un dirigeant compétent et responsable est de savoir s'adapter aux événements et aux lames de fond imprévisibles. Il est clair que notre président socialiste n'a pas la compétence voulue pour le poste et encore moins le sens des responsabilités exigé a minima pour la gouvernance d'un grand pays comme la France.
Donner aux fonctionnaires le beurre – des effectifs en hausse – et l'argent du beurre – des salaires en hausse et des avantages supplémentaires comme le rétablissement du jour de carence pour les arrêts maladie – est précisément à l'opposé de toute bonne gestion. Et on reste médusé devant l'invraisemblable numéro d'un ministre qui est allé dernièrement jusqu'à s'en vanter.
Oui, la dépense de l’État va augmenter en 2017.
Christian Eckert, le secrétaire d'État au Budget, puisque c'est de lui qu'il s'agit, n'a pas hésité à déclamer devant l'Assemblée que : « Oui, la dépense de l'État va augmenter en 2017 [et…] cette augmentation nous l'assumons, nous la revendiquons » ! Ce qui a fait écrire à un fidèle lecteur du Point.fr qui signe « Hope for France », un fin analyste, que « le dogmatisme socialiste avait réponse à tout, car revendiquer une mauvaise gestion n'est finalement pas une surprise pour un socialiste, puisque le socialisme est par nature antiéconomique ».
Et notre lecteur/commentateur de poursuivre : « Dans sa vision dogmatique française, le socialisme ne s'appuie pas sur la rationalité, mais sur la morale qui veut que, quand bien même la réalité lui donne tort, le socialisme a encore raison. Pour des socialistes, dépenser l'argent public constitue leur philosophie, leur morale, leur culture. L'économie est jugée comme immorale par nature. Seules la répartition et la distribution d'argent par l'État sont jugées justes… » Dans cette affaire, le plus remarquable n'est pas tant que Christian Eckert soit un défenseur du dogme socialiste – à la limite, il est payé pour ça –, c'est qu'il soit totalement incompétent à son poste et qu'il s'en vante.
De la part d'un député socialiste qui, entre autres bêtises, a voté contre la libéralisation du travail le dimanche, on peut s'attendre au pire. De la part enfin d'un secrétaire d'État au Budget, surnommé « le ministre des Impôts », on ne peut s'attendre qu'à des catastrophes. Nous y sommes ! Hollande + Eckert : la combinaison perdante du tiercé de l'incompétence, de l'irresponsabilité et du dogmatisme. Dans l'ordre ou dans le désordre…
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14147
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: On augmente le nombre de fonctionnaires   Jeu 13 Déc 2018, 15:06

2018

Citation :
En 2017, le nombre de fonctionnaires a encore augmenté en France
13/12/2018

En 2017, la fonction publique employait 5,66 millions de salariés y compris les bénéficiaires de contrats aidés, soit 4.800 de moins qu'un an auparavant (−0,1 %). Mais ces chiffres sont trompeurs, car ils prennent en compte la chute des contrats aidés, voulue par le gouvernement: 50.400 de moins soit une baisse de 26,6% par rapport à 2016.

En revanche, toujours selon des données statistiques provisoires publiées par l'Insee, si on exclut les contrats aidés -contrats de travail dérogatoires au droit commun pour lequel l'employeur bénéficie d'aides-, les effectifs de fonctionnaires ont progressé par rapport à 2016. Ils étaient 5,53 millions l'an passé, soit 0,8% de plus qu'un an auparavant. Une hausse supérieure à celle constatée par l'Insee entre 2016 et 2015: +0,5% (toujours hors contrats aidés).
   
Dans le détail, les effectifs des trois catégories de fonction publique (État, territoriale, hospitalière) ont connu des variations distinctes.

Dans la fonction publique d'État, les effectifs (2,5 millions de personnes, contrats aidés compris) sont restés quasiment stables (+0,1%), après une progression de 1% en 2016.

Dans les ministères, la hausse est de 1,2%, soit 22.900 agents de plus, grâce notamment à une hausse des effectifs au ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (+20.600 agents). "Dans une moindre mesure, l'emploi croît dans les ministères de l'Intérieur (+5200) et de la Justice (+1300)", ajoute l'Insee.

Les effectifs sont en revanche en recul "dans les ministères économiques et financiers (-2000) ainsi qu'aux ministères chargés de l'environnement et du logement (-1200)", et dans les établissements publics, particulièrement touchés par la réduction des contrats aidés (-19.400) qui représentaient 13,2% des effectifs fin 2016.

Dans la fonction publique territoriale (1,97 million de personnes), les effectifs continuent de décroître au même rythme qu'en 2016 (-0,4 %). "Le recul des contrats aidés est particulièrement notable dans le secteur communal (-21.600 soit -26,1%)", souligne l'institut des statistiques. Si l'on ne prend pas en compte ces contrats par nature temporaires, les effectifs ont augmenté de 1%.
   
Enfin dans la fonction publique hospitalière, les effectifs sont restés parfaitement stables sur un an, à 1,19 million de personnes, marquant l'arrêt de la baisse observée les années précédentes. Ils reculent de 0,1% dans les hôpitaux mais progressent de 1,3% dans les établissements médico-sociaux (y compris Ehpad).
https://www.bfmtv.com/economie/en-2017-le-nombre-de-fonctionnaires-a-encore-augmente-en-france-1587384.html
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4234
Date d'inscription : 08/01/2012

MessageSujet: Re: On augmente le nombre de fonctionnaires   Jeu 13 Déc 2018, 17:37

(Zoom sur)
La fonction publique territoriale regroupe les personnels des collectivités territoriales (communes, départements, régions), des structures intercommunales (communautés d’agglomérations, communautés de communes…) des établissements publics et des offices publics d’HLM.

Total FPT (2016) : 1 885 820
Organismes communaux (communes + CCAS…) : 1 140 137
Organismes intercommunaux : 299 770
Organismes départementaux : 351 161
Régions : 86 330
Autres (OPHLM, Régies, …) : 8 422

Source :
https://www.fonction-publique.gouv.fr/rapport-annuel-2018-faits-et-chiffres-fiches-thematiques-excel
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4234
Date d'inscription : 08/01/2012

MessageSujet: Re: On augmente le nombre de fonctionnaires   Ven 14 Déc 2018, 09:51

La répartition des emplois publics sur le territoire en 2016
(pour chaque fonction publique)
François ECALLE, 13.12.2018

Extrait :
Le «taux d’administration», rapport entre le nombre de fonctionnaires et le nombre d’habitants, est en moyenne de 72 agents publics pour 1000 habitants en métropole en 2016. Il est très différent d’une région à l’autre et, encore plus, d’un département à l’autre. Il est particulièrement élevé Outre-mer (85 pour 1000), en Ile-de-France(81) du fait des administrations centrales et en Corse (80), malgré une relative faiblesse des emplois hospitaliers dans ces régions.

Si on met à part les régions qui présentent des taux atypiques (DOM et Corse; Ile-de-France pour les fonctionnaires d’Etat), l’écart est de presque 20% entre la région la plus pourvue en fonctionnaires civils de l’Etat (PACA) et la moins pourvue (Pays-de-la-Loire); il est de 50 % entre la région la plus dotée en fonctionnaires publics locaux (PACA) et la moins dotée (Grand-Est); il est de 45 % entre la région la plus pourvue en fonctionnaires hospitaliers (Bourgogne-Franche-Comté) et la moins pourvue (L’Ile-de-France).

L’écart entre le taux d’administration le plus fort et le plus faible dans les départements, hors Paris, est d’environ 1 à 2, pour l’ensemble des trois fonctions publiques et les fonctions publiques d’Etat et locale, et d’environ 1 à 3 pour les hôpitaux.

Les besoins de la population peuvent être mesurés avec d’autres critères que le nombre d’habitants et les services publics ne se ramènent pas au nombre de fonctionnaires. Des études plus approfondies, au niveau du département ou du bassin de vie, sont donc nécessaires.
Il semble néanmoins, en première analyse, que la répartition des emplois publics ne correspond pas aux besoins et que le principe d’égalité devant le service public n’est pas respecté. Hors Ile-de-France, la répartition des fonctionnaires civils de l’Etat répond toutefois un peu mieux aux besoins que celle des fonctionnaires locaux et hospitaliers.

Ces statistiques montrent également que les départements ruraux ne sont pas systématiquement défavorisés; ils apparaissent mieux pourvus en emplois publics hospitaliers que ceux de la région parisienne. La répartition territoriale des emplois publics semble plus marquée par l’héliotropisme des fonctionnaires (i.e. ils poussent mieux au soleil…) que par une coupure entre zones urbaines et rurales.

Le rapport entre le nombre de fonctionnaires et l’emploi total varie également beaucoup d’une région à l’autre, ce qui traduit une forme de solidarité des régions où ce ratio est faible (Pays-de-la-Loire, Ile-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes) vers celles où il est élevé (Outre-Mer, Corse, Hauts-de-France et Occitanie)

https://www.fipeco.fr/pdf/0.77659000%201544655178.pdf
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18215
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: On augmente le nombre de fonctionnaires   Ven 14 Déc 2018, 11:20

si pour monter une usine à gaz il fallait s'assurer de son utilité...

Une société énarchique ça pisse des décrets et des textes et ça engage des fonctionnaire... si possible copains et sans emploi.

Le tout bien regroupé autour des centres de décision c'est à dire à Paris.

Dans une société cohérente on monte une structure pour répondre à des besoins dans une société énarchique un monte une usine à gaz pour placer des copains, disposer de fric pompé sur les impôts et ensuite on se demande à quoi on va l'occuper.
Pour justifier son existence elle emmerde au maximum les gens donc on sait qu'elle existe et qu'elle mérite un budget en augmentation.

Faites le tour des "missions", des conseils (si possible grands) , des comités et vous comprendrez où passent une partie de vos impôts.
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4234
Date d'inscription : 08/01/2012

MessageSujet: Re: On augmente le nombre de fonctionnaires   Ven 14 Déc 2018, 11:55

Toutefois, on observe qu'une mairie de ville moyenne (50 000 habitants, disons) parvient à embaucher beaucoup sans avoir besoin d'énarque pour ça. Et aussi à augmenter souvent les impôts locaux.
Mais la question de l'utilité (publique) de garder les effectifs annuels de l'ENA se pose. Alors que curieusement, ce qui a été réduit c'est le nombre de médecins en formation, dont pourtant l'utilité est d'autant plus évidente que maintenant il en manque.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18215
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: On augmente le nombre de fonctionnaires   Ven 14 Déc 2018, 13:37

Il y a des villes qui sont des bouées de sauvetage pour nomenklaturistes en perdition.

Lorsque le nombre de sites refuges pour apparachiks diminue on charge les barques qui surnagent.

A défaut d'énarques c'est la même logique qui fait loi : il faut sauver les copains et donner non pas du travail mais un emploi aux amis.

Un emploi c'est une vacance budgétaire donc une paie à la fin de mois... ce qui n'implique pas que l'on doive fournir un travail voire même assurer une vague présence.
Revenir en haut Aller en bas
thierry

thierry

Messages : 1116
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: On augmente le nombre de fonctionnaires   Ven 14 Déc 2018, 20:23

Il y a quelques années l'OCDE avait sorti une étude qui montrait que la création d'un emploi public détruisait 1,1 emploi dans le privé ( ou quelque chose comme ça).

Cette étude, issue d'une institution honnie car libérale, avait soigneusement été oubliée d'être relayée par les médias français.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: On augmente le nombre de fonctionnaires   

Revenir en haut Aller en bas
 
On augmente le nombre de fonctionnaires
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nombre d'orthophonistes qui augmente : trop ou non?
» nombre de cousins ?
» Nombre de visites
» [résolu]nombre d'installations HR12
» nombre de jours Apss pour 2011-2012?????

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne locale :: Tribune libre-
Sauter vers: