Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 On doit vivre ensemble et faire ses courses séparément !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tonton christobal

avatar

Messages : 14544
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: On doit vivre ensemble et faire ses courses séparément !   Mar 09 Aoû 2016, 23:22

Une épicerie sans alcool ni porc attaquée par la mairie de Colombes
L'office HLM présidée par la maire Les Républicains des Hauts-de-Seine a assigné le locataire du bail commercial auprès du tribunal de Nanterre.
Source AFP
L'alcool, le jambon et la viande non halal doivent-ils être vendus dans une épicerie généraliste ? Oui, selon l'office HLM de Colombes, qui a décidé d'attaquer l'un de ses locataires qui ne propose pas ces produits, en dépit d'un bail pour une supérette d'« alimentation générale ». « Ce local commercial a été loué pour un commerce généraliste d'alimentation. On se retrouve avec une supérette 100 % halal. Pour nous, ça ne rentre plus dans le cadre du bail », a expliqué lundi à l'Agence France-Presse le chef de cabinet du maire de Colombes (Hauts-de-Seine), Jérôme Besnard, commune de la banlieue ouest de Paris.
La maire Nicole Goueta (Les Républicains) est par ailleurs la présidente de l'office de logement social Colombes habitat public, bailleur de l'épicerie. Le contrat de location avait d'abord été signé par Franprix, enseigne d'alimentation généraliste, qui l'a cédé au printemps 2015 à Good Price, qui ne vend ni alcool ni jambon. « Le problème, c'est que c'est une épicerie communautaire, qui correspond à une pratique religieuse. Il n'est pas possible qu'on laisse se communautariser un quartier. Good Price ne respecte pas la condition de diversité qu'on avait posée au départ », a estimé le porte-parole de la maire.
Arguments économiques et sécuritaires du gérant
Colombes habitat public a porté l'affaire devant le tribunal de grande instance de Nanterre, qui doit examiner le litige le 13 octobre « pour non-respect d'une clause du contrat », a indiqué une source chez le bailleur social, qui se défend de toute « stigmatisation d'aucune communauté ». « Good Price n'aurait vendu que des vélos, on aurait réagi pareil », a ajouté cette même source.
Selon la mairie et l'office de logement public, une négociation a été tentée depuis un an avec le gérant de l'épicerie, en vain. « Je fais du commerce, je regarde autour de moi et je cible ce qui peut s'y vendre », avait-il indiqué dans un entretien au Parisien début août, en avançant des problèmes de sécurité quant à la vente d'alcool et les mauvais chiffres du rayon charcuterie de son prédécesseur.
« En tant que commerçant, on essaie de viser une clientèle de masse. Tant pis si ça déplaît à une petite partie de la population », avait-il ajouté. La mairie a contesté l'argument : « Vendre cinq références de vin et trois de jambon ne va pas faire couler son commerce », a soutenu Jérôme Besnard, qui a appelé à « maintenir une sorte de service public de l'alimentation ».

---------------------

Jusqu'à maintenant je n'avais pas compris que la république française n'était pas laïque et que les non musulmans étaient une petite minorité...
Peut être le quartier en question ne fait il plus partie de la France... sait on jamais.

Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3631
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: On doit vivre ensemble et faire ses courses séparément !   Mer 10 Aoû 2016, 01:08

Sauf erreur le même cas de figure s'était présentė au maire d'Evry M.Valls

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
Robin

avatar

Messages : 1207
Date d'inscription : 13/02/2011

MessageSujet: Re: On doit vivre ensemble et faire ses courses séparément !   Mer 10 Aoû 2016, 01:31

Par dessus la tête de cet islamisme rampant, de celui qui avance masqué et cultive la haine de notre société bien qu'il ne représente probablement qu'une infime partie de la population musulmane française.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14544
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: On doit vivre ensemble et faire ses courses séparément !   Mer 10 Aoû 2016, 02:21

L'islam devient un parti politique :



Il y a un an ou deux on se moquait ou on criait au fou en évoquant Michel Houellebecq et son livre soumission...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12556
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: On doit vivre ensemble et faire ses courses séparément !   Jeu 20 Oct 2016, 09:51

tonton christobal a écrit:
Une épicerie sans alcool ni porc attaquée par la mairie de Colombes

Il se trouve que j'ai travaillé quelques années à Colombes dans un quartier où allez savoir pourquoi le Mac Do est (était) en rupture de Mac Bacon du 1er janvier au 31 décembre... Si, si....

Vu l'ambiance sereine de ce quartier, je ne suis pas très surpris d'apprendre aujourd'hui que la maire tente d'instaurer un couvre-feu nocturne pour les mineurs...

http://www.leparisien.fr a écrit:
Deux quartiers sous couvre-feu dès ce jeudi à Colombes
Valérie Mahaut et Elia Dahan|19 octobre 2016, 21h18

Le couvre-feu s’applique dès ce jeudi soir au Petit-Colombes et aux Fossés-Jean, à Colombes. Nicole Goueta, maire LR de la ville a signé l’arrêté « sur la circulation des mineurs de moins de 16 ans » mercredi, au lendemain d’une annonce précipitée.
---/---
Vent debout dès mardi soir, le conseiller municipal PS, Alexis Bachelay, également député, se dit « consterné » par cette « mesure inefficace et inacceptable ». Pour l’élu socialiste, la municipalité ne cherche qu’à « montrer ses muscles à travers cette mesure qui n’est qu’un écran de fumée et va stigmatiser un peu plus les habitants du quartier. » Comme d’autres, Alexis Bachelay s’étonne du timing. « Si cet arrêté avait été pris en juillet après qu’un jeune homme a été assassiné d’une balle dans la tête, on aurait pu comprendre. Cela aurait rassuré la population. Mais aujourd’hui, elle est hors-sol, elle n’a pas de rapport avec des événements actuels. » « Mais pourquoi ne pas tenter ? », rétorque au contraire un enquêteur de la police judiciaire, par trop habitué aux fusillades du Petit-Colombes.

« Le trafic est constant. On démantèle un réseau le matin, l’après-midi, d’autres prennent la place. Alors pourquoi ne pas essayer d’empêcher certains jeunes d’être recrutés comme guetteurs ? », poursuit-il sans pour autant attendre une efficacité exceptionnelle d’un tel couvre-feu. Notamment parce qu’il faut pouvoir le faire respecter. « Le couvre-feu présente un intérêt quand il est motivé par un événement particulier et qu’on déploie des forces pour en assurer l’application, commente un haut gradé de la police départementale. Sinon, il n’y a pas de cohérence. » Mais en pleine période Vigipirate, alors que la police est ultra-mobilisée depuis des mois et souffre d’un manque d’effectifs, il paraît illusoire de compter sur une forte implication de la police nationale. « Nous sommes très sollicités, confirme le patron de la police du 92, Jean-Paul Pecquet. Et l’application de ce type d’arrêté n’est pas si simple. Que fait-on des enfants que les parents ne viennent pas récupérer au commissariat ? »
 Source: http://www.leparisien.fr/colombes-92700/deux-quartiers-sous-couvre-feu-des-ce-jeudi-a-colombes-19-10-2016-6229017.php
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14544
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: On doit vivre ensemble et faire ses courses séparément !   Ven 21 Oct 2016, 03:41

Un bon exemple de la volonté de faire se développer le "vivre ensemble"

------------------------------------

Orange avec AFP, publié le jeudi 20 octobre 2016 à 17h13

Un infirmière de 22 ans a subi les coups et la pression de sa famille pour quitter son compagnon non musulman.

Pression culturelle pour les uns, simple conflit familial pour les autres. Le tribunal correctionnel de Reims a examiné, jeudi 20 octobre, le cas de deux jeunes femmes accusées d'avoir frappé leur cousine, musulmane en couple avec un catholique.

"Elle doit mener une vie clandestine dans une crainte totale", a affirmé Me Simon Miravete, avocat de la victime. Celle-ci, une infirmière de 22 ans, a dit être menacée en raison d'une histoire entretenue depuis 3 ans avec un jeune catholique. Le 25 janvier 2016, ses deux cousines s'en étaient prises violemment à elle, lui laissant plusieurs ecchymoses au visage. La raison du conflit ? "Je ne voulais pas revenir chez mes parents, je voulais rester avec mon conjoint", a déclaré la plaignante à la barre, affirmant que ses cousines avaient demandé à celui-ci de se convertir à l'islam.

Le parquet, qui a tenu à recentrer les débats sur des "éléments objectifs" sans verser dans "le choc des civilisations", a requis 3 mois de prison avec sursis et la réalisation d'un stage de citoyenneté pour "violence commise en réunion". Le jugement a été mis en délibéré au 17 novembre.

Menaces de mort du père

Les prévenues, intégrées "tout ce qu'il faut" dans la société, selon leur avocat Me Daouda Diop, ont affirmé qu'elles considéraient la victime "comme une soeur" mais estimé au contraire que celle-ci était devenue hystérique et qu'il fallait la "protéger d'elle-même". Les violences de ces "deux petits soldats" et les menaces répétées de plusieurs membres de la famille, en amont de l'altercation, posent la question de "la liberté d'une jeune femme qui veut vivre comme elle l'entend" tout en conservant sa religion, a dit Me Miravete.

La victime avait également mis en cause son père devant les enquêteurs, expliquant que durant la bagarre, joint au téléphone par ses cousines, il avait proféré des menaces de mort en arabe à son encontre. "Ma fille est une manipulatrice, quand on la voit on lui confierait le bon Dieu sans confession, mais elle est pleine de mensonges", s'est défendu le père, à l'issue de l'audience. Le parquet a cependant décidé de ne poursuivre que les deux cousines, au casier judiciaire vierge.

"Nous ne sommes dans aucun dilemme culturel, encore moins dans une guerre de religion, mais dans un conflit familial qui oppose un père à sa fille", a tenté d'apaiser Me Diop.

----------------------

SOS racisme et touche pas à ma pote vont réagir !
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12556
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: On doit vivre ensemble et faire ses courses séparément !   Lun 04 Déc 2017, 09:27

Citation :
Une épicerie en justice pour communautarisme

Par  Jean Chichizola le 03/12/2017

Un office HLM reproche à ce commerce, défini comme « généraliste » dans son bail, l'absence d'alcool et de porc.

Vin et jambon seront au menu du tribunal de Nanterre en ce lundi. La justice doit en effet trancher un litige opposant l'office de logement social de Colombes (Hauts-de-Seine), Colombes Habitat Public, au magasin d'alimentation Good Price, installé au pied des tours de la cité des Grèves, dans l'ouest de la ville. L'office, présidé par la maire Les Républicains de Colombes, Nicole Gouéta, reproche au commerce et à son gérant de ne pas respecter le contrat de location stipulant que le local doit être occupé par un «commerce général d'alimentation». Or Good Price est de facto une épicerie halal où le porc et le vin sont proscrits. Et l'office HLM attaque pour non-respect d'une clause du contrat dans l'intention affichée de ne pas permettre une «communautarisation» des commerces de la ville.

L'affaire n'est pas nouvelle. Elle remonte à 2015. À l'époque, le local commercial est occupé par un magasin Franprix. L'enseigne quitte les lieux et le bail est donc vacant. Un projet de boucherie halal crée une première polémique, une pétition dénonçant cette perspective. Finalement, l'idée d'une nouvelle supérette est retenue.


Adaptation à la demande

Comme son nom l'indique, Good Price se caractérise par sa politique de petits prix. Mais la mairie va rapidement constater que les petits prix vont de pair avec une sélection des articles en vente. Des habitants dénoncent notamment le fait qu'ils ne trouvent plus de vin dans le magasin. De plus, point de jambon ni de porc en général, ou de viande non halal, chez Good Price.

Tentant de régler le problème à l'amiable, la mairie demande alors au commerce d'intégrer ces produits dans son offre. Le gérant, Soulemane Yalcin, explique qu'il doit s'adapter à la demande et que de tels produits ne trouveraient pas preneurs…
---/---


Dernière édition par a.nonymous le Lun 04 Déc 2017, 09:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12556
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: On doit vivre ensemble et faire ses courses séparément !   Lun 04 Déc 2017, 09:29

Citation :
---/---
L'office HLM, agissant en tant que bailleur, décide alors de saisir la justice pour demander la rupture du bail, qui court jusqu'en 2019. L'argumentation est des plus simples: l'expression «commerce généraliste d'alimentation» s'oppose à l'idée d'un commerce halal restreignant le nombre d'articles à la vente. En octobre, l'avocat de Colombes Habitat Public, Me François Meyer, expliquait devant le tribunal de grande instance de Nanterre: «C'est un dossier qui peut paraître singulier, mais qui est tout de même assez simple. (…) Colombes a donné un bail à la société Good Price et, dans les clauses du bail, est insérée une mention pour que ce commerce soit généraliste.» «Or là, avait-il poursuivi, il s'agit d'une alimentation particulière. À 96 %, elle vend des produits halal,(…)aucune marque connue en France, pas d'alcool, pas de porc. Vous n'avez pas certains produits laitiers…»

En réponse, Good Price a argué que «le chiffre de 96 % ne correspondait pas à la réalité», que le fait de vendre du vin était «une activité annexe, le vin ne fait pas partie de l'alimentation générale». L'avocate de Good Price avait ensuite dressé la liste des marques connues présentes dans les rayons du magasin. La mairie, qui considère la supérette comme «une épicerie communautaire, qui correspond à une pratique religieuse», soutient qu'il «n'est pas possible qu'on laisse se “communautariser” le quartier», tout en se défendant de toute «stigmatisation d'une communauté». La décision est rendue ce lundi.
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/12/03/01016-20171203ARTFIG00177-une-epicerie-en-justice-pour-communautarisme.php
Revenir en haut Aller en bas
 
On doit vivre ensemble et faire ses courses séparément !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» On doit vivre ensemble et faire ses courses séparément !
» Dans quel(s) supermarché(s) allez vous faire vos courses ?
» Chantal Pary - Pour vivre ensemble - Parole en bas par gigi
» travailler sur le Vivre Ensemble en EHPAD
» Ou faire ses courses à Dijon ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Les faits de société. Débats. Sondages.-
Sauter vers: