Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Facebook vecteur de fake news.

Aller en bas 
AuteurMessage
Libellule

avatar

Messages : 15092
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Facebook vecteur de fake news.   Jeu 23 Mar 2017, 22:25

L’entreprise de Mark  Zuckerberg a été accusée de nombreuses fois d’avoir favorisé l’ascension de Donald Trump à la présidence des États-Unis. En cause notamment? La diffusion de fausses informations sur le réseau social américain, qui compte près de 2 milliards d’utilisateurs mensuels.

Facebook a donc mis en place plusieurs outils ayant pour but de limiter le partage des fake news, comme le révèle Quartz. Si en France, les internautes peuvent signaler une publication lorsqu’elle apparaît sur leur fil d’actualité, le réseau prévient également désormais celui qui partage la fausse information.

Ainsi, lorsque l’utilisateur essaie de publier un lien menant vers une histoire montée de toute part par le site Newport Buzz, un message s’affiche. Dès que le lien est copié-collé, une notification apparaît, stipulant que l’information n’est pas vérifiée, et «contestée» par Snopes.com et Associated Press:

L’internaute est donc prévenu qu’il s’agit là d’une fake news. S’il choisit malgré tout de publier, un nouveau message s’affiche: mentionnant le risque de Fake news. Puis, s'il cherche à avoir plus d'informations et clique sur «à propos»: Et se voit préciser en quoi son intervention est litigieuse. Et s’il choisit de «publier quand même» son lien, il le verra auréolé du même message d’avertissement:

Si pour l'instant, ces fake news ne sont vérifiées que par des médias américains, huit médias français se sont récemment alliés à Facebook afin de lutter contre la diffusion de fausses informations.

En France, outre Le Monde, les médias partenaires sont l’Agence France-Presse (AFP), BFM-TV, France Télévisions, France Médias Monde, L’Express, Libération et 20 Minutes. Après la France, Facebook projette de poursuivre le déploiement dans d’autres pays.

Ce dispositif permet aux utilisateurs, grâce à une nouvelle catégorie de signalement, de « faire remonter » une information qu’ils pensent être fausse. Les liens signalés sont rassemblés au sein d’un portail, auquel les médias partenaires ont accès. Ceux-ci peuvent dès lors vérifier ces informations.

Si deux médias partenaires établissent que le contenu signalé est faux et proposent un lien qui en atteste, alors ce contenu apparaîtra aux utilisateurs avec un drapeau mentionnant que deux « fact-checkers » remettent en cause la véracité de cette information. Quand un utilisateur voudra partager ce contenu, une fenêtre s’ouvrira pour l’alerter.

Lutter contre la diffusion de rumeurs, de supputations et in fine de fausses informations par les temps qui courent me parait être une démarche préventive.

Notre Mark Zuckerberg local joue un rôle important dans cette prévention.  Je lui envoie tous mes encouragements pour qu'il soit de plus en plus vigilant.
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 3432
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Facebook vecteur de fake news.   Dim 18 Mar 2018, 22:49

(presque) Tous les garçons et les filles de divers ages, tous les partis, toutes les associations veulent être sur Facebook. Et pourtant...

Comment une entreprise proche de la campagne de Trump a siphonné les données de millions d’utilisateurs de Facebook
LE MONDE | 18.03.2018
Facebook a « suspendu » Cambridge Analytica, une entreprise d’analyse de données, accusée d’avoir recueilli sans le consentement du réseau social les informations personnelles de millions d’usagers.

Les données personnelles de dizaines de millions d’électeurs américains ont été aspirées sur Facebook par une entreprise proche de Donald Trump dans le but de cibler au maximum la campagne du candidat républicain à l’élection présidentielle. Le tout, dans la majorité des cas, sans le consentement des utilisateurs du réseau social.
()
Cette affaire est surtout extrêmement embarrassante pour Facebook. Vendredi 16 mars, quelques heures avant la mise en ligne des articles du Guardian et du New York Times et après que ces deux médias ont sollicité sa réaction, Facebook a annoncé qu’il suspendait Cambridge Analytica et SCL de sa plate-forme. En réalité, le réseau social sait depuis la fin de 2015 et les premiers articles dans la presse que des données de ses utilisateurs ont été siphonnées sous un prétexte académique avant d’être revendues pour une campagne politique.
()
Mais le plus grave pour Facebook, c’est que cette affaire prouve une nouvelle fois que sa plate-forme peut être utilisée à des fins politiques, à son insu et à celui de ses utilisateurs. Il y a quelques semaines, le procureur spécial Robert Mueller, chargé de l’enquête sur l’ingérence russe dans l’élection présidentielle de 2016, a montré dans un document d’inculpation très précis comment la propagande russe avait utilisé Facebook pour diffuser ses messages. Ces nouveaux détails donnent de solides arguments à ceux qui voudraient davantage réguler Facebook
()
Le lanceur d’alerte, un ancien collaborateur de Cambridge Analytica sur lequel s’appuie en partie le Guardian pour ses nouvelles révélations, a transmis à l’ICO ainsi qu’à la police britannique plusieurs documents internes de l’entreprise.
http://lemonde.fr/pixels/article/2018/03/18/comment-une-entreprise-proche-de-la-campagne-de-trump-a-siphonne-les-donnees-de-millions-d-utilisateurs-de-facebook_5272744_4408996.html
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 3432
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Facebook vecteur de fake news.   Mer 21 Mar 2018, 23:43

Qui peut encore croire que les données privées sur Facebook sont confidentielles ?

La coupable négligence de Facebook

Editorial. Le réseau social a laissé le cabinet Cambridge Analytica siphonner les données personnelles de millions d’usagers pour, in fine, essayer d’orienter leur vote lors de l’élection présidentielle américaine de 2016. Cette nouvelle affaire montre l’incapacité de Facebook à se réguler lui-même.
LE MONDE | 21.03.2018

Editorial du « Monde ». Facebook est-il encore digne de confiance ? La vitesse à laquelle le mot dièse #deletefacebook (« supprimer Facebook ») se répand sur les réseaux sociaux montre que des millions d’internautes ont déjà un avis sur la question. Ce doute apparaît légitime depuis les révélations sur le siphonnage des données personnelles de dizaines de millions d’utilisateurs de Facebook à leur insu, dans le but supposé de peser sur le résultat de la dernière élection présidentielle américaine.

A l’origine de l’affaire se trouve Cambridge Analytica, un cabinet spécialisé dans les études de consommation, dont Steve Bannon, ex-conseiller de Donald Trump et figure de l’extrême droite américaine, a été l’une des chevilles ouvrières. Peu de temps après sa création, en 2014, la société avait fait appel à un chercheur de l’université britannique de Cambridge pour se développer dans les études d’opinion. Sous couvert de mener des recherches universitaires sur les comportements électoraux, celui-ci avait mis au point une application proposant à des membres de Facebook inscrits sur les listes électorales américaines de remplir un questionnaire contre une modeste rétribution.

50 millions de personnes abusées
Plus de 270 000 personnes ont téléchargé l’application, ce qui a permis d’avoir accès à leurs données personnelles, mais aussi à celles de leurs amis. Grâce à la viralité que permet Facebook, près de 50 millions de personnes auraient été ainsi abusées. Cette base de renseignements, croisée avec les préférences exprimées par ces internautes sur le réseau social, aurait permis de dresser des profils psychologiques et politiques suffisamment précis pour les cibler avec de la publicité dans le but d’orienter leur vote.

Cinq jours après l’éclatement de l’affaire, le silence des dirigeants de Facebook est assourdissant, alors que la pression monte de toutes parts. Aux Etats-Unis comme en Europe, parlementaires et instances de régulation veulent comprendre pourquoi Cambridge Analytica a eu accès à ces données et pourquoi Facebook n’en a pas informé ses utilisateurs, pas plus qu’il n’a pris de mesures efficaces pour remédier au problème.

(à suivre)
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 3432
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Facebook vecteur de fake news.   Mer 21 Mar 2018, 23:43

(... suite)

Fausse gratuité
La teneur de la réponse est de nature à remettre en question le modèle économique du réseau social, qui a construit sa prospérité sur une fausse gratuité : derrière l’accès à une plate-forme d’échange pour rester en contact avec ses « amis » et s’informer se cache une monétisation des données des utilisateurs aux visées commerciales ou politiques. L’adage selon lequel « Si le service est gratuit, c’est que vous êtes le produit » n’a jamais été aussi pertinent. Par naïveté plus ou moins assumée, les internautes, bercés par les promesses des géants de l’Internet, n’ont pas prêté suffisamment attention aux conséquences de ce que cela signifiait.

Cette affaire est d’autant plus grave qu’elle n’est pas isolée. Facebook est aussi accusé de ne pas avoir pris suffisamment au sérieux l’ingérence russe dans l’élection présidentielle américaine et de participer à la diffusion de fausses informations et de contenus racistes ou faisant l’apologie du terrorisme.
En début d’année, Mark Zuckerberg avait pris une résolution : « réparer » Facebook pour regagner la confiance de ses utilisateurs. Ce nouveau scandale montre toute la difficulté qu’a le réseau social à se réguler lui-même. Il est grand temps que les pouvoirs publics s’emparent du sujet pour protéger des données personnelles que nous avons imprudemment laissées à la merci des convoitises.

http://lemonde.fr/idees/article/2018/03/21/la-coupable-negligence-de-facebook_5274115_3232.html
Revenir en haut Aller en bas
 
Facebook vecteur de fake news.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» fan page facebook Helene Rolles FAKE
» Fake news, bientôt une loi
» Naval news in the world
» Internet, vecteur de changement, ou non
» Facebook

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: