Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de
Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble,
son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Punaises de lit - Des CRS en mission à Calais dorment dans leurs fourgons

Aller en bas 
AuteurMessage
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Punaises de lit - Des CRS en mission à Calais dorment dans leurs fourgons Empty
MessageSujet: Punaises de lit - Des CRS en mission à Calais dorment dans leurs fourgons   Punaises de lit - Des CRS en mission à Calais dorment dans leurs fourgons EmptyDim 02 Juil 2017, 17:59

80 policiers de la Compagnie républicaine (CRS48) de Châtel-Guyon dans le Puy-de-Dôme en mission à Calais ont été contraint de passer deux nuits dans leurs fourgons. La raison ? Leur hôtel était infesté de punaises de lit.
Par Virginie CookePublié le 02/07/2017 à 16:29
Les 80 policiers de Châtel-Guyon (Puy-de-Dôme) envoyés en mission à Calais dans la région des Hauts-de-France ont eu une sacrée surprise en arrivant à leur hôtel mercredi 28 juin. Des collègues d’Orléans les avertissent : l’hôtel est déjà occupé… par des punaises de lit !

Après leur journée de travail, les policiers puydômois demandent que leurs chambres soient désinsectisées et prennent la décision de ne pas dormir à l’hôtel pour éviter de se faire piquer. Ils se retrouvent contraints de passer la nuit dans leurs véhicules dans des conditions plus que sommaires.

Le lendemain, le jeudi 29 juin,  les policiers découvrent que la situation ne s'est pas améliorée. Ils décident de dormir à nouveau dans leurs véhicules.

Après ces nuits spartiates, une solution a été trouvée : les CRS ont été relogés dans différents hôtels autour de Calais. Leur mission dans les Hauts-de-France va durer 2 semaines.

----------------------------

Les z'humanistes de services ne sont pas révoltés !

Il vaut mieux être "migrant" que flic... les assoces veillent !

Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15058
Date d'inscription : 23/01/2012

Punaises de lit - Des CRS en mission à Calais dorment dans leurs fourgons Empty
MessageSujet: Re: Punaises de lit - Des CRS en mission à Calais dorment dans leurs fourgons   Punaises de lit - Des CRS en mission à Calais dorment dans leurs fourgons EmptyDim 02 Juil 2017, 18:23

La punaise de lit, qui avait quasi-disparu dans les années 50, fait son grand retour. En deux ans, le nombre d'intervention a bondi de 165%.

On ose même pas évoqué pour ne pas contrarier les climatosceptiques les raisons du comment et du pourquoi.

Rapport d'Isabelle Coston

Devenus depuis plusieurs années le cauchemar des Nord-Américains, ces minuscules parasites dont les français pensaient s’être débarrassés depuis les années 50 font un retour en force en Europe et dans l’Hexagone.

Vendredi 9 juin 2017, par Isabelle Coston
Les punaises de lit envahissent l’Hexagone. Ce n’est pas le titre d’un film d’horreur, mais une réalité qu’a choisi d’aborder la Chambre syndicale des industries de désinfection, désinsectisation et dératisation (CS3D) à l’occasion de la Journée mondiale de prévention des nuisibles.

Lors d’une conférence de presse donnée à Paris début juin, Journée mondiale de prévention des nuisibles, la Chambre syndicale des industries de désinfection, désinsectisation et dératisation (CS3D) a annoncé que la présence de punaises de lit aurait déjà été signalée dans près de 200 000 sites en France, aussi bien des hôtels, des résidences universitaires, ou des maisons de retraite que des résidences de particuliers.

Devenus depuis plusieurs années le cauchemar des Nord-Américains, ces minuscules parasites dont les français pensaient s’être débarrassés depuis les années 50 font un retour en force en Europe et dans l’Hexagone. Selon un rapport publié en 2015 par le Centre national d’expertise des vecteurs (CNEV), 87 % des services communaux d’hygiène et de santé auraient déjà été sollicités pour des cas d’infestations par ces insectes.

Autant ces bébêtes sont amatrices d'une certaine chaleur, autant, comme d’autres parasites tels que les puces ou les poux, les punaises craignent les températures supérieures à 60 °C ou inférieures à 20 °C. Mais se régalent et prolifèrent volontiers entre 25 et 45.

Il est donc conseillé de laver tous les textiles à plus de 60 °C et de passer le nettoyeur-vapeur (à louer si vous n’en possédez pas) dans les moindres recoins de chacune des pièces de l’habitation. Le petit chemisier en soie ou le pull en cachemire, eux, peuvent être mis pendant au moins soixante-douze heures au congélateur.

Passer l’aspirateur peut aussi être utile, à condition néanmoins que le sac ayant servi soit hermétiquement fermé et jeté aussitôt à la poubelle. Il ne faut pas non plus négliger les larves nichées entre les lattes de sommier ou de parquet, qui attendent leur heure.

Si ces méthodes ne sont pas radicales et si les appartements voisins sont aussi colonisés, ne tardez pas pour solliciter l’intervention d’une entreprise spécialisée, qui procédera à la pulvérisation, voire à la fumigation de produits insecticides puissants. 2 passages en 15 jours.

On se doit pour le coup d'être solidaire des policiers.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14681
Date d'inscription : 30/05/2011

Punaises de lit - Des CRS en mission à Calais dorment dans leurs fourgons Empty
MessageSujet: Re: Punaises de lit - Des CRS en mission à Calais dorment dans leurs fourgons   Punaises de lit - Des CRS en mission à Calais dorment dans leurs fourgons EmptyDim 14 Juil 2019, 20:12

2019


Citation :
La punaise de lit, nuisible pour le corps et… l’esprit

Par Enora Ollivier Publié 14.07.2019

C’est une petite bête plate, couleur rouge foncé, ne dépassant généralement pas les 7 millimètres. Elle s’appelle « Cimex lectularius » mais elle est communément connue – et redoutée – sous le nom de punaise de lit.

Elle avait quasiment disparu de France après guerre, en partie grâce au DDT, un insecticide puissant et massivement utilisé durant une vingtaine d’années, avant qu’il ne soit interdit en raison de sa toxicité. Mais la voilà en nette recrudescence, favorisée par l’essor des voyages internationaux, le développement de la location de logements entre particuliers, mais aussi la multiplication des achats de seconde main. Ces nouveaux modes de vie permettent en effet à la punaise de lit de passer de lieu en lieu, et de coloniser de nouveaux logements.

La chambre syndicale de désinfection, désinsectisation et dératisation (CS3D) – autrement dit, les professionnels de l’élimination des nuisibles –, a comptabilisé 400 000 sites touchés en France en 2018, contre 200 000 en 2016-2017. C’est beaucoup. Et encore, c’est une fourchette basse : le chiffre correspond aux remontées des professionnels et ne prend pas en compte ceux qui, par exemple, n’ont pas cherché à faire traiter leur logement. Le nombre de personnes concernées est par ailleurs bien plus large, l’organisation appelant « site » tout immeuble touché par les punaises de lit (maison, hôtel, cinéma, café, crèche, village vacances, etc.). Personne n’est épargné : la punaise investit aussi bien les HLM que les habitations privées, les écoles que les maisons de retraite…

« C’est logique », souligne Stéphane Bras, le porte-parole de la CS3D : « L’être humain est à la fois le véhicule et une grande partie de l’alimentation » des punaises. La bestiole est hématophage, c’est-à-dire qu’elle ne se nourrit que de sang, et en particulier de sang humain. Elle a pour autre particularité de fuir la lumière naturelle ou artificielle et donc d’être surtout en activité la nuit.

Les piqûres en elles-mêmes peuvent être irritantes et désagréables, d’autant qu’elles sont répétées, mais ne sont pas graves. « La punaise de lit ne transmet pas de maladie. Tous les jours, des millions de personnes sont piquées dans le monde et on n’a jamais eu de cas d’épidémie », souligne l’entomologiste Jean-Michel Bérenger.

Et pourtant, la prolifération de l’insecte inquiète. Elle peut provoquer un isolement social chez les personnes touchées, une image dégradée pour les commerces ou même les villes infestées. Mais tous les spécialistes interrogés sont d’accord : le principal impact de la punaise de lit sur l’être humain est sans doute d’ordre psychologique.

« Beaucoup de personnes ne supportent pas de savoir qu’elles ont des insectes dans leur lit qui vont leur sucer le sang », note M. Bérenger. « C’est un insecte qui pique quand vous dormez, quand vous vous reposez, quand vous vous détendez. Alors, vous finissez par ne plus dormir, ne plus vous reposer, ne plus vous détendre », insiste Pascal Delaunay, lui aussi entomologiste et biologiste au service de parasitologie-mycologie du CHU de Nice.

Ce dernier décrit « un trouble de stress » chez de nombreux patients qui, même après l’élimination des nuisibles dans leur logement, ressentent « un traumatisme ». M. Delaunay a développé un accompagnement par l’hypnose des personnes qui sont ou ont été infestées par des punaises de lit. « Il faut pouvoir être guéri jusqu’au bout : le corps et le psychisme. »

Le problème est que guérir le corps passe par l’élimination totale de la punaise chez soi, ce qui a un coût, et pas des moindres : au bas mot 400 euros. Pour traiter correctement un endroit infesté, il faut d’abord dresser un diagnostic. Les punaises sont visibles à l’œil nu, mais le plus efficace pour détecter tous les endroits où elles se nichent est le chien renifleur. Il faut ensuite établir un traitement avec un professionnel. « C’est un sujet sérieux, on ne se débarrasse pas des punaises de lit facilement, dit Stéphane Bras. Il ne faut pas penser que c’est la petite fourmi de jardin, qui va et qui vient. Une punaise de lit, ça s’enkyste dans une maison, ça s’installe partout, ça peut ne pas se nourrir pendant près de deux ans et ça a des taux de reproduction énormes. »
---/---


Dernière édition par a.nonymous le Dim 14 Juil 2019, 20:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14681
Date d'inscription : 30/05/2011

Punaises de lit - Des CRS en mission à Calais dorment dans leurs fourgons Empty
MessageSujet: Re: Punaises de lit - Des CRS en mission à Calais dorment dans leurs fourgons   Punaises de lit - Des CRS en mission à Calais dorment dans leurs fourgons EmptyDim 14 Juil 2019, 20:13

Citation :
---/---
Parmi les méthodes d’éradication possibles, M. Bras cite « des insecticides ciblés », pouvant être associées à « de la vapeur sèche, de la poudre de diatomée », mais aussi « le grand froid, en dessous de -18 °C et le chaud, au-dessus de 55 °C », deux systèmes qui vont tuer œufs, larves, et punaises adultes.

« On a maintenant des punaises qui résistent à tout, et c’est nous qui les avons fait évoluer, avec l’utilisation des insecticides. C’est pour ça qu’on se tourne beaucoup vers les moyens alternatifs. », souligne Jean-Michel Bérenger. Selon lui, le chaud et le froid sont « très efficaces » et ne provoquent « ni résistance, ni toxicité ». M. Bérenger, qui travaille notamment avec la ville de Marseille sur la problématique des punaises de lit, a suggéré à la municipalité de se doter de grandes tentes chauffantes pour désinfecter du matériel.

« Après l’épisode malheureux de la rue d’Aubagne [huit personnes sont mortes en novembre 2018 dans l’effondrement de deux immeubles], des gens se sont retrouvés dans des hôtels, démunis. Il y a eu beaucoup de dons de vêtements, mais on s’est aperçu qu’ils contenaient des punaises de lit. Dans un premier temps, le réflexe a été de dire “on va tout jeter”, mais je trouvais que c’était dommage. La solution c’était d’acheter des tentes et de tout traiter pour donner aux gens des vêtements sains. »

Deux tentes sont maintenant en circulation à Marseille, l’une utilisée par le Samu Social, l’autre par la Ville.

Face au phénomène, des députés de La France insoumise ont lancé une campagne, au début du mois de juillet, pour demander que le fléau soit reconnu comme un problème de santé publique et qu’un double plan d’éradication et de prévention soit mis en place. Ils souhaitent également que les tarifs des sociétés privées spécialisées dans la désinsectisation soient encadrés.

Interrogée, la direction générale de la santé (DGS) répond que « la problématique des punaises de lit relève bien de l’hygiène et de la salubrité de l’habitat et des milieux intérieurs ». Cependant, les autorités jugent que les « conséquences sanitaires doivent être correctement connues » et ont lancé une étude, menée par la DGS et le réseau Sentinelles de l’Inserm. Il s’agit d’« estimer le taux d’incidence annuel des cas » vus en consultation de médecine générale, de « décrire » ces cas et d’« étudier l’existence d’une saisonnalité des cas ». Les résultats sont attendus pour début 2020.
https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/07/14/la-punaise-de-lit-nuisible-pour-le-corps-et-l-esprit_5489204_3244.html
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Punaises de lit - Des CRS en mission à Calais dorment dans leurs fourgons Empty
MessageSujet: Re: Punaises de lit - Des CRS en mission à Calais dorment dans leurs fourgons   Punaises de lit - Des CRS en mission à Calais dorment dans leurs fourgons Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Punaises de lit - Des CRS en mission à Calais dorment dans leurs fourgons
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Combien d'Hopitaux.
» pourcentage d'émission
» Mission Jeanne d'Arc 2017
» [60] Oise
» Début de collection MAC + Mon makeUp non MAC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne locale :: Tribune libre-
Sauter vers: