Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 On reparle des ROMS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: On reparle des ROMS   Ven 22 Juil 2011, 10:22

22/07/2011 à 10:21
Ressortissants roumains: les policiers se disent inquiets
Des responsables policiers et de la justice s'inquiètent de la délinquance "générée par les ressortissants roumains" en région parisienne qui, selon eux, explose, se diversifie et devient violente à l'égard des forces de l'ordre.
partagezDel.icio.usViadeoMyspaceGoogleLiveYahoo! BuzzYahoo!DiggWikio votez réagissez
photo : ANNE-CHRISTINE POUJOULAT, AFP La "délinquance générée par les ressortissants roumains" a augmenté de 72,4% au premier semestre 2011 par rapport au premier semestre 2010, selon une étude policière consultée par l'AFP.

5.680 Roumains, dont une très forte majorité de mineurs, ont été "mis en cause" pour des larcins sur les six premiers mois de 2011, contre un total de 3.294 sur la même période de 2010.

Datée de début juillet et émanant de plusieurs services de police du "grand Paris" (Paris, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne), l'étude ne fait pourtant que confirmer une tendance policière ancienne.

Un document de la direction de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne (DSPAP), que s'était procuré l'AFP, faisait déjà état d'une hausse de 69% sur les cinq premiers mois de l'année 2011.

Le précédent ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, avait affirmé au cours de l'été 2010 que les actes de délinquance perpétrés par des Roumains à Paris avaient "augmenté de 259% en 18 mois".

à lire aussi
dans actualité :

Minorités
La Licra décide de ne plus participer aux conventions de l'UMP
Cette annonce survenait après que, le 28 juillet 2010, le chef de l'Etat eut tenu à l'Elysée une réunion très controversée sur les "problèmes que posent les comportements de certains parmi les gens du voyage et les Roms" après des violences survenues à Saint-Aignan (Loir-et-Cher).

L'étude de juillet pointe l'explosion des vols en tous genres, de téléphones portables ou dans les distributeurs automatiques de billets de banque (Dab), quatre à cinq par jour dans les lieux touristiques, commis "par des mineurs âgés de 10 à 17 ans".

Elle détaille aussi le développement des escroqueries à la charité, de la mendicité collective ou de ventes à la sauvette.

La famille B., activement recherchée par la police, est citée à titre d'exemple car elle fait régulièrement venir des ressortissants de Roumanie moyennant 100 euros par tête pour le voyage en France.

Ceux-ci, raconte l'étude, sont ensuite répartis dans la capitale, qui pour voler, qui pour mendier, en fonction de leur âge, voire "vendre des animaux dans la rue" 100 à 200 euros pièce, faux certificats à l'appui.

Des responsables de la police et de la justice ont fait part à l'AFP de leurs "inquiétudes" à cet égard, citant également des vols de cuivre, qui perturbent le trafic des métros, et l'organisation de jeux de hasard sur la voie publique.

"Ces ressortissants sont très organisés, diversifiés", ont-ils fait valoir. Ils n'"hésitent pas à protéger par la violence" leurs activités en agressant les forces de l'ordre, nombreuses là où ils sont implantés, notamment des Tuileries au Trocadéro.

Des CRS et des policiers en VTT ont été agressés le week-end dernier à Paris, une "tendance récente" faisant dire à un responsable policier: "Soit nous les dérangeons, soit nous ne leur faisons même plus peur".

L'étude rapporte les propos de jeunes Roumains évoquant une peine de cinq ans de prison chez eux en Roumanie pour un vol et "rien en France" s'agissant de délinquants mineurs.

La police, selon les sources, accuse la justice de ne pas les poursuivre plus sévèrement, la seconde invoque la législation, notamment celle sur les mineurs ou des "procédures mal faites".

La présence d'une dizaine de policiers roumains, affectés à Paris depuis les polémiques de l'été dernier, permet cependant à ces responsables de garder espoir face à ce phénomène qui "enquiquine la population" et "plombe les chiffres de la délinquance", selon eux.

http://actu.orange.fr/france/ressortissants-roumains-les-policiers-se-disent-inquiets-afp_164000.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12381
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: On reparle des ROMS et de la Roumanie   Ven 22 Juil 2011, 11:11

J'ai LA solution....... Il faut nommer Casimir ministre de l'intérieur car Casimir sait tout, connait tout, il a la science infuse sur tout donc il ne devrait pas y avoir de problème, Casimir devrait  pouvoir nous résoudre rapidement cette situation....



Plus sérieusement, cet article, qui fait bien attention de ne pas parler d'une population spécifique mais de "ressortissants roumains" au sens large, met bien en lumière la gravité de la situation face à des réseaux organisés qui profitent allègrement de la clémence et des failles de notre législation...


Dernière édition par a.nonymous le Lun 13 Juil 2015, 13:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12381
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Ven 22 Juil 2011, 12:01

Igor a écrit:
Quii est Casimir?

Un personnage comique de dessin animé...

Igor a écrit:
Pour ma part je pense qu'il s'agit d'une stigmatisation d'une population malheureuse et maltraitée par tout le monde.
Nous honorerions notre pays qui est riche, en accueillant généreusement ces hommes, ces femmes et ces enfants qui n'ont pour seul défaut que de ne pas vivre comme nous. Si vous étiez sans ressources au Japon ou en Belgique, vous vous conduiriez peut être moins bien qu'eux.
Solidarité, on ne parle que de cela en ce moment, solidarité avec la Grèce, solidarité avec la Côte d'Ivoire, solidarité avec les victimes des subprimes, solidarité avec les victimes du tsunami, pourquoi pas aussi solidarité avec les ROMS?

Je répondrais par un copier/coller d'un de mes posts dans une autre discussion http://www.plateaufontenay.net/t315-hommage-aux-morts

L'exemple de Bagnolet, ville française à municipalité communiste depuis 1928 est hélas significatif...

Il démontre que quelques soient les efforts entrepris, si des individus, je ne parle volontairement pas d'une population pour ne pas être accusé de stigmatiser qui que ce soit, ne veulent pas s'intégrer et préfèrent vivre des largesses du système ou en profitant des failles dans les lois de celui-ci, toutes les mesures d'assistances et d'aides mises en place ne pourront rien changer...

Citation :

Si les Rroms s'intègrent si bien pourquoi Marc Everbecq, maire PCF de Bagnolet, expulse-t-il des familles Rroms qui étaient depuis 3 ans dans un village d'insertion et qui à l'issue de ce délai n'ont apparemment pas réussi à s'intégrer ?

Je suis très étonné de cet échec à Bagnolet car depuis 1928 et Paul Coudert, cette ville a toujours été dirigé des maires communistes...


Citation :
mardi, juin 28, 2011
Bagnolet - village d'insertion, village d'éjection!
Communiqué des Rroms et leurs soutiens
Bagnolet, le 27 juin 2011

Fermeture précipitée cet été du "village d'insertion" pour les Rroms de Bagnolet. C'est une première. Le "village d'insertion " d'Aubervilliers, le premier créé, a été prolongé au delà de la durée prévue de trois ans.

Les personnes restant du groupe des Rroms de l'incendie du bidonville de 2004 à Bagnolet, hébergés encore actuellement dans les Algeco du 133-135 av Galliéni à Bagnolet, se sont vues pour une vingtaine d'entre eux notifier il y a une semaine et demie un départ précipité (le 1er juillet au lieu du 31 juillet initialement prévu).

Il s'agit de 21 personnes (cinq couples dont un avec un enfant, quatre célibataires, une mère et ses deux jeunes fils et un couple avec deux ados).

Ils ont reçu des lettres signées du maire de la ville M. Everbecq et du sous préfet M. Lime leur expliquant que le dispositif préfectoral de la MOUS (Maîtrise d'Oeuvre Urbaine et Sociale) devait s'arrêter le 31 juillet, mais pour ceux dont la situation n'aurait pas assez évoluée ce serait le 1er juillet. On ne connait pas non plus les garanties pour le petit groupe (une dizaine de personnes) restant jusqu'au 31 juillet pour lequel dans ce cas précis on promet des solutions concrètes de logement?

Après des années sur la ville de Bagnolet (bidonville, centre de loisir désaffecté, hôtel, trois à quatre ans en "village d'insertion"), en quinze jours ils doivent accélerer l'évolution de leur situation (travail, papiers, logement) avec des services publics ne prenant pas leurs responsabilités et avec des associations promptes à toucher des financements et à établir des enquêtes sociales mais à jouer les fantômes sur le terrain quand il s'agit de trouver des solutions concrètes comme le Pactarim 93.


Dans cette lettre la seule proposition concrète à cette expulsion dont on se pose la question du caractère urgent, est, alors que cette population souhaite bien évidemment rester sur le territoire français, l'offre de "l'aide au retour humanitaire assortie d'un accompagnement social qui vous permettra de vous réinsérer durablement dans votre pays d'origine"!!!!! alors que la majorité des destinataires ont des papiers!!!


Rendez vous demain 14h30 devant le 133-135 avenue Gallieni (la rue des puces de Bagnolet) M° Galliéni Bagnolet
Source: http://rroms.blogspot.com/2011/06/bagnolet-village-dinsertion-village.html


Voir aussi sur le sujet de l'expulsion des Rroms de Bagnolet :

http://rroms.blogspot.com/2011/06/si-quelquun-doit-degager-de-bagnolet-ce.html
http://www.bagnoletenvert.com/article-l-insertion-des-roms-de-bagnolet-interrompue-brutalement-78467827.html
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Ven 22 Juil 2011, 17:30

IGOR joue à l'innocent, il sait très bien que Casimir est le pseudo du citoyen Loic qui n'a rien d'un comique, ni d'une marionnette en peluche
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mar 05 Mar 2013, 19:09

Peut-être que l'un ou l'autre pourrait nous éclairer sur ce communiqué du Mrap...

Mardi 26 février a eu lieu rue Paul Bert à Montreuil un rassemblement contre l’installation deonzelogements modulaires destinés temporairement à des familles rroms qui vivent à Montreuil et qui sont depuis de nombreuses années accompagnées sur le plan social pardes associations, dans le cadre d’un projet piloté par la municipalité.

Des élus communistes ont participé à ce rassemblement de la haine et du rejet justifiantleur présencedans un communiqué du 27 février signé sous le double logo du Front de Gauche et du Comité des Citoyens Montreuillois.

Le MRAP condamne fermement cette initiative raciste et xénophobe contre des famillesd’origine Rromquivivent à Montreuil depuis de nombreuses années et qui ont la possibilité de sortir de la grande précarité dans laquelle ils vivent depuis qu’ils ont été jetés à la rue à la suite de l’incendied’unsquat.

Dans une réponse au collectif Romeurope du 9 avril 2012, le Front de Gauche dont la devise est « l’humain d’abord », affirmaità proposdes Rroms, par la voix de son candidatJean Luc Mélenchon, son souhait de « voir mise en œuvre une politique de construction de logements sociaux pour aller vers le respect des droits pour toutes et tous ».

Le MRAP appelle le PCF et le Front de Gauche à se désolidariser publiquement de l’attitude de ces élus qui, au lieu de développer la solidaritéentre tous les citoyens quelques soient leurs origines, exhortent à la haine, à la discrimination et à la violence contre des citoyens montreuilloisd’origine Rrom.

Paris, le 5 mars 2013.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mar 05 Mar 2013, 21:30

Ce serait mieux que des lieux soient dédiés comme le prévoit la loi, ni plus ni moins. En leur absence c'est un peu compliqué de maîtriser leur implantation, leur scolarisation, leur intégration, etc...
Voir le sujet sur l'aménagement d'une aire dans le bois de Vincennes.
Contrairement à d'autres je ne pratique pas le double langage.
L'humain d'abord, est une notion si simple, qu'il y a qu'à s'y tenir.
Les discours et les comportements mélenchonistes manquent vraiment beaucoup d'humanité.

Comment vous dire...
On va faire simple je suis d'accord avec ce point de vue

http://www.rue89.com/rue89-politique/2012/11/02/decomplexe-resistant-revolutionnaire-cope-copie-t-il-melenchon-236745

Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mar 05 Mar 2013, 21:53

Je suis d'accord l'insalubrité est un vrai problème, et effectivement les difficultés s'accumulent ici comme ailleurs, ce qui fait que par les temps qui courent les notions de générosité ou de solidarité (chrétienne ou laïque) reculent.
Beaucoup de raisons d'en avoir marre, marre, marre, comme vous dites, très lucidement et justement. Mais autant rester humain. Loin de moi de penser que vous seriez un facho de près ou de loin Huron. Je comprends bien que l'une des manières de nier la pauvreté des plus pauvres, c'est de l'expédier le plus loin possible de son propre lieu de vie. N'empêche, ... cette pauvreté fait partie de notre monde... les biffins parisiens en témoignent, de même que les SDF. Qu'elle prenne la forme qu'incarne celle de gens du voyage (ostensiblement visible), ou tout simplement de gens miséreux, chez eux (bien plus cachée mais tout autant réelle), c'est la même, on peut l'appeler misère...

Tout ceux et celles qui sont allés un jour aux restos du coeur, pour se nourrir, sont aujourd'hui ses meilleurs alliés et plus fidèles bénévoles, car ayant toucher le fonds, ils sont reconnaissants d'avoir un temps reçu le soutien dont ils avaient besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mar 05 Mar 2013, 22:32

La charité? Non. Je suis beaucoup plus terre à terre.
Le respect du droit et que cela.
Sous ce lien à l'onglet Europe 2007 2010, le cas de la France est assez bien expliqué.
http://fr.m.wikipedia.org/wiki/Roms#section_4
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12381
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mer 06 Mar 2013, 01:43

Libellule a écrit:
Ce serait mieux que des lieux soient dédiés comme le prévoit la loi, ni plus ni moins. En leur absence c'est un peu compliqué de maîtriser leur implantation, leur scolarisation, leur intégration, etc...
Voir le sujet sur l'aménagement d'une aire dans le bois de Vincennes.

Ou quand EELV fait le même amalgame que Sarkozy entre les Rroms et les "gens du voyage" à qui est destiné le terrain dans le bois de Vincennes...

C'est l'Humanité qui le dit:

L'Humanité a écrit:
1) « Itinérants forcément itinérants » : logique, on connaît les Tsiganes, leurs caravanes, leurs traditions ancestrales, leur goût pour le voyage. Manque de pot, les Roms roumains sont sédentaires en Transylvanie depuis plusieurs centaines d’années. Certains étaient paysans, d’autres artisans. La plupart n’avaient jamais vu une caravane jusqu’à ce que les associations, persuadées de bien faire, leur proposent ce type de relogement.
---/---
Le premier acte politique est donc sans tarder de nous départir de toutes nos représentations, construites dans nos imaginaires ou nos expériences, regarder objectivement et sans dramatisation ces immigrés comme d’autres Européens venus tenter leur chance dans des pays plus riches que les leurs..
Source:
http://www.humanite.fr/debats/roms-le-premier-acte-politique-est-de-nous-departir-%E2%80%A8de-toutes-nos-representations-imaginaire

Après dès lors que l'on considère les Rroms comme "d’autres Européens venus tenter leur chance dans des pays plus riches que les leurs" comme nous y invite l'Humanité, c'est la directive 2004/38/CE du Parlement européen qui s'applique....

Et cette directive dit:

Directive européenne a écrit:
Droit de séjour d'une durée supérieure à trois mois

Le droit de séjour pour une période supérieure à trois mois reste soumis à certaines conditions:

soit exercer une activité économique en qualité de travailleur salarié ou non salarié;
soit disposer de ressources suffisantes et d'une assurance maladie afin de ne pas devenir une charge pour l'assistance sociale de l'État membre d'accueil pendant son séjour. À ce propos, les États membres ne pourront pas fixer le montant des ressources qu'ils considèrent comme suffisantes, mais ils doivent tenir compte de la situation personnelle de la personne concernée;
soit suivre une formation en tant qu'étudiant et disposer de ressources suffisantes et d'une assurance maladie afin de ne pas devenir une charge pour l'assistance sociale de l'État membre d'accueil pendant son séjour;
soit être membre de la famille d'un citoyen de l'Union qui entre dans une des catégories susdites.
Source: http://europa.eu/legislation_summaries/internal_market/living_and_working_in_the_internal_market/l33152_fr.htm

A partir de là on peut se poser la question de savoir si les Rroms répondent au critère: "disposer de ressources suffisantes et d'une assurance maladie afin de ne pas devenir une charge pour l'assistance sociale de l'État membre d'accueil pendant son séjour." ?

Personnellement je ne le pense pas puisque de l'aveu même de Dominique Voynet, maire EELV de Montreuil, la municipalité de Montreuil doit leur fournir un hébergement et un un accompagnement social...

Maintenant cette nouvelle prise position de EELV à quelques mois des élections municipales est intéressante car elle fournit des indications sur les orientations que pourrait être amenés à prendre des élus de ce parti si ils dirigeaient la ville...

Libellule a donc bien raison de rafraichir ce sujet car il faudra sans aucun doute amener la question Rroms sur le devant de la scène au cours de la campagne des municipales, cette question ayant pleinement sa place entre le grand réaménagement du boulevard de Verdun et la place des voitures et des vélos dans notre ville...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mer 06 Mar 2013, 03:14

À titre dinformation, je mets ici le communiqué du Parti de Gauche, sur la question qui m'fait relancer le débat.

Le Parti de Gauche de Montreuil condamne fermement les exactions menées les 25 et 26 février rue Paul Bert en vue d’y empêcher l’installation d’habitations modulaires à destination de familles roms.

Nous tenons à rappeler que le Front de Gauche a toujours condamné les expulsions et démantèlements de campements roms et revendique un logement décent pour tous. Aucun responsable politique se réclamant du Front de gauche ne peut apporter le moindre soutien, même passif, aux agissements menés rue Paul Bert.

Le récent incendie d'un camp Roms à Aubervillers nous rappelle l'urgence impérieuse à trouver des solutions d'hébergement dignes à ces familles en situation de grande précarité.

La proposition de bâtiments modulaires, à défaut d'être une solution idéale, apporte une première réponse à cette situation dramatique, et contribue à favoriser l'insertion des familles, dès lors qu'elle est menée en bonne intelligence avec l'ensemble des citoyens.

A ce titre, nous regrettons que la municipalité n’ait tenu aucun compte du courrier des élus PG-PC-RGC du 7 septembre 2012 qui alertait « quant au choix de ce site » et proposait « de suspendre cette opération et de procéder à une évaluation sereine et impartiale de ce projet d’implantation et le cas échéant de rechercher un autre site, plus approprié et pour lequel vous auriez notre soutien. (…) Nous espérons que vous saurez percevoir l’esprit constructif de cette démarche dans l’intérêt des familles concernées ; qui contribuera à ramener la sérénité dans le quartier, élément indispensable à une intégration réussie. »

Nous continuons à penser que de nombreux autres terrains du bas Montreuil, aujourd'hui objet d'opérations immobilières juteuses, auraient été plus appropriés.

Pour autant, l’absence de dialogue avec les habitants de la part de la municipalité ne saurait en aucun cas justifier les agissements qui se sont déroulés rue Paul Bert.Le Parti de Gauche demande à l'ensemble des partis et organisations de gauche de la ville, ainsi qu'à la municipalité de mettre tout en œuvre pour apaiser la situation..

[i]


Ici on parle de sérénité d'un quartier, dialogues avec le habitants, recherche d'apaisement et condamnations des agissements qui se sont déroulés rue Paul Bert à Montreuil. De quoi me satisfaire, et un témoignage on ne plus précis de la difficulté que j'évoquais en terme d'aménagement du territoire quand les questions supposées de salubrité et de misère trop proches de chez soi se pose.

La société contrairement aux années 60 régresse. Dans ces années là, la priorité fut de donner un toit à tous, en ayant une politique ambitionne de suppression de tous les bidon-villes de la région parisienne à grande échelle, sans se soucier de l'origine de leurs habitants, alors que maintenant, même le traitement à petit échelle d'un phénomène identique, entraîne des réticences fortes. Nous vivons dans un autre monde qui s'est beaucoup précarisé, et pour ma part, ceci explique cela.

Nous ne sommes peut-être plus en capacité de donner un avenir de progrès social ... Je suis entièrement d'accord que la colère gronde, mais reste convaincu que parfois elle se trompe de cible.

Ce n'est pas l'intégration ou non de 25 000 personnes qui réduira un tant soit peu la précarisation des 8 000 000 de français en état de précarité en France.



Dernière édition par Libellule le Mer 06 Mar 2013, 03:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12381
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mer 06 Mar 2013, 03:29

Revenons au local: quelle est la position des candidats EELV à la mairie de Fontenay sur la question Rroms ?

Envisagent-ils la création de villages d'insertion sur notre commune ?
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mer 06 Mar 2013, 03:43

Dans le cadre d'un débat serein pourquoi pas en effet. Mais je ne doute pas que le choix de l'endroit ne sera jamais le bon pour beaucoup.... L'exemple de l'aire du bois de Vincennes en est une parfaite illustration : on passe de l'argument "c'est trop près de chez moi, on n'en veut pas, envisageons le ailleurs" (le communiqué du parti de gauche) à "c'est trop loin on ne va pas pouvoir scolariser les enfants, les pauvres" (le positionnement des maires UMP limitrophes au bois de Vincennes).
Ainsi va la vie face à des sujets qui touchent à la proximité et à l'intégration. Dans les deux cas on ne parle que d'une dizaine de familles à accueillir, pas d'une invasion non contrôlée. Soit en caravanes avec sanitaire, soit en modulaire permettant d'aller vers plus de salubrité.

Je reste persuadé que fait intelligemment, on peut encore poser un tel sujet, sans pour autant gagner ou perdre une élection, fut-elle municipale.
Si succès ou échec il y a, ce sera pour d'autres raisons.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12381
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mer 06 Mar 2013, 04:11

Libellule a écrit:
Dans le cadre d'un débat serein pourquoi pas en effet. Mais je ne doute pas que le choix de l'endroit ne sera jamais le bon pour beaucoup.... L'exemple de l'aire du bois de Vincennes en est une parfaite illustration : on passe de l'argument "c'est trop près de chez moi, on n'en veut pas, envisageons le ailleurs" (le communiqué du parti de gauche) à "c'est trop loin on ne va pas pouvoir scolariser les enfants, les pauvres" (le positionnement des maires UMP limitrophes au bois de Vincennes).
Ainsi va la vie face à des sujets qui touchent à la proximité et à l'intégration. Dans les deux cas on ne parle que d'une dizaine de familles à accueillir, pas d'une invasion non contrôlée. Soit en caravanes avec sanitaire, soit en modulaire permettant d'aller vers plus de salubrité.

Je reste persuadé que fait intelligemment, on peut encore poser un tel sujet, sans pour autant gagner ou perdre une élection, fut-elle municipale.
Si succès ou échec il y a, ce sera pour d'autres raisons.


Merci pour ces précisions... Il est effet intéressant pour les fontenaysiens à quelques mois des municipales de savoir que "dans le cadre d'un débat serein" une municipalité EELV pourrait envisager la création de villages d'insertion pour les Roms sur notre commune....
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mer 06 Mar 2013, 05:26

Je crois en effet tous partis confondus qu'il ne doit pas y avoir de sujet tabou et qu'un débat serein vaut bien mieux que les postures trop partisanes dans un sens ou dans l'autre, d'où mon "pourquoi pas" très raisonnable et non dogmatique. Pour tout vous dire, ma réponse serait la même qu'elle qu'ait été l'étiquette du futur maire proposée par votre question initiale. EELV PS PCF MODEM UDI UMP FN...

. Et que si il y à un problème local posé, (je dis bien si) il vaut mieux essayer d'envisager de trouver une solution, que de laisser une situation en l'état sans chercher à traiter ce problème. C'est le comment le traiter qui devient alors le coeur du débat et non un pseudo attentisme qui en général ne résout rien.

Si malgré le débat serein, le "problème posé" ne trouve pas de solution, au moins aura-t-on, un instant, eu le courage de le poser, plutôt que de l'éluder.

Au regard de la loi en vigueur, et des conditions remplies ou non de son application, il est clair que les mots clefs d'un tel débat deviendrait un choix raisonné entre "reconduite à la frontière dans le respect de la dignité humaine", " intégration dans le paysage urbain dans le respect de.. etc...", "régularisation sous conditions de... etc...", qui dans tous les cas de figure seront des solution "humaines", au mieux du respect de la loi (la notion de BIEN et du MAL écrit en majuscule n'ayant pas sa place à mon avis dans votre remarque, alors que la LOI si). Le rejet de l'autre n'est pas forcément la solution, et la forme de la manifestation de ce rejet doit elle-même restée légale.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mer 06 Mar 2013, 10:42

Arrow
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12381
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mer 06 Mar 2013, 11:32

Huron a écrit:
Manquerait plus que ça

Je pense pourtant que les propos de Libellule sont assez explicites même si il mélange un peut tout en parlant de "régularisation" ou de "reconduite à la frontière" comme si les Rroms étaient des immigrés extra-communautaires:..

Libellule a écrit:
Au regard de la loi en vigueur, et des conditions remplies ou non de son application, il est clair que les mots clefs d'un tel débat deviendrait un choix raisonné entre "reconduite à la frontière dans le respect de la dignité humaine", " intégration dans le paysage urbain dans le respect de.. etc...", "régularisation sous conditions de... etc...", qui dans tous les cas de figure seront des solution "humaines", au mieux du respect de la loi (la notion de BIEN et du MAL écrit en majuscule n'ayant pas sa place à mon avis dans votre remarque, alors que la LOI si). Le rejet de l'autre n'est pas forcément la solution, et la forme de la manifestation de ce rejet doit elle-même restée légale.

Comme les Rroms sont des citoyens européens, c'est la directive 2004/38/CE du Parlement européen citée précédemment qui s'applique et rien d'autre....

Personnellement et pour les Rroms de nationalité roumaine, je pense que dans la situation de notre pays qui connait un taux de chômage est de 10,6% alors que la Roumanie n'est qu'à 6.6%, le renvoi vers ce pays des citoyens qui cherchent à s'installer sans répondre à la condition d'autonomie financière de la directive reste la meilleure solution...

Il faut juste veiller à ce que ce renvoi se fasse dans des conditions humaines satisfaisantes et qu'il ne soit accompagner d'aucune aide pour ne pas créer un effet "appel d'air" et des allers-retours sans fin...

Après, si la Roumanie s'obstine à discriminer cette population comme elle le faisait déjà à l'époque du communisme c'est un autre problème et la question qui doit se poser est de savoir si l'Union peut accepter en son sein un pays qui se livre à une telle discrimination...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mer 06 Mar 2013, 13:27

Je pense effectivement avoir été clair, et pour le cas ci dessus évoqué, sans en faire une généralité donc, comme déjà vous essayez de le faire anonymous, il me parait que la démarche légale est établie puisque de sujet a même été l'objet d'une discussion ouverte entre Dominique Voynet et Manuel Valls, le 7 décembre dernier :

Ils ont évoqué ensemble les questions de sécurité à Montreuil avant de se rendre, sur le terrain, à la rencontre des habitants et des commerçants de la ville. La Maire ayant aussi alerté le Ministre sur la question des Roms.

La politique de solidarité à l'égard de 350 Roms présents à Montreuil depuis des années, menée au travers d'une Maîtrise d'oeuvre Urbaine et Sociale (Mous), a été évoquée. Dominique Voynet et le Ministre ont visité des logements passerelles construits spécifiquement pour accueillir les roms.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12381
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mer 06 Mar 2013, 13:50

Libellule a écrit:
Dominique Voynet et le Ministre ont visité des logements passerelles construits spécifiquement pour accueillir les roms.

Des logements "construits spécifiquement" pour des personnes d'une origine ethnique particulière... A quand des logements "construits spécifiquement" pour les magrébins, les africains, les asiatiques, .... ?

On est dans la pure discrimination à l'encontre des autres populations, je pense à tous ceux qui voudraient eux aussi une maison individuelle parce que nés en Bretagne ou dans la Creuse et qui se retrouvent dans un 12ème étage au Larris, et c'est à proprement parler inacceptable...

Cela provoque ce genre de réaction qui, si elle n'est pas politiquement correcte, est néanmoins totalement compréhensible et difficilement condamnable:

Amandine a écrit:
et pendant ce temps là il y a des gens qui ont cotisé depuis des générations en France, qui sont Français, qui sont dans le malheur et dorment dans leur voiture ou sous une tente.
Un scandale.
Virez les Rroms

Comme je l'ai déjà dit dans d'autres sujets, des questions comme celle des Rroms, le mariage homosexuel, le droit de vote des étrangers, ... pourraient être posées si l'économie de notre pays était prospère et si celui-ci ne comptait pas 3,2 millions de chômeurs, chiffre qui continue à croitre....

Dans la situation actuelle, mettre constamment ces sujets sociétaux en avant c'est juste jouer avec le feu mais il semble que EELV l'assume...


Dernière édition par a.nonymous le Mer 06 Mar 2013, 14:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mer 06 Mar 2013, 14:15

Ce qu'en dit Valls

Le Parti de Gauche de Montreuil condamne fermement les exactions menées les 25 et 26 février rue Paul Bert en vue d’y empêcher l’installation d’habitations modulaires à destination de familles roms.

Nous tenons à rappeler que le Front de Gauche a toujours condamné les expulsions et démantèlements de campements roms et revendique un logement décent pour tous. Aucun responsable politique se réclamant du Front de gauche ne peut apporter le moindre soutien, même passif, aux agissements menés rue Paul Bert.

Le récent incendie d'un camp Roms à Aubervillers nous rappelle l'urgence impérieuse à trouver des solutions d'hébergement dignes à ces familles en situation de grande précarité.

La proposition de bâtiments modulaires, à défaut d'être une solution idéale, apporte une première réponse à cette situation dramatique, et contribue à favoriser l'insertion des familles, dès lors qu'elle est menée en bonne intelligence avec l'ensemble des citoyens.

A ce titre, nous regrettons que la municipalité n’ait tenu aucun compte du courrier des élus PG-PC-RGC du 7 septembre 2012 qui alertait « quant au choix de ce site » et proposait « de suspendre cette opération et de procéder à une évaluation sereine et impartiale de ce projet d’implantation et le cas échéant de rechercher un autre site, plus approprié et pour lequel vous auriez notre soutien. (…) Nous espérons que vous saurez percevoir l’esprit constructif de cette démarche dans l’intérêt des familles concernées ; qui contribuera à ramener la sérénité dans le quartier, élément indispensable à une intégration réussie. »

Nous continuons à penser que de nombreux autres terrains du bas montreuil, aujourd'hui objet d'opérations immoblières juteuses, auraient été plus appropriés.

Pour autant, l’absence de dialogue avec les habitants de la part de la municipalité ne saurait en aucun cas justifier les agissements qui se sont déroulés rue Paul Bert.Le Parti de Gauche demande à l'ensemble des partis et organisations de gauche de la ville, ainsi qu'à la municipalité de mettre tout en œuvre pour apaiser la situation.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12381
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mer 06 Mar 2013, 14:17

Libellule a écrit:
Ce qu'en dit Valls

Le Parti de Gauche de Montreuil condamne fermement les exactions menées les 25 et 26 février rue Paul Bert en vue d’y empêcher l’installation d’habitations modulaires à destination de familles roms.

Nous tenons à rappeler que le Front de Gauche a toujours condamné les expulsions et démantèlements de campements roms et revendique un logement décent pour tous. Aucun responsable politique se réclamant du Front de gauche ne peut apporter le moindre soutien, même passif, aux agissements menés rue Paul Bert.
---/---

Contrairement à ce qui est écrit, je ne pense pas que Manuel Valls ait fait une telle déclaration....

Depuis sa nomination en tant que ministre de l'intérieur et sans doute parce qu'il est né étranger avant d'être naturalisé et qu'il a été maire d'une commune de banlieue, il a toujours fait preuve de lucidité et de clairvoyance tant sur la question Rroms que sur celles plus générales des étrangers ou des religions...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mer 06 Mar 2013, 15:01

Oops erreur de ma part... bom
le bon texte rendeer un petit problème technique...

Le ministre a martelé sa stratégie sur la question rom : poursuite des évacuations de campements illégaux, aide aux projets d'insertion et travail au niveau des pays d'origine. Il faut «sortir de la stigmatisation» sur la question rom, «ne pas les utiliser comme punching-ball», a-t-il déclaré, en appelant l'ensemble des acteurs à «chercher des solutions avec une palette très large.»

«Nous n'accepterons jamais les campements sauvages»

A Montreuil, il a visité un bloc de «logements-passerelles», des conteneurs colorés où vivent 11 familles roms en attente d'un
logement pérenne et où elles bénéficient d'un accompagnement social. Dans un de ces logements, il a échangé avec un père de famille dont les enfants sont scolarisés et qui a un travail. Cet homme a assuré ne pas avoir de problèmes de voisinage. «Ça prouve que, quand il y a de la dignité, les choses se passent bien. Le problème, c'est la misère», a commenté Manuel Valls, justifiant ainsi le maintien des évacuations de campements illicites. «Nous n'accepterons jamais les campements sauvages qui mettent en cause le vivre-ensemble», a-t-il déclaré, tout en soutenant les initiatives d'insertion «sur de petites unités».

Revenir en haut Aller en bas
GUIZMO

avatar

Messages : 294
Date d'inscription : 25/07/2010

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mer 06 Mar 2013, 15:56



Le problème c'est que dans le haut-Montreuil la mixité sociale disparaît, avec en plus des travailleurs Maliens, des pseudo-voyageurs de Roumanie, l'arrivée de personnes prioritaires du Dalo préfectoral. Ça rappelle la disparition de la mixité dans la plaine, où les classes moyennes quittent le coin...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mer 06 Mar 2013, 16:03

Des appels à contribution sont bien lancées auprès des villes UMP limitrophes, mais sans grand succès.

Ce n'est pas bien méchant de le dire, hein, puisque c'est vrai. cat
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12381
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mer 06 Mar 2013, 16:24

Libellule a écrit:
Des appels à contribution sont bien lancées auprès des villes UMP limitrophes, mais sans grand succès.

Ce n'est pas bien méchant de le dire, hein, puisque c'est vrai. cat

Mais alors à quoi ça sert que Jean-François Voguet, maire PCF de Fontenay, s'associe à Michel Martin, maire UMP de Nogent, au sein d'une SPL ?

Qu'elle est la finalité de cette SPL ? Faire disparaitre toute mixité sociale dans le Val en accueillant tous les demandeurs de logement en souffrance comme le dit fort justement Guizmo ?

Merci à Libellule et à EELV d'avoir remis le sujet des Rroms et donc de la mixité sociale sur le devant de la scène car à un an des municipales et après plus 45 ans de gestion communiste il ne doit plus le quitter...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Sam 09 Mar 2013, 10:19

Merci pour votre merci, anonymous.

Les dernières précisions
L'intégration des #Roms dans la société montreuilloise http://t.co/OSJZxzDDz8

Le sabotage fin février du chantier de construction de 11 logements temporaires destinés à des familles roms est l'occasion de revenir sur le processus d'accompagnement à l'insertion de 350 personnes. Les 11 logements d'insertion dont le chantier a été saboté rue Paul-Bert dans la nuit du 25 au 26 février bénéficient d'un permis de construire temporaire pour dix ans. Ils doivent accueillir dans les semaines qui viennent des familles suivies dans le cadre d'une maîtrise d’œuvre urbaine et sociale (Mous) signée entre la ville et l'État en 2009. Il s'agit d'accompagner 350 personnes dans leur insertion au sein de la société française. La Mous fixe un objectif de 5 ans pour atteindre l'objectif, du moins l'essentiel de celui-ci. Ces 350 Roms vivent à Montreuil, pour la plupart depuis 2002, certains depuis la fin des années 90. Jusqu'en 2008, ils errent de squat en squat, régulièrement chassés par ou avec la complicité du maire de l'époque. Durant l'été 2008, leur squat rue Dombasle est détruit dans un incendie. La nouvelle municipalité, élue trois mois avant, décide en catastrophe de leur affecter deux sites principaux de résidences temporaires, deux terrains situés rue Pierre-de-Montreuil et rue de la Montagne pierreuse. Un diagnostic social est mis en œuvre, deux associations sont missionnées pour le suivi des familles : Rues et Cités et ALJ 93.

Le processus d'insertion engagé depuis repose sur quatre piliers : l'éducation, l’accès aux droits et à la santé, le travail et le logement.

L'éducation ne pose guère de problème : les enfants sont inscrits dans les écoles municipales et les collèges ;ils suivent normalement leurs cours. Si la ville a l’obligation de scolariser les enfants, les parents de la Mous ont l’obligation d’envoyer leurs enfants à l’école. L’accès à la santé et aux droits se mettent en place progressivement. Pour le travail, ça coince. L’État montre durant trois ans une profonde contradiction : d'un côté il soutient le processus de Mous qu'il cofinance avec la ville, de l'autre le gouvernement Fillon prolonge de 2012 à 2014 l'interdiction d’avoir une activité salariée (mesures transitoires d’intégration à l’UE appliquées aux Roumains et Bulgares). Or les Roms sont généralement originaires d'un de ces deux pays, qu'ils ont fui car ils y sont marginalisés et maltraités. Et sans travail, réduit à faire la manche ou ramasser la ferraille, difficile de trouver un logement. L'arrivée de François Hollande à la présidence de la République, en mai 2012, change la donne : les Roms ont désormais le droit de chercher et d'obtenir un travail en France. Grâce à l’obtention d’une autorisation de séjour, ceux de Montreuil commencent à trouver du travail et peuvent payer un loyer.

Des logements plus ou moins temporaires, construits et à construire

A l'automne 2012, un premier village d'habitats temporaires est construit rue Émile Zola. Les onze logements prennent place dans des modules préfabriqués en usine et peints de couleurs joyeuses. Depuis l'installation des onze familles, tout se passe bien. Les craintes émises ici et là dans le quartier auparavant se sont vite dissipées : pas de voitures brûlées, pas de maisons pillées... Un projet similaire est en cours de construction sur un autre site, rue Paul-Bert. C'est le chantier saboté dans la nuit du 25 au 26 février. Les onze logements temporaires côtoieront sur le site une nouvelle salle polyvalente pour le quartier et s'insérera dans un petit espace vert,qui à terme sera agrandi après le démontage du village provisoire et l'aménagement d'un espace vert équivalent de l'autre côté de la rue. Les familles résideront là pour une période inférieure à deux ans –d’où le nom de logements passerelles - avant d’intégrer du logement classique. Ces constructions sont cofinancées par l’Union européenne et par la Région Ile-de-France. D'ici-là, deux autres chantiers augmenteront les capacités de relogement des personnes suivies par la Mous. Il s'agira de deux lots de trente logements sociaux dont une partie sera habitée par les familles de la Mous, construits rue Etienne-Dolet et rue Edouard-Branly, dans le Haut-Montreuil.

Une politique courageuse et appréciée

L’équipe municipale a affirmé depuis le début que si la ville de Montreuil ne peut accueillir toute la misère du monde, elle est prête à en prendre sa part. Cette action est appréciée et même louée par ses différents partenaires : l'Union européenne (qui la finance en partie via son fonds de développement régional, le Feder), l'État (par l’intermédiaire des ministres du Logement et de l’Intérieur) le conseil régional d’Ile de France, les opérateurs associatifs (Rues et Cités, ALJ 93, Cité Myriam). Seuls l’ancien maire Brard, l’UMP et les communistes locaux avec à leur tête le conseiller général du Bas-Montreuil, dans un grand élan d’unité xénophobe, s’opposent à cette politique courageuse et exemplaire
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Sam 09 Mar 2013, 12:15

Quand on dit qu'il va falloir virer tous ces élus dogmatiques en 2014. Eux et leurs idées folles.
Quand je lis
.
L'éducation ne pose guère de problème : les enfants sont inscrits dans les écoles municipales et les collèges ;ils suivent normalement leurs cours

je vous invite à aller demander leur avis aux enseignants concernés, vous serez surpris.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Sam 09 Mar 2013, 14:55

Ah ! la question du dogmatisme en politique…

Un mot dans une courte phrase et nous voilà face à un jugement sans appel, le repoussoir idéal étant installé, le faiseur du système étant ordonné, la pensée de la bonne identité étant propulsée, la théorie d’une société fermée étant idéalisée, bref, le b.a. ba de la raison pure, quand celle-ci se refuse de dépasser l’expérience des phénomènes car étant présentée comme la vérité à même de virer tout ce qui n’est pas semblable à ce que l’on est nous-mêmes:

Ah ! le dogmatisme que portent les autres, en passant par la case de l'élu quand il n'est pas de son camp. Son corollaire, étant au mieux le scepticisme, au pire le rejet.
Je sens bien vôtre désir de rejet EOLE et ai bien l’intention de m’en « accommoder ».

Si le « positionnement » de certains vous « incommodent », sachez simplement que vous êtes vous même dogmatique, ne serait ce que par le fait que vous jugez ce sujet comme hors de portée d’un compromis, comme quelque chose d’absolu, et qui ne saurait être soumis à la contradiction.

Je pense exactement l’inverse.

Pour que contradiction il y ait, il faut bien que le débat soit posé. Celui des Rroms l’est depuis suffisamment longtemps sans qu’aucune solution n’ait été apportée pour qu’on accepte un court instant d’aborder le sujet différemment.

Je sais bien que la confrontation d’idée est toujours partisane et alors, est-ce un argument suffisant pour en rester là ? Je ne le crois pas :
Un des avatars du dialogue politique fait qu’il suffit que quelqu’un « propose » pour qu’une partie de la société s’en « indispose » et qu’une autre ait le sentiment qu’on lui « impose » quelque chose dont elle ne veut pas.
Le dogmatisme est alors parfaitement réciproque.

Il est normal que l’on essaye d’attaquer et dissoudre la « proposition », si celle si devient une « position portée par l’action» (c'est le passage obligatoire de tout changement) ; ce côté « négationniste » d'un changement aussi petit qu'il soit, est simplement la marque d’un déterminisme à rester prisonnier de ses a priori.
Pour ce qui me concerne, j’ai décidé de me libérer du carcan des politiques dogmatiques et c’est pour cela que je parle de l’expérience de ce qui se passe à Montreuil. Amenez vos témoignages sur ces instits qui auraient quelque chose à en dire, et promis, on reprends ce débat


Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12381
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Sam 09 Mar 2013, 15:27

Citation :
Roms : l'alternative controversée des "villages d'insertion"
LE MONDE | 01.08.2012 à 15h09 Par Elise Vincent

Quelles solutions trouver pour améliorer la situation des Roms en France ? La décision, confirmée mardi 31 juillet par le ministre de l'intérieur Manuel Valls, de poursuivre le "démantèlement des campements roms" en cas de décision de justice, ne répond pas à cette question.

Depuis que les installations sauvages de ces ressortissants roumains et bulgares se multiplient en périphérie des grandes agglomérations, les négociations européennes sur le sujet patinent. Aussi, un certain nombre de municipalités concernées ont décidé de se mobiliser. Et un type de projet a fait particulièrement florès ces dernières années : les "villages d'insertion".

ACCOMPAGNEMENT SOCIAL

L'idée est de sélectionner des familles roms dans des bidonvilles et de les reloger dans des logements en dur - souvent des préfabriqués. En échange, les familles s'engagent à cesser les activités de mendicité ou les petits trafics qui les faisaient vivoter, à scolariser les enfants et à suivre des formations pour, à terme, décrocher un emploi. Durant toute cette période, qui peut durer plusieurs années, elles sont accompagnées par des travailleurs sociaux.

Le concept est aujourd'hui particulièrement développé dans la communauté urbaine de Lille, fief de la patronne du PS, Martine Aubry, où cinq villages existent et trois autres sont en construction. Mais comme ailleurs, ces villages ne permettent une prise en charge que d'un nombre très limité de Roms. Sur les quelque 3 000 Roms recensés dans l'agglomération, seuls 80 ont intégré le dispositif et une quinzaine d'adultes ont pu trouver un emploi. "C'est un moyen pour les communes de s'acheter une bonne conscience", estime Laurent El Ghozi, co-fondateur du collectif Romeurope et farouche opposant des "villages d'insertion".

"27 000 EUROS PAR FAMILLE"

Selon ce militant, défenseur des Roms de longue date, les villages d'insertion sont par ailleurs très onéreux. Si beaucoup sont en partie financés par des fonds européens, communes et Etat doivent aussi y aller de leurs deniers : "Il faut compter en moyenne 27 000 euros par famille et par an ", pointe M. El Ghozi. Comme d'autres acteurs du secteur, M. El Ghozi met aussi en doute l'efficacité du dispositif : "Vous pouvez faire tout ce que vous voulez, donner des cours de langue, faire de l'accompagnement social, si ce n'est pas possible de travailler à la sortie [à cause des mesures transitoires qui restreignent l'accès au marché du travail aux Roumains et aux Bulgares], ça ne marche pas ", plaide-t-il.

Selon M. El Ghozi, la plupart des emplois que les Roms trouvent à l'issue de leur passage en village d'insertion sont ainsi des emplois "militants, dans des associations ou des collectivités locales, ou bien des statuts d'auto-entrepreneurs pas toujours durables".
Source: http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/08/01/roms-l-alternative-controversee-des-villages-d-insertion_1741005_3224.html
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Sam 09 Mar 2013, 15:44

Autant faire connaître à tous, vu le dernier insert d'anonymous la position complète de Romeurope en reproduisant ici la lettre envoyée au premier ministre peu de jour après l'article qu'il cite (aout 2012)

Le Collectif National Droit de l’Homme Romeurope tient à vous exprimer sa grande déception et sa totale incompréhension de la politique de démantèlement de campements menée actuellement par le Ministre de l’Intérieur, qui ne semble pas marquer de rupture avec celles conduites depuis plus de 10 ans par les gouvernements précédents, ce qui amène la Commission européenne à alerter à nouveau les autorités françaises.

Début août, à Lyon, à Paris, à Lille, à Marseille, des évacuations de lieux de vie se sont encore déroulées sans proposition d'accompagnement des personnes expulsées, en termes d'hébergement ou de relogement, et de prise en charge des familles avec enfants, les abandonnant à la rue dans une précarité encore plus grande. Des renvois par charters vers la Roumanie ont été organisés sous couvert de "retours humanitaires" alors qu'ils sont de fait encore effectués sous la contrainte, en l’absence de possibilité immédiate de relogement.

En affirmant par voie de presse la nécessité de fermeté dans l’application de décisions de justice, le Ministre de l’Intérieur stigmatise à nouveau les populations roms. Et malgré l’annonce d’une concertation avec les associations pour trouver des solutions, il n’en a rien été sur le terrain lors de ces dernières opérations.

Comme il l’a déjà fait par son courrier du 28 juin dernier, le CNDH Romeurope vous demande l’arrêt immédiat de ces pratiques dont l’inefficacité est reconnue et qui contribuent à rendre plus difficile la recherche de solutions durables.

Ces initiatives ne sont pas conformes aux engagements du Président de la République qui s'est exprimé sur le sujet en faveur d’une politique plus respectueuse des droits de l’Homme et de la dignité. Devant ces situations complexes qui combinent des questions d'habitat insalubre, de précarité, de scolarité, d’accès aux soins, d’emploi,… nous renouvelons notre proposition que se tiennent au plus vite, à l'initiative des préfets, des réunions de travail avec tous les acteurs concernés, Communes, Conseils généraux, Conseils régionaux et associations impliquées auprès de ces familles afin d’examiner chaque situation individuelle et de trouver des solutions pérennes, s’inscrivant dans le droit commun.

Des solutions sont possibles, elles n’attendent que le soutien de l'Etat. C'est particulièrement le cas avec la levée des mesures transitoires qui limitent l’accès au marché du travail français des ressortissants roumains et bulgares et qui sont un véritable frein à l'insertion de ces citoyens européens.

La problématique de ces familles roms dépasse le cadre du seul ministère de l’Intérieur, elle relève d'abord de la question du logement des personnes précaires et sans ressources, mais aussi de celles des affaires sociales, de l'Education nationale et de l'emploi, c'est pourquoi le CNDH Romeurope réaffirme le besoin d’une concertation interministérielle, sous votre autorité, permettant un pilotage et une plus grande cohérence des politiques publiques respectueuses à l’égard de ces ressortissants européens.

Afin de vous présenter plus en détail nos propositions, nous sollicitons un entretien dans les meilleurs délais.

Face à cette actualité préoccupante, vous comprendrez que nous rendions publique notre démarche auprès de vous.
Dans l’attente, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Premier ministre, l’expression de notre très haute considération.

Pour le CNDH Romeurope,
Malik Salemkour, vice-président de la Ligue des Droits de l’Homme. »

source : Pierre Mathon (EELV Bagnolet)

* Le collectif Romeurope est constitué des associations suivantes :
ABCR (Association Biterroise Contre le Racisme) – ALPIL (Action pour l’insertion sociale par le logement) – AMPIL (Action Méditerranéenne Pour l’Insertion sociale par le Logement) – ASAV(Association pour l’accueil des voyageurs) – ASEFRR(Association de Solidarité en Essonne avec les familles roumaines et rroms) –Association Solidarité Roms de Saint-Etienne – CCFD-Terre Solidaire (Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement) – LA CIMADE (Comité intermouvements auprès des évacués) – CLASSES (Collectif Lyonnais pour l’Accès à la Scolarisation et le Soutien des Enfants des Squat) – FNASAT-Gens du voyage – Habitat-Cité – Hors la Rue – LDH (Ligue des Droits de l’Homme) –MDM (Médecins du Monde) – Mouvement catholique des gens du voyage – MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples) – ROMAQUITAINE – Rencontres tsiganes – RomActions – Romeurope 94 –Secours catholique (Caritas France) – SICHEM (Service de Coopération Humanitaire pour les Etrangers et les Migrants) – Une famille un toit 44 – URAVIF (Union régionale des associations pour la promotion et la reconnaissance des droits des Tsiganes et des Gens du voyage d’Ile-de-France)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Sam 09 Mar 2013, 15:58

Demandez aussi aux 1800 demandeurs de logements fontenaysiens. ce qu'ils en pensent
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12381
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Sam 09 Mar 2013, 16:24

KIK a écrit:
Demandez aussi aux 1800 demandeurs de logements fontenaysiens. ce qu'ils en pensent

Je suis convaincu qu'à un an des municipales Libellule a tout à fait raison de nous rappeler que si les fontenaysiens veulent que leur municipalité viennent en aide aux Rroms comme le fait sa voisine de Montreuil, ils doivent envoyer à la mairie une équipe EELV....

Je ne suis pas d'accord avec Kik quand il fait référence aux demandeurs de logements car le fontenaysien qui n'est pas dupe, sait très bien que tout est de la faute à Sarkozy Hollande...

Le fontenaysien a le cœur sur la main et il ne fait donc aucun doute que ce n'est pas parce qu'il a lui-même des problèmes de logement ou d'emploi qu'il n'aura pas à cœur d'envoyer à la mairie une municipalité EELV pour que celle-ci vienne en aide aux Rroms au travers de la création de villages d'insertion et d'aides sociales divers...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Sam 09 Mar 2013, 17:07

A l'occasion des législatives, la dernière fois que vous vous êtes mis à caricaturer tous azimuts les positions EELV de Fontenay-sous-Bois (bien plus raisonnables que tout ce que vous en dites), tout en vous efforçant dans le même temps de tenir la corde de la dissidence au PS local, et de critiquer la politique de la ville avec ses 33% de logements sociaux... cela a plutôt bien réussi à ceux dont vous vous étiez fait le principal détracteur, anonymous. Votre capacité à diviser la gauche n'est pas si forte que cela finalement.

Vous continuez de confondre divergences ponctuelles et convergences sur l'essentiel. Tant mieux, si vous êtes convaincu de ce que vous écrivez. Razz Razz Razz
Pour ma part je ne crois pas à l'élection d'un maire EELV à Fontenay-sous-bois mais merci de votre optimisme et votre sympathique soutien quant à l'avenir de ce parti.

Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12381
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Sam 09 Mar 2013, 17:32

Mais il y n'a pas divergences ponctuelles mais divergences réelles entre la gauche sociale-démocrate réformiste qui va dans le sens de l'histoire et la gauche antilibérale des renégats qui était dans la rue contre l'accord pour l'emploi le 5 mars...

Vous savez le vote de Laurence Abeille, "député de la majorité présidentielle" contre le TSCG ou les vœux des antilibéraux à Hollande ont ouvert les yeux à de nombreux fontenaysiens...

Après pour les municipales, il faut attendre de voir qui chez les antilibéraux va succéder au partant en retraite...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Sam 09 Mar 2013, 17:51

Il vaut mieux avoir les yeux ouverts, que fermés je vous l'accorde bien volontiers le jour où l'on vote. alien cat alien cat alien

Je reprends une formule que j'aime bien. Au premier tour on choisit selon ses convictions, au second tour on élimine le camp que l'on ne veut pas voir accéder à la mairie.

Si plusieurs gauches ou droites se présentent le choix est plus diversifié ; si la droite y va unie, la gauche a intérêt à y aller unie ; s'il y a deux droites il y aura deux gauches, etc, etc...

Le juste équilibre, rien que le juste équilibre pour éviter un 21 avril 2002 au niveau fontenaysien et tout ira bien pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Sam 09 Mar 2013, 18:13

Il n'y a pas que a.nonymous qui est fatigué de l'équipe en place
Demandez à Abeille, à Bedouret, à MLD Etc...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Sam 09 Mar 2013, 18:56

je ne dirai pas fatigué de l'équipe, mais plutôt fatigué du mode de gouvernance, surtout si dans la foulée il faut que j'aille interroger ceux et celles que vous indiquez.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Sam 09 Mar 2013, 20:06

Le mode de gouvernance est propre aux personnalités. Quand on lit l'arrogance aveugle de Loic qui porte la parole de la majorité FdG et PG, quand on entend ce qui se dit en conseil municipal, qu'on comprend l'exaspération de Marion, le désintérêt de L.Abeille pour sa commission qu'elle ne réunit pratiquement plus, quand on voit l'autoritarisme combinard et pas démocratique de Mme Tricot Devert, qu'on constate l'éclatement des tendances au sein du PS... on se dit en effet que le changement d'équipe s'impose. Il faudrait sans doute en conserver quelques hommes et femmes, mais sous certaines conditions de programme et de comportement. Mais il y en a peu dans ce cas.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12381
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Sam 09 Mar 2013, 22:59

Libellule a écrit:
Si plusieurs gauches ou droites se présentent le choix est plus diversifié ; si la droite y va unie, la gauche a intérêt à y aller unie ; s'il y a deux droites il y aura deux gauches, etc, etc...

Le juste équilibre, rien que le juste équilibre pour éviter un 21 avril 2002 au niveau fontenaysien et tout ira bien pour moi.

Mais il n'est désormais simplement impossible que les deux gauches, la sociale-démocrate et l'antilibérale, y aillent unie.... Regardez le message ci-dessous et la vidéo qu'il contient.....

Croyez-vous réellement que le candidat antilibéral qui va faire campagne pour succéder au partant en retraite va s'abaisser à quémander les voix des sociaux-démocrates après avoir tant ironisé sur le président ?

Loïc a écrit:
Je ne crois pas qu'il s'agisse d'une mise en boite, mais du rappel de quelques promesses dans lesquelles la majorité des habitants de ce pays a placé pas mal d'espoirs en mai dernier...


Effectivement beaucoup de personnes n'ont pas voté pour l'austérité mais pour le changement. Il est bon de le rappeler !

Et de rappeler qu'il faut mettre en oeuvre le changement... et au profit du plus grand nombre encore !

http://www.dailymotion.com/video/xw3p5v_2013-rallumons-les-etoiles_news#.UNx-y6U6KQs

Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12381
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Dim 10 Mar 2013, 02:34

A un an des municipales il me parait intéressant de rapprocher cette discussion sur l'aide à l'insertion des Rroms voulue par EELV d'un sondage qui a été publié ce week-end sur les attentes des citoyens lors de ces futures municipales ...

Ce n'est qu'un sondage qui plus est commandé par le Figaro mais la vision de EELV semble vraiment aux antipodes des attentes d'une majorité de citoyens...

Il y a fort à parier que si le ou la candidate de ce parti aux municipales ne bénéficie pas du soutient d'un autre parti au premier tour, il ou elle plafonne à moins de 5% des suffrages tant ses idées sont éloignées des attentes des élécteurs...

Citation :
Municipales 2014 : les impôts inquiètent les électeurs
Créé le 08-03-2013 à 07h47 - Mis à jour à 08h50
Le Nouvel Observateur avec AFP

A un an des élections, les Français se disent préoccupés par les impôts locaux et la délinquance, dans un sondage publié par "Le Figaro".

A un an des élections municipales, les préoccupations des Français pour leur commune portent en priorité sur le montant des impôts locaux (45%), suivi de la lutte contre la délinquance (37%), selon un sondage de CSA pour BFM-TV et "Le Figaro" publié jeudi 7 mars. Viennent ensuite les questions de stationnement et de circulation (34%) et de logement (26%), alors que la lutte contre la pollution et les espaces verts ne préoccupent respectivement que 12% et 8% des personnes interrogées.

Les sympathisants de gauche sont presque aussi nombreux que ceux de droite (43% contre 49%) à mentionner "le montant des impôts locaux" comme motif de préoccupation. Une forte proportion des sondés (62%) pense aujourd'hui qu'en mars 2014, elle votera d'abord "en fonction de considérations purement locales". 19% voteraient d'abord "pour s'opposer au président de la République et au gouvernement" et 7% pour les soutenir. 12% ne savent pas.

33% des Français veulent un maire "plutôt de droite"

D'autre part, si le premier tour des élections municipales avait lieu dimanche prochain, et s'il y avait dans toutes les communes de plus de 3.500 habitants des candidats représentant tous les principaux courants politiques, 42% voteraient pour une liste de la gauche parlementaire (27% pour le PS, 9% pour le Front de gauche, 6% pour EELV). 38% mettraient dans l'urne un bulletin pour une liste de l'opposition UMP-UDI-Nouveau Centre ou divers droite. 12% choisiraient une liste Front national. 2% se porteraient sur l'extrême gauche, 2% également sur "une autre liste".

CSA évalue à 48% le "potentiel de participation". A noter que 22% des personnes interrogées n'ont pas exprimé d'intention de vote.

Enfin, 33% des Français souhaitent que leur prochain maire soit "plutôt de droite", contre 31% qui souhaitent qu'il soit "plutôt de gauche" (pour 13%, "plutôt du centre"). 23% n'ont pas d'avis.
Source: http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20130308.OBS1245/municipales-2014-les-electeurs-s-inquietent-pour-les-impots.html
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Dim 10 Mar 2013, 05:42

Franchement mais qu’importe les sondages et que ce sujet soit aux antipodes des préoccupations de Français. Ce qui compte c’est que ce soit aujourd’hui un sujet qui commence à mieux être considéré que sous l’ère Sarkozy. Et pas uniquement par les EELV comme vous dites. (Je m'étonne que vous n'ayez pas citer le Pape dans votre argumentaire http://lci.tf1.fr/monde/europe/2011-06/benoit-xvi-et-le-souvenir-du-massacre-des-roms-6529000.html )

Pour ma part je m’en tiens à une idée simple : La question « Rom » est une question de droit qui pose foncièrement la « question du respect de la dignité humaine » pour l’Union européenne et ses Etats membres. C’est mon seul message.

La pauvreté, le manque d’accès aux soins et d’éducation sont flagrants. Face aux multiples démantèlements de camps illégaux, aucune offre de logement alternatif, de préavis ou un accès aux recours juridiques, comme le prévoit les traités internationaux n’étaient envisagés. Ici comme souvent ailleurs.

Je crois que peu à peu on ne pourra plus à la fois prôner l'intégration républicaine, c'est-à-dire l'assimilation et en même temps opérer une distinction entre citoyens Français et qui plus est européen, en fonction de leur origine.

Dire qu’il est urgent d'apporter des solutions concrètes en facilitant notamment la réinsertion sociale des Roms et que la France doit contribuer de manière audacieuse à ce processus au même titre que les autres pays d’Europe est utile.

Il faut le faire avec constance sans se soucier du qu'en dira-t-on ou des sondages.

Pour ma part je me félicite qu’en annonçant des mesures pour faciliter l'accès au travail des Roms en France, l'exécutif opère un changement radical depuis l’alternance.

Dans ce contexte, le président bulgare Rossen Plevneliev et François Hollande qui se sont rencontrés lundi 28 janvier 2013 à Paris (dans un cadre bien différent que celui d’une élection municipale locale fut-elle celle de Fontenay) ont dit l'essentiel :

« Il s'agit de trouver une perspective économique pour ces populations au niveau européen, grâce notamment aux fonds structurels. Et la Bulgarie travaille très sérieusement à ce sujet.

Nous avons une stratégie admirée par nos partenaires européens. Nous sommes en train de débuter les premiers projets de travail pour donner des possibilités de formations aux Roms afin de leur donner une perspective économique ».

A l’image de la Bulgarie, une coopération réelle entre Paris, Bucarest et l’Union européenne doit apporter des solutions concrètes pour trouver des réponses durables aux questions qui se posent.

Rien à voir avec le fait que les Français aient leur propres préoccupations qu’ils expriment par sondage interposés avant les municipales.

Je vous le redis anonymous, si victoire ou échec il y aura aux élections de 2014, à Fontenay sous bois, ce ne sera pas à cause de ces quelques messages postés sur ce modeste forum. Même avec la quantité de si que vous y mettez

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Dim 10 Mar 2013, 09:52

Libellule et ses amis sont dans le rêve

Pour ma part je me félicite qu’en annonçant des mesures pour faciliter l'accès au travail des Roms en France, l'exécutif opère un changement radical depuis l’alternance.

il faudrait déjà trouver du boulot aux millions de chômeurs français qui en cherchent et qui n'enverraient pas leurs revenus dans un pays étranger comme les Rroms ou les Maliens, les Algériens, les Marocains, les Polonais, les Roumains etc...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12381
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 14 Mar 2013, 11:39

Effectivement "On reparle des ROMS".... En l'occurrence le ministre de l'intérieur Manuel Valls et pour réaffirmer des positions censées:

"Je le redis, je partage ce que m’a dit le Premier ministre roumain : « Les Roms ont vocation à rester en Roumanie, ou à y retourner. »"


Citation :
Valls : «Les démantèlements de camps roms se poursuivront»
Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, nous dévoile la politique de fermeté qu’il entend mener vis-à-vis de ces campements illicites.

Nicolas Jacquard | Publié le 14.03.2013, 07h06

C’était l’un des dossiers « chauds » de l’ère Sarkozy. Le démantèlement de campements roms, à l’été 2010, avait créé la polémique. Depuis, il en subsiste des centaines aux lisières des grandes villes. Ces deux dernières semaines, plusieurs incendies sont venus rappeler la précarité de leurs occupants.
Une situation inadmissible pour Manuel Valls. A quinze jours de la fin de la trêve hivernale, et alors que vingt expulsions décidées par la justice sont programmées d’ici à l’été, le ministre de l’Intérieur assume la nécessité d’éradiquer ces bidonvilles.

Il y avait plus de 300 camps roms en France en 2010. Combien aujourd’hui?
MANUEL VALLS. Environ 400 campements illicites, dont les deux tiers en Ile-de-France. Rien qu’en Seine-Saint-Denis, il y en a près de 130, où vivent 8000 personnes. Ces situations sont complexes, faites de vies marquées par la misère. Mais maintenir ces camps n’est pas acceptable. D’autant qu’ils sont souvent limitrophes de quartiers populaires, dont les habitants, déjà marqués par la crise, acceptent mal cette présence.

Les politiques de démantèlement semblent avoir montré leurs limites…
Je ne veux pas laisser perdurer cette situation intolérable. Plus que jamais, les démantèlements sont nécessaires et se poursuivront. Il en va du respect de la loi, et de la sécurité de leurs résidents. Je veux lutter contre les trafics et la délinquance qui se greffent sur ces lieux et exploitent la misère humaine. Nous procéderons avec humanité, sans abandonner l’accompagnement social, l’objectif de scolarisation des enfants et, quand c’est possible, l’accès à un logement et au monde du travail.

Les villages d’insertion peuvent-ils être une alternative?
C’est expérimenté à Tourcoing ou à Montreuil.Des familles sont désireuses de s’intégrer, mais elles sont une minorité. Ces expériences sont donc difficiles à mettre en œuvre. A Paris, cet été, un projet avec les associations avait été lancé. Au moment de rentrer dans ce processus, la plupart des familles se sont évaporées… Les préfets sont soumis à des impératifs difficilement conciliables avec, d’un côté, le démantèlement et, de l’autre, la nécessité de réaliser un diagnostic de la situation des habitants. Je le redis, je partage ce que m’a dit le Premier ministre roumain : « Les Roms ont vocation à rester en Roumanie, ou à y retourner. »

Vous avez supprimé l’aide au retour de 300 €…
C’était un système aux effets pervers. Les personnes faisaient plusieurs allers-retours en profitant de cette somme ! Nous avons maintenu une aide limitée de 50 € par adulte, et 25 € par enfant mineur, pour améliorer le retour. Dans le même temps, nous avons financé 80 microprojets en Roumanie pour améliorer les conditions de vie sur place. Mais la Roumanie doit utiliser davantage les fonds structurels européens en direction de cette population.

La coopération avec vos homologues roumains fonctionne-t-elle?
Avec l’aide de dix officiers de liaison roumains, elle nous permet de progresser dans l’identification des auteurs d’actes de délinquance. Depuis 2010, 970 Roumains ayant commis des actes délictueux ont pu être identifiés. Parmi eux, il y a de nombreux mineurs isolés. Et la coopération nous permet de poursuivre les enquêtes sociales jusqu’en Roumanie. C’est un vrai progrès.
Source: http://www.leparisien.fr/politique/valls-les-demantelements-de-camps-roms-se-poursuivront-14-03-2013-2640169.php
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 14 Mar 2013, 12:52

50 euros pour le retour, c'est encore trop. Il faudrait plutot leur mettre une amende avant de les renvoyer.
Revenir en haut Aller en bas
jo



Messages : 39
Date d'inscription : 18/01/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 14 Mar 2013, 16:28

Trop triste votre réponse, Gratouille .
Il faut mieux faire comme votre avatar...continuer à dormir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 14 Mar 2013, 17:49

C'est ce que fait la gauche depuis toujours, on voit le résultat. Même le gouvernement roumain demande que les Rroms restent dans leur pays.
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 14 Mar 2013, 17:59

Gratouille a écrit:
50 euros pour le retour, c'est encore trop. Il faudrait plutot leur mettre une amende avant de les renvoyer.

Ah bon ? Ne sont-ce pas des citoyens européens et à ce titre n'ont-ils pas le droit à ce que l'on nomme la libre circulation ? Ou alors il y a un droit à deux vitesses dans l'Union mais j'en doute.
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 14 Mar 2013, 18:08

25% de chômeurs en Espagne, plus de 10% de chômeurs en France, en quoi la venue des Rroms fait elle progresser notre pays, et le leur?
A part vos bons sentiments, votre charité tant de fois démentie dans l'histoire de votre parti, pourquoi voulez-vous, sous prétexte que les Rroms ont été intégrés à l'Europe (vous n'étiez d'ailleurs pas d'accord), que la France accepte des camps illégaux, des sans papiers, et en plus des personnes souvent, je ne dis pas toujours, impliquées dans des méfaits?
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12381
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 14 Mar 2013, 18:53

Loïc a écrit:
Ah bon ? Ne sont-ce pas des citoyens européens et à ce titre n'ont-ils pas le droit à ce que l'on nomme la libre circulation ? Ou alors il y a un droit à deux vitesses dans l'Union mais j'en doute.

Ce sont des citoyens appartenant à un pays membre de l'Union.

Ils ont donc les droits et sont donc soumis aux devoir définis dans la Directive 2004/38/CE du Parlement européen et du Conseil du 29 avril 2004 parmi lesquels:

Citation :
Article 7
Droit de séjour de plus de trois mois
1. Tout citoyen de l'Union a le droit de séjourner sur le territoire
d'un autre État membre pour une durée de plus de trois mois:
a) s'il est un travailleur salarié ou non salarié dans l'État membre d'accueil, ou
b) s'il dispose, pour lui et pour les membres de sa famille, de ressources
suffisantes afin de ne pas devenir une charge pour le système
d'assistance sociale de l'État membre d'accueil au cours de son séjour
,
et d'une assurance maladie complète dans l'État membre d'accueil, ou,
---/---


Je rappellerais par ailleurs que la Roumanie a pour l'instant renoncer à entrer dans l'espace Schengen: http://www.plateaufontenay.net/t991-bulgarie-et-roumanie-restent-en-dehors-de-l-espace-schengen
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 14 Mar 2013, 19:33

feu follet a écrit:
25% de chômeurs en Espagne, plus de 10% de chômeurs en France, en quoi la venue des Rroms fait elle progresser notre pays, et le leur?

La question se pose-t-elle ainsi lorsqu'une famille est installée en France. Je ne crois pas que les immigrés se posent ce type de question. Le fait qu'ils viennent ici c'est qu'ils espèrent avoir une vie meilleure.




feu follet a écrit:
que la France accepte des camps illégaux, des sans papiers

C'est bien le problème. Les sans papiers, dans leur immense majorité vivent ici, travaillent ici. Ils sont honteusement exploités par des patrons sans scrupule. Mais dans la réalité leur vie est là et on dépenserait moins en les régularisant (ce qui permettrait d'engranger plus de cotisations salariales et patronales) qu'en leur faisant une chasse aussi inefficace qu'indigne et que coûteuse.

Et je vous le dis en connaissance de cause pour avoir parrainé et soutenu des années durant une famille fontenaysienne dont les parents étaient sans papiers mais travaillaient (y compris pour le père à l'entretien de certains ministères !) et étaient parfaitement "intégrés". Ils ont été depuis régularisés et vivent désormais normalement comme tout le monde. Ils sont fontenaysiens, travaillent, cotisent, payent leur loyer et leurs impôts et c'est très bien ainsi.

Quant aux camps illégaux c'est effectivement une honte au pays des droits de l'homme que ne soit par respecté le droit au logement qui est un maillon essentiel de la dignité humaine. Et il est clair que si ces personnes avaient le choix elles préféreraient habiter dans de meilleurs conditions que celles qu'ils subissent et que ni vous ni mois ne pourrions supporter deux jours.
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
a.nonymous



Messages : 12381
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Ven 15 Mar 2013, 00:41

Loïc a écrit:
Quant aux camps illégaux c'est effectivement une honte au pays des droits de l'homme que ne soit par respecté le droit au logement qui est un maillon essentiel de la dignité humaine. Et il est clair que si ces personnes avaient le choix elles préféreraient habiter dans de meilleurs conditions que celles qu'ils subissent et que ni vous ni mois ne pourrions supporter deux jours.

Ceci appelle deux remarques...

Premièrement qu'entend-on par "droit au logement" ? Ce droit veut-il dire que si demain en tant que citoyen européen de nationalité française je décide de partir m'installer en Allemagne, ce pays est tenu de me fournir un toit ?

Deuxièmement, ces personnes venues de Bulgarie ou de Roumanie n'ont peut être pas le choix de leur logement en France mais elles avaient le choix de rester dans leur pays ou de venir s'installer ici... Pour quelles raisons ont-elles fait ce choix alors que leur pays appartenant à l'Union, est réputé démocratique, sans discrimination ethnique et reçoit des aides de l'Union pour aider ces populations ?
Revenir en haut Aller en bas
 
On reparle des ROMS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 13Aller à la page : 1, 2, 3 ... 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: