Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 On reparle des ROMS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: On reparle des ROMS   Ven 22 Juil 2011, 22:22

Rappel du premier message :

22/07/2011 à 10:21
Ressortissants roumains: les policiers se disent inquiets
Des responsables policiers et de la justice s'inquiètent de la délinquance "générée par les ressortissants roumains" en région parisienne qui, selon eux, explose, se diversifie et devient violente à l'égard des forces de l'ordre.
partagezDel.icio.usViadeoMyspaceGoogleLiveYahoo! BuzzYahoo!DiggWikio votez réagissez
photo : ANNE-CHRISTINE POUJOULAT, AFP La "délinquance générée par les ressortissants roumains" a augmenté de 72,4% au premier semestre 2011 par rapport au premier semestre 2010, selon une étude policière consultée par l'AFP.

5.680 Roumains, dont une très forte majorité de mineurs, ont été "mis en cause" pour des larcins sur les six premiers mois de 2011, contre un total de 3.294 sur la même période de 2010.

Datée de début juillet et émanant de plusieurs services de police du "grand Paris" (Paris, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne), l'étude ne fait pourtant que confirmer une tendance policière ancienne.

Un document de la direction de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne (DSPAP), que s'était procuré l'AFP, faisait déjà état d'une hausse de 69% sur les cinq premiers mois de l'année 2011.

Le précédent ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, avait affirmé au cours de l'été 2010 que les actes de délinquance perpétrés par des Roumains à Paris avaient "augmenté de 259% en 18 mois".

à lire aussi
dans actualité :

Minorités
La Licra décide de ne plus participer aux conventions de l'UMP
Cette annonce survenait après que, le 28 juillet 2010, le chef de l'Etat eut tenu à l'Elysée une réunion très controversée sur les "problèmes que posent les comportements de certains parmi les gens du voyage et les Roms" après des violences survenues à Saint-Aignan (Loir-et-Cher).

L'étude de juillet pointe l'explosion des vols en tous genres, de téléphones portables ou dans les distributeurs automatiques de billets de banque (Dab), quatre à cinq par jour dans les lieux touristiques, commis "par des mineurs âgés de 10 à 17 ans".

Elle détaille aussi le développement des escroqueries à la charité, de la mendicité collective ou de ventes à la sauvette.

La famille B., activement recherchée par la police, est citée à titre d'exemple car elle fait régulièrement venir des ressortissants de Roumanie moyennant 100 euros par tête pour le voyage en France.

Ceux-ci, raconte l'étude, sont ensuite répartis dans la capitale, qui pour voler, qui pour mendier, en fonction de leur âge, voire "vendre des animaux dans la rue" 100 à 200 euros pièce, faux certificats à l'appui.

Des responsables de la police et de la justice ont fait part à l'AFP de leurs "inquiétudes" à cet égard, citant également des vols de cuivre, qui perturbent le trafic des métros, et l'organisation de jeux de hasard sur la voie publique.

"Ces ressortissants sont très organisés, diversifiés", ont-ils fait valoir. Ils n'"hésitent pas à protéger par la violence" leurs activités en agressant les forces de l'ordre, nombreuses là où ils sont implantés, notamment des Tuileries au Trocadéro.

Des CRS et des policiers en VTT ont été agressés le week-end dernier à Paris, une "tendance récente" faisant dire à un responsable policier: "Soit nous les dérangeons, soit nous ne leur faisons même plus peur".

L'étude rapporte les propos de jeunes Roumains évoquant une peine de cinq ans de prison chez eux en Roumanie pour un vol et "rien en France" s'agissant de délinquants mineurs.

La police, selon les sources, accuse la justice de ne pas les poursuivre plus sévèrement, la seconde invoque la législation, notamment celle sur les mineurs ou des "procédures mal faites".

La présence d'une dizaine de policiers roumains, affectés à Paris depuis les polémiques de l'été dernier, permet cependant à ces responsables de garder espoir face à ce phénomène qui "enquiquine la population" et "plombe les chiffres de la délinquance", selon eux.

http://actu.orange.fr/france/ressortissants-roumains-les-policiers-se-disent-inquiets-afp_164000.html
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Libellule



Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mar 19 Mar 2013, 00:29

Mon départ de ce forum?

Cela arrivera bien un jour. Principe de réalité oblige. C'est soit le webmaster soit moi qui en déciderons je suppose.
Revenir en haut Aller en bas
papy Mougeot



Messages : 2313
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mar 19 Mar 2013, 00:31

Libellule a écrit:
Mon départ ?

Cela arrivera bien un jour. Principe de réalité oblige. C'est soit le webmaster soit moi qui en déciderons je suppose.

il est vrai que le webmaster est patient ... mais il arrive que la cruche casse.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mar 19 Mar 2013, 00:54

Ma version préférée de cette expression :

Un vieux proverbe dit que « tant va la cruche à l’eau, qu’à la fin elle se casse » : si nous voulons encore recommencer nos essais de république, nous nous perdrons si bien qu’il n’y aura plus moyen de nous relever. — (Louis-Gaston de Ségur, Prêtres et Nobles, Haton, 1871, p. 38)
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12380
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mar 19 Mar 2013, 11:58

Libellule a écrit:

---/---
Je crois pour ma part qu’en période de crise, l’espace social se remplit de pulsions mortifères que l’on appelle aussi phobies (la peur de). Romophobie, (l apeur des roms), Homophobie (la peur des homosexuels) Xenophobie (la peur de l’étranger), islamophobie (la peur de l’islam).[

Je dis bien peur et non haine.

Pourquoi ces peurs ? Je reste convaincu qu’une bonne partie de la population se sent inconsciemment humiliée d’avoir elle-même perdu sa propre dignité, (chômeurs longue durée, sdf, précaires, mal logés) et que par désespoir, beaucoup de ces gens-là, les vrais gens pauvres dirais-je pour rebondir sur un autre sujet ouvert, sont tentés d’exorciser leur propre humiliation ressentie en cherchant à humilier un autre homme au lieu de considérer qu’il est comme lui, avec sa dignité perdue.
---/---

Je ne partage pas cette approche basée sur une peur supposée de l'autre car dans les faits ce que l'on constate c'est plutôt une réaction de lassitude...

Des gens, de braves gens devrais-je dire, qui ne sont ni racistes, ni xénophobes, ni homophobes mais qui rencontrent leur lot de difficultés dans leur vie quotidienne finissent par être lassés du cas qui est fait de telle ou telle minorité alors qu'ils ont le sentiment que rien n'est fait en leur direction...

Le dernier charcutier-traiteur de leur quartier remplacé par une boucherie confessionnelle, un sapin de Noël qui disparait d'un hall d'école, plus de dessins pour la fête des mères parce que certains enfants n'ont pas de maman mais deux papas, un terrain squatté qui s'apparente plus à une décharge qu'à un campement, .... sont dès lors des déclencheurs suffisant pour provoquer un rejet qui, non canalisé par des organisations politiques responsables, peut parfois être violent...

Personnellement j'ai beaucoup apprécié les propos de Dominique Voynet, maire EELV de Montreuil, dans cette vidéo qui date de 2011 et où elle fait preuve d'humanité vis à vis des Rroms mais aussi vis à vis des voisins des camps qu'elle semble comprendre et qui, comme elle le dit elle-même, "ne sont pas des racistes" mais qui n'en peuvent qu'en même plus d'avoir un tel spectacle sous leurs fenêtres: http://www.youtube.com/watch?v=FoOXVg6hm7A#t=4m11s
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mar 19 Mar 2013, 19:39

Libellule a écrit:

---/---
Je crois pour ma part qu’en période de crise, l’espace social se remplit de pulsions mortifères que l’on appelle aussi phobies (la peur de). Romophobie, (l apeur des roms), Homophobie (la peur des homosexuels) Xenophobie (la peur de l’étranger), islamophobie (la peur de l’islam).[

Je dis bien peur et non haine.

Pourquoi ces peurs ? Je reste convaincu qu’une bonne partie de la population se sent inconsciemment humiliée d’avoir elle-même perdu sa propre dignité, (chômeurs longue durée, sdf, précaires, mal logés) et que par désespoir, beaucoup de ces gens-là, les vrais gens pauvres dirais-je pour rebondir sur un autre sujet ouvert, sont tentés d’exorciser leur propre humiliation ressentie en cherchant à humilier un autre homme au lieu de considérer qu’il est comme lui, avec sa dignité perdue.
---/---


Assez d'accord en effet.

Le problème de cette désespérance qui tire beaucoup de gens vers le plus médiocre, la peur et la haine (si, si, il y a aussi de la haine chez certains, c'est malheureux) c'est que les perspectives de changement ont disparu. Et l'espérance avec. Le fait que l'on (le gouvernement) propose essentiellement l'austérité dans de nombreux domaines est un accélérateur pour ce sentiment de repli sur soi. C'est mortifère pour la gauche parce que justement elle devait rompre avec les politiques antérieures. Et malheureusement pour les Rroms comme dans bien d'autres domaines il n'y a pas de changement.
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mar 19 Mar 2013, 20:06

Libellule a écrit:
Mon départ de ce forum?

Cela arrivera bien un jour. Principe de réalité oblige. C'est soit le webmaster soit moi qui en déciderons je suppose.

Ce serait bien dommage, c'est la variété des opinions qui fait la richesse des échanges
L'administrateur en est convaincu, il le prouve tous les jours, non papy Mougeot, pour le coup c'est vous qui êtes intolérant
C'est difficile de laisser la parole et la pensée libres et en même temps de demander de la modération
Pour l'instant, ça marche bien, go on Libellule et tous les autres. Rien n'est plus stérile que la chaise vide
Revenir en haut Aller en bas
papy Mougeot



Messages : 2313
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mar 19 Mar 2013, 20:43

KIK a écrit:
Libellule a écrit:
Mon départ de ce forum?

Cela arrivera bien un jour. Principe de réalité oblige. C'est soit le webmaster soit moi qui en déciderons je suppose.

Ce serait bien dommage, c'est la variété des opinions qui fait la richesse des échanges
L'administrateur en est convaincu, il le prouve tous les jours, non papy Mougeot, pour le coup c'est vous qui êtes intolérant
C'est difficile de laisser la parole et la pensée libres et en même temps de demander de la modération
Pour l'instant, ça marche bien, go on Libellule et tous les autres. Rien n'est plus stérile que la chaise vide

Curieusement il arrive parfois que des textes mis en lecture ici même qui ne font que reprendre les propos de chefs d'états démocratiques soient retirés de la circulation... Il est vrai que toute vérité si elle est contraire à l'idéologie chloroformée en usage chez nous doit être combattue.
Dans ce cas de figure les chantres de la tolérance se manifestent non pas pour demander la modération (que je n'ai pas souhaitée mais évoquée ce qui est différent) mais pour exiger la censure...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mar 19 Mar 2013, 21:06

Papy vous vous êtes levé du mauvais pied ou quoi?
Arrêtez de jouer au gendarme et à l'accusateur public, vous nous avez habitués à mieux que cela. L'idéologie Chloroformée comme vous dites ne se réveillera certainement pas avec ce type de blablas sans intérêt que vous insinuez.
Le sujet c'est les Rroms, vous savez ces braves gens qui cherchent un logement, du travail, qui veulent que leurs enfants aillent à l'école, que leur femme aillent chez le médecin ou le coiffeur quand elles le souhaitent, ces vraies gens comme dit Loic, qui ont les mêmes droits que nous et donc que vous, qui sont européens, qui ne font de mal à personne, ne gènent que les fachos. Le sujet il est là.
Revenir en haut Aller en bas
papy Mougeot



Messages : 2313
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mer 20 Mar 2013, 00:47

Gratouille a écrit:
Papy vous vous êtes levé du mauvais pied ou quoi?
Arrêtez de jouer au gendarme et à l'accusateur public, vous nous avez habitués à mieux que cela. L'idéologie Chloroformée comme vous dites ne se réveillera certainement pas avec ce type de blablas sans intérêt que vous insinuez.
Le sujet c'est les Rroms, vous savez ces braves gens qui cherchent un logement, du travail, qui veulent que leurs enfants aillent à l'école, que leur femme aillent chez le médecin ou le coiffeur quand elles le souhaitent, ces vraies gens comme dit Loic, qui ont les mêmes droits que nous et donc que vous, qui sont européens, qui ne font de mal à personne, ne gènent que les fachos. Le sujet il est là.

C'est vrai, je me laisse aller, je suis incorrigible, il ne convient pas d'être critique sur la pensée ramollie et cordialo constructive actuelle (c'est has been) qui nous mène à la catastrophe.
Il faut se bercer d'illusions, avaler les discours démagogiques, ne rien faire et s'accrocher aux "droits acquis"... nous percevons tous les jours les grands bénéfices de cette idéologie qui perdure depuis plusieurs dizaines d'années.
Finalement l'indignation chère à un récent disparu que l'on ne va pas tarder à nous mettre au Panthéon n'est admissible que lorsqu'elle émane d'une pensée de gauche. Toute autre approche ne peut être qu'intolérante et le fait de suppôts de la droite extrême.
Consigne : surtout ne pas s'indigner si le pédalo à la dérive commence à couler !
Revenir en haut Aller en bas
papy Mougeot



Messages : 2313
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 21 Mar 2013, 15:00

A méditer : http://www.youtube.com/watch?v=prIZVZ3rl5g
sans doute encore un affreux "lepeniste" nauséabond, FHaine... enfin toute la panoplie de postures stéréotypées sans laquelle il devient maintenant impossible de s'exprimer.
J'ai bon ? comme nous disions à l'école à une époque lointaine où nous étions notés et classés.
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 21 Mar 2013, 17:58

C'est effrayant cette posture (pour ne pas dire ce coming out politique) de vouloir comme vous le faites papy insinuer l'idée que le racisme, puisque c'est un sentiment partagé par un certain nombre de gens y compris de braves gens qui se trompent de colère, serait devenu acceptable moralement.

Et bien non le racisme est et reste un délit dans notre pays. Et une insulte à la culture et à l'intelligence.


Et je le dis d'autant mieux que dans ma cage d'escalier vivent aux côtés de leurs voisins français (de toutes les couleurs) un iranien, un algérien et un uruguayen.
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
papy Mougeot



Messages : 2313
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 21 Mar 2013, 18:06

Loïc a écrit:
C'est effrayant cette posture (pour ne pas dire ce coming out politique) de vouloir comme vous le faites papy insinuer l'idée que le racisme, puisque c'est un sentiment partagé par un certain nombre de gens y compris de braves gens qui se trompent de colère, serait devenu acceptable moralement.

Et bien non le racisme est et reste un délit dans notre pays. Et une insulte à la culture et à l'intelligence.


Et je le dis d'autant mieux que dans ma cage d'escalier vivent aux côtés de leurs voisins français (de toutes les couleurs) un iranien, un algérien et un uruguayen.
Qu'elle insinuation ? quel coming out ? le fait de mettre sur un forum une scène d'humour d'un comique Français... heureusement que le parti communiste n'est pas au pouvoir chez nous, les goulags seraient pleins de coupables suspects désignés d'office par LOIC.
En rééducation vite fait le Papy Mougeot mais en compagnie de Timsit tout de même, c'est qu'il ratisse large et que l'on ne fait pas de détail lorsque l'on est un esprit ouvert du pc.
J'espère que dans la foulée on va passer Timsit en jugement. C'est qu'il ne rigole pas LOIC ! Il va nous inventer la suspicion de complicité de tentative de plaisanterie contre la bonne pensée de gauche.
Le ridicule ne tuant pas Loic est toujours vivant !
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 21 Mar 2013, 18:38

Humour et racisme... http://cyrilleemery.wordpress.com/2012/09/29/mais-cest-tres-mal-detre-raciste-ca-ne-se-fait-pas-cest-immoral/

On va dire pourquoi pas... Tant que l'on reste dans la caricature.
Mais que cela puisse servir de suppport à ne pas dénoncer le racisme, non.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 21 Mar 2013, 20:07

Voici l'extrait d'un livre à paraître qui peut aider à méditer aussi, sans passer par la case humour ... mais par celle de l'anti racisme. En gras, selon moi, les questions essentielles dans lesquelles il conviendrait de ne pas se laisser enfermer et une affirmation de principe qui me parait moralement conforme à ce que j'aimerais voir se passer dans la pratique. Un voeu utopique peut-être, mais un voeu que je considère pour ma part comme pragmatique toutefois .

Réflexions sur la "lutte contre le racisme" (1)

Depuis la fin du XIXe siècle, dans les sociétés occidentales, le racisme se manifeste de façon prédominante sous la forme du nationalisme, alors qu'il avait été longtemps porté par l'esclavagisme moderne et l'impérialisme colonial.

Il apparaît d'abord dans le nationalisme xénophobe classique visant préférentiellement le pays voisin (ainsi qu'en témoignent les propagandes croisées ayant accompagné les guerres franco-allemandes), ensuite, et de plus en plus depuis les années 1960, dans les ethnonationalismes contemporains qui rejettent les minorités et les "immigrés", jugés dangereux pour l'identité ou l'homogénéité du peuple dominant, ou pour l'ordre intérieur, voire la souveraineté de l'État-nation considéré.

Il paraît donc nécessaire que la lutte contre le racisme tienne compte de ces vecteurs privilégiés du racisme que sont les mobilisations nationalistes ethnicisées, qu'elles prennent appui sur des États-nations existants - cas du Front national en France ou du British National Party en Grande-Bretagne - ou s'affirment contre ces derniers en prenant la forme de micro-nationalismes séparatistes à base ethnique - cas des ethno-nationalismes corse, breton, basque, flamand, lombard, etc.

On comprend que, depuis les années 1970, l'antiracisme ait souvent pris le visage d'un antinationalisme radical.

En France, par exemple, la dénonciation de la "montée du racisme" ou de la "racialisation" s'est opérée par recours à une formule emblématique, devenu slogan : la "lepénisation des esprits et des politiques", le patronyme du leader du Front national devenant ainsi l'éponyme du racisme.

La question s'est compliquée en raison des effets symboliques de la mémoire du nazisme, phénomène répulsif dont la représentation sociale s'est réduite à son idéologie raciste (à dominante antisémite), qui se présentait abusivement sous la catégorie de "racisme scientifique", et au génocide des Juifs d'Europe.

L'antiracisme occidental a dès lors pris la figure d'un antinazisme continué, ou d'un néo-antinazisme en quête de "néo-nazis" censés porter l'idéologie raciste.

D'où la tentation de "nazifier" tous les phénomènes perçus comme racistes, à commencer par les mouvements nationalistes, quels qu'ils soient.

Modelé par le militantisme antinazi, l'antiracisme des années cinquante à soixante-dix était régi par la conviction que les "thèses racistes" représentaient des erreurs dues à l'ignorance ou à la puissance des préjugés, erreurs que les scientifiques pouvaient et devaient rectifier, après les avoir dénoncées. Lorsque le raciste désigné n'était pas un méchant, il ne pouvait être qu'un ignorant, un homme qui se trompait ou qui était trompé.

La bonne nouvelle colportée par les militants antiracistes pouvait se résumer en une phrase : le racisme n'était en rien "scientifique".

L'antiracisme se définissait idéalement comme la poursuite du combat des Lumières contre les ténèbres de l'ignorance ou des idées fausses, dont le racisme nazi et le racisme colonial (à l'âge de la décolonisation) étaient l'incarnation historique par excellence.

L'antiracisme savant, incarné par le discours autorisé des biologistes (et plus spécialement des généticiens), a ainsi longtemps dominé les pratiques antiracistes depuis les premières déclarations de l'UNESCO, au début des années cinquante.

L'antiracisme "scientifique" enveloppait un idéal relevant de l'humanisme rationaliste : par l'instruction et l'éducation, faire advenir un monde où les erreurs, les préjugés et les illusions ayant disparu, le racisme ne survivrait que sur le mode d'un archaïsme, d'une trace du passé, d'un passé heureusement dépassé.

Cette foi dans l'inévitable dépérissement futur du racisme semble s'être évanouie.

Le militantisme antiraciste est passé d'un optimisme historique à un pessimisme anthropologique : si le raciste n'est plus un ignorant mais un méchant, s'il se définit par ses pulsions ou ses passions négatives (haine, intolérance agressive, etc.), alors le mal est en lui, et son cas semble désespéré.

L'antiraciste n'a plus pour tâche de conduire le "raciste" vers le bien, mais de l'isoler en tant que porteur du mal. Le "raciste" doit être montré du doigt, stigmatisé, mis à l'écart.

Il ne peut plus s'agir que de le mettre hors d'état de nuire par la sanction judiciaire, au risque de rétablir la censure idéologique et de limiter la liberté d'expression.

L'effet pervers de cette redéfinition théorique et pratique de la lutte contre le racisme est observable, notamment en France, depuis les années 1970. Le racisme étant illégal et illicite, l'antiracisme s'inscrivant dans le système des valeurs et des normes conformes à la loi, les antiracistes cessent du même coup d'incarner une posture critique et contestatrice.

Corrélativement, les organisations antiracistes ne fonctionnent plus comme des contre-pouvoirs, elles se transforment subrepticement en auxiliaires du pouvoir. Il y a là une rupture de tradition.

Car, pour se référer à un moment fondateur de la lutte contre le racisme, l'affaire Dreyfus, il importe de rappeler que l'antiracisme des dreyfusards était mû par la révolte contre l'injustice. Le dreyfusisme se situait du côté de l'anticonformisme, de la rébellion spirituelle, les intellectuels dreyfusards luttaient avec les armes de l'intellect, au nom des valeurs universelles (Justice, Vérité), contre les préjugés officiels et les idées dominantes, incarnées par le bloc articulé autour de la Raison d'État, comprenant l'état-major, l'armée et l'Église.

La fondation de la Ligue des droits de l'homme en 1898 témoigne de cette réaffirmation de l'universalisme par le camp dreyfusard - réactivant ainsi l'héritage de la Déclaration des droits de l'homme - et de sa constitution en mythe fondateur républicain, en socle de l'identité républicaine de la France.

On peut voir dans cette institutionnalisation, en France, de l'universalisme antiraciste l'une des origines de l'antiracisme d'État, armé d'une législation spécifique. La lutte contre le racisme et/ou l'antisémitisme, illustrant pendant "l'Affaire" la montée d'un contre-pouvoir (celui des "intellectuels", incarnation de la pensée critique), est progressivement devenue l'affaire d'organisations spécialisées, en même temps qu'elle se réduisait à des poursuites judiciaires.

Cette étatisation et cette professionnalisation de la lutte contre le racisme ont fait perdre à nombre d'antiracistes leur statut d'esprits libres incarnant un contre-pouvoir, tout en conférant à l'antiracisme le visage d'un dispositif répressif.

L'hyper-légalisme de l'antiracisme contemporain ne risque-t-il pas de conduire les antiracistes à s'installer dans l'hyper-conformisme ?

À oublier la Sorbonne au profit de la Préfecture de police ?

À faire dériver un combat ordonné à l'exigence de justice et de vérité vers une triste chasse à la délinquance verbale ou textuelle ?

Comme si le racisme se réduisait à l'emploi de mots interdits ou suspects, décrétés tels par diverses instances s'autorisant abusivement à dire le Bien et le Mal.

Par ailleurs, l'antiracisme s'est redéfini, sur le modèle étatsunien, autour de l'impératif de la lutte contre les discriminations et les ségrégations fondées sur l'origine "raciale" ou ethnique, la couleur de la peau ou certains traits culturels (linguistiques, religieux, etc.), et ayant pour cibles des minorités ou des catégories de population d'origine étrangère.

Jusqu'à la fin des années 1990, c'est surtout le Royaume-Uni et les Pays-Bas (dans une moindre mesure) qui ont fait de la lutte contre les discriminations le "cœur de leur politique de gestion des minorités immigrées" (Virginie Guiraudon).

Dans l'Europe des Quinze, l'adoption en juin 2000 de la directive "relative à la mise en œuvre du principe d'égalité de traitement entre les personnes sans distinction de race ou d'origine ethnique", surnommée "race directive", marque à cet égard un tournant.

L'antiracisme contemporain se présente ainsi comme l'héritier de plusieurs traditions historiques qui semblent avoir fusionné à la fin du XXe siècle : l'anti-esclavagisme, l'anticolonialisme (et plus largement l'anti-impérialisme), l'anti-antisémitisme, l'antinazisme (et plus largement l'antifascisme), l'antiségrégationnisme et l'antinationalisme.

À ces traditions idéologiquement définies s'ajoutent leurs variantes nationales ou certaines traditions antiracistes proprement nationales.

Ces traditions incorporées dans l'imaginaire antiraciste joue le rôle de mémoires associées non nécessairement compatibles, et, en conséquence, souvent sources de tensions.

Dès lors que l'antiracisme devient une "cause", son hétérogénéité doctrinale se traduit par des orientations incompatibles ou des engagements mutuellement exclusifs.

S'il faut historiciser et sociologiser l'antiracisme, il faut aussi s'efforcer de le fonder, en répondant à la question "Pourquoi l'antiracisme ?".

Traiter de "l'antiracisme", c'est nécessairement se risquer dans un champ d'analyse où les emplois respectivement descriptif et normatif du terme ne cessent d'interférer.

Un impératif moral et une exigence politique

L'antiracisme est une morale et une politique fondées sur des principes. Or, il n'y a pas plus de morale scientifique que de politique scientifique.

Mais, comme le suggérait Henri Poincaré, "la science peut être d'une façon indirecte une auxiliaire de la morale". Et le mathématicien-philosophe ajoutait : "La science largement comprise ne peut que la servir ; la demi-science est seule redoutable ; en revanche, la science ne peut suffire, parce qu'elle ne voit qu'une partie de l'homme.

"Ce que le scientifique peut faire d'une façon efficace et légitime, au nom de la science qu'il maîtrise, c'est réfuter les prétentions scientifiques de ceux qui appellent à exclure certains groupes humains, à les discriminer ou à les exploiter, à leur faire violence, en supposant l'existence d'une échelle hiérarchique universelle entre lesdits groupes, appelés ou non "races".

Si le savoir scientifique ne peut fonder la nécessaire lutte contre le racisme, il peut cependant l'éclairer.

Le fondement du rejet absolu du racisme ne doit pas être cherché dans le discours de la science, il se trouve dans l'impératif moral qu'on peut juger fondamental.

Il suffit de prendre au sérieux et de tirer toutes les conséquences de la "règle d'or", dans sa formulation la plus courante :

"Ce que tu ne voudrais pas qu'on te fît, ne le fais pas à autrui." Quel être humain pourrait vouloir être une victime du racisme ?

Que chacun étende cette condamnation personnelle du racisme à l'ensemble du genre humain, et, par cet acte d'universalisation, le rejet du racisme est érigé en impératif moral.

Le sens moral commence avec la faculté de reconnaître le caractère normatif de la réciprocité dans le traitement des personnes humaines : "Fais à autrui ce que tu voudrais qu'il te fît." Un tel impératif moral est modeste, il prend le genre humain tel qu'il est. Il se tient à distance des utopies de "ceux qui veulent rendre l'humanité 'meilleure'" (Nietzsche), voire parfaite.

Telle est la sagesse pratique enseignée par le pluralisme libéral ainsi théorisé par John Stuart Mill :

"De même qu'il est utile, tant que l'humanité est imparfaite, qu'il y ait des opinions différentes, il est bon qu'il y ait différentes façons de vivre et que toute latitude soit donnée aux divers caractères, tant qu'ils ne nuisent pas aux autres, et qu'il est donné à chacun d'éprouver la valeur des différents genres de vie."

Il en va de la société sans préjugés raciaux ni discriminations raciales comme de la société sans classes ou de la cité parfaite : une utopie susceptible de stimuler autant que d'endormir les esprits. Et aussi de provoquer, en les justifiant au nom d'un avenir meilleur, les violences de tous les reconstructeurs de peuples, dont les totalitarismes du XXe siècle auront constitué les expérimentations historiques.

Trop souvent l'indignation morale trouve un refuge dans telle ou telle utopie consolatrice. C'est choisir l'aveuglement et la fuite dans l'avenir. Il est de meilleure méthode d'être résolu à affronter, sans bouée de sauvetage, ce qui nous semble insupportable. C'est la voie de la sagesse pratique.

Max Scheler rappelait que "tout service rendu à autrui n'a de valeur qu'autant que celui qui donne s'est réalisé, lui et ses propres valeurs, dans la plus grande mesure possible".

Qui s'engage dans la lutte contre le racisme, tous les racismes, doit commencer par se rendre lui-même digne d'une telle action. Il nous reste à lutter sans fin et avec inquiétude contre l'intolérable, qui, faut-il le souligner, ne se réduit pas au racisme.





  1. Texte extrait d'un article « Antiracisme », à paraître dans Pierre-André Taguieff (dir.), Dictionnaire historique et critique du racisme, Paris, PUF, coll. « Quadrige », mai 2013 (environ 2000 pages). L'ouvrage comprend 540 articles rédigés par 250 spécialistes de diverses disciplines.
Copyright PUF


Dernière édition par Libellule le Jeu 21 Mar 2013, 20:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
papy Mougeot



Messages : 2313
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 21 Mar 2013, 20:33

Il est vrai que l'on doit faire attention lorsque l'on veut rire.
Michel LEEB qui imitait il y a 20 ans les noirs et les asiatiques ne peut plus faire ses numéros.
On peut plaisanter sur les Marseillais mais pas sourire des Corses.
Nous sommes autorisés à nous moquer des Bretons mais attention aux Basques.
Nous pouvons tout de même blaguer sur les Auvergnats et les Belges, insulter le Pape mais attention avec les Juifs et les Musulmans... il est vrai que pour les Juifs on peut rigoler si ce sont des Juifs qui racontent des histoires juives...
Vous avez le droit de vous foutre librement des policiers, des gendarmes, des gardiens de prison mais pas des journalistes...Coluche l'a échappé belle !
Si vous transgressez ces principes établis par l'intelligentsia gare à vous !
Désolé... mon intervention n'est cautionnée par aucune autorité reconnue et à ce titre sans doute non recevable.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 21 Mar 2013, 20:42

Papy Mougeot, arrêtez de vous auto flageller, même en faisant de l'humour, je dis exactement l'inverse, en mettant un lien qui caricature à la fois le PS, le discours anti raciste, et le communisme, car au contraire je crois que cet humour est tout à fait recevable.

Mais je rajoute que l'on peut aussi méditer autrement que par l'humour en passant par la case de l'anti racisme, je le fais car il s'agit là d'une démarche un peu différente que de passer forcément par la case racisme.
Revenir en haut Aller en bas
papy Mougeot



Messages : 2313
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 21 Mar 2013, 21:18

[quote="Libellule"]Papy Mougeot, arrêtez de vous auto flageller, même en faisant de l'humour, je dis exactement l'inverse, en mettant un lien qui caricature à la fois le PS, le discours anti raciste, et le communisme, car au contraire je crois que cet humour est tout à fait recevable.

Mais je rajoute que l'on peut aussi méditer autrement que par l'humour en passant par la case de l'anti racisme, je le fais car il s'agit là d'une démarche un peu différente que de passer forcément par la case racisme.[/quote
-----

1/ Je réclame au nom des droits de l'homme le droit de me flageller à ma guise ! où et selon la fréquence qui me convient avec l'intensité que j'estime nécessaire.
2/ Je préfère l'humour à la juxtaposition de citations. Je crois être capable de m'exprimer de manière intelligible sans les béquilles intellectuelles ou morales pouvant justifier une pensée. Ce n'est pas parce que l'on cite un écrit que l'on a raison. Dans un passé que j' ai connu, il y avait à Paris des vespasiennes sur lesquelles il était écrit Martini et je n'ai jamais trouvé cet apéritif à l'intérieur.
3/ Je me méfie des gens trop sérieux et encore plus de ceux dénués d'humour. Très rapidement ils confondent faire sérieusement les choses et se prendre soi-même au sérieux.
4/ Les diarrhées d'encre pas plus que la répétition ne font la vérité.
Sur ce assez joué je dois aller vaquer ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 21 Mar 2013, 21:30

Ok Papy la forme est revenue. Le fond aussi

Ceci dit je pense, Libellule, qu'il y a un contresens généralisé sur la notion de racisme.
Ce que beaucoup de gens réprouvent, condamnent, déplorent, stigmatisent comme vous dites, enfin pas vous en particulier, ce n'est pas la race, ni l'origine, ni l'âge ou les croyances, ce sont les écarts avec la société, avec la loi, avec les codes pratiques communément admis en un temps et en un lieu.
Il n'y a que très rarement du racisme au sens que lui donnait le fascisme et c'est heureux.
Considérer qu'une race serait inférieure serait en effet du racisme, considérer que tous les jeunes sont des Marseillais trafiquants, assassins ou prochaines victimes méritées des gangs serait injuste et absurde.
Le vrai racisme existe cependant, il y a même une version anti blanc, ou anti catho, ou anti vieux, mais je ne vois pas, mis à part des réprobations ponctuelles sur certains comportements, de racisme dans nos villes et nos campagnes
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 21 Mar 2013, 22:04

Eole, je ne fais effectivement pas ce contre-sens en ce qui me concerne, et c'est pour cela que je considère un peu comme Papy Mougeot que ce qu'il appelle les diarrhés d'encre à répétition n'apportent rien au débat.

Apporter des éléments de réflexion nouveaux oui. Sinon effectivement autant ne pas débattre, et se contenter de ressasser.

C'est d'ailleurs pour cela qu'il m'arrive, pour prendre un exemple parmi d'autres, de me démarquer de la manière dont intervient anonymous sur ce forum, en répétant inlassablement la même chose, entraînant inlassablement la même réponse de Loïc. Si je devais plaider la cause de l'ub ou de l'autre, je serais assez pou rle partage de responsabilités, dans cet état de fait. J'entends bien que cela plait à certains forumeurs et que cela a certainement une logique, mais je crois qu'à trop le faire cela peut lasser.

Je reconnais que de mon côté je fais long dans mes réponses, et j'entends tout aussi bien le reproche que j'en fais peut-être aussi trop ; mais autant que faire se peut, j'évite les redites, préférant explorer des voies nouvelles au débat plutôt que de prétendre qu'il suffit de répéter toujours la même chose pour démontrer que l'on a raison (quelque soit celui qui participe à cette répétition).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 21 Mar 2013, 22:14

Pour illustrer mon post, je n'apprécie pas la conception de la société des Rroms, je n'aimerais pas en faire partie, mais pour autant ce sont des humains comme moi ou comme les indiens d'Amerique au fin fond de la jungle. Ce que je vis mal c'est le choc des mœurs dans mon pays, des lors qu'il transgresse la loi et l'ordre public. Mais je n'y mets aucune connotation de race supérieure ou inférieure. Moi même avec ma vue basse, mes douleurs, mes mœurs d'occidental trop gâté je serais curieusement jugé sur les bords de l'Amazone
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 21 Mar 2013, 22:38

On est bien d'accord si la loi existe ce n'est pas pour qu'elle soit trangressée inpunément (partie coercitive contre les individus fautifs) ou qu'elle ne soit par respectée (partie protectrice de tous les humains). L'humain est le bon niveau de réflexion. Les injustices sont parfois visibles, parfois invisibles, c'est le choc des injustices qui provoquent la modification des moeurs et pas l'inverse de mon point de vue.

On pourrait parler de la justice, et de sa représentation symbolique de la balance, du glaive et de la plume aussi, ... en l'appliquant au cas particulier des Rroms, on se rendrait compte qu'il n'y a pas de particuliarisme, contrairement à ce qui est trop souvent dit autre qu'effectivement, et vous avez raison de le souligner leur conception de vie par rapport à nous ou aux indiens d'Amérique.
Revenir en haut Aller en bas
JS

avatar

Messages : 1766
Date d'inscription : 15/06/2010

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Ven 22 Mar 2013, 19:57

POUR INFORMATION,
À l'initiative des maires des 7 villes riveraines du Bois de Vincennes, une pétition en ligne vient d'être lancée contre l'implantation d'une aire d'accueil des gens du voyage dans le bois de Vincennes.

http://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/implantation-ville-paris-aire-gens-voyage/9830

POUR INFORMATION,
Samedi 23 mars 2013
Manifestation des maires des villes riveraines du Bois contre l'installation d'une aire d'accueil des gens du voyage

Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12380
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Ven 22 Mar 2013, 20:44

JS a écrit:
POUR INFORMATION,
À l'initiative des maires des 7 villes riveraines du Bois de Vincennes, une pétition en ligne vient d'être lancée contre l'implantation d'une aire d'accueil des gens du voyage dans le bois de Vincennes.

Indépendamment de la question posé par l'implantation de ce terrain dans le bois de Vincennes, ce qu'il est convenu d'appeler "les Rroms" pour désigner des populations venant majoritairement de Bulgarie, Hongrie et Roumanie et les "gens du voyage" qui sillonnent notre pays sont deux choses différentes...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12380
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Lun 25 Mar 2013, 11:09

roselavy a écrit:
@ A.nonymous,
depuis plusieurs semaines vous faites un usage immodéré (à mon avis) du verbe "brailler": serait-ce l'enthousiasme de la découverte d'un nouveau mot ? Ou le simple plaisir (un peu mesquin, tout de même) d'insulter les personnes qui ne pensent pas comme vous ?
je vous suggère de chercher des synonymes, voire de changer de registre.

Peut-on parler réellement parler d'insulte à propos de l'usage du verbe "brailler" ?

Le débat démocratique est à mon sens un bien trop précieux pour que des insultes y trouvent leur place....

Il ne me viendrait ainsi pas à l'idée de traiter quelqu'un qui ne pense pas comme moi de "salopard" ou de dire que celui-ci "ne pense pas français mais finance internationale"...

Je ne doute pas que de tels propos vous choquent aussi et que vous allez donc les condamner ici-même...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Lun 25 Mar 2013, 20:50

On ne se choque pas de tout, tout le temps au PS
L'indignation est sélective.
Gazer des pépés et des mémés qui manifestent pacifiquement, c'est normal, se faire insulter par un fou furieux, c'est "dépasser des lignes", sans plus,
Où est le bon sens dans tout cela?
Revenir en haut Aller en bas
papy Mougeot



Messages : 2313
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Lun 25 Mar 2013, 21:52

Simoun a écrit:
On ne se choque pas de tout, tout le temps au PS
L'indignation est sélective.
Gazer des pépés et des mémés qui manifestent pacifiquement, c'est normal, se faire insulter par un fou furieux, c'est "dépasser des lignes", sans plus,
Où est le bon sens dans tout cela?

Il est plus facile de "gazer" des pépés et des mémés qui sont supposés être de droite ... que de s'occuper énergiquement des gens des "quartiers" qui mettent le désordres et se livrent au brigandage mais seraient un électorat potentiel... si on veille à bien les encadrer.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Lun 25 Mar 2013, 22:45

Le GUD a revendiqué sa place en première ligne de ces troubles. Je note que ce groupe selon vous n'est pas supposé être de droite et quand ils se manifestent ont pour priorité de s'occuper énergiquement des gens des quartiers qui mettent le désordre. Normal, me direz-vous, ce sont des adeptes de l'Ordre Nouveau, me semble-t-il...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Lun 25 Mar 2013, 23:34

Si le GUD cherche à donner le calme dans les quartiers il faut qu'il s'implante massivement
à Marseille, dans les banlieues chaudes, voire aux Larris
Revenir en haut Aller en bas
papy Mougeot



Messages : 2313
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mar 26 Mar 2013, 01:09

Combien de vitrines pillées, de magasins détruits, de voitures brûlées ? lors de la manif contre le mariage homo...
et surtout combien de policiers et de gendarmes blessés ?
Revenir en haut Aller en bas
l'imprecateur



Messages : 204
Date d'inscription : 06/02/2013

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mar 26 Mar 2013, 01:28

30 policiers et gendarmes blessés.

Ce qui reste étonnant c'est que les mêmes personnes qui hurlent contre l'attitude de la police sont les mêmes qui trouvent que la police faisait tout à fait son job lors des manifs étudiantes ou contre les retraites.

Ne parlons même pas de Mr Balkany, qui estime que le ministre de l'intérieur à piégé les manifestants, la preuve étant que lorsqu'il y a des manifs de gauche il n'y a pas de policiers (c'est ce qu'il déclarait ce matin sur BFM). Malik Oussekine, battu à mort par des inconnus en uniforme, à malheureusement croisé la route de faux policiers après avoir été refoulé de la place des invalides par des faux gendarmes mobiles.

Pour avoir fait beaucoup de manifs moi même j'ai toujours conservé deux principes:

1) si j'étais avec mes enfants, dés que nous approchions les barrages des forces de l'ordre je quittais les lieux, car ce n'est pas l'endroit pour des enfants.
2) quand une rue est interdite après accord entre les organisateurs et la préfecture (c'était le cas hier) je ne cherche pas à forcer le barrage sauf si nous voulions créer du buzz pour la presse sachant que les forces de l'ordre répliquent toujours par la force en cas de tentative de passer.

Chercher où était les manipulateurs (je ne suis pas certains qu'ils étaient place Beauveau)
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mar 26 Mar 2013, 01:33

Et puis vous savez tout finit par se savoir, les images d'amateurs aidant. Si les faits dans un sens ou dans un autre sont à répréhender, ils devront l'être.

Prenons par exemple le cas de Madame Boutin qui se dit victime d'un malaise suite à un lancer de gaz lacrimogène sans préjuger de quoi que ce soit (elle dit maintenant ne pas en faire une affaire personnelle... et vouloir en rester là).

Déjà, on sait que les Rroms n'y sont pour rien ... (dur des fois de garder le fil conducteur du premier sujet... Embarassed).

Le premier lien correspond à la photo qui a été diffusée, elle est dos au sol, bien visible...

Le second lien présente une scène en partant de son origine et se passe à mon avis de commentaires... ce lien montre aussi avec d'autres videos ce qui s'est passé et comment certains manifestants ont tenté de contourner l'ordre de la préfecture. Il est très rare que des manifestants ne s'en tiennent pas au parcours autorisé. Suaf volonté de faire le buzz en effet, l'imprécateur a raison ...

http://www.bfmtv.com/politique/cafe-politique-manif-tous-gaz-lacrimogenes-christine-boutin-477626.html

http://www.youtube.com/user/tulipius
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12380
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mar 26 Mar 2013, 02:01

Et si on reparlait des Rroms, sujet initial de cette discussion ?

Il ne fait aucun doute que dans notre "ville amie des enfants" - http://www.fontenay-sous-bois.fr/?108 - nombre de citoyens vont suivre ce procès avec intérêt...

Citation :
Le gang des petites voleuses du métro face à la justice
Vingt-deux membres présumés d’un réseau soupçonné d’avoir forcé des mineures à jouer les pickpockets sont jugés à partir d’aujourd’hui. Parmi eux, Féhim Hamidovic.

STÉPHANE SELLAMI | Publié le 25.03.2013, 07h40

«Le patriarche » ou bien encore « le plus grand chef de famille connu de tous les Roms d’Italie, de France, de Belgique et d’Espagne ». C’est ainsi que Féhim Hamidovic est décrit par plusieurs des protagonistes d’un vaste réseau de petites voleuses qui ont sévi pendant de nombreux mois dans les transports en commun parisiens.

Aujourd’hui s’ouvre à Paris le procès de ce chef de clan de 60 ans, originaire de Bosnie-Herzégovine. Connu aussi sous le diminutif de Fého, le sexagénaire au profil de « bon grand-père » — comme le dépeint l’un de ses avocats, Me Joseph Cohen-Sabban — est renvoyé devant la justice en compagnie de vingt et une autres personnes, dont de nombreux membres de sa famille, à commencer par sa femme et trois de ses fils, pour « traite d’êtres humains », « association de malfaiteurs » et « vols en réunion ».

1,3 M€ de bénéfices

A la tête de cette structure « hiérachisée » depuis sa villa italienne à Rome, l’homme est soupçonné d’avoir géré plusieurs dizaines de mineures, chargées de multiplier les vols de portefeuilles aux dépens de touristes en visite dans la capitale. Elles devaient ainsi ramener entre entre 200 et 300 € chaque jour, sous peine de violence. A chacune de leur interpellation, ces adolescentes prétendaient toutes se nommer Hamidovic…

Selon une estimation des enquêteurs de la brigade de protection des mineurs (BPM), ces larcins auraient généré près de 1,3 M€ de bénéfices au cours de l’année 2009. La majeure partie du butin était expédiée, via Western Union, vers le sud de la France, grâce à la complicité d’un intermédiaire français. Le réseau avait finalement été démantelé en novembre 2010 après plus de deux ans d’enquête.

« Tout ce dossier est orienté autour de la personnalité de Féhim Hamidovic, regrette Me Cohen-Sabban, épaulé par Me Yassine Yacouti. Mon client assure être victime d’un réglement de comptes orchestré par un de ses proches parents, surnommé Elvis. Par ailleurs, rares sont les témoins à assurer l’avoir vu agir directement dans la gestion de ce réseau. »

Mais la défense avancée par celui qui est présenté comme le « parrain » de cette organisation a été mise à mal par des nombreux éléments à charge recueillis au fil des investigations. A commencer par le train de vie de Fého, qui se présente comme un simple intermédiaire dans le commerce de voitures de luxe et qui soutient également subvenir à ses besoins grâce à la vente de vêtements sur les marchés.

Une passion pour le jeu

« Il était propriétaire de deux maisons, dont une estimée à près de 270 000 €, relate une source proche de l’affaire. Il a également été établi qu’il voulait participer à la vente d’un terrain de 800 m2 pour un montant de 70 000 €. »

Outre son patrimoine immobilier, Féhim Hamidovic vouait une véritable passion pour le jeu. « Il souhaitait participer à des parties de cartes, mais seulement si la mise était supérieure à 10 000 €, poursuit la même source. En deçà, cela ne l’intéressait pas et il ne voulait pas perdre son temps. »

Désigné comme le principal commanditaire de ce réseau par plusieurs jeunes voleuses repenties, Féhim Hamidovic semble avoir endossé, pour le moins, un rôle d’« arbitre ». Au fil des nombreuses écoutes téléphoniques, Fého est entendu en train d’intervenir pour calmer les conflits entre différents membres de cette vaste équipe de pickpockets. Déjà condamné en 2007 à Vienne en Autriche pour des faits similaires, en compagnie de son épouse, le chef de clan bosniaque sera fixé sur son sort à l’issue de trois semaines de débats.

Le Parisien
Source: http://www.leparisien.fr/faits-divers/le-gang-des-petites-voleuses-du-metro-face-a-la-justice-25-03-2013-2669129.php
Revenir en haut Aller en bas
l'imprecateur



Messages : 204
Date d'inscription : 06/02/2013

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mar 26 Mar 2013, 02:05

Et alors cela démontre quoi ?

Qu'il faut interdire aux corses de s'installer en région parisienne parce qu'il y a des mafieux corses ?

En principe je me méfie toujours des raccourcis claviers. Et pour le cas, les voleuses en questions étaient tout autant des victimes. Sans excuser le vol (qui doit être puni)
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mar 26 Mar 2013, 02:14

Cela démontre qu'anonymous veut vite éloigner les autres sujets plus Rump ou Gud que Rrom.

Gazons que notre ami ne veut pas lacrymogéniser trop longtemps sur le sort des forces de police françaises visctimes d'une manipulation organisée par un groupe d'union défense...


Dernière édition par Libellule le Mar 26 Mar 2013, 02:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mar 26 Mar 2013, 02:16

l'imprecateur a écrit:
Et alors cela démontre quoi ?

Qu'il faut interdire aux corses de s'installer en région parisienne parce qu'il y a des mafieux corses ?

En principe je me méfie toujours des raccourcis claviers. Et pour le cas, les voleuses en questions étaient tout autant des victimes. Sans excuser le vol (qui doit être puni)

Vous mélangez tout Imprecateur.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12380
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mar 26 Mar 2013, 02:21

l'imprecateur a écrit:
Et alors cela démontre quoi ?

Je pense que, tout comme pour la mise en examen de Nicolas Sarkozy, la justice de la République est impartiale et que si elle a décidé de poursuivre vingt deux personnes pour "traite d'être humains" c'est qu'elle a surement ses raisons...

Après cela peut amener à s'interroger sur ce qui est présenté, y compris par certaines organisation caritatives, comme une organisation clanique de certains campements Rroms....




Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mar 26 Mar 2013, 02:26

Anonymous a raison, partout et pour tout il faut laisser les enquêtes et la justice suivre son cours, une affaire ne devant pas en étouffer une autre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mar 26 Mar 2013, 02:31

C'est drôle mais j'aurais tendance à préférer passer mes vacances en Corse plutôt qu'en Roumanie
Revenir en haut Aller en bas
l'imprecateur



Messages : 204
Date d'inscription : 06/02/2013

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mar 26 Mar 2013, 02:41

Pourtant les roumains savent régler le problème des "roms". La majorité de la population les considérant comme des sous hommes.

Il ne faut pas mélanger Roumanie, Roms, gens du voyages, malfaisant, personnes membres de l'union européenne mais ayant moins de droit que les autres citoyens européens....

Lorsque je mélange tout c'est pour tenter de montrer qu'il ne faut justement pas tout mélanger par des amalgames.

Et perso je veux bien passer mes vacances en corse et en roumanie (très beau pays par ailleurs)
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12380
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mar 26 Mar 2013, 09:47

Au delà du seul cas des Rroms, certains pays se dirigent vers un durcissement de leurs conditions d'accueil....

Il est intéressant de noter que même si Cameron est conservateur, les Travaillistes du Labour, au centre gauche, durcissent également leur position sur l'immigration....


AFP a écrit:
25/03/2013 à 21:59
Cameron annonce des restrictions aux droits sociaux des immigrés

Le Premier ministre britannique David Cameron a annoncé lundi la mise en place de restrictions aux droits des immigrés en matière d'aide au logement, d'indemnité chômage et d'accès au système de santé, dans une nouvelle illustration du durcissement de la politique gouvernementale.

Le responsable conservateur a estimé que le système d'allocations sociales du Royaume-Uni était trop laxiste et souhaité que "l'accès aux services publics clés soit quelque chose que les immigrants gagnent, et non un droit automatique".

"Nous voulons des gens qui s'intéressent à ce qu'ils peuvent offrir à la Grande-Bretagne", a-t-il dit lors d'un discours à l'université d'Ipswich (est de l'Angleterre).

L'immigration est revenue récemment en force dans le débat politique au Royaume-Uni, avec en toile de fond la montée en puissance du parti anti-européen UK Independence Party (Ukip).

La levée des restrictions à l'accès du marché du travail européen pour les Roumains et les Bulgares en 2014 alimente en particulier des inquiétudes sur un afflux de ces ressortissants d'Europe de l'Est dans le pays.

Selon les plans du gouvernement, le versement de l'aide perçue par un immigré au chômage s'arrêtera au bout de six mois s'il n'a aucune perspective d'emploi, notamment en raison d'un niveau d'anglais insuffisant.

Dans le système actuel, les immigrants venus de l'Espace économique européen -(EEE), les pays de l'UE plus l'Islande, le Liechtenstein et la Norvège- peuvent toucher pendant leur période de chômage une indemnité de 71 livres par semaine (environ 85 euros).

David Cameron s'en est aussi pris aux "touristes de la santé" abusant du National Health service (NHS), le système public de santé. "Soyons clairs: nous avons un service national gratuit de santé, ce n'est pas un service international", a-t-il déclaré.

Le Premier ministre a exprimé sa volonté de récupérer auprès des pays membres de l'EEE l'argent dépensé pour soigner leurs ressortissants au Royaume-Uni, ce qui représente selon Downing Street une somme de 10 à 20 millions de livres par an.

Pour les pays extérieurs à l'EEE, le gouvernement envisage de rendre payants les soins dispensés et de requérir de la part du patient une assurance santé privée.

Enfin concernant l'allocation logement, le Premier ministre a souhaité qu'elle soit désormais réservée aux immigrés ayant vécu au moins deux ans dans le pays.

L'opposition travailliste a relevé que les agences pour l'emploi au Royaume-Uni avaient déjà comme recommandations de retirer l'allocation chômage aux immigrants venus de l'EEE au bout de six mois s'ils ne recherchaient pas un emploi de façon effective.

Mais le Labour a lui-même durci sa position sur l'immigration, de même que les Libéraux-démocrates. Leur chef de file, le vice-Premier ministre Nick Clegg, s'est prononcé vendredi pour un système de dépôt de garantie destiné à éviter que les étrangers séjournant temporairement dans le pays ne s'y installent.

Jonathan Portes, directeur du centre d'études National Institute of Economic and Social Research, a, quant à lui, souligné sur la BBC que les recherches montraient que les immigrés européens payaient "bien plus que ce qu'ils ne coûtaient" au Royaume-Uni.
Source: http://actu.orange.fr/monde/cameron-annonce-des-restrictions-aux-droits-sociaux-des-immigres-afp_1428044.html
Revenir en haut Aller en bas
Clovis



Messages : 40
Date d'inscription : 01/10/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mar 26 Mar 2013, 19:11

Il serait bien que le gouvernement français prennent exemple sur les anglais.
Il y en a assez de distribuer sans discernement à ceux qui vivent en France et à la charge de tous uniquement par intérêt économique sans aucune possibilité faute de formation et très souvent sans la volonté de pouvoir participer à l'activité alors que les français sont pris dans la spirale du chômage, ils perdent leur travail alors que l'on donne ce travail au pays dont nous supportons la charge d'une partie de leur population qui quittent leur pays pour profiter de l'argent de la France.
Ras le bol.
Diminuons les prestations et cela arrêtera l'invasion.
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Sam 30 Mar 2013, 20:29

Un article qui se suffit à lui-même :

http://www.lalsace.fr/actualite/2013/03/24/anina-la-petite-mendiante-rom-devenue-major-de-la-sorbonne


La petite Rom qui mendiait jadis en Rhône-Alpes triomphe aujourd’hui à la Sorbonne. À 22 ans, brillante étudiante en droit, elle vise désormais la magistrature.

Sa voix ne se mêle pas au papotis frivole des filles « bobos » du Quartier Latin. Pour la « bohème », elle a déjà donné… Anina porte, sur le visage, une gravité qui n’est pas de son âge. Elle a 22 ans, parle cinq langues, et mène de très brillantes études à la Sorbonne.
Alors quoi ? Alors, ses grands yeux noirs ont vu trop de souffrances. Elle a connu la faim, le froid, l’humiliation et la peur.

Anina est née Rom, à Craiova, pendant le rude hiver de la révolution roumaine. Un sordide ghetto, à l’aube de sa vie, lui tenait lieu d’horizon. Dans ces conditions, aboutir en master dans la plus prestigieuse des universités françaises relève presque du miracle. Ou plutôt d’une exceptionnelle volonté. « Ce que j’ai traversé avant d’arriver là explique ma rage de réussir » , murmure la timide brunette.

Lentement, autour d’une tasse de thé, les terribles souvenirs remontent à la surface. D’abord la première tentative, ratée, de quitter la Roumanie : « Entassés dans un camion, nous avons vécu un enfer indescriptible, dans les odeurs d’urine, de sueur, de vomi… »
La famille finit par aboutir en Italie, Casilino, glauque banlieue de Rome. Elle y restera un semestre, loin du Colisée : « La pire période de mon existence, entre l’insalubrité et le total mépris des gens… Là-bas, nous étions assimilés à de la vermine. »
Après le tunnel du Fréjus, la Terre promise

Papa vend des journaux à la sauvette, pas assez pour juguler la misère. En désespoir de cause, un jour, maman s’assied sur le trottoir et réclame l’aumône. Anina l’accompagne, elle a sept ans : « La honte d’avoir dû mendier, le mépris dans le regard des gens, c’est une blessure qui ne se referme pas. »

Le pays de Voltaire, plus que jamais, représente la Terre promise. Direction la Savoie, à bord d’une Polo brinquebalante, vers le tunnel du Fréjus. La petite Tzigane y parvient enfin, le 18 décembre 1997.

En pleine montagne, la neige s’infiltre par les trous de ses pauvres chaussures de toile. Qu’importe : « L’air pur, vivifiant, m’a lavé l’esprit, évacuant la puanteur qui s’était incrustée en moi depuis six mois. »

Autre bouffée d’oxygène, ensuite, la prise en charge par des services sociaux à Lyon : « Pour la première fois, nous étions considérés comme des êtres humains. »
Ils fêteront Noël à Valence, dans une caserne aménagée, en compagnie d’une vingtaine de Roms. Un endroit propre, avec l’eau, l’électricité « et une douche, quel bonheur ! »
Les temps heureux ne durent guère, en Drôme comme ailleurs. L’hébergement temporaire se termine, la demande d’asile se trouve rejetée. Retour à la case départ, ou presque.

À Bourg-en-Bresse, en 1999, la famille habite dans un fourgon. Et pour manger ? Avec sa mère et sa sœur cadette, Anina se remet à faire la manche sur la place du Marché. Mais, divine surprise, c’est à elles bientôt qu’on va tendre la main.
Émues par leur sort, quelques personnes de bonne volonté se manifestent. Et des choses se débloquent soudain : le permis de séjour, une place en HLM, un emploi pour le père dans les espaces verts.

Une longue course vers l’excellence
Surtout, grâce à « Madame Jacqueline », Anina apprend à lire, intègre le collège, puis le lycée. Elle y fera des étincelles, jusqu’à récolter le surnom d’« intello », source de nouveaux quolibets.
D’une discrimination l’autre, l’enfant de Craiova encaisse : « Beaucoup d’élèves me rejetaient, tant pis ! Pour moi, il était plus important de réussir que d’avoir des amis… »

Elle réussira, du bac avec mention à la licence de Droit, puis l’entrée en Sorbonne. L’école républicaine ne connaît pas de défenseur plus ardent : « Je voudrais persuader tous les jeunes Roms que les études offrent une vraie chance… » Et aussi briser le cliché qui réduit son peuple à des voleurs de poules… La Parisienne d’adoption, « un pied dans les deux mondes » , ne renie pas sa culture d’origine. Quitte à passer pour vieux jeu, refusant par exemple de batifoler avant le mariage : « Chez nous, c’est comme ça. »

Ses nuits sont plus longues que nos jours, elle les occupe à étudier. Et trouve l’énergie, en marge du lourd travail universitaire, de publier un livre témoignage (1 ). Elle a, sur le destin, une revanche à prendre. Rien ne l’arrêtera dans sa course vers l’excellence. Au nom de tous les siens, Anina mène le combat. Les injustices subies hier nourrissent son ambition d’aujourd’hui : « Devenir magistrate. » Après le master, se profile donc un concours difficile.
Elle a déjà franchi tant d’obstacles, qui pourrait l’empêcher de franchir celui-là ? À part l’administration, qui lui refuse toujours la nationalité française, on ne voit pas.

(1 ) « Je suis Tzigane et je le reste », par Anina, avec Frédéric Veille. Éditions City.
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Sam 30 Mar 2013, 21:27

Oui et alors. Son parcours est exemplaire, l'action humanitaire aussi, il faudrait maintenant qu'elle aide son pays en y exerçant ses compétences.
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Sam 30 Mar 2013, 21:32

@Loïc :

Une cigogne ne fait pas le printemps, la réussite de cette jeune fille, sa volonté, son courage est un exemple non une généralité.
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 3019
Date d'inscription : 08/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Sam 30 Mar 2013, 22:07

C'est bien la le problème, avec Loïc tout devient généralité, il essaiera toujours de manipuler l'info, comme au temps de la grande URSS. Ah quand nostalgie tu nous tiens.
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Sam 30 Mar 2013, 22:31

ninon a écrit:
Oui et alors. Son parcours est exemplaire, l'action humanitaire aussi, il faudrait maintenant qu'elle aide son pays en y exerçant ses compétences.


Justement. Son pays c'est devenu la France. Et il n'y a aucun doute qu'elle l'aidera de son mieux !


Et cet exemple, sans être généralisable, ce n'est pas mon propos, montre, si besoin en était, que, contrairement aux clichés, les roms sont bel et bien des humains doués de raison.

L'exemple de réussite est particulièrement brillant, mais on pourrait en citer d'autres, en particulier celui des familles accueillies à Fontenay dans l'annexe du lycée Ravel il y a quelques années et qui ont elles aussi trouvé un travail, un logement, une situation et dont les enfants réussissent à l'école.
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
GUIZMO

avatar

Messages : 294
Date d'inscription : 25/07/2010

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Dim 31 Mar 2013, 05:08


Sûr que l''implantation réussie, en France, de nombreuses communautés est bien réelle, de même que pour d'autres la volonté de retourner au pays pour y apporter leurs connaissances et lutter pour le développement démocratique de la patrie de leurs aïeux. Et c'est formidable et encourageant. Loïc pourrait-il nous en dire plus (puisqu'il les cite en exemple souvent) sur la réalité de l'installation et de la durée de vie, dans des communes rurales, des Roms de Ravel, venus des campagnes roumaines et si bien accueillis ailleurs qu'ici. Simplement et sans polémiques ni volonté d'en rajouter.
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Dim 31 Mar 2013, 20:33

Mais certainement.

Certaines des familles sont effectivement installées à la campagne mais d'autres sont en région parisienne. Elles ont du travail, un logement et leurs enfants sont scolarisés.

Pour ceux qui sont à la campagne l'un travaille pour l'ONF et l'autre dans un abattoir.

Pour ceux qui sont en ville, l'un travaille dans le commerce (c'est le premier a avoir trouvé du travail - alors au petit supermarché près de la gare RER -), dans le bâtiment ou dans la restauration.

Les plus grands des enfants ont passé leur bac et poursuivent des études (commerce pour l'un et tourisme pour l'autre).

Des gens qui sont devenus, pour certains fontenaysiens qui leur ont tendu la main quand ils avaient été jeté sur le trottoir sous la pluie un soir d'automne, des amis.

Une expérience qui montre qu'il n'y a aucune nécessité que l'exclusion et la misère soient indépassables pour les roms comme pour tout un chacun.
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
a.nonymous



Messages : 12380
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 11 Avr 2013, 03:01

Les jeunes Rroms s'intègrent, désormais ils visitent même le Louvre et ils sont si nombreux que le musée est contraint de fermer ses portes...

"Selon les syndicats CGT-FO-SUD, depuis plusieurs mois maintenant, les pickpockets sont "de plus en plus présents" et "de plus en plus agressifs". ---/--- En off, plusieurs employés parlaient de "jeunes Roms" clairement identifiés" et regrettaient de ne pouvoir leur refuser l'entrée de peur d'être "accusés de délit de faciès"."

Pour le coup aurait-on à faire à des fonctionnaires syndiqués du ministère des affaires culturelles racistes et xénophobes même si ils ne font que tenir les mêmes propos que certains agents syndiqués de la RATP ?


Citation :
Pickpockets: le Louvre fermé suite à un arrêt de travail des agents d'accueil

SECURITE - Le musée du Louvre était fermé ce mercredi suite à un arrêt de travail des agents d'accueil qui protestent contre "les pickpockets. Selon eux, ils seraient de plus en plus "nombreux" et de plus en plus "violents" à leur égard mais aussi à l'égard des visiteurs.

Vols de portable, de portefeuilles, de sacs... Face à la recrudescence des vols aux abords du musée du Louvre (1er), les employés ont décidé de déployer les grands moyens. Ce mercredi, le musée du Louvre était fermé en effet suite à un arrêt de travail des agents d'accueil qui se plaignent de la présence des pickpockets dans l'enceinte du monument et dans les rues adjacentes. "Quelques 200 agents ont exercé leur droit de retrait mercredi" précisait la direction du plus grand musée du monde à la mi-journée.

"Ils rentrent et n'ont peur de rien"

Selon les syndicats CGT-FO-SUD, depuis plusieurs mois maintenant, les pickpockets sont "de plus en plus présents" et "de plus en plus agressifs". "Près des entrées, à la sortie du métro Palais Royal musée du Louvre, et dans le musée même, ils sont partout et ne se cachent même pas, indique un employé qui a souhaité garde l'anonymat. Ils ne paient pas l'entrée, pénètrent dans les salles et se servent dans les poches ou les sacs des visiteurs. On ne peut rien dire. La plupart sont mineurs, ce sont toujours les mêmes mais on ne peut rien faire... La police est au courant, mais rien ne se passe". En off, plusieurs employés parlaient de "jeunes Roms" clairement identifiés" et regrettaient de ne pouvoir leur refuser l'entrée de peur d'être "accusés de délit de faciès".

Crachats, insultes, et menaces

Selon les agents qui se disent "victimes de ces adolescents", les pickpockets n'hésitent pas à les "narguer". "Les insultes sont quotidiennes, les crachats fréquents et les menaces récurrentes, nous avons tiré plusieurs fois tiré la sonnette d'alarme au cours des derniers mois mais rien n'a été fait" regrette cet employé.

La direction du musée du Louvre a indiqué avoir déposé plainte auprès du Parquet de Paris en décembre 2012 et avoir demandé des renforts policiers. Elle précise avoir fait état dans sa plainte au procureur de la République de "150 plaintes de particuliers".

Réouverture dans la soirée ?

Après une assemblée générale, et une rencontre de l'intersyndicale (CGT-FO-SUD) avec la direction du musée, une centaine d'agents se sont rassemblés devant le ministère de la Culture, leur ministère de tutelle, où une délégation était reçue à son tour mercredi en milieu de journée.

Contacté par téléphone, un agent d'accueil du musée a précisé que le "monument pourrait rouvrir dès 18 heures ce mercredi pour la nocturne". "Tout dépendra des suites de la rencontre entre les syndicats et les représentants du ministère" a-t-il ajouté.

Sur son site Internet, le musée ne faisait pas mention de l'arrêt de travail en cours et de la fermeture des lieux.
Source: http://www.metrofrance.com/paris/pickpockets-le-louvre-ferme-suite-a-un-arret-de-travail-des-agents-d-accueil/mmdj!nrnSo4OeDP3lE/
Revenir en haut Aller en bas
papy Mougeot



Messages : 2313
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 11 Avr 2013, 03:29

Cette réaction des personnels syndicalisés est intolérable !

A ce demander si ces centrales ne sont pas noyautées par le F Haine et les fachos.

sarko est en dessous de tout ! vivement que la gauche soit au pouvoir !
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 11 Avr 2013, 03:56

En off, plusieurs employés parlaient de "jeunes Roms"

cheers

J'attends le "on" ; si c'est vrai je reviens dans la discussion pour condamner les Rroms ; si c'est d'autres personnes, je condamnerai aussi "les pickpockets"; si c'est faux je viens mettre la fessée et demande à Papy l'autorisation qu'il me prête sa canne.
Revenir en haut Aller en bas
 
On reparle des ROMS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: