Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 On reparle des ROMS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: On reparle des ROMS   Ven 22 Juil 2011, 22:22

Rappel du premier message :

22/07/2011 à 10:21
Ressortissants roumains: les policiers se disent inquiets
Des responsables policiers et de la justice s'inquiètent de la délinquance "générée par les ressortissants roumains" en région parisienne qui, selon eux, explose, se diversifie et devient violente à l'égard des forces de l'ordre.
partagezDel.icio.usViadeoMyspaceGoogleLiveYahoo! BuzzYahoo!DiggWikio votez réagissez
photo : ANNE-CHRISTINE POUJOULAT, AFP La "délinquance générée par les ressortissants roumains" a augmenté de 72,4% au premier semestre 2011 par rapport au premier semestre 2010, selon une étude policière consultée par l'AFP.

5.680 Roumains, dont une très forte majorité de mineurs, ont été "mis en cause" pour des larcins sur les six premiers mois de 2011, contre un total de 3.294 sur la même période de 2010.

Datée de début juillet et émanant de plusieurs services de police du "grand Paris" (Paris, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne), l'étude ne fait pourtant que confirmer une tendance policière ancienne.

Un document de la direction de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne (DSPAP), que s'était procuré l'AFP, faisait déjà état d'une hausse de 69% sur les cinq premiers mois de l'année 2011.

Le précédent ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, avait affirmé au cours de l'été 2010 que les actes de délinquance perpétrés par des Roumains à Paris avaient "augmenté de 259% en 18 mois".

à lire aussi
dans actualité :

Minorités
La Licra décide de ne plus participer aux conventions de l'UMP
Cette annonce survenait après que, le 28 juillet 2010, le chef de l'Etat eut tenu à l'Elysée une réunion très controversée sur les "problèmes que posent les comportements de certains parmi les gens du voyage et les Roms" après des violences survenues à Saint-Aignan (Loir-et-Cher).

L'étude de juillet pointe l'explosion des vols en tous genres, de téléphones portables ou dans les distributeurs automatiques de billets de banque (Dab), quatre à cinq par jour dans les lieux touristiques, commis "par des mineurs âgés de 10 à 17 ans".

Elle détaille aussi le développement des escroqueries à la charité, de la mendicité collective ou de ventes à la sauvette.

La famille B., activement recherchée par la police, est citée à titre d'exemple car elle fait régulièrement venir des ressortissants de Roumanie moyennant 100 euros par tête pour le voyage en France.

Ceux-ci, raconte l'étude, sont ensuite répartis dans la capitale, qui pour voler, qui pour mendier, en fonction de leur âge, voire "vendre des animaux dans la rue" 100 à 200 euros pièce, faux certificats à l'appui.

Des responsables de la police et de la justice ont fait part à l'AFP de leurs "inquiétudes" à cet égard, citant également des vols de cuivre, qui perturbent le trafic des métros, et l'organisation de jeux de hasard sur la voie publique.

"Ces ressortissants sont très organisés, diversifiés", ont-ils fait valoir. Ils n'"hésitent pas à protéger par la violence" leurs activités en agressant les forces de l'ordre, nombreuses là où ils sont implantés, notamment des Tuileries au Trocadéro.

Des CRS et des policiers en VTT ont été agressés le week-end dernier à Paris, une "tendance récente" faisant dire à un responsable policier: "Soit nous les dérangeons, soit nous ne leur faisons même plus peur".

L'étude rapporte les propos de jeunes Roumains évoquant une peine de cinq ans de prison chez eux en Roumanie pour un vol et "rien en France" s'agissant de délinquants mineurs.

La police, selon les sources, accuse la justice de ne pas les poursuivre plus sévèrement, la seconde invoque la législation, notamment celle sur les mineurs ou des "procédures mal faites".

La présence d'une dizaine de policiers roumains, affectés à Paris depuis les polémiques de l'été dernier, permet cependant à ces responsables de garder espoir face à ce phénomène qui "enquiquine la population" et "plombe les chiffres de la délinquance", selon eux.

http://actu.orange.fr/france/ressortissants-roumains-les-policiers-se-disent-inquiets-afp_164000.html
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Libellule



Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 11 Avr 2013, 03:56

En off, plusieurs employés parlaient de "jeunes Roms"

cheers

J'attends le "on" ; si c'est vrai je reviens dans la discussion pour condamner les Rroms ; si c'est d'autres personnes, je condamnerai aussi "les pickpockets"; si c'est faux je viens mettre la fessée et demande à Papy l'autorisation qu'il me prête sa canne.
Revenir en haut Aller en bas
matmut

avatar

Messages : 2088
Date d'inscription : 11/07/2010

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 11 Avr 2013, 04:49

Hé Papy il serait peut être temps de laisser Sarko ou il est.Comptez vous toujours en Francs ?
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12380
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 11 Avr 2013, 04:53

Il ne faut pas stigmatiser mais si une fois arrêtés il s'avère que ces pickpockets sont originaires d'un autre état européen, ne devraient-ils pas être simplement expulsés du territoire national ?

Citation :
Le Louvre fermé suite à un arrêt de travail des agents d'accueil

Publié le 10.04.2013, 16h24 | Mise à jour : 17h56

Le musée du Louvre est fermé ce mercredi et jusqu'à nouvel ordre. Ses agents d'accueil refusent de travailler : ils protestent contre la recrudescence des pickpockets.

Les agents d'accueil en ont «ras-le-bol». Alors qu'ils surveillent les œuvres d'art et le public, ils «sont de plus en plus victimes d'agressions, crachats, menaces, coups et insultes de la part de voleurs en bandes, souvent mineurs, qui dérobent des biens aux visiteurs et que rien n'arrête» dénoncent les syndicats (CGT, FO, SUD).

Selon la direction, 200 agents ont exercé leur droit de retrait sur le millier qui travaille au musée, et les 470 présents quotidiennement.

Des pickpockets originaires d'Europe centrale

Selon plusieurs agents, ces voleurs seraient souvent des jeunes originaires d'Europe de l'Est. Beaucoup sont encore mineurs et ils peuvent entrer gratuitement dans le musée, «à 20 ou 30». De son côté, la direction du Louvre se dit «très préoccupée». Elle a porté plainte elle-même en décembre auprès du parquet de Paris.

Après une assemblée générale, et une rencontre de l'intersyndicale (CGT-FO-SUD) avec la direction du musée, une centaine d'agents se sont rassemblés mercredi devant le ministère de la Culture, où une délégation a été reçue.

Des moyens policiers supplémentaires à l'extérieur du musée

La ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, s'est engagée à contacter immédiatement son homologue de l'Intérieur, Manuel Valls, «afin de mettre en place un dispositif de sécurité adapté à cette situation inacceptable et des moyens policiers supplémentaires à l'extérieur du musée». Elle devrait également «sensibiliser le ministère de la Justice» au sujet de plusieurs plaintes classées sans suite, déposées par les agents et les visiteurs.

En attendant, la direction du Louvre a décidé d'interdire temporairement l'entrée aux pickpockets déjà identifiés qui se représenteraient au musée.

«La peur au ventre»

Les agents «viennent parfois la peur au ventre au travail» raconte un représentant syndical SUD. Plusieurs ont fait état de «crachats, insultes, menaces et coups» et de «visiteurs dévalisés qui se retrouvent sans papiers, déboussolés, dont les agents doivent s'occuper auprès des instances consulaires afin de les aider, ce qui n'est pas leur mission».

«Il y a toujours eu des pickpockets au Louvre et dans les endroits touristiques du centre de Paris, témoigne un agent. Mais depuis un an et demi, ils sont de plus en plus violents, en bandes et leur mode opératoire est rôdé. Rien ne les arrête».

LeParisien.fr
Source: http://www.leparisien.fr/paris-75/le-louvre-ferme-suite-a-un-arret-de-travail-des-agents-d-accueil-10-04-2013-2714391.php

Ceci étant à la lecture du Figaro il semble que la direction du Louvre ait une bonne piste pour lutter contre les pickpockets...

Citation :
---/---
Au 1er mai, un renforcement de la signalétique en langue étrangère, notamment en coréen, japonais et chinois va être installé in situ. De même, une procédure de dépôt de plainte simplifiée sera applicable. «Nous travaillons aussi avec les consulats de ces pays pour déceler les comportements usuels de leurs concitoyens qui pourraient les rendre ici spécialement vulnérables», indique la direction de la communication du Louvre.
---/---
Source: http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2013/04/10/03015-20130410ARTFIG00860-le-louvre-ferme-a-cause-des-pickpockets.php


Dernière édition par a.nonymous le Jeu 11 Avr 2013, 05:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 11 Avr 2013, 04:57

A question simple réponse courte : si. eT EVIDEMMENT EN ATTENDANT ON NE STIGMATISE PAS... +1
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 11 Avr 2013, 05:10

Quelle stigmatisation?
Les Rroms sont très souvent impliqués dans les affaires de vol. C'est un fait.
Du balai pour ces gens là
Revenir en haut Aller en bas
papy Mougeot



Messages : 2313
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 11 Avr 2013, 05:50

matmut a écrit:
Hé Papy il serait peut être temps de laisser Sarko ou il est.Comptez vous toujours en Francs ?

bonne nouvelle alors ce ne serait pas de sa faute ? chouette il va pouvoir se représenter !
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12380
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 11 Avr 2013, 22:38

Je suis d'accord pour dire qu'il ne faut pas stigmatiser mais on peut néanmoins s'interroger et se demander si, dans le cadre de la libre circulation à l'intérieur de l'Union, certains ne prendrait pas simplement notre pays comme un espace de non droit où tout est permis...

Citation :
11/04/2013 à 11:49
Un important réseau de cambrioleurs itinérants démantelé en France et Belgique

Quelque 25 personnes ont été interpellées simultanément en France et en Belgique dans le cadre d'un coup de filet cette semaine contre un vaste réseau de cambrioleurs itinérants sévissant dans toute l'Europe, a annoncé jeudi la gendarmerie d'Alsace.

Les enquêteurs soupçonnent ce réseau d'être impliqué dans des milliers de cambriolages en France, en Allemagne, en Belgique, en Suisse ou encore en Espagne, a indiqué à l'AFP une source proche du dossier, précisant qu'il s'agissait de Roms originaires de Serbie.

L'opération, coordonnée par l'Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI), a été conduite par des gendarmes de la Section de Recherche (SR) de Strasbourg sous commission rogatoire d'un juge de la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Nancy.

Après une recrudescence de cambriolages pendant l'été 2012 en Alsace et en Lorraine, commis en journée dans des habitations principales, des interpellations successives de mineurs avaient mis au jour un vaste réseau de criminalité organisée itinérante, a indiqué la gendarmerie dans un communiqué.

"Le 8 avril, dans le cadre d'une cellule d'enquête, 25 objectifs impliqués à divers degrés dans une centaine de cambriolages ont été interpellés simultanément en France et en Belgique", précise le communiqué.

Mais au-delà de cette mise en cause judiciaire dans une centaine de faits, le réseau, très mobile, est soupçonné "dans plusieurs milliers de cambriolages en Europe", a ajouté une source proche du dossier, précisant que les interpellations de lundi avaient notamment eu lieu en Alsace, mais aussi à Nancy, Lyon, Marseille et Carcassonne.

Des opérations sont encore en cours et de nouvelles interpellations pourraient avoir lieu, a-t-elle indiqué.

La JIRS de Nancy doit donner plus de détails lors d'une conférence de presse jeudi après-midi.

Fin mars, un vaste coup de filet visant une bande de cambrioleurs avait été mené par près de 200 gendarmes d'Aquitaine et de Midi-Pyrénées, conduisant à l'interpellation d'une trentaine de personnes dans sept départements.

La lutte contre les cambriolages, en nette augmentation partout et surtout dans les territoires péri-urbains et ruraux, est devenue l'une des priorités du ministère de l'Intérieur.

Manuel Valls a annoncé en février la création de "cellules" spécialisées dans les gendarmeries et commissariats. D'après le ministre, ces cambriolages "sont le fait le plus souvent de groupes très organisés, qui viennent souvent de l'étranger, des Géorgiens, Bulgares, Roumains, et auxquels il faut s'attaquer pas seulement au niveau national, mais aussi au niveau européen".

Selon les chiffres de la délinquance 2012 publiés mi-janvier, les cambriolages d'habitations principales, déjà en hausse en 2011, ont augmenté de 4,7% en zone police et de 14,7% en zone gendarmerie. Cela représentait un total de 352.626 faits.
Source: http://actu.orange.fr/france/un-important-reseau-de-cambrioleurs-itinerants-demantele-en-france-et-belgique-afp_1552724.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12380
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Ven 12 Avr 2013, 06:11

Quelques informations complémentaires dans cet article:

""Le fait d'utiliser des mineurs de 12 à 13 ans, voire plus jeunes, avait pour but évident de les faire échapper aux poursuites ou à la prison puisqu'ils sont le plus souvent relâchés ou considérés comme mineurs en danger et placés dans des foyers dont ils s'échappent rapidement", a expliqué à Reuters le procureur adjoint David Touvet."


Reuters a écrit:
Démantèlement d'un réseau de cambrioleurs des Balkans
Reuters – il y a 1 heure 8 minutes

STRASBOURG (Reuters) - Vingt-deux membres présumés d'un réseau de cambrioleurs originaires d'ex-Yougoslavie et de Roumanie ont été interpellés cette semaine dans l'est et le sud-est de la France, ainsi qu'en Belgique et en région parisienne, a-t-on appris auprès du parquet de la juridiction interrégionale spécialisée de Nancy.

Une douzaine d'entre eux étaient en cours de présentation devant un juge d'instruction, jeudi, en vue d'être mises en examen pour vols en bandes organisées, association de malfaiteurs, mais aussi traite des êtres humains, une incrimination passible de 20 ans de vingt ans de détention.

Structuré autour de trois clans familiaux de la communauté rom, ce réseau à géométrie variable utilisait des mineurs, eux-mêmes encadrés par de jeunes adultes, pour pénétrer par effraction dans des maisons individuelles et y dérober du numéraire, des bijoux, voire du petit matériel comme des téléphones portables.

Cinquante-cinq cambriolages lui sont attribués depuis l'ouverture de l'information judiciaire, en août 2012, mais d'autres faits pourraient s'y ajouter, notamment en Allemagne où était basée une famille.

"Le fait d'utiliser des mineurs de 12 à 13 ans, voire plus jeunes, avait pour but évident de les faire échapper aux poursuites ou à la prison puisqu'ils sont le plus souvent relâchés ou considérés comme mineurs en danger et placés dans des foyers dont ils s'échappent rapidement", a expliqué à Reuters le procureur adjoint David Touvet.

Hormis une famille qui avait acquis un pavillon en région parisienne, les personnes interpellées vivaient dans la précarité en caravane, camping-car, et dans un bidonville.

Aucun objet n'a été retrouvé, mais chez certains, les enquêteurs ont mis la main sur des sommes de plusieurs dizaines de milliers d'euros que ne justifiait aucune ressource officielle.

Gilbert Reilhac, édité par Yann Le Guernigou
Source: http://fr.news.yahoo.com/d%C3%A9mant%C3%A8lement-dun-r%C3%A9seau-cambrioleurs-des-balkans-165227582.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12380
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Ven 26 Avr 2013, 12:43

Libération relate un show organisé par Marine Le Pen devant un camp de Rroms...

Ce qui me fait réagir à cet article ce ne sont pas les propos ressassés du FN sur l'immigration, l'Union, l'Euro, .... car on les connait et on sait qu'au delà de certaines vérités, les solutions prônées par ce parti ne sont guère réalistes...

Ce qui m'interpelle et me fait réagir c'est cette phrase attribuée à une jeune Rrom: «La France c’est bien, en Roumanie, il n’y a pas à manger»

Ca m'interpelle car il se trouve que je connais un peu, même si c'est de loin, ce qui se passe économiquement en Roumanie...

Je peux ainsi affirmer que depuis l'élargissement de l'Union à ce pays en 2007, un certain nombre d'emplois ont été délocalisés de France mais aussi d'Angleterre ou d'Allemagne vers la Roumanie... Je peux affirmer cela car d'une part je connais personnellement les personnes qui ont perdu leur emploi en France mais aussi dans certains cas le roumain qui a récupéré cet emploi en Roumanie... C'est certes une vision parcellaire limitée à une multinationale mais au travers d'échanges réguliers avec les salariés d'autres multinationales je sais que c'est une tendance généralisée...

Cet apport d'emplois en Roumanie est d'ailleurs confirmé par les chiffres du chômage dans ce pays qui, à l'inverse de ce qui se passe en France, décroissent:

Citation :
Roumanie
Février 2012: 7.3 %
Février 2013: 6.7 %

France
Février 2012: 10,0 %
Février 2013: 10,8 %
Source: http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/3-02042013-AP/FR/3-02042013-AP-FR.PDF

A partir de là, j'ai vraiment l'impression que quand on nous dit «La France c’est bien, en Roumanie, il n’y a pas à manger» soit on nous prend pour des idiots, soit on est dans la désinformation pure, soit il y a un problème politique en Roumanie et je ne vois pas pourquoi ce serait à nous de le régler en prenant en charge ceux qui n'arrivent pas à obtenir leur part du gâteau là-bas...

Ce qui est sûr, c'est que les salariés français ne peuvent pas, d'une part, voir leurs emplois partir en Roumanie ou ailleurs et, d'autre part, accueillir toute la misère roumaine d'autant plus que dans ce pays il y en a qui mangent et vivent très bien, bien mieux que certains chômeurs ici...

Libération a écrit:
Marine Le Pen en plan com devant un camp rom
25 avril 2013 à 19:07

Reportage La patronne du Front national a organisé une conférence de presse «en situation» dans l'Essonne. Quinze minutes pour répéter ses habituelles sorties sur «l'immigration illégale».
Par CHARLOTTE ROTMAN

Marine Le Pen a donné rendez-vous ce jeudi aux journalistes, dans une zone industrielle, à Wissous dans l’Essonne. Thème de la conférence de presse en plein air: les Roms. A la limite, pas la peine de se déplacer pour connaître le discours cent fois répété de la patronne du Front national: il est question de la délinquance qui explose, de France est trop accueillante avec les illégaux, de la faute de l’Europe, ad nauseam...

---/---

Dans le camp qui a servi malgré lui de faire valoir à l’extrême droite, les Roms vaquent maintenant à leurs occupations. Un bébé fait la sieste à l’ombre. Du linge sèche. «La France c’est bien, en Roumanie, il n’y a pas à manger», confie une jeune femme. Une autre s’inquiète de l’agitation. Une paroissienne habituée du campement tente de la rassurer: «C’est une femme politique qui est venue. Elle n’aime personne. Ne t’inquiète pas.» La berline de Marine Le Pen est déjà bien loin.
Source: http://www.liberation.fr/politiques/2013/04/25/marine-le-pen-en-plan-com-devant-un-camp-rom_899024
Revenir en haut Aller en bas
Marion Legouy-Desaulle



Messages : 3462
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Ven 26 Avr 2013, 17:35

a.nonymous a écrit:
Quelques informations complémentaires dans cet article:

""Le fait d'utiliser des mineurs de 12 à 13 ans, voire plus jeunes, avait pour but évident de les faire échapper aux poursuites ou à la prison puisqu'ils sont le plus souvent relâchés ou considérés comme mineurs en danger et placés dans des foyers dont ils s'échappent rapidement", a expliqué à Reuters le procureur adjoint David Touvet."


Reuters a écrit:
Démantèlement d'un réseau de cambrioleurs des Balkans
Reuters – il y a 1 heure 8 minutes

STRASBOURG (Reuters) - Vingt-deux membres présumés d'un réseau de cambrioleurs originaires d'ex-Yougoslavie et de Roumanie ont été interpellés cette semaine dans l'est et le sud-est de la France, ainsi qu'en Belgique et en région parisienne, a-t-on appris auprès du parquet de la juridiction interrégionale spécialisée de Nancy.

Une douzaine d'entre eux étaient en cours de présentation devant un juge d'instruction, jeudi, en vue d'être mises en examen pour vols en bandes organisées, association de malfaiteurs, mais aussi traite des êtres humains, une incrimination passible de 20 ans de vingt ans de détention.

Structuré autour de trois clans familiaux de la communauté rom, ce réseau à géométrie variable utilisait des mineurs, eux-mêmes encadrés par de jeunes adultes, pour pénétrer par effraction dans des maisons individuelles et y dérober du numéraire, des bijoux, voire du petit matériel comme des téléphones portables.

Cinquante-cinq cambriolages lui sont attribués depuis l'ouverture de l'information judiciaire, en août 2012, mais d'autres faits pourraient s'y ajouter, notamment en Allemagne où était basée une famille.

"Le fait d'utiliser des mineurs de 12 à 13 ans, voire plus jeunes, avait pour but évident de les faire échapper aux poursuites ou à la prison puisqu'ils sont le plus souvent relâchés ou considérés comme mineurs en danger et placés dans des foyers dont ils s'échappent rapidement", a expliqué à Reuters le procureur adjoint David Touvet.

Hormis une famille qui avait acquis un pavillon en région parisienne, les personnes interpellées vivaient dans la précarité en caravane, camping-car, et dans un bidonville.

Aucun objet n'a été retrouvé, mais chez certains, les enquêteurs ont mis la main sur des sommes de plusieurs dizaines de milliers d'euros que ne justifiait aucune ressource officielle.

Gilbert Reilhac, édité par Yann Le Guernigou
Source: http://fr.news.yahoo.com/d%C3%A9mant%C3%A8lement-dun-r%C3%A9seau-cambrioleurs-des-balkans-165227582.html

La police fait son travail, c'est bien.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Ven 26 Avr 2013, 17:48

Sur la vie en Roumanie ce lien se laisse lire
http://lespoir.jimdo.com/2012/06/10/la-roumanie-face-%C3%A0-son-destin/?mobile=1

De quoi éclairer la phrase
La France c’est bien, en Roumanie, il n’y a pas à manger» Ça m'interpelle ...
Revenir en haut Aller en bas
papy Mougeot



Messages : 2313
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Ven 26 Avr 2013, 17:53

Surtout en Roumanie si on se permet de faire ce que l'on s'autorise en France les conséquences directes et immédiates sont différentes.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12380
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Ven 26 Avr 2013, 20:37

Libellule a écrit:
Sur la vie en Roumanie ce lien se laisse lire
http://lespoir.jimdo.com/2012/06/10/la-roumanie-face-%C3%A0-son-destin/?mobile=1

De quoi éclairer la phrase
La France c’est bien, en Roumanie, il n’y a pas à manger» Ça m'interpelle ...

La vie en Roumanie je la connais au travers des roumains que j'ai côtoyé au quotidien ces dernières années...

Contrairement à la situation en France, il y a en Roumanie du travail dans de nombreuses multinationales qui offrent des salaires élevés par rapport au niveau de vie locale...

Et je ne parle pas des entreprises roumaines qui viennent travailler en mission en France dans le cadre de la "directive Services" dite Bolkestein...

A partir de là, ce pays peut prendre en charge sa population...

Après quel est le but poursuivi par Charlotte Rotman, la journaliste de Libération, quand elle retranscrit ces propos:
, «La France c’est bien, en Roumanie, il n’y a pas à manger» ? Est-elle mal documentée ou poursuit-elle un but politique en voulant faire pleurer dans les HLM ?


Dernière édition par a.nonymous le Ven 26 Avr 2013, 22:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
papy Mougeot



Messages : 2313
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Ven 26 Avr 2013, 20:52

a.nonymous a écrit:
Libellule a écrit:
Sur la vie en Roumanie ce lien se laisse lire
http://lespoir.jimdo.com/2012/06/10/la-roumanie-face-%C3%A0-son-destin/?mobile=1

De quoi éclairer la phrase
La France c’est bien, en Roumanie, il n’y a pas à manger» Ça m'interpelle ...

La vie en Roumanie je la connais au travers des roumains que j'ai côtoyé au quotidien ces dernières années...

Contrairement à la France, il y a du travail dans de nombreuses multinationales qui offrent des salaires élevés par rapport au niveau de vie locale...

A partir de là qu'ils prennent en charge leur population...

Diagnostic exact, mais si on ne souhaite pas travailler peut être est il préférable de vivre en France ?
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Ven 26 Avr 2013, 20:55

Que cela n'empèche pas celles et ceux qui voudraient avoir un avis un peu différent que celui des GM (gentils membres du forum) Papy Anonymous de lire le lien fourni.
http://lespoir.jimdo.com/2012/06/10/la-roumanie-face-%C3%A0-son-destin/?mobile=1
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Ven 26 Avr 2013, 22:00

Ce lien ne précise pas que d'une part il ne fallait pas faire entrer la Roumanie dans les 27, et ne dit rien sur le rejet des Rroms par leurs propres pays d'origine
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Ven 26 Avr 2013, 22:36

ce qu'il dit :

Constanta, ville portuaire du Sud Est de la Roumanie, sur les rives de la mer noire. Une mer paisible, calme, presque éteinte. Reflet d’un pays qui souffre comme de nombreux pays en Europe. Il suffit d'observer la population roumaine pour comprendre cette souffrance. Pour voir la misère de familles, installées sur des bâches plastiques, essayant de faire sécher leur linge sur les brindilles d’un arbuste qui ne mesure pas un mètre.

En Roumanie, comme souvent en Europe, les tziganes sont les premières victimes de l'exclusion.

Leur vie s'apparente à celles de chiens errants, au regard triste, en quête de survie. En prolongeant son regard, le contraste peut être saisissant à la vue de résidences pavillonnaires calqués sur le modèle américain avec ses 4 x 4 flambants neufs ou ses énormes berlines de luxe. Nous sommes en milieu urbain, et les roumains, qui ont profité de la mondialisation, se sentent décomplexés.

Ainsi va la Roumanie, qui poursuit son intégration dans le village monde, malgré les déséquilibres économiques et les troubles sociaux. Un pays en transition qui affiche néanmoins des ambitions à l’échelle d'une Europe, qui se cherche un modèle.

A la sortie de la dictature communiste de Nicolae Ceausescu, la Roumanie s'est jetée à corps perdu dans la version la plus extrême du capitalisme: le néo-libéralisme. La transition d'une économie communiste à une économie néo-libérale fut, comme dans de nombreux cas, une véritable catastrophe. Une poignée d'oligarque, comme Dinu Patriciu ou Iona Niculae ont ainsi pu faire faire main basse sur des pans entiers de l'économie du pays pour construire de gigantesques fortunes au détriment du peuple roumain.

Aujourd'hui encore, le Président de la République, Traian Băsescu, élu depuis 2004, poursuit une politique d'obédience néo-libérale qui mène le pays à un échec certain. Dans un premier temps, l'illusion a été maintenue qu'une telle politique pouvait porter ses fruits et apporter la prospérité à la Roumanie.

En effet, la faiblesse de ses salaires (salaire minimum de 157 Euros au 1er janvier 2011) et de son système fiscal ont attiré de nombreuses entreprises désireuses de profiter des dumping social et fiscal favorisés par le libre-échange intégral voulu par l'UE.

Comme d'habitude les résultats ne se pas fait attendre puisque la Roumanie a bénéficié d'un taux de croissance de son PIB de + 8 % en 2007 et en 2008. Comme d'habitude, l'échec n'en fut que plus brutal.

Historiquement, l'économie roumaine était dominée par les classes rurales qui représentaient 75,3 % de la population en 1950. La principale structure productive était le foyer familial, où chaque membre avait une place primordiale, l’enseignement scolaire était perçu comme inefficace en zone rurale par manque de perspectives économiques.
Suit l’époque dite de modernité, qui correspond à une politique soutenue d'industrialisation et de modernisation des infrastructures voulue par Ceausescu.

En conséquence la population urbaine est devenue dominante pour s'établir à 54,3 % de la population totale au moment de la chute du régime du dictateur roumain. La fin du régime de Ceausescu coïncide avec la période postmoderne qui est marquée par une "réorganisation" des entreprises publiques, et par "l’aménagement" du tissu industriel.

Ces politiques brutales de privatisation visant à démanteler l’économie étatisée ont conduit à une paupérisation globale liée à des vagues de licenciements massifs. Le nombre de salariés de 1990 à 1997 a chuté de près de 3 millions. Les premiers touchés ont été les jeunes urbains qui ont souffert d’un chômage de masse. Comme solution à ce chômage de masse, le système éducatif a été "réorganisé" pour permettre aux jeunes de "s’adapter au marché" et d’acquérir une certaine polyvalence.

Selon les néo-libéraux, de nombreux fonds étrangers ont permis d’amortir les coûts de transition enregistrés avec le passage à une économie de marché. En réalité la contraction des secteurs secondaire et tertiaire a provoqué une baisse du revenu réel et une explosion de l'économie souterraine.


La conséquence de ces politiques est que l'on observe un décalage entre une jeune génération surqualifiée par rapport aux besoins des entreprises locales. L'erreur majeure des néo-libéraux est de ne pas avoir envisagé de favoriser une industrie forte qui seule peut assurer les emplois durables de demain.

Conséquence logique de ces politiques inconséquentes, la fracture sociale a commencé à se creuser. En 1997, le revenu total des plus riches (7,6 % de la population) équivalait presque au revenu total des plus pauvres (40% des habitants). Signe de ce mal être, le taux de fécondité est tombé à 1,38 enfant par femme c'est à dire nettement en dessous du taux de renouvellement des générations qui est fixé à 2,1.

L'explosion des inégalités en Roumanie ne s'arrêtent pas seulement aux Tziganes. Les zones rurales sont marginalisées puisque 95 % des jeunes diplômés sont issus du milieu urbain. Les femmes travaillent souvent dans des secteurs où la rémunération est faible et la parité n’est pas respectée au niveau salarial à compétences et à fonctions égales. 40 % du PIB provient de l'économie souterraine.

Les néo-libéraux souhaitaient que la Roumanie s’engage dans une politique de privatisations des entreprises publiques, de restructuration de la production, de modernisation des exploitations agricoles en vues de parvenir à concurrencer les pays de l’Europe l’Ouest, et de profiter de cet élan communautaire pour redynamiser l’ensemble du pays. L'échec est cuisant. La stratégie économique du pays s'est basée sur la tertiarisation de l'économie et sur une politique de facilité d'accès au crédit. Comme partout dans le monde, ces réformes ont montré leurs limites.

Le déclin du secteur agricole et la transformation des petites exploitations agricoles en grandes exploitations s'est effectué au détriment de la qualité des produits et en faveur de la productivité et de l'exportation.

La politique de facilitation d'accès au crédit a gonflé artificiellement la croissance avant de faire plonger en profondeur le pays dans la crise.

La politique d'attrait des IDE n'a été qu'un mirage puisque les entreprises étrangères étaient essentiellement attirées par les faibles coûts salariaux (le salaire mensuel moyen brut en Aout 2011 était de 466 euros) et de protections sociales qu'offrent la Roumanie. La qualité des matières premières facilement disponibles et la qualité de la main d’œuvre étaient également importants tout comme les efforts orchestrés par la Roumanie dans le domaine sanitaire, environnementale, garantissent une fiabilité d’installation pour les entreprises.
Certes plusieurs secteurs se sont développés.

En 2007, le secteur automobile roumain (constructeurs, équipementiers, sous-traitants) a généré un chiffre d’affaires de 6.3 Milliards d’Euros (6% du CA des constructeurs français),

la croissance annuelle des industries informatiques et technologiques est de l’ordre de 10 % (chiffre d’affaires estimé à 1.37 Milliards d’Euros), le secteur des télécommunications avec une croissance annuelle de 8 % s’est émancipé (hausse du chiffre d’affaires de 72 % de 2006 à 2010), et le secteur de la construction qui représente 11 % du Produit Intérieur Brut (PIB) a connu une croissance de 54 % en terme de chiffre d’affaires de 2006 à 2007 (la plus forte croissance de l’UE).

La Roumanie est même devenue le troisième partenaire commercial de la France, 25ème importateur mondial en 2007. Les exportations roumaines vers la France ont progressé de 30,4% pour atteindre 2,99 Mds d’€ et le solde commercial entre la Roumanie et la France s’est inversé, la France est passée en 2010 à un déficit de 486 millions d’euros. Plusieurs raisons à cela, les délocalisations ont fortement progressé et les grands groupes se sont installés en nombre sur le territoire.

Les pays de l’Europe de l’Ouest sous-traitent une partie de leur production en Roumanie et exporte les produits semi-finis pour terminer leur production localement et afficher, comme le fait l’Allemagne les logos de type « Made by Germany » au lieu de « Made in Germany ».
Les délocalisations sont désastreuses pour les pays de l'Ouest de l'UE mais la Roumanie a vu son taux d’emploi progresser.

Ces dernières seraient encore plus facilitées si le pays appartenait à l’espace Schengen qui s’étend du Portugal à la Pologne, mais ce n’est pas le cas, car la Roumanie est jugée inapte à combattre les filières d’immigrations clandestines, et certains membres de l’UE craignent un afflux de travailleurs migrants venant chercher de meilleures conditions de travail et de protection sociale.

L’émigration est un phénomène certain, nombreux jeunes frappés par la crise financière, économique et sociale de 2009, souhaitent quitter le pays pour oublier les désordres sociaux et la misère toujours présente.

Le problème est que ce système appauvrit les économies de l'ouest et n'enrichit les économies de l'est que dans un premier temps. Cela conduit à un appauvrissement global puisque des ouvriers payés à plus de 1000 euros sont remplacés par des ouvriers percevant une rémunération de 157 euros.


La consommation européenne globale connaît donc une baisse dangereuse. Or la consommation était justement le principal pilier de la croissance roumaine. Une croissance fondée sur l'accès au crédit qui a connu un sérieux coup d'arrêt avec la crise de 2008 et la volonté des banques de réduire leur offre de prêt. Une croissance qui était également basée sur les exportations en UE, dont les possibilités ont été largement réduites avec la crise et l'appauvrissement global découlant des politiques néo-libérales. Dans le cas de la Roumanie comme, dans la majorité des systèmes néo-libéraux, l'euphorie ne dure qu'un temps.

La Roumanie a ainsi été frappée de manière virulente par le crise de 2008. Les déséquilibres se sont fait sentir et le taux de chômage est passé de 4,0 % en 2008 à 8,2 % en 2010. Ce pays a ainsi pu constater les limites d'une politique basée sur les exportations, les services et l'accès facile au crédit. En 2009, une demande d'aide de 20 milliards d'euros auprès du FMI a été nécessaire. Et comme dans le cas de la Grèce, la sanction est tombée immédiatement: austérité.

Alors l'Etat s'évertue à appliquer les recommandations du FMI qui ont pourtant montré à plusieurs reprises leur inefficacité: coupe des salaires des fonctionnaires de 25 %, gel des retraites et augmentation de la TVA de 19 à 24 %. Et comme si cela ne suffisait pas, le FMI et L'UE ont fait pression en faveur de la libéralisation du gaz et de l'électricité. Le paradoxe est là. Les mesures de libéralisation à outrance de l'économie roumaine ont amené le pays à la crise, donc la meilleure façon d'en sortir est de poursuivre ces mesures. Logique, non?

Le diagnostic du FMI fait froid dans le dos. Malgré des prévisions de croissance revus à la baisse, la Roumanie serait mieux armée que la Grèce ou le Portugal pour affronter la crise.
Pourquoi? Parce qu'ils ont mieux appliqué l'orthodoxie néo-libérale. Pourtant en y regardant de plus près, on s'aperçoit que la croissance roumaine est essentiellement basée sur la consommation. Mais par quoi cette consommation va-t-elle être portée? Par la réduction des salaires des fonctionnaires? par le gel des retraites? Par l'exportation alors que l'UE est en pleine crise? Par l'accès au crédit, alors que les banques prêtent de moins en moins? La logique du FMI est désepérante et l'on se demande quand cette institution se décidera à faire réellement son auto-critique après des années d'échecs successifs. Pour sortir de cette crise qui la terrasse, la Roumanie lorgne vers la zone euro. Le désir de la Roumanie d’intégrer la zone euro d’ici 2015 est-il judicieux ?

Non. Bien sûr que non. Elle se retrouverait prise au piège, comme la Grèce, en perdant la souveraineté de sa politique monétaire. Ainsi elle ne pourrait plus dévaluer le leu qui assure la compétitivité prix de son économie. De plus, elle serait contrainte de respecter le pacte de stabilité qui réduirait encore plus nettement ses perspectives de croissance et de relance d'une économie devenue atone. L'alternative de l'adhésion au mécanisme de taux de change européen II (MCE II) n'en est pas une.

Le MCE II ne tolère qu'un écart de 15 % autour d'un taux de change initial entre la devise nationale et l'euro, ce qui risque de s'avérer rapidement beaucoup trop contraignant. Rappelons que pour entrer dans la zone euro, un pays candidat doit respecter cinq critères de convergence, dont les plus importants sont une inflation maîtrisée et une discipline stricte en matière de dépenses publiques. La Roumanie n'a pas besoin de s'imposer de telles contraintes alors que son peuple n'aspire qu'à une seule chose: améliorer ses conditions de vie.

La Roumanie est face à son destin. Elle ne doit pas se tromper de chemin car son peuple a déjà trop souffert. Elle ne doit pas se laisser charmer par le chant des sirènes néo-libérales, qui ne peuvent lui apporter qu'un bonheur artificiel sur une durée limitée. Le peuple roumain, à l'image du peuple grec ou du peuple espagnol doit avoir le courage de se détourner d'une idéologie qui ne mènera qu'à sa perte. Qu'il sache qu'il a le soutien du peuple de France et qu'il ne marchera jamais seul...


Revenir en haut Aller en bas
papy Mougeot



Messages : 2313
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Sam 27 Avr 2013, 07:32

Lorsque l'on en est à "dresser" des enfants dès leur plus jeune âge au vol je ne sais pas si nous préparons une société bien intégrée... mais il y aura une économie productive à la clé.

Nous pouvons nous demander si être un malfaisant n'est pas plus valorisant que de bosser ? La question se pose et certains y répondent sans hésiter !

Un élu de gauche affirmait il y a quelques temps que l'économie parallèle était un facteur de stabilité sociale... sans doute un créneau de formation professionnelle à exploiter.

Le deug de casse
la licence de braquage
le master de torture avec apprentissage des perforation des rotules à la chignole

En résumé un large éventail de spécialités ayant des débouchés professionnels rémunérateurs.

Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12380
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Ven 03 Mai 2013, 12:45

Libellule a écrit:
Comme d'habitude anonymous ne présente qu'un volet de la loi.
Loic ne voit que sa partie négative. On est là pour la faire bouger.
L'exemple de Montreuil présenté page précédente en témoigne.
Et que je sache Voynet est Eelv.

L'exemple de Montreuil en témoigne et Dominique Voynet est effectivement EELV...

...mais elle aussi maire et les élections municipales approchant, EELV ou pas, il faut quand même caresser dans le sens du poil le citoyen qui a une carte d'électeur en poche et qui en a mare d'un bidonville à coté de chez lui...

On appréciera quand même à cette occasion la nouvelle peau de banane balancée sous les pieds de Dominique Voynet par les amis de Brard membres du FdG qui soutiennent les Rroms face à la municipalité EELV...

Citation :
Expulsés, des Roms veulent occuper une salle à Montreuil
3 mai 2013 à 00:34

Une soixantaine de personnes avaient été chassées d'un campement le matin même.
Par AFP

Des Roms expulsés jeudi matin de leur campement de Montreuil (Seine-Saint-Denis) ont tenté dans la soirée d’investir une salle municipale pour passer la nuit, a-t-on appris auprès d’associations et de militants locaux du Front de gauche, qui les soutiennent.

Ces Roms - une soixantaine selon une association de soutien - se sont d’abord rendus devant la mairie EELV de Montreuil pour demander un hébergement d’urgence, avant d’être évacués par la préfecture vers 22H, a indiqué à l’AFP l’association La voix des Roms.

Ils se sont ensuite dirigés vers une salle municipale, qui leur avait été ouverte par des élus de l’opposition, mais la police municipale leur a bloqué l’accès, a ajouté cette association.

Les représentants de la majorité EELV de la mairie de Montreuil étaient injoignables jeudi dans la soirée.

Les Roms ont été évacués au petit matin de leur campement, situé près d’une friche industrielle, à la suite d'«une décision de justice obtenue par le propriétaire privé du terrain», avait indiqué la mairie de Montreuil dans un communiqué. «Depuis plus d’un an, plus d’une centaine de personnes issues de la communauté rom squattaient ce site dans des conditions de vie, de salubrité et de sécurité inacceptables, pour eux-mêmes comme pour les riverains», avait-elle ajouté, rappelant qu’un incendie s’était déclaré dans le camp le 17 avril. «Dans le respect des textes, des hébergements provisoires ont été proposés par la préfecture aux familles qui en ont fait la demande», avait-elle précisé.

La préfecture de Seine-Saint-Denis a expliqué à l’AFP qu’un «diagnostic social complet» avait été réalisé le 8 avril dans le campement et que «des capacités d’accueil en hôtel avaient été réservées» à destination de quelques familles le jour de l’évacuation. «Mais personne ne s’est manifesté au moment de l’opération», a-t-elle souligné.

Dans son communiqué, la municipalité de Montreuil souligne que «plus de 350 personnes (...) sont logées dignement, ont accès à un suivi sanitaire et social», notamment grâce à la construction dans la ville de «logements-passerelles», des conteneurs colorés où vivent des familles en attente d’un logement pérenne. «Mais pour que cette politique courageuse puisse perdurer (...) il est indispensable, pour préserver l’équilibre social de la ville, que tout soit fait pour empêcher la constitution de bidonvilles illégaux», précise la mairie.
Source: http://www.liberation.fr/societe/2013/05/03/expulses-des-roms-veulent-occuper-une-salle-a-montreuil_900579
Revenir en haut Aller en bas
papy Mougeot



Messages : 2313
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mer 08 Mai 2013, 18:28

16/04/2013 – 19h10
PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation) – La logique de nos gouvernants est décidément imparable !
En août 2012, Manuel Valls impose les démantèlements de camps insalubres des Roms. Mais il impose également « un diagnostic social » l’obligation de proposer des « solutions d’hébergement et d’insertion aux populations concernées. »



Si l’on traduit ces formules de novlangue, cela donne : chaque Rom expulsé de sa caravane jugée insalubre sera logé aux frais de l’Etat, donc à vos frais à l’hôtel ou dans un logement social. Et si les préfets ne leur trouvent pas rapidement une solution ? Ils paieront 75 € par jour et par personne d’astreinte. Le préfet du Rhône a ainsi été condamné pour ne pas avoir tout de suite relogé quelques familles Roms il y a quelques jours.

C’est le serpent qui se mord la queue :

Les campements Roms sont tous jugés insalubres et le gouvernement a deux solutions : soit il verse 75 € par jour et par personne aux Roms, soit il leur fournit l’hôtel… dans tous les cas, les populations Roms vivant en France touchent un joli pactole. Qu’on ne s’étonne donc pas du trou abyssal de nos finances…

A ce propos après une hausse très importante des prélèvements obligatoires entre 2012 et 2013, le collègue de Manuel Valls, le ministre de l’Economie Pierre Moscovici, a annoncé hier une nouvelle hausse de ces prélèvements en 2014, de 6 milliards d’euros, pour l’instant…

-----------------------------------------

75 euros par jour et par personne ça fait un revenu de 2250 euros par mois par personne... on comprend mieux l'intérêt de venir en France...

SOURCE : http://fr.novopress.info/136009/immigration-les-prefets-contraint-de-loger-les-roms-avec-nos-impots/


Surtout ne lisez pas ce texte il provient d'une source impie... maintenant si vous attendez que ce soit ceux qui nous gouvernent ou ont été aux manettes qui nous annoncent leurs idioties vous serez sans doute encore entrain de dormir lorsque le bateau coulera.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 09 Mai 2013, 04:24

C'est réservé aux Rroms uniquement?
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 16 Mai 2013, 01:49

L’Evêché de Créteil propose un abécédaire de l’interculturalité

Le 15 mai 2013 par C.Dubois

Comment faire communier la mosaïque ethnique et culturelle qui compose le peuple catholique du Val de Marne ? Un département particulièrement hétérogène comme l’a rapidement constaté l’évêque du diocèse, Monseigneur Santier, passé sans transition de Luçon (Vendée) à Créteil en 2007.
Et comment dépasser les tensions qui en découlent ? Telle est la réflexion qu’a nourrie durant deux ans le Conseil pastoral diocésain, composé à la fois de laïcs et de religieux dont l’évêque en personne. Ce conseil est allé à la rencontre des fidèles dans différents lieux de vie catholique, des paroisses aux aumôneries de lycée, d’hôpital…

Un abécédaire plutôt qu’un guide de bonnes pratiquesCette série d’échanges a donné lieu, non pas à un listing des problèmes auxquels seraient associés de bonnes pratiques et le plan d’action pour les mettre en œuvre, mais à un abécédaire de notions, de l’accueil pour faire une place et prendre sa place, à l’écoute, en passant par le don, l’histoire de chacun à écouter et raconter… Au détour d’un mot, ce document témoin aborde aussi des situations concrètes délicates. Avec le mot jeune par exemple : «Comment les jeunes vivent-ils l’interculturalité en aumônerie ? Qui veille à l’équilibre entre les groupes de pairs ? Les manifestations ostentatoires d’appartenance à tel pays ou à tel groupe sont-elles acceptables partout, au Frat, par exemple ? Quelqu’un porte-t-il le souci des minorités silencieuses ? Comment les animateurs sont-ils aidés à jouer ce rôle nouveau ? Le risque de repli identitaire n’est pas négligeable. S’asseoir autour d’une table, ne convient plus. Leur faire faire quelque chose qu’ils ont décidé ensemble, facilitera la rencontre.» Les mots tension et peur figurent aussi au sommaire. «Ce document a vocation à être un support de réflexion pour accompagner les personnes dans leur propre cheminement. Il y a beaucoup d’initiatives sur ce sujet dans le département et le diocèse n’a pas vocation à imposer des pratiques», explique Monseigneur Santier.

Prendre le temps d’interroger la différence«Dans notre paroisse, nous avons créé des groupes interculturels, explique Mary, une Anglaise. Il s’agit de groupes composés de six personnes de nationalités différentes qui se réunissent trois fois pour répondre à trois questions concernant la manière dont ils pratiquaient leur foi avant de venir en France et actuellement. Cela a permis de créer beaucoup de liens et des personnes qui se retranchaient au fond de la salle viennent désormais au-devant les unes et des autres et s’embrassent», explique-t-elle. Béninoise arrivée en 1982, Fatiou témoigne de cette transition, de ses appréhensions lorsqu’on lui a proposé de prendre en charge les lectures, et de sa prise de confiance progressive, jusqu’à s’occuper du catéchumène de Choisy.

L’interculturalité au quotidien«L’interculturalité passe par des petites choses au quotidien. Par exemple, je suis en train de préparer un voyage en terre sainte. Les témoignages nous ont permis de prendre conscience que les gens ont du mal à appréhender les textes dans une langue qui n’est pas la leur. Je vais proposer à chacun d’apporter sa propre bible pour partager certaines lectures dans ces différentes langues», explique Christine Fayol, membre du Conseil diocésain. Rwandais, le père Benoît témoigne pour sa part des différentes manières de célébrer, plus gestuelle pour les Africains, et pense l’interculturalité comme le pont entre deux cultures, invitant à une double acceptation. Une paroissienne dont le prêtre est polonais laisse entendre que ce n’est pas toujours simple. En l’occurrence, elle a du mal avec l’autoritarisme qui semble émaner du père. «C’est le patron», glisse-t-elle, posant au passage la question du rapport et du partage de tâches entre religieux et laïcs a sein d’une paroisse.

«Et les Roms ? Que fait-on pour intégrer cette communauté ?» s’interroge une autre fidèle. «Il n’y a pas de spécificité rom en soi. Nous devons intégrer l’interculturalité dans notre quotidien et prendre en considération chaque parcours de vie», suggère Christine Fayol. Le diocèse prévoit toutefois de créer une diaconie des Roms, annonce Monseigneur Santier.

http://94.citoyens.com/2013/leveche-de-creteil-propose-un-abecedaire-de-linterculturalite,15-05-2013.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12380
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 16 Mai 2013, 07:14

l'imprecateur a écrit:
---/---
En principe je me méfie toujours des raccourcis claviers. Et pour le cas, les voleuses en questions étaient tout autant des victimes. Sans excuser le vol (qui doit être puni)

Effectivement les "petites voleuses" sont avant tout des victimes et on peut donc s'étonner de la légèreté des peines prononcées en correctionnel pour ceux qui étaient à l'origine de ce trafic d'êtres humains...

Est-ce qu'avec le jeu des remises de peine, une peine de 7 ans est suffisante pour dissuader ceux qui seraient tentés par ce genre de délit ?


Citation :
Sept ans de prison pour le chef du clan Hamidovic
15 mai 2013 à 14:48 (Mis à jour: 18:05)

Originaire de Bosnie-Herzégovine, il formait des jeunes filles au vol à la tire dans le métro parisien.
Par AFP

Des peines mesurées, d’un à sept ans de prison, ont été prononcées mercredi à Paris au procès du «réseau Hamidovic» à l’encontre d’une vingtaine de prévenus poursuivis pour avoir obligé des jeunes filles, principalement mineures, à voler dans le métro parisien.

Le chef du clan, Féhim Hamidovic, 60 ans, a été condamné par le tribunal correctionnel de Paris à sept ans de prison, son épouse Béhija à quatre ans, tandis que leurs deux fils ont été condamnés à cinq ans de prison. Quinze autres prévenus ont été condamnés à des peines allant d’un à quatre ans de prison et un a été relaxé. Deux hommes poursuivis pour avoir aidé le réseau à obtenir de faux papiers grâce à de fausses attestations ont été condamnés à six mois ferme et un an avec sursis.

Ces peines sont largement inférieures aux réquisitions du parquet, qui avait notamment demandé au tribunal de condamner Féhim Hamidovic à quinze ans de prison. Maitre Joseph Cohen-Sabban, avocat du chef du clan et de son épouse, a salué une «très belle décision». «J’estime qu’on est bien jugé», a ajouté l’avocat, qui ne compte pas faire appel mais craint que le parquet, qui avait pris selon lui des réquisitions «délirantes», ne le fasse.

Son confrère, Me Yassine Yakouti, a estimé qu’il s’agissait d’un «jugement mesuré», prenant en compte «la réalité de ce dossier». Féhim Hamidovic avait contesté les faits et affirmé qu’il était victime d’un complot ourdi par un clan adverse. Avec son épouse, il avait déjà été condamné en Autriche pour des faits similaires.

Originaires pour la plupart de Bosnie-Herzégovine, les prévenus ont été condamnés notamment pour association de malfaiteurs, provocation de mineurs à commettre des délits, traite d’êtres humains ou encore vols en réunion.

«Enfants exploités»

L’enquête avait mis au jour un réseau très structuré, dans lequel les jeunes filles étaient dans un premier temps formées, avant d’être obligées à ramener 300 euros par jour en commettant des vols à la tire. Si cet objectif n’était pas atteint, elles pouvaient subir violences et brûlures de cigarette. Les voleuses ciblaient les touristes asiatiques, qui voyagent parfois avec d’importantes sommes d’argent en liquide.

Selon une estimation des enquêteurs, les vols du clan auraient atteint 1,3 million d’euros en 2009. Une partie du bénéfice de ces vols était utilisé pour prendre en charge les coûts d’hébergement et de transport du réseau. Plusieurs membres présumés du réseau réinvestissaient dans le commerce de véhicules haut de gamme, à l’instar de Féhim Hamidovic. Le tribunal a ordonné la confiscation des biens saisis de plusieurs prévenus et prononcé des interdictions définitives du territoire français.

Le réseau avait été démantelé en novembre 2010 lors d’une vague d’interpellations dans le sud de la France et en Italie. Le clan avait aussi des branches en Belgique, en Espagne et en Italie.

L’association Hors La Rue, qui aide notamment des enfants roms forcés à mendier, a regretté la clémence des peines prononcées en raison, selon elle, de «l’absence du témoignage des principales victimes lors de ce procès» qu’elle impute aux «carences des dispositifs de protection des mineurs victimes d’exploitation». «Leur disparition signifie probablement un retour à l’exploitation», selon Hors La Rue.

Présente au délibéré, la première adjointe PS au maire de Paris Anne Hidalgo est venue «saluer le travail qui a été fait par la police et la justice, qui a mis la main sur un réseau criminel de personnes qui ont exploité des enfants». Selon elle, quatre autres réseaux ont depuis été démantelés. La candidate aux municipales de 2014 à Paris a assuré être venue «en tant qu’élue, parce que c’est un sujet extrêmement important pour Paris», qui «mérite mieux que des effets de manches politiciens».

Présent au côté de Mme Hidalgo, le directeur général de France terre d’asile, Pierre Henry, est venu pour «témoigner de la nécessité de poursuivre ces réseaux criminels qui exploitent, maltraitent, violent ces jeunes enfants que l’on retrouve dans les rues de Paris». Dans le dossier Hamidovic, des accusations de viol sur une jeune fille mineure à Nice en février 2008 avaient été portées à l’encontre de plusieurs des mis en cause, mais l’enquête s’est soldée par un non-lieu sur ce point.
Source: http://www.liberation.fr/societe/2013/05/15/sept-ans-de-prison-pour-le-chef-du-clan-hamidovic_903095
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12380
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Ven 31 Mai 2013, 09:26

Encore une affaire de mendicité contrainte....

Le Monde a écrit:
Un père rom condamné pour avoir forcé ses filles à mendier
Le Monde.fr | 30.05.2013 à 20h15 • Mis à jour le 30.05.2013 à 21h10

Un père de famille rom a été condamné, jeudi 30 mai, à trois mois de prison ferme et neuf avec sursis par le tribunal correctionnel de Bobigny pour avoir obligé trois de ses filles à s'adonner à la mendicité à Paris. Ses filles, dont deux mineures de 16 et 17 ans, mendiaient depuis septembre 2012 devant un supermarché de la rue de Crimée, dans le 19e arrondissement.

Les jeunes filles avaient "demandé protection" aux éducateurs d'une association aidant des mineurs étrangers en danger. C'est cette dernière qui avait alerté sur cette situation en avril. Leur père avait alors été arrêté dans un bidonville de Bobigny, le 16 avril.

À L'AUDIENCE, L'UNE DES SŒURS SE RÉTRACTE

Lors de l'audience, jeudi après-midi, la seule sœur appelée à témoigner s'est cependant rétractée. "Ce n'est pas vrai. (...) Il ne m'a jamais demandé d'aller voler ou d'aller mendier ou de faire autre chose", a assuré la jeune fille. Mais les juges n'ont pas cru à ses dénégations. "Le tribunal n'est pas stupide", a répondu la présidente, disant comprendre qu'il y avait "des pressions (...), ne serait-ce que des pression affectives".

Le père, âgé de 49 ans, a raconté qu'il percevait en Roumanie un peu moins de 50 euros d'allocations pour élever ses huit enfants, et qu'il vivait en France de la récupération de ferraille et d'objets dans les poubelles. "Je ne suis pas un bandit, je ne suis pas un voleur", a-t-il affirmé, disant avoir tout fait pour "bien élever [ses] enfants".

Le procureur avait requis cinq mois de prison ferme et sept avec sursis, jugeant "inadmissible" de contraindre des mineurs à mendier. "On vient faire le procès d'un mode de vie", a pour sa part plaidé l'avocate du père, Me Julie Launoy-Flacelière. "Tous les Roumains qui vivent sur des terrains en Seine-Saint-Denis, et il y en a énormément, vivent de la mendicité. C'est malheureusement à l'heure actuelle ce qui se passe", a-t-elle expliqué, démentant toute violence de la part du père.

Les deux plus jeunes sœurs avaient été brièvement placées, mais elles sont rapidement retournées auprès de leur mère dans le campement.
Source: http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/05/30/un-pere-rom-condamne-pour-avoir-force-ses-filles-a-mendier_3421423_3224.html

Certains éléments de cet article donnent matière à réflexion à commencer par:

"On vient faire le procès d'un mode de vie", a pour sa part plaidé l'avocate du père, Me Julie Launoy-Flacelière. "Tous les Roumains qui vivent sur des terrains en Seine-Saint-Denis, et il y en a énormément, vivent de la mendicité. C'est malheureusement à l'heure actuelle ce qui se passe", a-t-elle expliqué.

Pour mémoire la Directive 2004/38/CE du Parlement européen et du Conseil du 29 avril 2004 relative au droit des citoyens de l'Union et des membres de leurs familles de circuler et de séjourner librement sur le territoire des États membres stipule:

Directive 2004/38/CE a écrit:
Article 7
Droit de séjour de plus de trois mois
1. Tout citoyen de l'Union a le droit de séjourner sur le territoire d'un autre État membre pour une durée de plus de trois mois:
a) s'il est un travailleur salarié ou non salarié dans l'État membre d'accueil, ou
b) s'il dispose, pour lui et pour les membres de sa famille, de ressources suffisantes afin de ne pas devenir une charge pour le système d'assistance sociale de l'État membre d'accueil au cours de son séjour, et d'une assurance maladie complète dans l'État membre d'accueil, ou,
Donc, si les propos de Me Julie Launoy-Flacelière sont vérifiés, tous les Roumains établis sur des terrains en Seine-Saint-Denis vivent de la mendicité et ils sont de facto tout à fait expulsables dans le stricte respect des directives européennes...

Ensuite, le passage suivant vient juste contredire les propos de ceux qui nous serinent continuellement que c'est contraints et forcés que les Rroms vivent dans des campements:

"Les deux plus jeunes sœurs avaient été brièvement placées, mais elles sont rapidement retournées auprès de leur mère dans le campement"
Revenir en haut Aller en bas
celine



Messages : 392
Date d'inscription : 20/08/2010

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Ven 31 Mai 2013, 20:39



"Directive 2004/38/CE a écrit:



Article 7
Droit de séjour de plus de trois mois
1. Tout citoyen de l'Union a le droit de séjourner sur le territoire d'un autre État membre pour une durée de plus de trois mois:
a) s'il est un travailleur salarié ou non salarié dans l'État membre d'accueil, ou
b) s'il dispose, pour lui et pour les membres de sa famille, de ressources suffisantes afin de ne pas devenir une charge pour le système d'assistance sociale de l'État membre d'accueil au cours de son séjour, et d'une assurance maladie complète dans l'État membre d'accueil, ou,


Donc, si les propos de Me Julie Launoy-Flacelière sont vérifiés, tous les Roumains établis sur des terrains en Seine-Saint-Denis vivent de la mendicité et ils sont de facto tout à fait expulsables dans le stricte respect des directives européennes...

Tout à fait d'accord, qu'attends-t-on pour les expulser ? Il serait temps d'avoir le courage d'appliquer les lois.

Ensuite, le passage suivant vient juste contredire les propos de ceux qui nous serinent continuellement que c'est contraints et forcés que les Rroms vivent dans des campements:

"Les deux plus jeunes sœurs avaient été brièvement placées, mais elles sont rapidement retournées auprès de leur mère dans le campement"

Cela veut dire bien des choses : normal le retour auprès de sa famille, mais ont-elles la volonté de faire le nécessaire pour une vie meilleure, veulent-elles continuer de vivre de façon indigne et continuer à mendier ? Dans ce cas vraiment pas d'objection à un retour dans leur pays d'origine dont le gouvernement profite de l'union européenne pour se débarasser de cette population. A croire que nos politiques et les français sont des masochistes. mais non, la colère et l'exaspération risque d'enclencher des évènements regrettables
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Ven 31 Mai 2013, 21:06

On parle souvent de Roms sur ce forum, voici un lien où ce sont eux qui parlent d'eux-mêmes

http://blogs.mediapart.fr/blog/carine-fouteau/280513/des-roms-par-eux-memes

Ni victime, ni objet. Pour une fois, l’objectif est inversé. Des Roms photographient leur quotidien en France en région parisienne. Ce sont eux qui cadrent, qui posent, qui éclairent, qui décident de sourire ou pas, qui déclenchent.

Dans leurs caravanes ou sur les trottoirs, ils passent trop fréquemment de l’ombre à la lumière, du silence au fracas médiatique, sans pouvoir maîtriser leur image.

Comme souvent les pauvres parmi les pauvres, ils sont généralement filmés dans leur misère, à leur insu, sous toutes les coutures, photos volées, visages floutés, comme d’étranges étrangers.

Cette fois-ci, leurs yeux apparaissent. Bleus, marron, noirs, gris-vert. Et leur regard aussi. Documentaristes et sujets en un seul geste. La place Ris Orangis, proposé par les éditions illimitées, est un livre de photographies rassemblant des portraits en forme d’état des lieux (cliquer sur ce lien pour se le procurer). Les résidents de l’ex-campement de la N7 de Ris-Orangis en Essonne se présentent tel qu’en eux-mêmes. Ou tel qu’ils veulent se donner à voir. Certains prennent les photos, d’autres posent. Et inversement.

Ils nous guident à travers leur terrain, nous invitent à l’intérieur de leurs cabanons. Ils préparent le dîner, montrent leurs peluches et leurs décorations. Les poêles fument, les postes de télévision sont éteints, les piécettes étalées sur une table, des vêtements suspendus. Ils exposent leur environnement, feuillages, bouquets, détritus. Aucun voyeurisme dans ce tour. Personne ne fait irruption chez eux. Ils ne cherchent ni à plaire, ni à déplaire.

Les appareils photo ne sont pas tombés du ciel. Ils leur ont été prêtés par Le Bal/La Fabrique du Regard dans le cadre d’un atelier qui s'est déroulé du 19 février au 8 mars 2013 à l'initiative de Aude Tincelin et Jean-François Joly et qui s'inscrit dans le projet au long cours baptisé PEROU pour Pôle d’exploration des ressources urbaines.

L’expulsion des habitants et la destruction de leurs maisons a eu lieu le 3 avril 2013. Je leur avais rendu visite en octobre 2012, alors que la mairie et les services de police les harcelaient quotidiennement (notre enquête sur la politique PS de Ris-Orangis, celle sur les agissements des forces de l'ordre et celle sur l'interdiction d'une fête de Noël).
Revenir en haut Aller en bas
papy Mougeot



Messages : 2313
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Ven 31 Mai 2013, 22:10

Dommage qu'ils ne montrent pas de photos lorsqu'ils travaillent dans le métro... et sur les sites touristiques.
Revenir en haut Aller en bas
celine



Messages : 392
Date d'inscription : 20/08/2010

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Ven 31 Mai 2013, 22:47

Libellule veut nous appitoyer, il n'habite sans doute pas près des camps, n'a pas été aggressé par ces personnes sur le quai d'un métro (moi oui) n'est pas un chinois qui est attaqué par 3 jeunes roms en plein Paris (photo paru dans journal cette semaine) ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Ven 31 Mai 2013, 22:51

La gauche est par principe du côté des marginaux.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Ven 31 Mai 2013, 22:52

Idea Céline ... Loin de moi cette idée, cette page permet de suivre l'actualité des roms dans sa diversité.
Ce n'est pas la peine de me faire dire ce que je ne pense pas.
Revenir en haut Aller en bas
celine



Messages : 392
Date d'inscription : 20/08/2010

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Sam 01 Juin 2013, 02:19

Va pour le suivi de l'actualité et dédolée de mon interprétation hâtive. En tout cas j'aimerai bien que ceux qui ont en main la possibilité d'expulser en toute légalité,, le fasse et que certains s'abstiennent de faire de l'opposition à toutes démarches pour éradiquer ces installations illicites.
Qui aura le courage ?
Revenir en haut Aller en bas
papy Mougeot



Messages : 2313
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Sam 01 Juin 2013, 04:18

Lorsque l'on parle de respect de la loi en matière d'immigration, d'aide à l'immigration clandestine ou d'entrave aux décisions judiciaires d'expulsion nous avons droit à la résistance civique...
Lorsqu'il s'agit de manifester contre le CPE... La loi doit être combattue et surtout non respectée.

Mais il convient de faire l'inverse avec le mariage homo. Là il faut "s'écraser" devant la loi !

Manque de logique ou manipulation ? on ne peut pas être légaliste en fonction de qui est au pouvoir ou de ses penchants politiques.

La gauche et ses amis sont inventeurs du respect de la démocratie à géométrie variable...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12380
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mer 05 Juin 2013, 22:28

Confrontée à la réalité d'une gestion municipale, la maire PS de Lille Martine Aubry tient quasiment les mêmes propos pragmatiques que la maire EELV de Montreuil Dominique Voynet:

"Cette opération devait avoir lieu", a estimé la maire de Lille, Martine Aubry, qui a évoqué dans un communiqué une situation sanitaire "devenue réellement intolérable pour les occupants" et "réellement dangereuse, notamment pour les personnes les plus fragiles et les enfants en bas âge".

La maire de Lille a également dénoncé "la mendicité agressive, la prostitution, et les actes d'incivilité commis par certains des occupants de ce campement", qui "rendaient la vie réellement difficile aux habitants de ce secteur".

"Martine Aubry, réclame depuis des mois que l'Etat assure une meilleure répartition à l'échelle nationale des communautés roms pour alléger le fardeau de l'agglomération et prenne en même temps des mesures permettant leur hébergement dans des conditions décentes"


Citation :
05/06/2013 à 11:36
Un camp de Roms évacué à Lille par la force publique

Un camp de Roms situé sur un terrain appartenant à la ville de Lille a été évacué mercredi par la police, entre 06H00 et 08H00.

Quelque 200 policiers, dont deux compagnies de CRS, se sont déplacés pour évacuer ce camp occupé à l'origine par 200 personnes, mais où il ne restait plus mercredi que 75 d'entre elles, selon la préfecture du Nord.

Le juge des référés administratifs, saisi par la ville, avait enjoint aux 160 à 180 Roms installés depuis juin 2011 sur la Plaine Winston-Churchill de quitter d'eux-mêmes, avant le 30 avril, ce terrain qui jouxte la voie express autour de Lille.

Des pelleteuses ont commencé vers 08H00 à détruire les baraquements, dont certains ont pris feu après l'évacuation de leurs occupants, nécessitant l'intervention des sapeurs-pompiers.

"Aujourd'hui, j'ai l'impression que ça va mal, donc il faut des responsables et ce sont les Roms", a estimé le père Arthur, un prêtre lillois qui vient en aide aux Roms, venu en soutane, mercredi, sur le camp.

"Ils vont partir? Pour aller où?", s'est-il interrogé, affirmant que la majorité des enfants du camp étaient scolarisés.

Si les familles n'avaient pas quitté le terrain, l'ordonnance prévoyait la possibilité d'une expulsion, si besoin avec le concours de la force publique.

La ville de Lille avait assuré qu'elle ne mettrait pas à exécution l'ordonnance d'expulsion avant qu'une solution de relogement ne soit trouvée par la préfecture du Nord.

"Aux 18 familles restantes (75 personnes), une solution provisoire d'hébergement a été proposée", a affirmé la préfecture mercredi, dans un communiqué.

L'évacuation s'est déroulée dans le calme, selon la préfecture, qui a confirmé qu'une "partie importante des familles avait quitté ce campement de son propre chef avant cette évacuation".

Sans eau courante ni toilettes

"Vingt-quatre personnes adultes du campement ont été entendues par la PAF (police aux frontières), ce qui a conduit à la prise de seize obligations de quitter le territoire français (OQTF), a conclu la préfecture.

La ville de Lille avait insisté par la voix de son avocate sur le "danger immédiat" pour ces Roms, installés depuis juin 2011 dans des cabanes, sans eau courante ni toilettes, avec un seul groupe électrogène.

Me Myriam Traverse avait rappelé que neuf cabanes avaient brûlé en janvier et que le terrain avait été inondé en décembre 2012. Elle avait également évoqué les risques d'accidents liés à la proximité d'une voie rapide.

"Cette opération devait avoir lieu", a estimé la maire de Lille, Martine Aubry, qui a évoqué dans un communiqué une situation sanitaire "devenue réellement intolérable pour les occupants" et "réellement dangereuse, notamment pour les personnes les plus fragiles et les enfants en bas âge".

La maire de Lille a également dénoncé "la mendicité agressive, la prostitution, et les actes d'incivilité commis par certains des occupants de ce campement", qui "rendaient la vie réellement difficile aux habitants de ce secteur".

"Les familles se sont vu immédiatement proposer une solution d'hébergement, respectant les compositions familiales, comme nous l'avons toujours demandé", a ajouté la maire de Lille.

Environ 2.600 Roms sont installés dans une quarantaine de campements dans la région lilloise. La maire de Lille et présidente de Lille Métropole, Martine Aubry, réclame depuis des mois que l'Etat assure une meilleure répartition à l'échelle nationale des communautés roms pour alléger le fardeau de l'agglomération et prenne en même temps des mesures permettant leur hébergement dans des conditions décentes.
Source: http://actu.orange.fr/france/un-camp-de-roms-evacue-a-lille-par-la-force-publique-afp_2263564.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12380
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Jeu 20 Juin 2013, 10:23

Mais c'est juste du commerce en circuit court, directement de la mère porteuse à la mère adoptive...


AFP a écrit:
La police recherche un bébé de trois semaines, vendu par sa mère

Créé le 19/06/2013 à 16h59 -- Mis à jour le 19/06/2013 à 16h59

FAITS DIVERS - Un nouveau-né a été vendu 15.000 euros en Seine-et-Marne...

La police recherchait mercredi un nouveau-né de trois semaines que sa mère et sa grand-mère, des Roms installées en Seine-et-Marne, ont avoué avoir vendu pour 15.000 euros, a-t-on appris de source proche du dossier.

Les deux femmes ont été interpellées dans un camp de Roms de Champs-sur-Marne, et mises en examen, la mère du bébé, âgée de 19 ans, pour délaissement de mineur de moins de 15 ans compromettant sa santé ou sa sécurité, la grand-mère de 37 ans, pour «provocation d'abandon d'enfant», a indiqué la source, confirmant des informations du Parisien.

La bigade des mineurs saisie

Le nouveau-né aurait été vendu «pour la somme de 15.000 euros, retrouvée lors de l'interpellation» des deux femmes, a ajouté cette source. La petite fille était née le 29 mai dans un hôpital du département. Sa mère avait déjà un premier enfant, qui a été placé. La mère et la grand mère ont été incarcérées. La brigade des mineurs de la sûreté départementale de Seine-et-Marne a été saisie de l'enquête.
Source: http://www.20minutes.fr/societe/1176689-20130619-police-recherche-bebe-trois-semaines-vendu-mere
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12380
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Dim 23 Juin 2013, 02:21

La suite de cette vente d'enfant....

AFP a écrit:
22/06/2013 à 12:31
Les acheteurs présumés d'un bébé rom mis en examen

Les acheteurs présumés d'un nourrisson de trois semaines vendu 15.000 euros par sa mère rom ont été mis en examen vendredi soir par un juge d'instruction de Meaux (Seine-et-Marne) pour "recel de délaissement de mineur", a-t-on appris samedi de source judiciaire.

Les acheteurs, un couple de Français âgés de 41 et 38 ans résidant en Seine-et-Marne, s'étaient présentés jeudi matin à la police à Meaux, se sachant recherchés. Ils ont été placés en garde à vue et mis en examen vendredi soir.

La source judiciaire interrogée samedi n'était pas en mesure de dire s'ils avaient été écroués ou remis en liberté.

La mère de la fillette, qui avait accouché le 29 mai à l'hôpital de Marne-la-Vallée, a été mise en examen pour "délaissement de mineur". Cette femme rom, écrouée à Fresnes, encourt sept ans de prison et 100.000 euros d'amende.

Sa mère, la grand-mère de la fillette vendue, âgée de 37 ans, a elle aussi été mise en examen, pour "provocation à l'abandon", un délit puni de six mois de prison et de 7.500 euros d'amende.

Les deux femmes auraient vendu l'enfant pour une somme de 15.000 euros retrouvée lors de leur interpellation dans un camp de Roms de Champs-sur-Marne, dans le nord du département.

Le procureur de Meaux a ordonné le placement provisoire de l'enfant auprès des services du département.
Source: http://actu.orange.fr/france/les-acheteurs-presumes-d-un-bebe-rom-mis-en-examen-afp_2422566.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12380
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Sam 27 Juil 2013, 11:33

Que dire ?

Le Parisien a écrit:
Seine-Saint-Denis : des enfants de 11, 13 et 14 ans arrêtés en plein cambriolage

Publié le 26.07.2013, 19h37 | Mise à jour : 21h33

Trois garçons de 11, 13 et 14 ans ont été arrêtés par la police jeudi alors qu'ils venaient de briser la vitre d'un pavillon de Romainville (Seine-Saint-Denis) pour le cambrioler. Les forces de l'ordre ont été alertées par un voisin qui a vu un groupe de jeunes briser la vitre de la maison avec un marteau brise glace, a expliqué la préfecture. Un autre marteau et des gants ont été retrouvés sur les suspects.

Arrivés sur place, les policiers ont interpellé les trois jeunes garçons, les deux plus âgés ont été placés en garde à vue et déférés devant un juge pour enfants en vue de leur mise en examen pour tentative de vol par effraction en réunion. Le parquet demande leur libération assortie d'un contrôle judiciaire. Le plus jeune a été mis en retenue judiciaire et doit être convoqué ultérieurement devant un juge des enfants.

Les trois garçons sont d'origine roumaine, selon une source judiciaire. Ils sont très défavorablement connus de la police et de la justice. Celui âgé de 13 ans est impliqué dans 25 affaires, dont sept vols avec effraction. Le nom du garçon de 11 ans est cité dans douze autres affaires, dont une pour cambriolage. Le plus grand est également connu de la justice.

LeParisien.fr
Source: http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/seine-saint-denis-des-enfants-de-11-13-et-14-ans-arretes-en-plein-cambriolage-26-07-2013-3010393.php
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12380
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Dim 28 Juil 2013, 23:44

Quelle est la meilleure solution, des expulsions de camps de Rroms menées par la police dans un cadre légal ou des expéditions punitives hors la loi menées par des riverains excédés et risquant de finir en drame ?


Le Monde avec AFP a écrit:
Deux blessés dans une "expédition punitive" contre un camp de Roms

Le Monde.fr avec AFP | 28.07.2013 à 02h00

Deux Roms ont été blessés dans la nuit de vendredi à samedi 27 juillet, dont l'un très grièvement, au cours d'une "expédition punitive" montée par une quinzaine de personnes contre le campement dans lequel ils vivaient à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

"Une quinzaine d'individus de type africain et nord-africain, armés de barres de fer, de battes de baseball et portant des casques" sont arrivées dans ce bidonville où vivent des Roms "à côté du Stade de France", a indiqué une source proche du dossier. "Ils ont dégradé cinq véhicules utilitaires dans lesquels dormaient des Roumains, et frappé deux victimes", a-t-elle ajouté. L'une d'elles, née en 1971, souffre d'une fracture du crâne et ses jours sont en danger, tandis qu'une deuxième personne a été légèrement blessée.

La préfecture avait auparavant fait état d'une "bagarre" dans laquelle "deux personnes ont été agressées par un groupe d'individus" avec une barre de fer, mais en expliquant, selon les éléments en sa possession, que les agresseurs étaient "excédés par du tapage nocturne".

Aucun suspect n'a pour l'heure été interpellé alors que les lieux ne sont pas équipés de caméras de vidéosurveillance. Une enquête pour tentative d'homicide volontaire en bande organisée a été ouverte et confiée au Service départemental de police judiciaire de Seine-Saint-Denis.
Source: http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/07/28/deux-blesses-dans-une-expedition-punitive-contre-un-camp-de-roms_3454644_3224.html
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Lun 29 Juil 2013, 01:48

La meilleure des solutions entre.... Est ce que vraiment la question se pose ainsi? Je ne crois pas.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14258
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Lun 29 Juil 2013, 04:17

a.nonymous a écrit:
Quelle est la meilleure solution, des expulsions de camps de Rroms menées par la police dans un cadre légal ou des expéditions punitives hors la loi menées par des riverains excédés et risquant de finir en drame ?


Le Monde avec AFP a écrit:
Deux blessés dans une "expédition punitive" contre un camp de Roms

Le Monde.fr avec AFP | 28.07.2013 à 02h00

Deux Roms ont été blessés dans la nuit de vendredi à samedi 27 juillet, dont l'un très grièvement, au cours d'une "expédition punitive" montée par une quinzaine de personnes contre le campement dans lequel ils vivaient à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

"Une quinzaine d'individus de type africain et nord-africain, armés de barres de fer, de battes de baseball et portant des casques" sont arrivées dans ce bidonville où vivent des Roms "à côté du Stade de France", a indiqué une source proche du dossier. "Ils ont dégradé cinq véhicules utilitaires dans lesquels dormaient des Roumains, et frappé deux victimes", a-t-elle ajouté. L'une d'elles, née en 1971, souffre d'une fracture du crâne et ses jours sont en danger, tandis qu'une deuxième personne a été légèrement blessée.

La préfecture avait auparavant fait état d'une "bagarre" dans laquelle "deux personnes ont été agressées par un groupe d'individus" avec une barre de fer, mais en expliquant, selon les éléments en sa possession, que les agresseurs étaient "excédés par du tapage nocturne".

Aucun suspect n'a pour l'heure été interpellé alors que les lieux ne sont pas équipés de caméras de vidéosurveillance. Une enquête pour tentative d'homicide volontaire en bande organisée a été ouverte et confiée au Service départemental de police judiciaire de Seine-Saint-Denis.
Source: http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/07/28/deux-blesses-dans-une-expedition-punitive-contre-un-camp-de-roms_3454644_3224.html


J'espère qu'à la suite de cette brillante affaire nos associations contre ... à peu près tout vont se mettre de la partie.
Manifs, défilés, motions, passages aux informations sur la tv nationale... le grand jeu !

Une question se pose : va t on trouver un groupuscule de tondus à dissoudre au prochain conseil des ministres ?
Manuel va nous faire un coup à la sarko : paroles fermes, coups de menton, œil noir, cambré comme un toréador et résultat tangible sur le terrain voisin de zéro.
Il faut dire que la situation va être difficile à expliquer pour les humanistes qui voient des fachos partout.

Le cliché du racisme blanc contre le reste du monde en prend un sacré coup !
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Lun 29 Juil 2013, 05:34

Àh là aussi on peut en parler en utilisant des sources adéquates... bon,bon... Je note.
http://ripostelaique.com/pour-la-fete-nationale-racisme-anti-blanc-a-la-tele-avec-la-benedicition-du-csa.html
Zut encore un site qui n'est pas facho pour un sou, ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Lun 29 Juil 2013, 06:03

Libellule a écrit:
Àh là aussi on peut en parler en utilisant des sources adéquates... bon,bon... Je note.
http://ripostelaique.com/pour-la-fete-nationale-racisme-anti-blanc-a-la-tele-avec-la-benedicition-du-csa.html
Zut encore un site qui n'est pas facho pour un sou, ...

Merci à Libellule pour ce lien édifiant. Le jour du vote je me souviendrai comme d'autres de tous ces outrages à nos valeurs qui sont cités dans ce texte.
Faut-il être facho comme disent Loic et ses amis pour voter contre les écolos à la petite semaine (cantat), les socialistes opportunistes, les communistes plus tournés vers les étrangers que vers les Français. Je suis écœuré.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14258
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Lun 29 Juil 2013, 16:11

Hier soir j'ai retrouvé une vingtaine de personnes pour passer un moment ensemble.
Certaines assez remontées ont formulé de sérieuses réserves sur la manière dont fonctionnent ou plutôt fonctionnent mal ou pas à la fois la ville et le pays.

J'ai invité tous ces gens dont certains ne connaissaient pas le forum du plateau à le consulter et surtout j'ai distribué une copie du lien fourni par libellule.

L'information a été appréciée à sa juste valeur et lecture faite j'ai constaté que les possesseurs de I machin et autres instruments du même type étaient à l'œuvre pour ventiler l'info... ça tapotait sec sur les portables.

Je rejoins PUREPROVOC : nul doute qu'en diffusant très largement le document fourni par libellule certaines opinions vont sortir renforcées et que d'autres plus hésitantes voire moins tranchées vont basculer.
Ce cadeau fait en faveur de la connaissance d'une information objective à atteint son but : sensibiliser l'électeur.


Ce matin je "fais suivre" aux gens figurant dans mon carnet d'adresses.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Lun 29 Juil 2013, 20:09

Enfin une démarche objective et apolitique. Ceci etant, Oui il y aura quelques fachos dans ceux qui ne voteront ni écologistes ni socialistes et ni communistes on aura même quelques sympathisants d'autres partis politiques.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14258
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Lun 29 Juil 2013, 20:18

Il y aurait même disent certains socialistes des "socialistes fachos" qui en plus se donnent le compte entre eux... un comble !

http://www.lepoint.fr/societe/marseille-marie-arlette-carlotti-part-sans-payer-l-addition-11-06-2013-1679820_23.php


---------------------------------------------

C'est une histoire comme seule Marseille sait les inventer. Marie-Arlette Carlotti, ministre chargée de la Lutte contre l'exclusion et candidate préférée de l'Élysée à la mairie de Marseille, est en proie à des démêlés judiciaires avec le patron du Don Corleone, un restaurant de la cité phocéenne. Le restaurateur a déposé une plainte contre la ministre auprès du procureur de la République de Marseille pour "grivèlerie alimentaire". Le motif ? Une addition de 1 120 euros pour 32 couverts non réglée.

Un dîner-débat avait été organisé le 4 mai dernier dans cet établissement réputé de la rue Sainte pour que l'ancienne porte-parole de Jean-Noël Guérini présente son livre Marseille ma capitale. Accueillie par des manifestants hostiles au mariage pour tous, la ministre a tenu à expliquer sa position sur le sujet. Mais, à la table, deux militants socialistes aux conceptions opposées en sont venus aux mains. "Au départ, l'ambiance était bon enfant, raconte Alfredo Mauro, le patron. Mais les deux convives ont fini par se traiter mutuellement de réac et de facho."

L'affaire a vraiment tourné au vinaigre, juste avant le dessert. L'un des deux socialistes s'est levé et a dégainé une bombe lacrymogène en aspergeant le visage de son contradicteur à bout portant. Une bousculade s'est alors ensuivie au cours de laquelle la candidate à la mairie de Marseille a été exfiltrée par les policiers du Service de protection des hautes personnalités (SPHP). Tous les clients sont partis sans payer et le restaurateur s'est retrouvé avec sa note sur les bras.

Contre-attaque du ministère


"Nathalie Pigamo, la collaboratrice de Carlotti à Marseille, m'a rapidement rassuré et a laissé un message vocal pour dire que, malgré les incidents, la ministre réglerait la note", confie le restaurateur. Mais un mois plus tard, toujours rien. "Je les ai relancés à plusieurs reprises. Les collaborateurs de la ministre me répondaient que, faute de dessert, ils ne régleraient pas la totalité de l'addition." Le patron du Don Corleone a donc décidé de déposer une plainte et a diffusé un communiqué pour le faire savoir. "Quatre minutes plus tard, je recevais un coup de fil du ministère me pressant de démentir, sinon je ne serai jamais payé et la justice laissera traîner les choses. J'ai refusé."

Depuis, le ministère a porté plainte contre Alfred Mauro pour tentative d'escroquerie. Selon une source judiciaire marseillaise, la ministre discuterait du prix, ne souhaitant régler que 15 euros le repas au lieu des 35 réclamés par le restaurateur. Aujourd'hui, la ministre contre-attaque. "Je suis convaincue d'être tombée dans un piège pour me nuire. Depuis que je suis candidate à la mairie de Marseille, je gêne. J'ai dit que j'étais contre le clientélisme et les petits arrangements", confie au Point.fr Marie-Arlette Carlotti qui a néanmoins longtemps frayé avec Jean-Noël Guérini, le président du conseil général des Bouches-du-Rhône trois fois mis en examen pour des malversations financières concernant des marchés publics. La ministre clame à qui veut l'entendre qu'elle ne laissera pas faire. "Je ne céderai pas à la mauvaise foi et au mensonge. Il n'a jamais été question que mon équipe règle ces repas. J'étais l'invitée du restaurateur, et je ne connaissais pas la plupart des convives."

L'équipe de la ministre a proposé au gérant de l'établissement de prendre contact avec les 32 convives pour qu'ils règlent leur partie de l'addition, justifie le directeur de cabinet de la ministre. Nous n'avons jamais pu obtenir la liste des participants de la part d'Alfred Mauro." La campagne des municipales à Marseille démarre sur les chapeaux de roue. "Et encore, il ne s'agit que des primaires socialistes", persifle un camarade de la ministre.



Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Lun 29 Juil 2013, 21:14

Affrontement a écrit:
C'est nous les gars de la Marine (air connu)
http://www.lyricsmania.com/hexagone_lyrics_renaud.html

Puisque'on en est à recommander des chansons, et à la diffusion des liens que je propose, va pour celui là en sus http://mihail.skynetblogs.be/apps/m/
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14258
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Lun 29 Juil 2013, 22:31

http://www.lepoint.fr/societe/marseille-marie-arlette-carlotti-part-sans-payer-l-addition-11-06-2013-1679820_23.php

Pour en finir avec cette lamentable affaire : Pour ce qui concerne les fachos-socialistes... dénoncés par leurs "camarades" de parti, heureusement que la police n'a pas été impliquée car il y aurait eu un coupable tout trouvé.

Maintenant on ne s'occupe plus des délinquants mais on discute de la manière dont est, devrait, pourrait intervenir la police... tout et sont contraire restent possible.
Une pareille affaire s'appelle en général une grivèlerie et le fait de se frictionner comme des chiffonniers au moment de payer l'addition n'est pas une excuse absolutoire permettant de manger gratos.

Le restaurateur lui en est pour ses frais, mais avec le PS perdre son argent ou constater que ses revenus diminuent est une habitude.
En plus on fait l'objet de menaces et d'une éventuelle pression sur la justice (ce qui est un comble où est son indépendance ?) si on ne passe pas l'affaire dans les profits et pertes ou si on la met sur la place publique... Des fâcheux pourraient trouver des observations à faire mais il faut voter à gauche tout de même n'est ce pas ?

Heureusement nous avons à faire à des humanistes moralistes ayant un haut sens du service de l'état.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Lun 29 Juil 2013, 22:48

Et dire que je me contentais de reparler des Roms dans mon second lien... Comme quoi. Allez à+
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14258
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Lun 29 Juil 2013, 23:40

Moi je croyais que le débats portait comme d'habitude sur les fachos... tout le monde peut se tromper encore que...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Lun 29 Juil 2013, 23:51

Pas facile de se rattraper aux branches quand on en fait trop. Smile
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14258
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mar 30 Juil 2013, 00:13

Libellule a écrit:
Pas facile de se rattraper aux branches quand on en fait trop. Smile

Pour ma part le coup du facho c'est volontaire. Une occase pareille ça ne se loupe pas... jouer sur la fausse erreur et l'incompréhension sur ce site il y a des spécialistes.
Pas de raison que je me prive d'en flanquer un coup sur la meule à l'occasion.

Vous n'êtes pas le seul à faire de la manip...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14518
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: On reparle des ROMS   Mar 30 Juil 2013, 00:45

Sauf que moi je ne le fais pas exprès... Smile Smile Smile À+ profitez bien.
Un article pour faire la jonction http://leplus.nouvelobs.com/contribution/914143-manuel-valls-trappes-les-roms-et-la-dissolution-de-3e-voie-futur-premier-ministre.html
Revenir en haut Aller en bas
 
On reparle des ROMS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11, 12, 13  Suivant
 Sujets similaires
-
» On reparle des ROMS
» Expulsion des Roms
» Gendarmes et Roms
» JÉRÉMY MORTREUX, MILITAIRE POIGNARDÉ À MORT PAR 4 ROMS...
» Quand les CAF aident les gitans à acheter des caravanes...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: