Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 cette éducation nationale que ne veulent pas voir les polticards !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tonton christobal

avatar

Messages : 14280
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: cette éducation nationale que ne veulent pas voir les polticards !   Dim 27 Aoû 2017, 18:17

Quinze années durant, Bernard Ravet s’est tu. Parce que son statut de principal de collège le lui imposait – le devoir de réserve du fonctionnaire. Parce que, dans les collèges de ZEP classés «  Violence  » qu’il dirigeait, les journées étaient rythmées par une alternance du grave et de l’urgent qui ne laissaient pas une seconde à l’introspection. Mais aussi pour ne pas craquer.

Aujourd’hui à la retraite, il s’est décidé à parler. À raconter sa vie, qui est celle de tout le personnel envoyé dans ces établissements ghetto. La violence. La montée du religieux. Les familles au mieux absentes, au pire fracassées. L’hypocrisie et le clientélisme des politiques. L’immense solitude des personnels de direction et des enseignants qui ressentent un profond sentiment d’abandon par leur hiérarchie.
Une vie qui tient de celle du commissaire de police, du directeur d’ONG pédagogique et, de plus en plus, face à la montée du religieux, d’imam de la république. Avec, pourtant, chevillée au corps, la conviction qu’il est encore possible d’agir pour que des élèves otages de leur environnement échappent à cette fatalité.



https://www.amazon.fr/Principal-coll%C3%A8ge-ou-imam-r%C3%A9publique/dp/2366583877
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14280
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: cette éducation nationale que ne veulent pas voir les polticards !   Dim 27 Aoû 2017, 18:26

Bernard Ravet, ancien principal de Collège : "depuis 1905, l'école ne prend pas en compte le religieux"
09h11, le 25 août 2017, modifié à 09h30, le 25 août 2017

Voir la vidéo sur Dailymotion

Bernard Ravet, ancien principal de collèges de Marseille, est revenu vendredi sur Europe 1 sur son combat contre l'emprise de la religion à l'école : "il faut que l'Etat pose l'institution scolaire comme un élément pour construire la citoyenneté".

INTERVIEW
Pendant quinze ans, Bernard Ravet, ancien principal dans trois des collèges les plus difficiles d’Aix-Marseille, auteur de "Principal de collège ou imam de la République" (éditions Kero), a lutté contre l'entrée dans l'espace laïc qu'est l'école de la religion.

Vendredi sur Europe 1, il a rappelé combien pour lui il est important "de changer nos postures" face à ce sujet. "La République, c'est la séparation de l'église et de l'Etat. Mais aujourd'hui le religieux est tel qu'il faut que l'Etat pose l'institution scolaire comme un élément pour construire la citoyenneté", précise-t-il. "Depuis 1905, l'école ne prend pas en compte le religieux comme quelque chose contre quoi elle doit s'opposer et construire autrement."

"Une réalité qui est en train de monter". Pourtant, le religieux s'immisce de plus en plus dans l'enceinte des établissements. Dans son livre, Bernard Ravet explique ainsi avoir appris qu'un de ses surveillants jouait le rôle de prédicateur auprès des élèves. "Il diffuse des petits ouvrages en dehors de l'établissement qui prônent la charia. Et d'un seul coup, on ne comprend plus. Et les profs sont totalement désarçonnés quand un jeune garçon répond à une prof que c'est normal de couper la main d'un voleur. A partir de là, on est en 2004, et on se rend compte que c'est une réalité qui est en train de monter mais on ne sait pas faire", regrette-t-il. "Les seuls qui savent dans le système administratif sont les gens des Renseignements généraux. Ils savent depuis des mois pour le surveillant, mais ils n'ont rien dit. Ca se passe à Marseille, mais ça pourrait se passer dans le 93 ou dans la banlieue lilloise".

"Dans chaque gamin, une pépite". Pour autant, l'ancien principal se dit optimiste : "j'ai l'ultime conviction que dans chaque gamin il y a une pépite fabuleuse et que si c'est l'Education nationale qui la polit on peut faire des gamins brillants".

-----------------------------

et pendant ce temps là nos politicards jouent la carte du clientélisme et on s'inquiète des cathos qui sans doute commettent des attentats sanguinaires et mettent en péril l'unité nationale.

C'est qu'ils ont du discernement nos chefs !

http://www.francetvinfo.fr/societe/education/video-en-dehors-de-l-ecole-un-surveillant-diffusait-des-ouvrages-pronant-la-charia-temoigne-un-ancien-principal-de-college_2341731.html#xtor=AL-79-[article_video]-[connexe]
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3583
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: cette éducation nationale que ne veulent pas voir les polticards !   Dim 27 Aoû 2017, 19:32

Amphis des Insoumis à Marseille, universites d'été, grandes concertations à Bordeaux, au Touquet... personne ne parle de la laicite évidemment

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14538
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: cette éducation nationale que ne veulent pas voir les polticards !   Dim 27 Aoû 2017, 23:42

Trouville, Le Touquet, La Rochelle, Dunkerque, Bordeaux, La Baule, Marseille. Sans mer pas de réunions. Ni père. Ni Imam. Pas d'école non plus. Ni lieu de culte.C'est qu'ils ont du discernement nos chefs !
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3583
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: cette éducation nationale que ne veulent pas voir les polticards !   Lun 28 Aoû 2017, 01:36

Sauf le PC qui prépare sa fête à Angers.

Le PCF déplore le « manque de respect » de la France insoumise
Réunis à Angers, les militants du Parti communiste français préparent la rentrée sociale, appellent à l’union et pourfendent Jean-Luc Mélenchon.



La douceur angevine, c'est bien connu!

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
Robin

avatar

Messages : 1197
Date d'inscription : 13/02/2011

MessageSujet: Re: cette éducation nationale que ne veulent pas voir les polticards !   Lun 28 Aoû 2017, 04:24

Le débat va être cornélien au sein du Conseil Municipal. Avec ou contre J-L Mélenchon ?
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14280
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: cette éducation nationale que ne veulent pas voir les polticards !   Lun 28 Aoû 2017, 05:10

Robin a écrit:
Le débat va être cornélien au sein du Conseil Municipal. Avec ou contre J-L Mélenchon ?

Le temps que les uns et les autres se donnent le compte pour des questions de pouvoir politicard national ou pour mettre en place les stratégies de haut vol qui facilitent le clientélisme et tondent les bourgeois en pavillons ils ne s'occupent pas des urgences de la ville.

On remarquera tout de même qu'en étant d'accord sur rien ou sur pas grand chose on trouve toujours le moyen de se ressouder pour se partager les prébendes...locales.

Ennemis mais pas trop il faut conserver les manettes de la ville !
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14538
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: cette éducation nationale que ne veulent pas voir les polticards !   Lun 28 Aoû 2017, 05:46

Robin a écrit:
Le débat va être cornélien au sein du Conseil Municipal. Avec ou contre J-L Mélenchon ?
Ah bon! Pourquoi?
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14280
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: cette éducation nationale que ne veulent pas voir les polticards !   Mar 29 Aoû 2017, 17:38

Bernard Ravet, ancien chef d'établissement, décrit la réalité des collèges de Zep


Sous sa moustache blanche, Bernard Ravet sourit. Un sourire qui cache une inquiétude profonde : celle de la dérive que subissent les collèges en zone d'éducation prioritaire (Zep). En quarante ans de carrière (dont quinze ans en Zep), ce principal de collège a vu la situation se dégrader, année après année. Ce qui semblait acquis ne l'était plus. Son quotidien a changé. Que ce soit à Édouard-Manet, Versailles et Jean-Claude-Izzo, trois collèges parmi les plus difficile de Marseille, Bernard Ravet a dû se battre au quotidien pour continuer à éduquer "ses" jeunes, pour défendre les droits des filles, chaque jour plus contestés par les garçons, pour protéger les établissements qu'il dirigeait de l'influence d’un fait religieux de plus en plus prégnant. Un combat qu'il a mené souvent, trop souvent, seul. Alors, enfin libéré du droit de réserve par son départ en retraite, Bernard Ravet parle. Et a écrit un livre "Principal de collège ou imam de la République" (1). Plus jamais, on ne pourra dire que l'on ne savait pas.

Quelles sont les difficultés auxquelles sont confrontés les collèges de Zep ?
Bernard Ravet : La première des difficultés est l'inégalité sociale. Si l'on compare un collège des quartiers Nord de Marseille à un autre des quartiers Sud, on est dans deux univers totalement différents. La mixité sociale est absente. Ce phénomène est aggravé par le fait que les collèges privés choisissent leurs élèves et ne sont pas sectorisés. Dans les quartiers défavorisés, certaines familles, y compris issues de l'immigration, bien conscientes que la réussite sociale passe par la réussite scolaire, mettent leurs enfants dans des établissements privés.

Dans votre livre vous évoquez la poussée de l'islam dans les collèges...
Bernard Ravet : Aujourd'hui, nous sommes en face de quartiers où les enfants s'entendent répéter qu'il faut préférer la loi de Dieu à celle des hommes. L'institution est totalement démunie. On se retrouve dans une situation comme avant 1905 où l'école devait affirmer sa laïcité. Pour moi, il ne s'agit pas de dénoncer la religion musulmane mais de savoir faire face quand le discours d'un certain islam le rend incompatible avec les valeurs de la République.

Quels sont les signes qui laissent apercevoir une poussée de l'islamisme au collège ?
Bernard Ravet : Le premier peut être de voir le nombre croissant de gamines arrivant avec un voile sur la tête qu'elles retirent avant de pénétrer dans l'établissement. C'est aussi, en période de ramadan, le nombre d'enfants qui ne mangent plus à la cantine. Et, d'une manière plus générale, tous ces enfants qui refusent de manger parce que la viande n'est pas abattue rituellement...

La suite est encore plus édifiante :
http://www.laprovence.com/article/edition-marseille/4592162/.html

Surtout ne rien dire gare aux procès ! Dormez bien braves gens !

Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12405
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: cette éducation nationale que ne veulent pas voir les polticards !   Jeu 05 Oct 2017, 00:19

Petit problème d'arithmétique....

Soit dans un lycée 60 élèves d'un même niveau, quelle est la meilleure façon de les répartir en 2 classes ?

Si vous pensez que c'est 30 et 30 vous avez tout faux car apparemment selon l'EN la réponse est:

- Une classe de 25 élèves sans aucun dédoublement
- Une classe de 35 élèves avec dédoublement 18-17 pour certaines matières

Sachant que les élèves de la classe de 25 seront toujours 25 et que les élèves de la classe de 35 seront effectivement 35 pour certains cours....
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14280
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: cette éducation nationale que ne veulent pas voir les polticards !   Jeu 05 Oct 2017, 01:00

Dois je une fois de plus poser la question de savoir si nous ne sommes pas dans le fonctionnement permanent du "cul par dessus tête" ?

L'affaire semble s'institutionnaliser... il va falloir s'habituer à moins que l'on avise avec distribution générale de coups de pieds au cul pour remettre les idées en place.
Il faut bien préciser que l'éducation nationale a cultivé aux niveaux supérieurs de la structure quelques olibrius dont pâtissent des générations d'apprenants (c'est le nouveau mot pour désigner les élèves)

Les tronches molles sont aux manettes.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14538
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: cette éducation nationale que ne veulent pas voir les polticards !   Jeu 05 Oct 2017, 08:50

On peut aussi se dire que le contrôle de "la tronche" des enfants n'est pas du domaine de l'Education Nationale. Le contrôle du rôle des parents. L'école est là pour instruire, pas éduquer.
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3583
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: cette éducation nationale que ne veulent pas voir les polticards !   Jeu 05 Oct 2017, 09:57

Il y a longtemps que le ministère de e l'instruction publique est devenu ministère de l'éducation nationale

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14280
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: cette éducation nationale que ne veulent pas voir les polticards !   Jeu 05 Oct 2017, 17:11

Si maintenant les "tronches molles" aux manettes de l'usine à gaz connue sous le nom d'éducation nationale sont les enfants tout s'explique... je pensais naïvement sans doute que les staffs ministériels étaient composés d'adultes.

Pour ce qui concerne les parents, chacun fait avec ses moyens.
Lorsque l'on connait les parents la manière dont "fonctionne" les enfants s'explique naturellement. Même dans le désordre il y a une logique.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14538
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: cette éducation nationale que ne veulent pas voir les polticards !   Jeu 05 Oct 2017, 17:28

En 1932, le gouvernement d'Édouard Herriot décide de rebaptiser l'instruction publique "éducation nationale". L'expression date de la fin du 18e siècle, où elle était employée par les partisans de la prise en main par l'État des affaires d'enseignement. Elle était réapparue dans les années 1910-1920 sous la plume des adversaires de la division du système éducatif en filières distinctes. Anatole de Monzie est le premier ministre à porter cette nouvelle titulature. Il explique dès sa prise de fonction qu'elle est synonyme d'égalité scolaire et de développement de la gratuité et que, en somme, qui dit "éducation nationale" dit "tronc commun".

Cette titulature sera remise en cause pendant les premiers mois du gouvernement de Vichy, où l'instruction publique fait sa réapparition, mais l'appellation "éducation nationale" sera rétablie dès le 23 février 1941. Elle avait d'ailleurs été conservée à Londres, puis à Alger, par les gouvernements du général De Gaulle.

Aucun changement n'intervient sous la IVe République, ni d'ailleurs sous les mandats du général De Gaulle et de Georges Pompidou. Valéry Giscard d'Estaing innove, en 1974, en privant l'éducation de son épithète de "nationale" et surtout en confiant tout ce qui relève de l'enseignement supérieur à un secrétariat d'état, puis à un ministère autonome. Initiative appelée d'ailleurs à un certain avenir puisqu'elle s'est maintenue presque sans interruption jusqu'en 1995, sous des appellations diverses ("universités" de 1974 à 1986, "enseignement supérieur" de 1986 à nos jours) et avec des statuts divers (secrétariat d'état de 1974 à 1978, de 1983 à 1986 et en 1995 dans le gouvernement d'Alain Juppé ; ministère délégué de 1986 à 1988 ; ministère de 1978 à 1981 et de 1993 à 1995).

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14280
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: cette éducation nationale que ne veulent pas voir les polticards !   Jeu 05 Oct 2017, 19:39

si en plus on pouvait avoir la bio de Charlemagne qui a dit on (on l'a même chanté) inventé l'école pour mieux noyer le poisson...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14538
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: cette éducation nationale que ne veulent pas voir les polticards !   Jeu 05 Oct 2017, 20:21

Non. C'est juste pour dire que l'instruction publique est toujours de mise, malgré le changement de nom en éducation nationale..."éducation nationale" dit "tronc commun" à cette instruction. Voir la remarque de Gérard.
Revenir en haut Aller en bas
 
cette éducation nationale que ne veulent pas voir les polticards !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit poème et l'éducation nationale... lire et faire suivre!
» ERS de Portbail
» Rouen Metropole, la Normandie réunifiée : un rêve que certains ne veulent pas voir devenir réalité
» PPS, PPRE, équipes éducatives et autres réunions caféinées
» Partenariat orthos/éducation nationale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: