Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120),
la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Absentéisme dans la fonction publique: quels sont les chiffres à Fontenay ?

Aller en bas 
AuteurMessage
a.nonymous



Messages : 14147
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Absentéisme dans la fonction publique: quels sont les chiffres à Fontenay ?   Mer 22 Nov 2017, 10:50

Quels sont les chiffres de l'absentéisme parmi les territoriaux fontenaysiens ?



Citation :
Absentéisme : des chiffres affolants dans la fonction publique territoriale
Daniel Rosenweg| 22 novembre 2017

L'absentéisme dans la fonction publique territoriale a progressé de près de 30% en dix ans.

Un peu plus d'un tiers des salariés du secteur privé ont été arrêtés au moins une fois pour cause de maladie en 2016, selon l'étude de Malakoff Médéric que nous dévoilons en exclusivité. Qu'en est-il de la fonction publique ? Sofaxis, cabinet de courtage pour les collectivités locales et l'hôpital, a révélé dans son étude annuelle que 44 % des agents des collectivités territoriales ont été absents au moins une fois en 2015. C'est donc presque 50 % de personnels supplémentaires arrêtés dans la fonction publique territoriale par rapport au privé. Un absentéisme qui, de surcroît, a grimpé de 28 % en dix ans, notamment à cause des accidents du travail, en hausse de... 53 % ! Mais les absences pour maladie ordinaire ne sont pas en reste, elles ont crû de... 44 % et celles pour congé de longue maladie de 15 %. La situation sanitaire ne s'est pourtant pas dégradée à ce point en dix ans en France. Cette situation, qui représente neuf agents absents toute l'année sur cent fonctionnaires, coûte 2 067 euros par arrêt à un conseil départemental, cite en exemple le cabinet expert Ayming.

Dans les communes, l'absentéisme n'est pas non plus... absent, loin s'en faut. L'iFrap, institut connu pour son peu de complaisance à l'égard du service public, a publié en 2016 un palmarès de l'absentéisme dans les communes. [ http://www.ifrap.org/etat-et-collectivites/le-palmares-de-labsenteisme-dans-les-grandes-villes ] Une étude qui portait sur les données de 2013 et proclamait Amiens (Somme) en tête du classement avec 39,94 jours d'absence par agent, suivi de Marseille, dans les Bouches-du-Rhône (36,80), d'Avignon, dans le Vaucluse (35,07), et de Grenoble,en Isère (34,84). Mais attention, il s'agit d'une moyenne sur l'ensemble des agents. Petite remarque de l'iFrap au passage : à Amiens, les fonctionnaires titulaires s'arrêtent presque quatre fois plus (49,3 jours !) que leurs homologues non titulaires (13,7 jours)... comme si la précarité était synonyme de meilleure santé.
---/---
Il reste le problème de la fraude. S'il n'existe pas de chiffres officiels relatifs à la fraude aux arrêts de travail dans la fonction publique, il en existe pour le privé. Selon la Cnam (Caisse nationale d'assurance maladie), en 2016, plus de 1 200 fraudes administratives aux indemnités journalières (IJ) ont été détectées et identifiées. Elles ont représenté un préjudice de 10,7 M€ dont 50 % portaient essentiellement sur le cumul d'indemnités journalières avec d'autres activités rémunérées.
http://www.leparisien.fr/economie/absenteisme-des-chiffes-affolants-dans-la-fonction-publique-territoriale-22-11-2017-7407228.php
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14147
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Absentéisme dans la fonction publique: quels sont les chiffres à Fontenay ?   Mer 22 Nov 2017, 10:57

Sur le site de l'Ifrap nous trouvons les chiffres 2013 pour Montreuil, qui arrive deuxième à ce "palmarès" et Créteil...

Visiblement la titularisation a un impact négatif sur les accidents de travail et la santé et nous pouvons nous demander ce que fait la direction des ressources humaines de Montreuil pour remédier à cette situation....



Nombre de jours d'absence chez les agents titulaires (fonctionnaires) et les agents non titulaires, en 2013

http://www.ifrap.org/etat-et-collectivites/le-palmares-de-labsenteisme-dans-les-grandes-villes
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

Gérard

Messages : 4195
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Absentéisme dans la fonction publique: quels sont les chiffres à Fontenay ?   Mer 22 Nov 2017, 12:50

Question indiscrète! secret d'état!
Il y a des employés sérieux, dévoués et travailleurs. Idem pour les élus et élues.
Mais il y a des tire au flanc, comme partout, des combinards, des faux malades, des "en voyage", en mission, en opération papier peint, ... On peut être persuadé que le Maire et son directeur du personnel sont très vigilants sur ces questions.

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
Robin

Robin

Messages : 1350
Date d'inscription : 13/02/2011

MessageSujet: Re: Absentéisme dans la fonction publique: quels sont les chiffres à Fontenay ?   Mer 22 Nov 2017, 16:00

AH bon ?
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14147
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Absentéisme dans la fonction publique: quels sont les chiffres à Fontenay ?   Mer 22 Nov 2017, 16:11

Gérard a écrit:
On peut être persuadé que le Maire et son directeur du personnel sont très vigilants sur ces questions.


En espérant que le maire ne prenne pas comme référence des informations provenant des ressources humaines de Montreuil ou de l'ancien directeur de l'Office HLM de cette même ville !
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14147
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Absentéisme dans la fonction publique: quels sont les chiffres à Fontenay ?   Jeu 27 Sep 2018, 17:59

Débat intéressant sur absentéisme et privatisation à Argenteuil....

Citation :
Argenteuil : la gestion de l’absentéisme des agents de crèche en question
Marjorie Lenhardt| 26 septembre 2018

Sans surprise, la privatisation de la gestion d’une crèche municipale à Argenteuil a suscité une levée de boucliers au conseil municipal de mardi. Le recours à une délégation de service publique pour Le Blé en herbe, 67 berceaux, et pour une nouvelle crèche de 50 berceaux dans des locaux municipaux a été adopté. Mais pour l’opposition, qui a voté contre, cette privatisation masque une difficulté de la commune à gérer l’absentéisme du personnel de crèche.

Car outre le fait que la ville cherche à multiplier le nombre de places en crèche dans un contexte financier contraint, elle n’a pas choisi de privatiser la gestion du Blé en herbe par hasard. Cette crèche cumule en effet un taux d’absentéisme important (5 arrêts de travail pour 21 agents) et un taux d’occupation proportionnellement faible.

« Vous vous dites On a un problème donc on le transfère à un privé, vous n’arrivez pas à gérer ce sujet-là donc vous vous en débarrassez », remarque Philippe Doucet, conseiller municipal d’opposition (PS). Interrogez-vous, pourquoi autant de personnel des crèches d’Argenteuil quitte la ville ? »

Pour Marie-José Cayzac, conseillère municipale d’opposition, le problème repose sur la logique de rationalisation des places. L’actuelle majorité (LR) a en effet fermé des structures tout en augmentant le nombre de berceaux dans d’autres crèches. Aujourd’hui, 1 087 places sont réparties à 80 % dans les huit structures municipales (il y en avait 13 en 2014). « Les crèches d’Argenteuil sont devenues des garderies », s’insurge l’élue. Elle pointe aussi du doigt des adaptations suspendues cette semaine dans certaines crèches faute de personnel, ou encore la difficulté à recruter un pédiatre pour la visite d’entrée des bébés.

« Ce qui nous importe, ce n’est pas tellement le mode de garde, mais de pouvoir répondre à quatre contraintes : augmenter le nombre de places en crèche, la qualité de l’accueil, la comptabilité de gestion avec les finances de la ville et la qualité de travail du personnel », explique Philippe Métézeau, adjoint (LR) à la santé et l’action sociale. Pour lui, le Blé en herbe était « particulièrement fragilisé » du fait des conditions de travail des 16 autres agents restants.

« La gestion du privé ne fera pas de miracle du jour au lendemain, mais les sociétés qui gèrent beaucoup de crèches ont aussi un volant de personnel pour enrayer les absences », souligne-t-il. Il assure aussi que la qualité du projet pédagogique sera prioritaire par rapport au prix dans l’appel d’offres. Et d’ajouter : « On bute sur un problème, mais je n’entends pas de solution. Et une nouvelle crèche s’ouvre, par ailleurs, c’est une vingtaine d’emplois en plus ! »
http://www.leparisien.fr/val-d-oise-95/argenteuil-la-gestion-de-l-absenteisme-des-agents-de-creche-en-question-26-09-2018-7903860.php
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4234
Date d'inscription : 08/01/2012

MessageSujet: Re: Absentéisme dans la fonction publique: quels sont les chiffres à Fontenay ?   Dim 18 Nov 2018, 16:58

Nouvelles fraiches du Japon :
7 jours de congés et 6 jours fériés par an. Si on travaille un jour férié, on récupère un jour de congé.
Mais si on prend un jour maladie, il faut poser un jour de congé !
40h par semaine, mais compter 45h supplémentaires au moins par mois.
Voilà un modèle qui aurait un succès fou en France, et dans certaines mairies en particulier...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14147
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Absentéisme dans la fonction publique: quels sont les chiffres à Fontenay ?   Jeu 22 Nov 2018, 01:57

Citation :
L’absentéisme au travail coûte près de 108 milliards d’euros par an
Bérangère Lepetit et Marc Lomazzi| 21 novembre 2018

Le chiffre est astronomique. Selon une étude « sur l’origine et le coût de l’absentéisme en France » publiée par l’Institut Sapiens, un « think tank » libéral, le coût de l’absentéisme se monte à… 107,9 milliards d’euros par an ! L’équivalent, souligne l’étude, « du budget de l’Education nationale qui part en fumée chaque année ».

On savait, sur ce sujet, que la France faisait figure de cancre en Europe. Et l’absentéisme, dont le taux atteint dans notre pays 4,72 % dans le privé et 8,34 % dans la fonction publique territoriale, « augmente régulièrement », alerte Laurent Cappelletti, directeur de programme à l’Institut de socio-économie des entreprises et des organisations (Iséor) et coauteur de l’étude qui met le doigt sur l’ampleur de l’ardoise pour l’économie française.

« Le coût caché de l’absentéisme […] est gigantesque », affirment les deux auteurs de l’étude, Laurent Cappelletti et Henri Savall, président-fondateur de l’Iséor. Pourquoi caché ? Car il n’est comptabilisé nulle part, répondent-ils. Pour parvenir à ce chiffre de 107 milliards, ils ont pris en compte les salaires versés aux absents, le temps passé par l’équipe pour corriger les dysfonctionnements liés aux absences, l’achat de services externes non prévu…

Au final, le coût de moyen est de 4059 € par an et par salarié (3521 € dans le privé et 6223 € dans le public). Multiplié par les 26,6 millions de salariés du privé et de fonctionnaires, cela fait un peu plus de 107 milliards.

Mais quelles sont les raisons de ce fléau ? Les causes inévitables (maladies, accidents du travail, congés maternités…) comptent pour un tiers dans cet absentéisme de masse. Pour le reste, les « salariés oisifs ou fainéants », dixit l’étude, sont une exception dans le monde du travail.

Reste les absences « de convenance » (liés par exemple à la vie privée), pour raisons psychologiques (les « burn-out), ou physiques (les troubles musculosquelettiques). Elles représentent les deux tiers des arrêts et s’expliquent « dans 99 % des cas par des conditions de travail dégradées », « une organisation du travail défaillante » et, surtout, « des défauts de management de proximité ».

Et ces « défaillances managériales » proviennent, dans le privé comme le public, la PME comme chez le géant du CAC 40, d’une conception « d’un autre âge » de l’organisation et des rapports au travail. « Le problème le plus préoccupant est en lien avec une perte croissante de sens des salariés vis-à-vis de leur travail et un manque de considération », ajoute Laurent Cappelletti.

Comment enrayer ce phénomène ? Des entreprises, comme le géant de l’agroalimentaire Pasquier, y sont parvenues. Le secret ? Pour espérer faire reculer l’absentéisme, il faut, expliquent les auteurs de l’étude, « améliorer la qualité de vie au travail, éviter les erreurs grossières de management (comme imposer des règles sans les expliquer, « fliquer » les salariés, ne jamais les féliciter, etc.). »

Un exemple, anonyme, cité dans l’étude, est particulièrement éclairant. Dans le département technique d’une grande entreprise de transport en commun, 17 % du personnel manquait régulièrement à appel. La facture : 960 000 € par an pour une centaine de salariés. En un an, la société a réussi, moyennant un investissement de 184 000 €, à faire chuter l’absentéisme de… 40 %.
http://www.leparisien.fr/economie/l-absenteisme-au-travail-coute-pres-de-108-milliards-d-euros-par-an-21-11-2018-7949124.php
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14147
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Absentéisme dans la fonction publique: quels sont les chiffres à Fontenay ?   Mer 28 Nov 2018, 08:49

Malakoff Médéric a analysé les données de deux millions de ses assurés du secteur privé

Citation :
Un quart des arrêts maladie pas respectés par les patients
Daniel Rosenweg| 27 novembre 2018

Voilà une étude qui tombe à pic, alors qu’Edouard Philippe attend deux rapports sur le bien-être au travail et les arrêts maladie. Et qui va surprendre. Réalisée par l’assureur en santé Malakoff Médéric et dévoilée par Le Parisien - Aujourd’hui en France, elle révèle notamment qu’un quart des arrêts prescrits ne sont pas respectés. Détails d’un paradoxe.

Pour son état des lieux des arrêts maladies, le baromètre de Malakoff Médéric a analysé les données de deux millions de ses assurés du secteur privé et fait réaliser en mai dernier deux sondages auprès de 5 000 salariés. Parmi eux, 42 % ont indiqué s’être fait prescrire au moins un arrêt de travail au cours des douze derniers mois. En hausse d’un point sur un an. Des arrêts dont la durée ne cesse de s’allonger : les interruptions de 30 jours et plus ont ainsi progressé de 10 % de 2012 à 2016, indique le Baromètre. Comme le signe d’une santé qui se dégrade chez les salariés du secteur privé.

Mais c’est surtout le renoncement des patients à ces prescriptions qui retient cette année l’attention. Selon l’étude, ils sont nombreux : 23 % des prescriptions n’ont pas été respectées par les patients. Une proportion en hausse de quatre points en un an. Le taux de salariés qui renoncent totalement à s’arrêter progresse de trois points, à 15 %. 8 % des patients ont repris le travail avant terme.

La moitié de ces salariés ont expliqué avoir regretté leur décision, car, disent-ils, leur productivité ou la qualité de leur travail en a été affectée ou leur maladie a duré plus longtemps que prévu ou s’est soldée par une rechute.

Cette réticence à s’arrêter varie avec la fonction du patient et son secteur d’activité. « On trouve les plus prompts à renoncer à s’arrêter dans le secteur de l’hôtellerie-restauration : 30 % des prescriptions n’y sont pas respectées », révèle Anne-Sophie Godon, directrice des études chez Malakoff Médéric.

« Dans ce secteur comme dans les très petites entreprises, les salariés hésitent à s’arrêter car ils savent que cela va affecter le bon fonctionnement de l’entreprise ». 24 % des adeptes du télétravail, 22 % des cadres et 19 % des commerçants préfèrent eux aussi continuer à travailler malgré la maladie.

Les champions du renoncement sont les dirigeants d’entreprises (directeurs généraux, présidents…) dont la moitié (48 %) n’applique pas la consigne de leur médecin.

Pour comprendre ce constat, Malakoff Médéric a cherché à savoir ce qui se passait dans le cabinet du prescripteur. 72 % des arrêts sont signés par le médecin traitant, qui connaît donc bien le patient. Et les trois quarts des arrêts, précise l’étude, ont été rédigés après que le médecin a évoqué avec le patient sa situation personnelle et personnelle. Des arrêts non respectés et pourtant justifiés, donc.

De quoi alimenter la réflexion des deux missions qui doivent rendre leurs conclusions au Premier début décembre, afin notamment de contenir la facture des arrêts de travail, supportés par l’Assurance maladie.
http://www.leparisien.fr/economie/un-quart-des-arrets-maladie-pas-respectes-par-les-patients-27-11-2018-7955490.php
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4234
Date d'inscription : 08/01/2012

MessageSujet: Re: Absentéisme dans la fonction publique: quels sont les chiffres à Fontenay ?   Mer 28 Nov 2018, 16:40

Sur le même sujet, ce titre est plus clair
Pas de quoi expliquer tout l'écart des taux d'absentéisme entre public et privé, mais il faudrait les taux par métier comparable.

Citation :
Les salariés renoncent de plus en plus à un arrêt maladie prescrit
Alors que près d'un salarié sur quatre s'est vu prescrire un arrêt maladie en 2018, 23 % ont fait le choix de ne pas le prendre, contre 19 % en 2016. Source AFP
Publié le 28/11/2018 à 07:52 | Le Point.fr

Les Français salariés du privé sont plus nombreux à ne pas respecter l'arrêt maladie prescrit par leur médecin. Une étude sur l'absentéisme au travail publiée mercredi par Malakoff Médéric révèle ainsi que près d'un salarié du privé sur quatre s'étant vu prescrire un arrêt maladie en 2018 y a renoncé de façon partielle ou totale. Un chiffre en augmentation.

Selon cette étude réalisée par l'Ifop en mai auprès de 2 010 salariés du secteur privé, 42 % des personnes interrogées se sont vu prescrire un arrêt maladie au cours des douze derniers mois. Parmi elles, 23 % ont décidé de ne pas respecter leur arrêt maladie, contre 19 % en 2016, «  une progression significative  », a indiqué à l'Agence France-Presse Anne-Sophie Godon, directrice Innovation au sein du groupe de protection sociale.

Un non-respect marqué chez les dirigeants et les cadres

Dans le détail, «  8 % des arrêts ont été pris, mais pas en totalité, et 15 % n'ont pas été pris du tout  ». Deux ans plus tôt, seuls 12 % des personnes interrogées n'avaient pas respecté du tout l'arrêt maladie prescrit. Le non-respect complet des arrêts maladie est particulièrement marqué chez les dirigeants salariés (48 %) et les cadres (22 %, contre 11 % chez les ouvriers), ainsi que dans les secteurs de l'hôtellerie-restauration (30 %) et du commerce (19 %, contre 6 % dans la banque-finance-assurance). «  Parmi les salariés en télétravail, 24 % renoncent à leur arrêt maladie  », relève Mme Godon.

Les salariés du privé qui regrettent de ne pas avoir respecté leur arrêt maladie sont également plus nombreux : 49 % en 2018, contre 39 % en 2016. Ils sont 45 % à penser que cela a eu un impact sur leur productivité, 38 % à estimer que cela a nui à la qualité de leur travail et 24 % à juger que cela a allongé la durée de leur maladie. Autre enseignement de cette étude, moins de la moitié (39 %) des arrêts maladie est liée, de près ou de loin, au contexte professionnel (troubles musculosquelettiques, psychologiques, ou encore épuisement), d'après les personnes interrogées.

Enfin, la durée moyenne des arrêts longs (plus de 30 jours) a augmenté de 10 % entre 2012 et 2016, «  impactant fortement le coût des indemnités journalières  », qui progresse également en raison de la surreprésentation des salariés de plus de 50 ans dont la rémunération est plus élevée, selon une analyse statistique par Malakoff Médéric de son portefeuille d'entreprises clientes (61 000 entreprises et 2 millions de salariés) sur la période 2012-2016.

Pour freiner l'augmentation du coût des arrêts maladie, le Premier ministre Édouard Philippe a missionné des experts qui privilégient plusieurs pistes de réflexion, dont le télétravail.

https://www.lepoint.fr/sante/les-salaries-renoncent-de-plus-en-plus-a-un-arret-maladie-prescrit-28-11-2018-2274908_40.php
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14147
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Absentéisme dans la fonction publique: quels sont les chiffres à Fontenay ?   Mer 09 Jan 2019, 02:14

2019

Citation :
Colombes : une prime de 300 euros pour les agents qui n'ont pas été absents

Orange avec AFP-Services , publié le mardi 08 janvier 2019 à 16h48

À cette prime exceptionnelle s'ajoute une prime d'assiduité qui récompense les personnels de la ville qui ont été absents moins de six jours sur l'année.

La présence récompensée. La ville de Colombes (Hauts-de-Seine) a versé une prime de 300 euros aux agents qui n'ont pas été absents en 2018.

La décision de verser cette prime exceptionnelle aurait été prise bien avant les annonces du chef de l'État, lundi 10 décembre, pour répondre à la crise des "gilets jaunes". "Nous avons pris la décision fin novembre, bien avant l'allocution d'Emmanuel Macron", a confié au Parisien le cabinet de la maire LR de la cité francilienne Nicole Goueta.

Pour lutter contre l'absentéisme, une prime d'assuidité existe déjà à Colombes, comme dans plusieurs autres villes. Versée en février, celle-ci s'élevait à 250 euros en 2018. De un à cinq jours d'absence, le salarié touche la totalité de la somme. Entre 6 et 10 jours, celle-ci est divisée par deux. La prime n'est plus versée au-delà de dix jours d'absence. Les 300 euros nets s'ajoutent à cette première prime d'assiduité et ne concerne cette fois que les agents qui n'ont pas du tout été absents durant l'année, explique Le Parisien dimanche 6 janvier. Au total, cette prilme exceptionnelle de 550 euros est versée à un millier de salariés de la ville, soit 53,96 % de l'effectif. Le quotidien francilien précise que les congés maternité et paternité ne sont pas pris en compte dans le versement de cette prime.

Selon une lettre de la maire adressée au personnel et que Le Parisien a pu consulter, son "plan de lutte contre l'absentéisme" a permis de faire diminuer de 62 % en 2016 à 42 %  aujourd'hui la proportion d'agents absents. Selon France 3 Régions, cette prime a coûté 300.000 euros à la ville de Colombes. Seuls les communistes avaient voté contre : "Cette prime incite les gens à aller travailler même en étant malades et pénalise donc ceux qui ont les tâches les plus pénibles. C'est une forme de remise en cause du droit du travail !", tempête auprès du quotidien local Yahia Bouchouicha.  
https://actu.orange.fr/france/colombes-une-prime-de-300-euros-pour-les-agents-qui-n-ont-pas-ete-absents-magic-CNT000001bLte3.html
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Absentéisme dans la fonction publique: quels sont les chiffres à Fontenay ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Absentéisme dans la fonction publique: quels sont les chiffres à Fontenay ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quels sont vos derniers achats ?
» accoucher dans l'eau?
» Quels sont vos magasins préférés?
» fénugrec
» Quels sont les pays les plus heureux du monde?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Quartier du Plateau :: Les services publics de votre quartier-
Sauter vers: