Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de
Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble,
son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Un jour viendra, de migration des Alouettes ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Salamandre

Salamandre

Messages : 4649
Date d'inscription : 08/01/2012

Un jour viendra, de migration des Alouettes ? Empty
MessageSujet: Un jour viendra, de migration des Alouettes ?   Un jour viendra, de migration des Alouettes ? EmptyMar 05 Déc 2017, 22:08

Une idée pour les habitants des Alouettes ? D'où une seule rue rejoint (Val de) Fontenay
Liens du quartier avec le Perreux, Neuilly-Plaisance ou Rosny-sous-Bois ?

Citation :
A Champigny, le quartier Polangis ne tient plus qu’à un fil
Le rattachement de la partie campinoise du quartier Polangis à Joinville-le-Pont entre dans sa dernière ligne droite.  Sauf recours au Conseil d’Etat de Champigny-sur-Marne, le préfet devra organiser prochainement la dernière étape de concertation et décision

Rappel du contexte
Situé en bord de Marne, le quartier Polangis compte environ 5000 habitants dont 4 000 situés à Joinville et un millier à Champigny. Depuis 2013, une association, Réunissons Polangis, milite pour que ce quartier campinois soit rattaché à Joinville, invoquant pour cela la proximité d’équipements publics joinvillais comme les écoles. En 2013, elle a fait tourner une pétition dans le quartier, et obtenu près de 300 signatures d’électeurs inscrits sur un total d’environ 630 électeurs inscrits. Puis elle a demandé à deux reprises à la préfecture de lancer une enquête publique, au motif que celle-ci doit être déclenchée lorsque plus d’un tiers des électeurs inscrits le demandent. Après un nouveau recours gracieux, l’association a ensuite été au Tribunal administratif (TA) de Melun pour exiger de la préfecture qu’elle lance l’enquête publique. Le TA lui a donné raison en 2016 et la préfecture a lancé l’enquête publique qui s’est conclue par un avis favorable.

La ville de Champigny, qui risque de perdre un millier d’habitants, a attaqué la décision de lancer l’enquête publique, considérant () cette demande infondée. La Cour d’Appel de Paris a rejeté cette requête le 14 novembre, en condamnant la ville de Champigny à verser 1800 € à l’association Réunissons Polangis.  Désormais, la ville de Champigny peut soit se pourvoir au Conseil d’Etat, soit accepter le jugement.

Dernière étape de concertation
Si la ville ne va pas au Conseil d’Etat, il restera une dernière étape avant que le préfet n’arrête définitivement les nouveaux tracés de Champigny et de Joinville. La préfecture devra instituer une Commission d’habitants qui rendra un avis. Le nombre de membres de cette commission sera défini par un arrêté et ces derniers seront élus (). Les conseils municipaux de Joinville, de Champigny et le  Conseil départemental devront également rendre un avis. Lors de l’enquête publique, le maire de Champigny était contre le projet, le maire de Joinville pour, et le président du Conseil départemental plutôt contre.

Une initiative qui pourrait faire des émules ?
A l’heure du Grand Paris, cette histoire témoigne de l’importance des communes pour les habitants et, si elle aboutit, pourrait bien donner lieu à d’autres initiatives tant le territoire métropolitain est dense et plein de coupures intervenues après la délimitation des communes.
https://94.citoyens.com/2017/a-champigny-quartier-polangis-ne-tient-plus-qua-fil,03-12-2017.html
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4649
Date d'inscription : 08/01/2012

Un jour viendra, de migration des Alouettes ? Empty
MessageSujet: Re: Un jour viendra, de migration des Alouettes ?   Un jour viendra, de migration des Alouettes ? EmptyLun 28 Mai 2018, 10:32

Migration de quartier en cours, dans l'autre ville FdG de notre territoire T10 (Paris-Est Marne et Bois) : ça se précise

Citation :
Les Polangeois de Champigny ont voté à 78% en faveur de la sécession
C.Dubois, 27.05.2018

Il faisait chaud ce dimanche au gymnase Baquet de Champigny-sur-Marne, transformé pour la journée en bureau de vote, comme à chaque élection. Sauf que ce 27 mai, seulement 654 habitants étaient appelés aux urnes, ceux du quartier de Polangis situé à Champigny.
Enjeu du scrutin : l’élection des 15 membres de la commission d’habitants qui sera chargée de rendre un avis pour ou contre le détachement de la partie campinoise de Champigny pour la rattacher à Joinville-le-Pont. Deux groupes de 15 candidats s’affrontaient, les partisans du rattachement de Polangis à Joinville (Réunissons Polangis) et ceux de son maintien (Défendons Polangis).

Au total, 361 électeurs sur 654 inscrits se sont déplacés, soit un taux de participation de 55%. Une fois décomptés les 2 blancs et 4 nuls, restaient 355 suffrages exprimés qui se sont répartis entre 277 voix pour les candidats qui défendront le rattachement à Joinville et 78 voix pour les autres, soit un ration de 78%. Les 15 membres de la liste Réunissons Polangis ont donc été élus dès le premier tour, ce qui laisse peu augurer de suspense quant à l’avis que rendra la commission. Pour l’heure, la date de réunion de la commission n’a pas encore été fixée.

Au-delà de l’avis de cette commission, les deux conseils municipaux de Joinville-le-Pont et Champigny-sur-Marne devront également rendre un avis ainsi que le Conseil départemental. Il reviendra ensuite au Conseil d’Etat de trancher. « La procédure devrait prendre encore deux ans. Le Conseil d’Etat ne va sûrement pas prendre sa décision à la légère car elle va faire jurisprudence. C’est la première fois qu’une telle situation se produit en France », indique le maire PCF de la ville, Christian Fautré, opposé à la sécession. Rien ne garantit donc que le changement s’opérera avant les prochaines élections municipales.

« Je ne comprends pas. Je trouve dommage qu’une partie des habitants qui bénéficiaient de tous les services publics municipaux veuillent quitter la ville. Ce n’est pas cela le vivre ensemble. Les dérogations pour aller à l’école à Joinville ont toujours été accordées et Champigny paie pour cela. Partager des équipements d’une ville à l’autre fait partie des relations de bon voisinage. Nous n’avons jamais refusé de Saint-Maurien à la piscine de Champigny » , commente l’édile. « Lorsque l’on achète dans une ville, on le fait en connaissance de cause. On ne peut pas à la fois acheter à Champigny avec les prix de Champigny et vouloir ensuite disposer d’une adresse à Joinville » , s’agace  pour sa part Alain Chevalier, président d’un des groupes d’opposition de droite, après avoir commencé par féliciter les membres de la commission qui viennent d’être élus. « C’est un désaveu majeur pour la majorité actuelle », estime de son côté Laurent Jeanne, président du groupe d’opposition LR-UDI-Modem.

Chez les partisans du rapprochement avec Joinville, on ne boude pas son plaisir. « C’est le bonheur! Les habitants vont pouvoir participer à la vie de leur quartier! » s’exclame Marc Jamet, président de l’association Réunissons Polangis à l’initiative de la démarche il y a déjà six ans, même s’il a désormais pris ses quartiers en Bretagne. « Plus de problèmes pour envoyer les enfants à l’école et au collège, plus de problème pour participer aux activités joinvillaises, plsu de problème pour aller voter à côté de chez soi… », énumèrent les partisans du détachement. « Voilà qui prouve le bon sens a parfois raison », ajoute encore une Polangeoise.

https://94.citoyens.com/2018/polangeois-de-champigny-ont-vote-a-78-faveur-de-secession,27-05-2018.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14743
Date d'inscription : 30/05/2011

Un jour viendra, de migration des Alouettes ? Empty
MessageSujet: Re: Un jour viendra, de migration des Alouettes ?   Un jour viendra, de migration des Alouettes ? EmptyLun 17 Déc 2018, 21:31

Citation :
Val-de-Marne : le département refuse de laisser Polangis à Joinville
Agnès Vives @VivesAgnes| 17 décembre 2018

Qu’est-ce qui doit primer ? L’intérêt général ou l’expression citoyenne, démocratique. C’est en ces termes que s’est posé le débat ce lundi au conseil départemental, autour du cas Polangis, sur fond de crise des Gilets jaunes où certains prônent le référendum d’initiative citoyenne. Pas si simple.

Le département devait rendre son avis, consultatif, sur le rattachement souhaité par les habitants de ce quartier enclavé de Champigny à Joinville. Une bataille lancée voilà six ans.

Et c’est un avis défavorable qu’a proposé le président PCF Christian Favier, lui-même, par ailleurs élu campinois.

« On ne serait pas au rendez-vous des enjeux si on ne se fondait pas sur l’intérêt général », commence-t-il. Avant de défendre mordicus les frontières communales, qui datent du cadastre napoléonien de 1812. « Jusque-là, les rares modifications se sont faites avec l’accord de toutes les communes, ce n’est pas le cas ici », rappelle-t-il. Champigny est unanimement contre, quand Joinville a voté à la majorité pour accueillir ce millier de nouveaux habitants.

Quant aux griefs d’isolement, avancés par les habitants, il assure que Champigny y travaille. Sur le plan des écoles, « des facilités supplémentaires peuvent être accordées ». Allant jusqu’à évoquer le projet de traiter « la coupure forte » de la Fourchette, ce nœud routier qui isole le quartier, pour faciliter les déplacements. Pas avant d’en avoir terminé avec le supermétro, cependant.

Marie Kennedy (PCF), autre élue campinoise, rappelle même qu’il y a « trois ans la municipalité a décidé de se pencher sur la réalité du quartier, mais la maladie du maire (NDLR : Dominique Adenot, décédé en avril) a freiné cette démarche. »

Pour emporter l’adhésion de tous, Christian Favier rappelle que ce redécoupage ouvrirait « une boîte de Pandore ». D’autres quartiers du Val-de-Marne ou d’ailleurs, pourraient selon lui s’engouffrer dans cette jurisprudence : Panoramis à Saint-Maurice, la Croix-du-Sud à Chevilly, les Joncs-Marins au Perreux, les Alouettes à Fontenay.

Sur ce terrain, il a pu compter sur le soutien de sa majorité. Hélène de Comarmond, président du groupe PS a défendu l’idée que les habitants des deux communes auraient dû se prononcer. Et pas seulement ceux du quartier, qui ont voté favorablement à 78 %.

Mais Daniel Guérin, vice-président MRC avait rappelé juste avant : « Ne méprisons pas les citoyens qui ont engagé cette démarche. Le seul argument entendable est la défense du fait communal. Je demande qu’on le défende demain dans tous les cas de figure. »

Sauf que pour Chantal Durand (LR) élue à Joinville, « la réalité des habitants de Polangis, ce ne sont pas des intérêts particuliers (NDLR : comprendre pécuniers comme cela a pu être dit en commission), c’est tout un quartier qui vit à Joinville. »

Son président de groupe, Olivier Capitanio, ajoute : « On ne peut pas faire fi du principe démocratique. Le commissaire enquêteur a rendu un avis favorable. Le résultat est là, tangible. »

L’avis défavorable a été voté à la majorité, avec dix voix contre et six abstentions. L’affaire sera tranchée par le Conseil d’Etat. Rien ne bougera cependant avant les municipales.

Il n’a pas perdu une miette des débats. René Ragheboom, président de Réunissons Polangis, l’association qui a engagé cette procédure inédite, a assisté à la séance ce lundi.

« On ne s’attendait pas à un avis positif, vu la majorité en place, beaucoup d’élus sont proches de Champigny, y compris le président, sourit-il. Mais j’ai apprécié les débats. Surtout dans une assemblée très politisée avec une majorité qui obéit solidairement aux ordres. C’est intéressant qu’on ait souligné la démarche citoyenne, c’est d’actualité avec le RIC (NDLR : référendum d’initiative citoyenne). »

En revanche, il s’inscrit en faux contre les accusations de vénalité : « On ne veut pas vendre nos pavillons. » Et de rappeler aussi que « l’enquête publique était ouverte à tous les habitants et pas que du quartier. La consultation a existé. » Quant aux efforts possibles de Champigny pour lever l’isolement ? « Des promesses. Il n’y a pas un mot dans la grosse brochure que vient de diffuser le maire sur les projets jusqu’en 2030. »
http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/val-de-marne-le-departement-refuse-de-laisser-polangis-a-joinville-17-12-2018-7971228.php
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14743
Date d'inscription : 30/05/2011

Un jour viendra, de migration des Alouettes ? Empty
MessageSujet: Re: Un jour viendra, de migration des Alouettes ?   Un jour viendra, de migration des Alouettes ? EmptyMer 07 Aoû 2019, 14:09

Citation :
Champigny : les habitants de Polangis ne changeront pas d’adresse

Par Corentin Lesueur
Le 6 août 2019 à 19h39

René Ragheboom était pourtant sur ses gardes : « Les trêves estivales sont souvent l'occasion d'envoyer quelques scuds. » Mais le président de l'association Réunissons Polangis ne s'attendait pas à voir le combat mené par son organisation balayé d'une missive, adressée par la préfecture, au début du mois.

Le courrier, signé du désormais ex-préfet, Laurent Prévost, sonne comme un couperet : « Comme je le lui avais proposé, le ministère de l'Intérieur a décidé de ne pas donner suite à cette demande de rattachement du quartier de Polangis à Joinville-le-Pont. »

Depuis six ans, des riverains du quartier Polangis (900 habitants), à Champigny, représentés par l'association, bataillent pour obtenir leur déménagement dans la commune de Joinville. Une ville dont ils se sentiraient (géographiquement, culturellement et scolairement) bien plus proches.

Point d'orgue de leur lutte : le changement d'adresse avait récolté plus de 78 % d'avis favorables, lors d'un scrutin organisé le 27 mai 2018
. Un plébiscite qui nécessitait la prise d'un décret en Conseil d'Etat, sur proposition du ministère de l'Intérieur. Las, la lettre du préfet a douché les espoirs.

Le représentant de l'Etat justifie notamment sa décision par « l'écart démographique entre les deux cantons [de Champigny et de Joinville] » et « l'absence de consensus local », Champigny et le conseil départemental du Val-de-Marne ayant voté contre le rattachement, Joinville pour. « Le préfet fait fi de la volonté des citoyens, regrette René Ragheboom. Il parle d'absence de consensus politicien. Et le consensus populaire ? »

Marc Jamet, fondateur de Réunissons Polangis, tempête : « C'est un déni de démocratie, on doit respecter la parole du peuple. […] La veille de son départ, l'ancien préfet nous envoie ce courrier, sans autre information. Le procédé n'est pas très correct. »

Sollicitée ce mardi, la préfecture du Val-de-Marne n'avait pas de commentaire à apporter.

L'association pourrait engager un recours auprès du tribunal administratif, à la rentrée. Voire porter la lutte jusque dans les urnes. « S'il le faut, on fera le nécessaire pour que nos idées soient portées lors des prochaines municipales », prévient Marc Jamet.

Ce mardi, les maires des deux communes concernées ont pris acte du courrier du préfet, plutôt désireux que la procédure ne s'éternise pas. « Une décision juste et sage, a salué Christian Fautré, l'édile (PCF) de Champigny. On a déjà répondu à plusieurs demandes de l'association, notamment sur la scolarisation à Joinville des enfants du quartier. »

« Je prends acte, se contente Olivier Dosne, maire (LR) de Joinville. J'aurais juste aimé que la décision soit un peu plus transparente. »

Boulevard Polangis, frontière entre Joinville et la partie sécessionniste de Champigny, Paul, habitant du quartier depuis plus 45 ans, n'a pas vraiment été bouleversé par la nouvelle : « Je n'ai jamais trop compris les arguments de ceux qui voulaient changer de ville. À part faire augmenter le prix des maisons… Au moins ça m'évitera d'avoir à refaire tous mes papiers. »
http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/champigny-les-habitants-de-polangis-ne-changeront-pas-d-adresse-06-08-2019-8129784.php
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4649
Date d'inscription : 08/01/2012

Un jour viendra, de migration des Alouettes ? Empty
MessageSujet: Re: Un jour viendra, de migration des Alouettes ?   Un jour viendra, de migration des Alouettes ? EmptyMer 07 Aoû 2019, 14:24

Bref, la démocratie locale, les conseils du préfet et l'oukase du ministre : centralisme démocratique à Champigny.

État des lieux (avant nouveau recours, etc.) :

Citation :
Un jour viendra, de migration des Alouettes ? 4A6MIS6QB2BY4AKBBEDPUYXOVE

http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/champigny-les-habitants-de-polangis-ne-changeront-pas-d-adresse-06-08-2019-8129784.php
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4649
Date d'inscription : 08/01/2012

Un jour viendra, de migration des Alouettes ? Empty
MessageSujet: Re: Un jour viendra, de migration des Alouettes ?   Un jour viendra, de migration des Alouettes ? EmptyDim 22 Sep 2019, 14:51

2 sources d'information valant mieux qu'une,

Citation :
Champigny-sur-Marne : le ministère de l’Intérieur stoppe le détachement de Polangis
Florent Bascoul 5.08.2019

(Article mis à jour le 20 août avec la position de l’association Réunissons Polangis)

Vendredi dernier, un courrier de la Préfecture du Val-de-Marne est venu doucher les espoirs des habitants de la partie campinoise de Polangis, un quartier des bords de Marne, qui militent pour un rattachement à Joinville-le-Pont.

Après sept ans d’existence de leur association Réunissons Polangis et de nombreuses démarches pour obtenir gain de cause, le ministère de l’Intérieur, sur avis défavorable du préfet, a décidé d’interrompre le processus, notamment pour préserver le découpage électoral.

Face au refus initial de la préfecture du Val-de-Marne d’entamer la procédure de concertation après une première pétition, ils avaient obtenu de la justice administrative l’organisation d’une enquête publique en novembre 2016, puis la constitution d’une commission consultative d’habitants – suite à un vote officiel – qui a rendu un avis favorable au détachement du quartier le 3 juillet 2018. Le conseil municipal de Joinville-le-Pont s’est également exprimé en faveur de ce rattachement, contrairement à celui de Champigny-sur-Marne, unanimement contre, ainsi qu’au conseil départemental.

Comme les deux communes n’appartenaient ni à la même circonscription législative, ni au même canton, le préfet a ensuite saisi le ministère de l’Intérieur, lui seul à même de décider de soumettre par décret devant le Conseil d’État une modification des limites territoriales. Dans son courrier adressé au président de l’association Réunissons Polangis, l’ancien préfet Laurent Prévost explique avoir donné un avis défavorable, anticipant un rejet du Conseil d’État. « Dans des dossiers de ce type, le Conseil d’État attache en effet une grande importance à l’existence d’un consensus local, qui fait défaut dans le cas présent ». Le ministère de l’Intérieur a suivi l’avis du Préfet, décidant « de ne pas donner suite à la demande de rattachement du quartier de Polangis à Joinville-le-Pont  ».

Parmi les arguments avancés : l’écart démographique préexistant entre les deux cantons de Charenton-le-Pont (66 509 habitants) et de Champigny-sur-Marne I (50 409 habitants), qui se serait accru en cas de rattachement du quartier à Joinville-le-Pont. « Enfin, les problématiques avancées par les habitants du quartier, principalement scolaires, peuvent trouver des réponses relevant de la responsabilité des élus sans nécessiter une procédure aussi lourde qu’une modification des limites communales, et ce d’autant plus que les deux communes sont toutes deux rattachées au même établissement public territorial, Paris Est Marne et Bois, et que de nombreuses compétences sont désormais à ce niveau », conclut le préfet.

Réunissons Polangis prend acte et prépare la suite
Pour l’association Réunissons Polangis, ce refus a suscité surprise et déception. « Nous savions que de toute façon, à moins d’un an des élections municipales, le Conseil d’État ne se prononcerait pas donc nous avions pris notre mal en patience. Mais on nous a barré la route vers le Conseil d’État ! Nous ne savions pas que le ministère avait cette possibilité là. Et puis il y a cette façon d’agir, brutalement, au cœur de l’été, comme pour nous prendre de court », réagit René Ragheboom, le président de l’association qui réunit près de 290 membres.

En ce début août toutefois, difficile de battre le rappel, de nombreux Polangeois étant partis en vacances. Le conseil d’administration de l’association s’est pourtant réuni en urgence pour réfléchir à une riposte. « Aujourd’hui, trois options s’offrent à nous. La première, c’est de dire « amen », mais je ne pense pas que l’on s’oriente vers ce scénario. Ensuite, il nous reste le recours administratif devant la juridiction compétente. Nous l’avons déjà fait par le passé avec succès. Enfin, nous pourrions attendre les prochaines échéances électorales et faire le souhait qu’un consensus en faveur de la réunion de Polangis naisse entre Joinville et Champigny », espère le président de l’association tout en rappelant que l’association reste apolitique. Une assemblée générale doit être organisée à la rentrée pour définir la stratégie.

https://94.citoyens.com/2019/champigny-sur-marne-prefet-et-ministere-de-linterieur-contre-le-detachement-de-polangis,05-08-2019.html
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4649
Date d'inscription : 08/01/2012

Un jour viendra, de migration des Alouettes ? Empty
MessageSujet: Re: Un jour viendra, de migration des Alouettes ?   Un jour viendra, de migration des Alouettes ? EmptyMar 12 Nov 2019, 07:30

Citation :
A Joinville et Champigny, les habitants du boulevard Polangis rêvent toujours de leur union
Des riverains de Champigny souhaitent être rattachés à Joinville.
Par C.N.
Le 24 septembre 2019 à 11h42, modifié le 24 septembre 2019 à 19h43

L'association Réunissons Polangis ne baisse pas les bras. Ces riverains de Champigny, désireux que leur quartier soit rattaché à Joinville, ont décidé, vendredi soir, en assemblée générale extraordinaire, de déposer un recours au tribunal administratif de Melun contre la décision du ministre de l'Intérieur de clore le sujet de la réunification du quartier avec Joinville. La décision a été prise par la majorité, à savoir 60 pour et 7 abstentions.

« Le ministre de l'Intérieur a suivi la proposition du préfet émise le 2 août dernier, et décidé de ne pas donner suite à la procédure que nous avons engagé », précise un des 900 habitants du quartier et membre de l'association présidée par René Ragheboom.

Un délai court pour le recours

« Le préfet du Val-de-Marne de l'époque nous a envoyé l'information en plein mois d'août. C'est plutôt un coup bas, remarque le président de l'association. Peu de gens étaient présents en cette période estivale pour réagir. On peut supposer que c'est volontaire car je pense qu'il aurait pu nous en faire part au mois de mai précédent ».

Ainsi l'assemblée a été convoquée dès que possible pour rester dans les délais de la justice qui laisse deux mois pour déposer un recours.

« Nous avons eu recours à un avocat, car maintenant le sujet devient pointu, poursuit René Ragheboom. De toute façon, nous l'avions dit, nous n'avions pas l'intention de baisser les bras. Notre action aujourd'hui le prouve. Maintenant, malheureusement les choses vont prendre leur temps. Nous allons patienter ».

http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/joinville-champigny-polangis-ce-n-est-pas-fini-24-09-2019-8158485.php
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Un jour viendra, de migration des Alouettes ? Empty
MessageSujet: Re: Un jour viendra, de migration des Alouettes ?   Un jour viendra, de migration des Alouettes ? Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Un jour viendra, de migration des Alouettes ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Actualité des autres quartiers de Fontenay-
Sauter vers: