Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Ceux qui disent «halte» aux migrants

Aller en bas 
AuteurMessage
tonton christobal

avatar

Messages : 16748
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Ceux qui disent «halte» aux migrants   Sam 09 Déc 2017, 05:34

Publié le 08/12/2017 à 07:00
REPORTAGE - La frontière turco-bulgare, aux marches de l'Europe, est la nouvelle route utilisée par les passeurs de migrants. En Bulgarie, pour stopper cet afflux de clandestins, une unité de volontaires, encadrée par des vétérans de l'armée, s'organise pour faire le travail de la police.
De nos envoyés spéciaux Jean-Louis Tremblais (texte) et Jérôme Sessini (Magnum) pour le Figaro Magazine

Nous sommes quelque part dans le massif de la Strandja, au sud-est de la Bulgarie, non loin de la Turquie. Un relief montagneux (qui culmine à plus de 1000 mètres d'altitude) et un terrain accidenté, ponctué de thalwegs et de ruisseaux. La végétation, boisée et touffue, permet de se déplacer incognito, à condition de connaître les itinéraires forestiers et les chemins de traverse. C'est dans une clairière, autour d'un bivouac improvisé, que nous retrouvons les hommes de l'Union militaire Vassil Levski-BNO (Mouvement national bulgare) Chipka. Ils sont une cinquantaine, entre 15 et 50 ans, en tenue camouflée, cagoules, couteaux et machettes pour certains.
Au garde-à-vous, répartis en trois groupes et alignés comme à la revue. Penché sur une carte d'état-major au 1/50 000, leur commandant, Vladimir Rusev, sexagénaire au physique de catcheur, assigne des objectifs à ses adjoints, tout en fumant clope sur clope. Les ordres sont transmis. La colonne s'ébranle et disparaît dans la nature. Un passage de migrants a été signalé par des informateurs. But de la manœuvre: les repérer, les arrêter, et surtout les renvoyer en Turquie!

Supplanter l'État jugé défaillant

N'est-ce pas là le rôle dévolu à la police aux frontières? Car les membres de cette organisation, aussi étrange que cela puisse paraître, sont tous des bénévoles, y compris les cadres (généralement d'anciens officiers de l'armée ou de la police). Des civils qui se transforment en soldats, dépourvus d'armes à feu mais présentant tous les attributs de l'institution militaire, le temps d'un week-end ou d'une semaine.

Réponse de Vladimir Rusev: «La nature a horreur du vide....

La suite : http://www.lefigaro.fr/international/2017/12/08/01003-20171208ARTFIG00028-en-bulgarie-avec-ceux-qui-disent-halte-aux-migrants.php

-----------------------------------

Lorsque les institutions sont défaillantes, la nature qui a horreur du vide trouve des solutions de remplacement.

Les "Z'humanistes" pompiers pyromanes vont ensuite jouer les moralistes et les pleureuses au lieu d'appliquer la loi qu'ils s'empressent de combattre.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16748
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Ceux qui disent «halte» aux migrants   Ven 15 Déc 2017, 16:10

UE: une "vive discussion" sur les quotas de réfugiés, toujours sans issue
AFP, publié le vendredi 15 décembre 2017 à 02h19
Les 28 ont eu une "vive discussion" jeudi sur les quotas d'accueil de réfugiés, qui n'a pas permis de sortir l'UE de l'impasse sur cette mesure controversée, à l'origine de tensions jusqu'au coeur des institutions européennes.
Le débat a eu lieu pendant plus de deux heures lors d'un dîner à huis clos entre les dirigeants des pays de l'UE, et n'a pas fait pas l'objet de conclusions écrites, à l'issue de la première journée d'un sommet réuni à Bruxelles.
"Les points de vue des uns et des autres n'ont pas changé", a expliqué la chancelière allemande Angela Merkel, constatant qu'il faudrait "continuer à travailler" d'ici juin prochain, date butoir  fixée par les 28 pour débloquer la réforme enlisée depuis des mois des règles européennes de l'asile.
"La discussion a été vive parce que les divergences sont grandes", a reconnu le Premier ministre néerlandais Mark Rutte, avant d'admettre, fataliste, qu'il "n'y a aucune solution pour trouver un consensus sur les quotas".
D'un côté, les pays du groupe de Visegrad (Hongrie, Slovaquie, Pologne, République tchèque) se disent prêts à montrer leur solidarité financière aux pays en première ligne face aux arrivées de migrants comme l'Italie, mais excluent d'accueillir des demandeurs d'asile entrés dans l'UE par la Méditerranée.
De l'autre, un groupe de pays, menés par Berlin, acceptent que la solidarité puisse s'exprimer de différentes manières, mais insistent pour qu'aucun pays ne puisse s'exonérer d'un partage de l'accueil.

Avant même leur dîner, les uns et des autres avaient campé sur leurs positions sur ce volet interne de la politique migratoire européenne, qui a provoqué une large fracture est-ouest ces deux dernières années.
"Les quotas ont vraiment divisé l'UE, nous devons être prudents pour le futur", a averti le Premier ministre slovaque Robert Fico, annonçant avec les pays de Visegrad une aide de 35 millions d'euros en soutien des actions de l'Italie pour gérer les migrations en Libye.
"C'est la preuve que le groupe de Visegrad est totalement en ligne quand il s'agit de montrer de la solidarité avec l'Italie et d'autres", a souligné le Premier ministre hongrois Viktor Orban, grand pourfendeur de la politique migratoire européenne.
Le Premier ministre italien Paolo Gentiloni a salué leur aide financière. "Mais cela ne change rien aux divergences sur les relocalisations des réfugiés", a-t-il ajouté. "Nous en discuterons ce soir, sans les résoudre", s'est-il résigné.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16748
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Ceux qui disent «halte» aux migrants   Ven 15 Déc 2017, 16:19

Angela Merkel a appuyé ce constat, jugeant que la solidarité ne pouvait se limiter à la politique migratoire externe de l'UE. "Il ne peut pas y avoir, selon ma conception des choses, de solidarité sélective entre Etats membres", a-t-elle insisté.
"Chacun doit mettre du sien", a renchéri le président français Emmanuel Macron, saluant les gestes de "bonne volonté" des pays de Visegrad mais estimant que "ça ne résoud pas tout".
- 'Anti-européen' -
En toile de fond se joue la réforme en chantier du "règlement Dublin", qui confie la responsabilité du traitement d'une demande d'asile presque systématiquement aux pays de première entrée dans l'UE, sur lesquels pèse un fardeau démesuré en situation de crise.
Les pays de l'UE avaient fait une exception en 2015, en adoptant un plan de répartition en deux ans de 160.000 demandeurs d'asile depuis l'Italie et la Grèce, dont 120.000 selon des quotas obligatoires. Mais seulement 32.000 ont été effectivement "relocalisés", en partie en raison du refus catégorique de plusieurs pays de l'Est de l'appliquer.
La Commission européenne, qui avait proposé ce plan arrivé à échéance fin septembre 2017, a renvoyé la semaine dernière Budapest, Varsovie et Prague devant la justice de l'UE pour son refus de le mettre en oeuvre.
Surtout, elle n'a pas renoncé à l'idée de nouvelles mesures de "relocalisations" obligatoires dans le cadre de la réforme en chantier de l'asile, même si elles ne seraient déclenchées qu'en situation exceptionnelle dans ses propositions.
Hostiles à ce projet, les pays du groupe de Visegrad ont accueilli favorablement la position du président du Conseil européen, Donald Tusk, qui a qualifié les quotas passés de mesure "hautement conflictuelle" et "inefficace".
M. Tusk a invité les dirigeants des 28 à avoir "une discussion politique ouverte et franche" jeudi pour débloquer d'ici juin 2018 la réforme de l'asile. Mais ses critiques des "relocalisations" ont provoqué une vive passe d'armes avec la Commission.
C'est "inacceptable, c'est anti-européen", avait répliqué mardi le commissaire aux Migrations, Dimitris Avramopoulos, jugeant que M. Tusk sapait "le principe de solidarité" entre Etats membres.
"La formulation de Tusk est, si on veut parler gentiment, incompréhensible", a soutenu jeudi le chancelier autrichien Christian Kern, "car l'Europe, c'est bénéficier d'avantages communs et porter aussi ensemble les éventuels fardeaux".
Les "relocalisations" ne concernent que les migrants éligibles à l'asile dans l'UE, qui constituent désormais une minorité des arrivants. "Mais cette question est devenue quasiment une question théologique, une question de valeurs", a commenté une source européenne.

---------------



J'attends avec intérêt le résultat des élections européennes. Il va y avoir du travail pour sauver les meubles en discréditant les odieux populistes qui mettraient en danger les structures qui ne fonctionnent pas... et surtout qui priveraient les tronches molles en poste de leurs sinécures.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16748
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Ceux qui disent «halte» aux migrants   Lun 18 Déc 2017, 17:56

Pour être clair quelques chiffres chiffres :

- Décisions d'éloignement prises ( expression signifiant la mise en demeure à un étranger de quitter la France)  en une année environ 70 000 et ce après parcours du combattant juridique délicat... dont le détail serait indigeste.
- Nombre effectif d'étrangers ayant quitté le pays environ 15 000 Opération délicate à mener les état de provenance des indésirables étant pour de raison multiples peu intéressés à les reprendre... Or il faut leur accord...

et "en même temps"  naturalisation environ 100 000 par an depuis 30 ans.

En transformant 100 000 étrangers par an en Français on arrive à expliquer que le nombre d'étrangers en France ne varient pas ou peu.

Les "non éloignés" entrent dans la vaste catégorie de ceux en situation irrégulière... étant irrégulier il est difficile de les comptabiliser donc ils n'existent pas sauf pour vos impôts.

Information utile : le budget destiné à financer les opérations d'éloignement étant en baisse et les transports de retour n'étant pas gratuit il semble difficile d'en augmenter le nombre.

C'est de l'information brute maintenant si les uns ou les autres pouvez expliquer que tout va s'arranger en ce domaine c'est un autre débat auquel connaissant un peu le sujet je refuse de participer tant le nombre de mensonges et d'approximations en ce domaine rend la chose dérisoire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ceux qui disent «halte» aux migrants   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ceux qui disent «halte» aux migrants
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Il y a ceux qui disent t'aimer & ceux qui te le prouvent au quotidien »
» vos enfants disent-ils "je"?
» Tu sauveras et toi-même et ceux qui t’écoutent. — 1 Tim. 4:16.
» Halte garderie, BCG & régime alimentaire
» priere du matin (pour ceux qui travail mais qui on pas envie d'aller travailler )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: