Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Histoire des couleurs

Aller en bas 
AuteurMessage
Salamandre

avatar

Messages : 3961
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Histoire des couleurs   Jeu 01 Mar 2018, 02:55

En matière de symbolique des couleurs, tout est culturel, ce qui vaut pour société peut ne pas valoir dans une autre. Et même dans une société, ce qui est vrai à une époque ne le sera plus ou le sera autrement à une autre époque.

Par exemple, le vert en Europe. Au Moyen Âge et à l’époque moderne, c’est une couleur réputée instable et dangereuse, associée à tout ce qui est instable (la jeunesse, l’amour, l’argent, la chance, l’espérance), transgressif (le désordre, la révolte, la cupidité) ou inquiétant (la maladie, le poison). Probablement parce que c’est une couleur instable que ni les peintres ni les teinturiers ne savaient fixer durablement.
Pour ce faire, il faudra attendre le XVIIIe siècle. Aujourd’hui, c’est une couleur sage et apaisante, symbole de liberté et de santé. On peint en vert les croix des pharmacies, on « se met au vert », l’écologie politique confie même à la couleur verte la mission de sauver la planète.

Autre exemple, le blanc. En Occident, c’est la couleur de la pureté, de l’innocence, de la petite enfance. Mais dans une large partie de l’Asie et de l’Afrique, c’est la couleur du deuil et de la mort.

Dans les sociétés occidentales, il y a depuis le Moyen Âge six couleurs « de base » : le blanc, le noir (pour les sciences humaines, des couleurs à part entière), le rouge, le bleu, le vert et le jaune ; et cinq couleurs « de second rang » : le gris, le brun, le rose, l’orange et le violet. Ensuite, il n’y a plus que des nuances et des nuances de nuances.
Seules les six couleurs de base ont une symbolique forte, partagée par l’ensemble de la société et ce dans des contextes différents. Mais la symbolique est plurielle, chaque couleur ayant ses bons et ses mauvais aspects.
Ainsi, le rouge renvoie d’un côté au pouvoir, à la fête, au plaisir, à la beauté et aux passions ; de l’autre, à la colère, à la violence, à la faute et au péché. Associé à l’amour, c’est tantôt l’amour divin – la charité – tantôt l’amour charnel – la luxure.

En outre, au fil du temps, chaque couleur reçoit de nouvelles significations, qui n’éliminent pas les anciennes, elles se superposent.


Dernière édition par Salamandre le Jeu 01 Mar 2018, 02:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 3961
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Histoire des couleurs   Jeu 01 Mar 2018, 02:56

(suite)
A quoi sert la couleur dans une société donnée ?

Avant tout, à classer, à hiérarchiser, à associer, à opposer, un peu comme nos dossiers et sous-dossiers de bureautique. Ce faisant, elle sert à mettre de l’ordre, à créer des étiquettes (vêtements, armoiries, drapeaux, signaux), à construire des codes sociaux et des systèmes de valeurs. Elle sert également, mais dans un second temps seulement, à orner, à valoriser, à réjouir, à séduire, à faire rêver. La couleur entretient des rapports étroits avec la beauté, le plaisir et l’imaginaire.

Le classement spectral des couleurs (découverte de Newton) et les savoirs scientifiques qui en découlent n’affectent en rien la symbolique des couleurs, ni l’héraldique et l’emblématique, ni les croyances et superstitions, encore moins les faits de langue et de lexique.
Le tournant le plus important de l’histoire des couleurs se situe au cœur du Moyen Âge, lorsque la couleur devient aussi un concept abstrait. Pour un Romain de l’Antiquité, la couleur n’est pas une entité abstraite, séparable de son support. C’est entre l’an mille et le XIIIe siècle que se situe le changement. Les langues vernaculaires en portent témoignage. Les termes de couleur, qui en latin n’étaient que des adjectifs, peuvent désormais être aussi des substantifs : le rouge, le jaune, le vert, le bleu. C’est une mutation considérable sur laquelle nous vivons encore aujourd’hui.

Michel Pastoureau


Autre question : quelle origine pour le drapeau tricolore ?
Pourquoi, à partir de 1789, se met en place une cocarde tricolore, qui progressivement va donner naissance au drapeau tricolore qui est resté le drapeau français ? Réponse de l'historien des couleurs M. Pastoureau :
"On a longtemps raconté que, soit La Fayette, soit Bailly, le maire de Paris, avaient créé cette cocarde en associant la couleur du roi, le blanc, avec les couleurs de la ville de Paris, le rouge et le et bleu. Je crois qu'il faut rechercher plus en amont de la Révolution Française, et regarder du côté des habitudes chromatiques de la famille des Bourbons et du côté de la Révolution Américaine. Elle précède de quelques années la française. Là on s'aperçoit que le bleu, le blanc et le rouge sont les couleurs de la révolution en marche dans les années 1770, au nouveau monde..."
Revenir en haut Aller en bas
 
Histoire des couleurs
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Histoire de la prison Bonne Nouvelle de Rouen
» Histoire des noms de nos navires
» L'histoire de petit Louis
» histoire de paysan normand
» je vous présente mon histoire avec ma fille Inès

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Histoire locale-
Sauter vers: